Vous êtes sur la page 1sur 6

TRIBUNAL

DE

[NSTANCE

DE

GRANDE

.PARIS

WRG:

U/53854

W: 02/KG

Assignation elu :

7 mars 2011

ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ rendue le 14 juin 2011

par Emmanuel BINOCHE, Premier Vice-Président au Tribunal de Grande Instance de Paris, agissant par délégation du Président du Tribunal,

Assisté de Isabelle PIRES, Greffier.

DEMANDEUR

Monsieur Thierry LACOSTE

10 rue Labie

75017PARIS

représenté par Me Olivier d'ANTIN, avocat au barreau de PARIS - P0336

DÉFENDEUR

Monsieur Robert ERINGER

533 Hodges Lane

SANTA BARBARA

CALIFORNIE 93108

ETATS-UNIS D'AMÉRIQUE

non comparant

DÉBATS

A l'audience du 6 juin 2011, tenue publiquement, présidée par Emmanuel BINOCHE, Premier Vice-Président, assisté de Isabelle PIRES, Greffier.

1 Copie exécutoire

délivrée le :

Page

Nous, Président,

Après avoir entendu les parties comparantes ou leur conseil,

Vu l'assignation

délivrée

le

7

mars

2011

par

M.

Thierry

LACOSTE, suivant laquelle il est demandé en référé de :

Vu l'article 9 du Code Civil,

dire et juger que M. Robert ERlNGER, en sa qualité d'auteur du blog accessible à l'adresse url : www.eringer33.com, a commis des atteintes à la vie privée et au droit à l'image de M. Thierry LACOSTE,

Par voie de conséquence,

condanmer M. Robert ERlNGER à payer à M. Thierry LACOSTE une somme de 15 000 euros à titre de dommages et intérêts provisionnels,

ordonner à M. Robert ERJNGER la suppression des clichés

litigiG~, sous astreinte dG 5

retard

mtervemr,

000

~uros p[JI s~1n<tine d'(

a. compter de

la s1gmficatwn de la dec!s!On a

c.ondarnner M. Robert ERlNGER à payer à M. Thierry LACOSTE une somme de 7.000 euros en application des dispositions de l'article 700 du Code de procéâure civile et au paiement des dépens ;

Vu notre ordonnance en date du 23 mai 2011, demandant à M. Thierry LACOSTE de nous faire parvenir soit l'avis de réception renvoyé à l'huissier, soit la lettre elle-même qui a pu lm être retournée, et fournisse tous renseignements complémentaires parvenus le cas échéant à sa connaissance au sujet des domicile ou résidence actuels du défendeur, en particulier en Europe ;

MOTIFS

DE

LA

SUR LA PROCÉDURE

DECISION

Attendu que l'acte a été délivré par transmission à l'autorité habilitée aux Etats-Unis d'Amérique pour délivrer l'acte au destinataire, à savoir la société PFI, ô33 Yesler Way, SEATTLE WA 98 104, Etats-Unis d'Amérique, conformément à la Convention de la Haye du 15 novembre 1965 et en particulier son article 6, avec une copie de l'acte traduit en langue anglaise; que par ailleurs l'acte a éte directement adressé au destinataire le même JOUY par courrier recommandé avec demande d'avis de réception;

Que l'entité a fait savoir l'impossibilité de délivrer l'acte à la personne destinataire, une personne ayant désiré conserver l'anonymat ayant déclaré que le destinatrure vivait en Europe;

Que cependant le demandeur indique ne pas connaître d'adresse du défendeur en Europe ;

Qu'il résulte aussi des éléments fournis pru· le demandeur, qui précise n'avoir pas reçu l'avis de réception ou la lettre adressée à M. ERINGER en retour, le fait cependant que l'intéressé a pu

instance à 1' adresse en

question, étant observé que celui-ci est aux Etats-Unis, et précisément à Los Angeles, Etat de Califomie ;

récemment être touché pour une autre

Que la signification se trouve en conséquence régulière ;

Attendu que la décision sera réputée contradictoire en application des dispositions des dispositions de l'article 473 du Code de procédure civile, et il ne sera fait droit à la demande qu'à la condition que celle-i apparaisse régulière, recevable et bien fondée, conformément aux dispositions de l'article 472 du même code;

Ai1endu que si le blog au sein duquel les photograJ?hies en cause sont publiées comporte un contenu en langue anglarse, les propos gu'elles illustrent sont pour une très large Fart relatifs aux evénements ou activités se déroulant ou supposes se dérouler sur

le territoire de la Principauté de Monaco, y associant M. Thierry

LACOSTE, avocat au l:iarreau de Paris ; que si les internautes de

cette principauté sont concernés, il résulte

de 1' existence de la

proximité géographique immédiate de celle-ci avec le territoire ti:ançais, et des liens existant de longue date avec la France, le fait

que les internautes français sont également essentiellement visés, J?Our leur intérêt constant pour les activités ou informations relatifs

a la vie de cette Principauté, alors que l'auteur y associe le demandeur, avocat de profession, inscrit au barreau de Paris ; que

le constat dressé par uu huissier de justice ayant son office à Paris

démontre par ailleurs que le contenu de ce blog est effectivement accessible en France, en particulier à Paris ; gu'il existe donc des

liens significatifs de rattachement à cette juridiction, et justifiant

sa compétence ;

SUR LES DEMANDES

no~~~u~x~f~~r~\f,ft~?tSJeEio~:~c~~t~ l: fo 0 n~~ïf'~J~~l~~~

Albert II de MONACO, et précise que M. Robert ERINGER, qui n'a jamais été fonctionnaire de l'Etat de MONACO, a accompli pour le Prince Albert de MONACO quelques missions de

renseignement avant d'être remercié, son travail ne dom1ant pas

satisfaction.

M. ERINGER, revenu aux Etats-Unis, fort contrarié de son point

de vue d'avoir perdu cette source de rémunération, consacre son blog presque exclusivement à la Principauté de MONACO, à son souverain, ainsi qu'à d'autres persom1alitésj o=t un plus ou moins

grand rôle en Principauté.

Sur son blog, M. Robert ERINGER a ainsi publié des clichés le représentant dans le cadre de sa vie privee, et le demandeur s'appuie sur un procès verbal de constat dressé les 1" et 6 décembre 2010, qui fait apparaître sur ce blog trois clichés.

Aucune autorisation de publication de ces clichés n'ayant ni été sollicitée, ni a fortiori accordée, le demandeur soutient qu'il a été porté atteinte à son droit à l'image et au respect de sa vie privée.

Il soutient que le dommage subi est important dès lors que ces

clichés servent à illustrer des propos très dévalorisants ce qui le concerne, quelle qu'en soit la qualification juridique pouvant leur

être appliquée et M. Thierry LACOSTE sollicite la condamnation de M. Robert ËRINGER, auteur de ces atteintes, à lui payer une somme de 15.000 euros à titre de réparation provisioilllelle de son préjudice.

M. Thierry LACOSTE s'estime dès lors bien fondé à solliciter la

condamnation de Monsieur Robert ERINGER, auteur de ces atteintes, à lui payer une somme de 15.000 euros à titre d'indemnité provisionnelle en réparation de son préjudice, ainsi que la suppression des clichés litigieux sous astremte financière.

Attendu qu'aux termes de l'article 9 du Code civil que le demandeur vise dans son assignation, chacun a droit au respect de sa vie privée; que les personnages assurant une fonction publigue, comme c'est le cas du demandeur, à la tête de la Principaute de Monaco, bénéficie de cette protection, comme tout un diacun;

Que suivant ces dispositions, les juges peuvent sans préjudice de la réparation du domma&e subi, prescrire toutes mesures propre à faire cesser une atteinte a l'intimité de la vie privée, qui peuvent, en cas d'urgence, être ordonnées en référé ;

Que la seule constatation de l'atteinte à ce droit de la personne caractérise l'urgence;

Que par ailleurs, la publication de l'image représentant une

être

personne, qui ressortit à

conforme à la finalité pour laquelle elle a été prise ;

1' intimité de la vie privée, doit

Le demandeur s'appuie sm· un constat dressé par huissier de justice les 1" et 6 decembre 2010, selon l'assignation, les pages évoquées se rapportant aux constatations faites précisément le 1" décembre en realité au vn des copies d'écran versées au débat ; il met en canse en premier lieu une photographie en page 67, le représentant aux côtés du Prince Albert de MONACO, cliché recadré, et détourné à ses yeux de son contexte initial.

··trtt;f!~~ude 1 ,d~M~n~H~1~Î,g~~téf~\~~nrf~~s:a~~~~c~~·

immédiat second plan le profil du demandeur, fait apparaître comme évident le détournement de celle-ci de sa finalite mitiale, au regard des propos qu'elle est supposée illustrer ;

M. LACOSTE met en cause un deuxième cliché en page 19, qui

le représente en discussion avec Mme Charlène WITTSTOCK; il

affirme que cette photographie n'a pas été réalisée lors d'une occasion officielle, et se trouve en tout état de cause également détournée de son contexte initial.

Attendu qu'il n'est pas possible à l'examen d'exclure que l'image

a pn être prise lors d'une manifestation officielle ; qne s'il est

possible de retenir qu'elle a saisie à l'insu des personnes représentées, il n'est pas évident de considérer, en l'absence d'autres précisions sur les circonstances de temps et de lieu, de retenir qu'il a été porté atteinte à l'intimité de la vie privée du demandem, avocat de profession, et personnage s'exposant par conséquent aux vnes du public ;

M. LACOSTE relève enfin qu'en page 126 du constat, il apparaît sur une image affichée à deux repnses alors qu'il sort d'un bain de

mer, soit dans le cadre d'une activité relevant strictement de sa vie

privée.

Attendu au vn de la scène que le demandeur n'a pu voir son image saisie que dans le cadre d'une activité relevant de sa vie privée ;

Attendu en conséquence qu'il sera fait droit à la demande tendant au retrait du site des images en pages 67 et 126 elu constat, dans les conditions précisées au disposltif de cette décision ;

M. Thierry LACOSTE sollicite une indemnité provisionnelle, à

valoir sur les dommages et intérêts auxquels il peut prétendre en

réparation du préjudice subi du fait de ces publications.

Attendu qu'indépendamment de l'indemnité qui pourrait lui être accordée en réparation du dommage créé par la publication des P.ropos particuhèrement déplaisants tenus à son endroit sur ce blog, 1l est justifié d'accorder au demandeur une indemnité provisionnelle à valoir sur les dommages et intérêts auxquels il

p~~-4~

<=---

peut prétendre devant le juge du fond, pour l'atteinte à l'intimité de sa vie privée résultant de la publication de ces diverses images ; que l'obligation non sérieusement contestable à charge de M. ERINGER au sens des dispositions de l'article 809 alméa 2 du code de procédure civile de l'indemniser, permet d'accorder la somme de 3 000 euros au demandeur à titre provisionnel ;

Qu'il apparaîtrait enfm inéquitable de laisser au demandeur la charge des frais irrépétibles qu'il a été amené à engager ;

Que M. ERINGER, qui succombe et aura la charge des dépens, devra lui régler au titre de l'article 700 du Code de procedure civile la somme de 2.000 euros au demandeur.

PAR CES MOTIFS

Par ordonnance réputée contradictoire et en premier ressort, mise à disposition au greffe,

Vu les dispositions des articles 9 du Code civil, 809 alinéa 2 du code de procédure civile,

Ordonnons à M. Robert ERINGER de procéder ou faire procéder

urlwww;eringer3-3;com

des photographies ci-dessus décrites en pages 67 et 126 du constat

représentant M. Thierry LACOSTE, et ce sous astreinte provisoire de 800 euros par jour de retard à l'expiration d'un delai de 48 heures suivant la signification de la decision, et d'une durée de VINGT jours ;

Nous réservons la liquidation éventuelle de l'astreinte provisoire;

· au retrait- du·blog ·accessible·à··l' adresse

Disons n'y avoir lieu pour le surplus à référé ;

Condamnons

titre

provisionnel d'une indenmité d'un montant de 3.000 euros à M. Thierry LACOSTE, à valoir sur les dommages et intérêts auxquels

celui-ci peut prétendre ;

M.

Robert

ERINGER

au

paiement

à

·

Disons n'y avoir lieu pour le surplus à référé ;

Condamnons M. Robert ERINGER au paiement des dépens de cette instance, et de à la somme de 2.000 euros à M. Albert GRIMALDI en application des dispositions de l'article 700 du code de procédure civile.

Fait à Paris le 14 juin 2011

Le Greffier,

Isabelle PIRES

Le Président,

7

,/"

procédure civile. Fait à Paris le 14 juin 2011 Le Greffier, Isabelle PIRES Le Président, 7

#~

Emmanuel BINOCHE

procédure civile. Fait à Paris le 14 juin 2011 Le Greffier, Isabelle PIRES Le Président, 7

W RG : 11/53854

EXPÉDITION exécutoire dans l'affl:üre:

Demandeur : M. Thierry LACOSTE

contre

Défendeur : M. Robert ElUNGER

EN CONSÉQUENCE, LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE mande et ordonne:

A tous les huissiers de justice, sur ce requis, de mettre ladite décision à exécution,

Aux Procureurs Généraux et aux Procureurs de la République près les Tribunaux de Grande Instance d'y tenir la main,

A tous commandants et officiers de la force publique de prêter main-forte lorsqu'ils en seront légalement requis.

En foi de quoi la présente a été signée et délivrée par nous Greffier en Chef soussigné au Greffe du Tribunal de Grande Instance de Paris

6 1111 ' page et dernière