Vous êtes sur la page 1sur 18
RAPT DE DIPLOMATES ALGÉRIENS À GAO (MALI) Medelci:«Aucunerevendication»enregistrée ◗ Condamnation et indignation

RAPT DE DIPLOMATES ALGÉRIENS À GAO (MALI)

Medelci:«Aucunerevendication»enregistrée

Condamnation et indignation de la communauté internationale.

P. 3

16 Djoumada El Aouel 1433 - Dimanche 8 Avril 2012 - N°14479 Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

À QUELQUES JOURS DU DÉBUT DE LA CAMPAGNE

LESPARTISENEFFERVESCENCE

A moins d’une semaine du lancement de la campagne électorale, les partis politiques affûtent déjà leurs armes, rodent leur discours et mobilisent leurs troupes en vue de la bataille pour le prochain scrutin. Pour certains, l’heure est à l’affichage des programmes avec tout ce qu’ils comportent dans leurs volets politique, économique et social, dans le but de convaincre un électorat légitimement exigeant. Ainsi, la scène politique enregistre, depuis quelques jours, une effervescence annonciatrice de joutes électorales palpitantes.

RND

MSP

FFS

LE MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR :

«C’est à l’université de combattre l’extrémisme»

DÉVELOPPEMENT DE L’EXTRÊME SUD

La région sera dotée de dix importantes entreprises publiques

P. 7

P. 8

dotée de dix importantes entreprises publiques P. 7 P. 8 Ouyahia : «L’Algérie n’a nullement besoin

Ouyahia : «L’Algérie n’a nullement besoin de ceux qui veulent semer la discorde au nom de la religion»

ceux qui veulent semer la discorde au nom de la religion» Soltani : «Les urnes, seule

Soltani :

«Les urnes, seule voie pour la réforme du pays»

Soltani : «Les urnes, seule voie pour la réforme du pays» Djeddaï : «Nous participons aux

Djeddaï : «Nous participons aux élections pour faire barrage aux forces occultes»

P. 4 à 6

AMAR TOU À CONSTANTINE

Le tramway réceptionné à la fin de 2012

2 e CONGRÈS NATIONAL D’ONCOLOGIE MÉDICALE

500 sarcomes sur 44.000 cas de cancer chaque année

P. 32

P. 9

LE PRÉSIDENT DU COA AU FORUM D’EL MOUDJAHID «Nousn’avons aucun droit de regardtechnique sur les
LE
PRÉSIDENT
DU
COA
AU FORUM
D’EL
MOUDJAHID
«Nousn’avons
aucun
droit de
regardtechnique
sur
les
fédérations»
P. 30
Billal:Ph.
sur les fédérations» P. 30 Billal:Ph. Quotidien national d’information — 20, rue de la

2

2 EL MOUDJAHID Météo DEMAIN, À 10H, AU THÉÂTRE RÉGIONAL DE BEJAÏA DEMAIN, À 10 H,

EL MOUDJAHID

Météo DEMAIN, À 10H, AU THÉÂTRE RÉGIONAL DE BEJAÏA DEMAIN, À 10 H, AU MINISTÈRE
Météo
DEMAIN, À 10H,
AU THÉÂTRE RÉGIONAL DE BEJAÏA
DEMAIN, À 10 H, AU MINISTÈRE
DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES
Ciel dégagé
Célébration du 3 e anniversaire
du 3 e mandat présidentiel
Séminaire
d’information
sur les
Sur les régions Nord, alternance d’éclair-
cies après dissipation de la brume matinale
vers les régions côtières et proches côtières.
Les vents seront modérés 20/40 km/h près
des côtes.
élections
législatives
Le ministère de la Communication organise demain, à
10 h à l’amphithéâtre du ministère des Affaires étrangères
La mer sera peu agitée.
un séminaire d’information sur les élections législatives du
10 mai 2012.
Sur les régions sud du pays, temps généra-
lement dégagé, excepté les régions de l’Ex-
trême sud vers le Hoggar/Tassili où l’on notera
un temps voilé.
Les vents seront variables faibles 10/20
km/h
CE MATIN, À 8 H 30, AU SIÈGE
DU MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (21°-10°), Annaba (20°-10°), Bé-
char (27°-12°), Biskra (28°-14°), Constan-
tine (18°-4°), Djanet (32°-19°), Djelfa (17°-
2°), Ghardaïa (29°-12°), Oran (22°-14°),
Sétif (16°-2°), Tamanrasset (31°-18°), Tlem-
cen (22°-8°).
Le comité natio-
nal des sympathi-
sants avec le frère
Abdelaziz Boute-
flika organise avec
les autorités locales,
la société civile, les
anciens moudjahi-
dine, les enfants de
chouhada et le mou-
vement associatif de
la wilaya de Bejaïa
une cérémonie pour
marquer le 3 e anni-
versaire du 3 e man-
dat présidentiel.
Cette manifesta-
tion se tiendra de-
main, à 10 h au
théâtre régional de
Bejaïa.
Evaluation
des contrats
de performance
pour le renouveau
agricole
La
13 e
session
trimestrielle
MARDI 10 AVRIL, À 15 H, AU CLUB
DES MÉDIAS CULTURELS,
SALLE ATLAS
Agenda culturel
Zohra
Drif- Bitat
invitée
d’évaluation des contrats de performance pour le renouveau
agricole et rural des wilayas s’ouvre ce matin, à 8h30, sous
la présidence du M. Rachid Benaissa, ministre de l’Agri-
culture et du Développement rural.
de
Maw’id
Maâ El Kalima
Noureddine Moussa à Tipasa
AUJOURD’HUI, À 17 H,
À L’INSTITUT FRANÇAIS D’ALGER
L’Office national
de la culture et de
l’information invite la moudjahida Zohra
“La poésie
féminine
en Andalousie”
Drif-Bitat, mardi 10 avril à 15h, au club
dans le
des médias culturels,
salle Atlas
cadre de son
Kalima.
programme Maw’id maâ el
Une conférence sur « La
poésie féminine en Andalou-
sie » sera animée par M. Ham-
dan Hadjadj, chercheur en
littérature arabe et poésie andalouse.
CET APRÈS-MIDI, À 13 H,
AU MINISTÈRE DU COMMERCE
M. Noureddine Moussa, minis-
tre de l’Habitat et de l’Urbanisme,
effectue aujourd’hui une visite de
travail et d’inspection dans la wi-
laya de Tipasa au cours de laquelle
il s’enquerra de l’état d’avance-
ment de l’ensemble des pro-
grammes relevant de son secteur et
procédera également à l’inaugura-
tion du nouveau siège du Centre
national d’étude et de recherches intégrées du bâtiment
(CNERIB) à Souidania.
Conférence de presse
AUJOURD’HUI, À 18 H, AU PALAIS
DE LA CULTURE MALEK HADDAD,
CONSTANTINE
CE MATIN, À 9 H 30, À LA SALLE
DE CONFÉRENCES GHERMOUL
Hommage aux grands maîtres
de la musique andalouse
Le club de presse et d’information du ministère du Com-
merce organise cet après-midi à 13 h au siège du ministère du
Commerce, El Mohammadia, une conférence de presse qui sera
animé par le directeur du programme de soutien à l’accord de
partenariat P3A sur « Le bilans de la première phase et les pers-
pectives de la deuxième phase ».
Le département patri-
moine immatériel et cho-
régraphie inaugure une
exposition « Nouba,
hommage aux grands
maîtres de la musique
andalouse », aujourd’hui
à 18h00 au Palais de la
culture Malek-Haddad à
Constantine.
Présentation
du programme
du ministère
de la Jeunesse
et des Sports
CE MATIN, À 9 H, À L’HÔTEL
EL MOUAHIDINE-ORAN
Assises sur les sciences
médicales
Le secrétaire général du
ministère de la jeunesse et des
sports M. Kamel Guemmar animera une conférence de
presse ce matin, à 9 h 30 à la salle de conférences Ghermoul
autour du programme du ministère en matière de jeunesse
et de sports.
et les sciences du vivant
Un concert animé par l’orchestre Mourad Laib est
prévu à 20 heures au théâtre régional de la ville.
La
générale
de
la
recherche
scientifique
déve-
Activités des partis
loppement
la technologique
du
ministère
l’Enseignement
supé-
rieur
Recherche
scientifique,
organise
assises
les
sciences
médicales
et les
sciences
vivant,
la rentrant des
le
DEMAIN, À 15 H,
À L’HÔTEL EL-AURASSI
cadre
l’élaboration
de
la
troisième
loi
sur
recherche
du scienti- sur
CE MATIN À 11H, AU PALAIS
DES EXPOSITIONS DE LA SAFEX
fique
et à de direction projection de
quinquennale
2013-2017.
L’ouverture
de
ces
assises,
aura
du lieu
de demain
à 9h
à et dans l’hôtel
El
Mouahidine,
zone
Aéroport
Es
Senia,
Oran.
M. Ahmed Ouyahia invité
du forum des chefs
d’entreprise
Conférence de presse sur la
21
e
édition du SICOM
Le Forum des Chefs d’Entreprise en-
tame son cycle de rencontres avec les partis
politiques, dans le cadre des prochaines sélections législatives.
A ce titre, la première rencontre est prévue demain, à 15 h, à
l’hôtel El-Aurassi. L’invité du FCE sera M. Ahmed Ouyahia,
secrétaire général du Rassemblement national démocratique.
LE 10 AVRIL, À 14 H ET À 18 H À BECHAR
Deux meetings populaires du PRA
Dans le cadre
de la tenue du 21
e Salon inter-
Le secrétaire général du Parti du Renou-
veau algérien M. Kamel Bensalem animera
nationale de la bureautique,
de l’informatique et
de
la communication
« SICOM
2012 », une
DEMAIN, À 10 H,
À L’HÔTEL SOFITEL
le 10 avril deux meetings populaires, le pre-
mier à 14 h au centre culturel El Djorf de
conférence de presse sera animée par la SAFEX
l’APC d’Abadla et le deuxième à
18 h au
et l’agence Mira cards édition, ce matin à 11h à
la salle des conférences de
Palais des expositions.
la direction générale,
Annonce d’un partenariat
industriel
centre cultuel de l’APC de Kerzaz à Bechar.
LUNDI 9 AVRIL, À 11 H 30,
AU SIÈGE DU SNPSSP
Conférence de presse
Le syndicat national des praticiens spécialistes
de la santé publique (SNPSSP) organise une
conférence de presse le 9 avril, à 11h30 au siège
national sis à la résidence familiale, Hussein Dey.
Les laboratoires pharmaceutiques AstraZeneca et le groupe
Pharmaceutique Biopharm organisent une conférence de presse
à l’occasion de l’annonce d’un partenariat industriel en
Algérie et ce, en présence de M. Djamel Ould Abbas,
ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme
hospitalière et de M. Mohammed Benmeradi
ministre de l’Industrie, de la Petite et
Moyenne entreprise et de la promotion
de l’investissement.
DEMAIN, À 10H, À LA SALLE
MOHAMED-ZINET, RIADH EL FETH
Conférence de presse de Jil Jadid
Le président du parti Jil Jadid, M. Soufiane Djilali, sera
l’invité de la chaîne de télévision A3, aujourd’hui
à partir de
20
h 30
et une conférence de presse sera organisée demain
10 h à la salle Mohamed-Zinet à Riadh El-Feth.
Dimanche 8 Avril 2012

Sahel

3

EL MOUDJAHID

RAPT DE DIPLOMATES ALGÉRIENS À GAO (MALI)

Medelci : "Aucunerevendication"enregistrée

Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, a indiqué hier qu'"aucune revendication" n'a été enregistrée à présent au sujet des diplomates algériens enlevés au Mali.

au sujet des diplomates algériens enlevés au Mali. "L a cellule de crise, que nous avons

"L a cellule de crise, que nous avons mise en place, suit

en permanence les développe- ments liés à cette affaire, dont le traitement impose, comme vous le savez, beaucoup de discrétion", a-t-il ajouté, avant de rappeler que "le gouvernement s'est en- gagé à tout mettre en œuvre pour le rapatriement de nos compa-

triotes". A la question de savoir quelle a été la réaction de l'Algé- rie sur la proclamation d'un Etat indépendant par le MNLA, au Nord-Mali, M. Medelci a déclaré que "la position de l'Algérie est constante. A l'instar de la commu- nauté internationale, nous nous sommes prononcés pour la pré- servation de l'unité et de l'inté- grité territoriale du Mali".

"S'agissant de la crise malienne, a-t-il poursuivi, l'Algérie qui a condamné avec vigueur le coup

d'Etat militaire, encourage les ef- forts actuels en vue d'un retour rapide à l'ordre constitutionnel, la mise en place d'un gouvernement légitime et l'ouverture d'un dia- logue entre tous les Maliens pour trouver une solution à la question du Nord qui préserve l'unité ter- ritoriale du pays et les intérêts su- périeurs de son peuple". Les sept diplomates algériens, le consul et six de ses collaborateurs, ont été enlevés, rappelle-t-on, jeudi à Gao, par un groupe armé non identifié et conduit vers une des- tination inconnue. Les familles des diplomates pour leur part ont été évacuées via Bordj Badji Mokhtar, vendredi, par un avion des forces aériennes. Une ressor- tissante française qui travaillait à l'agence de l'UNICEF et qui s'était réfugiée au consulat d'Al- gérie à Gao a été évacuée sur le même vol.

Condamnation et indignation de la communauté internationale

Plusieurs pays et organisations internationales ont fermement condamné vendredi l'enlèvement du consul d'Algérie et de six autres diplomates algériens, perpétré la veille à Gao (nord du Mali), exigeant "la libération immédiate" de toutes les personnes enlevées. L'Union du Maghreb arabe (UMA) a dénoncé "dans les termes les plus forts" une "agression barbare, contraire à toutes les lois et normes internatio- nales", après le rapt des diplomates algériens. L'UMA qui déclare sui- vre avec "une grave préoccupation" et une "profonde inquiétude" l'évolution de la situation à la suite de cette agression exprime sa soli- darité avec les personnes enlevées, ainsi qu'avec leurs familles, a indi- qué un communiqué du secrétariat général de l'UMA. Elle forme le vœu de voir "les autorités maliennes prendre les mesures appropriées pour assurer la sécurité des personnes enlevées et garantir leur retour saines et sauves au sein de leurs familles et de leurs proches", selon le document. Pour sa part, le président de la Commission de l'Union afri- caine (UA), M. Jean Ping, a "vigoureusement" condamné l'incursion d'individus armés dans le consulat d'Algérie à Gao et l'enlèvement de membres de la mission diplomatique, dont le consul, qui ont été conduits vers une destination inconnue. Dans un communiqué rendu public par l'UA à Addis-Abeba, M. Ping a souligné "la gravité d'un tel acte" qui a ciblé des missions diplomatiques internationales et des émissaires diplomatiques", exigeant "la libération immédiate" de toutes les personnes enlevées. M. Ping a, par ailleurs, réaffirmé l'engagement de l'UA, dans le cadre de ses mécanismes et instruments et des déci- sions du Conseil de paix et de sécurité africain, "à ne ménager aucun effort pour renforcer la coopération internationale et africaine pour lut- ter contre le terrorisme". La Tunisie a, elle aussi, dénoncé l'enlèvement de diplomates algériens à Gao condamnant "des actes contraires aux coutumes internationales", selon un communiqué du ministère tunisien des Affaires étrangères. Le Maroc a également dénoncé l'attaque per- pétrée jeudi contre le consulat d'Algérie. Dans une déclaration à l'agence de presse MAP, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Saad Dine El Otmani, a condamné cet acte et exprimé "sa solidarité avec le peuple algérien, ainsi qu'avec les per- sonnes enlevées et leurs familles". En France, le porte-parole du mi- nistère des Affaires étrangères, Bernard Valero, a exprimé la condamnation de son pays en soulignant que "Paris condamne les en- lèvements de personnels diplomatiques consulaires algériens".

Washington rejette la déclaration d’indépendance du nord du Mali

soutien à l'intégrité territoriale du Mali", a indiqué le département d’Etat américain dans un commu- niqué. Les Etats-Unis, a-t-il pour- suivi, rejoignent l'Union africaine et d'autres "dans leurs déclarations rejetant l'annonce de la MNLA et appelant à l'engagement indéfecti- ble à l'unité nationale du Mali". "Un Etat Azawad séparé ne fera qu'exacerber les problèmes graves

L es Etats-Unis ont rejeté vendredi la déclaration d’indépendance du nord du

Mali autoproclamée par les re- belles touareg du Mouvement na- tional de libération de l'Azawad (MNLA). "Nous ne reconnaissons pas la déclaration faite par le Mou- vement national de libération de l'Azawad (MNLA) annonçant l'in- dépendance, et nous réitérons notre

qui défient l'Etat malien", note le communiqué. Appelant le MNLA "à cesser toutes les opérations mi- litaires", le département d’Etat sou- ligne que les Etats-Unis "exhortent instamment tous les groupes armés à s'engager dans le dialogue avec les dirigeants civils à Bamako pour parvenir à une voie non violente vers des élections nationales et une coexistence pacifique".

Mali à sortir de la crise par les moyens pacifiques, surtout avec l'aggravation de la situation dans le Nord, il a indiqué que le Mali, "considéré comme l'une des démo- craties d'Afrique, dispose des outils nécessaires pour un retour souple et pacifique à la légitimité consti- tutionnelle, dans le cadre d'un consensus entre toutes les parties concernées, y compris l'institution militaire".

MAE marocain : “Totalement inacceptable"

le Royaume du Maroc, a affirmé vendredi M. El Otmani dans une déclaration à l’agence MAP. Il a précisé que le Royaume du Maroc considère cette déclaration comme une décision "totalement inaccep- table" eu égard à ses conséquences graves sur la paix, la sécurité et la stabilité dans la région tout entière, soulignant la nécessité pour tous les Etats "d'assumer leurs respon- sabilités pour traiter cette ques- tion". Concernant la capacité du

L e ministre marocain des Af- faires étrangères et de la Coopération, M. Saad-Dine

El Otmani, a déclaré que la procla- mation de l'indépendance du Nord- Mali vis-à-vis de la République malienne est "totalement inaccep- table". La proclamation unilatérale par le Mouvement national de libé- ration de l'Azawad (MNLA) de l'indépendance du Nord-Mali vis- à-vis de la République malienne est "totalement inacceptable" pour

Éclairage

Éclairage
Éclairage
Éclairage

Les dangers d’une intervention étrangère

Algérie a mis en garde contre toute interven- tion étrangère au Mali qui conduirait à l´in- stabilité politique de ce pays voisin et

inévitablement à sa partition territoriale. Une telle initia- tive ferait le jeu des groupes salafistes de la rébellion tar- guie, alliée d´Al Qaeda au Maghreb islamique (AQMI), dont le porte-parole a annoncé, vendredi dernier, la pro- clamation unilatérale de la «république islamique Aza- wad» dans la partie nord du Mali. La guerre d´Afghanistan, l´invasion militaire d´Irak et les bombar- dements de la coalition internationale en Libye, pays proche du Sahel, sont des formes d´intervention militaire étrangères qui ont toujours conduit vers l´instabilité ré- gionale, outre celle des pays ciblés. Le gouvernement al- gérien avait déjà averti contre toute intervention étrangère en Libye, et n´avait pas été écouté. Résultat, ce pays est entré dans une phase d´instabilité durable sur fond de conflit ethnique et d´affrontements armés, les in- grédients qui manquaient aux séparatistes pour procla- mer depuis Benghazi la partition du territoire national.

C´est ce danger qui menace le Mali, à terme aussi les au- tres Etats de la région, contre lequel avertit, aujourd´hui, l´Algérie avant qu´il ne soit trop tard. L´intervention mi- litaire de la CÉDÉAO, à laquelle a appelé le gouverne- ment français, a toutes les chances de déboucher sur l´enlisement d´un conflit où s´affrontent déjà plusieurs ac- teurs locaux : l´armée gouvernementale, la rébellion tar- guie et AQMI. L´entrée en scène des pays de l´Ouest africain aux côtés du régime de Bamako, quel qu´il soit, ouvrira la voie inévitablement à toutes les ingérences ex- térieures, aux côtés de l´une ou de l´autre des forces en présence, et favorisera encore davantage le trafic d´armes, de drogue et de crime organisé. La plus redoutée de cette intervention étrangère serait celle d´une coalition militaire internationale qui viendra en appui à celle la CÉDÉAO, ce que le djihadisme appelle de tous ses vœux. Le seul cadre politique régional dans lequel pourra être abordé le problème du recouvrement de la souveraineté du Mali sur son territoire national est celui des «Accords d´Alger» qui ont permis, grâce à l´adroite médiation de

la diplomatie algérienne, de réconcilier les parties en conflit. Tandis que l’unique cadre pour contrer l´offensive salafiste dans le nord du Mali reste celui du Pacte de Ta- manrasset. C´est cet organisme militaire, le Commande- ment opérationnel commun des états-majors (COCEM) des pays sahélo-sahariens (Algérie, Mali, Niger et Mauri- tanie», qui mène, aujourd´hui, avec beaucoup d´efficacité l´action antiterroriste dans le Sahel. Toute autre initiative de même nature présiderait d´un jeu de puissance étran- gère intéressée à consolider son influence dans la région. Celle-ci serait contre-productive et ne pourrait que com- pliquer le fonctionnement des mécanismes mis en place par les Etats de la région sahélo-saharienne pour combat- tre AQMI. Ces mécanismes font accompagner l´action militaire par un indispensable programme d´aide au dé- veloppement des régions les plus pauvres de cette immen- sité désertique qui s´étend du Niger aux côtes atlantiques. Là où précisément AQMI a choisi d´établir ses bases et de jeter celles de la «république salafiste des Azawad». B. H.

Dimanche 8 Avril 2012

Nation

Culture

4

EL EL MOUDJAHID MOUDJAHID

N ation C ulture 4 EL EL MOUDJAHID MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES M. OUYAHIA À TAMANRASSET “Personne
N ation C ulture 4 EL EL MOUDJAHID MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES M. OUYAHIA À TAMANRASSET “Personne
N ation C ulture 4 EL EL MOUDJAHID MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES M. OUYAHIA À TAMANRASSET “Personne
N ation C ulture 4 EL EL MOUDJAHID MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES M. OUYAHIA À TAMANRASSET “Personne
N ation C ulture 4 EL EL MOUDJAHID MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES M. OUYAHIA À TAMANRASSET “Personne
N ation C ulture 4 EL EL MOUDJAHID MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES M. OUYAHIA À TAMANRASSET “Personne

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

M. OUYAHIA À TAMANRASSET

“Personne n’a fait don à l’Algérie de la moindre parcelle de son territoire”

«L'Etat construira le pays avec le même intérêt, au nord comme au sud, et les citoyens doivent contribuer à la préservation de son intégrité et son unité territoriale».

P ersonne n'a fait don à Algé-

rie de la moindre parcelle de son territoire», a affirmé

le secrétaire général du Rassemble- ment national démocratique (RND), M. Ahmed Ouyahia, vendredi à Ta- manrasset, ajoutant que ce qui se passe dans les pays voisins renforce l'attachement du peuple algérien à son unité nationale à travers l'ensem- ble du territoire national. Dans une allocution lors d'une réunion avec les militants de son parti dans la wi- laya de Tamanrasset, M. Ouyahia a démenti les propos de certains selon lesquels "ils auraient délimité les frontières de l'Algérie", rappelant que "les frontières de l'Algérie re- montent à la période précoloniale". Il a, dans ce contexte, rappelé la lutte des tribus du Sud contre le colonia- lisme français et leur attachement à l'indépendance de l'Algérie tout en- tière. Il a salué à cet égard "la bra- voure du peuple algérien qui a payé une année supplémentaire de lutte pour que l'Algérie demeure debout et unifiée, d'Alger à In Guezam, de Debded à Tindouf, de Djanet à Marsa Ben M’hidi et de Chenachen à El Tarf". Evoquant la situation dans la région du Sahel, précisément au Mali, M. Ouyahia a souligné que "les évènements enregistrés dans la région ne nous laissent pas indiffé- rents", avant d'ajouter que ses ren- contres avec la population de la région, où il se trouve depuis jeudi, lui ont permis de prendre connais- sance de la situation dans la wilaya. "La population du Sud partage avec celle du Nord et des autres régions de l'Algérie, la même patrie et reli- gion". Dans cette région (le Sud al- gérien), a-t-il dit, tout rappelle aux Algériens et aux Algériennes qu'ils sont les enfants d'un peuple ancien et issus d'une civilisation de plus de 10.000 ans. Il a ajouté que les habi- tants de Tamanrasset "sont préoccu- pés des frontières et leur préoccupation est légitime", rappe- lant qu'"une atteinte a été portée hier (jeudi) à l'intégrité de l'Algérie, avec

«

hier (jeudi) à l'intégrité de l'Algérie, avec « l'indépendance, de l'intégrité territo- riale, de

l'indépendance, de l'intégrité territo- riale, de l'unité nationale et de la va-

leur de la paix", a-t-il ajouté. "L'Algérie se porte bien" et est "sor- tie indemne de l'hiver arabe grâce à la volonté de Dieu et celle du peuple fidèle, dont les plaies demeurent ou- vertes, un peuple qui a refusé d'être

la proie de manipu- lations au service des étrangers" et "grâce à l'Etat qui n'a pas attendu la dégé- nérescence pour sui- vre la voie de la démocratie et du pluralisme", a-t-il dit. Le printemps arabe "que certains ont tenté de provo- quer en Algérie à tra- vers la crise du sucre et de l'huile a échoué grâce aux forces de sécurité qui sont par- venues à contenir la situation". "La terre de l'Algérie a été li- bérée par tous les Al- gériens qui vivent aujourd'hui dans l'égalité", a-t-il sou- ligné. "Il n'y a pas de place pour celui qui veut provoquer une révolution en Algérie sous prétexte de la disparité ou de la discrimination dans le déve- loppement", a-t-il soutenu, ajoutant que "l'Etat assure le développement à travers toutes les régions du pays sans discrimination". "L'inquiétude

de la population de Tamanrasset est légitime", a-t-il estimé, ajoutant que "l'Algérie dispose, au nord comme au sud, des moyens de préserver son intégrité territoriale, l'unité de son peuple et sa souveraineté". L'armée, la gendarmerie et la police défendent le pays mais ont, toutefois, "besoin du peuple pour défendre le pays, à travers l'unification les rangs", a-t-il dit, appelant la population du Sud à faire preuve de vigilance, à rester so- lidaire et à protéger les frontières du pays. "Nous ne sommes pas pessi- mistes. Nous formons un seul peuple mais la vigilance reste de mise", a-t- il dit, relevant que les citoyens de In Salah, In Guezam et Tinzaouatine sont conscients et attachés à l'unité territoriale et unis contre les com- plots qui se trament contre les pays de la région". Par ailleurs, M. Ouya- hia a souligné que "l'Etat construira le pays avec le même intérêt, au nord comme au sud, et les citoyens doi- vent contribuer à la préservation de son intégrité et son unité territo- riale". Le SG du RND a, enfin, dé- menti l'appel des tribus de Tamanrasset au boycott des pro- chaines législatives.

l'attaque qui a ciblé le consulat à Gao et l'enlèvement des fonctionnaires, un acte que nous condamnons". La si- tuation au Sahel sah- raoui, de la Somalie

à l'Atlantique "a pris

de graves propor- tions", en témoigne, a-t-il dit, "la division du Soudan qui souf- fre toujours de pro- blèmes, ainsi que la crise traversée par un pays voisin avec le-

quel nous partageons un passé glorieux de lutte, à savoir

la Libye qui a soutenu la Révolution

algérienne". "Les desseins étrangers ciblent le pétrole, le gaz, l'uranium et les richesses" des pays de la ré- gion, a indiqué M. Ouyahia, ajoutant qu'"après avoir vaincu le terrorisme nous devons déjouer les complots ourdis au nom de la démocratie". Concernant la question de l'Azawad,

il a indiqué "s'il s'agit d'une question

interne, nous demeurons attachés au principe de non ingérence dans les affaires intérieures". Il s'est inter- rogé, toutefois, "si l'idée des Azawad est locale", précisant que "dans le cas contraire nous devrions faire preuve de vigilance".

« Unifier nos rangs »

L'Algérie ressent la souffrance des populations de Kidal, Gao et

Tombouctou (nord du Mali) due aux agressions et au pillage, car ayant déjà vécu ces problèmes auparavant,

a précisé M. Ouyahia. Concernant l'explosion survenue récemment

dans la ville de Tamanrasset, il a souligné que cette épreuve "nous rappelle l'importance de la sécurité

et qu'il ne saurait y avoir de dévelop-

pement et de progrès en l'absence de paix et de stabilité". "Ce qui se passe chez les voisins constitue une oppor- tunité pour unifier nos rangs et pren- dre conscience de la valeur de

“L’Algérie n’a nullement besoin de ceux qui veulent semer la discorde au nom de la religion”

L’ Algérie n'a nullement besoin de ceux

qui veulent semer la discorde au nom de la religion», a indiqué le secrétaire

général du RND. Il a appelé les partis politiques à participer au prochain scrutin avec des programmes à même de construire un avenir meilleur pour le pays et de pallier aux carences qu'il connaît dans certains domaines tels le logement et l'emploi. Le secrétaire général du RND a ajouté dans ce sens que "tous les Algériens sont des musulmans et sont at- tachés au Coran et à la sunna et que nous n'avons nullement besoin de ceux qui veulent semer la dis-

«

corde au nom de la religion". M. Ouyahia a relevé, par ailleurs, que plus de 50 partis participeront aux prochaines échéances avec plus de 3.000 listes dont plus de 200 listes d'indépendants et que ces élec- tions se dérouleront sous une surveillance "sans

précédent" avec des urnes transparentes et l'utilisa- tion de l'encre indélébile qui "ne permettra à aucun électeur d'apposer son empreinte pour plus d'une liste". Il a également souligné que les prochaines législatives se dérouleront sous la supervision de

magistrats et en présence de 600 observateurs étran- gers, ainsi qu'en présence de représentants, tirés au sort, de cinq partis politiques dans chaque bureau de vote. Ces élections "seront régulières", a assuré M. Ouyahia ajoutant que le RND acceptera le parti vainqueur lors des prochaines législatives. Le se- crétaire général du RND a appelé les militants de son parti et tous les citoyens à se mobiliser, comme ils l'ont fait pour lutter contre le terrorisme, et à se rendre aux urnes massivement pour contrecarrer les complots ourdis contre l'Algérie au nom de la dé- mocratie. Il a souligné, dans ce sens, que son parti respectait toutes les formations politiques à l'excep- tion de celles qui "servent les intérêts des étran- gers", en appelant au boycott. M. Ouyahia a salué le rôle des Amenokal qui se sont succédé dans la région de Tamanrasset, à commencer par le chef Bey Ag Akhamokh Hadj, Moussa Akhamokh et Ahmed Idaber, l'actuel Amenokal, ajoutant que ce dernier a "personnellement démenti vendredi matin les rumeurs selon lesquelles il aurait appelé les Touaregs de la région à boycotter les élections".

AHMED DJEDDAI (FFS) AU FORUM DE LA RADIO DE TIZI-OUZOU

“Nous participons aux élections pour faire barrage aux forces occultes”

I nvité hier du forum de la radio locale de Tizi- Ouzou, M Ahmed

Djeddai, membre de la nou- velle direction nationale du FFS, a soutenu que la parti- cipation de son parti aux élections législatives du 10 mai prochain n’est pas le fruit de négociations de quota, mais plutôt une parti- cipation «tactique». S’expri- mant au nom du premier secrétaire national du parti, M. Djeddai a insisté « qu’il n’y a pas eu de négociations entre le gouvernement et le parti sur les quo- tas, parce que tout simplement ce n’est pas dans la culture du FFS de négocier sa parti- cipation aux élections ». « C’est complète- ment faux », a-t-il tranché par rapport aux rumeurs faisant état de ces négociations. Pour l’invité du forum, la participation du FFS est motivée par la situation difficile,

du FFS est motivée par la situation difficile, aussi bien interne que ré- gionale, que traverse

aussi bien interne que ré- gionale, que traverse notre pays, la détermina- tion du parti à remobiliser la société pour préparer l’avenir de l’Algérie et faire barrage aux forces rétrogrades. De ce fait, le représentant du FFS a ap- pelé la population à aller voter massivement le 10 mai prochain pour empê- cher ces forces d’occuper le terrain politique, mais aussi faire barrage aux apprentis sorciers qui sur- fent sur la situation régionale pour remettre en cause l’intégrité nationale et la cohésion de la société algérienne. Dans ce cadre, M. Djeddai a tiré la sonnette d’alarme sur les dangers qui menacent l’intégrité territorial de l’Algérie, qui est cernée par l’instabilité dans certains pays voisins, notamment en Libye et au Mali, avant de rappeler les posi-

tions fermes et historiques de son parti par rapport à l’unité du territoire et du peuple al- gérien. Le membre de la direction nationale du FFS a également indiqué qu’au-delà des résultats qu’aura la participation de son parti à l’issue de ces élections, le plus important c’est que le plus ancien parti d’opposition soit présent sur la scène politique nationale et le rôle politique qu’il joue pour aboutir à une alternative démocratique pacifique dans notre pays. L’hôte du forum de la radio lo- cale de Tizi-Ouzou a en outre réitéré la po- sition inchangée de son parti par rapport à la nécessité d’aller vers l’élection d’une As- semblée constituante qui lancera les bases d’une deuxième République, précisant que la prochaine Assemblée nationale ne pourra pas jouer le rôle d’une constituante étant donné qu’elle est appelée à apporter des amendements à la Constitution et à voter d’autres lois. Enfin, M. Ahmed Djeddai a souligné que le FFS a présenté 42 listes de candidatures à travers le territoire national et trois autres à l’étranger et que 29 têtes de

liste sont des universitaires et 13 autres ont un niveau secondaire. Quatre femmes conduiront les listes de candidature du parti dans les wilayas de Constantine, Biskra, Tin- douf et Oum El Bouaghi, a-t-il ajouté, en précisant que la femme représente 30 % sur l’ensemble des listes présentées par le parti

à ces élections. Concernant le rapt des diplomates algé- riens au nord du Mali, le Front des forces so- cialistes (FFS) a fermement dénoncé hier cet acte et a demandé à ce que tous les moyens soient mobilisés pour leur libération immé- diate. « Nous dénonçons avec vigueur l’en- lèvement de nos diplomates par des éléments armés au nord au Mali et nous demandons au gouvernement d’utiliser tous les moyens

nécessaires pour les libérer sains et saufs »,

a affirmé M. Djeddai. Pour le membre de la

direction nationale du FFS, cette région do- minée par les différents groupes armés pour- rait être « une plaque tournante pour nuire à l’Algérie ».

Bel. Adrar

Dimanche 8 Avril 2012

Nation

5

EL MOUDJAHID

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

En attendant le scrutin, les acteurs de la campagne sont en place

A moins d’une semaine du lancement de la campagne électorale pour les législatives du 10 mai, les deux commissions nationales, de supervision et de surveillance des élections œuvrent à la mise en place des éléments de leurs missions et programmes alors que les partis politiques et les candidats en course pour les 462 sièges de l’Assemblée populaire nationale mettent les dernières retouches à leurs programmes, slogans et contenus des stratégies qu’ils comptent mettre en œuvre. Bien que le coup d’envoi de la campagne n’a pas encore été donné, tous les candidats sont en campagne, pas encore ouverte.

L a sensibilisation des citoyens, la mobilisation des adhé- rents et l’explication des objectifs véhiculés tout au long

des 21 joutes orales, de sorties sur terrain et de distances

à parcourir sont les prémices de cette remarquable entame qui

ouvrira la course à la quarantaine de partis et la centaine de listes des candidats aux consultations nationales pour le 10 mai. Une nouvelle génération de parlementaires, un scrutin crédi- ble et transparent devant exprimer la volonté du peuple algérien dans le changement et la légitimité des institutions. C’est le leit- motiv que véhicule le rendez-vous du mois prochain pour donner toute sa signification au printemps des Algériens. C’est le défi, l’enjeu et le challenge qui animent autant les ac- teurs politiques, les électeurs et les autorités publiques engagés dans le processus électoral et les mécanismes de son déroulement dans de bonnes conditions. La campagne médiatique du rendez vous des élections légis- latives du 10 mai bat son plein et tous les moyens sont mis en œuvre pour s’assurer à ce que l’avènement que vit le pays et le peuple dans sa diversité, se déroule dans toutes les conditions de sa réussite. En effet, la réussite de ce scrutin ouvre de grandes et larges perspectives en termes de crédit, de réhabilitation, de confiance entre les Algériens et leurs institutions, entre l’Etat et ses repré- sentants, entre les élus et leurs électeurs, en clair, entre les Algé- riens eux-mêmes. Le succès de ce processus électoral qui a nécessité depuis bien avant son lancement, la réalisation de tout un ensemble de mé- canismes et de dispositions juridiques, matérielles et législatives, réside dans le fait que tous les obstacles de quelques sortes qu’ils soient n’ont eu à souffrir d’une quelconque négligence ou mani- festation de soupçon.

LES CANDIDATS À L’ÉPREUVE DES RÉFORMES POLITIQUES

Au plan de l’élaboration d’une base législative pouvant ga- rantir les fondements du socle de la réussite des chantiers devant asseoir le changement profond et radical, le premier magistrat du pays a eu recours aux consultations des différents acteurs, composantes et partenaires de la société en vue de brasser les vi-

et partenaires de la société en vue de brasser les vi- sions et de conjuguer les

sions et de conjuguer les efforts de chacun pour dimensionner la véritable vision que souhaitent les Algériens et Algériennes comme projet de société, comme projection institutionnelle et de qu’elle façon les choses devaient se dérouler. Sans exclusion, ni marginalisation ou un quelconque doute de suspicion. Entre le processus de maturation des idées et des projets et celui de son élaboration en textes de lois à soumettre au débat général, à l’enrichissement puis au vote a connu son épilogue en décembre de l’année passée avec la promulgation d’une batterie de législation et de mise en application de ses dispositions. Ce sont pas moins d’une douzaine de lois ouvrant de nou- velles passerelles entre de nouveaux acteurs nationaux, une ving- taine de nouvelles formations politiques et autant d’inspirations politiques diversifiées aux programmes et contenus à l’image d’une Algérie en éclosion du printemps de ses citoyens, avides de changement, de nouvelles aspirations et d’un renouveau à tous les niveaux de sa perception. Le premier chantier à réussir concerne la mise en place des jalons de l’institution de législation, celle qui donne la source à l’édifice de fondation des autres institutions de la république, le Parlement et ses objectifs, le mandat et les missions de ses loca- taires. Le siège et le cœur de toutes les revendications légitimes des citoyens se cristallisent au sein de cette Assemblée populaire nationale (APN).

L’étape de son élection a été précédée par une série de dispo- sitions et de mesures mises en place devant assurer son bon dé- roulement. Deux commissions ont été installées, l’une à l’initiative du chef de l’Etat, l’autre à l’initiative des partenaires politiques. Des magistrats et des personnalités politiques nationales ont été chargés de veiller, superviser et de contrôler le processus électoral dans toutes ses phases, sans oublier les 600 observa- teurs étrangers qui sont attendus pour apporter leurs contribu- tions aux missions de contrôle et de surveillance de la transparence des élections législatives du 10 mai prochain. Toutes ces précautions sont à inscrire dans le chapitre des ga- ranties de la transparence, de l’impartialité, de la régularité et de l’expression véritable des voix des électeurs et électrices lors du scrutin du début de mai. L’aboutissement de cette importante et cruciale étape consti- tue le premier jalon devant donner toute sa signification au chan- gement à venir. La septième législature attenue du scrutin de mai est le fon- dement de tous les jalons qui se succèderont, à commencer par la révision de la loi fondamentale, des élections locales de com- munes et de wilayas en octobre prochain. C’est dire l’importance du rendez-vous des échéances pro- chaines, s’agissant d’une Assemblée populaire nationale qui devra impérativement représenter tous les acteurs et courants po- litiques et idéologiques présents sur la scène nationale. Aussi, l’événement de mai représente une grande responsabi- lité et interpelle autant le sens élevé de la citoyenneté des élec- teurs que le respect des voix dans les choix des candidats. Les échantillons de citoyens s’exprimant dans le vif mesurent cette responsabilité et la dimension du devoir qui incombe aux électeurs, notamment les jeunes et les femmes, un réservoir de voix que l’on qualifie de déterminant dans le souhait du change- ment et de l’émergence d’une nouvelle élite et de nouveaux par- lementaires ainsi que du point de vue des perspectives que leur

offrent les nouvelles lois votées dans le cadre des réformes politiques décidées par le Président de la République, voilà près d’une année maintenant.

Houria A.

PRA

M. Bensalem : “Le boycott n'est pas la solution aux problèmes que vit le pays”

Le secrétaire gé- néral du Parti du re- nouveau algérien (PRA), M. Kamel Bensalem, a estimé, hier, à Berrouaghia (Médéa), que « le boycott des législa-

tives n’est pas la so-

lution

problèmes que vit le pays ». S'exprimant à l’occasion d’un meeting organisé à

la maison de la Cul-

ture Hassan El-Has- sani, le SG du PRA

a affirmé que ceux

qui appellent au boycott des élec- tions législatives du 10 mai prochain « veulent maintenir le statu quo et priver le peuple d’une réelle opportunité de participer au changement tant espéré ». « Boycotter les élections, c’est donner un sursis de plus pour les op- portunistes et les affairistes », a affirmé M. Bensalem, in- vitant les électeurs à exprimer en « force », le 10 mai prochain, leur « désir de changement et de rupture avec les pratiques du passé ». Il a indiqué, par ailleurs, que la nouvelle Assemblée populaire nationale (APN) doit être

en mesure d’élaborer « seule » la nouvelle constitution,

« à l’abri de toute pression ou chantage politique », rap-

pelant que celle-ci aura pour mission principale, « la ré-

daction de lois garantissant la justice sociale, les libertés

et d’assurer également une répartition équitable des ri-

chesses du pays entre tous les citoyens, sans exclusion aucune ». Commentant les récents événements qui se sont produit aux frontières sud du pays, le SG du PRA a af- firmé que ces derniers doivent nous inciter à « plus de vi- gilance et à faire bloc autour d’un objectif commun » , « celui consistant à défendre et à préserver notre unité na- tionale et notre indépendance », a-t-il souligné.

na- tionale et notre indépendance », a-t-il souligné. aux MOHAMED CHERIF TALEB (PNSD) À KHEMIS-MILIANA “Il

aux

MOHAMED CHERIF TALEB (PNSD) À KHEMIS-MILIANA

“Il est temps de revenir à la légitimité populaire…”

Animant un meeting hier matin, au niveau du centre culturel de la ville de Khemis-Miliana, le président du PNSD, M. Mohamed Cherif Taleb a déclaré que le « temps de la légitimité historique est terminé », appelant les jeunes à saisir cette opportunité pour que le « 10 mai soit le temps de la légitimité populaire». estimant que le peuple algérien dans son ensemble est musulman et qu’il est grandement conscient des enjeux et de la carte de l’islam que certains par- tis essaient de faire valoir, M. Taleb a de même estimé que « les anciens partis ont montré leur incapacité et leur faiblesse à diriger le pays » aussi devait-il appeler à donner leur chance aux nouveaux partis, « donnez-nous l’occasion, faites passer un ou deux députés sur notre liste et nous, au niveau du PNSD, nous veillerons à ce qu’ils soient réellement représentatifs ». L’action politique du PNSD se résume à quatre

grands axes à savoir, l’emploi, le logement, la santé et l’éducation que son président dévelop- pera devant l’assistance. Sur le plan écono- mique, la « troisième voie » préconise, une économie de transition. Abordant les boulever- sements qu’a connu le monde arabe et plus prés de nous récemment à nos frontières sud, M. Mo- hamed Cherif Taleb a souligné que l’Algérie a vécu son printemps arabe en 1988 et, appuyant la position de l’Algérie exprimée par le Premier ministre et tout en dénonçant « les complots tra- més qui visent à déstabiliser l’Algérie » , il a tenu à rendre hommage « aux dizaines de mil- liers de djounouds et d’officiers de l’Armée na- tionale populaire massés le long de nos frontières pour garantir notre sécurité, la stabi- lité de l’Algérie et son intégrité territoriale ». A.M.A

de l’Algérie et son intégrité territoriale ». A.M.A PLJ “Se rendre en force aux urnes, pour

PLJ

“Se rendre en force aux urnes, pour le changement”

Le président du Parti de la liberté et de la jus- tice (PLJ), M. Mohamed Saïd a appelé, vendredi des wilayas de Khenchela et de Tébessa, à « un vote massif », le 10 mai prochain, pour « le chan- gement, la justice et la consécration de l’Etat de droit ». A El Mehmel (Khenchela) où il a présidé un meeting devant des militants et des sympathi- sants de ce parti, M. Saïd a invité les citoyens à faire de ce rendez-vous électoral, une « fête algé- rienne » pour le choix d’hommes « compétents, aptes à prendre leurs responsabilités pour sortir le pays de toutes les crises ». Le président du PLJ a souhaité que les partis (à) soient « sincères » pour ce qui est des engagements exprimés dans leurs programmes, et ajouté que le peuple « doit leur donner une chance sans les juger d’avance ». Le programme du PLJ est « axé sur la réhabilitation des valeurs morales en premier lieu » car, selon

l’intervenant, le pays « vit une crise de confiance » qui doit conduire les militants de son parti à « rejeter les compor- tements contraires à la morale, la médiocrité, le mépris et le clien-

à la morale, la médiocrité, le mépris et le clien- télisme, afin de faire des élections

télisme, afin de faire des élections une consultation transparente et démocratique ». A Chréa, dans la wilaya de Tébessa où il présidé une rencontre simi- laire dans l’après-midi, M. Mohamed Saïd a consi- déré que les législatives du 10 mai prochain « pourront constituer une issue pour le changement pacifique de la politique du pays ». Le président du PLJ a précisé que les prochaines élections marquent « une étape décisive, non seu- lement pour le changement, mais aussi pour la pré- servation de la stabilité de la paix sociale, pour peu qu’elles se déroulent dans la transparence ». M. Mohamed Saïd s’est déclaré, par ailleurs, « contre l’instrumentalisation de l’islam à des fins partisanes ou politiques », affirmant que l’islam « appartient à toute la nation ». Le président du PLJ a appelé, au terme de son discours, les citoyens et en particulier les jeunes, à

une « participation massive aux législatives du 10 mai pour contribuer à l’édification d’une Algérie nouvelle, reposant sur l’équité et la justice sociale ».

Dimanche 8 Avril 2012

Nation

Culture

6

EL MOUDJAHID

N ation C ulture 6 EL MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES MSP Soltani : “Les urnes, seule voie
N ation C ulture 6 EL MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES MSP Soltani : “Les urnes, seule voie
N ation C ulture 6 EL MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES MSP Soltani : “Les urnes, seule voie
N ation C ulture 6 EL MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES MSP Soltani : “Les urnes, seule voie
N ation C ulture 6 EL MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES MSP Soltani : “Les urnes, seule voie
N ation C ulture 6 EL MOUDJAHID ÉLECTIONS LÉGISLATIVES MSP Soltani : “Les urnes, seule voie

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

MSP

Soltani : “Les urnes, seule voie pour la réforme du pays”

L e président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), M. Bouguerra Soltani, a souligné,

vendredi à Alger, que "les urnes consti- tuent la seule voie pour la réforme du pays", d'autant qu'il existe "une volonté politique déterminée à assurer la régula-

rité des législatives du 10 mai prochain". Lors d'une rencontre nationale avec les instances électorales du parti, M. Soltani

a précisé qu'il existe "une volonté poli-

tique déterminée à assurer la régularité des prochaines élections législatives" qui seront marquées par une supervision ju- diciaire et une surveillance électorale ri- goureuses. Cette rencontre, a-t-il indiqué, nous permettra de "nous organiser à tra- vers une coordination centrale en vue de réaliser nos objectifs" pour que "nous

puissions œuvrer avec l'Alliance de l'Al- gérie verte". Elle vise, entre autres, à ex- pliquer les dimensions du plan électoral du parti pour passer de l'approche parti- sane à celle de l'Alliance, a indiqué le président du MSP. Plusieurs thèmes se- ront débattus par les participants dont "l'emploi, la pauvreté, la justice sociale, l'économie de marché et le pouvoir d'achat", a-t-il précisé. Concernant les préparatifs des élections, M. Soltani a in- diqué que "l'Alliance de l'Algérie verte" a établi des listes unifiées en dépit de "la difficulté" de la tâche. Il a, dans ce sens, insisté sur l'importance de la surveillance de tout le processus électoral. Par ail- leurs, M. Soltani a condamné l'enlève- ment des diplomates algériens à Gao et appelé à leur libération.

diplomates algériens à Gao et appelé à leur libération. PARTI DES JEUNES M. Boucherma appelle à

PARTI DES JEUNES

M. Boucherma appelle à l’implication de la jeunesse

Le PJ propose des solutions économiques et sociales aux problèmes des jeunes dont le financement sans taux d’intérêt des petites et moyennes entreprises.

“L e parti a présenté des candidats dans 39 wilayas et les femmes re- présentent un taux très important

dont deux sont têtes de liste dans les wilayas d’Illizi et d'El Bayadh», a indiqué hier Alger, le coordinateur général du Parti des jeunes (PJ), M. Hamana Boucherma, lors d’un mee- ting regroupant les militants de son parti. Dans son allocution, M. Boucherma, a expliqué qu’ «il compte procéder à un vote blanc dans les wilayas qui ont refusé les dossiers de sa for- mation politique.» Il a estimé que « l’adminis- tration n’a donné aucune raison valable quand aux refus de ces dossiers.» Pour sa participa- tion aux prochaines élections législatives, il a souligné l'importance qu’accorde son parti aux compétences féminines, appelant au change- ment des mentalités qui empêchent la femme d'occuper la place qui lui est donnée en parti- culier dans les zones rurales. S’agissant de son programme, le PJ propose des solutions économiques et sociales aux problèmes des jeunes, dont le financement sans taux d’intérêt des petites et moyennes entreprises (PME) créées par des jeunes. «Les PME constituant un des outils du développement économique du pays», a-t-il expliqué. Il a aussi mis l’accent sur la création d’un observa- toire chargé de la formation des jeunes entrepreneurs dans le do-

chargé de la formation des jeunes entrepreneurs dans le do- maine du management est un autre

maine du management est un autre objectif important de cette formation politique. Il a proposé également des formules pour stabili- ser la structure de base de la société algérienne qu’il a qualifiée de société chamboulée avec un nombre de 11 millions de jeunes qui n’ar- rivent pas à se marier à cause de leur situation sociale. M. Boucherma a réitéré que sa forma- tion politique est un espace politique démocra- tique et rassembleuse des compétences. Dans ce sens, il a souligné que «les prochaines élec- tions seront l'occasion pour cette frange de la société de participer à la prise de décision dans le but d'opérer un changement dans la société.» Il a ajouté que « pour un pays comme l’Algé- rie, il est impossible d’espérer un changement sans associer les jeunes dans tous les do- maines, afin d’avoir un développement global et durable.» Il a ainsi appelé au rajeunissement du système de gouvernance et des institutions de l'Etat pour garantir

la pérennité à l'Etat algérien. Il est à noter que le Parti des jeunes (PJ), nouvellement agréés, a tenu son congrès constitutif le 27 mars dernier. M. Boucherma, qui ne s'est pas porté candidat aux pro- chaines législatives, sera le directeur de la campagne électorale des candidats de sa formation dont la moyenne d'âge ne dépasse pas 35

ans.

Wassila Benhamed

FRONT DE L’ALGÉRIE NOUVELLE

M. Benabdessalam : “La participation de la femme sur nos liste dépasse les 30%”

Le président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN), Djamel Benabdessalam, a déclaré, hier, que son parti participera au prochain scrutin à travers 46 wilayas et dans le nord de la France, pour les élections législatives du 10 mai.

D ans ce contexte, le président du FAN a précisé que la participation de femme sur les listes de son

parti, « dépasse les 30% ». Intervenant lors d’une journée d’étude consacrée aux têtes des liste du parti au niveau national, M. Be- nabdesslam a précisé que le FAN ne sera pas présent au niveau de deux wilayas seu- lement, à savoir El Tarf et Tindouf. Selon le leader du parti, quelque « 16 dossiers ont été rejetés ». Il a, en outre, réi- téré son appel à la mobilisation pour assu- rer une forte présence de l’élément féminin

aux prochaines échéances, affirmant que les jeunes également sont fortement pré-

sents dans les listes de sa formation, ajou- tant que 10 jeunes militants âgés entre 28

et 40 ans sont en têtes de liste, ajoutant que

cinq ex-députés de l’APN ainsi que des présidents d’APC figurent sur les listes de sa formation, et qu’il est personnellement en tête de liste à Alger. Selon le président du FAN, l’identité nationale est celle de « l’amazighité du Djurdjura, des Aurès et l’Ahaggar », et

Ph, : Wafa
Ph, : Wafa

« non celle dictée par l’académie fran-

çaise », a-t-il souligné. En ce qui concerne le financement de la campagne électorale,

le président du FAN a précisé que le finan-

cement de sa campagne a été effectué par

les cotisations internes des militants, « on

a frappé aux portes des Algériens », a-t-il

dit, soulignant par ailleurs, que « l’Algérie

a besoin de voir tous ses enfants participer

à son édification ». Qualifiant le 10 mai 2012 de « date dé-

cisive » dans l’histoire du pays, il a estimé que la « conjoncture délicate » que traverse le pays « exige de tous, d’adopter une po- sition patriotique » le jour du scrutin. « Nous devons montrer que l’Algérie est chère aux yeux de l’ensemble de ses en- fants », a-t-il lancé. « Soit nous réussirons

à former un Parlement traduisant la volonté

du peuple, soit nous laisserons l’initiative aux opportunistes, à la fraude et à des élus qui ne représenteront que leurs propres in- térêts », a-t-il expliqué à ses militants. Pour rappel, le FAN est l’un des nou- veaux partis ayant investi la scène politique après avoir été agréé le 26 février dernier. Le parti qui a tenu son congrès constitutif le 11 février dernier puise sur ses principes fondamentaux « de la Révolution de No- vembre, de la pensée de Abdelhamid Ibn Badis et de l’école des Oulémas ». Sihem Oubraham

Le temps de l’action et de l’engagement

Il n’est point exagéré de

décréter dès à présent que les

élections législatives du 10 mai

prochain, suscitent un intérêt

palpable et un engouement significatif de la part de nos compatriotes conscients des enjeux et de l’importance de ce scrutin populaire. Le plus

réconfortant est qu’on observe, et ce n’est pas un moindre détail, une participation féminine très appréciable. Les femmes ont la conviction qu’elles ont voix au chapitre, qu’elles vont peser de tout leur poids dans les prochaines joutes

électorales. Ce qu’est que justice. Tant il est vrai que des reliquats néfastes et des réflexes d’un autre âge, la persistance de mœurs surannées ont alimenté un

« machisme » politique à la dent dure.

Cette participation qualitative et quantitative de la femme dans ces élections, accréditée par des statistiques incontestables, aura certainement sonné le glas de la femme alibi, celle que l’on exhibait avec ostentation pour faire bonne figure ou combler un rituel artificiel. Certaines formations politiques, suprême privilège, ont dressé des listes comportant uniquement des femmes. Il semble que le temps des vaches maigres et des concessions accordées avec une infinie parcimonie est révolu. Il est dès lors loisible de certifier que la femme candidate à la députation, aura à croiser le fer d’égal à égal pour faire campagne et convaincre. Elles seront partie prenante d’un scrutin décisif, pour exhiber la force de leur conviction. Ces élections législatives, sont le tremplin idoine pour consacrer une équité dont les formations politiques ont pris acte pour renforcer leur crédibilité. Les femmes, dont on a constamment

déploré le sentiment d’ostracisme et de marginalisation à leur égard, bousculent désormais les convenances tacites, rognent brutalement les chasses gardées et les pré- carrés dans un Landernau politique assez rétif au changement. Il faut rendre grâce à la nouvelle loi électorale qui a su rectifier le tir en recadrant le débat sur une plus large représentativité de la femme dans les Assemblées élues, qui commence à faire boule de neige et à ramener à résipiscence une mentalité par trop anachronique. Il reste à conforter cette dynamique sans verser dans l’image d’Épinal, ou dans un triomphalisme de mauvais aloi, il y a des signes qui ne trompent pas. La leçon semble comprise, les enseignements pris au pied de la lettre, et les mesures du gouvernement, les orientations du Chef de l’Etat visant à élargir la participation de la femme à la vie politique du pays, ont produit leur œuvre. En témoigne des chiffres assez éloquents. La composante humaine des candidatures, donnent des partis qui ont largement franchi le seuil minima du taux de représentativité fixé par la loi, à savoir les 30%. On retient 25.800 candidats parmi lesquels on relève 7.646 femmes. Une statistique inédite depuis l’avènement du pluralisme politique dans notre pays. L’irruption massive de la femme est un fait, pas un alibi pour faire du

« remplissage » de listes. L’expérience

renseigne qu’il ne faut jamais dormir sur ses lauriers. Le chemin de la réhabilitation est encore long et parsemé d’embûches. La scène politique ne s’exonère jamais de comportements et de pratiques souvent favorables aux « minorités » visibles. Les femmes, comme les jeunes, auront à s’investir en force dans la brèche et s’engouffrer massivement dans un jeu politique qui n’est pas clément pour les âmes réticentes ou peu disposées à en découdre.

M. Bouraïb

Dimanche 8 Avril 2012

Nation

Culture

8

EL MOUDJAHID

N ation C ulture 8 EL MOUDJAHID DÉVELOPPEMENT DE L’EXTRÊME SUD La région sera dotée de
N ation C ulture 8 EL MOUDJAHID DÉVELOPPEMENT DE L’EXTRÊME SUD La région sera dotée de
N ation C ulture 8 EL MOUDJAHID DÉVELOPPEMENT DE L’EXTRÊME SUD La région sera dotée de
N ation C ulture 8 EL MOUDJAHID DÉVELOPPEMENT DE L’EXTRÊME SUD La région sera dotée de
N ation C ulture 8 EL MOUDJAHID DÉVELOPPEMENT DE L’EXTRÊME SUD La région sera dotée de
N ation C ulture 8 EL MOUDJAHID DÉVELOPPEMENT DE L’EXTRÊME SUD La région sera dotée de

DÉVELOPPEMENT DE L’EXTRÊME SUD

La région sera dotée de dix importantes entreprises publiques

M. Ahmed Ouyahia a annoncé, vendredi soir à Tamanrasset,

que la région de l'extrême sud sera dotée de dix importantes entreprises publiques afin de relancer l'économie en attendant les entreprises qui de- vront être créées par les privés. M. Ouyahia a affirmé que l'Etat œuvrait au développement de toutes les wi- layas avec le même rythme et à tra- vers une répartition équitable des projets, révélant à ce propos que la wilaya de Tamanrasset bénéficiera de la création de plusieurs entreprises publiques, dont 6 à Tamanrasset et 4 à In Salah. M. Ouyahia a indiqué que "l'avenir de la wilaya n'est pas une question d'idéologie et que l'Etat a donné toutes les facilités au secteur privé qui n'a toujours pas montré son intérêt pour l'édification de la wi- laya". Selon M. Ouyahia, les projets de développement proposés pour la wi- laya de Tamanrasset, "qui reflètent l'intérêt grandissant et les efforts co- lossaux de l'Etat visant l'édification de la wilaya, mettront fin à la majo- rité des problèmes que connaît la ré- gion". Il a souligné dans ce sens qu'outre le programme quinquennal, la wilaya de Tamanrasset a également bénéficié d'un programme complé- mentaire conséquent. Il s'agit du

programme complé- mentaire conséquent. Il s'agit du "projet du siècle" qui approvisionne la wilaya de

"projet du siècle" qui approvisionne la wilaya de Tamanrasset à partir d’In Salah en eau potable sur une distance de plus de 750 km et des 9.000 loge- ments ruraux réalisés dans les diffé- rentes régions et communes de la wilaya. M. Ouyahia a rappelé qu'en sus des exploitations agricoles créées au profit des jeunes au titre du pro- gramme complémentaire pour ap- puyer l'agriculture, 600 entreprises ont également été créées par des jeunes de la région, dont 300 au cours des deux dernières années, affirmant que le nombre des entreprises pré- vues pour les trois prochaines années sera plus important. Il a rassuré, par ailleurs, les habitants de Tamanrasset

souffrant du "manque d'infrastruc- tures sanitaires" en rappelant les deux projets en cours de réalisation, à sa- voir un hôpital a In Salah et un autre à Tamanrasset, en sus de 15 structures sanitaires dans différentes communes de la wilaya. Il a souligné dans ce contexte l'intérêt que porte l'Etat aux infrastructures hôtelières de la wi- laya, notamment les hôtels Tahat à Tamanrasset et Tidikelt à In Salah, à travers l'appui apporté aux deux hô- tels pour développer le parc hôtelier dans la wilaya et promouvoir le tou- risme dans la région. M. Ouyahia a recommandé à la population du Sud de relever le défi de la préservation de l'unité du pays dont menacent cer- tains au nom de la démocratie.

M. TOU À GUELMA

Lancement de l’Entreprise de transport urbain

E ntre 2008 et 2011, 2.300 km de voies ferrées ont été réalisés, en

plus des 2.000 km en cours de réalisa- tion. Et à l’horizon 2015, les lignes mo- dernes électrifiées atteindront les 10.600 km. Le ministre des Transports, M. Amar Tou, a présidé, vendredi après- midi à Guelma, une cérémonie mar- quant le début des activités de la nouvelle entreprise de transport urbain qui débute son activité, dans un pre- mier temps, avec une dizaine de bus. M. Tou a fait part de sa ‘‘satisfaction’’ quant à la qualité du siège de l’entre- prise implanté à 2 km à l’est de Guelma, dans la commune de Belkheir, dans d’anciens locaux hérités de l’ex- Entreprise nationale des transports routiers (SNTR). Des locaux qui couvrent une superficie de 27.000 m 2 , dont plus de 3.400 m 2 bâtis. Cette entreprise ex- ploitera à son démarrage 4 lignes assurant la liaison Belkheir-Héliopolis- Guelma, ainsi que les cités des frères Rahabi et Yahia-Maghmouli, au centre de la ville. Elle emploie 45 travailleurs, dont 22 chauffeurs et 23 receveurs, et exploitera, dans une seconde phase, 30 bus, selon les explications fournies au ministre. Au cours de sa visite dans la wilaya de Guelma, le ministre des Transports a inspecté le projet de réalisation de la piste de l’aérodrome situé dans la commune de Belkheir, ainsi que le projet de gare routière au chef-lieu de la wilaya, et dont les travaux étaient à l’arrêt depuis trois ans. Lors de la séance de travail qui a ponctué, au siège de la wilaya, sa visite à Guelma, M. Tou a indiqué que son département ministériel a lancé les ‘‘procédures’’ en vue du projet de voie ferrée reliant El-Khroub (Constantine) à Guelma, via Aïn Abid et Oued Zenati, pour aboutir jusqu’à Bouchegouf à l’est de Guelma. Le ministre a souligné, à cette occasion, les progrès enregistrés en matière de chemin de fer durant les dernières années, indiquant qu’entre 2008 et 2011, 2.300 km de voies ferrées ont été réalisés, en plus des 2.000 km en cours de réalisation. Il a précisé qu’à l’horizon 2015, les lignes modernes électrifiées atteindront 10.600 km.

les lignes modernes électrifiées atteindront 10.600 km. JOURNÉE DE SENSIBILISATION À BÉCHAR SUR LES MINES

JOURNÉE DE SENSIBILISATION À BÉCHAR SUR LES MINES ANTIPERSONNEL

Sur les traces du passé

De notre envoyée spéciale à Béchar : Sihem Oubraham

Une centaine de plants d’arbres de diverses espèces ont été plantés, mercredi, par des écoliers, des moudjahidine et des représentants de collectivités locales. Ces arbre ont été placés sur plusieurs parcelles de l’ancien tracé sud des lignes «Challe et Morice».

C ette opération entre dans le cadre d’une campagne de sensibilisation aux dangers des mines antipersonnel, organisée au

niveau de la commune frontalière de Mougheul, située à 25 km au nord-ouest de Béchar. Une campagne initiée par l’association nationale Machaâl Echahid, sous l’égide du ministère de la Défense nationale. Il faut dire que la tâche est titanesque. Jusqu'à la fin d’avril 2012, délai fixé par la Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel, l'armée algérienne aura fort à faire pour venir à bout des derniers champs de mines, sinistre legs de l'armée fran- çaise. Au programme, neutraliser plus de 3 mil- lions de ces engins destructeurs, potentiellement dangereux, et décontaminer quelque 1.500 km de bande frontalière minée. Ce ne sont pourtant-là que des estimations. Les historiens restent aujourd'hui encore divisés sur la quantité réelle de mines disséminées le long des frontières (les funestes lignes Challe et Mo- rice). Il ya lieu de relever l’initiative louable de l’association Machaâl Echahid et de ses struc- tures de Béchar et d’Alger, dont les présidents, MM. Mohamed Benayad et Mohamed Abbad, ont organisé une journée de sensibilisation re- haussée par la présence de M. Zaâlane Abdel- ghani, wali de Béchar, et de la majorité des représentants et d’élus des collectivités locales.

Ph. : Wafa
Ph. : Wafa

Une journée organisée au profit des écoliers de la commune, fort concernée par ce fléau, de Mougheul. Néanmoins, il y a lieu de signaler que les différents tracés de la ligne Morice, à travers les zones frontalières de la wilaya de Bé- char, à savoir Boukais, Lahmar et Mougheul, ont été complètement déminés par les unités spécialisées de l'Armée nationale populaire (ANP), ce qui a fait dire au président de l’asso- ciation Machaâl Echahid, dans son court dis- cours, que «la mission des autorités n’est pas finie pour autant».

Une visite plein d’enseignements

D’ailleurs, selon lui, la manifestation initiée «s’inscrit aussi au titre des efforts d’information et de sensibilisation des citoyens aux dangers des mines enfouies au cours de la période colo- niale». Il y a lieu de signaler que ce déplace-

ment a aussi été marqué par une visite guidée au profit des élèves des établissements scolaires des trois paliers de l’enseignement et qui s’est déroulée à travers les différents endroits, là même où passe cette ligne, a précisé M. Moha- med Benayad. Par ailleurs, des rencontres débats entre les moudjahidine mutilés au cours de l’un de leurs passages à travers cette ligne durant la guerre de libération nationale et les étudiants du lycée Ahmed-Saidaoui de la commune de Debdaba ont également été au menu de cette initiative. Une exposition photos de martyrs et de mines antipersonnel a également été organisée au lycée par l’association. Les lycéens ont ac- cueilli cette exposition avec grand intérêt et cu- riosité, ceci d’autant que pareils actes criminels continuent de se dérouler en faisant des vic- times handicapées à vie. La majorité des visi- teurs ignore qu’en se promenant non loin des

frontières, ils peuvent sauter sur une mine de la taille d’un encrier, emportée par l’érosion à quelques mètres de là. «Ces mines très petites

et trop résistantes à la corrosion restent actives

à vie», nous explique-t-on. Selon M. Benayad, la disposition des mines «est tellement machiavélique que les accidents sont inévitables, même lors des travaux de dé- minage». Aussi, comme il le précise : «Ces mines font aussi des victimes parmi les coura- geux démineurs des forces de sécurité.» Par ail- leurs, le directeur général des Archives nationales a déclaré que la Journée internatio- nale de sensibilisation au danger des bombes antipersonnel, qui découle de la Convention d’Ottawa du 5 octobre 1996 et dont l’Algérie est membre signataire, ne relève pas du simple hasard. «Notre pays n’est pas seulement mem-

bre pour l’avenir, il est également victime d’un acte criminel d’ensemencement d’une partie de son territoire par des bombes antipersonnel», dit-il, expliquant le fait que «pour étouffer la Révolution, le colonialisme a préparé le terrain

à un encerclement de l’Algérie pour un isole-

ment total». Aussi, la question est loin d’être facile à ré- soudre : «On évalue le nombre de bombes à 20 millions, semées à travers les régions Est et Ouest, sur des distances allant jusqu’à 600 km

à l’Est et près de 500 km à l’Ouest.» Le problème est d’autant inextricable que les quelques rares plans des champs de mines remis, «bien trop longtemps après l’indépen- dance», ne sont pas fidèles à la situation exacte et actuelle des champs de mines, ceci d’autant que le temps et l’érosion ont fait un travail qui a complètement changé les positions. Il y a lieu d’ajouter que bien des endroits ont été minés sans plans, pour la circonstance du moment. Dans ce contexte, on nous annonce que l’association travaille étroitement avec la

Gendarmerie nationale pour signaler tout objet suspect qui devrait être manipulé par les ser- vices concernés.

LIGNES «CHALLE ET MORICE» Qu'est-ce qu'une mine antipersonnel ? La machine à tuer Base arrière
LIGNES «CHALLE ET MORICE»
Qu'est-ce qu'une mine antipersonnel ?
La machine à tuer
Base arrière de l'ALN (Armée de libération nationale), la région frontalière de
l'Ouest de Béchar au sud, sur de plus 750 km reste, 50 ans après l'indépendance,
une véritable machine à tuer.
Les lignes « Challe et Morice » à l'ouest du pays, ont été construites en un temps
record,de 1956 à 1959, un double barrage électrifié (plus de 5000 volts), tissé de
fils barbelés renforcés par des bandes minées destiné à couper tout soutien extérieur
à l'ALN,tel était l'objectif recherché par les concepteurs du plan.
Selon la Convention d'Ottawa, la mine antipersonnel est «une mine conçue pour ex-
ploser du fait de la présence, de la proximité ou du contact d'une personne et destinée à
mettre hors de combat, blesser ou tuer une ou plusieurs personnes». Ces engins dissimulés
ne font pas la distinction entre le pas d'un soldat et celui d'un enfant ; ils continuent de
tuer et d'estropier bien après la fin de la guerre. Selon la Campagne internationale pour
l'interdiction des mines terrestres (CIMT), plus de 350 types de mines antipersonnel ont
été produits par plus de 50 pays. Les mines antipersonnel blessent ou tuent leurs victimes
sous l'effet combiné de l'explosion et de l'impact des fragments métalliques projetés au
moment de l'explosion. Il y a essentiellement deux types de mines antipersonnel : les mines
à effet de souffle et les mines à fragmentation. Enfouies, posées en surface ou larguées du
haut des airs, les mines à effet de souffle ont souvent un diamètre de moins de 10 centimè-
tres et sont déclenchées par la seule pression d'un pas. C'est le type le plus courant. S. O.
S. O
Dimanche 8 Avril 2012

Nation

9

EL MOUDJAHID

2 e CONGRÈS NATIONAL D’ONCOLOGIE MÉDICALE

500 sarcomes sur 44 000 cas de cancer chaque année

L’espérance de vie en Algérie est passée de 52 ans en 1962 à 75 actuellement.

L es travaux du 2 e Congrès na- tional d’oncologie médicale se sont ouverts hier matin à

l’hôtel Sofitel d’Alger sous la pré- sidence du Dr Djamel Ould Abbès, ministre de la Santé, de la Popula- tion et de la Réforme hospitalière. Ce rendez-vous annuel des onco- logues nationaux et internationaux qui coïncide avec la Journée mon- diale de la santé dont le thème est «Une bonne santé pour mieux vieillir», a réuni plus de 200 spé- cialistes. Il se veut une opportunité de dé- battre des actualités diagnostiques et thérapeutiques en matière de prise en charge des différentes formes de cancer. Le thème princi- pal étudié au cours de ces assises se limite aux sarcomes des tissus mous qui sont définis comme des tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif commun extrasquelettique comme le tissu adipeux, le tissu musculaire, les vaisseaux et le système nerveux périphérique. Dans son allocution d’ouver- ture, le ministre a relevé l’impor- tance de cette rencontre scientifique qui coïncide avec la célébration de la Journée mondiale de la santé dont le thème cette année est lié au vieillissement qui concerne toute la population. Il a indiqué dans ce contexte que l’es- pérance de vie en Algérie est pas- sée de 52 ans en 1962 à 75 actuellement. Pour ce qui est du thème dé- battu, le Dr Ould Abbès a notam- ment insisté sur le Plan national de lutte contre le cancer adopté en tant que plan modèle pour le continent africain. Concernant les équipements desti- nés au traitement des cancéreux par radiothérapie, le ministre a an- noncé l'acquisition prochaine de 57 nouveaux appareils. Au volet infra-

structures, le premier responsable du secteur a rappelé l'ouverture de 22 centres anti-cancer d’ici à 2014.

La formation

continue

L'élargissement du champ d'uti- lisation de la formation à distance n’a pas été négligé par le ministre de la Santé qui a insisté sur la for- mation continue tout en reliant par vidéo cinq centres hospitalo-uni- versitaires du Nord à 13 hôpitaux des Hauts Plateaux et du Sud. Le ministre a souligné, à cet effet, que cette technique «contribue non seulement à diagnostiquer la mala- die mais aussi à la traiter et à pro- diguer des orientations». A une question sur la pénurie de médica- ments, le ministre a précisé qu'il ne s'agit pas de pénurie mais d'une mauvaise distribution, annonçant à l’occasion un nouveau plan d'im- portation de médicaments. Les grands distributeurs font des spéculations, ce qui se réper- cute d'une manière négative sur les pharmaciens, a indiqué le ministre tout en rappelant les mesures prises par le gouvernement pour l'acquisition des médicaments qui avaient enregistré un manque et ce, en affectant une enveloppe finan- cière de l'ordre de 10 millions DA. Tout en qualifiant la situation de pénurie de médicaments, qui dure depuis des années, de «chronique», le ministre a indiqué que son sec- teur traite avec les associations de malades qui lui ont soumis une liste de médicaments essentiels qui est déjà prise en charge. Cela de- vrait fortement con-tribuer à attein- dre les objectifs fixés par le Président de la République Les différentes communications présentées au cours de cette jour- née ont porté sur la prise en charge de ce type de cancers dont le thème

Ph. : Louisa
Ph. : Louisa

a été choisi en raison du caractère de rareté de cette pathologie orphe- line très rare, relativement plus fré- quente chez l’enfant que chez l’adulte. Selon les spécialistes, les sarcomes sont des tumeurs ma- lignes développées aux dépens des tissus de soutien. Ils apparaissent plus souvent au niveau des mem- bres qu’au niveau du tronc avec un taux de 40% pour ce qui est des membres inférieurs, 15% pour les membres supérieurs, 30% pour ce qui est du tronc/abdomen et 15% au niveau de la tête et du cou.

350 médecins

en oncologie

Toujours en matière de chiffres, le Pr Kamel Bouzid, président de la Société algérienne d'oncologie médicale et chef du service onco- logie du Centre Pierre-et-Marie- Curie (CPMC) d'Alger a indiqué que sur 44 000 cas nouveaux de cancer par an, on compte 500 sar-

comes. Tout en insistant sur le nombre de spécialistes en la ma- tière - il existe 350 médecins en on- cologie -, le Pr Bouzid a exposé le problème d’affectation des spécia- listes au niveau des différentes wi- layas du pays, qui se fait «en toute bonne foi par le ministère de la tu- telle», ne trouve pas «d’écho au sein des malades qui en plus de leur maladie, souffrent des pra- tiques négatives de certains spécia- listes qui se présentent une ou deux fois par semaine au niveau du ser- vice d’oncologie». Il a indiqué qu’une fois affectés dans les différentes régions du pays, «les spécialistes ne font pas preuve de suffisamment de bonne volonté pour exercer leur métier sous des prétextes fallacieux, en particulier celui du logement. Mais là où le bât blesse, c’est lorsque les autorités locales, à savoir les direc- teurs de la Santé et de la Population de wilaya tolèrent ces pratiques né- gatives et inhumaines».

Le Pr Bouzid ne lie pas la ques-

tion au manque de moyens, car ils existent, ni au logement, car il est attribué bien équipé à nos spécia- listes, mais il s’attaque beaucoup

à l’absence de

«conscience professionnelle chez certains d’entre eux qui ont été formés gratuitement et qui doivent rendre à ce pays et aux citoyens ce que l’Etat a fait pour eux, ni plus ni moins», souligne-t-i,l tout en rap- pelant que la spécialisation en France revient pour chaque étu- diant en médecine 15 000 euros par

plus

an. Tout en insistant sur le plan anti-cancer, le Pr Bouzid a indiqué que ce dernier devrait contribuer à atteindre les objectifs fixés par le Président de la Ré- publique, que le cancer est une priorité nationale et que les Algériens atteints par cette maladie doivent être soignés de la même façon sur tout le terri- toire national. Sarah SOFI

Clôture du congrès international d’oncologie à Bordj Bou-Arréridj

L’Algérie qui compte 40 000 cancéreux enregistre un accrois- sement de 5 pour cent de la ma- ladie par an. Elle devrait avoir 60 000 malades d’ici à 2020. Si chez les femmes, c’est le cancer du sein qui revient le plus, chez les hommes c’est le tabac qui est le plus en cause. Suivent pour les premières le cancer du col de l’utérus et pour les seconds le côlon et la pros- tate.

La clôture du congrès international d’oncologie qui a eu lieu les 4, 5 et 6

avril à l’université Bachir-Ibrahimi qui

a vu la participation de sommités na-

tionales et internationales en la matière

a été marquée par l’hommage rendu

aux invités de la wilaya comme les Français Bernard et Lise Duperay, Jean-Yves Bignon, Rémy Salmon et Bernard Jugnod, l’Américaine Nancy Urharmer et les Algériens Ahmed Ben-

dib, Taha Filali, Abdelkrim Alouache et Ahmed Bastandji et l’adoption des recommandations tendant à dévelop- per la lutte contre le cancer en Algérie. Ces recommandations, le niveau des conférences et la forte participation qui s’ajoutent aux moyens mobilisés par la wi- laya, la direction de la santé et la Société arabe d’oncologie infantile ont assuré le succès d’une manifestation qui a été une première pour la wilaya . La prochaine édition du congrès doit avoir lieu à l’automne prochain à Constantine. Rappelons que plus de 400 prati- ciens locaux ont assisté aux travaux du congrès qui visait justement la forma- tion continue du personnel de la santé et l’amélioration de la prise en charge des patients. La wilaya de Bordj Bou- Arréridj a enregistré parallèlement à la manifestation l’ouverture d’un service d’oncologie médicale et d’hématologie à l’hôpital Bouzidi-Lakhdar de Bordj Bou-Arréridj. Les patients qui se dé- plaçaient à Constantine et Alger pour les cures de chimiothérapie pourront désormais le faire sur place.

Propos de spécialistes
Propos de spécialistes

DOCTEUR BASTANDJI, (SOCIÉTÉ ARABE D’ONCOLOGIE INFANTILE)

“Une opportunité de développement de la discipline”

«Le congrès a été une occasion pour échanger les expériences et engager un mou- vement de réflexion pour le développement de cette discipline qui est l’affaire de tous et un problème de santé publique. Nous en avons profité pour honorer de son vivant le professeur Bendib qui a tant apporté pour la lutte contre le cancer en Algérie. Nous avons eu également la chance de compter parmi nous le professeur Alouache qui est le maître de la cancérologie en Algérie».

PROFESSEUR ALOUACHE (PARIS)

“Enrichir le plan cancer”

Pour le professeur Alouache, que nous avons justement abordé, le plan cancer que le ministre a annoncé mérite une réflexion pour lever les contraintes dans le traitement des malades. Si ces contraintes ne sont pas prises en charge d’ici à 2020, on aura des difficultés pour résoudre les pro- blèmes qui se posent. Il est nécessaire de remettre à niveau les struc- tures et d’aller plus vite dans l’exécution du plan. Nous avons besoin de l’implication de la société civile qui n’est pas présente actuellement. Si nous arrivons également à fournir à chaque wilaya ses besoins en produits et notamment en chimiothérapie pour éviter la pénurie et engager un transfert de certains points absents comme la radiothérapie, on aura avancé considérablement.

Dimanche 8 Avril 2012

Economie

11

EL MOUDJAHID

5 e CONGRÈS MAGHRÉBIN DE GÉNIE DES PROCÉDÉS (COMAGEP5)

Des solutions concertées s’imposent

Le recours de plus en plus excessif et incontrôlé à l’utilisation des énergies fossiles appelle à l’urgence d’une concertation au plan régional.

PRODUCTION INDUSTRIELLE PUBLIQUE

Légère hausse en 2011

L a production industrielle du secteur public national a en- registré une légère hausse de

0,4% en 2011 après avoir connu une baisse de 2,5% en 2010, in- dique l'Office National des Statis- tiques (ONS) qui relève une croissance de 2,4% hors hydrocar- bures, due essentiellement à une "bonne" performance des industries agro-alimentaires (IAA). Cette lé- gère amélioration en 2011 de la production industrielle du secteur public, qui confirme sa reprise, s'explique par une "nette améliora- tion" de 21% des IAA, après une baisse de 3,3% en 2010, indique l'Office. La plupart des branches des IAA ont connu d'importantes hausses. Il s'agit notamment de l'in- dustrie du lait (30,1%), la fabrica- tion de conserves des fruits et légumes (11,5%) et l'industrie de grains avec 44,5%, précise l'ONS. Le secteur de l'énergie a également participé à cette amélioration en 2011 avec une hausse de 8,2% contre 5,6% en 2010, ajoute l'Of- fice dans une publication. En re- vanche, les autres secteurs ont continué leur tendance baissière, notamment les hydrocarbures (-3,6%). Ce résultat est dû aux "im- portantes décroissances" enregis- trées dans toutes les branches relevant du secteur : "production du pétrole brut et gaz naturel" (-3,3%), "liquéfaction du gaz naturel" (-4,7%) et celle du "raffinage du pétrole brut" (-4,1%). Les indus- tries manufacturières ont limité leur baisse à 1,2% en 2011 contre 5,4% en 2010, avec un recul de 4% au 3 e trimestre, précise encore l’Office. Les secteurs les plus touchés par la baisse sont les industries des tex- tiles (13,1%), bois et liège et papier (11,8%), mines et carrières (9,5%),

et liège et papier (11,8%), mines et carrières (9,5%), cuirs et chaussures (9,4%), chimie et caoutchouc

cuirs et chaussures (9,4%), chimie et caoutchouc (5,5%) et enfin les industries sidérurgiques, métal- liques, mécaniques électriques (ISMME) avec -3,4%. Le 4 e trimes- tre 2011 s'est caractérisé par une baisse de 1% de la production in- dustrielle suite à une chute de 2,2% des niveaux de productions des in- dustries manufacturières, a relevé l'ONS. A l'exception des hausses enregistrées par les secteurs de l'agroalimentaire (7,6%), l'énergie (6,3%) et les ISMME (2,8%), tous les autres secteurs ont chuté. La plus remarquable chute a été enre- gistré par le secteur du bois (-29%), chimie et caoutchouc (13,4%), mines et carrières (10,7%), hydro- carbures (5%) et enfin les maté- riaux de construction (-4,2%). L'industrie nationale, qui recèle des potentialités sous-utilisées, souffre de problèmes liés à la gestion de l'innovation, à la compétitivité sur les marchés et à l'ouverture de l'économie, selon le ministère de

l'Industrie, de la PME et de la Pro- motion de l'investissement. Pour remédier à cette situation, le minis- tère s'est engagé à étudier un plan d'action concret de mise en œuvre afin d'améliorer les résultats des différentes branches du secteur. Ce plan d'action qui est un dis- positif institutionnel visant à encou- rager la concertation et l'échange entre les opérateurs des différentes filières industrielles pour une meil- leure exploitation de leurs poten- tiels, propose notamment la création d'un Conseil national et d'un Observatoire des industries agroalimentaires. Le plan d'action vise également à inciter les entre- prises nationales à se tourner vers les potentialités agricoles natio- nales et à diversifier les industries de transformation, afin de booster l'industrie nationale et faire passer sa part dans le Produit intérieur brut (PIB) de 5% actuellement à 10% et plus dans un proche avenir.

L’ Agence Nationale pour le Développement de la Re- cherche Universitaire

ANDRU, en collaboration avec le Groupe Algérien de Génie des Pro- cédés GAGEP, organiseront du 3 au 5 novembre 2012, à Alger, la cinquième édition du Congrès Ma- ghrébin de Génie des Procédés (COMAGE5). Le congrès qui re- groupera cette année encore des participants des pays du Maghreb s’articulera autour d’une théma- tique qui n’est pas des moindres de par ses conséquences immédiates et directes sur l’environnement. "Génie des Procédés et Probléma- tique du Produit Concurrentiel" est la problématique qui sera, en effet, débattue par les experts et spécia- listes qui prendront part à cette ren- contre. Aussi, une douzaine de thèmes et 2 ateliers consacrés à la formation de l’ingénieur des procé- dés et le partenariat industriel en génie des procédés sont retenus au programme du congrès qui sortira, en toute évidence, avec des recom- mandations. Les thèmes en ques- tion englobent l’ensemble des domaines relevant du génie des procédés, incluant les développe- ments les plus récents, les ten- dances actuelles et les besoins futurs. Ces derniers soulignent éga- lement le caractère multidiscipli- naire du génie des procédés à travers ses applications indus- trielles diverses telles que l’indus- trie pharmaceutique,

SIDÉRURGIE

l’agro-alimentaire, la pétrochi- mique, le secteur énergétique et au- tres. Incluant les phénomènes de transfert, jusqu’au traitement des déchets et effluents à impact envi- ronnemental, en passant par la sé- curité industrielle, les travaux de ce congrès devront mettre en avant les progrès réalisés jusque-là dans le domaine du génie des procédés et les perspectives de coopération et de développement des recherches à ce niveau. En fait, une gestion ra- tionnelle des ressources naturelles par la mise en œuvre de procédés innovants s’impose, de plus en plus, comme une solution incon- tournable pour un développement propre et durable, soulignent les initiateurs de cette entreprise. Aussi, soulignent-ils, le recours à une production de plus en plus di- versifiée et massive de produits de consommation et de services conduit à une compétitivité rude et difficile d’où la nécessité de recou- rir à de nouvelles conceptions et d’opérer des améliorations dans les moyens d’accès à ses ressources. Dans cette optique, l’objectif du congrès consiste à fournir aux chercheurs, ingénieurs, industriels et étudiants, une plate-forme desti- née à recueillir leurs résultats les plus récents, d’effectuer des échanges, de rapprocher les cher- cheurs académiques et les parte- naires industriels. D. Akila

L’industrie du secteur public reprend des couleurs

L’industrie du secteur public reprend des couleurs

L’industrie du secteur public reprend des couleurs
L a production industrielle du secteur public national a enregistré une légère hausse de 0,4%
L a production industrielle du secteur public national a enregistré une légère hausse de 0,4%

L a production industrielle du secteur public national a enregistré une légère hausse de 0,4% en 2011 après avoir connu une baisse de 2,5% en 2010, indique l'Of-

fice National des Statistiques (ONS) qui relève une crois- sance de 2,4% hors hydrocarbures, due

fice National des Statistiques (ONS) qui relève une crois- sance de 2,4% hors hydrocarbures, due essentiellement à une "bonne" performance des industries agro-alimentaires (IAA). Cette légère amélioration en 2011 de la production industrielle du secteur public, qui confirme sa reprise, s'ex- plique par une "nette amélioration" de 21% des IAA, après une baisse de 3,3% en 2010, indique l'Office. L'industrie na- tionale, qui recèle des potentialités sous-utilisées, souffre de problèmes liés à la gestion de l'innovation, à la compétitivité sur les marchés et à l'ouverture de l'économie, selon le mi- nistère de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'in- vestissement. Pour remédier à cette situation, le ministère s'est engagé à étudier un plan d'action concret de mise en œuvre afin d'améliorer les résultats des différentes branches du secteur. Les bénéfices des industriels publics en Algérie, ont ainsi rebondi légèrement, dopés par la relance provo- quée par les mesures du gouvernement, notamment celles prises à l’occasion des deux dernières tripartites. Les indus- triels algériens se frottent les mains. Ces résultats sont à pré- sent meilleurs et tout le monde en profite. L’Algérie qui veut s'imposer, n'entend pas alléger de sitôt le dispositif mis en place pour soutenir ses entreprises et le fait savoir haut et fort. Les mesures de relance assureront une augmentation de la production industrielle du pays à un rythme soutenu. À l'évidence, les industriels publics n'ont pas trop de soucis à se faire. La reprise doit beaucoup aussi à la hausse de cer- taines exportations en volume et au redressement des cours des matières premières. Les exportations devraient rester le principal moteur de la croissance. Le pays continuera à uti- liser les rentrées additionnelles générées par l’exploitation de ses ressources naturelles pour financer des investisse- ments publics dans les infrastructures et la consommation publique. Il s’en servira aussi pour aider les ménages et re- lancer ainsi la consommation privée. Pour autant, la flambée des prix alimentaires freine la consommation privée réelle. La valeur ajoutée de la production industrielle reflète la va- leur finale de la production, c'est-à-dire la valeur brute de la production moins les dépenses intermédiaires, dont les ma- tières premières et le coût de la main-d'œuvre. Farid B.

ArcelorMittal va renforcer sa présence en Algérie

L e PDG de la division Maghreb d’ArcelorMittal, M. Vincent Le Gouic, a indiqué hier que la fi-

liale algérienne du n°1 mondial de la sidérurgie allait renforcer sa présence en Algérie, au moment où le groupe a fermé plusieurs aciéries dans le monde en raison de la baisse de la demande. "ArcelorMittal a tout ce qu’il faut pour renforcer sa présence sur le marché al- gérien, qui est dynamique et en pleine croissance'', a déclaré M. Le Gouic dans un entretien à l’APS. "Pour un groupe comme ArcelorMittal, les pos- sibilités d'investissement sont multiples et sur l'ensemble des pays. Le choix d'investir en Algérie repose essentiel- lement sur la confiance de l'économie, de ses institutions et du soutien des pouvoirs publics", a-t-il ajouté. Arce- lorMittal Annaba va lancer en Algérie un plan de développement, financé par augmentation de capital et fonds pro- pres, destiné à augmenter ses capacités de production à 1,4 million de tonnes par an, contre moins d’un million ac- tuellement, a-t-il précisé. Selon lui, l’augmentation de la capacité de pro- duction du complexe d’El Hadjar, dé- tenu à 70% par ArcelorMittal et à 30% par le groupe public algérien Sider, "va contribuer à couvrir la demande locale et réduire la facture d’importation". "Ce programme est un véritable signe de confiance témoigné à l’économie algérienne, soutenue par le programme de développement présidentiel", a es- timé M. Le Gouic qui a ajouté qu'il (le programme) sera pris en charge dans le cadre de l'ANDI. Selon lui, ce pro- gramme sera mis en œuvre alors que la disponibilité des financements est ren- due difficile avec la crise financière en Europe et aussi par l’excédent de l’of- fre, supérieur actuellement à la de- mande en Europe et dans le bassin méditerranéen. "L'économie algé-

rienne, soutenue par son programme quinquennal d'investissements (pu- blics, NDLR) se présente comme un excellent relais de croissance par rap- port à la crise qui frappe l'Europe", note-t-il. ArcelorMittal Annaba a bénéficié d’une ligne de crédit de 14 milliards de dinars auprès de la Banque extérieure d’Algérie (BEA) après une crise, au cours de laquelle la direction du com- plexe avait brandi la menace d’un dépôt de bilan pour obtenir un crédit sans garanties auprès de cette banque publique. Après un bras de fer de trois semaines, sur fond de contestations des travailleurs, la filiale du géant mondial de l’acier a fini par souscrire aux conditions de la BEA. Revenant sur cet épisode, qui a provoqué une réaction ferme du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, M. Le Gouic, patron alors du complexe d’El Hadjar, a reconnu l’ap- port de la BEA dans le règlement de ce litige. "Depuis le démarrage de nos dis- cussions avec la BEA sa stratégie est restée inchangée. Ce sont des signes forts de crédibilité, de cohérence et de durabilité très importants en phase de négociation pour un groupe comme ArcelorMittal", a-t-il dit. L’approche de la BEA s’est appuyée sur ''une or- thodoxie de métier des plus strictes, elle n’a négligé aucun détail en termes de sécurisation de son offre avec une démarche rigoureuse qui a même sur- pris le groupe concernant le niveau de garanties demandées et des opérations suivies pour finaliser l’accord'', a sou- ligné M. Le Gouic. A ce propos, le pre- mier responsable d'ArcelorMittal pour la région du Maghreb a expliqué que l'accord de financement signé la se- maine dernière avec la banque algé- rienne a été conclu sur la base "d'une vision stratégique". "L'approche parte- narial et entrepreneuriale du président

de la BEA qui, sans renier aux fonda- mentaux de la banque en termes de couverture de risque, a fait preuve d'in- novation en proposant une engineering financière qui a permis de mettre en place à la fois les garanties suffisantes avec un effet de levier pour permettre à ArcelorMittal d'augmenter son capi- tal", précise M. Le Gouic. L'accord conclu avec les deux parties prévoit de transformer la garantie internationale de 120 millions de dollars, exigée par la BEA pour le rachat de la dette d'Ar- celorMittal auprès de la banque fran- çaise ''Société générale Algérie'', en tranches d'augmentation de capital. Questionné sur les challenges de la filiale algérienne, M. Le Gouic a ré- pondu qu'ils sont axés sur deux objec- tifs importants, à savoir le lancement du nouveau plan d'investissement et le maintien ''de la paix sociale'' au niveau du complexe. "La paix sociale est un facteur essentiel du plan de redresse- ment. Elle constitue indéniablement un challenge de premier plan", a-t-il dit en espérant "que la qualité du dialogue en- gagé avec le partenaire social et la confiance réciproque installée permet- tront de relever ce défi du maintien (de la paix sociale)". Interrogé par ailleurs sur la stratégie du groupe face à l'arri- vée prochaine en Algérie de nouveaux investisseurs dans la sidérurgie, M. Le Gouic a indiqué que son groupe subit actuellement cette concurrence à tra- vers les importations à partir notam- ment de l'Europe du Sud. "En fonction de nouveaux projets, et de la nature de ces projets que nous ne connaissons pas à ce jour, la concurrence va se rap- procher. Cela doit nous inciter à redou- bler d'efforts, particulièrement en hissant notre niveau de performance opérationnel, de façon à cultiver nos avantages concurrentiels", conclut M. Le Gouic.

Dimanche 8 Avril 2012

Monde

15

EL MOUDJAHID

VIOLENCES EN SYRIE

83 morts, dont 55 civils

L es violences en Syrie ont fait hier au moins 83 morts, dont 55 civils, en majorité dans

des bombardements dans la région de Hama (centre), a rapporté l'Ob- servatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Au total, « 55 civils ont été tués, dont 40 dans des bombardements et des tirs dans la seule ville de Latamna, dans la pro- vince de Hama (centre) », a expli- qué l'OSDH. Outre les civils tués à

Latamna, l'OSDH a dénombré cinq civils tués dans la localité de Tibet al-Imam dans la même province, et quatre autres dans les villes de Qousseir et de Rastane, bombar- dées par les forces armées, dans la région de Homs (centre). En outre, selon la même source, une femme

a été tuée par un tireur embusqué

dans la province d'Alep (nord). Dans la région d'Idleb (nord- ouest), deux hommes ont été mor- tellement touchés par des tirs sur leur voiture près d'Ariha et trois au- tres à Khan Cheikhoune et à Sarjé. L'OSDH a précisé que 16 déser- teurs et 12 soldats et agents de sé- curité avaient également péri dans différentes régions. L'organisation, basée en Grande Bretagne, a fait état par ailleurs, de la découverte de 13 corps dans le quartier de Deir Baalbeh à Homs, et de 10 autres corps retrouvés sous les décom- bres, dans la localité de Hreitane

sous les décom- bres, dans la localité de Hreitane dans la province d'Alep. Le Conseil de

dans la province d'Alep. Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté jeudi à l'unanimité une dé- claration demandant aux autorités syriennes de respecter la limite du 10 avril pour cesser les principales opérations militaires et à l'opposi- tion syrienne de faire de même au plus tard 48 heures plus tard. Le se- crétaire général de l'ONU, Ban Ki-

moon, a estimé vendredi que les at- taques du régime syrien étaient « une violation de la position de l'Onu ». La promesse du président Bachar al-Assad de cesser les opérations militaires au plus tard le 10 avril « ne peut servir de prétexte pour continuer à tuer », a indiqué Martin Nesirky, porte-parole de M. Ban.

Les violences ont fait 77 morts jeudi et 35 vendredi, en grande ma- jorité des civils. La Syrie est se- couée depuis mars 2011 par une révolte populaire qui s'est militari- sée au fil des mois. Selon l'OSDH, les violences ont fait plus de 10.000 morts, en grande majorité des civils.

OCI : “les besoins humanitaires s'élèvent à 70 millions de dollars”

Les besoins humanitaires en Syrie s'élè- vent à 70 millions de dollars, a indiqué hier, le chef de l'Organisation de la coo- pération islamique (OCI) Ekmeleddin Ihsanoglu. « Selon les estimations de la mission ONU-OCI qui s'était rendue en Syrie, les besoins humanitaires urgents s'élèvent à 70 millions de dollars », a affirmé M. Ihsanoglu. Le chef de l'OCI a fait savoir qu'« environ un million de Syriens ont été affectés par les vio- lences » dans le pays.

SOUDAN-SOUDAN SUD

Raid aérien dans la région d'Abyei

Un rare raid aérien a récemment eu lieu près d'Abyei, une région contestée entre le Soudan et le Soudan du Sud pourtant offi- ciellement démilitarisée, selon un rapport hebdomadaire hier de l'agence humanitaire de l'ONU (Ocha). Il s'agit du premier raid aérien dans cette province depuis que les autorités du Nord et du Sud ont signé un premier accord en juin 2011 pour retirer leurs troupes de cette zone frontalière re- vendiquée par les deux pays. L'attaque a eu lieu le 31 mars à Oum Khariet, à une qua- rantaine de kilomètres au nord-est de la ville d'Abyei. Quatre bombes ont été lâchées, et une femme a été blessée, selon l'Ocha, qui cite des Casques bleus de l'Onu basés à Abyei et se dit « extrêmement inquiète ». Quelque 110.000 personnes ont en effet fui

la région en mai 2011 et ce raid accroît en-

core un peu plus les incertitudes qui empê- chent la plupart d'entre eux de rentrer. L'attaque, dont l'Ocha ne précise par les au- teurs, intervient de plus dans un climat de crise entre les deux Soudan, qui fait redou- ter un nouveau conflit armé, les deux pays ne parvenant pas à régler les questions en suspens depuis la partition en juillet.

Manifestation à Damas en faveur du parti Baâth

Une manifestation regrou- pant des milliers de personnes a eu lieu hier dans la capitale syrienne Damas, à l'occasion du 65 e anniversaire de la créa- tion du parti Baâth au pouvoir en Syrie, ont rapporté des agences de presse. Des parti- sans du président syrien Ba- char al-Assad ont brandi des drapeaux au couleur rouge, noir, vert de la Syrie et du Baâth, et des portraits du chef de l'Etat. Les manifestants ont notamment scandé des slo- gans en faveur du chef de l'Etat. « Mort à Israël, mort à Israël », ont-ils également proclamé.

Israël, mort à Israël », ont-ils également proclamé. YÉMEN L'aéroport de Sanaa fermé sous la menace

YÉMEN

L'aéroport de Sanaa fermé sous la menace de militaires

L'aéroport de Sanaa était fermé hier à la suite de menaces de militaires fidèles à l'un des proches de l'ancien Président Ali Abdallah Saleh d'abattre tout avion décollant ou atterris- sant, a annoncé une source aé- roportuaire. L'aéroport est encerclé par des militaires fi- dèles au commandant des forces aériennes, le général Mohamed Saleh al-Ahmar, un demi-frère de l'ex-président démis vendredi par décret mais qui refuse de quitter son poste, selon cette

source. « Aucun avion n'a dé- collé ou atterri depuis que ces militaires ont lancé leur menace vendredi soir », a déclaré cette source, ajoutant que des mem- bres de la tribu des Hamdane, fi- dèles à l'ancien président, participaient également au siège de l'aéroport. Ces hommes armés sont conduits par l'un des chefs de cette tribu, Naji Ja- maane, selon la même source. Le général Mohamed Saleh al- Ahmar, démis par décret du pré- sident de transition Abd Rabbo

Mansour Hadi, a refusé de partir tant que plusieurs hauts diri- geants du ministère de la Dé- fense, dont le ministre lui-même, n'auraient pas été li- mogés, selon une source mili- taire. Dans un ordre adressé à ses troupes, le général al-Ahmar a demandé de « ne pas appliquer la décision présidentielle » tant que le ministre Mohamed Nas- ser Ahmed et le chef d'état- major Ali al-Achwal resteraient en poste.

18 E ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE RWANDAIS

Barack Obama : “Une horreur de cette magnitude ne doit plus se reproduire”

Le Président des Etats-Unis Barack Obama a marqué vendredi le 18 e anniversaire du génocide au Rwanda, affirmant que le monde entier avait la responsabilité de faire en sorte qu'un tel drame ne se reproduise plus jamais. « Le spectre de ce massacre de mères, de pères, de fils et de filles nous hante toujours, et rappelle aux pays du monde entier qu'il est de notre responsabilité par- tagée de faire tout ce qui est possible pour proté- ger les civils et faire en sorte qu'une horreur de

cette magnitude ne se reproduise plus jamais », a déclaré M. Obama dans un communiqué. Quelque 800.000 personnes, dans leur immense majorité des membres de la minorité tutsie, ont été tuées au cours du génocide au Rwanda en 1994. « Les Etats-Unis partagent le chagrin des Rwandais, et nous nous souvenons de ceux dont les vies ont été fauchées », a ajouté M. Obama, tout en saluant « les progrès effectués par le Rwanda pour dépasser cette tragédie horrible ».

 

BRÈVES

 

BIRMANIE

Le Président rencontre des rebelles karens

Le

Président birman Thein

Sein a rencontré hier des leaders

des rebelles de la minorité eth- nique des Karens, a-t-on indiqué de source gouvernementale.

Selon cette source, la rencontre entre le président et leaders de la l'Union nationale karen (KNU)

a

eu lieu tôt dans la matinée

dans la capitale Naypyidaw.

«

C'était la première rencontre

entre le président et les leaders

de la KNU », a affirmé de son côté une source proche des né- gociations.

AFGHANISTAN

 

10 talibans tués et 14 autres capturés

Dix

talibans ont été abattus et

14 autres capturés lors d'opéra- tions menées au cours des der- nières 24 heures par les forces de sécurité afghanes avec l'appui de troupes internationales dans

plusieurs régions en Afghanis- tan, a indiqué samedi le minis- tère afghan de l'Intérieur. "

 

MALAWI

La vice- présidente souligne la prédominance de la Constitution

 

La vice-présidente malawite

Joyce Banda a souligné hier, la prédominance de la Constitution

au

Malawi après le décès du pré-

sident Bingu wa Mutharika, en appelant au calme pendant la pé- riode de deuil national. « La Constitution prévaut, mainte- nant », a déclaré Mme Banda lors d'une conférence de presse. Elle a ajouté que « la question primordiale qui doit être discu- tée lors du Conseil des ministres est celle des funérailles du père de la Nation ».

 

PRÉSIDEN-

 

TIELLE

 

ÉGYPTIENNE

L'ancien chef des

 

renseigne-

ments se présente

L'ancien chef des renseigne- ments égyptiens, Omar Soulei- mane a présenté samedi sa candidature à l'élection prési- dentielle prévue en mai en Egypte. M. Souleimane a expli- qué dans une déclaration sa can- didature par la volonté du peuple. Vendredi, plusieurs par- tisans de l'ancien chef des ren- seignements s'étaient rassemblés sur la place Abbasiya au Caire pour l'appeler à présenter sa can- didature à l'élection présiden- tielle.

Dimanche 8 Avril 2012

Société

16

EL MOUDJAHID

S ociété 16 EL MOUDJAHID 3 e RALLYE DE RÉGULATION CONTRE LES ACCIDENTS DE LA ROUTE
S ociété 16 EL MOUDJAHID 3 e RALLYE DE RÉGULATION CONTRE LES ACCIDENTS DE LA ROUTE
S ociété 16 EL MOUDJAHID 3 e RALLYE DE RÉGULATION CONTRE LES ACCIDENTS DE LA ROUTE
S ociété 16 EL MOUDJAHID 3 e RALLYE DE RÉGULATION CONTRE LES ACCIDENTS DE LA ROUTE
S ociété 16 EL MOUDJAHID 3 e RALLYE DE RÉGULATION CONTRE LES ACCIDENTS DE LA ROUTE
S ociété 16 EL MOUDJAHID 3 e RALLYE DE RÉGULATION CONTRE LES ACCIDENTS DE LA ROUTE

3 e RALLYE DE RÉGULATION CONTRE LES ACCIDENTS DE LA ROUTE

Caravane de sensibilisation d’Alger à Biskra

O n constate ainsi que l’Algérie oc- cupe toujours les premières places au niveau mondial en matière de

nombre de morts lors des accidents de la route. Pourtant, le chiffre de victimes gra- vement handicapées (paralysie, atteintes neurologiques, amputation) est aussi im- portant. Près de 3 000 personnes devien- nent handicapées annuellement, suite à des accidents de la route, selon les statistiques de la gendarmerie. Un chiffre effarant qui doit interpeller les esprits pour plus de vi- gilance et de prudence. Une hécatombe qui appelle aussi a un plus grand travail de sensibilisation. C’est justement dans le sil- lage de ces opérations de sensibilisation aux dangers et aux conséquences des acci- dents que le coup d’envoi de la 3 e édition du Rallye de régularition, sous le thème «Ensemble pour lutter contre l’hécatombe sur les routes» a été donné jeudi dernier à Alger, en direction de Biskra. Organisée par l’association Amel des handicapés mo- teurs en coordination avec la Fédération al- gérienne des sports mécaniques (FASM), cette édition enregistre la participation de

Ph. : Billel
Ph. : Billel

15 véhicules en plus de l’équipe d’enca- drement composée de membres de la Di- rection générale de la Sûreté nationale (DGSN) et la Direction générale de la Pro- tection civile, a indiqué la directrice du mouvement associatif et de l’action huma- nitaire au ministère de la Solidarité natio- nale, Fatiha Taibi, venue représenter le

département de M. Barkat . L’objectif étant de «sensibiliser aux conséquences de la vi- tesse sur les routes, on veut prouver qu’en conduisant normalement, on peut parcourir de lon-gues distance sans commettre d’ac- cident ni mettre nos vies en danger», nous

dira M me Taibi Farida Larbi

LUTTE CONTRE LA TOXICOMANIE

L’exemple de la Forem

L sensibilisation contre la toxicomanie domine l'activité

développement de la recherche (FOREM) qui a élaboré

un programme pour aider les jeunes à faire face à ce danger qui les guette, a affirmé à Aïn-Témouchent son président. A partir des résultats d'enquêtes réalisées sur le terrain concernant la propagation dangereuse de ce fléau au sein de la société, notamment en milieu de jeunes, la Fondation a élaboré un programme d’actions s'étalant sur quatre phases, a indiqué M. Mostefa Khiati en marge d’une rencontre avec les étudiants au centre universitaire d'Aïn-Témouchent. Entamé le 3 janvier dernier et devant se poursuivre jusqu’à fin décembre prochain, ce programme prévoit des tournées de sensibilisation, notamment des jeunes de 16 à 25 ans, à travers des wilayas du Sud, dont Adrar, et de l'Ouest, dont Aïn-Témouchent, Oran et Mascara. «Cette tranche d’âge constitue 42 % des consommateurs de drogue, d’où son ciblage par notre fondation au niveau des universités et des établissements scolaires», a-t- il souligné. La wilaya d'Aïn-Témouchent est passée de zone de «transit de stupéfiants en zone de con-sommation, d’où la nécessité de prendre en charge cette tranche de la population, a ajouté M. Khiati. Le président de la FOREM a félicité aussi les services de sécurité de la wilaya pour les résultats obtenus dans le cadre de la lutte contre la drogue, essentiellement durant les deux dernières années. Les plus grosses saisies de drogue ont été opérées au niveau de la wilaya d’Aïn-Témouchent, a-t-il rappelé. La rencontre avec les étudiants d’Aïn-Temouchent a été marquée par des interventions de M. Mihoub Mihoubi, consultant de la Fondation, et Fawzi Oussedik, professeur universitaire au Qatar, qui ont situé le danger de la toxicomanie, particulièrement chez les jeunes. Une rencontre similaire a regroupé ensuite les représentants de la FOREM avec des jeunes de la wilaya au siège de l’ODEJ d’Aïn-Témouchent.

a

de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et

le

MOUVEMENT ASSOCIATIF

Un fichier national pour identifier les associations actives

L département de Saïd Barkat vient d’achever la conception d’un

assainir et à identifier les associations actives dans le but d’établir

avec elles un véritable programme de partenariat et d’accompagnement afin d’accomplir un réel travail de proximité», nous dira M me Taibi, di- rectrice du mouvement associatif et de l’action humanitaire au ministère de la Solidarité nationale. Ce fichier révèle de prime abord que seules 3 000 associations sont réellement actives et entreprenantes sur le terrain sur un total de plus de 80 000 activant dans divers domaines. «Ce travail d’investigation permettra également d’identifier les blocages et les pro- blèmes qui empêchent nombre d’associa- tions d’investir le terrain. Il nous aidera aussi à orienter de manière efficace le travail de certaines d’entre elles», nous dira M me Taibi. Il faut en effet reconnaître que les associations sont nombreuses mais peu présentes et peu efficaces sur le terrain. Cette opération a pour but d’opérer une décantation entre les associations qui ont une activité réelle et utile dans la société et celle qui

e

fichier national sur le mouvement associatif. «Un travail qui vise

à

font des apparitions ponctuelles. L’Algérie compte environ 85 000 as- sociations, dont 1 500 à caractère local. Pourtant, peu d’entre elles sont présentes auprès des citoyens. Leurs activités sont souvent détournées de leur vocation initiale. le mouvement associatif est désorganisé et manque de formation. La loi stipule que les associations sont apolitiques. La société civile et les partis politiques sont juridiquement séparés. Pour- tant, ce n’est pas le cas chez nous. La nouvelle loi sur les associations récemment adoptée par l’Assemblée populaire vient ainsi redéfinir les concepts et instaurer une certaine discipline dans la gestion du mouve- ment associatif. En matière de financement, notamment. Il est ainsi ré- vélé que 95% des associations agréées n’ont jamais présenté de rapport officiel sur leurs activités, tel que prévu par la loi, et qu’elles n’ont jamais présenté de rapport financier. D’un autre côté, nul ne peut définir exac- tement d’où vient l’argent des associations. Les sources sont essentiel- lement les subventions de l’Etat pour de nombreuses associations. Certaines associations arrivent en outre à avoir d’autres sources de fi-

nancement, telles que dons, cotisations, participations étrangères… L’ar- gent récolté qui atteint parfois des sommes astronomiques n’est con-trôlé par aucun organisme et est employé à des fins strictement personnelles, et parfois n’atterrit même pas dans les caisses de l’association en ques- tion. Le contrôle de l’autorité de tutelle ne saurait intervenir que si ce fi- nancement provenait de l’Etat, de la wilaya ou de la commune. L’État ne peut s’ingérer ou contrôler les ressources propres aux associations puisqu’elles appartiennent aux adhérents ou aux donateurs. Les nouvelles dispositions proscrivent tout financement des associations par l’étranger, mais la loi n’interdit pas de nouer des relations avec des associations étrangères qui ont les mê-mes objectifs et les mêmes modes de fonction- nement . Ce fichier permettra enfin aux services de l’Intérieur de «faire le ménage» au sein des milliers d’associations qui n’existent que sur le papier et qui ont profité durant des années des largesses de l’Etat. F. L.

Dimanche 8 Avril 2012

Culture

17

EL MOUDJAHID

TERRE ROUGE DU JARDIN AUX MILLE OLIVIERS DE LOUISA TIMHADJELT

De la tourmente du temps aux racines impérissables

Voilà un roman dont le contenu et l’histoire ne cadrent pas trop avec nos lectures habituelles. Avec une plume bien trempée dans la description d’une géographie typique des villages de Kabylie, faisant, souvent, le lien quasi ombilical avec la terre bénie des aïeux et la mémoire ancestrale des oliviers qui ont vu naître des générations de paysans, l’auteure installe sa fiction romanesque avec des passages autobiographiques certains entre l’Algérie et Marseille.

C ’est dans un style qui fait beau- coup plaisir à lire, avec sa ma- nière de penser et de concevoir la

réalité des choses qui l’entourent, que la romancière, avec une plume qui laisse libre cours à un langage familier et une pointe d’affection, nous fait découvrir en alternant les passages son enfance passée à Marseille puisqu’elle y a vu le jour dans une fratrie d’hommes géné- reux qui ont immigré en France par un beau matin d’hiver pendant les dures an- nées du déclenchement de la guerre de Libération nationale, en 1952. La misère et la faim faisaient rage sur les paysages montagneux perchés sur les hauteurs de cette terre rouge. Dans un récit émou- vant, parfois détonnant de colère et de dépit, la narratrice entame son histoire du fin fond de son HLM en racontant la tragédie de la perte de son frère Smaïn, hospitalisé dans une clinique psychia- trique, lui qui commençait après son re- tour d’Algérie, dans les années 1990, à s’isoler et à s’emmurer dans un silence mélancolique, en s’arrachant presque de la maison de sa mère, ce home protec- teur, lui qui, sa vie durant, aura refusé d’être un adulte responsable pour faire partie des gens sérieux, ceux qui travail- lent. Cette mort affecte profondément la narratrice, Guichou, dans le texte, d’au- tant plus qu’elle venait de perdre un autre frère Fred de son vrai nom Arezki, un Algérien d’une grande culture, qui fredonnait si bien les paroles des chan- sons d’Alan Stivell et Atahualpa Yupanqui- qui, mais qui avait perdu son job et le goût de la vie, lui qui avait tant donné à la France en accomplissant les tâches les plus pénibles dans une société de construction. Elle se re-

mémore alors ses moments de bonheur pas- sés avec eux et les frasques qu’ils avaient vécus, gamins, dans ce petit village français de « La Croix rouge ». Ces tristes événe- ments seront à l’origine de son départ pour l’Algérie vers sa dechra natale : « J’ignorais

pour l’Algérie vers sa dechra natale : « J’ignorais encore que je commençais, avec ce lieu

encore que je commençais, avec ce lieu une de mes plus belles histoires d’amour. Je tou- chais dans cette rencontre ma source de vie, ma sève, mes racines. L’une des plus belles expériences que la vie m’a donnée, la chance de vivre. » (P46) et plus loin : « L’oiseau perdu retrouvait un nid, la maison peuplée par l’esprit des disparus m’avait reconnue et acceptée. Le saint olivier qui surplombait étendait sur moi ses branches protectrices. » celle qui se demande si l’identité des immi-

grés peut se satisfaire du fantasme, décide de s’installer pendant quelques années en Algérie et pré- pare des études à l’université de Tizi- Ouzou et où les sections des sciences humaines et sociales sont dans les an- nées 70 « dirigées par un courant de gauche qui contribua fortement à épanouir l’être pensant et critique qui était la genèse de tous mes parcours » (p94) Pour toutes ces femmes et ses hommes les années de l’Indépen- dance furent porteuses de progrès et de culture pour cette immigrée qui adhère sans compromis aux thèses du Parti de l’avant-garde socialiste : « Tous les rêves étaient possibles pour nous en ce temps là… Le roman s’achève sur la mort de la mère, vic- time d’un arrêt cardiaque et sur le re- tour de la narratrice en France pendant la décennie noire, le chemin est autrement plus serein pour cette ancienne anarchiste et poète malgré elle qui aura traversé tous les cou- rants politiques jusqu’à la violence islamiste. Reste pourtant aux tré- fonds de cette femme blessée, les ci- catrices d’une autre mémoire, celle des souvenirs d’un jardin symbolique où trônent encore, malgré les vicissi- tudes du temps, les majestueux oli- viers de son enfance et l’attachement viscéral à la terre pourpre de ses ra- cines. Pour terminer, il faut sans doute souligner que si le contenu du livre apparaît à maints égards intéressant de par l’écriture et le sujet, la présentation et no- tamment le format du livre, aurait pu béné- ficier d’un meilleur traitement. Lynda Graba

Terre Rouge du jardin aux mille oliviers, Louisa Timhadjelt, aux éditions Dar Khettab, 159 p, Alger 2012.

JOURNÉE DU FILM MÉDITERRANÉEN D’ALGER

Regard sur le cinéma albanais

L e panorama du film méditerranéen se poursuit avec la programmation d’Amnistie, une œuvre de Bujar Ali-

mani, cinéaste albanais. Le film projeté, mercredi dernier, à la salle « Bêta » de Riad El Feth, entre dans le cadre des journées du film méditerranéen d’Alger. Ces journées, comme on l’a noté auparavant, visent la pro- motion du cinéma méditerranéen dans toute sa variante et sa diversité. Le film s’inspire d’un événement réel, tiré d’un article de presse paru dans un jour- nal albanais qui annonce que le gouverne- ment adhérera à la directive européenne sur le droit de visite aux prisonniers à des fins sexuelles. Le réalisateur aborde un sujet lié au droit des incarcérés de bénéficier de vi- sites conjugales dans lesquelles les rapports sexuels sont autorisés entre conjoints. A par- tir de là, le réalisateur a tissé son scénario qui retrace l’entrevue de deux personnes qui font le chemin de la prison tous les mois pour re- trouver leurs conjoints afin d’accomplir leur devoir. Ils se rencontrent à cette occasion et commencent une relation qui débute dans un

bar qui se trouve juste devant la maison d’ar- rêt. Elsa jouée par Luli Bitri est une jeune femme qui vit à Tirana, loin de la détention de son mari détenu pour loyer impayé. Elle mène une vie difficile parce qu’elle a été li- cenciée de son travail de l’usine de textile.

a été li- cenciée de son travail de l’usine de textile. Sa vie devient morbide. Elle

Sa vie devient morbide. Elle croise le che- min de Sheptim, rôle planté par Karafil Shena, qui est aussi venu pour voir son épouse, incarcérée pour faux et usage de faux. A son tour, Sheptim ne savoure pas vraiment la vie ; il survie ! Il se trouve dans l’obligation de se rendre une fois par mois

en prison pour accomplir son devoir conju- gal envers sa femme. Un jour, alors que les protagonistes se trouvent en prison, une at- tirance se produit entre eux dès le premier regard. Cette rencontre mène les deux person- nages, en proie à la solitude, à une histoire d’amour qui leur permet de combler le vide dans lequel ils vivent et d’oublier, notam- ment, cette claustration qui rend leur vie mo- notone. Or, cette histoire trouve une fin douloureuse pour les deux personnages. Une histoire d’amour qui s’achève à la sortie de leur conjoint grâce à une amnistie déclarée par le gouvernement. Le réalisateur albanais, Bujar Alimani, explore avec subtilité une so- ciété en pleine transformation, partagée entre moralité et passion. Il décide cependant de limiter au maximum le dialogue entre les personnages, histoire de se concentrer da- vantage sur l’image. Sa formation de peintre apparait bien à travers ces nombreux si- lences. Amnistie, est le premier long métrage de Bujar Alimani. Il a réalisé aussi trois courts métrages Katoi, réalisé en 2003, Ygraerio, (2006) et Busulla, en 2007. Il a remporté plusieurs prix, celui du Ciné-Europa au 12 e festival du Cinéma européen de Lecce, le prix CICAE au forum de la Berlinale en

2011.

Kafia Aït Allouache

MAISON DE LA CULTURE DE MASCARA

Sarkhat Watan,

une épopée historique

La maison de la culture « Abi Ras-Naciri » de Mascara a lancé sa nouvelle représentation, l’épopée historique Sarkhat Watan (l'Appel de la nation) et ce, en collaboration avec le théâtre régional de Mascara. Ecrite et mise en scène par le directeur de la maison de la culture Abdelhakim Djamaa, cette épopée, inscrite dans le cadre de la célébration du cinquantenaire du recouvrement de l’Indépendance nationale, retrace l’histoire de l'Algérie depuis l'époque romaine jusqu’au 5 Juillet 1962, a déclaré à l'APS son réalisateur. L'auteur recourt à des scènes dramatiques et à la chorégraphie pour symboliser chacune des étapes historiques. Cette nouvelle œuvre voit la participation d’artistes professionnels du théâtre régional de Mascara et autres amateurs, ainsi que d’acteurs activant au sein de l'atelier théâtral de la maison de la culture et des scénographes et chorégraphes professionnels et techniciens, soit au total 70 artistes. Le scénariste et metteur en scène Abdelhakim Djamaa a déjà figuré au casting de cinq films et deux séries dont le film Mustapha Ben Boulaïd, ainsi que dans 14 pièces de théâtre. Il en a mis en scène trois autres.

NAJAT RAJOUI, CHANTEUSE MAROCAINE

“Il est regrettable que si peu de voix du riche patrimoine algérien nous soient parvenues”

L'artiste marocaine, Najat Rajoui, a estimé, mercredi dernier, à Batna, « bien regrettable que si peu de voix du riche patrimoine musical algérien, nous soient parvenues au Maroc ». « J'adule la chanson raï. Je suis très attachée à la musique du king Khaled dont je fredonne les chansons et j'ai la nostalgie des chansonnettes de Rabah Dariassa qui se mêlent à mes souvenirs d’enfance », a déclaré la chanteuse lors d'un point de presse organisé dans un hôtel de la capitale des Aurès. Indiquant qu’il s’agit de sa première visite en Algérie, elle s'est dite « saisie » par la grande richesse de la scène artistique algérienne et ses « multiples voix remarquables », soulignant qu'au Maroc « seules les chansons raï, nous parviennent ». Evoquant la grande chanteuse Warda el djazaïria, Najat Rajoui a affirmé que les artistes du Maghreb ont marqué de leur empreinte la scène artistique arabe où la majorité des grandes voix actuelles « est issue de cette région. » « Je suis contre la recherche de la célébrité en dehors de son pays », a-t-elle ajouté, affirmant vouloir réaliser son rêve dans le grand Maghreb auquel, « j'appartiens culturellement et socialement ». Elle a regretté que l'artiste maghrébin ne jouisse pas de la considération et de l'estime qui lui reviennent bien qu'il soit, selon elle, «l'ambassadeur de la culture de son pays et qu’il doit, à ce titre, être traité comme tel.»

Dimanche 8 Avril 2012

Régions

19

EL MOUDJAHID

JIJEL

Bientôt un CHU de 240 lits

U n nouvel hôpital de 240 lits, du rang de Centre hospitalo-universitaire

(CHU), sera prochainement réa- lisé à Jijel. Ce futur établissement hos- pitalier, doté d’une enveloppe financière de deux milliards de dinars, et dont l’étude est "en voie de finalisation", disposera de plusieurs services "à même de lui conférer une vocation universitaire", a indiqué le D r Nadjib Arab, directeur de la santé. Cette structure sanitaire per- mettra également une "diminu- tion de charge" sur l’ancien hôpital Mohamed-Seddik-Be- nyahia du chef-lieu de wilaya, a ajouté le même responsable. Cette prise en charge en ma- tière de santé sera complétée par un autre hôpital de 6 lits à Ziama-Mansouriah (ouest de la wilaya) "réclamé" depuis plu- sieurs années par la population de cette localité côtière, contrainte d’effectuer des dépla- cements à Béjaïa et à Jijel pour des soins ou des consultations. Par ailleurs, la ville d’El-

Milia, au sud-est de la wilaya de Jijel, bénéficiera elle aussi d’une nouvelle structure de santé, à savoir un hôpital psy- chiatrique qui est déjà inscrit en étude, a encore indiqué la même source. Au cours de l’année 2011, le secteur de la santé de la wilaya de Jijel avait bénéficié de plu- sieurs opérations destinées à améliorer les prestations et à as- surer une meilleure prise en charge sanitaire des citoyens, a indiqué, de son côté, le respon- sable de la cellule de communi- cation de la wilaya. Trois polycliniques ont ainsi été réa- lisées et équipées dans les com- munes de Jijel, d’El-Kennar et d’Oudjana, outre 2 salles de soins dans les localités d’Ouled Annane et d’Amiroune, près de Taher. Le secteur de la santé de Jijel s’est également renforcé en ma- tière d’encadrement par le re- crutement de 26 médecins spécialistes, permettant une "amélioration substantielle de la couverture sanitaire" dans cette wilaya.

de la couverture sanitaire" dans cette wilaya. 200 médecins spécialistes (soit un médecin spécialiste

200 médecins spécialistes (soit un médecin spécialiste pour 1.000 habitants) , 412 mé- decins généralistes (1 médecin pour 1.510 habitants) et 246 chirurgiens dentistes (1 pour 2.696 habitants), outre 240

pharmaciens (1 pour 2.763) et 1.702 paramédicaux (1 pour 389 habitants), assurent l'enca- drement du secteur de la santé de la wilaya de Jijel , selon des statistiques récentes.

«VIEUX SAÏDA»

En quête de réhabilitation

L e "vieux Saïda", un site situé au sud de "la ville des eaux", nécessite une attention pour son aménagement et

sa réhabilitation afin d'accueillir, comme par le passé, les familles en quête de diver- tissement. De nombreux citoyens espèrent voir ce site réaménagé, surtout que la ville

de Saïda dispose d'espaces vierges qui mé- ritent d'être aménagés et équipés pour constituer des destinations touristiques. Des opérations d'aménagement du "vieux Saïda" s'imposent, compte tenu de ses caractéristiques que sont une tempéra- ture clémente, de l'eau douce et un couvert végétal dense, a-t-on plaidé. Le chef de bureau de wilaya de la fon-

dation Emir Abdelkader a soutenu, pour sa part, que le site abritait une résidence du fondateur de l'Etat algérien moderne, lors de son séjour à Saïda pour demander sou- tien à des tribus de la région pour sa résis- tance contre l'occupant français. De cette résidence ne reste aujourd'hui que des ruines, ce qui a amené des histo- riens et des archéologues à conjuguer leurs efforts pour sa restauration, car constituant un pan de l'histoire de la région, a-t-on in- diqué. Le site comporte une zone d’expan- sion touristique de 35 hectares, dont 9 ha pour des infrastructures hôtelières et de ser- vices, une forêt récréative et un oued de Saïda. Il a fait l'objet d'opérations d’aména-

BÉJAÏA

gement menées auparavant par la Conser- vation des forêts soldées par l'installation d'équipements de détente et de repos et de box d'animaux, qui sont dans état d’aban- don. Le bureau d'études de la wilaya de Saïda, qui a élaboré une étude sur l’aména- gement du "vieux Saïda", a proposé un en- semble d'équipements et d'infrastructures pour redynamiser le site, dont un hôtel fa- milial, une auberge de jeunes, un café et un restaurant, un centre d’artisanat, un stade, une salle omnisports, tout en laissant un es- pace pour l'extension de l'hôtel El-Foursane mitoyen, pour un investissement de 554 millions de dinars.

Le poisson toujours vendu dans des casiers en bois

LL e prix du poisson ne cesse de grimper malgré les conditions déplorables de

commercialisation et de stockage. Ainsi, le décret inter- ministériel du 28 avril 2010, pu- blié au Journal officiel du 20 juin de la même année, interdisant la commercialisation du poisson dans les casiers en bois, a partir de janvier 2011, en les rempla- çant par des caisses en plastique, n’a pas connu un effet positif chez les pêcheurs et vendeurs de ce produit. En effet, les minis- tères de la Pêche et des Res- sources halieutiques, de l’Industrie et de la Promotion de l’investissement et celui de l’Agriculture et du Développe- ment rural ont fixé les nouvelles conditions des contenants d’en- treposage et les transports des produits de pêche et de l’aqua- culture qui devraient prendre effet a la fin de décembre de l’année 2010. A partir de cette dernière date, toutes les caisses contenant le poisson seront en plastique alimentaire afin d’évi- ter les risques sanitaires causés par les caisses en bois non ali- mentaires. Ces nouvelles caisses en plastique faciliteront égale- ment l’exportation des produits de la pêche et de l’aquaculture

des produits de la pêche et de l’aquaculture dans de meilleures conditions sa- nitaires. Selon

dans de meilleures conditions sa- nitaires. Selon l’arrêté cité, l’uti- lisation des caisses en bois constitue un risque majeur pour la santé du consommateur, raison pour laquelle il sera procédé à leur substitution par des caisses en plastique alimentaire, appelé également dans le jargon com- mercial polyéthylène. L’Algérie est en effet parmi les rares pays qui continuent à commercialiser le poisson dans les caisses en bois. Certes, dès le début de l’an- nonce de la décision, certains pê- cheurs ont accueilli

favorablement la nouvelle, mais concrètement, l’application n’a pas été suivie sur le terrain. C’est d’ailleurs ce que nous avons constaté à travers les différentes poissonneries et autres lieux de vente de poissons dans la ville de Béjaïa. La sardine qui est vendue à 300 DA est entreposée dans des caisses en bois crasseuses sous une couche de glace et dans des conditions sanitaires déplorables. Les pêcheurs et vendeurs, que nous avons interrogés, sont favo- rables à cette décision et décla- rent : «Les caisses en bois

constituent un danger pour la santé du consommateur, car il y

a des microbes qui s’accrochent

au bois. Par ailleurs, leur net- toyage est difficile et elles se dé- tériorent plus vite. Avec les caisses en plastique, le poisson sera mieux présenté aux consom-

mateurs et le nettoyage plus fa-

cile.» Mais la réalité du terrain est tout autre. A ce jour, tous les vendeurs que nous avons visités

à travers les points de vente de

poisson dans la ville de Béjaïa n’ont pas changé leurs caisses alors que les services de contrôle chargés de l’application de cette mesure demeurent absents sur le terrain. Après plus d’une année, le poisson est toujours commer- cialisé dans des caisses en bois qui laissent à désirer, des caisses vétustes et crasseuses alors que le prix du poisson ne cesse de grimper. Le consommateur, ha- bitué depuis longtemps à cette si- tuation, ignore que ces caisses en bois peuvent nuire à sa santé. Les initiateurs de cette décision d’in- terdiction doivent la relancer dans le bref délai avant que les mesures arrêtées ne tombent

dans l’oubli.

M. Laouer

ADRAR

50 projets d’investissement agréés

M. Laouer ADRAR 50 projets d’investissement agréés Cinquante projets d’investissement ont été jugés

Cinquante projets d’investissement ont été jugés éligibles aux mesures incitatives et avantages préconisés par le nouveau dispo- sitif de soutien de l’Etat à l’investissement dans les régions du Sud et des Hauts Pla- teaux, ont indiqué les responsables du gui- chet unique décentralisé. Parmi ces projets figurent 28 nouveaux dossiers d’investisse- ment d’un montage financier de plus de 900 millions de dinars, a-t-on fait savoir de mêmes sources. Vingt-deux autres dossiers portant exten- sion, pour un montage financier de plus de 400 millions de dinars, des capacités de pro- duction des projets existants ont été traités, a précisé M. Abdallah Abderrahmane. Ces projets sont versés notamment dans les cré- neaux des transports (23 projets ), le BTP (20 projets ), l’industrie et le tourisme, qui de- vraient générer 314 emplois, a-t-il ajouté. Le même responsable a toutefois relevé que le guichet unique a enregistré durant le premier trimestre de l’année 2012 un ''faible'' engoue- ment des investisseurs eu égard au manque d’information auprès des promoteurs et in- vestisseurs sur le nouveau dispositif de sou- tien de l’Etat à l’investissement dans les régions du Sud et des Hauts Plateaux. Dans le souci de vulgariser ce nouveau dispositif, le directeur du guichet unique a fait savoir qu’un programme de rencontres,

d’information et de sensibilisation sur ce volet sera lancé, à la satisfaction des inves- tisseurs. Plus de 220 dossiers de montage de projet d’investissement, d’un volume d’in- vestissement de 7, 5 milliards DA, avaient été déposés en 2011 au niveau du guichet unique de la wilaya d’Adrar, dont 126 nou- veaux projets qui ont généré plus de 1.830 emplois, a signalé le même responsable.

MASCARA

Un mort et 12 blessés, dont 2 graves, dans un accident de la route

Le chemin communal reliant la ville de Maoussa à Khalouia a enregistré, jeudi 5 avril 2012, un grave accident faisant un mort et 12 blessés, dont 2 dans un état grave. En effet, un camion qui transportait un groupe d’ouvriers qui devaient effectuer des travaux de maçonnerie s’est renversé sur le bas-côté de la chaussée faisant un mort et 12 blessés, dont 2 dans un état jugé grave transférés d’urgence vers le CHU d’Oran. A. GHOMCHI

Dimanche 8 Avril 2012

Sélection
Sélection

Télévision

24

EL MOUDJAHID

Programme d’aujourd’hui

C anal A lgérie

10h45 : Santé mag (rediff) 11h35 : Danger route (rediff) 12h00 : Journal en français+météo 12h20 : Maraya (08) 13h30 : Avis religieux (direct) 14h30 : Football (différé) 16h30 : Maya l'abeille (102) 17h00 : Qaher el bihar (23) 17h30 : Oulama'e El Djazaïr 18h00 : Journal en tamazight 18h20 : El Imtihane e'saabe (09) 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Aïn Defla 20h00 : Journal en arabe 21h00 : Canal foot 22h00 : Culture club 23h00 : Mohamed Mahboub 00h00 : Journal en arabe

TF1

10:55 L'affiche du jour 11:00 Les douze coups de midi 11:50 Voile Ocean Race 12:00 Journal 12:35 Walker, Texas Ranger 13:25 Monk 14:20 Monk 15:10 Les experts 16:00 Les experts 17:05 Sept à huit 18:50 Là où je t'emmènerai 19:00 Journal 19:50 L'âge de glace 2 21:35 Les experts : Manhattan 00:40 L'empreinte du crime 01:35 L'actualité du cinéma 01:40 Reportages

FRANCE 2

10:00 Le jour du Seigneur 11:55 Ma maison d'aujourd'hui à demain 12:00 Journal 12:20 13h15, le dimanche 13:10 Vivement dimanche 15:20 Grandeurs nature 16:20 Rugby Saracens (Ang) / 18:15 Stade 2 18:55 Emission de solutions 19:00 Journal 19:30 20h30 le dimanche 19:45 La nuit au musée 2 21:25 Faites entrer l'accusé 23:00 Journal de la nuit 23:15 Histoires courtes 00:00 13h15, le samedi 00:30 Thé ou café 01:20 Avoir vingt ans à Tel Aviv 02:20 Voyage au bout du monde 02:45 24 heures d'info

FRANCE 3

10:30 Dimanche avec vous 11:10 12/13 dimanche 11:50 Cyclisme Paris - Roubaix (258 km) 16:00 Cyclisme sur piste 16:35 En course sur France 3 16:55 Questions pour un super champion 17:45 Ma maison d'aujourd'hui à demain 18:30 19/20 : Journal national 19:00 Tout le sport 19:10 Zorro 19:35 Inspecteur Lewis 21:15 Soir 3 21:35 Tout le sport 21:45 Inspecteur Lewis 23:20 Titanic 00:45 Thalassa

FRANCE 5

11:00 Les escapades de Petitre- naud 11:35 Médias, le magazine 12:40 Superstructures 11:35 Médias, le magazine 12:40 Superstructures 13:50 Vu sur Terre 14:45 Tous coachés ! 15:45 Métronome 16:40Et si on changeait le monde 16:45 C politique 18:00 Les uns, les autres 18:50 Dr CAC 19:25 Avis de sorties 20:30 C'est notre affaire 21:00 La IV e , une république mal aimée 21:55 La traversée du miroir 22:55 A la conquête de la Lune 23:40 Degas, le corps mis à nu 00:30 Les liaisons sauvages 01:20 L'Amérique à vélo 02:00 La nuit France 5

A RTE

10:10 Square 10:55 Philosophie 11:25 Douces France(s) 12:20 Douces France(s) 13:10 Douces France(s) 14:05 Design 14:40 Léonard de Vinci 15:40 La vie cachée des œuvres 16:20 Personne ne bouge ! 17:05 Cuisines des terroirs 17:35 Rossini : Stabat Mater 18:45 Arte journal 19:10 Le blogueur 19:40 Sur les traces des mar- tyrs 20:30 Le suaire de Turin 21:20 Errol Flynn, le diable de Tasmanie 22:20 Monty Python, toute la vé- rité ou presque 23:15 Monty Python, toute la vé- rité ou presque 00:10 Philosophie 00:35 La mer à l'aube 02:10 Les choristes de Ratis- bonne

M6

10:50 Sport 6

10:55 Turbo

12:20 Maison à vendre

14:00 Un trésor dans votre maison

15:05 Accès privé

16:20 66 Minutes

17:40 D&CO

18:45 Le 19.45

19:05 E=M6

19:30 Sport 6

19:50 Là-haut

21:35 Le meilleur d'«A mourir de

rire»

00:05 Faussaire malgré lui

01:35 M6 Music / Les nuits de M6

C ANAL +

11:00 L'effet papillon 11:45 Dimanche + 12:55 La semaine des Guignols 13:30 Le petit journal de la se- maine 13:55 Action discrète 14:05 Les nouveaux explorateurs 15:05 La caméra planquée de François Damiens 15:20 Avant-match 15:50 Football Arsenal / Manchester City 18:15 Canal Football Club 18:35 Canal Football Club 19:55 Le grand match 20:00 Football Paris-SG / Marseille 21:55 Canal Football Club

Tv5

10:00 TV5MONDE, le journal 10:15 T.T.C. (Toutes taxes com- prises) 10:45 Quoi de neuf doc ? 11:03 Continent noir 11:30 Temps présent 12:30 Journal (RTBF) 13:02 Touche pas à mon poste 14:45 Nouvo 15:00 TV5MONDE, le journal 15:25 Nec plus ultra 16:00 Kiosque 17:00 TV5MONDE, le journal 17:10 Internationales 18:00 360°-GEO 19:00 Maghreb-Orient-Express 19:30 Journal (France 2) 19:56 Sultan Marathon des Sables Marathon 20:07 On n'est pas couché 23:14 TV5MONDE, le journal 23:24 Journal (RTS) 23:56 Tout sur moi 00:17 Tout sur moi 00:39 TV5MONDE, le journal Afrique 00:54 Internationales 01:45 Patrimoine et énigmes du monde marin 02:00 TV5MONDE, le journal 02:30 Tous à la brocante

L'âge de glace 2 19:50
L'âge de glace 2
19:50

Réalisateur : Carlos Saldanha - Année : 2005

des animaux

préhistoriques doivent faire leur baluchon et fuir.

La vie est bien plus agréable dans la vallée depuis que les températures se sont réchauffées. Sid a organisé une colonie

le fond de son

cœur, et bien qu'il n'en touche mot à quiconque, Manny est malheureux : il pense être le dernier mammouth sur Terre, alors qu'il aurait bien aimé pouvoir fonder une famille. Mais bientôt, chaleur oblige, le glacier menace de rompre et d'en- gloutir la vallée. Pour survivre, tout ce petit monde prend la route en quête d'un lieu plus sûr. En chemin, Manny, Diego et Sid font la connaissance d'Elie et de ses deux frères opposums

de vacances : Manny le mammouth et Diego le tigre ne sont pas les derniers à se moquer de lui. Dans

Le jour

où le

glacier

qui protège

leur vallée

menace

de

se briser

sous l'effet

du réchauffement,

19:45
19:45

La nuit au musée 2

Ben Stiller Robin

Avec : Williams Alain Chabat Jake Cherry Owen WilsonAmy Adams Hank Azaria Steve Coogan Jon Bernthal Bill Hader Christopher Guest Ricky Gervais

de New York

est appelé à l'aide par les figurines du musée, qui ont été transférées à Washington. Quand le Muséum d'histoire naturelle de New York est fermé

les réserves

le cow-boy mi-

niature, prévient Larry Daley, l'ancien gardien de musée, d'un dan- ger imminent. En effet, les personnages du musée ont emmené avec eux la ta- blette qui leur permet de prendre vie. Mais le pharaon Kha Mun

du

royaume des morts. Grâce à son expérience en tant que gardien,

Larry parvient à pénétrer dans

Rah veut absolument s'en emparer pour ramener son armée

du célèbre Smithsonian, à Washington. Jedediah,

pour rénovation, toutes les pièces sont transférées dans

Réalisateur :

toutes les pièces sont transférées dans Réalisateur : Un ancien gardien du Muséum d'histoire naturelle le

Un ancien gardien du Muséum d'histoire naturelle

le Smithsonian, mais Kha Mun Rah

s'est entouré de Napoléon, Ivan le Terrible et Al Capone pour mener le combat

19:35
19:35

InspecteurLewis

Réalisateur : Bill Anderson Année : 2010 Avec : Kevin Whately Laurence Fox Clare Holman Richard Johnson Nathaniel Parker Jonty Stephens Georgia Groome Pip Carter Guy Henry Juliet Aubrey Rebecca Front Gerard Horan Un professeur à Oxford est tué. Le neveu d'un gentilhomme est blessé accidentellement. Les deux affaires, apparemment sans lien, se rejoignent. Steven Blake, un éminent professeur d'Oxford, est retrouvé mort dans un bus, le crâne fracassé. L'inspecteur Lewis est intrigué car aucun témoin ne se souvient de l'avoir vu monter dans le bus. Lors de la reconstitution d'une bataille historique sur le domaine du marquis Augustus Mortmaigne, le neveu du gentilhomme, Philippe Coleman, est blessé accidentellement au bras par une balle. Le sergent James Hathaway, envoyé sur le domaine afin de vérifier les faits, trouve un chandelier avec des traces de sang. Un chandelier assez lourd pour fracasser un crâne ? Et s'il y avait un lien entre la mort de Steven Blake et la famille Mortmaigne ?

Là-haut

Là-haut

19:50
19:50

Réalisateur : Pete Docter Bob Peterson Année : 2009

A la mort de sa femme, un vieil homme refuse de quitter sa demeure.

Après avoir attaché des ballons à sa maison, il s'envole pour l'Amérique du Sud. Après la mort de sa femme Ellie, Carl, un vieil homme, se souvient

du rêve qu'il avait avec elle de se rendre en Amérique du Sud. Refusant de vendre son pavillon à des promoteurs et d'aller dans une maison de retraite, il attache des milliers de ballons à sa demeure et s'envole pour cette destination.

Il ne se doute pas qu'un petit garçon de 9 ans, Russell, se trouve à

l'intérieur. Ce boy-scout très bavard veut décrocher la médaille récompensant un enfant pour une bonne action auprès d'une personne âgée. Contraint de cohabiter avec l'enfant, Carl, que la vie solitaire a rendu taciturne, l'entraîne en direction de son objectif, une chute d'eau.

vie solitaire a rendu taciturne, l'entraîne en direction de son objectif, une chute d'eau. Dimanche 8

Dimanche 8 Avril 2012

Détente

25

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISES Nº 3052
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISES
Nº 3052
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II III IV V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VII
I
IX
X
 

Définitions

 

HORIZONTALEMENT I-N’est pas reconnu -Pied difforme . II- L’esprit

- IV- Moyen de

pénitence -Vieux V- En charge -Façon d’émettre. VI- Naissaient. VII- Mentit en court -Relation entre propositions

Pas facile - Un modèle . IX- Actualité -Fleuve africain

Rafraîchira . III- Durillons- Solidifier.

VIII-

- X- Fait monter l’adrénaline -Coiffure.

VERTICALEMENT

 

1- Danse d’opéra 2- Emacier. 3.Région littorale -Moyen d’émission . 4 TITRE AU MAGHREB -D’un seul ton . 5 En

rade -Au goût d’oignon . 6.

Emission de selles- . 7 Gai

participe -Début d’un titre . 8 Problème d’élocution . 9 Etat

américain -Forme d’avoir. 10 .Danse italienne

SOLUTION DES MOTS CROISES

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1 B

A

T

A

R

D

 

B

O

T

2 A

M

E

 

A

E

R

E

R

A

3 C

A

L

S

 

F

I

G

E

R

4 C

I

L

I

C

E

 

A

G

E

5 H

G

 

D

I

C

T

I

O

N

6 A

R

R

I

V

A

I

E

N

T

7 N

I

A

 

E

T

 

M

 

E

8 A

R

D

U

 

I

D

E

A

L

9 L

 

I

N

F

O

 

N

I

L

10 E

 

M

O

I

 

N

A

T

T

E

SOLUTION DES MOTS FLECHES

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

B

O

M

B

A

R
R

D

I

E

R

2

E

R

E

 

B

A

I

L

L

E

3

G

A
A

L

A

 

C

A

 

A

C

4

U

T

O

P

I

E

 

L

E

I

5

M

O

 

I

N

 

C

U

I

T

6

R

E

C

E

P

I

S

S

E

7

S

I

C

 

P

O

N

T

 

S

8

T

O

U

R

T

I

E

R

E

 

9

A

 

M

A

I

N

 

E

C

O

10

R

E

E

M
M

E

T

T

E

U

R

Mots FLECHES Nº 3052 AVION DE COMBAT PÉRIODE TROPOUVERT ENCAB PERSONNEL FÊTEOFFICIELLE DÉMONSTRATIF
Mots FLECHES
Nº 3052
AVION DE COMBAT
PÉRIODE
TROPOUVERT
ENCAB
PERSONNEL
FÊTEOFFICIELLE
DÉMONSTRATIF
ABSURDITÉ
ENFACE
CRI DU CHARRETIER
UNITÉROUMAINE
UN RÊVE SEULEMENT
SENTIMENTAL
GROUPEHUMAIN
ENMOINS
PRIVATIF
ABRUPT
FOUTU
FEMME DE SULTAN
REÇU
ETOILESAUXU.S.A
ENTREDEUXRIVES
PALMIER
DU TEXTE
LISSÉE
MÉMOIREINFORMA-
TIQUE
BOUCLIER
PARCŒUR
USTENSILE DE CUISINE
RICHESSE
DRAMEMUSICAL
ECRAN
DU GREC HABITAT
MEMBRE
-
UNENOTE
VOLE ENMER
DIFFUSE
-

Grille

Grille 3.Relanceur 33.Méprisant 6.Disséquer 34.Remailler 11.Labourable 35.Inconfort 12.Recoquille
Grille 3.Relanceur 33.Méprisant 6.Disséquer 34.Remailler 11.Labourable 35.Inconfort 12.Recoquille

3.Relanceur

33.Méprisant

6.Disséquer

34.Remailler

11.Labourable

35.Inconfort

12.Recoquille

36.Longévité

13.Zoologique

37.Répliquer

14.Diététique

38.Délaisse

16.Lessiveuse

39.Retentir

17.Oolithique

40.Vibration

18.Exécration

41.Rivaliser

19.Sous-diacre

42.Ultérieur

21.Pénétrer

43.Antiphoné

26.Bouscueil

7.Ivoirier

28.Baleinier

8.Rhodésie

31.Prie-Dieu

9.Linotypie

32.Kurdistan

10.Cache-sexe

Nº 3052

9.Linotypie 32.Kurdistan 10.Cache-sexe Nº 3052 M E C A R E S C E I V
9.Linotypie 32.Kurdistan 10.Cache-sexe Nº 3052 M E C A R E S C E I V
9.Linotypie 32.Kurdistan 10.Cache-sexe Nº 3052 M E C A R E S C E I V

M

E

C

A

R

E

S

C

E

I

V

O

I

L

L

I

N

A

L

R

Z

N

A

E

O

I

C

B

C

O

E

E

O

O

L

T

U

U

Q

O

E

R

R

U

G

T

B

A

I

I

I

O

B

L

Q

U

L

L

U

S

E

E

E

E

C

N

A

T

S

U

R

E

L

L

E

E

T

I

I

E

S

S

I

L

N

O

I

T

I

R

U

E

I

S I L N O I T I R U E I Mot CACHÉ R T

Mot CACHÉ

L N O I T I R U E I Mot CACHÉ R T E L

R

T

E

L

E

R

C

O

L

L

I

A

M

O

T

E

R

M

O

R

F

O

R

I

E

R

R

O

R

H

O

D

O

T

Y

P

I

E

C

A

C

H

E

D

Q

C

A

B

R

I

O

L

E

U

A

C

C

A

P

A

R

E

R

P

V

I

R

U

L

E

N

C

E

E

C

E

N

E

L

L

I

E

R

N

A

P

R

E

S

M

I

D

I

E

S

A

U

V

E

T

A

G

E

T

E

B

E

N

I

S

T

E

S

R

Q

D

E

M

I

P

A

U

S

E

E

U

A

V

A

L

A

I

S

O

N

R

I

P

R

I

E

D

I

E

U

N

I

D

R

U

K

T

N

A

S

I

I

A

M

E

R

T

R

O

F

N

V

E

G

N

O

L

R

E

U

Q

I

A

L

E

D

E

R

R

I

T

N

A

R

B

I

V

R

E

S

I

L

R

E

T

L

U

E

N

O

H

P

I L R E T L U E N O H P S I O N
I L R E T L U E N O H P S I O N

S

I

O

N

A

N

D

R