Vous êtes sur la page 1sur 200

L

E

D

I

N

S

G

E

E

C

N

N

I

E

E

I

U

C

R

S

TRONC COMMUN

DU POLE TECHNOLOGIQUE

AVANT-PROPOS

Dans notre environnement quotidien, on utilise de plus en plus des systèmes dont la complexité exige une démarche d'étude structurée fondée sur la théorie des systèmes. Pour aborder de tels systèmes, il faut :

Un minimum de connaissances ou une culture technologique de base, en tant qu'utilisateur ; Et des compétences pluridisciplinaires impliquant une compréhension approfondie des principes scientifiques et techniques sous-jacents.

L'enseignement des Sciences de l'ingénieur apporte alors les concepts élémentaires pour aborder les systèmes. Il est l'interface entre l'enseignement collégial et le pôle technologique du cycle du baccalauréat ; il permet de :

Dispenser à l'élève une base de formation commune aux sections de baccalauréat ; Faire découvrir à l'élève les constituants des divers champs technologiques pour lui faciliter l'orientation et mieux affirmer son projet personnel ; Développer chez l'élève les compétences de raisonnement, de communication, d'expression, d'organisation de travail et de recherche méthodique ; Développer chez l'élève les capacités d'auto apprentissage.

L'enseignement des Sciences de l'ingénieur privilégie l'acquisition de connaissances globales par approche inductive et en promouvant l'utilisation des nouvelles technologies informatiques. Il se base sur des produits-support qui peuvent être aussi bien de l'environnement quotidien de l'élève que de l'environnement industriel. Le produit- support met en évidence principalement :

Une approche fonctionnelle répondant à la question "A quoi sert le produit ?" ;

Une approche technologique répondant à la question "Comment est construit le produit ?" ;

Une approche physique répondant à la question "Comment le produit se comporte-t-il ?".

Ces différentes approchent se conjuguent très bien avec la démarche de projet qui est fortement conseillée pour la qualité d'enseignement qu'elle procure en favorisant l'autonomie, la recherche, le travail en équipe, la communication, etc.

La structure de cet ouvrage est le reflet de cet aspect pluridisciplinaire qu'offre cet enseignement. Il est conforme aux directives et programmes officiels. Il est axé principalement sur 3 modules :

1. Module 1 : Analyse fonctionnelle ;

2. Module 2 : Chaîne d'énergie ;

3. Module 3 : Chaîne d'information.

Pédagogiquement, ces 3 modules constituent les centres d'intérêt cognitifs et méthodologies qui :

organise et structure les problèmes à résoudre pour l'acquisition des connaissances ;

détermine les activités proposées possibles à proposer aux élèves.

3 modules sont structurés en parties et chapitres pour respecter cette nouvelle vision des programmes et

permettre aux élèves un apprentissage progressif avec un enchaînement permettant d'appréhender peu à peu la pluridisciplinarité d'un système.

Les

En plus des 3 modules, 2 annexes donnent plus de cohésion à l'ouvrage. Il s'agit d'annexes relatives à la démarche de projet industriel :

Une annexe A donne des exemples de systèmes à réaliser ; ces systèmes-support sont simples mais riches en enseignements ; Une annexe B donne des directives pour le projet simple encadré (PSE) ; ces directives proposent de l'organisation et de la gestion d'un PSE, ainsi que des exemples des thèmes à traiter avec les élèves.

LES AUTEURS

POUR SE REPERER DANS L’OUVRAGE

1
1

Utiliser le sommaire pour se situer dans la structure du livre qui est organisé comme suit :

Le contenu du livre est divisé en 3 modules ;

Chaque module est constitué de plusieurs parties ;

Chaque partie est divisée en plusieurs chapitres.

Exemple : Le chapitre GRAFCET de la partie 2 (Traitement de l’information) du module 3 (Chaîne de l’information) se trouve à la page 176.

3 (Chaîne de l’information) se trouve à la page 176. LE CHAPITRE LE MODULE LA PARTIE
3 (Chaîne de l’information) se trouve à la page 176. LE CHAPITRE LE MODULE LA PARTIE
3 (Chaîne de l’information) se trouve à la page 176. LE CHAPITRE LE MODULE LA PARTIE
3 (Chaîne de l’information) se trouve à la page 176. LE CHAPITRE LE MODULE LA PARTIE

LE CHAPITRE

LE MODULE

se trouve à la page 176. LE CHAPITRE LE MODULE LA PARTIE LE SOMMAIRE 2 Utiliser

LA PARTIE

LE SOMMAIRE

2

2 Utiliser l’index pour aller directement à l’essentiel en recherchant une définition, une méthode, un exercice

Utiliser l’index pour aller directement à l’essentiel en recherchant une définition, une méthode, un exercice ou un mot clé.

Il suffit de choisir le mot qui caractérise au mieux le domaine de votre recherche pour obtenir ensuite la page correspondante dans l’ouvrage.

SOMMAIRE

MODULE

1

:

ANALYSE

FONCTIONNELLE

AVANT-PROPOS

2

CHAPITRE

1

9

ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE

9

1. BESOIN :

9

2. PRODUIT

10

3. REPONSE AU BESOIN

11

CHAPITRE

2

20

ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE

20

1. LE DIAGRAMME FAST :

20

2. DIAGRAMME SADT :

21

3. LE CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL :

23

4. DEMARCHE DE PROJET INDUSTRIEL :

24

CHAPITRE

3

25

STRUCTURE FONCTIONNELLE D'UN SYSTEME

25

1. STRUCTURE D'UN SYSTEME AUTOMATISE :

26

2. CHAINE FONCTIONNELLE :

28

CHAPITRE

4

30

ENTREPRISE INDUSTRIELLE

30

1. LE SYSTEME ENTREPRISE

:

30

2. DIFFERENTES TYPES D'ENTREPRISE

30

3. CYCLE D'EXPLOITATION D'UNE ENTREPRISE INDUSTRIELLE :

31

4. LES PARTENAIRES DE L'ENTREPRISE :

31

5. FONCTIONS DE L’ENTREPRISE :

32

6. STRUCTURE DE L’ENTREPRISE :

32

7. L'ENTREPRISE ET SON ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE :

33

CHAPITRE

5

34

NOTIONS DE GESTION DE PRODUCTION

34

1. L’ACTIVITE DE PRODUCTION :

35

2. LES METHODES CLASSIQUES DE GESTION DE PRODUCTION :

36

3. LA GESTION DE LA QUALITE :

37

MODULE

2

:

CHAINE

D'ENERGIE

PARTIE

1

:ALIMENTATION

EN

ENERGIE

CHAPITRE

1

41

ALIMENTATION ELECTRIQUE

41

1. SOURCE DE TENSION ALTERNATIVE :

41

2. SOURCE DE TENSION CONTINUE :

42

3. MESURE DE TENSION :

42

4. COURANT ELECTRIQUE

43

5. ALIMENTATION CONTINUE STABILISEE :

46

6. AUTRES FONCTIONS ASSOCIEES AU TRAITEMENT D'ENERGIE :

49

CHAPITRE

2

53

LES ALIMENTATIONS PNEUMATIQUES

53

1/ PRODUCTION DE L’ENERGIE PNEUMATIQUE :

53

2/ PRINCIPES PHYSIQUES :

54

CHAPITRE

3

55

LE RISQUE ELECTRIQUE

55

1. EFFETS PHYSIOLOGIQUES DU COURANT ELECTRIQUE

55

2. TENSION LIMITE DE SECURITE

56

3. CONTACT DIRECT ET INDIRECT ET PROTECTION ASSOCIEE :

57

CHAPITRE

4

58

REALISATION DE CIRCUIT IMPRIME

58

1. REALISATION

DU TYPON

 

58

2. INSOLATION ET DEVELOPPEMENT DU CIRCUIT IMPRIME

 

61

3. GRAVURE DU CIRCUIT IMPRIME

 

62

4. MISE EN PLACE DES COMPOSANTS ET SOUDURE

 

62

5. EXEMPLE D'APPLICATION :

 

63

 

PARTIE

2

:

DISTRIBUTION

DE

L'ENERGIE

CHAPITRE

1

65

PREACTIONNEUR ELECTRIQUE

 

65

1.

LE

CONTACTEUR

 

65

2. LE SECTIONNEUR

66

3. LES FUSIBLES

 

67

4. LE RELAIS THERMIQUE

 

67

5. RECAPITULATION :

68

CHAPITRE

2

69

PREACTIONNEURS PNEUMATIQUES

 

69

1. LE DISTRIBUTEUR 3/2 :

 

69

2. LE DISTRIBUTEUR 5/2 :

70

3. LES DISPOSITIFS DE COMMANDE :

 

70

4. LOGICIELS DE SIMULATION :

71

 

PARTIE

3

:

CONVERSION

DE

L'ENERGIE

CHAPITRE

1

73

ACTIONNEURS ELECTRIQUES

 

73

1.

ELECTROAIMANT (EA) :

 

73

2.

ELECTROVANNE :

73

3.

LE MOTEUR ELECTRIQUE :

 

74

CHAPITRE

2

78

ACTIONNEURS PNEUMATIQUES

 

78

1. LES VERINS :

 

78

2. CONSTITUTION ET PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT :

 

78

3. LE VERIN SIMPLE EFFET :

 

78

4. LE VERIN DOUBLE EFFET :

79

5. CARACTERISTIQUES ET PERFORMANCES D’UN VERIN :

 

79

6. EXEMPLE D’UTILISATION DES VERRINS :

 

80

7. LE GENERATEUR DE VIDE OU VENTURI :

80

 

PARTIE

4

:TRANSMISSION

DE

L'ENERGIE

CHAPITRE

1

82

REGLES DE BASE DE DESSIN INDUSTRIEL

82

1/ PRINCIPAUX TYPES DE DESSINS INDUSTRIELS

82

2/

FORMATS

83

3/ ELEMENTS PERMANENTS

83

4/

L'ECHELLE

84

5/ LE CARTOUCHE:

 

84

6/ NOMENCLATURE :

85

7/ ECRITURE :

85

8/ LES TRAITS :

86

CHAPITRE

2

87

PROJECTION ORTHOGONALE

87

1/

PERSPECTIVE

CAVALIERE

87

2/

PERSPECTIVE

AXONOMETRIQUE

88

3/ PROJECTIONS ET VUES

90

CHAPITRE

3

93

NOTIONS GENERALES SUR LES MATERIAUX

93

1- CLASSIFICATION DES MATERIAUX :

93

2- PROPRIETES DES MATERIAUX :

93

3- SYMBOLES DES MATERIAUX :

94

4- DESIGNATION DES MATERIAUX :

CHAPITRE

4

94

97

LES COUPES – LES SECTIONS

97

 

1. LES COUPES :

97

2. LES

SECTIONS :

99

CHAPITRE

5

101

LES LIAISONS MECANIQUES

101

1. MOUVEMENT

101

2. HYPOTHESES

101

3. LIAISON MECANIQUE

101

4. REPRESENTATION NORMALISEE DES LIAISONS

103

5. Schéma cinématique minimal

107

CHAPITRE

6

108

CONSTRUCTIONS DES LIAISONS

108

1/ LIAISONS COMPLETES

108

2.

FONCTIONS TECHNIQUES D'UNE LIAISON COMPLETE INDEMONTABLE

112

3/ GUIDAGE EN ROTATION

113

4/ GUIDAGE EN TRANSLATION

115

CHAPITRE

7

117

TRANSMISSION ET TRANSFORMATION DE MOUVEMENT

117

1/ POULIES - COURROIES

117

2/ PIGNONS ET CHAINE

119

3/ ENGRENAGES

119

4/ ROUE ET VIS SANS FIN

121

5/ ACCOUPLEMENTS

122

6. SYSTEME VIS-ECROU

123

7. SYSTEME BIELLE MANIVELLE

124

CHAPITRE

8

125

REPRESENTATION VOLUMIQUE

125

1. INTERET DE LA CAO

125

2. LOGICIELS CAO

125

3. MODELEUR VOLUMIQUE

126

4. CREATION DES VOLUMES ELEMENTAIRES

127

5. CREATION D'UNE PIECE SIMPLE :

128

6. CREATION D'UN ASSEMBLAGE SIMPLE

130

7. ANIMATION D'UN ASSEMBLAGE

130

8. MISE EN PLAN

131

CHAPITRE

9

132

PROCEDES DE FABRICATION DE PIECES MECANIQUES

132

Equipement de réalisation

132

1/ PROCEDES DE MOULAGE

132

2/ PROCEDES D’USINAGE

133

MODULE

3

:

CHAINE

D'INFORMATION

CHAPITRE

1

PARTIE

1

:ACQUISITION

DE

L'INFORMATION

140

LES CAPTEURS

140

1. DEFINITION :

140

2. NATURE DU SIGNAL FOURNI PAR UN CAPTEUR :

140

3. CAPTEURS TOR :

141

4. CAPTEURS NUMERIQUES :

145

CHAPITRE

2

146

INTERFACE HOMME / MACHINE (IHM)

146

1. DIALAOGUE OPERATEUR VERS PARTIE COMMANDE :

146

2. DILAOGUE PARTIE COMMANDE VERS OPERATEUR :

147

PARTIE

2

:

TRAITEMENT

DE

L'INFORMATION

CHAPITRE

1

150

ALGEBRE DE BOOLE – CIRCUITS LOGIQUES

150

1. DEFINITIONS PRELIMINAIRES :

150

2. OPERATIONS BOOLEENNES ELEMENTAIRES :

151

3. OPERATIONS DERIVEES :

154

4. REPRESENTATION DES FONCTIONS LOGIQUES :

157

CHAPITRE

2

158

REPRESENTATION ET CODAGE DE L'INFORMATION BINAIRE

158

1. LES SYSTEMES DE NUMERATION :

158

2. CODAGE DE L'INFORMATION BINAIRE :

159

CHAPITRE

3

163

SIMPLIFICATION DES FONCTIONS LOGIQUES

163

1. METHODE ALGEBRIQUE :

163

2. METHODE GRAPHIQUE :

165

CHAPITRE

4

168

TECHNOLOGIE DES CIRCUITS LOGIQUES

168

1. NOTIONS DE FAMILLE DE CIRCUIT LOGIQUE

168

2. CARACTERISTIQUES ELECTRIQUES DES CIRCUITS LOGIQUES :

169

3. INTERFACAGE DES CIRCUITS LOGIQUES

170

CHAPITRE

5

171

ELEMENTS DE BASE EN LOGIQUE SEQUENTIELLE

171

1. CIRCUIT MEMOIRE EN TECHNOLOGIE ELECTRIQUE :

171

2. CIRCUIT MEMOIRE EN TECHNOLOGIE ELECTRONIQUE :

172

CHAPITRE

6

174

LE GRAFCET

174

1. TYPES DE GRAFCET :

175

2. ELEMENTS DE BASE :

175

3. LES REGLES D'EVOLUTION D'UN GRAFCET :

177

4. STRUCTURES DE BASE D'UN GRAFCET :

178

CHAPITRE

7

181

MATERIALISATION D'UN GRAFCET

181

1/ LOGIQUE CABLEE

181

2/ AUTOMATE PROGRAMMABLE INDUSTRIEL :

182

PARTIE

3

:

COMMUNICATION

DE

L'INFORMATION

CHAPITRE

1

188

LIAISON PARALLELE ET LIAISON SERIE

188

PRINCIPE :

188

2. LIAISON PARALLELE

189

3. LIAISON SERIE :

189

CHAPITRE

4

190

RESEAU LOCAL - INTERNET

190

1. DEFINITIONS :

190

2. LES TYPES DE RESEAUX :

190

3. LES MODELES DE RESEAUX :

191

4. LES TOPOLOGIES DE RESEAUX :

192

5. INTERNET :

193

ANNEXES

 

194

PROJET

SIMPLE

ENCADRE

:

DIRECTIVES

198

MODULE 1

ANALYSE FONCTIONNELLE

MODULE 1 ANALYSE FONCTIONNELLE PR É SENTATION Dans le contexte de la démar che de projet

PRÉSENTATION

Dans le contexte de la démarche de projet industriel, l'analyse fonctionnelle est une approche scientifique qui raisonne en termes de fonctions devant être assurées par un produit ou système. Elle consiste à recenser, caractériser, ordonner et hiérarchiser les fonctions d'un système. Elle s'applique à la création ou à l'amélioration d'un système. Elle a pour objectif de décomposer le système pour y distinguer :

Les fonctions de service qui permettent de répondre au besoin ;

L'organisation de l'ensemble de ces fonctions, c'est à dire leur interaction ;

Les fonctions techniques qui permettent d'assurer les fonctions de service.

Selon qu'on s'intéresse aux fonctions de service ou qu'on s'intéresse aux fonctions techniques, on parle d'analyse fonctionnelle externe ou interne ; à chacune ses outils. Les plus utilisés de ces outils sont :

Le diagramme de bête à cornes pour formuler un besoin ;

Le diagramme Pieuvre rechercher les fonctions de service ;

Les diagrammes FAST et le SADT pour rechercher les fonctions techniques.

L'analyse fonctionnelle est une démarche appliquée largement dans le monde de l'entreprise industrielle. En effet, pour être compétitive, une entreprise doit :

Être structurée en fonctions et services qui communiquent efficacement, ce qui doit lui permettre d’assurer un fonctionnement optimal pour satisfaire ses objectifs ;

Utiliser les outils adéquats de gestion de production, en vue de fabriquer des produits de qualité, dans les délais requis et au meilleur coût.

COMPETENCES ATTENDUES Identifier les éléments transformés par le produit. Décrire la valeur ajoutée par le
COMPETENCES ATTENDUES
Identifier les éléments transformés par le produit.
Décrire la valeur ajoutée par le produit.
Énoncer sa fonction de service.
Distinguer les différents types de fonctions.
Repérer les solutions constructives associées aux fonctions techniques.
Définir les étapes du cycle de vie d'un produit.
Appréhender les différentes étapes de l'analyse fonctionnelle.
Situer l'analyse fonctionnelle dans la démarche de projet industriel.

CHAPITRE 1

ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE

INTRODUCTION :

Dans la vie quotidienne, on utilise des produits divers. Chacun de ces produits satisfait à un de nos besoins. Par exemple, on utilise :

satisfait à un de nos besoins. Par exemple, on utilise : • L’ordinateur pour satisfaire le

L’ordinateur pour satisfaire le besoin de traiter et stocker les données.

satisfaire le besoin de traiter et stocker les données. • Le store pour satisfaire le besoin

Le store pour satisfaire le besoin de se protéger, des rayons solaires intenses dans une pièce, terrasse, etc.

L'analyse fonctionnelle externe, décrit le point de vue de l'utilisateur et ne s'intéresse au produit qu'en tant que "boite noire" capable de satisfaire son besoin en fournissant des services dans son environnement durant son cycle d'utilisation.

1. BESOIN :

1.1- Définition :

Le besoin est une nécessité ou un désir éprouvé par un utilisateur. Il permet de justifier l’existence d’un produit.

1.2- Types de besoin :

Le besoin est donc une exigence qui naît de la vie sociale et économique. Il peut être :

Explicite : l’utilisateur exprime de façon consciente son besoin ; par exemple, un utilisateur exprime le désir de monter un store dans son jardin ;

Implicite comme le besoin de se nourrir, etc. ;

Latent qui existe de manière non apparente et donc non exprimée ; dans ce cas, c’est aux entreprises de définir ce besoin, car l’entreprise doit avoir toujours des clients pour survivre et se développer.

ANALYSE

FONCTIONNELLE

EXTERNE

2. PRODUIT

2.1- Définition :

Un produit est ce qui est fourni à un utilisateur pour satisfaire à un besoin.

2.2- Types de produit :

Un produit peut être un :

Matériel : c'est ce qui est matériel et élémentaire tel que des bouteilles d’huile, des boîtes d’allumettes, du savon, etc. ;

Service : c'est ce qui n’est pas matériel tel qu’un service offert par une agence de voyage, un service offert par une banque, etc. ;

Processus : C'est un produit qui n'est pas élémentaire et qui est donc complexe tel qu’une "grosse machine" qui permet de remplir des bouteilles avec un liquide donné, les boucher et les étiqueter ; l’entreprise qui va vendre le produit bouteille remplie, bouchée et étiquetée achète à son tour ce processus (grosse machine) chez une autre entreprise.

2.3- CYCLE DE VIE D’UN PRODUIT :

Le cycle de vie d’un produit est relativement comparable a celui d’un être vivant : naissance, jeunesse, adulte, vieillissement, etc. On peut résumer ce cycle dans les phases suivantes :

Définition du besoin : le produit est défini par le client utilisateur ou crée par le service de "Marketing" d'une société ; un tel service a pour rôle d'étudier le marché et suivre de prêt les besoins des clients : besoin explicite ou latent

Conception et production : Après avoir défini le besoin, les concepteur-réalisateurs, dans leurs bureaux d'études, commencent leurs recherches pour trouver les solutions technologiques répondant au besoin de leurs clients ; puis après avoir fini de la conception du système, vient la phase de production ou industrialisation du système dans les usines de fabrication.

Commercialisation : Le produit répondant au besoin du client sort de l'usine pour trouver sa place dans les magasins de vente.

Utilisation du produit : Le produit est entre les mains du client utilisateur pour répondre à son besoin.

Elimination du produit : Le produit ne répond plus au besoin par vieillissement ou par l'arrivée de nouvelles technologies.

Exemple : Micro-ordinateur

Le Micro-ordinateur est un système :

C'est un ensemble d'éléments liés : unité centrale, écran, souris, clavier, etc. ;

Il satisfait au besoin ou but de traiter les donnés.

ANALYSE

FONCTIONNELLE

EXTERNE

2.4- Qualité d'un produit :

La qualité est l'ensemble des propriétés et caractéristiques d'un produit qui lui donne l'aptitude à satisfaire un besoin. Elle dépend :

Du nombre de fonctions assurées (fonctions d'usage et d'estime) ;

De la conformité de ces fonctions par rapport à la demande du client ;

De la sûreté de fonctionnement ; en effet un produit doit assurer ses fonctions tout en respectant

les normes de sécurité pour les biens et les personnes ;

Du délai nécessaire pour réaliser le produit sans retard ;

Du coût de revient ; en effet, le coût de revient d'un produit dépend de plusieurs phases qu'il faut

maîtriser et rationaliser : coût d'étude, coût de fabrication, coût de commercialisation, etc.

2.5- Notion de système :

Le terme "système" est souvent utilisé à la place de celui de "produit". En effet, Le concept de système a une signification ou connotation plus riche : il regroupe tous les types de produits mentionnés ci-dessus (matériel, service et processus). C'est le terme qui sera donc utilisé, en général, dans la suite de l'ouvrage. Il est défini, en général, comme suit :

Un système est un ensemble d'éléments organisé en fonction d'un but à atteindre ou pour satisfaire un besoin.

3. REPONSE AU BESOIN

3.1- Finalité d’un produit :

Pour répondre au besoin, on définit l’action d’un système en termes de sa finalité, c'est à dire en termes de ses fonctions qui rendent service à l'utilisateur. A ce stade, on ne parle pas donc des solutions techniques.

L'intérêt de ce principe, pour le concepteur - réalisateur, est de laisser l'esprit ouvert pour la créativité, ce qui permet d'identifier toutes les fonctions possibles devant être assurées par le produit. On entame alors la recherche des fonctions devant être assurées par ce produit. Pour ce faire, on utilise des outils bien adaptés à cette tâche qui sont en principe graphique. En effet, une représentation graphique rend un système plus facile à assimiler, notamment la vision des sous- systèmes qui le composent, ainsi que les liaisons et les relations qui les régissent.

3.2- Recherche et formulation du besoin :

Le plus souvent, on utilise les 2 outils ou représentations normalisés suivantes :

Le diagramme de la "Bête à cornes" ;

L'Actigramme de la fonction globale.

ANALYSE

FONCTIONNELLE

EXTERNE

3.2.1- Bête à cornes :

Pour énoncer le besoin fondamental d’un produit, on utilise l’outil ou diagramme de "bête à cornes", qui pose 3 questions fondamentales comme l'indique la figure ci-dessous :

A qui rend-il service ? Sur quoi agit-il ? Système Dans quel but le système
A qui rend-il
service ?
Sur quoi
agit-il ?
Système
Dans quel but le
système existe-t-il ?

Note : On l'appelle "bête à cornes", parce que le diagramme ressemble un peu à une bête à 2 cornes.

L'outil "Bête à cornes" permet de s'assurer que le besoin existe ; par conséquent l'étude du système se justifie et a donc raison d'être. Il nécessite un travail en groupe, afin de tenir compte des points de vue des différents intervenants concernés par le système : l'utilisateur, le concepteur, le distributeur, etc.

Exemple 1 : Micro-ordinateur Utilisateur Données Micro- ordinateur Traiter et stocker Les données
Exemple 1 : Micro-ordinateur
Utilisateur
Données
Micro-
ordinateur
Traiter et stocker
Les données
Exemple 2 : Store automatisé Habitant Une zone d'un local exposée Store automatique Positionner la
Exemple 2 : Store automatisé
Habitant
Une zone
d'un local
exposée
Store
automatique
Positionner la toile
automatiquement

La toile

ANALYSE

FONCTIONNELLE

EXTERNE

3.2.2- Actigramme de la fonction globale :

Un actigramme est un bloc ou boîte fonctionnelle, qui indique la nature de l'activité d'un système ; il est représenté par un rectangle comme suit :

Matière d'œuvre en entrée

Produit

Energie

Information

Ressources ou données de contrôle

Energie • Information Ressources ou données de contrôle W C R E Fonction globale Sy stème
W C R E Fonction globale
W
C
R
E
Fonction globale

Système

Pertes et nuisances Messages ou comptes rendus

Matière d'œuvre en sortie

Produit

Energie

Information

Fonction globale : Elle est notée à l'intérieur du rectangle ; on note ce qui suit à propos de la fonction globale :

La fonction globale d'un système est la fonction pour laquelle il a été conçu et réalisé. C'est la relation établie par le système, qui transforme une matière d'œuvre en la faisant passer d'un état initial en entée à un état final en sortie pour satisfaire le besoin. On la décrit toujours par un verbe à l'infinitif. Exemple : "Traiter les données" ; Elle est aussi appelée fonction d'usage ou fonction de base.

Matière d'œuvre : C'est ce sur quoi agit le système afin d'en modifier ses caractéristiques ; d’une manière générale, on rencontre 3 types de matière d’œuvre :

La matière ; par exemple, une perceuse agit sur une pièce non percée ; L’énergie ; par exemple : un alternateur transforme de l'énergie potentielle (chute d'eau) en énergie électrique ; L’information ; par exemple un ordinateur agit des données saisies au clavier ou à partir d'un fichier.

Valeur ajoutée : Lors de son passage dans le système, la matière d'œuvre subit une modification ou transformation. On dit que le système lui a apporté de la valeur ajoutée. La valeur ajoutée peut être un déplacement, une transformation, un stockage, etc.

Ressources ou données de contrôle : Ce sont les paramètres qui déclenchent ou modifient le comportement du système. Elles se classent souvent en 4 catégories :

Données de contrôle d'énergie (W) : Présence d'énergie pour effectuer l'action ; Données de contrôle de configuration (C) : modes de marches (manuel, automatique, pas à pas, etc.) ; Données de contrôle de réglage (R) : paramètres de vitesse, seuils de déclenchement, etc. Données de contrôle d'exploitation (E) : Départ de cycle, arrêt, etc.

Puisqu'elles sont implicites, les données de contrôle sont parfois non représentées pour des raisons de simplification de la lecture de l'actigramme.

Nom du système : Il est indiqué en bas du rectangle.

ANALYSE

FONCTIONNELLE

EXTERNE

Exemple 1 : Store automatique

E : Intensité du Vent et de lumière R : Réglage de fin de course
E
: Intensité du Vent et de lumière
R
: Réglage de fin de course
C
: Modes manuel/automatique
W : Mise en énergie
Pertes bruit
position initiale
Changer
la position de
la toile
Signalisation
Toile en
Toile en
position finale
Store automatique

Exemple 2 : Micro-ordinateur

R : Réglage de l'écran etc. C : Mode graphique etc. W : Mise en
R
: Réglage de l'écran etc.
C
: Mode graphique etc.
W : Mise en énergie
Pertes bruit
Traiter et
Signalisation
Données
stocker les
données
Données traitées
et stockées
Micro-ordinateur
Représentation
simplifiée
Pertes bruit
Traiter et
Données
Signalisation
stocker les
données
Données traitées et
stockées
Micro-ordinateur

ANALYSE

FONCTIONNELLE

EXTERNE

Exemple 3 : Cafetière électrique

Eau dans le réservoir

Consignes utilisateur Mise en énergie Café en poudre dans filtre Préparer du café chaud
Consignes utilisateur
Mise en énergie
Café en poudre
dans filtre
Préparer
du café chaud

Cafetière électrique

filtre Préparer du café chaud Cafetière électri q ue Pertes Signalisation Café chaud préparé dans réci

Pertes

Signalisation

Café chaud

préparé dans

récipient

3.3- Recherche des fonctions de service :

3.3.1- Définitions :

a/ Fonctions de service :

Les fonctions de service sont les actions attendues d'un produit pour répondre à un besoin. Une fonction de service est caractérisée par ce qui suit :

Elle est décrite par un verbe à l'infinitif suivi d'un complément ;

Elle peut être une fonction :

d'usage, car elle justifie le pourquoi de l'utilisation du système ; d'estime, car elle concerne l'aspect d'esthétisme, de qualité, de coût, etc.

Elle doit faire abstraction de la solution technique qui pourrait la matérialiser.

Exemple : Formulation de quelques fonctions de service d'un store automatisé.

Changer automatiquement la position d'une toile de store (fonction d'usage) ;

S'adapter à l'architecture de la façade sur laquelle, il sera monté (fonction d'estime).

b/ Fonctions techniques :

monté (fonction d'estime). b/ Fonctions techniques : Une fonction technique représente une action intern e au

Une fonction technique représente une action interne au système, pour assurer une ou des fonctions de service ; elle est définie par le concepteur. On la qualifie aussi de fonction constructive, parce qu’elle participe à construire techniquement le système.

ANALYSE

FONCTIONNELLE

EXTERNE

Dans une démarche de conception, on part d'une fonction de service, qui est compréhensible par l'utilisateur, pour arriver à des composants ou pièces élémentaires tel que les vis de fixation dans le domaine mécanique, les câbles de liaison dans le domaine électrique, etc. La figure suivante donne une schématisation simple de ce processus :

Fonction de service Fonction technique 1 Fonction technique n Fonction technique 2 Solution Constructive 1
Fonction de service
Fonction technique 1
Fonction technique n
Fonction technique 2
Solution Constructive 1
Solution Constructive 2
Solution Constructive n
Composant 1
Composant n
Composant 1
Composant n
Composant 1
Composant n

Exemple : Cas d'un Convoyeur dans un système de conditionnement (Tri, Remplissage /Bouchage, etc.…)

Pour faciliter la compréhension, La liste des composants n'est pas exhaustive.

Bande de convoyage
Bande de
convoyage
Palier de guidage
Palier de
guidage
pas exhaustive. Bande de convoyage Palier de guidage Support de convoyage Convoyer des pièces
pas exhaustive. Bande de convoyage Palier de guidage Support de convoyage Convoyer des pièces
Support de convoyage Convoyer des pièces Moto-réducteur
Support de
convoyage
Convoyer des
pièces
Moto-réducteur
Arbre et Engrenages Bobinage et Tôles
Arbre et
Engrenages
Bobinage et
Tôles
Moto-réducteur Arbre et Engrenages Bobinage et Tôles Pour rechercher d'une façon logi que et systématique

Pour rechercher d'une façon logique et systématique les fonctions de service, on utilise le diagramme des interactions ou diagramme "Pieuvre".

diagramme des interactions ou diagramme "Pieuvre". Note : Le mot "Pieuvre" est utilisé pour

Note : Le mot "Pieuvre" est utilisé pour qualifier ce diagramme, parce qu’une fois crée, il ressemble à une pieuvre.

3.3.2- Diagramme Pieuvre :

a/ Définition :

Ce diagramme recense tous les éléments de l'environnement du système (humain, physique, etc.), qui sont en interaction avec lui. Ce diagramme est défini et caractérisé par ce qui suit :

ANALYSE

FONCTIONNELLE

EXTERNE

Sa structure générale est donnée par la figure ci-dessous

éléments) ;

(exemple d'un système avec 5

Il présente donc graphiquement, de manière synthétique et conviviale ce qu’on devrait décrire dans un document très long et peu explicite ;

Il permet de visualiser toutes les relations possibles du système avec les éléments de son milieu ou environnement extérieur ; ces relations sont en fait les fonctions de service ; un tableau accompagnant le diagramme décrit ces fonctions. On distingue :

Les fonctions principales (FP) : Elles créent des relations entre plusieurs éléments de l’environnement qui expriment les services offerts par le système pour satisfaire le besoin ; dans le schéma général, on trouve FP1 et FP2 ;

Les fonctions contraintes (FC) : Elles adaptent le système à un ou plusieurs éléments de son environnement. Dans le schéma général, on trouve FC1 et FC2. Elles contraignent le concepteur à respecter certaines exigences de l'utilisateur, normes de sécurité, etc.

Elément 1 Elément 2 FP1 FC2 FC1 Système Elément 5 FP2 Elément 3 Elément 4
Elément 1
Elément 2
FP1
FC2
FC1
Système
Elément 5
FP2
Elément 3
Elément 4

b/ Types de milieu :

En général, les éléments de l'environnement d'un système donné peuvent être des milieux habituels suivants :

Milieu physique :

Milieu technique :

Milieu humain :

Milieu économique : Critères de qualité (coût, entretien, maintenance, etc.).

Milieu ambiant (vent, humidité, chaleur, poussière, etc.) ;

Energie électrique (autonomie, recharge ; etc.) ;

Utilisateur (ergonomie, esthétique, bruit, sécurité ; etc.).

c/ Caractérisation des fonctions de service :

La caractérisation consiste à énoncer pour chaque fonction de service (principale ou de contrainte) les critères d'appréciation avec des niveaux et une certaine flexibilité. Cette opération se fait en général sous forme d'un tableau, qu'on appelle "tableau fonctionnel" et qui a le format suivant :

   

Niveau d'un critère d'appréciation

Flexibilité d'un

Fonction

Critère d'appréciation

niveau

FP ou FC

     

ANALYSE

FONCTIONNELLE

EXTERNE

Critère d'appréciation d'une fonction : Caractère retenu pour apprécier la manière dont une fonction est remplie ou une contrainte est respectée. Une échelle doit être utilisée pour apprécier le niveau.

Niveau d'un critère d'appréciation : Grandeur repérée dans l'échelle adoptée pour un critère d'appréciation d'une fonction. Cette grandeur peut être celle recherchée en tant qu'objectif. Elle aura des valeurs chiffrées avec tolérance (dimensions, paramètres de fonctionnement, coût, niveau sonore, etc.).

Flexibilité d'un niveau : C'est l'ensemble des indications exprimées par le demandeur avec limites d'acceptation. Ces limites sont précisées sous forme de classe de flexibilité:

Classe F0 : flexibilité nulle, niveau impératif ;

Classe F1 : flexibilité faible, niveau peu négociable ;

Classe F2 : flexibilité moyenne, niveau négociable ;

Classe F3 : flexibilité forte, niveau très négociable.

d/ Exemples :

des

Les 3 exemples suivants permettent d'illustrer la construction du diagramme Pieuvre, ainsi que la

tableau fonctionnel accompagnant le diagramme. La

formulation des fonctions de service dans le

caractérisation des fonctions de service n'est pas étudiée dans ces 2 exemples pour des raisons de

simplicité.

Exemple 1 : Micro-ordinateur

Diagramme Pieuvre :

L'utilisateur FC3 FC1 FC2 Micro- FC8 ordinateur FP2 FP1 Réseau Informations Internet
L'utilisateur
FC3
FC1
FC2
Micro- FC8
ordinateur
FP2
FP1
Réseau
Informations
Internet
L'énergie électrique
L'énergie
électrique
Meuble Support
Meuble
Support

Tableau fonctionnel :

FONCTION

DESCRIPTION

FP1

Permettre à l'utilisateur de saisir, traiter, stocker des informations

FP2

Permettre à l'utilisateur d'échanger des informations via Internet

FC1

Utiliser l'énergie électrique du secteur

FC2

Se poser facilement

FC3

Etre d'un usage aisé et avoir une certaine esthétique

ANALYSE

FONCTIONNELLE

EXTERNE

Exemple 2 : Souris de micro-ordinateur

Diagramme Pieuvre :

Exemple 2 : Souris de micro-ordinateur Diagramme Pieuvre : Tableau fonctionnel : Ordinateur Utilisateur FC4 FC1

Tableau fonctionnel :

Ordinateur Utilisateur FC4 FC1 FP1 Souris FC3 FC2 Support Energie (Tapis)
Ordinateur
Utilisateur
FC4
FC1
FP1
Souris
FC3
FC2
Support
Energie
(Tapis)

FONCTION

DESCRIPTION

FP1

Déplacer un pointeur à l'écran et valider le choix de l'utilisateur

FC1

Se connecter à l'unité centrale pour permettre l'échange d'informations

FC2

Faciliter les mouvements de la souris

FC3

Alimenter en énergie par l'unité centrale

FC4

Etre agréable et facile à manier par l'utilisateur

Exemple 3 : Store automatisé.

On considère que la matière d'œuvre du store est la toile, donc c'est un élément extérieur.

Diagramme Pieuvre :

Tableau fonctionnel :

Le mur Le vent FC1 FP2 Le soleil L'énergie FC2 FP1 Store automatisé FC3 Le
Le mur
Le vent
FC1
FP2
Le soleil
L'énergie
FC2
FP1
Store
automatisé
FC3
Le milieu
ambiant
FP3
FC4
La toile
L'utilisateur

FONCTION

DESCRIPTION

FP1

Protéger l’utilisateur contre les rayons intenses du soleil

FP2

Empêcher la détérioration du store par le vent

FP3

Prendre en compte les consignes de l’utilisateur

FC1

S'adapter aux supports

FC2

Utiliser l'énergie électrique du secteur

FC3

Résister aux agressions de l'environnement et s'adapter à l'architecture

FC4

Etre d'un usage aisé et avoir une certaine esthétique

CHAPITRE 2

ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE

INTRODUCTION :

L'analyse fonctionnelle interne, décrit le point de vue du concepteur en charge de fournir le produit devant répondre au besoin de l'utilisateur. Lors de cette phase de conception, les fonctions de service ou d'usage vont être obtenues à l'aide de fonctions techniques. Pour ce faire, on utilise une analyse descendante.

L'analyse fonctionnelle descendante est une démarche, qui utilise des outils ou représentations graphiques. Elle part de la fonction globale et décortique un système pour en sortir les différentes fonctions élémentaires. Elle part donc du général pour aboutir au particulier.

1. LE DIAGRAMME FAST :

Le diagramme FAST (Function Analysis System Technique) est un diagramme d'analyse fonctionnelle des systèmes techniques. En effet, lorsque les fonctions de service sont identifiées, ce diagramme a pour méthode de les ordonner et les composer logiquement pour aboutir aux solutions techniques de réalisation, appelées aussi solutions constructives parce qu'elles aboutissent à la construction du système.

En partant d'une fonction principale ou de contrainte, le diagramme FAST présente les fonctions techniques et les solutions technologiques associées dans une organisation logique répondant aux 3 questions suivantes :

Pourquoi cette fonction doit-elle être assurée ?

Comment cette fonction doit-elle être assurée ?

Quand cette fonction doit-elle être assurée ?

Pourquoi ?

Quand ? Fonction
Quand ?
Fonction

Comment ?

La réponse à la 3eme question (quand) est souvent omise.

Fonction technique 1 Fonction technique 2 Fonction de service ET Fonctions réalisées en même temps
Fonction technique 1
Fonction technique 2
Fonction de service
ET
Fonctions réalisées
en même temps
Fonction technique n
Fonction technique 1 Fonction technique 2 Fonction de service OU Fonctions Fonction technique n alternatives
Fonction technique 1
Fonction technique 2
Fonction de service
OU
Fonctions
Fonction technique n
alternatives
possibles

ANALYSE

FONCTIONNELLE

INTERNE

Exemple : Diagramme FAST partiel du store automatisé

3, 4, 7 6 5 1, 2
3, 4, 7
6
5
1, 2
Gérer Boîtier de commande (1) Distribuer Relais (2) l'énergie Dérouler/Enrouler Convertir l'énergie
Gérer
Boîtier de
commande (1)
Distribuer
Relais (2)
l'énergie
Dérouler/Enrouler
Convertir l'énergie
Moteur électrique
(3)
Adapter l'énergie
Réducteur à
engrenages (4)
Leviers articulés
(5)
Positionner
la toile du Store
Guider la toile
Rouleau
(6)
Limiter le
mouvement
Capteurs de fin de
course (7)
Fonctions de service
Fonctions techniques
Solutions technologiques

2. DIAGRAMME SADT :

La représentation SADT (Structured Analysis and Design Technic) est la technique de modélisation avec analyse structurée. Elle reprend les principes précédents du diagramme FAST, mais utilise des règles précises ce qui la rend plus complexe. Le diagramme est alors un ensemble d'actigrammes ou diagrammes d'activité. Un diagramme SADTest structuré en niveaux comme suit :

ANALYSE

FONCTIONNELLE

INTERNE

A0 A1 A2 A3 A0 A31 A11 A32 A12 A1 A33 A3
A0
A1
A2
A3
A0
A31
A11
A32
A12
A1
A33
A3

L'actigramme de niveau le plus élevé, noté A-0 correspond à la finalité ou la fonction globale du système ;

Ce diagramme de niveau A-0 se décompose en n diagrammes : A1 à An ;

Chacun des diagrammes A1 à An est décomposé à son tour suivant le même principe. Dans l'exemple ci-dessous :

A0 représente le niveau 0, donc la fonction globale du système ; elle se décompose en 2

sous-systèmes A1 et A2 et A3 ; A1 se décompose en A12 et A12 ;

Et ainsi de suite.

La décomposition se termine si le niveau souhaité pour atteindre l'objectif est atteint ;

Dans chaque diagramme ou niveau, on définit les relations entre les sous systèmes et les données de contrôle.

Exemple : Diagramme SADT partiel du store automatisé

les données de contrôle. Exemple : Diagramme SADT partiel du store automatisé MODULE 1 : ANALYSE

ANALYSE

FONCTIONNELLE

INTERNE

NIVEAU A-0 Informations Communiquer A1 NIVEAU A-0 Informations Boutons Traiter les donnée A2 Lumière Carte
NIVEAU A-0
Informations
Communiquer
A1
NIVEAU A-0
Informations
Boutons
Traiter les
donnée
A2
Lumière
Carte élecronique
Vent
Acquérir
A5
Capteurs
Réseau 230V
Gérer
l’énergie
A3
Store en
Appareillage
position
finale
Store en position initiale
Déplacer le
store
A4
P.O

3. LE CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL :

3.1- Définition :

Le cahier des charges fonctionnel (CdCF) est un document contractuel par lequel le demandeur exprime son besoin en terme de fonctions de service. Pour chacune des fonctions et des contraintes sont définis des critères d'appréciation et leurs niveaux, chacun de ces niveaux étant assorti d'une flexibilité.

Il nécessite un travail en groupe, afin de tenir compte des points de vue des différents intervenants concernés par le système : l'utilisateur, le concepteur, le distributeur, etc.

D'après la définition, on remarque que le CdCF est l'aboutissement de l'analyse fonctionnelle :

Le besoin est exprimé par le client qui souhaite acquérir un produit pour satisfaire un besoin donné.

Le besoin est exprimé par le client qui souhaite acquérir un produit pour satisfaire un besoin
Le besoin est exprimé par le client qui souhaite acquérir un produit pour satisfaire un besoin
Le besoin est exprimé par le client qui souhaite acquérir un produit pour satisfaire un besoin

OU

Analyse fonctionnelle
Analyse
fonctionnelle
Rédaction du CdCF
Rédaction
du
CdCF

Le besoin est traduit par l'entreprise à partir d'une étude de marché.

Le besoin est traduit par l'entreprise à partir d'une étude de marché.
Le besoin est traduit par l'entreprise à partir d'une étude de marché.
Le besoin est traduit par l'entreprise à partir d'une étude de marché.

ANALYSE

FONCTIONNELLE

INTERNE

3.2- Contenu du CdCF :

Le CdCF contient donc les éléments suivants :

L'expression du besoin : fonction globale ;

La définition des fonctions de service (fonctions principales et fonctions contraintes) ;

L'énumération des critères d'appréciation (Satisfaction, coût, performances, sécurité, etc.) ;

Le diagramme FAST permet de définir les fonctions secondaires qui permettront d'affiner les critères d'appréciation. Il sera utile de le pousser jusqu'à l'apparition d'une syntaxe OU qui donne des pistes de recherche et offre des choix.

4. DEMARCHE DE PROJET INDUSTRIEL :

Un projet industriel est un processus qui dépend de beaucoup de facteurs pour le mener à bien :

des ressources humaines pour étudier le projet : de la formulation du besoin aux schémas et plan de réalisation ;

des moyens matériels pour mettre en oeuvre le projet et le commercialiser.

La démarche de projet industriel recense et caractérise les étapes que connaît un projet industriel ; on simplifie dans ce qui suit les principales de ces étapes :

Etape 1 : C'est le service Marketing d'une entreprise qui agit principalement dans cette phase bien qu'en fait, il s'agisse d'un travail pluridisciplinaire. Il s'agit alors de saisir le besoin, l'énoncer et le valider.

Etape 2 : Dans cette phase, il s’agit de la définition fonctionnelle d’une sorte de contrat entre le demandeur et le réalisateur ; on y précise les fonctions de service assurées par le produit ainsi que ses caractéristiques.

Etape 3 : C’est la phase de la traduction des fonctions de service en fonctions techniques, pour aboutir à des solutions technologiques permettant de construire le produit.

Etape 4 : Dans cette phase qui, en principe, contient plusieurs phases, on produit un prototype qui connaîtra des améliorations pour arriver au produit final, pour lequel on fait alors une gestion de production aboutissant à la fabrication en grande série.

Etape 5 : C’est la phase où l’entreprise doit commencer à amortir ses investissements dans le produit et faire des profits ; pour cela, elle mène une étude commerciale pour distribuer son produit avec un choix stratégique pour ses points de vente tout en menant une politique publicitaire pour attirer le consommateur vers son produit.

Etape 6 : C’est la phase où intervient surtout le service de comptabilité et le service d’après-vente. Il faut alors assurer alors la garantie et la maintenance et évaluer les performances commerciales qui sont censées apporter du profit à l’entreprise.

Etape 7 : Cette dernière étape concerne l’action sur le produit au de la de son utilisation avec comme première préoccupation la protection de l’environnement. Pour cela, on pense au recyclage des éléments récupérables et la destruction ou le stockage des autres avec sécurité.

1- Analyse du besoin

stockage des autres avec sécurité. 1- Analyse du besoin 2- Cahier des charges fonctionnel 3- Conception

2- Cahier des charges fonctionnel

1- Analyse du besoin 2- Cahier des charges fonctionnel 3- Conception 4- Production 5- Commercialisation 6-

3- Conception

du besoin 2- Cahier des charges fonctionnel 3- Conception 4- Production 5- Commercialisation 6- Utilisation du

4- Production

des charges fonctionnel 3- Conception 4- Production 5- Commercialisation 6- Utilisation du produit 7-

5- Commercialisation

3- Conception 4- Production 5- Commercialisation 6- Utilisation du produit 7- Elimination du produit

6- Utilisation du produit

Production 5- Commercialisation 6- Utilisation du produit 7- Elimination du produit MODULE 1 : ANALYSE FONCTIONNELLE

7- Elimination du produit

CHAPITRE 3

STRUCTURE FONCTIONNELLE D'UN SYSTEME

INTRODUCTION :

Les systèmes sont d'une grande variété ; pour des raisons didactiques, nous nous intéresserons principalement à des systèmes qui ont une représentativité correcte de la réalité des environnements industriel et quotidien ; on peut les classer ainsi :

Classe des systèmes industriels de production : Les systèmes de cette classe ne sont pas habituels à l'environnement quotidien, mais ils ont une structure dont les composants sont relativement simples : identifiables, ouverts et standard, ce qui facilite leur étude. Exemple : Machine de remplissage et bouchage, machine de tri de pièces, etc.

Classe des systèmes "grand public" : Ils font partie de l'environnement quotidien et représentent la technologie actuelle, mais ils ont un degré d'intégration de fonctions un peu élevé, ce qui les rend parfois difficile à étudier. Exemple : Machine à laver, Store automatique, etc.

Ces systèmes qu'ils soient industriels ou "grand public" peuvent être :

Manuel : Dans ce cas, c'est l'utilisateur qui apporte de l'énergie nécessaire au système et
Manuel
:
Dans
ce
cas,
c'est
l'utilisateur qui apporte de
l'énergie nécessaire au système
et dirige la succession des
opérations.
Exemple : Store manuel
L'utilisateur manœuvre
le store manuellement
pour la montée et la
descente de la toile,
grâce à une manivelle et
son énergie musculaire.
Store manuel
Moteur
Mécanisé
:
Dans
ce
cas,
Le store est motorisé
;
l'utilisateur est assisté de point
de vue énergie par une source
extérieure mais c'est lui dirige
encore les opérations.
Exemple : Store mécanisé
Boutons
l'utilisateur manipule
uniquement des boutons
pour monter ou descendre
la toile.
Store mécanisé
Automatisé : Dans ce cas,
l'énergie est apportée par une
source extérieure, comme pour
un système mécanisé ; mais en
plus, la succession des
opérations est commandée par
un organe électronique doté
d'une certaine "intelligence".
Exemple : Store automatisé
Electronique
Capteurs
Un organe électronique
doté d'intelligence, capte la
l'intensité des rayons
solaires et la vitesse du
vent, et commande la toile
du store suivant un
programme de. L'action de
l'utilisateur est réduite à la
mise ne marche du
système.
Store automatisé
Note : Ce sont les systèmes automatisés qui font donc principalement l'objet d'étude de cet ouvrage.

STRUCTURE

FONCTIONNELLE

D’UN

SYSTEME

1. STRUCTURE D'UN SYSTEME AUTOMATISE :

1.1- Définition :

Un système automatisé est un ensemble d'équipements qui permet à partir d'énergie, et de produits bruts ou non finis, de fabriquer des produits finis ; et ce, d'une façon automatique où l'intervention humaine est réduite au minimum, notamment pour les tâches difficiles.

La modélisation d'un système automatisé permet de l'étudier d'une manière rationnelle.

1.2- Modélisation simple (Partie Opérative/Partie Commande) :

Un système automatisé est un système bouclé, qu'on peut, modéliser par le schéma simple suivant ; il est alors structuré autour :

D'une Partie Opérative (PO), formée par :

Les capteurs qui représentent les organes d'observation du système ; Les actionneurs qui représentent les organes de puissance du système ;

D'une Partie Commande (PC), qui en fonction des comptes rendus des capteurs, fait les traitements nécessaires et donne des ordres aux actionneurs.

Ordres vers

Actionneurs Partie Partie Commande Opérative (PC) (PO) Comptes rendus de Capteurs Utilisateur (IHM)
Actionneurs
Partie
Partie
Commande
Opérative
(PC)
(PO)
Comptes rendus
de Capteurs
Utilisateur
(IHM)

L'utilisateur a pour tâche principale de configurer et superviser le système ; il communique avec lui grâce aux moyens de dialogue (boutons, voyants, etc.). Il s'agit de l'Interface Homme Machine (IHM).

Exemple : Store automatisé

Sa PO est constitué :

Des capteurs de vent et du soleil qui observent les conditions climatiques ;

D'un moteur électrique qui agit sur la toile, en l'enroulant ou la déroulant sur un tambour.

PC

PO Electronique Capteurs IHM
PO
Electronique
Capteurs
IHM

Store automatisé

STRUCTURE

FONCTIONNELLE

D’UN

SYSTEME

Sa PC est constituée d'un organe électronique qui les lit les informations des capteurs, traite ces informations et donne des ordres au moteur.

On peut remarquer, à partir du schéma général et de l'exemple du store automatisé, qu'un système automatisé met en œuvre deux chaînes d'opérations :

L’une agissant sur les flux des informations, appelée chaîne d’information ;

L’autre agissant sur les flux de matière et d’énergie, appelée chaîne d’énergie.

1.3- Modélisation avancée (Chaîne d'énergie/Chaîne d'information) :

1.3.1- Introduction :

Cette modélisation est plus précise que la première; elle introduit beaucoup plus de concepts ; elle est donc plus compliquée. Pour bien l'aborder, on commence par un exemple, perceuse automatisée :

Capteurs (position, etc.)

Programme de fonctionnement Modes manuel/automatique Energie électrique et Percer Pièce non percée dans la
Programme de fonctionnement
Modes manuel/automatique
Energie électrique et
Percer
Pièce non percée dans
la goulotte
d'alimentation
automatiquement
une pièce

Perceuse automatisée

1.3.2- Tâche et sous-ensemble fonctionnel :

Dans ce système, on distingue principalement 2 sous–systèmes qui concourent à la réalisation de la fonction globale du système :

Sous–système (SE1) de serrage de la pièce ;

Sous–système (SE2) de perçage de la pièce ;

Chacun de ces 2 sous-systèmes est appelé "sous-ensemble fonctionnel", car :

C'est un sous-ensemble de l'ensemble du système ;

Il réalise une tâche qui consiste en un certain nombre d'opérations sur la matière d'œuvre.

Coupeaux, bruit

Signalisation

Pièce percée dans le bac d'évacuation

Perceuse automatisée

VM Dcy fr MF VS pp pd ps
VM
Dcy
fr
MF
VS
pp
pd
ps

STRUCTURE

FONCTIONNELLE

D’UN

SYSTEME

Exemple : Le SE1 a pour tâche de déplacer et serrer la pièce.

Pour réaliser sa tâche, chaque sous-ensemble fonctionnel effectue une certaine succession d'opérations : acquérir les informations sur l'état des capteurs, traiter ces informations et agir sur la matière d'œuvre. Cette succession d'opérations s'exécute en chaîne de fonctions ; on parle alors de chaîne fonctionnelle.

Cette modélisation est donc basée sur la notion de chaîne fonctionnelle (chaîne de fonctions).

2. CHAINE FONCTIONNELLE :

Tout système automatisé, plus ou moins complexe, peut être décomposé en chaînes fonctionnelles. Une chaîne fonctionnelle est l'ensemble des constituants organisés en vue de l'obtention d'une tâche opérative, c'est-à-dire d'une tâche qui agit directement sur la matière d'œuvre.

Exemples : Serrer une pièce, percer une pièce, prendre un objet, déplacer une charge, etc.

Les constituants d'une chaîne fonctionnelle participent :

Soit à des opérations de gestion de l'énergie (Chaîne d'énergie) ;

Soit à des opérations de gestion des informations (chaîne d'information) ;

On peut remarquer donc que chaque chaîne fonctionnelle comporte généralement :

Une chaîne d’énergie constituée des fonctions :

Alimenter ;

Distribuer ;

Convertir ;

Transmettre.

Une chaîne d’information constituée des fonctions :

Acquérir ;

Traiter ;

Communiquer.

Ces fonctions sont génériques, c'est à dire qu'elles s'appliquent en principe à presque tous les systèmes. Mais elles pourront faire l’objet d’un développement différent suivant le domaine :

système de contrôle-commande avec interface homme-machine, comme une raffinerie de pétrole

système électronique embarqué, comme un système de commande de voiture moderne ;

système informatique ;

système de communication.

STRUCTURE FONCTIONNELLE D’UN SYSTEME Grandeurs physiques à mesurer Chaîne d’information Informations
STRUCTURE
FONCTIONNELLE
D’UN
SYSTEME
Grandeurs
physiques à
mesurer
Chaîne d’information
Informations
destinées à d’autres
systèmes et aux
interfaces H/M
ACQUERIR
TRAITER
COMMUNIQUER
Matière d'œuvre
en entrée
Informations
issues d’autres
systèmes et
Ordres
d’Interfaces H/M
AGIR
ALIMENTER
DISTRIBUER
CONVERTIR
TRANSMETTR
Chaîne d’énergie
Énergies
d’entrée

Matière d'œuvre

en sortie

La chaîne d'énergie et la chaîne d'information concourent ensemble, harmonieusement pour "agir" finalement sur la matière d'œuvre. On appelle généralement l'élément responsable de cette dernière opération, "effecteur", du mot effet.

Un effecteur est l'élément terminal de la chaîne d'action, convertissant l'action de l'actionneur en un effet ou une opération sur la partie opérative.

Exemples :

Forêt de perceuse pour effectuer des trous ;

Convoyeur pour effectuer un déplacement de pièce sur un tapis roulant ;

Pince de robot pour effectuer une force de préhension sur des pièces ;

Tambour de store pour enrouler ou dérouler une toile.

et

convertissent. Les énergies principalement exploitées ou transformées sont l'énergie électrique et l'énergie mécanique sous leurs différentes formes.

En

général,

les

systèmes

mettent

en

œuvre

plusieurs

types

d'énergie

qu’ils

transforment

ENTREPRISE INDUSTRIELLE

CHAPITRE 4

INTRODUCTION :

D'une façon simple, on peut savoir ce qu'est l'entreprise par les questions-réponses suivantes :

Question

Réponse

Que fait une entreprise ?

Elle vend sur le marché des biens qu'elle produit

 

Réaliser un profit ;

Créer des emplois ;

Dans quel but ?

Contribuer au développement de la nation ;

Etc.

Contribuer au développement de la nation ; • Etc. On voit donc que l'entreprise a des

On voit donc que l'entreprise a des relations de plusieurs natures (marché, employés, clients, état, agents financiers, etc.). Il convient alors de la définir en tant que système.

1. LE SYSTEME ENTREPRISE :

L’entreprise est donc un système qui utilise, transforme et gère un certain nombre de flux d’entée dont la nature est justifiée par la nature de ses activités.

Flux d'entrée :

Flux physiques Flux monétaire Flux d'information Flux de main d'œuvre

Flux d'information Flux de main d'œuvre Matières d'œuvre que l'entreprise recueille
Flux d'information Flux de main d'œuvre Matières d'œuvre que l'entreprise recueille

Matières d'œuvre que l'entreprise recueille auprès de son environnement

Utilisation

Transformation

Gestion

de son environnement Utilisation Transformation Gestion Entreprise Flux de sortie : Flux physiques Flux
de son environnement Utilisation Transformation Gestion Entreprise Flux de sortie : Flux physiques Flux

Entreprise

Flux de sortie :

Flux physiques Flux monétaire Flux d'information

Flux physiques Flux monétaire Flux d'information Matières d'œuvre en sortie avec valeur ajoutée par

Matières d'œuvre en sortie avec valeur ajoutée par action de l'entreprise

2. DIFFERENTES TYPES D'ENTREPRISE

Les entreprises peuvent être classées suivant plusieurs types de critères. Ici, on s'intéresse au point de vue activité. Dans ce cas, on trouve :

Les entreprises de production des biens ou entreprises industrielles.

Exemple : Lesieur produit de l'huile de table.

les entreprises de production de services.

Exemple : La RAM propose des voyages en avion.

Les entreprises de distribution.

Exemple : Marjane achète des biens et les vend sans les transformer.

ENTREPRISE

INDUSTRIELLE

3. CYCLE D'EXPLOITATION D'UNE ENTREPRISE INDUSTRIELLE :

Le cycle d'exploitation d'une entreprise est l'ensemble des opérations réalisées lors de son activité :

achats de matières premières, stockage des matières premières, fabrication de produits finis, stockage des produits finis, vente des produits finis et le cycle recommence.

Vente de

produits finis

Achat de

matières premières Stockage de matières premières Cycle d'exploitation Fabrication de produits finis
matières premières
Stockage de
matières premières
Cycle
d'exploitation
Fabrication
de produits finis

Stockage de

produits finis

4. LES PARTENAIRES DE L'ENTREPRISE :

L'entreprise entretient des relations privilégiées avec un certain nombre de partenaires, comme le montre la figure suivante :

Salariés Fournisseurs Salaires Marchandises Travail Clients Marchandises Paiement Paiement Entreprise
Salariés
Fournisseurs
Salaires
Marchandises
Travail
Clients
Marchandises
Paiement
Paiement
Entreprise
Remboursement
Subventions
Emprunt
Cotisations
Impôts
Redistributions
Etat
Institutions
financières
Organisme s sociaux
Organisme
s sociaux

ENTREPRISE

INDUSTRIELLE

5. FONCTIONS DE L’ENTREPRISE :

Les fonctions de l’entreprise doivent lui permettre d’assurer un fonctionnement optimal pour satisfaire ses objectifs et rester compétitive. Ces fonctions se concrétisent par des services qui doivent établir un réseau de communication efficace au sein de l’entreprise et avec ses partenaires extérieurs. Suivant l’importance de l’entreprise les fonctions ou services peuvent être plus ou moins nombreux. Le tableau suivant donne en résumé quelques fonctions communes à la plupart des entreprises :

 

Fonction Direction

 

Définir et appliquer la politique de l’entreprise ;

Coordonner l’ensemble des fonctions ; Assumer la responsabilité des décisions prises ;

Fonction Administrative

 
Fonction Administrative   Fonction Production

Fonction Production

• Fonction Administrative   Fonction Production • Saisir et gérer l’ensemble des informations
• Fonction Administrative   Fonction Production • Saisir et gérer l’ensemble des informations

Saisir et gérer l’ensemble des informations administratives, comptables, fiscales, relatives au personnel, etc.

Transformer les matières d’œuvre en produits ;

Améliorer la qualité ;

Réseau de communication

Réduire les coûts ;

Fonction Financière

 

Fonction Mercatique (Marketing)

Financière   Fonction Mercatique (Marketing) • Bien gérer l’argent de l’entreprise ; •
Financière   Fonction Mercatique (Marketing) • Bien gérer l’argent de l’entreprise ; •

Bien gérer l’argent de l’entreprise ;

Proposer de nouveaux produits ;

Payer les salaires et les fournisseurs ;

Rechercher de nouveaux clients ;

Encaisser les factures ;

Valoriser l’image de marque de l’entreprise ;

Fonction Achats et Stocks

Fonction Achats et Stocks Fonction Commerciale

Fonction Commerciale

Fonction Commerciale

Rechercher les meilleures conditions ;

Faire connaître les produits ;

Approvisionner à temps ;

 

Assurer les circuits de distribution ;

Limiter les stocks ;

Vendre au meilleur prix ;

6. STRUCTURE DE L’ENTREPRISE :

La notion de structure d’une entreprise est une notion très importante. Elle est représentée en général sous forme d’organigramme ; elle montre la hiérarchie de l’entreprise et par conséquent indique les relations entre ses différentes divisions ou services. Il y a plusieurs types d'organigrammes basés sur des politiques plus ou moins rapprochées, qui dépendent surtout de l'importance et la grandeur de l'entreprise. On donne ci-après l'organigramme simplifié de la structure dite "hiérarchique" :

Direction

Générale

dite "hiérarchique" : Direction Générale Direction Commercial Force de vente Administratio n des
Direction Commercial Force de vente Administratio n des ventes
Direction
Commercial
Force de
vente
Administratio
n des ventes
Direction Direction Personnel Production Approvisionnements Usine
Direction
Direction
Personnel
Production
Approvisionnements
Usine

ENTREPRISE

INDUSTRIELLE

7. L'ENTREPRISE ET SON ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE :

L'entreprise est un agent économique qui a pour but de réaliser un profit, en produisant et en vendant des biens et des services. Ceci implique des relations avec l'environnement, qui se traduisent par des flux (mouvements de valeur) :

Apports personnels des actionnaires (propriétaires) ; Emprunts auprès des banques ou autres agents financiers ; Acquisition de matériel et de marchandises auprès de fournisseurs ; Paiements de personnel ; Règlements reçus des clients ; Paiements d'impôts à l'Etat, etc.

On peut résumer cet aspect économique et comptable par la représentation comptable suivante : Trésorerie
On peut résumer cet aspect économique et comptable par la représentation comptable suivante :
Trésorerie
Propriétaires
(Banque,
(Capital)
Caisse, CCP)
Organismes
financiers
Clients
Fournisseurs
De matériel
(Immobilisations)
Fournisseurs de
biens et de
services
Activité
Commerciale
(par exemple)
Personnel
Autres
organismes
(Etat, etc.)

CHAPITRE 5

NOTIONS DE GESTION DE PRODUCTION

INTRODUCTION :

Dans une entreprise industrielle, l’activité de production consiste à transformer des matières premières ou des produits semi-finis en produits finis grâce à des moyens de production : Capital, hommes, machines.

La gestion de la production a pour objectif de répondre aux questions suivantes, en vue de fabriquer des produits de qualité, dans les délais requis et au meilleur coût :

QUESTION

DOMAINE

RESULTAT

QUI ?

Notions de répartition du travail sur chacune des personnes

Choix final du poste de travail

Fait QUOI ?

Notions de choix des activités à partir d'un cahier des charges

Définir ce que l'on veut fabriquer

QUAND ?

Notions de dates et délais sur des plannings

Définitions des dates

OÙ ?

Notions de lieux de choix de postes de travail d'ateliers

Choix des lieux de fabrication, pays, ateliers

COMMENT ?

Notion de moyens

Choix des processus, des moyens technico - humains

COMBIEN ?

Notions de quantités

Choix des quantités en fonctions de celles prévues par la commande

Choix des quantités en fonctions de celles prévues par la commande MODULE 1 : ANALYSE FONCTIONNELLE

NOTIONS

DE

GESTIONS

DE

PRODUCTION

1. L’ACTIVITE DE PRODUCTION :

1.1- Objectifs de la gestion de production :

L’objectif essentiel, de la gestion de production, quelle que soit l’organisation est d’obtenir le produit permettant la satisfaction du besoin du client avec un délai et un coût concurrentiel. Cette mission doit être remplie en atteignant 4 objectifs :

Volume : Le volume de production doit correspondre aux objectifs commerciaux de l’entreprise ;

Délai : S’efforcer pour les commandes de respecter les délais maximums promis aux clients ;

Qualité : Les services de la gestion de production doivent fournir aux services de fabrication, sans erreur les informations nécessaires à l’exécution des ordres clients.

Coût : La gestion de la production doit :

- S’efforcer d’assurer le meilleur emploi du matériel et de la main d’œuvre ;

- Minimiser les heures supplémentaires et les dépannages ;

- Organiser dans le temps les différentes opérations de fabrication afin de respecter les délais.

1.2- Les composants du système de gestion de production :

Dans une entreprise industrielle, de nombreux services participent au système de production :

Le bureau des études : Il conçoit les produits nouveaux et définit la liste complète des composants entrant dans leur fabrication. Il s’appuie sur la CAO (Conception assistée par ordinateur) pour l’élaboration des produits.

Le bureau des méthodes : Il définit les différentes opérations et leur ordonnancement en vue d’obtenir le produit. Il précise en fait comment le produit est réalisé, par quelle machine, avec quels outils et en combien de temps.

Le service de planification : Il coordonne les activités de production en utilisant les techniques de gestion des stocks, de calcul des besoins, etc.

Le service d’ordonnancement : Il organise la production au sein des différentes unités de production. Il indique la succession des tâches à réaliser, en un temps minimum, par les services de production ou ateliers. Les outils utilisés sont, entre autres :

- Le diagramme de Gantt ;

- Le graphique PERT.

1.3- Evolution de la gestion de production :

La gestion de la production a connu les évolutions suivantes :

Automatisation : Elle permet de supprimer les tâches répétitives et dangereuses en diminuant le cycle de fabrication et coûts de production, en améliorant la qualité des produits, etc.

Informatisation : Elle apparaît à toutes les étapes de la production :

- Conception : avec des logiciels de CAO : conception assistée par ordinateur.

- Fabrication : avec des logiciels de conception de la fabrication assistée par ordinateur (CFAO).

- Gestion de la production : GPAO ;

- Communication en réseau local, Internet, etc.

NOTIONS

DE

GESTIONS

DE

PRODUCTION

La flexibilité : Il s’agit d’améliorer les capacités de réponse du système de production à la demande. Cela dépend à la fois de la conception du produit et de la conception du processus de ns.

La réduction des stocks : Il s’agit de réorganiser le système de production pour diminuer au maximum les stocks.

1.4- Le système d’information lié à la gestion de production :

1.4.1- Les nomenclatures :

Il s’agit de définir la liste des articles entrant dans la fabrication d'un produit. La nomenclature indique pour chaque article son code, son libellé, sa quantité, etc.

1.4.2- Les gammes d’opérations :

Une gamme d’opération est un ensemble d’opérations nécessaires à la fabrication. On distingue 2 types de gamme d’opérations :

Les gammes de fabrication ;

Les gammes d’assemblage.

1.4.3- La codification :

La plupart des entreprises manipulent des milliers d’articles, une identification sous forme de code est alors indispensable. Ce système de codification doit alors répondre à 3 objectifs :

Etre sans ambiguïté : chaque article doit avoir une et une seule référence.