Vous êtes sur la page 1sur 1

Le Soir Samedi 6 et dimanche 7 mai 2006

INDONÉSIE L’ex-dictateur Suharto, 84 ans, est hospitalisé dans un « état précaire », à la suite d’une hémorragie intestinale.
16
lemonde P.18 Pologne, à droite, toute !
Après les populistes, la Ligue des
Familles rejoint aussi le cabinet
Marcinkiewicz. Malaise. PHOTO AP.

Rwanda / « Le Soir » a retrouvé un témoin capital de l’assassinat de Habyarimana

« J’ai vu partir trois missiles »


trouvés quelques jours plus tard
par les Casques bleus belges, en-
sevelis dans le jardin de leur villa.
Le rôle de Munyaneza ne s’arrê-
te pas au moment de la chute de
l’avion présidentiel : « A ce mo-
ment-là, j’étais mort de peur. Un
militaire de la garde présidentiel-
le a sauté sur moi et a placé son
revolver sur ma tempe. Le direc-
teur de l’aviation civile, Stany
Simbizi, est alors arrivé avec les
militaires. Les hommes de la gar-
de voulaient me tuer tout de sui-
te, mais Simbizi s’est interposé
car il voulait d’abord m’interro-
ger. Alors qu’ils me rouaient de
coups, les gardes se sont interrom-
pus car un avion belge entamait
son approche – NDLR : il s’agis-
sait d’un appareil C130 qui ve-
nait apporter du matériel à la For-
ce de l’ONU, la Minuar, et dont

« Alors qu’ils me rouaient


de coups, les gardes se sont
interrompus car un avion belge
entamait son approche »
l’arrivée était prévue depuis le
matin. L’un des gardes, furieux,
m’a hurlé : “Dis à l’avion de ne
LE 6 AVRIL 1994 À 20 H 26, l’avion du président Habyarimana était abattu. Quelques minutes plus tard, les tueries commençaient… PHOTO BRENNAN LINSLEY/AP. pas se poser, sinon on lui tire des-
sus.” J’ai alors transmis l’ordre
tions des faits effectuées depuis de ne pas atterrir. Après avoir
LE CONTRÔLEUR AÉRIEN qui guida l’avion du président douze ans, il apparaît que les ti- longuement tourné au-dessus de
reurs, embusqués à Masaka, ont l’aéroport, le C130 belge est finale-
devait être le seul à connaître l’heure de l’atterrissage du Falcon réglé leur tir en fonction du mo- ment reparti vers Nairobi. »
ment d’atterrissage de l’appareil, Durant plusieurs jours, Munye-
KIGALI triotique rwandais de l’actuel pré- contrôleur aérien dément certai- médiatement prendre feu. J’ai afin de l’atteindre alors qu’il se neza demeura caché à l’aéroport,
DE NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE sident Paul Kagame. nes hypothèses suivant lesquel- d’abord cru que l’avion était tom- trouvait à très basse altitude. Or craignant de se rendre en ville où
ue s’est-il passé dans la Patrice Munyeaneza ne s’était les le président du Burundi, un bé tout au bout de la piste 28 – Munyaneza assure qu’il était le les tueries avaient commencé.

Q tour de contrôle de l’aé-


roport de Kanombe, le
mardi 6 avril 1994 aux
pas encore exprimé publique-
ment sur le sujet. Diplômé en étu-
des de navigation, il travaillait au
Hutu, aurait pu être spécifique-
ment visé, la tour de contrôle
ayant demandé à plusieurs repri-
NDLR : celle qui était normale-
ment empruntée par les avions
venant de Tanzanie – et j’ai appe-
seul à avoir réceptionné le messa-
ge précisant le moment de l’arri-
vée de l’appareil. Le fonctionnai-
Douze ans après le drame, il con-
clut : « Rien n’est arrivé par ha-
sard, pour moi, tout était préparé
alentours de 20 heures, alors que moment des faits à la tour de ses si Cyprien Ntariyamira se se- lé les pompiers de l’aéroport pour re précise cependant que « com- d’avance et ceux qui ont tiré sur
l’avion ramenant au Rwanda le contrôle, avec le titre de contrô- rait trouvé à bord. qu’ils éteignent l’incendie. En réa- me c’est la règle, j’avais transmis l’avion savaient ce que cet atten-
président Habyarimana et son leur d’approche. Munyeneza poursuit : « A lité, l’avion était tombé au-delà cette information au comman- tat allait provoquer. On sentait
collègue du Burundi revenait de « Dans la soirée du 6 avril, 20 h 26 exactement, alors que je de la clôture, dans le jardin de la dant de l’aéroport, Cyprien que les jours d’Habyarimana
Dar es-Salaam ? C’est à 20 h 26 j’assurais le service de nuit, de voyais les lumières rouges de présidence, mais cela je ne l’ai ap- Sindano, qui était membre du étaient comptés… »
que le Falcon, touché de plein 18 h 30 à 7 heures du matin. Je l’avion, je me préparais à donner pris que plus tard. » CDR » – NDLR : Coalition pour Cette interprétation (qui dési-
fouet alors qu’il achevait sa des- savais que le président assistait à l’autorisation d’atterrir. Mon as- Depuis douze ans, il a souvent la Défense de la République, par- gne les extrémistes hutus comme
cente, s’est écrasé comme une une réunion à Dar es-Salaam et été dit que des Français ou des ti extrémiste hutu qui n’avait pas les auteurs de l’attentat) nous a
boule de feu dans les jardins mê- vers 20 heures, alors que l’appa- « A 20 h 26, alors que je voyais Belges appartenant à la Mission signé les accords de paix. été confirmée par le colonel à la
mes de la présidence. Cet atten- reil avait déjà décollé, le pilote les lumières rouges de l’avion, des Nations unies au Congo se Le contrôleur aérien précise retraite Aloys Nsekalije, un ami
tat est généralement présenté prit contact avec la tour de contrô- je me préparais à donner trouvaient dans la tour de contrô- aussi que « la fréquence de la d’enfance du président défunt :
comme l’élément déclencheur du le pour m’annoncer le retour de l’autorisation d’atterrir » le. Munyaneza dément catégori- tour de contrôle pouvait être cap- « Habyarimana avait été lâché
génocide rwandais : les tueries l’appareil présidentiel. Il avait quement ces assertions : « Lors- tée par des personnes qui se se- par ses proches, ils le considé-
commencèrent dans les minutes identifié l’appareil sous son nom sistant à la tour de contrôle a qu’à 18 heures, j’ai pris mon servi- raient trouvées à proximité de raient comme un traître car il
qui suivirent. familier, « November Novem- éteint les lumières pour que l’ap- ce, comme de coutume, je n’ai l’aéroport, à condition qu’elles avait accepté d’appliquer les ac-
Depuis douze ans, en l’absence ber » puisque son code était pareil ne soit pas ébloui par les trouvé sur place que des Rwan- disposent de matériel d’écoute cords de partage du pouvoir… »
de toute enquête internationale 9XRNN. Sans que je le lui deman- projecteurs. C’est à ce moment dais, membres de l’aviation civi- adéquat ». Cette précision fait Et à Arusha, devant le TPIR, le
fiable, toutes les spéculations se de, le pilote me précisa que le pré- que j’ai vu le départ de trois missi- le. Les Belges se trouvaient à l’aé- penser à la présence, dans une colonel Bagosora, considéré com-
sont croisées à propos des respon- sident du Burundi se trouvait à les, tirés depuis la zone de Masa- rogare et les Français ne sont maison proche de Kanombe, de me le « cerveau du génocide », a
sables de cet attentat, attribué bord et il me demanda d’avertir ka. Le premier est passé en des- arrivés à la tour de contrôle que trois coopérants français, le cou- confirmé qu’il avait bien deman-
par les uns aux extrémistes hu- Bujumbura car l’avion, après Ki- sous de l’avion, le troisième est vers 22 heures, après la chute de ple Didot et le gendarme Maier. dé les factures de missiles de type
tus, peut-être assistés par des gali, allait immédiatement repar- passé au-dessus, mais le deuxiè- l’avion. Et je n’ai eu que deux con- A l’époque, ils étaient décrits Mistral, mais en ajoutant que
mercenaires étrangers, et par les tir pour ramener le chef de l’Etat me l’a heurté de plein fouet. L’ap- tacts avec le pilote. » comme des passionnés des écou- c’était uniquement à titre d’infor-
autres, aux rebelles du Front pa- du Burundi. » Cette version du pareil a été touché et je l’ai vu im- D’après toutes les reconstitu- tes radio et leurs corps furent re- mation… ■ COLETTE BRAECKMAN

BREF Etats-Unis / Nouveau départ au sein de l’administration Bush BREF

EN DEUX MOTS
Proche-Orient. Quatre Palesti-
niens ont été tués vendredi
dans un raid aérien israélien
Porter Goss quitte la CIA DARFOUR
La principale faction rebelle
signe l’accord de paix
La principale faction des rébel-
contre un camp d’entraîne- e directeur de la CIA, Porter sa nomination en septembre mentaire du renseignement, sou-
ment à Gaza des Comités de la
résistance populaire, un groupe
L Goss, a démissionné vendre-
di. C’est le dernier remaniement
2004, Porter Goss, 67 ans, avait
fait l’objet de vives critiques au
lignait récemment que la CIA
était « en chute libre ». L’agence
lions soudanaises du Darfour a
accepté de signer un accord de
paix avec le gouvernement sou-
armé palestinien. (afp) en date au sein de l’administra- sein de la CIA. Au fil des semai- a aussi été mise en cause pour les danais de Khartoum après d’in-
Afghanistan. Deux soldats ita- tion Bush, partiellement renouve- nes et des mois, nombre de res- fuites d’information dans les mé- tenses pressions internationa-
liens ont été tués et quatre au- lée ces derniers jours. ponsables de l’agence, en conflit dias, en particulier sur la guerre les, notamment américaines. Le
tres blessés vendredi par l’explo- Le président Bush a annoncé le ouvert avec les conseillers de en Irak et la lutte contre le terro- Mouvement/armée de libéra-
sion d’une bombe au passage départ du chef de l’Agence centra- Goss, jugés trop politiques, ont risme tion du Soudan (SLM), dirigé
de leur patrouille au sud de Ka- le de renseignement américaine préféré démissionner, parfois La démission de M. Goss s’ins- par Minni Minnawi, a accepté
boul. (ap) lors d’une allocution à la Maison après des décennies d’ancienneté crit dans le cadre d’un vaste rema- de ratifier l’accord proposé par
Somalie. Des chefs de milice de Blanche, en présence de Porter dans la maison. En septembre niement de l’équipe Bush. A quel- la médiation de l’Union Africai-
Mogadiscio soutenus par les Goss dont il a salué le travail. Il 2005, c’est le numéro deux des ques mois des élections législati- ne. En revanche, un groupuscu-
Etats-Unis ont lancé une traque n’a pas annoncé dans l’immédiat services secrets, Robert Richer, ves de novembre, le président, au le moins important, le Mouve-
pour capturer ou liquider des le nom de son successeur. qui avait ainsi jeté l’éponge. PORTER GOSS ne sera resté que deux plus bas dans les sondages, tente ment pour l’égalité et la justice,
extrémistes musulmans ayant George Bush n’a pas expliqué Jane Harman, membre démo- ans à la tête de la CIA. PHOTO DENNIS de reprendre la main pour sauver a jusqu’ici réitéré son refus de si-
trouvé refuge dans le pays. (afp) les raisons de ce départ, mais dès crate de la Commission parle- COOK/AP. sa présidence.(ap) ■ gner le texte. (afp)
1NL