Vous êtes sur la page 1sur 20
EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX

EQUIPEMENTS/BUREAUX

EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX
EQUIPEMENTS/BUREAUX
C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59)
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

Livraison juin 2011 Mission complète SEM VILLE RENOUVELÉE Construction du Centre Européen du Textile Innovant 14 600 m² 19.1 M euros HT Centre de Recherches THPE

Premier bâtiment construit dans la zone de l’union, projet de renouvellement urbain à la frontière de Roubaix et de Tourcoing et situé sur une ancienne friche industrielle, le CETI, Centre Européen des Textiles Innovants, symbolise à lui seul le renouveau économique et urbain recherché par le plan d’urbanisme du quartier. Outil de recherche unique au monde et à dimension internationale, le centre a pour vocation de trouver des solutions innovantes aux problèmes posés par l’industrie textile. Dans ce contexte, l’un des enjeux du projet était non seulement de fournir une réponse pertinente à un programme ambitieux et complexe, mais également de concevoir un bâtiment capable de marquer durablement le caractère urbain d’une zone en pleine mutation. Les exigences programmatiques étaient de trois types :

espaces d’accueil, bureaux, laboratoires. Ce sont ces derniers

qui dominent et constituent le cœur du CETI : leur vocation à une recherche de pointe nécessitait à la fois des espaces conséquents et une adaptabilité du bâti à l’accueil des process des utilisateurs ainsi qu’à leurs mutations possibles. La réponse proposée assume donc le caractère fonctionnel du bâtiment, tant dans la simplicité des volumes que dans les aménagements intérieurs (matériau brut, industriel). Mais c’est pour mieux laisser à la qualité du détail et au traitement de la peau la prise en charge de l’expression poétique et proprement architecturale du lieu, dans une esthétique fine et signifiante à plus d’un titre. Ainsi le traitement des façades, la conception du parvis et l’attention aux couleurs renvoient-ils à la métaphore du métier à tisser et aux fils de couleurs qui en constituent la matière première, dans une expression de l’univers textile qui évite le recours à l’artifice mais s’effectue à partir du matériau et du langage architectural même. Mais

c’est également aux problématiques du devenir et du mouvement que le bâtiment fait signe, en écho au mouvement de la recherche - incessant et en devenir constant - et en référence au site lui-même ; le passage du TGV sur la face ouest du bâtiment, le transport fluvial sur sa face sud ou encore le boulevard urbain à venir au sud sont autant de points de vues différenciés par la vitesse des déplacements et que le bâtiment exprime à son tour en se les appropriant. Architecture qui fait signe, donc, mais qui parvient également à s’émanciper des fonctions qui la font naître : le CETI, au-delà de la métaphore, fait œuvre et touche à une forme d’abstraction où l’architecture rejoint l’art contemporain dont elle se nourrit.

C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59)
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

Livraison juin 2011 Mission complète SEM VILLE RENOUVELÉE Construction du Centre Européen du Textile Innovant 14 600 m² 19.1 M euros HT Centre de Recherches THPE

C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
C.E.T.I (ROUBAIX/TOURCOING_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :

Premier bâtiment construit dans la zone de l’union, projet de renouvellement urbain à la frontière de Roubaix et de Tourcoing et situé sur une ancienne friche industrielle, le CETI, Centre Européen des Textiles Innovants, symbolise à lui seul le renouveau économique et urbain recherché par le plan d’urbanisme du quartier. Outil de recherche unique au monde et à dimension internationale, le centre a pour vocation de trouver des solutions innovantes aux problèmes posés par l’industrie textile. Dans ce contexte, l’un des enjeux du projet était non seulement de fournir une réponse pertinente à un programme ambitieux et complexe, mais également de concevoir un bâtiment capable de marquer durablement le caractère urbain d’une zone en pleine mutation. Les exigences programmatiques étaient de trois types :

espaces d’accueil, bureaux, laboratoires. Ce sont ces derniers

qui dominent et constituent le cœur du CETI : leur vocation à une recherche de pointe nécessitait à la fois des espaces conséquents et une adaptabilité du bâti à l’accueil des process des utilisateurs ainsi qu’à leurs mutations possibles. La réponse proposée assume donc le caractère fonctionnel du bâtiment, tant dans la simplicité des volumes que dans les aménagements intérieurs (matériau brut, industriel). Mais c’est pour mieux laisser à la qualité du détail et au traitement de la peau la prise en charge de l’expression poétique et proprement architecturale du lieu, dans une esthétique fine et signifiante à plus d’un titre. Ainsi le traitement des façades, la conception du parvis et l’attention aux couleurs renvoient-ils à la métaphore du métier à tisser et aux fils de couleurs qui en constituent la matière première, dans une expression de l’univers textile qui évite le recours à l’artifice mais s’effectue à partir du matériau et du langage architectural même. Mais

c’est également aux problématiques du devenir et du mouvement que le bâtiment fait signe, en écho au mouvement de la recherche - incessant et en devenir constant - et en référence au site lui-même ; le passage du TGV sur la face ouest du bâtiment, le transport fluvial sur sa face sud ou encore le boulevard urbain à venir au sud sont autant de points de vues différenciés par la vitesse des déplacements et que le bâtiment exprime à son tour en se les appropriant. Architecture qui fait signe, donc, mais qui parvient également à s’émanciper des fonctions qui la font naître : le CETI, au-delà de la métaphore, fait œuvre et touche à une forme d’abstraction où l’architecture rejoint l’art contemporain dont elle se nourrit.

GROUPE SCOLAIRE VICTOR HUGO (ROUBAIX_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION
GROUPE SCOLAIRE VICTOR HUGO (ROUBAIX_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION
GROUPE SCOLAIRE VICTOR HUGO (ROUBAIX_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION
GROUPE SCOLAIRE VICTOR HUGO (ROUBAIX_59)
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :
  • 2010 1. L’implantation du programme réalise un projet qui fait à la fois signe et sens dans un espace urbain en mutation. : C’est la conception d’un bâtiment paysage qui est recherché. La volumétrie du projet empreinte ses

Concours gagné VILLE DE ROUBAIX_Direction Générale A.J.R.A

Reconstruction du groupe scolaire Victor Hugo

  • 2 formes libres en se référant au sac de billes des enfants.

200 m²

  • 6 Le contenant, c’est la clôture à la fois poreuse et végétalisée et les billes sont les éléments des programmes qui s’assemblent pour donner corps au projet. Les angles des volumes sont arrondis, les toitures sont pliées afin de générer une architecture proposant une addition douce s’installant dans le quartier. Cet effet est renforcé par la tonalité blanche qui accroche la lumière en vision proche et lointaine. Le blanc est la

782 354 euros HT

conception réalisation Saison Menu ARCHITECTES entreprise mandataire DUMEZ Principes du Passiv House Conso Inférieur à 15 KWhep/m² shon/an

couleur du commencement. Les façades de bois cérusée blanc se combinent à la végétation qui les accompagne et jouent comme révélateur dans un quartier où la brique domine. C’est aussi une façon de dilater l’espace très serré des gabarits des rues qui bordent le site. 2. L’organisation spatiale du programme présente un fonctionnement optimum en termes d’accessibilité, de lisibilité et de fluidité des espaces, pour créer un « outil » d’enseignement où l’enfant est au cœur des préoccupations. Le programme fonctionnel, décomposé en quatre volumes, renforce la lisibilité spatiale du groupe scolaire. Deux volumes hauts se révèlent vers la

ville : l’un, contenant les salles de classe sur deux niveaux, accompagne l’angle des deux rues, il est visible en perception lointaine ; l’autre volume comporte les fonctions communes, il est installé sur le parvis, agissant comme marqueur urbain, il offre une double vocation : il annonce les entrées de l’école et la promenade du parc linéaire. Le troisième volume occupe le centre de la parcelle, c’est le restaurant, il sépare les deux cours, il accroche les préaux et il préserve, par son petit gabarit, la continuité des vues transversales ménagées entre le futur parc linaire et la rue du Luxembourg. Le quatrième volume s’installe en limite de la parcelle, en transition entre la cour maternelle et l’accès à la cour de livraison de la fromagerie.

LEGENDE

  • 1 entrée principale

  • 2 entrée parking, portail coulissant et clôture

  • 3 entrée de service

  • 4 parking en asphalte, dalles gazon

  • 5 jardin en pleine terre : plantations de liquidambar, bambous, de graminées, vivaces et fougères

  • 6 patio vegetalisé sur parking bas bambous

  • 7 terrasse du personnel en bois preles

  • 8 panneaux photo voltaïque toit terrasse végétalisé

  • 9 edicule technique

LEGENDE 1 entrée principale 2 entrée parking, portail coulissant et clôture 3 entrée de service 4
LEGENDE 1 entrée principale 2 entrée parking, portail coulissant et clôture 3 entrée de service 4
LEGENDE 1 entrée principale 2 entrée parking, portail coulissant et clôture 3 entrée de service 4
D.T.P.A.S (ruche de l'Union ROUBAIX_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION
D.T.P.A.S (ruche de l'Union ROUBAIX_59)
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

2009, phase p.c Mission complète Conseil Général Département du Nord Construction de la Direction Territoriale De Prévention et d'Action Sociale 3 000 m² 6.1 M euros Certification HQE BBC

Sensation de modernité sobre et calme : A partir du gabarit « brut », nous avons travaillé la masse et son enveloppe pour instaurer une dialectique entre ce bâtiment, les immeubles existants et les futures opérations de bureaux. Le volume est revêtu d’une enveloppe conçue à base d’horizontales qui soulignent les étages en continuité des immeubles voisins, et de verticales créées par l’alternance de baies et d’éléments pleins. Afin de produire l’effet coloré des façades, cinq échantillons de couleurs sont prélevés sur les façades des immeubles existants en briques et sont appliqués sur le bardage composé de panneaux d’aluminium laqué irisé. Enfin, des jalousies en tôle perforée habillent de dentelle la façade sud, et permettent non seulement la

protection solaire et le confort lumineux des locaux, mais aussi l’introduction de l’architecture à une échelle plus fine. La façade s’anime d’un mouvement qui révèle l’activité interne du bâtiment. Le projet vise à établir un fonctionnement interne lisible et pérenne de la DTPAS. L’accueil du visiteur se fait tout en douceur dans un hall aux dimensions généreuses et sensiblement isolé de la rue, à l’opposé de tout « effet de vitrine » incommodant. Un ruban de verre ondulé délimite un espace organique baigné de lumière naturelle. On distingue à travers la paroi translucide une masse végétale qui colore le lieu. Des bambous jaillissent des parkings en sous-sol et créent un événement majeur. L’accueil général occupe une position centrale

stratégique, située entre le hall d’accueil et le foyer, avec une vue dégagée à 360°. L’agent en poste contrôle visuellement l’ensemble des espaces accessibles au public, depuis un espace en forme d’alcôve propice à un échange confidentiel et sécurisant. Les circulations sont totalement optimisées. Nous avons enrichi ces espaces dédiés aux flux de personnes d’une dimension conviviale par un travail sur les ambiances, la lumière, les couleurs, les matières, les vues et enfin le mobilier. Les espaces créés se veulent rassurants et sereins pour les visiteurs, efficaces et conviviaux pour les utilisateurs au quotidien.

les dépasser. Ce bâtiment cherche à trouver son point d’équilibre entre différents objectifs, à plusieurs niveaux
les dépasser. Ce bâtiment cherche à trouver son point d’équilibre entre différents objectifs, à plusieurs niveaux

les dépasser. Ce bâtiment cherche à trouver son point d’équilibre entre différents objectifs, à plusieurs niveaux : urbains, architecturaux, fonctionnels et énergétiques. Tous ces paramètres contribuent à produire un enrichissement nécessaire à l’élaboration du projet. Cet immeuble doit être à la fois manifeste, en réponse à son positionnement à la croisée des vues, et doit s’accorder avec les volumétries et les écritures très différentes des immeubles contigus.Nous nous sommes fixés comme objectif d’effectuer une forme de transition physique entre les frondaisons du cimetière et son petit bâtiment d’entrée, l’architecture rigoureuse des bureaux

d’Euralille et l’expression très complexe, néo-régionaliste, des logements limitrophes. Le cairn est un immeuble qui n’indique pas de direction préférentielle. Sa stratification verticale, ses effets de torsions, sont les moyens d’accueillir la nature par l’intermédiaire de terrasses végétalisées, qui colonisent les faces situées en vis-à-vis du cimetière et des logements et proposent une façade hiératique forte et douce en relation à la gare Lille Europe.

LOT 4.1-A ZAC DU CENTRE INTERNATIONAL D’AFFAIRES DES GARES (EURALILLE_59)

les dépasser. Ce bâtiment cherche à trouver son point d’équilibre entre différents objectifs, à plusieurs niveaux

ANNÉE(S) DE RÉALISATION :

MISSION RÉALISÉE :

MAÎTRE D’OUVRAGE :

DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :

SHON :

COÛT DE TRAVAUX :

PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :

PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

  • 2010 LE CAIRN : amas artificiel de pierres (baliser un sentier traversant, un sol rocailleux, repérer le sommet d’une montagne). L’îlot 4.1 est une pièce architecturale et d’animation urbaine fondamentale dans le dispositif urbain d’Euralille. Il forme la dernière emprise constructible entre les rives du quartier Saint-Maurice et le secteur Gare. Cet emplacement est exceptionnel, il est à l’articulation des vues proches et lointaines. Sa situation d’angle agit comme un aimant, il capte tous les regards. Une architecture de contexte : un immeuble à la fois expressif et intégré. Le projet intègre les lignes de force de son environnement pour les hiérarchiser, les transformer,

concours (perdu) Lille Métropole Communauté Urbaine _SAEM Euralille Construction de bureaux, commerces et activités sur la ZAC du Centre International d’Affaires des Gares 3 840 m² 4.6 M euros HT Kic Immobilier HQE niveau BBC

Boulevard Paul Painlevé

logements de fonction plateforme CTA plateforme CTA R+5 chambres 4 lits chambres 4 et 6 lits
logements de fonction
plateforme CTA
plateforme CTA
R+5
chambres 4 lits
chambres 4 et 6 lits
bureaux
plateau sportif AJ
chambres
1 et 4 lits
R+4
chambres 1 et 2 lits
chambres 3 lits
boxes pour entretiens
de confidentialité
chambres 2 lits
plateforme CTA
bureaux
R+3
chambres 4 lits
chambres 6 lits
lieu de vie moyens
chambres 1 lit
lieu de vie halte garderie
psychomotricité
archives
bureaux
lieu de vie grands
cour_crèche
R+2
chambres 4 lits
chambres 6 lits
chambres 1 lit
extérieur bébés
salles du personnel AJ
lieu de vie bébés
Boulevard Paul Painlevé
R+1
M
salles du personnel AJ
bureaux AJ
i
bureaux de la crèche
X
cuisine de la crèche
salles de réunion
expo
cuisine
cuisine de la crèche
accès
crèche
uniquement
Nouvelle voie B
RDC
Avenue Denis Cordonier

accès

général

Nouvelle voie B livraison cuisine
Nouvelle voie B
livraison cuisine

accès

crèche

uniquement

Boulevard Paul Painlevé logements de fonction plateforme CTA plateforme CTA R+5 chambres 4 lits chambres 4

accès plateau technique

Avenue Denis Cordonier

Boulevard Paul Painlevé logements de fonction plateforme CTA plateforme CTA R+5 chambres 4 lits chambres 4
LOT 2 PORTE DE VALENCIENNES (LILLE_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE :
LOT 2 PORTE DE VALENCIENNES (LILLE_59)
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

2011

Concours (perdu) VILLE DE LILLE_SAEM Euralille réalisation d’une Auberge de Jeunesse, la Maison de l’Economie Sociale et Solidaire et le Centre Multi Accueil Petite Enfance

Porte de Valenciennes à Lille

6730

11 854 299 euros HT

Grande performance énergétique et environnementale /

Dans sa situation urbaine, ici plus qu'ailleurs, ce bâtiment public va jouer un rôle fédérateur dans ce quartier de la porte de Valenciennes. Nous avons imaginé un bâtiment irisé, évocation irréelle. Imposant par son volume, il sait se montrer léger, paisible dans sa forme singulière et ses couleurs. Il semble immatériel et attire par ses transparences. Il

possède une volumétrie expressive qui procure différents niveaux de perception, selon les vues proches et lointaines, selon les angles. Il convie des métaphores distinctes.

Ce relief architectural aimante l’espace. Il est conçu à

partir d’une programmation exceptionnelle, combina- toire de trois programmes associés de manière inédite, provoquant des rencontres uniques d’un public intergénérationnel : le centre multi accueil petite enfance, la maison de l’économie sociale et solidaire et l’auberge de jeunesse. Nous avons conçu ce projet comme un forum public, dont l’expressivité spatiale affirme la force symbolique de cet équipement et annonce le renouveau de ce quartier. Il y a donc un projet finalement architectural, mais son principe fondateur réside dans l'imbrication des programmes et des usages induits. Le programme est convoqué dans tous ses états,

comme surexprimé pour en faire le lieu du lien social, en provoquant un phénomène de vies, de vues et d’espaces croisés : boire un verre, manger au restaurant, jouer dans la cour, ce reposer au pied du patio, exposer, lire un livre, jouer au basket…

Pour révéler ce lien social, nous avons imaginé « un espace en plus » : LA HALLE, en forme de y, elle est située au rez-de-chaussée des programmes. Cet espace couvert polarise les fonctions collectives et invite aux échanges multiples. Nous imaginons en faire un lieu animé en continuité du sol public de la ville. Elle répond aux espaces mutualisés du programme.

PARKING BAS PARKING HAUT ACCES PARKING HAUT PARVIS PIETON RUE ROGER SALENGRO RUE GUSTAVE THIETARD POLYPROGRAMME
PARKING BAS PARKING HAUT ACCES PARKING HAUT PARVIS PIETON RUE ROGER SALENGRO RUE GUSTAVE THIETARD
PARKING BAS
PARKING HAUT
ACCES
PARKING
HAUT
PARVIS PIETON
RUE ROGER SALENGRO
RUE GUSTAVE THIETARD
PARKING BAS PARKING HAUT ACCES PARKING HAUT PARVIS PIETON RUE ROGER SALENGRO RUE GUSTAVE THIETARD POLYPROGRAMME

POLYPROGRAMME (ZAC de Valmont à ANZIN_59)

PARKING BAS PARKING HAUT ACCES PARKING HAUT PARVIS PIETON RUE ROGER SALENGRO RUE GUSTAVE THIETARD POLYPROGRAMME

ANNÉE(S) DE RÉALISATION :

2006

MISSION RÉALISÉE :

Mission complète

10 550 m²

MAÎTRE D’OUVRAGE :

NACARAT

DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :

Construction de Bureaux,

SHON :

Commmerces, C.Cial et UTPAS

COÛT DE TRAVAUX :

6.5 M euros

PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :

PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

RT 2000

La future ZAC de Valmont est actuellement présentée comme la cicatrice d'un vaste pôle industriel et d'une gare démolie. Implanté au coeur de la ville, jouxtant la place de la mairie et la rue gustave Delory, ce site deviendra primordial dans la perception du nouvel anzin.

Le programme se présente en une pluri-activité mélant commerces, bureaux, restaurants et services publics.

Le bâtiment se compose d'une volumètrie posée sur deux rez de chausée qui sont le résultat d'une déclivité du terrain de 2,50 m. Les deux rez de chausée se situe sur la place de la mairie et la place du tramway.

Les matériaux utilisés sont : des panneaux bakélisés aspect bois sur la place du tramway, peinture minérale clair en retour des grands ensembles vitrés. Pour l'ensemble des façades et murs rideaux, une altérnance de verres colorés sera utilisée pour reproduire les vitraux du Nord.

GROUPE SCOLAIRE WAGNER (LILLE_59) 2010 Le groupe scolaire prend la forme d’un ruban couvert ANNÉE(S) DE
GROUPE SCOLAIRE WAGNER (LILLE_59) 2010 Le groupe scolaire prend la forme d’un ruban couvert ANNÉE(S) DE
GROUPE SCOLAIRE WAGNER (LILLE_59) 2010 Le groupe scolaire prend la forme d’un ruban couvert ANNÉE(S) DE
GROUPE SCOLAIRE WAGNER (LILLE_59) 2010 Le groupe scolaire prend la forme d’un ruban couvert ANNÉE(S) DE

GROUPE SCOLAIRE WAGNER (LILLE_59)

GROUPE SCOLAIRE WAGNER (LILLE_59) 2010 Le groupe scolaire prend la forme d’un ruban couvert ANNÉE(S) DE
2010 Le groupe scolaire prend la forme d’un ruban couvert ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE
2010
Le groupe scolaire prend la forme d’un ruban couvert
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
Concours (perdu)
QUARTIER DE LILLE SUD_VILLE DE LILLE
d’un épiderme de couleur gris violet aux écailles
métalliques vibrantes. Cette architecture « paysage »
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
Reconstruction de l’école maternelle Wagner,
de la restauration scolaire croisette et
réhabilitation de l’école élémentaire Wagner
dynamique et attrayante, offre à tous les regards une
perception cohérente et unifiée de l’équipement dans
la quartier. Elle trouve naturellement sa place dans le
SHON :
5 250 m²
« jardin des équipements ».
COÛT DE TRAVAUX :
7 M euros HT
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :
- Notre proposition rend fluide et accessible aux
enfants et aux personnes à mobilité réduite
l’ensemble des programmes et des cours de
récréation en instrumentalisant la topographie
existante. Deux cours distinctes, l’une pour la
maternelle et l’autre pour l’élémentaire

- Un équipement sécurisé et sécurisant : les enfants disposent d’un univers ludique, de cours colorées, de jardins à profusion, de mobiliers aux formes variées, d’espaces généreux et étonnants, de lumières naturelles travaillées, etc. Le groupe scolaire devient une expérience sensorielle… L’ensemble construit et réhabilité offre des changements d’aspects en fonction des points de vue, en proposant un épiderme qui recouvre les volumes à l’image d’un ruban continu. Cette vêture est un bardage métallique vrillée et polychrome qui crée des effets de moirure, des effets cinétiques et des rythmiques qui confirme la volonté de

concevoir un espace dynamique. - L’école maternelle présente un fonctionnement optimum en termes d’accessibilité, de lisibilité et de fluidité des espaces, pour créer un « outil » d’enseignement où l’enfant est au cœur des préoccupations. Grâce à un jeu de pans inclinés très doux, l’école maternelle tire un maximum de profit de la configuration topographique du terrain pour son organisation fonctionnelle. Ainsi, nous proposons de déployer le programme sur un rez-de-chaussée haut et un rez-de-chaussée bas.

GROUPE SCOLAIRE BUFFON ANNÉE(S) DE RÉALISATION : (ROUBAIX_59) MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE
GROUPE SCOLAIRE BUFFON ANNÉE(S) DE RÉALISATION : (ROUBAIX_59) MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE
GROUPE SCOLAIRE BUFFON
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
(ROUBAIX_59)
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :
  • 2009 Le projet tire l’origine de sa forme d’une réinterprétation de la structure des îlots roubaisiens. Ces volumes distincts en formes et gabarits, constituent un conglomérat dense qui raconte l’histoire des évolutions de ce tissu urbain. Nous proposons de reconduire ce jeu formel dans l’image produite pour la réhabilitation - extension du groupe scolaire. Ce projet va créer une forme d’électrochoc urbain et produire une micro centralité en réorganisant les espaces extérieurs. Ce dispositif amorce la requalification du quartier. Cela engendre un bâtiment qui s’accorde aux échelles des immeubles existants. Il vient créer des particularismes de type événementiels, pour créer la surprise, la confronta- tion ou l’intégration. Ainsi, nous proposons la réalisation d’un bâtiment «

Concours perdu Ville de Roubaix_DEPARTEMENT DU NORD Réhabilitation du groupe scolaire buffon 2 318 m² 6.0 M euros CONSTRUCTEUR DUMEZ EPS BET SECHAUD BOSSUYT HQE ENERGELIO HQE® ET PASSIV HAUS®

coquille d’escargot », refermé autour de la cour de récréation, afin de la sécuriser et de faciliter la surveillance des lieux. Ce bâtiment propose une double identité : il dialogue avec l’îlot et crée un paysage intérieur. Cet effet, volontairement sculptural, est accentué dans le dispositif d’entrée, à l’image d’une grotte, qui protège les enfants de la pluie. De la même manière dans la cour de récréation, la masse sculptée engendre le préau. Dans le traitement architectural, l’enveloppe épaisse est composée d’une addition de couches différentes, en résolution au confort thermique d’hiver et d’été. La face extérieure est composée d’une tôle perforée qui reçoit des formats de perforations différents de manière à produire un effet cinétique changeant la lecture du

volume et la perception de la couleur, de la lumière. Cette composition offre des profondeurs de champs successifs entre la masse creusée des volumes et les surfaces des façades, un aspect visuel velours. Le bâtiment est de teinte bleue turquoise, couleur omniprésente qui unifie ce petit monde comme autant de mises en scène possibles de l’extérieur vers l’intérieur et vice versa. Dans l’établissement, c’est le blanc qui domine. Cette couleur est « réveillée » par l’application de jaunes différents sur certains murs, afin de prolonger la lumière naturelle provenant des baies. Ces couleurs viennent en contraste à l’unité proposée. Elles renvoient des lumières colorées de l’intérieur vers l’extérieur, comme une respiration relevée par des lumières artificielles des après-midi d’hiver.

STADE BALLET (LILLE_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION
STADE BALLET (LILLE_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION
STADE BALLET (LILLE_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION

STADE BALLET (LILLE_59)

STADE BALLET (LILLE_59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION
ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
  • 2011 Cet équipement devra à la fois faire signe et sens

Concours perdu

VILLE DE LILLE

création d’un ensemble sportif comprenant la rénovation du stade Ballet et la restructuration

de la salle Defaucompret dans le quartier de Fives à LILLE

dans ce tissu urbain encore fragile. Il s’agit de faire

cohabiter un programme de gymnase avec des

maisons de faible échelle situées en mitoyenneté, et d’un programme plus « spectaculaire »composé de tribunes, club house, vestiaires… installé en contiguïté du terrain de sport. Traiter cette dualité est

_m²

_euros HT

une situation unique, elle interroge la finesse de

l’insertion urbaine. Nous souhaitons concevoir un

projet retenu, qui s’inscrit dans le quartier sans

s’imposer. Nous voulons scénographier la rue Parmentier Cette disposition devient une force vitale que nous avons

choisi d’exploiter et d’explorer dans ses spatialités induisant une conception architecturale plus transparente, plus ouverte, plus urbaine. Poreux et ramassé, le projet opère alors des connexions efficientes entre les activités qu’il fédère et la ville qu’il prolonge. La morphologie des deux programmes convie la métaphore de l’agrafe qui englobe la rue Parmentier. C’est probablement la mise en œuvre du projet en coupe qui devient emblématique de notre travail architectural et urbain. Nous avons en tête l’œuvre de Brancusi le « Baiser », dans sa force d’attraction que nous cherchons à traduire en spatialité. Ainsi

l’espace concave obtenu par la valorisation de la sous face des tribunes, doublé de l’espace en creux qui manifeste l’entrée vitré du programme, s’offre en vis-à-vis avec le jeu de transparence organisé de part et d’autre de cette « cour urbaine ». Il s’agit en quelque sorte de la mise en œuvre d’une vitrine sportive.

LE VELODRÔME (ROUBAIX) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : 2008 MISSION RÉALISÉE : Concours (perdu) MAÎTRE D’OUVRAGE :

LE VELODRÔME (ROUBAIX)

LE VELODRÔME (ROUBAIX) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : 2008 MISSION RÉALISÉE : Concours (perdu) MAÎTRE D’OUVRAGE :

ANNÉE(S) DE RÉALISATION :

2008

MISSION RÉALISÉE :

Concours (perdu)

MAÎTRE D’OUVRAGE :

Conseil régional

DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :

reconstruction du velodrôme

SHON :

10 000 m²

COÛT DE TRAVAUX :

12.0 M euros

PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :

Architecte Ass. Dominique PERRAULT

PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

BET OVE ARUP HQE OVE ARUP Économiste OVE ARUP

COLLÈGE CAMUS TRIOLET (HEM 59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : 2008 MISSION RÉALISÉE : Concours (perdu) MAÎTRE
COLLÈGE CAMUS TRIOLET (HEM 59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : 2008 MISSION RÉALISÉE : Concours (perdu) MAÎTRE
COLLÈGE CAMUS TRIOLET (HEM 59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : 2008 MISSION RÉALISÉE : Concours (perdu) MAÎTRE

COLLÈGE CAMUS TRIOLET (HEM 59)

COLLÈGE CAMUS TRIOLET (HEM 59) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : 2008 MISSION RÉALISÉE : Concours (perdu) MAÎTRE

ANNÉE(S) DE RÉALISATION :

2008

MISSION RÉALISÉE :

Concours (perdu)

MAÎTRE D’OUVRAGE :

Conseil Général Département du Nord

DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :

Reconstruction après regroupements

SHON :

11 675 m²

COÛT DE TRAVAUX :

18.9 M euros

PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :

BET COTEBA

PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

HQE OASIIS Économiste J.M Gaquere Paysagiste P. Thomas

Notre conception du projet du collège est indisso- ciable des préoccupations environnementales. Nous avons cherché à glisser le programme de ce vaste équipement dans la forme complexe du site en croisant trois données fondamentales :

_Eviter les ruptures d’échelle avec l’environnement immédiat, composé en grande majorité de maisons individuelles, en offrant une stratification horizontale des niveaux qui limite l’impact des hauteurs du bâtiment (R+2 partiel). Le parti d’aménagement se fonde sur la volonté d’amarrer l’équipement au paysage « domestique » du quartier. Il prolonge en

cela le parti architectural qui, en fragmentant et en dépliant le bâtiment, lui permet d’explorer la forme complexe du terrain et de s’insinuer dans le quartier. _Proposer une organisation du programme en forme d’étoile pour fluidifier les liaisons entre les différents secteurs. Le hall et le C.D.I. sont au cœur du dispositif. Le programme du collège s’articule autour de trois espaces extérieurs fondamentaux : le parvis d’entrée, le patio et la cour de récréation, qui se fondent vers l’intérieur en tissant des relations entre le paysage des jardins et l’architecture intérieure du bâtiment. _Transformer les conditions d’orientation, d’implantation et de performance énergétique en

architecture, en générant une nouvelle plastique exprimée par les volumes et les façades, mais aussi par l’innovation, en profitant des fondations par pieux pour générer de la géothermie. Ces trois composantes ont dirigé la morphologie fuselée du bâtiment et son expression architecturale, où les ventelles constituent une peau qui s’installe partout où elle est nécessaire. Elle véhicule l’expression architecturale du projet.

GROUPE SCOLAIRE MOULIN BLANC (ST AMAND LES EAUX) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE
GROUPE SCOLAIRE MOULIN BLANC (ST AMAND LES EAUX) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE
GROUPE SCOLAIRE MOULIN BLANC (ST AMAND LES EAUX) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE
GROUPE SCOLAIRE MOULIN BLANC (ST AMAND LES EAUX) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE

GROUPE SCOLAIRE MOULIN BLANC

(ST AMAND LES EAUX)

GROUPE SCOLAIRE MOULIN BLANC (ST AMAND LES EAUX) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE

ANNÉE(S) DE RÉALISATION :

MISSION RÉALISÉE :

MAÎTRE D’OUVRAGE :

DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :

SHON :

COÛT DE TRAVAUX :

PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :

PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

  • 2006 L'architecture est en contact direct avec la végétation qui borde le site Le bâtiment propose dans ses ouvertures des vues constantes sur ce paysage Le bâtiment exprime la métaphore du sol soulevé - le toit est planté et se confond au paysage. Le bâtiment à installé entièrement en rez-de-chaussée, constitue une architecture à petite échelle, la forme du toit règle des hauteurs différentes selon les programmes.

Concours (perdu) VILLE DE ST AMAND LES EAUX réalisation d'un groupe scolaire école primaire et d'une école maternelle 2 314 m² 3.8 M euros BET Structure/ Fluides Economiste OTH NORD

L'espace des enfants L'espace est un langage et l'enfant dialogue avec lui : le projet proposé et son aménagement favorisent ce dialogue par : ses qualités sensorielles : les reflets, les couleurs, les

matériaux de façade et ses valeurs symboliques et relationnelles.

L'architecture du projet est duale : Le volume extérieur évoque le monde métaphorique du sol soulevé aux couleurs empruntées au paysage avec des façades en bétons matricé de couleur brune. En canalisant les lumières prises à l'Ouest et au Sud, le toit est ponctuellement rabaissé dans les classes par une lame plus basse de plafond acoustique , il donne à tous les espaces communs de la maternelle et de l'école primaire une généreuse ampleur spatiale clairement délimitée qui semble respirer le même air fluide.

Le bâtiment est en béton texturé de teinte brune, couleur omniprésente, ce qui unifie ce petit monde comme aspiré par le paysage avec de larges baies comme sculptées dans la masse et donc traitée en opposition par un béton architectonique blanc comme autant de mise en scêne possible de l'extérieur vers l'intérieur et vice-et-versa. Les préaux participent activement à la composition du volume général comme les deux ailes du "papillon" permettant les liaisons "à couvert" depuis le hall vers l'école primaire et maternelle.

COLLÈGE ROBERT DESNOS (MASNY) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE
COLLÈGE ROBERT DESNOS (MASNY) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE
COLLÈGE ROBERT DESNOS (MASNY) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE
COLLÈGE ROBERT DESNOS (MASNY) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE
COLLÈGE ROBERT DESNOS (MASNY)
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :
  • 2006 Le projet se présente comme une accumulation de données d’images, de boîtes empilées, allégorie de la culture, apprise jour après jour dans une institution publique. La disposition aléatoire de ces volumes crée une animation de façade qui réduit l’échelle de l’édifice dans un souci d’intégration au paysage rural. Des bandes d’arbres orientées globalement Est-Ouest constituent l’armature paysagère majeure et rattachent visuellement et symboliquement le terrain au bois du château qui ferme la perspective

Concours (perdu) CONSEIL GÉNÉRAL DU NORD construction sur un nouveau site du collège robert desnos à masny 9 070 m² 13.5 M euros BET : Berim - Paysagiste : P.Thomas - HQE : Oasis Architecte d'intérieur : J.M VYNCKIER

L’organisation du collège adopte un plan en étoile. Depuis le hall d’entrée toutes les entités du

programme sont en accès direct. Le préau liaisonne deux programmes importants, la demi-pension et la salle d’EPS ; la vie scolaire et les salles d’enseignement. Pour une raison d’efficacité et de surveillance, les couloirs se présentent comme un « V » de grande longueur et d’une largeur minimum de 3 m permettant un croisement confortable des collégiens.

CENTRE ÉQUESTRE & NAUTIQUE (VAL JOLY) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE :
CENTRE ÉQUESTRE & NAUTIQUE (VAL JOLY) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE :
CENTRE ÉQUESTRE & NAUTIQUE (VAL JOLY) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE :
CENTRE ÉQUESTRE & NAUTIQUE (VAL JOLY) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE :
CENTRE ÉQUESTRE & NAUTIQUE (VAL JOLY) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE :
CENTRE ÉQUESTRE & NAUTIQUE (VAL JOLY)
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

2002-2005

Mission complète

CENTRE EQUESTRE Un premier bâtiment est destiné à l'accueil du public, c'est un volume très simple établi sur une continuité façade-toit réalisant un élément unitaire en structure béton revêtu d'ardoises. Une très large baie continue en verre parcourt la façade et se retourne en pignon, elle

conseil général du nord et syndicat mixte departemental du valjoly réalisation du c.équestre réhabilitation et extension du c.nautique

  • 1 signale l'espace d'accueil des visiteurs et permet

630 m²

  • 1 d'éclairer largement le foyer. Des vues sont ainsi cadrées sur l'espace d'évolution des chevaux et sur le lac ; cela contribue à la qualité spatiale et à l'animation du lieu. L'autre bâtiment est dévolu à l'hébergement des chevaux (boxes, grange, fumière…) il est réalisé en béton pour ce qui concerne le socle et le logement. Un vaste toit flotte au-dessus de ce socle et libère un espace vide qui reçoit

760 000 euros HT

les ballots de paille. L'ensemble ainsi constitué est revêtu d'un parement en ardoises. La composition des façades des boxes est en bois posée au nu extérieur du mur pour créer une dynamique, jeu d'ombre et de lumière qui animent la façade relayée par les vantaux qui en s'ouvrant découvre la tête des chevaux. Ces deux bâtiments accusent une volontaire gémellité formelle dont les fonctions diversifiées induisent des variations spatiales.

LA BASE NAUTIQUE a été réalisée en 1970, empruntant l'expression de grands toits pentus conditionnant les espaces intérieurs, notre démarche liminaire a consisté à doter le bâtiment d'une nouvelle image simplifiée et plus

intégrée au paysage. L'ensemble de la façade "lac" est restructuré en ménageant des surfaces supplémentaires. Une peau de bois posée en clins horizontaux ou verticaux créera une vibration, une perméabilité et une transparence de la façade. Les ateliers seront disposés dans le plan de la façade réalisant une forme de socle qui rassemble les différentes fonctions. Les bois utilisés seront des essences locales naturelles ou traitées. L'objectif est d'obtenir une paroi qui se patinera dans le temps en gris argenté.

COLLÈGE LAMARTINE (CAMBRAI) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION
COLLÈGE LAMARTINE (CAMBRAI) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION
COLLÈGE LAMARTINE (CAMBRAI) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION
COLLÈGE LAMARTINE (CAMBRAI) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION
COLLÈGE LAMARTINE (CAMBRAI) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION
COLLÈGE LAMARTINE (CAMBRAI) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION
COLLÈGE LAMARTINE (CAMBRAI)
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
  • 2003 Le souci d'intégration, d'impact et de pertinence du projet ainsi que ses contraintes de mise en œuvre trouvent une solution commune dans la création de trois grands groupes architecturaux homogènes dédiés à des sous-ensembles cohérents du programme.

Mission complète conseil général du nord Restructuration du Collège Lamartine, réalisation en site occupé Accessibilité maximum 9 800 m² 11.3 M euros Architecte co-traitant : Franck REMY BET Structures CEDEGE BET Fluides : CTH

Une logique de distribution et de promenade prend toute sa force dans l'intervention architecturale.

Inscrits dans les volumes similaires, les trois bâtiments expriment des personnalités complémen- taires : forme stricte et trame de plan optimisée dans

l'aile Sud, forme décomposée animée et dynamique pour l'aile Est, jeux de plaques formant une équerre accueillante pour l'aile Nord.

Dialoguant entre eux par les jeux de pentes des toitures et par les transparences de l'élévation, chaque bâtiment possède une inscription particulière dans le site :

le bâtiment est, discrètement encaissé, souligne l'horizon par la ligne continue de sa toiture tandis que le bâtiment Nord affirme ses quatre blocs rappelant le morcellement qu'il domine ; enfin le bâtiment Sud renforce sa place par l'angle de son volume.

De même, les variations du traitement invitent à une découverte dans la pratique du lieu.

LAZARE GARREAU (LILLE SUD) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE
LAZARE GARREAU (LILLE SUD) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE
LAZARE GARREAU (LILLE SUD) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE
LAZARE GARREAU (LILLE SUD) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION DE
LAZARE GARREAU (LILLE SUD)
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :
  • 2007 Le centre dans le parc « actif » Le centre Lazare Garreau se glisse dans le paysage ouvert et l’utilise. Il n’a de sens qu’avec lui. Il en fait un objet singulier. Le sol se soulève doucement pour assurer la pratique du toit planté. L’enveloppe extérieure est à l’image d’un mur de soutènement percé comme une garantie d’une protection renforcée pour tout individu qui en franchit le seuil. Puis, ce sont une série d’espaces colorés et chaleureux qui les accueillent. Depuis la rue intérieure, on oublie la ville, les vues sont démultipliées vers les cours, patio, parc… Les larges baies saisissent toutes les orientations du soleil.

Concours (perdu) VILLE DE LILLE Construction d'un centre social et maison de la petite enfance 2 259 m² 4.2 M euros BET CTH NORD/ THOR ingenierie Économiste J.M GAQUÈRE

Sobriété de l’enveloppe extérieure Les clôtures, les talus, les cours et les jardins créent une succession de limites entre domaines public et privé qui assurent une forme de progression vers l’intimité. Les matériaux et les composants de la construction répondent aux mêmes critères de protection de l’environnement induisant une variété limitée : bois, verre, métal et béton. Les fonctions de la couleur La couleur est installée en contraste avec l’unité de matière des façades principales réalisées en béton blanc. Des façades rideaux en métal et verre sont largement colorées et viennent animer les espaces des cours, des patios et de l’entrée.

La structure du bâtiment La petite échelle du projet à induit l’utilisation de la structure bois pour l’ensemble de l’opération, permettant le recours à un chantier sec. Les panneaux de façades sont ensuite rapportés, le béton est préfabriqué, les façades rideaux sont assemblées sur place, ce qui assure un chantier à faible impact environnemental. L’enveloppe du bâtiment est particulièrement performante afin d’atteindre un Créf – 20. La conception générale du bâtiment en clos couvert, le souci apporté aux choix des matériaux et à leur mise en œuvre, la gestion tant énergétique que la gestion de l’eau, sont autant de disposition qui pourront garantir à la livraison de l’opération le label HPE.

LE HAVRE (PORT DU HAVRE) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION
LE HAVRE (PORT DU HAVRE) ANNÉE(S) DE RÉALISATION : MISSION RÉALISÉE : MAÎTRE D’OUVRAGE : DÉSCRIPTION
LE HAVRE (PORT DU HAVRE)
ANNÉE(S) DE RÉALISATION :
MISSION RÉALISÉE :
MAÎTRE D’OUVRAGE :
DÉSCRIPTION DE L’OPÉRATION :
SHON :
COÛT DE TRAVAUX :
PARTICULARITÉS DE L’OPÉRATION :
PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES VISÉES :

2009

P.C PROJENOR Construction de bâtiments liés à l’exploitation de la plateforme multimodale 1 300 m² 1.5 M euros

THPE

39 AV. JEAN LEBAS 59100 ROUBAIX

  • T. +33 (0)3 20 36 56 69

  • F. +33 (0)3 20 11 14 49

contact@saisonmenu-architectes.com

www.saisonmenu-architectes.com