Vous êtes sur la page 1sur 21
NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV E SIÈCLE UN REGARD MODERNE MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME
NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV E SIÈCLE UN REGARD MODERNE MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME

NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV E SIÈCLE UN REGARD MODERNE

MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME ARTS DU MOYEN ÂGE ET DE LA RENAISSANCE 30 MARS / 8 JUILLET 2012

Une exposition du Musée de l’Œuvre Notre-Dame, Strasbourg et du Musée Liebieghaus Skulpturensammlung, Francfort

Cette exposition est reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication/Direction générale des patrimoines/Service des musées de France. Elle bénéficie à ce titre d’un soutien financier exceptionnel de l’État.

RelationsRelationsRelationsRelations pressepressepressepresse nationalenationalenationalenationale etetetet internationaleinternationaleinternationaleinternationale

Heymann, Renoult Associées Sarah Heymann, Laurence Gillion, l.gillion@heymann-renoult.com Tél : (+33) 01 44 61 76 76 Dossier de presse et visuels téléchargeables sur :

www.heymann-renoult.com

RelationsRelationsRelationsRelations pressepressepressepresse régionalerégionalerégionalerégionale

Service communication des musées Julie Barth julie.barth@strasbourg.eu Tél : 03 88 52 50 15 Dossier de presse et visuels téléchargeables sur :

www.musees.strasbourg.eu

Tél : 03 88 52 50 15 Dossier de presse et visuels téléchargeables sur : www.musees.strasbourg.eu

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

1. LE PROJET

PAGE 2

2. INTRODUCTION

PAGE 3

3. NICOLAS DE LEYDE, ESQUISSE D’UNE BIOGRAPHIE

PAGE 4

4. LES POINTS FORTS

PAGE 5

5. LE PARCOURS DE L’EXPOSITION

PAGE 7

6. ÉDITIONS

PAGE 8

7. EXTRAITS DU CATALOGUE

PAGE 9

8. PROGRAMMATION ÉDUCATIVE ET CULTURELLE

PAGE 11

9. LES PRÊTEURS INSTITUTIONNELS

PAGE 12

10. LISTE DES ŒUVRES

PAGE 13

11. LE MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME ARTS DU MOYEN ÂGE ET DE LA RENAISSANCE

PAGE 17

12. PRÉSENTATION DES EXPOSITIONS AYANT RECU LE LABEL D’INTÉRÊT NATIONAL

PAGE 18

13. INFORMATIONS PRATIQUES

PAGE 20

14. LISTE DES VISUELS DISPONIBLES POUR LA PRESSE

PAGE 21

1

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

11.11 LeLeLeLe projetprojetprojetprojet

Le sculpteur Nicolas de Leyde (vers 1430-1473) est considéré comme l’un des artistes les plus importants de la fin du XV e siècle au Nord des Alpes, auteur d’innovations décisives tant sur le plan formel qu’iconographique. La modernité de ses œuvres, marquées en particulier par sa capacité à saisir les physionomies, lui a valu de son vivant une notoriété exceptionnelle. Son rayonnement s’est surtout exercé dans le monde germanique, où il a influencé le développement des très célèbres sculpteurs que furent Veit Stoss, Michel Erhart ou Tilman Riemenschneider. Mais le nombre réduit des œuvres conservées et le peu de sources écrites, qui rendent difficile la connaissance de ses origines, de sa carrière et de son œuvre, expliquent que cet artiste soit quasiment inconnu du grand public.

Le parcours européen de Nicolas de Leyde comprend un séjour marquant à Strasbourg entre 1462 et 1467. Il y réalise plusieurs ensembles conséquents, en particulier l’épitaphe du chanoine de Bussnang dans la cathédrale (datée 1464 et signée), et surtout le portail de la Chancellerie de la ville, bâtiment aujourd’hui disparu mais dont il subsiste quelques fragments.

Cette première exposition monographique sur Nicolas de Leyde est réalisée en collaboration avec le musée du Liebieghaus Skulpturensammlung de Francfort (exposition du 27 octobre 2011 au 4 mars 2012). Elle présente une partie de l’œuvre sur bois et sur pierre de cet artiste, dont le musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg conserve quatre bustes d’hommes en grès dont le très célèbre Homme accoudé mélancolique. Elle permet en particulier de juxtaposer pour la première fois depuis le XIX e siècle les deux fragments encore existants du décor du portail de la Chancellerie de Strasbourg, la Tête d’homme barbu du musée de Strasbourg et son pendant la Tête de jeune femme conservée au musée de Francfort.

L’exposition regroupe environ 70 œuvres de techniques et de supports variés provenant de collections publiques et privées européennes et américaines (Paris, Berlin, Amsterdam, New York et Chicago). Elle est présentée au sein même du musée de l’Œuvre Notre-Dame, musée du Moyen Age et de la Renaissance, dont les espaces ont été réaménagés pour l’occasion.

COMMISSARIAT Cécile Dupeux, conservatrice du musée de l’Œuvre Notre-Dame Roland Recht, membre de l’Institut, professeur au Collège de France Stefan Roller, conservateur au musée du Liebieghaus Skulpturensammlung de Francfort

SCENOGRAPHIE Jérôme Habersetzer

de Francfort SCENOGRAPHIE Jérôme Habersetzer Nicolas de Leyde, Épitaphe du chanoine Conrad de Bussnang

Nicolas de Leyde, Épitaphe du chanoine Conrad de Bussnang (détail), Strasbourg, 1464 Grès. Strasbourg, Cathédrale. Photo : M. Bertola

2

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

22.22 IntroductionIntroductionIntroductionIntroduction

Consacrée au « Gothique tardif sur le Rhin supérieur », une très mémorable exposition s’est tenue en 1970 à Karlsruhe mais ce n’est qu’à la fin de cette décennie que les expositions sur le Moyen Âge tardif se sont succédées à un rythme croissant en Allemagne et ailleurs et depuis elles connaissent un succès grandissant. Des monographies sur les grands sculpteurs se sont elles aussi multipliées. Bref : une grande partie de ce continent immense qu’est le Moyen Âge occidental des XV e -XVI e siècles a été – est encore – explorée, mieux connue. Entre les années 1970 et 2010, notre regard et notre savoir sur ces œuvres et leurs auteurs se sont enrichis d’une façon notable. L’exposition sur Nicolas de Leyde – nos voisins allemands préfèrent le nommer Gerhaert – déployée aujourd’hui à Strasbourg, dans le musée de l’Œuvre Notre-Dame qui conserve quelques-uns des chefs d’œuvre de la sculpture du Moyen Âge, représente pour moi le point d’orgue d’une fascination pour l’un des plus grands créateurs du XV e siècle, époque dont il fait pour ainsi dire le seuil des temps modernes, car son œuvre dépasse, par la vision de l’homme dont elle témoigne, tout ce que le Moyen Âge tardif pouvait avoir de finissant, c’est-à-dire de simple prolongement des acquis antérieurs.

Les sculptures qu’il réalise entre 1462 et 1467 à Strasbourg, en particulier ses bustes appuyés sur le rebord d’une baie comme s’ils s’exposaient délibérément au regard du spectateur, constituent l’une des innovations les plus remarquables de la fin du Moyen Âge occidental. Certes, il n’a pas inventé le thème lui-même mais il a été le premier à le conjuguer avec un sens de l’observation physionomique introduit par les peintres des Pays-Bas méridionaux. En inscrivant ses bustes non pas dans l’espace fictif d’un tableau mais dans l’espace réel d’une façade ou d’une chapelle, Nicolas de Leyde leur confère une présence et leur communique une vie propre. Si quelques décennies plus tôt, les Florentins avaient mis au point la perspective géométrique, dans les années 1460 Nicolas de Leyde introduit dans la sculpture l’illusion qu’elle prolonge le monde réel et qu’elle entre en dialogue avec nous. Le « regard moderne » a pour nous une double signification : c’est le regard de ces bustes, présents au monde, et c’est le regard d’un artiste génial non plus sur les figures du monde chrétien seulement, mais sur l’homme, sur sa dimension psychologique dont ses outils de sculpteur virtuose analysent chaque trait. Tout ceci fait que Nicolas de Leyde, d’une certaine façon, n’appartient plus au Moyen Âge – il est déjà un artiste moderne.

Roland Recht Membre de l’Institut, professeur au Collège de France

Co-commissaire de l’exposition

3

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

3.3.3.3. NicolasNicolasNicolasNicolas dededede Leyde,Leyde,Leyde,Leyde, esquisseesquisseesquisseesquisse d’uned’uned’uned’une biographiebiographiebiographiebiographie

On sait très peu de choses de la vie de Nicolas de Leyde, dont seules 11 années sont documentées. On suppose qu’il est né vers 1430 à Leyden en Flandres comme l’indique son nom, mais il est également appelé parfois Nicolas Gerhaert, du nom de son père. Il est signalé pour la première fois en 1462 où il signe un monument à Trêves, s’installe pour quelques années à Strasbourg et meurt à Vienne en 1473 où il avait été appelé au service de l’Empereur Frédéric III. Aucune donnée n’est connue sur sa formation et sur ses voyages d’apprentissage, mais certaines de ses œuvres laissent supposer qu’il a pu voyager en Bourgogne ou dans le Nord de la France. S’il a sculpté le bois comme la pierre, ce sont essentiellement les œuvres en pierre qui sont parvenues jusqu’à nous.

Quelques œuvres importantes jalonnent son parcours : daté 1462, le tombeau de l’archevêque Jacob von Sierck de Trêves est le premier à fournir une date et la signature « nicolas(us).gerardi.de.leyd(en) ». Nicolas rejoint ensuite Strasbourg où il acquiert le droit de bourgeoisie en 1464 et produit successivement le portail de la Chancellerie (1463) et l’épitaphe du chanoine de Bussnang dans la cathédrale (signé et daté 1464), puis vraisemblablement le Crucifix monumental pour le cimetière de Baden-Baden (signé et daté 1467). En 1466, il achève le retable du maître-autel de la cathédrale de Constance (disparu lors de l’iconoclasme de la Réforme). Il est ensuite appelé à Vienne par l’Empereur Frédéric III, qui envoie deux courriers successifs à la Ville de Strasbourg pour réclamer sa venue. Il y réalise le tombeau de l’Empereur dans la cathédrale, ainsi que celui de l’impératrice à Wiener-Neustadt, qui semble être un travail d’atelier, puis décède en 1473.

semble être un travail d’atelier, puis décède en 1473. Nicolas de Leyde, Buste d'homme accoudé ,

Nicolas de Leyde, Buste d'homme accoudé, Strasbourg, 1463 (?). Grès rose. Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame. Photo : M. Bertola

4

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

44.44 LesLesLesLes pointspointspointspoints fortsfortsfortsforts

LaLaLaLa premièrepremièrepremièrepremière expositionexpositionexpositionexposition monographiquemonographiquemonographiquemonographique sursursursur l’artistel’artistel’artistel’artiste

Cette exposition s’est donnée pour objectif de rassembler le plus grand nombre possible des œuvres assurées (et déplaçables) de Nicolas de Leyde ainsi que des sculptures sur bois et sur pierre qui lui sont attribuées, en confrontant les hypothèses de la recherche récente ou plus ancienne. Elle a été élaborée conjointement avec le musée du Liebieghaus Skulpturensammlung de Francfort. Certains prêts exceptionnels ont été consentis, parmi lesquels les bustes de saintes du Metropolitan Museum de New York et de l’Art Institute de Chicago attribués à son atelier.

L’apport des analyses approfondies menées dans le cadre du projet, en particulier sur la polychromie des sculptures et sur les techniques de taille, a permis de faire évoluer le catalogue de l’artiste. C’est ainsi que l’attribution à Nicolas de Leyde de la célèbre Vierge à l’Enfant dite de Dangolsheim (Berlin) ainsi que du retable de Nördlingen (Franconie), autrefois donnés à un anonyme « Maître de la Vierge de Dangolsheim », a pu être confirmée. Certaines œuvres monumentales telles que le monument funéraire de Trêves, la tombe de l’Empereur à Vienne ou le retable de Nördlingen, dont il était impossible d’envisager le déplacement, sont présentées dans l’exposition par le biais de moniteurs.

UneUneUneUne influenceinfluenceinfluenceinfluence décisivedécisivedécisivedécisive sursursursur lalalala sculpturesculpturesculpturesculpture

L’influence très importante que Nicolas de Leyde a pu exercer sur ses contemporains est mise en valeur par le biais d’œuvres provenant tant de l’aire géographique du Rhin supérieur que de l’Europe centrale. Sculptures sur bois et pierre, gravures ou dessins témoignent de l’extraordinaire succès des propositions nouvelles de l’artiste dans la conception plastique et l’expression des physionomies. Quelques gravures

et dessins témoignent également de l’importance des œuvres sur papier dans la diffusion du répertoire

formel de la sculpture à la fin du Moyen Age.

A Strasbourg, ville qui abrite au XV e siècle une importante activité artistique en lien en particulier avec le chantier très actif de la cathédrale (activité mise en valeur en 1989 par l’exposition « Les bâtisseurs de cathédrales » et en 2008 par celle consacrée à « Strasbourg 1400 »), l’influence de Nicolas de Leyde renouvelle la production sculptée sur plusieurs générations (de même que sur les centres secondaires de

la région du Rhin supérieur). Le succès de la formule du buste accoudé chez des artistes tels que Nicolas

de Haguenau ou Veit Wagner témoigne en particulier de cet ascendant, bien que ceux-ci n’atteignent pas

la même puissance expressive.

A Vienne et en Europe centrale, plusieurs sculpteurs œuvrent dans son sillage en particulier son

successeur Hans Kamensetzer, actif à Strasbourg puis à Vienne. Plusieurs œuvres de grande qualité issues de collections autrichiennes et slovaques illustrent cet impact.

5

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

LaLaLaLa réunionréunionréunionréunion desdesdesdes TêtesTêtesTêtesTêtes d’hommed’hommed’hommed’homme etetetet dededede femmefemmefemmefemme dededede lalalala ChanChanChanChancelleriecelleriecelleriecellerie dededede StrasbourgStrasbourgStrasbourgStrasbourg

Les deux seuls fragments subsistants de l’important programme sculpté du portail de la Chancellerie de Strasbourg sont réunis dans l’exposition pour la première fois depuis plus d’un siècle. La Tête de Sybille du musée du Liebieghaus Skulpturensammlung de Francfort et son pendant la Tête d’homme barbu ou Prophète du Musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg, longtemps assimilés au couple célèbre de Jacques de Lichtenberg et de sa maîtresse la belle Bärbel von Ottenheim, ont en effet disparu en 1870 lors du bombardement de Strasbourg. Réapparus respectivement en 1915 et en 1934, ils font depuis partie des œuvres phares des collections de Strasbourg et de Francfort. La Tête d’homme a été pour l’occasion débarrassée d’une épaisse couche de polychromie tardive qui la recouvrait et elle apparaît aujourd’hui comme l’une des productions les plus exceptionnelles de l’artiste par sa qualité technique et sa pénétration psychologique.

par sa qualité technique et sa pénétration psychologique. Nicolas de Leyde, Tête d'un prophète (fragment du

Nicolas de Leyde, Tête d'un prophète (fragment du buste de la Chancellerie de Strasbourg) Strasbourg, 1463. Grès rose. Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame. Photo : M. Bertola

Musée de l'Œuvre Notre-Dame. Photo : M. Bertola Nicolas de Leyde, Tête d'une sibylle (fragment du

Nicolas de Leyde, Tête d'une sibylle (fragment du buste de la Chancellerie de Strasbourg) Strasbourg, 1463. Grès rose © Francfort, Liebieghaus Skulpturensammlung. Photo : Rühl & Bormann

6

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

55.55 LeLeLeLe parcoursparcoursparcoursparcours dededede l’expositionl’expositionl’expositionl’exposition

l’expositionl’expositionl’expositionl’exposition REZ-DE-CHAUSSÉE 1 e r ETAGE 1 Nicolas de Leyde,
l’expositionl’expositionl’expositionl’exposition REZ-DE-CHAUSSÉE 1 e r ETAGE 1 Nicolas de Leyde,

REZ-DE-CHAUSSÉE

1 er ETAGE

1 Nicolas de Leyde, un artiste européen

6-7

Le sculpteur dans son atelier

2 Les débuts de la carrière

8

La fonction des arts graphiques

3 Les grandes commandes

9

Un nouvel intérêt pour le visage

strasbourgeoises

10

Le buste accoudé

4 Défilement d’images : les œuvres et monuments non présentés dans

5 Le contrat de Nicolas de Leyde avec la Ville

11

La sculpture à Strasbourg au temps de Nicolas de Leyde

l’exposition

12

L’héritage de Nicolas de Leyde dans le Rhin supérieur

pour le portail de la Chancellerie (mise en son)

13

L’héritage en Europe centrale

14

Nicolas de Leyde et les grands sculpteurs de l’Empire

7

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

66.66 ÉditionsÉditionsÉditionsÉditions

CATALOGUECATALOGUECATALOGUECATALOGUE NicolasNicolasNicolasNicolas dededede Leyde,Leyde,Leyde,Leyde, sculpteursculpteursculpteursculpteur dudududu XVXVXVXV eeee siècle.siècle.siècle.siècle. UnUnUnUn regardregardregardregard modernemodernemodernemoderne Sous la direction de Cécile Dupeux, Roland Recht et Stefan Roller. Avec les contributions de Petra Bausch, Eva Maria Breisig, Bodo Buczynski, Cécile Dupeux, Barbara Gatineau, Michael Grandmontagne, Hans Leisen, Julien Louis, Christof Metzger, Roland Recht, Stefan Roller, Harald Theiss, Esther von Plehwe-Leisen. ISBN : 9782351250952 - 384 pages, 350 illustrations - 36 € Une version allemande du catalogue d'exposition se déroulant au Liebieghaus Skulpturensammlung, à Francfort, est disponible chez l'éditeur Michael Imhof Verlag, sous le titre "Niclaus Gerhaert, der Bildhauer des späten Mittelalters" ISBN : 978-3-94321-500-7

SOMMAIRESOMMAIRESOMMAIRESOMMAIRE

IntroductionIntroductionIntroductionIntroduction ::::

- Nicolas de Leyde et son temps (Roland Recht)

NicolasNicolasNicolasNicolas dededede Leyde,Leyde,Leyde,Leyde, unununun sculpteursculpteursculpteursculpteur dudududu XVXVXVXV eeee sièclesièclesièclesiècle UnUnUnUn regardregardregardregard momodernemomodernedernederne

- Nicolas de Leyde, des apports inédits à la sculpture du gothique tardif (Stefan Roller)

- Strasbourg, une métropole artistique au XV e siècle (Roland Recht)

- Les bustes de la chancellerie de Strasbourg : histoire et réception du XV e au XX e siècle (Cécile Dupeux)

- Nicolas de Leyde et l’art de montrer l’art : la Vierge de Dangolsheim révélée (Christof Metzger)

- Nicolas de Leyde, le retable du maître-autel de Nördlingen et deux ou trois réflexions sur le naturalisme à la fin du Moyen Âge (Christof Metzger)

OriginesOriginesOriginesOrigines etetetet rayonnementrayonnementrayonnementrayonnement

- Nicolas de Leyde et les Pays-Bas bourguignons. Considérations sur ses origines artistiques (Michel

Grandmontagne)

- La diffusion du nouveau style – Sur la fonction de la gravure et du dessin à l’époque de Nicolas de Leyde (Eva Maria Breisig)

- Nicolas Gerhaert de Leyde et le thème du buste accoudé au nord des Alpes (Julien Louis)

- Nicolas de Leyde et son influence en Europe centrale (Stefan Roller)

CatalogueCatalogueCatalogueCatalogue

DocumentationDocumentationDocumentationDocumentation techniquetechniquetechniquetechnique

- Les sculptures sur bois de Nicolas de Leyde et de son proche entourage artistique. Remarques

technologiques comparatives sur la construction des supports et la polychromie (Harald Theiss)

- Les sculptures sur pierre de Nicolas de Leyde (Bodo Buczynski)

- Analyse géologique des matériaux pierreux des œuvres de Nicolas de Leyde (Esther von Plehwe-Leisen und

Hans Leisen)

- Les brocarts appliqués du retable de Nördlingen : questionnements et propositions (Petra Bausch)

SourcesSourcesSourcesSources écritesécritesécritesécrites (Christof Metzger) BibliographieBibliographieBibliographieBibliographie ListeListeListeListe desdesdesdes illustrationsillustrationsillustrationsillustrations

8

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

7.7.7.7. ExtraitsExtraitsExtraitsExtraits dudududu cataloguecataloguecataloguecatalogue

NicolasNicolasNicolasNicolas dededede LeydeLeydeLeydeLeyde etetetet sonsonsonson temps.temps.temps.temps. Extraits de l’Introduction de Roland Recht

« L’historien de l’art part d’une seule réalité : l’œuvre d’art. Et dans la phénoménologie propre de cet objet, la perception et l’analyse des formes constituent l’opération première du regard. Ainsi, constatons- nous entre 1420 et 1430, dans les pays septentrionaux, une mutation du langage des formes : après la période des environs de 1400 qui vit l’exaltation de la ligne fluide et ornementale et dont les effets perdurent jusque dans les années 20, la peinture des Van Eyck et du Maître de Flémalle élabore un langage radicalement différent. La ligne se brise et ainsi, à la fluidité du gothique appelé « international » des alentours de 1400, se substitue une architecture plus complexe de la figure humaine, dominée par le traitement « cubiste » des tissus. Dans ces mêmes années et dans ce même milieu artistique éclot l’art du portrait individuel. Les deux innovations – celle des formes et celle d’un genre – se complètent : la première répond à l’aspiration à plus de naturel, la seconde à la fascination pour l’image de soi. »

« Les grandes étapes de la carrière de Nicolas – Leyde (?), Strasbourg, Wiener-Neustadt - attestent de sa stature européenne. Si nous ignorons tout de sa formation et de sa production avant Strasbourg, c’est dans cette ville libre d’Empire qu’il a réalisé ses œuvres les plus marquantes. La réputation qu’elles lui ont donnée l’a élevé, non sans hésitation de sa part, au rang d’un artiste de cour. Il a exercé une influence considérable sur le sud et les régions orientales de l’Empire en introduisant trois types inédits dans la sculpture monumentale : le buste accoudé, le Crucifix de Baden-Baden, la Vierge dite de Dangolsheim. […]

« Le regard quasiment clos du célèbre Buste accoudé du musée de l’Œuvre Notre-Dame est, pour l’artiste génial qu’est Nicolas de Leyde, une manière de suggérer que le personnage se dérobe momentanément au monde environnant afin de mieux se rassembler en lui-même, véritable portrait d’Humaniste ou, pour le dire mieux, portrait de la conscience de soi du sujet moderne. »

LesLesLesLes bustesbustesbustesbustes dededede lalalala ChancellerieChancellerieChancellerieChancellerie dededede StrasbourgStrasbourgStrasbourgStrasbourg :::: histoirehistoirehistoirehistoire etetetet réceptionréceptionréceptionréception dudududu XVXVXVXV eeee auauauau XXXXXXXX eeee sièclesièclesièclesiècle Extrait de l’article de Cécile Dupeux

« Le fragment du buste de la Jeune femme de la Chancellerie dû à Nicolas de Leyde réapparut en 1934 au Historisches Museum de Spire où il était entré par legs. Récupéré par les héritiers du légataire, il fit l’objet d’âpres négociations entre les musées de Berlin, de Francfort et de Strasbourg. Il fut frappé par le gouvernement allemand d’une interdiction d’exportation que Hans Haug, directeur des musées de Strasbourg, tenta en vain de lever par la voie diplomatique. Dans ses notes, il souligne la popularité de l’œuvre dans la région et la nécessité de réunir à nouveau les deux pendants. Selon lui, les conservateurs allemands, n’hésitant pas à comparer la sculpture à une sorte de « Nefertiti de l’art germanique », en firent une affaire de prestige. C’est finalement le musée de Francfort qui l’emporta. L’opération, d’une extrême importance, détermina le transfert d’un certain nombre de sculptures médiévales du Städelsches Kunstinstitut au Liebieghausmuseum pour en renforcer la collection. Un article de Robert Forrer dans les Neue Nachrichten du 9 août 1935, plaidant pour un retour à Strasbourg en raison de la propriété morale et juridique de la ville, met en avant le triomphalisme de la presse allemande, qui semble avoir perçu cette acquisition comme une victoire nationale. Il est évident que les multiples écrits des historiens de l’art dans les années 1920 et 1930, insistant à juste titre sur le rôle majeur de Nicolas de Leyde dans l’histoire de la sculpture allemande, contribuèrent à la prise de conscience de la valeur de l’artiste, dont très peu d’œuvres attestées étaient jusqu’alors conservées dans les musées allemands… »

9

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

NicolasNicolasNicolasNicolas dededede Leyde,Leyde,Leyde,Leyde, desdesdesdes apportsapportsapportsapports inéditsinéditsinéditsinédits àààà lalalala sculptursculptursculptursculptureeee dudududu gothiquegothiquegothiquegothique tardiftardiftardiftardif Extraits du texte de Stefan Roller

« Il semble donc que Nicolas de Leyde ait toujours pu travailler dans des conditions lui permettant de s’affranchir des conventions, tant artistiques que techniques. Dès le départ, il nous faut admettre un atelier et une équipe bien entraînée et de premier ordre, capable de répondre parallèlement à plusieurs commandes d’importance En dépit d’une courte période d’activité, Nicolas de Leyde a réussi ce que peu de ses collègues ont atteint avec une telle ampleur : exercer non seulement une influence sur l’évolution artistique de son temps et dans le cadre régional de son travail, mais aussi marquer durablement la sculpture dans tout l’espace transalpin pendant de nombreuses décennies et sur plusieurs générations. Son imagination formelle, son incroyable faculté d’observation, grâce à laquelle il parvint à restituer la réalité en des formes naturelles et harmonieuses, ainsi que sa virtuosité apparemment sans limites, qui lui autorisa des solutions artistiques capables – en dépit de toute leur nouveauté et de toute leur hardiesse – de toucher la sensibilité de son temps et le goût de ses contemporains, font de lui une personnalité artistique hors du commun et une figure majeure du Moyen Âge finissant. » (traduit de l’allemand par Aude Virey-Wallon)

» (traduit de l’allemand par Aude Virey-Wallon) Nicolas de Leyde, atelier, Sainte Marguerite , Strasbourg,

Nicolas de Leyde, atelier, Sainte Marguerite, Strasbourg, vers 1465 Provient de Wissembourg. Noyer, reste d'ancienne polychromie © Chicago, Art Institute of Chicago

10

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

88.88 ProgrammationProgrammationProgrammationProgrammation éducativeéducativeéducativeéducative etetetet culturelleculturelleculturelleculturelle

Pour les détails complets (dates et horaires) : www.musees.strasbourg.eu

VISITESVISITESVISITESVISITES COMMENTCOMMENTÉCOMMENTCOMMENTÉÉESÉESESES

En français Les mercredis à 12h30, durée 1h Les dimanches à 11h, durée 1h30

En allemand Les 1 ers samedis du mois à 15h, durée 1h30

LESLESLESLES NOCTURNESNOCTURNESNOCTURNESNOCTURNES

Les jeudis de 18h à 20h (sauf le 17 mai). Avec deux introductions à l’exposition, à 18h15 et à 18h45, durée

20mn

LELELELE TEMPSTEMPSTEMPSTEMPS D’UNED’UNED’UNED’UNE RENCONTRERENCONTRERENCONTRERENCONTRE

Partager la passion des commissaires de l’exposition, d’un conservateur des musées ou de son invité pour une œuvre, un thème, un artiste, une salle, une technique.

- « Les techniques de la taille de pierre » avec Vincent Cousquer, tailleur de pierre de l’Œuvre Notre-Dame le

31/03 à 14h30, dans le cadre desdesdesdes journéesjournéesjournéesjournées européenneseuropéenneseuropéenneuropéenneses desdesdesdes métiersmétiersmétiersmétiers d’artd’artd’artd’art

- « Nicolas de Leyde, un regard moderne » avec Roland Recht, professeur au Collège de France et commissaire de l'exposition, le 28 avril et le 30 juin à 14h30

- « La spécificité des techniques de Nicolas de Leyde» avec Jean Délivré, restaurateur, le 12 mai à 14h30

- « Les bustes de la Chancellerie de Strasbourg » avec Cécile Dupeux, conservatrice du Musée de l’Œuvre Notre-Dame et commissaire de l’exposition, le 9 juin à 14h30

- « Le buste accoudé : une sculpture de l’illusion » avec Julien Louis, historien d’art, le 16 juin à 14h30

LESLESLESLES ATELIERSATELIERSATELIERSATELIERS

AtelierAtelier-AtelierAtelier--découverte-découvertedécouvertedécouverte (enfants(enfants(enfants(enfants dèsdèsdèsdès 9999 ansansansans etetetet adultes)adultes)adultes)adultes) Samedi 23 juin de 10h à 12h et de 14h à 16h Dimanche 24 juin de 10h à 12h et de 14h à 16h Avec Claude Veuillet, sculpteur et restaurateur

LesLesLesLes ateliersateliersateliersateliers desdesdesdes vacancesvacancesvacancesvacances pour les 7/12 ans Cycle de 4 ateliers du 24/04 au 27/04 de 14h30 à 17h

ACTIVITACTIVITÉACTIVITACTIVITÉÉSÉSSS ENENENEN FAMILLEFAMILLEFAMILLEFAMILLE

- « La vie contée du sculpteur Nicolas de Leyde », avec Colette Uguen, conteuse Les dimanches 22/04, 13/05 et 24/06 à 15h. La visite du 13/05 est interprétée en L.S.F

- « Excursion musicale au temps de Nicolas de Leyde (période : 1430-1475) », programmation musicale

interprétée par Cora Schmeiser. Dimanche 15/04 à 15h et 16h. Manifestation organisée avec l’appui de l’Association « Théo van Doesburg »

- « Les techniques de la taille de pierre », avec Vincent Cousquer Dimanche 10/06 à 15h. La visite est interprétée en L.S.F

ÉÉVÉÉVVÉVÉÉNEMENTSÉNEMENTSNEMENTSNEMENTS

ÀÀÀÀ l’Auditoriuml’Auditoriuml’Auditoriuml’Auditorium desdesdesdes muséesmuséesmuséesmusées (MAMCS(MAMCS)(MAMCS(MAMCS))) Dans le cadre de « territoires des arts », second cycle du Collège des arts, un programme ouvert à tous dont les cycles thématiques abordent des questions essentielles de la compréhension des arts, des œuvres et des processus humains de création

« Esprit de clocher ou géographie des styles : le cas du sculpteur Nicolas de Leyde », intervention de Roland Recht, professeur au Collège de France et commissaire de l'exposition

ArtArtArtArt pourpourpourpour toustoustoustous ?!?!?!?! Des étudiants en art vous font partager leurs coups de cœur. De 14h à 18h les dimanches 1 er avril, 6 mai et 3 juin

Paparraz’artPaparraz’artPaparraz’artPaparraz’art Nuit des étudiants Vendredi 13 avril

LaLaLaLa NuitNuitNuitNuit européenneeuropéenneeuropéenneeuropéenne desdesdesdes muséesmuséesmuséesmusées Samedi 19 mai

11

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

99.99 LesLesLesLes prêteursprêteursprêteursprêteurs institutionnelsinstitutionnelsinstitutionnelsinstitutionnels

PrêteursPrêteursPrêteursPrêteurs étraétrangersétraétrangersngersngers

Amsterdam (NL), Rijksmuseum Bad/Krozingen/Biengen, Pfarrkirche Hl. St. Leodegar Baden-Baden (D), Stadtverwaltung Bâle (CH), Kunstmuseum Banska Bystrica (SQ), Stredoslovenske Muzeum Bratislava (SQ), Slovenska Narodna galeria Berlin (D), Staatlichen Museen, Bode-Museum Bruxelles (B), Musées royaux d’Art et d’Histoire Chicago (USA), The Art Institute Francfort am Main (D), Liebieghaus Skulpturensammlung Graz (A), Universalmuseum Joanneum Alte Galerie Karlsruhe (D), Badisches Landesmuseum Kreuzlingen (CH), Stiftung Heinz Kisters Munich (D), Bayerisches Nationalmuseum Munich (D), Staatliche Graphische Sammlung New York (USA), The Metropolitan Museum of Art Sankt Polten (A), Niederrösterreichisches Landesmuseum Spire (D), Historisches Museum Pfalz Stratton-on-the-Fosse (GB), Downside Abbey Trêves (D), Rheinisches Landesmuseum Vienne (A), Akademie der bildenden Künste, Gemäldegalerie Vienne (A), Kunsthistorisches Museum Würzburg (D), Mainfränkisches Museum

PrêteursPrêteursPrêteursPrêteurs françaisfrançaisfrançaisfrançais

Bergheim, Fabrique de l’église Notre-Dame de l’Assomption Dijon, musée archéologique Haguenau, musée Historique Mulhouse, musée des Beaux-arts Paris, musée du Louvre, département des arts graphiques, collection Edmond de Rothschild Saverne, musée d’art et d’histoire Sélestat, Bibliothèque humaniste Strasbourg, Archives de la ville et de la communauté urbaine Strasbourg, Cabinet des estampes et des dessins Strasbourg, Cathédrale Strasbourg, Fondation de l’Œuvre Notre-Dame Strasbourg, Médiathèque André Malraux

12

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

1010.1010 ListeListeListeListe desdesdesdes œuvresœuvresœuvresœuvres

Saint Adrien Sud des Pays-Bas, vers 1460 Grès-calcaire, restes de polychromie Bruxelles, Musées Royaux d'Art et d'Histoire

Receveur ou magistrat Strasbourg, vers 1420 Grès. Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Personnage agenouillé dit « Ulrich d'Ensingen" Statue de l'octogone de la cathédrale de Strasbourg vers 1419. Grès. Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Buste de saint Antoine Début du XV e siècle. Calcaire. Dijon, musée archéologique

Claus Sluter Éléments du puits de Moïse : bras de sainte Madeleine, 1399. Calcaire. Dijon, musée archéologique

Vue de Strasbourg Extrait de la chronique de Schedel, planche CXL Strasbourg, 1493. Papier imprimé Strasbourg, cabinet des estampes et des dessins

« Contrat » de Nicolas de Leyde avec la ville de Strasbourg pour le portail de la Chancellerie Strasbourg, 1464. Parchemin Strasbourg, Archives de la Ville et Communauté urbaine

Lettre de Frédéric III à la ville de Strasbourg demandant la venue de Nicolas de Leyde

2 décembre 1463. Papier

Strasbourg, Archives de la Ville et Communauté urbaine

Lettre de Frédéric III à la ville de Strasbourg demandant la venue de Nicolas de Leyde

5 juin 1467. Papier

Strasbourg, Archives de la Ville et de la Communauté urbaine

Nicolas de Leyde Buste d'une sibylle (moulage) Provient de la Chancellerie de Strasbourg, 1463 Copie moderne, vers 1860-1870. Plâtre. Haguenau, musée historique

Nicolas de Leyde Buste d'un prophète (moulage) Provient de la Chancellerie de Strasbourg, 1463 Copie moderne, vers 1860-1870. Plâtre. Haguenau, musée historique

Nicolas de Leyde Buste d'homme accoudé (moulage) Copie moderne. Plâtre Strasbourg, Œuvre Notre-Dame

Nicolas de Leyde Crucifix (moulage) Strasbourg, 1467. Copie moderne Plâtre. Baden-Baden, Stadtmuseum

Nicolas de Leyde Épitaphe du chanoine Conrad de Bussnang (moulage) Copie moderne. Plâtre. Strasbourg, Œuvre Notre-Dame

Maître E.S. Crucifixion Strasbourg, XV e siècle. Gravure sur cuivre. Paris, Musée du Louvre, département des arts graphiques, collection Rothschild

Maître E.S. Grande Madone d'Einsiedeln Strasbourg, 1466. Gravure sur cuivre. Paris, Musée du Louvre, département des arts graphiques, collection Rothschild

Maître E.S. Petite Vierge d'Einsiedeln Strasbourg, 1466. Gravure sur cuivre. Paris, Musée du Louvre, département des arts graphiques, collection Rothschild

Maître E.S. Auguste et la Sibylle Strasbourg, XV e siècle. Gravure sur cuivre. Paris, Musée du Louvre, département des arts graphiques, collection Rothschild

Caspar Isenmann Feuille d’étude avec deux demi-figures et trois têtes Vers 1470-1480. Pointe d'argent sur papier Bâle, Kunstmuseum

Maître des Études des Draperies Neuf études sur nature de la draperie d'un Christ en croix XV e siècle. Plume et encre brune sur papier beige Strasbourg, cabinet des estampes et dessins

Maître des Études des Draperies Sainte lisant debout XV e siècle. Plume et encre brune sur papier beige Strasbourg, cabinet des estampes et dessins,

13

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

Nicolas de Leyde Buste d'homme accoudé Strasbourg, 1463 ( ?). Grès rose Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Nicolas de Leyde Tête d'un prophète Strasbourg, 1463. Grès rose Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Nicolas de Leyde Tête d'une sibylle Strasbourg, 1463. Grès rose Francfort, Liebieghaus Skulpturensammlung

Nicolas de Leyde Tête d'un clerc (chanoine Conrad de Bussnang) Strasbourg, vers 1464. Grès jaune Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Nicolas de Leyde, atelier Sainte Catherine Strasbourg, vers 1465. Provient de Wissembourg Tilleul, polychromie originale New York, Metropolitan Museum of Art, The Cloisters

Nicolas de Leyde, atelier Sainte Barbe Strasbourg, vers 1465. Provient de Wissembourg Frêne, polychromie originale New York, Metropolitan Museum of Art, The Cloisters

Nicolas de Leyde, atelier Sainte Marguerite Strasbourg, vers 1465. Provient de Wissembourg Noyer, reste d'ancienne polychromie Chicago, The Art Institute of Chicago

Nicolas de Leyde, atelier Sainte Agnès (moulage) Strasbourg, vers 1465. Plâtre Strasbourg, Œuvre Notre-Dame

Buste d'un pauvre hère Strasbourg, vers 1470 Bois polychrome Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Buste d'homme accoudé Strasbourg, 1470-1480 Bois polychrome Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Nicolas d'Haguenau ? Buste d'homme accoudé dit pauvre hère Strasbourg, 1480-1510 Bois polychrome Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Nicolas de Haguenau ? Buste d'homme accoudé Strasbourg, vers 1500 Bois polychrome Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Nicolas de Haguenau ? Buste d'homme accoudé Strasbourg, vers 1500 Bois polychrome Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Veit Wagner Bustes de saint Benoît et saint Égide Strasbourg, vers 1500. Bois. Mulhouse, musée historique

Hans Bilger Saint Augustin Worms, 1489-1496. Tilleul, polychromie originale Francfort, Liebieghaus Skulpturensammlung,

Conrad Sifer Homme au cadran solaire Strasbourg, 1493. Provient du portail du transept sud de la cathédrale. Grès. Strasbourg, musée de l'Œuvre Notre-Dame

Buste d'homme accoudé Vers 1500. Grès Haguenau, musée historique

Nicolas de Leyde, atelier Tête d'homme à la paralysie faciale Strasbourg, vers 1465. Grès rose Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Entourage de Nicolas de Leyde ? Tête d'homme Strasbourg ( ?), vers 1465/70 Calcaire de Breitenbrunner ( ?) Munich, Bayerisches Nationalmuseum

Tête d'homme (fragment) Rhin supérieur (Spire ?), vers 1480 Grès. Spire, Bischöfliches Ordinariat

Tête d'homme endormi Vers 1490. Grès blanc Sélestat, Bibliothèque humaniste

Hans Kamensetzer ( ?) Nativité Strasbourg, vers 1470. Bois de feuillu Amsterdam, Rijksmuseum

Nativité Rhin supérieur (Strasbourg ?), vers 1470-1480 Stuc, polychromie originale Francfort, Liebieghaus Skulpturensammlung,

14

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

Vierge à l'Enfant trônante Rhin supérieur, vers 1470-1475 Bois de feuillu Francfort, Liebieghaus Skulpturensammlung

Vierge agenouillée avec deux angelots, fragment d'une Nativité Strasbourg, vers 1480 Bois de feuillu, polychromie originale Saverne, Musée d'Art et d'Histoire

Nativité Strasbourg, vers 1470-1475 Provient de la Chartreuse de Strasbourg Bois polychrome. Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Groupe d'une Crucifixion, le Centurion Strasbourg, vers 1475. Marbre Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Nicolas de Haguenau (attribué) Saint évêque (chaire de la cathédrale) Strasbourg, vers 1484-1486. Albâtre Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Nicolas de Haguenau (attribué) Sainte couronnée Strasbourg, vers 1484-1486. Albâtre Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Évêque Strasbourg, 1485 Provient de la chaire de la cathédrale Albâtre. Strasbourg, cathédrale

Hans Hammer Plan et élévation de la chaire de la cathédrale Strasbourg, 1484. Encre brune sur parchemin Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Vierge à l'Enfant Vers 1470. Bois de feuillu Stratton-on-the-Fosse, Downside Abbey

Nicolas de Leyde, atelier ou suiveur Sainte Marie-Madeleine Strasbourg, vers 1465-1470 Bois de feuillu, polychrome Biengen (Bad Krozingen-Biengen)

Maître du Retable de Lautenbach ( ?) Sainte (Vierge à l’Enfant ?) Strasbourg, vers 1465 Tilleul, anciennement polychrome Berlin, Staatliche Museen, Bode-Museum

Nicolas de Leyde, atelier ou suite Vierge à l'Enfant Strasbourg ou Vienne, vers 1470-1475 Buis, restes d'une polychromie moderne Collection privée

Nicolas de Leyde, atelier ou élève Vierge à l'Enfant Vienne, vers 1470-1475 Buis, reste d’une polychromie indatable New York, Metropolitan Museum, The Cloisters

Maître du Baptême du Christ de Cracovie ( ?) Sainte Anne et Joachim Strasbourg, vers 1470 Feuillu, polychromie moderne Bergheim (Haut-Rhin), église Notre-Dame de l’Assomption

Saint à coiffe princière ( ?) et épée Rhin supérieur (Strasbourg ?), vers 1480-1490 Tilleul, restes de polychromie originale Francfort, Liebieghaus Skulpturensammlung

Saint Sébastien Strasbourg ( ?), vers 1460-1470 Bois de feuillu, polychromie originale disparue Berlin, Staatliche Museen, Bode-Museum

Maître E.S. Saint Sébastien Strasbourg, vers 1465. Gravure sur cuivre Munich, Staatliche Graphische Sammlung

Vierge à l'Enfant en buste dans une niche Trêves, vers 1500. Relief en fonte. Trêves, Rheinisches Landesmuseum

Sainte Anne trinitaire Strasbourg, vers 1470-1480. Grès rose. Berlin, Staatliche Museen, Bode-Museum

Suite de Nicolas de Leyde (Hans Kamensetzer ?) Vierge agenouillée d'une Annonciation Vienne, vers 1480 Feuillu, polychromie originale Bratislava, Slovenska narodna galeria (dépôt de l’église de Vel’ky Biel)

Suite de Nicolas de Leyde (Hans Kamensetzer?) Vierge et Ange de l'Annonciation Vienne, 1470-1480. Bois de feuillu, polychromie originale. Vienne, Hofburgkapelle Maria und Allerheiligen

Saint Jacques le Majeur trônant Vienne, vers 1480-1490 Bois de feuillu, reste d'ancienne polychromie Vienne, Akademie der Bildenden Künste, Gemäldegalerie

Nicolas de Leyde Plat de saint Jean Wiener Neustadt, vers 1470 Feuillu, polychromie récente Banská Bystrica (Neusohl), Slovaquie, Stredoslovenské múzeum

15

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

Homme de douleurs Steiermark, vers 1510 Grès, polychromie moderne Graz, Alte Galerie, Universalmuseum Joanneum

Vierge trônante Vienne, vers 1480 Bois de feuillu, polychromie originale disparue Sankt Pölten, Niederösterreichisches Landesmuseum

Veit Stoss Crucifix Cracovie/Nuremberg, vers 1495-1500 Bois de feuillu (buis ?) Kreuzlingen, collection particulière

Entourage de Michael Pacher Saint Michel Südtirol, vers 1480 Pin, polychromie originale Karlsruhe, Badisches Landesmuseum

Michel Erhart Prophète barbu Ulm, vers 1490. Tilleul ?, anciennement polychrome. Francfort, Liebieghaus Skulpturensammlung

Michel Erhart Prophète Ulm, vers 1490. Tilleul ?, anciennement polychrome. Francfort, Liebieghaus Skulpturensammlung

Attribué à Veit Wagner Tête de Christ Vers 1500. Tilleul polychrome Sélestat, Bibliothèque humaniste

Tillman Riemenschneider Vierge à l'Enfant Würzburg, vers 1495-1500. Tilleul ? Würzburg, Mainfränkisches Museum

16

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

1111111.1 LeLeLeLe MuséeMuséeMuséeMusée dededede l’l’Œuvrel’l’ŒuvreŒuvreŒuvre NotreNotre-NotreNotre--Dame-DameDameDame ArtsArtsArtsArts dudududu MoyenMoyenMoyenMoyen ÂgeÂgeÂgeÂge etetetet dededede lalalala RenaissanceRenaissanceRenaissanceRenaissance

Situé au pied de la cathédrale, le Musée de l’Œuvre Notre-Dame propose une promenade à la découverte de sept siècles d’art à Strasbourg et dans la région du Rhin Supérieur. Ses riches collections médiévales et Renaissance témoignent du passé prestigieux de la ville, qui fut du XIII e au XVI e siècle l’un des plus importants centre artistique de l’Empire germanique, situé au carrefour des routes de France et de Bohème, de Flandres et d’Italie.

HISTOIREHISTOIREHISTOIREHISTOIRE DUDUDUDU MUSMUSÉMUSMUSÉÉEÉEEE La création du musée est due au talent et à l'enthousiasme de Hans Haug, conservateur puis directeur des Musées de Strasbourg de 1919 à 1963 et artisan de leur réorganisation. C’est à lui que l’on doit le rassemblement après 1929 dans la maison de l’Œuvre Notre-Dame des collections médiévales provenant des différents musées, des sculptures déposées de la cathédrale et des fonds collectés par la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace, constitués en particulier à la suite des nombreuses destructions affectant des édifices romans ou gothiques opérés à la fin du XIX e siècle.

Le musée fût ouvert au public dès 1931 avec les ensembles lapidaires déposés de la cathédrale et les sections de mobilier, ferronnerie, tapisseries, vitraux et sculpture sur bois. Il connut ensuite plusieurs phases d’agrandissement et l’adjonction successive d’ensembles de peinture, d’orfèvrerie, d’archéologie, de mobilier et de sculpture romane. Plusieurs maisons et décors intérieurs strasbourgeois, soustraits à la démolition, ainsi qu’un grand nombre d’éléments architecturaux anciens furent aussi progressivement réimplantés sur le site. Ce n’est qu’en 1956 que Hans Haug acheva le parcours complet, promenade à travers sept siècles d’art conçue comme une suite de dialogues entre les œuvres et leur cadre architectural.

LESLESLESLES BATIMENTSBATIMENTSBATIMENTSBATIMENTS Le musée est installé dans un ensemble architectural dont le noyau est la Maison de l'Œuvre Notre-Dame, siège depuis le XIII e siècle de l'institution chargée de la collecte et de la gestion des fonds nécessaires à la construction et à l'entretien de la cathédrale. Cette maison prit le nom de Frauenhaus (maison de Notre- Dame), et accueillit durant plusieurs siècles la recette et l'administration de l'Œuvre, le logement du receveur et celui de l'architecte, enfin la loge des maçons et tailleurs de pierre de la cathédrale.

Les deux corps du bâtiment de l'Œuvre flanquent le côté sud de la place de la cathédrale. Celui de gauche, au pignon en simples gradins, date de 1347 et fut remanié en particulier au XVI e siècle. Celui de droite, au pignon à riche décor de volutes et de vases, a été construit en 1579 sur les plans de l'architecte Hans Thoman Uhlberger en un style Renaissance mêlé de réminiscences de la fin de l'époque gothique. Les deux corps, réunis par des galeries, sont desservis par un superbe escalier en vis dû au même architecte. Tout le rez-de- chaussée du bâtiment Renaissance est occupé par l'ancienne salle de réunion des maçons et tailleurs de pierre de la cathédrale, dont les murs portent les restes de peintures murales attribuées à Wendel Dietterlin.

LESLESLESLES COLLECTIONSCOLLECTIONSCOLLECTIONSCOLLECTIONS ChefsChefsChefsChefs d’œuvred’œuvred’œuvred’œuvre dededede lalalala statuairestatuairestatuairestatuaire gothiquegothiquegothiquegothique La statuaire du XIII e siècle provenant de la cathédrale de Strasbourg constitue l'un des ensembles les plus prestigieux du musée. Les sculptures furent pour la plupart déposées au moment de la Révolution, où un édit imposa la destruction et l'enlèvement de la cathédrale de toute marque extérieure du culte. Elles sont depuis remplacées sur le monument par des copies, afin de les préserver des intempéries et de la pollution. La présentation des ces chefs d'œuvres de la sculpture gothique – L’Eglise, la Synagogue, Le Tentateur - occupe la plus vaste salle du musée, installée sur trois niveaux de l'Hôtel du Cerf. Les sculptures, provenant pour la plupart des portails et du jubé, se rattachent aux ateliers successifs auxquels l'on doit la construction du transept et du portail sud, puis du jubé, enfin de la nef et des portails occidentaux de la cathédrale

L’essorL’essorL’essorL’essor artistiqueartistiqueartistiqueartistique dudududu XVXVXVXV eeee sièclesièclesièclesiècle Le second étage du musée, suite de petites salles de caractère intime aux boiseries gothiques rapportées, est entièrement consacré aux arts du XV e siècle. Les collections de très grande qualité témoignent de l'extraordinaire essor artistique qui se manifeste à Strasbourg et dans toute la plaine du Rhin Supérieur à la fin du Moyen Age. La peinture de retables, la sculpture sur bois et sur pierre, la gravure, le vitrail, la tapisserie et l'orfèvrerie connaissent un développement considérable à Strasbourg comme à Colmar, Bâle ou Fribourg. Dans tous les domaines, quelques très grands artistes influencent l'évolution des arts bien au-delà des limites de la province : le sculpteur Nicolas de Leyde, le peintre et graveur colmarien Martin Schongauer, le graveur Maître E. S. de Strasbourg, le peintre bâlois Conrad Witz, le maître verrier Peter Hemmel d'Andlau marquent cette période extraordinairement féconde.

17

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

1212.1212 PrésentationPrésentationPrésentationPrésentation desdesdesdes expositionsexpositionsexpositionsexpositions ayantayantayantayant reçureçureçureçu lelelele labelabellabelabelll d’intérêtd’intérêtd’intérêtd’intérêt

nanationalnanationaltionaltional

Communiqué de

presse

nanationalnanationaltionaltional Communiqué de presse Contact presse Département de l’information et de la

Contact presse

Département de l’information et de la communication 01 40 15 74 71 service-presse@culture.gouv.fr

www.culturecommunication.gouv.fr

www.culturecommunication.gouv.fr Actions en faveur des musées de France Dix-neuf expositions

Actions en faveur des musées de France Dix-neuf expositions ont reçu le label d'exposition d'intérêt national

Le ministère de la Culture et de la Communication annonce la liste des 19 expositions qui ont reçu le label d'intérêt national pour l'année 2012.

Le label « exposition d’intérêt national » récompense chaque année les musées de France qui mettent en œuvre un projet d'exposition remarquable par sa qualité scientifique, ses efforts en matière de médiation culturelle et son ouverture à un large public.

Les 19 expositions retenues en 2012 sont les suivantes :

Bretagne – Japon 2012, un archipel d'expositions 12 musées de Bretagne, février-décembre 2012

Picasso à l'œuvre. Dans l'objectif de David Douglas Duncan Roubaix-La Piscine Musée d'art et d'industrie André Diligent, 18 février au 20 mai 2012

Tours 1500- Capitale des arts Tours-Musée des Beaux-Arts, 17 mars au 17 juin 2012

Un jour j'achetai une momie

Lyon-Musée des Beaux-Arts, 30 mars au 2 juillet 2012

Emile Guimet et l'Égypte antique

Nicolas de Leyde, sculpteur du XVème Siècle, un regard moderne Strasbourg-Musée de l'OEuvre Notre-Dame, 30 mars au 8 juillet 2012

Michel Majerus Bordeaux-Musée d'art contemporain, 31mai au 23 septembre 2012

La dernière nuit de Troie. Histoire et violence autour de la mort de Priam Angers-Musée des Beaux-Arts, 26 mai au 24 septembre 2012

Anna Quinquaud, itinéraires africains dans les années 30 Guéret-Musée d'art et d'archéologie, 14 juin au 16 septembre 2012

Corps et ombres : Caravage et le Caravagisme européen (Italie) Montpellier-musée Fabre, 22 juin au 14 octobre 2012

Corps et ombres : Caravage et le Caravagisme européen (Ecole du Nord) Toulouse-Musée des Augustins, 23 juin au 14 octobre 2012

Echecs et tric-trac. Fabrication et usages des jeux de table au Moyen-Age Mayenne-Musée du château de Mayenne, 23 juin au 18 novembre 2012

Festins de la Renaissance Blois-Château royal et musée de Blois, 7 juillet au 21 octobre 2012

Suzanne Lalique, théâtre et poésie du quotidien Wingen-sur-Moder-Musée des Beaux-Arts, 13 juillet au 11 novembre 2012 Limoges-Musée des Beaux-Arts, 7 décembre 2012 au 15 avril 2013

Bologne et le pontifical d'Autun. Un chef d’oeuvre inconnu du premier trecento (1330-1340) Autun-Musée Rolin, 12 septembre au 9 décembre 2012

Les métamorphoses Clermont-Ferrand-Musée Bargoin, 14 septembre 2012 au 31 mars 2013

18

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

François et Sophie Rude, citoyens de la Liberté. Un couple d'artistes au XIXème Siècle Dijon-Musée des Beaux-Arts, 12 octobre 2012 au 28 janvier 2013

Fiat flux : la nébuleuse Fluxus, 1962-1978 Saint-Étienne-Musée d'art moderne, 27 octobre 2012 au 29 janvier 2013

Peplum Lyon-Musée gallo-romain, 15 octobre 2012 au 15 avril 2013 Saint-Romain-en-Gal,Musée gallo-romain, 15 octobre 2012 au 15 avril 2013 (Co-production des deux musées départementaux)

Champagne ! Reims-Musée des Beaux-Arts, 12 décembre 2012 au 26 mai 2013

Ces expositions contribuent à la politique de diffusion et d’élargissement des publics des musées de France. Chaque musée bénéficie d’une subvention exceptionnelle de 15 000 à 45 000 euros attribuée par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Paris, le 27 janvier 2012

de 15 000 à 45 000 euros attribuée par le Ministère de la Culture et de

19

DOSSIER DE PRESSE «NICOLAS DE LEYDE, SCULPTEUR DU XV e SIECLE. UN REGARD MODERNE» MUSÉE DE L’ŒUVRE NOTRE-DAME, STRASBOURG, 30 MARS - 8 JUILLET 2012

1131133.3 InformationsInformationsInformationsInformations pratiquespratiquespratiquespratiques

MuséeMuséeMuséeMusée dededede l’l’Œuvrel’l’ŒuvreŒuvreŒuvre NotreNotre-NotreNotre--Dame-DameDameDame

LieuLieuLieuLieu ::::

3 place du Château, Strasbourg Tél. : +33 (0)3 88 52 50 00 Tram : Langstross Grand'Rue

HorairesHorairesHorairesHoraires ::::

De mardi à dimanche de 10h à 18h. Nocturne le jeudi jusque 20h L’exposition et le musée sont fermés le lundi Des horaires spécifiques sont réservés aux groupes accueillis par le service éducatif des musées ou par les guides de l’Office du Tourisme de Strasbourg.

AccueilAccueilAccueilAccueil desdesdesdes groupgroupesgroupgroupeseses ::::

Pour toute visite de groupe de plus de 10 personnes, la réservation est obligatoire au 03 88 88 50 50 (du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30).

TarifsTarifsTarifsTarifs ::::

Tarif normal : 6 € (réduit : 3 €).

Gratuité :

- moins de 18 ans

- carte Culture

- carte Atout Voir

- carte Museums Pass Musées

- carte Édu’Pass

- visiteurs handicapés

- étudiants en art et en histoire de l’art

- personnes en recherche d’emploi

- bénéficiaires de l’aide sociale

- agents de la CUS munis de leur badge

Gratuité pour tous :

- le 1 er dimanche de chaque mois

Pass 1 jour : 10 €, tarif réduit 5 €, (accès à tous les Musées de la Ville de Strasbourg et à leurs expositions temporaires), Pass 3 jours : 15 €, tarif unique (accès à tous les Musées de la Ville de Strasbourg et à leurs expositions temporaires), Museums Pass Musées – 1 an,: tarif individuel 76 € ; tarif familial 132 € (accès à plus de 230 musées en Alsace, Suisse et Allemagne).

20

Centres d'intérêt liés