Vous êtes sur la page 1sur 8

Document à destination des Elus de la Mairie de Paris

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Dans le cadre de sa politique d’achat de bâtiments, la Mairie de Paris dispose de locaux vacants en attente du commencement des travaux. Générale- ment une vacance de 12 à 24 mois est constatée entre le rachat et le début des travaux. Etant donnée la carence d’offre locative observée sur le territoire, le but serait d’exploiter ce temps de vacance pour des activités associatives, artistiques et économiques, car la demande de locaux est très forte.

Ce système comporte trois avantages principaux :

- Coût minimal : l’association MACAQ assure la gestion des lieux, et prend en charge éventuellement les travaux de sécurisation et de rénovation sommaire.

- Retombées positives immédiates en terme de création d’activités sociales et économiques.

- Garantie de libération des locaux dès que nécessaire :

Souplesse et adaptabilité aux exigences de la Mairie de Paris.

Bénéficiaires :

Trois publics sont concernés par ces mises à disposition temporaires :

- Les associations.

- Les artistes.

- Les entreprises émergentes.

1) Développer la vitalité démocratique en donnant aux associations des espaces d’activité

Le manque de locaux pour mettre en place les activités de lien social, d’aide à la personne et de citoyenneté sur Paris est évident. Il ne faut pas que le prix des loyers prive les Parisiens du dynamisme associatif auquel ils ont droit.

Dans la charte de la campagne du Maire de Paris «15 engagements pour la vitalité démocratique de Paris » :

« 5. Développer les pépinières associatives : Afin de faciliter le dévelop- pement des associations et la mutualisation des moyens mis à leur disposition, la ville soutiendra la réalisation de pépinières associatives. Des négociations seront également engagées avec les bailleurs sociaux pour favoriser l’accès par les as- sociations aux locaux vacants. »

L’association MACAQ mène depuis sept ans un travail de terrain dans le domaine de l’éducation populaire et de l’action sociale de proximité. Elle est af- filiée à la Ligue de l’Enseignement, est agréée Jeunesse et Education Populaire et labellisée Point d’Appui Envie d’Agir. Dans un esprit résolument citoyen et solidaire, elle permet aux associations émergentes et aux personnes souhaitant s’engager de monter leurs projets. Elle joue ainsi un rôle complémentaire aux maisons des associations.

souhaitant s’engager de monter leurs projets. Elle joue ainsi un rôle complémentaire aux maisons des associations.

2) Développer la création parisienne en donnant aux artistes des espaces de travail et de diffusion

Il est important que les artistes émergents puissent être insérés dans le tissu parisien et non pas rejetés toujours plus loin à cause du prix des loyers et du manque d’ateliers. Une véritable mixité culturelle et artistique parisienne passe par une mise à disposition de locaux facilitée lors de périodes de création ponc- tuelles, suivant l’exemple de l’Atelier en Commun du 100, rue de Charenton.

Dans le projet 2008-2014 du Maire de Paris, « Conjuguer Paris au futur ; Paris, terre de culture et de création » :

« Nous concevrons une nouvelle génération d’équipements culturels, qui prenne davantage en compte l’articulation nécessaire entre création, territoire et publics. : création d’ateliers d’artistes, nous accentuerons le soutien aux collectifs d’artistes par leur installation dans des bâtiments vacants. »

L’association MACAQ bénéficie d’une expérience en matière d’animation cultu-

relle et d’aide aux projets artistiques. Cours, ateliers, expositions, spectacles,

MACAQ coproduit un grand nombre

d’artistes et de compagnies en leur mettant à disposition salles de répétition et ateliers.

festivals, concerts, projections, carnavals

3) Confirmer la puissance d’innovation parisienne en donnant aux jeunes entreprises les moyens de se solidifier

Une activité économique qui débute n’atteint jamais immédiatement sa pleine rentabilité. Il faut une période de solidification avant que l’entreprise soit autonome. Une mise à disposition de locaux donne un filet de sécurité aux jeu- nes entrepreneurs intéressés pour se lancer dans l’aventure.

Dans le projet 2008-2014 du Maire de Paris, « Conjuguer Paris au futur ; Paris, partenaire de ses entrepreneurs » :

nous créerons au moins 50 000 m2 de nouvelles pépinières et d’in-

cubateurs spécialisés dans les secteurs majeurs de notre économie (numérique, biotechnologies mais aussi industries culturelles, services à la personne et éco

industrie) »

« [

]

MACAQ s’engage dans le domaine de la création audiovisuelle, dans l’économie sociale et solidaire, notamment le commerce équitable et les solu- tions informatiques alternatives. Elle aide les porteurs de projets à avancer dans la voie de la professionnalisation, de la viabilité économique et de l’emploi.

les porteurs de projets à avancer dans la voie de la professionnalisation, de la viabilité économique

LE PROJET

L’association MACAQ se propose d’assurer l’occupation provisoire des locaux alloués par la Mairie de Paris pour le temps déterminé avec elle, et de les libérer dès que les projets de réhabilitation commenceront. La mise à disposition se traduirait sous la forme d’une convention de bail précaire avec un encadre- ment juridique précis.

Une évaluation des besoins et des locaux disponibles est à mener conjointement avec la Mairie de Paris. Cette évaluation permettra de faire le choix des bâti- ments, de définir les modalités de mise à disposition, et la participation financière de chaque partie.

L’association prend la responsabilité de la rénovation des locaux alloués. La mise en sécurité s’opère grâce à des prestations extérieures (Parflam). Suivant les cas, une rénovation sous forme de chantier d’insertion avec des jeunes du quar- tier, des volontaires Unis-Cité et des jeunes en Travaux d’Intérêt Général, enca- drés par du personnel qualifié, permettra de remettre les locaux en état d’usage pour le temps de l’occupation.

En lien étroit avec la Mairie de Paris, MACAQ jouera le rôle d’interface en- tre la Municipalité et les bénéficiaires de ces lieux, c’est à dire les habitants, les artistes et les entreprises émergentes.

Ces mises à disposition temporaires de locaux s’accompagneront d’un suivi étroit de la part de l’association MACAQ, et d’un rapport d’activités régulier à la Muni- cipalité. MACAQ souhaite faire de ces premières mises à dispositions des «pilo- tes» pour une nouvelle forme de gestion de lieux ouverts au public développée à l’échelle nationale.

Voir le Bilan d’Activités MACAQ ci-joint pour connaître le travail réalisé par l’association, ou le télécharger sur www.macaq.org

MACAQ s’engage donc à :

- Remettre les lieux en état d’usage et les entretenir pendant la durée de la mise à disposition.

- Libérer les lieux à la date prévue ou plus tôt si la mairie le demande.

- Conclure une assurance pour ces espaces.

- Développer dans ces locaux des services aux habitants, en partenariat avec les associations locales, sur le modèle du 123 rue de Tocqueville.

- Donner aux associations les moyens de se structurer par un soutien et des conseils.

- Développer le dynamisme culturel par l’organisation d’animations et un travail en partenariat avec les artistes et les compagnies.

- Soutenir les entreprises émergentes par la mise à disposition de locaux et des conseils pour leur développement.

- Soutenir les entreprises émergentes par la mise à disposition de locaux et des conseils pour

MISE EN PLACE

L’association MACAQ est consciente de la nécessité de ne pas bloquer les projets immobiliers de la Ville de Paris. Il faut donc que la mise à disposition des locaux se fasse en coordination étroite avec la Municipalité. Le cadre juridique de la mise à disposition prendra la forme d’une convention de bail précaire. Des clauses définissant les pénalités en cas de non-restitution des locaux seront précisées.

MACAQ propose des activités variées dont seulement quelques-unes seront pos- sibles dans chaque bâtiment. Activités associatives, artistiques, économiques c’est un programme « à la carte » que MACAQ propose à la Mairie de Paris pour ces mises à dispositions d’espaces.

1) La réhabilitation, un levier d’insertion professionnelle pour les jeunes

Macaq a une expérience dans l’encadrement des équipes d’Unis-Cité, des jeunes en Travaux d’Intérêt Général, et des jeunes inactifs du quartier. Il s’agit de réhabiliter à moindre frais les locaux mis à la disposition par la ville de Paris, en permettant à des jeunes en recherche d’engagement volontaire, de se rendre utiles et d’acquérir des compétences. Par ailleurs, ces jeunes s’inscrivent dans un parcours d’insertion professionnelle, en partenariat avec l’ANPE, la Mission Locale, la Régie de quartier, et un réseau d’entreprises locales.

Dans le projet 2008-2014 du Maire de Paris : « Six défis prioritaires pour

Paris ; Lutter sans merci contre le chômage » :

« Nous aiderons les jeunes non qualifiés à accéder à un premier emploi : en complément de l’action des missions locales, nous développerons le place- ment en emploi par des organismes privés et des associations ».

La réhabilitation des locaux, via la création d’un Atelier et Chantier d’Inser- tion (ACI), a pour but de déboucher sur une formation qualifiante et de permettre aux jeunes de s’insérer dans le tissu économique. Ainsi, le jeune serait inscrit dans la durée et accompagné dans la définition de son projet personnel.

2) L’appui aux associations, un levier de développement démocratique

Être citoyen, ce n’est pas seulement voter : c’est aussi s’engager dans la vie sociale et la solidarité. MACAQ permet aux habitants de participer ensemble à des projets culturels et sociaux, elle joue ainsi un rôle-clé dans l’animation ci- toyenne de quartier. Dans le projet 2008-2014 du Maire de Paris, « Solidarité, l’avenir en par- tage ; Soutenir l’engagement solidaire et la bénévolat » :

« permettre aux personnes désireuses de s’engager, de le faire de façon ciblée, en fonction de leurs aspirations et de la cause qu’ils souhaitent défendre. Nous développerons le recours au service civil volontaire »

aspirations et de la cause qu’ils souhaitent défendre. Nous développerons le recours au service civil volontaire

L’association MACAQ fait un état des lieux des associations non-confes- sionnelles du quartier concerné, recherche celles qui ont le plus besoin de locaux et dont l’action est la plus pertinente. Elle organise l’attribution des lieux afin de favoriser la mutualisation du travail. MACAQ cherche à s’inscrire dans un créneau parallèle aux maisons des associations, où la demande des associations est forte. Il s’agit d’apporter un sou- tien aux associations par un réseau de personnes ressources, notamment des séniors : gestion administrative, comptable, juridique, ressources humaines, dé- veloppement des projets, communication, évènements, recherche de locaux

3) Le soutien aux créateurs, un levier pour la vitalité artistique et culturelle parisienne

MACAQ donne aux personnes qui souhaitent animer des ateliers de pra-

tique artistique (arts plastiques, danse, musique, théâtre, clown

un soutien à l’organisation administrative de ces ateliers. Elle permet aux plasti- ciens d’exposer dans ses locaux ouverts aux public. Dans le cadre de ses coproductions, MACAQ attribue aux artistes de fa- çon temporaire des ateliers de création, des salles de répétition ou de tournage, en échange d’heures de bénévolat pour l’association. Ces heures de bénévolat peuvent prendre la forme de prestations (ex : concerts, fabrication de géants

pour les carnavals, création de vidéo/multimédia

Les artistes sont très deman-

) des locaux et

).

deurs de ces mises à disposition ponctuelles ou sur quelques semaines, car cela s’adapte bien à leurs conditions de création.

Dans les perspectives 2008-2014 de la campagne du Maire de Paris, « Paris, une ambition urbaine ; La culture à Paris : diverse, créatrice de valeurs, populaire. » :

« Lancer un programme « d’ateliers nomades » destinés à l’occupation temporaire de lieux vacants, à la maîtrise des squats, et conjuguant création, accueil de publics et ateliers d’artistes. »

MACAQ prend en charge, pour ses coproductions, le versant administratif, la recherche de subventions, la recherche de contrats, la communication et l’aspect logistique avec la mise à disposition de locaux, de bénévoles, et le transport du matériel.

Un grand nombre d’artistes éprouvant des difficultés à trouver des ateliers du fait de leur prix élevé, ou issus du milieu des squats et parvenant difficilement à en sortir, bénéficient ainsi de conditions de création idéales, et parviennent à con- crétiser leurs projets. Il s’agit donc d’une action essentielle pour la mixité de la culture parisienne, la lutte contre l’exclusion culturelle, et le développement des pratiques artistiques véritablement populaires.

la lutte contre l’exclusion culturelle, et le développement des pratiques artistiques véritablement populaires.

4) L’aide aux jeunes entreprises, un levier de développement écono- mique

MACAQ veut participer à la lutte contre le chômage, et souhaite aider les porteurs de projets innovants et prometteurs, à solidifier leur structure et à la mener à la rentabilité. Les premières années de la création d’une entreprise sont

celles où la moindre difficulté peut réduire à néant des mois de travail. C’est par- ticulièrement vrai dans les domaines de la création audiovisuelle, du numérique,

Pourtant ces secteurs innovants sont ceux

qui sont amenés à jouer un rôle majeur dans le développement économique de Paris et dans la bataille pour l’emploi. Le principal obstacle au développement de ces jeunes structures à Paris est le prix des loyers. Un hébergement facilité grâce à des locaux mis à disposi- tion permettrait aux nouveaux entrepreneurs de se lancer dans des projets ambi- tieux avec d’autant plus de confiance et de détermination.

de l’économie sociale et solidaire

Ces initiatives, proches des « pépinières » déjà existantes, sont à articuler, autant que possible, avec le secteur universitaire, afin de permettre aux créa- teurs d’entreprises de bénéficier des travaux de recherche les plus innovants. Mais cela permettrait aussi aux étudiants de multiplier leurs contacts avec le monde économique, et d’acquérir une première expérience, pour eux-mêmes se lancer, le moment venu, dans la création de leur activité.

Dans le projet 2008-2014 du Maire de Paris, « Six défis prioritaires pour Paris ; Paris, capitale de l’innovation » :

« Il est en outre nécessaire de penser le développement universitaire autour de quelques grands pôles urbains rapprochant l’enseignement, la recher- che, des logements pour les étudiants et les chercheurs, des incubateurs ou pépinières d’entreprises innovantes.»

L’association MACAQ, par son implantation auprès d’une population extrê- mement variée, peut jouer le rôle de trait d’union entre les jeunes entrepreneurs, les étudiants, les universités, les institutionnels publics et privés, et la population des quartiers concernés.

MACAQ est affiliée à la Ligue de l’Enseignement, agréée Jeunesse et Education Populaire et labellisée «Point d’appui Envie d’Agir». Par ce label, l’as- sociation MACAQ est reconnue pour accompagner les jeunes de 11 à 30 ans dé- sireux de réaliser un projet individuel ou collectif présentant un caractère d’utilité sociale et/ou d’utilité économique.

réaliser un projet individuel ou collectif présentant un caractère d’utilité sociale et/ou d’utilité économique.

Responsable du Projet :

LIONEL PRIMAULT

06.20.60.19.40

infos@macaq.org