Vous êtes sur la page 1sur 5
v_ïr- ROUTES NATIONALES SUISSES N. 9 AUTOROUTE LAUSANNE-ST-MAURICE AR 921 -212 SECTEUR DE CHILLON VARIANTES
v_ïr-
ROUTES
NATIONALES
SUISSES
N.
9
AUTOROUTE
LAUSANNE-ST-MAURICE
AR
921
-212
SECTEUR
DE
CHILLON
VARIANTES
DE
TRACE
ECHELLE
1
SDDO
cm
m
-4USAnn£
_*v HÉÉ
>
vn
mm
%»-_,
t*
m '500
?«-*,
¦S
fi*
Situation
Fig.
1.
Secteur
de
Chillon.
générale.
particulièrement
difficile
devait
zone
à
tout
prix
être
M.
W.
Kollros,
ingénieur
à
Lucerne ;
M.
H.
Vonlanthen,
ingénieur en
au Bureau
franchie
chef adjoint
d'une
seule
portée.
de
construction
des
autoroutes.
Les mêmes considérations générales sont valables
Le
groLtpe
d'experts s'est de plus
assuré la collaboration de
éboulis
calcaires ;
le
pour les
problème
n'a
la
même
M.
./.
pas
Norbert,
géologue,
et
de
M.
F.
Delisle,
ingénieur.
acuité
puisqu'ils
ne
sont
argileux,
la
pente
est
pas
que
Ce
avait
mission
maître
de
groupe
pour
moins
forte
et que l'épaisseur ne dépasse pas une dizaine
l'uvre
les
éléments
lui
permettant
de fournir au
d'établir
une
com¬
de
mètres ;
quant
à
l'éboulement,
ce
ne
sont
des
pas
paraison
entre la variante
de tracé
en
tunnel et
celle
en
problèmes
de
stabilité
générale,
mais
les
difficultés
que
viaduc ;
dans
le
cadre
de
cette
seconde
solution, de pro¬
comporteront les excavations qui font considérer ce
terrain comme délicat.
au
maître
de
l'uvre
le
projet
lui
poser
paraissant le
mieux
adapté
aux
conditions
locales.
La
comparaison
établie
l'ensemble
du
pour
lot,
d'une
III.
Etude
comparative
tunnel-viaduc
longueur
totale
de
2,2
km,
entre la solution
mixte tun¬
nel-viaduc
et
celle
viaduc
Le Bureau de construction des autoroutes a chargé
l'association des bureaux d'ingénieurs A. Stucky à Lau¬
en
démontré
le
tracé
a
à
que
ciel
ouvert
permettait de réaliser
une
économie
sensible
Electrowatt
d'avant-
sur
le
coût
de
même
étude
construction,
de
Zurich,
d'une
que
sur
les
frais
sanne
et
à
tunnel
Chillon.
d'exploitation
élevés
le
tunnel.
projet
le
de
pour
pour
Se
basant
des
Parallèlement
à
cette
étude,
il
confié
sur
ces
considérations,
et
tenu
à
compte
a
quatre
inconvénients
présente
un
tunnel
la
circula¬
bureaux d'ingénieurs un mandat
que
pour
pour
l'avant-projet
tion,
le
Bureau
de
construction
des
autoroutes
du viaduc ; étant donné l'importance des problèmes
a
porté
choix
le
tracé
extérieur.
relatifs à l'exécution
des
ponts,
chaque
ingénieur
s'est
son
sur
assuré
la
collaboration
d'une
entreprise.
Les
bureaux
d'ingénieurs
et
entreprises
suivants
ont
IV.
Présentation
des
projets
de
viaducs
été
invités
à
participer
à
l'étude :
1.
Projet
Piguet-Chapuisat
1. Bureau
technique
J.-C.
Piguel,
à
Lausanne,
avec
la
collaboration
de l'entreprise
Chapuisat.
Conception
du
projet,
choix
du
système
statique
2. Bureau
technique
B.
Suler,
à
Lausanne,
avec
la colla¬
Les
caractéristiques
particulières
du
Bois
de
Chillon
boration
de
l'entreprise
Dentan
Frères.
3. Bureau
d'études
Zschokke,
Genève,
la collabo¬
ont
conduit
l'auteur
d'ou¬
à
du
projet
choisir
avec
à
un
type
ration
de l'entreprise
Zschokke.
s'adaptant le mieux possible
aux conditions topo¬
vrage
4. L'entreprise
Zwahlen
Sf
Mayr
S.A.,
à
Lausanne,
avec
graphiques
ct
géologiques,
limitant
au maximum le
en
la
collaboration
de l'entreprise
Losingcr.
nombre des appuis et en évitant, moyennant des portées
Les
différents
projets
présentés
ont
été
examinés
par
différentes,
les
zones
particulièrement
délicates
d'ébou-
un
groupe
d'experts
les
membres
suivants :
comprenant
lis
et
d'éboulements.
11
d'autre
a
part,
grâce
au
jeu
des
M. le
Dr
B.
Ruckli,
directeur
du
Service
fédéral
des
portées
et
à
modification
une
du
tracé en plan, recherché
routes
ct
des
digues ;
les
secteurs
d'appuis
le
rocher se
trouvait à plus
faible
M. E.
Bey,
adjoint
Service
fédéra]
au
des
routes
el
profondeur.
L'ouvrage
est
avec
quatre
travées
des
conçu
digues ;
-
M.
D.
Bonnard,
professeur
à
l'EPUL,
directeur
des
de
types
GO,
86,
98
et
cette
dernière
Laboratoires
d'hydraulique
et
de
géotechnique ;
étant
conditionnée
110 m de longueur,
franchissement
le
par
sans
appuis
M.
J.-P.
Vouga,
architecte
cantonal ;
intermédiaires
de
la
d'éboulis
située
zone
au
nord-ouest
M.
M.
Ilarlenbach,
ingénieur
à
Saint-Biaise ;
M.
//.
Hauri,
ingénieur,
professeur
l'EPF,
Zurich ;
du
à
secteur.
18
VIADUCS DU BOIS DE CHILLON Elévation et coupe partielle«: Echelle 2000 1 sa.oo tojao ^iste
VIADUCS
DU
BOIS
DE
CHILLON
Elévation
et
coupe
partielle«:
Echelle
2000
1
sa.oo
tojao
^iste
amont
»J.ALI5At
-
vlLLENEUVE
Aste
aval
ttooo
Coupe
sur
le
tablier
Fondations
Echelle
1:100
Echelle
t:
500
1(09
1"
us
'7
75
IIS
«
1
1
l
T
i
1
1
|
À
^
6
00
I
Terrain
naturel
Cocher
400.00
Fig.
2.
Projet
Piguet-Chapuisat.
Le
système
statique
est
constitué
par
une juxtaposi¬
Piles
tion
de
portiques
symétriques
béton
précontraint,
Elles
sont
formées
de
deux
palées
minces,
distantes
en
formés
de
deux
consoles
de
stabilisées
sur
deux palées écar¬
m, liées rigidement
tablier et
reposant
6,
8
ou
10
au
tées.
Chaque
portique
est
rendu
solidaire
des
suivants
horizontalement par des voiles verticaux ; cette disposi¬
par des articulations de clavage
vements verticaux et trans¬
versaux et permettant les mou¬
vements longitudinaux.
empêchant
les
mou¬
tion
écartée
permet
de
créer
un
encastrement pratique-
iU
Fondations
_,
-X
Elles
prennent
toutes
appui
sur
le
rocher
et
sont
consti¬
tuées
pour
chaque
palée
d'une
semelle
allongée
surmontée
d'un
fût
béton
armé
en
au
m
:
niveau du
terrain
naturel,
les
fûts
sont
solidarisés
des
par
éléments
horizontaux
formés
d'une
dalle
et
de
deux
som¬
miers.
L'adaptation
du
tracé
per¬
met
d'éviter
les
zones
dange¬
reuses
mentionnées
le
par
géo¬
logue,
de
même que les grandes
-A,
profondeurs
de
fouilles,
grâce
*.
jeu
des
portées.
Toutes
au
les
excavations
sont
étroites ;
elles
sont
prévues
étayées
par
des
cadres
bois
métalli¬
en
ou
3.
Piguet-Chapuisat.
Vue
d'ensemble
la
ques.
Fig.
Projet
de
maquette.
19
'' :x 'à _J \ »wi Fig. 4. Projet Piguet-Chapuisat. Détail de la maquette. VIADUCS
''
:x
_J
\
»wi
Fig.
4.
Projet
Piguet-Chapuisat.
Détail
de
la
maquette.
VIADUCS
DU
BOIS
DE
CHILLON
Elévation
et
coupe
partielles
Echelle
1:2000
10.00 30
3000
3000
30 00
00
30
00
30
00
-AUSANNE
VILLENEUVE
^r^
Moratnt
Hara/n*
[boulli
ictilittuj
Mer* tir»
tat trait
0
Catctln
Cotamitlqyi*
Trias
(D
/J-cft«
.«ui
.«rt/f
caurtrtu
Q)
Horam*
laai
faillit
Coupe
sur
le
tablier
FONDATIONS
Echelle
1:100
Echelle
1:500
TYPE
A
type
B
113!
Oatli
tn
btten
am(
mrrni
LTTTTTTT)
irjrfnj
TTrrm
m
rn
11
oouir* i
prttabr tau
i"fi.
^¦fcr>x?>^
HJ
S.'-t;
Calm«
Brtcenttalntt
irr
I
Coupe
C-C
Coupe
D-D
~ETOB
[et
_- l^
bs
500
(?5J
j
|
Fig.
5.
Projet
Suter-Dentan.
20
ment parfait des consoles dans la pile, de manière à le rocher est à faible
ment
parfait
des
consoles
dans
la
pile,
de
manière
à
le
rocher
est
à
faible
profondeur
et
des
puits circu¬
par
limiter
les
déformations
à
la
clef.
Leur
exécution
est
laires
de
6,50
m
de
diamètre
descendant
jusqu'au
prévue
à
l'aide
de
coffrages
grimpants.
Les
palées
ser¬
rocher
dans
les
zones
il
se
trouve
à
grande profon¬
vent
d'appui
à
des
échafaudages
métalliques
démon¬
deur.
Des
câbles
de
ancrages
par
précontrainte
sont
tables permettant le bétonnage des éléments du tablier,
prévus
dans
les
deux
cas
pour augmenter la
sécurité
au
nécessaires
chariots.
au montage
des
glissement.
Tablier
Palées
La
section
transversale
est
un
caisson
de
hauteur
Elles
sont
de
forme
rectangulaire
(5,00x0,70
m)
de
variable, à deux poutres maîtresses de 36 cm d'épaisseur
section constante, permettant l'utilisation
d'un
coffrage
par pont. La dalle supérieure est d'épaisseur variable
grimpant ; la partie
enterrée
du
fût
est
munie
d'un
bec,
(20
à
30
cm).
L'ensemble de l'ouvrage est réalisé à l'aide
de
manière
à
réduire
les
poussées
du
terrain
dans
les
de
trois
portiques
présentant
les
caractéristiques
sui¬
zones
glissantes,
tandis
la
tête
que
est
renforcée
et
vantes :
élargie,
permettre
des
pour
l'appui
poutres
préfabri¬
Type
a)
longueur
totale
120
m
quées
du
tablier.
portée
des
consoles
oo
m
distance
entre
palées
10 m
hauteur
du
caisson
2 m
à
6,60
m
Tablier
Type
totale
b)
longueur
94
m
Le
tablier
est
constitué
par
sept
poutres
maîtresses
portée
des
consoles
43
m
distance
entre
préfabriquées
palées
pont,
100
%
8 m
par
précontraintes
à
avant
hauteur
du
caisson
2
m
à
4,80
m
leur
transport
et
mise
place.
Leur
section
en
est
en
forme
de
T,
d'une
hauteur
de
1,60
d'un
totale
m
et
poids
de
Type
c)
longueur
66
m
portée
des
consoles
30
44
m
t.
La largeur de l'aile
supérieure est de
1,55
la
base
m,
distance
entre
palées
6 m
de
0,45
m
et
l'épaisseur de l'âme de 0,20
m.
Les poutres
hauteur
du
caisson
1,40
m
à
3,40
maîtresses
sont
posées
selon un polygone
s'inscrivant
Pour
l'introduction
dans
faciliter
la
courbe
du
tracé
elles
liées
des
câbles
sont
et
entretoisées
de
précon¬
;
trainte
une
dalle
dans
les
gaines
l'auteur
par
en
béton
armé,
coulée
chaque
sur
place,
d'une
après
étape,
a
choisi
un
capable
de
fournir
de
système
charges
uni¬
épaisseur
des
moyenne
0,12
un joint
droit de l'appui
m
est
prévu
dans
;
taires
le tablier
munies
tous
les
30
mobile.
élevées,
d'ancrages
m
au
simples
et
économi¬
d'où
l'utilisation
de
câbles
à
torons
d'une
force
ques,
initiale
de
135
t.
Construction
L'exécution des travaux est prévue de deux manières
Construction
distinctes.
D'une
part,
une
exécution
manuelle
et arti¬
Les installations
fixes
sont
disposées
aux
deux extré¬
sanale
les
fouilles
et
les
fondations
pour
des
piles
et
mités
du
tronçon
les
pour
fondations, le travail se fera
;
culées,
et
d'autre
une
exécution
part,
industrialisée
au
voies
decauvilles ;
la
par
suite,
les
par
transports
des
maximum pour le tablier.
Le chantier de préfabrication
coffrages,
échafaudages,
béton
et
déplacements
des
est
prévu
côté
Villeneuve.
Les
poutres
maîtresses
sont
chariots
seront
assumés
une
série
de
blondins
de
par
acheminées
sur
deux
chariots,
dont
l'un
est
à
roues
350
à
400
m de longueur.
L'ouvrage
est réalisé en encor¬
motrices,
qui
prennent
appui
sur
deux
faisant
poutres
bellement,
symétriquement à partir des piles par un jeu
office
de
support
et
guide ;
elles
sont
mises
en
place
au
de seize chariots métalliques, démontables. La durée de
d'une
moyen
poutre
de
lancement
métallique,
munie
de
bétonnage
est
de
deux
sept
jours
pour
étapes
symé¬
deux
roulants
ponts
les
soulevant
de leur support
et
les
triques ;
le
délai
de
construction
de
l'ouvrage
complet
posant
à
partir
du
centre
alternativement
à
gauche
et
est prévu
de
trente-six
mois.
à
droite.
L'auteur
du
projet
été
invité
a
à
compléter le
projet
initial
Projet
Suter-Dentan
présenté en prévoyant un ouvrage franchissant
2.
la
zone
d'éboulis
instables,
sans appuis intermédiaires.
Conception
choix
et
du
système
statique
L'auteur
présenté
un
projet
caractérisant
la
a
syn¬
thèse
des
éléments
suivants :
3.
Zschokke
Recherche
d'une
unité
architecturale
Projet
devant s'intégrer
au
site.
Conception
et
choix
du
Adaptation
à
la
système
statique
grande
longueur
et
aux
conditions
topographiques
et
géologiques.
L'auteur a cherché à réaliser une
construction
légère,
Exécution
devant
tenir
compte
de
l'inaccessibilité
du
reposant
sur
des
fondations
espacées,
prenant
appui
en
chantier,
mis
à
part les
deux
extrémités.
profondeur
sur
le
rocher
sous-jacent,
de
manière
à
Etant
donné
la
longueur
de
l'ouvrage,
il
évité
de
s'adapter aux conditions
a
topographiques et géologiques,
rechercher
la
continuité
réalisant
en
l'isostaticité
de
ce
qui
l'a
conduit
à
choisir
un
système
de
viaducs
chaque travée,
moyennant
des
portées
identiques
de
constitué
des
caissons
poutres
de
35
m
de
par
portée,
30
m
de
longueur.
continues
sur
dix
travées.
Vu
la
longueur de l'ouvrage, il a estimé
indispensable
Fondations
de
rationaliser
au
maximum
l'exécution
du
tablier
en
Toutes
les
fondations
prennent
leur
assise
sur
le
construction
par
Bedrock
des
semelles
par
à
redans,
dans
les
zones
donnant la préférence à un procédé de
échafaudage à l'avancement par travée.
21
VIADUCS DU BOIS DE CHILLON Elévation et coupe partielles Echelle 1:2000 1300 35 00 35.00
VIADUCS
DU
BOIS
DE
CHILLON
Elévation
et
coupe
partielles
Echelle
1:2000
1300
35
00
35.00
mr
r
3500
ii
35.00
35.00
35.00
35
00
J5.00
35
00
35.00
5500
'
_
_
g
m
m
m
m
]
\
Pitt* »mont
LAUSANNE
XLENEUVE,
X.'ïX-r
Coupe
sur
le
tablier
Fondations
Echttlt
1:100
TYPE
A
Echellr
1:500
TYPE
B
tn.iiagt
tnrlstgt
poor
lalblt
pour
ipjiits*
rourtrluro
g,
lorrain
mtvblo
courtrturt
rf#
ttrrain
mtuöt*
m
W
CD
¥
W
fc=j
i
fc=i
Çocn
Ui
w
i.to
ts
Fig.
6.
Projet
Zschokke.
termine
dix
Fondations
la
à
travées.
A
chaque
joint
se
poutre
Deux types de fondations
soit
de
travail,
la
liaison
des
câbles
établir
la
conti¬
ont été adoptés,
pour
:
nuité
assurée
des
têtes
sera
d'accouplement.
par
des
semelles
les
pour
appuis
de
surface
sur
la
moraine
rocher
La
section
transversale
identique
les
deux
est
de
bonne
qualité
et
la
profondeur
du
est
pour
inférieure
à
5
m
forme
de
caisson
à
deux
;
ponts
en
nervures,
d'épaisseur
des
bétonnés
de
3,00
de
diamètre
dès
la
puits
m
que
variable
36
biaises
à
60
avec
parois
la
hauteur du
cm,
;
profondeur
du
rocher
devient
trop
grande
(maximum
caisson est de
2,20 m ; l'épaisseur
de
la
dalle de la chaus¬
24
m).
sée
varie
entre
24
et
36 cm et présente un porte-à-faux
Dans
les
endroits
les
conditions
l'exigent,
la
sta¬
de
mobiles
réalisés
2,60
Les
sont
rou¬
m.
appuis
sur
bilité
des
fondations dans le sens
transversal
est
assurée
leaux
métalliques.
entretoise
en béton
armé
reliant la
une
partie supé¬
par
des
deux
puits
de
risque
de
rieure
en
cas
glissement
;
Construction
général
du
est
des
de
forme
versant,
il
prévu
puits
L'exécution
des fouilles des fondations
est
prévue
à
la
allongée.
main
l'excavation sera d'une
avec
un
outillage
léger ;
utilisant
les
largeur
réduite
en
un
etayage
pour
parois.
Piles
Pour
les
fondations
trois
méthodes
ont
été
en
puits,
Leur
hauteur
au-dessus
du
terrain
varie
entre
4
et
suivant les
conditions
de
stabilité
des terrains :
prévues
34
m
elles
sont
uniques
par
appui
de
de
section
pont,
;
du
puits,
mis
place
fur
Simple
boisage
en
au
et
à
octogonale
(3x1,50
m).
Certaines
piles
sont
liées
rigi¬
mesure
de
l'avancement,
les
terrains
stables.
pour
dement
le
tablier
avec
et
forment
les
appuis
fixes
pre¬
Boisage
marche-avant
(terrains
moins
stables).
par
Descente
bétonnant
au
fur
en
des anneaux
et
à
mesure
nant les efforts horizontaux; les autres piles supportent
des appuis à rouleaux ; elles sont toutes encastrées dans
de
l'avancement
(éboulis
instables).
les
fondations,
à
l'exception
des
piles
courtes qui sont
Le
tablier
est
construit
travées
successives,
avec
par
articulées.
câbles
la
Elles
sont
bétonnées
successives
des
de
1/5
de
par
étapes
des
joints
et
accouplements
au
éviter
le
terrain,
il
été
de
2,50
de
m
au
coffrages
grimpants.
portée.
Pour
tout
appui
sur
a
moyen
prévu
l'utilisation
d'un
échafaudage
métallique
auto-
Tablier
au
sommet
des
piles
des
portant
reposant
moyennant
La
succession
de
vérins
hydrauliques
et
des
traverses
métalliques,
qui
est
poutres con¬
se
superstructure
une
tinues
à
dix
travées,
les
joints
de
dilatation
étant
déplace dans le sens longitudinal par étape d'une travée.
renforcées.
Le
Cette
construction
coffrage
fixé
la char¬
situés
les
culées
ou
les
sur
piles
système
supporte le
sur
d'exécution
prévoit
la
mise
100
en
précontrainte
à
%
pente
métallique.
par travées
successives
réduire
le
des
joints
Le
béton
fabriqué
dans
station
située
à l'ex¬
jeu
est
une
pour
la
de
dilatation ;
la
déformation
élastique
et
partie
trémité
du
pont
et
transporté
sur
partie
déjà
une
cons¬
déformation
l'intermédiaire
de
la
plastique
sont
réalisées
moment
la
au
truite,
mise
en
place
faisant
se
par
22