Vous êtes sur la page 1sur 3

Focus

Des fonds pour


le développement rural
La France et l’Europe s’engagent pour soutenir le développement rural. L’environnement
est au coeur des enjeux. La volonté politique est aussi de favoriser les projets territoriaux
et collectifs. L’agriculteur s’affirme en tant qu’acteur du développement durable. Le point
sur les outils en France.

le cadre national, les enjeux, et les mar-


ges de manœuvre laissées aux régions
pour mettre en place des mesures visant à
préserver l’environnement. Ainsi, celles-ci
peuvent choisir de mettre en œuvre ou pas
des dispositifs à cahier des charges natio-
nal, comme la conversion ou le maintien
à l’agriculture biologique ou la protection
des races menacées. Elles ont aussi la
possibilité de construire des Mesures agro-
environnementales (MAE) plus ciblées
sur des territoires à enjeu environnemental
fort. Des zones d’actions prioritaires ont
ainsi été définies dans chaque région, sous
l’égide des préfets. La volonté politique est
de ne pas trop diluer l’action mais plutôt
Les différents acteurs locaux, aux côtés des agriculteurs peuvent de favoriser des pratiques communes pour
modeler des mesures agro-environnementales sur des territoires plus d’efficacité.
pertinents, homogènes d’un point de vue des enjeux environne-
mentaux.

A
Mesures agro-environnementales,
llez plus loin grâce aux mesures incitatives. Tel est version 2007-2013
l’objectif fixé par la politique de développement Des nouvelles mesures agro-environnementales entrent
rural. en vigueur dès 2007, d’autres sont rénovées.
Le programme de développement rural hexagonal
(PDRH) couvre la période 2007-2013. Il est financé au Pour la biodiversité
niveau communautaire par le fonds européen pour le Prime herbagère agro-
développement rural (FEADER) mais aussi par des cré- environnementale
dits nationaux (ministère de l’Agriculture, ministère de (PHAE) : le cahier des
l’Ecologie, collectivités territoriales, Agences de l’eau…) charges a été rénové et
plus largement mobilisés que sur la période 2000-2006. harmonisé au niveau
. Dans son volet agro-environnemental, le PDRH définit
Focus

Vers une obligation de résultats


pour préserver l’eau et la biodiversité
Parmi les engagements unitaires mis à disposition des
agriculteurs dans le cadre du Plan de développement
rural et hexagonal, certains sont fondés sur le principe
d’une obligation de résultats, ce qui est novateur.
L’expérience du Parc naturel régional du massif des
Bauges en Haute-Savoie a permis d’ajouter l’engagement
“prairies fleuries” dans la liste nationale des mesures. Au
lieu du respect le cahier des charges traditionnellement
présent dans les Mesures agro-environnementales
(MAE), il s’agit ici d’obtenir un résultat environnemental,
une prairie riche en fleurs, en laissant le choix à
l’agriculteur des pratiques à appliquer pour atteindre
ce résultat (niveau de fertilisation, chargement animal,
période d’utilisation…). Cette richesse est évaluée par
la présence d’au moins quatre espèces de plantes Protéger la ressource en eau : l’un des
parmi une liste de plantes caractéristiques de l’habitat enjeux du Plan de développement rural.
naturel visé. Pour les agriculteurs partenaires, l’enjeu
pour avoir un soutien est désormais d’obtenir la richesse
floristique attendue dans leurs prairies, en choisissant eux-mêmes l’itinéraire technique le plus adapté.
Cet engagement “prairie fleurie” est désormais ouvert à toute la France. Les parcs naturels régionaux du
Vercors et du Haut-Jura se sont d’ores et déjà montrés intéressés.

Privilégier la protection intégrée des cultures


Pour l’eau, ce même type d’engagement unitaire à objectif de résultat a été élaboré au niveau national.
Le PDRH propose ainsi trois engagements unitaires visant à réduire le recours aux pesticides dans les
exploitations agricoles, avec une priorité aux grandes cultures en 2007 pour la réduction de l’utilisation
des traitements phytosanitaires. L’intensité du recours aux pesticides est représentée par l’indicateur
de fréquence de traitement (IFT), qui comptabilise le nombre de doses homologuées de pesticides
utilisées en moyenne sur un hectare au cours d’une campagne culturale. Ces engagements unitaires
fixent une obligation de réduction progressive de cet indicateur sur les exploitations engagées, par
rapport à l’indicateur de référence du territoire ciblé. Ce dispositif incite au développement d’une voie
intermédiaire entre le statu quo et le “zéro phyto”, s’inscrivant dans le cadre d’une protection intégrée
des cultures. À l’agriculteur de choisir ensuite la stratégie de protection des cultures la plus adaptée à
son projet d’exploitation pour atteindre cet objectif de réduction effective du recours aux pesticides. Les
agriculteurs qui souscrivent à ce type de mesure bénéficieront d’une formation et d’un accompagnement
technique privilégiant la combinaison de solutions agronomiques.
La liste des engagements par territoire, sur la protection de la biodiversité comme sur la restauration
de la qualité de l’eau est désormais stabilisée. Il sera possible de la compléter tout au long de la
programmation si cela s’avère nécessaire. Le respect de l’eau et de la biodiversité sont intimement liés.
Ils ouvrent en plus une vaste voie de progrès pour une agriculture performante.
Focus

national. Un équivalent de 20 % de la surface engagée mettre en œuvre, sur tout ou partie du territoire régional.
doit désormais être dédié à des “éléments de biodiver- Ce cahier des charges repose sur l’augmentation de la
sité” (haies, bosquets, mares, prairies humides…). part de l’herbe dans les surfaces fourragères des exploi-
tations qui s’engagent et une limitation des fertilisants
> Mesures pour la biodiversité domestique : leur et produits phytosanitaires sur les surfaces en grandes
cahier des charges est défini au niveau national, les cultures et prairies.
régions ayant le choix de les mettre en œuvre ou pas sur > Mesures en faveur de la conversion ou du maintien
tout ou partie de leur territoire. à l’agriculture biologique : même principe que pour la
• Protection des races menacées : une liste des races biodiversité.
reconnues comme menacées de disparition est arrêtée > Mesures territorialisées : même principe que pour la
au niveau national. La mesure vise à soutenir le main- biodiversité.
tien de ces races en favorisant leur reproduction en race
pure. Plan végétal pour l’environnement
• Protection des variétés locales et traditionnelles. En Le plan végétal pour l’environnement a été mis en place
cours de construction, elle sera disponible seulement en en 2006 (arrêté du 11 septembre 2006), il fait doréna-
2008. vant partie de la programmation de développement rural
> Mesures en faveur de la conversion ou du maintien 2007-2013.
à l’agriculture biologique : sur la base d’un cahier des Il a pour vocation de financer des investissements favori-
charges national pour les régions qui ont fait le choix sant les bonnes pratiques des exploitations à production
de les mettre en œuvre, sur tout ou partie du territoire végétale. Les principaux enjeux retenus sont la réduc-
régional. tion des pollutions par les produits phytosanitaires et
> Mesures territorialisées : ces mesures doivent être les fertilisants, ainsi que la réduction de la pression des
construites, à partir d’engagements unitaires définis au prélèvements sur la ressource en eau et la lutte contre
niveau national, par les porteurs de projets sur des terri- l’érosion. Il prévoit également d’aider à la plantation
toires ciblés et homogènes d’un point de vue des enjeux d’arbres, notamment dans un objectif de préservation de
environnementaux et des pratiques agricoles, à l’inté- la biodiversité.
rieur des zones d’action prioritaires définies régionale- En complément des crédits communautaires et des
ment pour la biodiversité, en particulier les sites Natura crédits du ministère de l’Agriculture, d’autres financeurs
2000. que sont les Agences de l’eau et les collectivités territo-
riales peuvent compléter ce fonds.
Pour l’eau
> Mesure en faveur de la diversification des asso- Plan de modernisation
lements dite “mesure rotationnelle” : le cahier des des bâtiments d’élevage (PMBE)
charges de cette mesure qui existait en 2000-2006 a été Le plan bâtiment est l’une des mesures de l’axe 1
rénové et harmonisé au niveau national. Cette mesure du PDRH. D’une durée de dix ans, il doit permettre
vise à maintenir au moins 4 cultures différentes dans les d’améliorer les conditions
assolements et à augmenter la rotation des cultures sur de travail et de production
chaque parcelle. sur l’exploitation, l’état
> Mesure en faveur des systèmes fourragers écono- sanitaire, le bien-être des
mes en intrants : sur la base d’un cahier des charges animaux et la protection de
national, pour les régions qui ont fait le choix de les l’environnement.