Vous êtes sur la page 1sur 4

Reproduction interdite sauf autorisation - NaturaMundi 2008

Reproduction interdite sauf autorisation - NaturaMundi 2008 La lettre d’info du naturel Lettre d’information N°17 -

La lettre d’info du naturel

- NaturaMundi 2008 La lettre d’info du naturel Lettre d’information N°17 - Novembre 2008 Les

Lettre d’information N°17 - Novembre 2008

Les antidouleurs naturels… de la tête aux pieds

La douleur est angoissante. Lorsqu’elle survient, on ne sait jamais vraiment à quel moment elle s’évanouira. Dans de nombreux cas, elle nous taraudera pendant de longues années (voir page 4). La douleur s’accompagne en outre d’un cortège de conséquences psychologiques et sociales comme la dépression et l’isolement. Beaucoup de patients souffrant de douleurs chroniques se plaignent de l’ineffi- cacité des traitements qui leur sont proposés par la médecine allopathique et des effets secondaires qu’ils entraînent. Une autre voie est possible : les plantes mé- dicinales nous montrent un autre chemin.

L a douleur n’est pas nécessai- rement notre ennemie : elle

nous fait comprendre que le fonc- tionnement normal de l’organisme est altéré. L’intérêt de la diminu- tion de la douleur ne réside pas seulement dans le meilleur confort du patient. Tout thérapeute sait qu’un patient qui souffre moins est souvent, par voie de conséquence, moins malade. La douleur a un impact psychique : le mental du patient se dégrade, en particulier l’image qu’il a de lui-même. Elle a aussi un impact clinique : la mala- die se nourrit de la douleur qu’elle engendre. Elle sollicite l’organisme, augmente son stress, alimente l’in- flammation, épuise les sédatifs na- turels qu’il peut mettre en œuvre. Les dommages collatéraux qu’elle engendre ralentissent ou empê- che la guérison. Biensûr, soigner la douleur ne réduit pas la cause de la maladie mais en facilite la gestion. Tous les peuples, de toutes les ci- vilisations, ont, d’une manière ou d’une autre, pris conscience de la relation douleur/maladie et ont ainsi développé, à partir des plan- tes qui les entouraient, une impor- tante pharmacopée. Celle-ci était

1
1

Tous nos produits sont disponibles sur : www.naturamundi.com

Reproduction interdite sauf autorisation - NaturaMundi 2008

Reproduction interdite sauf autorisation - NaturaMundi 2008 destinée à traiter spécifiquement la douleur tout en

destinée à traiter spécifiquement la douleur tout en apportant pa- rallèlement des remèdes adaptés à chaque affection. Les laboratoires pharmaceutiques ont fait de même, avec des molécules chimiques. Ces nouveaux traitements n’ont pour- tant rien enlevé à la puissance des traitements antalgiques extraits des plantes. Et ceux-ci présentent l’avantage de générer peu d’effets secondaires et de ne pas masquer totalement la sensation douloureu- se. Ils permettent ainsi au patient de rester conscient de sa souffrance et de mieux la maîtriser. Nous avons extrait de cette pharmacopée mon- diale les plantes les plus efficaces, celles qui vous permettent tout à la fois d’agir sur vos douleurs et de bénéficier d’une sensation de bien- être, et ce, de la tête aux pieds !Reproduction interdite sauf autorisation - NaturaMundi 2008 Maux de tête L e médecin et botaniste grec Reproduction interdite sauf autorisation - NaturaMundi 2008 Maux de tête L e médecin et botaniste grec

Maux de tête

L e médecin et botaniste grec Dioscoride a relevé il y a bien

longtemps déjà les vertus de la rho- diola, « la racine qui sent la rose ».

Dans son De Materia Medica, écrit

au 1 er siècle, il cite la rhodiola pour son utilité contre les maux de tête… Cette vertu s’explique par le princi-

pe anti-hypoxie ou en d’autres ter-les maux de tête… Cette vertu s’explique par le princi- Rhodiola mes par la capacité de

Rhodiola
Rhodiola

mes par la capacité de cette racine à favoriser l’utilisation et le transport de l’oxygène dans le corps… et donc dans le cerveau. Un principe natu- rel qui va à la cause du problème bien souvent… La migraine peut aussi céder de- vant une application de menthe (Mentha sp.) sous forme d’essence, à toute petite dose sur les tempes. Lesnévralgiesdelatêtesontsouvent d’origine articulaire (vertèbres, mâ- choires…). Le thérapeute manuel (ostéopathe, chiropracteur, étiopa- the, vertèbrologue…) est en général d’un grand secours dans ce cas-là.

Douleurs dentaires

I l y a parfois des douleurs de dents dues à des caries ou des agents

agressifs comme les bactéries. Si le girofle (Eugenia caryophylla) est connu pour son effet analgésique, mieux vaut avoir dans sa trousse d’urgence de l’huile essentielle de laurier noble (Laurus nobilis) dont les propriétés antalgiques face à une rage de dents seront plus marquées. Le laurier noble s’utilisera aussi avec profit devant des douleurs buccales dues à des infections, des mycoses (dont le fameux muguet). Face à une muqueuse sensible, on associera à l’huile essentielle de lau- rier une huile végétale alimentaire, par exemple d’olive.

Douleurs articulaires

S i vous recherchez une plante aux vertus antalgiques arti-

culaires, vous serez tenté de pren- dre quelques gélules de la célèbre griffe du diable (Harpagophytum procumbens). Sans effet secondaire, ni sur la muqueuse de l’estomac, ni sur quelconque endroit du corps, cette plante a connu en 30 ans un

succès croissant. Et peut-être est- ce parce qu’elle se pose en concur- rente face aux anti-inflammatoires allopathiques qu’elle figure sur la liste des plantes susceptibles d’une interdiction de vente… On peut également récolter soi- même trois plantes qui calment les

Le pavot
Le pavot

Le pavot officinal, roi des anti-douleurs

Cousin du coquelicot, le pavot of- ficinal ou pavot somnifère est célè- bre depuis l’Antiquité pour les vertus hypnotiques et analgésiques du latex laiteux obtenu en incisant les capsules vertes de graines avant leur maturité. C’est ce latex séché qui constitue l’opium brut. Les Su- mériens et les Egyptiens l’utilisaient comme sédatif. Narcotique, antis- pasmodique et analgésique puis- sant, l’opium est largement cultivé dans le monde pour une utilisation médicale moderne et phytothéra- pique mais aussi pour la production illicite d’opium et d’héroïne. Ses prin- cipaux dérivés sont la morphine, uti- lisée dans les hôpitaux, et la codéi- ne, analgésique plus léger, prescrite contre les maux de tête et autres douleurs. Drogue dure, le pavot of- ficinal appartient à la législation des stupéfiants. Sa consommation ré- gulière entraîne une dépendance sévère.

2
2

Tous nos produits sont disponibles sur : www.naturamundi.com

Reproduction interdite sauf autorisation - NaturaMundi 2008

Reproduction interdite sauf autorisation - NaturaMundi 2008 douleurs articulaires. Les feuilles de cassis ( Ribes nigrum

douleurs articulaires. Les feuilles de cassis (Ribes nigrum) et la som- mité de la reine des prés (Spirea ul- meria) s’utilisent en infusion de 10 minutes, jusqu’à un litre par jour, pour calmer les douleurs rhumatis- males. La prêle (Equisetum arven- sis) souvent conseillée aussi, agira sur la gestion des oligo-éléments et favorisera une reminéralisation des tissus articulaires, cet effet s’ac- compagnant d’une baisse des dou- leurs articulaires. Vous retrouverez le cassis, la prêle et la reine des prés dans la tisane « acidose » de Na- tura Mundi. Avec le même principe d’action, la sève de bambou est sur- tout à conseiller chez une personne souffrant de douleurs dorsales. La prêle et le bambou sont riches en

Bambou
Bambou

silice. Elles s’utilisent avec succès à raison de 2 à 3 gélules par jour en traitement de 2 à 3 semaines par mois.

Douleurs musculaires

O n peut parfois se tromper en croyant avoir mal à une ar-

ticulation alors que la douleur est due à un muscle ou à un tendon. L’huile essentielle de romarin à camphre (Rosmarinus officinalis camphorifera) sera un très bon an-

Rosmarinus officinalis camphorifera ) sera un très bon an- Griffe du chat talgique musculaire à conseiller
Griffe du chat
Griffe du chat

talgique musculaire à conseiller aux sportifs qui en tireront, en plus, un effet chauffant s’il est utilisé en pré- ventif. Le wintergreen (Gaultheria procumbens), sous forme d’huile essentielle aussi, sera beaucoup plus indiqué devant une tendinite où, on ne le répètera jamais assez, le repos est un facteur de guérison essentiel. La gaulthérie ne fera que raccourcir cette période de convalescence tout en levant la douleur associée. Dans les deux cas, on pourra utiliser en complément l’essence de niaouli (Melaleuca quinquenervia) dont les effets calmants renforceront ceux du romarin et du wintergreen. Ces huiles peuvent s’utiliser pures ou associées à une huile végétale pour favoriser le massage. Toutes trois constituent la base du complexe articulaire que nos clients utilisent avec profit régulièrement.

Mal au ventre

F ace à des maladies redouta- bles comme la maladie de

Crohn ou la rectocolite hémorragi- que, mieux vaut se retourner vers la griffe du chat (Uncaria tomentosa), plante d’origine amazonienne. Son emploi à raison de 2 à 4 gélules ré- parties dans la journée atténuera ou fera disparaître la douleur du colon par un effet anti-inflammatoire. Son effet calmant se double d’une

activité immunitaire salvatrice pour tout ce qui touche la sphère colique. Même si dans le principe on déconseille des cures sur de lon- gues durées, la griffe du chat prise pendant une longue période ne présente aucun inconvénient.

Peau douloureuse

L a peau est aussi un organe qui peut devenir douloureux.

Que ce soit face à une brûlure lé- gère, une piqûre d’insecte, une my- cose, un frottement excessif ou tou- te autre forme de rougeur, l’huile

essentielle de tea tree (Melaleuca

3
3

Tous nos produits sont disponibles sur : www.naturamundi.com

Reproduction interdite sauf autorisation - NaturaMundi 2008

Reproduction interdite sauf autorisation - NaturaMundi 2008 alternifolia ) sera d’un grand se- cours. Pure ou

alternifolia) sera d’un grand se- cours. Pure ou dilué avec une huile, « l’arbre à thé » calmera en un temps record brûlures, démangeai- sons et piqûres en tout genre. Un produit à toujours avoir sur soi, en voiture, en voyage, à la campagne,

Tea tree
Tea tree

dans sa trousse d’urgence. Sur le bassin méditerranéen, on uti- lise traditionnellement les lavandes officinale (Lavandula angustifolia) et aspic (Lavandula spica) pour les mêmes indications et les mêmes cas de figure. Si vous devez associer à ces huiles essentielles une huile grasse pour servir de support, alors n’hé- sitez pas : choisissez l’huile rouge au millepertuis qui, à elle seule, cal- mera les douleurs dermatologiques. Cicatrisante et fortifiante, l’huile au millepertuis est utilisée par de nombreux guérisseurs et masseurs dans leur travail quotidien. Ce sont d’ailleurs ces mêmes gué- risseurs qui préconisent des ca- taplasmes de feuilles de mauve (Malva sylvestris) pour calmer les inflammations de la peau. Si ces conseils tombent aujourd’hui en désuétude, l’infusion des fleurs de mauve reste bien d’actualité pour calmer les douleurs de la gorge et surtout celles du ventre. La mauve est un des constituants de base de la tisane « voies respiratoires » de Natura Mundi.

de la tisane « voies respiratoires » de Natura Mundi. Jambes douloureuses R evenons-en encore à

Jambes douloureuses

R evenons-en encore à l’aro- mathérapie pour des effets

calmants face à une gêne circulatoi-

re veineuse. Biensûr, une douleur,

quelle qu’elle soit, doit entrainer le

réflexe d’une consultation médica-

le, mais l’huile essentielle de cyprès

associée à un petit peu de menthe

atténuera la gêne circulatoire sur

des jambes lourdes et la douleur qui

y est associée. Le cyprès (Cupressus semperivens) sera à la fois anti-spas- modique et tonique de la circula- tion veineuse. La menthe apportera

en complément à cette action une

sensation de fraîcheur, ces deux ef- fets combinés lèveront alors ponc- tuellement la gêne circulatoire.

A Natura Mundi, nous sommes

dépositaires exclusifs de la gamme « Cyprécieuse », des cosmétiques santé à base de cyprès. C’est dire si nous connaissons cet arbre et cette essence ! L’huile Cyprécieuse cir- culatoire contient ces ingrédients. On ne peut pas omettre de citer la feuille de vigne rouge (Vitis vini- fera) qui a depuis toujours soulagé chez l’homme les troubles circu- latoires. Cultivée depuis la préhis- toire, la vigne a suivi l’évolution de notre espèce. Les vrilles, la sève, les fruits verts, les fruits secs, son jus et enfin le marc étaient dans les temps anciens utilisés pour des vertus thé-

Vigne rouge
Vigne rouge

rapeutiques spécifiques. Encore une fois la nature nous offre une abondance de vertus… La feuille de vigne rouge est à l’origine de la tisane « circulation », et compose la majeure partie du mélange.

Jean-François ASTIER Naturopathe et phytothérapeute

Un Européen sur cinq souffre de douleurs chroniques

Un Européen sur cinq éprouve au quotidien des douleurs souvent in- supportables. C’est ce qui ressort d’une récente étude réalisée par l’Association internationale pour l’étude de la douleur auprès de 46 000 personnes dans 16 pays européens. En moyenne, les personnes attein- tes de douleurs chroniques souf- frent depuis 7 ans et 20% souffrent depuis plus de 20 ans (essentielle- ment de douleurs rhumatismales ou de douleurs dorsales). Les autres résultats de cette étu- de sont tout aussi édifiants. Sur les conséquences de la douleur :

un « souffrant » sur cinq a perdu son travail en raison de ses dou- leurs et un sur cinq souffre de dé- pression. Mais aussi sur les lacunes de la médecine allopathique : un patient sur quatre estime que son médecin n’est pas en mesure de venir à bout des souffrances. Deux tiers d’entre eux considèrent que les médicaments anti-douleurs qui leur sont proposés sont insuffisants. L’étude démontre par ailleurs que les médecins ne se préoccupent que rarement du niveau de dou- leur dont souffrent les patients. Dans les trois quarts des cas, c’est le patient lui-même qui est obligé d’alerter le médecin…

4
4