Vous êtes sur la page 1sur 5

1 / 5

Chap.6 : Le coût marginal

I- Définition (« pratique ») du coût marginal

A) Définition du coût marginal

Le coût marginal est égal à la variation du coût total induite par une variation de la production.

Coût marginal (Cm) = Variation du coût total (CT) pour une variation de la production (Q)

La variation de la production peut correspondre à une unité (Q = 1) ou à une série (de plusieurs unités : Q > 1).

Coût marginal unitaire =

Cm

=

Q

CT

Q

Cm unitaire = Variation du coût du coût total pour une variation de la production d’une unité.

Avec :

CT = CV + CF = Cv unitaire * Q + CF

(Le modèle du Cm est un prolongement du modèle du CV, mais il s’agit plus d’un outil d’aide à la décision que d’une méthode de calcul des coûts.)

B) Intérêt (pratique) du coût marginal

Le coût marginal est un outil d’aide à la décision qui est peut être utilisé (notamment) pour décider d’accepter ou de refuser une commande supplémentaire.

Principe : Une commande doit être acceptée si son résultat marginal est positif.

Résultat marginal (Bm) = Recette marginale (Rm) – Coût marginal (Cm)

Rm : CA supplémentaire généré par la commande.

Cf. document : Exemple : Le coût marginal (coût d’une commande supplémentaire)

(Cf. Fiche conseil p.185 : B- Thème exemple)

(NB : L’exemple présente deux méthodes – raisonnement global et marginal – mais en pratique on utilise l’une ou l’autre, de préférence la méthode marginale.)

2 / 5

Dans ce modèle, on peut distinguer deux situations :

- Une augmentation de la production sans modification des conditions d’exploitation (CV unitaire et CF constants) :

Cf. cas n°1 : Dans ce cas :

Cm = CV = CV unitaire * Q = 25 * 3 000 = 75 000

Cm unitaire =CV unitaire = 25

Chaque unité supplémentaire ne coûte que le CV unitaire : il faut accepter toutes les commandes supplémentaires (si PV > Cm = CV = 25 !).

- Une

augmentation

de

la

production

avec

des

modifications

des

conditions

d’exploitation (CV unitaire et / ou CF modifiés)

Cf. cas n° 2 (cas de la pochette) : Changement de structure

Cm = CV + CF = (CV unitaire * Q) + CF = 25 * 3 000 + 6 000 = 81 000

CF

Q

Cm unitaire = CV unitaire +

= 25 + (6 000/3 000) = 25 + 2 = 27

Le résultat marginal reste positif, il faut accepter la commande.

Cf. cas n° 3 : Changement de structure et CV unitaire modifié

Cm = CV + CF = (CV unitaire * Q)

+

( CV unitaire * Q ) + CF

=

(27 * 3 000)

+

(2 * 10 000)

+ 6 000 = 107 000

Le résultat marginal est négatif, il faut refuser la commande.

Remarques :

- Dans ce modèle il faut bien distinguer le Cm unitaire et le CT unitaire (ou Coût moyen) :

Si

commande (cas 1 : 32,69 ; cas 2 : 33,15 au lieu de 35).

Cm < CM (cas

1

:

25

<

35 ;

cas

2 :

27

< 35)

alors

le CM

diminue si

on accepte la

Si Cm > CM, (cas 3 : 35,67 > 35) alors le CM augmente (si le Bm reste positif, il faut quand même accepter la commande…, tout dépend du PV de la commande supplémentaire).

- Le Cm représente le prix minimum de la commande pour obtenir un résultat marginal positif (donc une augmentation du résultat global).

3 / 5

II- Le modèle théorique du coût marginal

Le coût marginal peut être défini comme le coût de la dernière unité fabriquée (ou coût d’une unité supplémentaire).

On suppose que la production peut varier par unité et qu’il est possible pour chaque niveau de production de calculer le coût d’une unité supplémentaire.

(Modèle mathématique : CT = f(Q) ; CM = f(Q)/Q ; Cm = f’(Q) pour des variations infinitésimale de Q…)

Le modèle théorique repose (exclusivement) sur une évolution particulière des coûts (courbe en « S ») et permet de déterminer des niveaux de production optimums.

A) L’évolution des coûts

Cf document : Exemple : Le coût marginal (modèle théorique)

1)

Le modèle à court terme (modèle linéaire)

On suppose que l’augmentation de la production est réalisée sans modification des conditions d’exploitation et sans changement de structure : CV unitaire constant (charges variables proportionnelles aux quantités) et CF constant.

Conséquences :

CT = CV unitaire * Q + CF (i.e. une droite du type y = a.x + b)

CM

Cm

= (CT unitaire) = CV unitaire +

CF

Q

(i.e. fonction décroissante)

= CT = CV unitaire = Constante (ici Q = 1 => Cm = CT’ i.e. dérivée du CT)

=> Cm < CM (pour toutes les valeurs de Q) : toute augmentation de la production diminue le CM et augmente le résultat (si PV > CM) (on doit accepter toutes les commandes supplémentaires !). Il n’y a donc pas de niveau optimal de production (on peut toujours augmenter les résultats en augmentant la production et les ventes !)

(Graphiquement : les deux courbes, Cm et CM, ne se croissent jamais sauf à l’infini !)

1)

Le modèle à long terme (la courbe en « S »)

Lorsque la production augmente sur une longue période, on considère que le CV unitaire et le CF ne sont plus constants :

4 / 5

- Les capacités de production étant limitées, le CF augmente lorsque les capacités maximales sont atteintes (augmentation par paliers) ;

- Pour une structure donnée (CF constant), le CV unitaire diminue dans un premier temps (effet d’expérience, maîtrise des coûts…), puis se stabilise (minimum atteint) et enfin augmente (saturation de la structure : pannes, dysfonctionnements, rebuts importants…). (Cf. Exemple : Modèle non linéaire)

Conséquences :

CT = f(Q)

Courbe en S (et non une droite)

CM = f(Q)

un minimum…)

Courbe en U i.e. une fonction décroissante puis croissante (donc qui possède

Cm = f(Q)

Courbe en U et qui coupe la courbe du CM en son minimum

(Avec Cm = dérivée du CT = CT’)

B) Les niveaux de productions optimums

(NB : La modélisation mathématique n’est pas au programme du BTS.) Coûts et prix Cm
(NB : La modélisation mathématique n’est pas au programme du BTS.)
Coûts et prix
Cm
CM
Profit
total
PV = Rm
PV = Rm
OT
OE

1)

L’optimum technique (OT)

Q

Définition : L’optimum technique est le niveau de production (Q) pour lequel le coût moyen (CM) est minimum.

On démontre que l’optimum technique est atteint lorsque le coût marginal est égal au coût

moyen :

Cm = CM

5 / 5

Démonstration mathématique : Au minimum du CM la dérivée du CM est égale à 0.

CM’ = (CT/Q)’ = (Cm*Q – CT*1/ Q²) = 0 Cm*Q – CT = 0 Cm = CT/Q = CM

Démonstration logique (Cf. graphique) :

- Si Cm < CM => CM diminue

- Si Cm > CM => CM augmente

CM minimum quand Cm = CM

(Le Cm étant le coût d’une unité supplémentaire ; CM varie quand Cm varie)

Cf. Exemple :

OT = Q = 8

Cm = CM = 260/1

L’optimum technique correspond au résultat unitaire (PV – CM) maximum (si PV constant).

Toutefois, l’entreprise peut augmenter le résultat global avec un autre niveau optimum de production :

2)

L’optimum économique (OE)

Définition : L’optimum économique est le niveau de production (Q) pour lequel le résultat (bénéfice / profit) est maximum.

On démontre que l’optimum économique est atteint lorsque le coût marginal est égal à la recette marginale : Cm = Rm

Rm = PV de la dernière unité (prix contant ou décroissant selon les modèles…)

Démonstration mathématique : Au maximum du bénéfice, la dérivée est égale à 0

B = RT – CT

B’ = RT’ – CT’ = Rm – Cm = 0 Rm = Cm

Démonstration logique :

- Si Cm < Rm (PV) => Bm = Rm – Cm > 0 => B augmente

B max quand Cm = Rm

- - Si Cm > Rm (PV)=> Bm = Rm – Cm < 0 => B diminue

Exemple :

Si PV = 400 => Cm le plus proche = 360 pour => OE = Q = 9

Vérification :

Si Q = 8 Si Q = 9 Si Q = 10

B = 8*400 – 2 080 = 1 120 B = 9*400 – 2 440 = 1 160 B = 10*400 – 3 000 =1 000