Vous êtes sur la page 1sur 20

Notes Joan Bron

L’ENTREPRISE

Définition :

 Combinaison de facteurs de production (L, K + autorité -> produit -> vendre ->
créer de la valeur -> réaliser un profit). Elle utilise les ressources disponibles. On
ne gaspille pas les ressources, le travail,… il faut gérer de façon optimale.
 Instrument destiné à satisfaire les besoins humains. Pour les satisfaire, nous avons
besoins de biens et services.
 Une entreprise est un système. C’est une vision, un mode de pensée. Elle
comporte des éléments qui ont des relations entre eux.

Une entreprise peut se différencier par son statut :

 Privées : réaliser un profit (autonomes)


 Publiques : mettre à disposition des biens et servies qu’une entreprise ne peut
pas mettre à disposition et éventuellement réaliser un profit. Cela sera au pouvoir
public de rendre les décisions.
 Semi-publiques ou semi-privées : propriétés publiques et privées
 Juridique : c’est-à-dire la forme qu’une entreprise va prendre (SA, Sàrl, …)

Ensemble des problèmes :

1. Analyse de la situation de départ


2. Objectifs : déterminer un but
 Stratégiques (à long terme)
3. Mesures : comment faire ?
4. Moyens : qu’est-ce qu’il faut mettre à disposition ?
Moyens à mettre en œuvre :
 Humains (travail)
 Matériels (capital)
5. Réalisation
6. Résultats : contrôler
7. Ajustement : si on a visé trop haut ou trop bas, ou si on a oublié un élément.

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 1/20


Notes Joan Bron

Gestion (management) : « Roue » du management :

Planification
- chercher des solutions
- identifier les problèmes
- prévisions des résultats - fixe les objectifs
Contrôle Management Décision - choisir solution possible
- évaluation des résultats DG de l'entrerise - décision, moyens,
- ajustement si c'est allocations ressources
nécessaire Transmission (ordres)
- transformer les objectifs en actes
- appliquer les décisions

Cycle de production :

3 Transformation et production de biens


et services
2 (création de valeur)
Facteurs de production
ACHATS (travail, machines, sols, 4
locaux,mat. premières) Ventes et marketing
Autorité (profit)

1 5
Information
Aquisition de moyens
Remboursement (aux banques)
financiers

Historique : Groupes

- alimentation - coordonner les activités


- habillement -> gérer les étapes
- logement -> gérer les différentes phases
- Canaliser le comportement
- division du travail -> relations entre les gens, leur comportement
-> autorité -> aller dans un certain sens (logique)

- organisation (production, économie)


-> détermination des objetifs
-> détermination d'une stratégie
-> détermination d'une tactiques
Gestion

A partir du XIVe siècle, les premières multinationales se sont développées.

Finalité de l’entreprise (rôle, place de l’entreprise) :


Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 2/20
Notes Joan Bron

Rôle économique :

1. Satisfaire des besoins


2. Exploiter les ressources (combiner les facteurs de production)
3. Production (transformation des ressources)
4. Créer de la valeur
5. Vente (qui génère un profit)

PERFORMANCE ECONOMIQUE adfadfafdadf


Rôle social :

1. Interne : l’entreprise a créé des relations :


 Ressources humaines
 Motivations des employés
 Hiérarchiques (qui a le droit de faire ça ?)
2. Externe : entre l’entreprise et son environnement :
 Cadre juridique (lois) : contraintes
 Hors du cadre juridique (responsabilité de l’entreprise. C’est elle qui
décide.) : externalités (tous les effets non désirables d’une entreprise, de
l’ensemble de l’économie) : les nuisances (bruit, odeurs, pollution), la
sécurité.
Répercussions de l’externalité :

 Pressions, actions : ce font par un groupe de personnes (écologistes,


syndicats, politiciens, …)
 Réactions (aller contre) ou pro action (aller dans un sens positif, essayer de
promouvoir quelque chose) : réagit, anticipe afin d’éviter les actions et les
pressions.

PERFORMANCE SOCIETALE

Il faut confronter et comparer ces performances. Les mettre en relation.

Relations :

 Le coût de la performance sociétale


 La concurrence est moins scrupuleuse
 Diminuer le profit

 Interne : augmentation de la productivité


 Améliorer l’image de l’entreprise (augmentation du crédit de l’entreprise)
Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 3/20
Notes Joan Bron

 Taxes (principe du pollueur-payeur)


 La sécurité va augmenter
 Éviter un boycott de nos produits Diminution des coûts
 Éviter un procès

= à court terme et pour la performance économique

= préparer l’entreprise à long terme et pour la performance sociétale

Performance sociétale : comment mesurer la performance sociétale ?

 Internes :
• Emploi (stabilité, rotation)
• Qualité de vie
• Formation (acquérir une formation supplémentaire)
• Salaires
• Place de la femme
• Œuvres sociales (sécurité, assurances sociales, activités sociales)
 Externes :
• Relations régionales / nationales / internationales
• Relations politiques
• Environnement écologique
• Tissu social (culture, éducation, informations)

Quelques exemples pour illustrer les relations entre les performances sociétale et
économique :

1. Nestlé :
Problème : l’encre qui s’est infiltré dans le lait pour bébés. Cette encre provenait
des emballages. Un constat a été fait, mais les responsables n’ont pas jugé utile
d’informer la population. Entre temps, il y a eu quelques fuites et cela a
commencé en Italie. Puis, sous la pression des gouvernements, de
l’environnement, de différentes organisations, etc., les produits ont été retirés
du marché.
Cependant, ils auraient pu éviter la pression en s’excusant auprès du public, par
exemple. Ou encore en distribuant du lait pour bébés aux mamans.
Peter Brabeck (patron de Nestlé) a convoqué des financiers et investisseurs. Il
leur a fait un discours en informant que ce produit (lait) ne représente qu’une
petite part du bénéfice et qu’il ne fat pas hésiter à acheter les actions (actions
sont en baisses). Leur souci étant de perdre des performances économiques.

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 4/20


Notes Joan Bron

Durant cette affaire, Nestlé a perdu la confiance de certains ministres Italiens et


du public.
Un bilan négatif ressort de cette affaire !!
2. Roche :
Problème : production du « Tamiflu » (médicament « efficace » contre la grippe
aviaire).
Roche a gardé le secret de la fabrication. Cependant, la production devait être
multipliée par 10 d’ici 2010. Mais Roche ne pouvait pas assumer une telle quantité
de production. Alors, sous pression internationale (ONG, Etats), Roche a accepté
d’élargir la production avec des partenaires, c’est-à-dire en vendant leur brevet.
Leur souci n° 1 : la bourse
Leur souci n° 2 : le profit
Leur souci n° 3 : les éventuels malades
Les conséquences sont une perte de confiance du public et une baisse de l’image
de Roche.
3. Swissmetal :
Problème : délocalisation de l’entreprise de Reconvilier. Swissmetal occupe plus
de 380 personnes. Ils fabriquent des produits semi-finis, qui sont vendues aux
autres branches industrielles.
La direction, située en Suisse allemande, est déjà en train de réaliser des
investissements. Par exemple, ils construisent déjà un bâtiment afin d’accueillir
la fonderie de Reconvilier. A travers leur démarche, on pourrait deviner que leur
but à long terme est de démanteler l’entreprise de Reconvilier, puis la vendre.
Cependant, dans cette affaire, le problème majeur est l’information. En effet, la
direction n’a pas dit la vérité. Car la décision définitive avait été prise en date du
8 septembre 2005 déjà et ont gardé le secret jusqu’au 10 novembre 2005. La
direction s’est cachée derrière la loi. Car, la loi oblige les entreprises à informer
lorsqu’ils ont des décisions définitives. Cependant, Swissmetal avait soi-disant
une décision non définitive, et ne devait donc, pas informer.
« Lobbying » : groupes de pression qui interviennent pour influencer les décisions
à prendre.
4. Tornos :
Ces derniers temps, la rentabilité a augmenté. Cependant, il y a :
 Des rumeurs d’OPA (offre publique d’achat) : ce sont lorsque les
actionnaires rachètent les actions plus chères et deviennent propriétaires
de l’entreprise. Il y a des OPA amicales (avec l’accord des actionnaires. Le
but est de sauvegarder l’entreprise) et inamicales (le but visé est de faire
du profit.)
 Des rumeurs de délocalisation : en Asie et plus précisément en Chine.
Lors d’une interview du directeur général de la Tornos, il a informé que les buts
étaient :
 Sauvegarder les emplois et
 Dynamiser la région
Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 5/20
Notes Joan Bron

Ces buts sont apparus dans la presse à la même époque que l’entreprise
Swissmetal annonce la démarche inverse.
5. UBS
UBS soutient différentes manifestations dans le domaine de la culture, de l’art,
de la musique et du sport. Ils ont dernièrement sorti les tableaux. Avant cela, ces
chefs d’œuvre se trouvaient dans des coffres. La Fondation Beyeler présentera
certaines des œuvres de l’UBS, près de Bâle.
Le fait de posséder des toiles permet à l’entreprise de donner une image positive
et de spéculer (vendre les tableaux plus cher que ce qu’ils ont été achetés).
Cependant, dans ce cas, la spéculation n’est pas le but.

Economie Morale (qu’est-ce qui est bien ou mal ?)


Recherche d’intérêts (profit, …) Valeurs morales et sociales, règles

Ethique (conciliation entre l’économie et la morale)

Différents types d’éthique :

 Instrumentalisée (= outil pour l’entreprise) :


• Finalité de l’entreprise
• Servir l’image de l’entreprise
Du point de vue extérieur
• Les différentes chartes (déterminent des normes). Ces documents
augmentent la culture d’entreprise (savoir agir, se comporter dans telle ou
telle situation). Ce qui va ensuite augmenter la motivation des employés,
par conséquent la productivité va également augmenter.
Du point de vue intérieur
 Corrective : au départ l’économie est immorale.
• Rectifier / corriger cette situation. Car les richesses ne sont pas partagées
également. Il y a toujours plus de pauvres. Il y a également la charité qui
entre en ligne de compte.
 Humanitaire :
• Commerce équitable (Max Havelar)
• Meilleur partage des richesses
• Fonds de placement (Ethos à Genève). Ils soutiennent des entreprises qui ont un
comportement moral, une certaine éthique.

Contexte : Mondialisation :
 Evolue vite  Problèmes de repères
 Confiance (p.ex. : bail oral)  On va évoluer dans un cadre
 Respect de la parole juridique (les lois vont être
respectées par tous)
Système d’entreprise DD/11/YYYY  Fautes commises Page 6/20
Notes Joan Bron

Mis au « ban », suite à une faute commise.


C’est lorsqu’on a des restrictions.
Par exemple :
si on a plus le droit de signer des contrats, ou
d’autres documents.

Pour les fautes commises, soit on se fait prendre, soit on ne se fait pas prendre. Dans ce
dernier cas de figure, cela peut être positif et pourrait donc augmenter le profit. Si on se
fait prendre voici le comportement que l’on pourrait adopter :

1. La personne va nier (elle peut être attaquée par des associations, des groupes de
personnes, …)
2. La personne va s’excuser
3. Elle va ensuite réparer sa faute (très souvent payer les dégâts)
4. Mais de manière générale, la personne va essayer de négocier afin d’éviter des
frais.

Entreprise et environnement :

Entreprise Environnement / milieu

Interactions, relations

Il y a des flux financiers et matériaux

Notion de système :

 C’est un ensemble d’éléments reliés entre eux et qui ont un sens, afin de
déboucher sur un but commun.

1. Système : déterministe (mécanique)


On connaît les relations, le fonctionnement. On peut donc faire des prévisions.
Exemple : système solaire (éléments : planètes relations : physique)

2. Système : dynamique (humain), ça évolue constamment.


On peut faire des prévisions probables jusqu’à quasi certaines.
Exemples : système nerveux (biologique) et système de la TVA (social)

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 7/20


Notes Joan Bron

L’entreprise est un système. Mais qui se trouve dans un plus grand système qu’est son
environnement.

Deux approches pour l’analyse de phénomènes :

 Classique (cartésienne)
1. Décomposer
Elimine les relations
2. Analyser les éléments
3. Recomposer l’ensemble
 Systémique (XIXème siècle)
1. Analyser globalement les relations avec le milieu
2. Etudier les relations entre les différents éléments du phénomène (structure)
3. Cartésianisme

Les caractéristiques du système :

1. économique (marché, …)
2. social (relations entre les personnes)
3. ouvert (dans son milieu)
4. dynamique (évolutif, adaptation par rapport à son milieu)
5. autonome (point de vue décisionnel, fixer les objectifs)
6. complexe (beaucoup de sous-système, de relations)

Il y a un ensemble de variables (ce qui influence le système). Il y a les variables :

 Endogènes (liées à l’intérieur) : il y a une influence directe de la direction


générale
 Exogènes (liées à l’extérieur) : il n’y a pas d’influence ou peu d’influence de
l’entreprise. Exemple : discussion avec un banquier.

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 8/20


Notes Joan Bron

VEILLE
Environnement médiat (plus éloigné) -> pas d'influence possible

Environnement immédiat (proche) -> influences possibles Facteurs :

1. Géographiques
1. Bailleur de fonds Entreprise = système 2. Ecologiques
Ac tionnaires, banques Sous-système organique* : Sous-système operationnel : 3. Economiques
2. Fournisseurs Ce qui constitue le s.-s. : Fonctions : M arché, ...
M at. 1e, énergie, - hiérarchie - direction 4. Socologiques
produits interm. - objectifs - achats (matières 1ères) Politique, mouvements
3. Clients - motivation du personnel - prodution 5. Démographique
M arketing, pub, … - communication (infos) - marketing, vente Population active
4. Syndicats, organis. - tâches, fonctions - RH 6. Technologiques
patronales Est-ce que la personnes est à- R. & D. Connaissance de ttes
Négociation, communesla bonne place ? Bon poste ? techniques possibles
cantons, confédération à la production
5. Concurrence 7. Financiers
Intérêts, banques
8. Juridique et
institutionnel

* humain à humain : relations humaines

FLUX

 Flux financiers (budgétisation)


 Flux des biens et services
 Flux de l’information : comment capter l’information pour ne pas être perdu ?

L’outil de veille se trouve dans ce schéma. Il est utilisé pour capter les informations.

Base d’analyse des flux :

Entre :
Clients Entreprise

 Flux matériel (biens) Flux financiers


 Flux immatériel (services) (contrepartie de ce que
 Flux d’information l’on vend)
• Publicité
• Devis (offres)
Entreprise et information :
Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 9/20
Notes Joan Bron

L’information a une importance primordiale pour l’entreprise. De manière générale, les


informations sont classées par domaine, tels que :

 Géographie Il faut savoir comment il faut traiter les


 Démographie informations. La gestion et l’utilisation de
 Économie l’information coûtent cher.
 Etc.

Quantité : il y a une énorme quantité d’informations. Il faut ensuite pouvoir l’organiser


selon une méthode adéquate. Elle sera organisée selon les besoins de gestion
publique.
Le monde évolue (très) vite dans différents domaines, tels que :
 Technique
 Politique
 Économique
 (Juridique)
Ce qui implique une augmentation constante de la quantité d’informations.

Choix Critères

1. Facteurs clés de succès (choses à ne pas rater – env. 4 à 5, max. 8 facteurs)


Exemple : fabrique de poussettes pour bébés
Différents facteurs à considérer :
• Démographie : taux de natalité (jumeaux, triplé, …)
• Anticipations fécondité : les personnes qui veulent avoir des enfants à un
moment donné
• Social : conditions de vie
• Notion de mode
Analyser la concurrence
Etudier les progrès techniques
Produits autorisés ? Est-ce conforme à la loi ? (Ex : sécurité)

2. Analyse pondérée
Faire la liste des facteurs :

Qualitatifs (chiffrables et élastiques) Quantitatifs (pas chiffrables)

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 10/20


Notes Joan Bron

Base : marchés (ceux qui concernent l’entreprise), la politique, …

Marchés :

 du travail
 du capital (financier et monétaire)
 biens et services

Systématise (la gestion de l’information) : peut être un risque pour l’entreprise


C’est rigide, donc il serait facile de manquer une information importante.

Rumeur
Petit article

IMPORTANT

Anticipations
stratégiques*
Résultats

* Il faut essayer de voir au loin, d’anticiper.

Nouvelle approche : outil de veille (concept)


Il faut mettre en place une observation permanente et une gestion continue.

Veille :

 technologique (nouveautés qui pourrait influence l’entreprise) : innovations


 concurrentielle (« espionnage », stratégies, anticipations)
 commerciale (évolution du marché, consommateur, niveau du revenu)

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 11/20


Notes Joan Bron

Localisation

Implantation :

 une entreprise
 une partie d’une entreprise
 une succursale

L’implantation dépend de l’environnement. Ce dernier est imprévisible et incertain.


C’est un système complexe (enjeu stratégique –> à long terme) si nous comparons avec
celui de l’ancien régime :

 Artisanat client, main d’œuvre villes


 Commerce pas d’implantation villes et ports
 Industrie mines, gisements
 Energie cours d’eau

Ce système est plus simple, car de manière générale, l’environnement est relativement
constant.

 Micro-localisaltion (petite échelle) ville, rue, étage


 Meso-localisation (milieu) ville, région
 Macro-localisation (grande échelle) pays

Lorsque nous choisissons un lieu pour l’implantation, il faut tout d’abord :

1. optimiser
2. faire des choix, donc détermines des critères
2.1. économique (profit)
2.2. faire une analyse multicritères (identifier, donner un sens, puis pondérer) :
minimiser les coûts de tous les flux entre l’entreprise et son environnement

Quelques cas :

 Swissmetal : délocalisation (problème au niveau de l’environnement de


l’entreprise)
 Amgen (pharma) : elle voudrait construire une nouvelle entreprise. Pour cela,
elle a retenu trois lieux différents : la Suisse, l’Irlande et Hong-Kong
 UBS, SBS : tout d’abord, il y avait beaucoup de concurrence entre ces
deux banques. Des succursales étaient placées très proches. Puis elles ont fusionné
et ont gardé le nom de UBS. Il a donc fallu supprimer quelques succursales qui
étaient en surnombres.

Localisation fonctionnelle (matricielle) :


Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 12/20
Notes Joan Bron

 Montre les relations entre les facteurs de localisations (approche systémique)

Exemple :

Activité : Biochimie

Siège Production R&D

Politique, fiscalité, Proche de la capitale ou Exonérations fiscales,


Aides, soutien
lobbying d'une grande ville obtenir une exclusivité
Terrains, Bureaux équipés
Zones industrielles Laboratoires (locaux, …)
équipements (communication)
Possibilités de sous- Présence de partenaires Université (faculté de
Secrétariat peu qualifié
traitance industriels bio+chimie)

Pondérer
Il faut ensuite prendre une décision définitive.

Les technopôles (1980) :

Lieu où une entreprise peut croître, se développer puis éventuellement être délocalisée.

1. Contexte : « Révolutions techniques »


• Innovation technique -> développement rapide
2. Groupement en un lieu
• Locaux équipés
• R&D
• Logistique : secrétariat, comptabilité
3. Synergies : gagner, baisser les coûts en groupant les activités
• Transfert de la technologie
4. Succès ? Les avis divergent

Quelques exemples :

 Y-Parc (Yverdon) : un des premier technopôle romand ( production)


 PSE (parc scientifique d’Ecublens) : en relation avec l’EPFL ( R & D)
 Créapôle (Porrentruy) : essaient de favoriser les femmes afin qu’elles puissent être
cadres d’entreprise

Planification :
Objectifs
Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 13/20
Notes Joan Bron

T0 T1
Décisions Contrôle

Il faut prendre des décisions afin que la situation en T1 soit plus favorable que T0. Essayer
d’améliorer la situation en déterminant des objectifs.

Environnement :

 Certain : planification facile


 Incertain : planification devient un processus complexe
• Techniques (innovations)
• Economiques (concurrence, …)
• Social

Il faut que le responsable :

 Planifie son département


 Coordonne les idées avec les autres
 Intégrer sa planification dans la planification générale de l’entreprise

Il est parfois difficile, car il peut y avoir des contradictions.

Ce processus est coûteux en temps (réflexion, rédaction, motivation).

La planification c’est en fait :

Plan n° 1 Plan n° 2 Plan t…

processus

Les différentes étapes de planification :

1. Situation actuelle :
• Information (entreprise et environnement  faire des analyses)
2. Hypothèses sur l’avenir (environnement et entreprise) :
• Economies
• Sociales
• Institutionnelles
• Techniques
• Concurrentielles

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 14/20


Notes Joan Bron

3. Gestion des R.H. :


• Adhésion des collaborateurs (DG, cadres, employés)
• Accord. Il y a concertation et négociation
4. Décisions
• Qui fait quoi ?
• Quand ? ( déterminer un calendrier)
• Comment ? ( moyens nécessaires : travail, capital, …)
5. Système de contrôle : résultats (déterminer les normes) :
• Etablir une comparaison
• Corriger si nécessaire
6. Objectifs : caractéristiques
• Réalistes, réalisables « mesurables »
• Acceptables par le personnel ou au niveau social (éthique)
• Cohérents (pas de contradictions entre les objectifs des différents
départements), ils doivent être compatibles entre eux.
En général, les gens sont trop ambitieux.

Outils de la planification :

Principe : « binôme »  proposition faite de 2 termes (exemple : oui/non)

Oui Etape 2

Etape 1 Réaliser

Non Doit être réalisé *

* Il faudra peut-être attendre (ex. : manque de pièces)

Temps :  mesures (enquêtes, …)

On détermine trois délais :

 Minimum (tout va bien, les étapes sont OK)


 Maximum ou « chemin critique » (tout va mal, les étapes, les délais)
 Le plus probable

Réseaux :

Il faut savoir comment s’enchaînent les étapes.

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 15/20


Notes Joan Bron

Etape 1 Etape 2 Etape N

= déterminer une voie selon des critères

Le contrôle :
Confronter les objectifs et les résultats*

Planification Objectifs (=actions) Résultats

Contrôle (processus)

* mesurer s'il y a des écarts. Si c'est le cas, il faut corriger. Cette mesure sert à
évaluer quantitativement et qualitativement les résultats.

Etapes essentielles :

1. Déterminer des normes (= objectifs) par points stratégiques. Ces normes sont des
mesures qui serviront à comparer. Certaines sont imposées par la loi, les
règlements, divers accords, etc.
Le plus efficace est d’éviter les problèmes, sinon il faut les résoudre, mais le plus
rapidement possible afin d’éliminer des coûts.
Ces normes doivent :
 Etre reliées à des responsabilités
 Faire face à des goulets d’étranglement (points de passage obligés)
• Echantillonnage (trop de pièces, alors le contrôle devient difficile.
Il faut donc faire des études appropriées)
• Produits finis
• Etapes, contrôle par, …
Caractéristiques des objectifs (au sens du contrôle)
 Placés tôt. Pour agir rapidement en cas de problèmes.
 Economique (essayer de minimiser les coûts)
 Pratique (orienté vers l’action)

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 16/20


Notes Joan Bron

 Exhaustif (le plus large et le plus complet possible. Il ne faut pas manquer
des étapes importantes dans notre contrôle)
 Equilibre entre :
• Quantitatif (chiffres)
• Qualitatif (non mesurable : éthique, état d’esprit)
2. Contrôle et rapport du résultat
Il faut à nouveau voir s’il y a des écarts. Ensuite, il faut rédiger un rapport et
entreprendre les actions correctives.
Petits écarts : corriger (directement par la personne responsable)
Ecarts grands : corriger (par la direction générale de l’entreprise)
Dysfonctionnements graves : doivent amener des contrôle extérieurs.
Exemple : hôpital du Jura.
Il faut faire un contrôle du contrôle. Par là, il faut comprendre que lorsque le
contrôle ne fonctionne plus, il faut contrôler.
Caractéristiques du rapport :
 Utile du point de vue pratique (orienté vers l’action)
 Disponible rapidement, bref
 Contenu : orienté vers les utilisateurs (intelligible)
 Proposer des corrections, des actions, des solutions.
3. Action corrective
 Domaine physique (production, matières premières, délais, qualité)
 Humain : ressources humaines, qualification, formation, équipes, état
d’esprit
 Organisation / planification

Cybernétique :
Inventée par Wiener au environ de 1890.
C’est la science de la transmission de l’information et des
mécanismes d’(auto)-contrôle pour :
 Les organismes vivants
 Les machines
 Les systèmes

Outil de contrôle

Très répandu : budget (fonction du temps)

 Qui fait quoi ? (responsabilités)

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 17/20


Notes Joan Bron

 Quelles ressources utiliser ?


 Quand va-t-on les utiliser ?
 Par qui ?
Plan Objectifs Chiffrer

Chiffrer résultats
Actions Résultats
(compta)

Cinq catégories de budgets :

1. Budgets des temps, lieux, matières premières et production


Ce budget est calculé en volume (tonne, m3, …). Il est établit pour un court ou
moyen terme.
2. Budget d’investissements
Ce budget est établi pour une longue période.
3. Budget des recettes et dépenses
Ceci concerne le produit des ventes, les charges salariales, les loyers, … . Il est
établi pour un court terme.
4. Budget de trésorerie
Entrées, sorties. Il est rédigé pour une très courte période.
5. Bilans prévisionnels (stock)
C’est un élément important si on veut développer une entreprise. Ceci concerne
les actifs et les passifs. Ces bilans sont rédigés pour une période qui peut être
courte, moyenne ou parfois longue.

Budget de synthèse, récapitulatif

Ces différents budgets peuvent se chevaucher. C’est-à-dire qu’il est tout à fait possible
que deux budgets soient rédigés pour la même période.

Cycle de gestion :

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 18/20


Notes Joan Bron

Champ d'orientations Politique générale : "mission", charte


(décisions d'orientation) options de base

Stratégie : choix à long terme (priorités)

Tactiques : réalisation objectifs particulier


--> transformer les choix
stratégiques en actions

Objectifs

Champ de décisions
Planification
d'exécution
opérationnelle (méthodes, procédures, …)
normes standards Organisation
structurelle (RH)

Exécuter, actions --> contrôle S'il y a des erreurs,


on revoit la
planification

Les normes et les standards de performance

Standards :

Ce sont les critères, les conditions qui sont nécessaires afin de savoir si une tâche, une
action est faite ? Et si c’est le cas, est-elle bien faite ?

Un standard de performance énumère en termes de :

 Quantité / qualité / délai / externalités (effets non désirés)


 Endogène (interne) : négocié entre collaborateurs (cadre / subordonné)
 Réaliste / pratique
 Actualisé

Normes :

Nous ne sommes pas obligés de ternir compte des normes, cependant elles sont
contraignantes.

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 19/20


Notes Joan Bron

De manière générale, les normes sont exogènes. C’est-à-dire qu’elles sont imposées de
l’extérieur.

 Normes mondiales (ISO  qualité des prestations, protection de l’environnement)


 Normes européennes
 Normes DIN (normes allemandes)
 Normes relatives aux différents pays

Exemples :

 Qualité
 Sécurité
 Hygiène
 Alimentation

Système d’entreprise DD/11/YYYY Page 20/20