Vous êtes sur la page 1sur 8

Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers. ENSAM-Meknès.

2008/2009. M. BAKHTI & M. Taleb

Chapitre I.
I. La régulation industrielle.

Introduction à la Régulation Industrielle

La régulation industrielle regroupe l'ensemble des moyens matériels et techniques mis en œuvre pour : Maintenir une grandeur commandée égale à une valeur de référence, appelée consigne, malgré les variations des conditions extérieures (les perturbations); c’est le problème de Régulation ou de Maintien. Faire suivre à une grandeur commandée une trajectoire consigne; c’est le problème d’Asservissement ou de Suivi. NB : Les deux notions sont souvent confondues car méthodes d’étude et matériel sont communs, d’où l’emploi indifférent des termes régulation et asservissement pour désigner la structure du système commandé. Dans la pratique, la régulation est automatique (sans intervention humaine). Soit pour remplacer un opérateur humain. Ex : Asservissement de vitesse d’une machine à courant continu par l’introduction d’une tension fixe consigne. Soit parce qu’un opérateur humain est incapable d’atteindre le résultat souhaité. Cela exige de calculer et d’appliquer des commandes. Ex : régulation de position d’une machine à courant continu (système instable de nature) en présence d’un couple aléatoire résistant (imprévisible et nécessitant un calcul instantané). Si la boucle fermée est plus chère que la boucle ouverte (coût du capteur et du transmetteur, coût d’étude souvent plus grand), il faut généralement la retenir car elle seule peut garantir les performances liées à des exigences de qualité toujours plus grandes. La boucle ouverte est pour sa part aveugle car le régulateur, « cerveau » de l’installation, n’est pas informé de l’état effectif de celle-ci. Une boucle bien réglée suppose : • • Des constituants adaptés à la fonction à remplir (un bon choix de capteur, de transmetteur et d’actionneur) ; Des bonnes instructions de commande.

1/8

u : la grandeur réglante ou variable d’action. le signal d’entrée ou la grandeur de conduite. Donner le schéma bloc synoptique de régulation de niveau. Mettre en évidence les différentes grandeurs caractéristiques. Schéma d’une chaine-type de régulation. Le schéma le plus général d’une chaine-type de régulation se présente comme suit : On y identifie : On appelle : E : le signal de consigne. Exemple. Système de remplissage. BAKHTI & M. en identifiant les différentes composantes et leurs fonctions. N : le signal perturbateur. S : la sortie ou la grandeur réglée. Taleb II. 2008/2009.Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers. 2/8 . M : la mesure. M. e : le signal d’erreur ou d’écart. ENSAM-Meknès.

BAKHTI & M. Premières lettres A C D E F H I J K L M P S T V W Z FF LD PD TD Analyse Conductivité électrique Masse volumique Tension Débit Commande manuelle Intensité électrique Puissance Temps Niveau Humidité Pression Vitesse Température Viscosité Masse Position Débit proportionnel Niveau différentiel Pression différentielle Température différentielle C E I K Q R S T V W Y AH AHH AL ALL IC LH LL RC SE SV Lettres suivantes Régulateur Elément primaire Indicateur Poste de contrôle Totalisateur intégrateur Enregistreur Contacteur Transmetteur Vanne de contrôle Doigt de gant Relais de fonction. Taleb III. 2008/2009. le tableau ci-après indique les principaux symboles figurant sur les schémas de procédé. Symbolisation des instruments La symbolisation est normalisée. ENSAM-Meknès. il faut combiner une (ou plusieurs) lettres de la colonne de gauche (représentant la grandeur physique que l’on mesure). Pour créer un symbole. M.Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers. électrovanne Alarme haute Alarme très haute Alarme basse Alarme très basse Indicateur régulateur Signalisation haute Signalisation basse Enregistreur régulateur Elément de sécurité Elément primaire 3/8 . et une (ou plusieurs) lettres de la colonne de droite (représentant les appareils qui exploitent la valeur de cette grandeur physique).

Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers. Taleb IV. Si on effectue l’analogie avec la conduite manuelle. Faire communiquer ces appareils les uns avec les autres. régulateur et actionneur) constituent les maillons essentiels de la chaîne de régulation. 4/8 . M. BAKHTI & M. le capteur-transmetteur transmet la mesure M au régulateur et le régulateur transmet la correction S (ouverture de la vanne de régulation) à l’actionneur. Pour automatiser cette boucle. Ce sont les deux informations à transmettre. Régulation manuelle et régulation automatique. La régulation automatique Trois appareils (capteur-transmetteur. 2008/2009. La régulation manuelle Le contrôle manuel s’effectue en 4 temps : Remarque Cette boucle de régulation est fermée puisque l’effet de l’exécution de commande est constaté au niveau de la mesure. 1. 2. ENSAM-Meknès. il faut : • • Remplacer chaque maillon humain par un appareil .

La mesure M issue du capteur-transmetteur est incluse dans l’étendue de mesure (ou étendue d’échelle) ∆M du capteur. Nature des informations transmises. Taleb La communication physique entre ces appareils est assurée par ce que l’on appelle des signaux. le régulateur ne dépend pas du processus réglé. N. 1. Les signaux de communication. M.B Le régulateur ne connaît pas la nature de la grandeur physique mesurée. on exprime en régulation cette correction en pourcentage de l’étendue de correction. on exprime en régulation cette mesure en pourcentage de l’étendue de mesure.5% 90 − 10 80 Pour déterminer la mesure en % d’étendue d’échelle d’un CT on peut adopter la formule générale suivante : M= Mesure − M min i × 100 M maxi − M min i La correction S issue du régulateur est incluse dans l’étendue de correction ∆S de l’organe de correction. Le débit correspondant est déterminé à partir de la courbe caractéristique de cette vanne mais ne correspond pas forcément à 25% du débit maximum.Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers. Par conséquent. BAKHTI & M. 5/8 . Exemple Un signal de correction délivré par le régulateur à S=25% assure une ouverture de la vanne de régulation à 25%. Exemple Capteur-transmetteur de température d’étendue de mesure 10 à 90°C. 2008/2009. M= 20 − 10 10 × 100 = × 100 = 12. ENSAM-Meknès. V. Si on mesure 20°C.

circuits magnétiques. 2008/2009. Le récepteur. BAKHTI & M. Coté inconvénients.…etc. il faut au moins 4 éléments : • • • • L'émetteur. Pneumatique . Ondes hertziennes .Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers. la boucle de courant doit être protégée contre toute perturbation de courant (foudre. M. Les fils de la boucle. Taleb 2. ENSAM-Meknès.) et prévoir de l’énergie pour les récepteurs. Comment est réalisée la boucle 4-20 mA ? Pour réaliser la boucle 4-20 mA. fuites. elle ne doit pas excéder quelques dizaines de mètres. 3. L'alimentation de la boucle. Le signal électrique 3. La plupart des appareils composant les maillons d’une chaîne de régulation émettent ce type de signal ou savent le déchiffrer. 6/8 . Nature des signaux transmis Plusieurs types de signaux peuvent être utilisés : • • • • • Électrique . Communications numériques… Il faut transmettre l’information en utilisant un support physique adapté à l’environnement et facile à contrôler.1 l’intensité électrique Le signal d’intensité normalisée à 4-20 mA est le type de signal le plus répandu. (Dans notre cas confondu avec le régulateur) Remarque : Le signal intensité présente un avantage important par rapport au signal tension : la longueur du circuit électrique en intensité peut aller jusqu’à quelques kilomètres alors qu’en tension. Signaux optiques .

Taleb Exemple On mesure la température (20°C) issue d’un capteur-transmetteur d’étendue d'échelle 0 à 80°C. La tension transmise par le capteur-transmetteur est égale à 50% de l’étendue d’échelle en tension : 50% = U .Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers. Enfin. La valeur minimale est fixée à 4 mA et non à 0 mA pour pouvoir séparer le diagnostic de panne de la mesure. On trouve quelques régulateurs qui reçoivent. 2008/2009. On ne trouve pratiquement pas de capteur-transmetteurs émettant des signaux pneumatiques. Le signal pneumatique Le signal transmis dans ce cas est une pression qui varie entre 0. on trouve beaucoup d’organes de correction (en particulier des vannes de régulation) qui travaillent avec en entrée un signal pneumatique. sur les canaux de correction.0 x 100 Ce qui correspond à U=5V. et émettent. sur les canaux de mesure. ENSAM-Meknès. 7/8 . On trouve M=25%. 4.Umin U-0 10 . 3.5 bar) issue d’un capteur-transmetteur d’étendue d'échelle 0 à 1 bar. M. On trouve M=50%.2 et 1 bar relatif (ou encore 3-15 PSI). et la valeur minimale de l’étendue d’échelle du capteur. Ce type de signal est essentiellement rencontré sur des installations anciennes ou dans des contextes déflagrants où l’usage d’électricité est proscrit.Umin x 100 = Umax . L’intensité transmise par le capteur-transmetteur est égale à 25% de l’étendue d’échelle en intensité : Ce qui correspond à i=8 mA. un signal pneumatique. BAKHTI & M. Exemple On mesure la pression (0.2 La tension électrique L’information avec ce type de signal est transmise de la même façon que pour le 4-20 mA mais avec maintenant une tension normalisée qui varie de 0 à 10 V ou 0 à 5 V.

M.2 1 . La valeur minimale fixée à 0.3% = P .3% d’où : 33. 2008/2009. Taleb Exemple Soit un niveau de 5 m mesuré à l’aide d’un capteur-transmetteur d’étendue d'échelle 0-15 m.0. 8/8 .2 x 100 Soit une pression de 0. Remarques • • Lorsque l’on branche plusieurs appareils sur le même signal pneumatique. ceux-ci doivent être montés en parallèle de façon que tous lisent la même pression. ENSAM-Meknès.47 bar. il va falloir aussi transmettre l’information à un enregistreur.2 bar relatif permet de différencier les avaries du circuit pneumatique (0 bar relatif) et la valeur minimale du signal.P min P max .0.P min x 100 = P . VI.Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers. L’enregistrement des signaux Si l’on désire produire un enregistrement (ou une indication) de la mesure dans notre régulation. La mesure M=33. BAKHTI & M.