Vous êtes sur la page 1sur 2

=La Neutrosophie

=
Est une nouvelle branche de la philosophie qui étudie l’origine, la nature et le but des
neutralités ainsi que leurs interactions avec les différents spectres idéationnels.
Les neutrosophies ont étés introduites par le professeur francophone [[Florentin
Smarandache]] en 1995.
Cette théorie prend en considération chaque notion ou idée <A> avec son contraire ou
négation <Anti-A> et le spectre des « neutralités » <Neut-A> (c’est-à-dire les notions ou
les idée posées entre les deux extrêmes, ne supportant ni <A> ni <Anti-A>). Les idées
<Neut-A> et <Anti-A> ensemble sont appelées <Non-A>.
Selon cette théorie chaque idée <A> tend à être neutralisée et balancée par les idées
<Anti-A> et <Non-A> - en qualité d’état d’équilibre.

Dans la conception classique <A>, <Neut-A> et <Anti-A> sont disjoints deux par deux.
Mais, car dans beaucoup de cas les limites entre les notions sont vagues, imprécises, il est
possible que <A>, <Neut-A> (et naturellement <Non-A>) possèdent des parties en
commun deux par deux.

La Neutrosophie est la base de la logique neutrosophique, de l’ensemble neutrosophique
et de la probabilité et statistique neutrosophique utilisées dans les applications
d’ingénierie (en particulier pour la fusion des informations et des calculs avec les
ordinateurs), dans la médecine, en champ militaire, en cybernétique et physique.

=La Logique Neutrosophique=
Est la structure générale pour l’unification de beaucoup de logiques existantes. Elle
généralise la logique fuzzy (en particulier la logique fuzzy d’intuitionistique).
L’idée principale de l’NL est de caractériser chaque affirmation logique dans un Espace
Neutrosophique en 3D, où chaque dimension de l’espace représente, respectivement, la
vérité (V), le faux (F) et l’indétermination (I) de l’affirmation en considération, où V, I, F
sont les sous-ensembles réels standards ou non-standards de ]-0,1+[.

Pour les propositions de logiciel d’ingénierie on peut utiliser l’intervalle d’unité classique
[0, 1].
V, I, F sont des composants indépendants, qui laissent d'espace pour des informations
incomplètes (lorsque leur somme supérieure est < de 1) des informations paraconsistentes
et contradictoires (lorsque leur somme supérieure est > de 1), ou des informations
complètes ( somme des composantes = 1).

Par exemple: une affirmation peut être vraie entre [0.4, 0.6], {0.1} ou indéterminante
entre (0,15, 0,25), et aussi 0.4 ou 0.6 fausse.

=L’Ensemble Neutrosophique=
Est une généralisation de l’ensemble fuzzy (en particulier de l’ensemble fuzzy).
Supposons que U soit un univers de discours et M un ensemble inclus en U. Un élément x
provenant de U est noté par rapport à l’ensemble M comme x (V, I, F) et il appartient à M
de la façon suivante :

I.htm [[ro:Neutrosofie]] [[ar: ‫]]النيوتروسوفي‬ [[id:Neutrosofi]] [[it:Neutrosofia]] [[fa: ‫]]نوتروسوفی‬ [[pt:Neutrosofia]] [[es:Neutrosofía]] .edu/~smarandache/philos. i varie en I et f varie en F. 1]. pas un nombre p en [0. et il n'appartient a l'ensemble M dans un pourcent f%. Statistiquement V.gallup. =La Statistique Neutrosophique= Est l’analyse des évènements décrits par la probabilité neutrosophique. 1]. où F(x) représente la probabilité que la valeur x se vérifie. F sont des sous-ensembles mais dynamiquement V. F(x) ). =La Probabilité Neutrosophique= Est une généralisation de la probabilité classique et de la probabilité imprécise dans laquelle la possibilité qu'un évènement A se vérifie est v% . sous-ensemble F (même dans l’intervalle [0. F sont des fonctions/opérations qui dépendent par les paramètres connus ou inconnus.où t varie dans le sous- ensemble V. et f% il ne se verifie pas – où f varie dans le sous-ensemble F. Dans la probabilité imprécise: la probabilité d’un événement est un sous-ensemble V en [0. tandis-que dans la probabilité neutrosophique n_sup <= 3+. I(x). i% pas déterminant – où i varie dans le sous-ensemble I. l’ensemble flou et la probabilité classique. Dans la probabilité classique n_sup <= 1. I. =Applications= Dans beaucoup de projets des logiciels la logique. La fonction qui modèle la probabilité neutrosophique d’une variable casuelle x s’appelle distribution neutrosophique. ce qui reste devrait être le contraire. NP(x) = ( V(x). il est i% indéterminant (on ne sait pas s’il est ou non dans l’ensemble). l’ensemble et la probabilité neutrosophique vont remplacer la logique floue. 1]). se trouve dans le site: www.il appartient a l'ensemble M dans un pourcent v%. F(x) représente la probabilité que la valeur x ne se vérifie pas et I(x) représente la probabilité indéterminante / inconnue de la valeur x d'etre verifiee ou non. où v varie en V. l’ensemble et la probabilité neutrosophique.unm. Des livres sur la logique. Elle est une généralisation de la statistique classique. il n’y a pas un sous-ensemble indéterminant I dans la probabilité imprécise.