Vous êtes sur la page 1sur 3

Fiche n°8 : Réalisation d’antennes patch reconfigurables sur substrat mousse à base de cristal liquide

Intervenants du LEST :

Permanents : Paul LAURENT, Fabrice HURET, Philippe GELIN Doctorant : Noham MARTIN, bourse Région Bretagne, soutenue le 17 décembre 2004. Actuellement Maître de conférence stagiaire au LEST. Partenaires extérieurs :

Région Bretagne Laboratoire d’Etude et des Matériaux pour l’Electronique (LEMCEL) à Calais :

Redouane DOUALI

L’antenne plaquée ou antenne "patch" est de plus en plus utilisée en télécommunication, tout particulièrement dans le secteur de la téléphonie mobile. Les raisons essentielles sont liées au fait que cette technologie présente de nombreux avantages : faible coût de fabrication, faible poids, encombrement réduit, compatibilité avec des circuits hybrides et MMIC (Microwave Monolithic Integrated Circuit), possibilité de mise en réseau…

1. Structure

La structure de l’antenne patch, illustrée figure 1, est basée sur la technologie dite "mousse" avec un insert de cristal liquide (CL). La mousse utilisée est de l’imide polyméthacrylique qui a la particularité d’avoir une permittivité diélectrique (ε r =1,07) proche de celle l'air, permettant ainsi aux lignes de champ d'être principalement concentrées dans le CL. Ce matériau présente également des pertes diélectriques relativement faibles, puisque la tangente de pertes est de l'ordre de 10 -3 jusqu’au delà du THz.

L’antenne patch est composée de trois éléments. Un plan de masse est situé en dessous du circuit sur lequel est placé un substrat mousse comprenant la ligne d’accès et un évidement complet qui servira de cavité pour confiner le CL. L’antenne patch gravée sur substrat mousse est ensuite superposée à ses deux éléments. L’ensemble du circuit est maintenu par des vis en téflon pour perturber le moins possible le rayonnement de notre antenne. Les cristaux liquides utilisés dans cette étude sont des produits commercialisés par la société Merck et référencés K15 et BL037. L'étude des propriétés diélectriques de ces deux matériaux a permis d'extraire les valeurs de leur anisotropie : 0,18 à 1 GHz pour le CL K15 et 0,26 à la même fréquence pour le CL BL037.

Patch Patch Patch Ligne d’adaptation Ligne d’adaptation Ligne d’adaptation Substrat mousse Substrat mousse
Patch
Patch
Patch
Ligne d’adaptation
Ligne d’adaptation
Ligne d’adaptation
Substrat mousse
Substrat mousse
Substrat mousse
Cristal liquide
Cristal liquide
Cristal liquide
Ligne d ’accès
Ligne d ’accès
Ligne d ’accès
Plan de masse
Plan de masse
Plan de masse

Figure 1: structure des antennes patch à base de cristal liquide

Deux antennes patch présentées figure 2 ont été réalisées. La première est une antenne patch rectangulaire classique afin d'étudier les performances en terme d'agilité. Dans l'objectif de diminuer l’encombrement de l’élément rayonnant, l'introduction de fentes inductives a conduit à une réduction de la taille du patch de 39 %. Les antennes ont été dimensionnées pour fonctionner à la fréquence de 5GHz. La conception a été faite de telle sorte que le cristal liquide soit en contact uniquement avec l’élément rayonnant.

Patch classique

Patch + cristal liquide

17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm

17.5 mm

17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm
17.5 mm

17 mm

Patch à fente rayonnante

13 mm

Patch + cristal liquide

2 mm 0.5 1 mm mm 14 mm 2.8 mm
2 mm
0.5
1 mm
mm 14 mm
2.8 mm

Figure 2: topologie des antennes patch à base de cristal liquide

2. Mesures

Pour chaque type d’antennes les deux CL ont été insérés. Les différentes courbes rassemblées sur la figure 3 montrent le décalage de la fréquence de résonance obtenu lorsque l'on applique ou non une tension de commande (création d'un champ électrique statique interne). Dans le cas du CL K15, la fréquence de résonance des deux antennes varie de 2,7%. Lorsque le CL BL037 est inséré, cette variation est d’environ 5,5%. Ce résultat est en plein accord avec les valeurs des anisotropies de ces CL. Par ailleurs, pour un CL donné, un même décalage en fréquence est obtenu quelque soit l’antenne étudiée.

   

Fréquences de résonance

 
   

K15

 

BL037

Patch Classique

 

0

 

0

-2

10V 0V Fr=4,98 GHz Fr=5,12 GHz
10V
0V
Fr=4,98 GHz
Fr=5,12 GHz
 
10V 0V Fr=4.84 GHz Fr=5.14 GHz
10V
0V
Fr=4.84 GHz
Fr=5.14 GHz

Module S11 (dB)

Module S11 (dB)

-5

-4

-6

-10

-8

-15

 

-10

 
 

-12

 

-20

 

3

456

7

 

3

4

567

 

Fréquence (GHz)

 

Fréquence(GHz)

   

0

 

0

Patch à fente rayonnante

-3

10V 0V Fr=4,98 GHz Fr=5,12 GHz
10V
0V
Fr=4,98 GHz
Fr=5,12
GHz

-4

10V 0V Fr=4,84 GHz Fr=5,1 GHz
10V
0V
Fr=4,84 GHz
Fr=5,1 GHz

Module S11 (dB)

-6

Module S11 (dB)

-8

-9

-12

-12

-16

-15

-20

   

-18

 

-24

 

3

4

5

6

7

 

3

4

567

 

Fréquence (GHz)

 

Fréquence (GHz)

Figure 3: mesure des fréquences de résonance avec et sans tension appliquée pour les deux types d’antennes avec le CL K15 et BL037

En ce qui concerne les pertes d'insertion élevées, elles sont essentiellement dues aux pertes diélectriques relativement conséquentes du CL. De plus, la mousse présente une porosité non négligeable. De ce fait, Le CL est en grande partie absorbé par la mousse. Ainsi donc, les caractéristiques de la mousse ne sont plus celles du départ et la cavité n'est plus remplie de manière homogène de CL. Il s'en suit une désadaptation du dispositif.

Le diagramme de rayonnement a également été mesuré pour chaque antenne. Quelque soit le CL inséré et l'antenne choisie, ce diagramme fait apparaître essentiellement un lobe principal disposant d'un grande ouverture, allure classique pour les antennes patch. Cependant, les performances de nos antennes sont très en deçà de ce que l'on peut obtenir par le biais d’autres technologies. Leurs gains sont de l'ordre de 4 dBi, et le rendement moyen est de 40 %.

3. Conclusion

Ce travail a permis d’associer deux matériaux exotiques que sont la mousse et les cristaux liquides pour réaliser des dispositifs hyperfréquences ajustables. Malgré des problèmes d’absorption du cristal par la mousse, une première série de mesures a été menée. La diminution de la taille du patch n’a, en aucun cas, modifié les performances qui ont été relevées. Cependant, l’étanchéité de la cavité doit être impérative pour améliorer le gain, mais aussi le rendement.

Communications et publications

[1]

“Patch

Antenna

Adjustable

in

Frequency

using

Liquid

Crystal”

N.

MARTIN,

P.

LAURENT,

Ch.

PERSON,

Ph.

GELIN,

F.

HURET

Proc, European Microwave Week 2003, EuMC 33th, Munich, Oct. 2003

[2]

“Size Reduction

of

a

Liquid

Crystal-based,

Frequency-Adjustable

Patch

Antenna”

N.

MARTIN,

P.

LAURENT,

Ch.

PERSON,

Ph.

GELIN,

F.

HURET

Proc European Microwave Week 2004, EuMC 34th, Amsterdam, Oct. 2004

[3]

“Antenne agile en fréquence en technologie mousse, utilisant des cristaux liquides nématiques”

N.

MARTIN,

P.

LAURENT,

Ch.

PERSON,

Ph.

GELIN,

F.

HURET

Journées Caractérisations Microondes et Matériaux, La Rochelle, Mars 2004.

[4]

“Antennes agiles miniatures en technologie mousse / cristaux liquides – caractérisation fonctionnelle”

N. MARTIN,

P.

LAURENT,

CH.

PERSON,

PH.

GELIN,

F.

HURET

14èmes Journées Nationales Microondes, Nantes 2005.