Vous êtes sur la page 1sur 29

MicroMicro--EconomieEconomie LesLes CoCoûûtsts dede productionproduction

Nicolas Million
Nicolas Million
1
1

(chapitre(chapitre 77 dudu livrelivre dede rrééfféérence,rence, pp.pp. 237237--265)265)

2.2. LesLes CoCoûûtsts dede ll’’EntrepriseEntreprise Profit = Chiffre d’affaires – Coûts – Chiffre
2.2. LesLes CoCoûûtsts dede ll’’EntrepriseEntreprise
Profit = Chiffre d’affaires – Coûts
– Chiffre d’Affaires = Recettes des ventes :
CA= P*Q
– Mesure des coûts plus complexe
Définition économique des Coûts
Le coût d’un bien est ce à quoi nous sommes
prêts à renoncer pour obtenir ce bien
= Coût d’Opportunité
2
2.12.1 CoCoûûtsts dd’’OpportunitOpportunitéé Les coûts peuvent être Explicites : les dépenses consacrées
2.12.1 CoCoûûtsts dd’’OpportunitOpportunitéé
Les coûts peuvent être
Explicites : les dépenses consacrées aux achats
de bien intermédiaires, aux salaires …
Implicites : renoncement à une autre activité, à
une autre utilisation du capital …
Définition des coûts d’opportunité :
Coûts auxquelles l’entreprise renonce en
n’assignant pas ses ressources à leur meilleure
utilisation alternative
3
ExempleExemple 11 Raymond est propriétaire d’une boulangerie : Il consacre 1 000 € à l’achat
ExempleExemple 11
Raymond est propriétaire d’une boulangerie :
Il consacre 1 000 € à l’achat de sucre, farine … =
coûts qui entrent dans la production du pain et
des pâtisseries.
= coûts explicites
Il pourrait travailler dans un grand restaurant et
recevrait alors un salaire annuel de 30 000 euros
chaque année passée dans sa boulangerie lui
coûte 30 000 € (prix du renoncement pour
travailler dans sa boulangerie)
= coût implicite
4
ExempleExemple 22 Le coût du capital Raymond a investi 300 000 € dans sa boulangerie
ExempleExemple 22
Le coût du capital
Raymond a investi 300 000 € dans sa boulangerie
Cette somme aurait pu être placée à un taux
d’intérêt de 5% par an
– Gain de 15 000 € par an
Raymond a du renoncer à 15 000 € par an
= coût d’opportunité
5
ProfitProfit EconomiqueEconomique vsvs ProfitProfit ComptableComptable Le comptable : il s’intéresse aux flux
ProfitProfit EconomiqueEconomique vsvs ProfitProfit
ComptableComptable
Le comptable : il s’intéresse aux flux
financiers entrant et sortant de l’entreprise
Il ne considère que les coûts explicites
L’économiste : il s’intéresse aux prises de
décision (tarification et production) de
l’entreprise
Il considère l’ensemble des coûts (coûts
explicites et implicites)
6
Profit Economique = Chiffre d’Affaire – Coûts Implicites – Coûts Explicites Profit Comptable = Chiffre
Profit Economique = Chiffre d’Affaire – Coûts
Implicites – Coûts Explicites
Profit Comptable = Chiffre d’Affaire – Coûts
Explicites
Profit Economique < Profit Comptable
Une affaire est rentable si :
CA > Coûts Explicites + (Coûts Implicites)

ProfitProfit ééconomiqueconomique etet comptablecomptable

7
7
ProfitProfit etet ddéécisioncision Le fait que le propriétaire de l’entreprise puisse avoir une autre activité
ProfitProfit etet ddéécisioncision
Le fait que le propriétaire de l’entreprise
puisse avoir une autre activité rémunérée
peut influencer sa prise de décision
Le fait que le capital puisse être utilisé
d’une autre manière peut influencer la
prise de décision de l’entrepreneur
8
2.22.2 CoCoûûtsts fixesfixes etet variablesvariables A court terme, le coût total (CT) a 2 composantes:
2.22.2 CoCoûûtsts fixesfixes etet variablesvariables
A court terme, le coût total (CT) a 2
composantes:
– Le coût fixe (CF) : Coûts indépendants des quantités
produites (ne peuvent être évités qu’en se retirant du
marché, en cessant l’activité de l’entreprise)
Exple : loyer, construction d’une usine, le comptable, le
DRH …
– Le coût variable (CV) : Coûts qui sont fonction des
quantités produites
Exple : biens intermédiaires (sucre, farine … pour la
boulangerie)
Formellement :
CT(q) = CF + CV(q)
9
RemarquesRemarques Le coût variable est croissant avec la quantité produite ‘Plus on produit, plus il
RemarquesRemarques
Le coût variable est croissant avec la quantité
produite
‘Plus on produit, plus il y a de coûts’
Si la loi des rendements marginaux décroissants
est vérifiée :
– Les courbes de CT(q) et CV(q) sont convexes
Explication :
une unité supplémentaire de travail augmente la
production, mais de moins en moins vite (PmL
décroissante). Donc pour avoir une unité de
production supplémentaire, il faut de plus en plus de
travail et donc de plus en plus de coûts.
Quand la fonction de production est concave, la
fonction de coûts est convexe (et vice-versa)
10
GraphiquementGraphiquement 11
GraphiquementGraphiquement
11
ApplicationsApplications L’importance relative des composantes du coût peut varier d’une branche à l’autre
ApplicationsApplications
L’importance relative des composantes du coût
peut varier d’une branche à l’autre
Branche des ordinateurs personnels (Dell,
HP,IBM…)
Production de plusieurs millions d’ordinateurs
chaque année.
Produits assez semblables donc concurrence intense.
– La profitabilité de cette branche dépend de la capacité à
maintenir de faibles coûts.
La plupart de ces coûts sont variables.
– Mis à part les coûts dus aux composants électroniques, les coûts
les plus importants proviennent de la main d’œuvre.
Nécessité de délocaliser pour maintenir des coûts faibles
par rapport à une production donnée.
2ème solution: réduire les besoins en main d’œuvre.
12
ApplicationsApplications (suite)(suite)
ApplicationsApplications (suite)(suite)
13
13

Logiciels informatiques (MicroSoft) Structure des coûts de production différents de ceux des fabriquants d’ordinateur. La plupart des coûts sont irrécupérables: de fortes sommes d’argent vont être dépensées pour développer les nouvelles applications. En l’absence de succès commercial, ces dépenses ne pourront pas être récupérées. La seule manière de couvrir les coûts est de vendre autant de copies que possibles du logiciel: coût variable très faible (copie du CD, étiquetage et envoi du produit), coûts fixes de production faibles également. Puisque la plupart des coûts sont irrécupérables, entrer dans cette branche peut s’avérer très risqué. Challenger notable: Linux (Open Source)

ApplicationsApplications (fin)(fin) Cas des pizzerias La plupart des coûts sont fixes (coûts irrécupérables
ApplicationsApplications (fin)(fin)
Cas des pizzerias
La plupart des coûts sont fixes (coûts irrécupérables
faibles car le capital peut être revendu).
Les coûts variables sont faibles (ingrédients peu onéreux,
quelques employés uniquement)
Les coûts fixes sont assez élevés (coûts explicites + coûts
d’opportunité)
En raison des ces coûts fixes élevés, la plupart des
pizzerias ne font pas de profits très élevés (à moins de
réduire les coûts fixes, ex. des camions à pizza).
14
2.32.3 CoCoûûtt MarginalMarginal etet CoCoûûtt MoyenMoyen Le niveau de production dépend du niveau des coûts
2.32.3 CoCoûûtt MarginalMarginal etet CoCoûûtt
MoyenMoyen
Le niveau de production dépend du niveau
des coûts
Question :
– Combien coûte la production du bien ?
– Combien coûte l’augmentation d’une unité de
la production du bien ?
Réponse: calcul des Coûts Marginaux et
des Coûts Moyens
15
CoCoûûtt MoyenMoyen Coût Moyen : = = coût unitaire de production – ce que coûte
CoCoûûtt MoyenMoyen
Coût Moyen :
=
=
coût unitaire de production – ce que coûte en
moyenne une unité produite
D’après la décomposition des coûts, il peut être
partagé entre le coût fixe moyen (CFM) et le coût
variable moyen (CVM)

coût total de la production divisé par la quantité produite

16
16
CoCoûûtt MarginalMarginal Coût Marginal : D’après la décomposition des coûts : CT(q) = CF+CV(q)
CoCoûûtt MarginalMarginal
Coût Marginal :
D’après la décomposition des coûts :
CT(q) = CF+CV(q)
17
17

= supplément de coût total engendré par la production d’une unité supplémentaire d’output

FormeForme desdes FonctionsFonctions dede CoCoûûtsts Coût marginal = pente de la tangente en un point
FormeForme desdes FonctionsFonctions dede CoCoûûtsts
Coût marginal = pente de la tangente en un
point de la courbe de coût total (comme
pour la Pm)
Coût moyen en un point est égal à la pente
d’une droite passant par l’origine à ce
point de la courbe de coût total (comme
pour la PM)
18
RepReprréésentationsentation GraphiqueGraphique Le Cm est décroissant jusqu’à q*, puis est croissant La CM est
RepReprréésentationsentation
GraphiqueGraphique
Le Cm est décroissant jusqu’à q*,
puis est croissant
La CM est minimal pour une
production q**
Le CM est décroissant jusqu’à q**,
puis est croissant
Si q=q** ; CM = Cm
Si q<q** ; CM > Cm
SI q>q** ; CM < Cm
Cm passe par le minimum de CM
et par le minimum de CVM
CVM est croissant puis décroissant
CVM est au dessous de CM
CFM est convexe décroissante
19
ExplicationsExplications 1:1: CmCm Forme en U de la courbe de Coût Marginal : – Pour
ExplicationsExplications 1:1: CmCm
Forme en U de la courbe de Coût Marginal :
– Pour une faible quantité produite, il est facile
d’accroître la production à faible coût
Cm décroissant
– Pour une forte quantité produite, augmenter encore la
production augmente le coût supplémentaire
Cm croissant
Embauche de nouveaux employés dans une usine déjà
encombrée
20
ExplicationsExplications 2:2: CMCM Courbe en U pour le Coût Moyen Rappel : CM = CFM
ExplicationsExplications 2:2: CMCM
Courbe en U pour le Coût Moyen
Rappel : CM = CFM + CVM
– CFM est décroissant :
Le CF est réparti sur une quantité produite croissante
– CVM est croissant :
Du fait du caractère décroissant du produit marginal
Pour une faible quantité, le CM est élevé du fait
des CF
Plus la quantité augmente, plus le CM décroît
Mais le CVM augmente rapidement, au-delà d’une
certaine quantité, le CM augmente
21
ExplicationsExplications 3:3: CVMCVM etet CFMCFM CVM est au dessous de CM Car : CM (q)
ExplicationsExplications 3:3: CVMCVM etet CFMCFM
CVM est au dessous de CM
Car : CM (q) = CVM (q) + CFM
CFM décroissante, convexe
Plus la quantité produite est grande, plus le coût fixe
unitaire est faible
Dérivée < 0 fonction décroissante
Dérivée seconde > 0 fonction convexe
22
ExplicationsExplications 44 Cm passe par le minimum de CM Si Cm > CM : le
ExplicationsExplications 44
Cm passe par le minimum de CM
Si Cm > CM :
le coût d’une unité supplémentaire
est supérieur au coût moyen
des unités précédentes
Cela augmente le CM
23
2.42.4 CoCoûûtsts àà CourtCourt TermeTerme VsVs CoCoûûtsts àà LongLong TermeTerme La distinction entre les
2.42.4 CoCoûûtsts àà CourtCourt TermeTerme VsVs
CoCoûûtsts àà LongLong TermeTerme
La distinction entre les coûts de CT et LT dépend
de l’horizon temporel : plus grande souplesse à
LT.
Exple du Restaurant dans la première partie:
L’ajustement à court terme se fait davantage sur le
travail que sur le capital
L’ajustement à long terme se fait sur les deux facteurs
de production
A long terme, le coût d’installation est un Coût
Variable (alors qu’à court terme, c’est un coût fixe)
24
CasCas pratique:pratique: baissebaisse desdes cocoûûtsts dede transactiontransaction Au cours du siècle dernier, les
CasCas pratique:pratique: baissebaisse desdes cocoûûtsts
dede transactiontransaction
Au cours du siècle dernier, les magasins et supermarchés
ont largement remplacé les petites boutiques. Cela a
considérablement réduit le coût de transaction des
consommateurs (principalement leur coût d’opportunité
par rapport au temps passé).
Ce coût de transaction comprend un coût fixe de transport
et un coût variable de recherche des produits selon le
nombre de produits différents à acquérir.
Depuis le début de ce siècle, les nouvelles technologies et
la révolution Internet ont accéléré ce processus par la
mise en ligne de nombreux sites de vente (cf. eBay.com).
Ces transactions en ligne ont considérablement réduit les
coûts à la fois pour le vendeur (pas de boutique) et pour
l’acheteur (pas de déplacement)
25
LesLes fonctionsfonctions dede CoCoûûtsts Fonction de coûts à Court Terme CT ct = CF +
LesLes fonctionsfonctions dede CoCoûûtsts
Fonction de coûts à Court Terme
CT ct = CF + CV ct (q)
Fonction de coûts à Long Terme
CT lt = CV lt (q)
Définitions :
– Coût moyen de long terme :
– Coût moyen de court terme :
– Coût marginal de long terme :
– Coût marginal de court terme :
26
LienLien CMCM dede CTCT etet CMCM dede LTLT 27
LienLien CMCM dede CTCT etet CMCM dede LTLT
27
CasCas pratique:pratique: baissebaisse dudu cocoûûtt àà longlong termeterme Vous êtes responsable de l’achat
CasCas pratique:pratique: baissebaisse dudu cocoûûtt àà
longlong termeterme
Vous êtes responsable de l’achat d’imprimantes
pour votre entreprise.
Vous avez le choix entre une imprimante laser à
200€ ou une imprimante à jet d’encre à 80€ qui
imprime 10 pages par minute.
Le coût d’encre et de papier est de 4 cent./ page
pour l’imprimante laser et de 7 cent./ page pour
celle à jet d’encre.
Quel choix retenez-vous?
Tracer la courbe de coût moyen afin de répondre
à cette question.
28
CasCas pratiquepratique (2)(2) Le coût d’achat de l’imprimante à jet d’encre est plus faible, donc
CasCas pratiquepratique (2)(2)
Le coût d’achat de l’imprimante à jet d’encre est
plus faible, donc vous économisez 120€. Mais ce
raisonnement ne tient pas compte du nombre de
pages imprimées.
La graphique permet de connaître le coût moyen
par page pour l’imprimante laser et celle à jet
d’encre:
– Coût moyen pour la laser: 0.04+200/q
– Coût moyen pour la jet d’encre: 0.07+80/q
Donc le coût moyen d’une imprimante laser est
plus faible que celui d’une jet d’encre à partir de
4250 pages imprimées.
29
CourbesCourbes dede cocoûûtt moyenmoyen 18,00 16,00 laser jet d'encre 14,00 12,00 10,00 8,00 6,00 pages
CourbesCourbes dede cocoûûtt moyenmoyen
18,00
16,00
laser
jet d'encre
14,00
12,00
10,00
8,00
6,00
pages
30
1500 2000 2500 3000 3500 4000 4500 5000 5500 6000 6500 7000
centimes d'€
EconomieEconomie dd’é’échellechelle etet ddééssééconomieconomie dd’é’échellechelle Définition : Il y
EconomieEconomie dd’é’échellechelle etet
ddééssééconomieconomie dd’é’échellechelle
Définition :
Il y a économie d’échelle quand l’entreprise
peut doubler sa production en faisant moins
que doubler ses coûts
Il y a déséconomie d’échelle lorsque le
doublement de la production fait plus que
doubler les coûts
31
ImplicationsImplications Economie d’échelle : La fonction de CM de long terme est décroissante – Les
ImplicationsImplications
Economie d’échelle :
La fonction de CM de long terme est décroissante
Les chaînes de montage nécessite un grand nombre de
travailleurs, chacun spécialisé dans une tâche
particulière. Si la production est trop faible,
l’entreprise ne peut pas tirer profit de cette
organisation CM supérieur
Déséconomie d’échelle :
La fonction de CM de long terme est croissante
Difficulté de contrôler des organisations industrielles
de taille importante : plus la production est
importante, plus l’équipe dirigeante est submergée et
moins elle parvient à contrôler les coûts
32
RemarquesRemarques Il y a économie d’échelle lorsque l’augmentation de la production permet de réduire le
RemarquesRemarques
Il y a économie d’échelle lorsque l’augmentation
de la production permet de réduire le coût
unitaire.
Similitude entre Rendements et Economie
d’échelle.
Pour certains niveaux de production, il y a
économie d’échelle et pour d’autres,
déséconomie d’échelle
33
GraphiquementGraphiquement 34
GraphiquementGraphiquement
34
RRéépartitionpartition desdes diffdifféérentsrents cascas dd’é’économiesconomies dd’é’échelleschelles
RRéépartitionpartition desdes diffdifféérentsrents cascas dd’é’économiesconomies
dd’é’échelleschelles pourpour ll’’industrieindustrie canadiennecanadienne
Forme des courbes de coût moyen
Economies d’échelle (pente nég.)
57%
Pente négative permanente
18%
Forme en L (pente négative puis nulle)
31%
Forme en U
8%
Pas d’économies d’échelle (pente nulle)
23%
Déséconomies d’échelle (pente positive)
14%
Source: Robidoux et Lester (1992)
35
2.52.5 LesLes droitesdroites dd’’IsocoIsocoûûtt Définition : Elle représente l’ensemble des combinaisons de
2.52.5 LesLes droitesdroites dd’’IsocoIsocoûûtt
Définition :
Elle représente l’ensemble des combinaisons de
facteurs qui conduisent au même coût de production
Exemple :
La combinaison des facteurs K et L conduisent à un coût
de production d’un certain montant C, défini par :
r K + w L = C
Où - r représente le coût de location du capital
- w représente le coût du facteur travail (salaire)
36
ReprRepréésentationsentation GraphiqueGraphique K C 2 / r A partir de l’équation, on exprime K en
ReprRepréésentationsentation GraphiqueGraphique
K
C 2 / r
A partir de l’équation,
on exprime K en fonction de L
K = - ( w / r) L + C / r
C 1 / r
C 0 / r
Droites d’isocoût
(coût croissant à
mesure que l’on se
déplace vers
la droite)
L
C 0 / w
C 2 / w
C 1 / w
C 0 < C 1 < C 2
37
MinimisationMinimisation dudu CoCoûûtt Choix de l’Entreprise : – Détermination des facteurs qui conduisent à
MinimisationMinimisation dudu CoCoûûtt
Choix de l’Entreprise :
– Détermination des facteurs qui conduisent à une
production q correspondant à un coût minimal
– doit se situer sur la courbe d’isocoût située le plus
bas possible
– mais pour un niveau de production donné
Formellement :
Minimiser
r K + w L
Sous la contrainte de production :
f ( K , L ) = q
38
RaisonnementRaisonnement GGééomoméétriquetrique K Isoquante correspondant à une production q A Droites
RaisonnementRaisonnement GGééomoméétriquetrique
K
Isoquante correspondant à une production q
A
Droites d’isocoût
B
L
39
RaisonnementRaisonnement GraphiqueGraphique 22 Choix Optimal : Point A La droite d’isocoût qui passe par le
RaisonnementRaisonnement GraphiqueGraphique 22
Choix Optimal : Point A
La droite d’isocoût qui passe par le point A
est tangente à l’isoquante correspondant à la
production q
= Coût de production Minimum
Le point B est situé sur une droite
d’isocoût qui correspond à un coût de
production plus élevé
40
ExplicationsExplications Point de Tangence : les pentes des 2 fonctions sont égales – Pente de
ExplicationsExplications
Point de Tangence : les pentes des 2 fonctions
sont égales
– Pente de l’isoquante : TMST du facteur capital au
facteur travail
= rapport des productivités marginales
=
– Pente de l’isocoût : rapport des prix des facteurs
travail et capital
= - ( w / r)
A l’Optimum :
TMST = Rapport des Prix des facteurs
41
IntuitionsIntuitions TMST : mesure le supplément de facteur capital qui permet de compenser une diminution
IntuitionsIntuitions
TMST : mesure le supplément de facteur
capital qui permet de compenser une
diminution du facteur travail, pour un
niveau de production inchangé.
Rapport des Prix : représente le taux
auquel l’entreprise peut substituer le
facteur capital au facteur travail, pour un
niveau de coût inchangé.
42
IntuitionsIntuitions 22 Au Point B : – TMST < w / r : si l’entreprise
IntuitionsIntuitions 22
Au Point B :
– TMST <
w / r :
si l’entreprise achète moins de travail, elle doit augmenter le
capital pour maintenir la production inchangée.
Cette augmentation est inférieure à celle qui maintiendrait le
coût des facteurs au même niveau.
baisse du coût de production
Quels que soient les prix des facteurs (et donc la
pente des droites d’isocoût), l’entreprise doit
acquérir les quantités de facteurs correspondant
au point A
43
2.62.6 SeuilsSeuils dede RentabilitRentabilitéé Les entreprises peuvent décider d’interrompre ou de cesser leurs
2.62.6 SeuilsSeuils dede RentabilitRentabilitéé
Les entreprises peuvent décider d’interrompre ou
de cesser leurs activités
Interruption d’activité :
Décision de ne rien produire à court terme du fait des
conditions de marché
Cessation d’activité :
Décision de quitter définitivement le marché
44
DDéécisionscisions DiffDifféérentesrentes Une firme souhaitant interrompre son activité ne récupérera pas ses
DDéécisionscisions DiffDifféérentesrentes
Une firme souhaitant interrompre son
activité ne récupérera pas ses coûts fixes
Une firme cessant son activité ne
supportera ni les coûts fixes, ni les coûts
variables
45
InterruptionInterruption dd’’ActivitActivitéé En cas d’interruption, la firme : – Perd son chiffre
InterruptionInterruption dd’’ActivitActivitéé
En cas d’interruption, la firme :
– Perd son chiffre d’affaire
– Économise ses coûts variables
Interruption si :
P < CVM
Si le prix ne couvre pas les coûts variables, autant
interrompre l’activité (seuil de fermeture)
Intuition :
l'entreprise compare le prix qu'elle reçoit
par unité de production avec le coût variable qu'elle
devra supporter
46
ExempleExemple :: L'activité saisonnière ne doit commencer qu'à partir du moment où le chiffre
ExempleExemple ::
L'activité saisonnière ne doit commencer
qu'à partir du moment où le chiffre d'affaire
(Prix) est supérieur au coût variable
Idem pour un restaurateur s’il veut ouvrir le
midi
L’entreprise ne doit pas prendre en compte
les coûts fixes
47
DDéémarrermarrer ouou CesserCesser uneune ActivitActivitéé Une entreprise décide de cesser une activité si : P
DDéémarrermarrer ouou CesserCesser uneune
ActivitActivitéé
Une entreprise décide de cesser une activité si :
P < CM
L’activité n’est pas rentable (seuil de rentabilité)
Un entrepreneur décide de créer une entreprise si
:
P > CM
L’activité est rentable
48
Fonction de Coûts 1. 2. 3. Expliquer les résultats obtenus
Fonction de Coûts
1.
2.
3.
Expliquer les résultats obtenus

ExercicesExercices

49
49

Calculer les différents coûts associés au niveau de production

Représenter graphiquement les différentes fonctions de coûts

ExempleExemple 11 Production CF CV CT Cm CFM CVM CM 0 50 0 1 50
ExempleExemple 11
Production
CF
CV CT
Cm CFM
CVM
CM
0 50
0
1 50
50
2 50
78
3 50
98
4 50
112
5 50
130
6 50
150
7 50
175
8 50
204
9 50
242
10 50
300
11 50
385
50
ExempleExemple 11 --11 Production CF CV CT Cm CFM CVM CM 0 50 0 50
ExempleExemple 11 --11
Production
CF
CV CT
Cm CFM
CVM
CM
0 50
0
50
-
-
-
-
1 50
50
100
50
50
50
100
2 50
78
128
28
25
39
64
3 50
98
148
20
16,67
32,67
49,33
4 50
112
162
14
12,5
28
40,5
5 50
130
180
18
10
26
36
6 50
150
200
20
8,33
25
33,33
7 50
175
225
25
7,14
25
32,14
8 50
204
254
29
6,25
25,5
31,75
9 50
242
292
38
5,56
26,89
32,44
10 50
300
350
58
5
30
35
11 50
385
435
85
4,55
35
39,55
51
ExempleExemple 11 --22 450 400 CF 350 CV 300 CT 250 Cm 200 CFM 150
ExempleExemple 11 --22
450
400
CF
350
CV
300
CT
250
Cm
200
CFM
150
CVM
100
CTM
50
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
52
ExempleExemple 11 --33 100 90 80 70 Cm 60 CFM 50 CVM 40 CTM 30
ExempleExemple 11 --33
100
90
80
70
Cm
60
CFM
50
CVM
40
CTM
30
20
10
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
53
ExempleExemple 22 Production CF CV CT Cm CFM CVM CM 0 100 1 125 2
ExempleExemple 22
Production
CF
CV CT
Cm CFM
CVM
CM
0
100
1
125
2
145
3
157
4
177
5
202
6
236
7
270
8
326
9
398
10
490
54
ExempleExemple 22 --11 Production CF CV CT Cm CFM CVM CM 0 100 0 100
ExempleExemple 22 --11
Production
CF
CV CT
Cm CFM
CVM
CM
0 100
0
100
1 100
25
125
25
100
25
125
2 100
45
145
20
50
22,5
72,5
3 100
57
157
12
33,33
19
52,3
4 100
77
177
20
25
19,3
44,3
5 100
102
202
25
20
20,4
40,4
6 100
136
236
34
16,7
22,7
39,3
7 100
170
270
34
14,3
24,3
38,6
8 100
226
326
56
12,5
28,3
40,8
9 100
298
398
72
11,1
33,1
44,2
10 100
390
490
92
10
39
49
55
ExempleExemple 22 --22 500 450 400 CF 350 CV 300 CT 250 Cm 200 150
ExempleExemple 22 --22
500
450
400
CF
350
CV
300
CT
250
Cm
200
150
100
50
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11

CFM

CVM

CTM

56
56
ExempleExemple 22 --33 100 90 80 Cm 70 60 CFM 50 CVM 40 CTM 30
ExempleExemple 22 --33
100
90
80
Cm
70
60
CFM
50
CVM
40
CTM
30
20
10
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
57