Vous êtes sur la page 1sur 24

ACTUALITÉS DES MUSÉES DE POITIERS

Dans
les
musées
VILLE DE POITIERS
SEPT.OCT.NOV.DÉC. 2008
Sommaire
Editorial p. 3

Expositions dossiers p. 4

Les carnets des musées p. 8

Les rendez-vous des musées de Poitiers p. 14

Les visites commentées p. 16

Les Amis des Musées de Poitiers p. 18

Calendrier des activités culturelles p. 20

Horaires et tarifs d’entrée p. 22

L’œuvre en question p. 23

Vue intérieure du musée Sainte-Croix


En couverture :
Epingle à tête biconique et décor géométrique - alliage cuivreux
Le Camp Allaric, Aslonnes (Vienne) - Age du Bronze final
Vase à décor peint et incisé
Fragment décoré de figures anthropomorphiques incisées
Le Camp Allaric, Aslonnes (Vienne) - Age du Bronze final
Éditorial
es sculptures de Camille Claudel ont réintégré le musée Sainte-Croix, et les
L statuettes et aquarelles de Rodin ont été restituées dans leurs musées d'origine,
à Meudon et à Paris. Une exposition temporaire se termine, une autre va prendre sa
place. Il en va d'un musée comme d'un être humain, aux diverses étapes de sa vie.

Pour l'heure, alors que s'achève l'exposition Re-naissances, c'est le Camp Allaric
qui nous occupe. L'exposition, préparée par Catherine Buret, se veut le premier volet
d'une opération baptisée « Que réserve le musée ? Des origines aux premiers Celtes ».
L'objectif ambitieux de cette série d'expositions-dossiers est de faire connaître les col-
lections des réserves du musée Sainte-Croix, et celles qui proviennent des fouilles
archéologiques de ces dernières décennies.
Feux de camp est le titre de la première présentation, autour du Camp Allaric
(Néolithique et Protohistoire). Ce site a été longuement fouillé par Jean-Pierre
Pautreau, de 1967 à 2001, puis par Christophe Maitay ces dernières années. De nom-
breux objets seront présentés et commentés, et il s'agit donc d'un beau travail de syn-
thèse, qui permettra de sensibiliser le public à cette recherche.
L'intérêt scientifique de ces expositions, qui se dérouleront sur plusieurs années,
sera de préfigurer certains aspects du futur parcours muséographique du musée
Sainte-Croix.

D'autres projets sont en préparation pour l'année 2009, et tout particulièrement


une relecture complète du musée Rupert-de-Chièvres. Nous y reviendrons en temps
utile, dans quelques mois.

Je veux signaler l'arrivée au musée de Nathalie Goursaud, responsable de l'admi-


nistration, et de Nathalie Louis, nouveau régisseur des collections, qui devraient
impulser de nouvelles actions dans les musées.
Entre le moment où ces lignes sont écrites et celles où elles seront diffusées au
public, le Théâtre-Auditorium de Poitiers aura ouvert ses portes. Je le salue, en lui
souhaitant une longue et heureuse vie. Qu'il apporte au public de la région une pro-
grammation riche, variée, génératrice d'émotions intenses et fructueuses.

A tous, je me permets de souhaiter de bonnes fêtes de fin d'année.

Yves Bourel
Conservateur en chef des musées de Poitiers

3
Les expositions temporaires

Re-naissances
Objets restaurés, de la Préhistoire
aux Temps Modernes
Musée Sainte-Croix, jusqu’au 9 novembre

Cette exposition-dossier, qui se termine le pièces métalliques provenant d'un dépôt rituel,
9 novembre, a mobilisé les soins de l'équipe du comme d'éléments d'architecture, en pierre, de
musée au printemps dernier. Je ne reviendrai pas dimensions plus imposantes. Ces collections doi-
ici sur la qualité ni sur l'intérêt scientifique de ces vent être conservées et étudiées. Leur importance,
objets. Ils ont été présentés de façon complète par sur les plans qualitatif et quantitatif, et les problè-
les conservateurs de ces collections, Anne Péan, mes spécifiques de conservation que posent les
Catherine Buret et Dominique Simon-Hiernard, matériaux dont elles sont constituées, amènent à
dans le précédent fascicule du printemps-été 2008. prendre des mesures conservatoires adaptées. Ces
Je souhaite simplement revenir sur la démarche qui mesures conservatoires constituent ce que l'on
a permis la réalisation de cette exposition. Les col- appelle la conservation préventive.
lections d'un Nombreux sont
musée se consti- les objets mis en
tuent au fil du réserve. Si les
temps, et reflè- conditions de
tent, pour une conservation ne
partie, l'histoire sont pas bon-
d'un territoire, nes, ce sont les
depuis les temps objets qui, plus
les plus reculés. ou moins vite,
La fusion des se dégraderont,
collections des de façon irré-
musées de Poi- médiable dans
tiers avec celles certains cas.
de la Société Ainsi, on ne
des Antiquaires saurait accorder
de l'Ouest, en trop de soins
1947, a donné Re-naissances : éléments sculptés du château de Bonnivet et émaux du XVIe siècle. aux conditions
aux collections de conservation
archéologiques une ampleur toute particulière. Les des œuvres, et l'exposition Re-naissances en est la
objets qui les constituent proviennent de fouilles parfaite illustration.
ou de découvertes fortuites. Il peut s'agir de petites Les objets ont été choisis en fonction de critères

4
précis (historiques, esthétiques, scientifiques), mais Umbauer (le soclage des collections). Parmi les
leur état ne permettait plus leur présentation au autres intervenants prévus, on peut citer Etienne
public. Pendant ces dernières années, chacun des Féau (chef du département de conservation pré-
conservateurs a ainsi défini des priorités pour le ventive au C2RMF), Marie-Françoise Gérard
traitement d'œuvres importantes, en les confiant (Conseillère pour les musées à la DRAC Poitou-
aux soins de restaurateurs spécialisés
dans les différents domaines.
Chaque étape du travail de restau-
ration pose des questions particuliè-
res, et les réponses sont discutées et
décidées entre les scientifiques.
C'est toute une méthodologie qui
est mise en œuvre dans le traite-
ment des objets, depuis les
contraintes liées aux conditions de
conservation dans les réserves,
jusqu'à la présentation au public.
L'exposition Re-naissances montre
de façon synthétique toutes les éta-
pes de ce travail : le choix des
œuvres à traiter, les interventions
de conservation-restauration, l'ins- Re-naissances : la sépulture de Mia.
tallation dans les vitrines, l'envi-
ronnement didactique destiné à
informer les visiteurs.
Des journées d'études sont pro-
grammées au musée Sainte-Croix,
les 21 et 22 octobre 2008. Elles por-
tent sur la restauration et la conser-
vation préventive des collections
muséales, en s'appuyant sur les col-
lections des musées de Poitiers.
Parmi les restaurateurs qui intervien-
dront, on peut citer : Maximilien
Wroblewski (la restauration des
vestiges architecturaux du château
de Bonnivet) ; Béatrice Beillard (la
restauration des émaux peints) ;
Brigitte Estève (les colonnes cise- Re-naissances : les tombes des « Dames de Naintré »
lées antiques, la statue de Claude de et fragments d'une statue équestre d'époque romaine.
L'Aubépine) ; Loretta Rosetti (de
la société Arc'Antique, la statue équestre Charentes, Nathalie Louis (régisseur des musées
romaine) ; Catherine Augel (le mobilier des tom- de Poitiers), Anne Péan (Conservateur au musée
bes des « Dames de Naintré », les émaux chample- de Poitiers), et Christian Gendron (Conservateur
vés, les métaux de la protohistoire) ; Valérie Luquet en chef des musées de Niort).
(les arts graphiques) ; Françoise Auger-Feige (la
restauration des collections de peinture) ; Luc Y.B.

5
« FEUX DE CAMP »
Un site de hauteur : le Camp Allaric
L'exposition « Feux de camp » présentera du 4 décem- décors (incisions, pointillés). L'outillage osseux (poin-
bre 2008 au 1er juin 2009 le matériel archéologique issu çons, aiguille), de même que la faune, est bien conservé.
des fouilles du Camp Allaric (Aslonnes, Vienne). Men-
tionné par A. Touzé de Longuemar en 1862, nommé Aux niveaux du Bronze final III a ou III b archaïque et
d'abord « oppidum de Palerme » puis « oppidum de III b classique (1000-800 av. J.-C.) on peut rattacher la
Biberon », c'est un éperon rocheux occupant l'extré- découverte ancienne de l'épée de type langue de carpe
mité sud-ouest du plateau de Thorus, sur la rive droite provenant de Bapteresse (collection de la S.A.O.).
de la Clouère, avant son confluent avec le Clain. De la même période, nous sont aussi parvenus les vesti-
ges d'un atelier de fondeur dont un creuset en bon état.
L'intérêt exceptionnel de ce site tient à plusieurs facteurs. Le mobilier métallique comprend de nombreux petits
- Sa situation géographique au seuil du Poitou lui per- objets en alliage cuivreux : parure (épingles, perle, bou-
met d'occuper un couloir naturel entre le Massif ton), armes (armatures de flèches), éléments divers
armoricain et le Massif central et de constituer ainsi (tiges, anneaux, appliques…). On remarque une épingle
un passage entre le Bassin aquitain et le Bassin pari- à tête globuleuse dont une partie de la tige porte un décor
sien, donc un lieu privilégié pour les échanges. géométrique incisé 1. La céramique à pâte généralement
- Sa situation topographique de hauteur confère à ce fine et homogène comporte des vases à panse ovoïde et
camp de plus de deux hectares, déjà protégé naturel- col évasé, des gobelets en bulbe d'oignon, des écuelles et
lement et équipé de dispositifs de défense (levée de beaucoup de jattes à col vertical. Il existe des décors inci-
terre en arc de cercle, fossés, rempart) une excellente sés et/ou peints (rouge et noir), notamment ce fragment
position stratégique. de vase à peinture rouge portant une frise en damiers et
- Dans un contexte archéologique dense (mégalithes également des figures en incision de silhouettes anthro-
du plateau de Thorus, tumulus du Clos de Biberon, pomorphes et de signes géométriques : pictogrammes
sépultures de Laverré), le Camp Allaric a connu une (fig. 2), anthropomorphes 1. Ces décors sont à rapprocher
succession de cultures depuis la fin du Néolithique de ceux des vases de Rancogne (Charente) et de Sublai-
jusqu'au second âge du Fer. nes (Indre-et-Loire). En terre cuite également, deux
étonnantes figurines modelées représentant des quadru-
Les fouilles menées par Jean-Pierre Pautreau entre pèdes ont donné lieu à plusieurs interprétations : jouets,
1976 et 1993, reprises par Christophe Maitay de 2002 maquettes, statuettes ? (fig. 3).
à 2005, ont livré un abondant mobilier en cours d'in- On trouve aussi des éléments de parures en terre cuite :
ventaire et de restauration, objet de conventions entre bracelets, perles.
les musées de Poitiers et l'UMR 6566 de l'Université Des structures d'habitat attestées sur le terrain par des
de Rennes 1 ainsi que la commune d'Aslonnes. trous de poteau (chêne) et des traces de branchage
(frêne) ainsi que des fragments de torchis ont conservé
Deux phases d'occupation de la fin du Néolithique (fin les vestiges du travail du métal ainsi que d'activités
du IIIe millénaire) ont été reconnues, l'une plus domestiques (fusaïoles).
ancienne du « groupe Vienne-Charente » et l'autre de la
« culture ou civilisation d'Artenac ». Elles ont livré un L'occupation du premier âge du Fer (±800/750-450 av.
outillage en silex dont un poignard (fig. 1) ainsi que des J.-C.) est riche. Dans le matériel métallique, les objets
séries d'armatures de flèches, des haches et des parures en en bronze perdurent (bracelet, torque, fibule). Le fer
roches métamorphiques importées. La céramique, bien apparaît sous forme d'outils (couteaux, scie), d'armes
que fragmentée, nous donne une idée de la richesse des (pointe de javeline). C'est aussi à cette période qu'on

6
rencontre les premiers exemples de céramique peinte au
graphite (fig. 4). Le répertoire de leurs formes est
d'abord dans la continuité de celles du Bronze final mais
inclut aussi des vases à profils plus anguleux, carénés, des
récipients biconiques, des plats creux à parois rectili-
gnes. Le décor géométrique de ceux-ci est extrêmement
varié 2. Les analyses physico-chimiques des pâtes et des 4
pigments permettent de déterminer leur composition
précise (oxyde de fer de type hématite). Une vitrine est
consacrée à ce matériel, sujet de la thèse de doctorat de
C. Maitay, soutenue à l'Université de Rennes 1.
En terre cuite également, une lampe à huile (fig. 5) por-
tant des traces de combustion est un témoin de la vie
quotidienne, ainsi que des morceaux de clayonnage et de 2
soles de foyer, vestiges exceptionnels d'un habitat dont
une partie a été comme « fossilisée » par un incendie.
La parure en lignite (matière organique fossilisée) déjà
présente à l'âge du Bronze, se développe : torques, bras-
sards, bracelets (fig. 6) portant parfois un décor géomé-
trique. Des perles fragmentaires en ambre prouvent
aussi les préoccupations esthétiques des habitants du
Camp Allaric et probablement les échanges à longue 3
distance (mer Baltique).
Du second âge du Fer subsistent des fragments de céra-
mique gauloise et d'amphores italiques.

Cette exposition-dossier conçue comme un volet


d'une série « Que réserve le musée ? Des origines aux 6
premiers Celtes » sera accompagnée de conférences,
d'ateliers (début 2009) et donnera lieu à l'édition
d'une brochure (48 p.).

CB

5
1
MAITAY Ch. (2007a) - Les céramiques peintes non tournées dans le Centre-Ouest de la
France aux âges des Métaux. Bulletin de l'Association des archéologues de Poitou-Cha-
rentes, n° 36, p. 43-44, 1 fig.
1. Poignard. Silex provenant de la région de la Roche-Posay /
MAITAY Ch. (2007b) - Les céramiques peintes non tournées dans le Centre-Ouest de la Coussay-les-Bois (Vienne). Néolithique - Fouilles C. Maitay.
France et ses marges de la fin de l'âge de Bronze à la Tène A ancienne. Apport à la 2. Fragment de vase. Céramique. Décor peint en damier et
connaissance des cultures matérielles de l'Ouest de la France. Thèse de doctorat de
incisé : figures géométriques. Age du Bronze final - Fouilles
l'Université de Rennes 1, 2 vol., 514 p.
J.-P. Pautreau.
MAITAY Ch. et MARCHADIER E. (2007) - Les productions céramiques du premier âge du 3. Figurine zoomorphe. Céramique. Age du Bronze final -
Fer dans le Centre-Ouest. In : Bertrand et Maguer (dir.), De terre et de pierre. Les Gaulois
Fouilles J.-P. Pautreau. Longueur : 34 mm.
entre Loire et Dordogne, Catalogue de l'exposition présentée par les musées de la Ville
de Chauvigny. Chauvigny, Association des publications chauvinoises (Mémoire, XXX), p. 4. Jatte à pied. Céramique. Décor peint au graphite. Premier
43-45, 3 fig. âge du Fer.
PAUTREAU J.-P. et MAITAY Ch. (2007) - L'éperon barré du Camp Allaric, à Aslonnes 5. Lampe. Céramique. Premier âge du Fer - Fouilles J.-P. Pau-
(Vienne). Trente années de recherche. In : Un siècle de construction du discours scientifi- treau.
que en Préhistoire. Actes du 26e Congrès Préhistorique de France. Centenaire de la SPF 6. Bracelet. Décor de triangles incisés. Lignite. Premier âge du
(Avignon-Bonnieux, 20-25 septembre 2004), vol. II, p. 359-369, 10 fig. Fer - Fouilles J.-P. Pautreau.

7
Les carnets des musées

„ Le chantier des collections

Le socleur au travail… Avant que l'exposition Re-naissances ne se termine, je


souhaiterais revenir sur sa préparation, qui constitua un
moment fort au musée au printemps de cette année. Il
s'agissait de présenter au public une série d'objets d'épo-
ques très différentes, de matériaux variés, et récemment
restaurés. Au travail scientifique de très haute tenue
effectué par les conservateurs du musée, Catherine
Buret, Anne Péan et Dominique Simon-Hiernard, a
succédé la phase de mise en scène, ou de mise en espace,
de ces objets si précieux.
Le musée Sainte-Croix a fait appel à un socleur. Ce tra-
vail de soclage, qui a pris ces dernières années une
grande importance dans la relecture et la restructuration
des musées de France, permet de prendre en compte la
présentation matérielle de l'objet, grâce à des supports
spécifiques, sur mesure, réalisés en matériaux neutres.
Les conditions environnementales influent souvent sur
la conservation des œuvres, et on ne saurait se montrer
trop vigilant à ce sujet. Le but est d'exposer, tout en
conservant. C'est non seulement le support de l'objet,
mais aussi la lumière qui l'éclaire, et les conditions cli-
matiques dans la vitrine, qui doivent être étudiés.
Durant plusieurs semaines, Luc Umbauer est intervenu
au musée, avec une compétence qu'il convient ici de
saluer à juste titre. Le travail extrêmement précis qu'il a
accompli, l'élégance des supports qu'il a créés et qui,
pour la plupart, s'effacent pour ne mettre en valeur que
l'objet qu'ils soutiennent, ont apporté à cette exposition
une valeur exemplaire.
Depuis plusieurs années, on parle à Poitiers de la restruc-
turation du musée. En organisant cette exposition, en
apportant tant de soins dans sa réalisation matérielle, le
public a pu apprécier ce que pourrait être le résultat de
la restructuration envisagée. Faire du musée Sainte-
Croix un haut lieu d'érudition, certes, mais aussi un lieu
d'émotions et d'échanges.

Yves Bourel
Conservateur en chef des musées de Poitiers

8
„ Vie des musées

Le métier de régisseur

Le métier de régisseur est un des derniers métiers sont pas exposées en


qui soit apparu au sein du monde muséal. Il s’est salles du musée. Ces
affirmé et confirmé vers la fin des années 90 en se lieux doivent répon-
développant dans de nombreux musées. La recon- dre à des normes de
naissance de la professionnalisation de la fonction conservation et de
de régisseur est désormais bien acquise. sécurité très précises
Le régisseur est le personnage au carrefour de tous que le régisseur va
les métiers muséaux en établissant le lien entre l’ob- observer : il doit y
jet et les professionnels internes ou externes au avoir un climat et une
musée. Son objectif est de veiller à la bonne conser- hygrométrie adaptés à
vation de l’objet dans toutes ses diverses activités. la conservation des Transporteurs d’art mettant en place
un chapiteau sur son socle.
Son activité de gestion des collections permanentes objets voire adaptés à
du musée l’amène à participer à l’inventaire des col- chaque catégorie d’objets.
lections, à son informatisation et au récolement des Le rangement des objets en réserve et leur condi-
œuvres. Il travaille directement sur l’objet : dépous- tionnement à l’aide de matériaux appropriés sont
siérage des œuvres (premier geste de conservation à la charge du régisseur. Il inspecte régulièrement
préventive des œuvres), marquage des œuvres de les réserves afin de vérifier que les objets ne subis-
leur numéro d’inventaire et inspection régulière- sent aucun dégât.
ment des œuvres afin de constater leur état de Les mouvements d’œuvres des collections perma-
conservation. Il doit être capable de repérer les nentes, des réserves et des prêts sont du ressort du
dégâts sur tous les types de matériaux constituant régisseur. Il établit la procédure du parcours de
les objets : métal, bois, céramique pierre, peinture, l’objet du début à la fin : appel d’offre aux trans-
textile, plume, poil, corne, os, papier, etc… porteurs d’art, suivi de l’emballage, convoiement
Le régisseur est le « maître » des réserves qui sont de l’objet puis déballage et mise en vitrine.
le lieu où sont conservées toutes les œuvres qui ne Il assiste aux montages et démontages des exposi-
tions temporaires et permanentes afin de veiller à
la présentation dans les meilleures conditions de
conservation des œuvres.
De façon générale, le régisseur est responsable de
la conservation préventive. Il a un rôle d’interface
avec toute personne qui souhaite consulter une
œuvre : personnel du musée, public, restaurateur,
encadreur, socleur, transporteur d’art…
Pour plus de renseignements, voir le site de l’Asso-
ciation Française des Régisseurs d’Œuvres d’Art :
http://www.afroa.fr

Conditionnement d’objets dans du Tyvek sur de la mousse de Nathalie LOUIS


polyéthylène. Dessous, billes de Prosorb absorbant l’humidité. Régisseur d’œuvres aux musées de Poitiers

9
„ Histoire de l’art

Les Mystères de la vie du Christ


de l’abbaye Sainte-Croix

cent ainsi à la frontière entre réalisant des vitraux et des


deux mondes opposés, protes- armoiries. Sa renommée dans
tant et catholique. ce domaine s’étendit même à la
cour de Danemark : vers 1620,
Un peintre hollandais méconnu il reçut commande des cartons
La Crucifixion, huile sur cuivre, Les sujets choisis représentent des vitraux de l’oratoire royal
monogrammé et daté 1629. des épisodes de la vie du du château de Frederiksbörg,
Christ, hormis Le sacrifice pour lequel il livra cent huit
A la Révolution, la saisie des d’Abraham qui préfigure la Cru- dessins, aujourd’hui disparus,
biens du clergé fit entrer au cifixion ; ils constituent donc tout comme les vitraux.
« Museum » créé en 1793 à Poi- un cycle consacré aux Mystères Les tableaux de Sainte-Croix
tiers, trente-six tableaux prove- de la vie du Christ. révèlent un artiste aimant le
nant de l’abbaye Sainte-Croix, L’attribution de vingt d’entre travail en pâte, choisissant des
vingt-huit peints sur cuivre et eux à Everard Quirijnz. van der coloris lumineux dans une
huit sur bois. Restitués à la Maes s’appuie sur la signature palette contrastée. La composi-
communauté des « Dames de la et le monogramme de l’artiste, tion, au dessin parfois hésitant,
Charité » en 1808, on n’en apposés sur onze oeuvres. De témoigne d’un héritage manié-
dénombrait plus que vingt-neuf plus, huit portent des dates riste qu’on décèle notamment
en 1965 lorsque les religieuses, écrites, qui s’échelonnent dans les personnages massés au
déménageant à La Cossonière, entre 1618 et 1632. premier plan. Les apports
les remirent au musée munici- Maes était né à La Haye en contemporains de la Réforme
pal, sauf trois qu’elles conser- 1577, dans une famille de pein- catholique sont sensibles dans
vent à titre de dépôt. tres verriers. Il aurait été le choix de sujets clairement
Leur importance historique et l’élève de Karel van Mander, identifiables, disposés en regis-
leur qualité esthétique n’ont artiste surtout connu par son tres distincts. Les fonds de pay-
été soulignées que tardivement ouvrage consacré aux peintres sage et les intérieurs qui ser-
car, installés à l’intérieur de la nordiques contemporains, Het vent de cadre aux épisodes
clôture du couvent, ils Schilderboek, publié en 1604. décrits inscrivent l’art de Maes
n’étaient pas visibles du public. On sait qu’il se rendit à Rome ; dans la tradition hollandaise.
Jean-Marie Moulin, conserva- il était rentré dans sa ville
teur des musées de Poitiers, a natale avant 1604, date à Cadeau personnel d’un prince
pu en attribuer vingt à un pein- laquelle il appartenait déjà à la protestant ?
tre hollandais, Everard Qui- confrérie de Saint-Luc, et sem- Les vingt tableaux peints sur
rijnz. van der Maes, actif dans ble y avoir poursuivi sa carrière cuivre par Van der Maes sont
la première moitié du XVIIe jusqu’à sa mort en 1656. Il tra- vraisemblablement arrivés à
siècle1. Ils auraient été offerts à vailla à plusieurs reprises pour Poitiers pendant l’abbatiat de
l’abbesse Flandrine de Nassau, la municipalité et pour les Flandrine de Nassau, qui suc-
dans les années 1630, et se pla- Etats-Généraux de Hollande, céda à sa tante Jeanne de Bour-
bon en 1604 et dirigea le cou-
1
Jean-Marie MOULIN, « Les Mystères de la vie du Christ d’Everard Quirijnz. van der Maes », La Revue du
10 Louvre et des musées de France, 1970, n° 6, pp. 351-366.
vent jusqu’à sa mort en 1640. Restaurations anciennes
Née en 1579 du mariage de et futures
Guillaume d’Orange-Nassau Les supports en cuivre des
dit « le Taciturne » et de sa tableaux ont été rognés à une
troisième épouse Charlotte de date inconnue, peut-être lors de
Bourbon, elle avait été élevée leur arrivée au couvent, proba-
en France par sa tante, et avait blement pour les adapter à un
abjuré la religion calviniste en encadrement (boiseries ?) dans
1588. Malgré la rupture offi- le chœur de l’église où ils étaient
cielle de toute relation avec sa présents jusqu’à la Révolution.
famille paternelle pour des Quelques décennies plus tard, ils
Le Repas d'Emmaüs, huile sur cuivre,
motifs religieux, elle aurait furent placés dans des cadres en signé E MAES.
toutefois gardé des contacts bois doré qu’on peut dater du
personnels avec elle ; la tradi- règne de Louis XIV ; il fallut
tion veut que les tableaux des alors les agrandir au format des
Mystères de la vie du Christ lui nouveaux cadres qu’ils ont,
aient été envoyés par son pour la plupart, conservé
demi-frère, Frédéric-Henri de jusqu’à nos jours.
Nassau, prince d’Orange, sta- Ces opérations successives ont
thouder de Hollande de 1625 à laissé des traces, tandis que la
sa mort en 1647. couche picturale, par ailleurs,
Aux tableaux de Van der Maes subissait un vieillissement impor-
s’ajoutent six compositions tant : on déplore des dégrada-
anonymes ou attribuées à des tions sur un certain nombre de
peintres des Pays-Bas du Nord compositions, encrassement pro-
et du Sud de la fin du XVIe et fond, chancis, lacunes et soulève-
du début du XVIIe siècle, deux ments… Sept ont pu être restau-
autres qui pourraient être dues à rées dans les années 1970.
des peintres poitevins contem- La programmation scientifique
porains, et enfin une dernière des collections en cours d’éla-
sans doute adjointe au cycle boration fait naturellement Le Sacrifice d'Abraham, huile sur
après la mort de Flandrine. une place à ce cycle dans le cuivre, monogrammé et daté 1632.
Cadeau spontané ou com- parcours du musée après réno-
mande de l’abbesse, la question vation. Cette future présenta- agrandissements des supports,
reste ouverte ; l’intention sem- tion implique de reprendre les qui apparaissent aujourd’hui
ble claire toutefois de réunir un restaurations de l’ensemble, totalement désaccordés. La
cycle iconographique cohé- opérations qui seront menées réponse sera élaborée en concer-
rent, peut-être autour d’un dans les années à venir. tation entre les professionnels de
noyau initial composé des En plus des interventions néces- la conservation et de la restaura-
œuvres disparates dues à des saires sur les peintures, se posera tion, en considération de l’inté-
mains différentes, qui se serait alors la question des encadre- rêt historique et esthétique à la
étoffé au fil des commandes ments : la série des cadres dont fois des œuvres et de leurs cadres.
passées à Van der Maes entre on dispose, homogène et histori-
1618 et 1632. que, implique de traiter les A.P.

11
„ Archéologie

Grappes de raisin en verre


soufflé moulé du Poitou
Les musées des Poitiers conser- attestées à Bessines (79)
vent une collection de verres ou à Saintes, ces verres
d'époque romaine remarquable présentent des varian-
au sein des collections publi- tes permettant de dis-
ques de France. Issus pour l'es- tinguer parmi les pro-
sentiel du fonds de la Société ductions de la fin du IIe
des Antiquaires de l'Ouest, ils et du IIIe siècle, des grap-
proviennent de fouilles menées pes à gros grains à anses, en
en Poitou au XIXe siècle. verre épais, des petites grappes
Parmi ces verres, des flacons en à grains fins dotées d'anses, en Flacon
forme de grappe de raisin verre mince parfois ornées en forme
retiennent l'attention. Ils d'une feuille de vigne. Sauf de grappe
seront présentés dans l'exposi- exception, elles ont été décou- de raisin.
Poitiers,
tion organisée par l'Associa- vertes en contexte funéraire.
Le Porteau :
tion Française pour l'Archéo- Les trois variantes sont présen- tombe d’enfant
logie du Verre et l'Institut tes à Poitiers dans la nécropole d’époque romaine - verre soufflé.
Royal du Patrimoine Artisti- des Dunes, dans celle de Blos- 2nd moitié du IIe s.- début du IIIe s.
que de Bruxelles et au colloque sac, dans une tombe du Por-
international sur les verres teau. Le cimetière des Dunes, à
soufflés moulés depuis l'Anti- lui seul, livra une quinzaine de par une urne en verre. L'ab-
quité jusqu'à l'époque ces verreries réparties dans six sence d'analyses ne permet pas
moderne, qui se tiendra en tombes (musées de Poitiers et de préciser le contenu de ces
octobre 2008 à Bruxelles et Saint-Germain-en-Laye). On flacons, même si parfois le
Namur. en relève quatre dans le dépôt contexte des découvertes
Ces vases sont bien attestés en d'offrandes en verre qui accom- plaide en faveur d'une utilisa-
Rhénanie, considérés générale- pagne une tombe d'enfant. tion pour les soins du corps.
ment comme des productions Cinq spécimens sont réunis Une tombe de femme récem-
de Cologne. Il n'est pas exclu, dans une autre tombe, mis en ment fouillée à Poitiers aux
cependant, que d'autres cen- place après qu'eut lieu l'inciné- Dunes associe, en effet, deux
tres de fabrication aient existé ration. Exceptionnellement ce de ces verres à du flaconnage
ailleurs, en Gaule par exemple, verre est disposé sur le bûcher de toilette.
comme semble l'indiquer la funéraire. C'est encore dans On s'est depuis longtemps éga-
relative abondance de ces ver- des tombes qu'on les rencontre lement interrogé sur la valeur
res dans le centre-ouest de la à Bouillé-Courdault (85), à symbolique de ces grappes en
France et particulièrement à Celles-sur-Belle (79), à Sain- gardant à l'esprit le rôle des
Poitiers. tes, à L'Houmeau (17), ou à libations de vin dans le rituel
Bien différents des très petites Angers. A Lignac (36), ce fla- funéraire antique.
grappes dépourvues d'anses con était mêlé aux cendres
connues au Ier siècle à Pompéi, d'une incinération protégée DSH

12
„ Mouvements d’œuvres

Les musées de la Ville de Poitiers constituent le • Flacon en forme de grappe de raisin. Poitiers,
premier ensemble muséal de la région Poitou- nécropole romaine des Dunes - verre soufflé
Charentes pour leur richesse patrimoniale. Les 2nd moitié du IIe s.- début du IIIe s.
collections Beaux-Arts – peinture, sculpture, Flacon en forme de grappe de raisin. Poitiers, Le
dessin, arts décoratifs – celles d’archéologie ou Porteau : tombe d’enfant d’époque romaine - verre
d’histoire régionale sont régulièrement sollicitées soufflé. 2nd moitié du IIe s.- début du IIIe s.
pour des prêts à de nombreuses expositions en Exposition « Le verre soufflé dans un moule
France et à l’étranger. depuis l’époque romaine jusqu’aux temps moder-
nes », à l’Espace Archéologique Saint-Pierre de
Namur (Belgique) du 15 septembre 2008 au 15
janvier 2009.

Musée Sainte-Croix • Trésor monétaire antique de Soulièvres,


Airvault ; un vase en céramique du trésor de
• Louis Gauffier, Ulysse et Nausicaa (1798), Le Vouillé ; deux creusets et deux fragments de creu-
repos de la sainte Famille avant le départ en Egypte set de l’atelier monnétaire de Montreuil-Bonin ;
(1792) - huiles sur toile. deux monnaies gauloises en bronze de Bessac,
Exposition « Thomas Hope : Regency Designer Niort : six monnaies royales françaises en or.
and collector » au Bard Graduate Center de New- Exposition « Argent caché... argent retrouvé.
York (U.S.A.) du 17 juillet au 16 novembre 2008. Les trésors monétaires découverts en Deux-
Sèvres », au musée Henri Barré de Thouars
• Albert Marquet, La plage des sables d’Olonne au (Deux-Sèvres) du 17 mai au 30 novembre 2008.
remblai quadrillé (1933) - huile sur toile.
Exposition « Albert Marquet, itinéraires mariti-
mes » au musée national de la Marine (Paris) du
4 octobre 2008 au 2 février 2009

• François Edmé Ricois, Paysage, vue de Paris


(1827) - huile sur toile.
Exposition « Les paysages de François Edmé
Ricois (1795-1881) » au musée des Beaux-Arts
et d’Histoire Naturelle de Châteaudun (Eure-et-
Loire) du 24 mai au 22 septembre 2008.

• Eugène Fromentin, une Fantasia, Algérie (1869)


- huile sur toile.
Exposition « Le Salon parisien au XIXe siècle »
au Gemeentemuseum de La Haye (Pays-Bas) du
4 octobre 2008 au 1er février 2009.

François Edmé Ricois, Paysage, vue de Paris (1827),


huile sur toile.

13
Les rendez-vous des musées A fleur de pinceaux
Q Du 6 octobre au 26 janvier - musée Sainte-Croix
Présentation des réalisations plastiques réalisées par les
Les Journées du Patrimoine patients de l’atelier d’art thérapie de l’hôpital de jour de
Nieuil-l’Espoir (C.H.L.), dans le cadre d’une rencontre de
Samedi 20 et dimanche 21 septembre
deux années avec les musées de la Ville, autour d’un projet cul-
dans les musées de la Ville. Entrée libre. turel et thérapeutique sur la perception de l’art, enrichissant
ainsi la créativité et la socialisation des participants.
Musée Sainte-Croix
„ Samedi Les Musicales du mardi - Entrée libre
11h : Le drame dans l’œuvre peinte au XIXe s. par Q Mardi 25 novembre à 12h30 - musée Sainte-Croix
Sophie Bozier, guide-conférencière. Concerts interprétés par les élèves du Conservatoire National
14h : Coup de théâtre dans la peinture du XIXe s. de Région parmi les collections du musée. Durée : env. 30 mn.
par Sophie Bozier, guide-conférencière.
15h : La Préhistoire par Claudine Gautier, animatrice. Les films documentaires
16h : Plaisirs et loisirs dans l’antiquité gallo-romaine Auditorium - Entrée libre
par Gaëlle Buffet, animatrice. Q Mardi 14 octobre à 12h30 : Le peintre et le poète : Delacroix

De 14h à 18h : présentation du travail de taille de et Baudelaire (1959, 19’, couleur).


pierre par les Compagnons du Devoir (cour du musée). Réalisation : Georges Régnier. L’œuvre d’Eugène Delacroix est
„ Dimanche présenté à travers les textes de Charles Baudelaire
11h : L’Histoire régionale dans les Beaux-Arts par Q Mardi 18 novembre à 12h30 : Pierre Puvis de Chavanne ou
Monique Béraud, guide-conférencière la Nostalgie de l’idéal (1995, 26’, couleur).
14h : Trésors de l’architecture médiévale par Mélanie Réalisation : Jean-Marie Lantez. Consacré aux six grandes com-
Sachon, animatrice. positions que Puvis de Chavanne a réalisées sur les murs du
15h : Plaisirs et loisirs dans l’antiquité gallo-romaine musée de Picardie à Amiens entre 1861 et 1882, ce film pose
par Gaëlle Buffet, animatrice. un regard nouveau sur l’art d’un peintre devenu porte-parole
16h : La Préhistoire par Claudine Gautier, animatrice. des valeurs officielles de son temps.
De 14h à 18h : présentation du travail de taille de Q Mercredi 26 novembre à 18h : Pablo Picasso peintre (1981,
pierre par les Compagnons du Devoir (cour du musée). 79’, couleur).
Réalisation : Frédéric Rossif. L’hommage de Frédéric Rossif à
Musée Rupert-de-Chièvres Pablo Picasso retraçant sa vie et sa création, la présentation du
Groupes limités à 17 pers. : réservation possible au 05.49.41.42.21. musée d’Antibes, des interviews d’Hartung, de Miro et
„ Samedi d’Edouard Pignon...
14h, 16h : Porcelaines et faïences du XVI au XIXe s. Q Mercredi 10 décembre à 18h : Le temps des chasseurs solu-
par Daniel Clauzier, guide-conférencier. tréens (1999, 52’, couleur).
15h : Rideau ! théâtralité dans l’œuvre peinte des Réalisation : Pascal Magontier. Que peut-on dire et faire à partir
XVIIe et XVIIIe s. par Daniel Clauzier, des débris de silex découverts dans une petite grotte à Combe-
guide-conférencier. Saunière (Périgord) datant de 20 000 ans ? De la fabrication de
„ Dimanche pointe à leur mode d’utilisation, aux circonstances de leur
11h, 14h : Le mobilier des XVIIe et XVIIIe s ., par abandon… Prix du meilleur film d’archéologie expérimentale
Thierry Billy, animateur. au Festival International du Film d’Archéologie Icronos 2000.
15h : Rideau ! théâtralité dans l’œuvre peinte des Q Mardi 16 décembre à 12h30 : Le trésor de Boscoréale - art
XVIIe et XVIIIe s. par Daniel Clauzier, guide- romain (1983, 13’, couleur).
conférencier. Réalisation : François Baratte. Cachée dans la citerne à vin d’un
16h : Porcelaines et faïences du XVI au XIXe s. par riche domaine agricole lors de l’éruption du Vésuve en l’an 79,
Daniel Clauzier, guide-conférencier. la vaisselle d’argent du trésor de Boscoréale témoigne du faste
et de l’art de la table romains.

14
Les expressifs en partenariat avec Poitiers Jeunes Animations
Q Du mercredi 1er au samedi 4 octobre
Cour du musée Rupert-de-Chièvres - Entrée libre Les ateliers-jeux des vacances
Retrouvez le programme des vacances de la Toussaint et de
Circuit en partenariat avec le Confort Moderne Noël, à partir de septembre (sur brochure et sur le site des
Q Samedi 8 novembre à 17h - Auditorium musée Sainte-Croix musées www. musees-poitiers.org)

Conférence En avant la zizique en partenariat avec l’Orchestre Poitou-Charentes.


Auditorium du musée Sainte-Croix - Entrée libre Q Pour les 3-6 ans, musée Rupert-de-Chièvres, de 10h à 11h :
Q Jeudi 18 décembre à 18h : De la fouille au musée. Histoire Découverte de quelques œuvres du musée représentant des
et mise en valeur des collections archéologiques du Camp instruments de musique, et manipulation d’instruments avec
Allaric, à Aslonnes (Vienne) par Christophe Maitay Claudine Gautier, animatrice, et Cécile Tréhu, musicienne.
Dans le cadre de l’exposition « Feux de Camp », seront présen- Accompagnement obligatoire d’un adulte. Limité à un groupe
tés les résultats des fouilles archéologiques du Camp Allaric, à de 16 personnes.
Aslonnes (Vienne), en insistant sur les objets qui y ont été • Mercredi 24 septembre, mercredi 22 octobre, mercredi
exhumés. Les travaux menés sur ce site depuis une trentaine 26 novembre.
d’années et les campagnes de restauration du mobilier enga-
gées fournissent aujourd’hui l’une des collections protohistori- Q Pour les 7-9 ans, musée Sainte-Croix, de 9h30 à 11h30 :
ques les plus exceptionnelles de l’ouest de la France. Découverte de tableaux et sculptures du musée avec des instru-
ments de musique, en compagnie de Claudine Gautier, anima-
trice, et Jean-Baptiste Pelletier, musicien. Animation pour tous :
Pour le jeune public aucune formation musicale n’est nécessaire.
• Mercredi 8 octobre, mercredi 19 novembre, mercredi 10
Spectacle enfants : décembre.

Conturlures Danse avec les petits loups


Auditorium du musée Sainte-Croix musée Sainte-Croix, de 15h à 16h30
Il est une fois un conteur (Bertrand Foly) Découverte des œuvres sculptées du musée en compagnie de
et un peintre (Edith Henry) qui décident Mélanie Sachon, animatrice, et Lise-Marie Hélène, danseuse.
de mettre en peinture des histoires pui- Seuls ou à plusieurs, les enfants sont entraînés dans une ges-
Conturlures sées dans la tradition de pays des quatre tuelle et une ronde qui leur fera comprendre de manière ludi-
Modelage argile coins du monde. La langue peint les que et dansée la sculpture dans toute son expressivité. Deux
©
Christian Mathieu
aventures que le pinceau dépeint… animations sont proposées : sur le thème du vent, de la bise à
Durée : 45 mn. la tempête, et sur le thème des mains qui ont tant de choses à
Q Samedi 27 décembre à 16h30 pour les 4-6 ans : « Petit raconter… séances qui sont suivies d’un goûter.
Pierre » tous les matins, Petit Pierre se réveille dans son lit Q Pour les 6-8 ans :
mais jamais au même endroit… ; « Moitié Claire » une petite • Samedi 4 octobre : Quand souffle le vent
fille se met en deux pour secourir son ami l’oiseau, égaré dans • Samedi 6 décembre : Quand parlent les mains
un parc mystérieux. Q Pour les 8-10 ans :
Q Dimanche 28 décembre à 15h pour les 6-8 ans : « Jean de • Samedi 18 octobre : Quand souffle le vent
Calais » est un brave jeune homme mais qui a un peu trop • Samedi 13 décembre : Quand parlent les mains
« Les deux frè-
tendance à dilapider la fortune familiale… ;
res » deux montagnes d’argile, deviennent deux frères en Ateliers au musée Sainte-Croix limités à 12 enfants.
route pour faire fortune… Ateliers au musée Rupert-de-Chièvres limités à 8 enfants.
Tarif : 4 € par enfant (adulte accompagnant gratuit). Places Tarif : 2.70 € / enfant de Poitiers / atelier
limitées : réservation au 05-49-41-07-53 / annick.porche- 4 € / enfant hors Poitiers / atelier
ron@mairie-poitiers.fr

15
Les visites commentées
Q Dimanche 5 octobre à 15h Q Dimanche 26 octobre à 15h
Musée Sainte-Croix Musée Sainte-Croix
Ophélia de Léopold Burthe L’enfance dans la Gaule
(1852), par Sophie Bozier, romaine, par Claudine Gautier,
guide-conférencière, accompa- animatrice
gnée d’une lecture d’extraits
de l’œuvre de Shakespeare Q Dimanche 2 novembre à 15h
Hamlet par Wendy Boucher, Musée Rupert-de-Chièvres
comédienne Faïences et porcelaines du XV
au XIXe s., par Daniel Clau-
Q Mardi 7 octobre à 18h zier, guide-conférencier
Musée Sainte-Croix
Le regard dans l’œuvre, par Q Mardi 4 novembre à 18h
Françoise d’Argenson, guide- Musée Sainte-Croix
conférencière L’art dans la mort, par Fran-
Les visites sont conduites par çoise d’Argenson, guide-confé-
des guides-conférenciers, Q Dimanche 12 octobre à 15h rencière
spécialistes du domaine Musée Sainte-Croix
abordé, ou par les conserva- Le Poitou dans les Beaux-Arts, Q Dimanche 9 novembre à 15h
teurs des musées. par Monique Béraud, guide- Musée Rupert-de-Chièvres
conférencière Le nu dans l'art au XIXe siècle,
par Sophie Bozier, guide-
Visite traduite Q Dimanche 19 octobre à 15h conférencière
en langue des signes Musée Sainte-Croix
Moyen Age : histoire(s) de saint Q Dimanche 16 novembre à 15h
Hilaire, par Mélanie Sachon, Musée Sainte-Croix
Tarif des visites commentées animatrice La femme dans l’Antiquité, par
(en sus du tarif d’entrée sauf Gaëlle Buffet, animatrice
mardi et 1er dimanche du mois)

Adultes : 3,70 €
Abonnés, SAM, SAO : 2,70 €
Jeunes - de 18 ans : gratuit
Rmistes, handicapés (sur présentation
d’un justificatif), personnes non imposa-
bles, demandeurs d’emploi inscrits à
l’ANPE et non indemnisés, bénéficiaires
de la carte "Bourse spectacle" : 1,50 €

Ophélia de Léopold Burthe (1852)

16
Semaine d’accueil des étudiants
(en collaboration avec le Service jeunesse - Vie étudiante)

Du lundi 6 au samedi 11 octobre à 16h

Q Lundi : visite commentée au musée Sainte-Croix

Les collections de Préhistoire


par Claudine Gautier, animatrice

Q Mardi : visite commentée au musée Sainte-Croix

Auguste Rodin et Camille Claudel


par Sophie Bozier, guide-conférencière

Q Mercredi : visite commentée au musée Sainte-Croix

Découverte de l’œuvre de François Nautré « Le siège


de Poitiers en 1569 » (1619)
Tête féminine, Poitiers, 1er-IIe siècle ap. J.-C.
par Monique Béraud, guide-conférencière

Q Dimanche 23 novembre à 15h Q Jeudi : visite commentée au musée Rupert-de-Chièvres

Musée Sainte-Croix Présentation générale des collections


Fin du XIXe siècle, naissance de par Daniel Clauzier, guide-conférencier
l’art moderne, par Daniel Clau-
zier, guide-conférencier Q Vendredi : visite commentée au musée Sainte-Croix

Découverte du passé gallo-romain de Poitiers


Q Dimanche 30 novembre à 15h par Gaëlle Buffet, animatrice
Musée Sainte-Croix
Une heure, une œuvre : Q Samedi : visite commentée au musée Rupert-de-Chièvres

« Elie et veuve de Sarepta » de Présentation générale des collections en anglais


G. Lanfranco (1624-1625), par Daniel Clauzier, guide-conférencier
par Thierry Billy, animateur
Entrée et visite commentée ouverte à tous.
Q Mardi 2 décembre à 18h Tarif normal : entrée du musée (sauf gratuité du mardi) + visite com-
Musée Sainte-Croix mentée
Le siège de Poitiers de 1569… Gratuité pour les étudiants sur présentation d’un justificatif
de François Nautré (1619), par
Françoise d’Argenson, guide-
conférencière

Q Dimanche 7 décembre à 15h Q Dimanche 14 décembre à 15h Q Dimanche 21 décembre à 15h


Musée Sainte-Croix Musée Sainte-Croix Musée Sainte-Croix
Visite de l’exposition en Préhis- Tout feu tout flamme, par Auguste Rodin et Camille Clau-
toire sur le Camp Allaric, par Gaëlle Buffet, animatrice del, par Sophie Bozier, guide-
Claudine Gautier, animatrice conférencière

17
Les amis des Musées de Poitiers
La Société des Amis des Musées de couleurs. Fortement engagé d’un Voyages
Poitiers (S.A.M.P.) est une asso- côté en faveur d’un nouvel art alle-
ciation loi 1901 ouverte à tous. Ses mand qui s’affirmait alors dans le Q Samedi 4 octobre
activités sont réservées aux adhé- mouvement « die Brücke, le pont », sortie en Région (en car) :
rents à jour de leur cotisation la peinture de Nolde prendra son Cognac / Saint-Jean d’Angély
annuelle. Animée par une équipe premier essor au contact des fastes Visite de la ville de Saint-Jean
de bénévoles, elle permet à ses soirées insouciantes de Berlin, peu d’Angély le matin ainsi que du
adhérents de participer à de nom- après le tournant du siècle... musée de Cordeliers : unique col-
breuses activités (conférences, lection publique de France consa-
voyages, visites d’expositions…). Q Mardi 9 décembre à 18h crée aux expéditions lancées par
Elle contribue à l’achat d’œuvres L’objet et son lieu dans la nature Citroën en Afrique dans les années
destinées à enrichir les collections morte, de l’Antiquité à nos jours, 20. L’après-midi, découverte du
des musées de la ville. Elle participe par Etienne JOLLET profes- musée d’arts et d’histoire de
également financièrement à la res- seur de l’histoire de l’art Cognac avec une belle collection
tauration d’œuvres, à l’édition de moderne à l’Université de de peintures et d’arts décoratifs et
catalogues, mais aussi à des pro- Paris X Nanterre. visite du musée des arts du cognac.
grammes de recherche. Ses adhé- La nature morte est habituellement
rents bénéficient de la gratuité d’en- étudiée en mettant l’accent sur la Q Samedi 15 novembre - Paris : les
trée aux musées, et d’une réduction signification symbolique des objets expositions au Grand Palais (TGV)
sur le prix de vente des catalogues. représentés en rapport avec la tradi- • Emil Nolde (1867-1956) : la
tion du memento mori qui rappelle aux première rétrospective à Paris de
hommes qu’ils sont mortels. Mais on l’artiste avec soixante-dix peintures
Conférences peut aussi s’intéresser au rôle qu’y joue et une quarantaine d’aquarelles, de
Auditorium musée Sainte-Croix le lieu où les motifs prennent place, gravures et de dessins.
Q Mardi 14 octobre à 18h d’où ils viennent et où ils vont, ce qui • Picasso et les maîtres : tout
Nolde et l’expressionisme allemand, permet de constater dans l’histoire de au long de sa vie, Picasso s’inspira
par Corinne CHAMBARD la nature morte en Occident une suc- des chefs-d’œuvre de la grande
plasticienne diplômée de cession de quatre périodes : la pre- peinture. Ainsi en confrontant le
l’Ecole Supérieure Européenne mière, de l’Antiquité au Moyen Age, passé et le présent, cette exposition
du traitement de l’Image, (en correspondant à une réflexion sur le rend sensible malgré la rupture du
préambule à la visite de l’expo- lieu de l’objet, la seconde de la Renais- cubisme et les plus radicales expéri-
sition Nolde prévue à Paris le 15 sance au XVIIe siècle à la représenta- mentations formelles et stylistiques
novembre). tion de l’objet dans un monde naturel « picassiennes », la permanence de
Au début du XXe siècle, où naît en en cours de découverte, la troisième thèmes et de sujets entre peinture
Europe un art de peindre révolu- aux XVIIIe et XIXe caractérisée par le ancienne et moderne. L’exposition
tionnaire qui s’est appelé « l’art rôle qu’y joue la présence ou l’absence s’affirme comme une relecture
moderne », Emil Nolde s’impose de l’homme, et la quatrième au XXe majeure de l’histoire de la peinture.
comme le chef de file du courant siècle où la modernité s’exprime par
expressionniste allemand. Sa vie et une interrogation, héritée de l’histoire Q Mercredi 3 décembre - Paris (TGV)

son œuvre puisent leurs forces à de la nature morte, sur le lieu de l’art. • Le mystère et l’éclat, la col-
deux sources : la terre natale du lection de pastels du musée
peintre à la frontière germano- Tarif : 4 € plein tarif / 3 € adhé- d’Orsay : découverte de l’excep-
danoise, et ses voyages permanents rents SAMP / Gratuité pour les tionnelle collection de pastels réali-
qui nourriront l’œuvre de nouvelles étudiants et demandeurs d’emploi sées entre 1850 et 1914. dans l’his-

18
Les conférences de l’Ecole du Louvre
La Société des Amis des Musées de Poitiers, en collaboration avec le
musée de Poitiers, mettra en place, tous les lundis, à partir du mois de
janvier 2009 une série de conférences proposées par l’École du Lou-
vre. Ces conférences seront au nombre de cinq.

DANS LE SILENCE DU NORD :


la peinture hollandaise au XVIe siècle
Cycle thématique de 5 séances de 18 h 00 à 19 h 30 (durée 1h30)
Auditorium du musée Sainte-Croix, rue Paschal Lecoq

Libérée du joug espagnol et puissance navale sans égale pour plu-


sieurs. décennies, la Hollande s’engage, vers 1600, dans son Siècle
Odilon Redon, « Femme voilée debout »
d’Or. Elle fonde sa puissance sur un commerce pratiqué à l’échelle du
Musée d’Orsay - Paris globe, alors que ses vaisseaux explorent, puis exploitent les grandes
routes maritimes. C’est aussi un prodigieux foyer de culture : de ce
toire du pastel, le XIXe siècle aura pays fertile en « petits maîtres » jaillissent des artistes d’une trempe
été le temps de la renaissance et de exceptionnelle : Rembrandt, Vermeer, Ruisdael ou Hals.
la révolution permanente. Alors L’art hollandais emprunte alors des voies d’une surprenante variété.
que les générations qui suivent se Dans ce monde nourri d’apports exotiques, on s’est appliqué comme
détournent pour la plupart de ce nulle part ailleurs à transposer ce qui compose l’environnement le
médium et de ses charmes suspects, plus familier : la paix des intérieurs, les canaux des villes, la campagne
les romantiques et les premiers réa- aux ciels immenses ou la silencieuse splendeur des objets…
listes retrouvent sa pratique, avec
les œuvres de Puvis de Chavannes, Q Lundi 12 janvier 2009 : « Un miracle unique » introduction à l’histoire de
Millet, Manet ou Degas. Autour de la Hollande au XVIIe siècle, par David Mandrella, historien de l’art,
1850, le pastel revient en force… chargé d’études, INHA
• Giorgio de Chirico : Musée
d’Art Moderne de la Ville de Paris. Q Lundi 19 janvier 2009 : Rembrandt et ses élèves, par David Mandrella,
historien de l’art, chargé d’études, NHA

Q Lundi 26 janvier 2009 : Paysages, par David Mandela, historien de l’art,


Cotisation annuelle
chargé de cours, INHA
25 € individuels / 40 € couple
5 € étudiants
Q Lundi 2 février 2009 : Autour de Vermeer, par Emmanuel Stiller, histo-
Inscriptions et renseignements :
SAMP rien de l’art
3 bis, rue Jean-Jaurès - Poitiers
Tél : 05 49 41 34 93
(répondeur/enregistreur)
Q Lundi 9 février 2009 : Luxe et sérénité de la nature morte, par Emmanuel
Permanence le jeudi matin Stiller, chargé de cours et de travaux dirigés, Ecole du Louvre
(sauf pendant les vacances scolaires).

Information complémentaire : Tarif pour les 5 conférences : de 37,50 € plein tarif (tarif réduit de
www.musees-poitiers.org 22,50 € pour les jeunes de moins de 28 ans et RMI).
rubrique Les Amis des musées

19
Calendrier des activités culturelles des musées
Q Samedi 20 septembre dès 11h
Musées Sainte-Croix et Rupert-de-Chièvres
Les Journées du Patrimoine - Entrée libre
VISITE COMMENTÉE
Q Dimanche 21 septembre dès 11h
Musées Sainte-Croix et Rupert-de-Chièvres Q Dimanche 12 octobre à 15h | Musée Sainte-Croix
Les Journées du Patrimoine - Entrée libre VISITE COMMENTÉE
VISITE COMMENTÉE Le Poitou dans les Beaux-Arts
Q Mercredi 24 septembre à 10h Q Mardi 14 octobre | Auditorium musée Sainte-Croix
Musée Rupert-de-Chièvres - à 1 2 h 3 0 : FILM DOCUMENTAIRE
EN AVANT LA ZIZIQUE Entrée libre
Q Samedi 4 octobre - à 1 8 h : CONFÉRENCE
- à 15h | Musée Sainte-Croix Organisé par la Société des Amis des Musées
DANSE AVEC LES PETITS LOUPS Q Samedi 18 octobre à 15h | Musée Sainte-Croix
- SORTIE EN RÉGION EN CAR
DANSE AVEC LES PETITS LOUPS
Organisé par la Société des Amis des Musées
Q Dimanche 19 octobre à 15h | Musée Sainte-Croix
Q Dimanche 5 octobre à 15h | Musée Sainte-Croix VISITE COMMENTÉE
VISITE COMMENTÉE Moyen Age : histoire(s) de saint Hilaire
Ophélia de Léopold Burthe (1852) accompa-
gnée d’une lecture d’extraits de Hamlet Q Mercredi 22 octobre à 10h
Musée Rupert-de-Chièvres
Q Lundi 6 octobre à 16h | Musée Sainte-Croix EN AVANT LA ZIZIQUE
VISITE COMMENTÉE
Les collections de Préhistoire Q Dimanche 26 octobre à 15h | Musée Sainte-Croix
VISITE COMMENTÉE
Q Mardi 7 octobre | Musée Sainte-Croix L’enfance dans la Gaule romaine
VISITE COMMENTÉE
- à 1 6 h : Auguste Rodin et Camille Claudel Q Jeudi 2 novembre à 15h | Musée Rupert-de-Chièvres
- à 1 8 h : Le regard dans l’œuvre VISITE COMMENTÉE
Faïences et porcelaines du XV au XIXe siècle
Q Mercredi 8 octobre | Musée Sainte-Croix
- à 9 h 3 0 : EN AVANT LA ZIZIQUE Q Mardi 4 novembre à 18h | Musée Sainte-Croix
- à 1 6 h : VISITE COMMENTÉE VISITE COMMENTÉE
Le siège de Poitiers de 1569... de François Nau- L’art dans la mort
tré (1619) Q Samedi 8 novembre à 17h
Q Jeudi 9 octobre à 16h | Musée Rupert-de-Chièvres Auditorium musée Sainte-Croix
VISITE COMMENTÉE CIRCUIT
Présentation générale des collections Q Dimanche 9 novembre
Q Vendredi 10 octobre à 16h | Musée Sainte-Croix - à 15h | Musée Rupert-de-Chièvres
VISITE COMMENTÉE VISITE COMMENTÉE
Découverte du passé gallo-romain de Poitiers Le nu dans l’art au XIXe siècle
- Musée Sainte-Croix
Q Samedi 11 octobre à 16h | Musée Rupert-de-Chièvres Fin de l’exposition Re-naissances
VISITE COMMENTÉE
Présentation générale des collections en anglais Q Samedi 15 novembre
VOYAGE À PARIS : EXPOSITIONS
AU GRAND PALAIS
Organisé par la Société des Amis des Musées
Q Dimanche 16 novembre à 15h | Musée Sainte-Croix
VISITE COMMENTÉE
La femme dans l’Antiquité
20
Q Mardi 18 novembre à 12h30
Auditorium musée Sainte-Croix
FILM DOCUMENTAIRE - Entrée libre
Q Mercredi 19 novembre à 9h30
Musée Sainte-Croix
EN AVANT LA ZIZIQUE Q Samedi 13 décembre à 15h | Musée Sainte-Croix
Q Dimanche 23 novembre à 15h | Musée Sainte-Croix DANSE AVEC LES PETITS LOUPS
VISITE COMMENTÉE Q Dimanche 14 décembre à 15h | Musée Sainte-Croix
Fin du XIXe siècle, naissance de l’art moderne VISITE COMMENTÉE
Q Mardi 25 novembre à 12h30 | Musée Sainte-Croix Tout feu tout flamme
CONCERT - Entrée libre Q Mardi 16 décembre à 12h30
Q Mercredi 26 novembre Auditorium musée Sainte-Croix
- à 10h | Musée Rupert-de-Chièvres FILM DOCUMENTAIRE - Entrée libre
EN AVANT LA ZIZIQUE Q Jeudi 18 décembre à 18h
- à 18h | Auditorium musée Sainte-Croix
Auditorium musée Sainte-Croix
FILM DOCUMENTAIRE - Entrée libre CONFÉRENCE - Entrée libre
Q Dimanche 30 novembre à 15h | Musée Sainte-Croix De la fouille au musée par Ch. Maitay
VISITE COMMENTÉE Q Dimanche 21 décembre à 15h | Musée Sainte-Croix
1 heure, 1 œuvre : «Elie et veuve de Sarepta» VISITE COMMENTÉE
de G. Lanfranco (1624-1625) Auguste Rodin et Camille Claudel
Q Mardi 2 décembre à 18h | Musée Sainte-Croix Q Samedi 27 décembre à 16h30
VISITE COMMENTÉE Auditorium musée Sainte-Croix
Le siège de Poitiers de 1569... de François Nau- CONTURLURES (4-6 ans)
tré (1619)
Q Dimanche 28 décembre à 15h
Q Mercredi 3 décembre Auditorium musée Sainte-Croix
VOYAGE À PARIS CONTURLURES (6-8 ans)
Organisé par la Société des Amis des Musées
Q Lundi 12 janvier à 18h | Auditorium musée Sainte-Croix
Q Samedi 6 décembre à 15h | Musée Sainte-Croix CONFÉRENCE
DANSE AVEC LES PETITS LOUPS Un miracle unique, introduction à l’histoire de la
Q Dimanche 7 décembre à 15h | Musée Sainte-Croix Hollande au XVIIe siècle
VISITE COMMENTÉE Q Lundi 19 janvier à 18h | Auditorium musée Sainte-Croix
Visite de l’exposition en Préhistoire sur le Camp CONFÉRENCE
Allaric Rembrandt et ses élèves
Q Mardi 9 décembre à 18h Q Lundi 26 janvier à 18h | Auditorium musée Sainte-Croix
CONFÉRENCE CONFÉRENCE
Organisé par la Société des Amis des Musées Paysages
Q Mercredi 10 décembre Q Lundi 2 février à 18h | Auditorium musée Sainte-Croix
- à 9h30 | Musée Sainte-Croix CONFÉRENCE
EN AVANT LA ZIZIQUE Autour de Vermeer
- à 18h | Auditorium musée Sainte-Croix
FILM DOCUMENTAIRE - Entrée libre Q Lundi 9 février à 18h | Auditorium musée Sainte-Croix
CONFÉRENCE
Luxe et sérénité de la nature morte

21
Horaires et tarifs
MUSÉE SAINTE-CROIX
MUSÉE RUPERT-DE-CHIÈVRES Tarifs d’entrée aux musées
Individuels : 3,70 € ; accès aux deux musées
Horaires du 1er octobre au 31 mai Groupes d’adultes : 2,70 € ; accès aux deux musées
lundi : 13h15-17h Gratuité : Moins de 18 ans, groupes scolaires, cen-
du mardi au vendredi : 10h-12h / 13h15-17h tres de loisirs, étudiants, guides-conférenciers et
samedi et dimanche : 14h-18h journalistes, enseignants en activité, membres
Journée continue : le mardi au musée Sainte-Croix S.A.O., amis des musées de Poitiers, Icom, adhé-
de 10h à 17h rents à la Maison des artistes, Rmistes, handicapés
(sur présentation d’une carte d’invalidité).

Horaires du 1er juin au 30 septembre


lundi : 13h15-18h Abonnez-vous
du mardi au vendredi : 10h-12h / 13h15-18h La carte d’abonnement est délivrée uniquement à
samedi et dimanche : 10h-12h / 14h-18h l’accueil du musée Sainte-Croix. Elle permet de
Nocturnes (juin, juillet, août) : le mardi au musée visiter librement les collections permanentes des
Sainte-Croix jusqu’à 20h, le jeudi au musée de musées, ainsi que les expositions temporaires, et
Chièvres jusqu’à 21 h. de bénéficier de tarifs réduits pour les visites com-
mentées. L’abonnement permet également de
Les musées sont fermés les jours fériés, sauf : recevoir le programme des activités des musées de
le 11 novembre, le jeudi de l’Ascension, la ville de Poitiers ainsi que les cartons d’invita-
le 14 juillet et le 15 août tion aux vernissages d’exposition et offre une
réduction sur la librairie. Il est valable pour une
année à partir de la date d’adhésion.
Journées de gratuité :
le mardi et le 1er dimanche de chaque mois.
Tarifs :
- Adultes : 11 €
- Etudiants et jeunes possédant la carte « Culture »,
HYPOGÉE DES DUNES Rmistes, handicapés (sur présentation d’un justifica-
Site archéologique d’époque mérovingienne, de tif), demandeurs d’emploi inscrits à l’ANPE non
renommée internationale, fermé au public par indemnisés, personnes non imposables, bénéficiaires
mesure conservatoire par arrêté municipal du de la carte « Bourse spectacle » : 1,50 €
5 octobre 1998. Première campagne de restaura- - Adultes inscrits aux ateliers de pratiques artisti-
tion prévue dès 2008. ques amateurs : 4 €

Actualités des musées de Poitiers


Directeur de la publication : Alain Claeys, Député-Maire de Poitiers
Rédacteur en chef : Yves Bourel
Rédaction : Yves Bourel, Catherine Buret, Anne Péan, Dominique Simon-Hiernard (équipe scientifique),
Nathalie Louis (régisseur), Stéphanie Coussay, Cécile Le Bourdonnec (service culturel)
Crédits photographiques : Christian Vignaud, musées de Poitiers sauf mention contraire
Réalisation : Médiagraphie - Poitiers
Dépôt légal : ISSN 1295 - 3563

22
L’œuvre en question

Plaque à décor marin


d'époque romaine
La Petite Guerche,
Leugny (Vienne)
Inv. S.A.O. 5992. ; h. 35 cm, l. 34 cm, ép. 5 cm

Réalisé dans un calcaire lithographique qui La prédilection pour ce thème s'observe à Poitiers
affleure sur les bords de la Vienne et de la Creuse, dans l'ornementation des thermes implantés
ce bas-relief a été trouvé par le Docteur Léveillé extra-muros (près de la nécropole romaine de La
en 1865, à Leugny, sur la rive gauche de la Vienne, Chauvine) et sur les ruines desquels s'installera au
parmi des ruines romaines. Le site (balnéaire ou Moyen Age l'abbaye Saint-Cyprien. Des dalles
sanctuaire) se trouve près d'une fontaine et d'une fragmentaires ornées de poissons, conservées au
chapelle Saint-Hilaire où la tradition orale fixe un musée, témoignent du soin porté à l'architecture.
pélerinage. pictonne. Les thermes de Saint-Germain étaient,
eux, recouverts d'enduits peints associés à des
La dalle a été cédée à la S.A.O. en 1925, par le incrustations de coquillages. La Bretagne voisine
musée du Grand Pressigny à qui Auguste Léveillé montre le même goût pour ces décors que maîtri-
l'avait offert. Finement sculptée, moulurée, elle est saient déjà mosaïstes et peintres. On retiendra,
ornée d'un monstre marin tourné à droite, enroulé parmi les dalles récemment inventoriées par
sur lui-même ; nageant à contresens, un poisson L. Langouet et L. Quesnel, les dauphins de Ces-
équilibre la scène. La sculpture datée du IIe-IIIe siè- son-Sevigné, les monstres marins d'Avenches, les
cle dévoile un cheval marin, monstre composé d'un monstres et dauphin de Plénée-Jugon, enfin les
poitrail, d'une tête de cheval et d'un corps ondulant monstres marins de Broons, comparables à celui de
terminé en queue de poisson. Cet hommage au dieu La Petite Guerche en Poitou. Ces motifs orne-
Neptune est présent dans nombre d'édifices de mentaux inspirés de l'art décoratif romain ont éga-
l'Empire : monstres marins, dauphins, poissons, lement su séduire les Pictons.
Néréïdes, Tritons animaient avec grâce le décor de
thermes et de bains jusqu'à l'Antiquité tardive. D.S.H.

POITIERS MUSÉE SAINTE-CROIX


sept.oct.nov.déc. 2008
POITIERS

MUSÉE RUPERT-DE-CHIÈVRES - 9, rue Victor Hugo - Tél. 05 49 41 42 21


MUSÉE SAINTE-CROIX - 3 bis, rue Jean Jaurès - Tél. 05 49 41 07 53
E-mail : musees@mairie-poitiers.fr
Internet : www.musees-poitiers.org
Médiagraphie - Poitiers

Vous aimerez peut-être aussi