Vous êtes sur la page 1sur 88

1

TABLE DES MATIÈRES

PARTIE I – INTRODUCTION .............................................................................1


1.Le Marché, le Droit commercial et les Transactions immobilières..............1
2.La Loi sur la vente d’objets (ou Sale of Goods Act).......................................2
3.La Loi sur les sûretés mobilières (ou Personal Property Security Act)........3

PARTIE II – LE DROIT DE LA VENTE – LOI SUR LA VENTE D’OBJETS


...................................................................................................................................3
1.Introduction et aperçu de la Loi sur la vente d’objets (pp.1-18)..................3

Structure de base de la loi.......................................................................................3


2.Application de la Loi sur la vente d’objets (pp.31-44, 49-70) [art. 1 et 2
LVO]......................................................................................................................3
Article 1 - Définitions et interprétation ............................................................4
Article 2 – Contrat de vente................................................................................4
Décision: St Albans City and District Council c. International Computers Inc. [1996]
(p.33).......................................................................................................................................5
Décision: Beta Computers (Europe) Ltd. c. Adobe Systems (Europe) Ltd. [1996] (p.35)......5
Décision (troc): Messenger c. Green [1937] 2 D.L.R. 26 (C.A.N.E)......................................6
Décision: Helby c. Matthews [1895] (p. 40)...........................................................................7
Décision : Keillian West Ltd. c. Sportspage Enterprise Ltd. [1982] (p.51)............................7
Décision : Gee c. White Spot Ltd. (1987) (p.54).....................................................................8
Décision : Borek c. Hooper [1994] (p.49) .............................................................................9
Décision : Pittman Estate c. Bain (1994) 112 DLR 4th 257 ..................................................9
Décision : Ter Neuzen c. Korn [1995] 3 RCS 674................................................................10
Loi sur les commissionnaires.............................................................................11
Art. 1 - Définitions .............................................................................................11
LVO.....................................................................................................................12
Art. 22 – Vendeur non propriétaire : l’acheteur d’objets vendus sans
l’autorisation ou le consentement du propriétaire, par une personne qui
n’en est pas le propriétaire, n’acquiert pas sur les objets un meilleur titre
que celui du vendeur, à moins que le propriétaire n’ait, par sa conduite,
perdu le droit de s’opposer à leur vente par le vendeur.
12
Décision: Weiner c. Harris [1910] (p.61).............................................................................12
Décision : Atari Corporation c. Electronics Boutiquestores ................................................13
Art. 19 – Règles concernant l’intention des parties........................................14
2

Règle4
La propriété d’objets livrés à l’acheteur dans le cadre d’une vente sur
approbation, « avec faculté de retour » ou accompagnée d’autres clauses
analogues, est transférée à l’acheteur, selon le cas :
(i) Lorsque les biens sont acceptés soit expressément ou implicitement à
travers la conduite de l’acheteur.
(ii) Si pas signifié acceptation mais que l’acheteur garde les objets à
l’expiration du délai fixé pour le retour de ceux-ci, ont considère qu’il n’a
pas refusé les objets donc accepté.
14
3.Formation du contrat de vente [art. 3, 4, 6, 9, 10 LVO].............................14
4.Obligations de base de l’acheteur et du vendeur aux termes de la LVO –
Livraison et paiement (Délais) [art. 10, 11, 26-36, 54 LVO]..........................15
Décision: Hartley c. Hymens [1920] (p.402)........................................................................16
Décision : Allen c. Danforth Motors Ltd. (1957) (p. 403)....................................................17
Décision : Chas Richards Ltd. c. Oppenheim [1950] (p. 407).............................................17
Décision: Sunstrum Ranching Company Ltd c. Internationale Building Systems Ltd. [1975]
...............................................................................................................................................18

Date de livraison....................................................................................................19
Décision: Beaver Speciality c. Bain (p.416).........................................................................20
5.Conditions et garanties implicites (clauses incluent dans les k de vente). .20
Décision : Niblett Ltd. c. Confectioner’s Materials Co. Ltd. [1921] (p. 192).......................21
Décision : Rowland c. Divall [1923] (p. 193) ......................................................................21
Décision : Butterworth c. Kingsway Motors Ltd. [1954] (p. 196)........................................22
Décision : Patten c. Thomas Motors Pty. Ltd. (1965) (p.201) .............................................23
Décision : Microbeads AG c. Vinhurst Road Markings Ltd [1975] (p.206) ........................24
Décision : Andrews Brothers Ltd. c. Singer & Co. Ltd. [1934] (p. 212)..............................24
Décision : Varley c. Whipp [1900] 1 QB 513 (p.214)...........................................................25
Décision : Beale c. Taylor [1967] 3 All ER 253 (p.217).......................................................26
Décision : Harlington and Leinster Enterprises Ltd. c. Christopher Hull Fine Art Ltd.
(p.220)...................................................................................................................................26
Décision : Arcos, Ltd. c. E.A. Ronaasen and Son [1933] (p.228).........................................27
Décision : Ashington Piggeries Ltd. c. Christopher Hill Ltd. [1972] AC 441 (p.231).........27
Décision : Reardon Smith Line Ltd. c. Yngvar Hansen-Tangen [1976] (p.233)...................28
Décision: Hardwick Game Farm c. Suffolk Agricultural and Poultry Producers Ass. (p.240)
...............................................................................................................................................29
Décision: B.S. Brown & Son Ltd. c. Craiks Ltd. (p.249).......................................................30
Décision: International Business Machines Co. Ltd. C. Shcherban (p.252)........................30
Décision: Hardwick Game Farm c. Suffolk Agricultural and Poultry Producers Ass. (p.240)
...............................................................................................................................................32
Décision: Ashington Piggeries Ltd. c. Christopher Hill Ltd. (p.288)...................................32
Décision: Ingham c. Emes (p.297)........................................................................................33
3

Décision: Baldry c. Marshall (p.305)...................................................................................33


Décision : Nordic Aero Services Inc. c. Air Canada [1995].................................................34
Décision: Steels & Busks Ltd. C. Bleecker Bik & Co. Ltd. (p.308).......................................35
6.Transfert de propriété (titre) [art. 7,8,17-25 LVO]......................................35
Décision: Jerome c. Clements Motor Sales Ltd. (p.428).......................................................36
Décision: Royal Bank of Canada c. Saskatchewan Telecommunications (p.459)................37
Décision: Carlos Federspiel & Co., S.A. c. Chas. Twigg & Co., Ltd. (p.463)......................38
Décision: Caradoc Nurseries Ltd. c. Marsh (p.468).............................................................38
Décision: Sells c. Thompson (p.470) ....................................................................................39

Dé: Il y avait une permission implicite d’affectation des livres donnée par
l’acheteur à la maison d’édition Sells. Cependant, l’avis envoyé par Thomson
refusant ainsi les 13 livres ne peut être vu comme une acceptation. Donc, Sells
ne peut pas dire que le K a été exécuté. Il n’y a pas eu affectation. Jugement
en faveur de Thompson. Avis révoquant la commande détruit l’affectation.. .40
Décision: Leonard c. Ielasi (p.507).......................................................................................40
Décision St. John c. Horvat (p.514)......................................................................................41
Décision: Pacific Motor Auctions Ltd. c. Motor Credits Ltd. (p.519)..................................42
Décision: Worcester Works Finance Ltd. c. Cooden Engineering Co. Ltd. (p.525)..............42
Décision: Shaw c. Commissioner of Police of the Metropolis (p.530).................................43
Décision: Newtons of Wembley Ltd c. Williams (p.534).......................................................43
Décision: Lewis c. Averay (p.541).........................................................................................44
Décision: Car & Universal Finance Co. Ltd. c. Caldwell (p.545) ......................................45
7.Recours du vendeur (pp.551-568, 584-588) [art. 37-48 LVO].....................45
Décision: Colley c. Overseas Exporters (p.554)...................................................................48
Décision: Stein, Forbes and Co. c. County Tailoring Company (p.558)..............................49
Décision: R.C. Ward Ltd. c. Bignall (p.562).........................................................................49
Décision: Stockloser c. Johnson (p.584)...............................................................................49
8.Recours de l’acheteur [art. 33-35, 49-52 LVO].............................................50
Décision: Home Gas Ltd c. Streeter (p.592).........................................................................51
Décision: Hardy & Company c. Hillerns and Fowler (p.596)..............................................52
Décision : POC c. Burroughs Business Machines :.............................................................52
Décision: Rafuse Motors Ltd. c. Mardo Construction Ltd. (p.602)......................................52
Décision: Hart-Parr Company c. Jones (p.607)...................................................................52
Décision: William Barker (Jr.) and Co Ltd. c. Ed. T. Agus Ltd. (p.611) ...............................53
Décision: Maple Flock Co Ltd. c. Universal Furniture (p.616)...........................................54
Décision: Wertheim c. Chicoutimi Pulp Co. (p.626).............................................................55
Bence Graphics International c. Fasson U.K. Ltd. .............................................................55
Décision: Sky Petroleum Ltd. c. VIP Petroleum Ltd. (p.689)...............................................55
9.Clauses limitatives de responsabilité (pp.695-714) [art. 53 LVO]...............55
Décision: Hunter Engineering Co., Inc. c. Syncrude Canada Ltd. (p.697)..........................55
10.RÉCAPITULATION....................................................................................57
4

PARTIE III – LE DROIT DE LA VENTE – AUTRES ASPECTS


IMPORTANTS (pas à l’examen).........................................................................57
1.Transactions internationales..........................................................................57
2.Protection du consommateur.........................................................................58
3.Commerce électronique..................................................................................58
4.Franchise..........................................................................................................58

PARTIES IV – TRANSACTIONS GARANTIES .............................................59


1.Introduction ....................................................................................................59
Définitions et interprétation..............................................................................59
Application de la présente loi............................................................................59
Application à la Couronne................................................................................60
Non-application de la présente loi....................................................................60
Droits prévus par la Loi sur la vente d'objets.................................................61
Concepts fondamentaux....................................................................................61
2.Portée de la LSM.............................................................................................61
Termes importants:............................................................................................62
La Loi : ...............................................................................................................62
Décision : Surgarman c. Duca Community Credit Union Ltd,( p. 48)..................................63
Décision : Crop & Soil Service Inc. c. Oxford Leaseway Ltd, (p.56)...................................64
Décision : Adelaide Capital Corp. c. Intergrated Transportation Finance Inc., (p.58).......64
Décision: Re Skybridge Holidays Inc, (p. 63).......................................................................65
Décision: Commercial Credit Corp. Ltd. C. Harry Shields, (p.69)......................................65
Décision: Re Urman, (p. 71).................................................................................................65
3.Validité de la sûreté mobilière........................................................................66
Décision: Ellingsen c. Hallmark Ford Sales Ltd., (p. 78).....................................................66
Décision: 356447 British Columbia c. Canadian Imperial Bank of Commerce, (p. 87)......67
Décision: Atlas Industries c. Federal Business Development Bank, (p.92)..........................67
Décision: Re Ayerst,( p.94)....................................................................................................68
Décision: Re BDO Dunwoody Ltd. And Astral Communications Inc. (p.96).......................68
4.Notion de « grevé »..........................................................................................69
Décision: Access Advertising Management Inc. c. Everex Computers Inc., (p.102)............69
Décision : Crédit Suisse Canada c. Yonge Street Holdings, (p. 105)[cause clé]..................69
Décision: Kinetics Technology International c. Fourth National Bank of Tulsa, (p. 116)....70
Décision: R c. Canadian Imperial Bank of Commerce,( p. 120)..........................................70
5.Opposabilité.....................................................................................................71
5

Décision: Re Raymond Darzinskas, (p. 134)........................................................................71


Décision: Sperry Inc. c. Canadian Imperial Bank of Commerce, (p. 136)...........................71
6.Notion de droit international privé................................................................72
Exception ...........................................................................................................72
Décision : Re Adair, Re GMAC, (p. 145)..............................................................................72
Décision : Re Claude A. Bédard, (p. 151).............................................................................73
Décision: Gimli Auto Ltd. c. BDO Dunwoody Ltd.,( p. 153)................................................73
7.Enregistrement – Processus, erreurs et subrogation...................................73
Décision : Bank of Nova Scotia c. Clinton’s Flowers & Gifts Ltd., (p. 164)........................74
Décision : Re Lambert, (p. 168)............................................................................................74
Décision: Adelaide Capital Corp. c. Integrated Transportation Finance Inc......................74
Décision: In the Matter of the Bankruptcy of N’Amerix Logistix Inc., (p. 210)....................75
8.Priorités............................................................................................................76
Avances Futures.................................................................................................76
Exception :..........................................................................................................76
Cession de rang..................................................................................................77
Décision: Re Giffen, (p. 226).................................................................................................77
Décision: The Robert Simpson Company Ltd. c. Shadlock and Duggan, (p. 242)...............77
Décision: Agricultural Cerdit Corp. of Saskatchewan c. Pettyjohn,( p. 286).......................78
Décision: Unisource Canada Inc. c. Laurentian Bank of Canada, (p.290)..........................79
Décision: Re Chrysler Credit Can. Ltd. ans Royal Bank of Canada, (p. 300)......................79
Décision: 859587 Ontario Ltd. Starmark Property Management Ltd, (p. 334)....................80
9.Transfère d’un bien grevé..............................................................................81
Décision : Camco c. Olson (p.382).......................................................................................81
Décision: Royal Bank of Canada c. 216200 Alberta Ltd., (p. 390)......................................81
1

DROIT COMMERCIAL – HIVER 2003

Professeur : Stéphane Émard-Chabot


Téléphone : 562-5800 ext. 3321
Courriel : sechabot@uottawa.ca

Heures du cours : mardi 08:30 à 10:30 FTX 361


vendredi 08:30 à 10:30 FTX 361

PARTIE I – INTRODUCTION

La liste des lois fédérales et provinciales en droit commercial se retrouve aux pages 17 et
18 de Commercial and Consumer Sales Transactions.

1. Le Marché, le Droit commercial et les Transactions


immobilières

• Nous vivons dans un système capitaliste qui permet l’allocation efficiente des
ressources. Ce qui veut dire, qu’en théorie, il devrait toujours y avoir l’équilibre
dans nos marchés.
• L’allocation des ressources se fait dans le «libre» marché.
• Le marché est composé de diverses composantes telles que le prix, la quantité,
l’offre et la demande.
• Quand le prix descend, la demande va augmenter mais l’offre va diminuer (et vis
versa).
• Quand les courbes d’offre et demande se rencontre, le prix et la quantité seront à
leur point optimal («toute chose étant égale par ailleurs») Exemple : s’il y a une
sécheresse, la demande pour le blé sera inchangée mais la courbe d’offre se
déplacera pour faire en sorte que le prix du marché du blé va augmenter pour
compenser la diminution de la quantité de blé sur le marché.
• De même, une modification de la demande aura aussi évidemment un effet sur le
prix et la quantité.
• Par contre le système capitaliste repose sur certaines suppositions que l’on fait :
* Nombre illimité d’acheteur dans le marché;
* Nombre illimité de producteurs dans le marché.
• Cependant, nous savons qu’en réalité ces hypothèses du marché libre ne sont pas
toujours présentes.
* Exemples où il n’y a pas assez d’acheteurs : il y a 3 acheteurs de bœuf dans
toutes les É-U.
* Exemples où il n’y a pas assez de producteurs : Air Canada, Hydro One,
Microsoft, Bell, Rogers Câble,…, etc.

1
2

• Donc, quand les hypothèses ne sont pas la réalité et que le marché ne peut pas se
corriger lui-même, les lois viennent corriger le marché pour protéger toutes les
parties impliquées.
• Nota : monopole – une personne/compagnie qui contrôle; oligopole – un petit
groupe qui contrôle
• Donc la fonction du droit commercial est de ré-établir l’équilibre du marché
quand le marché ne peut pas le faire par lui-même.

2. La Loi sur la vente d’objets (ou Sale of Goods Act)

• Anciennement, on faisant beaucoup de troc qui nécessitait une relation


intime et directe entre le producteur et l’acheteur. À cette époque, le
mécanisme de contrôle était l’importance du nom (réputation) des acteurs
sur le marché car si on n’avait des pratiques questionnables, les gens ne
feront plus affaire avec nous.
• La révolution industrielle apporte le travail à la chaîne et l’apparition de
l’usine. Donc on peut maintenant transiger sur de grandes distances donc
la réputation n’a presque plus d’importance pour les parties car ils ne se
verront probablement jamais face à face. Les parties sont donc sans
protection.
• En 1893, Chalmers écrit une loi qui regroupa les principes de cml. Cette
loi est devenue le SGA au R-U.
• La LVO ontarienne a été adopté en 1920 et elle est basée en grande partie
sur la loi britannique.
• En 1979, au R-U, on fait une grande réforme de la SGA pour qu’elle
reflète plus la réalité moderne. Cette réforme a été adoptée au R-U.
• En 1979, en Ontario, on suit le R-U. le «Law Reform Comission of
Ontario» rédige un rapport pour modifier la LVO pour l’adapter aux
situations modernes mais les modifications ne sont pas acceptées donc on
a encore la LVO de 1920 en Ontario.
• Le rôle de la LVO est de fournir des règles qui vont réglementer les
transactions de vente si les parties n’ont rien convenu (donc c’est comme
les règles par défaut)
• Sauf quelques exceptions, les dispositions de la LVO peuvent être exclues
par les parties. Il se présente alors le risque d’inégalité de pouvoirs entre
les parties.
• La LVO permet d’avoir des recours (autant pour l’acheteur que le
vendeur) et permet d’avoir des transactions rapides.
• Une des limites de la LVO est qu’elle ne reflète pas toujours les attentes
des parties (dans le sens que les résultats ne seront pas toujours perçus
comme «juste»).

2
3

• Le Uniform Commercial Code (loi américaine) est une loi développée par
un comité central (national) et la majorité des États l’a adoptée sans la
modifier. Donc la loi dans chaque État devrait se ressembler beaucoup.
• Le UCC met moins d’emphase que la LVO sur la notion de «titre» (ex :
titre de propriété) et met plutôt l’emphase sur la possession du bien.
• Le UCC a beaucoup plus de dispositions obligatoires (pour protéger les
parties vulnérables)
• Le UCC prévoit un plus grand nombre de garanties et de conditions
(rappel du droit des K : violation d’une garantie dans un K donne le droit
aux D-I (mais pas la répudiation du K) tandis que la violation d’une
condition nous permet de répudier le K)
• Le UCC met plus d’emphase sur l’exécution du K.

3. La Loi sur les sûretés mobilières (ou Personal Property


Security Act)

• Le rôle de la LSM est de faciliter et de réglementer certaines formes de


financement pour les transactions. Exemple 1 : quand on achète une voiture
on donne le droit de reprendre possession de la voiture si on ne rempli pas
notre obligation de payer (c’est une partie de notre contrepartie). Exemple 2 :
un créancier prête de l’argent à une compagnie pour acheter du stock et reçoit
une sûreté mobilière sur le stock qui pourra exécuter si on ne remplit pas son
obligation de payer. Non seulement que le créancier aura droit à notre
inventaire dans notre entrepôt mais il aura aussi le droit de récupérer les
produits de la vente du stock en question (même dans les poches de quelqu’un
d’autre dans certains cas)

PARTIE II – LE DROIT DE LA VENTE – LOI SUR LA VENTE D’OBJETS

1. Introduction et aperçu de la Loi sur la vente d’objets (pp.1-18)

Rétroaction de la Loi sur la vente d’objets (reviens sur le dernier cours)


Réglemente les transactions, i.e. les responsabilités et obligations des parties.

Structure de base de la loi


Partie 1 : les conditions et garanties de la loi
Partie 2 : les effets du contrat (notion transfert de titre) [faillite]
Partie 3 : Exécution du contrat (paiement,…)
Partie 4 : les droits du vendeur impayés
Partie 5 : les recours pour les deux parties (actions intentées au terme de la loi)
Partie 6 : dispositions complémentaires

2. Application de la Loi sur la vente d’objets (pp.31-44, 49-70) [art.


1 et 2 LVO]

3
4

Article 1 - Définitions et interprétation

« Acheteur » : personne physique ou morale qui doit acheter ou qui s’engage et promet
d’acheter.

« Vendeur » : personne physique et morale qui vend ou promet de vendre.

« Contrat de vente » : vente ou promesse de vente.

« Livraison » : transfert volontaire de la possession (aspect physique de la chose) par une


personne à une autre.

« Objets » : Choses (exclut le droit de poursuivre et dette) attaché à un objet fixé à


demeure (lustre) même si la loi ne s’applique pas au bien fond, et aux récoltes sur pied
(au niveau agricole)
Ex. chose : une hypothèque, un prêt.

« Objets déterminés » (specific good) : Choix d’un objet convenu par les deux parties.

« Objets futurs » : objet choisi ou obtenu plus tard.

« Objets indéterminés » : objets qui existent mais on ne sait pas laquelle en question.

« Garantie » : droit de résilier le k avec garantie. La cour à la discrétion de la


détermination. Convention des objets visés par k de vente.

« Insolvabilité » : payer dettes dans le cours normal du commerce.

« Objet livrable » : livrable dans un état qui comporte pour l’acheteur l’obligation au
terme du k d’en prendre livraison.

Article 2 – Contrat de vente

Art. 2 (1) - Contrat de vente : k pour lequel le vendeur transfert ou promet de transférer
la propriété des objets à l’acheteur moyennant une contrepartie pécuniaire appelée le prix
(Transactions que la loi ne couvre pas : le troc, le k de location)

Art. 2 (2) - Condition : k de vente pur et simple ou conditionnel.

Art. 2 (3) – Vente ou promesse de vente : Est appelé vente le contrat de vente qui
transfère la propriété des objets à l’acheteur. Est appelé promesse de vente le contrat
prévoyant que le transfert de la propriété des objets doit avoir lieu à une date ultérieure ou
est subordonné à la réalisation ultérieure d’une condition.

4
5

Art. 2 (4) - Transformation de la promesse de vente en vente : Une promesse de vente


devient vente à l’expiration du délai ou à la réalisation de la condition à laquelle est
subordonné le transfert de la propriété des objets.

Décision: St Albans City and District Council c. International Computers Inc. [1996]
(p.33)
F: St Albans était autorisé à utiliser le programme conforme au k conclut entre les parties.
Premièrement, pour que le programme soit mis dans la machine, il a fallu le sauvegarder
sur disque avant pour le transférer sur la machine. Pendant l’audience, il y a eu référence
de nombreuses fois au mot « software » pour inclure le tangible (disque) et l’intangible
(programme même) En première instance, le juge Scott Baker dit qu’une pièce
(hardware) est inutile sans le programme (software) qui le fait fonctionner. Le
programme (program) est en soi un algorithme ou une formule qui nécessairement doit
être renfermé dans un médium physique.
QL: Distinguer entre le programme (intangible) et le disque (tangible)? Est-ce que le
contrat entre les parties sujet à une condition quelconque de qualité et due forme? Si oui,
quelle était sa nature? Est-ce que les programmes informatiques (software) sont des
biens?
Argument df: Argumente que s’il y a une défectuosité avec le disque, le fournisseur
n’est pas en bris de contrat car, la vente était pour le programme et celui-ci est distinct du
disque sur lequel se retrouve le programme. La marchandise a quand même été livrée.
1. Déc: Lorsque quelqu’un achète un produit informatique que ce soit le disque ou le
programme, les deux sont inclus dans le contrat et si l’un d’eux est défectueux, il
y a bris de contrat. En l’espèce, il n’y a pas eu vente ni embauché. En fait,
l’employé s’est rendu chez St Albans et a installé la marchandise tout simplement.
Le programme en soi n’est pas de la marchandise selon la définition dans la loi.
Donc, on pourrait dire qu’il n’y a pas lieu d’appliquer la condition de bonne et
due forme du produit.
• Par contre, si on suit le raisonnement de Lord Pearson dans Trollope & Colls
Ltd. v. Metropolitan Regional Hospital Board : lorsqu’il y a un contrat pour le
transfert d’un programme dans un ordinateur et dont ce programme est censé
selon les deux parties faire fonctionner l’ordinateur d’une certaine façon,
alors :
 Dans l’absence d’une clause expresse qui dit que le programme
devra être en bonne et due forme, on peut implicitement ajouter
qu’il est raisonnable de croire que le programme en sorte aurait dû
accomplir la fonction pour laquelle il a été entendu.
Le Juge donne alors gain de cause à St-Alban.
R : Là où une condition n’est pas expressément incluse dans un contrat, un juge peut
l’inclure implicitement s’il croit que l’intention des deux parties était que ça fasse partie
du contrat.

Décision: Beta Computers (Europe) Ltd. c. Adobe Systems (Europe) Ltd. [1996] (p.35)
F: Question de fournisseur de “software” par une tierce partie qui avait le droit d’auteur
sur ce « software » Adobe Systems, les défendeurs, avaient placé une commande avec les

5
6

demandeurs (Beta Computers) pour augmenter la performance de leurs systèmes. La


commande fut placée par téléphone et il y avait une entente que celle-ci ne serait fait sur
mesure pour le demandeur. Sur l’emballage du produit, c’était écrit que l’ouverture du
produit indiquait une acceptation des conditions. Les défendeurs argumente qu’ils n’ont
jamais ouvert le produit donc n’ont pas à le payer.
QL: Est-ce que du “software” est compris dans la définition de biens/marchandise?
Argument df: Suffit que nous n’avions pas ouvert le produit, nous avions le droit de
refuser de le payer et bref, répudier le contrat.
Arguments dm : Le contrat avec les défendeurs était inconditionnel donc il y a
obligation de payer.
Dé: Argument des défendeurs est accepté. La cour donne gain de cause à AS.
R : Suffit que les conditions de licence soient importantes et que les défendeurs n’aient
pas ouvert le produit démontre qu’ils n’adhéraient pas à ces conditions donc ne sont pas
obligé de payer.

NOTE :
Il y a eu un gros débat au sujet des ordinateurs et des programmes informatiques à
savoir s’ils tous compris en tant que marchandise ou biens selon l’article 2 (Uniform
Commercial Code - Etats-Unis).

Entre autre, on a déterminé que le programme en tant que tel et une copie de celui-ci est
sujet à l’article 2 MAIS qu’un contrat pour développer ou fournir un tel produit à un
fournisseur ne tombe pas sous l’art. 2.

NOTE :
La Loi sur la vente d’objets ne s’applique PAS au:
a) le troc
b) k de location ?
c) k de services (vs. K de matériaux) ?????

« Troc » (barter): échange de biens comme partie du prix. On attache une valeur
monétaire à l’objet assigné. Reconnu comme un k de vente.
(ex. : achat de voiture avec échange de celle usager. T reconnu que c’était un k de vente
pcq on assigne tjrs une valeur monétaire à la voiture usagée).

a) Transaction de troc :

Décision (troc): Messenger c. Green [1937] 2 D.L.R. 26 (C.A.N.E)


F : M est proprio d’un magasin et G a une entreprise de bois. M fournit des objets à G et
ce dernier le paie en bois. Désaccord sur la valeur du bois. Argument de M : pas assez de
bois pour être équivalent à la valeur des objets vendus par M. M ajoute que c’est une
vente d’objet. Argument de G : pas d’argent donc pas de vente.
QL : Est-ce une transaction couverte par la loi?
Argument df G : Si loi ne s’applique pas c’est du troc. La transaction est terminée quand
il y a eu échange suite à une entente sur la quantité.

6
7

Argument dm M : Il recherche une valeur marchande du bois. Pour faire tomber cela
sous la loi. Il veut aller chercher une compensation pour la différence.
Dé : La Cour arrive à la conclusion que ce n’est pas un troc. La relation entre les deux
parties n’était pas un troc, mais deux k de vente indépendants.
M → G est un k de vente de fournitures à crédit
G → M est un k de vente de bois à crédit
R : Prend la valeur de la fourniture et la valeur du bois et détermine si équivalent ou pas
afin d’éviter un k injuste. Dans le cas présent, c’est G qui doit de l’argent.

Plusieurs pays recherchent à favoriser le troc, comme par exemple les pays en
développement. Exemple : le Brésil avec les échanges en biens manufacturier, soit que ce
pays vend café à GM et GM vend voiture en retour (transaction internationale, prend la
valeur de l’un et de l’autre).

Exceptions :

Si une partie de la contre-partie est pécuniaire, et l’autre partie troc, les tribunaux vont
appliquer la Loi sur la vente d’objets (donc il suffit d’avoir échanger de l’argent peut
importe la somme contre un produit pour que la loi s’applique. Si clairement un troc,
tribunal va appliquer le principe des deux K de vente indépendants (vu ci-haut).

b) Baux - Contrat de location (bail - lease) : (pas nécessairement un transfert de


titre (ex. : options d’achats) et de durée limitée)

Décision: Helby c. Matthews [1895] (p. 40)


F : Helby est proprio de piano et le loue à Brewster. Brewster met le piano en gage
(prêteur sur gage) Le prêteur M. Matthews. Helby apprend que son piano est chez le
prêteur et veut avoir son piano. Le k est un paiement du piano, à la fin du k, Brewster
peut l’acheter. Le k peut être annulé à la fin du k (inclut) Action en « «trover» , trouver
(ex. : cheval perdu)
QL : Est-ce qu’il y avait une entente d’achat ou de location? Donc, quelle était la nature
du contrat?
Déc : La Cour conclut qu’un k est une promesse de vente, donc dans le k B peut acheter
le piano à la fin du k, cependant sans obligation d’achats. Alors, dans le cas présent le k
est un bail, sans transfert de propriété convenu et le piano revient donc à Helby. Cette
entente doit avoir lieu au moment de la création du k et non après, i.e. si au départ il
s’agit k vente sans obligation c’est un bail de location.
R : Un K de location n’est pas une promesse d’achat = pas de transfert de propriété

c) Services et Matériaux :

Décision : Keillian West Ltd. c. Sportspage Enterprise Ltd. [1982] (p.51)


F : K pour impression de programmes

7
8

QL: Est-ce un k ou pas?


Dé : La Cour conclut qu’il y a garantie sur les programmes, le test s’applique donc la loi
s’applique.
R : Test élaboré (p.53) soit paie pour matériaux ou services pas couvert par la loi. La
LVO s’applique lorsque l’acheteur paye pour le produit final au lieu du talent de celui ou
celle qui a exécuté le travail.

- TEST à appliquer :
Est-ce que l’acheteur paye essentiellement pour le produit final ou pour les « talents »
de la personne (service)?
- p.53 : la Cour suprême du Canada a fait la distinction entre un K de biens et un K de
service…«…Culliton JA noted that the characterization of the contract depended on
whether the purchaser was to pay substantially for the materials or substantially for the
skill.”

Décision : Gee c. White Spot Ltd. (1987) (p.54)


F : Des clients vont dans un restaurant. Ils ont un empoisonnement alimentaire.
QL : Est-ce que la nourriture de consiste à être un service ou un produit ? (voir p.54)
Important : Concernant les restaurants, c’est un k mixte avec éléments de service.
Aux USA , deux pensées : (1) la nourriture est un bien, le but principal est un repas
(nourriture);
(2) la nourriture est un service – distinction selon le rapport
service / produit.
Dé : Au Canada, c’est un produit (objet) avec prix fixe (acheté dans un certain contexte).
Dans le cas présent, c’est vraiment le restaurant. Le fait qu’il y ait rapport entre le service
et le produit dans le k n’élimine pas nécessairement le k aux yeux de la loi.
• Il y a dans la jurisprudence canadienne (en C.-B.) et
britannique cette notion d’une garantie que la nourriture
commandée et consommée dans un restaurant sera
mangeable. C’est donc vu comme un K de vente d’un
produit/bien quelconque.
• Il y a dans la jurisprudence américaine deux grandes
théories à ce sujet :
1) « Massachussetts-New York rule » : une
personne va au restaurant pour consommer un
(opinion de la majorité) produit/bien donc = K de
vente d’un bien
2) «Connecticut-New Jersey rule » : une personne
va au restaurant pour un service (opinion de la
minorité) faire servir de la nourriture) donc = K de
vente de service.
Le tribunal en l’espèce adopte la « Massacussetts-New York rule » car, c’est plus réaliste
de croire quand on parle de protéger la santé et la sécurité du public. Donc, en l’espèce,
c’était un K de vente de produit/bien et le fardeau est sur le vendeur qui est dans la

8
9

meilleure position pour prévenir les problèmes (empoisonnement) et les pertes


économiques.
P.57 : « I agree with counsel’s submission that an item on a menu offered for a fixed
price is an offering of a finished product and is primarily an offering of the sale of a good
or goods and not primarily an offering of a sale of services. »
R : Ce qui est principalement important est l’intérêt public. Mettre le fardeau sur le
vendeur pour déterminer qui a le contrôle dans le cas en question, soit mettre le fardeau
sur qui est mieux placé pour prévenir les pertes. Il faut regarder le but principal de la
transaction. Est-ce pour un service ou est-ce pour le produit final que nous payons?

Décision : Borek c. Hooper [1994] (p.49)


F : Borek embauche un artiste. K pour une peinture. Elle voulait une peinture pour son
décor chez elle. Peinture de 8’ x 5’. Elle poursuit, car la peinture s’est détériorée après
seulement trois ans.
Critères importants : Le but principal : toile qui devrait avoir une durée de vie
raisonnable; plusieurs critères inspiration / talent (ici, il a fait ce que madame lui a
demandé); faire la comparaison entre cette toile et une toile dans une galerie.
QL : Est-ce un service ou un produit?
Dé : La Cour conclut a un k de service – proportion des coûts (matériel / service) Le but
principal du k entre Mme Borek et Hooper est l’utilisation des talents de M. Hooper.
L’intérêt publique – obliger l’artiste à être prudent. Les recours de Mme Borek ne sont
pas dans LVO (alors s’applique pas) Alors, Mme Borek a gain de cause en vertu du fait
que M. Hoper n’a pas remplit ses obligations en utilisant des matériaux raisonnables. La
Cour conclut que les matériaux utilisés n’étaient pas de bonne qualité comme il le
devrait. (jugement p.50)
R : Principe de Common law qui dit que l’artisan qui rend le service doit employer et
utiliser des matériaux appropriés. Placer une commande à un(e) artiste pour une pièce
d’art est un K de service (parce que l’on paye pour la créativité, le talent de l’artiste et
non le produit final. La Loi sur la vente d’objets ne s’applique pas aux contrats de
service.

Boreck c. Hooper – faits complémentaires

L’artiste peut remonter la chaîne, dans un cas ou la qualité de la peinture est garantie.

Borek – Hooper – Manufacture


Entre B et H k de service et entre H et M k de vente

Achat – Galerie – Artiste -- Manufacture


Entre Ac et G k de vente , entre G et Ar k de service, entre Are et M k de vente

Décision : Pittman Estate c. Bain (1994) 112 DLR 4th 257


F : M. Pittman a une intervention chirurgicale d’urgence. Produit sanguin utilisé est
contaminé. Le sang donné à la Croix rouge en 1984 par un dénommé M. L. n’a pas été
testé. M. L. en donne pour une deuxième fois quelques années plus tard, puis la CR

9
10

s’aperçoit qu’il y a contamination par le virus du VIH. La CR alerte les hôpitaux et le


médecin de M. Pittman en est avisé. Le Docteur Bain n’averti pas M. Pittman, car il
pense qu’il n’est pas nécessaire d’en avertir car il est marié depuis 40 ans et croit que ce
n’est pas important car M. Pittman n’a pas de rapport sexuel avec le problème cardiaque
qu’il a. M. Pittman meurt et sa femme est diagnostiquée séropositive. La femme et ses
enfants poursuivent le médecin.
QL : Est-ce un k de produit ou de service? [Objet – produit sanguin, Opération – service
dont les produits sont accessoires. Si dit objet : Cause du problème? Qui peut prévenir?]
Dé : La Cour conclut que c’est un k de service dans le but principal de recevoir
l’intervention chirurgicale. Le produit sanguin comporte un risque inhérent, le sang est un
produit dangereux. On ne peut donc pas tenir l’hôpital responsable, car on ne sait jamais
concernant un produit dangereux. [Mme Pittman a gain de cause en Délit civil pour
négligence] Le tribunal voulait protéger les médecins et les hôpitaux pour raison de
politique publique.
R : Le test – le but principal du k pour la qualité marchande des produits. Principe de la
Common law qui dit que les produits dans le k de service doivent être appropriés.

Pittman Estate c. Bain – Faits complémentaires


Négligence : Oui - autres juridictions testaient
Non – aucun test, pas une pratique

Test : le fardeau de la preuve est seulement au niveau de l’adaptation du sang

La Cour va avoir une crainte, car on ouvre la porte a plusieurs poursuites.

La responsabilité de l’artisan (common law) = responsabilité du vendeur (LVO)

Décision : Ter Neuzen c. Korn [1995] 3 RCS 674


F: Une femme va dans un centre d’insémination artificielle pour se faire inséminer, et elle
contracte le VIH. Le sperme du donneur était porteur du VIH. Elle a payé pour
l’insémination (LVO)
QL : Est-ce un k de vente ou de service? LVO s’applique?
Dé : La Cour conclut que c’est un k de service, car le sperme n’est qu’un élément
accessoire (question de politique sociale) [elle gagne en négligence] Dans les k de
service, en Common law on garantit les matériaux.
R : Le test – le but principal du k pour la qualité marchande des produits. Principe de la
Common law qui dit que les produits dans le k de service doivent être appropriés.

Est-ce qu’elle devrait avoir gain de cause?

• Oui, privé car paie pour recevoir, c’est un choix et non une urgence
• Non, politique sociale, produit dangereux (dans le même égard que le sang),
sperme ce n’est pas du matériel car on ne veut pas de commerce de parties
humaines (tjrs question de politique sociale)

10
11

d) Consignation, Vente avec faculté de retour :

• Commun dans l’industrie des œuvres d’art. L’artiste ne vend pas l’œuvre au
commerce. Si l’art se vend, la galerie / restaurant garde un %, et l’artiste a le reste.
• Le fait de mettre quelque chose en consignation transfert la possession, mais pas
le titre de l’objet.
• C’est différent d’un magasin qui achète un bien. À moins que les parties
s’entendent autrement, la responsabilité reste avec le propriétaire (l’artiste)

Transaction finale seulement si :


a) Vente de l’œuvre d’art à une tierce partie. (Consignataire est un
agent/intermédiaire) Un agent a certaines obligations fiduciaires.
b) L’œuvre retourne au propriétaire
c) Achat par le consignataire.

Avantages d’un K de consignation :


a) plus grande diffusion du produit
b) limite de responsabilité de l’agent
c) limite de risque financier pour l’agent (NB)
d) Permet d’avoir beaucoup d’inventaire sans l’acheter
e) Un syndic ne peut pas saisir et vendre le patrimoine de l’agent car les œuvres
appartiennent toujours à l’artiste.

• La LVO ne s’applique pas avec l’utilisation d’un agent car il n’y a pas de vente.
• Cette relation est régie par la Loi sur les commissionnaires - LSC. (Factor’s Act)

LSC semblable à LSENC???? où le droit s’engage automatiquement lorsque 2 ou plus


personnes décident de coopérer pour tirer un profit. Ceci assure une garantie de paiement
avec l’utilisation d’un agent de commerce.

Loi sur les commissionnaires


Art. 1 - Définitions
L’aliénataire (cf aliénateur) – l’acheteur
Nantissement (Collateral) – quand on met un objet en garantie ex : voiture contre prêt
banquaire
Agent de commerce - personne qui a le pouvoir de vendre des objets dans le cours
normal de ses affaires ou de les donner en consignation, soit
d’acheter des objets ou de les donner en garantie du
remboursement d’un emprunt
Objet Des produits ou de la marchandise et non pas des choses
intangibles comme des actions en bourse.

11
12

 Possession de l’objet (ou du titre ex : un connaissement en commerce international)


avec l’autorisation du propriétaire avec vente dans le cours normal des affaires de
l’agent, la vente est valide au même titre que si le propriétaire l’avait expressément
autorisé.
 On veut protéger les acheteurs de bonne foi art. 1(2) – Une chose est réputée faite
de bonne foi au sens de la présente loi lorsqu’elle est faite honnêtement, qu’il y
ait négligence ou non) Ils doivent ignorer l’absence d’autorisation de vente de
l’agent. Tant que l’agent de commerce a soit la possession de l’objet ou le titre, le
propriétaire est obligé de respecter la vente de l’agent.

LVO
Art. 22 – Vendeur non propriétaire : l’acheteur d’objets vendus sans l’autorisation ou
le consentement du propriétaire, par une personne qui n’en est pas le propriétaire,
n’acquiert pas sur les objets un meilleur titre que celui du vendeur, à moins que le
propriétaire n’ait, par sa conduite, perdu le droit de s’opposer à leur vente par le
vendeur.

Nemo dat quad non habit


(Quiconque ne peut pas donner ce qu’elle ne possède pas)

Exceptions
a) Loi sur les commissionnaires ou une disposition législative donnant au propriétaire
apparent des objets le droit de les aliéner comme s’il en était le véritable propriétaire.

b) lorsque la vente est fait selon un pouvoir spécial de vendre prévu par la common law
ou par une loi, soit en vertu d’une ordonnance d’un tribunal compétent.

Décision: Weiner c. Harris [1910] (p.61)


F: Weiner est un marchand de bijoux. Harris est un prêteur sur gages (pawnbroker).
Weiner remet des bijoux en consignation à un dénommé Fisher, pour que ce dernier
puisse les vendre un peu partout en Angleterre. Fisher prend les bijoux et s’en sert comme
garantie pour un prêt sur gage de Harris. Fisher disparaît. Weiner poursuit Harris pour
récupérer ses bijoux.
QL : Vente par agent de commerce (H est protégé) ou vente avec faculté de retour (W est
protégé)?
Dé : La cour conclut que ce n’est pas une vente avec faculté de retour. Fisher n’était
jamais propriétaire des bijoux. Fisher devait tout simplement garder une partie des profits
comme paiement pour ses services de vendeur. Fisher avait donc le rôle d’agent, qui a
vendu les bijoux dans le cours normal de son commerce (c’était son commerce) Harris est
protégé car il était un acheteur innocent. Weiner a un recours contre Fisher, si jamais il le
retrouve.
R : La réponse à savoir si c’est un K de vente ou un K de vente avec faculté de retour
dépend du contenu du K et de l’élaboration équitable de ses clauses.

12
13

p.69 - Plus particulièrement, 4 types de K :


1) C’est un K de consignation si les biens sont vendus par un consignataire qui se dit
agent de vente de ceux-ci.
2) C’est un K de vente ou de retour si le consignataire devient l’acheteur des biens
(pour souvent les revendre par après)
3) C’est un K de sécurité (??) si lorsque les conditions du K sont analysées le
consignataire achète les biens mais le titre reste à l’expéditeur de la marchandise
pour sécurité.
4) C’est un K de vente sur approbation si les biens sont livrés pour la consommation et
l’utilisation du consignataire mais celui-ci désire l’essayer avant d’en faire l’achat
final ou s’il (de par ses actions) est évident quelle est sa décision (je le veux ou pas),
alors le K devient tout simplement un K de vente normal.

En Amérique du Nord, les trois premiers types de K sont dit des K de consignation.

Décision : Atari Corporation c. Electronics Boutiquestores


F: Electronics Boutiquestores achète des jeux « Jaguar » d’Atari pour une valeur de 369
000 livres sterling. Il s’agit d’un k de vente avec faculté de retour. (Produit livré par le
vendeur et l’acheteur dispose d’une période donnée pour décider d’accepter ou de
retourner la marchandise – est souvent utilisé avec des produits à haut risque comme des
jeux d’ordinateur ou des nouveaux programmes d’ordinateur qui n’ont pas encore été
approuvés. Le vendeur assume le risque commercial) Atari donne jusqu’au 30 nov.
1995 pour la 1e commande, et jusqu’au 31 jan. 1996 pour la 2e commande. Les
défendeurs confirment le 28 novembre 1995 par télécopieur qu’ils allaient payer. Le 19
janvier 1996, EB veut retourner la marchandise. Atari dit qu’ils sont en retard pour la
facturation, donc ne peuvent pas retourner. EB s’est dit dans les délais, donc vont en
Cour.
Argument EB :Un arrangement a été fait avec les demandeurs qu’il paierait seulement
les biens vendu en magasin.
Argument AC : Ils doivent payer pour toute la commande suffit qu’il y ait un contrat.
Dé : Le K entre les parties n’est pas super clair. On ne sait pas vraiment si les parties
voulaient dire que la marchandise devait être retournée avant le 31 janvier 1996 ou s’il
fallait juste que ce soit un préavis de retour de la marchandise ou quoi. Si c’est le cas (et
ça semble l’être) qu’il fallait un préavis avant de retourner la marchandise, il y a certains
éléments qui doivent y être inclus. Le K entre les parties prime. Pour que la LVO
s’applique, il doit y avoir une obligation de vente (art. 19, règle 4). En l’espèce, il n’y en
a pas. Il y a une faculté de retour, avec aucune obligation de vente après la date spécifiée
au K. Donc LVO ne s’applique pas.

13
14

Art. 19 – Règles concernant l’intention des parties


Règle4
La propriété d’objets livrés à l’acheteur dans le cadre d’une vente sur approbation,
« avec faculté de retour » ou accompagnée d’autres clauses analogues, est transférée à
l’acheteur, selon le cas :
(i) Lorsque les biens sont acceptés soit expressément ou implicitement à travers la
conduite de l’acheteur.
(ii) Si pas signifié acceptation mais que l’acheteur garde les objets à l’expiration du
délai fixé pour le retour de ceux-ci, ont considère qu’il n’a pas refusé les objets donc
accepté.

Acceptation a lieu lorsque :


1) Il y a une acceptation expresse;
2) Présence d’un acte, qui, sans le dire explicitement, accepte (ex : vendre le bien à
qqu’un d’autre);
3) Expiration d’un délai :
a) raisonnable (question de fait – décidé par un jury ou un juge seul, et ne peut
pas être porté en appel à moins d’être déraisonnable), ou
b) prévu au K.

3. Formation du contrat de vente [art. 3, 4, 6, 9, 10 LVO]

a) La Loi sur la vente d’objet :

Art. 2 (1) – Contrat de vente: Contrat de vente d’objets, soit propriété transférée d’un
vendeur à un acheteur.

Art. 3 (1) - Capacité : Si fournitures nécessaires le k est valide, sinon le k est non valide.
Si un enfant de gens aisés, possibilité de k. Discrétion du juge.
Art. 3 (2) - Définition : ….l’expression « fournitures nécessaires » s’entend des objets
approprié à la condition sociale du mineur ou de l’autre incapable (***fourniture
nécessaire pour un enfant millionnaire va différer que pour un enfant sur la rue) et
répondant à ses besoins réels au moment de la vente et de la livraison.

Art. 4 – Forme du k : Le contrat peut être écrit ou oral (poignée de main, dires, …).

Art.6 (1) – Objets futurs : objet déterminé (objet ou les deux conviennent de l’objet
précis à transférer). Contrat pour objets déterminés.

« Objet déterminé » : L’acheteur qui décide de l’objet.

« Objet indéterminé » : Le vendeur qui décide de l’objet : amazone.com, voiture sur


commande, objets sur commande.

14
15

« Objet existant » : Tout objet disponible sur les lieux.


« Objet futur » : Cultures (récolte de matières premières comme orange, pomme,…).

Art. 9 (1) - Prix : Prix fixe le plus courant sur l’objet. Prix fixé par le contrat et fixé selon
l’usage du consommateur. Mécanisme pour fixer un prix : ressources naturelles (prix du
pétrole à la bourse).

Art. 9 (2) – Prix non-déterminé : Si rien n’est convenu dans un k complexe, la loi
prévoit que l’acheteur va payer un prix raisonnable décidé par le jury ou le juge seul. On
peut porter en appel si une question de droit.

Art. 10 (1) – Promesse de vente sur estimation: Si le mécanisme utilisé est l’estimation
par un tiers, il faut payer le prix de l’évaluation, sinon revenir à un prix raisonnable.

Art. 10 (2) – Estimation empêchée par une partie : Le vendeur ou l’acheteur qui
empêche le tiers de procéder à l’estimation répond en d-i de sa faute à l’autre.

Deux grands problèmes dont fait face la Cour et la législature en droit commercial :
1-Lorsqu’un vendeur vend des biens en prenant avantage de la naïveté de l’acheteur, sa
faiblesse ou sa simple ignorance ou encore met de la pression sur celui-ci.
2- Le vendeur n’a mis aucune pression et n’a rien fait de mal. Sauf qu’il existe un
déséquilibre de pouvoir entre les deux parties qui fait en sorte que le vendeur en ressort
avec un plus grand avantage.

***Le grand débat au sein des Cours est à savoir si on protège le consommateur ou si
pacta sunt servanda (il y a K donc faut le respecter) s’applique.

***Tandis qu’à la législature, on adresse directement et plus clairement les problèmes


mentionnés ci-haut.

4. Obligations de base de l’acheteur et du vendeur aux termes de


la LVO – Livraison et paiement (Délais) [art. 10, 11, 26-36, 54
LVO]

Art. 11 - Délais : L’obligation de base des parties est de payer et livrer la marchandise.
La notion de délai : n’est pas une condition essentielle au k. Par défaut, à moins de
stipulation contraire, les délais ne sont pas une condition essentielle, donc devient une
garantie. Si délai violé, c’est une garantie.

Art. 26 - Obligation du vendeur et de l’acheteur : Les deux obligations de base :


obligation de livrer l’objet au vendeur et l’obligation de l’acheteur d’accepter les objets et
de les payer.

15
16

Art. 27 - Conditions concomitantes : Livraison et paiement sont des conditions


concomitantes. Pour recevoir la possession, il faut payer à moins que spéculer contraire
dans le contrat.

Art. 28 - Livraison : Beaucoup de choses dépendent du contrat quand ça vient à la


livraison. Indépendamment de tout contrat exprès ou tacite, la livraison a lieu à
l’établissement du vendeur, s’il y en a un, et, à défaut, à sa résidence. La livraison
d’objets déterminés qui, au moment de la conclusion du contrat, se trouvent ailleurs à la
connaissances des parties, se fait à l’endroit où ils se trouvent.

Bref….La livraison est le transfert de propriété des objets du vendeur à l’acheteur. (p.401
CCST)
a) Délai de livraison :

Décision: Hartley c. Hymens [1920] (p.402)


F : En 1918, M. Hartley et Hymens signent un k. M. Hymes achète 11 000 lbs de coton.
La livraison doit être faite entre septembre et novembre 1918. Le k prévoit que s’il y a
défaut de livraison l’acheteur a le droit de résilier le k. On ne livre pas à temps. M.
Hartley arrive en mars 1919 avec son coton. M. Hymens n’accepte pas. M. Hartley
poursuit et argumente que Hymens doit accepter la marchandise et payer.
QL: Est-ce que le délai de livraison est une partie essentielle au contrat?
Dé : (1) Dans un contexte commercial, entreprise à entreprise, le délai de livraison est
une condition essentielle. La décision va à l’encontre de la LVO. (2) Si le délai est échu,
pas obligé d’acheter. On ne peut pas forcer si la date de livraison est passée.
R : Un vendeur qui n’a pas livré les objets dans le délai stipulé dans le contrat ne peut pas
obliger l’acheteur d’accepter la livraison après que ce délai est expiré.

Tomas : Hartley c. Hymans (p.402) : dans le contexte commercial (entre deux entreprises) le délai
de livraison est une condition essentielle.
Le juge cite (p. 402) un ouvrage qui dit « In mercantile contracts, … ». Or, la LVO stipule
le contraire. Néanmoins, dans un contexte commercial (entre deux entreprises), la règle de base
est que le délai de livraison est une condition essentielle.
Deuxièmement, si le délai de livraison est écoulé, l’acheteur n’est pas, de prime abord, obligé
d’accepter (403): « Now, if …
NOTE :
Art. 27 de la Loi sur la vente d’objets s’appliquerait aujourd’hui pour dire que la livraison
et le paiement sont des conditions essentielles du contrat. Art. 11 donne une petite
exception.

Art. 28 (2) – Délai : Le vendeur qui est tenu d’expédier les objets à l’acheteur aux
termes
du contrat de vente, doit les expédier dans un délai raisonnable, si aucun délai n’a été
fixé.
Art. 54 – Délai raisonnable : La question de savoir ce qu’il faut entendre par délai
raisonnable
est une question de fait.

16
17

Décision : Allen c. Danforth Motors Ltd. (1957) (p. 403)


F: Mme Allen achète une voiture et la commande spécialement. Elle voulait avoir la
voiture pour une fin de semaine en question pour voyager. Elle ne la reçoit pas au
moment demandé et refuse de l’acheter le moment venu. Voyage prévu le 14 avril et
livraison le 19avril. Le vendeur lui a offert une voiture de courtoisie pour son voyage.
QL : Quel est le délai de livraison raisonnable?
Argument A : Le samedi 14 avril était la date stipulée selon la preuve extrinsèque.
Argument DM : Aucune date de livraison était spécifiée dans le contrat donc aucune
obligation de livraison à une certaine date.
Dé : Il n’y a pas de date précise spécifiée dans le contrat. Le juge se retrouve avec deux
choix : (1) si pas de date, la livraison va peut se faire à un délai raisonnable (art. 28 (2)
LVO), (2) est-ce une condition essentielle, est-ce que le délai de livraison est une
condition (art. 11 LVO). La loi relativement à cette loi explique que c’est une question de
fait et l’art. 11 dit selon les termes du contrat et présume que c’est une garantie. Le juge
conclut que le délai de livraison est une garanti donc Mme Allen doit accepter la voiture à
la date du 19 avril, car c’est le délai de livraison est une condition de garantie. Le
problème dans ce cas, l’élément qui a joué est que la voiture est un objet fait sur mesure
(couleur spéciale).
R : (p.406), art. 54 : une question de délai raisonnable est une question de fait. Rien dans
le contrat qui dit que c’est une condition essentielle. Il faut plutôt regarder l’art. 54 de la
LVO et selon les faits, déterminer le délai raisonnable de livraison. Selon les faits,
l’intimé a livré la marchandise dans un délai raisonnable et l’appelante n’avait pas le droit
de refuser l’acceptation du véhicule. Mme Allen est donc propriétaire de la voiture
qu’elle a commandé. En l’espèce, si le contrat ne stipule pas de date de livraison ou délai
de livraison alors celle-ci doit être faite dans un délai raisonnable.
Décision : Chas Richards Ltd. c. Oppenheim [1950] (p. 407)
F : Commande d’une Rolls et la date de livraison est prévue pour 20 mars. Le 29 juin M.
Oppenheim écrit à M. Chas Richards et lui dit qu’il a besoin de sa voiture pour le 25
juillet. Le 9 juillet, la cie informe M. Oppenheim qu’elle ne pourra pas respecter le délai
du 25 juillet. M. Oppenheim achète alors une autre voiture. On lui livre la voiture le 18
octobre. M. Oppenheim ne veut pas payer.
Arguments M. Oppenheim : date prévue au k. Temps très précis, même spécifié que la
voiture était importante pour une telle date. La raison était connue par le vendeur. Délai
pour accommoder le vendeur, mais tjrs affirmer l’importance du délai (lettre). Il a alors
acheté une autre voiture donc pas acheter une deuxième voiture. Délai de 9 mois non
raisonnable.
Arguments M. Chas Richards : Si délai important (20 mars), pourquoi permettre une
extension. Oppenheim leur envoie le message que le délai n’est pas si important que cela,
jusqu’au moment ou ce que le vendeur reçoit la lettre demandant la voiture pour le 25
juillet. À cause des circonstances hors de son contrôle, il a fait la livraison raisonnable
(bonne foi du vendeur). Un autre point important : la Rolls est une voiture faite sur
mesure.
QL : Est-ce que le délai est une condition essentielle au k? Délai raisonnable?
Dé : La cour conclut que le délai est une condition essentielle. À partir du moment ou il a
renoncé à ses droits, perd se droit. Bien que df a initialement renoncé à son droit, « … he was
entitled … » (409). Il était en droit de ressusciter son droit en donnant un avis raisonnable aux

17
18

demandeurs. La lettre du 29 juin donnait un délai raisonnable. La cour en vient à la conclusion


que l’acheteur qui a refusé doit donner un délai raisonnable au vendeur.

b) Dépôt et délai de livraison:

Décision: Sunstrum Ranching Company Ltd c. Internationale Building Systems Ltd.


[1975]
F: Un contrat de vente entre les deux pour l’achat d’une grange en métal. Le prix de
vente est de 11 485$. M. Sunstrum fait un dépôt de 2 485$ pour un solde de 9000$ restant
à payer. Dans le contrat il y a deux clauses importantes concernant le prix et la livraison
établit à la première semaine de juin (qui donnait le temps à Sunstrum de bâtir la grange
pour entreposer la machinerie, le grain et loger des vaches). Le 14 juin, le fils de M.
Sunstrum appelle M. Neil et M. Neil lui répond que ça va prendre encore quelque
semaine du à la grève des chemins de fer. La vraie raison, M. Neil n’avait pas encore
commandé le produit. M. Sunstrum essaie alors de rejoindre M. Neil, sans laisser de
messages. On est rendu au mois de juillet tjrs pas de grange à l’horizon. Le 30 juillet, M.
Sunstrum achète d’un autre fournisseur et fait construire une autre grange. Le 26 août, M.
Neil communique M. Sunstrum pour lui dire que ça grange est arrivée. La livraison est
due pour le 3 septembre. M. Sunstrum lui dit qu’il a fait affaire avec quelqu’un d’autre et
refuse la livraison. La livraison est faite le 28 août. M. Sunstrum va en cour pour se faire
rembourser son dépôt de 2485$.
QL : Délai de livraison?
Dé : La cour a donné l’impression que le demandeur n’insistait plus sur le délai de
livraison. C’est le défendeur qui a gain de cause. Le demandeur aurait du laisser un
message, ce qui n’a pas été fait. En ce qui concerne le dépôt, la cour parle de la règle sur
le dépôt. Pour le dépôt, il y a deux rôles possibles : (1) « Dépôt» garantir que l’acheteur
est vraiment sérieux; (2) « paiement partiel » le dépôt peut être le paiement partiel du
prix. La différence entre les deux, si (1) en cas de défaut du k tombant à l’eau, le vendeur
a le droit de conserver le dépôt; si (2) l’acheteur est remboursé. La Cour conclut que la
QL concernant le dépôt est la garantie de l’achat. Le dépôt est donc une question de fait.
En l’espèce, preuve que c’est pour garantir le « sérieux ».

Exercise en classe pour trouver les arguments des deux parties :


Argument de Sunstrum :
a. conditions essentielles dans le k = Hartley – le seul temps disponible (contexte
commercial)
b. Pas fait sur mesure et la question de revendre n’était pas un problème pour eux.
c. Tenter de rejoindre Neil mais sans vain, mais n’a jamais renoncé avant à la date de
livraison.
d. Répudier le contrat – si conditions essentielles et k violé.(Openheim/Hymes)
e. S. peut ravoir son argent par prétexte de l’enrichissement sans cause de Neil.
Arguments des défendeurs :

18
19

a. Renonciation implicite – jamais laissé de messages : délai raisonnable.(Openheim)


b. le délai est une garantie donc S ne peut pas répudier au k.
c. Un délai raisonnable est une question de faits (discrétion du juge).
d. le fils n’a pas laisser de message claire que le délai était si important. M. S. a essayé de
rejoindre, mais sans laisser de message. La dernière vraie communication est en juin par
son fils, donc Neil a l’impression que le délai de livraison n’est pas une importance en
soi.
e. Objet sur mesure.

c) REVUE DU DÉLAI DE LIVRAISON

Date de livraison Défaut Prolongation avec Prolongation sans


(vendeur) nouvelle date de nouvelle date de
livraison livraison
(ex. : Oppenheim) (ex. : Oppenheim)

Si c’est une Acheteur a droit de Acheteur a droit de Acheteur a droit de


CONDITION répudier son K et répudier son K répudier le K après
droit à des d-i seulement après la un délai raisonnable
nouvelle date de
livraison et a droit à
des d-i

Si c’est une Acheteur a droit à Acheteur a droit à Acheteur a droit à


GARANTIE des d-i seulement des d-i à compter de des d-i après un
la nouvelle date de délai raisonnable
livraison seulement

N.B.
 Entre l’ancienne date de livraison et la nouvelle date de livraison = aucun recours
 Après l’expiration d’un délai raisonnable :
-c’est une question de faits pour déterminer c’est quoi un délai raisonnable
-Art. 28(2) et 54 de la Loi sur la vente d’objets

P.413 CCST
Parle des différentes options pour l’acheteur lorsque le vendeur ne livre pas dans les
délais énoncés.

p.414 CCST
Termes utilisés dans un K de vente pour fixer le moment où le transfert de propriété a
lieu.

« Exworks » : devient propriétaire dès que le transfert est fait.

19
20

« Free on rail » : moment ou chargé dans le train.

« Free on board » : bateau (Franco abord).

d) Le dépôt :

 Le dépôt a deux fonctions :


1. Garantir le “sérieux” de l’acheteur (c.a.d. l’acheteur est-il vraiment engagé à
payer?)
2. Paiement partiel du prix

Selon les faits, nous allons choisir lequel des deux s’applique.

 Si le dépôt à la fonction #1 : en cas de défaut (k tombe à l’eau) le dépôt va rester au


vendeur.
 Si le dépôt à la fonction #2 : en cas de défaut, le dépôt revient à l’acheteur (donc il
est remboursé)

En l’espèce, la Cour détermine que c’était un dépôt donc, au sens stricte du mot défini ci-
haut à #1, le vendeur a le droit de le garder.
Important de regarder quelle était l’intention de l’acheteur en payant la somme.

Décision: Beaver Speciality c. Bain (p.416)


F: Beaver acheteur et Bain vendeur. Le k contient disposition FOB Toronto, un k de vente
pour 4000 caisses de noix chinoise qui doit être envoyés en deux chargements. FOB
Toronto : le titre de caisse de noix doit passer à l’acheteur dès que les caisses sont
chargées à bord du camion à Toronto. Théoriquement, le titre passe. Les noix arrive à
destination, cependant elles sont toutes pourries.
Argument du vendeur: Propriété transférée automatiquement FOB = risque.
Argument de l’acheteur: La qualité marchande non présente. Le produit doit
correspondre au produit dont il y a eu entente. Le droit d’inspection du produit.
R : art. 33 : le k n’a pas lieu tant que l’acheteur n’a pas vérifié les objets. art.19 : transfert
de propriété d’objets) Voir Règle 5 de l’art. 19 : le transfert de propriété a lieu.
Contradiction des deux art., en réalité art. 33 prime même si c’est dans le contrat on
donne la chance à l’acheteur de vérifier la marchandise.

5. Conditions et garanties implicites (clauses incluent dans les k


de vente)

 La loi impose sur tous les contrats de vente certaines clauses.


 Ces clauses peuvent par contre être enlevé par les deux parties (au contraire des
américains qui ne peuvent pas les enlever).

Art. 12 (1) - Violation d’une stipulation: Lorsque le contrat de vente est subordonné à
la réalisation d’une condition par le vendeur, l’acheteur peut soit renoncer à la condition,

20
21

soit considérer la violation de la condition comme une violation de garantie et non


comme un motif l’autorisant à considérer le contrat comme résolu (droit de répudier)

Art. 12 (2) – Condition ou garantie: Nous dit ce que l’on peut faire si c’est une
condition ou une garantie. Par contre, il est important de bien interpréter les clauses car, il
est possible qu’une stipulation appelée garantie constitue en fait une condition.

Art. 12 (3) – Condition équivalent à une garantie : Lorsque le contrat de vente est
accepté en partie ou en totalité par l’acheteur ou la propriété est transférée à l’acheteur, la
violation d’une condition par le vendeur doit être considérée comme une violation de
garantie et non comme un motif autorisant l’acheteur à refuser les objets et à considérer
le contrat comme résolu, sauf stipulation expresse ou implicite à cet effet.

Art. 13 Liberté ktlle - Condition et garantie implicite : a. condition implicite que le


vendeur a droit de vendre; b. garantie implicite que l’acheteur a possession paisible; c.
garantie implicite que les objets sont libres de toutes charges… voir la LVO.

a) Le droit de vendre et la possession paisible

Décision : Niblett Ltd. c. Confectioner’s Materials Co. Ltd. [1921] (p. 192)
F : Niblett a un contrat avec le confiseur. Le contrat oral et écrit comprend une entente de
3000 caisses de lait concentré de marque de fabrique Nissly. Nestle a communiqué le
Niblett en demandant que Nissly doit être enlevé des tablettes à cause que cela
contrevient à leur marque de commerce (que c’est un produit importé) D’ailleurs, Niblett
n’avait pas la complète possession des produits qu’il possède. Il possède légalement des
produits mais ne peut les vendre. Niblett était donc pris avec des produits qu’il ne pouvait
vendre. Ce dernier poursuit le confiseur.
QL : Est-ce que Confectioners’ Materials avait le droit de vendre? (art. 13a) Est-ce une
question de possession paisible?
Dé : La garantie est claire dans le contrat. Niblett ne savait pas concernant le problème de
marque de fabrication. Niblett peut poursuivre pour dommage car il ne peut vendre les
produits en sa possession. Oui, Confectioner’s avait le droit de vendre le produit mais la
marque livrée devait quand même être légale. Si l’acheteur ne peut pas utiliser le bien, ça
veut normalement dire que la garantie de possession paisible n’a pas été respectée et on
peut avoir droit à des d-i.
R : Le bris d’une garantie du contrat donne droit à des d-i (Art. 12(2) de la LVO).

Décision : Rowland c. Divall [1923] (p. 193)


F : Le demandeur achète une voiture motorisée du défendeur. Il en prend possession et
l’apporte à son garage pour la revendre, ce qu’il fait, il l’a vendu à un acheteur. La voiture
se retrouve à être une voiture volée, ce que le demandeur prend compte lorsque la police
l’intercepte après qu’il l’a vendue. Le demandeur et son acheteur ont été en possession de
cette voiture pour une période de 4 mois. La voiture est confisquée par la police. Il

21
22

poursuit le vendeur initial pour récupérer le montant d’argent qu’il a déboursé pour la
voiture volée.
QL : Vendeur avait-il le droit de vendre?
Dé : Si on se réfère à l’art. 51 LVO (violation d’une condition comme violation de
garantie), même si le demandeur a eu en sa possession la voiture pour 4 mois, cela
n’éteint pas ses droits de mettre fin au contrat. Il est vrai que la voiture lui a été livrée,
mais le vendeur n’avait aucun droit de la vendre, et d’ailleurs le demandeur n’a pas reçu
ce à quoi il a payé, soit une voiture qu’il aurait eu possession. L’objet n’a jamais obtenu
au vendeur, donc l’acheteur a le droit de se faire compenser.
R : On ne peut pas répudier un contrat si on ne peut pas retourner les biens.*Wherever a
condition (art. 13 LVO) is broken the contract can be rescinded, and with the rescission
the buyer can demand a return of the purchase money, unless he has, with knowledge of
the facts, held on to the bargain so as to waive the condition. *It seems to me that in this
case there must be a right to reject, and also a right to sue for the price paid as money had
and received on failure of the consideration, and further there is no obligation on the part
of the buyer to return the car because the seller had no right to receive it. (General rule)
Décision : Butterworth c. Kingsway Motors Ltd. [1954] (p. 196)
F : Faits semblables à Rowland c. Divall. 3 janvier 1951 : Mme Rudolph obtient l’auto à
travers un contrat de location qui lui donne une option d’achat (pas une vente donc la loi
ne couvre pas ce type de contrat) avec Bowmaker. Elle fait certains paiements mais
n’achète pas officiellement l’auto. 1 août 1951 : elle vend l’auto à Leonard Kennedy (un
marchand d’auto) pour 1000 livres. 11 août 1951 : M. Kennedy vend l’auto à Hayton
pour 1015 livres. 11 août 1951 : Hayton vend l’auto à Kingsway Motors pour 1030 livres.
Entre 15 et 30 août 1951 : Kingsway Motors vend l’auto à Butterworth pour 1275 livres.
Demandeur enregistré officiellement comme propriétaire de l’auto le 15 janvier 1952.
Entre temps, Mme Rudolph continuait de faire des paiements à Bowmaker sur l’auto et
sous la même entente avec option d’achat. Mme Rudolph par la suite a connaissance du
fait qu’elle n’avait d’abord et avant tout pas le droit de vendre l’auto à premier lieu donc
elle averti Bowmaker de son action. Bowmaker envoit une lettre au demandeur et lui
raconte la situation. Il aimerait soit que Butterworth retourne l’auto ou l’achète
officiellement d’eux pour 175 14s.2d livres. 17 juillet 1952 : avocat du demandeur
demande le remboursement de la somme qu’il a payé pour l’auto au défendeur. 23 juillet
1952 : Bowmaker envoit une lettre à Butterworth lui disant qu’ils ont reçu une somme
d’argent de Mme Rudolph.
QL : Est-ce que la lettre du 17 juillet est une révocation de contrat de la part du
demandeur? Qui est titulaire du droit de propriété sur l’auto?
Dé : Toutes ces transactions ont été faites de bonne foi de la part de tout le monde. Toutes
les transactions de vente n’auraient pas dû avoir lieu car, Bowmaker avait toujours le titre
de propriété lors de ces ventes/achats. Il faut regarder la date où l’acheteur a démontré un
intérêt de résilier le contrat et en l’espèce, l’affaire n’était pas réglée à cette date. La Cour
traite les k de vente précédentes comme des garanties à causes des dates; on regarde la
date ou on met fin à la transaction, puis pour le reste de la chaîne de k e ventes, on les
traite comme des garanties. La Cour donne gain de cause au demandeur.

Trois questions essentielles à la conclusion du juge :

22
23

Droit de résilier le contrat et être remboursé?


- Le demandeur avait le droit de résilier le contrat et l’a effectivement fait avec sa lettre
du 17 juillet. Il a donc droit à un remboursement de la somme qu’il a payé pour cette
auto.
- Le demandeur n’a jamais démontré une intention de garder l’auto, il voulait tout
simplement se faire rembourser son argent.
Titulaire de la voiture?
- Le 25 juillet 1952, Mme Rudolph a fait un paiement qui a terminé le droit de
propriété de Bowmaker sur l’auto.
- En l’espèce, à partir de cette date, Mme Rudolph est la personne qui détient le droit
de propriété véritable sur l’auto.
Droits de tous ceux et celles qui ont acheté l’auto d’une transaction à une autre?
- Les défendeurs ont le droit de poursuivre Hayton et ainsi de suite pour dommages-
intérêts pour bris de garantie du contrat mais ne peuvent pas résilier le contrat à cause
des dates où ils ont acheté la voiture.
- Par contre, à travers tout ceci, les défendeurs ont acquis le droit de propriété et
doivent garder ça en tête.
- On remonte la chaîne et droit à des d-i de 475 livres.
R : Violation d’une condition du contrat donne droit à la résiliation de celui-ci. On ne
peut pas vendre un objet dont nous n’avons pas la possession.

Décision : Patten c. Thomas Motors Pty. Ltd. (1965) (p.201)


F: Août 1960 : Entente de location-achat entre Mme Persch et Commercial & General
Acceptance Ltd. (cette compagnie finance la transaction) concernant une auto. Avril
1961 : Mme Persch vend l’auto à Clinton Motors Pty. Ltd. même si elle n’avait pas
légalement le droit car, elle n’était toujours pas propriétaire de l’auto. 22 avril 1961 :
Clinton vend l’auto à Thomas Motors Pty. Ltd. 26 mai 1961 : Patten achète la voiture de
Thomas Motors. Août 1961 : Mme Persch va voir une autre compagnie de financement
(Deposit & Investment Co. Ltd.) pour demander un prêt pour rembourser Commercial &
General Acceptance et leur donne la voiture en garantie. Elle prend cet argent et paie
Commercial & General Acceptance. Mme Persch arrête de rembourser Deposit &
Investment Co. Ltd. Le demandeur a utilisé l’auto pendant 2 ans jusqu’à ce que Deposit
& Investment Co. Ltd. lui demande de leur retourner l’auto. Demandeur refuse et le 15
juillet 1963, compagnie saisisse l’auto. La réalité est que Mme Persch a fraudé la
compagnie financière a lui prêter de l’argent pour terminer de payer l’auto. Donc, la
compagnie financière a un intérêt dans l’auto.
QL : Est-ce que le fait d’avoir payé pour un objet fait en sorte qu’il y a propriété
instantanée sans égard pour les autres transactions faites auparavant? Qui aurait pu
prévenir le dommage?
Dé : Appel de la décision du juge de première instance qui avait conclut en faveur de
l’intimé. En théorie, dès que Mme Persch a fait le dernier paiement, elle a obtenu le titre
de propriété et celui-ci a voyagé à travers la ligne de transactions jusqu’à l’appelant.
Quand les parties sont innocentes, la cour regarde qui aurait pu prévenir ce désastre (qui
est mieux placé pour empêcher toute cette situation). En l’espèce, Deposit & Investment
aurait dû s’assurer que Mme Persch avait la voiture en main (sûreté mobilière)
Commercial était propriétaire, le jour où Mme Persch a payé Commercial, elle est

23
24

devenue propriétaire de l’auto. Le titre est passé ensuite dans la chaîne jusqu’à Patten.
Au mois d’août, quand Deposit voulait prendre hypothèque sur voiture mais celle-ci
n’appartenait plus à Persch à ce moment donc, pas de droits sur l’auto. Jugement en
faveur de Patten.

Décision : Microbeads AG c. Vinhurst Road Markings Ltd [1975] (p.206)


F: Compagnie Microbeads (compagnie suisse) vend à Vinhurst. Vinhurst est la
compagnie qui fait les lignes sur les routes donc, ils achètent de l’équipement. Janvier et
avril 1970 les contrats sont conclut. Novembre 1970 : Prismo obtient un brevet sur les
machines qui font les lignes sur les routes. Donc, les machines vendu à Vinhurst violent
le brevet. Prismo obtient une injonction pour empêcher d’utiliser les machines.
Arguments de V. : Pas le droit de vendre. Pas de possession paisible (mais c’est une
garantie donc droit aux d-i mais peut pas résilier le contrat).
Argument de M : “Title paramount” = une notion en droit immobilier. C’est le droit de
propriété le plus fort possible et ce que Microbeads essait de dire que quand il y a
quelque chose d’externe qui arrive (brevet de Prismo), c’est parce que Prismo a le plus
haut titre possible et la LVO ne s’applique pas quand c’est une question de « title
paramount ».
Dé: Cour rejette l’argument de Microbeads concernant le “title paramount”. Vinhurst a le
droit de récupérer des d-i de Microbeads.

b) La description

Art. 14 – Vente sur description : Le contrat de vente d’objets sur description contient la
condition implicite que les objets correspondent à la description. Lorsque la vente est à la
fois sur échantillon et sur description, il ne suffit pas que la masse des objets corresponde
à l’échantillon si les objets ne correspondent pas à la description.

Art. 15 – Condition implicite quant à l’usage : renvoie aux 4 conditions art. en


question.

***C’est une condition que la marchandise reçue correspond à la description. Si


condition violée, peut répudier le contrat.

Un contrat de vente sur description :


Un catalogue et on place une commande pour X et qu’on livre X sinon bris de contrat.

NOTE :
Toujours déterminer la nature du contrat d’abord et avant tout.

Décision : Andrews Brothers Ltd. c. Singer & Co. Ltd. [1934] (p. 212)
F: Singer est un fabriquant de voiture et Andrews l’acheteur. Millage sur la voiture
lorsque reçue.

24
25

QL : Est-ce que le vendeur peut donner cet objet pour satisfaire aux obligations du
contrat d’une voiture neuve? Quels sont les termes du contrat? L’art. 14 de la loi est-il
exclut?
Argument de S : Pas garantie des voitures neuves. Clause qui exclut l’application de la
loi dans le contrat donc celle-ci ne s’applique pas.
Dé : La Cour réfute l’argument de Singer car, partout dans le contrat, on parle de voiture
neuve.
Si quelqu’un veut exclure une partie de la loi, on ne peut pas juste mettre une clause
générale. Faut être beaucoup plus précis que ça. S’ils veulent le faire, il faut le faire
d’une façon « much cleaner than this (p.214) ». Il y avait une description dans le contrat
(voiture neuve) donc, il y a violation d’une condition expresse au niveau de l’art. 14 de la
loi. Le langage du contrat n’est pas assez précis pour exclure la loi donc l’acheteur selon
l’art. 14 peut résilier le contrat. Le juge ne permet pas qu’on enlève la protection du
consommateur, en l’espèce, la Cour permet la résiliation du contrat.

Décision : Varley c. Whipp [1900] 1 QB 513 (p.214)


F : Juin 1899 : Entente pour acheter une machine. Vendeur dit qu’elle est presque neuve
et peu utilisée. Acheteur lui fait confiance et sans voir la machine décide de l’acheter. La
machine à ce moment n’appartenait pas au demandeur mais suite à leur conversation, il
est allé l’acheter. 28 juin 1899 : machine est mis sur le train pour transport à Beverley. 2
juillet 1899 : défendeur envoie une lettre au demandeur lui disant que la machine n’est
pas du tout ce qu’il s’attendait et qu’elle paraissait assez usagée. 14 août 1899 :
défendeur retourne la marchandise et Demandeur entame action pour se faire payer.
1ère instance:
- Juge dit que c’était un contrat par description et qu’en effet il y avait eu bris de
garantie.
- Par contre, ce n’est pas un motif pour rejeter la marchandise.
- Défendeur porte cette décision en appel.
QL: Est-ce que les mots utilisés par le vendeur étaient une description ou une garantie? Y
a-t-il eu transfert de propriété?
Argument du vendeur : L’objet est déterminé car, il y en a juste un donc contrat doit
être respecté. Il est livrable. Pas de condition, financement et inspection. Selon la règle 1,
doit respecter.
Argument de l’acheteur : Condition implicite que l’objet doit correspondre à la
description.
Dé : Il y a la question de titularité car, le vendeur n’était pas encore propriétaire de la
machine au moment où il a fait une entente avec l’acheteur. Selon l’article 13 de la Loi
sur la vente d’objets de 1893 (article 14 aujourd’hui), c’est implicite que lorsqu’on
conclut un contrat par description que la marchandise va effectivement correspondre avec
la description donnée. La section de la loi qui détermine la titularité est l’article 17 de la
LVO (article 18 aujourd’hui).La lettre du 2 juillet n’est pas totalement un rejet de la
marchandise mais n’est certainement pas une acceptation. Donc, le droit de propriété n’a
jamais passé à l’acheteur. Appel accueilli. Jugement en faveur du défendeur Whipp. On
ne regarde pas la date du k, mais la date d’acceptation.

25
26

R : Contrat valide d’achat et s’il n’y a pas d’acceptation, il peut y avoir résiliation. On
doit appliquer art. 14 et non pas 19, quand l’acheteur n’a pas vu l’objet.

Art. 19 – Règles concernant l’intention des parties (argument vendeur): Détermine à


quel moment le titre de propriété passe d’un individu à l’autre. Faut que l’objet soit
déterminé et livrable.

Art. 14 – Vente sur description (argument acheteur) : Condition implicite et droit de


résiliation.

Décision : Beale c. Taylor [1967] 3 All ER 253 (p.217)


F: Avril 1966 : M. Taylor (vendeur) place une annonce pour vendre son auto qu’il croyait
être un convertible Herald 1961. Dans l’annonce il y a mis la description de son auto :
Herald convertible 1961, le prix etc. Le demandeur (acheteur) décide d’aller voir l’auto à
la résidence du vendeur. Ils prennent une promenade et à la fin, la mère du demandeur
fait une offre à M. Taylor dont il accepte. Le demandeur s’est plaint qu’il avait de la
misère à conduire car, le volant tirait vers la gauche. Éventuellement, il fit vérifier l’auto
par des garagistes et ceux-ci lui ont dit qu’il avait acheté une auto fabriquée de deux
autos. (avant était plus vieux que derrière). Dans le fond, des experts ont déterminé que
l’auto avait été dans un accident et devrait être condamnée (pas conduite). Ce n’était pas
apparent.
QL : Est-ce une vente par description ou la vente d’un objet vue et acheté grâce à son
estimation personnelle de la qualité du produit?
Argument de B : C’est une vente par description et le véhicule qu’il a acheté ne
correspond pas à la description mis dans le journal.
Argument de T : Ce n’était pas une vente par description car, l’acheteur l’a vu, essayé et
avait amplement d’opportunité pour lui faire passer des tests. L’acheteur n’a subit aucun
dommage.
Dé : Article 13 de la Loi sur la vente d’objets de 1893 indique qu’implicitement lorsqu’on
achète par description on s’attend à ce que la marchandise y corresponde. Lorsque
l’acheteur s’est rendu chez le vendeur pour voir la voiture, celui-ci s’attendait de voir la
voiture telle que décrite dans l’annonce. À priori, le vendeur ne faisait aucune garantie ni
conditions de contrats mais au fond, il vendait une auto avec une telle description. Il n’y
avait pas de mauvaise foi de la part des deux parties mais le fait que suite à une
inspection l’auto fut découverte pas conforme avec sa description, c’est suffisant pour
donner gain de cause à l’acheteur. Il n’y a pas vraiment de faute mais c’est clair que
l’objet ne correspondait pas à la description. Appel accueilli. Jugement en faveur de
Beale.
R : Si objet spécifique, le titre de propriété est passé. Par contre, dès qu’il y a un élément
de description, l’art. 14 de la LVO s’applique. Donc, si tu te fies à la description, t’es
protégé par l’article 14. En l’espèce, l’acheteur a droit de résilier le k.

Décision : Harlington and Leinster Enterprises Ltd. c. Christopher Hull Fine Art Ltd.
(p.220)

26
27

F: Harlington est l’acheteur et Hull le vendeur. Deux entreprises, donc pas vulnérable.
Vente d’une peinture (toile de Gabrille Munter) où il y a eu un examen fait par l’acheteur.
Découvre plus tard que c’était une fausse. L’entente était que la peinture serait achetée
pour 6000 livres si et seulement si les demandeurs trouvaient un autre acheteur sinon, la
peinture serait retournée à M. Hull.
QL : Est-ce que les mots utilisés par le vendeur étaient une description ou une garantie?
Y a-t-il eu transfert de propriété?
Argument de Harlington : Il y avait un contrat sur description mais il y a eu bris de la
condition implicite à l’article 14 de la Loi sur la vente d’objets. Il y avait aussi un bris de
la condition à l’article 15(2) de la même loi concernant la qualité marchande de l’objet.
Dé : Applique Varley c. Whipp. On regarde la transaction dans son ensemble pour voir
quels éléments dans la description ont joué un rôle important dans le confectionnement
du contrat (conditions implicites). Le niveau (degré) auquel l’acheteur s’est fié sur la
description qui va déterminer si c’est une vente par description (beaucoup ou pas
vraiment).Test objectif : est-ce qu’une personne raisonnable se serait fiée à la description
à un degré tel que la description fait partie du K? (p.224) P.225 : Cour applique ce test et
conclu qu’une personne raisonnable dans ce contexte ne se serait pas fiée sur la
description. Et ce, en regardant la transaction dans son ensemble. En l’espèce, la Cour
conclut les deux entreprises auraient dû mieux inspecter le bien. La cour souligne qu’il ne
s’agit pas d’une vente par description; l’art. 19 règle 1 s’applique et le k conclut
détermine le transfert du titre de propriété. Donc, jugement en faveur de Hull.

Décision : Arcos, Ltd. c. E.A. Ronaasen and Son [1933] (p.228)


F: Arcos (vendeur) vend du bois ½ pouce d’épaisseur. Problème au niveau de
l’exposition à l’humidité et le bois gonfle. E.A., l’acheteur, ne veut plus le produit.
QL : Est-ce qu’il s’agit d’une vente sur description?
Argument du vendeur : Il faut avoir une certaine marge de manœuvre au sujet de
l’épaisseur du bois.
Dé : Rejette l’argument du vendeur. Il aurait dû mettre une clause dans le contrat qui dit
que le bois serait d’une épaisseur approximative au lieu d’être si précis. Cour est prête à
reconnaître que dans certains types de biens ou d’industrie il peut y avoir une certaine
marge de manœuvre. En l’espèce, pas de preuve à l’appui de ceci donc pas d’exception
pour le commerce du bois. Oui, en effet souvent les acheteurs vont le prendre quand
même mais en l’espèce, l’acheteur est dans ses droits quand il dit qu’il veut résilier le
contrat. Jugement en faveur de l’acheteur E.A. Ronaasen and Son.

Décision : Ashington Piggeries Ltd. c. Christopher Hill Ltd. [1972] AC 441 (p.231)
F : Hill (fabriquant de moulée pour animaux) et Ashington Piggeries (éleveur de visons).
M. Udall (propriétaire de Ashington Piggeries) fournit la recette à Hill qui fabrique la
nourriture pour les visons qui meurts. Cause de mort est la moulée et plus
spécifiquement, à cause du DMNA retrouvé dans la poudre de hareng qui est un des
ingrédients dans la moulée. Poudre de hareng fournit par Norsildmel et acheté par Hill
car c’est un ingrédient dans la recette de Udall.
QL : Vente par description? Est-ce que l’acheteur a acheté ce qu’il pensait acheter?

27
28

Argument du défendeur : On utilise le nitrite de sodium qui produit du DMNA tous les
jours et c’est pas dommageable aux êtres vivants. En tant que prop. de visons, c’était èa
celui-ci de prévenir.
Argument du demandeur : Vente par description.
Dé: commodities = nourriture. Pour les “commodities” le test est souvent plus flexible
(Est-ce que l’acheteur a acheté ce qu’il pensait acheter? : se répond pas les
habitudes/pratiques du commerce). Le problème avec la moulée à visons n’est pas un
problème avec la description(en l’espèce, on a respecté la description). C’était un
problème de qualité du produit plutôt que de description. Jugement en faveur du vendeur.

Décision : Reardon Smith Line Ltd. c. Yngvar Hansen-Tangen [1976] (p.233)


F : YHT est le fabricant de pétrolier et RSL est l’acheteur. Contrat pour la fabrication
d’un pétrolier. Crise de pétrole et l’acheteur essaie de se sortir du contrat de fabrication.
Le vendeur se rend compte que le pétrolier va être trop gros pour le lieu de construction
et le construit ailleurs sans le dire à l’acheteur. L’acheteur dit que ce n’est pas conforme
avec le contrat, donc refuse de l’acheter.
QL: Est-ce que l’élément de description va vraiment à l’identité même du produit pour
objet futur?
Argument de l’acheteur : Le contrat prévoit le chantier de construction maritime à
Osaka.
Dé : Même si on prend une interprétation stricte pour objet futur que la description soit
exacte, on regarde si élément de la description va à l’identité même du produit. Rejette
l’argument que le pétrolier n’est pas conforme à la description. Car, le fait de le
construire à un autre lieu n’est pas crucial à l’identité même du produit parce qu’en bout
de ligne, on a quand même le pétrolier. Jugement en faveur du fournisseur.

c) Qualité marchande (pp.237-254)

Loi sur la vente d’objets


Art. 15 – Conditions implicites quant à l’usage
Règle générale :
- Il n’existe pas de garantie ou de condition implicite relative à la qualité des objets
fournis en vertu d’un contrat de vente ni à leur adaptation à un usage particulier,
sauf dans quelques cas.(caveat emptor)
- Le préambule suggère que la règle de caveat emptor (l’acheteur achète à son propre
risque – buyer beware) est celle qui prime avec la qualité marchande comme étant
l’une de ses exceptions.
- La forme vient avant la qualité marchande, tous deux des conditions implicites
dans un K selon l’article 15.
- Donc suffit que c’est une condition, droit de résilier le K.

La section 15(1) (adaptation à l’usage) : (on y reviendra)


- Ne fait pas la distinction entre un détaillant, manufacturier ou tous autres types de
marchand. (c’est le principe de la responsabilité stricte)
- On parle toujours d’une relation entre marchands et non privée (pas entre individus
mais plutôt entre deux parties connaisseurs dans le domaine).

28
29

La section 15(2) (condition que les objets soient de qualité marchande) :


- Condition
- Ne peut s’appliquer que si c’est une vente sur description.
- Cette clause est exclue généralement si les objets ont été examinés par l’acheteur
(pour vices révélés par l’inspection).
- S’applique seulement aux cas où le vendeur fait le commerce de l’objet en question.

 Test pour déterminer la qualité marchande (établit par Lord Ellenborough dans
Gardiner c. Gray (1815), 171 ER 46: Qu’est-ce qui est acceptable sur le marché en
question? Est-ce vendable?

Naturellement, la jurisprudence nous fait voir qu’il y a plusieurs façon d’appliquer ce


test.

Décision: Hardwick Game Farm c. Suffolk Agricultural and Poultry Producers Ass.
(p.240)
F: Été 1960: éleveur de faisans dont un grand nombre meurent à la suite d’une maladie
inconnue. Réalise par la suite que le problème était dans leur moulée. C’était normal de
mettre des extraits d’une noix dans le mélange à nourriture à faisans. De même qu’une
portion de ces extraits provenait du Brésil. Plus tard, on a découvert que beaucoup
d’aliments du brésil étaient contaminés avec un poison. Dans les noix, il y a un
champignon toxique pour les faisans. On donne aussi cette moulée à d’autres animaux
qui n’ont pas de problèmes avec celle-ci. Dans les recettes précédentes, on mettait des
extraits de la même noix mais en provenance de l’Inde. Demandeur poursuit fournisseur
et règle hors-cours. Fournisseur poursuit son fournisseur et celui-ci poursuit son
fournisseur. Donc, A---)B et règle. Ensuite, B---)C et C---)D. C et D disent qu’ils ne sont
pas responsables.
QL : La qualité marchande est-elle celle au moment de la transaction ou au moment où
on a découvert le problème?
Dé: Il faut d’abord que le contrat en soi un sur description. Ensuite, à moins qu’une
clause
exclut la qualité marchande, celle-ci est une condition implicite dans un K sur
description. Il faut
regarder la description si elle est précise pour laquelle seulement un produit pourrait
répondre à
cette description ou bien large pour laquelle il y a une variété de produits qui s’y
souscrivent.
Quand c’est une description large, pour être de qualité marchande, il faut que ça réponde
au degré de qualité le plus bas (on applique « après la découverte » pour protéger le
consommateur.) La qualité marchande est-elle celle au moment de la transaction ou au
moment où on a découvert le problème? Point important car, ça change la façon dont
nous allons interpréter les faits. S’il y a un vice caché et on applique l’idée que c’est la
valeur marchande seulement au moment de la transaction qui s’applique, c’est pas juste
parce que le vice se présente souvent plus tard ou après la transaction. Cour ouvre la

29
30

porte et va chercher les connaissances futurs mais c’est à savoir jusqu’à quel point on va
aller. Cour examine l’interprétation stricte qui peut s’appliquer en l’espèce. P.243 : Cour
reprend le test stricte de Cammel Laird = transforme le test subjectif en test objectif
(personne raisonnable). Si la description est très précise et que si les objets ne peuvent
pas être utilisés dans cette condition alors pas qualité marchande. Si la description est
générale et que l’objet peut être utilisé pour l’une de ces descriptions alors c’est de
qualité marchande. Cour dit aux acheteurs qu’ils ont un rôle important à jouer quand la
description est large, faut pas se plaindre car, vous auriez dû être plus précis.
R : On peut aller chercher de l’info. après la transaction. Si l’objet est bon pour 1 usage
normalement inclus dans la description donc c’est de qualité marchande. Place le fardeau
sur l’acheteur de préciser sa commande. C’est à l’acheteur d’inclure la clause limitative
dans le k (i.e. moulée pour faisans et non pas pour animaux).

Décision: B.S. Brown & Son Ltd. c. Craiks Ltd. (p.249)


F : Demandeurs (BSB) sont des marchands de textiles. Deux commandes sont placées
avec les défendeurs (Craiks) qui sont des manufacturiers de vêtements. Demandeurs
avaient commandé un montant considérable de matériel en rayon avec des précisions. Il y
a eu un malentendu quant à l’usage que voulaient en faire les demandeurs. Les
demandeurs voulaient en faire des robes alors que les défendeurs croyaient que c’était
pour usage industriel (pas la même chose du rayon pour faire des sacs que du rayon pour
faire des robes). Les défendeurs étaient surpris quant ils ont livré que c’était pour des
robes et ont dit qu’avaient-ils su à l’avance, ils n’auraient pas accepté les commandes. Ils
restent avec des surplus de rayon.
QL: Était-ce de qualité marchande?
Dé : Est-ce que la qualité du produit peut servir à l’usage prévu? Voilà la question que se
pose la
Cour. La Cour se prononce sur qqch en obiter (p.250): il pourrait arriver qu’un vendeur
profite
d’une description large pour fournir un produit de moindre qualité. Dans ce cas, il
faudrait
intervenir. Ce n’est pas le cas en l’espèce. Est-ce que le textiles vendu est conforme à un
type de
textile qui correspond à une certaine description? Oui, l’acheteur aurait dû être plus
précis dans
sa description. Appel rejeté. Jugement en faveur des défendeurs (manufacturiers).(Toile
correspond à 1 des usages décrits (usage industriel)
R : L’acheteur a le devoir de préciser le plus que possible ses commandes (dire « pour
robes »).
Obiter : p.250, En utilisant le terme « qualité marchande » ne veut pas dire que c’est de
la marchandise de bonne qualité.

***Application de l’art. 15(2) de la LVO

Décision: International Business Machines Co. Ltd. C. Shcherban (p.252)

30
31

F: Shcherban, les défendeurs achètent une balance des demandeurs, IBM. Les défendeurs
refusent la marchandise (balance) quand celle-ci arriva brisée (vitre cassé sur balance).
Le prix de vente est de 294$ et la vitre vaut entre 0.25 $ et 0.30 $. C’est un k de vente sur
description. Le défendeur refuse la marchandise en disant que ce n’est pas de qualité
marchande.
QL: Ces objets étaient-ils de qualité marchande?
Argument du défendeur: K de vente pour acheter une balance. Description
précise/étroite, c’est
une balance. Droit de rejeter car, ce n’est pas de qualité marchande. Il y a bris de la
condition de
qualité marchande du K.
Argument du vendeur : La marchandise répond toujours à son utilité. La qualité
marchande est présente, la balance fonctionne toujours.
NOTE :
Dans la loi, la qualité marchande est une condition par contre, il se peut parfois que
selon les circonstances on peut regarder la qualité marchande comme étant une
garantie.
Dé: Majorité dit (Cammel Laird): Il y a un seul objet et celui-ci ne correspond pas à la
description et n’est donc pas de qualité marchande. En l’espèce, l’acheteur peut
rejeter
l’objet.
Dissidence dit : rejeter la transaction n’est pas juste pour une petite chose minime :
« maxime de minimis non curat ».
R: Il faut regarder la description; voir s’il y a plusieurs qualités, et si c’est le cas, on va
dire
que c’est de qualité marchande si l’objet fonctionne sous une des qualités.

d) Adaptation à l’usage (pp.285-308)

Art. 15 (1) – Usage particulier : C’est une condition qui donnera à l’acheteur le droit de
répudier le K. Objets raisonnablement adaptés à un usage particulier (notion définit dans
la cause ci-bas).

Pour invoquer 15(1) :


- Cet usage doit être expressément connu par le vendeur (verbalise) ou implicitement
(contexte commercial, coutume – l’usage normal de l’objet)
- Acheteur se fie au vendeur
- Objets fournis dans le cours du commerce du vendeur (le vendeur fait le commerce
de ses objets. S’applique pas entre particuliers)

Exception
Si tu te bases sur une marque de commerce ou un brevet, vous n’êtes pas protégé
comme acheteur par 15(1).

31
32

Décision: Hardwick Game Farm c. Suffolk Agricultural and Poultry Producers Ass.
(p.240)
F: Été 1960: éleveur de faisans dont un grand nombre meurent à la suite d’une maladie
inconnue. Réalise par la suite que le problème était dans leur moulée. C’était normal de
mettre des extraits d’une noix dans le mélange à nourriture à faisans. De même qu’une
portion de ces extraits provenait du Brésil. Plus tard, on a découvert que beaucoup
d’aliments du brésil étaient contaminés avec un poison. Dans les noix, il y a un
champignon toxique pour les faisans. On donne aussi cette moulée à d’autres animaux
qui n’ont pas de problèmes avec celle-ci. Dans les recettes précédentes, on mettait des
extraits de la même noix mais en provenance de l’Inde. Demandeur poursuit fournisseur
et règle hors-cours. Fournisseur poursuit son fournisseur et celui-ci poursuit son
fournisseur. Donc, A---)B et règle. Ensuite, B---)C et C---)D. C et D disent qu’ils ne sont
pas responsables.
QL: Qu’est-ce qui constitue un usage particulier?
Dé : La Cour explique que l’usage particulier est : un usage connu ou verbalisé; quelque
chose de très précis; pas nécessairement un usage général\normal du produit, tant que
c’est communiqué expressément ou implicitement. En l’espèce, l’article 15 (1)
s’applique pour garantir une condition implicite à des objets raisonnablement adaptés à
l’usage, et alors annule la transaction.

Décision: Ashington Piggeries Ltd. c. Christopher Hill Ltd. (p.288)


F: Hill (fabriquant de moulée pour animaux) et Ashington Piggeries (éleveur de visons).
M. Udall (propriétaire de Ashington Piggeries) fournit la recette à Hill qui fabrique la
nourriture pour les visons qui meurts. Cause de mort est la moulée et plus
spécifiquement, à cause du DMNA retrouvé dans la poudre de hareng qui est un des
ingrédients dans la moulée. Poudre de hareng fournit par Norsildmel et acheté par Hill
car c’est un ingrédient dans la recette de Udall.
QL : Qu’est-ce qui constitue un usage particulier?
Dé: (p.291) on donne une portée plus large à la notion de description selon 15(1) et 15(2)
de la LVO. À partir du moment où il accepte de vendre un objet de description « X »
alors vous êtes un commerçant de produit « X » (compagnie vend de la moulée pour
animaux = vend donc de la moulée pour vison). Les vendeurs n’ont pas violé l’article 15
de la LVO. Si on veut exclure la loi, nous devons le faire par l’entremise d’une clause très
très précise. (P.293) La communication (de l’usage du produit) peut être implicite et
l’usage particulier doit être énoncé ou définit. Il ne faut pas oublier la distinction entre
l’usage communiqué (15(1) s’applique) ou si pas communiqué (15(2) s’applique) au
niveau minimum de qualité marchande requise. La Cour donne gain de cause pour la
question d’usage particulier.
R : (p.289) Les conséquences du manquement et la probabilité que ces conséquences
vont se produire seront considérées. Le fardeau de la preuve est sur l’acheteur de prouver
que le défaut a créé le préjudice (lien de causalité). Une fois que l’acheter a établit le
défaut/manquement d’adaptation à l’usage, le fardeau se transfert au vendeur qui doit
prouver que le produit était convenable. (p.290) À partir du moment que l’acheteur a
établit le défaut général (nuisible, pas nécessairement fatal) à tous les animaux (ou
plusieurs), le défendeur perd sa défense que le produit est convenable. D’ailleurs, il y a

32
33

exigence que le vendeur soit le vendeur de la description à l’art. 15 (1) LVO. Ce qui veut
dire que c’est du genre de produit (goods of that description of that kind), et non
nécessairement qu’il est dans le commerce spécifique.
Si c’est grave, conséquences du manquement ↑, mais probabilité que ça arrive ↓, les
Cours vont tenir le vendeur responsible.

Décision: Ingham c. Emes (p.297)


F : Ingham achète un produit, mais il en est allergique. Mme Ingham va se faire teindre
les cheveux au salon de coiffure Emes. Elle a une réaction sur son cuir chevelu. Presque
10 ans avant, elle avait essayé ce produit et avait eu une réaction aux yeux. La coiffeuse
fait un test derrière la tête et il n’y a pas de réaction. Mme Ingham actionne le salon de
coiffure et la coiffeuse.
Argument Ingham: Selon 15(1) doit être adapté à l’usage. Le produit a servi son usage
(teindre les cheveux). Elle s’est fiée à la coiffeuse. Le salon vend dans son cours normal
des choses des teintures (dans le commerce spécifique), donc connaissait les effets de
l’usage des produits.
Argument Emes (Salon de coiffure): L’usage particulier est de teindre les cheveux à
une personne étant allergique à celui-ci. Cet usage particulier n’a pas été communiqué de
façon expresse ou implicite, automatiquement l’article 15(1) ne s’applique pas.
Dé : La Cour est d’accord avec les arguments du salon de coiffure. Le salon aurait aussi
pu argumenter qu’ils offraient un service et non un produit donc la LVO ne s’applique
pas. Par contre, il y a quand même des garanties de CML qui disent que les outils utilisés
doivent servir à l’usage en question. En l’espèce, Mme Ingham devait communiquer son
allergie à la coiffeuse.
R : Si vous avez un problème avec un produit, c’est votre responsabilité de le
communiquer au vendeur.

e) Brevet ou marque de commerce (exceptions) :

Décision: Baldry c. Marshall (p.305)


F: Le demandeur, Baldry, envoi une lettre au concessionnaire pour savoir s’ils auront une
Bugatti 8 cylindres sur le marché cette année (il pensait que c’était un nouvelle sorte
d’auto mis sur le marché cette année). Les défendeurs, Marshall, envoi une réponse disant
qu’ils sont marchand de cette auto et peuvent lui donner de plus amples renseignements.
Le demandeur a donc eu l’impression que ces gens connaissaient en effet le domaine et la
marque d’auto. Il y a eu une entrevue et ensuite un contrat sous forme de demande de la
part de l’acheteur (un peu comme un formulaire pour commander qqch de cette
compagnie). À l’endos du contrat, c’était écrit que la compagnie se réserve le droit de
modifier ou supprimer n’importe quel modèle ou prix sans préavis. Ils n’ont pas fait la
distinction entre une condition et une garantie lorsqu’ils ont stipulé qu’ils n’étaient pas
sujets à des garanties ou conditions prévues par la loi ou autres.
QL: Est-ce que l’on s’est basé sur une marque de commerce ou les commentaires du
vendeur?
Dé : La vrai question selon la Cour est : Est-ce que l’acheteur a spécifié l’objet par sa
marque de commerce d’une telle façon à ce qu’il démontre que peu importe l’utilité qu’il

33
34

veut en faire, l’objet sera utile et non à cause des conseils du vendeur mais à cause que
l’objet est d’une telle marque? Il y a une exception à 15(1) que si l’acheteur s’est basé sur
la marque de commerce, loi s’applique pas. La Cour explique que le fait d’utiliser «
Bugatti » ne veut pas dire que l’exception s’applique. Pour que l’exception s’applique il
faut que l’acheteur insiste sur la marque de commerce de façon à exclure les
connaissances du vendeur. Le jugement est en faveur de l’acheteur.
R : Si l’acheteur se base sur une marque de commerce, le vendeur n’est pas responsable.

Décision : Nordic Aero Services Inc. c. Air Canada [1995]


F : Air Canada est l’acheteur d’un produit, une machine pour récupérer le produit
chimique (glycol et autres) qui dégèle les ailes de l’avion en hiver. La machine ne
fonctionne pas comme prévu et AC arrête ses paiements pour celle-ci. Nordic est la
compagnie américaine ayant son siège mère en Norvège. Elle n’a jamais vendu au
Canada. Le k avec AC est qu’elle lui paiera une commission si plusieurs autres clients
achètent le produit aussi. Trois machines envoyées à Pearson Airport. Les machines ne
fonctionnent pas dès qu’il y a environ 3 centimètres de « slush ». AC décide d’acheter les
machines ailleurs. Nordic poursuit AC.
Argument de l’acheteur : 15(2) = il n’y a qu’un degré de qualité et pas plusieurs. Ça
doit fonctionner même dans la neige. Adaptation à l’usage : c’est implicite que
l’équipement sera utilisé dans un climat froid et au Canada là où il y aura de la neige.
Argument du vendeur : 15 (1) = Une vente par description. L’objet rencontre un degré
minimal (Ahington / Hardwick) de qualité (Europe ça fonctionne). Pas eu une
communication de l’usage particulier, aurait dû dire que ce serait utilisé sur plus de 3 cm
de « slush ».
QL : (1) Qualité marchande en vertu art. 15 (2)? (2) Adapté à l’usage en vertu l’art. 15
(1)?
Dé : Air Canada n’a jamais communiqué à Nordic les conditions climatiques dans
lesquelles la machine serait utilisée. Jugement en faveur de Nordic.
R : Il doit y avoir communication de l’usage particulier (description) pour adaptation à
l’usage.

Art. 15 (3) : On regarde les usages du commerce pour déterminer si c’est une garantie ou
une condition implicite relative à la qualité des objets ou à leur adaptation à un usage
particulier.

Art. 15 (4) : Une garantie ou condition expresse n’invalide une garantie ou condition
implicite de la loi à moins qu’elles soient incompatibles.

f) Vente sur échantillon

Art. 16 (1) – Vente sur échantillon : Un contrat de vente est un contrat de vente sur
échantillon s’il renferme une clause expresse ou implicite à cet effet.

Art. 16 (2) - Conditions implicites : Le contrat de vente sur échantillon contient les
conditions implicites suivantes :
a)la masse des objets correspond à la qualité de l’échantillon;

34
35

b)l’acheteur aura une occasion raisonnable de comparer la masse des objets avec

l’échantillon;
c)les objets sont exempts de tout vice qui leur enlèverait leur qualité marchande
et qu’un examen raisonnable de l’échantillon n’aurait pas révélé.

Décision: Steels & Busks Ltd. C. Bleecker Bik & Co. Ltd. (p.308)
F: Steels avait besoin du caoutchouc pour fabriquer les jarretelles des corsets. Mai 1949 :
un représentant de Steels approche Bleeker et ils discutent du produit en lui montrant
plusieurs échantillons, etc. 5 mai 1949 : Steels place une commande et fait référence à
l’échantillon #601. Par la suite, toutes les commandes indiquaient « comme commandé
antérieurement ». Septembre 1951 : les acheteurs Steels commencent à recevoir des
plaintes de la part de leurs clientes. Un expert est embauché et détermine qu’il y a un
chimique « PNP » dans le caoutchouc fournit par les vendeurs Bleecker qui fait déteindre
les corsets. Mars 1953 : action entamée par les acheteurs disant que le produit n’était pas
conforme à l’échantillon fournit dans des contrats antérieurs.
QL : Est-ce que la présence/absence de produit chimique fait partie de la qualité (art. 16
(2)c))? Les objets étaient-ils conforme aux conditions stipulées dans le contrat?
Argument de l’acheteur (Steels): Le produit n’était pas conforme à l’échantillon.
Dé : Le produit en l’espèce a été examiné mais le chimique n’est pas quelque chose qui
se voit à l’œil nu. De ce fait, la présence seule de ce chimique ne peut pas être une cause
pour bris de la condition sur l’échantillon dans le contrat. La Cour donne le jugement en
faveur du défendeur. En l’espèce, vices cachés ne devraient pas exister (art 16(2)c)) ne
fonctionne pas : Puisque c’est une interprétation trop stricte.
R : Si le défaut ne se voit pas alors le produit correspond à l’échantillon et il n’y a aucun
bris de contrat en l’espèce.

6. Transfert de propriété (titre) [art. 7,8,17-25 LVO]

Ce qui est important, c’est le propriétaire légal de l’objet et non la notion de possession
(risque suit la propriété et non pas la possession).

Art. 7 - Objets qui ont péri : Est nul le contrat de vente visant des objets déterminés qui
ont péri, à l’insu du vendeur, au moment de la conclusion du contrat.

Art. 8 - Objets qui périssent avant le transfert du risque : Est annulée la promesse de
vente visant des objets déterminés qui périssent sans faute du vendeur ni de l’acheteur,
avant le transfert du risque à l’acheteur.

Art. 17 – Objets incertains : La propriété d’objets incertains n’est transférée à l’acheteur


que lorsqu’ils sont devenus certains.

Art. 18 (1) – Moment du transfert : La propriété d’objets déterminés ou certains est


transférée à l’acheteur au moment où les parties au contrat ont l’intention de la transférer.

35
36

Art. 18 (2) - Intention des parties : Pour déterminer l’intention des parties, il y a lieu de
considérer les stipulations du contrat, la conduite des parties et les circonstances de
l’espèce.

Art. 19 – Règles concernant l’intention des parties : Si 17 et 18 ne déterminent pas


l’intention des parties, on regarde 19. Sauf intention contraire, les règles suivants servent
à déterminer l’intention des parties quant au moment du transfert à l’acheteur de la
propriété des objets :
Règle 1 : Propriété d’objets sans conditions pour des objets déterminés et livrables. = il y
a transfert dès que le K est conclu.
Règle 2 : Propriété d’objets déterminés que le vendeur est tenu de modifier pour les
rendre livrables = il y a transfert dès que les modifications ont été faites et que l’acheteur
en a été avisé. Règle 3 : Propriété d’objets déterminés et livrables où le vendeur doit
peser, mesurer ou autre pour déterminer le prix = il y a transfert dès que ces actes sont
accomplis et que l’acheteur en a été avisé.
Règle 4 : Vente sur approbation « avec faculté de retour » ou accompagnée d’autres
clauses analogues = il y a transfert dès que (i) acheteur signifie son approbation au
vendeur explicitement ou implicitement, où (ii) acheteur signifie pas son approbation
mais garde les objets passés la date d’expiration du délai fixé pour le retour de ceux-ci ou
à l’expiration d’un délai raisonnable.
Règle 5 : (i)Vente sur description d’objets indéterminés ou futurs = il y a transfert dès que
les objets livrables de cette description sont affectés sans condition au K soit par le
vendeur avec consentement explicite ou implicite de l’acheteur ou vice-versa. (ii) Objets
sont affectés sans condition quand : vendeur livre soit à l’acheteur, soit à un transporteur
ou un autre dépositaire désigné ou non par l’acheteur.

4 façons de transférer le titre de propriété :


- lorsque le contrat est conclu
- lorsque le titre est transféré
- lorsque le vendeur a livré les objets
- lorsque l’acheteur a véritablement reçu les objets

Il semble exister 2 grands tests pour déterminer le moment où le transfert de propriété


se fait :
1- l’identification et l’appropriation des objets 2- livraison et contrôle des objets
Qui fait le choix des objets au k? Les deux parties et elles doivent consentir.

a) Du vendeur à l’acheteur (pp.428-547, 457-471, 499-500)

***Art. 19 de la LVO – Règle 2 – Objets livrables quand modifications faites et


acheteur avisé.

Décision: Jerome c. Clements Motor Sales Ltd. (p.428)

36
37

F: 8 juillet 1957: contrat de vente pour une auto à 2 395 $. Concessionnaire prend l’auto
de la fille de l’acheteur pour une somme de 1 000 $ et l’auto de l’acheteur pour 495 $. Il
reste donc un solde de 900 $ à être payé en argent comptant. L’acheteur fait un chèque
pour un montant de 902 $ et donne les papiers signés qui transfert les titres de propriété
au concessionnaire. Il y avait une clause dans le contrat qui disait : dit qu’il n’y a pas de
garanties quand on achète une auto 2e main ou usagée qui a été acheté dans la condition
telle quelle et inspectée et acceptée par l’acheteur et sujet à réparations. En l’espèce, il y
avait des éléments à être changé dont le transfert de la batterie de l’ancienne auto de
l’acheteur à la nouvelle, etc. (tout inclus dans le contrat). 11 juillet 1957 : Toutes les
réparations sauf le transfert de la batterie ont été effectuées. L’auto est mis dans la salle
d’exposition telle quelle. Le 12 juillet 1957 : feu a lieu et l’auto en question est
endommagée donc ne peut pas être livrée. L’acheteur veut donc se faire rembourser son
900$ qu’elle avait payé en plus du montant de la valeur des 2 autos qu’elle avait
échangée.
1ère instance : Juge dit qu’il n’y avait pas d’indices quant à l’intention des parties pour le
transfert de propriété donc, il s’est basé sur les règles énoncées à l’article 19 de la LVO.
De ce fait, oui, le vendeur avait fait les réparations nécessaires pour que l’auto soit
vendable mais, il n’a pas communiqué ceci à l’acheteur donc, pas eu de transfert de
propriété au moment du feu. Vendeur est propriétaire.
QL : Au moment où le feu a eu lieu, y avait-il transfert de risque? Donc, y a-t-il eu
transfert de propriété?
Dé : Art. 21 de la LVO dit : Sauf convention contraire, les objets restent au risque du
vendeur jusqu’au transfert de la propriété à l’acheteur. Après le transfert, l’acheteur
assume le risque. NOTE : Le fardeau de prouver qu’il y avait une autre intention que
celle énoncée à la R2 de l’art. 19 est à l’appelant qui dit y avoir une autre intention. Il y a
transfert de propriété à l’acheteur lorsque celui-ci à connaissances des modifications
apportées à l’auto. En l’espèce, l’acheteur n’avait pas cette connaissance au moment du
feu donc il n’y a pas eu transfert de propriété alors, le risque doit être assumé par le
vendeur. Jugement en faveur du demandeur.

***Art. 19 de la LVO– Règle 5

Décision: Royal Bank of Canada c. Saskatchewan Telecommunications (p.459)


F: La question est à savoir à qui va payer la dette et appartenir les édifices construits par
Tritec Developments Ltd. pour Saskatchewan Telecommunications. Deux parties: Tritec
(vendeur) et Saskatchewan (acheteur). ST achète de Tritec. Tritec en défaut, RBC
commence à gérer la cie. Peu importe, RBC veut se faire payer.
QL: Est-ce que les objets furent transférés ou non? Objets meubles ou immeubles? L’art.
19 de la LVO s’applique en l’espèce?
Argument de RBC: L’édifice est un bien meuble car, pas partie de la fondation mais
plutôt peut se faire déplacer au besoin. Titre de propriété est passé à Saskatchewan dès le
premier paiement.
Dé: Lord Watson dit que les paiements mensuels dans le cas de la construction de
bateaux par exemple, n’est qu’un facteur pour déterminer l’intention des parties dans un
K. Le contrat en l’espèce en est un pour la vente d’objets donc, la Règle 5 (i) de l’art. 19

37
38

de la LVO s’applique en l’espèce car, c’est des objets futurs. La construction de l’objet
n’était pas terminée donc, il n’y a pas eu transfert de propriété. En l’espèce, Tritec garde
le paiement de 20,000$. Batiments pas encore construits, pas encore livrables, pas encore
affectés au k, pas d’avis ∴ titre n’a pas passé et Tritec garde le paiement.

***Art. 19 de la LVO – Règle 5

Décision: Carlos Federspiel & Co., S.A. c. Chas. Twigg & Co., Ltd. (p.463)
F: K de vente pour des tricycles et des bicyclettes. La compagnie demanderesse
(acheteur, Carlos) est une entreprise incorporée au Costa Rica. La défenderesse est une
compagnie qui fabrique des bicyclettes et tricycles pour enfants (vendeur, Chas). Les
objets furent payés le 7 juillet 1953. La compagnie Chas qui fabrique les objets fait
faillite et disparaît. Le syndic entre et saisi les objets tandis que la compagnie
demanderesse les réclament car, elle dit avoir payé pour donc a le titre de propriété.
QL: Quelle est la nature de ce K? Quand a-t-il eu transfert de propriété?
Dé: La Cour affirme qu’il faut regarder le K même pour déterminer quelle est l’intention
des parties. Si l’intention des parties est claire, alors on applique ceci. Si l’intention des
parties n’est pas claire, alors nous utilisons la Règle 5 de l’art. 19 de la LVO. Le fait de
faire mettre des objets de côté n’est pas suffisant pour dire ce que les parties voulaient.
Car, il y a encore du temps pour changer d’idée donc l’affectation n’est pas finale. En
l’espèce, il n’y a aucun recours sous la Règle 5 car, la Cour interprète le K comme si le
transfert des objets ne devait avoir lieu que lorsque ceux-ci sont expédiés. Les objets en
l’espèce n’ont jamais quitté l’entrepôt alors, appartiennent toujours au vendeur. Le syndic
a feu vert pour saisir.
Affectation = livraison constructive = titre; transfert de propriété = livraison.

***Art. 19 de la LVO - Règle 5(i)

Décision: Caradoc Nurseries Ltd. c. Marsh (p.468)


F: 22 octobre 1957: Marsh fait une entente pour acheter des arbres de Caradoc. Hiver
1958 : Marsh appelle Caradoc et lui dit qu’il aimerait changer la variété des arbres qu’il
commande. C’était donc un K de vente d’objets. Avril 1958 : Caradoc livre les arbres
mais au moment où il arrive chez Marsh, celui-ci lui dit refuser le tout. Caradoc a donc
poursuivit pour se faire payer car, il a selon lui livré la marchandise.
QL: Y a-t-il eu transfert de propriété? Rèegles 5 de l’art. 19 affecté au k?
Argument Marsh: Dit que les arbres étaient sensés être livrés en automne 1957 donc
suffit que les arbres n’ont pas été livré au bon moment soit en retard de plusieurs mois, il
n’avait aucune obligation de les accepter.
Argument Caradoc : Maintient que les parties avaient été d’accord qu’il livrerait les
arbres au printemps de 1958.
Dé: S’il y a eu transfert de propriété, alors Caradoc a le droit de se faire payer la somme
d’argent pour ses arbres. S’il n’y a pas eu transfert de propriété, il devra avoir un nouveau
procès pour déterminer le montant des d-i en conformité avec l’art. 48(2) de la LVO. Il y
a donc lieu de regarder le K pour déterminer l’intention des parties. En l’espèce, le K ne
dit rien quant à l’intention des parties dans une telle situation. Il faut donc déterminer

38
39

l’intention des parties grâce à la Règle 5(i) à l’art. 19 de la LVO. Cette règle dit qu’il
doit y avoir consentement et donc la Cour dit que ce consentement doit être explicite
(besoin de consentement pour être lié, pour que l’affectation soit faite). La Cour dit que
l’affectation est devenue irrévocable au moment où le vendeur est arrivé à la maison de
l’acheteur et a dit à celui-ci : « Voici les arbres. » Avant cela, l’acheteur aurait pu
contacter le vendeur et lui dire qu’il voulait d’autres types d’arbres ou que ce soit mais, il
ne l’a pas fait. Ce n’est donc pas nécessaire que l’acheteur ait dit qu’il acceptait les arbres
car, ceux-ci sont à lui à ce moment où le vendeur à dit qu’ils étaient à lui. Donc, la
livraison est assez en l’espèce pour transférer la propriété du vendeur à l’acheteur.
Caradoc a donc droit de se faire payer le prix adéquat pour les arbres. Jugement en faveur
de Caradoc. Titre a passe avec l’affectation.

Contradiction entre l’art. 33 de la LVO et la Règle 5 de l’art. 19 de la LVO

Art. 33 – Examen des objets : L’acheteur a le droit d’examiner l’objet avant l’acception
et celle-ci est dite non-finale avant qu’il ait eu la chance d’examiner. Peut donc rejeter
l’objet par la suite.

TANDIS QUE

Art. 19 - Règle 5 : Dès qu’il y a affectation, l’objet nous appartient. On ne parle pas
d’inspection/ examination du tout ici. La Cour prend habituellement la position que le
K n’est pas inconditionnel et qu’il y a une condition d’inspection. Donc, l’article 33
prime habituellement sur l’art. 19, Règle 5.

***Art. 19 de la LVO – Règle 5(i)

Décision: Sells c. Thompson (p.470)


F: Thompson est une entreprise qui vend des livres à Vancouver. Ils ont commandé des
livres d’une compagnie à Londres, Angleterre. Thompson commande 25 volumes d’un
livre en particulier sur la C.-B. C’est seulement quand ces livres sont arrivés en stock
qu’ils deviennent la propriété de Thomson car, Sells ne les envoit pas tous en même
temps. C’est donc un objet qui tombe sous l’art. 19 – Règle 5 (i). Thomson annule 13
livres sur 25 car, ceux-ci finalement ne se vendent pas. Il les refuse donc et Sells n’est pas
content donc poursuit pour se faire payer ces livres quand même.
QL: Y a-t-il eu transfert de propriété même après avoir reçu une révocation d’une partie
de la commande?

39
40

Dé: Il y avait une permission implicite d’affectation des livres donnée par l’acheteur à la
maison d’édition Sells. Cependant, l’avis envoyé par Thomson refusant ainsi les 13 livres
ne peut être vu comme une acceptation. Donc, Sells ne peut pas dire que le K a été
exécuté. Il n’y a pas eu affectation. Jugement en faveur de Thompson. Avis révoquant la
commande détruit l’affectation.

b) Droits des tiers (pp.501-547)

 On parle du droit des tiers dans la situation suivante :

A  B  C
Propriétaire Brigand Acheteur
(vendeur)
 vend de bonne foi  se sauve avec l’objet  achète de bonne foi

 Qui subit la perte?


C’est la règle NEMO DAT QUAD HABET qui s’applique : dit qu’une personne ne peut
pas donner (ou vendre) ce qu’elle n’a pas (titre de propriété). Donc, ça favorise la
position de A.

Art. 22 - Vendeur non propriétaire : On parle ici de 3 circonstances habituellement :


(1)Vente sans autorisation où A prête un objet à B qui le vend ensuite à C (la loi favorise
C);
(2) Ou bien A vend à B qui vend à C mais B ne paye jamais A;
(3) Ou bien B vole l’objet de A et le vend à C. (la loi favorise la position de A).
Malheureusement, c’est à C d’assumer la perte mais naturellement il y a des exceptions
que nous verrons ci-bas.

Il y a u gros débat à ce sujet. C’est-à-dire pourquoi favoriser A dans le cas de vol et C


dans des cas autres que vol. On propose plusieurs approche dont l’une serait de favoriser
les deux A et C. On propose pleins d’alternatives comme celle-ci aux p.503 et suivantes.

c) Préclusion – Exception à la règle NEMO DAT QUAD HABET

Décision: Leonard c. Ielasi (p.507)


F : Ielasi achète une voiture et la prête à Christianos. Sans toutes connaissances de Mme
Ielasi, les enregistrement de la voiture échu puis Christianos enregistre et assure la
voiture sous son propre nom. Mme Ielasi l’apprend et il l’a convain de laisser cela
comme cela. Il vend la voiture a un garage de vente d’automobiles usagers, toujours sans
l’approbation de Mme Ielasi. Le garage l’a vend par la suite à Mme Leonard, la partie
demanderesse. La voiture est confisquée par la police et Mme Leonard poursuit Mme
Ielasi.
QL : Qui doit assumer la perte?

40
41

Dé : La Cour regarde l’art. 22 de la LVO. En soi, le silence ou l’inaction n’est pas une
faute. Mais, peut-être que dans le contexte en l’espèce, il y a lieu d’avoir une exception.
Y avait-il la possibilité de découvrir qui était le propriétaire véritable? Il faudra appliquer
un test objectif pour répondre à cette question : est-ce que la personne raisonnable
(Leonard) s’attendrait à ce que le propriétaire prenne des mesures pour faire connaître
qu’elle a un droit de propriété sur l’objet? AVANT, on aurait dit que non et Leonard aurait
perdu. AUJOURD’HUI, la nouvelle règle est que Leonard aussi à des droits donc on
répondrait oui au test objectif. Ainsi, on met sur la propriétaire initial un certain degré de
responsabilité car, elle n’a rien fait pour reprendre son auto ou remettre son nom sur les
enregistrements. Le propriétaire est en meilleure position pour prévenir ce genre de cas.
À cause du comportement de Mme Ielasi, Mme Leonard est précluse ou “estopped” from
claiming title. Jugement en faveur de Leonard.
R: Préclusion promissoire = quand quelqu’un fait quelque chose qui donne une
impression à quelqu’un d’autre, elle est liée par cette impression.

d) Agents de commerce

 Quel est l’effet de la Loi sur les commissionnaires?


C’est une transaction qui passe par un intermédiaire (a.k.a. agent de commerce).

Loi sur les commissionnaires

Art. 1 (1) – Définition « Agent de commerce » : Cours normal des affaires de vendre
des objets.

Art. 2 – Pouvoirs de l’agent d’aliéner les objets : Pour que la loi s’applique, il faut : un
agent de commerce; une vente conclut dans le cours normal des affaires d’un agent de
commerce; que l’agent de commerce ait la possession de l’objet en question (possession
= droit de vente); et que cette possession soit avec le consentement du propriétaire.
***Art. 2(1) de la Loi sur les commissionnaires

Décision St. John c. Horvat (p.514)


F: 10 août 1990 : St. John livre sa vannette à E & E Travel Easy R.V. Sales Ltd. pour que
celui-ci la vendre. Il y a donc un K de consignation (ex. : galerie d’art où on nous donne
des peintures et n’a pas a payé celles-ci à l’artiste avant que la peinture soit vendue).
C’est ce qui se passe en l’espèce. MAIS, l’entente entre les deux parties était que si E &
E avait une offre d’achat de la vannette, qu’ils contacteraient St. John avant de conclure
une vente. 27 septembre 1990 : E & E vend la vannette sans aviser St. John. Au moment
de cette vente, le véhicule était encore enregistré sous le nom de St. John. 2 octobre
1990 : E & E enregistre le véhicule au nom de Horvat de façon frauduleuse et toujours
sans aviser St. John. Mai 1991 : St. John décide qu’il veut ravoir sa vannette, il croit
qu’elle n’est pas vendue car, aucune nouvelle de E & E. Veut donc que le tout soit
retransféré à lui. 18 mai 1991 : St. John découvre qu’E & E a vendu la vannette et que la
possession est maintenant à Horvat. Action intentée pour récupérer sa vannette ou en
alternative, recevoir des d-i.

41
42

QL : Est-ce que l’article 22 de la LVO s’applique? Parce que 22(a) exclut l’application
de celle-ci si la Loi sur les commissionnaire s’applique.
Dé : p.516 parle de l’art. 2 (qui est art. 58 de la loi provinciale de la C.-B.) : La Loi sur
les commissionnaires a été créé pour protéger l’acheteur (Horvat) qui achète de bonne foi
même si le vendeur (E & E) n’a pas vendu de bonne foi et que dans ces circonstances, la
personne qui a choisi l’agent de commerce (St.John) devrait être celle qui assume les
pertes si l’agent agit à l’extérieur de ses directives.
p.517 Interprète c’est quoi une vente dans le cours normal des affaires : promouvoit
l’efficacité des transactions commerciales et protège l’acheteur qui ne doute pas de la
malhonnêteté du vendeur. La Cour est d’avis qu’une vente dans le cours normal des
affaires est déterminer selon la perception d’une personne raisonnable de c’est quoi
« dans le cours normal des affaires. En l’espèce, la Loi sur les commissionnaires
s’applique donc, l’art. 22 de la LVO ne s’applique pas.
Alors, la partie qui a choisi de laisser l’objet en possession de l’agent de commerce (St.
John) assume les pertes. La transaction entre E & E et Horvat est donc valide. Jugement
en faveur de Horvat.

e) Vendeur en possession

Art. 25 (1) – Possession après le k : (on vise à protéger le 2ième acheteur du même objet).
Sont valables au même titre que si le propriétaire les a autorisées expressément, la
livraison ou la cession des objets ou titres à ceux en exécution d’une vente, mise en gage
ou autre aliénation par une personne qui les a ou les conserve en sa possession après les
avoir vendus. Application seulement si l’aliénataire reçoit les marchandises ou les titres
de bonne foi et ignore les ventes antérieures.

Décision: Pacific Motor Auctions Ltd. c. Motor Credits Ltd. (p.519)


F: Motodorme, un concessionaire d’auto, vend une voiture à Motor Credits (qui lui
finance de l’argent). Chaque fois qu’une voiture est vendue, Motodorme garde le profit et
remet une partie du prêt à Motor Credits. Motodorme ne respecte plus l’entente entre lui
et Motor Credits qui dit que Motodorme n’a pas l’autorisation de vendre des voitures. Il y
a vente à Pacific Motor et Motodorme ne donne plus d’argent à Motor Credits. Vente
après les heures de fermeture.
QL : Est-ce que l’art. 25 de la LVO est applicable en l’espèce?
Dé : La Cour explique que la logique de l’art. 25 de la LVO est de protéger l’acheteur de
bonne foi, soit qui n’était pas au courant qu’il y avait un problème. La première
transaction était liée avec le droit de conserver les véhicules pour pouvoir les revendre.
Alors, le deuxième acheteur est protégé. Le jugement est en faveur du 2 ième acheteur, soit
Pacific Motor Auctions.

Décision: Worcester Works Finance Ltd. c. Cooden Engineering Co. Ltd. (p.525)
F: Le vendeur initial est Cooden et il vend la voiture à M. Griffith. M. Griffith effectue
son paiement avec un chèque, cependant il est sans fond. Entre temps, M. G. recherche
du financement pour le véhicule. Il fait semblant de vendre sa voiture à M. Millerick pour
financer la transaction de son véhicule avec le financement de Worcester. Millerick loue a

42
43

Worcester jusqu’à ce que le véhicule soit payé pour transférer le titre légal à M. Griffith.
M. Griffith fait les paiements à Worcester mais arrête après un certain temps. Cooden
saisit la voiture et Worcester recherche à se faire dédommager.
QL : L’art. 25 est-elle applicable en l’espèce?
Dé : (p.528) Premier élément de 25 (1) – possession après vente, repris par Cooden. La
question de cession, de livraison d’objets ou autre type d’aliénation. La définition
d’aliénation apporté par la Cour est la suivante, soit la création d’un nouvel intérêt légal
ou équitable (pas nécessairement une vente). Cooden en annulant son droit au chèque
réinstitue son intérêt donc un nouveau droit de propriété. Les fait sont que Cooden n’était
pas au courant de la vente à Worcester. S’il n’y a pas de connaissance réelle ou
d’aveuglement volontaire, on n’impute pas la connaissance. En l’espèce, Worcester n’a
jamais vu la voiture, puis Griffith n’a pas été honnête. Jugement en faveur de Cooden.
R : S’il n’y a pas de connaissance réelle ou d’aveuglement volontaire, on n’impute pas la
connaissance.

f) Acheteur en possession

Art. 25 (2) – Acheteur obtenant la possession après le k : Propriétaire initial vend a un


acheteur qui en prend possession avant de payer et l’a revend à un tiers de bonne foi.

La loi dit que la 2ième transaction est valable au même titre que si elle avait eu lieu
comme une vente par l’intermédiaire d’un agent de commerce (renvoie à la Loi sur les
commissionnaire).

*** Art. 25 (2) de la LVO non-applicable

Décision: Shaw c. Commissioner of Police of the Metropolis (p.530)


F: Natalegawa est propriétaire d’une Porshe rouge et il veut la vendre. M. London veut
l’acheter et paie avec un chèque (sans fond). M. London vent à M. Shaw (un
concessionnaire d’automobiles) et c’est payer par traite bancaire. M. London disparaît et
la traite bancaire n’est jamais encaissée. M. Natalegawa appelle la police et la voiture est
saisie.
QL : Qui est le propriétaire réel de la Porshe? L’art. 25 (2) est-il applicable en l’espèce?
Dé : La Cour affirme qu’il n’y a jamais eu de deuxième vente, soit qu’il n’y a pas eu
d’argent transmis. La Cour va utiliser comme notion l’intention des parties. En l’espèce, e
ce n’est pas dans l’intention des parties de passer la voiture sans paiement. La Cour
explique que l’art. 25 (2) de la LVO ne s’applique pas à une intention de vendre. De plus,
il n’y a jamais eu de transaction entre London et Shaw, London n’a jamais été payé.
Donc, pas de vente. En l’espèce, Natalegawa est le propriétaire de cette voiture et a le
droit de la reprendre. Cependant si Shaw avait été payé, l’art. 25 (2) de la LVO aurait été
applicable.

Décision: Newtons of Wembley Ltd c. Williams (p.534)

43
44

F: Newtons est propriétaire d’une voiture et la vend à Andrews le 15 juillet 1962. Andrew
paie avec un chèque. Le chèque en question n’est pas honoré par la banque, soit sans
fond. Entre temps, Andrews revend la voiture a Biss en début de juillet et Biss l’a vend a
Wlliams le 12 juillet 1962. Williams essaie de la revendre, mais Newtons veut ravoir sa
voiture. Le k de vente entre Newtons et Andrews inclut une clause stipulant que le
transfert de propriété est possible seulement lors d’un transfert d’argent.
Argument de Newtons : Il n’y a pas de transfert de titre à moins que le tout est payé.
Argument de Williams : Partie innocente.
QL : Qui a droit à la propriété de la voiture? L’art. 25 (2) est-il applicable en l’espèce?
Dé : La Cour explique qu’on interprète la LVO de manière stricte. L’art. 25 (2) traite de la
possession comme agent de commerce, pas plus et pas moins. La Cour soulève
également l’art 2 (1) de la Loi sur les commissionnaires en mentionnant que pour
démontrer ce qui est dans le courant des affaires, il faut que la Cour se base sur les
preuves et qu’elle doit prendre une connaissance judiciaire si elle le choisit. En l’espèce,
la transaction entre Andrews et Biss a été effectuée sur un coin de rue donc pas dans le
cours des affaires. Ce n’est pas une bonne transaction et tout ce qui suit est invalidé.
Cependant la Cour explique que Williams a établit que la transaction sur le coin de rue
s’est fait « dans le cours normal des affaires », de bonne foi et que Biss agissait de bonne
foi par la transaction sur cette rue. En l’espèce, l’art 25 (2) s’applique au moment ou le
deuxième acheteur a un transfert de propriété et donc la possession de la voiture. Alors,
pour qu’il y ait transaction, il faut qu’il y ait un agent de commerce et que la vente se fait
dans le courant des affaires. La Cour remonte la chaîne pour dire que Andrews a agit
comme agent de commerceet Biss devient propriétaire et toutes les transactions
subséquentes sont valides aussi. Jugement en faveur de Williams, il peut récupérer sa
voiture.

g) Titre annulable

Décision: Lewis c. Averay (p.541)


F : Lewis est propriétaire d’une voiture et la vend à Green. Le paiement se fait par
chèque, cependant le chèque est sans fond. Entre temps, Green vend la voiture à Averay
et ce en au nom de Lewis.
QL : Est-ce que le k de vente est valide?
Dé : Si le k est valide, l’art. 25 (2) s’applique et il exige la vente entre le premier acheteur
et le vendeur initial. La Cour parle de distinction à faire dans le cas où il a formation d’un
k sur l’erreur de la personne ce qui peut rendre le k annulable. S’il y a erreur au niveau de
l’identité de la personne, le k est annulable à moins qu’une tierce partie fait partie de la
transaction. En l’espèce, la Cour conclut que c’était à Lewis de faire attention, car dans le
cas présent une tierce partie fut affectée. Le k était annulable, mais seulement avant la
tierce transaction.
R : S’il y a erreur au niveau de l’identité de la personne, le k est annulable à moins
qu’une tierce partie fait partie de la transaction.

N.B. : En CML, un k est annulable à moins qu’une tierce partie subisse des
préjudices.

44
45

Décision: Car & Universal Finance Co. Ltd. c. Caldwell (p.545)


F : Caldwell est propriétaire d’une jaguar et l’a vend à Norris qui paie par chèque. Le
chèque est sans fond. Caldwell appelle la police et l’association automobile. Entre temps,
Norris vend la voiture a Motobella qui s’aperçoit qu’il y a un problème de titre.
Motobella vend la jaguar à G&C et ce dernier l’a revend à Car & Universal. Caldwell
veut récupérer sa voiture (je le comprend bien, une JAGUAR gang).
QL : Est-ce que le k est valable? Transfert de titre?
Dé : La Cour explique qu’il y a deux faits importants dans cette affaire, soit que (1) le
vendeur a agit rapidement, et que (2) Motobella savait concernant le problème de
propriété de titre. Lord Denning (p.546) explique qu’il faut communication à l’autre
partie pour avoir annulation de la transaction. Il affirme également qu’autant qu’il y a un
acte inéquivoque, il y a annulation. En l’espèce, donner un avis explicite à l’acheteur
n’est pas nécessaire si l’acheteur the rogue a disparut. Le vendeur a fait tout ce qu’il
pouvait et au moment de ses efforts, il n’y avait pas encore de transaction. Jugement en
faveur de Caldwell, il peut récupérer sa jaguar.

Art. 22 – Vendeur non propriétaire : (règle de base) On ne peut pas transférer ce qu’on
a pas (inclut 5 exception pour protéger la tierce personne innocente).

h) Exécution du contrat

Art. 26 – Obligations du vendeur et de l’acheteur : Obligation du vendeur de livrer à


l’acheteur et ce dernier d’acheter.

Art. 27 – Conditions concomitantes : Base des transactions, à moins que contraire,


livraison et paiement se font en même temps.

7. Recours du vendeur (pp.551-568, 584-588) [art. 37-48 LVO]

Art. 37 (1) – Interprétation : Seulement le vendeur impayé peut avoir recours.


Définition de « vendeur impayé » : a. si totalité du prix pas payé ; b. effet négociable pas
honoré (chèque sans fond).

Art. 37 (2) – Idem : Le vendeur impayé comprend la personne elle-même et un


mandataire, soit un agent de commerce, banque ou autre intermédiaire.

Art. 38 (1) – Droit du vendeur impayé : Les recours du vendeur : a. le droit de retenir
les objets en sa possession; b. droit de les arrêter en transit en cas d’insolvabilité; c. droit
de revendre les objets à qqun d’autre.

Art. 38 (2) - Droit de refuser la livraison : Si la propriété n’est pas transférée, on peut
refuser de les livrer (droit de rétention et droit d’arrêter les objets en transit).

45
46

Arts. 39 – 40 – 41 s’appliquent à l’explication du droit de rétention.

Art. 39 (1) – Droit de rétention du vendeur impayé : Le vendeur impayé en possession


des objets a le droit de les retenir, même si le titre a passé, si : a. les objets ont été vendus
sans la stipulation de crédit; b. les objets ont été vendus à crédit mais le terme du crédit
est expiré; c. l’acheteur devient insolvable.

Art. 39 (2) - Vendeur en possession en qualité de mandataire : Le vendeur peut


exercer son droit de rétention même s’il a la possession des objets (∴titre a passé) en
qualité de mandataire de l’acheteur ou de dépositaire pour celui-ci.
Art. 40 - Livraison partielle : (ex. : FOB) Le vendeur impayé qui a effectué une
livraison partielle des objets peut exercer son droit de rétention sur les objets qui restent,
sauf si la livraison partielle a été effectuée dans des circonstances dont il ressort qu'il a
renoncé à faire valoir son droit de rétention..
Art. 41 (1) - Extinction du droit de rétention : Le droit de rétention du vendeur impayé
est éteint si: a. il livre les objets à un transporteur ou à un autre dépositaire pour remise à
l'acheteur, sans se réserver le droit de les aliéner; b. l'acheteur ou son mandataire obtient
légalement la possession des objets; c. il y renonce.
Art. 41 (2) - Jugement : Le droit de rétention du vendeur impayé n'est pas éteint du seul
fait qu'il obtient un jugement pour le paiement du prix des objets. (On peut retenir la
marchandise et demander un jugement pour le prix).
Art. 42 – 43 – 44 – Interception en transit
Art. 42 - Droit d'arrêter les objets en transit : En cas d'insolvabilité de l'acheteur, le
vendeur impayé qui s'est départi de la possession des objets a le droit de les arrêter en
transit, c'est-à-dire qu'il peut en reprendre possession tant qu'ils sont en transit et les
retenir jusqu'au paiement ou jusqu'à l'offre de paiement du prix.
Art. 43 (1) - Durée du transit : Les objets sont réputés en transit entre le moment où ils
sont livrés au transporteur terrestre ou maritime ou à tout autre dépositaire pour remise à
l'acheteur, et celui où l'acheteur ou son mandataire à cet égard en prend livraison du
transporteur ou dépositaire.
Art. 43 (2) - Livraison à l'acheteur : Le transit prend fin quand l'acheteur ou son
mandataire à cet égard obtient la livraison des objets avant leur arrivée à la destination
fixée.
Art. 43 (3) - Transporteur dépositaire pour l'acheteur : Le transit prend fin quand,
après l'arrivée des objets à la destination fixée, le transporteur ou tout autre dépositaire
indique à l'acheteur ou à son mandataire qu'il détient les objets pour le compte de celui-ci
et qu'il en conserve la possession en qualité de dépositaire de celui-ci, malgré que
l'acheteur ait indiqué une nouvelle destination pour les objets.

46
47

Art. 43 (4) - Objets refusés : Les objets sont réputés en transit quand l'acheteur les
refuse et quand ils demeurent en possession du transporteur ou du dépositaire, et malgré
que le vendeur refuse de les reprendre.
Art. 43 (5) - Navire affrété par l'acheteur : La question de savoir si le capitaine d'un
navire affrété par l'acheteur a la possession des objets livrés au navire en qualité de
transporteur ou en qualité de mandataire de l'acheteur dépend des circonstances de
l'espèce.
Art. 43 (6) - Refus injustifié : Le transit est réputé prendre fin quand le transporteur ou
le dépositaire refuse, sans justification, de livrer les objets à l'acheteur ou à son
mandataire à cet égard.
Art. 43 (7) - Livraison partielle : Les objets qui restent après une livraison partielle à
l'acheteur ou à son mandataire à cet égard peuvent être arrêtés en transit. Toutefois, la
présente disposition ne vaut pas si la livraison partielle a été effectuée dans des
circonstances indiquant que le vendeur a consenti à abandonner la possession de la
totalité des objets.
Art. 44 (1) - Droit d'arrêt en transit du vendeur : Le vendeur impayé peut exercer son
droit d'arrêter les objets en transit soit en prenant effectivement possession de ceux-ci,
soit en donnant avis de sa créance au transporteur ou au dépositaire qui en a la
possession. L'avis peut être donné soit à la personne qui en a effectivement la possession,
soit à son commettant. Dans ce dernier cas, l'avis n'est valide que s'il est donné dans un
délai et dans des circonstances permettant au commettant, en exerçant une diligence
raisonnable, de le transmettre à temps à son préposé ou mandataire pour empêcher la
livraison à l'acheteur.
Art. 44 (2) - Retour des objets arrêtés en transit : Le transporteur ou le dépositaire qui
a les objets en sa possession doit, après avis de l'arrêt en transit par le vendeur, livrer les
objets au vendeur ou agir selon les directives de celui-ci. Les frais de la nouvelle livraison
incombent au vendeur.
Revente
Art. 45 - Aliénation par l'acheteur : Sous réserve de la présente loi, l'aliénation, et
notamment la vente par l'acheteur, ne porte pas atteinte au droit du vendeur impayé de
retenir les objets ou de les arrêter en transit, à moins qu'il n'y ait consenti. Toutefois, si un
titre a été régulièrement transféré à une personne en sa qualité d'acheteur ou de
propriétaire des objets et que cette personne transfère le titre à une autre personne qui le
prend de bonne foi et à titre onéreux, le droit du vendeur impayé de retenir les objets ou
de les arrêter en transit ne peut pas être exercé, s'il s'agit d'une vente, ou ne peut l'être
qu'en respectant les droits du bénéficiaire du dernier transfert, s'il s'agit d'une mise en
gage ou d'une autre aliénation à titre onéreux.
Art. 46 (1) - Absence de résolution : Sous réserve du présent article, le simple exercice
par le vendeur impayé de son droit de retenir ou d'arrêter les objets en transit n'opère pas
résolution du contrat de vente.

47
48

Art. 46 (2) - Titre du nouvel acheteur : Lorsque le vendeur impayé qui a exercé son
droit de rétention ou d'arrêt des objets en transit les revend, l'acheteur acquiert un titre
valable opposable à l'acheteur primitif. (éteint les droits du 1er acheteur)
Art. 46 (3) - Revente et recours en dommages-intérêts : Le vendeur impayé d'objets
périssables qui avise l'acheteur de son intention de les revendre peut, si l'acheteur n'en
paie pas ou n'offre pas d'en payer le prix dans un délai raisonnable, revendre les objets et
recouvrer de l'acheteur primitif les pertes occasionnées par l'inexécution du contrat.
(récupérer la différence de l’acheteur original)
Art. 46 (4) - Résolution du contrat en cas de revente : Lorsque le vendeur qui s'est
réservé expressément un droit de revente en cas de défaut de l'acheteur revend les objets,
il y a résolution du premier contrat. La résolution ne porte pas atteinte aux recours en
dommages-intérêts que le vendeur peut avoir. (poursuivre pour d-i et non pas pour la
différence du prix)
Art. 47 (1) - Action en paiement du prix : Le vendeur peut intenter une action en
paiement du prix contre l'acheteur à qui la propriété des objets a été transférée aux termes
d'un contrat de vente et qui, sans justification, néglige ou refuse de les payer
conformément aux clauses du contrat.
Art. 47 (2) - Absence de transfert de la propriété : Le vendeur peut intenter une action
en paiement du prix lorsque, aux termes d'un contrat de vente, le prix est payable à une
date certaine, sans qu'il y ait lieu de tenir compte de la livraison, et que l'acheteur néglige
ou refuse sans justification de le payer. Le fait qu'il n'y ait pas eu transfert de la propriété
ni livraison des objets n'a pas d'incidence sur le recours du vendeur.
Art. 48 (1) - Défaut d'acceptation : Le vendeur a un recours en dommages-intérêts pour
défaut d'acceptation contre l'acheteur qui néglige ou refuse sans justification d'accepter et
de payer les objets.
Art. 48 (2) - Montant des dommages-intérêts : Le montant des dommages-intérêts
correspond à la perte directement et naturellement imputable, dans le cours normal des
choses, à l'inexécution du contrat par l'acheteur.

a) Action en paiement du prix

Décision: Colley c. Overseas Exporters (p.554)


F : Colley est un marchand de cuir. Il doit livrer de la marchandise sur un bateau précisé
par l’acheteur (O.E.). La marchandise n’est jamais livrée due à une grève. Colley poursuit
O.E. pour le montant du prix de vente. Le k entre les partie comprend une clause de FOB.
QL : Est-ce qu’il y a eu transfert de propriété?
Argument de Colley : Il a tout fait ce qu’il pouvait pour transférer la marchandise. Le
transfert de propriété a eu lieu. Choix du bateau de l’acheteur était inconvenable.
Dé : La Cour conclut qu’il n’y a pas eu de transfert. Le seul recours possible du vendeur
est en d-i Tant que le transfert n’est pas fait, pas de recours pour paiement de prix. Art.
47(1) non applicable. Jugement en faveur de O.E.
R : Tant que le transfert n’est pas fait, pas de recours pour paiement de prix.

48
49

Décision: Stein, Forbes and Co. c. County Tailoring Company (p.558)


F: Stein est un vendeur de peau de mouton. CTC achète de la marchandise du vendeur. À
la troisième transaction, CTC refuse de prendre la cargaison. Stein poursuit pour le prix
de vente de la transaction.
Argument de Stein : si le paiement a une date fixe, on peut poursuivre pour le prix,
même si la propriété n’est pas passé (moment précis, présentation des docs).
QL : Est-ce qu’il y a transfert de propriété ? 47 (2) applicable ?
Dé : La Cour rejète l’argument de moment précis du vendeur. Il faut une date précise,
donc art. 47 (2) ne s’applique pas (intention des parties = contre connaissement, on reçoit
l’argent). C’est l’intention des parties qui est importante (art. 47 (1)), et ici pas paiement
pas de transfert de propriété. Le demandeur ne peut avoir de recours qu’en d-i et pas pour
le prix. Le vendeur pour se protége conserve le titre jusqu’au paiement, il ne peut pas se
protéger en gardant la possession et dire que la propriété a passé, c’est l’un ou l’autre.
Jugement en faveur de CTC. (date fixe = date fixe et non pas un événement précis ∴
Cour rejette que date fixe = présentation des docs.)

b) Droit de revente

Décision: R.C. Ward Ltd. c. Bignall (p.562)


F : Ward a deux voitures. Bignall offre d’acheter les deux, lui donne un dépôt et va à la
banque pour cherche le reste du montant nécessaire à l’achat. En revenant de la banque,
Bignall veut acheter seulement une seule voiture pour 500 livres. Ward refuse et poursuit
pour le prix total des deux voiture. Entre temps, il vend l’autre voiture à 350 livres.
QL : Est-ce qu’il y a eu transfert de propriété? Art. 38 applicable?
Dé : La Cour explique que Bignall a voulu répudier le k, mais Ward n’a pas respecté,
mais que le fait de revendre une des deux voiture démontre qu’il a implicitement accepté
la répudiation du k. Ward peut poursuivre en d-I (entre vente de voiture et prix du
marché). Jugement en faveur de Bignall.
R : Si une partie se met dans la position de ne pas vouloir respecter le k : a. si droit de le
faire, k répudié ; b. si pas droit, partie innocente a le choix de répudier ou non le k.
Obligation du vendeur de livrer les deux voitures : objets déterminés, transfert a lieu à la
conclusion de l’entente, mais doit pouvoir livrer les 2 voitures pour pouvoir récupérer le
prix.

c) Acomptes (dépôt)

Décision: Stockloser c. Johnson (p.584)


F : L’acheteur est Stockloser et le propriétaire des deux usines est Johnson. C’est 2 usines
reliées à 2 carrières. Une carrière loué à Renow et l’autre à Dow-Mac. Stockloser achète
les deux usines et les baux des carrières. Quelques mois plus tard, Stockloser ne peut
faire les paiements. k qui dit que si défaut de paiement, versements jusqu’à date du défaut
sont perdus. Johnson reprend possession.

49
50

QL : Stockloser peut-il récupérer les versements fait?


Dé : Si il y a clause au k qui dit non récupération des versements, il y a recours en Équity.
Il faut rencontrer les 2 éléments suivants : 1. Nature punitive à la clause, soit qu’on
regarde le versement et le préjudice subit par le vendeur et on se demande si
proportionnel. Si l’argent est plus élevé que le préjudice pas proportionnel; 2.
Déraisonnable de laisser le vendeur garder l’argent. La Cour explique qu’on utilise le
recours en Équity dans les cas d’enrichissement évident du vendeur. Si le versement est
de 5% pas de recours en Équity. Donc, est-ce que la clause est de nature punitive? Oui,
Johnson n’a pas de préjudice (il peut revendre les usines). Est-ce déraisonnable? Non,
Stockloser a pris la chance d’utiliser les redevances pour effectuer les paiements (il a pris
une chance avec les loyers « it was a gamble ». Deux éléments non remplis, gain de cause
à Johnson. Il faut que les deux éléments soient remplis.

8. Recours de l’acheteur [art. 33-35, 49-52 LVO]

a) Droit de refus (pp.591-624)

Les deux options possibles : (1) Poursuivre en d-i; (2) Poursuivre en exécution en
nature.

[Si délai de livraison est une condition, recours de refuser l’objet. Si l’objet pas conforme
su k, l’acheteur peut rejeter. Si l’acheteur décide de rejeté, il faut que l’objet soit
disponible au vendeur (Tout de suite à la disposition lors du rejet). On perd objet quand k
indivisible, on ne peut pas acheter une partie et rejeter l’autre (exception : Charbon). On
ne peut pas rejeter quand k déterminé. Si objet accepté, on ne peut pas rejeter (33-34). ]
Art. 33 (1) - Examen des objets : L'acheteur qui n'a pas préalablement examiné les
objets qui lui sont livrés est réputé ne pas les avoir acceptés tant qu'il n'a pas eu une
occasion raisonnable de les examiner pour déterminer leur conformité au contrat.
Art. 33 (2) - Occasion d'examiner les objets : Sauf convention contraire, le vendeur qui
offre de livrer les objets à l'acheteur est tenu, sur demande, de lui donner une occasion
raisonnable de les examiner pour déterminer leur conformité au contrat.
Art. 34 - Acceptation des objets : L'acheteur est réputé avoir accepté les objets lorsque,
si : a. il notifie son acceptation au vendeur; b. il accomplit à leur égard un acte
incompatible avec le droit de propriété du vendeur, une fois que les objets ont été livrés;
c. il retient les objets après un délai raisonnable sans notifier le vendeur de son refus de
les accepter.
Art. 35 - Refus d'accepter les objets : Sauf convention contraire, l'acheteur qui refuse à
bon droit la livraison des objets n'est pas obligé de les renvoyer au vendeur. Il suffit qu'il
notifie au vendeur son refus d'accepter les objets.
Art. 49 (1) - Action pour défaut de livraison : L'acheteur a un recours en dommages-
intérêts pour défaut de livraison contre le vendeur qui néglige ou refuse sans justification
de lui livrer les objets.

50
51

Art. 49 (2) - Montant des dommages-intérêts : Le montant des dommages-intérêts


correspond à la perte directement et naturellement imputable, dans le cours normal des
choses, à l'inexécution du contrat par le vendeur.
Art. 49 (3) - Différence de prix : Lorsqu'il existe un marché pour les objets visés, le
montant des dommages-intérêts correspond, en l'absence de preuve contraire, à la
différence entre le prix du contrat et le prix courant ou le prix du marché, à la date ou aux
dates auxquelles les objets auraient dû être livrés, ou à la date du refus de livraison si
aucune date n'a été fixée.
Art. 50 - Exécution en nature : Dans une action pour défaut de livraison d'objets
déterminés ou certains, le tribunal peut ordonner l'exécution en nature du contrat, sans
donner au défendeur la faculté de retenir les objets en payant des dommages-intérêts. Le
tribunal peut aussi poser des conditions, notamment quant aux dommages-intérêts et au
paiement du prix.
Art. 51 (1) - Violation de garantie : L'acheteur n'a pas le droit de refuser les objets du
seul fait de la violation d'une garantie par le vendeur, ou lorsqu'il choisit ou est forcé de
considérer la violation d'une condition par le vendeur comme la violation d'une garantie.
L'acheteur peut : a. soit opposer au vendeur la violation de la garantie pour diminuer ou
annuler le prix; b. soit intenter un recours en dommages-intérêts contre le vendeur pour la
violation de la garantie.
Art. 51 (2) - Montant des dommages-intérêts : Le montant des dommages-intérêts
correspond à la perte directement et naturellement imputable, dans le cours normal des
choses, à la violation de la garantie.
Art. 51 (3) - Garantie portant sur la qualité : Dans le cas d'une violation de garantie
portant sur la qualité, la perte correspond, en l'absence de preuve contraire, à la différence
entre la valeur des objets au moment de la livraison à l'acheteur et la valeur qu'ils auraient
eu si la garantie avait été respectée.
Art. 51 (4) - Droit de recours : Le fait que l'acheteur excipe de la violation de garantie
pour faire diminuer ou annuler le prix ne l'empêche pas d'intenter un recours pour la
même violation de garantie s'il a subi un préjudice additionnel.
Art. 52 - Conservation des autres droits : La présente loi ne porte pas atteinte au droit
de l'acheteur ou du vendeur d'obtenir des intérêts ou des dommages-intérêts spéciaux
dans le cas où la loi l'autorise, ou d'obtenir le remboursement des sommes versées lorsque
la contrepartie de leur paiement a fait défaut.
Décision: Home Gas Ltd c. Streeter (p.592)
F: K de vente pour un poêle de cuisine. Les Streeter achète le poêle et deviennent
propriétaires, donc transfert de propriété. Ils veulent répudier le k pour adaptation à
l’usage, car ils ont tenté de le faire réparer à plusieurs reprise.
QL: Transfert de propriété, Art. 19 (1) applicable (objet déterminé, règle 1 : intention des
parties) ? Répudiation de k, Art. 12 (3) applicable (violation de garantie, objet déterminé,
et transfert de propriété donc peut répudier k)?
Argument de l’acheteur : Adaptation à l’usage. Qualité marchande.

51
52

Dé : La Cour dit que c’est une vente sans condition (contrairement à la moissonneuse)
donc le transfert a eu lieu et Mme Streeter n’a jamais rejeté le poêle, donc pas répudiation
de k. Propriété transférée et k valable. Peur poursuivre en d-i seulement puisqu’il n’y a
jamais eu de rejet.

Décision: Hardy & Company c. Hillerns and Fowler (p.596)


F: Hardy & Co. achètent du blé de l’Uruguay. Ils le revendent immédiatement avant
l’examen du blé. Effectuent une inspection et le blé n’est pas selon la description.
Souhaitent rejeter le blé.
Argument de l’acheteur : Art. 33 me donne le droit d’inspecter et j’ai trouvé des
problèmes avec le blé.
Argument du vendeur : Le fait d’avoir revendu l’objet déjà avant l’inspection indique
son acceptation.
QL: La revente contredit-elle la propriété du vendeur?
Dé: Selon les vendeurs, le transfert de propriété a eu lieu avec le paiement. Juge dit que
la date qui est importante pour art. 34b) est si le moment où la personne a refusé la
marchandise est-ce que celui-ci pouvait encore réellement rejeter l’objet. Il y a eu
transfert du vendeur à l’acheteur. L’intention des parties était au moment où l’argent a été
donné. Art. 34b) nous fait demander si l’acheteur avait commis un acte incompatible
(revendu le blé avant inspection) qui fait en sorte qu’il n’a pas le droit de réfuter la
marchandise. Même si le délai raisonnable d’inspection n’est pas passé, s’il a envoyé un
signal au vendeur qu’il a accepté la marchandise, il est trop tard. Si refus, il faut que la
marchandise soit prête à être redonner tout de suite, ce qui n’était pas le cas en l’espèce.
Jugement en faveur du défendeur.
34 prime sur 33, si acte donne l’impression d’une acceptation, le délai n’importe pas.

Décision : POC c. Burroughs Business Machines :


Regarder vos propres notes:
R: Garder équipement n’est pas un acte incompatible puisqu’on était capable d’aller les
chercher.

Décision: Rafuse Motors Ltd. c. Mardo Construction Ltd. (p.602)


F : Mardo achète tracteur “Fordson Major”. Ce tracteur pas disponible, Rafuse offre autre
modèle de qualité équivalente. Tracteur ne performe pas. Mardo veut refuser le tracteur.
QL: Est-ce qu’il y a acceptation du tracteur? 34 applicable?
Argument de Mardo: Période d’essai ne s’est jamais terminé donc encore le droit de
refuser.
Argument de Rafuse: Il y a eu transfert de propriété avec le dépôt
Dé: P. 604 : art. 34b) et c) pas applicable. Le juge explique qu’il n’y pas de preuves
d’acceptation. Mardo s’est fié sur les représentants de Rafuse. Avec toutes les tentatives
de réparer le tracteur, il y a remise en question de l’acceptation. Jugement en faveur de
Mardo Construction, il peut retourner le tracteur.
R: Le fait d’essayer l’objet ne veut pas dire qu’il y a acceptation.

Décision: Hart-Parr Company c. Jones (p.607)

52
53

F : Hart est manufacture de tracteur et Jones l’acheteur. K pour nouveau tracteur entre les
parties. Le tracteur vendu avait un moteur usager et avait été peint en neuf pour qu’il
paraisse comme un neuf à l’acheteur. Jones veut pas payer donc vendeur le poursuit.
QL : Est-ce qu’il y a acceptation du tracteur?
Dé : Il se peut qu’une période d’essai soit un peu longue et cela ne constitue pas une
acceptation. La Cour soulève le fait que même s’il y a acceptation, celle-ci est basée sur
une fraude, donc non valide.
R: Si fraude, acceptation non valide.

b) Contrats indivisibles

Le k indivisible est un k qui est un tout, que l’on ne peut pas séparer en morceau. On ne
peut pas juste refuser une partie, il faut refuser le tout. Tout ou rien. Ce type de K protège
le vendeur.

Art. 29 (1) - Quantité ou qualité fautive : L'acheteur auquel le vendeur livre une
quantité d'objets inférieure à celle qui est stipulée au contrat peut les refuser. Si l'acheteur
les accepte, il doit payer le prix convenu au contrat.
Art. 29 (2) - Quantité supérieure : L'acheteur auquel le vendeur livre une quantité
d'objets supérieure à celle qui est stipulée au contrat peut soit accepter la quantité
convenue et refuser l'excédent, soit refuser le tout. Si l'acheteur accepte la totalité des
objets livrés, il doit payer le prix convenu au contrat.
Art. 29 (3) - Objets différents : L'acheteur auquel le vendeur livre les objets stipulés au
contrat mélangés avec des objets d'une description différente non visés au contrat peut
soit accepter les objets qui sont en conformité avec le contrat et refuser les autres, soit
refuser le tout.
Art. 29 (4) - Exception quant aux usages : Le présent article est subordonné aux usages
du commerce et aux conventions particulières ou aux usages entre les parties.
Décision: William Barker (Jr.) and Co Ltd. c. Ed. T. Agus Ltd. (p.611)
F : Williams est l’acheteur et Ed. le vendeur. Le bateau arrive à Liverpool et il attend en
ligne pour avoir un quai. Parce que tout le charbon couvre le bateau, il commence à
chauffer. Le vendeur appelle l’acheteur pour demander quoi faire parce que le charbon
chauffe. L’acheteur dit qu’il va revendre le charbon sur le dessus du bateau et le capitaine
du bateau achète le reste du charbon pour sa propre consommation sur le bateau. Par
contre, quand l’acheteur voit le charbon sous la pile qui n’est pas de bonne qualité, il veut
le refuser.
QL : Peut-il refuser le charbon qui était de mauvaise qualité?
Argument de l’acheteur : C’était nécessaire d’acheter une partie du charbon pour
dépanner l’autre.
Argument de vendeur : Renonciation à l’inspection donc acceptation. Une partie déjà
vendu au capitaine.
Dé : Faut regarder s’ils avaient le droit de rejeter cette partie de la marchandise.
Interprète art. 29 (3) – Si on se base sur l’interprétation des autres juges, selon moi, la

53
54

section 3 de l’art. 29 devrait s’appliquer aux objets en surplus. La Cour a de la difficulté


avec le rejet d’une partie du charbon, il semble qu’il devrait soit rejeter le tout ou rien.
Interprète en l’espèce de façon à ce que l’on peut rejeter la partie de l’objet non-
conforme, tant qu’il est disponible tout de suite au vendeur. (au contraire de Hardy où on
voulait rejeter tout le blé. Ici, on veut retourner une partie du charbon.) Jugement en
faveur de Williams, il peut retourner le charbon. (il était de bonne foi puisqu’il a voulu
dépanner le vendeur)

NOTE : La logique qui est expliqué ici par rapport à 29(3) est plus pertinente au droit
aujourd’hui que celle sur le blé.

c) Contrats par versements


Art. 30 (1) - Livraisons successives : Sauf convention contraire, l'acheteur d'objets n'est
pas tenu de les accepter en plusieurs livraisons.
Art. 30 (2) - Livraisons successives non conformes au contrat : La violation d'un
contrat qui prévoit des livraisons successives à dates fixes donnant lieu chacune à un
paiement distinct par le vendeur qui effectue une ou plusieurs livraisons non conformes
au contrat ou omet une ou plusieurs livraisons, ou par l'acheteur qui néglige ou refuse de
prendre livraison d'une ou plusieurs reprises ou de payer une ou plusieurs livraisons,
constitue soit une violation permettant de résoudre le contrat en entier, soit une violation
susceptible de disjonction, donnant droit uniquement à un recours en dommages-intérêts
et non à la résolution du contrat. La nature de la violation constitue, dans chaque cas, une
question de fait qui dépend des clauses du contrat et des circonstances de l'espèce.

Décision: Maple Flock Co Ltd. c. Universal Furniture (p.616)


F : Universal achète de la bourrure pour meubles du vendeur Maple Flock. La loi en
Angleterre en 1911 prévoit que dans chaque quantité de bourrure, il doit y avoir une
quantité maximale de chlore. Certaines livraisons dépassent la limite de chlore, donc
Universal ne peut pas s’en servir.
QL: Est-ce que les actes des parties prouvent qu’il y avait intention de ne plus être liées
au K?
Dé: La Cour parle de l’art. 30 (2) et mentionne que si l’acte démontre l’intention de ne
plus être lié au k, il faut utiliser le test pour savoir si on peut répudier un k. TEST : 1.
gravité de la violation : Faut regarder si c’est une grosse violation du K (au niveau de la
qualité); 2. probabilité de récidive, soit Est-ce qu’il y a possibilité que la violation soit
répétée? [si 1 et 2 = résolution; si ≠1 ni 2 = d-i; si seulement 2 = d-i; si 1 ou 2 = Cour
décide]. La Cour conclut que la gravité n’est pas énorme, mais qu’il y a peu de chance de
récidive. En l’espèce , recours en d-i seulement.

54
55

d) Dommages-intérêts (pp.625-642)

Décision: Wertheim c. Chicoutimi Pulp Co. (p.626)


F : K de pâte à papier entre les deux parties. La date de livraison originale est sept-nov
1900 à 70s/tone. Livraison effectué juin 1901 à 42s/tone. Wertheim a un k de revente à
65s/tone. Il veut des d-i (remettre la personne dans la même position que si k respecté)
pour la différence entre 70s/tone et 42s/tone. Cependant, vendu à 65s/tone au lieu de
70s/tone.
QL : Le demandeur a-t-il droit aux d-i?
Dé : La Cour explique que pour calculer le dédommagement entre le le prix du marché et
le prix réel il faut utiliser le principe qui dit que le but est d’indemniser la perte et non
donner avantage à la partie. Si on ne trouve pas de prix réel, on se base sur le prix du
marché. Donc, on calcule le prix de revente et la différence avec le prix original. On
récompense la perte seulement. En l’espèce, le demandeur n’a pas droit au d-i, car
enrichissement.
R : Remettre la personne dans la même position que si k respecté.

Bence Graphics International c. Fasson U.K. Ltd.


VOIR VOS PROPRES NOTES : lettrages de pellicules à film
R : On récompense les pertes réelles seulement. Si autres poursuites contre l’acheteur, on
retourne en Cour pour poursuivre le vendeur.

e) Recours en Équity (p.689-694)

Décision: Sky Petroleum Ltd. c. VIP Petroleum Ltd. (p.689)


F : Sky achète de l’essence et VIP vend à Sky. À ce moment, il y a pénurie d’essence.
Prix de l’essence grimpe. VIP veut vendre à quelqu’un d’autre, sauf stipulation au k
d’exclusivité avec Sky. Sky veut exécution en nature de son k et ce au prix fixé au k
(moindre que le prix actuel). Il ne peut s’approvisionner autre part au même prix ET il
existe une pénurie d’essence.
Dé : Oblige exécution du k, d-i pas suffisant.

9. Clauses limitatives de responsabilité (pp.695-714) [art. 53


LVO]

Art 53 : On peut exclure les conditions légales par convention expresse par usage entre
les parties ou par usage des habitudes du commerce, si ceux-ci sont de nature à obliger
les deux parties du k.

Décision: Hunter Engineering Co., Inc. c. Syncrude Canada Ltd. (p.697)


F : Hunter vend de l'équipement (boîte d’engrenage) à Syncrude et Allis-Chalmers vend
aussi de l'équipement à Syncrude. Ds les ks, il y a des garanties expresses pour une
période de 24 mois. Syncrude se retrouve avec des pièces d'équipement défectueuses.
Les garanties sont périmées. Donc, S tente de contourner ces clauses en tentant de

55
56

démontrer qu'il y a néanmoins des garanties en vertu des conditions implicites de l'art. 15
de la LVO. Ds le k, la clause de limitation n'était pas suffisamment large.
QL : Interprétation et application des clauses de limitatives de responsabilité?
Dé : Le Cour a jugé que ces clauses ne sont pas suffisamment larges pour limiter la
responsabilité de Hunter. Les clauses ne sont pas suffisantes pour écarter l'application de
la LVO. Ensuite, il faut décider s'il y avait eu violation de la condition que l'on retrouve à
l'art. 15. Hunter est responsable, car il y avait eu violation. Selon cette clause, la garantie
ne s'applique pas. Cette formule magique est suffisante pour écarter l'application de la
LVO. De plus, il y a une clause quant au préjudice qui pourrait résulter d'une exécution
ou inexécution qui serait fondamentale ou autre. Il y a continuellement une tension entre
les vendeurs qui veulent limiter leur responsabilité et les Tx qui veulent exercer un
certain contrôle. S'il était Q seulement de liberté ktuelle, le vendeur pourrait avoir un k à
l'abris de tout, qui le protège à 100%. Mais si on n'a pas exécuter le k, comment peut-on
se cacher devant cette clause? Si c'était uniquement le concept de liberté ktuelle, les Tx
devraient décider que l'acheteur n'a pas de recours contre le vendeur, même si le vendeur
n'aurait pas exécuté le k, en raison des clauses d'exclusion et de limitation. Les Tx
veulent remédier ce genre d'abus. En l'espèce, on ne peut pas dire que la LVO s'applique,
car A-C a réussi à se soustraire à la loi en raison de ses clauses ktuelles. En l'espèce,
s'agit-il d'une situation ou les Tx devraient intervenir? Les juges Dickson et La Forest; Le
juge McIntyre; et Les juges Wilson et l'Heureux-Dubé sont d'accord que A-C a réussi à
écarter l'application de la LVO; ils sont aussi d'accord pour dire que l'inexécution de A-C
(le fait que les pièces comportaient des vices de fabrication) n'était pas une inexécution
fondamentale au k. Car : A-C avait envoyé un système de convoyeur et seulement 4
pièces étaient défectueuses. Donc, A-C s'en sort indemne. McIntyre : Ne voit pas l'utilité
de se prononcer sur la Q à savoir si l'inexécution de A-C avait été fondamentale. Les 4
autres juges se sont prononcés sur la question. (même s'ils n'étaient pas obligés de le
faire, car ils avaient déjà conclu que l'inexécution n'était pas fondamentale) Donc, leurs
commentaires sont faits en obiter. C'est une Q importante en droit canadien; les recours
législatifs sont limités; incertitude à cet égard; donc, les juges vont se prononcer. Q : Que
fait-on lorsqu'un vendeur, ds un k, s'est protégé à 150%, a fait en sorte qu'il pourrait tout
simplement ne pas exécuter le k et être à l'abris de toute poursuite? Dickson et La Forest
: Se penchent sur la jurisprudence anglaise surtout, et aussi canadienne. La méthode de
l'inexécution fondamentale ne devrait pas s'appliquer ds de telles circonstances. Si l'on
juge qu'il y a eu inexécution fondamentale du k, les Tx ont un droit de regard et peuvent
exercer un contrôle, nonobstant les clauses de limitation et d'exclusion. Selon d'autres, il
faudrait utiliser d'autrès méthodes. Selon ces juges, il faudrait écarter ce principe et le
remplacer par le principe d'iniquité. Wilson et L'Heureux-Dubé : Ont tendance à opter
pour la doctrine d'inexécution fondamentale. Quand on a une situation ou des sociétés
négocient sur le même pied d'égalité, c'est discutable à savoir si une des parties n'exercent
pas ses obligations, d'appliquer la doctrine d'iniquité. Cette doctrine n'est pas la solution
et il faudrait s'en tenir à la doctrine d'inexécution fondamentale. Donc, deux juges disent
que le droit de regard devrait s'exercer en fonction du principe de l'inéquité; deux autres
juges disent que le droit de regard devrait s'exercer en fonction du principe de
l'inexécution fondamentale; un juge refuse de se prononcer sur la question.

Cour:

56
57

1- Formulation dans texte :


•Celui qui profite de la clause a le fardeau de prouver l’application.
2- Avis raisonnable:
•personne qui insère clause doit la porter a l’attention de l’autre partie
3- Doctrine de violation fondamentale du k (fundemental breach)
•Est-ce une règle de droit ou une règle d’application? (cas par cas)

Si inéquitable, la Cour intervienne. En l’espèce, deux cies commerciales, ≠ inéquitable ∴


≠ d’intervention de la Cour.

Fin de la Partie II

10. RÉCAPITULATION

1. La loi n’est pas neutre, elle est là pour supporter le modèle capitaliste.
2. Règle de base : libre de contracter
3. Loi s’applique seulement aux ventes d’objets
4. Loi couvre comment faire un contrat
5. Loi couvre les obligations de base (livraison, etc.)
6. Condition implicite : qualité marchande, vente description
7. Condition peut être traitée comme garantie si partie pas indiqué clairement
8. La propriété passe, important pour le risque. Titre et possession = différent.
9. Recours des tierces parties
10. Recours de l’acheteur
11. Clauses limitatives de responsabilité

PARTIE III – LE DROIT DE LA VENTE – AUTRES ASPECTS IMPORTANTS


(pas à l’examen)

1. Transactions internationales

Décision : Beaver Speciality Ltd. c. Donald H. Bain (p.416)


Dé: Pour le vendeur, une fois la marchandise sur le bateau FOB, il y a transfert de
propriété. Cependant, l’acheteur a le droit d’inspection. Dans le cas présent, l’intention et

57
58

les circonstances sont aussi importantes. Après l’inspection, acceptation du k, le FOB


n’est pas assez!

2. Protection du consommateur

Loi de 2002 modifiant des lois en ce qui concerne la protection du consommateur (4


annexes à cette loi)

Loi sur la protection du consommateur


• S’applique aux consommateurs = un particulier qui agit à des fins personnels,
familial ou domestiques mais non-commercial.
• S’applique aux K de conventions de consommation : convention conclut entre
fournisseur et consommateur selon laquelle il convient de fournir de la
marchandise ou services moyennant un paiement.
• Un fournisseur : quiconque exerce l’activité de fournir la marchandise et services
notamment en les offrant, vendant, louant ou en en faisant le commerce.
S’applique aussi aux mandataires. NOTE : un fournisseur est un particulier.

Différence entre LVO et celle-ci :


• Ici on ne parle pas de vente donc ça couvre toutes les transactions commerciales.
• La portée est donc large.
• La marchandise ici est tout genre de bien.

Le consommateur est quand même bien protégé.

3. Commerce électronique

Loi de 2000 sur le commerce électronique, L.O. 2000 c.17

• Encadrer le commerce électronique


• Art. 3 imp.
• Art. 4 – précise qu’une info, renseignement ou document n’est pas invalide
simplement parce qu’il est seulement disponible sous format électronique.
• Art. 19 – prévoit la formation des K électroniques. Une offre, acceptation ou tout
autre élément d’un K peut être exprimé de façon électronique ou un acte dont
l’intention est de créer une communication électronique.
• Art. 31 – liste de document auxquels la loi ne s’applique pas (ex. testament, fiducie,
procuration sur la personne ou bien, transactions immobilières, etc. ne peut pas
exister sous forme électronique seulement)

4. Franchise

58
59

Loi Arthur Wishart de 2000 sur la divulgation relative aux franchises, L.O. 2000, c.3

• But de la franchise : simplicité de gestion


• Avantage pour la maison mère – vous allez chercher du capital dans les poches de
tous les franchisés
• Avantage du franchisé – bénéficie du nom de la maison mère et de sa réputation
• Les franchises ont pris leur essort après la 2e guerre mondiale et ce, dans le domaine
du « fast food »
• Jusqu’à l’an 2000, aucune réglementation dans le domaine des franchises
• Cette loi est un code de conduite pour les franchiseurs.

PARTIES IV – TRANSACTIONS GARANTIES

1. Introduction

a) Le droit des sûretés mobilières au Canada – aperçu historique

 La loi a pour but de réglementer les transactions financières


 Financer les opérations, méthode de financement, le financement est très important
 Avant la loi → Les juges ont tendance à utiliser les anciens termes même si
maintenant ils sont désuets.
 Le Québec n’a pas le même régime mais le reste du Canada oui
 Est entrée en vigueur en 1980

b) Objectifs et concepts fondamentaux

Définitions et interprétation
1. (1) Les définitions qui suivent s'appliquent à la présente loi.
«sûreté» Intérêt sur des biens meubles qui garantit le paiement, ou l'exécution d'une
obligation. S'entend en outre de l'intérêt du cessionnaire d'un compte ou d'un acte
mobilier, que l'intérêt garantisse ou non le paiement, ou l'exécution d'une obligation.
(«security interest»)
- sûreté = intérêt (droit futur)
- sûreté = s’entend de qq’un qui vend une dette ou à l’hypothèque, que la dette
soit garanti ou non
- on exclue les biens immeubles

Application de la présente loi


2. Sous réserve du paragraphe 4 (1), la présente loi s'applique :
a) à l'opération qui, quels que soient sa forme et le propriétaire du bien grevé,
constitue dans son essence une sûreté, notamment :
(i) une hypothèque mobilière, une vente conditionnelle, un nantissement
de matériel, une débenture, une charge flottante, un gage, un acte de
fiducie ou une quittance de fiducie,

59
60

(ii) une cession, une location à bail ou une consignation qui garantit le
paiement, ou l'exécution d'une obligation;
b) à la cession d'un compte ou d'un acte mobilier, même si la cession peut ne pas
garantir le paiement, ou l'exécution d'une obligation.
(a) la Loi s’applique à toutes les opérations qui constituent dans leur essence une
sûreté
- première étape : il faut donc regarder le but réel de la transaction et
décider si c’est qqch qui crée une sûreté
- même si le but de la transaction est de garantir un intérêt, la Loi
s’applique pour venir protéger le créancier et le créancier a un droit qui
doit être respecté
- on couvre donc toutes les anciennes méthodes
(b) typiquement, lorsque l’on achète une voiture, on obtient un registre qui donne
avis sur la situation en tant que propriétaire (empêche que quelqu’un qui n’est pas
propriétaire (a un hypothèque ou un prêt) vende la voiture et que le créancier
perde le bien pour lequel il y propriétaire)
- 2(b) : oblige à tout le monde de vérifier si la personne est solvable et
protéger le créancier qui a prêter l’argent
- pour cette raison, il est important d’enregistrer sa dette (s’assurer d’avoir
priorité de paiement)

Application à la Couronne
3. La présente loi s'applique à la Couronne et à ses organismes.

Non-application de la présente loi


4. (1) La présente loi ne s'applique pas :
a) au privilège conféré par une loi ou une règle de droit, à l'exception du
privilège prévu par le sous- alinéa 20 (1) a) (i) ou par l'article 31;
b) à la fiducie réputée constituée en vertu d'une loi, à l'exception de la fiducie
prévue par le paragraphe 30 (7);
c) à la cession d'un intérêt ou d'une demande qui résulte d'une police d'assurance
ou d'un contrat de rente;
d) aux opérations visées par la Loi sur le prêt sur gages;
e) à la constitution ou à la cession d'un intérêt sur un bien immeuble, y compris
une hypothèque, une charge ou un bail, à l'exception :
(i) d'un intérêt sur un accessoire fixe,
(ii) d'une cession de la créance découlant d'une hypothèque, d'une charge
ou d'un bail, si la cession n'a pas pour effet de céder l'intérêt du cédant
sur le bien immeuble;
f) à la cession faite au profit des créanciers en général et à laquelle la Loi sur les
cessions et préférences s'applique;
g) à la vente de comptes ou d'actes mobiliers dans le cadre d'une opération à
laquelle la Loi sur la vente en bloc s'applique;
h) à la cession de comptes faite uniquement en vue de faciliter le recouvrement de
comptes pour le cédant;

60
61

i) à la cession d'une créance non gagnée à un cessionnaire tenu à l'exécution des


obligations du cédant aux termes du contrat.

Droits prévus par la Loi sur la vente d'objets


4. (2) La présente loi n'a aucune incidence sur les droits des acheteurs et des vendeurs
prévus par le paragraphe 20 (2) et les articles 39, 40, 41 et 43 de la Loi sur la
vente d'objets.

Concepts fondamentaux

 Hypothèque sur les biens meubles : Le titre légal est transféré au créancier, la
personne qui avait les biens en sa possession avait le titre en Equity. Elle est utilisée
pour des biens précis. Recours du prêteur s’il ne se fait pas payer : faire saisir le bien
et la forclusion (exclusion des droits en Equity, mettre fin aux droits du propriétaire).

 Mise en gage : Transfère de possession de l’objet accompagné d’un droit de revente.


Ex : Prêteur sur gage (pawn shop). Deuxième niveau de mise en gage, les cargaison
importantes de marchandise où on transporte le connaissement.

 Mise à charge : Créée par entente mutuelle, par la cour ou par entente écrite. Le
propriétaire a le droit de saisir un objet et de le revendre.

 Vente conditionnelle : Le vendeur prétend que le titre reste avec lui jusqu’à ce que les
toutes les conditions soient remplis (paiement total)

 Location bail : Obligation d’acheter ou non? Le propriétaire garde son titre de


propriété et ne fait que louer l’objet avec une option d’acheter à la fin.

 Financement sur les comptes clients : Une dette qui nous est dû a de la valeur, donc
on peut la revendre à quelqu’un d’autre ou la mettre en garantie. Explique les
agences de collection : la personne à qui la dette est dû n’arrive pas a se faire payer, il
vend la dette à une agence de recouvrement qui va essayer de recouvrir plus que ce
qu’elle a payer pour la dette et faire de l’argent?

 Sûreté pour les biens qui circulent, charge flotante : Charge (hypothèque) qui vise un
objet comme tel (précis), pour transférer la propriété il faut que j’obtienne la
permission du prêteur. La charge ne s’attache pas au bien. Élément déclencheur :
une faillite, ou si l’emprunteur ne respecte pas ses obligations.

 Toutes les formes sauf la mise en gage, tombent sous la loi

2. Portée de la LSM

 Partie I : S’applique à toutes les genres de transaction commercial, couvre aussi des
règle internationnales privés

61
62

 Partie II : Validité des K de sûreté, à quoi elle s’applique au niveau des biens
 Pour que la sûreté soit valide elle être conforme à la loi
 Concept de grever (attachment) le bien : La sûreté doit être associé a un bien
 Concept d’opposabilité (perfection, perfected): La sûreté doit être opposable. On
peut opposer la sûreté à des droits d’une autre personne. Un tiers n’a pas de droits sur
cet objet là.
 Partie III : Opposabilité, qui a priorité etc…
 Partie IV : Enregistrement
 Partie V : Recours en cas de défaut de la par du débiteur (emprunte de l’argent)
 Partie VI et VII : Clauses transitoires

Termes importants:

 Débiteur : Emprunte de l’argent du créancier


 Créancier : Se fait emprunter de l’argent

La Loi :

 Art 1 : Le terme sûreté (security interest), créer des intérêts sur des biens meubles
seulement, qui a pour but de garantir la paiement ou l’exécution d’une obligation.
Acte immobilier = hypothèque. On peut la transférer car elle a une valeur comme une
dette.

 Art 2 : Application de la loi → définition de base pour savoir la portée. La loi


s’applique à toutes les opérations qui constituent dans leur essence une sûreté. On
regarde le but réel de la transaction.

 À partir où on a une transaction qui créer un intérêt dans des biens meubles, la loi
s’applique peut importe le titre qu’on donne au document (ex : bail, mise en gage
etc…)

 Exemple de sûreté : Vente conditionnelle, charge à gage, acte de fiducie, hypothèque,


location etc… Même la cession d’un compte est couverte par la loi même si elle ne
représente pas une garantie un prêt car on veut savoir qui est vraiment propriétaire des
comptes.

 Art 2(A) : Pour les biens comme telle et 2B pour savoir les noms des particuliers

 Art 4 : Choses exclus de la loi, exception à l’exception : bien fixé à la demeure

 Art 4(2) : Droits des acheteurs et des vendeurs. La LVO a priorité

 Objets : Objets physiques

62
63

 Biens meubles : Actions etc… choses non tangibles

a) Définition de « bien meuble »

Décision : Surgarman c. Duca Community Credit Union Ltd,( p. 48)


F : Central Guarantee Trust a une licence pour un foyer pour personnes âgées. Assigne la
sûreté à une autre compagnie: Adelaide. Adelaide transfert à Sugarman une sûreté
mobilière sur les licences du foyer St-Raphaël et ce, émisent par le Ministère de la Santé.
Les licences sont donc en garantie pour la dette. Duca : avait une relation avec St-
Raphaël (hypothèque sur le bien immeuble/bâtiment). St-Raphaël est en défaut de
paiement avec Duca donc, Duca et St-Raphaël font une 2e entente qui couvre une sûreté
sur toutes les licences et on garde l’hypothèque. RECAP : St-Raphaël a deux prêts et met
ses licences en garantie. Repaiement de la dette (hypothèque) ne se fait pas donc on veut
saisir la licence.
QL: Peut-on créer une sûreté sur un permis/une licence en vertu de la Loi sur les sûretés
mobilières? Est-ce qu’un permis/licence est un bien meuble?
Dé : En général, on essaie de protéger les créanciers qui prête de l’argent de bonne foi.
On regarde certains critères :
1.Degré de contrôle de celui qui émet les licences / permis . Si le contrôle est large le
bien n’est pas considéré comme un bien personnel mais bien comme un privilège. Plus
l’organime qui émet les permis a un contrôle, plus on le considère comme un privilège et
non un bien personnel.
2.Exclusivité associé au permis. Plus l’exclusivité est grande, plus ça s’apparente à un
bien qu’à un privilège.
3.La loi habilitant. Est-ce qu’on prévoit dans la loi qu’on peut donner une licence en
garantie .
4.Transférabilité. Est-ce qu’on peut céder le permis à quelqu’un d’autre. Plus je peux
transférer la licence plus c’est un bien. Ex : je ne peux transférer mon permis de conduire
donc ce n’est pas un bien mais bien un privilège.
5.Révocation du permis. Est-ce que l’entité qui a émis le permis peut le révoquer
facilement? Si oui, c’est un privilège et non un bien.
En l’espèce, la Cour conclut que c’est un bien meuble et on peu le donner en garantie.
Sugerman a droit à la licence car c’est un bien et à cause que la première hypothèque
(garantie à Sugerman) et une deuxième hypothèque à Duca. Duca disait que ce n’était
pas un bien meuble et que ça entrait dans l’hypothèque. Sugerman avait déjà le permis
en garantie avant que Duca entre dans le portrait avec une deuxième entente.
R: Un permis est un bien meuble et on peut le transférer, donner en garantie.

Ex : Les permis de taxis coûtait 400$ mais il y avait trop de taxi donc la ville a arrêter
de les vendre. On peut cependant transférer le permis pour environ 120 000$. C’est
difficile d’obtenir un prêt de la banque. La cour va dire que le permis est un bien et
donc on peut donner en garantie pour que ça soit plus facile. Certaines personnes
louent leur permis donc les chauffeurs ne font pas d’argent. Ce n’était pas prévu par le
législateur. Le gouvernement est entrain de détruire la valeur d’un bien personnel (ex-

63
64

propriation) en revendant des permis pour 400$. Les gens qui l’on acheter pour 120
000$ perdent beaucoup d’argent car le permis vaut maintenant seulement 400$. Les
lois disent qu’on ne peut ex-proprié quelqu’un à moins qu’on leur dédommage. Donc,
c’est un gros problème, la ville devra payé beaucoup d’argent à ces gens.

b) Contrats de location (baux)

Décision : Crop & Soil Service Inc. c. Oxford Leaseway Ltd, (p.56)
F: Contrat de location de 2 véhicules. K de location d’une voiture et un camion qui a été
loué à Crop & Soil par Oxford. La raison est que Crop est en difficulté financière. Bail
non enregistré.
QL : À qui appartient les véhicules? Est-ce un bail? Si le K entre les parties crée une
sûreté mobilière, la loi sur les sûretés mobilières s’applique et il faut enregistrer ou une
autre méthode pour rendre la sûreté opposable (perfected). Si le bail crée une sûreté
mobilière, le bail doit être enregistré. Si le bail est un vrai bail alors, Oxford qui loue les
véhicules sera le vraie propriétaire peu importe.
Dé : Si c’est un bail, alors ce n’est pas couvert par la loi donc, la question s’arrête à ceci.
Mais si c’était pour paiement des véhicules plutôt que location, alors il faudra enregistrer
le tout car, la loi s’appliquera. La Cour conclut que le but de la transaction est soit de
transférer la propriété ou louer l’objet pour une période limitée et le remettre après un
moment donné. En l’espèce, le but était de transférer la propriété ultimement. La
transaction n’est pas un bail mais une banque avec un mécanisme de financement. Ce que
Oxford a dans la voiture c’est une sûreté donc il aurait dû l’enregistrer et pcq il ne l’a pas
fait alors il perd ses intérêts dans la voiture. NOTE : Si on fait juste louer, Oxford est
proprio. Si mécanisme de financement, alors sûreté et Oxford n’est pas proprio, il a un
intérêt dans l’objet jusqu’à ce que la dette soit payée.
R: Financer le transfert ou louer à court terme. Il faut déterminer si transfert ou location.

Décision : Adelaide Capital Corp. c. Intergrated Transportation Finance Inc., (p.58)


F : Greyvest louait des camions. Il a 4 K de bail avec ITFI pour 50 semi-remorques avec
option d’achat (pas d’obligation d’achat). Titres et avantages fiscaux à Greyvest. ITFI fait
faillite et Adelaide veut les véhicules. Au niveau fiscal c’est Greyvest qui prend tous les
avantages fiscaux (amortissements, pertes, etc.) qui indique qu’il est le proprio. Le titre
demeure avec Greyvest. Cependant, Greyvest n’avait pas enregistré leur intérêt dans les
camions.
QL : Est-ce un bail ou transfert? Qui a droit aux 50 camions?
Dé : La Cour conclut que ce n’est pas un bail mais plutôt un mécanisme de financement
pour permettre à ITFI d’acquérir les véhicules. Il faut donc l’enregistrer sinon Greyvest
perd ses droits et Adelaide les récupère. La Cour dit que ça ressemble à des baux mais,
vraiment c’était là pour assurer le paiement. Utilise le même langage que dans la loi
(définition de « sûreté »). Le K était pour sécurisé les paiements, la loi s’applique, A
récupère les camions et les autres créanciers ont droit aux camions. En l’espèce, G n’a
pas priorité sur les camions et perd le titre, il n’est pas le vrai propriétaire.

64
65

c) Fiducies (art. 4)

Décision: Re Skybridge Holidays Inc, (p. 63)


F: Skybridge est une compagnie de voyage qui déclare faillite. Conflit quant à l’argent
que Skybridge détient sous forme de dépôt (fiducie) pour ses clients (voyageurs).
QL: Est-ce que c’est une fiducie ou une sûreté mobilière?
Dé: Si une sûreté mobilière, un intérêt, alors elle doit être enregistrée sinon pas valide et
les clients passent après les autres créanciers. En l’espèce, pas enregistrée. Il faut regarder
la relation et en l’espèce, les clients ne sont pas des créanciers mais le deviennent de par
cette situation. L’argent dû par les clients n’est pas une dette. Juge en 1ère instance a
raison. Skybridge détenait de l’actif pas devait une dette. Donc, c’était une fiducie. Donc,
l’argent appartient aux clients.
Le fait que les clients ont un intérêt ne détermine pas la cause.
Si intérêt fiduciaire : but est de garantir l’exécution / obligation, donc, sûreté est sujette à
l’enregistrement.
But réel : relation = clients sont des acheteurs et non pas des financiers. ils se retrouvent
en position de créanciers à cause de la faillite (c’est comme une relation avocat-client)
La Loi ne prend pas de l’actif ($$$) pour le transformer en dettes. L’argent déposé par les
voyageurs n’est pas une dette, ils s’agit de l’actif qui leur appartient. On ne s’attend pas à
ce que tous les clients enregistrent leur dépôt.
Donc, argent = fiducie et non pas une dette et est donc exclue de la Loi.

d) Exclusion

Décision: Commercial Credit Corp. Ltd. C. Harry Shields, (p.69)


F: Commercial offre une sûreté (enregistrée) sur des biens meubles aux locataires. On
suppose qu’il y a eu prêt d’argent et en retour une charge. 1er geste d’exécution vient de la
part de Commercial qui a écrit au locataire disant qu’il allait reprendre les biens car, pas
payé. Harry Shields saisi les biens comme proprio. CC enregistre sous la loi la transaction
et réclame les biens de HS.
(Dans un contexte commercial, pas de protection spéciale, puisque négociation entre les
parties)
Choix du propriétaire : Interdire accès au locataire OU saisir la propriété.
Dé: L’art 4 prévoit des exclusions, ici on parle de 4(1)a). Débat : Un coté 4(1)a) qui dit
que la loi ne s’applique pas aux privilèges conférés à une loi précise et de l’autre côté la
Art 68 qui dit que c’est la loi sur les sûretés mobilières qui va primer sur une autre loi
précise. La cour dit qu’il n’y a pas de conflit car l’Art 4(1)a), le législateur a décidé que la
loi sur les propriétaires-locateurs est exclue dans la loi par cet article. On utilise l’Art 68
lorsqu’il y a conflit et l’Art 4(1)a) sont les exclusions. Si c’est dans les exclusions, il n’y
a pas de conflit car l’Art 68 ne s’appliquerait pas. Si on est exclu, on passe avant les
autres créanciers.

Décision: Re Urman, (p. 71)


F : Urman est un courtier qui achète et revend des hypothèques. 1976 : Urman obtient
une marge de crédit de CIBC et en échange donne une sûreté sur les hypothèques. 1979 :

65
66

Urman reçoit un prêt de M. Kreindel d’une valeur de 65 000 $ en retour de 2 hypothèques


(c’est un transfert d’hypothèque donc une cession). Kreindel n’enregistre pas son intérêt
au niveau de la LSM. Juillet 1980 : Urman ne fait plus ses paiements sur sa marge de
crédit. Urman est donc poussé en faillite.
But n’est pas le transfert mais pour garantir exécution du prêt donc c’est une sûreté
mobilière.
QL: À qui appartient les 2 hypothèques de Kreindel?
Dé: La Cour dit que l’hypothèque a une nature double : a) droit immobilier (intérêt dans
un bien meuble habituellement, si j’ai un hypothèque sur un terrain, j’ai un droit sur
celui-ci); b) « intangible » (actions en bourse, un chèque, etc. qui ont une valeur.
L’hypothèque créée pour la personne qui le détient une chose transférable intangible).
Banque argumente que c’est un transfert b). Kreindel argumente que c’est a).
La Cour dit que parce que pas enregistrée, donc passe après les autres créanciers. Même
si la dette créée par l’hypothèque peut être transférée, la chose primordiale est l’intérêt
immobilier qui s’applique (intérêt dans le bien-fonds). Si le transfert est immobilier, il est
complet au moment où il est fait. En l’espèce, le transfert d’hypothèque a été fait et le
droit immobilier s’applique et a préséance sur la LSM. Cour rejette l’argument de CIBC
en disant que l’intérêt dans un terrain n’est pas un droit intangible, c’est l’intérêt dans le
bien-fonds qui importe.
R : Transfert du droit immobilier est complété une fois qu’il est fait. La personne qui l’a
reçu peut la revendre sans l’autorisation de la personne qui l’a vendu. Celui qui est
détenteur du droit immobilier est aussi détenteur du droit intangible : on ne peut pas les
diviser.

3. Validité de la sûreté mobilière

Art 9(1): Effet d’une sûreté immobilière. Il y a toujours un tiers qui est affecté, donc il
faut respecter les modalités de la loi.

Art 9(2) : Omission ou erreur dans le K (documents signés entre les parties ce qui n’est
pas la même chose qu’une erreur dans le document d’enregistrement) entre les parties ne
veut pas dire que les droits créés sont inopposable au tiers, le K peut quand même être
valide sauf s’il a réellement induit des tiers en erreur.

Art 9(3) : Erreur, de description dans le K comme oublier un annexe n’est pas une erreur
fatale.

Décision: Ellingsen c. Hallmark Ford Sales Ltd., (p. 78)


F: Hallmark vend des camions à Greg Allen Ellingsen (acheteur). H pas payé (pas de
financement). Greg Allen Ellingsen fait faillite et on veut savoir à qui appartient les
camions.
QL: Qui est propriétaire du camion?
Argument de Hallmark: LVO, pas une vente inconditionnelle. La condition est qu’il y
aurait transfert de prop. quand le tout serait payé.

66
67

Argument du Syndic :Veut prouver qu’il y a eu transfert de propriété (art. 19 – Règle 1


de la LVO). La Règle dit que c’est un objet spécifique et il y a eu transfert au moment où
l’entente a été conclue.
Dé : Syndic de faillite dit à la cour qu’il y a eu une entente entre les parties qui avait
comme but ultime le transfert de propriété. L’Art 19 règle 1 de la LVO, dit que lorsqu’on
parle d’un objet spécifique, le transfère a lieu lorsque l’entente a été conclue /moment de
la transaction même s’il n’y a pas eu paiement. Pour protéger Hallmark la cour va créer
une fiducie, on a transféré les documents et ça ressemble à un vente mais ce ne l’est pas
car le financement n’a pas été payé au complet (genre de condition). Le recours du
vendeur H n’est pas dans la transaction comme telle mais dans le comportement
discrétionnaire de la cour. La banque dit que c’est une sûreté immobilière qui aurait dû
être enregistrée. La cour dit non, E avait le camion comme fiduciaire jusqu’à ce que les
paiement soient faite (fiducie par interprétation « constructive trust »). On veut éviter un
résultat injuste aux yeux de la cour, c’est une relation de fiducie et non une sûreté
immobilière

Décision: 356447 British Columbia c. Canadian Imperial Bank of Commerce, (p. 87)
F: 356447 et Noordin S. ont fait une avance de fonds à 347202 et Zarina S. pour qu’ils
puissent payer une dette à BCC. 347202 et Zarina S. avaient des actions dans Georgian
Ct. Joint Venture. En retour pour ce prêt, 356447 et Noordin S. reçoivent une garantie que
si prêt pas payé, ils auraient accès aux revenus des intérêts dans la Georgian Ct. Joint
Venture. Plus de 6 ans plus tard, Noordin S. enregistre la sûreté. Après, bref de saisie
obtenu par la banque.
Argument de Noordin : Une sûreté a été créée et le transfert est accompli donc il est
propriétaire des actions.
QL: Est-ce que l’on a créé un intérêt dans les actions (dans l’entente entre Noordin et
Zarina)? Qui a priorité sur les revenus des actions? Quelle est la nature des droits de
Noordin sur les actions de Georgian?
Dé : Si N est vraiment propriétaire des actions, les actions ne font pas partie du
patrimoine de Z et donc la banque ne peut pas les saisir. Est-ce que la mise en gage donne
un droit de propriétété sur les actions? Rembourser une dette à partir d’une source
précise, quand on précise la source du paiement, ça se transforme en sûreté. C’est ce qui
arrive dans le cas en l’espèce puisque Z a dit à N qu’il va lui repayer par le revenu de ses
actions. C’est un transfert d’une cession en Equity : 1) Si on dit la source du paiement ou
si 2) On donne le paiement directement au créancier. Le transfert en Equity peut prendre
plusieurs formes. La loi sur les sûretés mobilières : Le transfert des biens intangibles
(actions). La cour détermine que le transfert (revenu des actions) c’est un Equitable
Assigment (promesse de transférer une dette) ceci crée une sûreté mobilière selon le
nouveau régime. Il faut respecter toutes les étapes dans la loi. Avant la loi, le transfert en
Equity créait des droits en Equity. La loi a remplacé ce régime, il fallait suivre les étapes
de la loi soit enregistré son intérêt. La Cour dit que c’est un transfert en Équity (promesse
de transférer une dette) et selon la Loi sur la sûreté mobilière, ça crée une sûreté. Il l’a
enregistré après que la banque avait commencé à saisir le tout donc il perd tout.

Décision: Atlas Industries c. Federal Business Development Bank, (p.92)

67
68

F: Atlas est manufacturier de pièces. Il a 4 K de vente (dont il est vendeur) avec SKTN.
25 octobre 1982 : Atlas apprend que la BDC avait une sûreté sur le prêt de SKTN. Atlas a
appris que SKTN avait des difficultés donc ils embauchent un receveur pour géré SKTN.
Un receveur est là pour essayer de sauver une entreprise et s’il réussit le tout sera
retourné au propriétaire sinon déclarera faillite. (différent du syndic qui est là pour payer
les créanciers). Atlas veut protéger équipement vendu.
QL: Est-ce que la sûreté est valide?
Dé: La personne qui doit l’argent doit absolument signé le K de sûreté pour que ce soit
valide. (art. 11 de la LSM : sûreté est valide à une tierce partie si elle est grevée; bien
est grevé : a)creancier entre en possession; b) k de sûreté est signé). Il faut respecter
les formalités pour que le bien soit grevé et l’une de celles-ci est la signature. En l’espèce,
la sûreté n’est pas valide car Atlas n’a pas signé.

Décision: Re Ayerst,( p.94)


F : Motion présentée par syndic en faillite et une Mme Clark. Dans le K de sûreté pour
Gail Clark, on a oublié de donner la description des biens. (art. 9(2) de la LSM)
question d’induire en erreur donc faut donner une interprétation large. Le syndic en
faillite note qu’au départ les parties avaient l’intention d’inclure un annexe dans le K
mais avec l’omission de la part des 2 parties, ça a pas arrivé. On est devant la Cour car, le
syndic a vendu tous les biens.
QL: Est-ce que le k est valide?
Dé: Il faut donner une interprétation large à l’Art 9(2). Mme Clark avait enregistré dans
le système sa sûreté donc le syndic n’a pas été induit en erreur alors rien perdu. La
description des biens n’était pas fatale dans ce cas (puisque erreur commune des 2
parties). Jugement en faveur de Mme Clark (reçoit sa part des biens vendus par le
syndic)

Décision: Re BDO Dunwoody Ltd. And Astral Communications Inc. (p.96)


F : BDO Dunwoody est le syndic qui a pris la place de la corporation qui avait un
dépanneur qui loue des videocassettes et Astral est la compagnie qui lui fournit les
videocassettes. Il y a donc K entre les deux. 1992 : k de sûreté est signée entre particulier
et Astral. 1998 : sûreté enregistrée. 1999 : compagnie ayant le dépanneur fait faillite.
Dé : Il y a un conflit entre l’Art 11 : Modalités à suivre pour avoir un K valide et l’art
9(2) Erreurs dans un K.
Art 11 a préséance sur 9(2)
Art 11 : quand bien est grevé?
2 a) signature par débiteur ou possession; description pour permettre identification
2 b) fourniture d’une c-p
2 c) débiteur doit avoir droits sur les objets grevés
11(3) objets doivent être certains avant de les donner en garantie / sûreté
9(2) corrige les erreurs dans k conclu entre les parties, mais 9(2) ne peut pas corriger
l’absence de k. En l’espèce, la corporation n’a jamais signé le K de sûreté donc le K n’a
jamais existé.

68
69

4. Notion de « grevé »

Trois étapes à suivre :


1- Création de la sûreté. La sûreté est créée automatiquement si ça entre dans la
définition de la loi
2- On doit grever le bien (to attatch) : Art 11
3- On doit rendre la sûreté opposable : Enregistrer la sûreté, donc personne ne peut
prendre mon droit si quelqu’un fait faillite, j’oppose mes droits à ta réclamation
(donc droits sont opposables aux tiers)

Décision: Access Advertising Management Inc. c. Everex Computers Inc., (p.102)


F: Trois K : 1) de prêt 2) de sûreté et 3) de garantie. K de garantie entre Everex et CIT le
6 avril 1992 : Everex canadien garantie les dettes de Everex Américain. Même journée, K
de sûreté entre CIT et Everex Canada sur les biens de la société canadienne. Enregistré le
14 avril 1992. En 1991 : K de prêt entre Everex Américain et CIT, s’il y a défaut du K de
prêt, le K de sûreté peut prendre effet. Le 4 janvier 1993 : Everex Américan fait faillite.
Le 14 janvier 1993 : Access obtient un jugement contre la société canadienne, on fait une
demande de paiement de la banque. Les fonds sont donnés à cour le 15 janvier pour
Access. Est-ce qu’on peut avoir une sûreté mobilière sur de l’argent saisi? Chicane entre
le Syndic (Price Water House) et Access (autre créancier).
Dé : Charge flottante : Au dessus des biens mais ça évolue jusqu’à ce que la charge grève
les biens en questions ou jusqu’à ce que la dette soit remboursée (charge flottante ne
s’attache pas au bien tant qu’il n’y a pas eu d’événement qui la déclenche) . On se
chicane sur l’argent qui était en banque (compte de Everex US)avant la saisi. La charge a
été grevée quand il y a eu défaut de paiement, donc elle est devenue opposable car elle
était enregistrée. La sûreté a grevé le compte de banque au moment où les droits des
créanciers s’attachent au compte de banque. La cour détermine que le l’avis envoyer le 6
janvier, c’est à ce moment là que la charge de la vente a grevé le bien, une semaine avant
la saisie de Access. La charge flottante s’est cristallisée au moment où la banque à
envoyer l’avis de faillite. La banque doit passer avant Access.
(Notion de cristalisation n’existe plus!!! cause est bonne art 11 bien grevé).

Décision : Crédit Suisse Canada c. Yonge Street Holdings, (p. 105)[cause clé]
F : 1986: Crédit Suisse prête 7 millions pour bâtir un édifice et ce prêt doit être
remboursé le 30 novembre 1994. Une des sûreté du prêt est les loyers payés par les
commerçant une fois l’édifice construit. L’argent des loyers est mis dans un compte
bancaire et les surplus de ces loyers une fois que tout est payé est distribué entre certaines
personnes. 1er décembre : Crédit Suisse exige le paiement.
QL: Est-ce que la sûreté comprend le surplus?
Argument de Crédit Suisse: Concept de cristallisation ne s’applique plus. Le tout est
grevé donc applicable.
Argument de Yonge : Faut que la sûreté soit enregistrée et la cristallisation existe encore
et a lieu.
Dé: Le concept de cristallisation ne s’applique plus avec la nouvelle loi. P.113 : citation –
tout ce qui existait auparavant a été remplacé par la LSM donc les charges flottantes

69
70

n’existent plus. Regarde quand le bien a été grevé et la Cour conclut qu’avec la signature
il y a eu grevé en plus d’être enregistré donc elle est opposable.
R : La charge flotante ou fixe et la cristalisation n’existent plus
Le débiteur qui donne une sûreté sur objets doit avoir des droits précis dans l’objet.
Il faut grever sa sûreté art 11.

NOTE : explique mieux la décision précédente dans le fond, avec le bien grevé art 11.

Décision: Kinetics Technology International c. Fourth National Bank of Tulsa, (p.


116)
F: K entre ces parties. KTI fournit certaines composantes pour la fabrication. KTI accepte
de faire des paiements progressifs. K stipule que le titre reste avec KTI mais le reste du
matériel fournit par OHT serait à KTI après le premier paiement. La sûreté avec la
banque est sur tout la marchandise. Banque fait 2e prêt avec une sûreté sur paiements de
KTI. OHT fait faillite avant d’avoir fini de faire les fournaises donc la banque reprend
tout. KTI demande leurs machines mais la banque refuse car dit qu’elle a droit à tout à
cause de la sûreté.
Dé : Les objets ne font pas partie du patrimoine de OHT car il n’est pas propriétaire des
objet fournis par KTI. OHT a ces objets en fiducie pour KTI. Le débiteur doit avoir un
certain degré de contrôle ou d’autorité sur les biens. En autant que les droits des débiteurs
sont plus que la simple possession des biens, on va déterminer que ces droits sont
suffisant pour déterminer qu’il y a une sûreté mobilière sur ces biens. KTI a contribué au
financement des opétarions de OHT en lui fournissant des composantes donc, il est
créancier, c’est un prêt en matériel et non en argent. Donc, KTI doit s’enregistrer pour
protéger ses droits. Les biens de KTI sont grevés par la K de sûreté de la banque car elle
l’entente n’était pas enregistrée, mais KTI a droit à ses objets quand même car il a racheté
les produits et les a payé.

Décision: R c. Canadian Imperial Bank of Commerce,( p. 120)


F: M. Obront est pris pour fraude aux É.-U. CIBC veut saisir son compte de banque
comme sûreté.
QL : Est-ce que le contrat est nul dès le début (ab initio)ou est-ce qu’il est annulable?
Est-ce que le K frauduleux est nul depuis le début ou est-il annulable?
Si nul, il n’appartient pas l’argent et CIBC ne peut pas avoir une sûreté.
Dé : À cause de la fraude les K sont annulables, donc M. Obrant a des droits sur les fonds
et la sûreté de la banque a grevé les fonds. Dans un cas de fraude, le K qui a donné droit
au débiteur est annulable et il a des droits jusqu’à ce que le K soit annulé. La Couronne
peut prendre tous ce qui est obtenu criminellement à cause du Code criminel. La sûreté de
la banque est valide mais c’est la Couronne qui prend tout car l’argent est un produit d’un
acte criminel.

70
71

[Éléments de base sont à l’art. 11 pour savoir comment grever un bien.]

5. Opposabilité

Art. 19 – Opposabilité :(donner un avis à tout le monde qu’il y a qqch de particulier


ex. : a des droits sur le bien)
Tes droits deviennent plus important que ceux des autres quand certains éléments
sont compris (2) : 1. sûreté grève le bien; 2. toutes les obligations légales quant à
l’opposabilité ont été remplies

L’ordre de ces éléments n’importe peu, il faut tout simplement qu’ils soient tous
les deux présents.

Art. 20 – Sûreté inopposable : Si vous avez pas enregistré (rendu la sûreté opposable)
la sûreté, vous passez derrière les personnes suivantes.

Art. 22 - Rendre la sûreté opposable par le mécanisme de la possession :


La possession donne un avis à quelqu’un d’autre. C’est donc une façon de rendre
opposable.

Art. 23 – rendre la sûreté opposable par le mécanisme de l’enregistrement

Décision: Re Raymond Darzinskas, (p. 134)


F : Mortgenstern finance Darzinskas pour qu’il achète de l’équipement et il n’enregistre
pas la sûreté. Sûreté qui grève un bien d’équipement pas attaché à l’immeuble et
difficilement mobile. Équipement propriété de Darzinskas qui fait faillite. Mortgenstern a
une sûreté sur l’équipement et ordonne la saisi par le shérif. L’équipement est saisi mais
continu d’être utilisé par l’entreprise. Syndic veut récupérer l’équipement.
Dé : Reprend l’art. 24 (art. 22 aujourd’hui). Le but de l’opposabilité est de fournir un
avis à tous qu’il a des droits sur un objet. Mortgenstern avait techniquement repris les
biens quant le shérif l’a saisi mais véritablement l’équipement n’était pas en sa
possession physique. Il faut avoir la possession physique réelle du bien pour avoir le droit
d’opposabilité. Un tiers doit être avisé qu’un créancier a des droits, donc, il doit y avoir
possession réelle. La priorité est au Syndic qui va vendre l’équipement et donner l’argent
aux autres créanciers

Décision: Sperry Inc. c. Canadian Imperial Bank of Commerce, (p. 136)


F: CIBC et Sperry prêtent de l’argent à Allinson pour qu’il achète de l’équipement. Les
deux enregistrent des sûretés mais ils expirent, donc les sûretés ne sont plus opposables.
Allison fait faillite. La banque prend possession des biens mais elle doit agir en tant que
mandataire (gérer l’entreprise pour une période de temps pour voir si l’entreprise est
encore viable, si oui on redonne possession au propriétaire sinon on vend/ferme le tout),
donc, la sûreté est opposable à cause de sa possession.
Dé : Le reçeveur (séquestre) est traité comme le mandataire du débiteur et non du
créancier, ça ne rend pas les droits de la banque opposables. Donc, c’est vraiment le
débiteur qui prend possession et non la banque. Ce n’est pas une prise de possession de la

71
72

banque et ça ne rend pas le bien opposable. Sperry va avoir priorité sur son inventaire et
la banque va avoir le reste, la banque n’avait jamais eu des droits sur l’inventaire de
Sperry.

NOTE :
Le but de nommer un receveur (il gère l’entreprise) est de prendre conscience de tous
les aspects de l’entreprise pour déterminer si l’entreprise est encore viable. Si oui,
l’entreprise retournera au propriétaire. Whereas, le syndic représente vraiment les
créanciers et sont là pas pour aider l’entreprise à faire un « bounce back » mais tout
simplement liquider car, y a rien à faire pour sauver la compagnie.

•Pour opposabilité, il faut :Possession physique ou rendre objet inutilisable pour donner
avis à un tiers.
•Séquestre ne prend pas possession comme créancier mais comme débiteur.

6. Notion de droit international privé

Art 5 : La loi du ressort où se trouve le bien grevé régit le tout. Sauf disposition
contraire, si objet change de juridiction, on regarde la Loi où l’objet se trouve au moment
de la sûreté.

Art 5(2) : La sûreté demeure opposable en Ontario si un état de financement est


enregistré, avant l’entrée des objets ou si on la rend opposable en Ontario dans les 60
jours qui suivent l’entrée ou dans les 15 jours qui suivent le moment où le créancier en
est avisé, même si elle est enregistrée dans une autre juridiction (ex : Alberta).

Exception
Art 7 : La loi du lieu du débiteur qui s’applique quand il s’agit d’un bien immatériel ou
sur des objets qui peuvent être utiliser dans plus d’une juridiction/ressort (matériel ou
stock qui sont donnés à bail).

Décision : Re Adair, Re GMAC, (p. 145)


F : 8 septembre 1982 : Adair achète une fourgonnette en Floride de GMAC et enregistre.
1983 : Mme Adair amène la voiture en Ontario. 26 mai 1983 : Adair fait faillite et le
syndic prend possession de ses biens. 31 mai 1983 : syndic envoit une lettre à tous les
créanciers. 4 juin 1983 : GMAC reçoit le lettre. 15 juin 1983 : GMAC réclame la voiture.
28 juin : GMAC enregistre la fourgonnette en Ontario. Pour que la sûreté mobilière soit
valide il y a un délai de 15 jours de l’avis ou 60 jours depuis l’entrée réelle en Ontario
(art. 5). En l’espèce, l’enregistrement a eu lieu après le 60 jours et 15 jours d’avis.

72
73

Argument GMAC : GMAC dit que la sûreté existait encore en Floride quand le syndic a
pris possession, quand ils ont finalement enregistré en Ontario en enregistrant ça les
protégeait des 60 jours.
Dé : La loi prévoit 60 jours quand le bien est entré en Ontario ou 15 jours après avoir
avisé le créancier. La cour dit que l’enregistrement doit se faire à l’intérieur des 60 jours,
le fait que le syndic a saisi l’auto, le fait d’enregistrer après la saisie n’est pas grave mais
il faut enregistrer à l’intérieur des 60 jours prévu par la loi (période temporaire de
protection). La sûreté n’est pas opposable, l’opposabilité commence après enregistrement
et n’est pas rétroactive si elle est enregistrée après le délais prévu de 60 jours, elle est
rétroactive si on l’enregistre pendant la période de 60 jours.

Décision : Re Claude A. Bédard, (p. 151)


F : Le syndic demande une sûreté sur l’auto de M. Bédard. L’objet en cause est lauto à
M. Bédard. M. Bédard déménage en Ontario. En 1982, il fait faillite. La banque dit que la
sûreté a été enregistré au Québec.
QL : Pour que les droits de la banque s’appliquent, doit-on respecter toutes les exigences
dans le resssort ou la transaction a eu lieu (au Québec), car le Québec n’a pas un système
d’enregistrement?
Dé : Le fait de grevé et de rendre opposable dans une autre juridiction, la cour dit qu’en
autant qu’on fait l’équivalent de ce qu’on exige en Ontario, la sûreté est bonne. La sûreté
a donc été rendue opposable au Québec, la banque a fait tout ce qu’elle avait besoin de
faire. Au moment de l’achat, la banque a eu l’avis que M. Bédard allait déménager, le
délai de 15 jours avait passé et la banque n’avait pas enregistré l’auto en Ontario. Donc,
la banque perd et le syndic a gain de cause.

Décision: Gimli Auto Ltd. c. BDO Dunwoody Ltd.,( p. 153)


F: 1 bail pour des camions avec Gimli et 1 bail avec Eagle Ridge pour une voiture. Ces
deux baux sont avec un failli. 3 camions étaient loués dans l’industrie touristique et la
location ayant lieu surtout Alberta (Alberta exige l’enregistrement d’un bail-location). La
voiture est utilisé au Manitoba (exige pas l’enregistrement d’un bail comme en Ontario).
La voiture est utilisée en C.-B. Syndic en faillite dit que les véhicules doivent être
enregistrés en Alberta. Gimli dit pas besoin parce que utilisé ailleurs qu’en Alberta. Eagle
Ridge dit qu’enregistré en C.-B. Le gros problème est entre Gimli et compagnie faillie.
QL: Est-ce que les camions rencontrent la définition de l’art. 7 (1) ii)?
Dé : La Cour conclut que ce sont des objets qui généralement sont utilisés pour plus
qu’un ressort (loué pour être reloué). C’est donc une exception. La règle de base quant au
ressort : loi qui est appliquée est celle où on va grever le bien. À cause de l’art. 7, loi
applicable est celle du ressort du débiteur. En l’espèce, il est en Alberta (failli), besoin
d’enregistrement. Pas enregistré donc Gimli perd ses droits.

7. Enregistrement – Processus, erreurs et subrogation

73
74

Décision : Bank of Nova Scotia c. Clinton’s Flowers & Gifts Ltd., (p. 164)
F: Entre Banque de N.-É. et Syndic. 1990 : Clinton conclut un K de sûreté générale avec
la banque. Banque fait état de financement (document que l’on doit enregistré);. 25
septembre 1990 : banque enregistre, les employés au registraire font une erreur. 5 juin
1991 : Clinton déclare faillite et syndic est nommé. Banque réclame le patrimoine mais
quand le syndic a investigué, pas capable de trouver l’entente de financement dans le
registre. Découvre que le registraire a commis une erreur en inscrivant Clintons au lieu de
Clinton’s. À cause mal enregistré, pas opposable. Le créancier dit avoir fait ce qu’il avait
à faire
QL : L’erreur faite par l’agent va-t-elle rendre la sûreté invalide?
Argument Syndic : Le syndic utilise l’art 20(1)a) pour dire que la sûreté n’est pas
opposable, donc, le Syndic a priorité sur les créanciers non garantis
Dé : Oui, c’est valide Art 23. L’enregistrement a été fait avant la date de faillite.
L’enregistrement c’est l’acte qui est accompli par le créancier, l’erreur à été fait au bureau
d’enregistrement. L’erreur a eu lieu après l’enregistrement et ce n’est pas la faute de la
banque. Le créancier a bien fait ce qu’il devait faire, la sûreté est donc opposable.

NOTE :
Art. 44 – Régime d’assurance : Il y a un système d’assurance financé par le
gouvernement donc si registraire fait erreur dans le système, peut réclamer des
dommages plus tard pour cette erreur.

Décision : Re Lambert, (p. 168)


F : Lambert achète un véhicule. GMAC enregistre sûreté sur véhicule. Erreur dans le
nom Gilles Lambert mais pas son vrai nom. Lambert fait faillite et syndic prend
possession du véhicule. GMAC dit avoir priorité sur véhicule. Avocat du syndic fait
recherche dans système et ne trouve pas l’enregistrement. Le syndic avait le numéro du
véhicule mais ne l’a pas utilisé pour recherche.
QL :Est-ce que l’erreur va annuler la priorité de GMAC sur le véhicule?
Argument GMAC :Invoque art. 46(4) – erreur va pas prima facie invoquer la nullité
Dé : Erreur dans un K de sûreté (document signé), la sûreté n’est pas invalide à moins
que ça cause une erreur dans l’esprit de quelqu’un d’autre : Art 9(2). L’Art 46(4)
s’applique quand il y a une erreur dans l’état de financement (le document qu’on
enregistre), risque de réduire substantiellement une personne raisonnable en erreur. La
personne raisonnable est la personne qui utilise, fait de la recherche dans le système de
façon régulière, si elle est induite en erreur, l’Art 46(4) ne s’applique pas et
l’enregistrement est nul. La personne raisonnable dans ce cas utiliserait le numéro de
série du véhicule et le nom, donc, elle n’a pas été induite en erreur. C’est la faute du
Syndic et la sûreté de GMAC est bonne.

Décision: Adelaide Capital Corp. c. Integrated Transportation Finance Inc.


F: Greyvest conclut une entente avec ITF. Dans l’entente c’est compris que Greyvest a
droit à certaines choses, mais l’inventaire n’était pas compris et les camions sont
considérés comme de l’inventaire. Greyvest n’avait pas enregistré leur intérêts dans les

74
75

camions. North American Trust aussi une sûreté pour l’inventaire des camions. ITF fait
faillite donc les deux compagnies se disputent les camions (inventaire).
QL: Qui a droit au camion contenu des erreurs ou des différences dans les
enregistrements?
Dé : La cour interprète les erreurs contenues dans l’enregistrement. L’article 46(4) ne
remédie pas à l’erreur car une personne raisonnable aurait pu être induite en erreur dans
ce cas. Le système d’enregistrement est là pour alerter une personne qui fait une
recherche de l’avertir que les certaines catégories de biens qu’elle recherche sont grevé.
La cour dit aussi que lorsqu’on coche « autres biens », il faut donner des détails. Il faut se
demander si la description est suffisante. En l’espèce, North American a droit aux 50
camions qui était prévue dans leur contrat et Greyvest on droit au restant des camions.
R : Si on nomme des objets dans les états financiers, les droits seront limités aux biens
nommés et on ne peut revendiquer une sûreté opposable qu’aux objets dans liste.
Ne pas lister à moins qu’on veuille limiter nos droits. Si pas de liste, le rechercheur peut
contacter la personne qui a la sûreté pour en savoir plus.

***IMP. – première fois qu’une Cour se penche sur la subrogation (une partie prend
place ou droits d’une autre partie par consentement) :

Décision: In the Matter of the Bankruptcy of N’Amerix Logistix Inc., (p. 210)
F: La banque prête de l’argent à Amerix. En échange, A donne des droits sur l’ensemble
de ses biens, c’est une sûreté générale. La sûreté est enregistrée. A éprouve des difficultés
financières, donc la banque s’inquiète et envoie une lettre à A pour qu’il paye leurs dettes.
A consulte EBF pour avoir de l’argent pour payer leur dette envers la banque. En
échange, A, avec l’accord de la banque, donne une sûreté sur une partie des comptes
recevables. La banque abandonne donc certains de ses droits sur les comptes payables.
Dans le K, c’est clair que EBF doit enregistré la sûreté mais ne le fait pas. A déclare
faillite et le syndic fait la recherche dans le système et découvre que EBF n’a pas
enregistré son intérêt sur la sûreté donc, il n’avait pas grevé ses biens EBF tombe derrière
la Syndic dans la liste de priorité.
QL : Est-ce que la subrogation est permise? Peut-on subroger dans le contexte de la Loi
sur les sûretés mobilières?
Subroger : Quand une partie prend la place d’une autre partie avec le consentement.
Argument de EBF : Art 72 – C’est simplement une transaction commerciale, les droits
achetés ont déjà été enregistrés par la banque.
Argument du Syndic : Art 20(1)b) – La sûreté qui n’est pas opposable car elle n’a est
sans effet à l’encontre des créanciers du débiteur.
Dé : Les comptes recevables sont déjà hypothéqués, même si c’est enregistré sous le nom
de la banque pour l’intérêt de EBF ça ne dérange pas. Oui, on peut subroger sans
s’enregistrer, les droits continuent d’exister, l’Art 72 (transaction commerciale) nous
protège. Rien dans la loi nous oblige de s’enregistrer, on prend les principes généraux
qu’on peut transférer une dette à quelqu’un d’autre. La cour interprète le créancier garanti
comme la banque. Les droits de EBF ne découlent pas de la loi ou de l’enregistrement
mais du fait qu’ils ont acheté des droits de la banque. C’est une transaction entre EBF et

75
76

la banque, c’est une transaction privée. La personne raisonnable n’est pas induit en
erreur car le tout était déjà enregistré. EBF a gain de cause

8. Priorités

a) Règle de base

Art 20 : Si la sûreté n’est pas opposable (pas enregistrement, pas de possession) art. 20
s’applique

Art 30 : Règles de priorité de base.

Art 30(i) : Déterminer selon la date à laquelle ça a été enregistré. La sûreté doit grevé le
bien mais on ne regarde pas la date où tout est fini, même si le bien a été grevé plus tard,
on regarde la date d’enregistrement.

Art 30(ii) : Si sûreté enregistrée, une autre par un autre mode, c’est le premier qui est
accompli qui a la priorité.

Art 30(iii) : Si c’est enregistrer par d’autres moyens que l’enregistrement, on regarde
quand elles sont rendues opposables pour déterminer la priorité.

Art 30(iv) : Si c’est pas enregistré, c’est au moment/la date où le bien a été grevé (mais
art. 20 importe!!)

Avances Futures

Art 30(3) : On parle des avances futures. Ex : Banque 1 prête 50 000$ à un débiteur et
ce prêt est enregistré. La banque 2 prête 10 000$ au même débiteur et ce prêt est aussi
enregistré. Si la banque 1 prête 10 0000$ après et l’enregistre. Est-ce que la banque 1
passe avant la banque 2 dans le rang des priorités pour sa deuxième transaction? OUI
Tant et aussi longtemps que la banque 1 a une sûreté opposable enregistrée, elle est la
première priorité et les avances futures d’argent aussi. Donc, la banque 1 a première
priorité pour 60 000$ et la banque 2 a deuxième priorité pour 10 000$.

Exception :

Art 30(4) : Si le séquestre prend contrôle de l’entreprise, à partir du moment où les


créanciers reçoivent un avis écrit que le syndic/séquestre a pris contrôle de la compagnie,
toutes les avances subséquentes vont avoir une priorité derrière le Syndic. Exception :
Sauf si l’argent sert à payer des frais d’exploitation de l’entreprise, l’argent passe dans la
priorité initiale donc, avant le Syndic, ça sert à payer des frais raisonnables pour
maintenir la possession de bien et de les garder. Autre exception : Si le K avec le
créancier garantie prévoyait déjà l’avance future, il a priorité sur le Syndic.
L’engagement avait déjà été pris avant que le séquestre n’intervienne.

76
77

Cession de rang
Art 38 : Prévoit un K de subordination (session de rang) — Deux personnes prioritaires
peuvent s’échanger la priorité s’ils le veulent, ceux qui seraient affectés par le
changement ex : Si un créancier veut se débarrasser d’un dossier, ce sont pour des raisons
purement commerciales.

NOTE : si on a 1, 2, 3, 4. Si 2 a priorité pour 50 000 $ et 4 pour 200 000 $. S’ils


changent de rang, 4 peut juste avoir priorité pour 50 000 $, y va garder son même rang 4
pour le reste donc 150 000 $.

Décision: Re Giffen, (p. 226)


F: Loi de la C.-B. où il faut enregistrer un bail. Dispute pour une voiture Saturn 1993.
Voiture appartient à Telecom Leasing qui la loue à BCTel (employeur de Giffen). Y a une
sous-location à Giffen dont Telecom fait partie. BCTel fait faillite et le syndic réclame la
voiture. On veut savoir qui a des droits sur le véhicule.
QL: Quels sont les droits de propriété du locateur vs. les créanciers?
Dé : Un bail d’une durée de plus d’un an doit être enregistré. En l’espèce, y a eu aucune
enregistrement. Cour regarde la structure de la loi. Art. 20(b)(i). En adoptant la loi, le
législateur a décidé de reformer le concept de propriété privé. La question en l’espèce est
sur la priorité et non la propriété. P.234 para. 35 : La Cour dit que le syndic en vertu de
l’art. 20 (1) a priorité sur la voiture parce que le propriétaire n’a pas enregistré. Propriété
de Tel Leasing, mais cette notion est remplacée par la priorité donc appartient au syndic.
R: Le principe de priorité est ce qui est important dans la LSM et non la notion de
propriété privée. (contradiction avec LVO puisque voiture n’appartient pas au failli.)

Décision: The Robert Simpson Company Ltd. c. Shadlock and Duggan, (p. 242)
F : RS est fournisseur au motel et Shadlock a une sûreté mobilière qui est enregistrée sur
le même motel. RS n’a pas enregistré sa sûreté mais Shadlock savait que RS avait des
sûretés qui n’étaient pas enregistré et a pris le tout. Doctrine de l’avis réel -- Shadlock
connaissait l’existance de la sûreté de RS les biens fournis au motel. RS dit qu’il n’y a
pas de préjudice causé à Shadlock et que Shadlock n’a pas été induit en erreur car ils le
savaient avant.
Dé: Cour dit semblable à Giffen, l’adoption de la loi a modifié plusieurs anciennes
doctrines. Le législateur voulait clairement que le seul moyen de communication reconnu
est l’enregistrement / possession. Aujourd’hui, on examine donc seulement s’il y a eu
enregistrement. En l’espèce, Simpson pas enregistré donc Shadlock passe avant lui.

b) Sûreté en garantie du prix d’acquisition (SGPA)

Art 33(1) : Stock = inventaire

Art 33(1) : Super priorité sur tous les autres biens :


a) si elle était opposable avant que
i) débiteur entre en possession
ii) un agent du débiteur en prend possession.

77
78

b) si personne qui a une SGPA et avant que débiteur en prend possession, elle
envoie, avant d’enregistrer et prendre possession du bien, un avis à tous les
créanciers. Il faut que le terme SGPA soit précis et que l’inventaire soit décrit.

Art 33(2) : Pour autre qu’inventaire, (le reste, tous les autres biens) il faut :
a) porte sur un bien grevé
i) 10 jours après la prise en possession des biens par le débiteur, pour rendre
sûreté opposable.
ii) agent … même chose, 10 jours.

Est-ce que les biens en question dans les mains du débiteur, est-ce du stock Art 33(1) ou
autre chose Art 33(2)?

Art 33a)(ii) : On remet les biens à un transporteur, est-ce que la sûreté est opposable? Si
oui, c’est une sûreté en prix d’acquisition qui est formée. Pas beaucoup utilisée. Si on
grève le bien avant que le débiteur prennent le stock vous avez une SGPA ou si vous
envoyer un avis écrit (Doit dire que l’auteur a l’intention d’acquérir une SGPA et il faut
décrire de façon précise l’inventaire) à tous les autres débiteurs avant d’enregistrer et de
donner possession des biens au débiteur.

C’est le principe de la super priorité qui fait qu’on passe toujours en premier
malgré le reste du monde.

Du point de vue commercial, elle existe pour permettre l’expansion de l’entreprise

Ex : Une entreprise a une marge de crédit avec la banque et la banque a une sûreté sur
l’entreprise. L’entreprise décide de grandir et consulte son fournisseur au lieu d’aller à la
banque pour acheter de l’équipement. Le fournisseur accepte pour que l’entreprise
continue de subsister de fournir l’équipement mais demande une super priorité sur tous
les autres créanciers. Doit être pour quelque chose précis. On n’a pas besoin du
consentement de la banque pour faire ça. RISQUE : La banque peut dire que si la SGPA
est trop grosse et qu’elle trouve que l’entreprise a une dette trop grosse, il y a sûrement
une clause dans le K de la banque qui dit qu’elle peut se retirer.

Décision: Agricultural Cerdit Corp. of Saskatchewan c. Pettyjohn,( p. 286)


F: 1981 : Pettyjohn a appliqué pour un prêt à la ACCS pour acheter du bétail. Il conclut
qu’il ne vendrait pas le bétail sans donner de préavis à la banque car, celle-ci a une sûreté
sur ces biens. Pettyjohn paie de ses propres fonds pour le bétail ensuite le ACCS le
rembourse. 1984 : prêt à court terme avec Banque de Montréal pour acheter de
l’équipement. Une fois le bétail acheté, ACCS donne l’argent et Pettyjohn rembourse son
prêt. 1986 : Pettyjohn vend tout bétail sans avis à ACCS et avec cet argent achète d’autres
bétail. 1987 : défaut de paiement. Pettyjohn fait faillite. Bataille des créanciers. ACCS va
essayer de prouver qu’il avait une sûreté en garantie du prix d’acquisiton pour qu’il
puisse passer en avant des autres créanciers.

78
79

QL : Est-ce que la CCS est une personne qui a fournit une contrepartie dans le but de
fournir de l’aide à acquérir des droits sur le bétail?
Dé : La cour examine le terme “sûreté en garantie du prix d’acquisition ». Difficulté de la
position de l’ACCS en ce qui à trait à la définition : Dans les deux cas ce n’est pas
l’ACCS qui a donné l’argent directement 1) P a payé et 2) La Banque de Montréal.
TEST : Est-ce que l’ACCS a aidé P a acquérir des droits sur le bétail? La cour dit que le
créancier doit remplir 3 conditions : 1. Doit avoit une sûreté sur les biens; 2. L’argent du
créancier a été fait dans le but de permettre au débiteur d’acquérir des droits sur les biens;
3. La contrepartie à été utilisé pour acquérir des droits. Cependant on doit regarder toute
la transaction, le fait que l’argent est venu après ne dérange pas car la réalité c’est que le
but du prêt était de financer l’achat du bétail, donc l’ACCS a droit à la SGPA.

Décision: Unisource Canada Inc. c. Laurentian Bank of Canada, (p.290)


F: Printers Group est le débiteur, achète une presse à imprimé qu’il vend à RBC qui
ensuite le loue à Printers Group (pour financer la transaction et une façon pour la Banque
de se protéger). RBC enregistre le 30 août 1995 et à ce moment Printers Group devait de
l’argent à Unisource. Printers Group accorde ainsi une sûreté à Unisource et enregistré en
7 février 1996. Banque Laurentienne intervient pour refinancer le tout. RBC sort du
portrait et la Banque Laurentienne prend la position de la RBC. Printers Group fait faillite
et Unisource dit avoir priorité. La dispute est donc de dire que la subrogation n’existe
plus.
QL: Est-ce une SGPA ou pas? Pour le déterminer, faut regarder si l’argent prêté par
Laurentienne a aidé Printers Group a acquérir des droits sur le bien.
Dé : Première instance : La presse qui a été transféré à la Banque Royale a été transféré à
la Banque Laurentienne donc, subrogation et aucun droit de priorité. En appel : Petite
amélioration car le débiteur a acquis un peu plus de droit sur l’objet qu’il avait avant avec
la Banque Royale. Donc, la banque Laurentienne a une SGPA, en autant que le débiteur
acquiert un tout petit peu plus de droits, c’est suffisant pour rencontrer la définition de la
SGPA. Son argent a permis au débiteur d’acquérir des droits même si c’est presque rien,
c’est suffisant quand-même.

Décision: Re Chrysler Credit Can. Ltd. ans Royal Bank of Canada, (p. 300)
F: CC financé l’inventaire de nouveau achat de voitures du concessionnaire SGPA.
Banque royale a une sûreté générale. La dispute est sur les voitures usagers.
QL : Qui a droit à ces autos? La banque ou CC?
Dé : Chaque pièce de l’inventaire qui a un lien (même indirecte) avec le créancier qui a
une SGPA on prend ces biens là pour payer la SGPA, donc c’est CC qui a droit aux autos,
liens indirectes. Il faut satisfaire la SGPA, on doit protéger ce créancier.
R : La portée que les tribunaux donne à la SGPA et l’idée que c’est pas juste les biens
mais aussi ceux qui ont un lien indirect. Pour satisfaire le créancier ayant une SGPA, on
est prêt à aller chercher loin pour protéger ce premier créancier.

c) Objets fixés à demeure, accessoires et mélanges d’objets

« Objets fixés à demeure » : Chose fixée à un bien immeuble et qui deviennent


nécessairement le bien immeuble.

79
80

Art. 34 (1) – Accessoires fixes (biens immeubles)


Prévoit des règles précises.
a) si vous avez une sûreté sur des objets devenus des accessoires fixes et grevé
avant l’installation, alors vous avez priorité sur tous ceux qui ont acquis des
droits immeubles
b) Si grevé après installation, priorité sur les gens qui vont acquérir des droits
immeubles après l’installation.

Art. 35(1)b) – Accessoires (biens meubles)


Ex. : du radio dans une auto.
On l’applique quand l’objet sur lequel vous avez des droits est intégré à un autre bien
meuble.

Donc, si votre sûreté a grevé la radio avant son installation dans l’auto, vous avez
priorité sur la personne qui a droit sur l’auto. À l’opposé, si après, vous passez en
arrière de celui ayant droits sur la voiture mais avant tous les autres qui veulent droits
sur l’auto après installation de la radio.

Art. 37 – Mélange d’objets


Ex. : de fournir de la farine pour faire le pain
Si vous avez une SGPA sur la farine qui est maintenant dans le pain, toujours des droits
sur celle-ci même après le mélange.

Si plusieurs ingrédients, ils ont tous un rang égal dépendemment de leur contribution
proportionnelle.

But est de protéger la personne qui incorpore un bien dans quelque chose d’autre et qui
donc, perd son identité de ce fait.

Décision: 859587 Ontario Ltd. Starmark Property Management Ltd, (p. 334)
F: Droit d’un propriétaire dans le contexte de loyer qui n’est pas payé. S est propriétaire
d’un édifice et HK est locataire. HK vend un spray bath (chamber pour peinturer les
voitures) à Atlantic et ce spray booth est rattaché à l’immeuble. HK ne fait pas ses
paiements et le propriétaire prend possession des lieux, Atantic dit que le Spray booth lui
appartient.
Dé : Chose qui appartiennent au locataire mais fixé à la demeure « trade fixture ». Le
propriétaire a droit au « trade fixtures » mais Atlantic essaie de faire une distinction. La
cour dit qu’une amélioration fait partie du bien de fond en autant qu’au moment où le
propriétaire essaie de saisir les objets, les choses ont été détachés sinon le propriétaire n’a
pas droit à ces choses. Le propriétaire n’a pas droit au « trade fixtures ». La personne qui
a le droit sur les améliorations, est celle qui a droit de propriété sur ces biens s’ils n’ont
pas été détachés du bien de fond. Les « trade fixtures » sont exclus des droits du
propriétaire. La personne qui a une sûreté sur ce bien a priorité devant le propriétaire qui

80
81

essaie de saisir à moins que les objets on été détachés avant. Atlantic a fourni l’argent ou
l’équipement à HK (Locataire) il est le premier en ligne pour ces objets car il avait droit
avant qu’ils ne fassent partie du bien de fond. Le propriétaire n’avait aucun droit avant
sur le spray booth car il n’existait pas avant.
R : Il faut que ça soit détacher pour que le propriétaire puisse les saisir.

9. Transfère d’un bien grevé

a) Vente dans le cours normal des affaires

Art 25, 27, 28

Art 28(1) : L’acheteur d’un objet qui est vendu par un vendeur dans le cours normal de
ses affaires en prend possession libre de toute sûreté même s’il savait qu’il y avait une
sûreté sauf s’il savait que la vente est une violation du K de sûreté. Très rare car il faut
voir le K de sûreté.

Décision : Camco c. Olson (p.382)


F : Condos avec des appareils ménagers. Camco fourni les appareils et ne c’est pas fait
payer.
QL : Est-ce que ça tombe sous l’Art 28? Si oui, les acheteurs sont protégés. Est-ce que la
vente a été fait dans le cours normal des affaires?
Argument Camco : Camco dit que le vendeur n’est pas un vendeur d’appareil, c’est un
vendeur de condominium donc, l’art 28 ne peut s’appliquer.
Dé : Cour décide politiquement et protège les acheteurs de condo en disant qu’ils ont
acheté dans le cours normal des choses. On veut protéger les acheteurs de condos, donc
on donne gain de cause aux acheteurs.

Décision: Royal Bank of Canada c. 216200 Alberta Ltd., (p. 390)


F: Alberta 1982: magasin de sofa/waterbeds. Magasin fait faillite et paquet de clients qui
se retrouvent avec des dépôts.
QL : Qui a droit aux dépôts?
Dé : 4 catégories de personnes en l’espèce :
1.Ceux qui ont payé au complet mais objet pas encore arrivé
2.Ceux qui ont payé une partie et les objets sont en possession du magasin
3.Ceux qui ont payé une partie pour des objets pas encore en possession du magasin
4.Ceux qui a qui on devait un remboursement
La Cour détermine qu’elle doit appliquer la LVO pour savoir c’est quoi faire une vente
dans le cours normal des choses. On applique la LVO Art 19. Est-ce que les objets ont
été affectés au K? Pour 1) : On applique la règle 5. Ce sont des objets indéterminés donc
la propriété ne peut passer aux acheteurs. Les acheteurs deviennent des créanciers non
garantis, donc ils n’ont pas priorité. Pour 2) : On applique la règle 1. Objets déterminés
et livrables, la règle 1 dit que le transfère de propriété a lieu au moment de la conclusion
du K. Ils sont donc propriétaires et doivent payer le reste pour avoir le bien. Pour 3) : Les

81
82

clients deviennent des créanciers non garanti. Pour 4) : Créanciers non garantie, ils n’ont
pas de sûreté.

Art. 9(b) Créancier garanti droit à l’objet et au produit, si produit est garanti.

Art. 9(c) Droit de retracer le produit

Art. 9(d) Droit de la limite (créancier garanti qui donne droits trop larges au débiteur
peut perdre certains de ses droits)

82