Vous êtes sur la page 1sur 14
HEADQUATERS 01 B.P – Ouagadougou 01 Burkina Faso SECRETARIAT Address: Sci – Bono Discovery centre

HEADQUATERS 01 B.P Ouagadougou 01 Burkina Faso

SECRETARIAT Address: Sci Bono Discovery centre 1 President Street Newtown, Johannesburg, South Africa, 2113 Tel: 27 11 836 1528/9 Website: www.fepaci-film.org Email: info@fepaci-film.org

PROJECT CONCEPT DOCUMENT

FEASIBILITY STUDY

ON

THE EFFECTIVENESS OF AUDIO VISUAL INDUSTRIES

BENCHMARKING AFRICAN FILM PRODUCTIONS

SOMMAIRE

1. Structure organisationnelle de la FEPACI

2. Vue d’ensemble du projet

3. Résumé du calendrier du projet

4. Résumé de la proposition

5. Le comité directeur, les sous-comités et la société de consultation

6. Les principales parties prenantes

7. Le budget

8. Accord entre le gouvernement du Burkina Faso et la FEPACI

9. Le projet de patrimoine de la danse 2010

10. Colloque régional sur la programmation et la formation cinématographique

Le projet de patrimoine de la danse 2010 10. Colloque régional sur la programmation et la

2

STRUCTURE ORGANISATIONNELLE DE LA FEPACI

LE CONGRES DE LA FEPACI

Le congrès de la FEPACI rassemble les membres de la FEPACI tous les quatre ans. Les membres de la FEPACI représentent 52 pays dans 6 régions de l’Afrique et trois régions de la Diaspora. Les membres de la FEPACI sont des représentants d’associations cinématographiques nationales, d’organisations, de producteurs de films indépendants et de membres honoraires. Tout acteur, organisation ou institution actif au sein de l’industrie du film et des médias audiovisuels africains peut devenir membre de la FEPACI.

LE SIEGE DE LA FEPACI Le siège de la FEPACI est historiquement basé à Ouagadougou, au Burkina Faso, où sont conservés tous les documents juridiques et stratégiques de la FEPACI.

LE PRESIDENT DE LA FEPACI La présidence de la FEPACI est une structure non exécutive de l’organisation et est élue pour une période maximale de 4 ans par les membres de la FEPACI lors du congrès de la FEPACI. Le président de la FEPACI, Mr. Charles Mensah, du Gabon, est le chef politique de l’organisation.

LE SECRETARIAT DE LA FEPACI Le secrétariat de la FEPACI constitue la direction exécutive de la FEPACI, dirigée par le secrétaire général - Mme Seipati Bulane Hopa, en Afrique du Sud, et est le centre de mise en œuvre de la vision de la FEPACI à partir d’un bureau central.

LE TRESORIER GENERAL DE LA FEPACI Le TG M. Albert Egde, un Nigerian résidant en Afrique du Sud - fournit conseils et avis sur les protocoles de systèmes de comptabilité et les projets gérés aux niveaux du siège, du secrétariat et du secrétariat général afin de garantir les pratiques d’excellence et la bonne gouvernance des affaires financières des fédérations.

SECRETAIRES REGIONAUX DE LA FEPACI Les régions sont représentées par des secrétaires régionaux

qui mettent en œuvre la vision, la mission et les programmes de la FEPACI à un niveau régional. Les secrétaires régionaux sont aussi élus pour une période de 4 ans lors du congrès du FEPACI. Il s’agit de :

Abius Akwaake et Steve Chigorimbo Afrique australe Bassek Bakobio et Camille Mouyeke Afrique centrale

Majdi Abdi et Jane Murago-Munene

Afrique

orientale Jihan El Tahri et Liazid Khodja

Afrique du Nord

Madu Chikwendu et Anne Laure-Folly – Afrique de l’Ouest 1

Fadika Kramo-Lancine et Cheick Ngaido Ba Afrique de l’Ouest 2

Sarah Maldoror

- Diaspora Amérique & Caraïbes

Marc Nekitar

- Diaspora Europe & Pacifique

CONGRES DU FEPACI BUREAU DU FEPACI & LE PRESIDENT FEPACI SR SECRETARIAT FEPACI SECRETAIRE GENERAL
CONGRES DU FEPACI
BUREAU DU FEPACI & LE
PRESIDENT
FEPACI
SR
SECRETARIAT FEPACI
SECRETAIRE GENERAL
TRESORIER GENERAL
SR
SR
SR
CHEFS DE
PROJETS
SR
SR
COORDIN
SR
COORDIN
ATEURD’
SR
ATEUR
ADMIN
SR
REGIONN
ET
SR
AL
LOGISTI
SR
SR
QUE
COORDINAT
EUR DE
L’EDUCATI
ON ET DE LA
FORMATION
COORDINAT
EUR DU
MARKETING
ET DE LA
COMMUNICA
TION
COORDINA
RESPON
PERSO
TEUR DES
SABLE
NNEL
ARCHIVES
FINANCI
D’ASSIS
DU FEPACI
ER
TANCE
LA COMMUNICA TION COORDINA RESPON PERSO TEUR DES SABLE NNEL ARCHIVES FINANCI D’ASSIS DU FEPACI ER

3

VUE D’ENSEMBLE DU PROJET

Réaliser une étude de faisabilité selon des termes de référence précis de consultants, pour comprendre les besoins financiers et les implications relatives au développement et la mise en oeuvre des recommandations et résolutions du sommet du Film Africain, selon les programmes régionaux et continentaux actuels de développement des industries audiovisuelles africaines de l’UA et du NEPAD.

Le développement d’une politique audiovisuelle cohérente et des infrastructures nécessaires pour le financement, la production et la co-production, le marketing et la promotion, la distribution, et l’exposition ainsi que la protection de la propriété intellectuelle et le commerce général de contenus audiovisuels africains.

Le développement des grandes lignes de la Convention Panafricaine sur la collaboration audiovisuelle et cinématographique ainsi que le cadre du Fonds Africain du Film et la constitution de la Commission de l’audiovisuel et du cinéma africain (AACC) comme instruments juridiques pour la collaboration audiovisuelle, et la coopération à travers le continent et comme cadre et feuille de route stratégiques.

L’adoption de la Convention Panafricaine sur la collaboration audiovisuelle et cinématographique en tant qu’accord juridique liant les états membres de l’Union Africaine et en tant qu’instrument déclarant les buts et objectifs communs ainsi que les plans de mise en œuvre de ces Etats membres pour le développement des industries audiovisuelles africaines aux niveaux national, régional, continental et international.

La mise en place de la Commission de l’audiovisuel et du cinéma africain (AACC) en tant qu’agence panafricaine spécialisée mandatée par l’UA, et d’associations nationales de l’industrie pour assurer la mise en œuvre et le suivi de la progression de la politique et des programmes dans les Etats membres selon le cadre de la convention.

La mise en place du Fonds Africain du Film qui fournira des investissements financiers pour la formation, la production, la promotion et la distribution de contenu audiovisuel africain.

L’étude de faisabilité est coordonnée et mise en œuvre par des consultants experts qui mèneront les recherches, en utilisant la littérature et les études de politiques, en rassemblant et en analysant les informations et les statistiques, en réalisant des entrevues, des discussions de groupes cibles et des sondages en collaboration avec des institutions publiques et des organisations sur le plan national, régional et continental, pour évaluer les besoins théoriques (socio- politiques, pratiques, économiques et autres), logistiques, les modalités et la nécessité de mise en place des institutions, instruments et programmes sus-cités.

La conférence organisée par le FESPACO au Burkina Faso en février 2009 fournira une plate-forme permettant de disséminer et de présenter les informations du rapport et les résultas de l’étude, et permettant aux parties prenantes, dont les acteurs de l’industrie, les Ministres des arts et de la culture des pays membres de l’Union Africaine et les autres parties prenantes et partenaires internationaux, de l’avaliser.

Pan-Africaine, régionale, national, Diaspora africaine, internationale.

(de Avril 2009 à Decembre 2010)

6 000 000 R

550 000 €

600 000 US$

FEPACI (secretariat central et secretariat régionnal)

Commité directeur de recherché / sous-comités Chef de projet Société de consultation

Union Africaine, Observatoire de la Politique Culturelle Africaine, Union Africaine des Diffuseurs, Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, Réseau des Régulateurs des Médias Africains, le Ministère des Arts et de la Culture, les organismes d’information et de communication et statutaires nationaux dans les 12 pays principaux suivant : Afrique du

Sud, Namibie, Zambie, Burkina Faso, Mali, Sénégal, Ghana, Kenya, Nigeria, Egypte et Maroc et Tunisie, autres parties prenantes et partenaires internationaux.

autres parties prenantes et partenaires internationaux. Brève description du projet Objectif Résultats
Brève description du projet Objectif
Brève description
du projet
Objectif
Résultats principaux
Résultats
principaux
Méthodologie de recherche Dissémination des informations
Méthodologie
de recherche
Dissémination
des informations
Portée
Portée
Durée Budget du projet
Durée
Budget du projet
Agence exécutive Equipe du projet Autres agences impliquées
Agence
exécutive
Equipe du
projet
Autres
agences
impliquées

RESUME DU CALENDRIER DU PROJET

Nomination du comité directeur

Ebauche des mandats

1ère reunion du comité directeur Approbation des mandats

Appel d’offres, pré-sélection et nomination du consultant

Phase 1 de la recherche

1ère reunion du comité directeur et des consultants Présentations des premiers résultats Identification des écarts et des problèmes

Phase 1 de la recherche

Finalisation de la recherche

Présentations des resultats, dont l’ébauche de la convention au CD Approbation des ébauches et recommendations par le comité directeur

Incorporation des commentaires et développement des recommandations finales

Préparation du rapport final et finalization

Pan Africaine Film Convention

Soumission des documents finaux aux responsables des états et des departments et institutions pertinents pour ratification

April -2009

June

2009

August - 2009

January -2010

April - June

2010

July Octoberpour ratification April -2009 June 2009 August - 2009 January -2010 April - June 2010 2010

2010

Novemberratification April -2009 June 2009 August - 2009 January -2010 April - June 2010 July October

2010

Decemberratification April -2009 June 2009 August - 2009 January -2010 April - June 2010 July October

2010

- 2009 January -2010 April - June 2010 July October 2010 November 2010 December 2010 5

5

RESUME DE LA PROPOSITION

La FEPACI a, en collaboration avec ses organismes nationaux affiliés, ses membres et les institutions gouvernementales et privées pertinentes, travaillé à développer et à mettre en œuvre des solutions aux défis et problèmes communs auxquels font face les producteurs de film africains quant au financement, à la production et à la distribution de contenu audiovisuel africain sur le continent et à l’international.

L’industrie africaine de l’audiovisuel et du cinéma a besoin d’une stratégie cohérente et d’un plan d’action qui l’amènera à des solutions économiques viables nécessaires dans ces industries. Un rassemblement complet des données pertinentes des politiques audiovisuelles et du cinéma et des institutions ainsi qu’une recherche holistique de l’état actuel du secteur sur le continent. A réaliser. Donc :

La FEPACI prévoit de réaliser une étude de faisabilité cette année qui portera sur les politiques et les institutions. Le budget total prévu pour réaliser cette étude de faisabilité est estimé à 5,6 millions de rands.

Le graphique ci-dessous présente la différence considérable qui existe entre la production et la présentation de longs métrages entre les Etats africains, les Etats-Unis et l’Union Européenne. Comme souligné ci-dessous, la production audiovisuelle africaine arrive généralement de loin en dernière place en termes de part de marché mondial de la production audiovisuelle.

Nombre de films produits en Afrique et au Moyen-Orient | 1995 2004

Répartition par origine des admissions de films

Africains et du Moyen- Orient en Europe | 1996 -

 

2005

et du Moyen- Orient en Europe | 1996 -   2005 Nombre de longs métrages produits
et du Moyen- Orient en Europe | 1996 -   2005 Nombre de longs métrages produits

Nombre de longs métrages produits dans L’Union Européenne, aux Etats-Unis et au Japon | 1995 - 2004

Répartition par origine des admissions de films en Europe | 2004

nne, aux Etats-Unis et au Japon | 1995 - 2004 Répartition par origine des admissions de
6
6

Il est important de noter que, comme souligné récemment dans une étude menée par l’UNESCO concernant le commerce inter Etats des produits culturels en 1994, les pays en voie de développement ont exporté pour une valeur de 4,2 milliards de dollars de produits culturels, et ont compté pour 11,5% de part de marché. En 2002, leurs exportations sont passées à 11,6 milliards de dollars, représentant un peu plus d’un cinquième (21,2 %) du marché mondial.

Les experts estiment qu’il y a aujourd’hui plusieurs milliers de projets financés impliquant des aspects du secteur de l’audiovisuel sur le continent africain. Bien que bon nombre de ceux-ci soient financés de manière externe via des programmes de coopération internationale où certains pays et institutions donateurs sont plus concernés par l’exportation de produits et valeurs culturels que par le développement des économies africaines et la promotion de la culture et de la diversité africaine.

L’Afrique doit de se battre de manière efficace sur le marché audiovisuel mondial en développant des politiques, des institutions et des programmes de développement de l’industrie pertinents et en coopérant avec sa propre région en tant que continent. Les acteurs de l’industrie du film et de la télévision ont besoin d’un cadre politique qui les aide à vendre et à réaliser des négociations commerciales et des contrats, via une plate-forme régionale ou internationale. Les acteurs de l’industrie, les gouvernements et les institutions panafricaines doivent s’associer et développer un plan d’action qui catapulte les industries audiovisuelles africaines dans le 21ème siècle et leur assure leur compétence au sein des industries audiovisuelles et cinématographiques domestiques et internationales.

L’objectif de l’étude de faisabilité/de la recherche est de :

acquérir un historique de l’environnement ainsi que des informations statistiques d’ordre économiques sur le commerce culturel africain et de stimuler les avantages des réformes politiques ainsi que le développement et la mise en œuvre d’une politique de commerce culturel cohérente et collaborative.

acquérir des audits sur les types et les localisations des politiques audiovisuelles, des programmes et des institutions culturelles et particuliers qui existent sur le continent, ainsi que des profils de pays mettant en avant le paysage audiovisuel dans les pays sélectionnés respectifs

chercher de nouvelles stratégies de mises en réseau, de coordination, d’amélioration de la capacité et de financement

identifier les besoins qui existent dans les domaines où aucune solution, ou des solutions inadéquates, existent actuellement, définir les solutions les plus adéquates qui peuvent être mises en œuvre au niveau de l’Union Africaine et présenter les avantages et les désavantages de ces options

acquérir des modèles de pratiques d’excellence en termes de politiques de commerce culturel qui fonctionnent ailleurs

acquérir des modèles d’intervention publique ou de gouvernement réussis au moyen de politiques et d’institutions sur un plan international.

Le produit de la recherche est de :

proposer des conseils sur une approche stratégique pour réaliser de manière optimale des partenariats public / privé et d’atteindre un consensus sur la législation et la mise en œuvre des changements de politique

proposer un cadre pour la création des instruments légaux requis pour la mise en œuvre des recommandations et changements politiques.

pour la création des instruments légaux requis pour la mise en œuvre des recommandations et changements

7

LE COMITE DE DIRECTION, LES COMITES ET LA SOCIETE DE CONSULTATION

Le processus de recherche est envisagé comme étant un effort de collaboration entre plusieurs parties prenantes essentielles. Le processus de recherche sera géré dans son ensemble par un comité directeur comprenant des experts de l’industrie et des représentants des principales organisations et institutions publiques et privées.

LE COMITE DE DIRECTION

Le rôle principal du comité de direction sera de fournir une direction de supervision stratégique pendant le processus de planification et de mise en œuvre de l’étude de faisabilité. Le comité sera un organisme facilitateur qui fournira des lignes directrices sur la politique et la régulation, et qui garantira que les travaux de recherche respectent les buts et objectifs du projet. Le comité de direction disposera également d’un mandat élargi pour promouvoir le projet.

Sous-comités supplémentaires et panel d’examen

Des acteurs pionniers et des universitaires comme consultants extérieurs.

qui seront consultés par le secrétariat central pour des fournir des observations complémentaires sur les résultats de la recherche

LA SOCIETE DE CONSULTATION

Nomination de la société de consultation

Comme souligné ci-dessus, le secrétariat de la FEPACI recommandera au comité de direction une ou des sociétés de consultation reconnues qui seront nommés pour mener et coordonner la recherche.

La société de consultation sera mandatée par le comité de direction pour :

Collecter les informations principales et secondaires pertinentes

Réaliser et analyser les sondages, la documentation et les études de politiques

Rassembler des informations et des statistiques en réalisant des entrevues et des réunions de groupes de réflexion avec les parties prenantes respectives

Evaluer le besoin, les implications théoriques et pratiques, ainsi que la logistique et les modalités

Méthodologie de la recherche

Il existe différentes stratégies de recherche pour l’analyse comparative. La tâche de la conception de la méthodologie appropriée pour l’évaluation sera à la charge des consultants ; cependant, la méthodologie proposée par les consultants doit être présentée pour évaluation et approbation par le groupe de direction avant d’être adoptée.

La méthodologie de recherche devra intégrer une combinaison de plusieurs processus de recherche, dont ceux qui suivent, sans que ceci ne constitue une limite :

Recherche en bureau sur la littérature et la documentation politique : Analyse du champ politique et des régulations (vérifications de l’adéquation et du respect des régulations et politiques), articles de recherche existants, étude des documents de la littérature existante

Collecte et comparaison des données existantes (analyse des modifications des systèmes de régulation, des organes de réglementation, des auditeurs, recherche indépendante)

Groupes de réflexion avec les acteurs de l’industrie, de la société civile, du secteur privé et des fonctionnaires gouvernementaux

Entrevue d’experts ; créateurs de politiques et parties prenantes

Questionnaires et sondages : la société de consultation développera des questionnaires détaillés pour

 Questionnaires et sondages : la société de consultation développera des questionnaires détaillés pour 8

8

obtenir les informations nécessaires de la part de différentes parties prenantes.

Les questionnaires seront adressés à un important panel d’examinateurs par Internet et les retours obtenus seront analysés et présentés de manière complète par les consultants en vue d’utiliser ce processus comme un premier test des questionnaires sur le terrain. En fonction de la réponse et de l’expérience, les questionnaires seront révisés pour être plus efficaces. Un sondage utilisant ce questionnaire sera réalisé sur un échantillon de diverses parties prenantes. Des informations détaillées sur la nature et la portée du service fourni ainsi que sur son coût et sa performance seront produites.

Etudes de cas et profils des pays : Un « exercice de cartographie » pour lequel des pays respectifs sélectionnés seront utilisés comme études de cas et où la recherche sur le terrain sera réalisée pour évaluer les objectifs comparables et les différentes approches

Rédaction de l’analyse préliminaire des informations collectées :

Examen de la phase 1 par le sous-comité nommé et le comité de direction

Préparation des rapports et des articles sur le contexte

1 par le sous-comité nommé et le comité de direction  Préparation des rapports et des

9

Partenaires investisseurs actuels et potentiels

Union Africaine UNESCO OMPI Department des Arts et de la Culture de la République Sud
Union Africaine
UNESCO
OMPI
Department des Arts et
de la Culture de la
République Sud
Africaine
La FEPACI bénéficie du statut d’observateur à l’Union Africaine. La FAPCI considère l’UA comme son
partenaire stratégique principal car il s’agit de l’organe légitime qui permettra la participation d’une
politique culturelle audiovisuelle au commerce et à la finance de l’économie internationale. 10 % de la
population mondiale vit en Afrique alors que les revenus de l’Afrique sont les plus faibles au monde.
La consommation de produits culturels étrangers est en fait élevée en Afrique mais la création de tels
produits sur le continent est faible. Un accord politique de commerce culturel audiovisuel et
cinématographique est un impératif nécessaire pour promouvoir la création culturelle. Une politique
régulée du commerce culturel audiovisuel africain avalisée par l’UA est un impératif absolu.
UNESCO – L’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a
été fondée le 16 novembre 1945. Pour cette agence spécialisée des Nations Unies, il ne suffit pas de
construire des salles de classes dans les pays dévastés ou de publier des avancées scientifiques.
L’éducation, les sciences sociales et naturelles, la culture et la communication constituent des moyens
d’atteindre un but bien plus ambitieux : développer la paix dans les esprits des hommes. L’UNESCO
travaille à créer les conditions d’un véritable dialogue basé sur le respect de valeurs partagées et de
la dignité de chaque civilisation et culture, c’est pourquoi l’UNESCO est une partie prenante
essentielle de l’avancement des objectifs de culture et de développement de la FEPACI.
L’Organisation mondiale de la propriété Intellectuelle, ou OMPI, promeut et harmonise les lois sur la
propriété intellectuelle au niveau international. Sa véritable responsabilité au sein du système de
l’ONU est considérablement plus étendue : elle consiste à promouvoir les activités créatives
intellectuelles et à faciliter le transfert de technologies liées à la propriété industrielle aux pays en voie
de développement afin d’accélérer le développement économique, social et culturel. L’OMPI est une
institution supplémentaire qui peut être utilisée par la FEPACI pour faire avancer la politique de
commerce culturel spécifiquement sur les points de la promotion des échanges commerciaux de
propriété intellectuelle audiovisuelle.
Le DAC (ministère des arts et de la culture sud-africain), en collaboration avec la FEPACI, a organisé
le sommet du film africain à Tschwane en Afrique du Sud en avril 2006. La FEPACI continuera à
travailler avec le DAC et les autres ministères pertinents du gouvernement sud-africain pour assurer
que les recommandations et les résolutions de la FEPACI, en tant que fédération panafricaine qui
promeut la vision du NEPAD et l’unité africaine, sont présentées aux réunions pertinentes des
Ministres de la culture africains et des chefs d’Etats et que les programmes de la FEPACI sont inclus
dans l’agenda de l’UA et du NEPAD pour un développement et une croissance durables.
South African National
Film and Video
Foundation
L’observatoire de la politique culturelle africaine
Le lien direct entre la FEPACI et une institution de cette nature est une nécessité, l’objectif de
l’Observatoire étant de surveiller et d’analyser les tendances des activités commerciales et
économiques des produits culturels. Un fort partenariat avec une telle institution nous aidera, à la
FEPACI à évaluer la croissance de notre économie culturelle audiovisuelle à travers le continent et à
informer de futures politiques et stratégies.
La fondation nationale du film, l’organisatrice du sommet du film africain, a été un acteur décisif dans
les affaires de la FEPACI et a réalisé d’importantes contributions pour l’établissement du secrétariat
de la FEPACI en Afrique du Sud. En tant que fonds de développement, la vision de la fondation est
compatible avec celle de la FEPACI lorsque le développement durable est la nécessité fondamentale
pour développer la croissance de l’industrie du film et de la télévision – le NFVF est un important
hébergeur et partenaire financier qui assiste la FEPACI à porter ses recommandations et résolutions.
Le développement de la politique de l’accord sur le commerce audiovisuel africain sera réalisé avec le
support d’institutions comme le NFVF et des structures similaires à travers le continent.
Centre National du Cinéma: Le CNC a participé au financement de Sithengi et invite actuellement la
FEPACI à Cannes. C’est la preuve du vif intérêt pour la FEPACI et du support au développement de
futurs partenariats. Le CNC a une longue histoire de financement du cinéma africain et des structures
telles que la FEPACI via une relation continue qui promeut la production et la distribution de contenus
africains, et cela doit être apprécié et préservé.

10

South African Broadcasting Africalia entretient des relations privilégiées avec les organisations non gouvernementales
South African
Broadcasting
Africalia entretient des relations privilégiées avec les organisations non gouvernementales africaines
en Afrique sub-saharienne et se concentre particulièrement à assister les projets de développements
éducatifs. L’intervention rapide d’Africalia pour assister la FEPACI à Sithengi permet de le considérer
comme un important partenaire présentant des opportunités futures de création de relations à long
terme.
La SABC est envisagée pour jouer un rôle stratégique afin de faciliter le dialogue et de permettre aux
acteurs et aux diffuseurs d’interagir sur des projets qui feront de 2010 non seulement une coupe du
monde mais aussi un jalon historique où les africains pourront faire partager, échanger et promouvoir
la diversité de leur richesse au monde. L’intérêt de la SABC à co-organiser une conférence de co-
production pour concentrer l’attention sur les traités et le commerce intérieur culturel
cinématographique en Afrique atteste du fat que la SABC est un acteur au rôle potentiellement
essentiel dans l’industrie du film et de la télévision et un important partenaire de la FEPACI.
Corporation
Associations,
organisations &
commissions
régionales et
nationales
Autres organisations et
représentants de
gouvernements
africains
Pro Helvetia assiste des projets de développement et d’éducation et est un nouveau partenaire qui
partage clairement notre vision de développement quant aux projets. Il s’agit d’un autre partenaire
important qui a financé avec un intérêt immédiat la FEPACI à Sithengi.
La force de la FEPACI découle de la force de ses associations nationales qui constituent
principalement la base des membres de la FEPACI avec le pouvoir de voter de nouvelles politiques et
directions. Les associations nationales font partie intégrante de l’organisation et participent à la
détermination de l’agenda de l’organisation. L’objectif de la FEPACI est d’atteindre les objectifs de ses
membres et de définir une vision qui permette la mobilité créative et économique des acteurs du
cinéma. Les associations nationales constituent aussi un lien important avec les pays et leurs
politiques culturelles.
L’Union Africaine des Diffuseurs, NAMRB, l’Association des organismes régulateurs des médias, les
communautés régionales ( SADC), les conseils économiques ( ECOWAS) ainsi que les investisseurs
et sponsors
les communautés régionales ( SADC), les conseils économiques ( ECOWAS) ainsi que les investisseurs et sponsors

11

BUDGET N°1 DE L’ETUDE DE FAISABILITE

DEPENSES ITEM UNITE TOTAL DES COUT A COUT UNITES L’UNITE COUTS DE GESTION DE PROJET
DEPENSES
ITEM
UNITE
TOTAL
DES
COUT A
COUT
UNITES
L’UNITE
COUTS DE GESTION DE PROJET
poste & Fret
10000
Photocopies
20000
Impression
10000
Consommables
13000
Téléphones portables
10000
Dépenses informatiques
20000
Téléphones & Fax
15000
Assurance
30000
Frais bancaires
5000
Sous-total
133000
ETUDE
DE
RECHERCHE
ET
DE
FAISABILITE
Coûts de recherche dont les frais de la société
professionnelle de recherche
2280000
Frais professionnels et des consultants
250000
Déplacements
et
hébergements
liés
à
la
150000
recherche
Autre
140000
Sous-total
2820000
TRANSPORTS
Transport aérien international de l’équipe de
gestion de projet
Tickets
5
voyages
17000
85000
d’avion
par ticket
Transport aérien local de l’équipe de gestion
de projet
Tickets
5
voyages
1500
par
7500
d’avion
ticket
Transport aérien international de l’équipe de
gestion de projet des comités et des délégués
Tickets
80
17000
1360000
d’avion
par ticket
Autres coûts de voyage et de transport
50000
Sous-total
1502500
HEBERGEMENT
Hébergement de l’équipe de gestion de projet
Chambr
20000
es
d’hôtel
Hébergement des comités et des délégués
Chambr
80 chambres X
1000
par
600000
es
5
nuits
nuit
d’hôtel
Hébergement des comités et des délégués Chambr 80 chambres X 1000 par 600000 es 5 nuits

12

Sous-total

       

400000

SALAIRES ET VACATIONS

         
 

Frais de gestion de projet

mois

10

 

34200

342000

 

Coordinateur de projet

mois

6

18000

144000

 

Assistant administratif

mois

5

12000

42000

 

Vacations

     

60000

 

Fris de gestion évènementielle

     

100000

 

Personnel de service

jours

10 x 4

 

500

par

20000

 

jour

 

Per diem

     

50000

Sous-total

       

758000

MARKETING ET PUBLICITE

         
 

Site web

     

20000

 

Posters

     

5000

 

Bannières

 

3

3500

10000

 

Cadeaux et objets promotionnels

     

15000

 

Conférence de presse

     

40000

 

Développement de l’identité visuelle

     

10000

Sous-total

       

100000

COUTS DE LA CONFERENCE

         
 

Location de la salle

 

2

jours

20000

40000

 

Traduction

 

4

langues

x

2

20000

40000

jours

 
 

Réalisation des badges

     

5000

 

Location des équipements

     

40000

 

Personnel de service

     

20000

 

Décor

     

30000

 

Restauration

 

150 invités

x

2

200

60000

jours

 
 

Répertoires

 

2

jours

15000

30000

Sous-total

       

265000

DINER D’OUVERTURE

         
 

Location de la salle

     

50000

 

Location d’équipement

     

30000

 

Restauration

     

120000

 

Divertissement

     

30000

 

Sécurité

     

10000

 

Décor

     

25000

Sous-total

       

265000

  10000   Décor       25000 Sous-total         265000 13

13

COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500

COUTS TOTAUX

COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500
COUTS TOTAUX 6243500

6243500

COUTS TOTAUX 6243500 14

14