Vous êtes sur la page 1sur 6

Département de génie Mécanique TP Thermodynamiq ue

2012
Déterminati on de coefficient isotropique de l’air

-

HAMOUDA HAMZA CHEBOUKI ABDELLAH

V et T par la relation :  2   P2 1 V T ==     P 1 2 V 1  T   γ γ γ− 1 A l’aide de la constante des gaz R. d’un robinet à trois voies. MONTAGE EXPÉRIMENTAL On dispose d’une bouteille de verre de volume de 10 litres.γ γ− 1 capacités thermiques spécifiques à pression et à volume constant R C = V γ− 1 C = P I. La pompe permet d’établir une légère surpression dans la bouteille. on définit un coefficient γ =Cp/Cv.Détermination de coefficient isotropique de l’air INTRODUCTION En thermodynamique. il est possible de déterminer à partir de γ les R. seul la valeur de cet exposant γ détermine la relation entre les paramètres P. Pour un changement d’état isentropique. Il constitue une valeur importante pour la description du comportement des gaz. La partie supérieure de la bouteille est reliée au manomètre et à la pompe par des tuyaux flexibles. γ par la 2 . II. BUT DE LA MANIPULATION : La manipulation a pour objet de déterminer le coefficient isentropique méthode de Clément –Dés ormes. d’un manomètre à eau et d’une pompe à membrane.

EXPÉRIENCE DE CLÉMENT-DESORMES 3 .Détermination de coefficient isotropique de l’air III.

V. L’expérience nous apprend que ces trois variables ne sont pas indépendantes. a. Dés lors. c. Le gaz qui s’était refroidi va reprendre la température ambiante T par un échauffement ∆T qui s’effectuera à volume constant.Attendre quelques minutes. brancher la pompe pour établir une pression qui sera ajoutée à la pression atmosphérique déjà dans le ballon P=P0+∆p. Le gaz s’est refroidi de ∆T et sa pression ∆PQ=h cm H2O. pour définir l’état du 4 . RAPPELS THEORIQUES Soit un fluide homogène. d.T) = 0. Il existe entre elles une relation f(P.T. Le manomètre se fixe à une nouvelle dénivellation d'équilibre h2. Mesurer la dénivellation h du manomètre. On peut considérer que le gaz a subi une détente adiabatique (la chaleur n’ayant pas le temps de traverser les parois du ballon pendant le temps très court de la détente).V. Définitions de son état par les trois coordonnées P. un peu de gaz s’échappe. Une élévation adiabatique de pression ∆PQ le ramènerait à sa température initiale par échauffement ∆T. La pression du ballon repasse à la pression atmosphérique. MANIPULATIONS Avant de travaille il faut vérifier que toute les connexions sont bien fixées et absolument étanches et on va suives les étapes suivant. V.Rouvrir le robinet.Détermination de coefficient isotropique de l’air IV.Ouvrir le robinet à trois voies pour établir dans le ballon la pression atmosphérique. b. Cette hauteur h' représente la variation de pression ∆Pv obtenue lors de la variation de la température ∆T effectuée à volume constant.Refermer le robinet. Attendre quelques minutes afin que le système soit à la température ambiante.

Nous pourrons écrire l’équation. Cp.. CALCUL THÉORIQUE 5 . λ. l’autre à volume constant pour lesquelles la variation de température dT sera la même...….. deux variables sont choisies arbitrairement parmi les trois.(6) P Q p v v ( ) L’indice Q au premier membre de l’équation rappelle que dP et dT sont des variations de pression et de température pour une transformation adiabatique. dP dT Q γ ………………………(7) = dP γ −1 dT V  dPQ  = γ   Sous la forme : ………………. Effectuant deux transformations infinitésimales... l. Elles permettent.(4) δT V ( ) Partons de la relation : dQ =Cp dT +h dP = 0 Considérons une transformation adiabatique : C p dT + C p −Cv dP =0 …………….(8) V  dP dT γ −1 ( ) ( ) Soit : γ = dPQ  ………………. donc. Les coefficients calorimétriques C v. μ ne sont pas indépendants. la mesure de γ grâce à la relation (9). qu’il s’agit d’une transformation à volume constant. l’une adiabatique. La chaleur reçue par le fluide dans une transformation réversible élémentaire peut être exprimée par une forme différentielle des deux variables choisies comme variables indépendantes. quant à lui. dQ = μ dV +λ dP ……………(3) Ces trois relations sont équivalentes.Détermination de coefficient isotropique de l’air fluide. On montre en particulier que : −h= CP −CV δP …………………….……. h.…………(5) δP δT v dP P P ( dT ) − C C−C (δδT ) = γγ−1(δδT ) …………. dQ = Cv dT + l dV . VI. L’indice Vau deuxième membre rappelle.(9)   V  dPQ − dP  dT L’indice dT indique que les deux transformations correspondant à une même variation de température Expérience de CLEMENT DESORMES consiste en la mesure des variations de pressions pour les deux transformations. dQ = C p dT + h dp .

81m/s2 ρeau =1000Kg/m 3 a = 1/(1-AP0/2V ρeau *g) Exp 1 h1 h2 γ th γ exp 2 0. 6 . g=9. . il n’y a pas une grande influence de température sur les données et la valeur de γexp est beaucoup proche de la précision que celle obtenue en calcul théorique.075 1.DISCUSSION DE LA PRÉCISION Etant donné que nous avons travaillé dans les conditions du milieu ambiant. .9 0 .Détermination de coefficient isotropique de l’air γexp = h1 h1 − h2 a 1 γthé = × h h1 − h2 1 a= A 0 P 1− 2V ρau eg Les donner : V=10L D=7. 6 *10-3m P0=105pa .38 Exp 3 1. Autrement.39 Exp 2 3 0.081 1.15 1.091 1.16 1. l’influence de la condition de travail aurait donnée une meilleure précision en calcul théorique.40 VII.21 1. .