Vous êtes sur la page 1sur 21
Toiture et Façade Ardoise ALTERNA NT DIRECTIVES D’APPLICATION 1 - Partie 1 de 3 Pose

Toiture et Façade

Ardoise ALTERNA NT

DIRECTIVES D’APPLICATION 1 - Partie 1 de 3

Pose à recouvrement double

1 GÉNÉRALITÉS

Ces directives d'application sont spécifiquement destinées à la pose d’ardoises en fibres-ciment sur une structure en bois. Ces directives fournissent un certain nombre de principes de base qui doivent être respectés. Pour les poses qui s'écartent de ces applications ou pour des conseils complémentaires, nous vous invitons à contacter ETERNIT.

2 MATERIAUX DE TOITURE

En ce qui concerne les données relatives aux produits et au travail des ardoises en fibres-ciment, nous faisons référence à la fiche d'information produit, disponible auprès d'ETERNIT.

3 DOMAINE D’APPLICATION

Le recouvrement double est généralement considéré comme la méthode de pose la plus universelle. Son domaine d’application est le plus étendu et offre le plus large éventail de finitions. Cette méthode peut, bien entendu, être utilisée tant en toiture qu’en revêtement de façade, que ce soit en cons- truction neuve ou en rénovation.

4 INDICATIONS DE POSE

truction neuve ou en rénovation. 4 INDICATIONS DE POSE Fig. 1: Format 40/27 Fig. 2: Format

Fig. 1: Format 40/27

en rénovation. 4 INDICATIONS DE POSE Fig. 1: Format 40/27 Fig. 2: Format 60/40 – coins

Fig. 2: Format 60/40 – coins coupés visibles

1 Ces directives d'application remplacent toutes les éditions précédentes. ETERNIT se réserve le droit de modifier ces direc- tives sans notification préalable. Le lecteur doit s'assurer qu'il dispose effectivement de la version la plus récente de cette documentation. Les directives incluses dans ce document ne sont pas limitatives. Les garanties ne sont d'application que si les directives d'application ont été respectées. Au cas où l’utilisation s'écarterait de ces applications, il serait recommandé de demander conseil auprès d'ETERNIT.

Fig. 3: Format 45/32 – coins coupés cachés Fig. 4: Format 45/32 – coins coupés

Fig. 3: Format 45/32 – coins coupés cachés

Fig. 4: Format 45/32 – coins coupés visibles

cachés Fig. 4: Format 45/32 – coins coupés visibles Fig. 5: Format 60/32 – coins coupés

Fig. 5: Format 60/32 – coins coupés visibles

Elle s’applique à la pose de toutes les ardoises rectangulaires (cfr. Fiche information produit). Ces dernières sont fixées sur une double structure portante en bois (contre-lattes et lattes) au moyen d’un crochet et éventuellement de deux clous. Cette pose est appelée «recouvrement double» parce qu’il y a toujours au moins deux épaisseurs d’ardoises superposées en n’importe quel endroit du revêtement. A hauteur du recouvrement, on trouve même trois ardoises superposées. Conformément à la norme NBN B 44-001, une inclinaison minimale de 25° (mesurée sur l’ardoise posée) doit être respectée. Cette norme mentionne également les recouvrements verticaux à prévoir en fonction de l’inclinaison de la toiture. Pour toutes les inclinaisons, il est conseillé de prévoir une sous-toiture en Menuiserite, afin d’éviter tout risque d’infiltration de pluie, de neige poudreuse ou de poussière et d’améliorer en même temps l’étanchéité au vent de l’ensemble de la toiture. Cette amélioration d’étanchéité à l’air augmente sensiblement les performances de la toiture en cas de tempête. Ce mode de couverture est indépendant de la direction des vents dominants.

Normalisation Suivant la norme NBN B 44-001, les recouvrements suivants doivent être respectés, en fonction

Normalisation Suivant la norme NBN B 44-001, les recouvrements suivants doivent être respectés, en fonction de l’inclinaison et de l’exposition climatologique.

Tableau 1

Pente

Exposition climatologique

Recouvrement vertical (*)

a >= 70°

 

50

mm

30° >= a < 70°

normal

90

mm

défavorable (**)

110

mm

25° >= a < 30° (***)

 

110

mm

130mm

(*) Le format minimal de l’ardoise est un multiple du recouvrement :

Hauteur d’ardoise = min. recouvrement x 3

Largeur d’ardoise = min. recouvrement x 2

(**)

Exposition défavorable: bord de mer, sommet de colline, rase campagne, versant à projection horizontale

(***)

supérieure à 5 m. Pour les pentes comprises entre 25° et 30°, avec un recouvrement de 110 mm, une sous-toiture est obliga- toire. Dans les autres cas, une sous-toiture est vivement conseillée.

les autres cas, une sous -toiture est vivement conseillée. Fig. 6: Pente en degrés et en

Fig. 6: Pente en degrés et en pourcent

La Fig. 6 donne la relation pour une pente déterminée, exprimée en: • degrés (°)

La Fig. 6 donne la relation pour une pente déterminée, exprimée en:

• degrés (°)

• pourcent (%)

• cm / m

• longueur réelle du versant par mètre projeté horizontalement.

Les tableaux suivants indiquent, pour chaque format d’ardoise, les données numériques nécessaires en fonction du recouvrement.

Tableau 2 : Format 40 x 27

recouvrement (mm)

50

90

110

130

nombre/m²

20,86

23,55

25,17

27,03

entraxe des lattes (mm)

175

155

145

135

poids/m² (kg)

19,26

21,67

23,16

24,87

lattes (m/m²)

5,71

6,45

6,90

7,41

Tableau 3: Format 45 x 32

 

recouvrement (mm)

50

90

110

130

nombre/m²

15,43

17,15

18,16

19,25

entraxe des lattes (mm)

200

180

170

160

poids/m² (kg)

17,6

21,10

22,34

23,73

lattes (m/m²)

5,00

5,56

5,88

6,25

Tableau 4: Format 60 x 32

 

recouvrement (mm)

50

90

110

130

nombre/m²

11,22

12,10

12,60

13,13

entraxe des lattes (mm)

275

255

245

235

poids/m² (kg)

18,29

19,73

20,54

21,41

lattes (m/m²)

3,63

3,93

4,08

4,26

Tableau 5: Format 60 x 40 (**)

 

recouvrement (mm)

50

90

110

130

nombre/m²

9

9,71

10,10

10,53

entraxe des lattes (mm)

275

255

245

235

poids/m² (kg)

18,50

19,91

20,71

21,59

lattes (m/m²)

3,63

3,93

4,08

4,26

(**) A poser avec un crochet en acier inoxydable, épaisseur 3 mm.

Prescriptions de pose

Les ardoises sont placées sur une structure portante en bois, constituée de lattes horizontales. Il est conseillé de poser au préalable sur les chevrons ou les fermes des plaques de sous-toiture Menuiserite. Celles-ci seront main- tenues par des contre-lattes verticales (Fig. 7). Les lattes utilisées pour ce domaine d’application seront d’une qualité conforme à la norme NBN 225. Elles seront en outre protégées durablement contre les attaques par les moisissures et les insectes, conformément à la norme NBN 471.

Fig.7 : Pose des ardoises 1. Repères 2. Lattes 3. Contre-lattes 4. Sous-toiture Menuiserite 5.

Fig.7 : Pose des ardoises

1. Repères

2. Lattes

3. Contre-lattes

4. Sous-toiture Menuiserite

5. Ardoise de doublis

6. Volige

Les

dimensions minimales des lattes, en fonction de la distance d’axe en axe de leurs supports, sont les suivan-

tes:

• écartement inférieur à 400 mm: 19 mm x 38 mm

• écartement de 400 à 500 mm: 26 mm x 38 mm

• écartement de 500 à 600 mm: 32 mm x 38 mm

La qualité et le traitement des contre-lattes sont identiques à ceux des lattes. Leur épaisseur est au minimum 15

mm et au maximum 26 mm. Des contre-lattes trop épaisses créent une prise au vent trop importante des ardoises

et des contre-lattes trop minces se fissurent trop rapidement lors du clouage. Elles permettent l’évacuation d’éventuelles infiltrations d’eau de la sous-toiture vers la gouttière.

Une volige est fixée à hauteur du pied de versant, parallèlement au faîtage. Cette volige doit être 4 mm plus

épaisse que les lattes afin de compenser l’absence d’une épaisseur d’ardoise. Le débordement maximal admissi- ble des ardoises inférieures sur le bord de la première latte est de 50 mm. La distance entre le bord inférieur de la volige et le bord supérieur de la latte suivante est égale à la distance entre lattes + le recouvrement, – le débor- dement utilisé (+ 10 mm). On trace ensuite au cordeau, sur le versant ou le pignon, des repères horizontaux à une distance égale à l’écartement des lattes, comme indiqué dans les tableaux ci-dessus. Les lattes sont posées hori- zontalement sur toute la surface le long de ces repères. Toute inégalité est soigneusement compensée ou rectifiée de façon à ce que les lattes s’appliquent solidement et que le bois ne subisse aucune tension interne. Des repères verticaux sont tracés perpendiculairement sur les lattes à une distance égale à une demi-largeur d’ardoise + 2

mm.

Le premier rang est constitué d’ardoises de doublis dont la longueur est égale à la distance entre lattes + le re- couvrement. Ces ardoises de doublis sont fixées à l’aide de deux clous. Les crochets sont ensuite placés entre ces

ardoises (distance intermédiaire 4 mm) en prévision de la pose du deuxième rang. Ce dernier est posé de telle sorte que le bord inférieur coïncide avec celui des ardoises de doublis et avec le bord supérieur reposant sur la latte suivante. Les axes des joints entre les ardoises du deuxième rang sont décalés d’une demi-largeur d’ardoise + 2 mm par rapport à celles du premier rang. Tous les rangs suivants sont placés de la même manière que la deuxième rangée.

Travail Pour la fixation des ardoises, on utilise des crochets en cuivre ou en inox

Travail

Pour la fixation des ardoises, on utilise des crochets en cuivre ou en inox (Fig. 8) ou en acier inoxydable (Fig. 9), de même que des clous en cuivre (Fig. 10). Pour le format 60x40, toujours utiliser un crochet en acier inoxydable (épaisseur 3 mm). Les uns et les autres peuvent être posés avec le marteau d’ardoisier. Des crochets d’un autre type ou de finition équivalente aux crochets décrits peuvent également être utilisés.

aux crochets décrits peuvent également être utilisés. Fig. 8. Crochet bosselé en cuivre ou en inox

Fig. 8. Crochet bosselé en cuivre ou en inox

utilisés. Fig. 8. Crochet bosselé en cuivre ou en inox Fig. 9 : Crochet en inox

Fig. 9 : Crochet en inox type Crosinus

en cuivre ou en inox Fig. 9 : Crochet en inox type Crosinus Fig. 10 :

Fig. 10 : Clou en cuivre

On utilisera de préférence des crochets bosselés ou de type ”Crosinus” dans le cas d’inclinaisons jusqu’à 70°.

”Crosinus” dans le cas d’inclinaisons jusqu’à 70°. Photo 1 : Fixation avec crochets

Photo 1 : Fixation avec crochets

5 DÉTAILS DE PRINCIPE Raccordement de la gouttière La construction du pied de versant de

5 DÉTAILS DE PRINCIPE

Raccordement de la gouttière La construction du pied de versant de la toiture a déjà été décrite plus haut (Fig. 7). Il faut être attentif à ce que le bord inférieur des ardoises de doublis surplombe la gouttière et surtout que la sous-toiture Menuiserite puisse évacuer dans le chéneau les eaux de dégel ou les éventuelles infiltrations. Au bas du versant, l’ouverture entre la sous-toiture et la couverture doit être pourvue d’un peigne d’étanchéité en matière synthétique par exemple. Cette précaution prévient la formation de nids ainsi que l’accumulation de feuilles mortes dans cet espace, qui doit rester libre pour évacuer par la sous-toiture les infiltrations accidentelles.

par la sous -toiture les infiltrations accidentelles. Photo 2 : Pied de versant Faîtage Les ardoises

Photo 2 : Pied de versant

Faîtage Les ardoises de la rangée supérieure sont toujours fixées avec deux clous et un crochet. Pour la réalisation du faîtage, on peut utiliser:

des pièces accessoires en fibres-ciment (faîtières demi-rondes, faîtières moulurées ou faîtières avec emboî- tement intérieur)

des feuilles de plomb combinées avec des ardoises rectangulaires (Strackort).

combinées avec des ardoises rectangulaires (Strackort). Photo 3 : Faîtière demi-ronde Photo 4 : Faîtière

Photo 3 : Faîtière demi-ronde

rectangulaires (Strackort). Photo 3 : Faîtière demi-ronde Photo 4 : Faîtière moulurée ARDOIS_ALTERNA_APPLIC_RECOUVR

Photo 4 : Faîtière moulurée

Les pièces accessoires, après achèvement complet des deux vers ants de toiture, sont fixées sur

Les pièces accessoires, après achèvement complet des deux versants de toiture, sont fixées sur une latte faîtière à l’aide de deux clous et d’un crochet de faîtière en cuivre. Les faîtières sont posées en partant du côté opposé aux vents dominants, avec un recouvrement minimal de 70 mm.

aux vents dominants, avec un recouvrement minimal de 70 mm. Fig. 11: Faîtière demi-ronde Fig. 13:

Fig. 11: Faîtière demi-ronde

minimal de 70 mm. Fig. 11: Faîtière demi-ronde Fig. 13: Faîtière avec emboîtement in térieur Fig.

Fig. 13: Faîtière avec emboîtement intérieur

demi-ronde Fig. 13: Faîtière avec emboîtement in térieur Fig. 12: Faîtière moulurée Fig. 14: Crochet de

Fig. 12: Faîtière moulurée

avec emboîtement in térieur Fig. 12: Faîtière moulurée Fig. 14: Crochet de faîtière Tableau 2 :

Fig. 14: Crochet de faîtière

Tableau 2 : Données des différents type de faîtières

Type de faîtière

Longueur

Longueur

Nombre de pièces par m

Angle d’ouverture

totale (mm)

utile (mm)

standard

faîtière demi-ronde

400

330

3,03

-

faîtière moulurée

500

430

2,33

90° - 120°

faîtière avec emboîtement intérieur

570

500

2

90° - 120°

La finition avec feuilles de plomb et ardoises (Strackort) doit être précédée du découpage et du percement d’une série d’ardoises suivant le schéma de la Fig. 15. Les phases successives de la pose sont reprises dans la figure 7. Ces ardoises Strackort sont fixées au moyen de deux clous et d’un crochet en cuivre ou inoxydable qui est d’abord rabattu puis fermé. Le nombre d’ardoises par mètre courant est de 12,9 pièces (ardoise 40/27).

Fig. 15: Modèle de base d’une ardoise type Strackort Fig. 16: Phases successives d’une finition

Fig. 15: Modèle de base d’une ardoise type Strackort

Fig. 15: Modèle de base d’une ardoise type Strackort Fig. 16: Phases successives d’une finition de

Fig. 16: Phases successives d’une finition de faîtière en Strackort

successives d’une finition de faîtière en Strackort Photo 5: Finition Strackort ARDOIS_ALTERNA_APPLIC_RECOUVR

Photo 5: Finition Strackort

Arêtier

Arêtier Fig. 17 : Exemple d’ardoise taillée en biais 1 Les arêtiers peuvent être exécutés, comme

Fig. 17 : Exemple d’ardoise taillée en biais

1

Arêtier Fig. 17 : Exemple d’ardoise taillée en biais 1 Les arêtiers peuvent être exécutés, comme

Les arêtiers peuvent être exécutés, comme le faîtage, au moyen de faîtières demi-rondes, faîtières moulurées ou faîtières avec emboîtement intérieur en fibres-ciment ou par une finition Strackort. Si les pentes des deux versants

situées de part et d’autre de l’arêtier sont identiques, ce dernier peut être exécuté comme suit:

• avec des ardoises taillées en biais (Fig. 18)

• arêtier sans tasseau (Fig. 19)

2

3

26530

(Fig. 18) • arêtier sans tasseau (Fig. 19) 2 3 26530 Fig. 18 : Finition d’un

Fig. 18 : Finition d’un arêtier avec des ardoises taillées en biais 1. Contre latte - 2. Lattes - 3. Solin en plomb

en biais 1. Contre latte - 2. Lattes - 3. Solin en plomb Photo 6 :

Photo 6 : Arêtier avec des taillées en biais

en plomb Photo 6 : Arêtier avec des taillées en biais Photo 7 : Arêtier sans

Photo 7 : Arêtier sans tasseau

1 2 3 4 5 6 Fig. 19: Finition d’un arêtier sans tasseau 1. Voligeage

1

2

3

4

1 2 3 4 5 6 Fig. 19: Finition d’un arêtier sans tasseau 1. Voligeage 2.

5

6

Fig. 19: Finition d’un arêtier sans tasseau

1. Voligeage

2. Lattes

3. Sous-toiture Menuiserite

4. Contre latte

5. Solin en plomb

6. Peigne d’obturation

Noue La noue peut être exécutée de manière ouverte ou fermée.

26509

• La noue ouverte (Fig. 20 et 21 et Photo 8)

Un chéneau intérieur en zinc est placé sous les plaques de sous-toiture Menuiserite des deux versants, de part et d’autre de l’axe de noue. De chaque côté de cet axe, un voligeage est placé au-dessus des contre-lattes. Une gouttière en zinc ou en matière synthétique est alors posée sur ce voligeage. Les ardoises sont ensuite tail- lées parallèlement à l’axe de noue et chevauchent les bords de la gouttière d’au moins 80 mm.

Fig. 20 : Noue ouverte 1. Gouttière - 2. Voligeage 3. Sous-toiture - Menuiserite -

Fig. 20 : Noue ouverte

1. Gouttière - 2. Voligeage 3. Sous-toiture - Menuiserite - 4. Chéneau encastré

3. Sous-toiture - Menuiserite - 4. Chéneau encastré Photo 8 : La noue ouverte Fig. 21:

Photo 8 : La noue ouverte

- 4. Chéneau encastré Photo 8 : La noue ouverte Fig. 21: Noue ouverte 1. Voligeage

Fig. 21: Noue ouverte 1. Voligeage – 2. Chéneau encastré 3. Sous-toiture - Menuiserite – 4. Gouttière

• La noue fermée (Fig. 22)

Pour assurer l’étanchéité, on pose dans l’axe de la noue, sous les plaques Menuiserite, une bande de zinc en forme de V. De part et d’autre de l’axe de la noue, deux voliges sont placées sur les contre-lattes. Les voliges auront la même épaisseur que les lattes. Au droit de la noue, et suivant son axe, des ardoises entières taillées en biais sont fixées. L’étanchéité à l’eau est assurée par l’interposition entre les ardoises de noquets en plomb en tenant compte des recouvrements à respecter (voir Fig. 23 - épaiss. plomb min. 1 mm).

Fig. 22 : Noue fermée 1. Voligeage 2. Gouttière en zinc 3. Sous-toiture Menuiserite 4.

Fig. 22 : Noue fermée

1. Voligeage

2. Gouttière en zinc

3. Sous-toiture Menuiserite

4. Solin en plomb

en zinc 3. Sous-toiture Menuiserite 4. Solin en plomb Photo 9 : Noue fermée Fig. 23

Photo 9 : Noue fermée

Menuiserite 4. Solin en plomb Photo 9 : Noue fermée Fig. 23 : Noquet en plomb

Fig. 23 : Noquet en plomb

L

= Distance des lattes

O

= Recouvrement

Cheminée L’infiltration éventuelle, reprise par la sous-toiture, est dérivée latéralement par la pose sous le revêtement d’une tôle de dérivation métallique pliée en forme de V. Elle est posée sous le recouvrement des plaques Menuiserite, au-dessus de la pénétration. Le revêtement d’ardoises est d’abord exécuté jusqu’au bas de la cheminée. Le raccordement inférieur avec la cheminée est réalisé au moyen d’un solin métallique qui recouvre les ardoises avec le même recouvrement verti- cal que celles-ci. Des solins métalliques sont ensuite disposés latéralement entre les ardoises. Les ardoises recou- vrent ces solins d’au moins 1 recouvrement. Contre la partie montante du mur, le solin doit faire 10 cm, mesuré verticalement. Un profil métallique, recouvert par les ardoises, est également placé à la partie supérieure. Pour terminer, les éléments métalliques garnissant tous les côtés de la cheminée sont recouverts d’un solin, lui-même ancré dans les joints de la maçonnerie.

Photo 10 Finition de rive latérale Photo 11 Photo 12 A hauteur de la rive

Photo 10

Finition de rive latérale

Photo 10 Finition de rive latérale Photo 11 Photo 12 A hauteur de la rive sur

Photo 11

Photo 12

A hauteur de la rive sur le versant, on pose toujours des ardoises entières ou des demies. Les ardoises de remplis- sage seront intercalées plus loin dans le rang. Enfin, entières ou demies, les ardoises longeant la rive doivent toujours être fixées avec deux clous et avec un crochet, si possible.

fixées avec deux clous et avec un crochet, si possible. Photo 13 : Finition de rive

Photo 13 : Finition de rive latérale

Ci-après, quelques finitions possibles de rives latérales:

• Rives latérales avec noquets en plomb (Fig. 24)

• Rives latérales avec profilé métallique (Fig. 25)

• Rives latérales en ardoises (Fig. 26)

Fig. 24 : Rives latérales avec noquets en plomb Fig. 25 : Rives latérales avec

Fig. 24 :Rives latérales avec noquets en plomb

Fig. 24 : Rives latérales avec noquets en plomb Fig. 25 : Rives latérales avec finition

Fig. 25 : Rives latérales avec finition en zinc

en plomb Fig. 25 : Rives latérales avec finition en zinc Fig. 26 :Rives latérales en

Fig. 26 :Rives latérales en ardoises

Fenêtre de toiture (Fig. 27) Les fenêtres de toiture sont livrées avec les accessoires de pose nécessaires. Le raccordement de la traverse infé- rieure avec les ardoises est réalisé au moyen d’un solin métallique. Les ardoises ou parties d’ardoises latérales sont ensuite montées en intercalant un noquet métallique entre chaque ardoise de rive. On raccorde ensuite sur la traverse supérieure le solin métallique livré avec la fenêtre. L’infiltration éventuelle d’eau sur la sous-toiture est dérivée latéralement au moyen d’un cadre de dérivation en zinc plié en forme de V. Il est posé sous le recouvre- ment des plaques Menuiserite, au dessus de la pénétration.

Fig. 27 : Pose d’une fenêtre de toiture sur des ardoises à recouvrement double Photo

Fig. 27 : Pose d’une fenêtre de toiture sur des ardoises à recouvrement double

fenêtre de toiture sur des ardoises à recouvrement double Photo 14 : Fenêtre de toiture ARDOIS_ALTERNA_APPLIC_RECOUVR

Photo 14 : Fenêtre de toiture

Raccords de mur Les raccords de murs sont exécutés de la même manière que les

Raccords de mur Les raccords de murs sont exécutés de la même manière que les raccords latéraux aux cheminées.

même manière que les raccords latéraux aux cheminées. Photo 15 : Raccord de mur Crochets d’échelle

Photo 15 : Raccord de mur

Crochets d’échelle Les crochets d’échelle doivent toujours être posés à l’aplomb d’un chevron et fixés avec des vis. L’étanchéité à l’eau est assurée au moyen de plaques de plomb placées au-dessus et en dessous du crochet.

de plom b placées au-dessus et en dessous du crochet. Photo 16 : Crochet d’échelle

Photo 16 : Crochet d’échelle

Chéneau encastré dans le versant Fig. 28 : Chéneau encastré dans le versant 1.Peigne d’étanchéité

Chéneau encastré dans le versant

Chéneau encastré dans le versant Fig. 28 : Chéneau encastré dans le versant 1.Peigne d’étanchéité –

Fig. 28 : Chéneau encastré dans le versant 1.Peigne d’étanchéité – 2. Gouttière en zinc – 3.Zinc patiné

Ligne de bris

– 2. Gouttière en zinc – 3.Zinc patiné Ligne de bris Fig. 29: Ligne de bris

Fig. 29: Ligne de bris 1. Crochet et zinc patiné – 2. Zinc – 3. Sous-toiture Menuiserite

Pièce accessoire de ventilation Cette pièce, en matière synthétique gris foncée, est utilis ée pour

Pièce accessoire de ventilation Cette pièce, en matière synthétique gris foncée, est utilisée pour l’admission ou l’évacuation d’air à travers le versant de toiture. Son format est de 60/30 cm. Son application concerne principalement la ventilation de salles de bain, cuisines, … Ce type de pièce ne convient pas pour l’évacuation d’air chaud ou de gaz de combustion. Cette pièce accessoire peut être facilement placée avec tous les types de couverture en ardoises rectangulaires.

tous les types de couverture en ardoises rectangulaires. Photo 17 : Ardoise universelle de ventilation

Photo 17 : Ardoise universelle de ventilation

6 CONSTRUCTION DE TOITURE La Fig. 30 montre la vue d’ensemble d’une construction de toiture.

6 CONSTRUCTION DE TOITURE

La Fig. 30 montre la vue d’ensemble d’une construction de toiture. Comme les ardoises, lattes et contre-lattes ont déjà été traitées en détail, nous nous attarderons donc davantage sur la sous-toiture, l’isolation et la finition intérieure. Nous entendons souligner que la construction d’une toiture forme un tout cohérent et que des erreurs dans l’un de ses composants peut occasionner des problèmes dans d’autres.

composants peut occasionner des problèmes dans d’autres. Fig. 30 : Construction de toiture 1. Finition intérieure

Fig. 30 : Construction de toiture

1. Finition intérieure

2. Vide technique

3. Écran étanche à l’air

4. Isolant thermique

5. Sous-toiture Menuiserite

6. Ardoises ALTERNA

Sous-toiture La sous-toiture est exécutée avec des plaques de Menuiserite. Des prescriptions de pose plus détaillées sont reprises dans la documentation consacrée aux plaques planes. Les essais exécutés à la K.U. Leuven ont montré qu’une plaque de sous-toiture capillaire comme la Menuiserite ne donne pas lieu, dans la pratique, à la formation de gouttes sous les plaques par suite de condensation, lors de la construction de toitures inclinées isolées, ceci contrairement à ce qui se passe en dessous des sous-toitures souples et non-capillaire. Ceci est primordial afin d’éviter de l’humidité dans l’isolation suite à la condensation. Cette particularité ne résulte pas seulement de la faible valeur ”mu” (résistance à la diffusion de la vapeur d’eau) mais avant tout de la capacité de la plaque à retenir momentanément l’eau dans ses pores. Perméable, capillaire et hygroscopique, sont les qualités qui font de la Menuiserite une sous-toiture inégalable.

Isolation Il est généralement conseillé d’éviter tout espace vide entre la finition intérieure et l’is

Isolation Il est généralement conseillé d’éviter tout espace vide entre la finition intérieure et l’isolant, entre l’isolant et la sous-toiture et surtout entre les panneaux isolants eux-mêmes. Des espaces vides favorisent en effet des courants d’air rotatifs autour des panneaux isolants, avec pour conséquence de grandes pertes de chaleur ainsi que la mi- gration d’humidité vers la sous-toiture.

Finition intérieure L‘exigence absolue à laquelle la finition intérieure doit se conformer est son étanchéité à l’air. Ceci implique que les joints ouverts et les percements sont exclus. Si l’on veut néanmoins intégrer l’installation électrique dans la toiture, il faut séparer l’ensemble par un écran étanche à l’air et une finition (Fig. 30). Les câbles et les appa- reils éventuels peuvent alors être installés dans le vide technique intermédiaire ainsi aménagé. En ce qui concerne le pare-vapeur: la publication NIT 134 du CSTC mentionne expressément que le pare-vapeur n’est soumis, pour ce qui concerne les classes de climat I à III, à aucune exigence spécifique pour autant que la sous- toiture soit exécutée en Menuiserite (plaques de sous-toitures capillaires). En classe de climat IV (par ex. bassins de natation, friteries, …) une étude spécifique de la toiture est exigée dans chaque cas.

ETERNIT sa, Division Toiture Kuiermansstraat 1, B-1880 Kapelle-op-den-Bos . 0032 15 717356 * 0032 15
ETERNIT sa, Division Toiture Kuiermansstraat 1, B-1880 Kapelle-op-den-Bos . 0032 15 717356 * 0032 15
ETERNIT sa, Division Toiture Kuiermansstraat 1, B-1880 Kapelle-op-den-Bos . 0032 15 717356 * 0032 15
ETERNIT sa, Division Toiture Kuiermansstraat 1, B-1880 Kapelle-op-den-Bos . 0032 15 717356 * 0032 15

ETERNIT sa, Division Toiture Kuiermansstraat 1, B-1880 Kapelle-op-den-Bos . 0032 15 717356 * 0032 15 717319

e-mail: info.toiture@eternit.be

site web: www.eternit.be

RPM Bruxelles TVA BE 0 466 059 066

RPM Bruxelles TVA BE 0 466 059 066