Vous êtes sur la page 1sur 394

Étienne GARCIN

le nouveau dictionnaire PROVENÇAL-FRANÇAIS

Étienne GARCIN le nouveau dictionnaire PROVENÇAL-FRANÇAIS I nstitut d'estudis occitans de P arís Documents per l'estudi

Institut d'estudis occitans de París

Documents per l'estudi de la lenga occitana ISSN 2117-9271 - N°101

Étienne Garcin Le nouveau dictionnaire provençal-français

Diccionari occitan-francés d’Estève Garcin amb una gramatica e una colleccion de provèrbis Presentacion per Joan Francés Blanc Compte rendut paregut dins Le spectateur marseillais Reproduccion anastatica de l’edicion de 1823

© 2012 Antenne parisienne de l’Institut d’études occitanes (IEO Paris) Documents per l’estudi de la lenga occitana (ISSN 2117-9271) n°101

- 2 -

ENSENHADOR

Lo diccionari provençal-francés d’Estève Garcin (Joan Francés Blanc).............................................................5

Compte rendut paregut dins « Le spectateur marseillais ».................................................................9

Le nouveau dictionnaire provençal-français (Étienne

Garcin).......................................................................13

Illustracion de la pagina 4 : Acte de decès d'Estève Garcin (registre d'estat civil de la comuna de Draguinhan, servat e numerizat per l'archiu departamental de Var).

- 3 -

- 4 -

- 4 -

Lo diccionari provençal-francés d’Estève Garcin

Joan Francés Blanc

La publicacion d’aquela primièra edicion del diccionari d’Estève Garcin se fa en 1823 a Marselha, que Garcin i fa lo regent, amb sonque sas inicialas, M. G. Lo dictionari a un títol dels longs: Le Nouveau Dictionnaire provençal-français, contenant généralement tous les termes des différentes régions de la Provence, les plus difficiles à rendre en français, tels que ceux des plantes, des oiseaux, de marine, d’agriculture, des arts mécaniques, les locutions populaires et suivi de la collection la plus complète de proverbes provençaux.

Se ditz novèl que fa referéncia al diccionari d’Achard, paregut a Marselha abans la revolucion. Ne vòl èstre la seguida mas, coma o ditz Renat Merle, n’es sovent qu’una mèra còpia.

Respond la publicacion non pas a una demanda dels usancièrs de la lenga de la melhor mestrejar, mas puslèu a una demanda sociala d’aculturacion cap al francés. Las classas mejanas sentisson lo besonh de passar al francés mas lor fa sofracha una aisina per passar al francés, per esporgar lor paura lenga d’òï dels « provençalismes ».

Garcin o escriu dins sa prefàcia: “L’ouvrage que nous avons l’honneur d’offrir au public est d’une nécessité indispensable,

- 5 -

depuis que la langue française est devenue d’un usage général dans toutes les provinces, non seulement dans tous les actes publics, mais encore dans tous les genres d’affaires. Les habitans de la Provence, tout en s’efforçant de suivre cette impulsion générale et nécessaire, ne peuvent parvenir à se défaire des locutions qui leur sont familières, et la langue française, dans leur bouche ou dans leurs écrits, sera toujours mêlée de provençalismes, tant qu’ils n’auront pas un bon Dictionnaire qui, en leur donnant les équivalens français, mettra sans cesse sous leurs yeux les fautes dans lesquelles ils sont involontairement entraînés par l’effet de l’habitude”.

Garcin critica tanben sos davancièrs Pellas e Achard que sa lenga es tròp marselhesa e pas pro panprovençala.

Aquela primièra edicion es plan aculhida per la revista Le spectateur marseillais (veire article çai-après), mas plan

criticada per S. J. Onorat, qu’escriu en 1834 : « Ceux qui connaissoient son dictionnaire provençal n’ont pas été pris, car c’est un tas de solécismes et de barbarismes plutôt qu’un dictionnaire ; il n’est pas seulement par ordre alphabétique »

(letra a Requien citada per Renat Merle).

Estève Garcin èra nascut en 1784. Publica après son diccionari de causas en francés: Histoire et topographie de la ville de Marseille (Marselha, 1834) e lo Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne (Draguinhan, 1835) tanben criticats per Onorat, Saint Hermentaire (Draguinhan, 1836), Lettres à Zoé sur la Provence (Draguinhan, 1841).

- 6 -

Reedita puèi son diccionari, plan melhorat, en apondre notadament l’r a l’infinitiu (« que tanpauc en francés se pronóncia pas emai s’escriguès »). Son òbra màger en occitan, sa Robinsona provençala, demorarà manescricha entrò sa publicacion recenta (per J. L. Domenge).

Estève Garcin moriguèt a Draguinhan lo 28 de novembre de

1859.

Bibliografia

René Merle, L’écriture du provençal de 1775 à 1840, inventaire du texte occitan, publié ou manuscrit, dans la zone culturelle provençale et ses franges, C.I.D.O. 1990

René Merle,

« Garcin

dans

son

temps »,

prefàcia

a

La

Roubinsouno prouvençalo, ed. Per Jan-Luc Domenge, AVEP,

2010.

- 7 -

Documents per l'estudi de la lenga occitana

Un centenat de numeròs ja paregut.

Sul domeni dialectal provençal:

n°19. Josèp Romanilha, Glossaire occitan-français (paregut dins Li prouvençalo)

n°36. Jean-Baptiste Calvino, Dictionnaire niçois-français

n°67. François Vidal, Étude sur les analogies linguistiques du roumain et du provençal.

n°69. Joseph Lhermitte, Grammaire provençale (sous- dialecte rhodanien). n°73-74. Prosper Avril, Dictionnaire provençal-français n°78. Damase Arbaud, De l'orthographe provençale

Lista complèta e libres per descargar a gràtis:

- 8 -

Compte rendut paregut dins « Le spectateur marseillais »

Le Nouveau Dictionnaire Provençal-Français, Précédé d’un abrégé de Grammire, etc, par M.Garcin (un vol. in 8°, prix 6 fr, chez les principaux libraires de la Provence). Parmi les divers idiomes parlés en France, il en est un qui, héritier d’une langue à laquelle nous devons notre première littérature, se glorifie d’avoir été longtems l’organe de l’administration dans une des plus belles portions du royaume, et d’avoir prêté plus d’une fois ses accens aux inspirations du génie. L’idiome provençal, formé de la langue romane, ou plutôt de son dialecte, est encore toute empreint de sa poétique origine. Entre les chants des troubadours et ceux des modernes poètes provençaux, quelle est la différence de langage ? une orthographe qui se rapproche davantage de l’étymologie latine, quelques mots de la langue des Romains que le provençal a rejetés ou qu’il a modifiés, voilà ce qui distingue les compositions du 12e siècle de celles de nos jours.

Faites entendre à l’un de nos paysans les amoureuses plaintes d’Elies de Barjols, elles ne le toucheront pas moins que les facéties de Gros ne le réjouissent. Ceci nous conduit à dire que s’il existe une vraie différence, ce n’est pas dans les élémens grammaticaux, mais dans le caractère des ouvrages produits qu’il faut la chercher. Une amoureuse langueur dans les chantres du 12e siècle, une gaîté piquante et naïve dans leurs successeurs, voilà ce que tout homme tant soit peu initié dans les deux littératures aura pu remarquer dès le premier abord.

- 9 -

La langue est la même, mais les productions sont différentes ; autrefois, c’étaient des élégies, aujourd’hui ce sont des chansons ; les troubadours, dans leurs écrits, adoptèrent les arabes pour maîtres ; les Provençaux, nourris d’une littérature supérieure, ont assujetti leurs petits poëmes aux règles du parnasse français ; les uns et les autres imitateurs, les premiers ont donné un élan qui a concouru à amener l’école de la renaissance, à laquelle les seconds se sont formés.

Nous ne pousserons pas plus loin le parallèle ; nous n’avons rapidement indiqué la parenté des deux idiomes que pour faire connaître les titres que le provençal présente pour tous ceux qui voudraient, par bon ton, le couvrir d’un injurieux mépris. Le nom des troubadours est placé avec honneur dans toutes les littératures, pourquoi dédaignerait-on les pages spirituelles de leurs successeurs ? La langue romane a été l’objet de longues et sérieuses études pour l’auteur des Templiers ; la provençale ne pourrait-elle plus être que celle des halles et des bergeries ?

Il est vrai que depuis un demi-siècle, la langue française a fait de vastes conquètes à l’intérieur du royaume. A l’époque du voyage de Monsieur en Provence, parmi les dames qui lui furent présentées, on en comptait à-peine quelques unes qui parlaient le français ; aujourd’hui il n’est peut-être aucun individu dans la basse classe, qui ne soit à même, dans le besoin, de se faire entendre de l’habitant de Paris.

L’uniformité de lois et d’administration dans toutes les provinces, l’ascension des classes inférieures, le séjour des troupes, la fréquence des spectacles, telles sont les principales causes qui ont appris à tout le monde d’entendre et de parler la langue de Racine.

- 10 -

Cependant, dans cet envahissement universel, il s’en faut que l’idiome provençal ait entièrement cédé le terrain ; le vaincu s’est mêlé au vainqueur, et de là ce mélange qui caractérise le jargon que l’on parle dans nos villes. Une infinité de locutions provençales ; de mots qui n’ont de français que la terminaison, l’accent de l’italien appliqué au français, voilà ce qui, mieux que sa vivacité et sa franchise, fait reconnaître le Provençal à Paris.

Dans cet état de choses, un bon dictionnaire de leur idiome doit être, pour tous les Provençaux, un livre manuel. Là pourront s’éclairer les doutes, se résoudre les difficultés. S’agit-il de traduire un nom de plante, de poisson, etc, un terme technique, qu’ils ne consultent pas la tradition populaire, elle n’a que francisé le nom provençal ; qu’ils ouvrent leur dictionnaire, et si ce dictionnaire est un bon ouvrage, ils trouveront le vrai équivalent français.

Alors vous n’entendrez plus le barreau retentir de chicanes sur le beal (biez), le notaire élaguera les confronts et confrontant (attenant, attenantes), l’auge d’un puits ne sera plus une pile, en un mot, notre langage cessera d’être un tissu de choquants barbarismes, et l’on pourra, quant à la pureté du langage, être à Marseille ce qu’on est à Paris. Tel est le but vers lequel M. Garcin a voulu nous acheminer. Après de longues et laborieuses recherches sur notre idiome, de nombreux voyages dans les divers points de la Provence, il vient de nous donner un dictionnaire provençal-français. Les faiseurs de dictionnaires nous avaient habitués aux lourds in 4° ; celui de Garcin s’est présenté sous la modeste forme de l’in-8°, sans renfermer plus de 400 pages ; c’est que M. Garcin n’est ni

- 11 -

bavard, ni déclamateur … Les termes vieillis sont écartés, et les termes d’usage rarement omis. Ici, on ne peut s’empêcher de remarquer que le dictionnaire de M. Garcin ne pourrait servir à l’intelligence de certains poètes de nos jours, qui croient faire preuve de l’influence secrète, en accolant des mots que personne n’entend plus et qu’ils ont soin d’expliquer en note. Le provençal ne peut pas encore être regardé comme une langue morte. Quoique moins parlé dans les villes, il est encore dans toute sa pureté dans les campagnes ; c’est donc là que se trouve le trône de l’usage.

M. Garcin est de Grasse ; son dictionnaire en apparaitrait-il moins bon aux Marseillais ? Mais Marseille est, de l’aveu de tout le monde, le lieu de la Provence où l’idiome s’est le plus corrompu ; un accent étranger à tout le reste de la contrée, des mots français avec des terminaisons provençales, voilà ce qui le caractérise, et cela devait être dans une ville où les étrangers affluent de toutes parts et y parlent une autre langue que les habitans. Aussi les dictionnaires de Pellas et d’Achard sont défectueux, parce que ces deux auteurs, comme le dit avec raison M. Garcin, n’avaient puisé que dans le dialecte marseillais. Pour faire un bon dictionnaire, il fallait n’être étranger à aucun des dialectes de la Provence et ne se laisser influencer par aucun, et c’est ce que nous avons reconnu dans M.Garcin ; son ouvrage sera utile à l’habitant de Barcelonnette comme à celui d’Arles et de Marseille.

- 12 -

13

13

13

14

14

15

15

16

16

17

17

18

18

19

19

20

20

21

21

22

22

23

23

24

24

25

25

26

26

27

27

28

28

29

29

30

30

31

31

32

32

33

33

34

34

35

35

36

36

37

37

38

38

39

39

40

40

41

41

42

42

43

43

44

44

45

45

46

46

47

47

48

48

49

49

50

50

51

51

52

52

53

53

54

54

55

55

56

56

57

57

58

58

59

59

60

60

61

61

62

62

63

63

64

64

65

65

66

66

67

67

68

68

69

69

70

70

71

71

72

72

73

73

74

74

75

75

76

76

77

77

78

78

79

79

80

80

81

81

82

82

83

83

84

84

85

85

86

86

87

87

88

88

89

89

90

90

91

91

92

92

93

93

94

94

95

95

96

96

97

97

98

98

99

99

100

100

101

101

102

102

103

103

104

104

105

105

106

106

107

107

108

108

109

109

110

110

111

111

112

112

113

113

114

114

115

115

116

116

117

117

118

118

119

119

120

120

121

121

122

122

123

123

124

124

125

125

126

126

127

127

128

128

129

129

130

130

131

131

132

132

133

133

134

134

135

135

136

136

137

137

138

138

139

139

140

140

141

141

142

142

143

143

144

144

145

145

146

146

147

147

148

148

149

149

150

150

151

151

152

152

153

153

154

154

155

155

156

156

157

157

158

158

159

159

160

160

161

161

162

162

163

163

164

164

165

165

166

166

167

167

168

168

169

169

170

170

171

171

172

172

173

173

174

174

175

175

176

176

177

177

178

178

179

179

180

180

181

181

182

182

183

183

184

184

185

185

186

186

187

187

188

188

189

189

190

190

191

191

192

192

193

193

194

194

195

195

196

196

197

197

198

198

199

199

200

200

201

201

202

202

203

203

204

204

205

205

206

206

207

207

208

208

209

209

210

210

211

211

212

212

213

213

214

214

215

215

216

216

217

217

218

218

219

219

220

220

221

221

222

222

223

223

224

224

225

225

226

226

227

227

228

228

229

229

230

230

231

231

232

232

233

233

234

234

235

235

236

236

237

237

238

238

239

239

240

240

241

241

242

242

243

243

244

244

245

245

246

246

247

247

248

248

249

249

250

250

251

251

252

252

253

253

254

254

255

255

256

256

257

257

258

258

259

259

260

260

261

261

262

262

263

263

264

264

265

265

266

266

267

267

268

268

269

269

270

270

271

271

272

272

273

273

274

274

275

275

276

276

277

277

278

278

279

279

280

280

281

281

282

282

283

283

284

284

285

285

286

286

287

287

288

288

289

289

290

290

291

291

292

292

293

293

294

294

295

295

296

296

297

297

298

298

299

299

300

300

301

301

302

302

303

303

304

304

305

305

306

306

307

307

308

308

309

309

310

310

311

311

312

312

313

313

314

314

315

315

316

316

317

317

318

318

319

319

320

320

321

321

322

322

323

323

324

324

325

325

326

326

327

327

328

328

329

329

330

330

331

331

332

332

333

333

334

334

335

335

336

336

337

337

338

338

339

339

340

340

341

341

342

342

343

343

344

344

345

345

346

346

347

347

348

348

349

349

350

350

351

351

352

352

353

353

354

354

355

355

356

356

357

357

358

358

359

359

360

360

361

361

362

362

363

363

364

364

365

365

366

366

367

367

368

368

369

369

370

370

371

371

372

372

373

373

374

374

375

375

376

376

377

377

378

378

379

379

380

380

381

381

382

382

383

383

384

384

385

385

386

386

387

387

388

388

389

389

390

390

391

391

392

392

393

393

Les habitans de la Provence, tout en s’efforçant de suivre cette impulsion générale et nécessaire, ne peuvent parvenir à se défaire des locutions qui leur sont familières, et la langue française, dans leur bouche ou dans leurs écrits, sera toujours mêlée de provençalismes, tant qu’ils n’auront pas un bon Dictionnaire

(Estève Garcin)

Étienne Garcin

Le nouveau dictionnaire provençal-français

 

(1823)

Presentacion per Joan Francés Blanc Compte rendut paregut dins Le spectateur marseillais.

 
Étienne Garcin Le nouveau dictionnaire provençal-français (1823) Presentacion per Joan Francés Blanc Compte rendut paregut dins
 
 

IEO Paris - 31, rue Vandrezanne - 75013 Paris

Documents per l’estudi de la lenga occitana n°101

“ Les habitans de la Provence, tout en s’efforçant de suivre cette impulsion générale et nécessaire,http://ieo.paris.free.fr Documents per l’estudi de la lenga occitana n°101 " id="pdf-obj-393-33" src="pdf-obj-393-33.jpg">