COURS COMPLET DE MATHEI\IATIQUES

à I'usage
rtee Catrdidats

à l'École ltlilitaire et des Élèves des

Athénées royaux

TRIGoITOMÉtnM
RECTIIrGNE A. SpUÉRTQUE
PAIT

Emile DUM0NT
c^prÎÀrNE-coMMÀNDÀNT DU GÉNIE, DU oÀDRE DE RÉsERl.E .\NCINN PNOFESSIUR À L INSTITUT ilICHOT.ITONCENÀSî

'frolelèrr. e édltlon
La
deuaôèqne éd.iliqn de cet

ou)rage a eté inseite par le Gouaa,nernant publications d,ont I'emploi est autorisé dans les clnlces d,e |tv et %le seiaûifquæ des Alhénéæ royauu au nombre
d.es

Seul ouuragarecommandé

par

te

ju.ry d;admisrîon

ô,

I'École Mïlilaïra

BRUXELLES MAISON D'ÉDITION A.
?65,

DII BOECK

RUE ROYAITE Lg?O

:'r,,0

COTIRS
DE

TRIGOI{OiWtrTRItr
Bectiligne et Sphérique

tfoMMAcE DE L'ÉDlTzuR

OOURS COMPLET

DE

MATHÉMATIQT]ES

à I'usage des Candidats à t'Écote lllilitaire et ees Étèves des Athénées royaux

TRIGONOMÉTRTE
REcTrurGiïE &. SPHÉnIQIJE
PAR

Émile DUMONT
caprrarNn-conrraNDANT ou cÉxrn, DU cÀDRE DE nÉsrnvn ,INCIEN PROFESSEUR A I-,INSTITUT MICHOT-MONGENAST

Troisièrne
I'a

édition

deuæiènte tld,ition d,e cet ouur&ge a été inserite par" Ie Gau'uernem,ent

au nomltrb des publi,cations dont I'emploi, est autorisé dans les classes de 'lre et %de sci,entifiques d,es Athénées roya,un SerrJ ouarage recom,mand,é Ttur le jrwy d,'ud,ntission à, L'Iicole fuIilitaire

BRUXELLES

MÀISON D'ÉDITIOIV
r920

A. DII BOECI(

265, RUE ROYALE

DU MT]ME AUTEUR:

Anithmétique Génénalè. - Grandeurs et Nombres (absotrtrs, quali,fiés, comgtlenes, tern,i,ons et quaterni,ons).
Un volume in-8o de xvrr-275 peges ayee figures; broché

{0 fr.

Qouns d'Anithrnétiquc théonique
à l'usage des candidats

et pnatieuê,
d.es

à l'École Militaire et des élèves
broehé

Athénées Royaux.

IIn volume in-8o de xvl-501 pages,

5 fr.

Sun les bases de I'Analyse vector.ielle, étude écrite au front belge de I'Yser et publiée dans l'Enseignement mathémati,q%0,
revue internationale, paraissant à Paris, tome

XVII, lglb.

Théonie génénate des nom bros. Défi nitione fondamentates. g2 - Brochure de pages, publiée en 1915, dans Scientia, no 85. Paris, Glurumn-YTLLARS & Ctu, éditeurs.

Décomposition des seErnents de dnoite en panties égalês. - Étude écrite au front belge de I'Yser en avril lgl7 et publiée dans l'Ensei,gnement rnathématique (XIX" année, nos 4-5-6).

Tous drolts d.e reprod,uetlon, de tradnetion et dredaptation r{scrvél pour tous les éorits et otlehés dn Cap.-Comdt Enlle l)lnont,

.. . trigonométriques . . SS. . .Delasécantg ? r . . . . .. 56. .eB d. .. . . . S4. 21 24 28 30 Sz. .. . . . Eæerci. .. .. . . . o ...Mgsuredgsarcs . . il . . . . . .. . . . | i . . . S2.Delacotangentg. . Eæerci..Ducosinus o . . e 3l 33 31 35 36 38 39 41 . . . . .. .ces.. . . . . llhéorie veotorielle Sl. . . . o 2 . 14 .. . .o o .AI/ES Ctreprrnn PREMIER. ST.SS. v Ennere. Culplrnn IV' llombres trlgonométriqncÊ do somnoË et de difiércrle.r. . ..Arcstrigonométriques.. S4... . . . IX I q .r. . . . . .Vecteursousegmentsrectilignes .... . . .Anglestrigonométriques vilr . . Définitions .TABTD DUS MATINRES MÉuonIAL. .. o .21 . ienrrnDEsMATIÈrRES .. . . Avexr-PRoPos. .S l. . . . . . . . .. . ... r . .. .. Cos (a*b) . .. .. . . . GryÉneLITÉs.. SS.r. SS.r.Delaeosécantg . . . .Mesuredesangles Eæercices . ..or. . . - . . .ces. . Sinus (a*b) . .. . . . etc. . . ... o .. . . . S l. .. .If Uï/nS (}ÉrÉR. . IDéfinitlon dee nonbres . 22 Première pafiie FONCTIONS CIRCUTAIRES LIVRE PREMIER f'OR. fNrnopucrroN.amentales .ll . . . BelationÊ entre les nombres trigonométriqner d?ares égaux et de signes oontraires. t' . ... . . I7 . .. . .. . . . . . .tare. .Dusinus . .r. . CH... . . o 42 12 43 .Formnlesfond. . .rplrnn III.. . . . . . Crreprrnnll.. . .r dtun8r€ . . .. suBplémentaires. S 2. .. . nombreË trllpnenétriqros des mutrttpl.Delatangente ..

. S l. Casparticuliers. .. .. . Cas général. Transformation en monômes d'expressions quelconques. . .. s l. . .57 58 60 Emploid'inconnuesauxiliaires ... Équations circulaires. IIL Bésolution d... . . . . Constructiondestables . 44 44 41 46 47 47 49 56 Cneprrnn V. .. . . vaBrarroNs DEs Folrcrroils rBrG:oNoilÉTnrQrIEB et lflninum 126 t37 Cseptrnn ff.Caleulslogarithmiqueg . S 3. . .ces LIVRE II . . Eæerci. \22 LIVRE CHeptrnn pREMIER.. rat.ces. . Transformation en produits de sommes de lignes autres que le sinus et le cosinus S 4. . rf.nsfonnation de sornmes en prod. . s5. . . Transformation en produits de sommes et de différences de sinus et de cosinus ... .. r . . . . . .. . S2. Etnercices . Disposition des tables de Bouvart et Ratinet. r . . .. . . . 93 106 110 110 Cneplrnn ç . r . Somme de plusieurs arcs...Sl' Règlesdecalcul. .ces. . .. . Clraprrnn If. . . . . . 138 t4t . trfaximurm Eæerci. l16 . Multiples d'un arc Eæerci. . . Cgnplrnn VL Trd. . . s3. . S 2. . . Tg(a*. . .qunrrous TnreiororrÉTnreu. Transformation en sommes des produits de sinus et d. .es équations trigonométriqueË Résolution d. . . .TÀBLE DES MATIùRES. .lnltes Eæercices ou vrales valeurFlr rata.tun g.aa III . . CrIeptrnn rREMITR.. s2. . . .r. . S 3.e cosinus S 2. S l. Applications . .. o . . lTombres trlgonométriques des sorrs-multiptes d. 6t 66 Eæerci. Tables trigonométrirlues 68 68 75 ?6 79 79. . s3..?e. .. 'sz. DJ S 1..Approximations. r . r .ces .aaa. . . .. . .. . . Équations simultanées à plusieurs inconnues.aara . . o .nits .b). à une inconnue .' s4. e . . t . .Eg of logrrithmiques. Eægrcicgs. .'une équation. .rç... Emploidestables . . I. .

260 CHeprrnn . . Ç Ç S t. inscrit et ex-inscrit. .. . .r. . Appltortion de la théorle des nonbres eornplexet o . . . 266 Norn L Approxfunatlons d. : : : . cruprr . S 2.Crreprrnnll. S2.. .Âpplications.. r . Formulgs . Bésolutlon des triangles queleonques .Équivaleneedesgroupes. . .CneplrnnlV.cgs. Des trlangles rectrrtgnog ltmites ùes trtangles sphdrlqnes 26L F-eroiocsdeldoaptturatlon . . ZBI Zgg s'iiii. . ete. . .6gg. . S2. ltôrtcdesgrand..* **..eurgdtrtgé. . o o . .. 168 S 5. .... .. . Résolution des triangles. . . Eoercices.. .-f1197 . 306 '.Formulesdestrianglesrectilatères.. 275 NornII. B0g . ..Équivalenced.esgroupes.. .. .. .. . . . . . . . . '. . o i:ïi::"r"' *.. Résolution des triangles quelconques. . . .luoT Z4Z 254 C. . .rlenetlonshyperbollqnes. o . ô .gaPtrnn V. . L "l . . . . . Résolution des triangles rectangles . .. Rayons des cercles circonscrit. Ç . . .184 CHeptrnnIII. .**o*u* . .'CgepltREpREMIER.Trianglesqueleonqueg . Eægrci. Zffi 206 223 i?1.Trianglesqueleonqnee .. . . .Applicationstopographiques .. ..Z5g CrnpttnnIV. o . . .Quadrilatèr'eseonvexes . Sl. i .es .. zg8 Norn IIf.. . f59 . . . . "Sl.: . l'ormulesdestrianglesrectangles.ans les catcuts lognrtthmiquee. ."1"'triangres":'*"1*tu': III. ! . . ..ces . .. . . 156 . 143 145 -CHeplrnr:pREMIER.ffi BECTII... . . .. ...ces. . 187 E&grcî.Deuxième partie TRIANOI. Aire.Formules . . .o. .. Eægrcices. .. . Cas classiques . ..TrlanglesreetanEles. . .. . .TABLE DES MATIùRES vil .yçi. . I43 Sl. . . . . Cas non classiques .Eæerci. . L47 1 f5t S 3.204 Troisième partie TBTANGmS SPnBRISU}]S . 7 ..'.NornIY. . .IGNAS .o. . .. . SL. . . . o f6l S 4.. .r"*e*u" : : : : . 199 Eæe.Formulesdestrianglesrectangles. ..

J. rooe done .n fi.d! d1 :Bt*Cr GCAI . Page I88.. * n2 :2 (a' + b. première formule : au lieu de rn' + ?12 : (a' * b').CD BA prsCD AB dix-huitième ligne Page 182. âu parâgraphe 26A. Hasselt.re . rectifier les formules: seizième ligne AB.2:Ar*Ct . première ligne..prsCD. GAIC: n3 d. rectî.e rayon de la sphère.. tonvention. .). dix-septième ligne prrOD : praCD -. Page 183.ongueur: l. I*p.CD : AB.fi. Théorème 't l.ne: Unité de l. Troisième partie. li.re Les côtés. Au dixième alinéa./ (*.er les formules: - . page 206.^. ajouter i. lire m. li. formule au bas de la pâge. 3992.i"f t o) Page 192. CEYSENS.ERRATA Page 10 : 21.^\ et CGA| : d2 fl3:Ar*Br.

fies de coordonnées . des e. Dans mon vocabulaire. qui vient du tatin oectoren?. un segnzent est une simple portion de droite. (conducteur.ûe et uecteur (.ques. dans segmenter il n'y a en effet aucune idée de direction . c'est le mot ane qui est employé par tout le monde . . . signifie d'ailleurs demi (ex. on dit également un afie de rotati. ou tout au moins la partie purement géométrique de cette théorie. de aehere) exprime mieux que tout autre l'idée que I'on a en vue. auxquelles plusieurs auteurs préfèrent semi.fre polaire.Avant-propos ile la douxième éilition f.e des Sciences rnathémati.). ainsi on dit un a. il n'y a généralement pas d'origine fixe .or. (t) Ce sont les appellations employées par l'Encyclopédî. La Théorie vectorielle.-droite et segment. Jadis son exposé appartenait exclusivement au cours de Mécanique rationnelle. La ptace naturelle de cette théorie est et doit rester en tête du cours de Trigonométrie. et même. sur un axe. je ne vois donc rien qui justifie le terme semi-dro'ùte. Ie mot oecteur au contraire. il n'est plus possible de s'en passer en Géométrie analytique. Je trouve que semi-droite ressemble trop à demi-droite le préflxe sem'i.on . lorsque par hasard il y en a une. tri même en Géométrie élémentaire. : semi-circulaire). Mais rtÊpuis que les cours élémentaires subissent la même rénovation que les cours supérieurs de Mathématiques. puisque c'est celui-ci qui en fait le premier emploi. est actuellement devenue classique. porteur. J'ai conservé mes appellations e.

à cause de la signification diftérente que posslde déjà le mot grand. je préfère et je continue d'employer I'expression Inesu. mais qui s'emparent bientôt des idées mêmes.cî .'un uectezcl". à laquelle on substituera le mot tenseur lorsque l'on fera l'étude des nombres complexes et des quaternions.u aecteur est ?. et soit À$]' la projection de ce vecteur sur un axe fi .re d.cn uecteur. La notion si simple de l'angle de deufi o ffes suffit amplement à tous les besoins et n'amène jamais d'ambiguïté quand on la combine avec les mesures (nombres positifs ou négatifs) des vecteurs. tantôt c'est la mesure d'un vecteur . si I'on veut éviter des confusions. ne se pr'êbe malheureusement que trop à de telles confusions.AVANT-PROPOS.on d. ou de deun uecte?rs. voir mon Arithmétique générale.r" le cos'i. Je précise (t) : Considérons un vecteur AF porté par un axe u.e veeteurs. .u uecteur considéré par lcn nombre complefre.u produi. Pour de plus amples détails. grâce à la double signification qu'on lui donne : tantôt un segment est un vecteur.fre.. (t) Cette explication ne peut être comprise que par les lecteurs au courant de la définition des nombres complexes comme rapports d. tandis que la projecti. mon attention à étê attirée sur I'importance d'un aecteur et d'un qu'il y a'à bien distinguer un vecteur de sa mesure. Le module est la valeur absolue du tenseur d'un vecteur : je n'ai pas eu à utiliser ces deux mots. Enfln. Le mot segment employé dans des ouvrages même récents. et il arrive de ce fait qu'on ne sait plus toujours clairement de quoi I'on parle. j'âi jugé inutile et même nuisible de définir la notion d'angle a. Qui n'existent d'abord que dans le langage.tî"e de la projection du aecteur" qui est égale a. Comme professeur. ltroduit d. soit enfin ffiu: Zk-r" f a. Je n'aime pas non'plus I'expression grandeu{e" d'un uecteur.t de la nuesLu"e du aecteur 1)q. c'est la mes?. $me partie. dans le théorème relatif à la projection orthogonale d'un vecteur. Ainsi par exemple.nus de l'angle des afies qui portent le vecteur et sa projection .lu.

montrant nettement qu'un sintcs. supprime des généralisations laborieuses.iui. il y a non seulement la notion du sens. Quelques modiflcations ne touchent qu'à des détails peu importants.. (lIote de l'éditeur.si. Énoncé du plus grand nombre possible de règles gé.bres trigonométri.. Précision apportée dans I'emploi de la noéthode des limites. et AB. cos et A. 3. ne dépend pas du rayon de la circonférence portant I'arc dont la mesure est égale à celle de I'angle (pour des étalons correspondants). Donc A"B.. êt prépare les démonstrations analogues des principales formules d'Analytique. 4. malgré de notables augmentations. Défi'ni'tions rationnelles des nont. cê qui n'exige aucun efiort de mémoire. (t) De même que l'édition actuelle. Spécialement. Il ne faut pas oublier Que. * Æ.ques dans les résolutions de triangles. Emploi systématique de la théorie d.cosa.prrffi: IF X cos d. dans la notion de vecteur. à propos des triangles sphériques. On a. emploi systématique d'un nouveau théorème relatif à l'équiaalence des systômes d'équations employés et du groupe fondamental. Cette seconde édition (1) de mon cours ne diffère guère de la première.) . XI aura ArB. .nérales.e-io: ÂF x cosa(co*a -isin6r).es aecteurs pour les démonstrations géométriques. Suppression des discussions géométri. est un vecteur porté par le même axe que le vecteur AB lui-même. Prédominance accordée à la subd. 5' 6.on centésimale sur la subdivision sexagésimale de la circonférence.rB. If. : prrAB : AB . 2. cela apparaÎt clairement dans la définition de la sont?ne géométyique des vecteurs.AVANT-PROPOS. par exemple. mais encore la notion de la flirection. Les caractéristiques du livre restent donc les suivantes : l.ques d'angles. permettant aux élèves peu habiles de traiter tous les problèmes sans hésitations : ceci conformément aux excellentes méthodes suivies à l'École Militaire.cosry.

J'ai réuni à la fin du livre quelques énoncés de problèmes. Dans ces deux calculs j'ai sacrifié la analogues à ceux qui sont proposés aux examens question des approximations et observé le dispositif réglementaire imposé par l'École Militaire. Y. Théorie nouvelle sur les a. une Note II qui ne figurait pas à la première édition. elle semblera faire double emploi avec la théorie vectorielle du début. dans le cours de . De plus. en adoptant la subdivision centésimale.pprouirnatdons dans les calculs logat"ithmi. 8.. J'ai introduit dans le chapitre des calculs logarithmiques une petite règle très simple pour les réductions au premier quadrant. En réfléchissant aux bases de l'Arithmétique.tl?res. c'est au cours d'Analyse supérieure qu'elles appartiennent. sinr etc. Méthodes générales pour les résolutùons de triangles et pour les disgussions dans les cas non classiques. ce que I'on peut en diie dans un cours comme celui-ci ne saurait être qu'incomplet et fort peu rigoureux. 7. III.xil AVÀNT-PROPOS. à la suite de la -D{ote I sur les approximations numériques. ot. ce dispositif est extrêmement pratique et propre à réduire au minimum les écritures et les causes d'erreurs. On trouvera en Annexe. le premier. Mieux vaut n'en pas parler. cédant aux exigences de s examens officiels acûuels. IV. Je laisse au cours d'Algèbre dont la théorie des fonctions élémentaires devrait être la principale préoccupation le soin de représenter graphiquement la varialion des fonctions circulaires fondamentales. ainsi que le calcul des dériaées de ces fonctions et des fonctions composées. j'ai introduit également les procédés pratiques de calcul. pouvant servir d'exercices de récapitulation. à première vue.ces. Quant aux séri. J'ai traité en détail deux exemples de calculs numériques . théorie flgurant en note à la fin du livre. etr adoptant la subdivision sexagésimale. j'ai dù constater quelle place prépondérante devrait tenir. procédés qui ne tiennent aucun compte des approximations. J'ai montré par des exemples combien sont fantaisistes les résultats fournis par ces procédés..es h"igonométriq?. le second. Voici la raison d'être et la nature de cette note supplémentaire.

(r) Con et RrnuaNN. e'est-à-dire où les deux membres sont des polynômes entiers en @. Coutune. J'ai donc conservé mon ancien exposé élémentaire en tête du livre. pour être bien clair. avec toutes les répétitions qu'il comporte . Je ne me dissimule cependant pas que cet exposé synthétique n'est pas à la portée de la majorité des élèves.. qo La deuxième est celle que I'on a adoptée presque partout aujourd'hui : le nombre qualiflé est un symbole composé d'un (t). employé par B.té d. Le mot quali. dans toute sa généralité. Une fois qu'on a subi la fascination de ces idées. je pense. Paris.re. Vuibert et Nony. Les ouvrages classiques actuels ne signalent pas ces grandeurs. y a quatre manières de déflnir un nombre qualifié (1).owsKr. Trai. leur consid êration établit un lien solide entre les théories éparses des débuts des mathématiques élémentaires. Traité d. Paris.gées. NmwnNGLowsKI et par L.r. 1908. of amène celui qui a I'esprit sufflsammeut synthétique. Cours d. ûtr nombre qui peut être raeine d'une équation algébrieue. Armand Colin. NrnwnNer. et je me suis contenté de développer le nouYcau en annexe. Outre les différences fondamentales que I'on trouvera à mes deux thêories vectorielles. IIuTuBERT. XIII Géométrie. B.'un peu haut. l'étude de certaines grandeurs dites directenomt rnesurables.ÀVANT-PROPOS.gèbre. il est presque impossible de s'en affranchir. dont la note II est extraite. nombre absolu précédé d'un signe f ou d'un signe - 1t.'Arithméti. 1909.'Al. dans Ia terminologie scientiûque ac[uelle. ibid. .iri. féconde en résultats inattendus. (t) E. ou mieux la théorie des grandeurs d. Il Je dois. aussi n'ai-je pu me dispenser d'exposer cette fois la théorie vectorielle. il en est une au sujet de laquelle je dois fournir quelques explications. est préférable au mot algëbriçpe. à substituer à ces théories isolées une théorie unique et générale. Leur importance est pourtant capitale .fié. à tous : par généralisation algébrique de la différence ('). C'est ce que j'ai essayé de faire dans un traité d'AnlrHuÉrreun cÉxÉnÀLu. reprendre la question d.'Algèbre ëlërnentai. Il s'agit du théorème de Môbius. lo La première est celle qui nous a éfê enseignée.30. à coefficients entiers. Un nombre algébrique est.que. p.

ni. les relations suivantes. L'une de ces règles est que (+ a) g. De l'Inf.. êo observant la deuxième déflnition. à titre de déft. et dans ma note annexe.'Atgèbre élémentqit. + b. J'estime que c'est la seule méthode rationnelle. Hermann et fils.d + bc).2u partie. b) ou a. Paris.ti.ons de l'égalité. L. auxquels on associe I'ord. en observant la quatrième. + (. suivant que ces grandeurs sont de même sens ou de sens opposés (t).e. 30 On représente ce nombre par les symboles (a. BouRl. DultoNT. E. d): (ac + bd. à Ia première méthode basée sur le fort peu respectable principe de perrnq. E. j'ai démontré le théorème de Sans m'arrêter Môbius dans I'exposé élémentaire.f oa négatif. g et 10. : &t * b. - b. trop artificielle.b):(a'.s d.métique général. (a. 1909. mathématiq. On pose. Le rapport de deux grandeurs est alors qualifté gtosi. parce que seule elle donne aux nombres qualifiés une raison d. CcruruRer. Paris.tlt. Paris. Colin.b + d).re dans lequel on les écrit.a): La troisième manière est Ia suivante : un nombre qualifié est un groupe de deux nombres absolus. Mais ce n'est pas ici I'endroit qui convient à une telle discussion. pp. En cela (t) C.d):(a+c.ue. Leçon. b) x (c. lgll. Ig96.. de la somme et du produit de ces nombres : (a. Félix Alcan. arbi'trairement. Aritlr. Armand.niti. à mon avis.xrv AVÀNT-PROPOS. 40 La quatrième méthode est. On soumet conventionnellement ce symbole à des règles de calcul arbitraires. (a.'être suffisamment plausible.b') si a.b) + (c.e.nence des formes opératoires. la seule rationnelle : elle consiste à associer aux grandeurs directement mesurables d'une môme classe le sens de leur génération. a. ni à la troisièilo. . sens que I'on exprime par I'ordre dans lequel on considèt'e les deux extrémités.

Celui qui possède bien ces priucipes peut résoudre avec aisance tous les problèmes qu'on lui proposera. par la méthode des nombres complexes et des quaternions.nt pas pu résister au plaisir de présenter dans une l. A celle-ci je me suis efforcé de conserver son caractère élémentaire et classique. Je rtre suis surtout attaché à développer le jugement et le raisonnement des jeunes gens. à I'exemple de plusieurs auteurs. je I'espère. théorie basée sur I'analogie que présente leur représentation graphique avec celle des fonctions circulaires. tandis que celui qui a consacré beaucoup de temps à traiter des centaines de problèmes particuliers au moyen de . j'ai esquissé une théorie élémentaire des fonctions hyperboliques. Il faut laisser aux autres cours le soin de les développer au moment opportun. J'ai traité cette question dans mon Arithmétique générale. Les quatre notes qui clôturent ainsi le livre sont. J'ai eu un moment I'intention de donner. On me pardonnera.res auxquels on a enscigné la deuxième définition des nombres qualiflés. toutes les applications classiques de la Trigonométrie.rait évidemment jamais. obtenues toujours par I'emploi des méthodes générales. €D ne leur présentant que des solutions naturelles. mais cn même temps rigoureux. Enfi. dans un cours de Trigonométrie.[ote III des démonstrations fort simples de quelques formules principales de Trigonométrie. la théorie rationnelle des nombres complexes (dits fort improprement i. cette petite faiblesse. également en annexe. j'ai été conséquent : I'exllosé élémentaire VI. dont la seule excuse est mon désir de voir mes collègues de I'enseignement s'initier à l'étude des quaternions. bien entendu. tandis que la nouvelle note est destinée à un public plus âgé. que I'on peut initier progressivement à toutes ces discussions de principes et de définitions. xv s'adresse à des élè.n. dans une l{ote IV. On n'en flni. VII. d'une façon fort détaillée.ÀVANT-PROPOS. et par conséquent je n'ai pas jugé utile de dépouiller ce dernier livre au bénéfice d'un ouvrage classique oir cette théorie ne serait pas à sa place naturelle. s'il fallait exposer. Je n'ai pourta.mugùnaires). sans aucune influence sur la théorie destinée aux élèves.

n DUMONT. . Que de farcir les cerveaux d'une érudition éphémère. procédés ingénieux que I'auteur lui présentait tout trouvés. sera bien souvent incapable de résoudre un exercice imprévu. à moins d'être exceptionnellement doué.xvI AVANT-PROPOS. celui-là. factice. J'ai évité avec soin la profusion des théorènes et des formules que I'on trouve dans la plupart des cours classiques belges. Éuu. Je pense qu'il est autrement utile de former des esprits judicieur et méthodiques. et en déflnitive bien mince.

ni de termes. en Géométrie élémentaire. ou li. l. TRIaNGLEs spsÉnleuns. TRIaNcLES REcTILIGNES. savoir I"e partie. Avant d'entamer la première partie du cours. permettapt d'introduire les \ à la disposition du On apprend. On a" remédié à cet inconvénient en remplaçant les nombres qui expriment des mesures d'angles par d'autres nombres qui déterminent les angles avec autant de précision que leurs mesures. La Trigonométrie est donc un outil mis "calculateur. 2.deuxième et troisième parties montrent le parti que I'on peut en tirer au point de vue des triangles rectilignes et sphériques. à mesurer les grandeurs géométriques.ra. de I'Introduction. Qui sera utile La également au cours de Géométrie analytique. C'est I'objet. €ouas os TnrcoxorÉrnrr. Malheureusement il n'existe.pports . dans le domaine élémentaire. il est nécessaire de donner un aperçu sommaire de la Théorie vectorielle. les . Définitlon. 3e partie. Toutes les mesures se ramènent à des mesures de segments rectilignes et d'angles. 2e partie. nous laissons au cours de Mécanique ' rationnelle le soin de la reprendre dans tous ses détails. Nous ne donnons de cetie théorie que ce qui est strictement indispensable à ces deux cours. parce qu'elles ne contiennent pas un ûombre fi. aucune relation générale entre les mesures "des angles et les mesures des segments rectilignes d'une môme flgure.GENÉRATITES un angles dans les calculs. FONCTIONS OIRCULÀIRES. Les relations en question sont du domaine de I'Analyse inflnitésimale. I . et que I'on a appelês nombres .g nes trig onométriques . prernière partie a pour but de confectionner I'outil . I)ivlsion drr courso Ë Le cours de Trigonométrie : "comprend trois parties. - Le cours de Trigonométrie a pour but d'établir ensemble méthodique de formules.

si I'on veut porter sur la droite un segment AB dont la longueur esl.. on convient d'attrlbuer une signification à I'ordre dans lequel on énonce les lettres A et B : si on énonce AB.u rloyen des mots ltositif et négatif . Définitions. On est amené ainsi à considérer des segments de droite en attribuant une signification à I'ordre dans lequel on énonce les lettres représentant ces segments . IIne droite sur laquelle on a ainsi spécifié le sens positif prend le' nom d'aûe. il importe. On place vers I'une des extrêmités" de la droite une petite lettre d. l). cela indique qu'on a porté le segment de B vers A. . Dans ces conditions. 3. si on énonce BA. il est nécessaire de spécifler le" sens dans lequel on veut porter ce segment. vEcTEu Rs ou sEcM ENTS RECTT LtGN Eg. I'autre est alors le sens négatif. pour déterminer Ie signe dont la longueur de AB doit être afrectêe. Dans ce but. On affecte le nombre absolu a. considérant qu'il existe sur la droite deux sens de parcours possibles. si I'on considère sur Lrn axe deux points A et B. ceux-ci prennent dès lors le nom da aecteurs.INTRODUCTION THÉonrE vEcToRIELLE s |.. dc savoir quel est le point qui a été placé en premier lieu et par rapport auquel on a placé I'autre. Étant donnés une droite et un point A sur cette" droite (fig. du signe + que I'on veut porter AB dans le sens positif orl du signe . longueur du segment. et I'on choisit arbitrairement le sens positif . le sens positif est alors le' sens de parcours vers I'extrémité marquée de la lettre.suivant ou dans le sens négatif. . le nombre absolu a. a. fi. otr stipule qu'on a porté le segment de A vers B . on convient de les distinguer a. A cet effet.

ssocie l'o?"dr"e dans lequel on écrit les lettres L et B.négatefs (l{m\MENGLowsKr.eur le sens suivant lequel il faudrait déplacer I'origine pour I'amener sur I'extrémité. etc. B A IV M !'rc. Soit un vecteul' m (flg. etc.: tsA - AB.u qsecteou" m se note AB .ne du vecteur. En résumé. Couruner.suivant que le sens du vecteur coïncide avec le sens positif ou le sens négatif de. nous avons mestsA:BA--a. Deux points A et B déterminent deux vecteurs : m et m. . mesurons le segment AB. c'est un nombre !rualifré (L) que I'on détermine comme suit : lo On détermine I'axe qui porte le vecteur . On a aussi (2) : et AB+BA:(+ e)+(-a) -0 r. l.. Le vecteur ayant A pour origine et B pour extrémité se représente par la notation ÂF.fs et.owsKr. 30 On place devant ce nombre Ie signe * ou le signe . un aecteur est un segryt ent de droite AB auquel on a. (r) Voir définition d'une somme de nombres égaux eb de signes contraires Nmwnxcr. 3 4. rnesznre d. . Le point que I'on écrit en premier lieu s'appelle orùgi.rnÉonrn vEcToRIELLE.).). lo On détermine la longueur a du segment par rapport à un étalon . l). nous trouvons La un nombre a. Orr appelle sens du aec{. I'autre point s'appelle entrémâté.alifids sont les norhbres positi. mesffi:AB: {a. Déterminons l'axe n. I'axe. Nous avons Si nous considérons le vecteur BT. BounLET. (r) Les nombresqu.

owsn. On peut écrire : ca + ÀB: cB. iI eoiste entre les rnesures d. La noti. I'un des trois points se trouve nécessairement entre les deux autres. 5. quo sa mesuro MN: * l. On utilise souvent les formules suivantes : (') - et AB-AC+CB BC:AC-AB qui se déduisent immédiatement de la formule AB+BC+CA:0. Bounr. soit A compris entre B et C.e la mesut"e d'un Decteur a. 8. ?.onnés trois points A. un vecteur ilÎfi portê par cet axe et tel.es oecteurs d.e détermi.tr airetnent placé.nr).ner le point B sur un aûe lorsque le poi. Remarque I.-B nous permet d. Aux deux membres de cetie égalité ajoutons le nombre BC: cÀ + ÀB + BC: CB + BC:0.que en A.le veôteur IF pourra se représenter par ô. En effet. ÂE et ôB sont trois vecteurs de même sens. B.nt A y a été arbi.1n. (!) Définition d'une somme de nombres qualifiés (Nrnwnrar. On aura lcAl+ laBl: lCBl D'autre part.rnln.on d. 8.4 couR.Étant d. est généralo. il est évident que eÂ. VuctebrLdlreeteur. C sur un aae. . Théorème de llôbius.irecteur d'un axe ar.s DE rnreoroinf.éterminés par ces trois poônts la relation: AB + BC lr CA:0. Par conséquent. le nombre CB est la sornme des nombres CA et AB. (r) D'après la déflnition tl'une somme de nombres absolus: mesurs de la soûrme des grandeurs dont ces nombres sont les mesures. puisqu'il a pour valeur absolue la somme de leurs valeurs absolues et que son signe est le signe commun à ces deux nombres (t). AB et CB ont le même signe. . On appelle ùecteur-d. Un vectcur-directeur détermine complètement I'axe qui le portg puisqu'il en indique la direction. symëtri. le sens positif et I'étalon. Si nous désignons parôle vecteur-directeur de l'axe o. On vériflera de la même manière I'exactitude de la formulo si c'est B ou C qui est le point intermédiaire (3).On convient de mesurer tous les veeteurs d'une même figure par rapport à un même étalon. Donc les nombres qualifiés CA. B et C. (8) Ou mieur: ïra formule êtanr. I .

3). puis par M un vecteur MN . menons un vecteur enfin joignons ON.?équipollence s'écrit : Â3 : ffi. Sornme géométr.(fig.t.On généralisera aisêment pour le cas de n ÀrÀ. + A"Ar : 0.Définition. yecteurs 10... $emarque If.qoce o\ résultq.ffi. -lesDeux qui les axes ÀF et m. ^/' lvt \. !e vecteur N est appeté sornrne géomëtri. Définition. ceux-ci sont appelês comltoscûntes. .. On adopte toujours le même sens positif sur deux ffi: IF. lpints : portent sont parallèles. _ . 2. 3. et qu'ils ont même longueur et même sens. FrG. La somme géométriQue s écrit : oN-AB+CD. VoeteurË équtpollenls.et m (fig. . exes parallèles.rrrnonln vEcToBIELLE.ique. ' Remarque.nte des deux vecteurs Æ et ffi. R-X A D Frc. + L*-rA. . * ÀrAg * . on aura Il résulte de 1à que si F: ffi AB: CD. I-. 2) sont dits équipollents lorsque 9. 6 . c Par un point O quelconque de I'espace.Considérons deux veeteurs IB. Le poirrt O est appelé pôle.

La figure OPMN est un parallélogramme puisque deux côtés MN et OP sont égaux et parallèles. on appelle projecti. vecteurs. 12.L'orâre dans lequel on envisage les deux vecteurs n'importe pas. suite. couRs DE TnrcoNomtrmq. oo a. est la projection de m.F+PN ON:. déterminé sur I'axe par les projections do AetdeB. Lorsque le plan directeur est perpendiculaire à loaxeo la projection est' dite axe '13. . Joignons PN. toujours la relatioo _ AC AB: + Cts. . fi Projeetlons. FN:ffi-TB ÔT-6.I)éfinitions. - On généralisera facilement pour plus dç deux . B.6 àÂFetffi.. Si I'on change Ie pôle. : prrAf.il résulte de cette définition que 0N est la somme géométrique de tous les systèmes de vecteurs équipollents Remarque If. appelte projecti. De môme m. le vecteur -qp ArB. donc.. soit 0F .æer le point de percée de I'axe et d'un plan mené par A parallèlement à un plan a appelé plan directe?ir. On ecrit: æ.'un aecteur ÂFlsur I'axe.CD + AB.on d. .Étant donnés (ûg. la somme géométrique reste équipollente à elle-même. 4) un et un point A non situé Sur I'axe.ffi. En effet. Remarque llf. : pr. Remarque I.on de L sur l'a.: mes prrffi. orthogonale. devient Remarque IV..5E et ÀrB. et par . Remarque V.Étant donnés trois points A. . C dans I'espace. .

.gure plane sur a. Je dis que ffir:6Pr.Les proiect'i'ons sur un même aæe.Pr'0D. .Lorsqu'on proiette une ft. i p. : compris entre deux plans parallèles. et un axe at' SOient S1. les vecteurs Artsr et FoB. Fn' t5.e la fi'gure aaec le plan dàrecteur' En effet. ISr:. T'. un .Les proiect'i. Soient (tg. leurs pôints de percée avec les plans p et ô projetant B et D. de d.eD: Pr. 6) los vecteurs équipollents: ÂB: ilD..r tnÉ:oruq vEqroRIELLE. t?. sont de même sens. Soient (fig.à l'i. :65r. f6.eun oecteurs équiptollents. ou Pr"ÂlE: PrrI5.F. . fi*. 5.ons d'un oecteur sur d'euæ ^aaes parallèles sont d. les plaus de ces triangles sont parallèles.senter par tes notations 8. Théorème II. Menons par À et C deux axes Y et z parallèles à æ. pr"[B: PrrÂ3 et Pr. . . fiÉ..Des vecteurs dont qualiflés 6. Soiont Br et D. . en effet.\t j' . et CDD' sont semblables comme ayant leuç côtés parallèles.u plan d.-/B A'. De plus. F' Les projections de ces vècteurs sur un axe û peuvent se repré' .ffi et @.toutes les proietantes sont parallèles Théorème d. In.eua oecteurs équipollents. Les mesures de ces derniers oe"trot-t seront alors représentées par les notations 2 6. IS. sans quoi les plans projetants se couperaient..3. Remarque. : IlBs. peuvent se représenter par les notations 5' T. 5) deux axes parallèles a of y et un vecteur ffi Soient pr. sont deuo oecteurs équ$tollents. On aura (t6) ou Iæs triangles ABB. ces droites sont les intersections du plan de la f'gure avec 'des plans parallèles au plan directeur.Â-B: ÂFr A{ # On aura lÀrBrl et PrÂ-B: Âæe.( . lArBrl comme mesures de segments $e parallèles Donc. Théorème ltr.ffi et @. .Pr.ntersecti'on l.fie situë tlans son plan. 7 La tlroite qui joint un poùt à sa projeciion s'appelle proietante' Ies mesures sont des nombres 14.

8. Corollaire.ntes.I couns DE TnrcoNouÉTnm. proj ections des coynposa. Soient (fi$. donc BB.CD. et DD. A.tr' un a. iD e. M ts o''n D. A o. et m. Enfin. suffit de démontrer le théorème pour ôT[. {. : ffi. D2 De plus. Â8. lABrl l0Drl. It . Donc. ïvf. il faut prouver que il : pr*ON-pr*AB+prr0D. Théorème IV. m.est égale ôL la so?wne des (mesures des). 6. B. De là résulte que I'on a aussi pr*AB . puisque lABl : lCn1. puisque ÀE et m sont de même sens.fre. 7.ne résultante s?. et leur résultante : ON: AII + CD. ou pr*ÂF : pr. N. sont parallèles comme intersections de plans parallèles deux à deux. tr''rc. La (mesure de la) projection d'u." donc. 7) deux vecteutr E etÆ. le sont aussi.pr*CD. les deux triangles sont égaux . c tr'rc. puisque toutes les résultantes sont équipollentes.

. - prrMN.N. Produiû géométriqrreo Définition.ffi et 0B_: pr. Q 9 ou ou enc0re Donc.M.TIIÉJORIE VECTORIELLE.ON-..prnAB. produit géométrique de deux vecteurs. : pr.O..CD o. parallèIentent ù l'autre a. 19. si l'on.pr*AB+pr'.: Or.: orMr * MrN. et de a. le uecteut" est ta résulta. * MrNr -l..nte de ces deun projections. 8) les axes fi et y et le vecteur ffi. A menons un axe æt parallèle à" n et par B un axe yt parailèle soit c le point de renconrr*"iàt*. Théorème V.prrCD - CD.N.IE-pr.eun ates et ?tn aecteur si'tués dans un même plan.M+CF. 2A. 9) deux vecteurs Æ-et CD'. AB:pr*Atsfpr.rAB. Pour que Ia définition donnée soit complète il faut prouver que AB. Soient (flg. Or (16) m-pr*. .ffi *. prroN : pr*OM + pr#MN. Étant d.CD. .onnés d.{te.prrÂE le théorème est donc démontré. le produit de la mesure d.e l'un par la mesure de la projection de I'autre sur I'axe qui porte le premier.. portés respectivement par les axes $ et y. Etr vertu du théorème de Mônrus : o. on a (ll) IE:. soient (flg. On appelle. projette le Decteur sulr chaque afie. il faut prouver qo"_ Par ày. en vertu du Théorème III (corollaire) prrAB : prroM et pr.

I. Le quadrilatère PNQM est inscriptible dans une circonférence dont MN est le diamètre.. ÂE: ffi Soient (fig. Par un point quelconque de I'espace.ts géométriques des cornposontes et de ce uectezcr.10 couRs DE TRIGoT{ouftuE.AB . " CD . I0) m.CD.CD AB. prp : prnffi : 6 .OI). et par suite Le produit géométri. Théorème I. Le point O peut être à I'cxtérieur ou à I'intérieur de cette 'est démontré en géométrie circonférence.OM : ON.AB. pal' exemple O.". égui.m'.prrCD . donc = I3'. æ:pr.T- -A3 E Les axes étant p4ratlèles.^friF prr0D AB.. Théorème II.pr*CD' On aura AB. Le produit géométrique se représente par la notation AB.que d'une résultante 22. +. Le prod.uit géométràque de deuæ aecteurg 2t. it élémentaire que sa puissance est constante : * Donc Ks : OP.Â3:. et d'un tecteur est égal à la solnrne des gtrodui.. û et y 'ï B .OIi: pn et OO : prrOlfi: ffi pfrffi-.OQ.proAB.u carcé de leur rnes?r?^e.pollents est égal 0. menons deux vecteurs Soient Onfr-ffi et N-m. Dans les deux cas.

Soit une somme géométriquu: ou Multiplions les deux membres par Ml\ : MI.Le carcé d'une résultante de deufr aecteurs est ëgal à la sowtrne des carcés des co?nposantes et d.tsA + BC. le nombre q.AC MI{.. Une fois le sens posi[if choisi. Si I'on veut porter à partir de A un arc dont la longr-reur est un nombre déterminé a.ê.f. IIII. cette convention nous dispense d'indiquer le sens traire On convient de prendre sauf avis corr- positif à I'aide de la flèche.d.pr*BA + MN. S 2. ARcs TBlcoNoM Érnteu Es.ÂT.BC: BU. comme sens positif. c.prrBC - BC:BA+AC.suivant que I'arc doit être porté dans le sens positif ou dans le sers négatif . 23. du signe + ou du signe .E. En vertu du théorèm:.AC.tt (22) :i "oî BC.m. un point A de cette circonférence (fig. On afiecto Frc.m + ÂC. Projetons sur I'axe æ qui porte le vecteur MN: pr*BC:prrBA+pr.m + BEIC + BT..[. on est conduit à faire exactement les mêmes conyentions que lorsqu'il s'agissait d'une droite.m + I[N. On distingue donc les deux sens de parcours par les noms respectifs positil (ou direct) et négatif. .AO Ef. : 1t Soit une somme géométrique ÊC:BT +IC. ll). la circonférence est dite orientée.tgrûonrn vEcToRIEr. I J. I)éfinitions.e leur 'double produit géométrique. Théorème III.r.BT W. le sens inverse de celui suivant lequel se déplacent les aiguilles d'une montre urarchant normalement .pr. Considérons une circonfércnce de centre C . : d'où m'_-M'+Fe' +LBT. longueur de I'ars considér.q. 24.m. . on indique le sens positif à l'aide d'une flèche courbe placée autour du centre.

et qu'un point B ait et"é placé ensuite. d'une façon générale. il pessera en B après avoir décrit un chernin dont la mesure est a. partant de A. it en serait de même si I'on nous disait que I'arc a pour mesure le nombr e o. en général. c . grâce à ce renseignement. Que I'on peut faire tourner A dans les deux sens pour I'amener sur B . Mais aussitôt on constate que la circonférence est unc ligne telle. propos d'une droite.G. ou a * hc. après un chemin a. Bxpression générale de la rnesure dtun rFGo Supposons qu'un point A ait été placé arbitrairement sur une circon- férence orientée. soit un chemin total a * 2c. si le mobile partant de A décrif la circonférence dans le sens négatif. étant un nombre entier positif.a. de plus. Considérons un mobile qui. Jusqu'ici il n'y a pas de différence avec ce que nous avons dit à 25. Il étant un nombre entier négar.ne et B pou r entréntité.12 couns DE TRTGoNoMÉTRrE. et que. il y a une inflnité de' chemins de différentes longueurs. En efiet.circonférence de plus dans le sens négatif. après une .. Il suffira de mesurer le chemin qu'il faut faire décrire à A pour I'amener sur B et de noter le sens dans lequel ce chemin a êté parcouru. le point B est bien déterminé sur la circonfôrence . par exemple. une deuxième fois. soit un chemin totat a-c-c ou a-Zc. Il y passerA une deuxième fois après avoir décrit en plus une circonférence. supposons encol'e que ce renseigncmerrt ait étê perdu e[ qu'on veuille le retrouver. Représentons I'ensemble de tous ces arcs par la notation a.h'c. pris individuellement. Si donc. lt. sont les mesures d'arcs ayant A pour origi. k .conférence. grâce au nombre .if. dans chacun de ces deux sens. Tous ces nombres. décrive la circonférence passera au point B après avoir parcouru un chemin a. que I'arc Ats a pour mesure un nombre positif * a. f)e même. une troisième fois après avoir décrit une deuxième circonférence. il passera une première fois en B après avoir décrit un chemirr dont la mesure est (c a) ou ct. le point A est déterminé par rapport au poinr B.rc (AB) et I'ensemble de leurs mesures par . dans le sens direct.-3c. On fera alors précéder la mesure du chemin du signe + ou du sigrre suivant gue I'on a fait tourner A dans le sens positif ou dans le sens négatif. une troisième fois. on nous dit gue I'arc AB a pour mesure le nombre + a. soiû un chemin tota I a * c . il passera en Il après avoir décrit un chemin total a * kc. kt étant un nombre entier positif. soit c la mesure d'une cir.

on cornpleue kc * a est zcn nombre déterminé. c'est cette position relative qui est caractérisée par L'&rc (AB). noté &.. I'autre point est I'entrémité. t3 Ce symbole ÂÈ représente une infinité de nombres.tuée par deur poi. Le point que I'on énonce en premier lieu en est I'or"igine. 40 On mesure la circonférence à I'aide du même étalon et I'on multiplie le nombre obtenu par k.THEOR1E V"ECTORIELLE. L'arc trigonométrique ayant A pour origine et B pour extrémité est noté cLrc (AB). un a. enseinble de nombres.^. à cet ensemble de nombres ne coruespond qu'un seul point B. 26. . si a.s nombres lzc { a.r'c(AB):G:kc*d. cornprenant : Io la figuî"e consti. sans que k le soit.r"c trigonométrique est une noti.rc (BA) d'où AB+BA:hc.- ^' BA : kc - a.rconférence. Soit un o. Nous dirons que ÂÈ : est déterminé.^. et soit mes a. La mesure de l'a.6.r"c (AB) . qlle I'on détermine comme suit : Io On oriente la circonférence . que nous convenons de donner le nom de tnesu?"e de l'arc (AB) . La mesure cherchée est I'une cles expressions kc * a ov fuç . 20 l'ordre dans lequ. et cela parce que. En résumé. C'est un ensemble de nombres compris dans la formule générale kc { a. Deux points A et B d'une circonférence déterminent deux arcs trigonométriques : e. Pour I'a.xer la position rela[ivc des points A et B .rc (BA) on aura mes a. 30 On place devant ce nombre a le signe + ou le signe < suivant que I'on a fait tourner A dans le sens positif ou rlans le ' sens négatif .rc (AB) et a?"c (BA). 20 On mesure I'un des chemins qu'il faut faire décrire à A pour I'amener sur B . eD progression arithmétique de raison ci tous cclnteuus dans I'expression hc * a.el on énonce ces deuæ points. toujours parce quc la connaissance de a suffit à fi. C'est à cel.nts d'une c'i. bien déterrminé par rapport à A grâce à la connaissance de I'un quelconque dt.t^c (AB) se note (È. .

cette droite. On aura évidemment a*9+T: cauZc p) + (hc -F T) kc (kc + 4 + d'où AB + BC f Cr\ : kc . €f chacun moindre qrie c par conséquent.{È . si nous voulons mener par O une droite faisant avec srité de l'arc hc eoïncid.e avec son origine. et réciproquement.T4 COURS DE TRIGONOMETRIE. ou encore 28. 29. mesures des plus petits arc$ AB. lorsque I'on ne doit pas se servir de cette formule pour des calculs ultérieurs 27.I&c:0. - ANcLES TRTGoNoMÉrnteuEs.-\ la formule û. Théorème. Remarque I.. Remarque II. BC et CA décrits dans le sens positif.+.G-rÉô:o et qui signiflent que toute valeur dr-r Ie" membre est une des valeurs du 2d membre.G.0. et réciproquement. S - g. e) Cela ne signifie done pas quc hc soit nul'. Définitions. On a. . On utilise fréquemment les formules (y+ - G:t AB:OB-OA déduites directement de +. p et T étant trois nombres positifs. Par aualogie avec la formtrle AB + BA : 0.. relative aux mesures de vecteurs. changé de signe.G:kcfa ÉÈ: kc*g û: hc*"{ É^c I d. on a. On généralisera facilement pour plus de trois points.G férence. ÉÀ : relation qui exprime que tout nombre de I'ensemble fi est un des nombres de I'ensemble . on convient d'écrire iÈ + Éi : 0 au lieu de kc (t). la relation ^Cs'+ : Soient + iÀ . 30. mais cela rappelle que l'extré- . . d'autre part.

.THEORIE VECTORIRLLE. 30 On place devant le nombre d. Soit fi un axe obtenu en choisissant un sens positif sur la droite {t. Deux axes æ et y dêLerminent deux angles angle trigonométriques : (ny) et angle (yn). soit y un deuxième axe passant par O. Nous pouvons faire tourner æ autour de O dans deux sens directenent opposés. tr 'âilgle trigonométrique ayant fi pour axe origine et y pour axe extrême est noté angle (ny). ainsi trouvé le signe + ou le signe suivant que I'on a fait tourner fi dans le sens direct ou dans I'autre. La lnes'uî'e de l'angle (n-01) se note .ue fait y uuec ff. 20 On mesure I'un des anglcs dont il faut faire tourner fr pour I'amener sur y. On prend. 20 I'or"d?"e dans lequel on énonce ces deuæ affes. sauf avis contraire. comme sens direct. ïautre est l'a. On appelle angle trigonométriqzte une notion complexe comprenant : lo la figure constituée pa?" les deuæ afres fr et A . Lorsque le sens positif est choisi.. 15 la droite donnée uD angle donné. C'est un ensemble de nombres compris dans la formtrle générale kc * a que I'on déter- mine comme sui[ : lo On oriente le plan des axes û et y.ù.æe efitrême.' I'autre. le sens inverse du sens de rotation des aiguilles d'une montre. on I'appelle aussi angle q. le plan est dit orienté. L'un est appelé sens positif oa direct.. L'axe que I'on énonce en premier lieu en est l'ane ori. nous sommes encore obligés de faire des conventions analogues à celles faites dans les deux paragraphes précédents. On garde le nême sens positif pour tous les points du plan. sens nëgatif.gine .

a fixe la position de y par rapport à n. . t'héorème.Ar et zg En vertu d'un théorème de Géométrie nous poumons écrire : soient q. Le nombre A : kc * a et l'angle (rù sont déterminés C'est-à-dire que tout nombre cle l'ensernble 31.. û îù. et réciproquement. (kc J- ûr: kc*P .^. : hc - - a aussi de l'ensemble lorsque æ est déterminé. en effet.'ùl eniste entre les rnesures mi.{fry .L6 couns DE TRTGoNoMÉrnrc. d'où mes angle (yæ) . : fu: kc.o.- des angles déter- Menons par un point O quelconque tlu plan. un mêtne plan. U$t : yZ &r: kc { . et c'est uniquement cette position que les définitions et conventions précédentes ont pour but de déterminer. ta relation. et I'on multiplie le nombre c obtenu par I'entier k. ûtAr . + fti + ûr: kc .ans trois a. êt soit mes angle (æA) : 6ù Pour l'angle (yæ) on aura : d'un tour (quatre droits) par rapport au : hc fuç * d. 40 On mesure I'angle môme étalon.^./r ^r Ztfrr: flfr.r. fu estun des nombres îy cnangé de signe. La mesure cherchée est I'une des expressions kc * a ou kc æ. a{ P*T: kc * (kc * Pt + (ke + T) : ") &. ù +fr + à:o.nés p&?" ces Êtant d. Soit un angle (oy). y et z. frr.^ ïrfrt: kc * T kc On aura évidemment d'où ou bien nenrésulte ù+ù+à-0. y et z situés d. 0 fiy + yfr d'où on a On convient encore d'écrire ûr+fr-o. trois axes parallèles aux axes .onnés trois afres x. a p et T étant trois nombres positifs.tes..

100 secondes (tt) . Remarque I. on a donné des noms particuliers à certaines parties aliquotes de cet étalon . le quart de circonférence ou qlca. le grade est subdivisé en décigrades. Seulement la notation décimale est autrement simple.45913.45913 devrait dans ces conditions être noté Lq27"45rgltr. û:'à+â fr:àla-6ù de : s 4.le dernier chifire (7) exprime des dixièmes de seconde. le degré. notés * ou ".. le grade.. c'est l'arc dont la corde est . Le cours de Géométrie élémentaire .drant comprenait f 00 grades .les arcs sont aussi rapportés au rayon de la circonférence.rcs de courbe. I'arc L2"1e.qui se déduisent directement On généralisera aisément pour plus de trois 33. notés . 100 minutes (') . La mesure d'un arc en degrés est représentée de la façon .les peuvent se mesurer en prenant la circonférence comme étalon. ârcs Pour éviter les nombres fractionnaires. L7 g2.définit ce qu'il faut entendre par longueur d'un arc par rapport àL 'Couns nn TnrcoxouÉrnrr.3. . on a crêê. . Originairement.60 tninutes (t) . Étrtorls. -C'est ce qui explique que ce système s'appelle subdiuision centésitna.grades etc.égale au rayon. ainsi deux systèmes de sous-multiPles : o A I La circonférence comprend g0O degrés. g4.Ili. Bl La circonférence est subdivisée en 400 grades.irectenzent nùesurables. âXOS. Ce système constitue la subdiuision sefiagési.des. il y manque un échelon initial qui vaut 60 degrés. Remarque II. : On rapporte couramment les arcs à trois "étalons distinccs Considérés comme çyrand. 'd'après le système décimal. .Ie.suivante : lo 350 42t 26u r7 . On utilise fréquemment les formules "et : précédente. centigra. La mesure d'un arc en grades sera notée : L27c. 2o Considérés comme a.male.THÉORIE VECTORTELLE.eurs d. mi. la minute 60 secondes (tt). la minute. MESURE DES ARCS.

Des tables de logarithmes ont êté établies pour ce dernier système . Dans la deuxième et la troisièrê.NGE.La subdivision sexagésimale présente I'avantage de donner des nombres simples pour les arcs des polygones réguliers usuels .r8 couRs DE TnrcoNomÉrnm. grande lettre A . ni dans LtrrnÉ ni dans BnscsrRELLE. Soient a. 37. La longueur de la circonférence par rapport au rayon est le nombre Ztr. c'est le radian qui est utilisé pour mesurer les arcs.'un arc dans u. ce mot n'est pas encore admis par l'Académie. I'arc de 30o en particulier est très utile en Trigonométrie. seulement le mot grade devrait être préféré au mot degré. De là résulte (t) Néologisme. 36. Cette relation simple est fort utile en Géodésie. Connaissant la rnesure d. Les lettres grecques seront employées indifféremment dans les trois systèmes. Ao et A les mesures d'un arc par rapport au radian" au degrê et au grade.{ous représentons la mesure d'un arc en radians par une petite lettre a. car celui-ci se prête mal à la formation des noms des sous-multiples décimaux. Le rapport des mcsures de deux grandeqrs de même espèce est indépendant de l'étalon choisi.rc dans un des d. mais cette innovation n'a pas eu de succès. à la mesure de cet arc en radians. à cause de la simplicité que ce choix apporte" dans le calcul des dérivées. On a imaginé également un système mixte où le degré est l'étalon principal. Dans la première partie du cours nous prendrons le radian pour étalon. Conventions. . le centigratle a une longueur de r kilomètre. Dans tous les calculs théoriques. La subdivision centésimale est avantageuse en principe. êtê imaginée par Laczu. nous prendrons le grade. et on lui a appliqué la subdivision décimale . sur un grand cercle de la Terre supposée sphériQtro.àan (t). nous devrons d'ailleurs faire de nouvelles conventions relatives à la représentation des mesures des arcs. Il ne figure . calcu. la mesure d'un arc en degrés par une grande lettre afrectée de l'exposant o : Ao.ler ta rvùesure d. un étalon rectiligne.. la mesure d'un arc en grades par une. Problème. L'arc ayant pour longueur le nombre I s'appelle rad. Elle a.n système. Remarque. en même temps que I'on adoptait le mètre" comme étalon rectiligne . I. La longueur d'un arc quelconque par rapport au rayon est égale. les calculs se faisant dans le système de numération décimale. 35.u même a.eun' autres systèmes. Dans la troisième partie.

contraàres lorsque la Deux arcs sont. Calculer en grades la mesure du radian.e signes somme de leurs mesures en radians vaut Deux arcs sont dits complémentaires lorsque la somme de leurs mesures est 2kæ Deux a.. aitl sup4ttémentaires æ..gdne et d. ùits égo:u. la soh-rtion du problème.THEORIE VECTORIELLE.Deuæ arcs x et y.e l'angle d.ssectrice d. III. ont leurs eatrémi. Exemple I[. Ia diffé- 39. n Calculer en raclians I'arc l0rr. Théorème. æ10 %:=ffi d'ori Exemple : 2.ot\ x 1X aoo etenfin .n et d.. %: d. a étant le plus petit nombre positif de I'ensemble 6À (fig. . X63".ooo d'où 38.r ra. 0.662. fS). la mesure de I'arc à la mesure de la %: s0: m' Ces relations donnent aAoA Exemple I.Br8g0 98861 8g790 6?151.r sôË0ô : 0. û2ô : A.00004 84813 68I.rcssont g |.00008 92699 08t69 82. 19 l'égalité des rapports de circonférence. ..0025. Soit M lo milieu de cet arc.ont la sorwne x * y :2kæ | a.ry:200 x *:200 x 0. 2hæ..iamétralement rence de leurs mesures est 2àæ * r. lorsque la sommc de leurs opgtosés lorsque mesures est 2hæ | Deux arcs sont dits d. Déftnltlons.pport à. . sera la mesure de I'arc géométrique OÀ décrii dans le scns positif.tés symétriques pd. ta bi. : '|+SOO: Calculer en radians I'arc 0"..o0o. ayant même ori.

fi origine. mcsLr re du plus petit arc géomôtrique P MX décrit dans lc sens positif. d:0. et si I'on pose I\îX .Zhæ * p étant un nombre positif. ainsi que les points X et Y.NtY : (r I\[X Zkr -s. et le point M est confondu avec les points O et A. En effet. ciÎ + t =.t + o^ MX+MY ofr* - Zltæ * a et enfln Or.Deux arcs égaux et de signes contraires ont leurs extrémités symétriques par rapport au diamètre qui passe par leur origine commune.MX + 2k. on allra : û^y . Corollaire f. pour ces arcs.p. par hypothèse . .20 COURS DE TRIGONOMETRIE. ont leurs extrémités symétriques par rapport à la trice du premier quadrant. 40. Si I'un des arcs a pour mesure I'autre aura pour fM : mesure ûo 41. on a. .' et a n-OX u: &.+ ! L. sont symétriques par rapport au diamètre CM. Deux arcs complémentaires qui ont même bissec- & = Zkn * & : ?kn - uo .zkn. 13. t{l rc. De là résulte évidemment qlre les arcs géométriqucs MX et MY ayant tous deux pour mesure p.oÀ ou ou encore 2kæ oî{+ln^x+où+iffy-oÀ + 3 +. On aura Soient : OM . Gorollaire II. Donc Mi+xù : MY: XM ) Zhn.

Si. Théorème II. Corollaire IU. que l'arc qu'i.f pour les angles et pour les arcs. devront être considérées comme équivalentes. et le même sens positi. 44. . aveclacondition û-y:Zkn*n. Itrtalons. _ MESURE DEs ANGLES.e :r - - longueur I. mesure de I'angle a. mesure de l'atc a. S S. . à. pour étalon d. Si I'un a pour mesure C. I'angle au centre qui intercepte l'étalon d. 6È:æ et ôy -y. cond. Il en résulte û:Zhn * n * A. atc q.u rayon.e I'angle par la rnesure d. la rnesure d.'angle.'angle I'angle radian. Soit (tg. afln d'éviter des complications de discours.t d.-*. Si I'un a pour mesure ô. Un angle au centre a la même rnesure erù oaleur absolue et. 2I pour ces arcs o:!n.tion d. 14) un angle ny qui intercepte un arc O'At sur une circonférenee dont le rayon a pour mesure COr : Re Àvec l'étalon rectiligne pour rayon. . Remarque.x: I'autre aura pour mesure zn* * ûo: n 6ï:2kæ*ft-ûo:ic-û.Les extrémités de deux arcs diamétralement opposés sont aux extrémites d'un mêmc diamètre.ui. . 43.Aux trois étalons d'arc correspondent donc trois étalons d'angle : I'angle radian. .'un arc est égale au prod. l'on prend.x: Zn" * fro: n I'autre aura pour mesure îy -zn"+i-no:1.îHEORIE VECTORINLLE. Thérème I. décrivons du point C comme centre une circonférence.Deux arcs supplémentaires ont leurs extrémités sur uue parallèle au diamètre de I'origine (a: n).'arc. 45. Soient ce qui démontre le théorème. Remarque.i. .l ântercepte sur Ia circonférence.e prendre corntne ëtalon d. Ies expressions angle d.en signe.. et-comme étalon d.'arc un arc d. Dans la suite du cours.e la mesure d. 42. I'angle degré et I'angle grade.

N.22 couRs DE TRIGoNouÉrRm. 2 295" 4t 3lrt. 1. Traduire en grades : 32" 43t 9". 7 960 27t ffiit.ft. B. Traduire en degrés. le Chapitre Y ' EXENCICES. Traduire ces arcs en.53289 : 102". à la surface de la Terre et de rayon 6400 kilomètres. minutes et secondes 26e. de la Trigonométrie - Ce théorème ne sera invoqué que dans sphérique. 3.lieues belges. . En vertu du théorème I (44) on aura OA : a. Donc. OrAf : s.45679. supposée sphérique 4.2L454 321c. I\ous aurons la proportion a. Soit a la mesure de I'angle géométrique fry.rc ffi:oA:m CO:*l otar orat col Or donc OrAr-OAXCOf. 2. Traduire ces arcs en radians dans la circonférence trigonométrique.

8. 23 5. Traduire nadians sont : en grades et en degrés les arcs dont les mesures en T' 22 2.rnÉonm vECToRIELLE.vt les arcs 2-r_m' dont les ? 6. f. d. 2 et 5. Calculer les compléments et suppléments des arcs des nos l. a * '. Comment sont placés sur la circonférenc 'mesures en radians sont 7. o + l. ces arcs ayant même origine L\*" fi . Évaluer en radians I'arc dont la mesure en degrés est égale à la mesure de son supplément en grades.6 T' + Vâ : 3...

ttr. savoir : le sinus. Les nombres trigonométriques ou foncti. çI. Pour # un point N.rre.fie y tel. Théorème.fre quelconque x et sut" .KL KL sont indépendants du nombre KL. . . m. les . LIM . Or les triangles CMMr et CMM. -Ç.Si l'on ltrojette orthogonaletnent un aecteur Kf."û. # et Le théorème revient à démontrer que les rapports sont indépendants du nombre CM.oÉrlNtTloNg.. 46. le cosinus. t5) par le point de rencontre C de æ et y un vecteur erw soient pr*CM: prrm et Wr: prrffi: prrffi. la tangente. - S l. le rapport d'homothétie est S. restent homothétiques à euxmêmes. la sécante et la cosécante. KL srtr -un q.ons circulaires principales sont au nombre de six.PREMIARE PARÎIB FONCTIONS GIRCULAIRES LIVRE IC' s'oRDtuLEs cÉnÉneLES CHAPITRI PREilIIER Définition des nombnes tnigonométniques. eM-Kt. Menons (fig.n a. quelle que soit la position du point M sur I'axe ur. 47.pports pr. ^. tA : + . la cotangente.

DET'INITION DES NOMBRES TnrcoNolrÉrnlguns.pr*KH eb sin nu _ prrKH. . 48. _ cMr. on aura cos .CM et cI{.es s. L'axe æ est l'aæe d. Les axes fi et y sont appelés afies trigonométriques pour tous les angles d'origine fi. sécante et cosécante de I'angle a les nombres respectifs g. PÉL rnts fr. ==l. c'est-à-dire Ktr d. I'axe y est Y ane Soit KH * l. ' Posons â. srn e. Définitions. :.ngle. 49. CM. On appelle tangente. . On apgtelle sinus et cosinus d'ren angle. Les rapports consta nr-KL ef. CN CM Le théorème est donc établi.s. On peut donc dire que : ..". cotangentg. 25.et ffi on les représente par les symboles cos ât et sinâc. sê.Zltæf a : . cotga.nu. les rnesures des projecti.i. D'où CN.. s'appellent respectivement cosinus et sinus de I'angle (uu).ons respectiaes du uecteur-directeou de I'ane entrême sr.es cos'inus.ca et coséca. on les représente par les symboles tga.cr" les afres trigonométriques corr"espondant ù l'ane ot"igine de l'a. ou CI{ gI:9S' CM : Sg CN CM. - -Tc. et $ A t stn 4 cos 4 cos 4 3ry.

Ce théorème esb une conséquence immédiate de la définition du cosinus (fig. Théorème.. I7). Cerele trlgonométrique.rs rnesures iîr*étt per i.*ecteztr pa. est représenté graphiquement par I'arc OA à l'échelle CO l. Soit fr?.proAB : CD. On a) en effet. pr. : ukn f a. . On appelle nombres tri.rence trig onont étrique. varier Soit 6. 16). est égal au produit de leu. Sur cette circonférence. La lnesure de la projection orthogonale d'orn Decteu.cos îr. L'arc (OA) et I'angle (mu) sont parfois dits corcespondants..gonométriques de l'arc (OA) Ies nombres trigonométriques de I'angle (æu). le point A décrit une circonférence appetée - Zkr.: u le vecteur-directeur de I'axe ?r.r le cosinus de l'angle d. -Tî. - .euæ uecteurs le cosinus de l'ang\e de leurs aûes. bf.AB.. â2. rnêsure de I'angle géométrique nu. * a.r .que de d. : CD.t de la rnesure du '..cos au.KL : KL cos n?. Soient deux vecteurs On a: AI}. circanfé. . r Il résulte accessoirement de ce théorèreo que cos uu . Remarque. 54.prrCD : AB.c'l) et m -lucD.1. 50. û : âr: e.fies.A. Théorème.^.cosl.CD : : ÂE : î. pour It.es a. 53. de 0 à 2æ.fie est égale ccu produi.e 'î.KL.CD. Le proar).Çe1sidérons un angle (nu\ et menons l'axe y par le point de rencontre des axes æ et u (fr9.s?ri" un a. Si nous faisons d.26 couRs DE TRIcoNoMÉTRIE.r\B AB. trteprésentation grephlque des nornbres trlgo- lrornôtrtqnoBo Le nombre a.

leurs côtés homologues sont des vecteurs de même sens ou de sens contraires. :I u 7-' L ïù 7 ) S B o æ T Les triangles COT.es En A menons la tangente à la circonféreûce. dans le triangle rectangle CAS. CD Menons en O et en P deux axes t et z respectivement parallèles aux axes trigonométriques . Par définition du produit géométrique (r): CS. Or. donc et Les axes cotangentes. oT _ co cf Pz _ cP. sont homothétiques. CPZ.pÉrnrrroN DES NoMBREs TRIGoNoUÉrnIQUEs. CÀD. or: cD: sina : r8o CB ol : eB ô"57 cosa *': sitra : cot8{l' t et a s'appellent aoe des tangentes et aoe d. 2'f Les six nombres trigonométriques peuvent être représentés graphiquenent à la même échelle. CAB.CB. . DA CD DA DA CD : CB CO: CP: l. soient T et Z les points de rencontre de ces axes avec I'axe ?r. En vertu de leur définition. (t) Or bim.CA: CA2 : CS. donc les rapports des mesures sont égaur en valeur absolue et en signe.

rc sur les afies des tangentes et La sécante et la cosécante d. ou le deuxième quadrant. QUê sina est ' indépendant de k. sur les d. Variations. sina sin(Zkæ * a) : sine. donc sina croît .espondant sont les rnesures des oecteurs làmi. . A est-en O.I CD sin a :coséca.CR."especti..n a.es aecteurs ti.u: u: CA . D est en C.ngle ou de l'arc correspondant sont les mesures des projectdons du rayon entrême de I'arc . Théorème.Donc CS. 58. Lorsque A mesure que d.l"c. KL:pr.tés par le rayon eætrême de l'a. même CR.La tangente et la cotangente d. Remarque. 55.0. Il résulte de la définition.fi. lorsqr-re A arrive en P. dans le troisième et le quatrième.orôÀ + y sin6À: cosn + sina.gnes tri. ou En particulier. * : l.uement s?rr' les afies des sùnus et des cos'incts. DOnc CD. - En vertu du theorè.. Signe.'un angle ou de l'a. DU SINUS. 59. Cette représentation graphigue des nombres trigonométriques fait que souvent ces nombres sont appelês li.'un angle ou l'arc corcespondant sont les rnesures d. .té d. ou plus simplement lignes d'un arc. sina est positif .CA : CAZ . Remarque. 57. pour le vecteur Cf . Le sinus et le cosinus d'u.KLfprrKl u.e des cotangentes.wr .c.CB:l ou CS:rL: CB De cosa I : vvv sêca.* (l9) on a ! .KL cos î" + A. 56.CR:I ou CR::: .s.CD.fr. F a. q:0. Théorème.fies des cos'inus et des s'i'nu. Lorsque le point A se trouve dans le premier 60.t<nsinâ. croît.? couRs DE TRIcoNoMÉrnm.gonométriques.rc corc.e I'a. 61. sina est négatif. s 2. Théorème.mités par ta tangente géométrique ù l'eutrémi. et sina atteint sa valeur maximum qui est * l. sina . D s'éloigne de C dans le sens positif de I'axe U.

. 54o. m. Zg Lorsque A décrit le second quadrant. 30o. 2. c'est-à-dire lorsque sin - I. Étant a. 18. elle coupe la circonférence trigonométrique en deux points A et Ar qui seuls ont D pour projection (fig.-Zhæ* tt ç) -I a. Exercice.. Le sinus est une fonction périodique de I'arc. a diminue. Problème. à partir du point C.l. D revient vers C.. l8). 62. Pour d: ns Lorsque A décrit le troisième quadrant. C dans le 3æ a-Z' minimum qu'il prend lorsque A est en Pr. étabtir les for-- - lml lml-L. 72o sont les moitiés des mesures des côtés des polygones réguliers étudiés en Géométrie élémentaire- . Les sinus de 18o. arc 63.a 3..onné un not?zbre est le s. Les arcs 6À : Zkæ l. Le sinus d'un la corde de I'arc double. des sinus. Sin a peut prendre toutes les valeurs comprises entre + I et . Représenter analytiquement la fonction y sin #.irtus.al D?. lrnl v a Nr' /i t \ \ lml D \ A o . c / Frc. il d.. 45o. a croît. l'amplitude de la période est 2æ.Lt aaa . répondent seuls à ta question (a est fir -zkn*æ -a I'une des valeurs de 6À. D s'éloigne de sens négatif . continue pour toutes les valeurs . Soit CD : fi?. 36o. Remarque mesure de f. D en C et sinæ - O. donc sin a est négatif et décroît de 0 à A est en O'.nÉrnrrroN sin DES NoMBRES TRrcoNollÉrnreuns .-2kæ-.:+I bl rn- a.r'cs mules des dont l. valeur Lorsque A enfi. 60o. Par D menons une parallèle à I'axe lr . le point D revient vers C. dans le sens indiqué par son signe. et redevicnt nul lorsque a revient en o.n décrit le quatrième quadrant.

64. donc cosa croît et redevient nul pour dans o:ff. A étant alors en Pf . Le cosinus est une fonction périodique de I'arc. donc cosa décroît de 0 à . Il faut connaître par cæur les valeurs : nl sin 30o sin 62 sin sin s 45o : sin 50" - sin T:\12 42 60o -. Remarque suivantes : I[. B se rapproche de C. lrnl cosinus. al tlù: + t b/ TJ?. o -_ T. de C dans le sens négatif de I'axe fi. cos a est négatif . le point B . Probtème. A est en O.rcs dont il est le cosinzt s. 6?. et B est en C. Cos a peut prendre toutes les valeurs comprises entre + 1 et .+ l. donc coS. donc cosa croÎt de 0 à + l. dans le sens indiqué par son signe. Représenter analytiquement la fonction U : cos ri. Lorsque enfin. Exercice. A mesure que d. valeur minimum qu'il prend lorsque A est en Of c'est-à-dire pour cL : TE.'Joigo. Lorsque A décrit le troisième quadrant. lorsque À arrive en P. point A se trouve dans le premier ou 65.l.lations.^ :SlDo: 7r ù2 V5 3. à partir du point C.l. B est en O.cos (Zltn + a) . d. croît. A décrit le quatrième quadrant.Lorsque le le quatrième quadrant. donc cos î: 0. continue poûr toutes les valeurs . valeur maximum qu'il atteint lorsque A étant revenu en O . B revient vers C. -.onné un nonzbre m.cos a. 66.f - 2kæ. pnl 2. Lorsque d:0. daus le deuxième et le troisièile. DU COS|NUS. Étant d. I'amplitude de la période est Ztr. cos a est positif .: 2æ. Signe. lrnl: 3. cos e. l. .e décroît. cos a . æ. Var. B s'éloigne de C le sens positif de l'axe fi.--l & a:=Zkn. .30 couRs Dn rRlcoNotuÉrntn. Lorsque A décrit le aeo"iJme quadrant. ëtablir les formules des e.' l.

Signe..nÉn'tNrTloN DES NoMBRES TRIGoNoNTETRIQUES. De sin a : sin (Zkn * o) : sin a 7r. I.: L. Pour or:0.. à Tr. le numérateur sina croît de 0 à + l. sina:0. Remarque II.. . donc tg o croît. ou le troisième quadrant. et de cos tg (Zkn * on déduit Faisons varier d. Remarque absolue. cos q. le dénominateur cos a décroît de * I à 0. donc Lorsque a croît de 0 Ét tga - Q. est I'apothème de la corde de double. : 19. dans le deuxième et le quatrième. n faut connaître par cæur les valeurs cos 30o : cos r:v5 62 50" cos 45o: Cos : *- cos r -\12 42 cos 60o : cos î: ùa' s 4. ") - : cos d tgo: Q. donc tg a est négative. l9). . . I'arc 69. \ c o 'æ I'une des valeurs de û... sin a et cos a ont le même signe. Lorsque le point A se trouve dans le premier 70. elle coupe la cir. Par B rnenons une parallèle à l'axe y . sina et coso ont des signes contraires. donc tga est positive. Yarlations.conférence trigonométrique en deux points A et At qui seuls ont B pour projection (fig.. de 0 à 2æ. : yy. valeur T 2 B 68. 3I So it Qfi. cos (Zkn * ") tgo.DE LA TANGENTE.En le cosinus ù'un arc < A Frc. OA :2kæ * a Les arcs v r \ suivantes A OAf :Zkn répondent seuls à la question (a est -nr - d.

dans le même ordre et avec Ie même signe. les mêmes valeurs que dans le deuxième . Nous pouvons écrire : Donc tg o est une fonction périodique et croissante. Dans le quatrième quadrant. voyons comment varie sa valeur absolue : Iorsque c/. les même valeurs que dan s le deuxième quadrant .tt!ÂN .Tc3æ t8Z-tg T: -E oo. donc tg o reprend. . sin e prend.. le numérateur diminue et a pour limite 0. Dans le troisième quadrant. tg o croît de .oo ou tsi.3?. dans Ie même ordre mais en signe contraire. dans le même ordre mais en signe contraire. se présente sous signiflcation. a|. -.) f)ans le deuxième quadrant. cos e également. COURS DE TRIGONOMEIRIE. croît en valeur absolue sans limite .)^ ^: f oo ou tgT:+oo. . . donc tgo reprend. oot. et dont le dénominateur diminue et a pour limite 0. l'arnplitude de la période est de æ. Dottc.*o: . a âugûrente et a pour limite æ.tgæ . nous dirons donc conaentionnellement : lim ts (. (I étant un nombre positif voisin de 0). sin aet cose. les mêmes valeurs que dans le premier.0 .. tg (tt * a) : tg o.: Lorsque. r* (î * t)r. tg o cr. voyons quelle est la limite de tg (: -L) pour ). au contraire. lim E oo. : tgcr. continue pour . tg (llæ * ") kæ tgO toute valeur autre que Exercice. tg o est lrégative . Elle peut prendre tous frJ valeurs - Représenter analytiquement Ia fonction A - oo à f oo. .oît donc de oo à 0.oo à 0. le dénominateur diminue en valeur absolue et a pour limite 0. par conséquent.). Donc. Nous savons par I'algèbre qu'une fraction dont le numérateur a une limite flnie. dans le même ordre et avec le même signe.. donc tg o diminue en valeur absolue et a pour limite 0 . dans le deuxième quadrant. les mêmes valeurs que dans le premier.)\*0".n. Pour établir sa. s \É/ / la forme du symbole r* le numérateur augmente. tg .diminue et a pour limite æ' 2' -t i. : tgn. c'est-à-dire que tgo croît de 0 à + oo. le dénominateur augmente et r pour limite I (en valeur absolue) .

Représenter analytiquement la fonction !/ : coigæ. continue 'pour toute valeur autre que kn._/ Soit (fig. le même signe qu'elle . La cotangente peut prendre toutes les valeurs. La cotangente étant I'inverse de la ?5.rcs dont il est la tangente. 7 DE LA COTANGENTE. 3S 'les 72.o. û.&. négative rlans le d. \ É. I'ariationsr - . 20) I I I I I a v H I I I I I OT : I/?. . tg a croît de 0 à -f oo.oo à f o. cotg (Zhn* o) . à partir b ôT de O. formules Portons Ie nombre m. et dans le sens indiqué par son signe.. sur I'axe des tangentes. 3 .. -Zkæf -4 . .oo à 0. L'amplitude de la période est î8. Problème.Etant donné un nornbre m. établir des a. I I I I I Joignons TC. elle est donc positive dans le premier .et le troisième quadrant. à I'échelle du dessin.cotg c . qui rencontre la circonférence trigonométrique en A \/ \/ c o et Ar. 4.r// La cotangente est une foncfion périodique. a. Signe.*oo et cotglk"+. tge croif fls .oÉrrutrroN DES NoMBRES TRIcoNoMÉTRIQUES. tangente. Dans le premier et le troisième quadrant. décroissante. tg 45o .) -0.tg 50' : s 5. de . Remarque. -àkn*a admettent seuls tcr | fi. Tlxercice. Dans le deuxième eb le quatrieme quadrant. donc cotg a décroît de * oo à 0.-1tga Puisque cotg o. Les arcs ) Frc. donc cotgà décroît de 0 à f tt\ cotghæ-. m . c<e.euxième et le quatrième.t æ *a il. - Couns pn TnrcoxouÉrnrn. 73. rn pour tangente.

onnë un nombre m. négative dans le deuxième et le troisième. Dans le deuxième quadrant. 80.ont il est la sécante. l'arc. Remarque. cos croît de 0 à + l. Représenter analytiquement la fonction y .].} ln e*t la tangente- Ces arcs sont û.oo à . continue pour esù La sécante est une fonction périodique de toutes les valeurs autres que kæ I'amplitude de la période ?tr. + I à 0. 78. donc séc a croîtde+1à*oo .tg50" . La sécante. séc (Zltæ * æ Faisons varier a de 0 à ".g4 couRs DE TRlcoNouÉrnm. cos e décroît de oû Donc sêc?kæ: s * I e" séc(Zkn (n.. :Zkn * a '17.) 2æ. elle est positive dans le premier et le quatrième quadratrt" Variaiions. ffr:zknf æ To. inverse du cosinus. s €t. étabtir les formules des &rcs d. Problème. 76. Dans le troisième quadrant. 79.Etant donné un nombre m. donc séc a croît de'.. cos a croît de . z/ \ t |. a le même signe que lui . Séca peut prendre toutes les valeurs plus grandes que I en valeur absolue. séc a décroît.Iltant d.oo à + l. . Slgne.I à 0. Dans le premier quadrant. DE LA SECANTE. : séce.l.l.. Dans le quatrième quadrant. Lt * r): . des arcs dant il est la cotangente. séc a décroît de-1à-oo.l.cotg5O" . . de -J. Probtème.+ 3) : + oo. . Exercice.- Donc I I séca-COS A : COS :séca.sécfr.. cos e décroit de 0 à . formules Cela revient à établir les formules des arcs dont étabtir les . .

+ I . - DE LA cosÉcnNTE.! rnest le cosinus. sin décroitde-là-oo.I. Dans le quatrième quadranb. coséc t dê.I coséc (Zkæ /-\ . .I a. lnz. lml 2. donc coséc e à 0. * : . a le même signe que lui. ffr -zkæ 'a. inverse du sinus. étalttir les forntules des ar"cs dont il est Ia cosécante Exercice. S z.. lml l. a. donc coséc cr croîtde*1à+oo. croif de Dans le deuxième quadrant. sina sin (2Êæ -F t) : -]sinæ coséc z. \ 1\ -. Problème.l. négative daTls le troisième et le quatrième. .La cosécante. sine croit : * oo.: 2k. - t .oo à . sine décroit de + I à 0.-2hæ. coséc/eæ . al bl m:+l m: . . continue pour toutes les valeurs autres que kn. elle est donc positive dans le premier et le deuxième quadrant.æ f æ. Coséca peut prendre toutcs les valeurs supôrieures à I ell valeur absoluc. donc coséc a / Dans le troisième quadrant. . sin z croÎt de 0 à décroît de * oo à + 1. Yarirtlonsr - coséca i* lcr) donc coséc (Zkn 3æ.croit de 0 à de . ) + (nn.= .Étant donné Qtn nombre m. 82.DIIFINITION DES NOMBRES TRIGOI{OMETRIQUES. 83. donc cosécæ . I . 81. l'arnplitude de la période est 2æ.l: 3.r) Refirésenter analytiqucment la fonctio tr U : cosécn. Faisons varier a de 0 à Dans le premier quadrant.* La cosêcante est une fonction périodique de I'arc./ : I \ +. 35 Cela revient à établir les formules des arcs dont l.l . Siglle.

FoFmules fondamentAles.. ï?'o \osz : Théorème"Ill. En effet (fig.coLgza l. 84. v Sinza + cosea _ l. .a.+nar-çaa + sinza : 1. B {. lnzl a.cot gr&: sinea ' sin94 : æcos?a l I . 2L) CA:proj*CA+proj. 2. (=g)' sécza trn effet cos'. ..:-=. cosza.ïnrr+coM. Théorème I[./ t/ t/ .CA ou (59) +I:.al rn:+I 2 bl m: .Z.tgza. Remargue..ffi:0. . t -cosz a : r (Th. I I . \\ \ 3{ D_/' j t.Cosécz a.l I Fro. -. on aura (23) 1 . 3.6: cosecza .Plus simplement. Ces arcs sont ceux l.36 couns DE TRrGoNouÉtRin.1. Zkæ -. .1..sinza f cosra * Z m7.tg'a .l t/ Donc. cosza I cosza sinza :s.-Zkn +3. . lml-I. Théorème f. lml fir:zkæ*c CHAPITBA II .a .\cos al sinza : c*. t dont rn est le sinus. or (5!) D'otr t ffia. .I e. ôô. 21. oo apptique au triangle rectangle caB le théorème relatif aLl carré de I'hypothénuse : ou cB-. rl.. Séc?a .

I + tg'a :. .l. . puisque les conditions de rêalité. En fonction de cos a : . (6) 86. (8) Calculer les nombres trigonométriques à cinq inconnues.+ l.r Vt + tgta € (Il) (tg) l'.1 cos (r) (2) (3) (4) (5) a: 1 a c[-.n arc en fonction de l'u.FORMULES J'ONDAMBNTÀLES.- Vl + rgza . I'autre Ces deux solutions sont acceptables.-vvwt)w e!I-COS2a coséca- cos 4 On voit qu'il pOUr g--1.n d'e'u.sm4 : I coséc a. En fonction de tga: cotg . y a deux solutions.e Vt - cosra cos a (e) tga: . Les cinq formules fondamentales constituent un système de cinq équations (7) -. I'une eVI-cosea pour €-*t. I'une pour .cotg a séce a. Déftnltlon. I'autre pour E .on appelle formules fondamentales. d.cos?a cos a sécû.t al ff. et que I'on n'a pas introduit de solutions étrangères.'u. 37 les 85.1e Vt cotga. Problème f. Les trois formules suivantes sont également très importantes: tga. .# l séc acos 4 . db grandeur et de signe sont satisfaites. COS eVt +tgre (12) e sina:& Il y a deux solutions. -* rg& -- (10) séc a. sina A.û.. cinq formules suivantes : sin2a tg cotg * cos26: I :i. B.I + cotgz a cosécz e.

cot*z cotgz a.0. 3. et b I'expression a'' J. et tg. I . vérifi. . on demande de discuter Ia nature et le signe des racin'es de l'équation g l6nz sina -24æ . . Démontrer que 2(cos' a * sin6 a) B(cosa a * sinaa) est 5. et n. Zrl de la sécante.æ2 I 8. Déterminer q. quel que soit n. de façon que les 4 racines de l'équation ' I ç+ + soient en progression : + ft-. . . Calculer les lignes trigonométriques d'un arc en fonction : L'l du siuus.1cotga+ cfu .b cos0 tgO : -ï- sinT sactrant que : t 12..I . 4. sinff - z&. . ! indépendant de &. oo a. En désignant pâr a un angle d'un triangle.n. et tg a : n. calculer en fonction de a.cosza.er Que. 2. 7. puis calculer ces racines. Quelle relation existe-t-il entre n?. ' 6.2 : '?Tt.cotgz & . Va 3r. tg a' * tgb 4. I 2r l séc a . Vérifier les formules suivantes : sinza--coszC( ' L"l a^..cosz a. sincr. a l" cos a. 3'l tga f cotg a. si : cotgz a - nz. : n?. EXERCICES.l?L et cotg a.38 COURS DE TRIGONOMÉTRIE. =::==slna'casa' @ sé9e-cosa Zrlcoséc a-sinz:r8oa 3"1 cotgz &. cos$ : o arithmétique ..cotg' b b-t. pour a ) 0: Arc*iove:ârc rr/i.tg Q"tgb' 6?l S'Ô sinz a.sina + Z . positif.

s9 CHAPITRE III Relations èntne les nornbnes tnigonolnétniques d'arcs égaux et de signes contnaines. .û): sina ' aL: Zkn * a az:2kæ*æ {a.a) : séca (.tga.RELÀTIONS ENTRE LES LTGNES D'ARCS SUPPLÉMENTAIRES. On a donc : sin (æ * a.) : sin cOS(rr.e signes contraires . ai. É Deun arcs supryttémentaires ont te même (. ainsi.a): . lettt"s sinus sont égauæ et de signes . Théorème f.nsi que leu.contraires. supplémentainesr Gornplémentaines.a) : cos 4 On a.a) Les nombres inverses ont les mêmes propriétés coséc : .. . par rapport à I'axe des cosinus correspondant à leur tg (. - : 89. origine cofllmun€.nus . premier 87.cotga. cos (. leurs cosinus sont égauæ et de signes contraires. séc s'i. donc : sin (.ont le même cosi. Cela résulte de ce que ces arcs ont leurs extrémités symétriques Bar rapport à I'axe des sinus correspondant à leur origine commune.t-a)--tga.a) : . Deun ar^cs égauæ et d. etc.cosêca cotg (. Remarque. Cela résulte de ce que ces arcs ont leurs extrémités symétriques. Théorème II.t ETC. que leurs tangentes. '.t"s tangentes.nus.Nous avons démontré dans le chapitre que les arcs ayant même sinus ou même cosécante sont représentés par les lormules générales : &L:Zttæ * a C[2:7kn f æ Ceux qui ont même cosinus ou même sécante -o.AI: a -COSA tg(.' : Ceux qui ont même tangente ou même cotangente &t:2kæ { &?': Zhn - a q" : 88.

Les vecteurs 0[ et ffit le sont donc aussi. Nous savons que deux arcs complémentaires. Théorème IV. ainsi çpe leurs cosi. : 91. par rapport au centre. l"e ntêm. D'autre part. tg (r + a. Les nombres inverses ont les mêmes propriétés': coséc (æ e) : . lorsqu'on leur donne même origine.re.a): coséca [æ\.u" cosinus et ù la cotangente de l'a. ' \(/ / : . de même origine. : PrrCA / ou on en déduit : sr"(Z-ô:cos. sin 0 eotsa Et pour les nombres inverses : s coséc (Z -o) : \i/ / séc q.e tangente.rcs sont complémenta. Donc. Cela résulte de ce que les extrémités de ces arcs sont symétriques. les axes des sinus et des cosinus sont symétriques en direction et sens par rapport à cette bissectric€.'pétriques par rapport à la bissectrice' + a): - sëca. Deuæ a.) Iga On a donc : 'sin(** a):-sin4. PrrCAr \a.. couRs DE TRIcoNoMÉTRIE. du premier quadrant.") \.a) : séc (æ - cos 4../ /æ\ t* [t .?"cs d.a) coséc a séc (æ cotg(æ- a):-cotga. le sinus et Ia tangente de l'otn sont égauæ respectioement a..i. Théorème II[. cor fî .amétraletnent otrtposés onf 90. cos (tt * a) : Les nombres inverses ont les mêmes propriétés cotg (tt * e) : cotg a cos êc a coséc (tt {. ont leurs extrémités A et A' s.40 .(æ \ séc(.Lorsque deufi a.. .ztt.-a):tga. cotg(.ires.) a.nus. leurs sinus sont égaun et de signes contraires. .

92. des nombres trigonométriques de 2. . un arc quelconque. . ry. Problème.BELATIONS ENTRE LES LTGNES D'ARCS SUPPLÉMENTAIRES. tg 350'.3. III). +. 2l3o 20'. - a répond à la question (Th. Utî * a en fonction 170o. II). T 2æ.")\É/ (a b)'séc A. æ 3"1 n 4't 3æ €) L'arc L'arc 2n répond à la question (Th. llr L'arc 7c - a répond à la question (Th. cotg 870o. sin (. (- 3.. Exprimer les nombres trigonométriques a. Réduire un a. trouver un arc compris entre 0 et 3 qoi ait les mêmes nombres trigonométriques que I'arc proposé. en ajoutant ou en retranchant à a un nombre convenable de fois 2æ. ZI On entend par là.nt. On peuù d'abord trouver un arc c compris entre O et 2æ et ayant même extrémité que a. sin tg sin 950o. I). ETC. Quatre cas peuvent alors se présentcr : Pl ?. séc (- Lot m sin(. ffi. 4. l75o). séc 1000o. Réduire au premier quadrant 105". la cotangente et la cosécante sont appelés nombres complémentaires du sinus. Soit o. * ") +zsin('-.u premier quadro..23L2. au signe près. 4l Remarque. cos 500o.7000"). Le cosinus.0t 0 f q. l. - 500'. sin 290". et réciproquement.) Zabséc + poos (T+ ") -çrcos(? -")- 2" i (400c A) + (a * b)'cos (300" psin (æ s"l msin(æ - a) cos (. Réduire au premier quadrant : sin 740'.rc a. cos 318".. î q. coséc 1556". de la tangente et de la sécante. + " ") * - A) - a)cos e. Simplifler les expressions : 50o). EXERCICES.

origine de b (flg.cosa smus . et b. I Ë'. cos a. Q. cos (2n . y) : cos 40". 5. : les axes trigonométriques des arcs d'origine O. Prenons I'extrémité À fi. et(28) a*b-6À+fB I{ous - Soient n et y n. CHAPITRE IY Nombnes tnigonométnigues de sornmes et de difféFences d'arcs. cosmus. Nombnes tnigonométniques des multiples d'un atrc. 93.I) : cotgæ 5o (n .3y): sin 600..CB aurons û. æ * 7nîfi i.o fonc- 6. Calculer les lignes tion des lignes de fi. cornme r. ûtVt: +i. 30 tg 7. Étant donné un arc a) calculer les arcs \I. des arcs n* 5n. 40 sin (n cotg: (n'.. Résoudre : lo sinzel : coszæ 2" sin (a: + a) -tga. : a. 22) . .y) . ayant pour \ t ( cotangente. les axes trigonométriques des arcs d'origine A. * séc (2n * SA) : coséc?0o.tg 10c. Soient deux arcs quelconques a. fifit: .42 COURS DE TRIGONOI\IBTRIE. et y.de o. srN (a * B). S . On aura 1\ na: +i.

aluons les angles î*. û 1ù.cosb + - - cosô cos Ér.cosbcosàr. 43 On a également + b): prrCB. Or. et prrsin b fu. .cosb * prysinD.. .a'-i. + l)): sin o. cos (a + b) : pr.SOMMES ET DIF'FÉRENCES D'ARCS./cos b On obtient finalement et prrsinb D'où on tire sin (a - cosô sina sinôcosa. (l) Si dans cette formule nous remplaçons b par b. oo obtient sin (a + b): pr.t\ Ufit //\ . nous obtenons: sin (a (2) . cosb + cos a sinb. cos b + pr* sinÔ pr*cosb-.CB : pr.rt\ 0 ou .a" pr.^\ tUt .b): sina cos b .' .cosa sinÔ. Les projections des vecteurs r. S 94./r sin b corlyr. pr. Or. cos (e * B). on a vu au no 59 que G peut se décomposer en une somme sin (a géométrique de ses projections sur les axes fir et yr: 0B En appliquant à la projection de ffi sur y le théorème du no 8. et ou UUt*Ytæt*nrA-0 UUt .Q' +./ærrc + ûy: . en employant Ufrt sinô cos ùr.sinb offi + sm. sinô . 2. : la formule du no 3l * .cosÔ et yrsinô se calculent à I'aide du théorème du no 50: prycos b yr. -âr.d'où nyr*yr:nr*fitû-0..

et on opérera de même sur chaque terme jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que des lignes des arcs simples qui figurent dans la formule. sina sinô cos . 9ô.44 couns DE TRIcoNoMÉrnm.. . Exemple : cos (a + b c) : cos l(" + b) . cos'a. . dans cette formule. cos b : pr* sinô : cos b cos a.I 2sinza -Zcosza.cl : cos (a * .A I-- .) 2 tga tg 2a ': T -tgza' 2 a. s 5. On a donc pr. Divisons haut et bas par tga cos a'sinb si11 a sin ô a sina cosô tg(a+b): De même co$acos.2 sin a. ... =tg. (8) (e) . -sinza.MULTIPLES D'UN AHC.tga tgb * tgb _. b.Ilvient cos2a. 95. * cos e.cos c * sin (a + b) sinc ô) : (cosa cosb sina sinÔ) cos c * (sina cosb + cosa sinô) sinc = - sin a sin b cosc..I (au moyen de la relation -sinza f cosza. cosb. sinD -r cosa cosa ôiM a cosb I . 97. Fornnules de Simpson. : - (3) cos (a - b) : cosa cos b + sina sinô. (5) tg (a - b) : I \gatgb -. : l. cos (a + b) cosA cos b sina sinÔ.o : ISb + (6) s 4. nous remplaçons b par Si... - il vient : (4) S3. Tc(a*B). sin (7) cosza.Dans les formules de (a +0> faisonsb--a. SOMME DE PLUSTEURS ARCS. otr appliquera les formules précédentes. d'où l'on a - sinô sina.'On décomposera la somme totale en deux termes.

8 cosza. sin (rn .a) . -tgsa * tga .sinma sin a. * l.rg'&+ - . .-4coszs-Scosa..4 sin a cosea . . .219'q^ I trg'a tga . + L) a - - 2Iga. (4 cossa -3 cos a)-2 coszz+ l:8 cos[a.. rna.L) a.NoMBREs rRlcoNouÉrnreuns DEs MULTIpLES D'uN aRc. sin 4a .. cos a' --:. et ainsi de suite.l) a. ainsi de suito. sin 4' a. bos . donne : + tga.. . ..a _9tgq. 1g'a ' tg'4a tg\a + tg.I -tgSatge -3tgza -3lg'a+tgta 4tga. d'otr : 3. rno. tg(rn+L)a: I tgnza + tga tgma tga De .sin (m.'Ii"ffi ?jiii cos rna. I{ous pouvons calculer les lignes d'un de ces arcs en fonction des lignes des arcs précédents. (m . cos (m + 1) a d'ou . 46 Les différents multiples entiers de & constituent une progression arithmétique ? a.sin (zz a. mêDê.L) a dans le second membre : sin rna cos a sin (m+. 3&. sin (rz + l) a: sin (ma * a) : sin tna cos a * cos rn& sina.1) a.cos nua..2 sin 3a cos6u .-4tg?a I-6tgza+tgoe et. 2a. 2. cosSa-Z cos 2acosa'-cosa (tI) cos3a. =2 trn faisant successivement 7v1. otr trouve les sinus de 2a..4 sin3a.il. 3a.sin ma cos . ffù-2. Calculons les lignes de I'arc (m + L) a. cos 4a :2 cos 3a cos a' .I ) o .cos 2a rïù 2 cos a. Ig2a. etc.sin 2a cos 4 2 : ('j'i cos (m i#.3tg3a I .l. .cos Additionnant membre à membrc et faisant passer sin (ra .. (m + t) o..sia 4 (10) sin 3a ou .L) a.3 sina . a * sinma sin a cos (m .cos (m .sin a .2 cos rna cos a. . sin 3a :2 sin 2a cos o.I) a. etc.I-IgZaIga 1g2a tg t d'où 3a: =ry' t"** o^ I_. 3.

l0:. v 30 .cos60o. EXERCICES.. 3.cos40o.8 c)o I sin (a b) :0. Vérifier les formules suivantes : er ûe . Déduire cos (a + b) de sin (a + b).. t6 cosz0o. I'expression sina (a + b) +p sin (a t ô) cos (a + b) + q cosz (a * b). Déterminer les nombres trigonométriques de a déduire des formules trouvées. . lcosro:i I . 6. 5o. i2 Isina*cosb:i I )sinb+cosa-_3 sin (a + b):0. Démontrer I'identité sina sin (ô c) * sinô sin (c a) tJ.46 couRs DE TRIcoNoMÉtRlu.\ )cos (a-b):'' -'.+ LZ: Z_l_ O. l4 Itg(a*b)-n. en fonction de p et g. 2. I .28 { I sin !.sin 80o . 40". Simplifier les expressions + c) sin (a cos(a*b-c)+ sin û sin (r + y) -F cos (n-y) cos (b sin(æ-y)fcos(n*y) . . l6 sin 20o.75o. LZo. Déterminer fi à I'aide des formules : + b* c .s. Calculer les nombres trigonométriques de 15o .a)_= $ln î b) 9.: + . I - tgz (50' : ^:_ Z&.sin 40o.cos80o : l.q . calculer. 50 Calculer les nombres trigonométriques de h.sin 60o.r-oæTCæ + sinc sin (a - b) - 0. 93o i 20".48o.3 4 4. - 3. 1. 3o. 7. Sachant que tg a et tg b sont les racines de l'équation nz * pû + q: 0. 10 (.. Icos(a*b):n. ceux de 3e. 30". 12. .

En effet. _On a" ainsi un 9I(b).(b). du nombre lÇ\a).l). 1. nrù * 2r.. les cinq formules fondamentales entre les système ds six équations à six inconnues.1 arc tï. Représentons un nombre trigonométrique quelconquc de l'arc par la notation générale l((a). . S f.àp . suivant que 9(r(a) est sin 0. Arc tg à æ) 12.:k'n + 'rnlnrn 0'' : b. il suffit de faire successivement : k: nln. cAs eÉn ÉRAL. les Donc. valeurs réelles et diftrentes. coszæ -Z costr cosa cos (a * n) + cosz (a * est indépendant de n. ernnù'ln ltzn + ri a P. Az:2kæ. o. On écrit la formule donnant ïLr(a): T(rlttzb) en fonction des TqD. â peut prendre m valeurs différentes pour lesquelles Ô. Discussion. On joint à cette formule 97. prend m. Calculer tg 3a en fonction de sina (a est du CHAPITRB Y 3u quadrant). nmi{ (m . que I'on résoud.NoITTBRES TRrcoNouÉrnreuns DES sous-MULTIpLES D'uN aRc. à un lÇ(a) donné.On pose a. p ayant une des trois valeurs : (æ .iques des sous-multiples d'un erc...mb oa * . b .a).. Règle. wïù * pr..-l +L ll. . cosA ou tga. ou (tt * a). - Catculer les sin nombres îC( *\ t" \rn/ fonction rn . 2M ou /yt... 98. Nombnes tnigonométr.b. 47 + arc *g * + arc r* à :74. . Problème. pour chaqtre )L(b). valeurs diftrentes .. lo. correspondent les arcs : qr : Zkæ * q. nrn + l. { P.a.#a pour expressions : br-&r.l Arc tgi. Il y aura.

-2næ+ qT +*-a' r'7rù I rn lu Nous allons voir que dans ceriains cas. : 2kæ * lz (p + q) + rJ. et les arcs brpeuvent être supplémentaires ou égaux et de signes contraires. Les valeurs générales sont alors ô. puisque. si I'on donne sina. il y a pour sin9. rn I'n De mème pour Les rn valeurs de b. + : Zkæ + lE. la valeur initiale pour b. difièrent chacune de la précédente. également.y2ç + pfr + # bz b. + bz f)onc. on aura encore b. Or. znæ ++ + rn rn +. * h. * b. er prenan t p * q : no-l on obtient b. . Mais si rn est impair. rn n'"' d'.' bz. p:N-o". . t Znæ I 6)2æ -r | o q. - Zktæ est. si deux valeurs particulières sont supplémentaires.ZnT' + 4 **ù""Ztt'æ +(m. 9P' rù ' ryù'Or p # a. celles de b. :Zltæ f æ. b.# impossible puisque 2 (p +trq[+ I est impair. donc toutes les valeurs sont différentes et sont en nombre 2m. : bL prend les valeurs successives * rn *. Car l'égalité b. lz (p puisque (p+t)fi+ #. nous devons prendre un cas particulier : Si lLr(a):sina. : /. Néanmoins les arcs b..L] # ne peut pas être égal à 1 n'est pas entier.. 620 bn + br est toujours différent de Zkæ. oo encore diamétralement opposés. de -::. elles le seront toutes deux à deux. est 3 : pour b.Zmvaleurs difiérentes si tn est pair. 7Ë 2(p + q) + + q) {. 9æ. pour pt:F retqt:g*t. Pour prouver ce point. bL*b. rn valeurs différentes si m est impair.48 znæ coURS DE TRIGoNoMÉInTn.:Zttæ + Si rn est pair..t)A+ ' P2'rn.

b.nfæ. particulière au * dont on désire les lignes trigonométriques. 49 I)onc.'oùr - :2- cosz vvv ? 2 cos !-e't l!+""'"' z V-. une rn seule solution sera admissible. Si.cos22:lJzsin'* --. iI y a pour W*. si l'on donne sina. - bz : f LZ æ. être égal àZkn b. en même temps que lLr(a).ou tga. :eV-r:' cost-2 2?- .2 Z lL-cosa. . Donc. I.donne eosa.A' cost (z) n en résulte : tsi:ry-*.Ll:' æ.N6MBRES TRrcoNouÉrnreuos DES sous-MULTIpLES D'uN aRc.I cos a.d'oti d' sinf (r) ^ . Dans ce cas bt et 1??.2m valeurs si tn est pair. - s 99. A' br-brpeut . donc les trois valeurs trouvées sont réelles. On examinera de la même façon les cas où I'on Exercice. en fonction de 2. Problème I. it y a toujours 2m valeurs différentes pour 30 cos *.d. on donne la valeur Remarque.CÉsRIeUE. Réali._b2-2k. .ci'nes. m valeurs différentes si ra est impair. - Calculer les nombres trigonométriques cos a. .t ' . Si m est pair. b. .Vffi (B) Jo DtsCuSSIoN Ar. ont même tangente.€[prenantp_8. Ùkr + (P - q) 'rn .A. si I'on donne sin a.:ry. Couns nn TnraoNoxÉrnn.Qt otz cos a.té des ra. cet arc ne peut pas être égal à fr] Sitttestimpair. [cos a! ( . cAs PART|cu Ll ERS.

smz . <) a a Io! "o2 .2kæ * e.t. Pou' Wl toutes tes vateurs conviennent. t 2: -cos6)'t Ét a COS. lnl lsin#l t t .a cos A. Z:ll. Sàgnes des ra. Donc C.. a cos .. 2 : .50 couRs DE TRrcoNotuÉrnrn.t - Puisque fcos al < l. on ne donne pas a. Les deux signes conviennent à nombres trigonométriques. Grandeur des raci. t - -cos2 Lemme. 23).r_! z lZn-.t?i-2. ce qui donne les quatre valeurs : tZt 2 +:\'nn-2 +':\"'' -T:æ-r q z lyr.s. I * cos a { lt. extrémités au point Br milieu de a et all point Bz diamêtralement opposé à Br (flg. %:k n*Z d' Z et Az:Lleæ-d..ne. .-#l < t.rv-1d- k peut être pair ou impair. Soluti. un nombre entier dc circonférences .Étant a' ' e.-tq. les diverses déter- minations de i s'obtiendront en aioutant à i.cines. des. donnê un atc . a io& "oz - .sm sln z f . et Q'. srn . donc. les diverses déterminations de a s'obtiennent en ajoutant à d. a (Znn+* -r Et par s ûte u'. Quand on donne cos a."" nombre entier de .d.ons étrangèr"es.. r/. -.. D. _tg z II y a donc poLrr chaque nombre deux valeurs égales et de signes contraires. Z" B. Les arcs a sont représentés par les formules : At:2kæf a d'oir . i En effet. les diverses déterminations des arcs f auront leurs 3o DrscussloN oÉonrÉTnleun.næ. 7.d t8z srrr 4. 20 DtscussloN TRIcoNouÉrnIeuE. Aucune solution étrangère n'a ét6 introduite au cours de la résolution.a _tg z q.a .

et CNs.r. -r--l rl l'l---J I -*. Calculer les nombres trigonométriques de I'arc I "t on prendra h'/ -^-r^--1 g sacnant que rr. I'arc ! . si ce ol-nre ' I'extrémité de Ar et en Az. ttt uur^ son extréest impair. Les arcs a auront leurs extrémités ?4. Remarq?.: ?7t.I f sina. sina-sinzl:zsinfi"ori (t) I:sin. Problème IL en fonction .fi+cos'T. et B. Les arcs extrémités en Br. B. Soit cos a. d'oir sinlf cos l. Exemple. (fig. Si I'on donne g en même temps que cosa. 23). OT. 23. '-: I'r^ - 2 .t 11 a/ E auront donc leurs bx.I-slna. c'est-à-dire symétrique de Br. smZ a (r -cosZ: e'Vl - sina (4) . Bs et Bn i Br étant au milieu de OAr. 4 gentes égales et de signes contraires. et OTr. (srnZ-cosZ) . deux tan- Frc. par suite les arcs a" auront deux sinus égaux et de signes contraires. Rr.2.Catczrler les nombres trigonométriques dtT de sina. seule solution est admissible.) *. a sera distante de I'extrémité de i de Uz circonen férence. Bu 1. .ce. deux cosinus égaux et de signes contraires. CM.--t l. mité confondue avec celle du donc en Br. et CMr. si ce nombre est pair. n z 100. Cl{. Bo sera un rectangle .4 | ! étant au milieu de OOrAz. COS ir= =Vr-. Par conséquent 84 sera au milieu de OAr.(2) Additionnons et soustrayons (l) et (2) membre à membre: (rio fi+cos i)'-. c'est-à-dire en P. une On verra facilement dans quelle série figure I'arc les valeurs correspondantes. B. 5l demi-circonférences ..NoMBRES TRIGoNoUÉrnIeuEs DES sous-MULTTpLES D'uN aRc.: e Vl + sina (3) ( a a\2 t .

Signe.cÉsRleun Il y a quatre et deux pour sina valeurs pour sin$. * VËffi) er a.Où *: 2 \u"+i I u*+i -. Réalité.sinza 14 2+2lcosal<4 lcosal < l..". Grande?. . ln cos -f. I .. Les arcs & sont représentés par les formules a e:\ I -t zkrf a I zn** æ . quatre pour lsinal ( "orf. t( E: z [' *sinq. tgi A. sin a 2 +t- * D.-el sina et par suite : n. etr valeur de ces deux nombres est "orf. B. 20 DrscussroN TRrcoNoivrÉrnreun. en effet. et - Pour être admissibles.Aucune solution étrangère n'a été introduite au cours de la résolution. . absolue.On don ne sma. C.rr. \'À \"1{ d. stnf. Élevons les deux membres aLt carré 1 : + sina ou ou encore Vl . cc qui est vérifié. - Toutes les valeurs trouvées sont réelles. Les deux signes conviennent à des nombres trigonométriques. on ne donne pas e. It > 0. donc.d. a .s.& _ e Vt UEZ: + sina * e'\[- _ \fTdrna :@ -i- ee' lyf sina I sina - 10 DrscussloN al. Solutions étrangères.52 couns DE TRrcoNowrÉrnm : Additionnons et soustrayons (3) et (4) membre à membre sin$:L(. soient : il faut que.

_ A'I:1l-cost I smz d.z q lt-: -'I | / itr t. I .l rJF Lftt Ar et Az sont les extrémités extrémités des Frc. 53 q pouYant être pair ou impair : iln sr: 2 a l(r-.NOMBRES TRIGONOMETRIQUES DES SOUS-MULTIPLES D'UN ARC. .1gl I I 3o 2 q.. +.l' E / / / /B 3 | l/ D.. '-rlri ztl . -co -2 lznæ+T-z 2 cost I cost lu.C i/ l. lco .) znn{: Y -'-" ' 2 2 I lz"*+i f r3æd. ta - srnz lco. \92 1S: 2 q.4.q .l a . OS c) d. - So it SID4 : ?7? :l = CE (fig. le tg: 2 d. des arcs a. Br Be Bs Rl sont les "rr.si: iin 2 a ht ht co'.a srDz: . I . z . 24. & lznæ* 2. ?. 24)..1si2 I DrscussroN cÉouÉrnreun.' r.

L'une des racines est positive et I'autre négative. Solutions étrangères.W'1. R. Grand. Z. : Q*' : 9g 222 : : OA. tga I+ tg. B. - tg l. . ' tg cc avoir introduit lcs solutions de l'équation fu'*-l:Q.Wrl. Donc. donc à ce point de vue. . . tga.a. les mômes quatre valeurs prises dans un autre ordre. ar. une seule valeur est admissible {0t.e?m. r a. . Br est le milieu de I'arc géométrique Bs est le milieu de OAr. puisque leur produit vaut - Les deux racines sont réelles puisque > 0.l.. pour "orfi.cÉeRreun.A' z: -t+rVt+tgra. oT. 9& : oP oBa PBu .e tga. Z * t t t. d'où De tga tgz là on tire t8 fi+zEl - - 0. pour chaque nombre.OOf OAr. Réalité. . S'àgnes. :.54 couns DE TRTGoNoMÉTRrE. pas de C. et par suite DrB. lo DrscussroN L. tga Calculer Wl en fonction d. Si l'on et deux valeurs pour donne a' tgl. égales deux à deux et de signes contraires.emarq2re.. : 2wl tgzqz 1. nous pouvons A or. et OTr. puisque ArO' oB. : BsBa : - - CDr. donc nous n'avons pas introduit de solutions étrangères. -o2 n'est pas solution de l'équation qui donne tS Z. les deux racines conviennent également.o'u limite. il y donc quatre valeurs pour sinf. Problème III. OAr. dénominateur D. En chassant le t .

qu'il n'est pas possibld de résoudre par les procédés de I'Algèbre élémentaire. +. e% . Bn est perpendiculaire à Br Br. Problème IV./a\ ' rction '* I'on connaît )r QUo lZ ) êt en fonction de !X. 25. en efiet.Soit tga:r/ù. les moitiés ont pgur extrémités Br et Br. +T. OBr-OBr+lquadrant. i. On ne donne rgi 2kæ* a :I d.on de I'otn des nombres trigonométriques - Calcu. 103.. sont représentés. Théorème.. 25). Bs et 84.où g:\u"'+i d.\A NoMBRES TRrcoNouÉrnreuEs DES sous-r\[ULTIpLES D'uN ARc.par les formules : Ùu On donne tga.e tg?. une seule valeur est admissible . pas o. OAr circonférence .. t B. > 0 (fiS. Les nombres trigonométri. Les arcs a. +îu z: I cots$.orr.ques de L'application de la méthode générale conduit à des équations d'un degré supérieur au second. 56 20 DrscussloN TRIGoNoUÉrnreuE. on calculera les 9[ ainsi de suite. pour tg .cù r*g-l t8 2: I n. .gonométri. sont d..(a) . foncti.aa a etc.es foncti. Les extrémités des arcs wl=: orr et rsl. OAr: donc Frc.ques de rationnelles d.a z - -a donne . I zlzn | * t' æ 30 DtscussloN cÉouÉrRleun.ons . (a\ en fonction des *l. fr de a. Donc a tg a. 102. a. Si on Remarque.ler les nombres tri. et par exemple Soit OT : sont Ar et Az I donc.. puis les *G) en fonction des *(i).

cotg (æ.z sinficos l. È 4. égalités suivantes : tgua-tgQ.:W. :-. Vérifier fu.rg'l. tg}a*séc Za. sina : zwg I (r) W'. tg llIlIt ts. sina t .a' ts2c + ts2B tg . Calculer tr. + C: (.a tg . + .c . (3)" l. . #.Discuter.o)' \o/\o/ a\ . a\ : sêca..l. ) ) .:affi.ts Z tg ra sin 7a sin 3a sin Ba - 4sin a sin .rz9 rtïg z EXERCICES. * cotgza : 2? * -1-cos4a sinàa cos 0 a.B * 3.4 sin A sin B sin C.) 200o.: 2' a. sin 2A * sin 28 + sin 2C .l .4 cos 2A cos 28 cos 2C.56 couns DE TRTGoNoMÉrntn. Calculer sinfr en fonction de tga.. Nous connaissons la formule tg a D'autre part. [gA r . - sinz1a - slnaàa. Sachant que A + B [$ + a) . (zt Par suite. cos 44. sachant que sin 30o : . . démontrer les formules : . cos 4A + cos 48 + cos 4C + I . r + cosza x i + cosa .in (î .. cosa-sln4 .:ztg|ucos=?r: wùSw.'(æ ** (a + =z)$ 2. îombres trigonométriques des arcs l5o et 7o3O *.

Un double prod'uàt de sinus est égat ù ta d.cos (a + b) : 2 sin a sinb.b): Zcosa cosô.u . Un doub'le produi. 2. 57 5. CHAPITR}] YI TnarnsfoFlnation de sommes en pnoduits. l.cos(' cosb + sina sinÔ on déduit .u cosinus de la différence et du cosinus d. 8. sin(a +b) siin (a-b): sin(a + b) * sin (b a):2sinb cosa. : 7.es a.ifférence d.b): sina cos b . -cos (a + b) + cos (a .rcs.t * b) : cosa cos b . Les angJ.b) Zsina cosô.t de cosinus est égat à la sornwùe d. Des formules sin (a sin (a : cosinus de la solnrne et du cosinus de la d.sina sinô tos (a b):.rcs. : sirr (a * ô) + sin (a .e ta somme d. cosb + cos a sinb .*:-w.ifférence d. 104.TRANST'ORMATION DE SOMMES EN PRODUITS.1. S I.es 0 et u vérifiant l'égalité démontrer la (1 +ecos0)(l-ecoseo) formule : w. + b) : sin a. cos (a .eos a sinb cos (.es a. De la déduire WlrlD fonction de Wg. TFANSFORMATION EN SOMME D'UN PRODUIT DE SINUS ET DE COSINUS.b) . Démontrer que l'on a : Zarc tg àf arc tg + : î.Ë. relation cos a l6 i sachant que 6. tgZa Calculer les nombres trigonométriques de .

105. par le cosinus de la demi-différence des a?"cs. sinp + cosq := sinp 1*sinp: sin -'" [ * sinp .(î _ l).e -coslo :2 si"ff rtoÇ.uE est égale au double produit du si.rcs (en ayant so'iu.u cosànus de la demi-sorn'me pa?" le cosinus de la dem'i. -2\ 2.si" (} \Â/ ô. ET DE DrFrÉnENcEs DE stNUs ET DE costNUs.rcs.--P!q 2 et a-b:I et b-P-q eu u: 2 on trouve : sinp + sing :2 r6t-8./ 14 cos : zsin (. La solnrne de deun cosinus est égale a.u double.nus de la demi.58 COURS DE TRIGONOIIIETRIE. 106. La di. Si dans les formules précédentes on pose d'où a*b:P e.) .p) : Vt cos (î .-somme per le sinus de la demi-différence des a. La sorn?ne de deua s'inus est égate au do. Ces règles permettent de transformer des expressions telles que les suivantes : + .z (î +ï)cos 2.nus de la demà-dàfférence par le cosinus de la demi-sornrne des a.p).t d. 3.différence des a.cos ry L) + cosp f cosq : 2cos rycos ry cos sinp-sing:2sin rycos q sinus de la l.uble produit du demi.rcs.i" (] .fférence de deun sinus est égale e.(î * #): z'o.-rio(t + TJ z \. (. 4. . -E#)' ) -. ' sinp + cos F : sinp {./ /P-a\ cosiit. produi.u double pt"odui. de soustraire le [ut' erc du 2d). TRANSFORMATTON EN PRODUITS DE SOIYIMES s 2.i".q) \Â/ . La différence de deun cosi??.t du si. 2.-sorn???..

NST'ORMATION DE SOMMES EN PRODUITS. or les groupe par deux. nous rrbtenons : sinp sinp * - sin q sin q 2sinrycosry 2sinÇcosry +oP-I -o c) h.sinq: cos q sinp ffi-tgà(P-q) -cosp cotg I à(P + q) t cO.\ + B + c) : - - zrt"Tcos(n * ry) t d'où / B+C\_6r^:_A+B^.T&I. Si nous combinons les formules du no {05 par voie de division. stn=f.t cos q +cosp ".. sina - sin(._L .(P + q)tsà@ - q)' 108. Exemple : sin l\ * sin B + sin C sin (A + B + C) : p.A+B A+C P.4stn--sm .S{-cOS/0_to.2sinrycosÇt P-2sirB+Cl.tgLr.B-C cos(^+P+C\l f)J' 'z sinlB * sinc LcosT \ B+C. Lorsque I'on a à transformer en produit une somme de plus de deux te:nmes._A+C B-C cos-T -cos[^ + T)-zsin=fsinf d'où . . ^^ *W * q) *fo - q) . + q) cots * cos çI sinp sin cosp q _ 2sinlro + slnp 2sin*o+q)sin|@-q) sinq . sinff rr"ry wry l1 sinp * sin q _zsin i(P cos P + cos q 2cos àro "*ff cosry * + q)cos àro q)cos q)cosà(P a) q) . 59 L07.

4sinf sinf QU +. Appliquons cette formulo aux arcs cosA -f. ces deux formules deviennent: .gnes en fonction du sinus - tga oin0 . Exemples. RôgIe.orf ror +t sin + + cosC: I .60 couns DE TnrcoNoruÉrnm.-tgi*tga. |"os a cos 4 . On remltlace ces li.*+ffi: sinacosb cos + cos asinb acosb _ sin (a -l â) cos acosb tsa-tg b -?lg-4 cos acosb tga*Lgb_siq(a*b') W-tg6: sin(a -ô cotg a +cotg b '-o"-+g+ g) sinasinô tga * tgb__ rE atgb. + cos0 + cos(A + B + C) sinA cosA * sinB + sin C cosB 4cos f . DE s 3. 109. l00c-C À+BcOS coST' a+c B-fc :4ct)S Z Z Si A+B+Ç:200". sinÔ *teb-r.Z- séc a*tEa: ' v I *sina-1-l-sina cos4 cosa cos0 -"t"'(îÉ) cos4 1*tge. et du cosinus.- '{ei'): 'i"(ï=:")v. 100". TRANSFORMATTON EN pRODU L|GN E8 AUTRES tTS DE SOM M ES E LE St N US ET LE COSI N US.cosB 100"-4. u6' cotga* cotgb- 1*tgatgb_cosacosD*sinasinÔ ' cosa cosô séc ffi = cos (a * b) a *sécô :* + # : lffi## : cos "' a*b a-b HJJ:.B.

TRANSF'ORMATION

DE
, 'rl

SO MMES

EN

PRoDUITS.

61

d'où

*J t;+ "). (æ \ l+tga j-ts(;+o)' t tga \ inTrS

/

in

\-r

S

\4

*tga: .ff + sinacosa cosza cotg a-tga:[9$-U* ,, :-:- sina cosa stn?a - sinza ZcosZa cos srn 4
cotg a
AOS
CL

cos 0

sin a

") : cosz a, -l- sinzr.r 2 :ffi,'
tgZa

s 4.

TRANSFORMATTON EN MONOM ES D'EXPRESSIONS
QUELCONQUES.
EM

PLOI

D'I NCON N U ES AUXI LIAI RES.

X

:

Proeédés génélr&rrx. Soit à rendre ll0. l"u RègIe.

monôme une expression A + B, dans laquelle A et B sont deux monômes de même signe,

,/ ,B\ x-^(r +E)
B i:

Posons

tg'?'

(r)
(2) (1)

il

vient

Discussion.

déccmpose en deux

X-A(l+tg'?)-Aséczg coszca ? est calculé à I'aide de l'équation
:

qui se

ts?- +

Vi et
R

lB-ts?: -r YÀ
;

B et A étant de même signe,

i .*t positif

tous les nombres réels

étant des tangcntes, il existe toujours un arc ?o compris entre

0 et

l, .)
hl

tel qlre

tg?o:+VF
(l)

On aura donc toutes les valeurs de g satisfaisant à l'équation

par la formule
d'où
Donc cos?

?:kæ*?o * cos?o et cos29 : -

cos'?,.

x--cos'f -{
tgzc (vrlA

o

On prendra pour ? la plus petite valeur positivc satisfaisant à Ia

relation

: R =.

62

couRs DE TnrcoNouÉtun.

2" RôgIe. Soit à rendre monôme une expression dans laquelle À et B sont des monômes de même signe.

-

X

-

A

-

B,

lo Soit

lal >

lBl.

xPosons

n vient :
Iliscussion.

g est calculé à I'aide de l'équation

X:A(l -sinz?): Acoszc.

\' L) ^(r-P). I : sinzg

^^

(1) (2)

(I) qui donne :

siny: + VT

et

sine: -VÏ.
/\

B et A étant de même signe, et lAl

donc
Soit
?o

I
un arc compris entre 0 et

: f,, tel que sin c9o

*\/l

Tous les arcs ? satisfaisant à la form.ule (1) seront représentés par les formules :
d'où

coszg:cos'?'. t- - + cosfo et DoncX-Acoszgo. On prendra donc pour ? la plus petite valeur
COS(D

?:ktr*fo

positive satisfaisant

à

la

relation : stnsç
lAl

B

À.

2" Soit

a\ x---B(- - É). \1
I. If.

onnoseraA sineg, on pos*r?

f,

d'où
Remarçlue Remarque

X--Bcoszgo.

on peut aussi posut

f

oo

*-

coszcg.

lAl >ou<lBl. On passe alors par les logarithmes, ct I'on vérifle si log lal
Remarque

- n arrive souvent que I'on ne peut pas voir si
Si I'on ne connaîb pas les signes de A et B,

III.

on

pose
eB

x
À

:

tg o,

d'où. X: À *

-

A

(l +

etga)

+

AVâ

tt" (??=l',').
COS

a

TRANSF'ORIIATION

DE SOMMES EN PRODUITS.

63

Lr,r,. Bu

x:a*Bto...*K. On rend monômes Xr: A * B
x - Xr,* K.

Rôgle.

Soit à rendre monôme une expression

i::1:*

1

Il est évident que I'ordre dans lequel on prend les termes A, B, C..., est indifférent.

{e Règle.

\r .\- Af*Br*....+VW
Y-a*bt....
Yl- al* bl+....
Puis le numérateur et le dénominateur

Soitp rendre monômc I'expression générale A*B* r... * vw
:

On rend d'abord monômes les deux radicatlx

:

z- a*B*.o..+vY
\ZZ

zt- af* Bt* .... + V7
et on a finalement

^:
X-

zt'

Proeédés partieulieFso
,,12. Soit I'expression

On aura

\r a(t*i)

À:ffi

H+'
on

pose *:q?

d,où
ll3.

x:=+Ëi:ffi:ffi
sin (50" + :ffi:tg(5oc+.9)'
ca\

* B cosa. on aura X - A (sina + * cosa). on pose * x:a (rioa+*H.oro) d'où cos? / \ (g : * (sina cosc + cosa sin,.g) - e siqcos * ?). cos? \ ?
Soit I'expression X -= A sin a

64
1,r,4.

couRs DE TRTGoNoMÉrnru.

Soit I'expression X

si lal

-

A

+ sina.
o.

-

2 sin ?

yc cos ?; zz

si lal . ll5. Problème. - Rendre monômes les ra,cines de l'équatian axz * bx * c -- 0, dans taquette x est',un nombre trigonométrique d,'un a?"c inconh%,
trùques, foncti,ons d'ar'cs

conn'Lcs. +Vb, ,>.t _-b w:-r*W - Aac ,,: -b -Vm
:ïi

e,t a, b, c, des rnonôtnes tl"igonomé-

10 bz

-

4ae

calcule pas.

d,où
ou

:0 : ût : firt - 4:e,c 2a - !. Le problème est résolu. 30 b2 4ac Ire MÉrHonn. I. c g). : v ( d'abord monôme le binôme R : bz - ac bz \^, - br) 4ac Posons : pr.risque0 ( #:sinzcs' eû ff .-I;
20 bz

ï:î:î:;:sre'
I

ût--ôtl4costi 2a
ær

et nr- -b

2a

!l

cos ?

: -bftgglr er nn: ! z(L -bcos? h e -za b "nsing ouencore (nr:-AX l-cos?
lfcosg b fr>:-à b 'x ---:-Acos'..â.
I[. c

l

_"?

-

bz d'où R: cos2g W:-tgr?; , lbl , lbl - ' -l *lt et n": --a : t*tl par suite : :xt 2a 2a cos? * â c:oz? ou ûr: --42a cosy et ûz: - Q cosg 2a

posons

b

TRANSFORM.ITTION

DE

SOMMES

EN PRODUITS.

OD

n-

',ou encore

lYr wlI

r

-

cos?

sin'à

-b4 COSa
I

-a
ùl w2-

-b.l*cos? :-u"o"t,. 4
I

COSQ I

116. 2. MÉrHoDE.

- fii et ntr satisfont aux relations
ætfi,

_

9
A,

(r)
(2)

fi' + fiit :

a -2.

l. c > 0, Les deux racines doivent être

de même signe. (3) (4)
-

Posons

çt- r\Ærs?
l; nll w --sVàcotgc ^t

d'où

û' + ntt : * li (@ç - eY=o(rg?

cotgl, * cotg'ç) : -2

a,,

Donc, e - + 1 ou - I suivant que b < 0 ou ô De cette relation on déduit t Æ . 2 :lbl V a, sin 29 a,

ou

sin2'9

-W-

(5)

Les relations (3) (a) et (5) résolvent la question.

ll. c < 0. Les deux racines
Posons
ffit

seront de signes contraires.

Soit ætt la plus grande en valeur absolue.
f
e

lrts?

(6)
!

fitv:

d'oti

n'+ n'Ït :

fgcotgç ,lgcolg? - tgf)

e

(7)

: -15

Puisque cotg ç
b
Couns on TnrcoNouÉrnlp.

66

couRs DE TRIcoNoMÉrnm.

Cette relation donne

r /lsl
d'où

,Va rg2ro a _o"r tsz?:?Wl.
lbl

.

(8)

Les relations (6) (7) et (8) résolvent le problème.
EXERCICES

I,

Rendre monômes les expressions

I+

sina * sin 3a * singa - sin 5a; ts (a + b + c)- (tg a * tsb * Isc)
cosza,

;

f cosz b + coszc * 2 cos e, cosb cosc; ts@-b) *tg (b-c)+tg(c -a); sin 32c * cos 26"; sin 70o * cos 40" ; sinza - sinzô ; sinzA - coszb ; sina cos a t sinô cosô;
sina*sin?a*sin3a.
sinæ siny

2.

De la

déduire (*r7-sinry)'-1.
3. Prouver que I'on a, quel que soit fi
:

formule sinr * siny -

,(*+ +) * ar/ \
cosæ

sin

(n
\

**) - o'
' 3) -\2

1

/ *î ù/) f cos(* + 4æ\) :Q. .r/ \ \ " 4. Sachant que A + B + C - 200", rendre monômes les expressions sinA f sinB * sinC;

/ *cos (*

o-\

tgA+tsB+tsC;

sinzA+sinzB-sinzC;
cotg

ào

*

cotgàu

*

cotglc.

-: 011234. 7. Sachant que A+B+C-100". . cosA+cosB+cos0.o) + B sin (r/ dans laquelle + p) t est la seule variable. Étant donnée : une suite d'arcs en progression arithmétique. la sotnme des carrés des cosinus. rendre monômes la somme des sinus. la sornme des cosinus. la somme des carrés des sinus. 67 5. démontrer la formtrle tgA tgB + tgB tg0 + tgC tgA: I rendre monôme . Rendre monôme I'expression g'.A cos (rf J.TRANSFORMATION DE SO]VIMES EN PRODUITS. Rendre monôme I'expression Vt+a-Vt-o VI+alIt-a dans laquelle Q. 6. 8.

Nous allons exposer la construction d'une table trigonométriQuer dans laquelle les arcs sont exprimés en grades. I{ous pouvons écrire les inégalités triangle CAO sect.OT l{9. est compris r Soit OA surf . on emploie ptutôt des tables de logat"'i.BA <:CO. Déffnitlon. sina tt -. 26. . lorsque a. coNsTRucTloN DEs TABLES. CAO Passant aux aires : Frc. a.thmes.ll . 26).[In a.gurent mesurés en degrés ou en grades. La construction des tables repose sLrr les théorèmes suivants : I. - (L (fiS . s t.OA <:CO. tangente.tga ff T ont pou?" limi.CO. zzz BA<t <or ou sina ou Les ?"epports 11l .te 0. entre son sirrus et sa.te I . IJne table de logarithmes trigonométriques se construit à I'aide d'une table trigonométrique et d'une table de logarithmes pour les noinbres. en regard des arcs.rc a cornpris entre 0 et f. Dans les calculs courants on ne se sert pas de tables trigonométriques.LIVRE II EQUATTONS TRrcOrrOtU ÉTRTQUES CflAPITRD PREMINR Tables tniEonométniques et loganithmiques. pour limi. On appelle table trùgonométrique l. . Théorème II. un tableau donnant les nombres trigonométriques des arcs. Ceux-ci y fi. Théorème ll8. les logarithmes de leurs nombres trigonométriques. qui donnent.

\./ o_. I tga wl<l \ a ./o*o -1. or.0 \cos lim/l'ff\ a \ 120. ) sina. a " a î) C'est-à-dire sina 0< a-sina aT- - zsinf. une variable qui est constamment comprise entre une constante et une autre variable qui a cette constante pour limite. a. . La .rc.l. ou donc. .TÀBLES TnrcoNouÉtnreuns DT LoGARITHMIQUES.d. Donc. ! I . 0< a. Théorème III.. puisque tg a or.n e. 1a. arc (O et son sinus est moindre q.: ztei(r9. d'où \ rsl> i sinz I Donc. a. . : I. :1. r-ld'ailleurs sina ztei('a) a. si'.l. t -tga r ou cosa>î lim f+=) : t. sina > 0.cos./o*o 0. sinz ?).q.ue le quart du cube de I'a. or. il suffit donc d'examiner ht le cas où a > 0.i) si na.fi) > zi(. 69 Remarquons d'abord que ces deux rapports sont indépendants du signe de a lorsqu e lal ai. r. /sin a\I lim( ----" De même. a la même limite.f.i i. donc.cos l: z4f. Or. Le théorème I donne sina ( a {tga.fférence entre u.i. sin - sinz et sinfi < i. d. e. On sait que donc. ! <tYo t < sln4 sma ou lim (cos a)o*o l>tilo>cosa.

ir l.: -- . dans le cours d'Analyse.o# . toujours par un procédé de fortune. On établit. I{ous allons démontrer.neci ôô '. Additionnons membre à membre : -snsinS -42 +Bsina fi+Bzsins D'où.ôsln"3' 132 3 -. .* gn-'sinl #ù + sn-'(#)'] r' ou bien : [(i)' +'(#)' + "(#)' + {.ô= SIII" '. seulement. d'obtenir deux valeurs : u 'et (f æ æ3\) upptochées de sinæ ..r en Lrne série. la seconde valeur n'appartient pas au développement de sinff. la formule n vient : .70 Corollaire. le développement de sinr .. sin &. fi ^fi sinæ .gn-' sin' #..4slnr5 ^fi Bsin!:Bzsinfi 4.iiù Sfn +. t ôo ' nC) 39Silt 'f . avec une erreur moindre que l.4Z' ( sin æ { B'sin #" a g.. sin. Nous venons.# ou æ.L_L_L_ nu +{-{ -n1-t3-rE-Tï + ..q æ * sin 3a 3 sin a }n_I sin #: sinæ gnsin S - 4... + . remplaçant les sinus par les arcs : I: (rin'f fi+.(*')"-'] r' : (i)'[' * ] + (#)' +(])' et B. a est une valeur approchée par excès de sin a.. que I'on a également les relations \ -7 +/ fiûgfr _iE I Appliquons à sin æ.Ssir)5 .fi ---..4 sin3a. couRs DE TRrçoNoiuÉrnrn.. pâr un procédé de fortune. fonction de n: t21. .

r_o \v/ )**_:.E Les premières valeurs approchées de coser sont donc rationnellement ?Jo:û.srn .et Q'*t-Æ 1.I *#. Z' précédent : -T et I .I /r\z+ . -a D'où .TABLES TRrcoNonrÉrnreuns ET LocaRrrHMreuES .1 est une valeur approchée par défaut .4\z) rc -ot\' \Z-gz) a.. \v/ (r.r?? / "* / \- gn. aYec une erreur moindre 6a que 16' de tLg. I .car la différence >t. cette limite ne saurait être sinæ.-r\ lim (B'. 7I Faisons croître n sans limite. est û -g -{ *ry! -gu ocz:l-É*?+t.-T ( û.coso. Théorème . sinr IV.. æ\ : lim (r **rin $) tr "n *) \* "t'"/n*a w tLu ntim sir fi lim l-r + + ô L v r. égale à la différence des limites 'de ses 2 termes. + rl\ n.fr i -o T I'_n Ë.-tl [r. y-f r E\ Les cas'inus d'u.T '€. Le dêveloppement de cos cos rr en série. L Corollair - z.TT i6-@ 4z ou enfin r . or. ' 2rr:l=-[g-1.4(i)' $ .c\:l-E'gz . fonc[ion de fr.deux termes ayant chacun une limite : M-. ce I"" mernbre a une limite. J. a.n a'rc cornpris entre A et I est tui..-même cornvris entî e r Nous saYons et en vertu du théorème que cosa-_l-Zsint*. Le ler membre est une différence de . on a ennn : æ ou I22. t. . s" Donc.> croît avec rL. I (a\t \v^s z \ n2 4 &2 .

: ( **-# ou # qt - dr L'erueur définitive. rl.l'erreur comrûise par" q - excèssera €<*. en employant les. supposons que la raison' choisie soit I'arc 0o.-sinal . Caleul des nornbres trigonométriques de 26 en 26 secondes eentéslmales. IrTous avons établi précédemment les formules de Simpson.72 t 4 couns DE TRIGoNoUÉtnln..4 oua(m/ 16 Donc o< q-sinaa#r. nous substituons' la valeur approchée :0. en se hasant sur ces théorèmes on peut établir les tables trigonométriques. 124.22 qui précède.00003 92699 0816 w *r nous commettons une nouvelle erreur..00003 92699 08169 8724L 548.-sina sinz à membr. Yoici comment. :#.li#.{r. par défaut cette fois. connaissant le sinus et le cosinus de I'arc raison. qui permettent de calculer les sinus et cosinus d'arcs en progression arithmétique.. en soustrayant membre' d. Si nous adoptons cette valeur pour sinus Zl". les corollaires.(o'oooo4)B lr 4\3 oumc' '4 ...0025 ou 25tt. des théorèmes III et IV nous donnent des valeurs approchées du sinus et du cosinus de cette raison . par excès par défaut.:.#*# rc cos par le procédé utilisé au no .0025. S 4) pour mesure en radians de cet arc 0. au lieu de celles" trouvées au no 1. Nous avons trouvé (Introduction. On démontrera les inégalités n -{V (\'v'\rvvv <r. longueur exacie de I'arc 0o.21. valeurs approchées de sin r trouvées au no 1.20.i Jg I0l5Des conditions lOrb (l) et (2) nous déduisons. est donc I €r:lo. er (l) Si à la valeur a. Si nous prenons cette raison suffisamment petite.

# P. - cosa ( #*. 2'.99999 9999228937 L57 0< ZJgm lq -P l0* t _\ a a\ 456. 2 Pt-P z cos z 7. cos A cos (ttt.l)4. la valeur approchée L est par défaut -* l'emeur nombre décimal limité 9. : avec les conditions 0001 5 42L25 686 0.\ 16 .00004)1 rg*.TaBLES TnlcoNouÉrnreuns ET rocaRrruMreuns. : L'eI.l)25" .00000 00015 42125 686. les formules de Simpson sont mises sous uno forme plus pratique : sin (m + l)A .-cosel( UjO. Nous avons vu que la valeur approchée adoptée pour cos2Stt est - - - d'où Les formules deviennent sin (m * t)25" .2 sinm2511.(0. < #. 7g Si nous prenons pour cos a.00000 9.estdonc €z: lp.2 sinraA cosA . d'où et cos F. cos (m + t)A ?cos mA. !'aisons A . tous calculs faits d12 :0. a.0. : En prenant les 2I premières décimales de a nous pourrons calculer On obtient. 2cosA-2*d.-Q \ 1gn.K sinrn2blt cos (m * l)25lt . I)A. ou z) -1uSeulement.sin (m .72:2-K.2511. - .sin (ra . au nombre p : L -l nous devons substituer un # d'ou 9r par excès à moins de U#.reurdéfinitive.2 par défaut à moins dc f oo f6 cos"-(t _ C_) . l)25tt. K . Pour le calcul des sinus et cosinus de 251t en 25".K cos rn?É\r l-{..pardéfautouparexcès.?cos m26'\ cos (ttt..

43429 448L9 0325L 82765. Remarque. sin (50c + A) : cos (50" -. pas au delù de 50 grades. ou et : sin (rz sin m251\ + 1)25\1'. on peut calculer ces logarithmes par la lormule de Koralek : log (a * n):log a*m. . aussi calcule-t-on directen-rent les sinus et cosinus des arcs de cos (50" En effet... . cosA t25. log cotgA Pour les arcs supérieurs à I00".0. le . d'où sin I0" et cos l0'.sinm25\1 Les formules (3) et (4) donnent les difiérences successives des sinus et cosinus de 25 en 25 secondes centésimales. L'emploi répété des formules de Simpson accumule les erreurs . il existe à la bibliothèque de I'Observatoire de Paris des tables inédites et manuscrites dues à Prony. On ??e calcule + 1) 25\' .74 COURS DE TRIGONOMETRIE. sin 40" - x 20'). donnant les logarithmes des nombres trigonométriques avec 14 décimales..A) + 5c en 5": tti coszo"-Vto+zVb et sin2o":V5. puis sin 5" et cos 5". Caleul des logarithrnes des nornbres trigotlor métrlques..sin (50" -et20"). log cosA. on fait la réduction au log e module M - 1"" quadrant. I. En pratique. log tgA : log sinA : log cosA. I'Analyse infinitésimale met d'autres moyens à la disposition du calculateur pour l'établissement d'une table logarithmique. vv v'r'-v ) 4 4 --- sin 30" d'où sin 15" et cos 15". a > 103 et n { l. puis sin 35o sin (2 cos 35".cos m25\l : cos m25" cos (m 1)251\ K cos m25'\ cos (m - sin (m - l) 25\1 - K sinm25\1 (3) (4) A) : sin (50" A).*"+. Pour établir la table des logarithmes des nombres trigonométriques. dans laquelle a est le nombre formé par les quatre premiers chiffres à gauche du nombre (& + n) . Pour les tangentes on se sert de la formule tgA -o -- .log sinA.

si A augmente de I centigrade. Pour trouver les logarithmes des nombres trigonométriques d'arcs compris entre 0 et 50 grades.. Ainsi I'on a: log sin 72". des Tables du Service géographiqr-re cle I'armée f rançaise. respectivement dans les colonnes marqltées en haut.24 : t. Elles donnent avec cinq décimales les logarithmes des nombres trigonométriques des arcs du I"" quadrant de minute en minute centésirnale (centigrade).24 : t.8g164 log cotg 72".2L775 1.67 log cos 34c. Tang. les minutes dans la première colonne de gauche. En efiet. et les logarithmes des sinus. De même log sin A * log coséc A : 0 log cos A + log sécA : 0. Donc. etle ID s 2. log tg A augmente de D et log cotg A diminue de D. dans les colonnes marquées en bas. de la formule tgA cotgA : I on déduit log tgA * log cotgA : 0.6}b6g. les minutes dans la colonne de droite et les logarithmes des sinus.26.57 tog tg 34. la mantisse ne sont Pour trouver les logarithmes des nombres trigonométriques d'arcs compris entre 50" et 100o. tangentes. cotangentes et cosinus.. on prend les grades au bas des pages.24 0.67 l.' Sin.TÀBLES TRIGONOMETRIQUES ET LOGARITHMIQUES.78225 0. cotangentes et cosinus.'Sin. sous un format plus pratique. Les tables ne contiennent pas les log séc ni les log coséc.24 : T . et Cos. Tables cle Bouvart et Ratinet. 1.932L4..95ZBg log tg 72".67 1. . Cotg.. tangentes.OOggO log cos 72". DISPOStTtON DES TABLES. lesquelles sont une réduction des Tables de Prony. Ainsi I'on a: Iog sin 34c. log cotg 34. et Cos..C. Ces tables sont celles adoptées pour I'examen d'entrée à l'École militaire. Tang. or prend les grades au haut des pages. C'est une reproductioq.7l4gg La caractéristique et le premier chiflre de reproduits que de lOt en l0'. pour les logtg et les logcotg la colonne D est commune et marquée D. it y a une colonne D pour les logsin et une pour les logcos . Cotg. Les colonnes marquées D donnent les différences qui existent entre deux logat'ithmes consécutifs.

Pour trouver les logarithmes des nombres trigonométriques des arcs qui comportent une fraction de minute. .Il convient de faire observer que les logarithmes du sinus et de la tangente augmentent avec I'arc. 127.' Ce principe est inexact. oD admet le principe suivant f : Les di. A étant un nombre entier de minutes.log sin A log sin (A + h) log sin (A h) . Remarque.fférences entre les logarithmes sont proportionnelles a. sin(a +h) re:Z rosffi Lffi:@ . A et lL + h..ut différences entre les &?'cs.76 couRs DE rRrcoNoMÉTRrE. soient L. *lz)-E+#' i:?t n étant calculé par Ia proportion d'où arcs.FMPLOI DES TABLES.D lossin(a+h)-E+fr. S 3.h.E et - llog sin(A + l) - log sinA] 105. D la table log sinA En vertu du principe énoncé ci-dessus. et nombre quelconque compris entre 0 et l.sin (A + h) rosË I ouencore [sin(A : A+h-L :zr + h)1. Soit à calculer log sin (A On trouve dans la un + h). trois En vertu du principe de la proportionnalité on a: log sin (A + h) . I'inverse a lieu pour les logarithmes du cosinus et de la cotangente En marge se trouvent des tableaux donnant les neuf premiers multiples de chaque différence D. En effet. on aura: lossin(a . fnterpolation linéalre. Soit un arc lL + h. . ^. f. h.

La corde MrM. constitue ce qu'on appelle une àntet"polation. - On commet donc de ce fait une erreur sur roà. ce qui est faux. à moins que la soit nul. démontre (r'oir Note I. suffirA samment rapprochées et pour lesquelles ___) on connaît les valeurs numériques F(Xt) N I et ts(Xr). Sans raison plausible on abandonne cependant ce procédé à partir de 3c. en remplaçant les cosinus en fonction des sinus - sinzâ coszA - h) : sinzA : sinzA : * gi12h: sinzA. I'application du principe de la proportionnalité revient à remplacer. par suite. pour les arcs voisins de 0.07 pour les logarithmes des tangentes. la courbe par une droite.0O. 77 sin (A + h) sin (A sinzA coszh sinzA et flnalement. points Mr et précisérnent parce que ce procédé revient à remplacer la courbc A : log 9T(X) par une droite entre les M2. et X. jusque Ic. entre les valeurs Xl A et Xz: À + l'. I'erreur commise en prenant le point D au lieu du point C affecte les logarithmes jusque dans la troisième décimale. L'opération de calcul qtri consiste à déterminer la valeur numérique d'une fonction F(X) pour une valeur X 2 ' comprise entre deux valeurs X. En deçà de 3c. Si I'on représente (fig. 27) la courbe y : log sinX. abandonner le procédé d'interpolation linéaire. Procédô des petits ûr€so t28.00 on interpole de la manière suivante. les différences tabulaires pour les logarithmes des sinus et des tangentes sont très grandes et très variables d'un intervalle au suivant. I[. est presque parallèle à I'axe A . annexe) que ce dernier procédé peut êire On conservé jusque I".05 pour les logarithmes des sinus. I X log sin (A + h). Le procédé d'interpolation adopté pour les calculs de logarithmes est appelé interpolatian linéa'ire. il faut donc .TABLES TRIGONOMETRIQUES ET LOGARITHMIQUES.

ËleIIappelantDlladifférencetabulaire. tgA:ïA-To.celle-cir'aut O ou 0. 130.lim --*\f€ê) 20000 & lim log T o æ.* o : 4 .l gbg6. logS^r+h : logsa : lOgSe+r i I si Dr : 0. pour calculer log Se+h. si Dr : 0..-. Log S et log T sont donnés avec 6 décimales .:194. o: 20frô d'ot\ ou rimTo. o et : #' rim (Y) a_+ g. d'où De mêrne. donc.+. ils ont les trois premiers chiffres communs : 4.sinA _ n .0 *o : lim log Sr..tg6tZ. de 0 à 8".3.20000 /n_.tga. . log S diminue et log T augmente.sinA.lgê Demême 1. En effet.19644.a AA--log sin A d'où l2g. il en résulte Quê.À log tg A : log To * log A.4 . Soit A la mesure de I'arc en centigrades. 20000 a.1 log Sa* h -log Sr*. Les logA se calculent à I'aide de la table des logarithmes des nombres de 103 à 101. sina-sinaa-s^.78 couRs DE TRrcoNonfÉrnln. 106 figurent en regard des centigrades.I{ous avons dit que log S diminue lorsque A augmente . A a a' 2oooo a lim s.19. Ies quatre chiffres variables seuls logll - log S logag 3c - log sin 3" 800 log300 : 4. Remarque IL . est la mesure de A en radians.A A a.1 . auquel on ajoutera le terme correctif (1 h)D. Pour oc : -t'o log So -F log A. * .*o: *. s Pour s grades : - m-' lcrg sin3c Ces chiffres oommuns 4. 4. lim logSo--0.log limso*0: logri IogZ.lg6LZ. si a. Remarque f.Lorsque A augmente. on prendra dans la table log S^ *.19 ont êté placés dans la table. À S:siilA:a. . en haut des colonnes des log S et log T .r .

Si la partie décirnale qui suit le 5e chiffre est : a) inférieure ou égale à r (t).D au moyen des tables de parties proportionnelles 30 On 40 fait la somme Er*H. diff. 3".5 . pollr le sinus.00<À et A+trt<50'. et A+lf<100". tab. 0 < h D'une étude trop étendue pour trouver sa place ici. (t) Voir les valeurs de o et de s au tableau de la page 81.net" l'appronimation que I'on peut attei.*z on prendra dans la table logTo auquel on ajoutera hD' I on constate que D. augmente avec A . Interpolation linéalre.nd.. mais que I'on trouvera annexée à Ia fin de cet ouvrage. A. otr la supprime .00<A . or Ia supprime et on ajoute la Ià 5e décimale.ègIe pour calculer log tg (A + h). (A : nombt"e entier de centigrades. pour calculer logT. S | . on la rernplace par 0. p) comprise en 6 et 0.2. par conséquent. Caleul des logarithrn€so l3f .ans le calcul de log %(L + h) en apptiquant Ie principe de la proporti.onnalité. . I.Déternt'i. 0. Problème f.CALCULS LOGARITHMIQUES.00. I'rcas: 3". il résulte qu'en se servant des tables à cinq décimales. R.5. on peut toujo't/. y) égale ou supérieure à 0. 79 Log T.t"e d. 20 On forme le produit lt. rrectif le terme co " ^ ït CHAPITBE II AppRoxt MATtoNs. vaut 0..: p. €D remplaçant Même règle que 6 par I (t).5. nÈe LEs DE cALcu L. |BègIe pour calculer log sin (A + h). . au contraire.1 ou 0.00. Galculs loganithmiques. énoncées ci-dessous.?"s obtenir log fL6 + h) r -lre avec une erreur moinr' que si I'on a soin de suivre les règles fr. lo On prend dans la table log sinA Er.

2o. .49976 \ r et de À au tableau de la page 81.5 et (t). règle telle. 3o. comme pour log sin (A + fL). On calcule le cologarithme de la tangente du complément. règles précédentes.0. . . Mais si I'on jugerque son emploi. diff. p) comprise entre 0. comme pour le sinus . . 1. on la remplace par 0. Remarque f..0 0. est fastidieLtx. 0(h<1. î == 0. r et I données dans le tableau ci-contne..*/ l* . Calculer log sin 54" . 0.009 .73469 ---' 1. Ou bien : lo. pourÙ.0.00<A et A+lf <97t. 4o. .00.73 : 1. .4.045 I. eD tèLe et au bas de chaque pâge. simplifié considérablement pourtant par la Remarque f. et I: 0. otr la supprime . le lecteur aura soin d'inscrire dans sa table de logarithmes. I{ous croyons utile de formuler ici la règle pour le calcul du logarithme d'un nombre compris entre 103 et l0o. a:0. ca. : On peut écrire log tg X colog tg (100" X) .5.879+Z D: 5 103<I{ et }i+l<104. la table logl{: Er. que I'erreur soit également moindre que #.32.87949 (t) Voir les valeurs de I \ 105 0. tr remplaçant r par tr (t). Le but du tableau cn question est de restreindre Remarque IL le plus possible le nombre des cas où I'on doit conserver une 6e décimale. on la supprime et on ajoute I au 5e chiffre décimal. Afin de pouvoir appliquer facilement les 10 On prend dans e RègIe pour calculet" log (l{ + â).30 .06 0. tab..73469.80 qn?'d couns DE TRTGoNoMÉTRrE.4.b.s: 50c. les valeurs de 6. Exemple I. {33. oû prendra o . 2'.2.6 au delà de 50". 3o. : D. 134. tog sin 54".4 en deça de 50". 40 Si la partie décimale qui suit le 5e chiffre est : a) inférieure ou égale à 0.345 (r: e tog sin 54c.87949. " ï) égale ou supérieure à i.

50019 0.49977 62 0.49945 34 0.50063 r8 0.50007 ta 1 I 1 0.49962 42 0.48901 32 0.49892 2+ 0.503t2 0.499i0 0.496r8 0.4967 4 0.49978 0.49L47 0.50232 0.48887 8 0.49822 0.50058 0.50440 0.50r78 0.5000e 78 0.51099 0.49972 0.466r6 0.49984 0.49986 0.49452 0.50I26 0.49980 63 0.50013 80 0.49985 0.49966 58 0.50092 0.49985 83 0. .50113 I r0 0.49986 0.50662 0.49984 79 0.49859 2l 0.49993 4000 0.48487 1 3l 0.46602 c 5l 0.50004 75 0.49859 44 0.49783 0.49966 5000 9.49560 36 c/ 0.4998e 68 0.49898 0.49935 0.49754 0.49955 DD 0.50r02 0.49937 4 0.49688 38 0.49842 43 0.49920 0.49947 53 0.49985 0.4993I lgo I lsz l.49950 0.50017 0.49972 0:49963 ie5 I 0.49986 0.50031 0.49986 0.49883 23 0.49984 0."r9984 7000 0.43977 28 0.43963 0.49963 0.49980 64 0.501à8 II Lol 0.49916 0.49982 69 0.4i824 6 0.49993 0.49977 0.49964 0. *'l 50 *'l 73 0.49951 54 0.499I5 27 0.49978 0.50203 I3 60 0.49986 0.4996I 0.49718 0.49976 0. 0.49973 52 741 I I 0.49985 0.49979 0.50041 0.49983 72 0.49971 49 0.4999I 0.48501 0.49986 0.49160 33 0.49986 t9 0.49979 0.50006 76 0.49768 40 0. 8l Tagr-.49998 73 0.49325 0.50015 81.49942 0.49955 0.ô0840 0.49991 Couns nr TnraoxouÉtnrr.49466 0.49987 0..49979 0.52163 0.50023 85 ôt 0.49981 ô6 0.49976 56 0.49546 0.50011 0.49985 82 0.49338 0.49i32 39 0.49953 37 0.49872 22 0.49959 0.50037 90 0.499119 NI 5000 0.49994 7L 0.49978 6000 0.49965 0.51499 0.4997 4 l4 l5 l6 17 0.49901 25 0.49926 29 0.49981 0.50084 0.49908 4i 48 0.49985 0.50028 87 0.4997 4 1 6 27 0.49982 0.49985 0.49845 20 0.49930 30 0.49981 67 0.50368 0.5602q 0.49967 45 0.49827 0.49938 0. 3000 0.50534 0.19969 59 CI.49979 0.EAu DES vaLBURs DE *.49983 OD 0.49887 +6 0.49986 0.49807 0.49983 0.49984 0.+98i 4 0.50049 9:l 0.49942 0..49969 0.50268 0.49957 0.5002I 0.4992+ 50 0.49986 88 0.CALCULS LOGARITHMIQUES.50045 92 0.49988 10000 9000 0.53384 0. T ET ).49797 4L 0.50076 0.50069 0.49948 35 0.49982 ?0 9t 0.49984 0.49968 0.49996 0.49975 0.50034 89 0.47837 0.49981 0.49985 0.49959 0.49986 0.50053 94 0.49973 0.49983 0.49935 8+ 0.50002 0.49632 0.50026 86 0.49908 26 0.50141 0.1 3 6.

007 I E(IF' D :29 .5.7101718.02590 poul" 0.02007.5 ( I l0t 1. P) égale ou supérieure à 0.5 10Ë i T'.19716 Calculer log tg 15".00008.40L24. - Calculer log tg 63". RègIe pr. ôgfas pour log cos)( : log sin calculer log cosX et Iog cotgX. log tg 63".02007 - 1.qatz4.0I . on la supprime et on ajoute On appliquera aisément cet[e règle aux exemples qui précèdent et qui suivent.0. Exemple IIL log tg l5c. 0.52163 I e(rot 1.0. .0001 .00232 T.0. - 0. 0.I . . log tg 94.203 0. (100c X) .5 e(io. 40L24 pour 0.02590. 0.02590 I r.511 1.7101718 .5.02590.8 . On ne se préoocupe habituellement pas de I'approximation. dans ce cas.82 couRs DE TRlcoNoiuÉtntE.ozbgr I à la 5e décimale.19703 D: i- 16 pTur 0.978| . Exemple II. on la suPPrime . oo 135.9781.7l : l. .5 | :0. .96 0. .4gïz?.50027 lcg tg 63". . 4o2z4 e ( - D 73 log tg 94.16 0. oLz' Calculer log tg 94'. . a) inférieurc à 0. . .4976& log tg 15". - .01. L2.atique. L9715.29 0. le 40 des règles précédentes devient : 40 Si la partie décimale qui suit le 5e chiffre est : I I.1. . . 136.02 . .0029 r e 0.007.^\rr oo I 1.97:0.51 I . 0.8 0. Exemple IV.

l-F*t.Er < E { Er: log 97. log%(Xt) .6 . rn étant déterminé par la condition l0rr.83651 .98 643 I05 0.0210 log cos93".819937.r pour 0006. Oalculer log cos 93".83 2.0. ou bien le logarithme de la tangente de I'arc complémentaire.001 .973 log cotg79".023 0.ssant une ualeu.819937 Exemple 60' I 80063 D:70 1r[. Caleul des Etresr :0.48443. log cotgX . Exemple V. il résulte que si l'on à : E'+:L <Ê-L -ZI0r\4/-2. de De la solution de ce problèoo. 0. . 137. . .e l. 0.I kT 2J0É\l'.l0Ë Pt P .Ptt -. 0.e tog gT(X) ù rnoins d.t +r (l) dans laquelle D est la plus petite diftérence tabulaire de Ct à Ett .44Lo r : 0.rc X conna'i.1. Calculer log cotg79". Cas du sinus et de la #* tangente.83651. log tg79'. 0.*"ï ::::'î31.15 D pour 0. On calcule Ie logarithme du sinus de I'arc complémentaire. .colog tg)( '..log tg(100c . .420 0.50125 e 138.-t1gr' Êt et Et' étant des logarithmes pris dans la table.986+g.48 : 4Zg 13.05 - 23 .0003 .â.48482 e( f .X). <. Détet"miner l'uppr"onimation.ue l'on peut atteindre dans le calcul d'un a.r E approchée d.(Xt + l') et on peut trouver une valeur de X approchée à moins de ffi. présentée en annexe à Ia fln cet ouvrage (note I).. .CaLCULS LOGARTTHMTQUES.8 I ..5t556 B. 83 . On calcule le cologarithme de la tangente. Problème. g.

La formule (l) n'est pas applicablc lorsqu'elle donne pour %ù une valeur négative. ou x.. La même règle est applicable.7 70 r02 = e ù moi.001. Remarque III.d n: Par conséquent Eremple II. Dans ce cas on peut déterminer pour X deux limites Xf et Xft telles. Fzo 0t. suivante : A cet effet. au d:(E_8.25 <X D_LOz ù moins On a d. et de la cotangente. en remarquant que d-(Er-f. Exemple f.*. r .8248.82419 .25 2.ue log sinX -ÏI. Pr"es. que log Remarque IL fqx) - 13 ces logarithmes étant supposés exacts. -. 20 On calcule la différence 30 On calcule sur laquelle on peut compter. Remarque à I'arc par défaut Xr (exprimé en f. r - 2. suivant que { a} oo . 139.267 ( 0". Mais il est plus simple de transformer les cosinus en sinus et les cotangentes en tangentes.)lou.x. Ona I Calculer X sachant gtrès. on suivra la rôgle 10 On calculei I'approximation moyen de la formule (l) .g d'où F:2 et rtu:L : 489 to* < H D Iog sin 4c. }alculer X sachant que log sin X 4. r 40 On ajoute cette valeur centigrades). q.bI0gO D:20 x < 21c.tgt et que I'arc par défaut est Xr.ns d 'e zm. . z.84 couns DE TnrçoNouÉrnrn.J et rostLçxt1 -E+# nombre dont on connaît une valeur approchée d.si m.e la valeur du D ffi I près . La même méthode s'applique au calcul d'un Cas du cosinus 2.Iû . zLo.0. x . -^^-^r " rapport d a moms d.03 P:9 . tO.02 x- 4".u loganithme.

55 D:15 65"..rc X en grades et déci. On énonce la question D minimurn de la façon suivante : a Calculer un a. on note la diftrence tabulaire D.uo: moins ' ioô dr.Habituellement on ne se préoccupe pas de I'approximation que l'on peut atteindre.08 < X < 65".e On à a itr P?"es' \ d'où On a Llm=ffi . nombre 40 des partics proportionnelles).males..l d'où nù .cuts LoGaRTTHMIQUES.51083 d.01 par défaut. e ( 0". RôgIe pratique. on calcule la valeur la plus approchée à moir de I du ti n:.Zl4n 9 moins d. lg p :15 jg Lom < . entre ce logarithme et le logarithme .gs 26. E Calculer x sachant que log tgx :0. tangente.64664 ù <X . 2" On prend le plus petit des deux arcs.10 p:LB prendra X.nus ou de sa.09 Exemple Iv. que log tgX : I . t'40.oz e < 0".01 .< ffi et tîù :0 90 log sin 2t ". g5 d'où ' l0. la diftérence d. Calculer x sachant 7 '5 moins d. :7 h:^t*' Par conséquent X : 2r".02: 1.01. connaissant te logat"itltme de son si.cal.16. ainsi que le logarithme correspondant. Exemple III.rcule l" c'hiffre par chiffre à I'aide de la table ll1 f.e PTes' On m<A. (ee calcul se fait .. On considère le logarithme donné comme un logarithme exact. . 30 On calcule donné. et I'on procède invariablement comme suit : lo On détermine dans la table les logarithmes consécutifs entre lesquels est compris le logarithme donné.: 65".o. Donc X:26156 e(0".

Exemple [. Le vite fait est tout aussiles deux résultat derniers chiffres de au bon (r).6 6I. - 489 log sin 4.3 pour X: 65". ce qui permet de leur reconnaître plus d'exactitude qu'aux résultats di.03 Si cette affirmation n'était pas justifiée par ma théorie de signaler les résulats suivants : d"es approximations. x:81c.:d' := 7O L02 pour 0.8Ic.0001. et lcs résultats obtenus dans les dettx subdivisions sont concord.45 411 15 pour 0. D'ailleurs..2.l. pour la subdivision sexagésimale.g8tgl : Les Tables de BouvaRr et RerrNnr donnent. log tg 65".. I'intervalle d'interpolation est de l0ff. à 7 décimales.5 0... Remarque.nr.an1.86 couRs DE TRIcoNoMÉTRIE.Yv-l indique que les tables à 5 décigrales ne donneront pour X que l'approximation de d".?533 et X .25 2. la formule - 730 34 38fr.. .. Calcu.824L9 D: .5 0. en appliquant Ia règle pratique x .'où.2569.ler X sachant que log sinX .. ce qui n'arrioe a a' . 7 . Les Tables de Cer.'autre part : .J$o ${t {Qr. 142.09 x -Exemple II. iI me suffirait peut-être 1t1 0.aut.21406 D : = 4.09 : 0. D-201 .2 8. aura plus de prendre -X Onhasard.0933.r.ants obtenus par les tables à 5 décimales.culer X sachant que log sinX .2L411.82489.. L0*< 'dans 3 rrr laquelle 3 pour les tables à 5 décimales D .18 pour 0. - Calculer X sachant'qzce log tgX :0.scord.. Cal. donnent d.80 9..ants. 14r. 4. 50 On écrit le nombre de deux chiffres ainsi trouvé à la suite des centigrades de I'arc obtenu au 2o. d'où vv1- Q d.?525 et X Dans ces dernières tables.01 tandis que les tables à ? décimales donneront l'àpproximation de 0c. '' Encore ai-je supposé que le log sinX donné était exact.t..

I lorsque I'on lre que n6us pouvons dire que l'erreur est mOind t. . . Proeédé des petits or€sr A.7 Dt: 0 D:35 log sin Ic. o L. log S (I".22) log L22. On est donc ramené au ler cas. (A .28375 e (+ 05 . log S ou log T correspondant à L 20 On prend dans * h.procède comme suit : ft.00<A et A+lt<3c.3 : 2. tgo09.X).5.44 et 0.00 tgx:ffi < A et A + l1 < 100". 2l 0. oû la remplace par 0.re d.44.' 0".) Nous rapportant toujours à l'étude annexée à la fin de I'ouYrage. 87 II. la table log Bo On forme le produit h.D.6 . on la supprime et I'on ajoute I on a. Problème III.' 97". 40 on fait ra somme log s + log a + H' ou 50 Si i r ^ .s LOGaRITHMIQUES.08743 pouf 0. . o .colog tg(f 00c.carcul-.29314. h.4g.44.56.. à la 5e décimale.D au moyen des tables de parties A (diff.xemple f.d'où log tgX =.nombre entier de centigrades. . F. 0 ( h < l.ner I'appronàmati.s la partie décimale qui suit le 5e chiffre est : a) inférieure ou égale à 0.56. ftt . T) égale ou supérieure à 0. IogT+logA+F. P) comprise entre 0.on que I'on te calcul de log fL(L + h) par Ie procédé peut atteind.22364 : 2. log tg (A + h) 7t'ca.04..s..et petàts arcs. Zrne ca.3 : Z. Calculet" log sin 1"122364.4 2.ôgle pour calculer log sin (A * 10 On calcule lt) ou D) . - proportionnelles . on la supprime..00.ans "d. Caloul des logarithmeso Déterm'i. .

3 :2.387 .5249 7 .0 0.752.0774 logZgl.5. que I'on ne doit faire aucun calcul pour écrire immédiatement log S ou log T en tenant compte de h. Quant au 40 4o.Habituellement on ne se préoccupe pas de I'approximation.5.8 o .3 Dr : 0.. il devient : la Si la partie décimale qui suit le 5e chiffre est : a) inférieure à 0. on Ia supprime . Calculer log tg 2c. .L96+2.05 2. 1. et I'on ajoute I à. 12. . .0g339. .9l387 Exempte II[.69) : +.2. I3ôgfe preticlrtre.6609 9. . log s (0".S:2. .4274 log tg}c.1 . .près la règle du no t43.5 e t s { 2"ogg4o oulz.66089 I e<IoÉ h: Q.0248 1og 69.1 Dt 0.66089. .248. . . 0.4 Dr 0.ogaag e<zJo' 145. P) égale ou supérieure à 0. .91387 log T (2'915) : 4.75: ].88 Fxemple couRs DE TRIGoNomÉrnrs. on la suppriffic.07. J.46434 D : Jb pour 0. Calculer log sin 0"68752. On procède alors d'a. en observant au sujet du 1o. Z4g log sin 0'6 8752:2. .45 log tg 2o. IL Calculer log t92c. . 1. . log T (2c.03339.Z. Yoir no 1.0. 1.0 0. .19il 1.05 2. h -. 5u décimale.91) : +. I p0ur0.07.91387 :2. Exemple II.2 = log 29L.2 t pour 0. .46. Exemple I.t9612. . .12.46434 D:15 pour 0.66099.83727 D g)ouro.4 2.8 .0. .44.9l387. .

ter log sin log logS(0". gt:1 d'où rm:o X: Ic.20 :2. 1o On cherche dans centigrade près . puisque X > 1c. moins d.19609 É log X:2. <X<1201.. 147. le 3" On calcule le nombrc X connaissant son logarithme à moins ae t48.r. S(I". log sinX :2._:_J:! log sin0c. Remarque.e 3 reste est le log X. (Voir Amexe.07960 r < rr0--1-t.CALCULS LOGÀRITEMIQUES.75 frou! Je:_:-.5 2.Calculer un arcX compris entre Ac et 3ç connaissant une oaleur approchée d.ZZSOS à.001. Exemple. : Z..2I.r = â?.03ea0.20 et 1c.03339.d4r h:.e log sinX ou de log tgX .# suite 149.2 120\. Dr :0. Colcul des anes.1 2. X ftOrès.20l a 0c. .20l.1 D:3ô t*.05.-.68752 : B.83727 D: 7 69.69):4'19611.: .27569 log sinlc.T: e -- 4r D: 96o L d'où X: lo.-...: o'. - Caleu. On soustrait du logarithme donné le log S ou le log 2o I la table la valeur par défaut de T corres- pondant à I'arc trouvé au lo. 0o.La méthode ordinaire est aussi applicable. (mesure de I'arc en centigrades) - Calculer X sachant que log sinX ffi nrès. Problème 11.001. .) p:6 log sinX :2. .07523 --A to- # d'où l'It.20): Ona par a.p & mo?ns ae - I'arc à moins tle RègIe.1 : I. ffii.zl5Ag IoB est compris entre 1c. . e < 0'.687:62 89 Eremple III.

20) :2.1.80386. pour 0. Y-100c-X:0o.116 X: 0.Calculeî X sachant que log sinX X est compris entre I'. .6 log X D :36. 1201.6 D-7.65 .49. .73) =2. On opère d'après la règle du no . Connaissant une valeur approchée de log tgX.16 ou I".0ô. D'où log tg(100e X) : colog tgX : .28 0.36 < X < 99c. .90 150. Remarque.Calculer X sachant On constate que 99".6 : 2.363406 . Exemple f.2?569 log S (1".20 et L.52.4 : .07954 log 120.L9613.03.. :237569.3 0.6 2.1 .9 I)our . 3. q.4 log J .63 - < 100"-I-Y < 0c..636594 [ : 99". couns DE TRIGoNoMÉrnln.0 pou?" 0. 6.]. .07959.37. RègIe pratique. on rentre à : si I'on constate dans le cas précédent en posant log tg (100c que dans le calcul du nombre X on ne tient aucun compte de I'approximation.64.log tgY.30 0. 2. 2 -Z log T (0". comme it a étê vu au no t40. pour 0. -I'aide de la table que 97'< X < 100o.Habituellement on ne se préoccupe pas de I'approximatiorr.X) colog tgX. log sinX :2.6 log 631.2. Exemple II..1 05.ue log tgX -=.!. {5{.80380 6. et que I'on calcule deux chiffres supplémentaires par la table des parties proportionnelles.?L.19609_. sauf .20I16.

6366 e(0".45. et On posera sinX D'où I'on déduit :' . tg'Y on posera (I) *a et X-100"_Zy. :!.'54.llg'Y I + tg. (Z) Si. :0 et L}ri.0001.00257 257 -iF0iZg:tggz4g . Exemple :LiHr --|. 7'2 X-9g". Calculer X sachant que sinX g5c. oD aura < X < 95".66:0". II. car on ne trouverait qu'une valeur très grossièrement approchée de X. Tandis qu'en appliquant le procédé signalé dans la *nz\z ué r remarque _ 0. lorsque le nombre sin X est voisin de l. Remarque que I'on ait à calculer un arc X connaissant son sinus .û8I' = log sin X : !3 tg(bo" _z) : (z) (g) f. gl le calcul des deux derniers chiffres est une fumisterie.y :tgz (l) ts. _ e. Le calcul direct donnerait - X : l00o 2Y. précédente.y 155.9694. < fr a l0*+ r h:q6tl. On a en efiet : F 153.gg74g. n peut arriver d.4\ 0. Remarque f.où yy.t o sinX: d'où I'on déduit log tgZ cos Zy .a: H#-coszy. Par suite Y-63t. on connaît log sinX : f . . Comme nous I'avons déjà dit précédemment. au lieu dc connaître sinX : a. il ne faut pas calculer X par l'intermédiaire du logarithme de son sinus.CALCULS LOGARTTHMTQUES.

92. 49c.05 Y .4 . . tgY: log 257 * log 257 . Calcuter" X sachant que log sinX : 190982.6. En appliquant le procédé de Ia remarque précédente. 2. colog 199743 . . 9.28<y<2129 r IogY log 2281. 9.3 : 0.0.4 .tggtZ log 1.ti6 2. on obtient : sinX:cos?Y:tgZ.8 D:22 pour0.01).9 . COURS DE TRIGONOMETRIE. D: 19 pour 0. 8../.35842.4 -. . .31006 - log tg(50" -Z) - log tg0"'013 . - 4c.6 .10946 :7. .987 log tg'Y log tgZ D- 13 .5.40993 2 log colog 199743 log 1997.98.00 =.55473 === 4.I.2 - 2.3512 I0. 2log tgY logT(0'..28) .5. log tgY Iog T (2. M 0.2.14<X<98c..95 Par - suite )f : f00" Eremple II.99982 tog tg49". .t.gggZ3 I pour 0.30038 pour 0. Le calcul direct donnerait 98".+.4349.03.11394 2 log tgY :4.19630.28255 'pour 0.$.I z .69953 2 log tgY . .56540 : 95o.5 0.7 .20. ..

à des sinus et des tangentes trigonométriques d'arcs' du I*" quadrant. RôgIc génératre. les cotangentes du dénominateur deviennent des tangentes au numérateur.cÀLcuLS LOGÀRITHMIQUES.02..leusentent la règle suiuante : .909662 X-100'-ZY:I00cs 2. C.95888.ut"a so'i.males (ou en degrés. ...57. I'un en utilisant la subdivision centésimale. des nombres Au lieu de cornrnencer par uouloir prendre étourdàment les logarithmes des deun nzembî es. et A. formule sui.uante : fL@): F(4.90) : log Y log 901. sont des N.. B. .cf)u.. Le problème pcut toujours être ramené à la forme finale suivante : Calculer l'ar"c x en grades et d. mi. .1 pour 0. on le transforme en un sinus ou une tangente du Iu" quadrant en observant Ie mécani. les caudidats ont à effectuer deux calculs logarithmiques..) F esL Lrn monôme.. considérant un fL6) quelconque. a.95885 D:5 3. 180676. .90<Y<0". 3. on a.On réduit des arcs A.éei. Ensuite.1961 4.0". et .6 . B.91 - 1. .1 pour 0. N1. A cet effet : On remplace d'abord les sécantes et cosécantes en foaction des cosinus et sinus. APPLICATIONS' 156.. . C.sme suivant : a) On détermine les multiples consêcutifs de 100" (ou 90") qui comprennent A .es arcs connus. C.0 0. 0. dans laquelle la fonction donnés. N.n de suit:re scrz.. Nr.15503 4.96 log tgY 2.lbrnoyen de lu.. 93 log T (0". B.nutes et secondes). .1 1.8 L9324 r ... I'autre en utilisant la subdivision sexagésimale de la circonférence.1 1".9 0". .. .. tous les nombres 10 Réduction d. A I'examen d'entrée à l'École militaire. arcs donnés ou calculés au préalable.. - 98". .

hz - _{ . .3).e tr.4L21 IV. .96716 fII. chanyTer le si.er comme suit : L" Remplacer cosn pa?' sin (I00c 20 - u).t):+ k.15I09 + sin 87". (r) Les élèr'es peu habiles peuvent procéd.- . cos 237".g)t. 200. I00" < tot 30 Réduction de I'inconnue.9775 tg 65".arc. même lorsque ces nombres r. on remplace tous les nombres négatifs en fonction de leurs valeurs absolues.84891 - sin 62""09284 + sin 62.. tg (æ tg (. .Bg04 200"<2$5. cos 362. : (colog tg Z7a. 300"<362c<400".û): + l00c) h.4IZI + 100"<112"<200.I 94 couRs DE TnrcoNoMÉrnrr. : II.n ou cos) . âu moyen de la circonférence et des axes trigonométriques. sin IL2".ction réstcltante de æ est sinæ < 0.<337c<300".. p) On écrit le signe du 9I (i\) en question T) On écrit si. sauf que l'on doit intervertir p) et a) : connaissant le signe de 7Y(n) on peut en effet établir. tg 14L".ta ou pq.gne d.Vtogsin4--@ (o<a. sont affectés d'euposants pairs. .3304 VIf. à quel quadrant appartient û0... Eæemples : + sin 76". cotg 10I". suivan[ que ]'on a pu conserver ou non gL.<300".4196 - Enemples f.0225 V. 100" - - tg 58c.b804 0 20 Nombres négatifs. cos 23.n (si n est si. Après lc Io et le 2o on peLlt mettre en évidence le signe résultant pour fL@\ On réduira alors fL@) en un sinus ou une tangente d'un arc du Iu" quadrant en suivan t le mécanisme énoncé au lo. fuz donne sin (. tg 265c. tg (si gL est tg ou cotg). ô) On écrit la différence entre A et le multiple pair de 100" (ou g0) ou entre A et le multiple impair de 100" (ou 90"). (log tg 27c. If.2483 Vf .2489 tg l". la plus petite valeur positive de fi (t).sin(100e-æ):-ftz tgæ tg (l00ci. cotgû par* bË .*) .r tg (100c s'i la - æ) fott.fuz hz .

.100").spositif réglementai. l'q.CALCULS LOGÀRITHMIQUES 95 Eoemgtles : I.ler en grades et décimales 158. 60 Résultat. cotgæ { ûo 100" {ûo 100"{ûo<200". Calcu| de y. cos æ .On calcule obtenue au 4o.h?' 200" { fio 0 {fio 100o cosfi-fsin(100"-ûo).7614 sln L}Y: log cotgz A' - 0. Si les deux membres de ia formule sont alors négatifs. sinæ sinr:-sin(æo-200"). Ce calcul se fait en observant un di. cotgfi--k2' V. puis on calcule I'arc fis. II. . tgæ: . On prend les logarithmes des deux m.. on change les deux signes. tgæ--hz IV. 40 logarithmes. Caleul de x. On écrit les formules générales qui expriment û en fonction de fi6. les différents tet'mes de la formule 50 Calculs.045782 y la plus petite valeur : positive. COSû--+K. Applieation f. . . IIf.) Le calcul comporte deux partics r.hz cosfi.r789 113".-sin (no.tg (20Cc .rc x au rnoAen de Ia formule suiuante : cos (er * B) : (log coszA)a A x tn x ts'éXr+ lj sinz2A X cotgSB B: n (On prendra pour L49c.re qui diminue les causes d'erreurs et permet une lecture aisée des opérations successives .nù. Calcu. II.embres. .

./ etJ' ol F{lll ètR (5'â \) î O O ôl O O l-t S) a '(\ù € S S3 t3(2 \l . s È X V a r\ :8s rct F-{ 9p (J È p IO ôo o O È s S (|) "ct Fl Fl â C) (û l (J F.2 s 13 o o c.a R É 'q) \3 s) È_l 'Fl ?t \ $ôo \to 11 è ôl R^ \.) I t>ù ïÈo S() o.-t () OJ 's âo s\ rl . t-{ .9 ro o o c) o tf ll ôl s ôo \_/ .JT È Às ss s otri\/ \.A .À frl û F-\ P ôo -{-)O. ./ ôo tl t-{ ôr il ll C) ll -R.Ll z Ê l+l a () È Ê p r.s vr ils ll I I o c) ÔO I ëôl <) O È bo ho -P r_{ ôo bo 1.È Pôo lo .'r.J O "d o .<|r SO 'q) nq .) ëo X F\ () H l.96 couRs DE TRlcoNouÉtnlg. 's) bo € () t3 ll 's) S) Q)rt.H . è) èr-{ (no C) ôr \-. 13 I È3 bo 13 +-) ôo o ôl (N -+.4 F{6 s4 oôo {J s ÈS u) q) ç s G) <\ il .

{ .'i '(c r-{ ôl € ôl æ" tt 6e OS '-î ll laa lr-t^^^ O O r+.-: OJS sc)g. \q F-{ F{ I I I 3il \/ Y }r lôl I's ôf\ ^^ ôl 6n ôr tl il I I bo ..$ <{ I IoOr Ioro I Cô ' t-{ t-1 O^^ \J \. .^ -$ -1 \-/ ç)^ ôi bo i e o 2 ôl o t_4 a ëo o q o S \ù S) O IO oo cô co tl ll ti -(J O æ ôr oôl 11 -$ CO -1 oo O O ôl O F{ è) a I o RII lo s o F{ bR lS) rl i Èà u) êo o I l\) Ë () IO o Coung DE TRrcot{ouÉTRrE.1 \s oo Ytr.cô G\T OO oo bOco '. eO ôo C)o oo ôf -S . qo <{-oo 'd'r to o ol. *J -P ss bo bo F\ \JV t-t llrt llll \ -s a c\f. .C\} \F oo ôl 0O F{ ôl O)OO il ooo-b.\J \-/ ..im a-.CALCULS LOGARITHMIQUES.P bo oo \f.a t.. .. 97 -$ il cYl co lt O t-. O t'.

'.= .- l!à" lt ll O O $t ts s ".F{ cn I '<F I ' a I I è) r-{ lg È= -" lt É ls X p () È U) F{ -^' G) z È p È L-l fù A '-{ O u) Cr () \i! (. lv lod IOJ tl oc) OJ ll 60 \F ôl -il (o 00 f'. ll .è) \.ô . O O ca O O \tr V a r-'l È X p a F-\ O O ôr (') i ëx OC') F-{ 00 co ôl b[- \T1 | oqo lco OJ tr.lË a'f1 lÉ s: bo *ll ÉÉ u)g 8 ./r-t\-/ ++ oo ôl -+I /\r1 V O v cJ \/ V S) -t{ -l" | O lCâ ôl O O ôn s rct t-l q) É () CÉ F-a (J I F{ H t-l s .98' couRs DE TRTGoNoMÉrnIn.-s- -. ln '' O t-l bo iJ \) ql læ^ -.-{ l.lS" il oo il È l+" (n t-' ll t= -. |ffi l].ôf CO '-{ \il t-t' CA il tl il tl ^î /r^ H bJ CJ ô^ C) \Foà lltl ôl ll O Ë L) O O S. ll I I SO r>) sà qJo \ o | lr il lqo ? r_.) 6 3ll <-s OJ Soo è l'. lo l-t 3 l8 I q .$ -+t OJ 6^ oo V oo L- \/ tr- ro 0O È c) ^ ^ oc) r-{ ôr ilil iltl ôobGrl \f.| \r/ .) o4..n l" I I rrl '-..

\o \ o r$ \J c.E l'a al () I I U) ol -l ô?l bol o o c.. 'sù \) t\ ll ôl l\ \'l 'q) /r^ lil <) -r I q) ç s.-'t bo C) o ôr o (. o ëo o I * p\ I * I (n e) O C) o ro bo 11 rô | bo fi' \) o ôl bcl *l -+J êo rsld' '>-. [:lt tl bo bo + o B o o c) + O ôl <S O c) s É a ..^ \: ç. L aT) .A \I/ câ 11 ô* 00 . r-{ X 13 +J O \J al ts qJ X ù bo )-a .Fl bo v ôi ôo I I XIX lË X nr ca CS X X .= a sbo u)s \) \3 I \. I -ÏI oÈJ rd \-/ p\ ^S sr I o dË .CALCULS LOGARITHMIQUES.fr.| ëo "'tl* .<r 00 I oo bo '-r U) bo o T' o l-{ o -L I GQ t-oo .) E a sti ()a so t3 q) 'q) A.) GQ b0 .{lr.r s +l 8rl otè ôl ll o c) \. fs XI ts x) \) .s IÔLco tr. O ôl t3 -È .$ ôr o t-\ v (n X ^^ Nl^y ^lÈè o -!v ôo € ôt a .) q) S ù Io o Èù cô o a ..+r o (-ù O) rr ll æo l=r il ôl t3 tsa )tx -|-) H G bo êo Êq a bo a./ q)â <.<f{ a^ v â^ by .) ss \) 'G) at1 %l q)-F S-o (-ùl H ^t\ \ + t l-a \ti 'î) .+ -L I ôr s U) !r ôl \-/ o \tl il tl al bo O ./ O I I .-/ 'Ft u) a bo É .-l /Y\ tst E \.

ô] -<ft oocJ (O CO .-t t-- côæ ï{ Io di Ë OO ôlo r-{ llll il r/) ôl O tl ..$ I O co qo (o i 00 O tOË-./ ^a\ illl Q È ââË^È ôr ô4.$ r'-î r'-î ôi CO b. o êo =+{ sr ..i ôG \..$ .100 couRs DE TRrcoNonnÉrnm.^ ca\ v w \./s ^\ ^\ \JJ r:/J \-/d VJ I ^\ ^ r-r . v^() doS Ioo bo C) oo .-r (O oo IO r-{ -s ôr 6l oo (o . OJ )-{ r-{ qJ O) . aa b_0 F4 I{ r-{ çro ào ôr co br-- oo X p CJ o lcd il | IO c0 IO .:. ^^ ôl ôr t-{ t-{ co O (c c\ oo Ir ll IÔo GQ O ôl -<|{ r-t Iôi ooc t-Io\ \) tôi ar ll i co c\l oo b.-{ q ssR: bobo?É oo 9! G\3 =(J i ll ll lle .'..-t VY vJ ^6 | ôlio L--F) llll . bo Q.dl oo . -d< \tl f-{ r-{ il l-l ll l'-{ CO a Fv'l È X a Ê F\ p tr.+ z tt' f+l ts cl s bo o F{ 160 tl tl 0 V) È È (J ôr o o O o bo <3G êoÊ 3o =o orr{ a bo t4 o q) ôr ôo .

il1il -\: lco lr.lJI I =l'l .qO cô c'') t-. t-l :boQ.-l cô \J .-î b. .F.r.iF O + a\ lÊa /Y\ + tc.a''' t"\ \^ - I'coF â () ii ëoé ^a\ ëOr ol vul II ll O ()tl CÔ F-{ II Or_lII rl \$ b-iÔ- m' ë .\ -L.r J I IO <{ Or \t{ ro ts.1 l..CALCULS LOGARITIIMIQUES.-ôl \) u) 'q) \ o .rg I I sbôb 1OOO /n I I il \l \. s G) Iililll -lilti {R&.^ oo t'+ R e)^ àa Fro I I co t-{ .lcô co IO rqr âÉ .loo oO | .siÇ lol l. -<t{ IO o lttl llll /t\^ H I I L -r ^^ cô t-( . F-{-ll Gri I ror . Fio I o soR T o s s êo a ho t-{ o or lo h. cô tl ll 006ôo -s co 00 oôl qq r-{ t-f ôl cY) O f-{ 6\) r-{ ll llq âcô o L'J ^ ti co -{ ôr ôl OCo \F 00 (o ^^ â^ b '.-.l a-{'T il \--l d 'ô êo l-( o ë\>\àsg \râ.-r tr..-.r O çr) bG Èc) Oi s a è<...Oto âa\ 6^ l'-i tl c'ô cô Obr-1 ôl r-{ r-{ ôl il cô [\ !..

F> +f il il os) ri b0 Iq3 L. s lx c'>r- .p \ù 3 è) cù lm lnr lA | \r.= | al'â È-gt s q il i3 lÈ l.6Ë.-1{ 3x Xt{ H t\v C)6Ë H e|. sobo -{.ôa 'E3 'gk (n A) =(n (Dô Êg oo .s o..: 3+t+6 a ëc ôr â .\o È1 u) o eù a ô00 oo l'z'1 X) S è.) c. \) s 'q) TJ .\.{ r.a (.P Éts{ ()6 (a )-l +J OL{ C)- 13 GJ \ o (n ll q) q) v) T\) È tl oo p È È (n c)\s :V >i \"/ q)(n C) Ê< q) Q ôo {. a0 a{r tll.r €$ U) /4\ YÂ\ . llll .4ÉÈ..-{ c) . .r-a s 8E s ç$ o \ .âgo .{J \ s ç s rs q) <o bro -.a ] oll r\) S qJ X F\ %=== É Fù F\ t{ I I z i{ ô9 ûF{ IJ )-a .91 .E la loc lo l-{ B -+È 16ô 13 (n o bo FE I Eî€E E-ET 8 u ').) L 13 q) s S) a s) 13 rf) r-{ àô t3 (n ôl û) . bo Ê o o I v7 X Fa q) -*.l ôl b0 l 13 -+J bo I È p È Q EE8= E. .{OTVTÉIRTN. ôaa r J n RE ti illtll il'Ë ll a) à 'f.\J .ëo: iô. Ss DE TRIGOI.'J ctÉ aTi rQ) Q)"r.È lo* 13 ôlv % .r< -{J \.) \(n t30 e s E I | sE Gc) g(n --F{ 'Q) 'c) op '<J \{) q) l\) t)d -o€ . \3FaÈ sùb08 '1s È'll $Rl xgl (. a Y T E o a Q aa &r I côoo r- N N o c. s .lJ h'r Ëa 'é bo .(s c') a q) \ s É a o o sËËEÈ .. r.102 COURS a) (\.5ôrtr ôl -O/t\ôO o s rl5 S \J/ l.s) il $ èo è qt FS (s s F\ E \"é é -s SË 8 E E 'q) qç{ 2J . S -r É cS -r'S u) H -/ rQ) il r ll ôl o .ga + !.

.-t il d côlroolor rC)lrNlô) ll | -d{ o a o q) o *-t qp o êo 13 ll côlco .= a e -P ll .F) I ôo ll ù o -f.P bo a âo s 6ll $.tlo :s \$ oo co o^ t-l tl i æ il oo l'-i ll- il_\ il.r-l Crâ 5R iri iltl CO Cô \J{Otf-{ r-t O ôl trln-r Co (O FrO ôr O ôl I \ r-t ll \ = !=ll t3 l-a .E côlôl a ao o ffilR ôilr Fl Gl ill O l'r-r À èo ls ".q bo s sè ooss oo \t ôl ôler oèè b'.{ SqS oo c3 .. .l ûô o lC'ô t3O1-l È1 otè ab . t\ù Èâ \bo r./ O-$ SJ ^^ \) c-oo U) ts rJ .{J s q) È) -. r03 o oo tl f-t .CALCULS LOGÀRITHMIQUES.ts ll O ôr ll F-{ trôi IÔ ooô |l- t- \ (o oo cô ôl b- -'-rO |rJ æ 4 ôr I b- È- co b.F{ û) bo oo bo o ô0 6ÈÈ qe.4 (n ôo o o () o bo b(0 æ 60 r-t lcô + ôl i ôr ôr 'q I t-{ r-{ tl co ct cô CA oa ICJ ôr qO ôl C ôl F F{ cA tl ôl 13 13 t3 trl êo -P êo .\ cr) àaèôl s oçe se.F{ OIO ocô = \) É qq bo aa . É CN ci LL t4 o oo Qc) t-1 o ôo o @ G >.

Ll I I s cô c1) bo I.ll I rJ lll \.r. r{ Fil CO r-{ tl O oo É-{ o B V O o o o c) Fl $À lF-{ b J ^^ ôr \o I r..<f{ -v l-s 61.0 h0 O o oo I bo +J t}. \'/ o. F{ z o È IO oo ô? -1 I cô IÔ lô ôl ôl <l{ ro Io il rl r-{ lt .) ôl \F bL- to I ôt 'lE €r \rO 13 Sl o ë.{ . ^ar ^S \s II .ôl O tç. H \tl b... | '-{ l'+ â l..1.ëo !. a \Tt I -d{ I O ffii OS O ôle boR ç<ri Ëo bôlL P oS ô? hoR O s<r .3 q)cJ o o il êo c. \\-.F-{ 6\r |II ô? t-{ .bo bo o ôo {+) r\ t\) 3aS .104 couRs DE TRIGoNoMÉrnm.ô \o oo O { Q Ê i U) \> (\) (.O> ôl b- o X l.^lt^ \\.-l ll i %.\ lF-{ ll|il il lril Fh\ =t{ -dt OJ (o l\O co lF. s q) FTJ F-{ FR r-r Cd (J' I (J F. .

\i.r Cô t< r^ vg/ 'S r^ v ^^ '-'J an t'.. o llJ tl tsl tr qs)r) \i r\ iltt ._l ôf \è \è 'q) u) \ I .r\^ fb.J llli 8E I I oo IJ lt oc (3O \\/ '-\ f1^ y ! FA \.{4 .$ 0O C) ôi ôi Orô + Co il ObG) oo àô o ôl r$ -s è\ \ù GÈ <-) \) bo +J s{ (\ <{ o bo (C r-{ ol- àô \F \ b ^^ \tt J ocô € râ -$ oo ô ôl I'l.'J O oo t-{ . Io tl ôl 'S Ioro ôlm Cô lr-t rl ôl È.CALCUTS LOGÀRITIIMIQUES.:J /\^ \.

5. Déterminer en grades et en degrés les valeurs générales de fr. donné par la formule i/63JzB tgn sin 66". qui satisfont aux formules suivantes. V. 3.234 3l. et b ont les valeurs indiquées au rlo 2. 0 < n I 100" 0 < n { 100" 0 < o { 200" tgm: .Vcos 1905t 2.5439 sinri_ I .itl.284 ')LL'u\J . 2. Trouver I'arc compris entre iÉt et rr..54u26t32tt.r06 couRs DE Tnlcot{ouÉtnm.p dans laquelle ? .34127 tgn--Z sinr:-0. font à la formule Donner en radians I'expression générale des arcs n qui satis- tgun -rl- Vcos 3'.+____: tgn-sinasinb dans laquelle a. l.^\^â <zoo. EXERCICES. \Æ. 6.. 5. ainsi que les valeurs particulières comprises entre les limites indiquées. loo" <fr ^^^.. cosfi.215 x (0.- 36o7t SLtt . p: tcos a .3)' . Calculer les nombres trigonométriques des arcs dont les mesures en radians sont 12.Ib25 cosfi-2sin13".-0. 1905o26t 45tt 856. Calculer en degrés ou en grades les arcs fi compris entre O et 90o qui satisfont à la formule J-.18482 sinzr:0. 0 {n <200" sinæ-0.9I x séc 30" cotgæ .cr ^t!rT-: sinsp 'u dans laquelle d.19053 200" 300" <ffi < 400" <n<400" 200" {n < 300" 100"< m{ 0 <n< 300" 200" cosn-1/3 v5 0< n{100" a. Calculer en degrés ou en grades I'angle ffi positif et moindre {lue I droit. tr\6. 4.151587 tgrn -1. Calculer I'angle fi en grades et décimales par la formule _ sinz 52"'0001_X g'9jt 1lo.

t : .0. Calculer I'angle fi en grades et décimales au moyen de la ' tg.35485.u*^ cotg n qui satisfont 4l- fi Vtt".38f 62 ll. Calculer A en grades et décimales par la formule A 6562 z:.l p 64ol2t 38tt.4957 : 4L'.tz6} ".. Calculer fr en grades et décimales par la formule tg 3fr: sin2o co.8 a B- 64.99346 L2.5 cos 2p:a*b+c.38'.0357 b-LL4.!?-r57 \ sêc? ?7c.075248 Q .e Ia relation . -'-Q. 9. æ - cos l42c. sinôsinc \ a. . Calculer le plus petit arc positif æ qui vérifi.2947 66". Donner I'expression générale en degrés à la formule n.t 30't p : 34o ôLt 42tt .o sln Di.59593 des arcs 8. 10. - 98o 2.s% b a . par la formule O:l S sin : 2S sinA B sin (A + B) 3846.CALCULS LOGARITHMIQUES. Calculer a. a. est le plus petit arc positif tel.frr cotg i: Wcossa Vsin4F Q. r07 formule 7. que cotgsa : 0. t: ''.I4 e-26.43524 .87o }Lt 26t 13. Calculer les arcs compris entre relation 0 et l80o qui vérifient la o ^'L t=r^u cos Bfi *\' .-8I".000653 q. cos'p V : sachant que p : l32o 25t z1't et que q. sins 7 L".

.4820 131o. Calculer en degrés le plus petit arc positif satisfaisant à la relation .ffi fi oô'.1743 a*c-5196. L4.: B+C r'g z V 122348.5L22 19. _ (a J:_c) cosz? : a. cotgn-ffi IJ . T cos 38o2t zlo l8/3Ltt 20.i*? 3t: ror \z tg?:-I.f08 des relations couns DE TRIGoNoUÉtnm. B et d'un triangle.lSlo 49t25tt p : . sin B b cos B tgr? t :. Q.0. à I'aide des formules .4448 65o.- A ag8zb ' . 16.PLt29tt .38.0. 36o 43t l6tt. 0<? Tc'"D2 - 2\". Calculer en radians l'arc fi compris entre 0 et T. Calculer en grades et décimales le plus petit arc positif à l'aide des formules cotg n-a = cos3 (a?J-a) Vsrn ? tg'F cos r r"" gô *.cos B 18.2345 0<? 15.58609 d. Calculer les arcs compris entre l80o et 360o qui vériflent la formule corg a (r"+ï):Yffi -/ \ asCOSf.08562 17. F =: 38". Calculer C en grades et décimales au moyen des formules cotga sin b_*#9 b: A: ca ts?:. T:I2o37'29".a. Calculer en grades ou en degrés les trois angles A. C B-C : a cosA: Z 3+vt . à I'aide I fltg'n:. b et c au moyen des formules Q. sin .45". Calcriler a. - 4lo53f l?tt p : 243o53t 23tt.

a. 27 . minutes ar}'sin(æ+A) et secondes.4728.(log au)' tg o -a) : tog sinz 2A. B _ Z4g"B6tZZu .56o I6t 43tt .I29ol7tl0" .41908. minutes et secondes.-I.1 sécg b-437. B-ll3ol2t1grr. Calculer fi en degrés.461g7.343oTt4tt .L3. 28. minutes et secondes. Calculer û par Ia formule 105. .0.2.4lf65. C : LZBoABtAgn . Calculer en degrés.CALCULS LOGARITHNIIQUES. ?-I40. par la formule - l46o58f 27tt. Calculer l'équation Ia plus petite valeur positive de n satisfaisant cotg (æ ZZ. A 9lo33r27tt .000816435. minutes et secondes le plus petit arc positif vériflant la relation :le' log cosz 3e tg (60r * ") a . On examingra toutes les valeurs entières possibles pour m et I'on calculera les valeurs de fi correspondant aux valeurs extrêmes pour rù.g.8120. par la formule 100.2405.7. 23.1. 109 à ZL. log ffi : a sinB tg0 a . par la formule cos fi -nz-cos.t. 24. togcosA VcotgA - && cosB . e:170.a sln cosb CI yn. B :323". Calculer en degrés le plus petit angle positif vérifiant la relation log sin2r _.439. A . Calculer fi en degrés.26. 29. par Ia formule f cotg A tÆsB : 0 Â-268'45t5Ltt.VcosA. Calculer n en grades et décimales. 25.tg A (cos B)rosl/F I\T B .. b 88o3tZLtt . . ct. sins fi . A - 73. Calculer fi par la formule .7l"34t28tt.5335. V . a-56I.0055 q . q.153o46t56tt. a.9+55t. tgr : -L "o='. Calcul er fi en degrés.

039 146. jointes à l'équation proposée. .a estune solution. 30.f I0 couRs DE rRrcoNouÉrnm. . ^ Le problème est ramené à un problème d'Algèbre. B. En général.si fi. Calculer A en degrés. il y a autant de solutions que I'on veut i û :2kæ * a s'appelle solution générale. Calculer fr en degrés. 33. il n'y a qu'un nombre limité de solutions générales. 16l. Dans ces deux exercices. Définition. minutes et secondes à I'aide de la formule du no précédent. nÉsoLUTtoN D'uNE ÉOUAT|ON A UNE tNCONNUE.0. une équation qui contient des lignes trigonométriques d'arcs inconnus. valeurs appelées solutions.3176. Il existe entre elles des relations qui. lesquelles sont les nombres trigonométriques en question. En effet. fi-Zkrc + a est aussi une solution. Seulement ces inconnues ne sont pas indépendantes I'une de I'autre. or k pouvant recevoir toutes les valeurs entières que l'on veut. 31. A 162o27'Ltt. Àf. Calctrler fr en grades et décirnales par la formule cossç 32. et qui ne devient une identité que pour certaines valeurs de ces arcs. sachant que la mesure en radians de I'arc fi est fi . A : 242o3'r. Calculer X en degrés.logVslnrA. rninutes et secondes. on se servira dr_r fr est dans cette formule la mesure en radians rapport S - ttgx'f CIIAPITRN II Résotution des équations tnigonornétniques. par la formule IogYsrnt"r .(losts'À)n de l'arc X. une équation trigonométrique admet une infinité de solutions. L'équation contient en réalité autant d'inconnues que de lignes trigonométriques de I'inconnue ou de fonctions de I'inconnue.cos3Ai A:101c. s t. On appelle équatiotz trig onométrique. minutes et secondes. constituent un système algébrique d'autant d'équations que d'inconnues. par la formule f sinæ -.

parce que souvent.2-2kæ* ar. Il faut avoir soin de vérifier ohaque sbh-rtion.t?L d'où I'on tire les valeurs de (nr + a) et fi.na. et on résoud le système obtenu colnrne Lc?? systènte algébrique ordi. sinzæ (1) l. (2) Éliminons cos n entre (1) et (2).. 11I t62. L'élimination successive des inconnues conduit finalement à une ou plusieurs équations de la forme ?L(nr * a) . au cours de la résolr"rLion.lllt : fl?z sinæ (5) De (4) on tire de (5) fir: 2kæ * a fiz:2k'æ*n-'t. D'oir la RôgIe génôr'ale : On adjoint a l'éqwation proposëe les relations qui enr. II faut portr cela connaître le plus possible de formules. Cette règle conduit parf ois à des calculs très Remarque I.a. Exernple f. et êbre habile.uTloN DES ÉeuauoNs rRIGot{ouÉrnIQUES.b' (4) D'où les 2 équations Slnrt -. Méthode générale: sinæ et cosfr sont reliés par l'équation f cos2fi .:-Q ac sin.sten. COSfid'ot\ ou c-asinn bz sinzr + (b' ac (c.t entre les nombres trigononoétriclues inconnus qtl elle contient.ire.l: +I . oû introduit des solutions étrangères.a sinn)z :t Zac + a2) sinzff azcz sinr -l tz -'obt.. Remarque II.nalement nr-Zkn * ar ) 1..l. 163. frs: !k'n { p frt:Zltæ g æ - p. .nÉsol. asinr*Ôcosn-c. et même à des équations d'un degré supérieur all 2'1 et que l'on ne peut pas résoudre par les procédés élémentaires. longs.'+b (cz bz) (az * bl) _ * a'-+. Le plus souvent on résoud l'équation par des artiflces particuliers.

-Zac * c.'!. * br).t -1(ttt. (a.t et * I In. Jt_. r' (sin n) :0 étant l'équation (B). SlfICfz mafs COStrr : Donc on ne peut avoir simultanément .(a. ) 0. (condition de réalité) rr $z Donc les conditions de grandeur sont satisfaiies. ' \ t''J/t \ : CO S'U: : 1- W'. qz 2 c.-'rt\ ( za ts{ +b(t-ts.64. orr rt y a donc en tout 2 solutions i frr 1.ions est donc à rejeter. et asinnrfbcosnt:c asinrr*bcosnz:c.+br)lac1a. - c? ) 0. a sinn + b cosr - IJne des 2 solul. Conditions de grandeur . formons F (+ t1 et F (. -fi2 . f (+ l) .L < mt 1-j.+b. 1+1.q2 + b.L2 T COURS DE TRIGONONI}'TRIE.l . + b.e signe: il n'y en a pas. > 0. lacl < qz rr bz + b') az \e'z ( a.c). Donc mret lnzsont simultanément compris ou non entre . F (. il faut et il suffitdoncqueI'onait ou ou or donnent et Solutions Stnffr : _qz+hr__\ -L a. *Zac * c. fiz et æB ou fr* c. étrangères. -bz .(e + c). zwl SIIIC? d'où ou t+wrl 1+ Wrl /' .l-zatgf+c.. 2" Méthode. bz Discussion.=al ^a +I -(a. De même pout ûs et frn.tion d.t).b:0. COSffiz.):r(t +w'l) (b+ c)ts. et 2 _ _ 42*b' Pour que les conditions de grandeur soient satisfaites.1) 62 + b. Candition de réalité : a} + Condi.. . * ttt.

Il n'y a pas d'autre condition que la condition tgi: rrù.d.i. DrscussloN.. I (l) tgzæ:ffi 2 cotgn coszû cossJ' : ou ôôtg'.d'où \ ( t.tr_. Exennple tgZæ : + cotgæ - 8 coszfi.ts? H f cosr) d'où ou - c ** enfi.nÉsor. It faut rendre rnr et Dt2 monômes dans les deux 165. réalité.?.?hz *: k'n * 9 I nt:Zkæ *Za ûz:zkæ+ zP.n (sinæ cos? sin sing cosr) - c (3) ou (r * f) : *cosg.n + bz tg Zn II. de oz+ bz_cz)O. Remarque.on d..æ* æ æz *? . +t ou b. 113 t. asinn+bcosn-e a(sinæf Posons b (l) !*r*):c. : De cette équation on déduit ær*?-2kæ*a r.i w : cotgzn cotgzæ +I 4ouns nn TnrcoNonrÉrnrr.coszcpl< a.e grand.9-a*|ffi 62 . I. iléthode générale. î.méthodes.urroN DEs ÉeuarroNs TRrcoNonÉrnreurs.az. DIscussloN.$eMéthode. .Oz m çz ou enfi.z ç2 ^^-o I z .ti. (2) â a (sinæ+ &/t" I .fi: t 6?' t _T. rl n'y a qu'une cond. . ?: krcf a I wi .cr : -l -a ' ou 166.^_\ fiL:2kæ*a-? d'où û2:Zkæf æ : 2h.

4*\FZ. 'r ( Zættt :2k" * P (5) { De ( Znw-Zknf æ+p II n'y a pas lieu à discussion. -*-9 I g l-.l) 8cotgzar(cotg'n + 8 cotgn + l):0. 2 = Znn J- ntz tQ I Zætt:Zkr*n*a -Znæ* 7T tq. . -o-. + fuo v t/r\ 8 fcotsæ Posons catEæ.z-f W:2-\6 tgZn . I tg4æ (5) fi. + l) * cotg æ(cotgaç ou et (cotgaer.2+\6. )+ 2 : 0. y.--f-.fu 'u.9 2- ?. cotgzæ (3) L'équation (3) est une équation réciproque du 4e degré.0 cotgæ : . T-2 3æ.:Zkr' +i -T2 2æt-2kæ{a ou 2kæ De (2) I fiz De (4) fis-2næ* fia ffi. z-z 3æ r& fi6-Znn* -2næ * fis :2næ * ffi7 T-z p .P . - T\ (2) cotg4û-Scotgtæ*2cotg'æ*8cotgæ*I:0.114 L'équation devient Zcotgn(cotgzæ couns DE TRlcoNouÉtnm.I : v Co-t'$fi cotgæ .192fi -tgæ: # I o (4> : d'où et L'équati on . ou fis-Znn* fito:2næ * T. " Y2-8Y+ 4Or.?-vB ' I (l) : est ramenée aux équations (2) (4) et (5).:{*2V5..8 cotgsæ +Tcotgvæ D'où les équations cotgn ..

8 cos. 4n { 3. tg 2n { ou ffi+ffi cos .8 cosr sinæ cos Zfr . 4n *2. { I.] .4 sin 2m cos2û:2sin4æ I (3) sin 4 ou enfin '*: â nz:ykæ nt:Ùkæ +î De (2) -Tz h) De (3) Ant :2kæ+ Afitt â ût :2h '* *?r '! . sont égaux ou upplé(2) (3) .67.4 sin 2æ cos 2m ou I -cos 2æ* cos 2û . sin ( pn : + s) s (l) + q et rn { s ayant le même sinus.. +# + La pfr sin (ræ e) générale est inapplicable. # . ÉeuluoNs TRrcoNolnÉrnreuns.p-r p-r r. 4n Faisons successivement k 4Tt. méthode : Exemple rII.6 - rc :*2* + ù ttr't:2r" +*. k zæ+s-q ût.nÉsor.t:+zæ* T -*tq. d'où pn+I:Zkæ*rn*s pn+q*ru *s:Zkæf æ. (2) cos#-0 d'où et 2 sinzn * cos Zfi .æt1-f 24 ûr:unn+T+i 0s:2næ*æ +# fiB:Znæ+ fi. cotgn fl5 le Méthode. p+r-"'p*r F*r .æ sin 2æ r gsæ (1 (l) -8cos?æ ou zsiryl:_o:ar+ïg_8 zn slnrt coszæ.uTroN ens 1.:2næ+# frs:2næ*i+3 Zf 2n fis:Znæ*æ-5* '24 nro-unæ+l +n n6:znæ+î 168. mentaires Soit F{r. n(p-r):2kæ*s-q n (p + r) -Zhn * æ (s * q).

e. . suivant que les arcs inconnus figurent ou non dans les équations. {69. i.s I) 2æ T s -qr" ' p- +q +q r- Ùtnæ Ztnæ * * ffi-'p+r 5rc fi" r- P+r-ffi" s +q fr"r+r:Zmæ -l- Il y a donc (p-r) S 2. on complète te système d. *t) aaa [(P+r) wù ï(p +r) ::: ûtr:Ztnæ+=g p-r' ûtr:Zmr.:: m*p+ln-I-. -pa.1 ' -2ûtr:zmn + p-r' -+ p-1. I{ous ne traiteions que le cas où te nombre des équations est égal au nombre des inconnues.ques de chaque inconnrr.q ' =4" û'o-r : 2mæ + (p-')n- fittr:2mæ | fi" ffi-ffi" 3æ s rc p-r . BôgIe génénale.ennent les inconnues que sous forme de nombres trigonométriques. Les autres cas conduisent à des conclusions dont Ie développement fait partie du cours d'Algèbre.'équations donné a. On obtient ains'i un syçtème contenant autant d'équatiotts que de nombres .p+r' F*r +(p*r)- 2p solutions. I"" oosr Les équat'ions ne conti.. (p+r-r)2æ r t l-t-4. Deux cas peuvent se présenter.+ p-?a:+ p-r i. vient : l ( tp 1.[16 Faisons COURS DE TRrGoNouÉrnln k :- (p-r)m (p-r)m+l aoaaaaa et (p-t")tn+z il (p-r)m+p-'].u moyen des formules qui rel'ient entre eufr les nontbres tr''i. ÉguATloNS stMULTAr..rÉes A pLUslEURs INCONNUES.gonométri.

l)': l.ce nÉsor. que l'on résout faciletnent.:.ue.11 = + tg'æ cos?y:i--. il faut que . --.y L'équation (2) élevée au camé devient après l'élimination de cosfi et de cos7 (l + ts'n) (1 + tsry) .urroN DEs ÉeuatroNs système un des nombres trigonométriques de chaque i. 170.n de aérifi. 2 cosæ cos U le systènre tsæ+rsy -2 Soit : I.t ' î 'n+i et U:h-. en soustrayant (4) de (3) . tgæ .es. Exemple I. il faut aooir so'i.4 tg'n * tg'y * bg'æ tg'A + t .n * tg'y + 2 tgæ tgy . Cette règle n'est qu'un pis-aller. signe. (5) En vertu des équations (1) et (5) tgn et tgy sont les racines de l'équation ou Donc fi-A 22-Zz*1:0 (z . et ll-! 7v soient de même cosr et cosy - DtscussloN. Pour que l'équation (2) soit vériflée. un certain nornbre de systèmes tels que : gLt (aræ * br) lq (aræ * br) : -.{.nconn.g admissibles. lfz trigonométriques inconn?rs.4. On dëtermine ù I'aide de. tg'n tg'A -2tgn tgy + t 0 : 0 (tga tgy l)' ou tgæ tgY - : l. On cherche le plus souvent des procédés particuliers plus rapid.Izr tp. Ajoutons au système les équations coszæ-= .*'r n.. (4) D'où.er si toutes les solutions sont Remar(lue. ou (3) (1) élevée au carré donne tg. (l) (2) lléthode générale..I et tgy .rnlcoNouÉrnreuns.'7 I + tg. et on est ramené à.

De (2) cos (n d'où cos(m-A):l-0:1 fr-a:Zktr'' De (6) et (7) on tire 2n:2(k*h. . l"u Méthode. puis on tire sinr ou cos n de (1) ou (2).z I (6) n*y-Zkæ + i. +i +i ( ur:2kæ t ûz:zkæ*æ +i I az:\kn * æ +i- te Méthode. Exomple II.:2kæ {{ l-l 171.u9 COURS DE TRIGONOMETRIE. tsæ+ ts'y vv - + Y) YI" eosy cos fi -n "'6- d'où et sin (r + y) . L72. Étiminons fi.ht sont de même parité.)n +ô ( ÉJ + y) + cos (u - A) - L (?) æ d'où Or.' b siny * + fiz -àacosy -Zb (B) siny acos y -ry- On résout I'équation (3) par un des procédés indiqués précédemment.cosy cosfi d'où ou sinzæ * cos}ç bien - sinzy f - b cos. . h. ce qui donne les deux Soit le système : sinæ * cos7 : a.. : Donc on obtient les deux solutions \*. la méthode générale. 2y:2(k-k')n + i n-(k+k)n + ï n* Y-(k-k')n*Tn' solutions trouvées]par + k' et It.. (1) (2) sinæ: a. et enfin on écrit les solutions. cosn * siny: b. .y - siny * a.

nÉsor-,urroN DES ÉeuauoNs

TRrcoNouÉrnreuns.

f 19

173. 2" Méthode.

- Additionnons et soustrayons (l) et (2) m. à m. sinæ * sin y +cos æ *cos y : a + b sinel-siny+ cosy-cosfi- a-b
ô

ou

ry zsinrycos ry*2sin ry
2sin

rycos

ry

+zcos

cos

ou encore 2 cos

*-u ("or* ! a {- sin W\: 2 \ z T)-a'-b' En divisantm' àm' : a *^fi-y wË:6q6' b
z sin
:

ry

('io

ry*

cos

ry) : a *

ry:A*b sin ry-(r-b
b

Posons

X:

@?

Ery:ffi-tg(î-r)
7r

;

il

vient

.d'où

d,où

n;a-I .?,-,r{n-,t. ' Z : L'équation (l) donne sinæ f sin (: - y\ \É/
z sin (:

(1)

o

or
-d'où
.et par

\4.,/\42/

*"7\cos (:-ry\-e,.

ry+î:kæ+i-e
,,"(T+î)
co fn n*a): t\.a-\2

-ecos?;

suite

gn

ry-- T : zkæ* e,o 24 J"#:zkæ+î*e'a.
ot

)

o = 2ecosg

(b)

(a) et (5) donnent

n-krr*;-?*e'îa
h età' sont àe f;:.+ Il résulte de là quatre solutions.

*u*r';

?

* e'a'

rza

couRs DE TRIGoNoMÉtnln. Cottd,iti,on d,e grand,eur.-

DmcussloN.

-

L<

#<

+D
i

a2 ou ffiç ' <r i
La condition devient

or,

coszg:
..,- r

I 42 r _l_tgz.g:A&E'

q' + b'
Élevons cosry

4-s

174. 3e

Méthode.
sinsei

(l) et (2) au carré.
az
b2.

* coszæ *

Additionnons et soustrayons m. à m.

+ 2 sinæ cos T : sinzq + 2 siny cos fi -

2+2sin(n+y):424fi2

ou
ou
en vertu de (6)

sin(r
cos 2y-cos

+a):a'*2'-2 z
2æ*2sin

(r-A):a2-bz 2 sin (æ + y) sin (n-ù + 2 sin (n -A): az -b2;
sin(r
7/ qzqfiz -A\:q1 , ??
(7)-

I

De (6) et (7) on tire

n*a:lii:I:_d
.

n_ \2kæ+P p. -a-lzn**zi
D'où æ et y.

DrscussroN.

Condi,ti,on de grandeur :

-r ary(J-t
et
Solutions

ou

a,z+bz<A

( * ,p -l aaz-bz<*L f
étrangères.

qui est toujours satisfaite.
des"

L'élévation au carré a introduit

solutions étrangères qu'il faut éliminer, en vérifiant les solutions

sur les équations proposées.
Remarque. - Ces exemples montreut la multiplicité des procédés particuliers. Lorsque les équations sont symétriques eî û et U, leprocédé qui consiste à calculer la somme fr + y et la différence fi y est parfois simple.

-

nÉsor-,urroN DES ÉeuauoNs rÈ,rcoNouÉrnreuns.

L?t

176. pe

nombres trigonornétriques . fl n'y a pas de règle générale à suivre, sauf dans Ie cas particulier de deux équations à deux inconnues, lorsque I'une des équations est de la forme æ * A:4, et I'autre équatioû, symétrique en t et y. On calcule dans ce ca s fr T y, comme il a été fait dans les exemples précédents. Dans les résolutions de triangles, ce 2u cas se présente
fréquemment.

dans les équations, en même temps que leurs

Ga,se Les a,rcs 'inconnus fi,gurent erplicitement

- ÉeuATtoNs ct Rcu LAt REs. L76. I!éfinitions. - On appelle équation circulaire, une relation entre des arcs dont certains nombres trigonométriques sont des
S

g.

fonctions d'une ou plusieurs inconnues, et qui ne devient une identité que pour certaines valeurs de ces inconnues, valeurs appelées solutions.
On appelle

fonction c'ir"culaire inaerse, une fonction de la forme U: àrcJL(aæ + b) en langage ordinaire : y est un arc dont Ie 9I, (sin, cos , tg, etc.) est (aæ + b). Dans les équations circulaires on ne considère que la aaleur pri,ncipale de la fonction, c'est-à-dire le plus peti,t arc positi,f dont le fL est (an + b). l'17. RôgIe générale. lo On prend, les a,rcs colntne inconnues auniliaires et on écrit les équations entre ces a,rcs. 2" On écrit les équations a,urciliait"es, trigonométriques, entre les lùgnes des arcs et les ,i,nconn?,0es. 3" On élimine les a,res enh"e les équations obtenues ; on obtient ai'nsi, les équations algébt"iques entre les inconnues ; ort résout

pat' les procédés connus.

40 On élim'i,ne les solutions

étrangères.
\6 :
g0o.

,

Un exemple fera mieux comprendre cette règle.

Eremple. Soit l'équation
arc
Posons

sinr
Y

f
X

arc sinæ

(1)

-

arc

sinr

-

arc sinæ V5.

122

couRs DE Tnlcot{ouÉrntn.

D'où les équations

X+Y:90o fr - sinX nV3: sinY
fi

(2)

(s)
(4) (5)

ÉUminons

X et Y. (2) et (3) donnent

-

cosY.

(4) et (5) donnent
Pour
Donc

ûz +Bnz

- t
Y

d'où
60o;

4n2:I
d'où

et

I fr- * 2

fit: +:' ,2 ffit: + I '2
fiz: -*,

[:30o,
convient.

-

X+Y-90o.

Pour

donc æ, est à rejeter.

X-2I0o et Y-240o; x+Y+90o
EXERCICES.

l.

Résouclre les équations

sinæ-sin2n1.sin3ar

tgntgZn-cotgn-Z
siner

- 1 * cos æ * cosZn }Vfl $gn - sinæ) * : in (æ + S9 cos (r - 8") - sin2lc cos 37' atgæ+bcotgco-,c 2 sinzæ f sinz Zfi : 2 sin 4r + 4 sin 3r cosrr - 0 sêcn : sinnr + 2, cosrt : (cotgæ - tgn) (l - si11 2æ) cosZn I-tgn:2cosZn(l+tgæ) (co sfi sinr) tg60c cos n * sinr = sin 10'-coséc (30" n) 2 cos (70o + n) + f
sin?m

*

sinBer

sinæ

tgæ,- (5 +

sinsæ

;j,;î
os3r
sinæ

îu:: i': :

cos*æ

* sin

gsp

-1fo

+?cosfi-sêcn

nÉsor,urroN DES ÉeuerroNs TRIGoNoUÉrnIeuES.

r23

te@

+ n) ts@ sinr :
sinTn
cos ]s6 : cos Bfi

n)

:- l-2cosZa I + 2cosZa
sinSæ

sin7n

-

sin

fr -

sinbel

- I=Z}qn= + tgrn sinæ

f

sinæ

I

-:r r): r82cc srnæ + r\-*--l

cos (;-+i) + 12coszç-5sinr

î):

cotg æ

-tgn: At,A

sinrr
costr

sinarfcos4fr-

-+

slnff

--

f
2
3

cosæ

-b
,

sin6r*cosGfi: I

sinr*cosfr.-tgfr sina f sin (a + n) + sin (a +Zn) - 0 cos a {tscos (a + n) * cos (a + Zæ) - 0 89524,67 cosn + 24508,25 sin fi - SgZSb
sina-sinzæ

sin?n *- cos 2n : lZ

. sinrt

a sinzn { b sinrr cos n * c cos fi d. 2. Résoudre-et discuter, suivant les valeurs de m,les équations
suivantes :

Stgn+Scotgn:14 {- sin fr cosæ * cos a caszfi -

Q

tg(u a)
sin 3æ

ts|!n*a),-rn
-

"v

sin',ntgæ+?cosfr-?Tt,
rn sinæ

fi : rfù mtgn :0 m coszn * (2m, rlù + l) sin n -3m + f sinæ*cosæ* sinZæ -rn
tg'æ

*

cosz

cos

fr

sinæ sinSæ

-

rn

124

couRs DE TRIGoNotuÉrnm.

: - tlit" ffi siner 1'msin(æ-ï)+2:o \+/ : cos (n +î) + m stn(" -â) * ,n -I
L
\ !-,// \ lJ/

3fi : ln cosu 4- (m
cos

n'ù

cos3fi.

o

(m

îî, î Y -# : 0 nz sinzn * (m -2) sin n 4m5 2: 0 Z sinzæ - ç3m * l) sin n * 0 sina n (m - 2 (m- 3) sinzæ {cosm -5 1 - 0 -2) Z)cos?r n* (m' ryù -2 (m * 1) tg'æ-(m-l)tgnr.'m-2:o l) sécar * m: 0 sêczn * 2 (m (m -Z) s,écan 2 (m - l)séczn * m: 0 (m - 2) (3m+l)sinar -2(m* I)sinzer {m-Z-0 tgrn-rnty@+a,)fy@-a) sinrf cos u*tgæ*cotg n*sëcnf cosêcæ:I {a+2"
3.
Résoudre les sYstèmes suivants
:

-l) (m

*, ";Y,*yî,; !;

cosz

m

*

Zmsinrn cosn

+ (m-

3) slnzm * m

+I:
7n

o

i::i: ;

-

$',

n*

9/

: a

avec chacune des équations

s1n2æ-sinzz:b

sinel*sinA: sinr
sinæ sinY sinæ Cosrt

sinr*cosA:b sinæ sinY - b

sinY

ffi-Y -

rYù

coszei

rn

COSA:b'
:

4.

Résoudre les sYstèmes suivants
sin

: b; - a,, sinr sinYtgy; sinf - yt sin?, tgæ - n : b; siner * sin a : a' sinæ sinY
(r +
Y)

sinæ

e:T:T -

siny

sin (æ

lr /) ;

ry:ry:W-?/);

Énminer û entre les équations asinû_bcosn:Lcstn}rc a cos n * - Ô sin æ g. W\ sinr+3cosû-2<0. a. b sinzy * acoszy . Q' 6. sin 2 -gz .0 2 tgn . Résoudre arc sinntn arc sinnæ : ouTC. tg'n . atgæ tg(n + Y): : ctr. r25 . Résoudre * 7. arc tg\æ: 100"arc sin?æ f arc sinæ : 60o. fr et a sont compris entre 0 et or' b. De I'équation 2cosfi-y+ déduire 1_ a I 2cosTnfi-y*+ ynt' arc 1s -s "ô1-ûsina 10. 1-costr 1-2*r. Dans ce dernier systèm o.rn tgY f cotgæ: b.In. Étimin û et y entre les équations rnsin æ *ncosû: &t lncosfr. tga + tg z : b. cotgz -cotgæ Iog tgæ {.nÉSor.3 sêcY .arc 1nfi - Itæ { a- I l. siner * cos fr : &.uTIoN DES ÉQuatIoNS TRIcONouÉrnIQUES. sinar tgu cotgA: - ffi casy.n. Yérifler I'identité @Y f sina *^-'o cos@ . siny * cos û: b. log tgY =.lt sinæ -b. fSY c. Trouver les arcs fi compris entre 0 et 400" qui vérifient inégalités suivantes : - c cos?û. er Asinzæ bcoszn sino cosU + f : . f tgn +tgy: a. tg (n + 50") : b. 9. arc tgæ btgY. les 2sinzn +5 < 0 2sinzn-bcosn* I > 0 4cosn*1 <t 1l sin û VI-sinstlcosr cosff -..

ble. y + z * .rcs sont égauæ. La sornrne des sinus d.z sinfrcos ry cos c'est-à-dire lo'sque *:a z ry - I -zkn.eux arcs sinæ fi et A compris entre 0 et n. compris entre 0 et æ et dont la so?nnle est canstante. cornl)r'is entre 0 et 7r et d... Soient n arcs dont la somme æ * sinæ f siny + sinz +. . est maximum lorsque ces a. si cette égalité est k y étant compris entre 0 et æ. n*a:û. Si cette égalité n'est pas possible. Théorème f. donc cette somme a une limite. torollaire f. d'où $ . Soient d. est 0..ble.'tut nonobre quelconque d'arcs. 178. et tels f sin y< a 2. la seule valeur admissible pour possi.. si cette égalité est gtossi. est maximum lorsque ces a.ottt la sol?xylùe est constante.A.l"cs sont égaun.rcsr. le maximum a lieu en même temps que le minimum de læ yl.. cos que donc le maximum existe.LIVRE III YARIATIONS DES T'ONCTIONS TBrcoiromÉrnreuEs CHAPITRE PREMIER Maximum et minimum.. - e. La sornrne des sinus de deun a. sinæ f sin ' maximum oe d'où m et Le maximum de sinæ * siny a lieu en même temps que le æ cos -I 2 -2 sin ry T .

coSry... OU $:A:2r-. lorsque ces oriæ sont égauæ.... f-a.té est i ..rcs.:-.. Lorsque tous les arcs sont égaux. cos æ *cos y +cos z .. deux arcs différents..rcs. êæ |.-etrC.. Donc. reste égale à sinæ * sin y +sin. c'est-à-dire lorsque æ4av 'JL av + "' : des lYLæ _-= . sin z + . Théorème II.n nombre quelconque d'a. I27 RemplaçonsnetyparryetlaissonSZ.) - q. lâ somme des sinus est maximum et vaut n sin ?.n.'il y a dans la somme {tr + A* : * .. no effet.. Le prçduit d. constante : .. et dont la solzùrha est constante. leur somme est arcs dont la somme av av n fi -l y * z *.ont possible. aussi longtemps q..s + .rcs sont égauæ....MÀXIMTIM ET MINTMUM.conStantS. il n'est pas y a des arcs inégaux. cornpris entre 0 et est maximum la sornrne est constante. ô-s)n É. est maximum lot"sque ces a.. *irruJ u lieu lorsque les arcs a Tlossible. il y a moyen d'augmenter la somme des sinus en remplaçant chacun des deux arcs inégaux par leur demi-somme. si cette égali.l. --) f sin (. conopris entre 0 et æ. Ie maximum existe . et il n'y a qu'un seul système d'arcs égaux puisque leur somme vaut a. Siæfa. etc..es s'inus de deun a.-r) + .. ry +ry * z+. si cette égalité est i et d.etlaSomInedessinusestinférieureà 2sinry*sinz+.t.-n *....242 l7g. n atteint aussi longtemps qu'il Corollaire II. Soient .. - La sovnrne des cosinus d'u. E -t'(.. tt-l-^. Ë 2 sin rycos ry*'Lasomme e.(t.. sont compris entre 0 et T.-v donc le maximum de la somme sont égaux.

.. si cette égu..y) Donc sin r siny sin. donc ce produit a un maximum. C'est-à. Corollaire I. a lieu lorsque ces a..cî X-Y:Z:.'a.a .. Le maximum a lieu en même temps que Ie maximum de cos (æ -y : + c'est-à-dire lorsque cos (æ . Théorème III.rcs roît égaun. (æ .g.rcs sont égauæ. D'où û U :2kæ. est minimum lorsque ces a. remplaçons chacun des arcs # et y La somme totale reste égale à a.té est possible . lieu ali. ..T.dire eue.ble.. a. co?npris entre 0 et i et d.n. 's z L'r (æ +y)] sin z .. (a .. .a sornrne est constante. D'où y.?. la seule valeur admis* sible pour & est 0. si cette égalité est possi. nombre quelconque d. =.sin z ..a .o.ù -cos (æ + a)):] [ror (n-y)-cos fr et g/...rcs. É Le maximum de sin r sin y sin. sa cette sinr siny.. slrnlne des tangentes de deuæ ares compr'is entre 0 et et d.té est possible.t des casinus d'u. Si l'égalité e æ et A est possible. : f..ont l.128 Soient deux arcs couns DE TRrcoNoMÉrnrn... lorsque ég x * y * 2. constants.. ^û*u lFsin2rysingsinl. ( I.. etc. Le maximum aura donc lieu pour - U : .ti. puisque ces arcs sont tous deux compris entre 0 et æ.\ Si n <y.à. t. pioduit des sinus devient hJ â) .U) entrI. Le maximum du produi. I)oL. z zL or sinr siny sina .ont ta sornrîùe est constante.. or peut augmenter Ie produit des sinus en remplaçant deux des arcs z .y) -cos ^. nelation sinæ siny:Lfcos sinæ siny æ*U:&. compris entre 0 et n et soumis à la aJ. La 180.. E à [.:n ?. æ par leur demi-somme. cos (æ . n Corollaire II.. Laissant 3.Ei|t_coS(æ*ù7sin:sinl. aussi longtemps qu'il y a des arcs difiérents. n*u par ï.

Laissons z.té est Ttossible. le minimum 'o'est pas atteint.n notnbre quelconque d'arcs.rcs n' Ttositifs. Igu+tgv c. t29 Soit æ*U:&.. constante. Soit n*y-a tgæ tgy tg (n -f. et comme il n'y a qu'un seul système de valeurs ".e cleun a.?/-\ ' r' - Donc tgæ tg'y : I tga Couns on TnrcoNouÉrnrn. Corollaire f. c'est-à-dire pour fr .:d.!. Théorème IV. - q. si cette lê minimum a lieu pour fi . cornprùs entre 0 etiet d. l8l. - _tgtltgpt. sin (æ -F y) _ sin a tgæ * tBU : cos n cosy cosrr cosy Le minimum de tgr + tgy a lieu en même temps que le maximum 'de cos fi cosy. gtossible.égalité est possible. - Soit æ*y+. La sornrne des tangentes d.y: i -.ont la solnrùe est ?. dont la sotn?vle est constante et modnd. sin..est minimum lorsque ces &rcs sont égazcæ. est 'e que maximum lorsque ces a. si cette égatité esf.TIAXIMUM ET MINIMUM. rr). : n Corollaire II. t.r j.l"cs sont égaur.égales. w:r_@_..'arcs. La sornftce des cotangentes d.'un nombre quel- tgæ + tgy y conque d.pris entre 0 et * et d. aussi longtemps qu'il y a des arcs difiérènts. etc. coî??.. Le produzt des tangentes d. a" un minimum.. ar .'u. est minimum lot"sqzce les arcs sont égaur. égali.. donc û + A est constant. coroll . constants.t: Donc. rI.sJ-.ont ta soy/ù//ùe est "constante. tgtn + tgy * tga .y (Thêor.u. tge -a ïgn*tgy _r tgn + tgy +gn * rg?/ vt L-tgntgy . si cette .

.. Le produit des tangentes d'un nombre quelles a. constants.oe qui rende a sinx * b cosx maæim?tryù (a et b U : a sin n *D cos n - a (sin r* ! ror*1.. 182. t . Posons 2: a tg?... si cette ég alité est poss'ible ..rcs conque d'arcs positi. on peut appliquer le théorème arcs n et y. Laissant z. Corollaire f.I -tg â..A.si n ffi? A Le produôt des cotangentes d'un nombre Corollaire II. tgæ tgA tgi ...nd.... Déterminer la plus petite aaleur positi. -' Xgfi T. €t puisqu'il n'y a qu'un seul système de valeurs égales.fs. c'est-à-dire lorsque j':!/-.. Soit n*A+z*t+.re que. est minimum lorsque les arcs sont égauæ. Problème de x f. : a (sinæ + #" cosr) : ' cos? ' a' sin cos(| (r :f ?).. est maximum lorsque est sont égaur.1. IV aux tgmtgy "D2 Àussi longtemps qu'il y a des arcs différents.-* a. Le minimum de cotgn cotgy cotgz . -4.'.. quelconque d'arcs ltositifs. dont Ia somvne est constante et moindt"e queT. Donc. puisque n A f-. lemaximum alieupour ffi-A:z-.gy . a lieu en même temps que le maximum de tgn tgy tgz . si cette égatité fossible.. le maximum de tgn tgy a" Iieu en même temps que le * tgy. dont la solnrne est constante ef tnoi. c'est-à-dire pour fr . . Soit mly+z+.130 Donc minimum de tgn couRs DE TRIGoNoMETRIE... cotg æ cotgy cotgz. le maximum n'est donc pas atteint.

comme dans les Problèmes d'appliquer les quatre théorèmes démontrés précédemment.ot\ max ?t ---ù' (-?-. Y2.urns d. \î ' I 'nm nn \nx+n)":VW rn+n faire que les et III ci-dessus maximums et minimums s'obtiennent en utilisant simplement des théorèmes d'Algèbre.iu \ r. Le minimum a donc lieu pour a. Détermzner la plus peti.b. : sinzr t77. X-sinzr et Y-coszn d'où et x+Y:1 lnn !/ : Xz . Détermdner le maximum de l'eæpressùon sin'nffi cosnffi.1i x . Problème Nous saYons Posons Ï. 1??. coszrç I En vertu d'un théorème d'Algèbre. II .b cotgx minimuvn (a et b Le produit atgn x b cotgm .\m +n/ 185. eoszffi U: que sinzr f : 1. t84.'?trne fonction càrcula. Problème \. on pourra appliquer le procêdé général suivant.1 -\Æ lh ro: arc tg V i et Un. 13I de y a lieu en même temps que le maximum sin (ar f ?).a. A es[ maximum pour X Y sinz.2hæ +it Le maximum de d'où ffi-Zkn tg? -1- r z- JV ?' de x qtti. II. il pourra se ( ry.ner les manimutns et mi.gtr III. Il n'y a pas de règle fixe pour résoudre ce problème. n rtu+n tn*n coszfi : d. c'est-à-dire pour fi + ?. Problème général.b cotgn _ ab.ire. 183. tgfi . Si I'on n'aperçoit aucun moyen d'arriver au résultat de cette manière.nim.te aaleut" ltositùae rende Y : a tgx {.MAXIMUM ET MINIMUM. Déterrni. il pourra aussi se faire que I'on ait I'occa sion .

h) de manière à pouvoir diviser tous les termes par une fonction circulaire de h. qui ait pour limite 0 lorsque h * h*0.. On aura F (ro) h étant un nombre positif sufLsamment petit et qui a" pour limite 0.F (n) I'expression dont on désire le maximum . par l'étude de la fonction.zr sin cos 2n sînh cosh h cos A .n?. Le quotient * (nr. Il faut ensuite. h) a une limite f (æù lorsque Lrne relation La relation (2) traitée de la même manière fournit f (rù De (3) et (4) on déduit f (rù : (4) 0.on ' - olr sin (r FËïi.sin. d'où f(nù 0. Soit ! . :.ffi? + lt) O + : h) [cos (n Développons - Sintr cos æ .cosr sinh cosA sin cosr sinr cosA : F'inalement - * - sin 2n sinzh + 2 sinr cosA sinz * * z cos.t32 COURS DE TRIGONOMETRIE. distinguer les { maximums et minimllms.êt I'on constate que l'équation (5) donne également les valeurs de fr pour lesquelles F (r) est minimum.siaff cosr sinzhfi.r cos r * sinr cosA siner sinla cosh sinn cosr coszh + coszr sinâ cosh . + cosr sinh) (costr cosh .cosA) . Problème IV. de l'enpress'i.* cos A] sinr cosA (sinm coslr. et soit fio la plus petite valeur positive de n qui rende y mafimum.. {86. Déterminer le manim?/. De ces relations ou cléduit : F (no + h) F (nù F(no-h)-F(nù Par des transformations trigonométriques. I 'l 1 I (5) { l L'équation (5) donne les valeurs de rno qui rendent F (r) maximum. .sinr cosh cosA . Un exemple fera mieux comprendre ce procédé. On opère de même pour le minimum.sinr sinfr. oo peut obtenir d'où On pcut transformer ? (no.

tS? (cotgcp tî + cosrrz : Ir V..' * cosr cosa I{ous pouvons donc Poser (lf6) cosnr: + V.cos2æ sinh cosh + cosn sin/r.ll qui est compris entre .cotg'9 cosnz: La somme des racines est cosnr lt (9) (10) . .:i.I et + l. f(+l):l-cosAr.: i ScosA.cosfr cosA:0 (8) 2coslæ-cosrcosA-l:Q. Etpour h:0 De (4)et (6) . pour qu'elles convien- soient comprises entre f (- L): r + cosa .l-tet+lsontextérieursauxracines' . Oon. (r de calculer d'ot\ Les relations cotgz''g (ll). I tgf) : Z 0OSA. .h.cosr cosA la relation (2) cos (4) devient : - sin?r sinzh + d sinæ L sin'! ..o Si on change h en .Và.MAXI1V1UM ET MINIMUM. cosA Divisant par sinh sin 2n sinh + sinr cosA tg * ontrouve - cos 2n cosh + cosælcosA < 0. 133 Divisons tous les termes par sinb - sinZæ sin h +sinr cosÀ tg D'où pour h : 0. cos4n (7) h' . nent il faut et iI suffit qu'elles Les racines sont réelles . cosffr et cOsfiy 187. .". (3) cos!. Discussion. elles sont réelles et de signes contraires. ou Le produit rJes racines vaut ].i rL + i.:9tê zIz t) (9) et (10) permettent ?. .. !+cos 2n cosh-cos n eosA < 0.

e ta fanction 3 + 5 sin û .û2. Étudier la aa.. Donc. * : ûr.2 coszA . Donc la fonction passe par un maximum pour æ : 2æ . c'est-à-dire pour fi : tz. 188.2æ fi1.. il s'agit maintenant de déterminer pour quelle valeur de æ il y a maximum et minimum.I : A. et fir. et par un minimum pour. 28).134 COURS DE TRIGONOMÉTRIE. cosrtr et cosrtz sont compris entre .. Nous pouvons supposer 0 Bxaminons la position de A par rapport à" æ. ot nous représenterons la courbe y : sinr (cos û cosA) dans un système d'axes rectangulairæ frA (flg. La fonctioo passe par un maximum entre 0 et A. y s'annule pour fr -. ffiDonc Lafonction est périodi.on d. par rapport au point s : rc. Donc cosfiz /(A) . Posons a: F(æ) . fi .3 + 5 siner -2 sin2rt. sinei sin æ sinzA Lorsque æ croît de 0 à Lorsqu e fr croît de A à *. - ' Deplus.ti. frr et n.2 sinzæ. Problème V. F(tr* h):-F(n-lt). et par un minimum entre A et æ. sont compris entre 0 et æ. c'est-à-dire pour .coszA . krc et pour t . A cet effet nous allons étudier la variation de la fonction. Lorsque æ varie de 7r à 2æ.2kæ * A. la période est Zn.l et + l. la courbe est symétrique de la l"e branche.t"'icr. it suffira de faire varier fi de 0 à æ.

G 6 Entre . cela 2sinzn-5sinn-3-0 sinæ.rll rLl 2 2kæfæ+T. \z / \z ) n-(2k+l).L 2e ar 7Ê.MINIMUM.dans un système d'axes rectangulaires ûA (fig.'qu'elle est symétrique par rapport aux droites . . rrrJ 5 V4e .3æ 2e v' les valeurs de û qui rendent y nul .6 . y est une fonction périodique de n.l . revient à - 5+V+g 4 -3 sinfr.6.(+:b):r(+-h). nous voyons .): F(:-b) \z/\z) I1 suffira par conséquenr d* Cherchons rrésoudre l'êquation f.pours)-T. r æ de æ.U --4. si nous représentons la courbe y: 3 + 5 sinr .P . de plus Donc. la période MAXIMUM ET 135 est 2n..^/ 2 2kæ-T tt .(:+fr..42 n I est imaginaire. rv. . .*îuri.2 sinzæ .. 3n 2 il n'y a qu'une solution i fiz :6 7æ :-f Pour 2 v. 2g).

à6t ! décroîtde*6à0. Deï z S D'où et potn' fr f (+l): 'T'(. c'est-à-dire que + I doit être compris cntre les racines. donc attribuer arbitrairement à y que les valeurs qùi peuvent être" obtenues par des valeurs réelles de fi. . Recherche des manitnu. minimum. y croîtde+3à+6.I et + l. Pour que r soit ré.T3æ y-6 la première.I et + l." . F(-1):2+5-3+V:4+A r(+t) -2-5. llæ ïàL-f. il faut qlil y ait au moins une des racines. on ne peut. 3æ y décroît de 0 à 4. Qûo si I'on résout par rapport à æ. et que la plus petite doii donc être seule comprise" entre .el. iæ.136 COURS DE TRIGONOMETRIE..maximum. A croit de 0 à 4. c'est-à-dire telles. Ë à ï. la seconde- On complète le tracé de ly la courbe en remarquant que pour Conclusions. A toute valeur de fi correspond une valeur pour A.7æ î à2æ.t) . r + 3.. pour û Ces valeurs sont obtenues.lns et minimirnts. et : I extérieur aux racines. Lorsque - b* !/: + 3 fr croît de 0 à i. llæ \ a æ. grande que + l.Ucroitde-4à0. - Ç. on trouve des solutions réelles. de I'équation 2 sinzr comprise entre .3+ U: S5 24 - 5 sinr - 3 + A :0 -6 +y. 3æ .

sin r coszr (I + sinar) . Trouver parmi les rectangles ayant les mêmes diagonales : lo celui de plus grand périmètre . cosfr + '' a. . bt . Les exercices suivants ne peuvent être traités qu'après l'étude des triangles rectilignes. quel est celui de plus grande surface ? : *'ll*5 b. 5. 3o même base et même angle au sommet. a2. 4.A: sinrf U: vû y:sécæ+tgn fi sinr sinr (t + sinr)z (I sinæ) cosr tt: u Cas particulier i at: I .2. déterminer le maximum de I'angle que forment la médianc et la bissectrice issues de A. et 30 que le triangle ACD ait une aire maximum.MAXIMUM ET MINIMUM.:2. 20 celui de plus grande surface. Étant donnés deux cercles qui se coupent aux points A et B. n + ?' 'o" * sin cz ' 7. (5 - sinr) + siner). B. 8. Y que DB x BC soit maximur. Trouver le triangle de plus grande surface parmi tous les triargles qui ont: Io même périmètre et un angle commun .lI r - ù sinar /'. de manière: lo que DC soit maximum. bz: l. tT ?* . N. Déterminer le maximum de sinr { siny. tg'æ 2. ct: I. tgm * 3 cot gfi cosæ*coS2fi. Parmi les quadrilatères ayant mêmes diagonales. 2o même périmètre. cz:3.psinu+qcosffi.tgatgn*cotgacotg"(*< * tgr tg 2n. Étudier les variations des fonctions : . t37 l. sachant que costr | cosy est constant et que n et y sont compris entre 0 et I2 3. Dans un triangle on donne a et b * c. Déterminer les maximums : et minimums des expressions (2 suivantes sinr (l + sintr cos 2n - sinæ). EXERCICES. 6. mener par B une sécante DBC.

L7. Déterminer le maximum et le minimum de I'angle du sommet d'un triangle dont on connaît la base a et 10 la somme des deux autres côtés . 2" la difiérence de ces côtés .F(r) on peut en général. déterlniner pour quelle valeur de I'angle au sommet des triangles latéraux le volume est maximLlm. 16.ry . 9. 3o la médiane AD. + h est constante . L'arête latérale d'un pyramide régulière est donnée. 13. inscrire le rectangle de plus grande surface. variable indépendante . I0. Étant donné un triangle rectangle. Trouver le quadrilatère maximum que I'on peut former avec quatre côtés donnés. Trouver le minimum du rapport du rayon du cercle circonscrit au rayon du cercle inscrit à un même triangle. qLle le rectangle des perpendiculaires abaissées des points B et C sur cette droite soit maximum. en appliquant les théorèmes particuliers de la Théorie des limites. déterminer la position de cet angle pour laquelle la somme des zones interceptées est minimum. On donne les bases d'un trapèze isocèle. mener 10 la droite minimum qui le divise en deux parties équivalentes .t38 couRs DFI TRIGoT{ouÉrnm. Étant donné un angle dièdre dont I'arête est tangente à une sphère. 3o b * c a si I'hypoténuse est donnée. 18. écrire la relation timF(r)* +6: F(a). 19. Dans un secteur circulaire. I l. L4. 2o S et Zq. déterminer le minimum du rayon du cercle circonscrit. 15. inscrire le triangle dont le périmètre ou la surface soit maximum. Dans uû cercle donné.si a. Étant donnée une fonction d'une. A un cercle donné circonscrire le triangle dont le périmètre ou la surface soit minirnum. Étant donné un triangle ABC. CHAPITRA II Lirnites ou vFaies valeurs. y . L2. 189. déterminer entre quelles limites varient : L. 2o une droite AD telle.

lorsq ue fr a pour limite a. r39 Mais I'application de ces théorèmes particuliers est soumise à quelques restrictions.nd. si' l'ttne tend. La limite de cebte nottvelle fonction sera la limite de la fonction proposée en vertu du principe : x prennent des oaleut^s égales quelle q.éltend.i.oo. Limite de I'expre ssion l-f-L /sinæ\ @\ - " Si I'on Or . 0 X oo. La limite en question s'appelle la aaleut" n?. l'autre tend également aers une timite égate ù ta pre//?. Dans cette recherche on fera utilement usage du théorème - A. . On ne peut pas écrire la relation qui précède.ue soit ta aatèur ath". doit être déierminée par d.cos# et lim A**o : - ff cosfr 0. .. Nous all ons développer qu elques exemples.ô.buëe ù x. Ders a. Dans ce cas la limite vers laquelle tend F (n). mais cette expression n'est pas heureuse et doit être évitée .crnérique de F (æ) pOUf æ 0oo il est difficile dans un cours élémentaire de donner une règle générale pour la détermination des limites. Lorsque deuæ fonctions d'une même uariabte i.t - I- costr xgfi pOUf fi *4. On lui donne parfois le nom de ura'ie u&leur".'autres procédés. elle est d'ailleurs sans signilication.ante €n vertu duquel lim (llg). r rim \ fr /æ+o \ t .sin2æ . et0. Exemple f./*-*o 190. lorsque F (a) se présente sous I'un des symboles non définis : oo O' . fait I Y û: A cosrt o on trouve A : 0 0' sln d'où Exemple If. - .ùère. Parfois il suffit de transformer I'expression de la fonction en une autre équivalente à laquelle la relation précitée est applicable.I f cosæ et tgn : smrt cosfr ï +.LIMITES OU VRÀIES VALEURS. oers une timzte lorsque x tend. v : Limite de I'expression sin (a + ffi) sina pour fi*A.

..) =: limà pl -. Dléthode générale.+t fi+0 - cos 4. /. tùJFr-SID: .) x .) à:. srn Z cosT (-r) z .*) + \ )tg(i t9 te ùe Limit de I'expression pour r----æ av ffi-> -.r-d.0 --Gï . I I ù et IimU: l' Limite de I'expression aux relations p et q.*.r40 COURS DE TRIGoNoUÉrnrn. a: ( . .ooX0.. CI srn *a 2 stn . e' 'h) or E-4sin(g-a)I I costo d'où a) p _ _U e Z X .* \ rs(. présent A se présente sous la forme 0 x oo. ) É. e ù)->c SlIl a Lorsque I'on n'aperçoit pas les transformations à opérer sur la fonction F (r) dont on cherche la limite pour lim ffi .T-.. satisfaisant P_=# POur t.a. p sin(o e et l-ecosa-o' (cos coso) cos-pz. U:@ IV. on remplace fi par a * h. 4 fait n . a: lim F(a * h)o*o l9l. La limite cherchée est fournie par la relation lim F'(o)'-.o* (o +n lim U**o : lim f Exemple II[. t)-æ -7- (')-d- Q: .--ffiJ /. ffi smt Lt )/ ffi .ffi (..n 2sinScos[o+ ar\ .8. *'l q\ ? ) x limcos ? fr \ 2/ ) *_. - a: Si on Or d'où Exemple /'.

coser tg(n * h) - Ign coigJr * h) h - .0 I .Q.ner \.pour lim fi t- sinæ cos rt sécfi-tgn cos I I + tgn Igffi (1 -cossin n)' .--+ ïgT . pour lim h:0 cotg n * lr.cOStr t .v : htsitr nte(i rsfr. Déterminer les limites des expressions suivantes.A.n)tg z g:1-h. 141 Exemple V.cosrt sinrnn sinmm sin mn I ./ . tv 4.cosrt @ -tg& 3. sinSa-sin2n sinzæ-sinza sinr-sina sinr-sina cosa \gfi û4 . V.cotg{. pour lim tr .tgn 2n cos pourlim fr - cos 2n n - cosi 5./\ (/:*h\ \ z lim z EXERCICES./.. wffi cos(r t . Déterminer les limites des expressions suivantes.t . l. pour limfr Posons i .n->O .l.) h .æffi la limite de (l .frz }-cosrt ffi tgfi l-cos{r 2.9 \. a - Détermi.LIII{ITES OU VRATES VALEURS. Déterminer les limites des expressions suivantes.\ 2) I X T n tgo t æhl r \tg v / o*o IT æh limz. l-/ vtr .U: .cOStr @@w@wffi 1 I tgn cosrt r sinr 1 . Déterminer les limitcs des expressions suivantes.t . Déterminer les limites des expressions suivantes. . li I( A: (l -n)tg q -h): -tr. pour limr .

+ g sin' * + ô + g" sin'ft pour n croissant sans limite.. I .ts.....142 . I . 8. btsb coséc Bz . + btsLy cosêcL 2n coséca* sin'a f-+ cosécfi+. . Déterrniner la limite de I'expression cosrt pour limfi:æ. Déterminer les limites des sommes 1.. + sins$ + .ffi stnt + couRs DE TRTGoNoMÉrnrn. cos|- .. 7.orfi.. Déterminer la limite du produit cos a. torft pour n croissant sans limite. tsa + + . a.^^& .-a . +. 6..

30). s t. Théorème II. On en trouvera la démonstration aux nos 205 et 206. des angles On admettra ce théorème pour le moment. quelconque de l'angle droi. 30. les mesures des côtés opposés. B + 0 . Théorème En eftet. FoRMULES DES TRIANGLES RECTANGLES. Nous représentons les mesures des angles en grades par A. b et c . B et C (A:100"). B+C:100". - B) (2) D'après le théorème f. Donc BA ou : - pr. 193.92. 1. a est donc la mesure de f.DBUXIÈME PARTIB TRIANGLES RECTANGLES CHAPITRE PREMIDR l'niangles nectangles. c-asinC.acosO:rlsinB. l'étalon êtant quelconque. Notations. Dans tout triangle rectangle la soTyùrne B et C aaut 1æ grades.100" donc cosB sinO F rc. : nC cosff Q --= cos (200" c-AcosB. (4) et (5) . par &. m est la projection orthogonale de BC sur A (flg.n côté 194. I'hypoténuse.t est ëgal aoc produàt de I'hypoténuse par le cositzus de l'angle adjacent ou paî le sinus de l'angle opposé. d'où (3) Par raison de symé[rie b. BC A. (r) On a donc Dans tout tràangle rectangle u.

C On aura a. b:asinB et c-acosB b: c tgB ou c .l00o. a. solution du système d'équations ( B*C:100" I { b:asinB I ( (r) (2j (3) c- a.n côté 195.L44 couRs DE TRIGoNoMÉrnrn. Enfln. Théorème II[.angle rectangle le camé de I'hypoténuse est égal ù la slrlrorne des cat"rés des deuæ Desformules autres côtés. sur les deux côtés d'un angle A . : bz + c2. en vertu du système (2) (3) donc atz . Cr donc . guelconque de l'angle droit est égal a. Théorème IV.bz * c. Br: B. (6) on déduit D'autre part tgB : cotgC.100'. B+ C or . b.t de l'autre côté pa?" la tangente de I'angle opltosé. S. sz . B et C sont cinq nombT€S Desformules b:asinB positifs. et puisque B et B' sont conpris entre 0 et 100". (7) donc f96. Bt et Ct les trois autres éléments de ce triangle. Davts tout triangle rectangle u. Br+Cf :100" ou B+Ct:100".b. par suite. a. Soient &'. portons b et c et joignons BfOr.B et C sont les élémenfs cl'un triangle bectangle. lg7. . et c-acosB (8) on déduit bz + cz .gz et puisque a et at sont c-4rcosBt:acosBl Deplus c-acosB.tz \ et. Or . ou par la cotangente de l'angle adjacent. Bn efiet. Théorème V. et donc cosBr : cosB. cosB.ô cotgB. Dans tout tri. c. b-ecotg0 ou c-btgC.c.u ltrodui. ces nomby'es sont les éléments d'ttn trdangle rectangle.az (sinzB f coszB) : &2.

( B*c:roo" ( { b: I sauf lorsque les deux éléments donnés sont B et C . . C. 20r.a cosB on peut calculer trois étéments lorsque l'on connaît les deux autres.t.0. et tous les 616psnts d'un triangle rectangle seraient déterminés lorsque I'on connaît I'un d'eux . | 9" cag. il serait possible d'en calculer quatre en fonction du cinquième. indépendantes I'une de I'autre B+C-100" b: c Toute autre formule peut se déduire de ce groupe. et alors le système est incompatible. Entre les cinq éléments variables d'un triangle rectangle existent les trois formules suivantes. o. C et c . ou bieu cette équation n'est pas vérifiée par les données. en effet.TRIANGLES RECTANGLES. .iss ant l'hypoténuse et un côté de l'angle droi. 200. il reste donc quatre cas à examiner : On donne deux côtés On donne un côté et un angle aetb betc aetB calculer B. ou bien l'équation B * C : 100" est une identité.Résoudre un tràangle r ectang le conn a.. cotgB:1 a2 sin?B : 1 . s'il existait entre les cinq éléments quatre relations indépendantes I'une de I'autre.) olffi s 2. r45 198. A I'aide du groupe des trois formules a sinB c . &. - a sinB a cosB. et alors le système se réduit à deux équations à trois inconnues. et c. :rrî::: )' b etB C.rrr. ce qui est faux. (8. Les diftrentes évaluations de I'aire en fonction de deux éléments sont : s :àbc _ f. Conelrrsion. b. Couns op TnrcoxouÉrRrr. c). Alre dtun triangle reelangle. 199. RESOLUTTON DES TRTANGLES RECTANGLES. dans ce dernier cas.

. Les inconnues sont calculées par les formules 202. Pour qu'il y ait une solution. . c. (C.ngle clnna.lUU"-b Discussion. et poltr a f. c Ces conditions se réduisent à b Donc. b. 203. inconnues sont calculées par les formules Les C Iliscussion.100"-B b :a sinB e :a cosB. (C. B.Résoudre un triangle recta. par suite. S" oa. suffit SiB 204. &. pour C également. bo c). (8.angle. Pour qu'il y ait solution il faut et il I'on ait 0 0 i suffit que" . C. 4u G&s. a. b. Les inconnues sont calculées par les formules sinB -- Q 0.)..issant I'hypoténu.-B &:fm. c) . 2" - b rgB:9 c-loo. sib Ies deun côtés de Résoudre un triangle rectangle connq. C . a. B. il faut er il que B soit inférieur à 100". Discussion. si b easo pour B l'angle de la table.s.L46 couRs DE TRTGoNoMÉrnrn.Il y a toujours pour B une valeur unique comprise entre 0 et I00".une valeur Le problème admet donc toujours une solution. . C:100"-B c-acosB ou çz:(a_b)(a+b).se et un angle. Résoudre un triangle rectangle connaissant un côté de l'angle droit et 2rn.issant l'angle droit.

^. . Les vecteurs AB. BC:BA+AC.400o+(200"-C) AZ: K. 205. oD peut écrire r_ ^-f{.31) utt triangle ABC. . soit inférieur à 100". b. précisément le sens suivant lequel ce mobile se meut. Adoptons comme sens positif placées de telle sorte qu'un observateur situé à I'intér'ieur du triangle sur chacun des trois axes qui portent les côtés. Pour qu'il y ait solution. de B en C. BC et CA auront porlr mesures les nombres positifs AB : c.400 +(200"-A) Enfin.- ffi solution. 147 Les inconnues sont calculées par les formules C:100"-B a. iI faut eû iI sufût que B SiB CHAPITRT) II Tniangles quelcongues. .400"+(zoo"-B). BC a. on aura - f^ iU:K. Discussion. et CA : b. FoRMULES. et par A. B et C les mesures des angles en tr'rc. Considérons (flg. s t. grades. Désignons par û. 31..TRIANGLES QUtrLCONQUES. Quant aux angles des axes. b e - b cotgB. c les mesures des côtés par rapport à un étalon arbitraire. et de C en A. ces trois lettres étant voie tourner dans le sens direct un mobile parcourant le contour de A en B.

. : + 100c BC: *a [s : . Dans tout triangle rectangle.148 COURS DE TRIGONOMETRIE.looc-c 100" . \-/ . ---' A_B tOS./\ ms tz tfi * == - BA: -c AC: _-l). ---5) h. À_I. entre les angles déterminés par les trois âxes.B A-B stn-.B . Projetons d'où Or . I .z. Théorème II.100".100" . 'Z -lrioAlBcosA+i 2./\ ty -tn * fiU: .c ^' . 2 sini cosi sina.BA+prrAC BC cos à :BA . û +îà + à:K A) 0 4oo' K.A . tOS--(. nfr Z Sm= COS.100".400" D'autre part.. ?? sinA . - Dans tout triangle..tr la résultante BC sur un axe t. + T sinA + sinB Z . Si A . aaut En effet. et par suite Corollaire.bc De même ffi: ilB: rioc' B 208.B) : A +B+C:600c-K.orâ + ac cosfi. tel que à pr. La seule valeur possible pour K est donc A+B+C:200". la sotnrne des angles udjacents ù lhypoténuse oaut 100 qrades.200" -.2 . puisque chaque angle est compris entre 0 et 200". on 200 gra. 206.C smz a*b c \.des. loo'+zooc-c. 3l)./\ : .400c. sont proportionnels a. B + C : 200" . On a donc 0: c sinB L : . Ia somrne des angles a ou (200'ou encore ona C) + (200" + (200c .300".uffi côtés opposés (frg.-3 cosi .9 dr-b '. les sinus des angles 207. Corollaires. ff: v'.b sinO ou sinB sinC a.sinB I[. Théorème f. hi. Dans tout triangle.BC:pr.

L49 uI.0. est égal ù. Nous allons calculer sin Nous Caleul des angles en fonetion des eôtés. Dans tout triangle. Zb.AC cosy'î : b2 + C2 on ne trouve pas une formule calculable par logarithmes. savons que cosA 2 .t . .+-: Lg 2 A-B .BAfpr. multipliés par les cos'i.o.oement 209. m: sinA sinB .nus des angles adi acents .AC : 42 or Donc BA.c cotg z a-b a.c cosA d'où qz ou sln"sin'1 2 s2-(b-c)z 4bc (a*b-c)(a-b+c) 4bc (r) On a aussi cosA -- z cos'$ t + cz*Zbc_ bccos'f (a+b + c)(b*c-a) ou cos'f (b*c)'-sz +bc 4bc a* b*c :2p Posons d'où b+ C-Q' -2(p-a) a* b-c :2(p-c) a* c-b :2(p-b)d'où gz - bz (2). Projetons la résultante nC sur l'axe n : pr*BC:pr. A-B lgztgz j.2 sint4 .TRIANGLES QUELCONQUES. Théorème III. Théorème + LC cosny 0.- Ôc cosA.2 : bz + cz f et .oubte IV.AC d'où BC cos fiffi : BA cos nz ou 21. ffioins leur d. est égal à.1 \ - ZbC COsA. la sornrne des carcés des deuæ autres. la sornine des deun autres.AC BA. . (t 7) (35) produit p&?" le cosinus d. ztL Si I'on tire cosi\ de la formule e.+ b respecti.:ccosB+Ôcos0. |. le carcé d'un côté cot?xprennent.e l'angle qu'ils Faisons le carré de la résultante BC BC' : BT'+ AC'+ BA..

62 + fiz - Zbc cosA Zac cosB 2ab cosC . Conelusion.u. Par les théorèmes qui précèdent nous avons établi entre les six éléments du triangle quatre systèmes de formules.c t8z et tg . on obtient A tgz: . et par suite.. qz * c. Les trois groupes précités sont appelés groupes fondatnenta.a) 2t2.'un triangle peut se déduire de I'un des trois groupes I. p(p v@ -b)(p-c) . nous obtenons . sans cela. Toute formule reliant les éléments d. Dans chaque groupe. Nous allons démontrer explicitement que chacun de ces groupes peut servir à démontrer les formules des deux autres. II ou III.n. Le 1"" système ne comporte qu'une seule formule reliant les trois angles . et prenant Les racines négatives sont à rejeter. nous obtenons trois groupes de trois formules chacun : _ sinB _ sinC \a :ôcosC+ccosB o c il<b I( & (a+B+c-200" (t I sinA bz * c. ". le quairième compo rte également trois formules.B . le second comporte deux formules reliant chacune deux angles et les deux côtés opposés . on pourrait en déterminer quatre en fonction des deux autres.quatre relations indépendantes les unes des autres pourraient exister entre ces éléments. reliant chacune les trois côtés et un angle. Si nous réunissons le l'" et le 2c1' système. le troisième est peu important .A smz: bc cos z L' A :iry (l) et (Z). cê qui est évidemment faux.r50 COURS DE TRIGONOIVIETRIE. ! Divisant ces formules membre à membre. Remplaçant ces expressions dans les formules les racines carrées. il comporte trois formules reliant chacune les trois côtés et deux angles. 4/ s'écriront par analogie. les trois formules sont indépendantes les unes des autres.

IRIÀNGLES

QUELCONQUES.

T51

- ÉgulvelencE DES cno.upEs. de trois 213. Définition. - Deux groupes élémenisformules indépendantes les unes des autres, et reliant les d'un triangle, sont dits
S

2.

équi,oalents, lorsqu'ils admettent les mêmes solutions répondant aux .conditions suivantes : a, b et c positifs, A, B et C compris entre

0 et 200".
214. Théorème I. - Les trois groupes f, If et III sont éguiaalents. Pour démontrer ce théorème, nous allons prouver que chaque groupe peut se déduire de chacun des deux autres. Io Du groupe I déduire les groupes II et IIL Du on déduit Gnoupn IL - sinAgroupe I cosC sin0 cosB _ sinB _ a, ôcosC ccosR sin (B + C) sinB cosO + cosB sinC

A et B +
-donc

C

étant supplémentaires, sinA

:

sin(B

a-Ôcosc+ccosB. Du groupe I on dédnit encore Gnoupn III. inzA sinzB sinz0 sln"a: sln"5 slfl'L,, 2 sinB sinC cosA

+ C)

qz -,-:æ 62' bz -:æ: sinzB * sinzC _
bz

c

Zbc cosA

.Or :

sinzA : sinz(B
siuzB sinz0

-2 sinB sinO cosA + ç2,-2bc cosA + C) : sinzB cosrC + sinzC coszB

f : sin''i;l;îi;à"i 'jli$ffi'::,

+ -

2 sinB sin0 cosB cos0 2 sinzB sinzC + 2 sinB sinC cosB cosC cos c)

:
.donc

sinzB
a,2

:

+

., ïË

sinzC

bz

20

Du groupe
r.

II

+

ç2

-

2 sinB sinC cosA;

dédu'i,re les groupes

-

2 bc cosA.

Gnoupn

,les équations

If. Entre la I"" et la

-

Pour démontrer

sina

a,b -

I et f Il. gfl, éhminons

c et c entre

az

: bz -

2u éliminons cosO

:

ab cosC + ac cosB ab cosO + Dc cosA;

r52

COURS

DE TRIGONOMETRIE.

- Ô oosA) et, par suite de la 3", cosA) cosB &2 - b2: (a cosB + ÔcoszB (aÔ2 coszA D cosA) : a,2 az ou - bzcos'B) : b' - cos'A) ou encore a' (L - SinzB : D2 (L SinzA Az asinB-tÔsinA. est à rejeter, car B e[ A sont compris entre 0 et 200',. signe Le donc sinB et sinA sont positifs, de même que b et a. Pour démontrer que A + B + C :200, il faut éliminer a,,b et c
sont proportionnels ; sinA - sinB cos0 + sinC cosB sin (B + C) sinA D'où

soustrayons membre à membre : sz bz : c (a cosB

entre les trois formules du groupe If. Remplaçons dans la l'", a, b et c par sinA, sinB et sinO qui leur"

'-

sin(B

+

C).

ou
Des

À+B+C---B+C-A Zcos:.tnff-0.
0 0

-

inégalités

on

déduit -

100c

Les sorurions sonr donc

I â î:l::3:0"

Des autres équations on déduira de môme

( A+B+C:200c

parmi toutes les solutions du système, la seule dont les éléments. ne vérifi.ent pas la relation A + B + C : 200o est

iL+c-B-o

er { A+C*ts:200c le+B-c-0.

ta+B-c-o { A+c-B:0
patible avec les conditions A ) 0, B Les nombres À, B et C vérifient donc la relation

D'oùondéduitpar addition: A + B +

tB+c-A:0.

t-..

C

-0,

relationincom-

A+B+C-200c.

TRIANGLES QUELCONQUES.

r53

On peut aussi obtenir cette équation en exprimant la condition pour que le système de trois équations du groupe If, homogènes en a, b etc admette une solution autre que Ia solution zêro. Cette condition est que le déterminant du système soit nul. D'où
cosB - I cos0 cosA :0 cosO - I cosB cosA - I ou coszA * coszB + coszC + 2 cosA cosB cos0 I On déduit facilement de

0.

:

^^_a+B+c cos ^^_Il+C-A cos--: - À+C_B 0. ^^^A+B-C cos cosT' T. tr. D'oùles4solutions: A + B + C:200" À+B-C:200" B+C-A:200" a+c-B:200". : Les solutions de la forme A + B - C 200" sont incompatibles avec les conditions de signe et de grandeur imposées aux nombres
a b c A B C; en effet, introduisons une telle solution dans l'équation cr,=-ÔcosC+ccosB. Il vient, en remplaçant B par 200" (A C) :
e,

:

ô cosO

ou etenfin

a-

ccosA cosc - * - c sinA sinC. a, - cosC (b c cosA) - c sinA sin0
a

ô cosc

-

c cos(A

-

-

--

C)

a sin?C:

ce qui est impossible.

-

c sinAsinO
200o.

Laseulesolutionacceptableest A + B + C Gnoupn IIf. Pour démontrer la formule

a2:
il faut éliminer

bz

B et C. Multiplions la Ir" par a, la 2e par b, et la 62 ab cosC + ac cosB
o,ô cosO

+ cz -

Zbc cosA
Be

par c.

d'où

- bz -: ç2 a,z - bz + cz ac cosB

ôc cosA ôc cosA Zbc cosA.

154
3' Du groupe

couRs DE TRIGoNoMûTRIE.

III

d'éd'uire les groupes

I

et

II.
éliminons c entre

Gnoupn I. - Pour démontrer les deux premières formules.

#

:

H'
cosA).

Par soustraction on
az

a

ou ou d'où ou et enfln

-

bz
a2

Par addition,
qz _t, fiz

- bz : -bz

az

c(a cosB

-

2c(b cosA

-

Ô

-

a cosB)

(la solution négative ne convient pas, puisque c, Ô, sinA ei sinB soni ) 0). Pour démontrer la formule À+B+C:200c, éliminons a,, b et c.
Remplaçons dans les deux premières formules qui sont homogèncs

: a, * 6z 12cz _ 2c (a cosB + D cosA) c: a. cosB f Ô cosA car c + 2 - bz - As coszB - Ds cOs2À o2 sinzB : [z siazA sina sinB :_T a,
O

en

a,b et c, ces trois nombres
:

par sinA, sinB et sinO, qui leur sont

proportionnels

sinzA

sin2B : or, ,sin0#0; donc,
sinC

sinzB -F sins0 sinsO sinzA

*

Additionnons membre à membre: sin20 : sinO (sinA cosB

-

2 sinB sin0 cosA
2 sinA sinO cosB.

f

sinB cosÀ)

rrouYe'

sinA cosB f sinB cosA : sin (A f B)' La suite est la réPétition du 2o. Par addition des deux premières formules on Gnoupn II.

:

or c+O; ", '

,cL : zc(a cosB f ô cosÀ) donc c:ct,cosB{ÔcosA.

-

Le théorème est donc complètement démontré. i.nd'épen215. Théorème ll. - Tout groupe de trois formules les unes d,es autres, pt"'i'ses parmi les formules d,es d,antes triangles, est équi,oatent aun trois grouptes fond,a,rnentauu, à, con(tition que chaque angle pris inaid,uellement ne pui'sse receaoir qu'une seule Daleur poul" un système d'éterminé' de oalatrs attri'buées aun auh"es éléments.

TRIANGLES QUELCONQUES.

rDD

a>-

La démonstration de ce théorème sera faite dans Ia 3" partie du cours (Triangles sphériques). Nous laissons alr lecteur le soin d'adapter cette démonstration au cas particulier des triangles rectilignes. Corollaire f. Si parmi les trois formules considérées flgure la 'formule A B -f C : 200', la condition exigée pour l'équivalence + est satisfaite. 2t6. Théorème III. 8, a, b, c, a, B et c sont sin notnbres positifs, solution du g?"oupe f , ces sin nombres sont les rytesul'es des sin éléments d'un triangle. En effet, A, B et C étant positifs et leur somme étant égale à 200", chacun d'eux est moindre qLle 200c. Au moyen des quatre éléments a,A, B et C, on peut construire un triangle, puisque A + B + C 200". Soient ltt et ct les deux derniers éléments du triangle. - pourra écrire on

T:T
sin

sin

A

sin

B _T'C sin B
sin C

Or, par hypothèse, on a aussi

Donc b:bt

a:T:T'

A

sin

et

c

Les éléments a,, b, c, A, B et C sont donc bien les éléments d'un triangle.
2L7. Théorème IV. Les solutions d,u gt"oupe fff , répond,ant auffi conditions; a,. b et c positifs, A, B et C to*piùt erztre '0 et 200", sortt les éléments d,un triangle. lo Au moyen de trois côtés ayant pour mesures a, b et c, on peut construire un triangle. En effet , 0,2 : b, + c2 _ Zbc cos A

ou

a2: (b *
a,2

c),

Donc

-

4bc

cos2

+

.

Prenant les racines positives
a

:

De même

b

Les conditions nécessaires et suffisantes pour la construction d,'un triangle étant satisfaites, le triangle peut ôtre construit. 20 Soient At, Br et Cf ses angles. On aura a: - b, + e Zbc cos Ar.

-

r56

couRs DE TRIGoNoMÉrnru.
I

Mais, par hypothèse,
az Donc

I

:

bz

*

c,

cosA

:

-

Zbc cosA.

I

cosAr.

A et Ar sont deux angles compris entre 0 et 200' ; ils ont même cosinus, donc ils sont égaux; A - Âf ; de même B : Btet C : Cr, e,, b, c, L, B et C sont donc les éléments d'un triangle.
218. Théorème V.

formules indépendantes oti

-

Toute solution positive d.,'rtn groupe de tro'i,s

A+B*C:200.

figlre la formule

est constituée par les éléments d'un triangle. Cela résulte du Théorème du no 2t5 et de son corollaire.

s 3.
21,9.

At

RE ET RAYONS DES CERCLES Ct RCONSCRIT, I NSCRtT ET EX-t NSCRtTS, ETC.

Aire.
z

Io En fonctàon, de deuæ côtés et de l'angle qu'ils cornp?^ennent : I S - j &hn or, ho : Ô sin C, que C soit aigu ou obtus ;

donc
20

S:;
l-'l

absin}
:

(1)

En foncti,on d'tcn côté et des angles

a
Remplaçons

b

:o : *I srnA d'ot\ b

tl"P
slnA
(2)

b par cette valeur dans (l) : I .sinB sinC ): z&- sina 30 En foncf,ion des trois côtés :

il

faut remplacer sin C en fonction des côtés dans la formule
I

(l)

ioz=cos;:2V sinc -- 2 s'-c ^^-c
d'où

x\l
.
21.1,

sin0

:

, hV

w
(3)
(4)

et

S:

40 A I'aide des formules du n"

on trouve encore la formule

s: p,tsï r** t**.

\g+ et : . 22t. Ravon du eerele elreonserit.) -t ) - 1ô COS 5) A a -:.itoe dans I'angle A. Rayons des cereles GXr rayon du cercle . p_ rr' Aa\p @ (3) et (6) donnent : abc.tll'. . 32) A BC: Ct.+l _ - a.et enfin BD + DC et B DC:rcotgl ?! Sln \ . nous rem- plaço ns cô tés . d'où ^h&bc . ttff. B+C .B..V (p-a. ang les en fonction des nous obte nons : (e) (10) les .C a sln. 222.) (P abc - b) (P - (6) (7) 33) Dans les triangles rectangles BID et DIC (fig.. Dans les triangles BEIr et I'EC (fig. srn' :r(c st$T {. L67 220. 'EC p. BD:rcotg$ d'où a.J /l . 33) on a. Dans Ie triangle rectangle BDC (fig.)(p-b)(p-c) p d'où S:pr.- _ È_ \ r. dans cette formule.rlr.TRIANGLES QUELCONQUES. sinft que A soit aigu ou obtus ..cotg C\ .'-:2R: sinA sinB sin0 A tr'rc. Rayon du eerele inserit.W* BB : p. 4 RS . : BD 2R sinA.C srn 2 srn " (s) Si.B . 32. En fonction des trois côtés : c) Ona d'où sinA : c).

t.^ ) IJ . (18) . d'or-i a. dans le triangle ADE.BE+EC: ?o ('*| +'*. sr+s2-s Luo ou encore sinf + * cd. et le \e .) :P"E Z A p" COs.* Tut sina d. rlauteuro soit AD . o sinB sin c sinA =InA (15) Soient Sr et Sz les aires des triangles AEB et AEC.: d'où 224.b!# -') issue de (12) (13) A.h la hauteur les triangles ADB et ADC on a I ' on aégalement s : ZCLn . cOS C : 2 cos Z (l 1) Remplaçant les angles en fonction des côtés Po: S: (p-a)pu 223. I'angle DAtr conséquent : B--C et par .t sini (B + c) cos B etfinalement: a cOS. a -ffie d (sinB tl'où . : .or 4 2 a (16) Dans les mêmes triangles ABB et AEC on BEd . (14) h: Bisseetriee. (b * c) : Zbc. Dans lL-csinB -bsinC. on a : - Soient AE - d la bissectrice de I'angle A.) H - c/ cosP . A:siffi srû. sin+. K) ei ECd _: Srtr . A: sln 5) a .(#*ffi) h * sinC) sinB sinC (t7) a Enfin.158 couRs DE TRIGoNomÉrntn.I ^sinBsinc 2a.

: (2t) 4rtzz . ADÀ{ -Zïnz +":2 cz : Zam cose. Soit AM fait la ?yt. sinB sinC 2'- S : r' cotsf.6f 4bc cosA.TRIANGLES QUELCONQUES.. ona 4mz : b2. les aPPlication' ExERcIcES. cotg I -orrl p : an cosf cosË.otsO cotg - colgB) . çz h=msina on a également d'où asinB sin0 .4+# tJr. mêdiane avec la base BC. Seules. on a b2: 1772 +T + ç2': n* + "? . (22) (23) Enfin. les autres doivent pouvoir être rapidement établies lorsqu'on en a besoinï dans une Remarque. on démontre (24) B-qtog! .or! abc R-*V sinA sinB sinC 2Y t.4 d'où et bz bz cllncosz arn cos a (re) (20) + Si I'on Or d'où Dans le triangle rectangle prolonge AM jusqu'au point Ar symétrique de A.^r : Ar. + c2 * \bc cosA. I'angle que médi&ne. A.z sinA sinB sin0 I sinA S:lhz .| t. Soit d.s (t) (2) (3) (5)3 (7) (I0) (13) (18) et (19) doivent ôtre connues de mémoire .-Ao rg:z -tg z 'b z avec Ar*Ar-A et t. 159 225. qz : bz + cz _ Zbc cosA. si l'on pose Mig aisément que I'on a : Ar et MAC . la médiane issue de A. ]' Démontrer les formules S?P.m slnA sina.ot.

:2p (2R sinA f sinB It. p. 6. Si dans un triangle on a sinC 2 cosA cosB.160 COURS DE TRIGONOMÉTRIE.ho:. '. sinA. le triangle est isocèle. ou les rayons dcs cercles ex-inscrits. - .l..tg2. .æ sinB 4.) U I a cos B cos lc R p cosA+cosB+cosC 4&gtr R-l-r : abc 2. Quelle relation existe-t-il entre les angles d'un triangle dont les côtés sont en progression arithmétique ? Même question pour les hauteurs. q. ? s- abc cos= . tine t sinc r^ triangle est rectanqle en A. B.ll. * pr.F + çI.l r). rectangle *g' le 8. trn appelant a. prouver * sinC. prouver que I'on a aussi I * z cosB cos(a + àrl: zù coslc cotgà. trois sommets. étant les distances du eentr"e du cercle inscrit aux 4 sina sinp sinT qLle I'on a Calculer & 5. Si dans un triangle on a : b & .c. Si dans un triangle on a . 7.B tST tg2 A 7 .flc.r. ap. P et 1.l. ç ôp.p tst tgz p P-c:P . 3.1+pq.t -a) -. * cp. lcs angles sous lesquels on voit du centre du cercle inscrit les trois côtés d'un triangle.o: I z . C . a cosA + tr) Ô cosB + c cosO : 4R sinA sinB sin0 - a. On donne et les cosinus de B et de C. 1.p.Tp "Pi':@ cosL:F. C ptg A. : cosn a. prouver que I'on a r:%-Po*Po:ErEtE 4R: p" J.

ou bien cette équation n'est pas vériflée. c. g : *'B Tge . - Les inconnues sont calculées au moyen des formules A tgz: . et I'angle compris : a. 16I 9. des trois bissectrices intérieures.soudre un triangle connaissant les trois a. C. c (4.ques. 227. cAs cLASStQUES. calculer B. Si. 30 deux côtés et I'angle opposé à I'un d'eux : a. c. On entend par ca. calculer C. L. calculer A. or bien l'équation A + B * C : 200" est une identité. 10.b. C. B. sauf lorsque les trois données sont les trois angles. RESOLUTTON DES TRTANcLES QUELCONQUES.connaissance de trois éléments est nécessaire et suffisante pour pouyoir résoudre un triangle. c. et le système est incompatible. C). B.TRTANGLES QUEI.u6 ' s 4.ti. des trois rayons des cercles ex-inscrits. B. A. C. B. D'où résultent quatre cas classiques On donne lo les trois côtés 20 deux côtés : i &. Dans ce cas. dans un triangle. "'ne 226. -des trois médianes.COI{QUES. b. Il résulte de l'étude faite dans le paragraphe précédent que la .s classi. c. L'" caelo Ré.les cas où parmi les données flgurent que des côtés et des angles du triangle. b. Calculer I'aire d'un triangle en fonction des trois hauteurs. et le système I se réduit à deux équations à trois inconnues. on a Ie triangle est isocèle ou rectangle. Il faut donc connaître au moins un côté pour que le système soit déterminé. ^côtés : Résolution. : 40 un côté et deux angles : a.B t8z :t vl wl:\/(p-a)(p-b) p(p-c) Couns oe TnrcoxonÉrnrp. calculer A. b. b. .

. (l) (2) (B) Onpose On pose cosc - b:axcosC d'où cotgA-(I-l)cotg0. en partant du groupe la formule III. on trouve pour * 'X et $ au* valeurs comprises entre 0 et 100". 228. +b. CAlcur. e d'oùr trois procéde. Résolution. que I'on peut établir directement. Si cette condition est satisfaite.-l. . formules doivent être rendues calculables par logarithmes. Du système d'équations t c2: a. c'est-à-dire que I'on ait Soient La condition de réalitô devient : p - a.2 + bz -Zab .162 couns DE TRIGoNoMÉtntn. c calculable par logarithmes .où cotgA Arb sin (B * C) sin B .. ) sinA:T sinB l'\ e I cos0 I t A+B+C:200".b\tcosC d'où cotgB : ()".zsinelc coselc . c).I . par t-. pe cas.rrrà'. il faut et it suffit que les valeurs de .b . =. B. _ Znh cos}. Résoudr"e un trôangle connadssant deur côtés et l'angle qu'ils coînprennent : a) b. . a. On déduit : sinA _ sin (4.C) d. : 2 cosz lc -I . des valeurs comprises entre 0 et 200". Pour que les angles trouvés répondent aux conditions de grandeur et de signe. pour A. Ig.ry** cos A I +@r* Discussion. et tg.I) cotgC... l.sinz!c pJ.ABIIC tg. a. soient réelles. B (4. donc.a cosC a sinO a ô cosC -ô sinC (r) (2) (3) _ Va. DIREOT. B et C.T d'où cotgB e Ces :.

TNDIREcT. en effet. + 4ab rin.\ I I iA+B:200" C (4) (b) lc:6_3 I I @+b)sini c (6) \. donc ils ont les mêmes solutions. C^tr. Iliscussion. et pour c urre valeur réelle . On doit prendre pour g I'angle de la table.ore De(b)ondédut#-@ I a:ioo"*ç--3 {+i:too"-: (ou g-roo"-?-9 *-vvtz De(a) 'av'21 229.-2\l II répond on .TRIANGLES QUELCONQUES.<T<+l00". lu#:#cots! ILi . A Donc 0 On peut d'ailleurs prouver directement que la solution de aux conditions de signe et do grandeur.? a lC 200". comme C A_8. I'on transforme (208) de façon à obtenir le système suivant : Z. la solution du système II. en efÏet : c2: (a - b). En: effet. répond aux conditions de signe et de grandeur.C il suffit que l'on ait I . it faut et -? -. Le système I fournit pour A et B des valeurs comprises entre 0 et 200c. des conditions 0<A<200"et0<B<200"ondéduit_I00. Les systèmes I et II sont tous deux équivalents aux groupes fondamentaux. qui est la même. D'autre part. ! Donc.cul. Onaévidemment B<200". si nous supposons a cotg o ) C b. . r63 Pour obtenir des formules calculables par oD se serb plutôt du groupe des sinus (groupe I) que logarithmes. Pour que l'on ait aussi B I00" I > 0.)'. -:C .

-a)cotg2. .) b. Si a et b ne sont connus que par leurs logarithmes. Remarque. cette condition revient donc i. c -= 200.164 100" I couRs DE rnrcoNonrÉrnln. C.usloN'.| Pour calculer c on se servira de la formule après que I'on aura calculé A. . Discussion.ffio' sin & I sin (t) (2) (3) 231. 230. - on pose - Le problème admet toujours une solution unique. C c: sin C *irrr\ 0' et l'angle opposé u l'un d'eu.ou Enfin c lc a1 # ce qui est évident puisque ' Coxcr-.c .iC et ? sont deux arcs du lu" quadrant. S' easr Résoatdre un triangle connaissant deuæ côtét A (8.:tg(50. il faut et il suffit que les conditions suivantes soient satisfaites (2f6) t O 0 c .n : a. c).:tgod'oùtgâ(l-B):fficotg. Pour que les solutions du système soient acceptables. b L_ _r. Les éléments du système I e:T I ( sinA sinB B: ( A+B+c:zoo" qui donne A. I l-tg. inconnus sont calculés au moyen sinC Résolution. (a + B) sinc c:.H à cotg cotg ]C .a- .

ste. sd B eæi.a solution Bo CoNcr. h Si A Si L + 100". on ne peut rien affirmer quant à I'existence de B. : 200c - A .) Br satisfait à la condition (5)'.usroN a et - Bz 100". 200" c'est-à-dire A < 100". €t puisque sinB - .ces conditions se réduisent à sin B A+B sinB est obtenu sous forme d'un produi! du deux facteurs.TRIANGLES QUELCONQUES. Mais. : Si A SiA ill.. Examinons I'atrtre facteu. . CoNcr-. dont I'un. sinA .. ou 2A < - 200" - A est à. Bttn'y satisfait pâs. Le problème admet une solution unique correspondant à la valeur Bf (l'angle de la table).rejeter. \ h admet deux valeurs Bn : A peuvent être confondues si A f. o .usloN. parce que A + Bz : 200". otr aura Br et Brf tous deux compris entre A et 200" A et pouvant être confondus. ces valeurs La solution B. r. donc il est à rejeter. convient si A * B. II. 165 En vertu des équations (l) (2) et (3).t. sinA < l.2 a admet deux Bl ou valeurs Br 200" d'où on tire - Bl A+B' a+Bft> 200.N. : A' 100".

bz + Cz _ Zbc cosA. b (A \J I tpeut calculer c directement en 233. b et A au moyen de l'équation qz _. Ni Bf ni Bff ne sont acceptables et il n'y a pas de solution. Ordonnée ea c cette équation devient c2-2ÔcosA. 4 . une positive.b Les racines sont réelles et de signes contraires. + Brf < 200" Bt et Brr conviennent tous deux. Tableau résumé de la discussion. c*b2-s2-Q. Le prOblème admet une solutàon unique. Les racines de cette équation conviennent. à condition réelles et positives. il y en a donc . c'est-à-dire : si log sinB . Bf - Bff =- 100" I solution. e a {a .On fonction de a. si A couRs DE TRlcoNotuÉtnln. 292.oln (e I . d'être I. SiA A + Bt d'où a CoNcrusroN. - Si A SiA valeurs pour B. Discussion algébrique. ouA ce qui donne A + Bt a+Brf>200". b si log sinB si log sinB : 0. .166 'Donc.

. a*ôsinA (bz _ ô sin L) (a "donc. cotgg ? se calcule par z: la relation eNb'z a. II. Si leur somme. b Les racines sont ou bien réelles et de même signe. y a une soluti.+I . ô2 sinzA > I00".s de solution. (tgf - * cotg?) : 2b cosA e sin2p a : ou bcosA d'où sinpo :' t: On prend e .on. 2b cosA) : 0 cz : Ct:0 2b cos lY cr est à rejeter. Pour calculer c par ce procédé : sib ct:g\mtg? cz: eVm.TRIANGLES QUELCONQUES. ou bz-az L'équation devient t(c -0.I suivant que A . donc il y a donc. r67 1I. dans ce cas.imaginaires. est négative ou nulle. si Ces conclusions sont identiquement celles de la Remarque -discussion précédente. SiA que de racines. I. SiA cz convient si cosA ilI. b-a. elles ne sont certainement pas réelles et positives . il y a une solutiore : c - ô cosA. 2b cosA. ou bien . c'est-à-dire si A il n'y a pa. autant de solutions Le réalisant R -or : Ô2 coszA (a _ az) : 62 _ + b sinA). sinA : ô sinA D ô sinA 0. Remarque si a si a - a.

bissectrice.On entend résolution de triangles où les données ne comportent pas uniqueS s.tg'*) a . telles que la somme ou la différence de deux côtés. r.angte conna. A.b'z (cotg? . Ces données non ciassiques peuveqt être : 10 Des éléments tels que hauteur. etc.a. par ca. o. deux côtés égaux.. encore 294.usroN. . le rapport des bissectrices extérieure et intérieure d'un angle. c). nÉsoLUTroN DEs TRTANcLEs. \ . ^ ou gVd'z-W Ôcosa d'où ts??: gVm W: Ë"ilun côtê On prend. T Des relations entre des éIéments. de deux angles. sinB dna sinC c: asinA d'où C (l) Q) (3) il faut et iI1 I'on ait A + B suffit CoNcr-.t68 COURS DE TRIGONOMÉTRIE. .(A + B) . cAs NoN GLASS|QUES.Yr. sib cL:-efiætg? cz: e\m cotgg :2b cosA . rayon du cercle inscrit.issant ) e:T:T ( I ( sinA sin B sinC a+B+c-zoo" 200'. etc. aire.z d'oùr . médiane.so Résoudt"e lrn tri. ment des côtés et des angles du triangle. un angle triple d'un autre. Définitisp.on Discussion. les cas de 235. Q : * t suivant que A e. .s ngn classiques. Pour qLre que les solutions conviennent.. Le problème admet dans ce cas une soluti. et deuæ angles : Résolution. B (C. unique. b. le produit de deux côtés. Les inconnues sont calculées à I'aide du système" {e câ.

b. garantit l'équivalence du système et des groupes fondamentaux. 40 On calcule les deur a.un équations ai. 2p (8.ngles . une relation enistant entre elle et les éléments du triangle (côtés et angles) . Il faut avoir soin de vérifier que ce système comporte autant d'équations que d'inconnucs. si cette vérification n'a pas lieu. pou?" chaque donnée non classie%e. Résolution. les équations obtenues après l'élimination des côtés doivent également être symétriques. 2. Pour résoudre un triangle dans un cas non classique. C. 238.s .. si les données sont symétriques par rapport à deux angles. on aura soin de suivre rigoureusernent la rôgle générale suivante : 10 On eupriffir. c).eux angles)..Résoudre un tr"iengle connaissaret um angle.nus) . êt permet par conséquent d'accepter toutes les solutions positives (218). cela prouve qu'on a mal suivi la règle. Problôme f.u.nt a. 50 On discute les résultats obtenus. Dans I'affirmative.tres côtés par la proportion des s'i. 30 On résout le système total d'équations obtenu. Pour résoudre le système d'équations obtenu on aura soin de suivre la rôgle suivante (sauf cas exceptionnels) : 1o On élimi.TRIANGLES QUELCONQUES.n côté ne soit donné) .sinBsinC f.nsi. û. 20 On adjoi.nus . . Remarque IL À + B + C : 200'. 237. obtenues le groupe I (des si.' On calcule les a. (1) sinC lsinA I " :Tc tÀ*R+C-2000.n e les côtés inconn?. I . S. .t. On pourra alors utiliser les méthodes qui ont êtê exposées dans la théorie des équations (somme et difiérence de d. Pour le 2o on aura soin d'examiner. I lzP-Q+b+c sinB \s:ào=ffi Ih" (2) (3) (4) (5) Cinq équations à cinq inconnues. . Remarque I. l'aire et le périmètre : A. r69 236. Remarque. 30 On calcule un des côtés (ù nzoins qLc'L(.

L). Blles sont symétriques en B et C. les côtés : d.t70 10 Étiminons couRs Dn rRrcoNoMÉrnrn.asinB Q.tr' e-S sin'â)f * Après division Remplaçons A et (B par + cos' €n deux équations : $ + 0. (5) donne B+C:200"-4.-a . est à rejeter puisque conditions A -n ^^A^^ ' ^ . A sing*cosT-0 et s (sin \ f + cos T) : 2 pztsâ(.C) en fonction a. 0 les . A . Q. étant négative.o' ry- sin *) D'où les solutions 3OS B_C Â . (7) 2o Les équations (5) et (7) vont nous permettre de calculer B et C._S (B) La première solution. cette équation se décompose B-C .asin0 sr. f et ?: A T. . B-C\z 45cos"r[sin7+cosT): : 4p" sin cos (. (7) donne A B-C\z -T S(sinA +2 cos*cc t'"i):PzsinAfcos(B-C)+cosa] ? \ Calculons B .-. A er cos#:-: ïî*:sinf .sinP f sin0 2p :o sinÀ + sinB (6) (l) et (6) donnent : * sin0)': 2p' sinA sinB sinC.ionsinL_|.où S (sinA . h' prrg.

l to . tula ts.c) : la seconde solution devient En posant Ë Wl.100" corà (B d'où . iI faut et it suffi._ + C) : ^ (B d. ZA t ( B:too"-|. Pour que la valeur trouvée par l'équation (8) soit acceptable.A-s h' d'où S et La (p. par suite. I7l entraînent . A+e cos"#:':"=siof. sm--t ce qui d'autre donne part d'où 1 . . (bo" d'où Or0 et.qt TRTaNGLES QUELCONQUES.c) : . . rr*a + s) sinla seconde condition devient s (t + sinlel s < p.t que t o<P'ztgâAl-ssin+=+l p. I (u) la condition (10) rentre dans la condition (tl)..r+ c l I c-too'-Lra-e a:Æ (e) 30 L'équation (I) donne (3) et (4) donnent b et c.ts. . IL lliscussion.ie). l00c - .

c)..i^r. tslxtg.A tg'l(50'-. siniA ..- . il n'y a p'Ig. longueur 2d : b + c ..+-t*1.A). pour que I'on ait C roo" . la hauteur corcespondant a.l : 1. Comme ce sont deux arcs du premier quadrant.*ijffliiriiÉ Dans le cas où S < p'tg. Les inconnues sont calculées au moyen des équations suivantes : ho: Ô sinC (r) (2) (3) a. a.) hta I d.(boe . É â t le problème admet une solution unique. 2d.u côtë a et la.: r(co4lnf cotgi.usloN. p. .:b + c-a. Problôme II.# 172 couRs DE TRIcoNoMETRIE.u cercle 'i.-* .*. C. b. C est évidemment Enfln. En effet.. 2d (4.a : ho.1^ 2.A . r sinB sinC sinA T:T: A+B+c-200".?isl. -. z tg'(50' pas de solution. f. r. Celle-ci sera suffisante..A rl Résoudre un triangle conna"issant 239. tg.nscrit. si Si s - p. C (4) (5) (6) 'Û\ Six équations à six inconnues.*^l I P'ts. ia .L+S À _ S I . Résolution. cosltuf . B. une solution: S> B-C:100"-lA.' I . le rayon d. cela revient à cos (too" ou Concr.A).

(sinB + sinc . I . L73 lo Étiminons les côtés 0:v JL:-: asinB sin A ll C- asin0 sinA (4) (5) .sin*ol L.'[.o*à.sinB sinC sinA cosia.d._ B lsinA /sin sinA _ r) / - I ou 2d sina : . : cosla.: zrl rorlte . (9) et (I0) sont incompatibles à moins que h Dans ce cas particulier.u - c) + rir]l. a.- - c) I 'ï : h-r siniA...0 TRIANGLES QTIELCONQUES. (8) donne zd sinla sinà{ c) [. sinB sinc : tl^ta I cosle ro'|c (7) sinA sin iB siniO sin C sinla 2. (7) et les angles.'. + C) et (B (z) donne h sin Ln - . (8) vont nous permettre de calculer Ces équations sont symétriques en B- et C.c) : too" -àot . De(6) Éliminons (B B*C:200'-4. I.or]tt . I l^ sin20 sin 28 (s) 2o Les équations (6)..cos. lotZ^ .r ou h : (tt) 2r. Lr".C)._l (9) rl ou .r . Cebte équation se décompose en deux équations : C) cos." .sina).c) .rPJâ.(.: -' LL. (u It - : sinâA (t0) et o tsà!y: 7 ou E*L:I .. .

Discussion. * ..L 0:0 cequiestàrejeter. ensuite Quant à la seconde solution. + dz Enfin. tglA Pour que q.onnera b: L sinC etpar suite a=_Ô^'$! c. 0 C . -: est toujours acceptable.h== L'aire II. existe. vvw vvsrtvqa v wvvvf uqv^v' d .l C . (ll) vru on tire *iorlA z'-: donc = Çç12 " dz La condition devient ou (h-r). part II â (t + C) d'où : 100" -. 11. (t) d. iI faut et it 0 suffit que I'on ait '1r f d'où et Or'. otr trouve que les conditions sont toujours vérifi.A B:roo"-lA+ a z C 30 - 100c -rA - a.D=|=iq! sinB sinB S:# .174 d'autre couRs DE TRTGoNoMÉrnrn.2^^ sinB . (9) donne (6) donne d'où on déduit *p-c):a z\ lr(t C) : 100" .ées. il reste la conditiqg. de h @-r)'sin'|a {r.. (11) donne A.

20 De A+B + C : i:î B sir 200'.ème. 1 tg (a tg * Ï.a sinC a (r) (2> ffi sin _: A d sin (A sin +.-a -: -1. côtë. : a. bissectr'ice de l'angle opposé a.. B. Problôrne fff. (3) (4) (5) compte c.TRIANGLES QUELCOI{QUES.côté et la u..usroN. en tenant compte sinlrag. T76 Comme ce sont deux arcs sin d'où du premier quadrant. Si ces conditions ne sont pas vériflées.u troisièrne côté. c). C. Si les conditions (13) et (14) sont vérifiées. 35) h . (flg.n. le problème admet une solution. 19 (6) a d'où [: (A srn . cela devient l a. ho.C) tu I a c lo ÉUminons les côtés b et des équations (3) et (4). Il suflit de ne pas tenir (l) sin0 -h a de (5). (4. le prollème n'admet pas de solution.cn triangle connaissant 240.. . h-r (14) La condition (12) rentre dans (f4).et A : a sinC sin A -.fc. la hauteur correspondant au deuni. Résolution. b.: sin(a+âcl I d d'ot\ tire a + ]c : Enfin (5) donne B : 200' De (6) on 30 (3) et (4) d*a a. d. c donnent b =- a sinB "" l--=. CoNcr. f.C). Résoudre ?. (2) devient.

ce issues d'ocn même ho. donc à fortiori A + ?C + L'équation (6) donne totrjours Ar ct Donc à A" fortiori A +. B. kil. lo Éliminons les côtés b et c.C sin (A 1 et en vertu' de (2) 30 Reste * . sinB sinO sinA (1) '.. lo IJne première condition. ( a. Résoudre un triangle conna. I. Problôrne IY.. vérinées so?nrnet : S). relative à I'existence II. C. -- a. Résolution. 20 Pour que B soit que C' + Crr: 200c. haute?rr. sinB SIN A lr:-- a sin0 STN A . Discussion.afll. est hu valeurs Cr et Orf telles. I ou 0 solutions. et la bisseotri. Au moyen rt des équations (4) et (5) . . do.". ll:/'t- . c. al étant A I à examiner si Il pourra donc y avoir 2.176 couRs DE TRIGoNouÉrnm. b2+cz:m2+* sin A+B+C:200" A sinB sin C (4) (5) (6) (7) s:*ah. rne (4. il y a pour C deux de C.) b.Si cette condition est satisfaite. a.: fii::.issant la médi. suivant a3 que ou une seure de ces la 241. a B-C lL:CTCOS z (2) (3) L.

)sinz t-sinzf cos'*] : *'ffi-sine+)' d.symétrique en B et C.sinzA]: 4hz(sin.rycos:T * cose$ sinsÇ9\ nzz lcos (B sin3|cosrâ) - C) - cos (B + C)]' ce qui yytrz(r. B.TRI. 30 ÉUminons (B - : 4mz sinzB sinzg. B*C:200'-A. B.ou encore : - C).0. . t77 L'équation (3) devient gfu nZ (2 sinzB + 2 sinzc sintA) sinza) - 4m2. C.z sinzf .z sinzà - h..NGLES QUELCONQUES. 20 Éliminons a entre (I) et (8). (oz - hz sinz$ + d. sinr| + d* sinaâ) 40 Ordonnons en sin2 t(mz -hr)sina D'où on tire * -Zh}d. i. (8) ct.z(rtzz - hr)sinz |+fua(yy* .*: *Oouns nn TnrcoNouÉrRrB.A.ç * tm .orr" 1' et (6) zcoszt â devient 'en' vertu de (2) T' o'l#cossf u bien +(t - Y.0.dr). h' (2 sinzB + 2 sin20 Le système (2) (6) (9) contient les . (10) (l t) l2 sin. C (e) 3 inconnues A. sinQ)z (2)(6) 4mz sinzB sinzg + (sinB . *in'f) : . (n4 I zhzd2 .A - + a. Il restera une équation en A. Le système (l) (2) (6) (8) contient les 4 inconnues A.rr. il est + C) et (Il h B-C cos 2 (9) peut s'écrire h'z[(sinB + sinC)z ".z sinz.

données sont symétriques en B et C . I[. Discussion.\'a A -*-: a B + C 100. puisque 1"" cas i ?yù produit et leur somme sont positifs. .tr. T-ro A (12) (13)' c I00" 2 \'" -ty (t) fournit a. 5o Ayant *. Érz B-C 2 B - 100" À.h') + ha (ttzz . Io Pour que B et C soient compris entre 0 et zoo". (a) et (5) donnent b et c . I'autre est positive et' 2h2 .178 COURS DE TRIGONOMETRIE.hz ooit positif ou m2-hzv nul. il raut que B le plus grand des deux angles inconnus lfl soit B et C. -:-. D'autre part. (7) donne S.') dont on ne peut pas déterminer le signe. une autre condition de grandeur résulte de ce que C 3e cas : ln . Une racine est nulle Le le" terme est positif. Formons / (l) : (do * zhzdz) (tn' . vaut .cl) peut être f (0) : ha (tn' . on De (2) on tire d'où r. c'est-à-dire D'où h extêrieur aux racines. si ln pour qu'une racine positive convienne. mais comme on a déjà la condition h On doit aussi avoir 0 acceptables. puisque les. f soit réel it faut que dz . /e cAS i rn . mais (m . il faut qu'elle soit ( l. d'où ou0 Zo 0 Pour que sin.d.\. d)' même signe que (m - .d. .d') A ne peut être égal ni à 0 ni à 200').

et le triangle est isocèle.h manière suivante: &-zltiSÇ S: A Remarqlue. Ia plus pctite seule peut convenir si elle est positive.m. Or I n'est pas acceplable. .n h: : coszo ce que I'on peut faire puisque h d'ori etalt'o sin. d' Conclusion. Donc on ne pcut avoir que lù Si h : d . - dz yytrz + - h') + tud (vvÛ dz d') hr) -. Celui-ci est indéterminé. - 0.|rt çhz - nooc grande ne convient jamais.nu' de la (17) Posons g-. On rend monôme la solution acceptable I. c'est-à-dire si ln ff est compris entre les racines . : nC.-Leproblèmeadmetunesoltrtionsih< h: L'-ne inlinité de solutions si Aucune solution dans les autres cas. et par conséquent la plus Leproblèmepeutdoncadmettreunesolutionsih< Mais si h: d vertu de (l l).f : #(I srtrz cosg) :# sin'! (r8) : Y2. comme it a êté dit plus haut.TRIANGLES QUELCONQUES. On peut prendre pour A toute valeur comprise entre 0 et 20A".d srnâ. les autres inconnues se calculent alors au moyen des formules : b-c--ffi B-c:roo"-l z b-e. I'équation (10) devient une identité 0 L'équation (2) donne B : C. L'équation (3) transformée en (10) rentrc dans les autres équations du système. 179 doit être ou Formons si"f tua ou f"(h'\): læ (v7* - h') - 2h4 (m' h4 (m.

sinc ' On'déduit de là . Si I'on désigne par Al et Az les angles BAM et MAC. A. on a aussi dans les triangles AMB et aMC : a. î sin A. 22 rn sin a.-4. B+C ts-f B_C . et Ar. a.-Ao g=.{ : m sin(a'. : sin B rn d'où sinf. Cette équation permet de calculer L7& B_C par l'équation (2).' tSzrgz -A . + c) jn sin (a.. règle générale. Z (22) Cette équation permet de calculer A. puis B et C à I'aide de (19) et (20) . . * B) h 2h za[sin(A. Lorsque I'on a acquis quelque habileté.r80 couRs DE TRIcoNoMÉrnm. ona et ou d'où \ 2 '. 2) car B+C-lAr*Ar:200".n par les ayant *: Sè équations cr - h sinA sinB sine . on peut trouver des solutions plus rapides.A tsz : . B-C cotg.. A.lLh Q:ffie c:EioT déduites de (1) (4) et (b). + C)] t'-L B . Nous avons résolu le triangle en suivant la Ainsi. A. . b et c se c rlculent enfi.c) h : rn cos(A' : (r 9) et (20) (21) puisqu'on connaît D'autre part. et remplace avantageusement et +. Remarque. A1 -l-Ar:. + B) + sin(A.: tg=-f otr l'équatioq (tI) . olr calcule a.

lrn trian.rs : hr. Résoudre 1%t. c-6'. p-a-. On peut remarquer que H : 2?n. Problôme V. L'application de la méthode générale conduit à des calculs assez longs. . (4. _b.(à * h. puisque S : Fr : E 2 - 243.2 qzlfie:Zmf -c' tz . -v*(+-*) (.i. a. . on en déduit d'oir D'où r\ :_l-rs: I p:sfl+'L+ ht) -" H "\Dt ' h. etc. On opérera plus rapidement comme suit : On connaît les formules b2*cr:Zttt. B..&' -rT sz+çz_Zmr.. les trois hauteur.f) : 2s fl.il) (+-à) I I et lg r: AJ A V etc.) b. 18I Résoudre u. Problôme Yf. hr. c. la méthode générale conduit à des calculs assez procédé simple et rapide : longs. 6 2S.hr) hr) -" \H :) S -_ 2S O: 2S ' a :T.TRIANGLES QUELCONQUES. hr.gle conna. crs).ssant les trois médianes: rnb thT. Voici un L'application de Considérons les équations t 25: ah.rz .n triangle connaissant' 242.:bhz: chr: Zl I { ts':vffi A:rl f erc.

: t*qz igî dt . dans le sens direct de rotation. tsAt -z B.les 213 des 3 médianes. on voit aisément que d2: Br + Cz a. Remplaçant &r.Br.C. on obtient s:à posant s:! nùr (4) On aurait pu obtcnir immédiatement ce résultat par la considération du triangle GCA| . L'aire du triangle GCA|est le Il3 de I'aire du triangle ABC. ces formules nous permettent de calculer Ar.2. Br. et C. ar.B + Ç -. B et C. I)ans ce triangle GCA|. (3) S: En D'autre part.z. milieu de BC.'*2ntz2-mrr) c2. +_o'z-c[s. On pouma vérifier si A +. et Ar. Si I'on désigne les angles déterminés par les médianes d. +Zmr'-mr') 4 I (2m. q.1 6et T dr.ans A. b2 et c2. .. G étant le centre de gravité du triangle ABC.182 couRs DE TRIGoNoUÉtntn. B.. B'.t =T crs au moyen des mêmes logarithmes qui ont servi au calcul de S. et Br. * Brl c : cr + cz. C. c. Cr-8. et Ig-T: rgîtgzT . et cr. . le symétrique de G par rapport au point M. et A'. et ses côtés sont. par A.or!3 tg'i tgA'tc': WryEl. Appliquant la formule (24) du no 225.B.Ar * Br. + mz * ms . GOC: dz.Az J. :f.ry c[. \ D'où I'on tire &2 I (Zmrz+Zmrr-lhrr) 4 4 (r) (2) b2 2 I (2m. oo calculera les angles câ. 200c. otr aura : . trinalement a : Ar * ar.

2k : . nous écrivons le système : À (r) (2) d(b + c) sin| : Ôc sinA 2S - ! I b*c:2k 0. Conformément à la règle générale.il suffit quc la plus grande médiane soit moindre que la somme des deux autres. b * c . ..A ffiT 2 . 2 |.!r. b et c..A & coszg. puis les angles en fonction des côtés .Â1 ^t. c' S). eos sin'I k- .TRIANGLES QUELCONQUES.re un triangle conna. .bc sinA: ffi-B: ffi A+B+C:200". l00c A d'où -2 B et . mais ce procédé exigera le calcul d'un plus grand nombre de logarithmes. on obtient (b + c)* bc ou sin B sinC sin0)z {sinB + cosz ou 'ou a("or''u" \â' ^B-C cOSzT A B_C sinC I cosa"Ë sinB sinzâ) -: d. C. la bissectrice d de cet angle. a. On pourrait aussi calculer les côtés au moyen des formules (t) (2) et (A) qui précèdent. Z44Ppoblème Yll.angle . ÉIiminant a.A B_C : su} 2 cosT D'où Sln? --. et la somrne b * c . b. Pour que le problème admette une solution.en posant . 183 Des côtés pourront se calculer au rnoyeû des formules 25 sin A ffiB sine etc. do (8.Résoud.. kz dk (3) (4) (5) (6) Six équations à six inconnues.des deun côtés qui le comPr^ennent A.issant UYL .. iI faut et. B-C Cette équationldonne on a aussi- B+C : C.coslcos'"# k A cosg sin'I a.2k.

EXERCTCES.A :fF:T cos2- ou a': 2k sing.a'4 sin'$ : et k cosrf. Calculons maintenant a (208) : a m: ia -:- smz . Résoudre un triangle cornaissant : l. il faut et il 0 suffit que \ i-. : b I el I'aire . D'où d il est aisé de voir que cette condition Seront tous deux compris entre est suffisante.184 couns DE TRrGoNouÉrRm. . car : B 0 et et. Deux angles et al le rayon du cercle circonscrit. Pour qu'il y ait solution.k'i ' A 0sm2. Enfin Ë 2 cos 2 S. Cette dernière condition I'emporte. I le rayon du cercle inscriû . e cl le rayon d'un cercle ex-inscrit. dl le périmètre. iC: 20A" loo" ou -* siA ot sia oz a ou ce qui est toujours vérifié. & sinB cos ruts A 2k sing sinB o-E-re et c:2k-b.

10. r. A et les hauteurs hb et h. ll. di le produit n . 185 * fl une hauteur. . )) ). . 8. 4. . R. hl le rayon du cercle inscrit. . . n . Les côtés sont en progression arithmétique de raison I . cc. e I le rappor t i la médiane correspondante. f g I la bissectrice de I'angle A . dl I'aire . cl le rayon du cercle circonscrit. 7. il la somme des inverses de trois hauteurs. A... cl la bissectrice ). .) la hauteurs .. donne de plus la médiane correspondant au côté moyen. h6. Un côté. le rayon du cercle circonscrit et le périm. fl la médiane ffioi g I la différence des deux autres hl b{c-& 5... Ia hauteur ho et al la bissectrice do) b I le rayon du cercle inscrit . el le périmètre. Un angle A.. 3.. Deux côtés et al la hauteur coruespondant au troisième côté. ). 2.TRTaNGLES QUETCONQUES. * c I la différence ). Un angle A. la hauteur correspondante et al le rayon du cercle inscrit. et * al la hauteur hol * b I la somme des deux autres côtés . + c- 2k. . Le côté a. . on h.ètre 21t.. bissectrice do et la somme b *6. A. 9. b I la somme tles deux autres côtés. il bz * c'. le côté opposé a. g I une bissectrice hl une médiane.. bl la médiane .

le rayon du cercle circonscrit R. Reta . et r". cl la base a et I'aire. Résoudre un triangle rectangle connaissant le périmètre et le rapport des volumes engendrés par le triangle tournant autour de detrx de ses côtés. et extérieure 15. ho eL ffiui aetb+c*h: 24. reth. 20. et sachant bl I'angle A et I'aire. b + c. b I Ie rayon du cercle inscrit r . aetdu. a. cl le rayon du cercle ex-inscrit dl la hauteur lro. 22. Les trois bissectrices intérieures. . Les rayons des trois cercles ex-inscrits. aetdoi aetdbd":k2. 16. Betho. b I dont les hauteurs sont en progression . Un côté a.un angte B. Calculer les angles d'un triangle rectangle: al dont les côtés sont en progression arithmétique ou géométrique. Betb * c. C et 18.2peth. dl I'angle A et la somme a. Iln côt ê a.. Résoudre un triangle isocèle connaissant al la hauteur et le périmètre. 13. 14. que les bissectrices intérieure et extérieure de I'angle B sont égales. Beta t h. aets. L'angle A et les rayons R et r des cercles circonscrit et inscrit. la(cosB + cosO) : k et b + c. el la médiane Ia ilxo) biss ectrice do.p b. I'aire S. : .186 couRs DE TRIGoNoùIBTRTE L2. calculer le rayon d'un cercle ûangent au cercle circonscrit et aux côtés b et c. r. cl dont les rayons des cercles ex-inscrits sont en progression. lro et R. aetr. h. 23. Connaissant R et les angles. fI I9. Les trois rapports des bissectrices intérieure Bour chaque sommet. la diftrence B al I'aire S. L7. + 2L. Résoudre un triangle rectangle connaissant : aetb + c. p.

par 0 I'angle aigu des diagonales. etc. I : z*n sin 0. Formules générales (flg. Résoudre le triangle orthopédique d'un triangle CITAPITRI] donné. (6) et (T) Il y a sept équations contenant douze éléments. 187 25. III Quad ni latènes eonvexes. il tre faut pas s'en tenir exclusivement aux équations du système. B. pour i'ésoudre un quadrilatère.. ce qui fait un total de six: à cause du côté commun.. Tout quadrilatère peLrt être décomposé en deux triangles ayant un côté commun. partant de A et n de B . î'. I'unité de longueur étant quelconque. Remarçlue. b. en feront généralement un système déterminé. . 86). 247. le côté a. ont la même signiflcation que pour les triangles. C nzz:qz+bz_ Zab cos B . en tournant autour de ses trois côtés. sopvent .Nous représentons par A. Les autres notations R. etc. par rn et n les mesures des diagonales .?. . S. les lettres se suivant dans un sens déterminé de rotation .En général. c et d les mesures des côtés. (1) (2) (3) (4) (5) Fra. cos A y1z _Cz +bz_ Zbc cos C A+B+C+D . par Ar et Ar. un quadrilatère sera déterminé par la connaissance de cinq conditions. C et'D les mesures des angles en grades. éléments ou relations entre éléments. forment une progression géométrique. ou I'adjonction au système de cinq nouvelles équations. 245. Les volumes engendrés par un triangle rectangle. par a.2-cz *dz.Zdc cos D n2: Az+dz. Calculer ld plus petit angle aigu. suivant le sommet A . les deux parties déterminées dans chaque angle par les diag'onales. la détermination de chacun de ces deux triangles exige la connaissance de trois éléments. 2p.QUADRILATERES CONVEXES.Zad. Notations.400" (ad sin A * bc sin C) S D 36. 246. m. Br et B. La connaissance de [cinq d'entre eux.

On nc peut pas donner de règle ne aat"ietur pour la résolution des quadrilatères . n. lo ou az + dz_Zad+ A ^ 4ad sinz O : fiz + ç2 + Zbc - 4bc sinz A 2 et + c)'-(a-d1z 4 (ad + bc) (b+c*a-d (b*c . . + bc) (p . ce qui donne neuf équations à treize élémcnts (quatre conditions). R. (). Az.a) (p_ d) sinz I (b a) srn z (l) /L Is I00" donc sin * . Problème f. m. D. B.d) (p ad. : nz: nz az Remplaçons cos A successivement par I - Zsin'$ et Zcosz| zz - f. Des équations on déduit + dz _ Zad cosA bz + cz _Zbc cosC A+C:200" : sz + dz .) b.Résoudre un quadràlatèr"e inscràptti. cl (A.188 couns DE TRIGoNouÉtnln.ssant les quatre côtés : "a. I'introduction d'une inconnue auxiliaire (par exemple A r. Le rayon du cercle circonscrit est introduit dans le système par l'équation n: 2R sinA .0.àad cos A bz * c' + Zbc cos A. Quadrllatôre inseriptlble.a + d)_:(p . 248. aussi les systèmes d'équations que I'on trouvera ci-après ne doivent-ils être considérés que comme des exemples généraux. etc. c.A . S).) permet d'arriver rapidement au résultat.ble conna'i. On remplace I'équation (5) par les équations A+C-B+D:200".. I. B. + bc 4 (ad. Résolution.

. + arl (bz *.orf : l tsâ: \l (z) tco.c + bd) (arl + bc) ab + cd.?nn or - d) (7) lya\'(P - a) (P - b) (P - c) (P . on obtient (3) Divisant les formules On peut écrire directement. (a*d+b-c)(a-la (ad. ?.c6sA : a2 + bc Qtz d2 + Zad.f (t) et (2) membre à membre. -l Zad. \/i G. (5) 40 n- 2R sinA d'ou R - t? 2 sinA - fl 4 IX R: I.ç) sin0. r89 Zo &z + d. * bc) * bc et .bc + d'où nL: v (ac + bd) (ab + ad*bc cd') (1) )m On peut écrire ditreclte)me)n t par analogie 11?.z + dz - Zad.d) (8) .c') d') arl .QUADRTLATÈRES CONVEXES. par analogie Puis Bo nz r et D-200"-8..adcostf :bz * c'-Zbc*Abccoszf A-A cos'f : (a+d)'-(b-c)' ad. ou 60 il : V ' (6) @ bo s: '^@a * bc) sinA 2S:. C-200"-A w#: : a.

d. un trapèze connaissant les quatre b. C. IL Discussion.rnp èze. D. B. ?tz-a.c) ( p . 'f. 200" et C+D Quatre conditions sont donc nécessaires pour pouvoir résoudre Problème I[.) c . 37) par l'équation a.\ (r) (2) (3) (4) (5) a+B+c+D-400" qz Frc. Dn'37.d) Si on suppose a. c. -' Il faut remplacer la formule (5) du système général par les formules : A+B: un trapèze.ot s*f cotgâ) -r (cot s . Onajoute systèmegénérall'équation a+c-b+d. rn.2+d2-ZadcosA S + b. La seule condition nécessaire et suffisante pour que toules les valeurs tt'ouvées soient réelles et admissibles est a) (p .b) (p . Le rayon du cercle inscrit est introduit (flg. . (9) et '+ : o( ! cd n ab + (10) 249. 250. Quadrilatôre eireonseriptible. nr 0).(L.: r(cots*f cotgï) Le système suivant sera parfois plus avantageux n : f cotg*) b .190 (p couRs DE TRrcoNouÉrnln. cette condition devient a Remarque. Des formules (4) et (b) on déduit : - bt.. rnn: ac * bd.r(cots*f cotg?) it -r (. -Zab cosB (6) (7) (e) r S-(aic)r (8) **rnnsin0 Soit neuf équations à treize éléments (quatre conditions).r(cotsff cotg. le plus grand des trois côtés. côtés: Résoudre a. S.

Zab cosB &z + bz + 4ab sinz I fr) n2 : a.(b+d)asina: la-dl et *.b Zact cosA : +e+o rn . 38. ou. .- u.). b) (p Soient d La condition devient - - - - - : . c) br) F.Si nous menons par le sommet C (flg.c) (P. sint * { 2sin ï Y ad (a r) sinrp ' ona ..(F. Pr (P. . Résolution.br\. c'est rnn c b) II. g-r-d*b---->.QUADRITATÈRES CONVEXES. nous obtenons un triangle CDE clans lequel b. . + b + c*d. êt c. en posant A. l9I f.0'â d'où s-Hlm sin 0 -d)(p2S a-b)(p-c-b) de réalité. (p. .(P.d. + 4ad. -1"cos I (P (b + d) asinâ.a) ts!z: V (p-c-b)(p-d> ts|: V(p-a-b)(p-b) A B-200"-A et c-200c-D. les côtés valent respectivement cL) bL: d On peut donc calculer les angles par les formules - tsBz. Discussion. a) . : Zab cosA t/ù2 : a2 + b2 .2 + dz 2sin:rY et.(a + b) cos? I S:.tsâ (p. 2p : E|. 3S) une parallèle au côté BA.: I et a. en posant Frc. Il n'y a qu'une condition (p b) (p d) (p a.

Remplaçant sinA dans (l) t S: (u+ô)(a-lt) membre : tg o.(a. (8) Pour calculer les diagonales.ire dans les formules C-A:200"-B:200c-D.(a' * b'). B. f. 25t. sin 2o Posons : L Ar : a2-bz q.A.JF t (r r) tg+. Résolution. + yytrz' nzz (e) (10) br) sin 29. Soit a : ab sinA: **" sinO (I) (Z) 4a2: rnz + nz * Zrnncos 0 (3) 4bz : nt. ParalléIogramttle. flL. A. . n) S).ssant les deuæ côtés et l'angle des diagonales : a. . Résoudre znn'pe.: C b:d Le plus souvent des procédés particuliers donnent plus rapidement les résultats. j br 0 (4.rallélog?"&rnrne conna. : inconnues. additionnons (3) et (4) membre à Posons d'où I)'ot\. Divisant (2) et (6) membre à membre pour éliminer (a' - bz) : (6) mn. II faut fa. B (5) S D& Cinq équations pour calculer cinq Frc. générales. + vf . +Tz 'ôô.z { nz Ztnn cos 0 (4) : 200c .i.L92 couRs DE TRTGoNoMÉtRtE. Soustrayant (4) de (3) 4 4mn cosg. Problème III. 39. on (7) obtient sin A _(a*b)(a-h) 2ab tgo (7) et (5) donnent les angles A et B.2 (a' + b') sinzg n2: 2 (a' + bz) coszg nùn:2(ar*br) sin cg cos ? -. oD vertu de (6) .

issant les ra.QUADRILATÈRES CONVEXES.' R. conno.. r93 (9)..Résoud. 252. Applieetlorlo .#"r. . (3) (4) (5) (6) . Discussion. Couns on TnrcoxouÉrnrr. il (t0) \ h' r/r ) (ll) (12) 13 mn-QC + hd. rn. n.' : smz? : I + tgrû'ôosï (a' sinA .t et inscrit et l'aire . (cotsË + r"tgrg) \ c : !'(.A2-bz La condition (3) est donc seule nécessaire et suffisante pour que le problème admette une solution. B. (cotgà * cot-#) \ b . (10) et (Il) devinncnt trtrZ : Zaz (L + tg'+) sinzg : Zaz sinzo cosztf àaz coszq cos2ù I nz IT. ^ l-tgztl.200" (2) $ pf :! 2 rnn sin0 e. À+C:200c (t) ffi -.0 2 b (3) d'où tgO . 0). It y : Zaz (L + tg'+) coseg : . b.yons des i.Problème.D\ rAB p-ftcotgv+cotgE +cotgl+ cotg.2R sinB n: 2R sinA B + [ .re un {Iuadrilatère et circonscriptible. t'9 (l) (2) az - bz ou . C.. d. c. a.nscrilttible cercles circonscr'i. S (4..*u* * cot-}) r\ ft) (s) (e) : r (cotsË * cot-à) \ . r. . f.= b')_tçg cosÏ a deux conditions de grandeur (15) : et (2) sin29 donne =m < I -m. Résolution. D.

? (zz]' f . la racine positive devient sinasinB:#:ffi' . (tu|_* cot-à) \ â.-|) S sinA sinB . ("ots|.. I (20) tr'inalenaent sinA sinB - et Posons sinA + sinB 2R : #. B\ Ëz-r-'uz+cotsi) \-z Étiminons rn et n entre (3) (4) et (tZ) : AP"z sinA sinB : ac + bd.r(. \ . tul /.tnz . rr La racine négative de l'équation (20) étant à rejeter . 969. à douze inconnues : les angles. c:r (t*Z+ts1) it:. couRs DE TRrcoNoMÉtnrE.I Ig4 Douze équations diagonales..otg| + rs+) a.ZrT(sinA + sinB) R2 sinzA sinzB :0. 0 et p.' ^. (16) et (17) deviennent respectivement : :zrz(+ + -l) -' \sinA ' sinB/ .' P/ (z) (rB) .az(e**corn*+rol .'. (17) Il reste six équations s v R2 sinA à six inconnues : les côtés A et B.rz r' * Vrn + 4R'r': 2Fù2 (rs) (Ie) (18) d'où et sinB: . ( ztlr : tg?.'(r + sinA sinB/ \. Énminons les côfés.f cot-*) \ b . A . I B\ (t4) (rb) Étiminons p entre (l l) et (5) : (16) s:. les : Les équations (7) (S) (9) et (10) deviennent en vertu de (t) et (2) . les côtés. .rz sinA sinB .

A slrl B o o a1' b: . Remarquons en passant la formule simple S .. r95 La formule (21) donne donc sinA * sinB - S cosp .=ar sin (24) $ t|l se calculant par la relation -?2rz sinz. r sln A+B z AB COS COS COS=.5) t-) A_B rl- .! (23) 2rz sin2 = z d'où (116) sina vcose ' ' .QUÀDRILATERES CONVEXSS. sin'$ De (6) n'ùn 2S S zP"z sinA sinB ?P'z cos? Les côtés se calculent par les formules (7) (t3) (14) et (15): n.) ^ 1" .) ^ 1) . par (3) et (4).)r a 2 cos? ht S cosç ou rÀ Slnl:-: sin 2tf : 4rz sin I oP S Vcos g æz S (25) Connaissant A et B. cos o(ra A ln- .lûbcd qui résulte des formules Ces résultats vériflent (26) s-v fI. sinA La première et .ts sltr 2" A-B rcosT .- tT r sint\ + sln B .ff tgt|l et sin sinB i = vcosg cotgtp . sin ! sin ZtL . on a C et D par -a (l) et (2).r. Discussion. Les conditions sont deuxième donnent la Vcos a îsrn sit srn à * ts+ â ..A B sln cos 2 2 I'équation a * c b + d. m et n. et a+c-b +d.

. rentre dans Ia condition (30). . remplacer cos? en fonction de obtient 4ra tgcp _ zrc) : ry . tgtl. puis tenons (28) ry. a tg+ cotg+: t et tg+ * cotg+: ffiç: et cotgtf sont donc t. smâ et pour cela on écrira Frry\ sin$ \\ É. S élever au carré. Or.>tu 2 U2-SVcSe-' zrzsinË"*l-o' 2 52 (27) La condition de réalité des racines de cette équation est précisément la même que la condition sin 2tf ou compte de tg? m?* (S. les racines positives.=ines de l'équation ffit at-. . Élevons au carré et remplaçons coszg par - : . + 8r') cos? 2 8rr.L . si (29) est vérifiée. Il est aisé de vérifier que (28) et (30) ne sont jamais La condition sin0 4R2 cos? contradictoires.196 COURS DE TRIGONOMETRIE. on aura S (S zP) cosg. et nous obtenons Rr < sl (sl. et on r (30) < Rz.f 25616 lo'"? d./) donne S É'r ' smâ P Cette dernière condition La précédente donne /û > (S Or. cosg \ .e Si cette condition est satisfaite. t+tg?'. on . Il (27) sont réelles et faut exprimer qu'elles sont toutes deux supérieures ou égales à q..

I. Ig7 Finalement on a les conditions S : et0 On peut remarquer que (29) et (30) donnent. au point de vue géométrique. 9. 6. le rayon du cercle inscrit. 4. Calculer les angles d'un quadrilatèr'e quelconque connaissant l'aire et les quatre côtés . Calculer ces côtés. Résoudre un quadrilatère inscriptible connaissant deux côtés. 3. On donne les bases et la hauteur d'un trapèze. Résoudre un quadrilatère circonscriptibte connaissant le rayon du cercle inscrit. Calculer les diagonales et leur angle primitif. 8. 7. Démontrer que le produit tg est constant.L'aire d'un rectangle est S . Résoudre un parallélogramme connaissant une diagonale. les diagonales et leur angle. en éliminant R S. 5. utr côté et un des angles adjacents. Résoudre un trapëze connaissant les angles et les diagonales. . On prendra pour A et pour B.QUÀDRrLATÈRES CONVEXES. EXERCICES. condition que I'on peut aussi obtenir par la condition sin A sin B mais qui ne peut être substituée à aucune des conditions précédentes qui seules sont suffisantes pour que le problème admette une solution. ainsi que I'angle des côtés non parallèles. 2. Toutes les autres solutions rentrent en effet dans celles-là. D'un point P on mène à une circonférence O une sécante PAB. les angles aigus obtenus par les équations (24). le périmètre et I'aire. et la différence des deux autres côtés. f)iscuter. leur angle. elle devient Sr quand l'angle des diagonales devient double sans que les diagonales changent de longueur. Résoudre un quadrilatère circonscriptible connaissant I'aire. € ry ry .

12. Résoudre un trapèze inscrit dans un cercle de rayon donné R. Partager un arc en deux parties telles. Étant donné un quadrilatère ABCD. Résoudre un quadrilatère quelconque connaissant les angles et les diagonales. I . t" 10. ou la somme des carrés des cordes soient maximum ou minimum. 13. en fonction (b' + L7. est égal au carré de Ia distance du même point à la corde des contacts. inscrit et circonscrit.-b'+ç2-d. l1 . 19. et un triangle dont deux des angles soient égaux aux angles du quadrilatère adjacent au côté diamètre. T4. On rnène les bissectrices des quatre angles d'un quadrilatère convexe des côtés et des angles du quadrilatère donné. connaissant I'aire et un angle. 15. ou le produit. 16. Le produit des distances d'un point quelconque d'une circonférence à deux tangentes à cette circonférence. Si dans un cercle on inscrit un quadrilatère convexe dont un côté soit un diamè[re.(a' * c') : Zmn cos 0. D'un point P on mène à une circonférence une tangente PC et une sécante PAB. ÉtaUtir les formules suivantes donnant I'aire d'un quadrilatère quelconque : t) . On mène le diamètre COD. ces deux figures auront même aire. Démontrer que OM ON. que la somme.\WA S :. calculer I'aire du quadrilatère ainsi formé. - . on prolonge les côtés opposés AD et CB jusqu'à leur rencontre en E . 18. S- COS'--- . on joint DA et DB qui coupent le diamètre PO en M et N. 20. démontrer que le rayon du cercle inscrit dans le quadrilatère est moyen proportionnel entre le rayon du cercle inscrit dans le triangle ABE et le rayon du cercle ex-inscrit au triangle DCE dans I'angle E.A+C s:l (a. Inscrire un carré dans un parallélogramme donné.198 COURS DE TRIGONOMETRIE. ÉtaUtir pour un quadrilatère quelconque la formule .

Appelons . Caloul des hauteurso 253. 199 CHAPITRE IY Appl ieations topoE raphiques. font les droites OA et OB avec I'horizontale OC. et F qu. Dans le triangle OAB on a" : d. est 'inaccessible. 4L) : . 40. et on mesure ainsi I'angle horizontal CDi\ .. soient C et D les projections orthogonales de S et B sur le plan horizontal de A.1.^':^r1 sinCDA sin ACD d cosp sinô tga ou h cotgd d cosp -ffi5-: sinÇ+D d'où L IL:@' . dont on puisse mesurer la distance rectiligne d. . et ou mesure ainsi les angles (fig.ont le ffim:r6 d'où æd 'A'/ n- d sin(p cos p - ") c tr'rc. A et B /l\ I l \ I i. 254.a ^.APPLICATIONS TOPOGRAPHIQUES.Calculer la hauteur d'wne montagne ou le peed. Du point A on vise successivement S et B. situé à une distance d du point A.^.{1. CAS De B on vise S et A. 40) dont le pied A est accessible. Soit AB la hauteur d'une tour verticale (fig. deux points du terrain environnant.. AC æ AD . . Problème II. Problème f. et I'on mesure ainsi les angles ct. la hauteur de S au-dessus du plan horizontal de A. on vise le point A et le point B. DAB : $. d'une tour dont Soit S le sommet de la montagne.\ I ic /\ /\ d'fie. D'un point O.ccessible.Calculer la hauteur d'une tour pied est a.

nt ù utb 4L).sin.9 et F'.: sin(a'f F+p') Dans le triangle XAY gz On rend cette formule calculable par logarithmes au moyen d'un procédê connu.tt18o. Sans entrer ici dans des développements qui sont du domaine du cours de Géodésie.lcu. sin (y + à) IV. 257. on vise les points X et Y.naccessi. o'ou rt 1 CS n-..d. Soit un terrain dont on veut lever le plan. Dans les triangles XAB et YAB.bles.to:FJtnE . or a: v_: d . . Des deux points A et B. on choisit sur ce terrain un certain nombre de points principaux ou sommets tels que chacun soit visible de deux autres au moins.200 265. : o d'où n -=.<) sin (B + p') d.naccessible . 42). couRs DE TRIGoNorvrÉTRIE. sm(T + o) cos4 Dans le cas particulier d'un terrain horizontal a -F 256.. Problème aoctr e'i..ler la distance entre deuæ points dans un terrain horizontal. Soit à calculer la distance XY : æ (fiï.ï ftfi .9. Problème 'i. Soit à calculer la distance AS : n (fr9. Dans le triangle rectangle CAS on a r.' sin p sin(a f æt + A p) P (r) (2) . Triangulation but l'établissement de La triangulation est une opération géodésique ayant pour la carte d'un pays. Calculer Ia distance d'ttn poi. Crr. nous nous bornerons à exposer le principe d'une triangulation plane. dont x on peut mesurer la distance d. et on mesure ainsi les angles a et at. Caleul des dlstarloeso II[.

C'esf pour cette raison que le calcul des côtés snimpose.. Cette façon d'opérer I'emporte de beaucoup sur un tracé graphique reposant uniquement sl)r la' base et des angles. b et c du triangle. à tiéchelle adoptée. et p sous lesquels on aoi.1 . B et C cornme centres.Calculer les di. on peut construire une échelle des longueurs sur le papier avec une très grande précisiorl.. comme il à êtê dit plus hauf. On pourrait alors reporter le point M sur le plan. Problème de la carte. situé à I'intérieur du triangle ABC (fig. il reste à placer sur le plan les autres points du terrain. MB et MC comme rayons.eur de l'anglec. B et C sont supposés visibles du point M. ce côté mesuré s'appelle base . avec MA.nt M aun trois sùïnvnets d"u.t de M les côtés a et b du tràangle.APPLICATIONS TOPOGRAPHIQUES. il est beaucoup plus exact de calculer les distances MA. 20r Si I'on joint les points qui se voient deux i deux.?TLa MAC-fi . 43) Am : r/t. MB et MC.^\ MtsC - A. on peut alors de' proche en proche calculer les côtés de tous les triangles. I'intersection de trois circong férences décrites de A.stances d'un poi. parce QUe. Le problème qui se pose est donc le suivant : 259. il faut se servir du rapporteur qui donne toujours des erreurs notables sur les angles.le pointM étant supposé pris à I'intéri. 258. . 43). Les points A. on peut donc mesurer les angles d. des triangles semblables aux triangles du teruain. on obtient un certain nombre de triangles. connaissant les angles d. 43. et de placer M à B CL Frc. et de p décrits sur a et b. on mesure également les angles de tous les triangles. p et ï soLls lesquels on voit de M les trois côtés a. BM : Trù2 CM Soient (fig. On mesure directement un côté de I'un de ces triaugles . (Pothenot). Soit M un point du terrain. et qu'on a reproduit sur le papier. pour construire les triangles par ce second procédé. Lorsque la triangulation est faite. mais. Au contraire. par I'intersection de deux segments capables de d. .n triungle LBC. par les procédés de calcul de la Trigonométrie que nous avons exposés précédemment.

MAC et a * p + Cr:200c y+a*C.. : Norrs obtenons un système de rTr.?42 couns DE TRIcoNoMÉrnm. U.. (r) (2) rnr . bsin(rfp) ff rna /Tù2: asin(A+a) stn cr (8) (e) n'h s'élimine en divisant (4) et (6) membre à mernbre b sinr : (r0) (1 sinæ a sin p -----::_ srn a slny 0 Le système est réduit aux équations (11) l) (l) (2) (7).s.1"d. r/1.e:: . à + inconnues compte fi) A. et rnz s'éliminent immédiatement 17tt: 7 équations à 7 : inconnues : Tfùr. des Écrivons le groupe des sinus pour deux MBC par exemple : triangles. ftùL û. Cl gt Cz. 2 o+ +c + y) et (æ (12) L' (tl) et (12) vont nous permettre de= calculer (æ De (t I) on déduit - y)- a sinp a sin I d'où Posant tfr . 1fr2:|fta_& sin rùg : ffit: sinp sin a (3) (4) C._û-a Yt) z .s7 (5) (6) (7) g.D sina + ô sina a* p .t ô sinaat$. s'éliminenb en additionnant (I) et (2) et tenant 400" n u{y-Fa*9+C: æ+y :200c.| a sinB._ I In a sinp O SItra + C (13) cette équation devient (r4) . Cr et Cr et de (7) : ou Cz C2. siny Ainsi que l'équation Cl + C.

en tenant compte des conditions (t).. nts soient positifs. calculés par les équations (15) et (16).rcaTroNs TopocRApHrQuES. il faut prendre y puissent être compris En second lieu. (r+l<zooc-a+Q*c 91 1 lr+l<a*Ê{-c \ 91 ' La condi tion(2)indiquequez00c-a* I + c qui est positif (t) donne son signe à æ et à y en vertu de (lb) et (16). seront' compris entre 0 et 200".-p.ï"ffi. rnz et ws.Appl. 203 Lesformules(12)et(l4)donnentryetry. tgh êtant tg(50'- ?) l là résulte its+l On aura donc simultanément. Pour que la solution soit acceptable.-n. otr a toujours - 100" car.mz. â) (t5) (16) Les équations (8) (9) et (10) donnent ensuite rù1. Discussion..i c Enfin.onendéduit fr et A: fi-2A0o-"+g+c. c'est-à-dire que I'on ait sinæ Je dis que fi et y.i:ï.si si a*p 400"-("*p) d'où De d-. pour que fr et entre 0 et 200". Observons d'abord Qtre. - .. il faut et il suffit que thr.1 -TTY a:200"-d"+p+c-+.

situés dans i'angle C. Déterminer le rayon d'une tour inaccessible. Calculer la hauteur du ballon. en effet.. on aura asinS a.fq+c+. slrr I'autre rive.p) -r2 \ ") où a J--P f 2 C \ et par suite m et A sont moindres que 200". C. 4. . Sur une rive d'une rivière se trouve une colonne surmontée d'trne statue . à un même moment. * 3. On a mesuré. On demande la largeur de la rivière. le quadrilatère AMBC est alors convexe et inscriptible . si R est le rayon du cercle circonscrit. On connaît Ies hauteurs de la colonne. Dans le cas particulier : 100". * 2. de la statue et la taille du gardien.. les angles d'élévation d. EXERCICES. * l. un observateur voit la statue et le gardien placé au pied du monument sous un même angle. 2oo"-(. Prolonger une droite AB au delà d'un obstacle.:1 b-znsin[ I et ?:50'' Donc. de trois stations A.'un ballon au-dessus de l'horizon.(12') sinrt Ces deux équations rentrent I'une dans I'autre et le problème est indéterminé.. perd toute signification. L) donc. Un observateur voit du haut d'une colline deux bornes kilométriques consécutives d'une route horizontale sous des angles e dépression a et 2q.204 COURS DE TRIGONOMBTRIE. ) 5. B. je dis qu'on aura aussi tg(50" ?):0. Qui devrait fournit t|l. I'équation (14). La condition (3) indique que c[+p+c .-SRsine I d'où t. Quelle est la hautettr de la colline ? (On admettra que la route et I'observateur sont situés dans un même plan vertical. c'est-à-dire que le point M n'est pas déterminé par les angles e f p : tous les points du cercle circonscrit au triangle ABC. Remontant aux équations initiales (l l) et (I2) on obtient : et : siny (Ilt) n + y: 200o. voient a ex â sous des angles constants a et p.

pied de la tour ? A quelle distance est-il encore du 7. voit I'horizon sous un angle de dépression a- . il trouve alors p pour la nouvelle hauteur angulaire. 245 6. Après avoir trouvé a pour la hauteur angulaire d'une tour. sachant qu'un observateur placé sur un phare de hauteur h au-dessus du niveau de la mer. un observateur s'avance de a vers la tour.aPPLICATIONS TOPOGRAPHIQUES. Déterminer le rayon de la Terre supposée sphériQûo.

c * sinô sinc cosA.t d. 26t'. Au lieu d'établir directement les formules des triangles rectangles avant celles des triangles quelconques. et les mesures des côtés (en grades) par des petites lettres. 44). Soit un triangle sphérique ABC (flg.ils couîùpr"ennent.ine d. l'établissement de ces dernières n'a d'autre but que la vérification de cette règle.eliant rrn anglo et trois eôaôs.ui. et doit donc se faire le plus simplement et le plus rapidement possible. ÉrnBLtssEMENT DEs FoRMuLEs. On aura par déflnition COSA. Adoptons sur I'arc de grand cercle CB le sens positif de C vers B. la règle pratique de Mauduit dispense de connaître par cæur celles des triangles rectangles .tres côtés et du pyoduit d.es cosi.nus 262. Dans tout tri. la raison de cette modification est la suivante : en Trigonomètrie rectiligne. S t. : pfroB. I{ous représentons les mesures des angles {en grades) par des grandes lettres.'u. mais en Trigonométrie sphériQuo.nus de l'angle qu'.e ces d. Remarque. Théorème f.es "sinus d.. L'ordre que nous suivrons dans cette partie du cours n'est pas le même que celui suivi dans Ia deuxième partie.n côté quelconque est ëgal ù la son?.u.eun côtés par" le cosi. (r) cosa cosÔ cos : .TROISIÈME PARTIE TRtANcLEs spnÉRtouEs CHAPITRO PRfiMIEB Fonmutes des tnianEles quelcongues. Forrnules r.n o. on retient par cæur les formules des triangles rectangles et celles des triangles quelconques . des deu. on ne retient que les formules des triangles quelconques .angle sphét"ique te cosinus d. nous les déduirons de celles-ci.u prod. Convention. 260.

r^r cos frz . OC: y +l sinb . 44. cOS fiA : cos Ô C étant I'extrémité de ft: b. . .^.^.et c's fr' : pr"OC. .^.prrOC _ pr"cos Ô + pr.sin. (3) Fto.cos c cos fiy + sin c cos 13 . ou (50) métriques pour cet arc. - pr*OB : pr*cos c * prrosin c.. soient y eta les Uz : .^.^ COS îA 0 et COS 3t : COS A. on aura donc et ou OIt (bg) ut : + cosb loo" . 207 B étant considéré comme extrémité de axes trigonométriques pour cet arc: on a (59) OB G: c. . soient U et t les axes trigonocos e. Par conséquent (18) cos Q.FORMI'LES DES TRIANGLES QUELTONQUES.: . * 100" {'2') : y cos c + s sinc./\ : cos $z ô .cosô cos zy + sinô cos-zi.

"too 3Posons 2p - e. - a). Il en résulte en prenant la racine carrée. . par Z cosrf . il vient cos a.cosô cos c * sinô sinc cosA : cosa cosc * sina sinc cosB I ( cosÔ ( cosc : cos a cosb + sina sinô cosC. 264.}sinô sinc rsmzg d'où . (u .208 corIRS DE TRrcoNouÉrnrn.-cs!L:r--c) z sinô sinc -z'i"W'ioW z sinô sinc 1cos| : d'où "or|:V Divisons (t) et (2) membre à membre *-À : \/ t82 V si@a.s'émiront par analogie.cosô cos t + sinô sinc . 263. sin(p - b).era aisément que sinp. . - e - sinô sinc + }sinD sinc ( -A :os-2 cos2| A: cos o. Corollaire.carsin}> W cos e. Daps la formule cos a - cosÔ cos c * sinÔ sinc cosA remplaçons cosA successivement par l- 2 sinzâ *.-oÀ : sln"E: cos (b . + bf c. sin(p (g) Les formules de sont tg| et tg.. sin(p - c| . D'où.cosô cos c * sinô sinc cosA. CaIeuI des angles en lonotion des eôtés.De ce théorème on déduit cos a ( . remplaçant dans (3). u s1a? ! n 3-3 ^. On vérifi. ' ^A lo cos a.l. : Ce groupes de formules est appelé groupe fondamental.-A sint: fv cosô cos LaracinenégativeneconvientPâS.c) -cos. .

45). Soit un axe p perpendiculaire au plan AOB. Je dis que I'on a II. Adoptons sur les arcs de grands cercles AC et BC des sens positifs de A et de B Yers C. . son sens positif étant dirigé vers I'hémisphère qui contient le point C. il 1lê: PP: sin ô sin a tiog sin c Démontrons par exemple I'égalité sin A sin Ô : sin B sin 4. ffi: sID+ æ @: sîna (r) (2) L1 + cosd. On aura On a aussi et Couns .ft:b et Éè:e. Théorème a. z sin ô sinc (4) Formules reliant deux angles rux dcux eôtés €pposés. pr TnrcoxonÉrnrn.ng.les sont Dans tottt triangle sphérique les sinus des proportionnels cruæ sùnus des côtés opltosés. 209 Bn multipliant (1) et (2) membre à membre on obtient sinA : 265.. Soit un triangle ABC (fiS .FORMULES DES TRIANGLES QUETCONQUES.

Adoptons. Ces formules peuvent aussi se déduire du groupe fondamental au moyen de la formule ( ) du no 264. cos fu+îà+â:o {ù .cosô) (1 + cosc): .sinza coszB sinza sinzB : sinzÔ sinzA ou sina sinB : sinÔ sinA et enfin . "orfu . donc fu : sinA. dans ce plan. ù : î. on obtient d'oir.cos c) sinc (sinô cosA + sina cosB) (cosa .o. et simpliflant par : sinc (sinÔ cosA .coszb sinzD coszA . : cosz a. Remarque. (3) fi et y les axes trigonométriques de b. Les trois axes p. de manière.d.A -rooc prosinÔ*prrocosô:sinôsinA. D'où . y et a sont dans un même plan perpendiculaire à. : - sinô "orfu cos ô cos û. p ces deux sommes géométriques : prpcosÔ pr"OC: prrsinÔ * prrsinÔ pr"cos tt : prpsina * precoso. En additionnant et soustrayant successivement rnembre à membre les deux premières formules de ce groupe. on a . en multipliant membre à membre. fi.f. : - sina - sinB. .sina cosB) (cos a * cosD) (l sinzc:l-cosrc*0. que onaura ou On a â:+I00". Ou plus directement sinô sinA 266. p étant perpendiculaire au plan A0B. trtr sens positif autour de O.2I0 Projetons sur Soient couns DE TRrcoNoMÉTRrE. est perpendiculaire à frr donc Soit un axe z situé dans le plan AOB. Par analogie prrsin a * prpcosa sina sinB. perpendiculaire à æ et son sens positif dirigé yers la région de ce plan qui contient lc sommet B. puisque les quatre sinus sont positifs. c.q.

Bt. + sinôf sincr cosAt La formule du no 262 appliquée à ce triangle donne : cosbt cosct ou - cosA - cosB cosC sinB sin0 cosa.cosc cosB cotgô sin a. 2rl 267.F'. (t) (Z) (3) Remplaçons cosc cos et sinc dans (l) au moyen de (z) et (g) t cos a - a coszb + sina sinô cosô cosC + sinô sina sinC cotgA : ou cos a sinzb Divisons par sin rz sin ô cotg a sinb Par analogie nous pouvons éci. Ct.. Oonsidérons le triangle polaire du trianglc ABC. At. .'ORMULES DES TRTANGLES QUELCONQUES. . cotg a sinb: cosô cosO + sinO cotgA. .cosa cosC cotgô sinc : cosc cosA cotgc sina : cosa cosB cotgc sinÔ : cosD cosA cotg + sinO cotgA + sinB cotgA + sinC cotgB + sinA cotgB * sinB cotgC + sinA cotgO b. commençons par déduire (265) des formules (t) et (2) la formute sin C sin A ffi:. 268. c.t bt ar:200c-a Bf -200c-[ Cf:200" c. Formules reliant trois angles et un eôté.cos a cosb + sina sinô cosC. .cosô cos c { sinô sinc cosA c . Pour obtenir cette formule. Formules reliant deux eôlés et deux angles dont ltun est oompris entre les deux eôtés. ses éléments. iI faut éliminer c entre les deux formules : cos cos Afln de rendre cette élimination plus simple.ioo a . gt-200c-a -200' -B ct:200c-C cosa. Soient a.ire les six formules : ilI a sinb cos ô cos C -= cotga sin c .

par I . zL? COURS DE TRIGONOMÉTNIT.- cosB cos0 + sinB sin0 - 2 sinB sinC sint* z ou d'ofr cosA -F cos(B + C) : - 2 sinB sinC sinrl 2 sinza v's 2 __cosA*cos(B*C) 2sinBsinO B * cJ cosi(B 2 sinB sin0 ou sinz!:_2co!*(a * 2 Posons i. remplaçons coso. D'où les trois formules : ry 269.'rt. (1) (2) (3) Remarqlue. sin on obtient . * :\/ V ) sinB sin0 (1) . cosA eosB cosC : - cosB cosC + sinB sinC cosl. Dans Cpleul des eôtés en fonetion des angleso la formule (l) de (268).cosB cosC + sinB sinC cosa. A + B + C .c-A).zsinr!: É) cosA .sina sinB. cosA : . Les groupes II et III étant établis en partant du groupe fondamental.25. on peut cependant aussi démontrer ces formules à l'aide du groupe fondamental. Le procédé qui précède est le plus simple . ou Enfin. divisant tous les termes par sinC # 0. en éliminant d'abord cosa sinB sin ô : et cosÔ sinA : cosa sinB cos0 cos + sin0 cosB. on peut éliminer b entre les équations : cotg a sinb : cosô cos0 + sin0 cotgA cotg b sina: coso cosC + sinC cotgB sinD sinA :. + 0 et ajoutant membre à membre: cosa sinB . C Multipliant la 2e par 279. cosA cosC + sinA sinO cosô cosA cosll f sinA sinB cosc.cosa sinB cos20 + sinO cos0 cosB + sinC cosA cosa sinB sinzO : sin0 cosC cosB + sinC cosA. et On obtient.

Mais auparavant nous ferons une remarque. et tg|- .C) cos*(A * C . I cosD coscl-482. Grâce aux formules (a) des no' 264 et 270.B) _ cos(S --.C) cos (S . *^a.coszc + zcosa cosô cose-.: I .FORMULES DES TRTANGLES QUELCONQUES. nous pouvons ajouter deux nouveaux rapports à la proportion des sinus... car a Si dans la même formule on remplace cos a. tandis que cos S 27r. eosc I . 2I3 Le signe + seul convient devant le radical. (l) et (2) membre à membre on obtient sin B sin C : ? (4) C) on vérifiera aisément que cos(s a). cos(s B).cosza .coszb .B) 2 sinB sin0 sin B sinC enfin Le signe a' t COSZ:V / + seul convient devant le radical.cos( b + c)f [cos (b c) cos af : .. cos(S ) 0. I cosa cosD - a) sin (p -..' s'écriront par analogie. On a 4 sinp sin (p : [cos a . coszz: cosA + cos(B . par 2 cosz on obtient cosA : - fr - t. Proportlrrn des sinus. &: En multipliant sina sont V (3) L. { cosB cosC - sinB sinC + 2 sinB sinO cosr{ d'où 2cos*(A __oa.C) æine* B . C tg.b ' . ô) sin (p - c) : ensa. sinia 1 (2) '8..

cosb cosc ::o a (cos + cos B cos t)) cos A des sinus devient . a IIt /i:--: sin A stn 4 de .'F:-E sin B sin C cos sin a sin ô cos Finalement Ilo^--:-:--: la proportion sin sin c (cos (r .A) cos(S .cos A cos B cos C I .!. sinA sinB sin c A sin a sin ô E 1a On a aussi Iz - Â À"..o..n 2E I On aura donc .cos ô cos c) cos a cosA cosB cosC I * cosA cosB cosO cosa cos b cosc I . d'où I : A Tç-' o 4^2 :E: 4ôz : :-6-- d'où 2 cosa cosB cosc .coszB .cos2c .C): : [cos A + cos (B + C)] [cosA + cos (B C)] : : t coszA coszB coszO cosA cosB cos0 -Z cosB cosA -ll cosO cosAl:4^2. Vl - r coszA - coszB - coszO - ?cosA cosB . -l I cosC .214 De couRs DE TRIcoNoMÉrntn. -coszb- [: .VtA{ .cos a.B) cos(S .4 coss cos(S . a sin sin A a B ô sin C sin c (Â1 r "l:.. .2 : : sinzA sinzA coszA * cosza .2 cosa cosô cosc coszô coszc + sinzA sinzB sinz0 _ : sinza sinzô sinzc I -cosA cosB cosC |z :....: I I -l.cos a cosb cosc coszc +2cosacosb A -G- o cosza. mêre.(\ On déduit là B a -:-: sin sln sin C sln c sin A sin B sin C 2L sln 4 sln o srn c sinC )z:9.+ cos2a coszg II I- cos a cosb eosc A Cette dernière formule peut d'ailleurs se démontrer directement ).

A-b sm2slD . ExnupLES . 2L6 les 212. c a*b cos: (3) cos . A+B s'rn: vr.ô\ a-b eos z ^ z smz 0.-b . A_B sm2cos z C c (r) t (2) v zz A+B cos ?'2 .= ---' c z . d'où cos sinp sin(p .F'ORMULES DES TRIANGLES QUELCONQUES. sinp sin (p - b) t C V V sinpsin(p-c) sin a sinô sln ' ^ sin(p-a)sin(p-c) 4 smc .C smt A_B cos 2 c : . srna+b 2smz z . .Ti smc a -l-. . soit en partant du second membre. A+B sm-lcos a-b cosT cos .C smt : I. reliant six éléments du triangle.cc tJ t\t a-b cosT cos Z Srn I COS._ . . Analogies de l)elanbre ou ele Gauss.1 /sin srn A cos B + cos A rto2 B 2 v T c) Àppliquons les formules du no 264:.c) sin a sin ô 2 C :g(p-ô)*sin(p-a) sinc 2 z sin A. Formule (I): sm .c.. A+B sm__ cos v (p - b) sin (p \.c (4't Ces formules peuvent se démontrer soit en partant du premier membre. A+B --. c cosT .

sinC f coss (car coss < 0) 2 cos(s 2 213. il suffira que I'on démontre les formules obtenues en élevant tous les termes au carré i or. on observe que tous les termes des proportions en question étant positifs.] .f.1) cos' cos Z. a If. t des groupes Remarque. Formule (3) : cos a*b T - a b .smt sln 2 C) cos (S Appliquons les formules du no 270: a*b cos-2 cos cos (S B) cos -sinB sin0(S - A) cos (S -sinA sin0 - C) c 2 Y r/ v v a*b r cos_' ou cos .. cos(s 2 c) . A+B cos 2 . on obtient IOn a: I* cos(A + B) l*cos(a-b) t* cosc cosC Démontrons cette formule. On peut pour la première.2T6 CoURS DE TRIGONOMÉTRIE. CC sinf cosf - g) ro..C smz partan encore démontrer ces formules en précédents . /cos (S - A) cos (S : B) c : -. ces formules peuvent alors s'écriro en fonction des cosinus.sc b(t- . par exemple. I- : cos (A + B) I - (cosA cosB : I - cosA cosB + :tfcosO+ : (l * cosc) - sinA sinB cosc) sinA sinB + sinA sinB sina sinÔ sin2c (l - cosc) sinsCl (t - cosc) cosC [t + sina sn TlG.A.

A une différence dans un membre correspond le sinus dans I'autre. A+B rg2cos2 VI a-b (l) . Ces formules peuvent aussi se démontrer au moyen des formules qui donnent tg*A. . A une somme daus un membre correspond le cosinus dans I'autre.FORMULES DEs TRIANcLES euELcoNeuES. Analogles de Népero reliant cinq éléments du triangle: les trois côtés et deux angles. les autres formules s'obtiennent 276.tgâA tgiB tg*À + te*B . 264) z . dans le second les côtés. ct+b tg2cos2 . a-b . La formule (t) s'obtient en divisant membre à membre les .c . 275. dans le Dans second membre deux mêmes lignes.On a .c t8z LoF- A-B A+B cos 2 A-B SltS(3) e+6 coLg' cos 2 -. sm-7-r tgA-B Z c:m@) cotgt sm--- . 274. a-b 2Ér . A+B srn -ï- (4) formules (l) et (3) de l)elambre d'une manière analbgue. Remarque permettant de retenir ces formules par cæur. Dans le premier membre deux lignes complémentaires.-d-: . 2 et prenant les racines carrées on obtient la Les autres formules peuvent se démontrer de la même manière.92 .17'-fi 2cos2? 2 cos'f. A+B rgz I . T:æ' 2 cos'l Zsinra*B T { . le premier membre les angles. tg*B. 2I7 De là résulte cos0 I- I* cos(A + B) t + cos c*sinasinô-cos c*cos I f cosc t + cos(a-b) t + cosc acosb Par suite Simplifiant par formule (l). ou les trois angles et deux côtés. tSâC en fonction des côtés (3.

Ce théorème est démontré dans le cours de Géométr.na. Ces formules donnent 277 .ie. sin (a + b) (L Éliminons cos c du groupe fondamental Du grollpe des sinus. Dans le premier membre.logies. Remarques. w:Sinc sinC .I. deux mêmes lignes pour les petites.re.?LB couRs DE TRTGoNoMÉrnrn. nous obtenons cos C) : sin c (cos A + cos B). otr tire sinA + sinB - Éliminons sin c entre ces deux relations formule (l). deux lignes complémentaires pour les grandes analogies. s I'aire en prenant pour étalon le carré constt"uit sul'-l'étalon rectiligne (le mètre) . Il en résulté que si nous appelons : iss I'aire du triangle en prenant pour' étalon le triangle tri. DÉrvroxsTRatroN et additionnons membre à membre les équations résultantes. à une somme dans le premier membre. 1tg2 DTRECTE.rectangle . Aire du trlangle splrériqr. Dans le second membre flgure toujours le rapport de la demidifférence à la demi-somule des arcs.'les formules (3) et ( ) sont dites gtetite. . L'a'ire d'un triangle sphérique est égale ù la lnesure de l'eucès sphérique ù condi. a. A une diftrence dans le premier membre correspond un sinus dans le second. . Les formules (l) et (2) sont dites : grandes analogies. If. l'excès de la somme des angles du triangle sur deux angles droits Théorème.yon et l'angle radian. . On appelle encès sphérique.A rg + B sin(p-ô)*sin(to-a)_tot . Dans le second nembre.s a.b z zT: a+6 \' '' ' cot 2 . Définition.aement corwne étalons de surface et d'nngle : 70 le triangle trirectangle et l'angle droit. toujours deux mêmes lignes. o I'aire en prenant pour étalon le car"ré construit sur le rayon de la sphère . . un cosinus dans le second. 279. nous obtiendrons la 278. 20 le carué construit sur le ra. 280.t'ion de pt"endre respecti.

nous aurons les relations suivantes : 2E : A + B + C 2Et - 200c : 2S - 200" 2e.ERz et s-ffi. A.so:m 6-m CaIeuI de E. 2lg 2E la mesure de l'excès sphérique en grades . B.. A.30:2E.cosA cosB + sinA sinB cosc d'où cos [Zn (A + B)] cosA (cosB sinB tgA cosc).-:28 cosB * sinA sinB cosc c . 2e sa mesure en prenant pour étalon l'angle radi. ' A1. De la première analogie de l{éper : Or a-b B cosT L_a+ lg_ â-:G6 cos--_ A+B corg . p et \i leurs mesurcs au moyen du radian.(A + B) + 200o cos0: .cos[Zn (A + B)] : .es engles adjac.an .foncti. nous avons également (37) 2e 28. En foncti.FORMULES DES TRTANGLES QUETCONQUES.' zSL trn.on d. q. c. + p + .'tr. R la longueur du rayon de la sphère en mètres. B et C les mesures des angles en grades . B. 200 d'où 2E nE . De plus.. 2 rr.C 2 C -100c+E -2 . En fonction de deuæ côtés et de l'angle cornpris: a. 6-2e T e[ S:oRz Ztr'.d. sa mesure en prenant pour étalon l'angle droit . 2F. b.on des angles : côté et d. et Cr leurs mesures au moyen de I'angle droit .ents I c. f) (2) 282. 2.rz Posons tgA - cos c = - tg? - il vient cos [zn - (a a n)1 cosA cos(e -iCOS g. : T. cosC cosA .

or$: sinE a*b cos 2 z cos$ : a*b cos.--T- --sin.-- . a*b -cosT sinC. 2r.C. b. H z cos9 . d'où *g#: -cotn(".:A+B+C-200" E.sln c cosT cos c a+B a+B sinE_ cosT: Zz Des formules de Delambre : - .) = fr.es trois côtés a*b -Ù (P) t &. sinC eù d'où cos$..+b ---a.g): \ cotg(.220 couns DE TRrcoNoMÉTRrE.-b COS--r C et cos A+B COST smz I C cosZ Z = cosz J c cost c sin!+ Bsmz z on tire a-b cos:z z cosf. A+B StD. - V z cost a. c = ! sin0. ou 283. n . c.2 =ffiv donc sinE .) ou .a.A+B+C i00" a+B+c sm-7.bc cos 2 cos1 . o (4) or sinc. sinlsio sinEV o COS . rr(l-Ù:ffu'r* / cosT \ En fonction d.

E.g 2 tgi-tg. otr obtient : .07. C-E E r. a*b-c tf + (7) 10P+oP . Formule de Lhuilller. n-c H t.C srn * E) a.t' c) É) (s) La racine négative ne convient pâs. .19=-_A.FORMULES DES TRIANGLES QUELCONQUES. 22L plus simple permettant le calcul de E en fonction des côtes : De 284.. + cosT b cos z : la c z Appliquant le principe connu sur les proportions différence des deux?premiers est à leur somme comme etc.2 " ""(. - Les analogies de Delambre deviennent donc : COSI fC T:_ cosz -\ I ô \^.bj -) COS- a-lt 2 et .u. c*a-b." ei ^.rc*b-a a tg 4 ..-. parce 200" donc 0 que +B+C-200o 0 0 100' donc wE . . of tenant compte de la première et de la dernièr'e formule du no ._C-E. .-o2'o -2 c Multiplions (6) et (7) membre à membre E'f.-tgtrrry6+ .. cotg 2-tgi-rg cc+ b+ (o) 4 c.+op -z at -. ?) :. Il existe une autre formule la formule on tire A+ B+C-200":28 A+B : looc E).(.

coss: sinE.222 couRs DE TRIGoNoMÉrnIg. a+B sm -- a-b c : cos z cost c cosz ^c sm:t . Formule dtEuler. Par conséquent. u'' sltr. où intervient I'excès sphérique.A): sin(a . des formules de Delambre on tire 285. Les formules qui expriment les côtés en fonction des angles sont souvent mises sous une autre forme.E) sin B sin C (r) E) (2) (3) : 1 /sin(B V E) -sinB sin(C sinC sina Onaaussi A: 2v V wl: v sinB sinC (4) . et D'où cosE a*b tot cos$ ri'f : : cos 2 sin. _ cosâcosâ _a b. les formules du no 210 deviennent .t1 sinâ sini cosC c _ . 'C À+B^--C -'-A+B onacosp:rioA*B+C . Remarque f.b. . 4coszîcos?i* sina sinô coslC cos z . cos(s .srn 2 cos.^cc . . b . .abc 4cost cos2cos? (t + Ou enfin cos ct) (I + cos b) + cos c cos 4 cosI a cos I b cos! c - a cosb ! l+cosa*cosb+cosc cosE : (e) 4 cosla cos ib cosic 286. * ^:_^a .E). On observe que I'on a en effet 2B:2S-200" ou S:100"+E d'où . 2 Or.!. . + cos-j_ srnr. : a cost a sinE sin(A . etc.

(8. sinp : ZsiniA siniB siniO (10) (1 cow$:v et cos/o l) :. 285). C sont si.t ainsi que Er . "or9.. -. b' + B : 200c. triangle ABC les formules (5. êt si I'on observe que I'on a 200". pt :200" d'où .200" .. Br et Cf les trois nouveaux éléments du triangle ABfCf ainsi formé. De (l) résulte cos e. A. cosA+cosB+cosC-l (r2) 288..cosb cosc + sinb sinc cosA (2) cos Ô : cos af cos c * sin arsin c cos Br (3) cosc : cos a. 283) et (10. B.F'ORMULES DES TRIÀNGLES QUELCONQUES. Appelons &t . 289. Les formules (5.'}oA ù srn4 s Zsinia sinE _ sin ib srnic 2. Sur les deux côtés d'un angle A portons 1ftr : b et Sr . On aura : (l) cos at . joignons les poinis Bf et Cr par un arc de grand cercle moindre qu'une demi-circonférence. Remarque II. EQUTVALENCE DES GROUPES DE FORMULES.in$ I[. cos af . 284) et (9. etc.t + A: ct+C:200'. 223 Si I'on applique au triangle polaire du 287. Se a) b.F. 2cos*A cos*B cos*C sinp A sinf sin| .c . 283).61.æ arcs positifs lnoindres que 200" satisfaisant a. - . Remarque.E. on obtient e. Théorème I. P' .u système des trois formules fondamentales. ces sir nombr es sont les éléments d'un triangle sphérique. c.tcosb + sinatsinÔ cos0f . 287) comparées à la proportion des sinus (27 L) donnent ô : - 2 sinE 2 sinp cos { "orf. ). A - E.

C. A. .224 couns DE TRTGoNoMÉrRrB. (2) cosa. b+ srn. donc ils sont égaux : a.\. . 290. ^ . c. b+c-ct. est la seule valeur comprise entre 0 et 200" attribuable à a. On peut démontrer directement que les a. A $. n réstrlte alors de (2) et (3) que Bf : B et C' .^b+ (sin- c-a 2 t-j . b. chacun de ces nombres étant compris entre 0 et 200o. a.t : a.-cos(ô +c)+2sinôsir COSZg lC cos a. B et C sont donc bien les éléments d'un triangle. on a par hypothèse : 0 0 0 2\ Les inégalités (3) et (4) exigent donc que I'on ait (5) { . t ^2_a. Cr) constitue une solution du groupe fondamental. a. A. lorsqu'on attribue aux cinq autres variables les valeurs U cL Ar Br Cr I et de môme pour chacun dcs six éléments. B. 0 aa*b*c 100" : Or.. zgl Remarque. ils ont même cosinus.or.lo (o t h) ou bien (6) { . Soit n faut prouYer que (ao r I Par hypothèse : cc cos d'où Donc cos a : cosb cos c - sinÔ sinc -l }sin& sinc. conditions d'existence du triangle au point de vue des côtés sont satisfaites par les solutions du groupe fondamental. Si (a. c.cos(ô + c) > 0 ou 2sinb+c*a. Cette inégalité exige que I'on ait -sin. et &t sont deux arcs positifs moindres que 200c.+b + c \ slna+b et par suite : (3) tsinf J ^. b. Corollaire.c-a. a.

Lt. l'équation tr''4 Fn (abc u*B) .c(.lents lorsqu'ils sont vériflés par les mêmes systèmes de valeurs "comprises entre 0 et 200".ut) a".tibles attribuées a.'o. Si cette condi. . lesquels le groupe fond. soit un système de trois formules indépendantes : ( F. .tres.ul : : : g.amental. @bc) g* @bc) 9" @bc) {ouns or TnrcoxovÉrnrr. 225 Or. (abc ABC) : 0 ( Fu @bc ABC) : o : fo Étiminons C. est équiaalent a.' ula.. 2g2. à condition que chaque élément. prises parmi.Deux groupes de formules sont dits équiaa. .ti. Définition. les formules d.lnental.on n'est pes renopl'ie.0 -0 fn (abc).isse receaoir qu'une seule aaleur compl"ise entt"e 0 et 200" pour un systètn'e détermi.fr (abc) cosA fi (abc) : Far substitution. : ( F. devient alors : cosB cosB cosB cosA d'où t.: : d1 @bc) o. Théorème II.. un ensernble de groupes. (abc a) .Tout groupe de trois fornoules ind. (0 . le groupe est équiaatent ù.F'ORMULES DES TRIANGLES QUELCONQUES. puis B . parrïùi. @bc aBC) .autres éléments. !i a l"t (abc) YZ a (abc) : . (6) donne par soustraction : 200" 'contraire à I'hypothèse. nous obtenons le système équivalent ili Fn(abcAB)-0 ( E'.'!o. @bc) g. (abc ABC) : 0 !i .(abc) d'où cosA =.leut"s co?npq. 293. pris individuellement.né de ua.o L'équation Fb 0 permettra de tirer A en fonction de abc : (. ne pu.es tràangles sphériques.0 I { F.épendantes les unes des au. Les inégalités (5) sont donc seules admissibles d.ufi . gî"oupe fond.

a.'e?t (z : l.onc ne peut vérifi"er aLrcun autre système III. .' ( C : ^yo@bc) ou cosC .. et. Donc toute solution du groupe fondamental est solution du système I et doit être fournie par un des systèmes III. et rëci. cette solution ne peut pas être sQlution d'un des systèmes III autre que le groupe fondamental. dans Ie système I.ft (abc) formule fondamentale coruespondante. comprise entre 0 et 200c" ne correspOnd qu'un cosinus. et c'est le groupe fondamenbal Alors. 40 Si. il faut que I'on ait rn : n . 2. iI n'y a qu'un seul système III. Ft (aba u*pn}) : Q ( C . n) ffi -T. par conséquent. et s'il existait entre les éléments d'un triangle une formule cosA -. go Si le système I est équivalent au groupe fondamental. par suite.^yr(abc) c:ïz@bc) d'oir I 1"". . 2. parce qu'elle est constituée par les éléments d'un triangle (2Sg) . D'un autre côté.226 Puis l'équation couns DE Fg TRIGoNoMETRIE.. de B ou de C.h. rn) (y : l. (abc) cosC A chaque valeur de A. puisqu'il en est ainsi dans le groupe fondamental (290)..hL @bc) cos0 . b et c ne autre que Ia seraient Pas indéPendants.... . - ho @bc) l:::l Donc les solutions du groupe fondamental ne peuvent être fournies que par lui. En efiet.. Ie système I sera équivalent au groupe fondamental ' . ne peut correspondre dans le groupe I qu'une seule valeur pour Ie sixième élément. 2. .gure parmi les systèmes III.proquernent. le groupe fondamental a servi à obtenir les trois formules du système I. à un système de valeurs comprises entre 0 et 200' attribuées à cinq des éléments. Le système I proposé est donc équivalent à I'ensemble des sys!èmes (n : l.P gtoupn fondamental. ce groupe fi. d. p) Zo parmi tous cgs systèmes figure le groupe fondamental. chaque élément pris individuellement n'est susceptible que d'une seule valeur comprise entre 0 et 200c pour un système déterminé de valeurs comprises entre 0 et 200" âttriUoées aux cinq autres éléments.

Le théorème est donc démontré. sinon. pourraient conespondre2valeurs distinctes pour A.gure dans le système que par son sinus. on pourra . I'on doit résoudre un triangle. dont l'ensemble fournit les solutions d'un système.B. ' Le groupe étranger qui en résulte s'obtient en remplaQant cet élément par son supplément dans le groupe fondamental. L'examen des différentes formules des triangles permet de conclure qu'un élément peut prendre plusieurs valeurs lorsqu'il ne fi. l'élément en question peut prendre deux valeurs dont la somme vaut 200". un élément quelconque ne peut receuoit" au manitnurl que deuæ aaleurs comprises entt"e 0 et 200" pour un ensemble déterminé de ualeurs attribuées a.t.brcr). Dans le cas où le groupe en question est équivalent à un ensemble de groupes (parmi lesquels le groupe fondamental). Â c'est-à-dire Corollaire. Conclusion. Dans ce cas. C. il faut 295. ut élément ne peut prendre qu'une seule valeur comprise entre 0 et 200" pour un groupe déterminé des autres éléments. 227 En effet. celles-ci ne pouvant donner deux valeurs égales quels que soient arbl cr sans être indentiques. Dans le premier cas. est au maximum une puissance de 2 dont I'exposant est le nombre d'éléments susceptibles de deux valeurs. 294. puisque. toute solution du système est acceptable et est constituée par les éléments d'ult triangle. Le nombre total des groupes III. Ia théorie des équations nous a ntontré qu'une équation de la forme Msinæ*cosç:P perytadmettre au plus deux solutions positives pour deux Valeurs comprises entre 0 et 200" poul' .gure que dans une seule équation du système. alors ryù . on aurait fr(arbrcr) : fi(a. ET. SueI que soit le système considéré.ufr autres éIéments. par exemple.f^(abc) et cos A : fr(abc).. or se basant sur le Théorème II (293).. Dans tous les autres cas. par son siuus et son cosinus. relation impossible entre les 3 nombres arbitraires a.LorsQue examiner si Ie groupe de formules employé est équivalent au groupe fondamental. Théorème [II. otr bien lorsqu'il ne fi. fournies par deux équations cos A . Dans le second cas.lt : F : l.FORMULES DES TRIANGLES QUETCONQUES.L bL et c1. . sans quoi à un système de valeurs 4r brc.

Théorèmes On peut également vérifler les conditions établies par les IY et Y ci-après. tg. la dàfféla di. En effet.i. B) b) parce que t 0 Donc. sini(a + h/ b) cotg. iI arrivera que I'on ne puisse pas se débarrasser des solutions êtrangères . 296.(A - B) et sini @ 100" I 2 1 (A- Donc.gne gue Dans tout tri.angle sphér. trouver un ensemble de solutions dont tous les éléments sont compris entre 0c et 200". Mais. les différents gl'oupes du système.fférence entre : les angles opposés.. Considérons la formule de l{éper . on pourua encore vérifler des conditions spéciales (exemple : Triangles rectangles). l00c 2 A-B et a-b ont le même signe. sans pour cela devoir résoudre ce groupe ni vérifier toutes les solutions.que. . rence entr"e deuæ côtés a le nzênze si.l (a-b) 2 I Ic ". et par conséquent on cherchera autant que possible à n'utiliser que des groupes équivalents au groupe fondamental.1 tBd (A-B) cotg Dans cette formule.C I o er sin]@*b)>o (a ô) ont le même signe. Il s'agit d'éliminer de cet ensemble de solutions celles qui ne sont pas les solutions du groupe fondamental. Théorème IV. On pourrait trouver les mêmes solutions en résolvant séparément On peut à priori éliminer les solutions qui ne vériflent pas les conditions d'existence des triangles au point de vue'des côtés et au point de vue des angles.228 couRs DE TRIGoNoMÉrnlp. une solution dont les éléments conviennent à un triangle doit être solution du groupe fondamental. Or. sln . Dans certains cas. êtr général.

: (A 'z . ou du périmètre. exemple : cotga sin b : cosô. [r._" Or. l. Considérons la formule de I. Dans les applications. otr se servira du groupe 11ê: srno lgl: sln a r19 sm c que I'on complétera au moyen d'une des formules IIr. (a + b) sont de même nature par rapport à 100". cos0 + sin0 cotgA ( cos e. J (Uê : ) sina sinB sinô . 229 297. . (a (a I Donc. suivant les données de la question. Théorème V. Transformer différents groupes de trois formules. ou une analogie. B) II + "t 298. EXERCICES. une formule de I'excès sphériQu€. de manière à reproduire le groupe fondamental et les groupes étrangers s'il y a lieu. Ia solnrne de deuæ côtés et la sornrne des deun angles opposés sont de même nature par ragtpot"t ù 200c.FORMULES DES TRTANGLES QUETCONQUES. 6 te* fa f B) et cosz 1 I (æ + ô) ont le même signe . IIr.cosô cos c * sinô sinc cosA. ou A + B et a * ô de même nature par rapport à 200". Bemarqrre. . B) + h\ cos I t à(" - b) cots| c Dans cette formule cotg| I\) C parce qrre 0 Donc.[éper : . I t^ tsà(a .Dans tout trdangle sphérique.

La médiane divise I'angle au sommet en deux angles dont les : lo réciproquement proportionnels aux sinus des côtés adjacents . 4. cos. 6. Br et Cr sont les points de rencontre des côtés d'un triangle sphérique avec une circonférence de grand cercle.1. cos a. CCt sont concourants en un point 0.2 cost 2cosz tgA tgB tg0 cosÔ cosc . Démontrer que le produit tg* tET 32 2 9. Ia relation suivante : sinm sinn cos0. il en est de urême du produit te*b tgic. 3.tgA + tgB cosc * tg0 cosÔ.c . p-c . ce produit vaut . p-ll stni sm=.230 côuns DE rnrcoNouÉrnrn.sm. Par ce point on mène un grand cercle qui coupe le petit cercle en A et B. BBt. on a : sinAtB sinBfC sinOrÀ abc cos ffia-o'ffi. si les arcs AAt. Étabtir entre les côtés. 2" réciproquement proportionnels aux sinus des angles adjacen ts. On donne un petit cercle et un point P.srn' o. Démontrer que si A et (B + C) *ooi constants. Démontrer les formules sinE:ff . . les diagonales et leur angle.cosÔ cos d 8. dans un quadrilatère sphérique convexe.rnlsin! sinA cosg bc sin(A E):#sinA a z cOso coso COS= . I 2. . 7. 5. p p-a. I'al'c de grand cercle qui passe par les milieux de deux côtés détermine sur le troisième côté deux arcs supplémentaires. 20 directement proportionnels aux sinus des angles sinus sont voisins. Dans un triangle est constant' sphériQu€. La bissectrice d'un angle divise le côtê opposé en segments dont les sinus sont : 1o proportionnels aux sinus des côtés adjacents .'*ffi l' Au contraire.E smt : . Si At.

1o que 5È. êt cotgA0 lecotgAD de AB.TRIANGLES RECTANGLES ET RECTILATÈRtrS. cos Q. D.côtê a. quatre grands cercles issus d'un point P sont coupés par 12. "). un arc fr : *. . 299. C. sur cet atc) un arc t'Îl : d. : E. cOS b cOsc sina sinB sina sinO tga cos0 tga cosB sinc tgB sinô tg0 cotgB cotgC cosÔ sinC "rl ryl cosB cos0 : cosc sinB. F ut 1' les longueurs des arcs joignant deux des côtés d'un triangle sphériQuê. B. I f cosa * cosb + cosc : COSE. "conques FoRMULES DES TRtANcLES RECTANGLES. jusqu'à sa rencontre en P avec le -:r.tgMC tgMD. Si un arc de grand cercle aux points A.iffi . cosia cosiô cosc' cos I et sur l'arc 20 que fr. on a. Si I'on prolonge I'arc d. s l. le rapport sin .1.. a Si ce rapport vaut si M est milieu . on : 2 cotgAB + tgzMÀ . Si I'on appelle à deux les milieux d. cosY 4 cos ia cosib coslc cosfc 11.. démontrer B est le pôle de I'arc fi. et si I'on porte à partir de P. Si I'on faft A -- 100" dans les formules des triangles quel- on obtient : ul sinb sinc :tgb tgc : tgb tgc : cos a. 23L 10..i"fi CA sin DA est constant. . CHAPITIÙT] II TnianEles nectangles et nectilatèrres.

on d.es éIéments adjacents. un côté de Théorème I[. sont de même nature par ragtport ù 100".gus est Cela résulte de la formule cos Q.uit des si'nus des deun a. Exeôs sphérique.i.\é.232 couns DE TRIGoNoMÉrntn.t des cotangentes des deun autres . Rôgte de Maudult. il vient: - : tg50" .u prod. 302. et si I'on remplace c et b par 100'-c fait abstraction et t00e-fi. IJne règle pratique permet de 300. le cos'inus de l'élément qui est seul est éga| a. Dans tout triangle rectangle. too'. Par conséquent.'un étément quelconque est égal au produi't des cotangentes d. Si. .sinc tgB.cosb cosc. 46.mPair. prenant au hasard trois éléments quelconques. on examine s'ils sont consécutifs ou non . . ts(t-E):Wtsi a cosT faisons *g(50" AE) 100". dans le second cas .tgE t950" tgE I+ b*c cos--i+tg$Oci o-c cosT of. le nombre Dans . Dans la formule du no 282 / A -\ cos'#. dans le premier cas... retrouver facilement ces formules (fig. ..e I'angle droit A. tg50o-l. des côtës ai.ment du rnilieu est égal a. tout triangle rectangle. 4O).u produi.i. pour trouver la formule qui les relie.nus d. on peut dire que: Le cos. le cosinus de l'é. dans la succession des éléments du triangle. et a.c too"-b C Frc. I'angle droit et l'angle opposé.u ytroduôt des sinus des éléments ogtgtosés. ggt. cela résulte de la formule tsb .zttres. Théorème f.

par 100'. Dans .100c. Rôgle pratllfuor Si dans Ia succession des éléments du triangle. donc v s 2.cosT -cosjj tgE I ^^_b*c 239 . la de Mauduit est applicable (fig. FORMULES DEs TRTANGLES REcTtLATÈnEs. les angtes II. 303.e natuie ù 100c.cosA sinc cosB sinô cos0 il [sinB (cosb*-tg0cotgA t ï1r ) cos c .TRIANGUES RECTANGLES ET RECTILATÈRES. C et A.cotg c tgC ry cosA : . . . Théorème r.tout rectilatère.wg+. obtus sont en nombre'itnpa.^ /sinO I sinB ( sin0 sinô sinA sinc sinA 304. A aoot-A B rooc-B .tgB cotgA llt\.t".î*'rTnongte rectilatère. Théorème 305.B. 47).cos B cos C. Si nous faisons a : 100" dans les formules générales.i. 100" C et 200" A. et règle remplace B. Cela résulte de la formule tg B =. obtenons : ^^_b-c .Dansmême tràanglep&r rapltot"t un côté et l'angle opgtosé sont d. : cotgb tgB . cela résulte de la formule cos A cos B cos c..sin C tgb.. nous I {I lcotSb cos cotge b ( cos c : . on fait abstraction de a si I'on .

(B + C)] cos B cos C. . l00c+b*c Or. C. Exeôs sphérlque.| p '.-ry-bo" d'où sinp sin( p . b.sin (uo" +b+)cosfro" : De .0+ Ô 2 .') / 2 \ l I .sin + b . c. NÉSOLUTION DES TRIANGLES REOTANGLEE. : cos | "orf..p sio(100" b-F c) : . b.o"-* . : cos [zn . même b)sin(p - b:50" ++ _.c).c) :i cos (b . Dans la résolution des triangles rectangles. En fonct'ion d. "orf.j :l 234 "* COURS DE TRIGONOMETRIE.-^^ : .-.| cos(ô "ry) + c). Et enfin VI sin E - V- cos (Ô * c) cos (Ô - c) zVz "or! "orf. calcnler c. B. d'où sin(p (-. six cas peuvent se présenter : On donne deux côtés a. 30ô. S 3. (100" . .c): sin (uo"+ h'\ )cos\.es côtés b et c : 2E':A+B+C-200o a-28-(B+C)+200" cosA--coslzn-(BAc)l cosA -. costs cosC. En fonction des angles B et C: Oft donc V sinE 307. 2p: a*b+cp:50" +ry + p-a. 308.a):.

?. conna'i. Si a n'est pas compris entre' b et 200" b. of Ia deuxième est solution du groupe étranger puisqu'elle ne vérifi.orc : !P^ rge Discussion. 309. cos C et cos c deviennent des identités. d'écarter les solutions de ce groupe étranger' Pour qu'il y ait solutiôn it faut que I'on ait : -I lt C'est-à-dire : & compris entre b et 200" .2. C. calculer b. _1. it n'y a pas de solution.g SLD'A I I ( . C. c Si e. permet La condition: b et B de ntême nature. c.7.:b:100": Les formules donnant sinB:1 d'où B:100". Résolution.b. I B. f Gos.:boua-200t-bi de solution. c. C). angles a) b.e pas la condition b et B de mêrne na. . B. La première est solution du groupe fondamental . . de même nature que b.. La règle de Mauduit donne les trois formules : (cosc-## sin ô : sin a sin B (2) d'où l'on tire coso - cotg a tgb (3) { sin B -.8.Résoudre un tri.TRIANGLES RECTANGLES ET RECTILATERES.angle rectangle. - Si a.t?tr?"e.ssant I'hypoténuse et un côté de l'angle droi. b (c. 235 On donne un côté et un B. 200" Br' Pour C et c iI n'y a qu'une valeur. Le système d'équations utilisé est équivalent à un ensemble de deux groupes : le groupe fondamental et un groupe obtenu en y remplaçant B par 200" .B. Si cette condition est satisfaite.. Le système d'équations admet donc deux solutions : ffi : I : - Br C c et Bz C c.1" (1. iI y a pour B deux valeurs ( B.t : deux u" : :: angle û. La 1"" solution seule convient donc.

Remarqlue.-bou a-200"-b I00c. La règle de Mautluit donne : cosa:cosbcosc (t) .i. (2) d'oÙr { cotgB : sinc cotgb . On a toujours sinc Résolution. le procédé de calcul indiqué au no 1. 0 solution. En résumé a. ( cosa:cosbcosc -l . ": conna. a - 0 solution. b I solution. cosC et cosc sont voisins de l. cos D'autre part. c (a. Si la diftrence entre a et Ô est relativement faible. . il est plus simple d'utiliser les formules suivantes. .cotgB tgb (cotgC:sinDcotgc sinb-cotgCtgc (3) Discussion.. B.54. ô compris entre a et 200' Qr-b: . lâ formule : c cosc-cosO d'où c-C. infinité. que le lecteur établira aisément : de sorte que sinB.*T ts ts (ro.Le système d'équations utilisé est équivalent au groupe fondamental.236 donne n est facile de : couRs DE TRIcoNoMÉtnm.ssant C). V. Èu easo :l l::" Ies deun côtés de l'ungle dro'it : - Résoudre un triangle rectangle b.o. voir géométriquement qu'une inflnité de triangles - sin Ô cosO répondent aux données.3) :'/r*+cotgry . c'est-à-dire : - *B) de façon que b et B ::1i 310. au lieu d'employer 's. comprls entre b et 200" Q.al z n faudra choisir le signe de tg (50" soient de même nature.

Il y a pour a. dans ce cas. (1) donne : sin b : I et b :100".c . . C c et b. Le système d'équations utilisé est équivalent à Si B + 100". - La seconde ne satisfait pas à la condition : b et B de même na.TRIANcLES REoTaNGLES F. et par suite. Si B-100'et a+I00": On obtient C . Or. B (b.que. a. étranger obtenu en changeant dans le premier b en 200" Discussion. 237 O et 200". C). C c. C et c reçoivent chacun' une valeur.' it y a pour b deux valeurs J br:200" I -br' Le système admet donc les deux solutions b. donc elle est solution du groupe étranger.re un tiriangle rectangte conna.) B et C uns valeur et une seule comprise entre il y a donc toujours une solution un'i.T REcTILaTÈnns. sinÔ : sin a On petrt donc dire que les solutions sont à rejeter parce que b et B ne sont pas de même nature. : sinc .. e.0 solution à rejeter. . de même nature que B. Les formules générales se réduisent à cos0 : cosc et sinC d'où Q :..issant l'hypoténuse et Lcn angle Résolutfon.ture . 3ll. urvu^v . cosB : cos a. admissible. La condition 0 < sina sin B " t b. Si B : 100" et a: 100' i (2) et (3) deviennent des identités . It y a dans ce cas une infinité de solutions. la première solution est celle du groupe fondamental et est seule Le problème admet donc alors une solution unique. Su rc&se Résoud. c. La règle de Mauduit (I) sinô : sina sinB donne les formules sinÔ : tgc : cotga cotg B cotg C tgc (2) (3) d'où sina sinB tga cosB cotgO: cosatgB I'ensemble de deux groupes : le groupe fondamental et un groupe b.

'u. c. La règle de Mauduit donne les formules : sinÔ sin 4' - sina sinB (r) sin a ---- c . Les autres groupes s'obtiennent en remplaçant dans le groups fondamental a. .2. et pour C deux valeurs Cr et Crr. .- stn lJ +1 y ait solution il sina sinô cos0.b.\ r. o . 100" . c'est-à-dire B compris entre b et 100". lsolution. permet d'éliminer les solutions des groupes obtenus 1.'équations employé est équivalent à un ensemble de groupes parmi lesquels le groupe fondamental.t7b cotg B (2) (3) d'où sin c sin C - sin D sin B tgB cosB I cosB : sinC cosô cos ô Discussion. il y aura pour a. 238 COURS DE TRIGONOMETRIE. . . Le système d. . . c par 200" c) C par 200" C. en faisant e - - .n côté de eas. infi. . . 100" et &. Résolution. eI az) pour c deux valeurs ct et ctt .r.i.ssant I'angle droit et l'angle opposé : b. 100" et a:100" . I n compris entre b et 200" . 0 solution. .angle rectangle connq. . .100" . c). par 200" a.Résoudre un tri. B (a. : - e cos b cos c ef cos ô cosc s cos a cosb + Pour qu'il 0< sinô si I'on a : b et B de même nature .nité.. faut que I'on ait : 0 cos o<ffi B cos a a. On obtient donc I'cnsemble des quatre groupes suivants cos Q. La condition : le nombre des côtés gtlus petits que 100" doit être impai. Cette condition étant satisfaite. o . deux valeurs Ces conditions sont satisfaites -. En résumé : B+ B: B: 31.

. de sorte que sinA. : Il a donc En résumé B -b+ looo. C (a.: c-C-100".3) : ts (ro " e.o'NcLEs REcTaNcLES ET RECTTLatÈnns. . solution. c et C sont égaux et peuvenù prendre une infinité de valeurs. que le lecteur établira aisément : tg(ro"-):. au lieu d'employer le procédé de calcul indiqué au no 1. . . formule les relie. c. €2 I I . et b Sont de même nature. (a. B non compris entre b et 0 sont peu différents.cos0 est la seule y qui alors une i. R).ent le groupe fondamental puisque I'on a écarté les solutions des autres groupes : a.c . c" Ctt. . pas de soluti'on. on se servira des formules suivantes. B:b:I00" . unesolution.nft. 5e Goso ..TRr.l.Vffi \ sib sib rectatzgle conno.) Si b:B+100": a.Si B et b sinc et sin0 sont voisins de 1. . Si b + B : 100" : C .. 2 solutions.100c.Résoudt"e un h''i. B-l0oo+b.La condition : c et C de même nature permet d'éliminer les solutions des groupes obtenus en faisant et : . I 0 100" solution.54. ct Ct et d. infinité. puisque cos c . 239 .. B compris entre b et l00c .eun solutions qui vérifi. . solution.i. II reste donc d.té de solutions.ni.i): ts (uo" .ssant 313. Si b -B:l00ci (L. Remarque.0 .qngle l'angle dt"oit et l'angle adj acent : un côté de b.

cosB ( : tgc ( cotg a. L. Le système d'équati ons au groupe fondamental. Donc le problème admet toujours une solution unique. cos0 cotgô sinô tgC sinO cosô. it faut et il suffit que I'on ait : -1 t La première condition donne (3) ou et 0 - sinB sin0 cos Or. il y a toujours pour a. b. Donc. c). cosa cosB cosC . La condition: -I Résolution. cosB : cos0 - sinô : tgc cotg a tgb (l) cotgC (Z) sinO cosô (B) Les formules obtenues par la règle de Mauduit sont: d'où . de ce que B et C sont chacun compris entre 0 et 200".4. $e G&so Résoudre un tr'iangle rectangle conna.. 31.issant les angles : B.) c et B une valeur. pour qu'il y ait solution.Les formules obtenues par la règle de Mauduit sont: : cotgB cotgO (l) ( cosa : cotgB cotg0 : cosô cosc sinC (z) sinB (g) d. on a Les conditions (4) et (5) deviennent donc + cos (B (B C) C) La*condition (2) peut d'autre part s'écrire sin0 I l - t00c looo - . Discussion.e groupe d'équations utilisé est équivalent au groupe fondamental. C (a.240 Résolution.où I ( cosô : :# cos0 ^ cos c : sinT-' Discussion. couRs DE TRIGoNoMÉrntn. employé est équivalent faite.

4. 315.a :V : @ cos (B + C) +ob -o2 +o9: -ô2 reproduction textuelle de la résolution des triangles rectangles. Résoudre un triangle sphérique connaissant lo la base. Si B + C est peu différent de 100". 20 les sinus sont proportionnels aux cosinus des angles voisins.r. lo les cosinus sont proportionnels aux cotangentes des côtés adjacents .. cos a. La hauteur d'un triangle sphérique divise la base en deux segments dont : Io les cosinus sont proportionnels aux cosinus des côtés adjacents. . cos b et ^cos c sont peu diftérents de l. la hauteur et la somme ou la différence des f6 deux autres côtés. il y a pour chacun des nombres e. Calculer les hauteurs 2. Au lieu d'employer le procédé de calcul indiqué au n" 1. et par suite il y a un triangle.C (2) est satisfaite si (6) et (7) le sont. La hauteur divise I'angle au sommet en deux angles dont : : lo en fonction des côtés .gd donne C - 200" . Si ces conditions sont satisfaites.servira des formules suivantes. b et c une valeur comprise entre 0 et 200". 3. la hauteur et I'angle au sommet . 20 les sinus sont proportionnels aux cotangentes des angles adjacents. Couns on TnrcoxouÉrnrn. Résolution des triangles reetilatèreso C'est une I. eue le lecteur établira facilement : . il n'y a pas de solution. 20 la base.TRIANGLES RECTANGLES ET RECTILATÈRES. (3) rentre également dans les conditions simultanées (6) et (7). Donc De môro. 24L Or. on se . 20 en fonction des angles.54. Si ces conditions ne sout pas satisfaites. EXERCICES. (6) et (7) donne . Remarque.

B.A.I 242 les éléments A. l"' les troi. : cos Ô cos c * sin Ô sin c cos A. On calcule les angles à I'aide des formules groupe fondamental (264. c 2cos} . B. B. Résolution. calculer A.) b. A. : Bt - B. Étant donné un triangle sphérique rectangle ayant les éléments. C). b. c A. On a donc tsâ w* tsz. C.- v . - 100" 6. c 317. b. n cost CAAPITRE Résolution des tnianEles quetconques. Étabtir les formules (triangles rectangles) . c t' sirb tttz sinE: aa.Lnaissant Goso du' ' a) b. démontrer qu'il existe un second triangle rectangle ayant.A. 316. C.s côtés : a)b. c (4. c un côté'*. c a. B .C.C. c. B. c. Résoudre un triangle sphérique cor.. C.III l). B. b.l* angles a.A. On donne les trois côtés deux côtés et un angle a.3) que I'on peut établir aussi en remplaçant dans la formule cos l tg'*a cosA par t is:â+ Jr. c. B. Ct : 100" . A. les trois angles ct. 5. cost cos et cosE.. C..C. B. Dans Ia résolution des triangles quelconques six cas peuventse présenter : a.. a. b.t couRs DE TRTGoNoMÉrmn.

il y a une solution. cotg cos I ( a sinb sin a.vv \.a.so . 3f 8. (Z) (3) .b. Résolution.C(A. Z4g Discussion..c).R.a) sin(p b) sin(p .urroN DES TRTaNGLES : Soient & Par hypothèse 0 0 0 d'où 0 0 -2v2 2 .:_^ . C'est-à-dire to (3){ r-'l \ ^\'v \' 2 Le système (4) donne par soustraction 0 200" ou(+){ \ 2 Donc le système (3) seul est admissible.Résoudre un tri. c'est-à-dire a+b*c a Si ces conditions sont remplies. 2 Donc (p sin(p sin Il reste donc comme condition - c) b) : sinp sin(p .cul DIREcT.angle sphérique eonnaissant deuæ côtés et l'angle qu'ils cornprennent : a.a.c) nÉsor. 2" c.) Cette inégalité sera satisfaite par les systèmes f sinp : (t) i*i"i p-a) h.spuÉnretrns. Pour qu'il y ait solu[ion il faut et il suffit que I'on ait sinp sin(20 . - Car. cos - Les formules à employer sont : 1 ( cotgô c - - cosa cosO cosb a + sinC cotgB + sina sinô cosC..

Posons tga cosC : tg?. r'g z . (lr) A_B 2 p p p ABr- a* d- .cotg. cotgA . Clr. a*b sm__ . t'g z e+6) cosT . qui sont calculables par logarithmes : il a-b . A_B smz cotsf. rNDrREcT. tl) (s) t7b cosC : tg+.ora) r.tga cosC ---. A-l-B : cos z cotgf. cotgB en posant sin(q-.?).c Tç-o2 î- (e) (10) cos_ - De (e) on tire De (10) d'où a-B-o cosT atB: 2 A-B z_tnolb 2 q. sln? cotga (6) (7) Par analogie.244 couRs DE TRIGoNoUÉrnln. a-b .cosô cosC) sinb cotga : cotgc ( -. cos a cos (b V) viendra : (4) (5) cosc: La formule (l) Ë' - donne cotgA d'où ou : # (cotga sin b . n La formule (3) donne : cos c . Pour éviter I'emploi d'inconnues auxiliaires.) : cotgC (sin b eotg? cosÔ) sin(?.cur.cosa (cos b + tga cos0 sinÔ).. on peut résoudre le triangle au moyen des formules suivantes.

sinô II sinu:-sinA. Quant à c. cos cos e:cosa e.I nÉsolurroN DES TRTaNGLES spsÉnreuns.que connaissant deuæ côtés et l'angle opposé à l'un d.que. c).re un trôangle sphér'i.. 319. Les inconnues peuvent être calculées au moyen des trois équations suivantes : I cotg a sinb.cur. Résolution. Sln. I{ous calculerons les inconnues B. DIREcT. b. sln 4 StnA . A+B sm2. h SI[IJ : sinô . Dans le système T. et donne les mêmes solutions. donc il y a. cos (a *b) cos b Donc. A_B \92 . +sina sinô -Zsina sinô sinz9 a 'à cos (a--b). c admet toujours une valeur unique comprise entre 0 et 200t. Cll.'eun : &. A (8. Su easo . d'où c.cur. Le calcul par le système II est plus simple. A-'-b \92 wâ :IT-R sm.Résoud. I( - / . Ar-b (4') . (I) formules afin de permettre I'aide du système suivant : le calcul par logarithmes.cosô cosC + sinC cotgA. I Par conséquent. A et B sont obtenus par des cotangentes .& d'oùB.. (Z) ( cosa:cosôcosc* sinbsinccosA. C. TNDIRECT. Le problème admet donc toujours une solution un'i. 245 Iliscussion.- (5) . Cal. Les systèmes I et II sont équivalents au groupe fondamental. donc ils admettent les mêmes solutions. d'où C ... (r) il cots I sm_T_ . C et c à .-cosa cos b _sina sinÔ + }sina sinÔ cosz |. (g) Pour calculer C et c à l'aide de (2) et (3) it faut modifier ces . toujours pour chacun d'eux une valeur et une seule comprise entre 0 et 200o. a+b srn-T.

cotg a tgô eos g (2) cotgg:cosôtgA g cos tf (3) tsg-tsbcosA (s) .L62 C: : 135c. et pourtant. dans ce groupe. La Tri. b 80".u système If. sin B il faut et il suffit que I'on ait (8) : (6) (7) (') L'auteur anciennemeni recommandé par l'École Militaire donne le système suivant.gonomëtri. . A 123c. nous savons par la discussion d.re le problème au moyen d. Cs. La question est donc traitée d'une solutions vérifient toutes les conditions connues relativement aux manière insulfisante par I'auteur précité. Discussion. Ces auteurs font cg et c Q doivent être prises de même observer que les diflérences C A et B.u caleul par logarithmes : sin B cos (C .. C et c peuvent chacun reçevoir individuellement deux valeurs comprises entre 0 et 200".de même nature.g et de c faudrait faire . admettre 8 solutions. de solutions dont tous les éléments soient compris entre 0 et 200". ces remarques permettent de ehoisir Ies solutions Bl.+. il issue de C. une assez longue discussion au sujet des pieds de la hauteur Il est beaucoup pltrs simple de résoud.5156 Bff c2 : - l0ge. parmi lesquelles il nous est impossible de discerner rapidement les solutions qui vérifi. En conséquence. C2. ce système admet 8 solutions cos (c : : c7 : 96c.32 )54c.482 l5lc. transformation du système I en vue d. 4944 L40e. négatives pour A et B de Appliquées à I'exemple précédent..rr système II que le problème n'admet que d'eun soluti. signe : positives pour natures différentes. Seulement.ent le groupe Pour que ces solutions existent. pour a. Le système I n'est pas équivalent au groupe fondamental parce que B. C7 et Btt.246 couRs DE TRIcoNoMÉrntu. . pour justifi"er ces remarques relatives aux signes de C .ons. poltr un système déterminé de valeurs attribuées aux autres éléments. Le système II est équivalent au systèrne fondamental . la discussion vâ donc porter sur l'existence. Ce système peut donc fondamental.+): cosA ' Or.95 Ces I éléments des triangles. Cr. or doit abandonner le système I (t).e de BnIor et Bouqunr est plus correcte.130c.l* stn 4 sin A (l) résultant des combinaisons de : Br Cr (2t) .g) .

en vertu des équations (4) et (5) : . ces conditions ne sont suffisantes que si les équations - d'où on les a déduites donnent pour C et c des valeurs déterminées. Si la condition (6) est satisfaite.urloN DES TRIÀNGLES spnÉmQUES. 247 hTous pouvons mettre les conditions (7) et (S) sous une autre forme. Par hypothèse on a 200. a ^r^-L: l'.\ nÉsor.ro#ri"+ - Les deux arcs étant du premier ou du quatrième quadrant. L'équation (l) montre que sin B est un produit de deux facteurs. cette condition équivaut à la condition finale : (a (9) b) et (A B) de même signe.to# A-B cos-T a-b D'où Les conditions (7) et (8) deviennent donc. Bf sinB - b. ? sinD .-sm4 a compris entre b et 200" Dans ce cas. Bien entendu. > B De ces inégalités nous tirons 100' r000 '/z . Les conditions nécessaires et suffisantes pour qu'il y ait solution se réduisent donc aux conditions (6) et (9). dont I'un est tout au plus égal à l. on aura aussi 200. Nous allons donc comparer I'autre facteur à l. donc B existe et admet deux valeurs : \ .

: l. ou a. o .:b+100".usroN. Il faut chercher d'autres formules pour calculer C et c.cosa cos0 + sin0 cotgA : ou cos a(L . (10) La première solution est à rejeter. cotg*C : cos a tg/*. c'est-à-dire que les formules (a) et (5) sont des identités. b b on a exige B exige B &' Æ c Concr. sinB : sinA. L'équation (2) devient dans ce cas : cos & . La solution Br . coruesmême nature que b par rapport. a) a - D'où sini-C : 0 et : . 1000. des expressions sans 3 signiflcation. ff. g 6. On en déduit ou a*b-200c. de la c'est-à-dire Le problème admet une solut.C pondant à à la valeur de B. srn a.ion un.A introduite dans les équations (4) et (5) donne pour cots! et @. (3) devient cos a(L - cosc) . De même.i. du A ces deux problème que valeurs de B ne correspondront deux solutions si ces valeurs satisfont à la condition (g).cosC) sinC cotgA ou encore 2 cosa sinzf C 2 sin*C cosiC cotgA.248 COURS DE TRIGONOMETRIE.que.:b:100c. b + 100o. égales : B existe et admet deux valeurs distinctes ou Bi:A 82-200c-a. Bl Of.

alors C et c ne peuvent pas se calculer au moyen des équations précédentes qui prennent la forme d'identités .cosc.nÉsor. et que C . La solution Bz: 200" A. et A sont de nature différente il n'y a. Le problème admet donc une infinitê de solutions. à moins que A : . La solution Bz: 300" A introduite dans II donne : cotgiC : oo et tgic a. Si a et A sont de même nature. (Il) deviennent : (lt) A de même nature par ràpport à 100c. En supposant d'abord A + 100". . il est aisé de voir que tous les triangles ayant le sommet C Ap pôle du grand cercle AB satisfont aux données. pas de solution. La solution Br . donne : Pour A tStC: cosatg/^ cotg*c : cosA tga (13) (14) d'où la condition (tZ). .ce ou C . 9) a + b . à rejeter.sinc et cosO .A introduite dans II donne cotgfC : 0 et tg*c .urroN DES TRTaNGLES spnÉnreuns. . donc C - e. 100c. il y a une solution correspondant à la valeur de B. introduite dans (4) et (5). ne sont pas de même nature. CoNclusroN. T) Si I'on a à la fois a. c'est-à-dire I00" si : Bz: .Si a. de même nature que ô. A et a.b et a + b: b -: 100".200".c : 200.. 200".c. les condi[ions (7) et (8) appli- -'2 sinf c cosf c sina cosA sinf c : 0 et tgic . et (12) ce qui ne convient pas. or. 249 ou d'où 2 cosa sinzi c quées aux équations (10) et La première solution est à rejeter. dire que dans ce cas. géométriquement. les seules formules qui subsistent sont sinC : n semble que toutes les valeurs conviennent pour ces deux nombres. a: Br ni Br ni Bz ne conviennent.tga cosA.

.: A: 100" . il suffit que B existe pour que a.ag. . 320. b eta B seront il n'y aura . égal ou inférieur à 0. 1 solution. {roe 2 solutions.: b ou A. a et A cle nature diftrente . b compris entre. . A Si c Si a. .e nature d. . . et A sont de même nature.250 couns DE TRIGONoMÉrnm. uotruf log sinB a eta de ro*[ (loqsinB-0 a)l a et (200" nature sinB a.de solution. ' t solution. B eæi.a et 200" déduit sinB Si A-100":sinB On en - a + 100" : on ne peut rien dire quant à I'existence de B. et A son o nru.. pas On peut faire rentrer le cas A : I00t sous cette rubrique. 0 solution. ilI.+b:200" ent rebet(200". inflnité. car ayant sin ô Si a. il admet une ou deux valeurs comprises entre A et 200" A. . 0 solution. Mais si. . Tableau résumé de la discussion.ste.fférente. a et A de même nature. a. a et A de nature différ'ente (I00. I ou 2 soiutions suivant que log sinô * log sinA . et par suite t d. I solution. 49). le nombre de solutions sera donc le même que le nombre de valeurs réelles pour B I il y aura O. . c'est-à-dire (fig. .) 0 solution.B soient de même signe . . c o & de signes diftrents. .i. . w4 stn l.b et A . . .log sina: log sinB sera supérieur. . 3o bcompri.b). Io a compris 20 a.

cosB cos0 + sinB sinC cosa.Résoudre un tri. A_B rgz sln 2 . cotga sinc cosc cosB d'où Clr. .issant deun angles et le côté adjacent : a.angle sphérique conna.cosB cos0 + + sinB cotgA ad'où c. .-b . b. srn A il . b.6* oas. {tug sinô : t solution.cosa cos0 + sinC cotgB I { cotgc sina ( cosA . A+B sm2_ . o. . . infinité. A. B. Elle sera conduite exactement de la même manière que dans le 3' cas et conduira all tableau résumé suivant : - lo .:i#::u':". 0 solution. A_B rgz Discussion.Résoudre un triangle sphéri. . t cotgô sin a. toutes ses solutions sont acceptables. Résolution.uTloN DEs TRTaNGLES spsÉnreuns.ii. 322. Résolution. cc+b sln 2 . srn --b 2 .' a. de plus. -. ( . DrREcr. Calcur. donc.C cotgt . I solution. . C (4.que conne. . 0 solution. c)..gles et le côté opposé ù l'Lcn d'euæ .nÉsol. a+B:2oo"l.. 1u oas. . 25r 32t. .c : 1 cn-ô2 ' A.cur. 0 solution.issant deun atr. . c). \ sinô: sinB sinC cos C.1"? > 0 ( log sinÔ 0 .orr. eta dc même (log . . Le système suivant est équivalent au groupe fondamental . .o AcomprisentreBet(200"-B) A B . sinB d'où ô. : ( a et A de nature ou \a et A de nature différente (100") 3o B compris .. les inconnues sont calculables par logarithmes : cosA I(I I I ffi sina sinô : sinBstn 4 . oatlt.cur DrREcT. INDIRECT.'e narure 2 solutions. B (C. Car. I solution.) A et (200" A) a / I différente .

is ant A. toujours s - Résoudre ocn triangle s phéri qu e c onna. 323.cur. . il faut et il suffit que C) 0 0 0 cosS cos(S - A) cos(S - B) cos(S Supposons A A B C - (c'est-à-dire (z) 200" I( - I 13f 100" loo" : 3: i'i 2oo" . c). C (a..A : cos o sln -Ecolg . . par les formules du tsT: t 'bz V tE2: "rz tV w. .b rgz+ c : u COS--z B_C B+ct9z COS-. Les groupe IV.262 Car-. Pour que ces Iliscussion. b. 6' easr les troi.. B. couRs DE TRIGoNoUÉrnm. Discussion.s angles : au 2e cas qu'il y a. B'+ct9z sitr: r) h) ?.9 2 : b*c B+C . . soient réelles. b_c ï. INDIRECT. a. B-C srD': za. côtés seront calculés Résolution.) w' l-.B-jrT 2 cos: cos_E..valeurs IV est équivalent au groupe fondamental. On montrera comme une solution.: Le groupe .

1525 b : 62".5L".3649 .nÉsor-. 2' a.1530 .5739 [ -' L4Lc.5425.3049 R-T20'.39t.T256 C-135".urloN DES TRIaNcLES spnnnreuEs a 253 D'ailleurs A A B 0-B C-A S_B S_A too" On a donc fi.73" 12925 B : 85". Étabtir les formules l.I507 C:14Ic.3838 A . - . 50A-13I". (4) donne par soustraction il reste C thèses. : cosA.. Résoudre Ie triangle rectiligne obtenu en joignant droites les sommets d'un triangle sphérique. par des cosa.29L5 b: 42". LZL6 b : 57'.4736 c : 52c. Résoudre les triangles sphériques dont on connaît : lo a. il y a une solutàon. Donc ( 100" { fo c'est-à-dire { Si ces conditions sont satisfaites.3647 . EXERCICES.07I8.\ ( (4) Cette condition combinée avec les inégalités (3) exige 0 - A) cos (S - B) l roo. "orf. 30 a. cosa - 2. 40 a. 81". . 53".ro! sin! + "orfi cos(A cos! E). : .nale ment I r0 (3) l )o I (o I d'où résulte cos (S Ilfautdoncetilsuffitquel'onait:coSScos(S_C)< /.

4. Ualculer le ra. Problôrme. Calculer les côtés du triangle sphérique ABC en mètres. . ô:p-&.THAPITRE A ppl IY ications. Calculer en mètres carués I'aiùe de ces triangles. les angles en degrés..sin'#= sin'# i -cos ry sinff .254 couns DE TRIGoNouËrnm. d'où tgp: rr. on trace un petit cercle de rayon r. On a" TûI: *. I'aire en mètres carrés . 5. b0) rectangle en f).6 366 198 mètres r . sin (10 :* smp Q)/ \ cos . 50. minutes eû secondes. on joint les points d. on divise cette circonférence en trois arcs proportionnels aux nombres 1.a).. A Dans le triangle ADI ({ig. 20 en fonction des angles. 3.yon cercle inscrit : lo en fonction des côtés . 2 et 3 . Résoudre un triangle connaissant a. tsâ: Fra. On prendra R . iù-p. B et C par des arcs de grands cercles. b * c. C+C:200".zt. le rayon de la sphère étant 3 mètres. R:b.e subdivision A. 324. 6. d. A. a) donc la formule sin(p tgp : - te* 2 (r) r. Lqrsque les éléments d'un triangle sphérique satisfont aux relations sin sina On A: sin rio7: ffi B sin C a" !r-a. Sur la surface d'une sphère de rayon R.

fi-P.cos a cotg : cos (S Sfrt+l I. ros + C 2 cosZ -F cosiÔ cos*c sina. On a cos(S-A) : . cos B+C T A l'aide des formules .APPLICATIONS 25t Des analogies de Delambre on .-rr. Dans le triangle BPD (fig.' B de Delambre.d) Esrna. stoo : s'inB sinC' A 2 sin( p .iu cotg p . e.E) sin(C sin E Remplaçant dans (4) cotgP =- E) #.:.yon du cet"cle c'i. ?8.rconscrit : lo en fonction des côtés . tsP : Problème. cotg d'ou r- (5) II. 51) rectangle en D. obtient sin(p : sin*B sin*C _:_ -. cos* a A et - A) : sinA:sin ô sin c . 2^ .!^--1 êt on obtient cos(s Or. B+C A stn Z Slfi. On a cots$: : V (B-. 20 en fonction des angles. . on évalue .(6) .-.e): sinlA cosiB cosi0 (3) et par suite 325.:s-a. B+C sin=. ttre srn b*c -- et b*c cosT On Oft donc. Éb:i l. - Calculer le ra. . A) cot On adonc la tor*.

où cos cosô + cosc _ cqsi(ô * c) cos*(ô COS : . + sina cotgB cotg m sin! . sinp cotgp : cotgf cotsf .256 couRs DE TRTGoNoMÉrnrn. les méd.Soit le rayon polaire du cercle circonscrit au triangle AfBrCr polaire de ABC. et A'ûB et AMC.ssectrices d'un triangle sphérique en fonctzon des 'côtés et d.sin(p . pf 326. A -}sinlasinfAsinfBsinf0 sinn tsp tsi tsg g) (8) 328.ane. On aura ou . cos m sinl : part sine sinno : sinc sinB '-l . Pr et p sont complémentaires. .Les formules (2) (3) (5) et (6) qui précèdent combinées avec les formules connues (288) ô : Z sinE cosf a cos tnb cosic et : donnent tsl..es angles. Soit ô Dans le triangle rectangle ADB. Dans les triangles AMB n?. Froblôme.A') cot1{ : cotgPf . et 10 Hautelrr. sin fr. . Soient cos ft : l-.otg!. .cos fi "ore f sina cotgC 2 cotgm sing : sina(cotgB + cotgC) . Remarque II. Remarque I. on a : d. oD a sin a sinA 20 Méd. Calculer les haute?rs.i. cotgPf - cos(Sf Donc.a)tsâ tgp. 32'î. a COSrn c) On a également cotg d'oùr d'autre I "osd.ianes et les b'i. cosc : cosô f "or* + Z sin$ sintn cosa Sln a' t SrnÏn COS a iln:Wd.

:f .es troi.'un des tri. SB. problôme.or#*sry. cotgP. cotg d'|-| riof g2g.on d.. foncti.detellesortequeBsoitsituéent.èdres et des arêtes çPi Y Soit SABC Ie tétraèdre en question. 2"57 il vient 2 cos m sinf:Hg. 8. le point F étant pris On a. et fh d' les bissectrices intérieures Soient encore 6e : p et AîB : 9'. b. : cosd cosâ . SC' Abaissons de la perpendiculaire CD : h"au plan SAB.=sinô sinc cosia -cotg-Ô par les triangles AFB et aFC on obtient de même ' cotgd.otf *tory si"|' (6) (7) et aboutissent. : et .. . a. cosf + sin$ co@P cotgD sin d.t: r)'où cotg d. Remplaçant. slaJa -sin(Lt "orfi' (3) Soient îE extérieures de I'angle A.s*-q + q) ' " côqa . c.Couns np TnreoxouÉtRrn. cos ??z sin(B f c): :iffi sin(B + c) c) ou 30 Bissectrices.. ffi.ti"f ?.arcfi< AEB et AEC' cos d. On aura Yrn"" : aire SAB X Lrnr' (l) .lotgc : . rù. dans les triangles cotgc sin d.s faces Calculer le aolume d'u'n tétraèdre en d. les trois faces du trièdre S. (5) Remplaçant les côtés en fonction {es anglos on obtient cotg d.aFPLICÀTrONS.d. : . les longueurs des trois arêtes SA. (4) *.reEetFsurl.

. (2>. n suffit maintenant de calculer sin Àf . en vertu du : CD - CE sin Ar. On a (4) (5) donc Vs'*. L'angle CED sera I'angle plan du dièdre SA.c : l*"q sinô sinc sinAr. théorème des trois perpendiculaires. dans le triangle rectangle CSE.rp Finalement sin (p - a) sin ( p - b) sin ( p - c). On a donc sinar:. aire SAB - * rnn sin c. Remarque. Ce nombre est le volume du prisure construit sur l'angle trièdre. Ce volume est exprimé en cube du rayon. oû a donné au nombre V le nom de s'i. Si l'on désigne cet angle par. c. on aura h" Si I'on mène par D une perpendiculaire à SA dans le plan SAB" et si E est le pied de cette perpendiculaire. n reste à calculer h". Le trièdre SABC intercepte sur cette sphère un triangle sphérique.oo supplément. CE-CSsinb_qsinb. QuCI CE sera perpendiculaire à SA.?68 couRs DE TRTGoNoMÉrnln. D'autre part.ils" comprennent.nus de l'angle trdèdre SABC. At. De S comme centre. des arêtes parallèles et égales au rayon du troisième sommet.*7fu7Vr. v . ou . on sait. Ce prisme s'obtient en menant par deux des sommets. I'angle CSE a pour mesure ô ou 200c Donc. Par analogie avec la formule qui donne I'aire d'un triangle rectiligne en fonction de deux côtés et de I'angle qu. décrivons une sphère arbitraire de rayon. (B). D'autre part. on a - b.**"oV (6). AfBfcf dont les côtés ont pour mesures a) b. obtenu en joignant les sommets d'un triangle sphérique au centre de la sphère.

minutes et secondes.tn angle ù I'horàzon On entend par là. Dans le triangle sphérique ABC on a F uz cÀ-'Z. Z. ?r) (fig.APPLICATIONS. 53). Rédui.Calculer en lieues la di.tt grad. 331. JP" en P la mesure dc I'angle *Gg degrés. cosZ. * ÂÈ:u et'(. -.) et B (I.. On peut calculer a en fonction de ces élements : cos a . un a etô les mesures de fr et iÈ degrés.d données géographiques sont ex-N \ primées en degrés.'-ff. minutes et secondes. Z. et Ez. soient Z. ?. latitudes S du signe -.. . 0 Soient deux points A (). G-zz On aura donc.re ?... lss coor-. connaissant leur"s coordonnées géographzqutes. les s Soient æ la mesure de ÂÈ .52).es. et Zr les distances zênithales observées (fig. + sin Zt sinZ. 259 Problôme. * e.nce entre deun points du globe. .n r lstrtign-nstn(p-Z) tsz:V@T Le théodolite permet de mesurer Zr. Nous supposerons les longiPN iudes B affectées du signe + ct les longitudes O du signe latitudes N du signe + et les ""-. 330. De O comme centre supposons décrite une sphère. et fr.cosZ. calculer la projection de cet angle sur un plan horizontal. Soit O un point d'où I'on observe des points E. Freiblôme.sta. en posan b 2p .Z. cos fi formule dont on rend aisément le second membre monônte. .

A) cotg cos (S _ B) : cotgp. On sait qu'un centigrade f) n : l0Ot wt wt Ùrel c EXENCICES. Po.260 Dans couns DE TRIcoNoMÉTRrE. cos(I. 3. F' p. l. -. Si I'Qn prolonge les côtés d'un triangle sphérique jusqu'aux points At. donci 5 km.b) :p6tgp. Pa. g0o Ifi'N:. Soit D la distance en lieues de singr siugz * cos?r cosg. On rendra cette formule calculable par logarithmes par les - vaut t km. a. le triangle cos sphérique APB on a : cos Sur le méridien de A : Ap Mp De fi - a cosb * sina sinô cosp.sin( p _ c). cos(S C). Bf et cr symétriques de A. procédés connus. Oe deùx petits 'cercles égaux et symétriques.Ir). A|BC.5ÈI-dil{-rz-}. d'où Finalement cos æ p:l}r_1. . se compose Le lieu géométrique du sommet A d'un triangte sphérique. 4. connaissalt les coordonnées trois sommets.a) = tgpu sin( p:. démontrer les formules : tgp sinp .[. s€ coupant aux points Bt et Ct diamétralement opposés aux points fixes B et C. môme : - - MA ou b - Sur l'équateur _ fl. et si I'on appqlle P. B et c. P' les rayons des cercles inscrits et circonscrits pour les triangles aBc. aB'c et ABCI. . Pa. cotg P cos S cotg p6u cos (S -' .ggo . le côté o. est flxe et I'aire constante. Calculer en kms I'aire d'un triangle sphérique ABC tracé la à surface de la Terre supposée sphériQuo.Calculer le volume d'un tétraèdre en fonction des longueurs 6 arêtes. Po..tgpo sin (p .fz. dont géographiques des des 2.

Considérons un triangle rectiligne ABC. 26L AOA'. Considérons aussi une sphère.. v les angles oV: V . o et V les volumes des parallélépipèdes condtruits sur les trièdres OABC et OAtBtCr. Donc les nombres a.. l'étalon étant arbitraire (le mètre par exemple).sinB cosp .. 8.) et suffisantes à l'eristence d'un triangle sphériQue. B et C les mesures des angles en grades. connaissant le nombre des faces égales à cc.. sina sinÔ sinc sinA sinB sin0 ma - sinA sinB ffi:sïnZ: sin C V u' 6.IÀNGLES RECTILIGNES LIMITES DES TRIANGLES SPHÉRIQUES. et dont les côtés aient pour longueurs nombres a.LES 1n. tracé sur la leS. ll4o 8f 40tt. Calculer les distances du pôle du cercle inscrit aux trois sommets et les distances du pôle du cercle circonscrit aux trois côtés d'un triangle sphérique. 332. dont les côtés ont pour longueurs les nombres e. Soient A. b et c. N.. F. b et c. 8.. CHAPITRE V Lès tnlahgles nectilignes limites des tnianEles sphéniqucs. on a : /t) sina costr : sinÔ cosF : sinc cosv 5.COC' . Calculer I'angle dièdre d'un angle solide régulier. lat. 7. PÉrrn long. tr. 35o I4r 4tt . 39o 54t l3tt. 8. dont le rayon ait pour longueur un nombre R 2æ En supposant a 2æP. (L'étalon étant toujours le mètre.. Calculer en lieues belges la distance de Moscou à PÉrrN connaissant les coordonnées géographiques de ces deux villes : lat. b et c répondent aux conditions nécessaires sphère de rayon R. 55o 45t lgtt Moscou long.p?. Si ABC et ÀtBtCr sont deux triangles polaires.sinA cosl .sin0 cosv cosl cosp cosv .sina sinÔ sinc sinA sinB sin0 - î : Y: : 'l) . N. BOB'. ..

euæ foncti. La surface sphérique q.sgErywry tgp'-c' lim tg on déduit W+4 o.800" + 200c.*0 -4.C. r. radians Soit AfBtCI ce triangle . nous appliquerons le théorème : si d. b et c restent constants...' /a. ainsi que le plan du grand cercle AtBt. /sin ar\ lim{+} \ a. Bt. et le triangle sphérique A'BtCr a pour limite un triangle égal au - limAt= A. . 333. puisque a. l'autre & simultanément la mêvne limàte.épendante (ici R) [)rennent d.EI tg2: .ui porte le triangle AtBtCr a pour limite le plan tangent en A. On aura limat limbt: limct 0 A cet effet. supposons que le plan tangent en At à la sphère reste fi. et que nous fassions croître sans limite le rayon de cette sphère . Des formules relatives au triangle sphérique ArBrCf nous allons dédtrire les formules relatives au triangle recûiligne A.. ?tne limite. p a ^r . At.El At+Bt+Cr-200" k 200o n en résulte 0u A+B+C-200" : 4 a+B+c: k. triangle aBC. si l'un'e'a. b.gt ff..es aaleurs nu-tnér'i'ques constantment egales. limRtgæ: - Dans ce qui suit. a r:-limRtsË: *^p' . a') R-> oo : rim(uo'Y) tY\t /n .H.262 couRs DE TRIcoNoMÉrnm. limR sina ------z:. .ons d'etne même aariable tnd. rim tsî Or. De la formule . limC'lim (R sin nl - C.Çerc. C. On a (45) a. a.. lês mesures de ses angles en grades..xe..k bt: * ct_ c R. Puat b c-Rcl - ou o'. limBr: B. ct les mesures de ses côtés en .

spsÉnrQUES' LES TRIaNctES RECTTLTGNES Lrivlrrtrs DES TRIaNGLES

263

A + B + C étant compris entre 0 et 600", la seule valeur adnnissible pour k est 0.

Donc
334. De

A

+ B+c-200".
cf -l- sin ôt sin cf
At
cos Al nl

la formule
cos

ar

:

cos Ôl cos

on déduit
I

.Z'_))JLLL?pv-__Z,ZZ -2sins Multiplions tous les termes par R2 et changeons les signes
nl

nt y-:I

ht
2sinz

?, -2sinz

i

+4sin2

^bt sinzi

!

+ sinDr sinc'cosAt
:

2R? sin?

|

:
bi

:

zRz sinz

+ zvzsinz i-4
;
donc

RP

sinz

Arsin'i

-R sinbr. R sincr.

cos

at

Si nous faisons croître R sans limite, les limites de ces derx
fonctions sont égales

ou

, (ù' : r(Q)'-F z(^' - vv bccosA ' 'J \2/ "V) - '\2) az:bz + cz -Zbc cosA.
2

335. Les formules

sinAr sinBt sin0r sinat - sinÔr sinc'
-:--:7,: donnent de même

mi;'F:ffi-':
Rsin7'Rsin D'où, en prenant les limites
sin À
Ôf

sin

Ar

sin

Bt

sin Cr

n-ù7'
.Rsin cr

û
-3

T:T:_

sinB

sin-Q

-z
. at-bt Sm-TSln o &'

ab:è

336.

La formule

. At-Bt sm--T-

lltiurT Rsino';b'

7:-T COS;;
é'

' Rsini -

z,

264 donne

couns DE TRIGoNoUÉrntn.

. A_B sm-cos
C

a,-b

2

33?. La formule

,,4'-Bf ,r--T-

At-bt ^ A, -b, .ro--r- rùsrn-E- cotg sm--H'srn--Tt-:-:a17:::ffi 2

_

donne

A *c'vD

-2

B

a-b

. C .srgE

a*b

338. Soient S et s les aires des triangles ÀBC et ÀrBr0t, exprimées en me. o I'aire de a tgrÇr exprimée en carré construit sur le rayon; 2ela mesure de I'excès sphérique en r.adian.

- 2e, .g:6.R2:ZeRz et S: lims. Ê "' Donc s-lim2eRP-4timRr::4hn z - ---:R'tg i- W+, ^ luisoue limg or lir-n;e - 0 puisclue lir Et : Q. (333)
On sait que I'on

a

6

Donc

s

-

4lim Rrtg; -;- 4lim

Rrtgl-

Ou S - 4lim
ou encore

s-4
S-

P.P-A.P-b.p-C. 2222
.

Etfinalement

339. Remarque I. - n résulte de là une nouvelle méthode pour établir les formules des triangles rectilignes, en partant des formules des triangles sphériques, puisque cellles-ci ont êté établies indépen-

damment de

celles-là..

$

r.,Es TRlltNGLEs REcTIr,rGNEs T,TMITES DES Tn,IaNGtEs

spuÉmQuEs. Z6b

340. Remarque II.

-

f..
tta lr lr \ ilzooo-A

M' Cesaro, professeur à I'Université de Liége' a imaginé un procédé ingênieux per-

Fd..

mettant de déduire les formules des triangles sphériques de celles des triangles rectilignes. Il démontre I'exis' tence, pour tout triangle sphérique, de deux triangles rectilignes qu'il appelle tri,angte des éléments (fig. 54), et

triu,ngle dérioé du triangle
éléments (fig. 55).

des

"ioË 14.. F'rG.

En appliquant à ces triangles les formules des triangles rectilignes' on reproduit toutes les formules des triangles sPhériques.
On peut remarquer que ces deux triangles ont

la

même aire.

I
t

266

COURS

DE TRIGONOMETRIE.

F.XERCICES DE RÉCAPITUf,IITION.

I.

Calculer les nombres trigonométriques de
:

a,

connaissant I'une des

conclitions suivantes

lo 2 sina: tga 20 cosa:tga

3o m sina,: n, cosa, 2. Sachant qlue a, b, c sont les ttois côtés d'un triangle rectangle, calculer les angles æ, y et z, sachant que :

rc":* @s:# vu:#
srny: a2 cosa I cos(a ;[ ô)
:

3. Même question, sachant que

.bzbc-bc stnû:E
4. Démontrer I'identité

coss:L-A cosD I :t A) l:0. I I

I I I cosa tt I cosD

cos(a

5. Si I'on projette orthogonalement un point d'une circonférence sur deux diamètres ûres, la distance entre les projections est inclépenclante tlu point choisi.
6. Démontrer l'iclentité
2

sinra:

(2 sina

f

sin 2a)

tg]

a.

7. Démontrer les formules

sinISo:1rrÆ-l:sin3 *
coslSo:
8. Dans tout triangle, on tgA
a 2

- ii.l-----=--* i! VtO + !5 : cos16.
tgB

* tgC: tsA tgB tgO f tga0 : tgzA. tglB tgâC f C A B .A cotg Bt cotgz : cot'gT corgz colg C cotgz. + Z z *
tgzA igzB
:

9. Démontrer les formulos suivantes
sin45o

ffli5;+;fi3tr:séca50TÎ-a;
sin54o*.io13o:iV5
sin54o
lI

sin30o

séc45o

tg45o

- sinlSo: i ; sin54o X sinlSo:i

EXERcIcEs DE

nÉcaPtrur,aTloN.

267

sin(l8o
sin(72o

+ *

sinSIo f sin27, + singo - sin45o + sin63o n) sin(5ao û) +cosn f sin(l8o - æ)- sin(5+o - æ)f sin(7zo * æ) æ) sin(36o * æ)f *) * sinæ f sin(:t6o
B

cosf

tglSo

tg40. tgl0o - tg20o tg30o 10. Consid.éra,nt un pentagone régulier inscrit ABCDtr, la somme des distances à B et D, d'un point quelconque de I'arc CB, est égale à la somme des distances de ce point ar-rx sommets A, C et E. 1I. Démontrer que l'équation 62 2a cosæ { I : 0

-

"o"ff: t "u, tgSlo: I tgZTo - tg63o *

-

f

-

-

entraîne

I'identité
(sin (sin

qa

-

L2. Démontrer les identités

-

?a2 eosZæ

* I:

0.

a, a

-sin

&)2

f

(cos (r (cos a

-

eos ô)r

-

Asinz 4cos2

+

-

sin

b)'+

{

cos

&)2

-

+
:

L3. Calculer, pour /e croissant sans limite, les limites des sommes

L4,

Si

A+ B

+ C + D - 400c, démontrer I'identité .__0+D srnz srnZ s1n7 srnE. . a+B sin-7_..A_._B_._C .-D sinf est un quatLrilatère ittscrit, démontrer les égalités sinÉè sin,Ol

I + cos@ f I + sina f I - tg'a *

cos2a

... sin2a tguo tgna

+ +

..

.

{ + sin*a + "' * tgzno'
eosna

Lb.

Si ABCD

f6. Démontrer les formules

sinô f sinG ô f "o,
sinÂÈ

+ sinû. sinfi Âù + sin û. .o, Éb sin Éè "o*

0

0'

tgza:ffi
q|
2

tsla:
cos 5a

ts-_4a: li1 a cos l" J:i" 3a f - Cos { L7. Si dans un triangle on a

'i":" * cosTa * ""
sin 2C C).

=".

tsA
2.êr

on a

aussi

2 sin

:
-

tgB

+ tsC,

sin 28

f

cosr\
2 cosA

2 cosB cosC

-_ cos(B

18. ÉtaUti"

la condition pour
rn

{ n casæ - I ræsiny+ncosy-] sinaa, cosût r _-1-----^
sln

çtue sina:

Ie

système

-

t+g r coV--r
srn' '
cos3

.6

eos 3

soit compatible.

I

268
(bz

COURS

DE TRIGONOMETRIE.

19. Eliminer æ du système
(2a,

-

q2

- l) & cos æ { l) b eosa * (a,

(\bz

2A. Calculer les valeurs numériques des fonctions

-

Sz

l) asinæ : t) a sin æ pOur ç -

ab
a,b.

I û.1 cotg û t zi9 2* 5
sin o

$6

f+costt-Zeoszæ

æ:0
0c-y t -. y.

Væ-V4cos" srny
2L. Résoudre I'inéquation w sintr 2 sinræ fI u'r^w
sin

w

sinsæ -

srn@

sinay

rp

I

^>9 - I -_

0<æ{180o.

22. Diviser un arc æ en deux parties telles que la corde de I'une des parties soit double de la corde de I'autre. Calculer les cordes et les arcs. 23. Si par un point P on mène quatre sécantes coupant une circonférence e,ux points A et Af, B et Br C et Ct D et Dr, démontrer que l'on a sin*CA . sinâDA _ sinâCtAf . sin*DtAr

ffiâcn'@.inffiï.
a:ar
-

sinlm';lnm87'

-

24. Calculer les aires des 'zones torride et glaciale de la Terre supposée sphérique (R:6400 km). 25. Si, dans un lriangle rectangle, BM est la méd.iane issue de B, on a

sinrrôD--sin6M.
a

26. Si pour deux triangles ABC et ArBfCf on

et B+Bf:200c,
ct,.

ona

-.a, 1o) b:
Za) bbt

al
b,

ee,t

*

27. Si par un sommet A d'un triangle on mène une isécante AD quelconque, on aura
sin

A .Â5-:

sin BAD --A3-r, sin CAD -lB-

,

28. Si O est le point de renconbr:e des diagonales d'un quadrilatère ABCD; aire AOB 2( aire COD : aire AOD X aire.BOC. a 29. Calculer la distanee entre les centres des cercles inscrit et circonscrit à un triangle, en fonction d.es rayons de ces cereles. 90. Si ô, ôr, ôr, ôo sont les distances du eentre du cercle cireonscrit aux centres des cercles inscrit et ex-inscrit, on a :

on

ôn+ôi+q+ô3:12Re.
ArBrCr est la projeetion orthogonale du triangle ABC sur un plan faisant avec le plan du triangle un angle g, on a
31.
cosg

Si

f

sécg

- l(cotgA

eotgBt

*

cotgB cotgAr).

pour un triangle ABC. on sin Ar .e . on a cotga f cotg p + cotgl .) 42. Si a est I'angle aigu que fait la médiane issue tle A avec le côté BC.r. le sornmet A et I'angle A restant constapts.onnées normales du point de reneontre de trois droites concourantes issues des trois sommets d'un triangle. (Les isogonales sont les symétriques d. b1 cotg c1 eotgb2 cotges l: 0. que OIAC. Ar et As observés de B et C soienf en ligne droite : br. 34. 37. 39. I I t eotg | I - et le côté opposé & en deux segments a1 et a2. ---cotg-c :' leurs isogonales le sont aussi.) " . A:6: Às g+. Résourlre nÉcepITurÂTIoN. br. OrCA soient égaux. Déterminer. eL _b _sin B m-6' A: c: sïne ' - a 36. CAr et CAs Cb C21 Cg - CB CA. O:CB. Calculer les coord.. un point Or tel.) 38. OzBA soient égaux.f I'bztcr Bnoceno. et un point Or tel. Ds étant les azimuts de BAr. &r centre du cercle inscrit. on a cotg B cotg d. au centre de gravité. 269 le triangle obtenu en menant par A la droite symétrique de AC par ra. OrBC.pport à AB BA BC par B parC 33. Si c. Si une sécante issue de A rlivise cet angle en deur parties Ar et Az. Les symédianes d.fg distance du point de LnruoINE au côté a. (Les points Or et Oz sont appelés poi'nts d. Si p est I'angle constant O1AB: OrAC (l'angle de Bnoceno). F et y sont les angles des *eairnes avec les côtés opposés considérés dans un même sens de parcours. au point d. CB : CAt. Tr. BAr et BAs par rapport à BC. Si trois droites issues rles sommefs d'un triangle sont concouranies.ExERcroEs DE 92. Détermirier le lieu géométrique de l'orthocentre d'un triangle inscrit dans une circonférence ûIg.0.e ees droites par rapport aux bissestrices intérieures correspondantes. 41.rrés des eôtés adjacents. Condition pour que trois points At. cotg cr cotg Ôs 35. cots9 démontrer les formules -- cotg A (À. : + cots B + cotgc -ltnB:tr' À2 z e.e Lnnaotxn (point de rencontre des symédianes).) 40. que les angles OrAB. Application à I'orthocentre.ivisent les côtés en segments proportionnels aux ea. (Les coordonnées normales d'un point sont les distances de ce point aux trois côtés du triangle.

Si d'un point P on abaisse des perpendiculaires PAr. calculer l'angle de deux côtés opposés en fonction des longueurs des 4 côbés.otg p = cosAeosBcoso:=. démontrer les forrnules est un angle détprminé par la relation tgcr . sur les a Brcr ctal jffi:PTE:FB. couns DE TRlcoNolrÉrnln.pr CD __ CD pr À8.te de SuvrsoN du point considéré. (O : point de Bnoceno.eux côtés opposés. â des sommets A. 57. est égal à la somme des rectangles qu'ils forment avec un d. que l. Dans tout quadrilatère on a triangles semblables.Dans un quadrilatére circonscriptible. sinAsinBsinC-cotgp =2S cotga \ 44- BOC. 47. (a. 54. ï. sont 50. 49. Le centre du cerele inscrit dans un quadrilatère se trouve sur la droite qui joint les milieux des diagonales. Dans tout quadrilatère. les sinus des moitiés des angles opposés son[ en raison inverse des racines carrées des produits des côtés qui les comprennent. 52. 56. Résoudre un quadrilatère circonscrit. Dans un quaclrilatère circonscrit.Calculer Ies coordonnées normales des points de Bnoce1. les cosinus des moitiés des angles formés par les cÔtés opposés sont inversement proportionnels âux racines carrées des rectangles de ces côtés. PBr. B. . . P.) 45.on appepe d.roi. on 46. sur les trois côtés d'ttn triangle appartiennent à une rlroite.n. Ào et Bc. COA. * b2) (c. 55. multiplié par le carré du cosinus de la moitié de l'angle compris.angle adjacent. multipliés respeetivement par le carré du sinus de la moitié de l. le rectangle de d. 53.tSP cotg za + cotg 28 + eotg zc : ] q. on 62 a A'B Âi0 trois côtés d'un triangle ABO. D aux points de contaet.tg9= tga tg a). * dr) : 2 (alt cosB . Dans tout quadrilatère on a AB. cosD). les triangles podaires de chaque sommet par des arBf 48.cd. C. connaissanb les distances o(. si ct.dÂ. Dans un quadrilatère circonscriptible.es deux autres côtés.u . 51. si a/ est le point de rencontre de tr iangles AOB" rayon du cercle circonscrit au triangte ABC. est égal au cube Le produit des rayons des cereles circonscrits aux rl. Dans un quadrilatère inscriptible.270 43. pC.tgA+ tgB * rgC. Les pieds des perpendieulaires abaissées d'un point du cerele cîrconscrit rapport aux triangles forrnés par les ùrois autres.

. La somme d. 63. cotgtb * cotgxc tgrb tg a. si la distance de ce point au centre est constante. Partager un angle d. 59.. En partant de I'identité calculer Ia somme L **î [*"(.1 cos (7L 67.Q'. @:{a' 68. Démontrer la formule îC 1I cost cosg cos*. Calculer la limite de Zsinyséeffi -=tgæ n -tgâ. 64.tg a tg a1 eotgzft . 62..ExERCIcES DE nÉcapITULÀTIoN. Dans un quadrilatère eireonscrit. est égale à la somme des produits des deux autres côtés par les sinus des angles adjacents. læ srn gyùsecffi pour za croissant sans limite. . On démontrera d. 60.'abord le lemme 65.l'angle droit un grand cercle perpendiculaire sur I'hypoténuse...A. dans un triangle sphérique reciangle.A't.. 1T 61.onné moindre que 20Ac en deux parties telles quc la somme de leurs sinus multipliés respectivement par deux nombres constants soit maximum.es carrés des distances d'un point quelconque aux sommets d'un polygone régulier de n eôtés est constante. 66. on aura sin2 i:sin2 U2+ sinr 92 . Étan[* la formule cosA + cos 2A f cos 3A + .tg a1 tg a2 tgrb _. 271 58. pour tn etoissant sans limite.- cos 2a cos a ffi*a.z"*g"+""'+ sinc/a I.* h)1* -l Yto tgZa-tgq. Calculer la limite de la srn5 secd . + t cos l7A * g si 9'rav p ^ 4tr -_ r7 .. Si. Ie c<)té BC est double de la médiane.A"Ar somme t srn O secg . on aura - l) a cosnq. Si. dans un triangle sphérique. Ia somme des produits des deux côtés opposés par les sinus des angles adjacents à ces côtés. on mène du sommet de . La somme des projections du vecteur OP sur les rayons qui passenb par les sommets du polygone est nulle.

'un triangle sphérique ABC un arc A. - on aura sinE : sinl{P sinlllQ. Si. sont concourants. Calculer les dièdres des einq polyèd. du nombre. 74. ou mène un arc de g. -.2 les segmentr déterminés sur a. 15. et I'angle ADB par D.cosC sinAr cosB sinAl. 76.a 1..sinAr cotgc f sinA2 cotgb cosD sin. .6ËEd. le 78.res réguliers convexes. jusqu'à sa rencontre en 0 avec NP.d. on mène trois grands cercles perpgndipulrires âux côtes d'un. r des côiés de ehaque face. diculaire à un grend cercle passantpar Ie pôle. (Théorème de Stntxr:n). sin * ar cos* ô 79. 69r Dans un triangle sphérique équilatérsl on a . on gos "12. Si. €t du nombre m des faees qui forment chaque angle solid. d'un point d'un petit cercle. en fonction de l'arête a de ce polyèdre.iculaire.e. on a tsrl. sin a1 cotgC . Si I'on joint Ie sommet A d'un triangle sphérique ABC à un point D du côté BC.272. on a cos d sin a @:m. dansun triangle formules + 1' sphérique.: rs i rr'i. Si I'on mène par le sommet d. 77.a srng:Zsecg. Calculer le volume d'un polyèdre régulier convexe en fonction des mêmes données. triangle sphérique ABC. on a alb+c:tls cos CrA ôoffi : dénontrer lep sinrf + sins* + sinr*: t. ' Cosa:l B r8 C ' '87- z i 73. Les arcs AAr.' Si. si ondésigne perp lalonggeïFde cette perpend. A'B cos BtC eos7fc' . 70. couns DE TRTGoNoMÉnnm. d'un point-de la sphère. et si I'on élève au milieu M de BC un arc perpendiculaire à BC.ivise en deux triangles équivalents. . en appelant dr et o. Si l'on joint les milieux tT et P des côtés AB et AC d'un triangle sphérique au moyen d'un arc de grand cercle. BBr ei CCt qui divisent chacun le triangle ABC en deur parties équivalentes. qpfçLe pprpBp. en désignant AD pâr d.sinas cotgB cotgd sin a.A -.. par m et n les ares qu'elle détermine sur le diamètfe polaire.rap.A* cos ô sin sin a1 sin c: sin Ar / at * cos c sin a2 cotgD sin e. t 7L. on aura sinâar _ cosie . Calculer les rayons des sphères inscrite et circonscrite à un polyèdre rêgulier conv-exe.{| qui d.

Couns on TnrcoxoMirtnrn. 89. et sinaf les sinus des dièdres correspondant à ees arêtes. B. chacune . C. par sina. Calculer I'angle d. 85.eux calottes sphériques concave et convexe.ExERCrcEs DE nÉclprrulAtroN. p. Calculer le rayon de la sphère circonscrite des longueurs des six arêtes. ô Ies aires des quatre faces d'un tétraèfue ABCD. trouver une relation entre les tangentes des angles sous lesquels les deux diagonales du carré sont vues d'un point quelconque de la circonférence. On donne un cercle et un camé circonscrit.Rt) VRIrt. Calculer les distances du pôle du cercle inscrit aux trois sommets. calculer le rapport des volumes compris entre le sommet du cône et les d. ar deux arêtes opposées. 81. pat a.b. étant quatre points d'une sphère.at " sEffi7: T: le tétraèdre est dit isocèle 1. + Rr)' sin a - 4 (R d. I.'un tétraèdre.:labcvm. Étant donné un triangle ABC. I àun tétraèdre en fonction 92. 8'1. Un cône dont I'angle au sommet est 2d est circonscrit à une sphère. pour qu'il voie la flèche sous I'arrgle maximum? 86.es irois 88. Si on prolonge deux à deur les côtés d'un triangle sphérique. 80. on a aapyô a. Si l'on désigne par c.cl sinô silt7i:srnc-sinC' 84.'une flèche de hauteur ô. on a (R . Z7g -demi-circonférence. et par u le volume du tétraèdre. sera c. 91. mener par le sommet C une droiùe telle {tue la somme des projections de CA et CB sur cette droite soit égale à une longueur donnée. . Si e est I'angle des tangentes communes à deux cireonférences. la somme des arcs ioignant les milieur de ces prolongements est égale à une 82.e deux arêtes opposées d. Dans un parallélépipètle circonscrit à une sphère. Si les arêtes opposées d'un tétraèdre SABC sont égales deux à deux.. on a: I cos DA cosDB cos DC cos AD BD cos CD cos cos I BA cos CA cos AB I cos CB cos AC cos BC -0. A. :arêtes est proportionnelle au sinus de I'angle des deux autres. A quelle "distance du pied de la tour un observateur doit-it se placer dans le plan horizontal qui contient. 83. ainsi que les distances du pôle du cercle circonscrit aux trois côtés. D. 93. Calculer les distances du pôle du cercle inscrit aux pôles des cercles ex-inscrits. connaissant les longueurs des six arêtes. 90. eepied. I son volume . Une tour de hautevt a est surmontée d.

100. des cosinus directeurs d'une droite cercles inscrit et circonscrit à un triangle sphérique ABC. Btt . BBr.4 cos f. qui divise le triangle en deux surfaces équivalentes. otr a: COS ^^_s eosr cosR ô (sin a I sinb f sinc) 96.'un triangle trirectangle.m eos]æ cos$ô. f cosb Q7. 4siniâ sintc cosfa 1' - . oû aura cosAD vvËu _ coslô cosÉc cos*a cosA ^^^r\E. C// de rencontre rJes côtés BC et BfCf. les points Af/.in $ "o*ari. 94. ' 95. Si sru le côté AB d'un triangle sphérique ABC on élève un arc perpendiculaire DE. sont les angles du triangle rectiligne ôbtenu en joignant les sommets d'un triangle sphérique ABC. Si dans un quadrilatère sphérique eonvexe on désigne par ô la distance des points milieux des diagonales. 81.+ . joignant un point de la sphère aux trois sommets d.dt est égale à l. Si Ar.274 o. Les arcs de grands cercles. reneontrent les côtés opposés en trois points qui sont les sommets d'un triangle dont le contour est constant et équivalent à une demi-eirconférence. Si deux triangles snhériques ABC et AfBrCf sont tels que les arcs AA/. sins. Si l'on désigne par ô la distance polaire entre les pôles des En déduire que la somme des canés - cosd eos qt + cos p cos pr f cos^1 cosyf. AB et AtBf. + . on a : + cosc f cos d . sont situés sur un même grand cercle. of C1 ^a sinz. .Yec COURS DE TRIGONOI\IETRIE. Calculer I'angle de deux droites en fonetion des angles qu'elles fonù trois axes rectangulaires : eosd. 98.b sinz i e - 2 ginfi rin! cos Cr f sin i -ur| cos 81 f sin ! . CCf sont concourants. ' 99. on a eosq. AC et AfCf.

(E) (1) . Soient A. DC:â_hL. Déterm'i.):(X-X. le point C par le point D. : 343.. On aura : I I I __l F tr'rc. log sin Xr. B et I I ltB tt I C trois points ayant respectivement potrr C I coordonnée's : rô I I I (X' log sinXr).on attei. log97. De la formule de Newton. complétée par le reste de Cauch. EC:à. Soient 342. c'est-à-dire. Xg:Xt*lt.hL. log sinX).ner l'appt"oæi. 56.NOÏE I APPROX|MATIONS DANS LES CALCULS LOGARTTHMTQUES. principe.ans le calcul de (X)..mati.log sin X. Considérons trois arcs exprimés en centigrades (t) et rangés : par ordre de grandeur croissantc Xp X:Xt*h. Problôme I.y F(X)-F(x. représentons la courbe xl TI I I A : log sinX.log sin Xr. système d'axes rectangulaires I: A: Xy (fig.) (x - xr) Fr. FB:A.?. 1"" Gâso Calcul de log sinX. (X. a.)w + (x - x. 56). BD_hA. Calculons f)C : ô . l'interpolation linéaire En revient à remplacer la collrbe AB par la droite AB.c moyen de la formule d'interpolation linéa'ire. log sinXr).. (Xr.nte d. 34r. Dans un log sin X .

Max ïT. dans laquelle E est une valeur de â X comprise entre h) Xr et Xr. of si h^ êtait un nombre entier d'unites du 346.hL). or.l08.108-* 2log?+tn-4 logsinXti.lg sinæ (t). ou encore Xr2l05t Pour n-5 Xr Pour %:7 là nous pouvons conclure que si les logarithmes de la table étaient exacts.(E). =-. satisfaisant à la relation ' 16.sinzX' ' I)e même. M est le module absolu du système décimal de logarithrnes. d'où 944.e (S .ons.*logM+log ou log sinX. et par F"(X):McotgerX K +: î"T^ d'où K: #^ suite. De (n) Rappelons que X est la mesure de I'arc en centùgrail. h (l . ..# (D . on (z) _ hL _ tr (r 2 F. à-ha: F'(X) F" (X) : 2ffi cotgæ. lon'' I. Calculons F" (X) : F(X) log sinX - - M.h) a pour maximum + sinz (X. 345.es.lg sinx M. et æ sa mesure en raùi.276 déduit : couRs DE TRIGoNoMÉtntE. (0 Manirnurn'd. Cette condition est vérifiée pour tous les arcs Xr.llL) sinzX.^i. + 0) a pour maximum sinzXr.:*. : Mrcz 4. lg signifie logarithrne népérien ou naturel.

en adoptant pour log sin (Xr + h) la valeur I que Pour tous log sinXr + hL. et 4'B z) lepoint C a comme positions limites les points C. 57) les opérations du calcul. L€ point A se trouve entre les points Ar et Ar.-"""7 "/ . Er) eù Bt (X. 277 ordre décimal. et Cr. distants de Af I de même pour B. h Soient EreI . Xo"Xlf' . tjtr. Er). et ArBr./ vp !. Nous pouyons représenter graphiquement (fig.aPPROXTMATTONS DANS LES CALCUTS LOGARTTITMTQUES. l'erreur serait moindre les arcs satisfaisant à la relation (4). Les logarithmes de la table sont approchés à moins de lnième fu. de La droite AB a donc comme positions limites./ ' '/ ^tttot') 82 .. Il suffit pour cela de remplacer la droite AB par une droite AtBt définie par les points At (Xr .Erces valeurs approchées de log sinXt et de log sinXr. . la courbe g : log sinX a comme positions limites Ies courbes frB. ArB. g17.

On a MC. Er) LC.278 COURS DE TRIGONOMETRIE. on remplace le point Df par un point M situé entre DI et H. 348.0. + + i0" est avec une orreur moindre que #. M est en Dr. une valeur approchée de log sin(x.xr -l h des distances GH: IK --. Soit d. en vertu des hypothèses (344 (5) et 345) : . M est en H. g4g. partie décimale. f Posons ou Reprenons maintenant 0. Si I'on suppriltrê o. MC. on désire limiter tous les logarithmes àn décimales.: D (différence tabulairo). Pour u .. Nous avons. êt a sa. lù) et Donc fh Ld ô.p. opérant à l'aide d'une table à n décimales. la partie entière de âD. Pour or : 6. . max (à nous aurons H et K situés respectivement entre G et Dr et entre et L.hL) Portons sur la droite x . C'est:à-dire hD-d*o (0 Io d.5-e:ol HDt: # la valeur de I'ordonnée de Dl U: Er+H Ce nombre a en général plus de n décimales. L'interpolation linéaire consiste à remplacer le point C par le point Dr de la droite ArBt Ce point a pour coordonnées : X:Xr+h Dl U: Er+ P 10" en posant G.

5. + h) approchée à moins de lg.+#estunevaleurdelogsin(X. Si l'on supprime a. P est près de Dr.a r Mais si I'on ne s'astreint pas à n'avoir que n dêcimales. I\ est en a Nb. ou Donc si. Pour On d. I et K #r.APPROXIMÀTTONS DAI{S LES CALCULS LOGAnrTr{MIQUES. - 0.+#estunevaleurapprochéedelogsin(X. 10. I.? . 279 ?oa Si I'on remplace d.5. on remplace le point Df par un point N I . Pour d.+h)aPProchég à moins de t ' I0. voisin de 0. Pour d. Donc"E. - 6 et 0. N est près de Df . PC. P est près de R.situé entre Df et I. r0n Si I'on remplace d. + h) à moins de I Én' on n'a qu'à remplacer a pâr 0.+h) aYec une erreur moindre qLre 30 d. et si I'on préfère obtenir une valeur approchée de log sin (X. or veut absolument limiter y à n décimales. dans ce cas. compris entre #. Donc. ce qui revient à remplacer Dr par un point P situé entre Df et R. NCr. . . voisin de cl.5. par 1. On a alors PC. on obtient un point situé entre et dont la distance à Cr peut surpasser CrC.5.' . on obtient un point situé entre G et H et dont la distance à Cz peut surpasru" I .f. par . pour a voisin de l. on n'obtiendra qu'une valeur de log sin (X.

nfét''i. sin (X.ant la condition suivante : 352. Posons e _ 9.t.5: On trouvera page 351. Max (E - hL) (4). orx ta rempla. Conclusion. ! If.b . C'est ffi\w d'où ou M*.me ." le cas des arcs ne satisfaisant 'pas à la relation mais vérifi. le nombre o or un nombre plus faible. - p6sr tous les arcs X.e entière. l0fù .la"(n + l)e décimale étant 5.5. log sin X. - + h) erronée ' ' de m(lins de de' On pourra donc énoncer d'autres règles que celle que nous avons' adoptée et que voici : s? dans le produi. et limité à n cw à. 2o comprùse entre 6 et 0. couns DE TRIcoNoMÉrnrE.re o% égale à cr. .5. 30 égale ou supérietu"e à 0.t hD la partie décimale est lo i.108 -trù.|-.> =% 32. (6)' 8t le tableau des valeurs par défaut de cr' à5 décimales. on Ia supprime et on ajoute ù la parti. n + t décimales . sin (X.ce par 0. on la suppl"i.b.eu.sinzX.10s-r. le cas échéant. 32. Remarque f.I sinzx. <. on peut obtenir log It suffit pour cela de connaître I --\' Ie + h) à moins C^i5a près. satisfaisant à la condition Iog sin X. pour les tables valeur de log I il suffit iôE remplacer Dr par un point quelconque situé entre H et r. î4 (7) 074\ pOUr : 5 xr > xr IOna 353.280 350. On peut voir facilement que pour obtenir une calculées de grade en grade. Mæ2 o(0.

que I'on ait I-e ou *:i::j#p:'. si I'on yeut obtenir une valeur de log sin (X. B2 B' Bl aç--A o*l('. n xlt. t + ht remplacer Dt (fig.A _u__Ai ' Flc. 281 il faudra. dont la distance ' r dt ft. approchée à moins est entre F et G. 58.appRoxrMaTloNs DaNs LEs CALOLLS LOGÀRITHMTQUES.5 $o un nombre quelconque p tel.1ïf (8) . 58) par un point situé tJôf e . cl -'it A' I uoi.. Nous rapportant aux notations du cas précédent : lo0 2" 0.

que 10".'avoir touiours log sin (X. par 1. Calcul de log tg X. impossible d. + h) à nnoins de # On doit se contenter d'une erreur moindre que vtrième On remplace toujours d. On trouve comme précédemment que pour n condition est vérifiée pour les arcs compris entre 6o. Par une étude analogue aux précédentes on s'aperçoit qu'il est. Pe Gos. Pour ze : 5. On a soin évidemment de prendre pour p un nombre cornprenant le moins de décimales possible.uûo valeur approchée à moins d e oû W. ce cas n'est pas à considérer. A. au delà de 50". on a. etc . 4167. La courbe U : log tgX est convexe pour I'axe des X.28? couns DE TRrGoNouÉtRtn. Remarque III. Remarque [V. Il est plus simple de se contenter d'une approximation plus faible.De0à50o. une valeur approchée à moins oe Tdr' ilI. près. Dans cet intervalle il faudrait calculer de nombreuses valeurs de e qui varie assez rapidernent.l remplaçant par l. On peut continuer de la même manière. pour nos tables à 5 décimales. 'conclusions aux arcs-compris entre 7'r39 et 1O. Pour n : 7. 20 0.39.26. + h) par un autre procédé.05 comme il a été vu précédemment. l'o . !/ -=0). la courbure chgnge de sens (point d'inflexion). Remarque II. en le .47. si a . lo0 moindre qlre w. comme la courbe y log sinX. et 35?.5. Max (E hL) 356.de résultats satisfaisants.0. On constate aisément que I'intet'polation linéaire ne donne plus . L'on trouve comme valeurs successives de séparation :5"124. parce que I'on calcule log sin (X. 1. Itinterpolation linéaire est admissible jusque 1o. 354. c'est-à-dire que I'on force la décimale. #r. . une seule s'il y a moyen. 358. Elle coupe I'axo au point (X:50".00 et 7c. on a. Norts n'entrerons pas dans plus de détails à ce sujet puisque. si a est nul.5 . or conserve la valeur trouvée : I'approximation est Ia même. En supprimant a ct ajoutant l à la ytriëme décirnale. il y aurait lieu d'appliquer ces 355.5 4c.

2g:99c. iinZà .lg tgn F'(x).271016 .sin?n. F"(x):#. nous E_hA: _h(I-lL)E Calculons Ftf (X) t -_ F (X) : log tgX -_ M. tg ? aurons logtg219 + rz) : tg 2? Z: - cotgg 4. SLgu'sinrz& cosz .108 -n' . la plus grande étant négative. Donc. yT' . (L 2 h).I ou zX.] et la racine positive. inverses I'une de I'autre en valeur absolue.ffi* d'où et ô - hL : - l.MI=t . YTt . Nous obtenons un trinôme du second degré en cos àXr.ry dX 104 .I s Z^lV . d'ailleurs cos 2X.1. + 4. une des racines est comprise entre 0 et + l.ron si I'on a Mæe cos 2X. 359.n log cos ZX. F"(E).%__5.96654 ? n (t0) (n) n-5 .108-'t .lg tgX : M. Soient îoL et inz les deux racines i Tz Posons nous rr rz: (r'. Les. 283 Si nous appliquons trouvons : la formule de l{ewton à cette courbe. > 0. de signes contraires. cos 2X. I08 sinz2(Xr * * 9) 0) ' (e) max (S h^) )' \ 8. d'où ou et Pour -3log2+ 8-logM-2logrlog tg?? : 8.108 sinz2xr l}n àhL On aura . Pour que le trinôme soit donc compris entrs . cos'2 (X.APPROXIMATIONS DANS LES CALCULS LOGARITHMIQUES.1 \ z. racines sont réelles... I'autre est inférieure à l.

(12) 2131 2X. pour tous les arcs compris entre 1c. > xr Pour n-f 2?:96c. donné par la relation r(o.+ rnax (hL* #r- E. Conclusion. on aura max (tlA au complément de I'arc limite trouvé au no 359. lorsque 2 :. 2X. La deuxième branche de la courbe y -. xr 360. 361 . Reprenant des notations analogues aux précédentes (flg. log cos 2X.r les tables à 5 décimales. Lorsque n . 59)" posoDS #": Fc + cD' : ffi. J.. . Au delà de 50c.b-tffi'ffi' r On trouvera page 81 les valeurs de pou. l00o Xr).E dans I'intervalle (Xr. A:0). calculées de grade en grade" B.5. pour tous les arcs compris entre 10c33 et 50" : Nous pouvons utiliser les résultats auxquels nous sommes arrivé dans le premier cas (calcul de log sin X) . Le maximum de âA . L'ordonnée de Dr est y : E.592 pardéfaut (p - 48c 1296 log cos 2X.07 et 50o . il suffira de remplacer 6 par I. Pour n n 362.284 d'où couns DE TRIeoNoMÉrntn.log tgX est symétrique de la première branche par rapport au centre (X:5000\. Xr) est le même que maximum de E h^ dans I'intervalle (100" Xz. le S) Iorsque Xz est inférieur Donc.

un point N situé entre D' et G. PC. Si I'on remplac. MCt MC. 59. En supprimant et G.* I' X Ftc. sa partie décimale : hD:d*o donc (0 lo a) r.cr donc également entre Dt 0.5 a X. 285 Soit d la partie entière de hD. remplace Dt par NCt NC.. I ioa remplace 3.5.ê a par l. on D' par P situé II . on remplace Dr par un point M situé entre Dr et H . et d. donc t ou d.appRoxrMaTroNs DANS LES CALCULS LOGARTTHMTQUES..*L XatX. B ? I B' xr 20 0.

page 81.5. qLle nous avons suivie pour établir les règles du calcul de log sinX et de log tgX.5.b .1286 363.t 88". 30 égate ou supérieure ù r. + h). à moins de # pr. I.5 et r) otz lu renzpla. Remarquè V. Remarque VII. On trou vera page 8l la table des valeurs de r calculées de grade en grade.me et on ajoute L ù la partie entière. I'intervalle -. cinq . On peut donc adopter pour r le complément à I de la valeur trop faible admise dans I'intervalle complémentaire.ieure ou égale a. 364. pour les nombres compris entre 1000 et 10000 (tables à l calculées de 1000 en 1000. condr-rit aux conclusions suivantes : VtrII. 30 égale ou supéràeure èL 0.<o.? frz pour n pour n:7. ).ce pa?" 0. Ia. en opérant .5+e. on la supp?"i. qo comprùse entre ). Remarque - h^l 5 décimales. appliquée au calcul de logn. on la supprùme .St dans le produit hD.me.b. 8nt' On trouvera. à moins de fr nrèr. en opérant comme suit : Sz dans le produit hD la partie décimale est 10 i.Dans I'intervalle XrXr. 100" couns DE t*tçoNoluÉrRrn. 365. . Vto 10. on la rentplace par I.On peut substitller à r une valeur supérieure à0. I\ous n'cxaminerons pas le cas où là de cette étude aux tables à 366. on la remplace par 0.93 on obtiendra log tg(x.nférieure ou égale ù 0. qo comprise entre 0. o?x Ia suppri. on obtient n comme suit - log(nr. + h). Conclusion. Remarque VI. les valeurs de décimales).ès. Pottr les arcs compris entre 50" r. I00c Xr. partie décimale est Io infér. La méthode 'l Pour les nombres supérieurs à c'est-à-dire : log : . et 0. I * t I de Xz.b-ry$.5.

I.07.07 dans le calcul de log tgX.05 dans le calcul de log sinX. 2" I'erreur ez commise sur logX (non limité) . jusque I". (non timité à cinq décimales) . I{ous avons vu que I'interpolation linéaire était admissible jusque 1".ner l'appronimatiotz gue l'on IJeLtt atteindre dàns le ca. Mani. A. T par exr'ès. 287 Problôme II. 6 et r diminuent rapidement et ont pour limite 0. Nous n'examinerons que le cas des tables à cinq décimales. Par conséquent. Les cas les plus défavorables au point de vue de I'approximation se présentent lorsque les trois erreurs sont dans le même sens : lo par défaut . 368. et de es par défaut et par excès. Cas du sinus.I ou 0.lcul de log71. Détenni. : logs + logx log tgX . 30 I'erreur es provenant de ce qu'on limite log97. comme nous le verrons ci-après). Ies différences tabulaires valent 0.x À log sinX Les logS et logT flgurent dans la table avec six décimales. Or.lugT + logX. L'erreur commise sur log9T (X) comprend trois parties : 10 I'erreur el commise sur logS (ou logT). logX se calcule par la table des nombres de 1000 à 10000. on emploie un procédé spécial que voici : on i sinx -= Y'x .05 ou I". Nous allons donc rechercher le maximum de e.s.2.x er d'oti tgX:*?I-*:T. 367. 369.rùuln de er : lo Si la diftrence tabulaire pour logS est nulle. (X) à cinq décimales (ou évsntuellement à six décimales. dc 3c à I".(X) par le procédé relatif aun petits (L?"cs. on aura er . 0. pour les arcs inférieurs à 3 grades.APPRT)XIMATIONS DANS LES CALCULS LOGARITHMIQUES.

rosY: ros (ry i) .logS entre les valeurs X. et que nous représenterons par g. il faut calculer logS par le procédé d'interpolation linéaire. et ?:max#F'. - h) <\. Mais il n'en est plus de même par défaut. &z h (L co nzXz îcz D'ailleurs.'où et par conséqudnt ffiDoncn I I û. et Xz . maxer se compose donc de deux pat'ties : l'une qui vaut I'autre qui est la flèche maximum de la courbe rr .:Îi!'n nz sin?æ D'autrepart sinzr gz -L-l: Or. on sait que 0 0 et que 0 d.288 20 couns DE TRIGoNoMÉtntE..M( cotgr à)æ.10s \sinzæ t.Xr + It.(x):-K (+ û') 4. + M. \ 5EZ.rsry r Mæ ( _r^^^ l\ l\dn F'(x) . 4 . Si cette diftrence tabulaire n'est pas nulle.: ffi fcotsæ .ITI6E .i) f) F. La formule de Newton dont nous nous sommes déjà servi donne ffi .(E) xr et Calculons F" (X). F(x) . on a encore er ( WParexcès. 370.rosffi.

mum de az.nférieure ou égale ù I 0. Man'i. - . I'une 'qui vaut l'autre.Si. 373. IrTous aurons donc défaut excès *u. D'où .e déczmale qui suit le 5ième chi.00005 \-Fo'5 r 37r* If. ?'flèche maximum de la courbe U entre Xr et X2 (nombres entiers consécutifs).d'où ?' e2 Finalement: u Iax par par : ê2 1-I 372. lg .où .d. 2 ona e Si E2 est par défaut.(X) : _ S 'i .(X): I l-.ffre est : Io i..lgX F.rne log s + log x. la gtarti. * e3 soit moindre que par nous pouvons commettre une erreur: défaut to5 €3 ouf ou (3) (4) par excès la conclusion . e3 er + 105 €I + ez En conséquence. max ez se compose de deux parties. Par la formule de Newton : ffi' -logx F(X)-logX-M.Couns nn TnraoxouÉrnrn. 2gg Le minimum de S a lieu pour B grades.#E H. si nous voulons que la somme er * e. log ? . orz la suppl"ime.aPPROXIMATIONS DANS LES CALCULS LOGÀRrTHMrQUES.051.donc enfin e ? : 0'0000 4468 1 0. : dans la son?.r.

B. orz la remplace chi. 374.5.me et on force le unité. e.051) et 0. on a 0.ffi Or. lo Si la différence tabulaire poLrr logT est nulle. d'où.ffre de I par 0./ :M.log e. par défaut p€r excès r t Er * * e. La courbe A : logT étant convexe pour I'axe X et U allant en croissant.IE fi Tlogft rc 2 h) F"([)' \t/ - | \^^. Cas de la tangente. on calcule log T par interpolation linéaire.55. Z' comprise entre (I 5ième 30 égale ou supér'i.290 COURS DE TRIGONOMETIE.55.05 €1 Quant au maximum de er par excès. tgæ L'rg -\ fr . otr aura" t1 20 Si cette différence n'est pas nulle.eur"e - 0. * d'ou max er par excès 105 375. et Le minimum de log * cos rt est cos 3"..g)^. ù 0. on la suppri. I08 sinz 2r Elf t ^r Mæ2 sinz 2n æz Sinz - 4mz cos?æ 2n d'où F"'(x) . otr et a encore -0. €r ' 105 (6) . ^ /X \ _-_ 4.05 r h(L I + on : max a tr(x) : togr F'(x):ffi.1. Le maximum de erest le même que dans le cas du sinus.

.issant une ualeur a. dans la somî?ze log T déci. on la rempla.Er) lo.ffre de I unité. si l'on par veut er eg + ez* es défaut excès par eg 376.pprochée de log gT (X) . Détertn'iner l'approninoation atteinte dans le calcul d'ztn arc X. ns ' ) Ie. ot? la supprinze et I'on force le 5ième chi. co?xna.05).8.it lg $icm" chifft"e est 20 cornpri.nféri. Scient E cette somme. entre (I 0.0. Elroblônne fII.ui str. et ry 'p z.APPROXIMATIONS DANS LES CALCULS LOGARITHMIQUES. Xr On pourra poser à condition que I'on ait : on aura E-# ' E. pres. logarithmes approchés de sinX.eure ou égale à (I . Supposons que le calcul cle X termine un calcul logarith. \ 377..551.lo'. log sin X est une somme de logarithmes erronés chacun de moins de e. on la supprime .551.5.r"e ù 0.ce pûr 0. 30 égale ou supér'ieu.05) et 0. et de sinX". Dans la table on trouve E compris entre .male q. : . 29L D'où. 0e ffi. Si. et E r. f u" easr mique - On connaît log sinX à P moi.+ffi Soient Les conditions (2) deviennent p D: (Er_Er)l}n d : (E . e% n?oyen de la formule d'interpolation l'inéaire.se + log X la parti. Conclusion.e Io i.

cr. couRs DE TRTGoNoMÉrnls. V r\l x2 BJ B2 =Ë"{. les notations de la fig.292 378. L'erreur est donc moindre est aisé de voir que DfE < DrI. Ce point C est reurplacé par le point D'. 57 pour les arcs supérieurs aux limites trouvées dans le problème I. L'arc X est déterminé par I'abscisse du point C. parallèle à I'axe des X.2* nrl o*l cùl rt rul rr. [i. :t Il que DfI par excès ou DrE par défaut.. intersection de la courbe A : log sin X et de la droite A : log sin X.60). Si nous limitons X à m décimales (X est exprimé en centigrades)^ nous remplaçons D/ par un point qui en est étoigné de moins de . Reprenons T:E(fr9. ol çt #rn Les positions limites de c -orri'i.l :1. Supposons que ces conditions soient satisfaites. intersection de ArBf et de f.

Soit Et le plus grand logarithme de la table. tel. QUe E'+#<E-#.Ett le plus petit logarithme de la table.. tel. on a o ) 0. donc (4) sera satisfaite si I'on a l0'' < 379.ott I Lffi{8" (10) . 1 (e) et soit . I'on ait entre E. t. que I'on ait P. Conclusion. II. pour les tables à 5 décimales. tn et h étant fournis par les relations l0r. la condition (4) sera donc satisfaite si I'on a 3001). et Er.+ P -.Pourquel'erreurcommiseSurxsoitmoindreque I TW il faut et Or. Ê étant compris (o t k'T z. Supposons maintenant que les conditions (3) ne soient pas toutôs deux satisfaites. Dans le cas où rom (5 P+1'l -. ne soient pas compris dans le même intervalle.2 4. D <e + 2(r-o) (4) (s) 380.Lv -p -. il se peut que E -# ou ou les deux. est 0.D= = (6) xr (7) X-Xr +h àmoinsde#près. LOGARTTHMIQUES.. "#i2 Pour X.43963.466.. 293 t fu'.appRoxrMÀTroNs DANS LES CALCULS. il suffit que l'on ait D DrI D'G*HI- GH:h (4) d'où ou = g*2(r-o) T\ffi l0m -v -p+2(I-") Le minimum de (pour Xt : 6.

A.cables.î" m une aaleut" négatiue. que I'on ait logsinY.-#t . et que de.Êttla dàfférence tabula'i. On peut aussi calculer deux arcs Yr et Y z tels. Yz -E+#.EL ù. et Dz les ditrébences tabulaires à considérer pour Y. 60) continue à limiter la position extrême Cz. I'erreur par défaut ou par excès est toujours inférieure à Dff. et on appliquera la formule (4) modifiée : Lym farmules lnrsque de g ù Ez la "di. 1 Soient D. En effet. et de Yzi il faut donc faire p On aura par conséquent - 0 dans la formule (4). Les couns DE TRIGoNoUÉrRIn. tabulaire ne crott Fas.294 38f .r. le prolongement vers la gauche de la droite AuBu (fig. (13) Y.i.fférence (7). si de E L à Et I D ne décroît pâS. De même.r"e ne décrott pas. 382. (4) et (8) ne sont pas appli. 20 lorsque la formule (4) donne po?.Ez D ne croÎt pas. ) (t2) E-# et E+# sont alors les logarithmes exacts de Y. -p+2(I-o) (4') Et et E") comme Dans le second cas. (4) et (8) seî"ont encore (rppli. oû substituera à D la plus petite valeur Dr de la différence tabulaire dans I'intervalle Êt E" .tions énoncées saus le littera A ne sont pas satisfaites . si de Et à . -!:-#/ ( (r 1) logsiny. c'est-ù-dir"e lorsque D Dans le premier cas. otr peut prendre Xt et Xrf (corre spondant à valeurs extrêmes de X. B. vers la droite continue à limiter la position extrême Cr i donc. ef on pourra calculer Yr et Y z à moins de # 't?zL et ffLz étant fournis par les relations I et 1\ @ Pres' 10?l?t tw'"#l En efiet.cables : Io lorsque les cond. Les formules (7). le pgolongement de ArB.

Si P{2(D-d)-I' da T) i et si la condition (16) n'est pas satisfaite. tlevient - (2r)ttevient P(D-ZL-|. + 1 \ nre's' (14) *_Yr*Yz. on trouvera vhr lorsquo : ttlz: rn.APPROXIMÀTIONS DANS LES CÀLCULS LOGARITIIMIQUES' 296 En gênéral.ta . àmoins d" (? 1fuJ z 0 (formule 4).t. d . Xr sera une valeur par défaut si I P . .'ll . ".oe (2r) P D + 2d. zy zs +Ë +W \ ^ \ t. exige d a+' .on D ( r.-à<x<*. c'esf-à-dire 383.+#-P+zJJ-ù *. conbinée avecp .+ * *L# *. En effet. > 2d.{onauradonc x. si E+#. . (22) condition qui. Remarque I.a 2ft=6 < ro' Xz (15) aura X : Xr ou X: suivant que Ë est inférieur ou supérieur à i' Dans ce cas. dans ce cast . on a: ------:.+#.+à d v -rD p+z(l-") . P+r I (18) (19) (20) sironâ Xr-à=r.or .o 'rfZ]tO"1*'-[]ft-rz ou ouencore X.=*.Lorsque rn - I . 3g4. iI pou*a se faire que X1 soit une valeur approchée non seulement à une unité près. -2(l qui est vérifié en vertu de (15).+ à et " o) ( (20) . mais à une demi-unité Près.-#.(Er*#-#* p<\d'-I ou (lq) (17) sera une valeur Par excès. (Yr-Y.

Donc.l tg X que lorsqu. en vertu de (rb): Les conditions (16) et (22). (17) et (23) peuvent être satisfaites. cela est surtout sensible au detà de b0 grades. Mêmes conclusions que pour ffi près. Sl (zs>. s'il est inférieur à 1000.est pas. Pe Gû. log sin X. que xz est une valeur approchée à moins c I te p<zd.un intérêt purement théorique.. rangs vers la gauche. En pratique.Les conclusions de la remarque I sont d. n ffi. L0m --p+l. si dt 3 . il serait fastidieux de vérifi.-D et p<D-Z(L-o)<D-t simultanément.so On connaît log tgX à moins a" 386. puisque Ia virgule se déplace de L. -z(r-o) (24). Remarque III. I'approximation augmente.ition (17) n. 388. Remarque IV. D'aiileurt on n'emploie les tables à cinq décimales que lorsqu'on ne désire pas une grande approximalion. . 385' Remarque IL. Les diftrences tabulaires pour 1es log tg valent atr minimum 13. Z. tandis gue pour les log sinus..on connaît log sin X . Il en résulte que I'approxima- ne faut pas oublier qae fi est supposé compris entre 1000 ef 10000.. vérifiée. .t sî la cond. elles décioissent constamment et ont pour limite 0. En decà de 50" D lo*<p r0n +2(l-t) D (25) Au delà de b0" Pour n : P + 2r (26) 5. ? . On trouvera de même.296 couRs DE TRrcoNouÉrnrg.er toutes ces conditions. . (24) a toujours lieu puisque. p(Bn_Zd_l. On aruive aux mêmes conclusions pour la détermination de I'approximation atteinte dans le calcul de frr connaissant une valeur approchée de logr à moins oe n ' tion est plus grande lorsqu'on connaît log 387.

on aura log X à 2. plus I'approximation est grande. 297 389. Soit 'E compris entre fr ou males et que la différence tabulaire vaut au maximum 2 unités du ffi puisque les logS sont donnés avec 6 déci- . Les tables à 7 décimales donnent une approximation beaucoup plus grande (parfois le cent-milligrade). est donc une valeur rle P*0'4. Toute cette théorie est indépendante du nombre de décimales des logarithmes de Ia table. On adopte pour logs la valeur approchêe de logS.ans le calcul d. Si la diftrence tabulaire pour log S est nulle. 105 approchée de logX. Plus D est grand. à moins moins aeP +o'I pres' \ On est ramené au calcul de X. Déterminet" l'approfrimation atteinte d.E logS. c'est . et .aPPROXIMATIONS DANS LES CALCULS LOGÀRTTHMIQUES. Les tables à 5 décimales ne donnent le plus souYent les arcs qu'à moins de I centigrade près. Problôqne f û. X est inférieur à 3 grades. I'erreur ainsi commise êtant moindre que la diflérence tabulaire. il semble donc qu'il y aurait avantage à rééditer les tables de Borda à 7 décimales.. Ê. Remarclue V. et à les préférer aux tables à b décimales. 390.dire' Ona moindre que 6ième ordre. p&r le procédé des petits a.10r On aruive à des conclusions identiqLres dans le cas de la tangente. connaissant une aaleur approchée de log fL 6).l"cs. 2. log sinX : logs + logX. .à .Er.'un a'rc x.

NOTE II GRANDEURS DIRIGÉES. concurremment avec la position initiale. A et B par exemple. on les désigne par deux lettres. Lorsqu'on distingue ainsi le sens de la génération des grandeurs. cclle de I'origine précédant celle de I'extrémité. une grand. et I'on trois 10 éléments : La figure iltimitée qui la Porte . c'est-à-dire l'élément repéré.f de la figure illimitée qui porte la grandeur. qu'un élément qui constituent générateur. c'est-à-dire l'élément de repère. limitée par ses deux extrémités. On sait par les considérations générales 391. 392. engendre une grande?.esu?"able détertnàne la position de l'une de ses efrtrëmi. Une grande?ir dirigée est une synthèse de grandeur donnée pcut toujours être considérée comme engendrée dans I'un ou dans I'autre sens. oû les appelle des grandelul"s dirigées. I'autre. si l'on connaît la position de ce repère et le sens de la génération. Ainsi une grandeur G limitéc par deux éléments A et B pourra se représenter par AB ou par BA suivant que I'on considère A ou B comme origine.)tes'u?^ab\e lorsqu'il est animé d'un mouvement de translation. la position fi. La position initiale de l'élément générateur. 2" La grandeur particulière.tte g?"a.(.tés pûr rappot"t ù l'aLctr^e prise colnrne repère.eur déterminée d'une classe déterminée aussi. le début du cours d'Arithmétique.r" directenoent . Dans le cas particulier tles segments de droites. IJne représente la grandeur par ces deux lettres. I'un s'appelle sens poseti. Conclusion. 30 Le sens de la génération. partant d'une position fixe dans I'espace et prise comme position de repère. tor.nale de l'élément générateur. otr les appelle ueCteurs.ité de la grandeur oLr encore l'élément extrênae.f. détermine. s'âppelle l'eætrént. réciproqLlement .ndeur directement n?. d'un mollvement de rotation ou d'un mouvement hélicoïdal. . s'appelle I'origine de Ia grandeur . 'Ioute position occupée par cet êlément dans ce mouvement générateur. Déffniûion. surmontées d'une bart't: horizontale. On a donné des noms conventionnels aux deux sens possibles . Pour distinguer I'ot'igine de I'extrémité. sens négati.

. la somme dirigée ô. gl_finalement position nouvelle N{r. à partir de la grandeur 'Mù{.. IF.. .ui porte la grandeur consid êrée. la posotion de celle-ci ne sera déterrninée que si I'on connaît en outre la position de I'une de ses extrémités et le sens dans lequel I'autre extrémité (t) Voir la démonstration. Soient les grandeurs dirigées : A"Br.Deux lorsque. mesure de la grandeur par rapport à cet étaton.. Le sens de la génération d'une grandeur s'appelle sens de la grand. OM.: OMt * Mrl\fz + . Nous admettrons que la position flnale de M.GRaNDEURS ntntcÉps. une à partir de la position atteintê M". 87 et suivantes. découpées sur une même figure illimitée de leur classe.frB.thmëtiqct.e générale. mais I'idée de succession: ofi devrait l'énoncer ytct'is. ArB. partant d'une position initiale O et se déplaçant de façon à engendrer une grandeur OM.. une. .ans lequel on range les grandeurs composantes (t).e?rr. leurs origines étant mises en coïncidence ainsi que les' figures illimitées qui les portent.. . * . À"&.+ Mr-rMm: ArB. (Irandeurs dÊrigées reetiligneso eire ulaires. * ArB.grandeur Mr-rMn: A*Bn..antes de I'ordre d. : ArBr:. Mr-rNlr.-r. . . On écrit : . grandeurs dirigées sont dites égates 394" EiSaIité.Nous distinguerons ainsi les grandeurs d'après le mouvcment de l'élt':ment qui les errgendre. les grandeurs et les extrémités coïncident aussi. Sur la flgure illimitée q. pp. . puis. II ne représente cependant aucune idée d'ensemble ni de collection.tr' u'ne même figut"e illintitée... et aussi des grandeurs AtBt... AnB*. Ari.?ldeurs dirigées prises s?. Le signe + utilisé pour séparer les grandeurs cotnposrtntes s'énonce plus. Cette mesure est ce que nous ' appelons un notnbre absolu. Une grandeur directement mesurable est parfaitement déterminée en elle-rnême par la connaissance d'un étalon et de la. Itapport de deux grarrdeurs dirigées. Consiclérons un élément générateur M.. Sornrne elirÊgée de plusieurs gra. * L*B*.'. sont indépend. et par conséquent. 395. MrMr. héIierlid&los.irigée 4u*_grandeurs OMr.. La granduo1-:]go_ s'appelle soTnrne d. 393. 2gg IJne grandeur diri gêe détermine la position de son extrémité par napport à son origine. 396.M".

dont le sens' coincide auec le sens. Lorsque les deux grandeurs sont dirigées ên sens contraires. Lorsque l'extrémité coïncide avec I'origiûo. On convient de mesurer par rapport à un même étalon. son extrémité coïncidera à un certain moment avec son origine. et erBz se représente par le symbole ++. se présente par rapport à la première. les a. ont alors pour rnesuî"es des nombres positifs . Le plus souvent même. toutes les grandeurs dirigées portées sur une même figure illimitée. .8. ainsi que I'origine de la grandeur à mesurer. et la mesure de la première par rapport à cet étalon sera un nombre absolu accompagné d'une indication quelconque déterminant le sens de la grandeur par rapport au sèns de l'étalon.gtre illinti. La grandeur-directrice a) par rapport à elle-même. Toutes les grande?ir"s dirigëes. nous prendrons pour étalon une grandeur dirigée également. positi. A2Bz' c'est un nombre positif ou négatif. Elle est devenue nulle.300 COURS DE TRIGONOMETRIE. Grandeur-direetniee. la grandeur cesse d'exister.utt"es ont poullnesures des nombres négatifs Cela n'empêche pas naturellement de considérer éventuellement le rapport d'une grandeur à une autre quelconque. leur rapport est qualiflé néga. Le rapport de deux grand. l'étalon restant constant. Enfin. pour faciliter le langage.eurs dirigêes A.f. Lorsque les deux grandeurs sont dirigées dans le même sens. diminue. qu'à ce moment sa mesure est le nombre zéro. et I'on indique l'étalon sans se préoccuper de fairo de celui-ci une grandeur dirigée. on ajoute au nombre absolu qui est leur rapport tel qu'il a ()tê déflni jusqu'ici la qualification de positif.tée. Nous ferons donc de la grandeur à mesurer Llne grandeur dirigée . Nous d.irons. également rle choisir comme sens positif sur cette figure celtri qui coTncide avec le sens de la grandeur-directrice. On convient. suivant que les deux grandeurs sont dirigées dans le même sens ou en sens 397.ti. puis la grandeur croitra à nouveau et aura pour mesure un nombre négatif . opposés.f de la ft. pour mesure le nombre + l.. et si I'on déplace cette extrémité d'une manière continue de telle sorte que la grandeur ayant primitivement pour mesure un nombre positif. si I'extrémité de celle-ci est supposée mobile. auquel on donne le norn de grandeur-directrice de la figure illimitée en question. on spécifie à priori le sens positif sur la figure illimitée.

on de la droite et @ -T. Si I'ott considère deux axes parallèles r et y.irigée d.n.BAB AB 400. 8i I'on a défini la somme de plusieurs nombres qualités d. Tanulrvrr. on convient de qualifler les régions pour y de telle sorte que n et y soient dans des régions de noms contraires I'un par rapport à I'autre.. il faudra sous-entendre que celle-ci est la grandeur- directrice. mesures des grandeurs dirigées eg et BA.rne d. Le sens positif est indiqué par une lettre qui désigne en même temps I'axe.er la grandeur par rapport à laquelle on considère cette mesure.urs dirigées.ln?ne des nùesures d.. et BA. On appelle aecteur un segment de droite auquel on associe la directi. sans spécifi. et de A. Les nombres AB. fi pàr exemple.eurs grandeut's par rappot"t ù une grande?r?. sont égaux en valeur absolue. La mesure d'une grandeur dirigée AB.tës d.irigée quelconque de leur classe. s'appelle so. 301 Lorsque nous parlerons de la mesure d'une grandeur dirigée. Voir les Trai. 398. Veetetri'so Définitions. la définition ci-dessus doit être transformée en un théorème. sont synzétriques.que de E. et si I'on a qualifié les régions pour I'un d'eux. ainsi que mon Ari. L'une quelconque est dite régdon ltositi. est représentée par AB. c'est-à-dire. Tout axe divise le plan qr"ri le contient en deux régi. par rapport à la grandeur-directrice. mais de signes contraires. La droite illimitée qui porte un vecteur prend le nom d'ane lorsqu'on a qualiflé les deux sens suivant lesquels un point mobile pgut la parcourir.eïffs.'une autre manjère.'?rne son?. d.A*8.l.e gtlusi..La mesure d.e ces gr"and. Les vecteurs constituent donc une classe de grandc. AnBn l-_ le sens de la générat'ion du segment. . et qu'on place vers une des extrémités lorsqu'on fait un dessin.GRANDEURS DIRIGBES.. (t) Cette définition est conforme au principe qui a servi de base à la définition d'une somme de nombres absolus.+A.thmëti.'Arithméti. Déftnition (t)o .-d. Un point placé sur un axe le décompose en deu x d. les lettres mises dans le même ordre. région négatiae. -l-. On a donc AFr+A€Br+.ons ou demi-plans.que générale.tes. 399.emi.roi. HuMtrnnr. ' AB TEI .ue et I'autre.

4A2. portés par lrn même axe ou par deux axes parallèles. L'équipollence s'écrit AI] parallèles sonI dits de mênze sens lorsque leurs Deux vecteurs extrémitês sont dans des régions de même nom par rapport à deux plans parallèles (ou deux axes parallèles) passant par leurs origines respectives.que ou résultante de deux ou plusieurs vecteurs : A. Ao&..s. .Br.E. Lorsque deux axes sont parallèles. Dcux vecteurs AB et Ol) sont dits éguipollents lorsque. .302 COURS DE TRIGONOTIETRIE. : AoA.ArA. c'est-à-dire le nombt'e 0. * Ar..oAo Cette propriété réstrlte de ce que la somme dirigée 401.Si I'on cons'id. I. parti de Oo engendre successivement des vecteurs OMr. on convient dc qualifier les deux sens sur ces axes de telle manière que si I'on joint par uns droite deux points pris sur ces axes.. ! L* on a..ans cet ord. m rangés d.. 403. Cette succession s'indique au moyen de signes s'énoncer glui.. Sornrrre géorrrétriqrreo On appelle sorw??. W*. ils sont égaur et de même sens.. Deux vecteurs équipollents à un même troisième sont équipollents entre eux. . f r\1A.. -F qui devraienù . soient dans une même région par rapport à cette droite. êquipollents aux vecteurs respectifs 404. uû vecteur OM.r À* * A"Ao €st nulle puisque son origine et son extrémité sont confondues en Ào i on sait (399) quc sa mesure. -l.. ?.ct?.e géonoétr"'i.. esb par définition Ia somme des mesures des vecteurs qui la composent... * A. ayant pour origine un point arbitraire O et pour extrémité le point Mn où aboutit un point mobile M eui. mais qu'on énonce plus. Veeûettt.s éqrEipollents.æe des At. puisque les axes qui portent ces vecteurs ont le même sens positif. I a relatioT?. * . les deux demi-droites qui se développent dans des sens de même nom. ÀFr... Thtâorème de Chasles ou de Môbius. On dit alors que les deux axes parallèles ont le môme sens positif.. a. M"-rU *. Si lion a AB : CD on en décluit ÀB : CD. m. + Ar-rA. + .. Remarqlue.èr"e sur gloints qccelcorxques A0ArAz .re. .

.i\{.épendante de l'or^dre dans lequel o??' les consi. 405. : ffi* ôI[. Théorème. OMr : ArBr.. sont égaux.ntes de la résultante ôM.comme origine peul s'obtenir en faisant subir à la somme OM.. puisque 6Mu : W y ct que par suite. OM. Donc. . * MuMr- Or. .dèr'e.ffie i A. parallèles.. U'ne sorntne géométràque ne change pes sa l'on remplace des aecteurs consécutifs pa?" leztt" sorwne géométrique. quelle (lue soit l'ori.. + AtBt' .. : A. +æ": Les vecteurs Â8. : OMr. * ArBz: ArB.GRANDEURS DIRIGÉES. Une somnxe géométrique de ltlusi. Mr-rM.. ôM. +M. *e*n. + Mslvl. ' On a par to51nuent OM. somme géométrique obtenue en prenant Ot. 407.. f Mr-..gine choisie. . Of. OfMr. Joignons MrMr. géométrique ne change pas si I'on 40ô. A*B* s'appellent les colnposa. la figure OMrMrM. et dans la même région par rapport à OMr. D'où il m. OMr : AJr. * A*R. Théorème. * Ofifr.r-ffi. OM. Remarque. : ArBrr . : Mù'{..Iine somme remplace des composantes par d'autres qui leur sont équipollentes. ÂF. Donc. paratlètes et dans la même région par rapport à OMu. Donc OMt et MrM. Soient et on a. Je dis que .. 408. AoB. : fFr.rB..eurs oecteurs rangés dans un certain ordre reste équi'pollente ù elle-même. '. . La somrne géométrique de deun uecteurs est ind.rB. : Mù{. En effet..Fr. une translation égale à ffi'.: A.ffi. : ArB.. ôM. .B. MrI\{. : ffi.. sont égaux..r*. est un parallélogramme. a .--Wr.. Théorème. et MrM. sufflt donc de démontrer l'équTpollence M"M. 308 On a donc OMl:I-r' €t I'on écrit MrM.

4L2. Al'}. si I'on prend comme grandeur-directrice celle qui correspond à I'arc-directeur. et I'on désigne leur ensemble par la notation (AB). Il est d'ailleurs aisé de constater que les mesures de toutes les grandeurs qui ont même origine et même extrémité peuvent être représentées par une même formule kc * a. ce point On voit que. du sens positif.ométrique d. Si I'on considère un point de l'élément générateur. c étant Ia mesure de la grandeur d'un tour (nombre absolu) et aétant un nombre qualiflé quelconque.La sornrne géoméh'ique d. A désignant l'origine et B I'extrémité .. . 409. est appelé rnesz{r'e d. que l'élément mobile qui les engendre passe. seul et non par kc -F a. La distinction ne peut être obtenue que si l'on spécifle la mesure de la grandeur par rapport à une grandeur-directrice connue. quel que soit leur sens de génération . Tous ces nombres sont congrus (atod.e (AB). si I'on se contente de désigner l'origine et l'extrémité d'une grandeur circulilire. .'r. a par exemple.crt tour.è? e. Mesure des grandeurs eiroulaires.Théorème. grandeurs dirigées circulaires qui ont même origine et même extrémitê. k d. et du nombr ê d. ltortés sur un mênze affie. y suffisent. on les appelle grandelu"s cong?"rres.eur d. 4t'1.erro l'arc coruespondant.e ptusieurs aecteurs est'ind. c) à I'un quelconque d'entre eux. C'est pourquoi I'on ne dis[ingue pas les décrit autour de I'axe de rotation un arc de circonférence...pollents. On les représente généralement par d.e plusieurs aecteurs parallèles est la solnrne diri.ésignant I'ensemble des nombres enliers qualifiés (y compris 0). la connaissance de I'axe de rotation. c). de I'origine. et I'ensemble des nombres kc -# q. cette particularité. . Les grandeurs circulaires présentenl.304 couRs DE TnlcoNontrÉrntn. constant pour toutes ces grandeurs. La grandeur engotr: drée par un tour complet du mobile s'appelle : ta gra?1d. représenté par Ia notation G. celle-ci n'est pas distinguée de toutes les autres qui ont la même origine et la môme extrémité . de sorte que les relations que I'on écrit entre les mesures de grandeurs circulaires ne sont jamais que des congruences (ercod . Lorsque I'on n'a en vue que de déterminer la position finale du mobile . dans son mouvement de rotation. Théorème.gée de uecteut"s respectiaernent équi. plusieurs fois par des positions déjà occupées antérieurement.épendante de l'ot"dre dans lequel on les consid. On démontre que toute grandeur circulaire a la même mesure :. Cela résulte de ce clui vient d'êt.La sornrne gé.re dit aux no' 407 et 408 ci-dessus.

. + a" * eo Et... Si I'origine et I'extrémité corncident.. 305 Celui-ci est..Entre les mesures d.q. le nombre 2æ. Si I'on on îL:Zhzc.i. (Ul. lorsque chaque côté a pour limite 0). et réciproquetnent. relation qui exprine que toute oaleur du premier membre est une d.z.e la circonférence qui Ie porte. = crr + ae *.r1 appartenant à une même fi.gure i. zæ) ele. +.ras (ÀoA.:*. . un nombre égal à la longueur de l'arc par rapport au rayon d.es aaleurs d.].AJ .. +À]. (enod..u (enodulo 2r) d'un ensemble celledesesvaleurs )-æ et (*æ. un arc appelé rad.î. la valeur principale est AB:2hæ*cr 0.. . eæiste la relati. d"s les plus petites valeurs positives de a6 (Jrcod.).2æ) . Couns nn TnrcoxerrrÉrnrr:.e plusieurs grandeurs circulai. . Théorème de Chasles ou de Môbius. Soient dv a. k1éranr un Donc.... "d.an qui a la mêne longueur que le rayon (la longueur d'un arc étant la limite des longueurs des lignes brisées inscrites.2n) ces mesures. Il convient de remarquer que la mesure d'un arc par rapport au radian est. dans ces conditions. La mesure de la grandeur d'un tour est. * i. On aura: i).. la relation annoncée est démontrée. on a donc 4t4.GRANDEURS DTRIGfJES. +.u second tnermbre. en valeur absolue. * a** Or l'extrémité Ao de la somme dirigée coïncide avec son entier déterminé..on (rnorl.lli..{i. 4t3.. * Çeo : g. til5.mitée..nci'pale ot rési'd... o'* dz zhp. (À. +. d. Ce 6À:--ÂÈ..l.1. + .o. = 0. a aura qui permet d'écrire 1g:zhn + o.. dans toutes les théories générales. On appelle aaleur pri. +.. 6À : Zkr. par suite..

e. Soient sin (a + b) et cos (a + b). a 4t8.): cosa cos b ./\ . (1) (2) - II. Jecrois intéressant de présenter ici trois démonstrations très simples des principales formules de Trigonométrie. .+ b): 0u encore (cos û.6.+ i sin a) (cos ô + i sinô) sin ô) : bo cos a cos ô ï :?":-? # . Triangle reetiligne. . Considérons dans un plan orienté trois axes ffi et y (flg. 62). gia . (.+ b-îà+âù:.ti-!i hnî*cos a D'oti finalement: cos 20 (a * b.'\ ræ-ct. I. 3*" et 4mc pârties.te gënëral. Considérons le triangle ABC (fig. 4r. 417. 7".sina sinÔ sin (a + b) sin a cos b + cos a sin Ô. On ÂE+m+ct\-0. eib ou cos(a+b) + i sin(tr.ù. n et y el. on a y i fr Ur --= == eio rfi ny rn Yeib et Donc Y:'gà(a*bt r gi (afbl :.) \roir mon At'itltmétiry.NOTB III App LtcATtoNs DE LA Tn ÉoR I E DEs NoM BREs cou p LExEs.al* les vecteurs-directeurs des axes en question. . d'où a. r. Cette note ne peut être ' cortrprise que par les lecteurs au courant des définitions géométriques des nombres complexes et des quaternions (t). 6I). et fiA:b.

-0.At + y. D'où flnalemont: a* Ô Ô cosC --=- * c cosB (3) sin0 c sin B. 62. i. Considérons le triangle sphérique ABC (fig. P a ooIDIDê axe de repère Prenons ap pour plan de repère.fi.lt: YQ .i sin C) b : : (a . a.c On aura V. ffiA:n. 63). F'rc. _ F 'v A B et ou ^ d'otr résultent L: fi 'L . . T T-=p'.b a et CA : y.u fi.APPLICÀTIONS/ DE LA IUÉONM DES NOMBRES COMPLEXES. on a" d. + Lo :0. le système de repère est notë ali. + a. . gi(B-æ) : _ COSB - i SinB û * eù'n.C . On a donc ou Io 20 - + i sinB) c + a . 4lg. fr c _ .Ô cos0) + i (b sinC . 307 Adoptons sur les axes qui portent ces vecteurs dés sens positifs tels.\ æ * .c 3 BC our Of.:. Quo I'on ait AB:V.c sinB) (cosB 0 0.b.Triangle sphérflque. d'axe dans ce plan . p et T étant trois vecteurs-directeurs ou trois vecteursquaternions.-c) : - cosc + i sinc.(cosÇ .c cosB .^. (4) ilL .

î"u + i (cosc sinô cosA + j cosc sinô sinA + ji sinc sin ô sin A .308 On a.A. cosB +y sina sinB cos c + ji ::::i'.i couns DE TnrcoNoMÉrnm. 63.i. r cosô cos c sinc cosÔ : * sinÔ sinc cosA (5) (6) (7) cosc sinÔ cosA + sina cosB sina sinB =s sinô sinA. sina) .i sinc Yo. *: alt P p-ic: si'be' cos c . . q.:ï:lfï:.J sino sinB sinc La relation initiale peut donc s'écrire: cos Q. -r1æ-Blteic : a -e sina cosB +y + il sina sinB eos c1 .sinc cosô) Fra. . o( D'où flnalement: lo Y 30 cos e. f: --: cosb + i sinD cosA + isinô sinA cos y âP giae' .i sin a.ioa sin B sin c. cosa +j sin.

dans un système d'axes trigono- mesul'e 0 de cet angle. par rapport à l'étalon rectiligne CO. Définition. est un nombre positif si na a été engendré dans le sens positif . un angle fiu: 0' engendré par un axe mobile dont la position initiale est û et la position flnale u . 64). la métriques æ et L'équation de cette circonférence est ûz+U":l' Le nombre 0 est aussi la longueur de I'arc dA correspondant à I'angle m.NOTE IV FoNcrtoNg HypËnEoLteuEs. c'est encore le t . 420. par rapport au radian. c'est un nombre rrégatif dans Ie cas contraire. Les nombres trigonométriques cos 0 et sin 0 sont les coordonnees cartésiennos d'un point A de la circonférence de centre C et de rayon l. y (flg. + Considérons.

le signe de t dépendant du sens de la génération de I'arc OM. Shl varie de oo à f oo en passant par 0. Ch. Shl : tgO s'appelle l'amgtlitude hyperbolique de t 0 amhf. La formule fondamentale est chat On en déduit _ shzl : l. et soit t le double de I'aire du secteut" hyperbolique m-. Ctht. on émit - . _ cschzt:1. Considrârons l'hyperbole équilatère dont l'équation est X2-Y?:l' hyperbole. passant par 0. on les représente par les symboles Tht. Les coordonnéês du point M.. Variations. Schf. Th. Ie signe de 0 dépendant toujours du sens de la génération d. H' # et # s'appellent respectivement ' tangente. . cthzt schzl 422.nus hyperbolique et hyperboli.tgttnzent des fonctions hyperboliques que nous venons de définir. Cschf. c'est-à-dire les nombres Soit M un point quelconque de la branche de droite de cette X-CS et Y:SM sont appelés respectivement cos'i.c I'arc OA et du secteur ôm.. cotangenle. On les représente par'des symboles Aht et Shl. sécante et cosécante hyperboli. si I'on fait varier t. Relations entre les fonctions hyperboliques et les fonctions l circulaires.ques de. s'inocs : Les rapports H. 423.3r0 couRs DE TRIeoNoMÉrnIn.que du nombre t. varie de t à + I en passant par 0. varie de lr oo à f oo en passant par + t qui est son minimum. double de l'aire du secteur ci.d. 42r. f That : l. par rapport au carré constrr-rit sur C0. Les six nombres ainsi détinis deviennent les fonctions hyperltoliques de t. On I'appelle aussi le pararnètre hyper- bolique du point M. La variable t s'appelle I'a.re OCA par rapport au carré construit sur I'drtalon rectiligne CO.rcula'i.

Nous savons évaluer I'aire du segment hyperbolique (û9.. OPQM /.QM.PO CQ. CQ:CS +SM*ffi.: 0 est Ia valeur principale de l'ctr"c dont le cosinus est û. æ-cos0 A-sin0 on sait que I'on écrit 0 et i-tS0 co qui signifle. Or CPO est équivalent à CQM puisque CP. 65. Nous avons désigné par t le double de I'aire du secteur hyper425.FoNcîIoNs HYPERBoLIQUEs. On écrira inversement : arg ShY formules qui signiflent : f usti l'argument dont le cosinus hyperbolique est X.cos 0 t 424. Si I'on pose - cotg0. . Calcul de bolique OCM.Cht ] : Sht Z: targ ChX . Thr. - Donc I'aire du secteur OCM est égale à I'aire du segment OPQM. 3ll On a. 65). également les relations Ch I: sécO Thl: Cth t Sch Csch sin0 coséc0 f =. D'où I : CFF tcQ' ât -' Ir Cp Ona C OS FrG. Posons de même X '-'. - arg ThZ t en fonction de 0. o'tt' Ona OCM + CQM: CPO + OPOM. etc. etc.

t (3) cos0: Sch t- t cs r+€4:a+r:ç' Ti t oZ: (4) tgo-#:sht:* z (e.-e'-. * e-t).Théorème de Laisant : tg' 0 De la formule (3) ci-dessus Ths : e:=: I e2**1 . Par suite CO lr .nalement t:rgtg G*i) ou €(î * g) \1t ÉJ / 426.) séco (b) (6) (7) . r _tgl d'où sino-Th t- €g:t# . : d'où.312 cQ couRs DE TnreoNolmrnru. oD projetant sur l'asymptote - (cs + sM) cosi: (séc0 + ts0) cosî: rs(î * g) cp. COS U 427 .^: : cht:i@.2. On a donc fi.) æ:rg(n *9). (z) Cette formule permet d'établir les suivantes Ztgz e: rats4:-ry:-ffi' t-tgrl 2 ezt--r et-e-t .*(î*g)-*-e. On déduit encore de là: f+ ..

on constate l'identité annon cêe. on . Remarque +u):ffi. Thl. Or le point L a pour paramètre t. oRr == . . On aura déduit De I'homothétie des triangles CSM et CON : rencontre ayec : oR0ttsà .Sht + Cht et e-t : Ch t (. * sécO : i -fmË0 : tgz: oR' o . + u) et Ch (t + u). s*t e-\ Shl. (ch sh(r+ u):*[(snr+cht)(sh u*chu)-(ch t-sht) ou d De même n en résulte ?t-shec)] (g) (g) Sh(. Donc. 430. 6a): . De plus. Çalcul de Sh er*I ei:!.Sht rJhu { * u) : Ch t Chu + Shtz.o. êo faisant s : ! . st . La droitc CB prolongée divise le secteur hyperbolique OCM en deux parties OCL et LCM. Cht rh(r 429. Ch(. aire OCt : aire LCM : tt. Joignons CB . sin o .Nt permet de diviser géométriquement le Soit B le milieu de l'arc circulaire OA. OI\T (lo) f. Sht Shec.oR. HK qr{ ORI= CO ou d'où *teO:*(l+séc0).h. Comparant à la formule (Z).FONCTTONS HYPERBOLTQUES. cette droite CB passe par le milieu K de la corde OM: soit en effet./ secteur hyperbolique OCM en deux parties équivalentes (flg.: --z 428. : * (e'n''n s-(t*ut) : t(e'e* Sh (. 313 on déduit. Le théorème de Lets^a..lg. I . + u):. + ?4 Or. soit R la 0T. Rt le point où cK coupe I'atre or . + Donc.

j tl4 431.. n{lt .. Remarque couns DE TRrGoNomûrRID . 't:l' cht:r*#*â*.. t:|: in tl'r.*E*... En veriu des formules (5) et (6) tlu no 426 on a donc shr:'r+#+*+...1 '.. IL . tn er:L4t-r+E*E*. t" | .On sait qua et déleloppé en série donne L D'où e-t:r-t-*!-L -r-i*E-E+. tz ...

.

congruences. (Ou. II. S. illustré de 7l vues photographiques et de 32 cartes.M.I vol. in-8o de 120 pages Broché. inspecteur honoraire de I'enseignement moyen. IlIichot-1\Iongenast. comportant deux cârtes en couleurs hors texte. 4.OO I fort vol. 4. avec atlas il. .OO 142 flgures Gourc do gâornétrle analytlquo plsnor à l'usage des Athénées.Écoles normales moyennes et <les candldats à I'Ecole Àlilitaire et aux Écoles spéciales. I vol. Broché. fr. avec flgul'es el-professeur de m:rthenrttiques sLtlrérietrres à I'Institut. professeur de géographie.tcs (cctrtpleæes.). Pl.Tnalté d'algèbno él6mentalne. surfaces rëglées). du Génie civil et .1. tet'ni. fr. .ons et quaterlliorB). in-So de 275 pages.5O ItUtOtT (E. BERTRAilD 160 pages. capitaine-commandant du génie de réserve. Broché. môtiquo gônénato. Le Cottgo polititluc. . le relief. fr. L I'e Congo ph. . Lc Gongo bolgor Initiation. .t' ?tati(.OO flgures lnaltô dc potttpectlve tlnéalne. fr. fr. à I'usage de l'enseignemellt rnoyen. Grundcurs et No. g. in-8o de 625 pages.Gonpl6rncntr d'algàbrer é(lition) Bror.).ysiquc. écont'mique les rivières e[ le tal)is végétal.OO et administratif ù la colonisatio. fr.hé. de I vol. avec atlas in-So de li planches comprenant 242 Broché. cartogrâmmes et diagrâmmes dans le terte. 4.OO des LIilBOT (O. I vol. Cartonné 8.TISOT D'ÉDITION ATBDRT DE B(}ECK. à moyen.000. fr. fr.I'enseignement normal et de I'enseignemerlt industliel. ingénieur <les Arts et Manufactures.us.Arlth.OO I vol. I vol.2.Él6mentr do gôomâtnle. IO. Broché.EO GAilBIER (4. tl l'échelle de I à 10.e aryliquée à dioers sgstèrnes de ctrroi. a. îlcl. de 150 pages. in-8o (J.So de 3l plarrches comprenont llroché.f6thode uocto. I vol. . qualifiës.arage couronné pur l'Acadamie ntyale ile Bel'gique') Broché. cotnpleaes. des . avec figules Mirres. professeur de mathérnatiques sulrérieures à I'Athénée royal d'Ixelles.).OO I vol in-8o de tTri pages {4mc llEtOULlil (4. .).).). BRUXELIES EXTBAIT DU CATALOGUE GOLIRT (E. prolessenr de mâthémâliques supérieures à t'Athénée royai l'usage de l'enseignement de Huy.000 124 X 27 ceutinrètles): .OO " 8.Pl.nbres (ubsol. Gouru de derrln rclontlflqqo. in-8o ($be édition) à l'usage de l'enseignement moyen. Nouvelle éditiott revuo et atrnotée par Orcan LAilBOT.a1e. professeur à I'Uliversité de Gand. . fr. in-$o (23 X l5 r/: centimètles) de - . de 128 pages de texte.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful