Vous êtes sur la page 1sur 54
Lignes de transmission 1 Jessica – Mercredi 8 juillet 2009- Couturier GEII IUT-Bordeaux1
Lignes de transmission
1
Jessica – Mercredi 8 juillet 2009- Couturier GEII IUT-Bordeaux1
Constantes linéiques d’une ligne de transmission Équations de propagation, constante de propagation, Impédance
Constantes linéiques d’une ligne de transmission
Équations de propagation, constante de propagation, Impédance caractéristique
Coefficient de réflexion et rapport d’onde stationnaire
L’abaque de Smith
Lignes avec faibles pertes
Matrice chaîne d’un tronçon de ligne
Expériences autour d’un câble RG58 : Études harmonique et temporelle
Effet de peau dans les conducteurs
Vérification expérimentale de l’effet de peau
Pourquoi des câbles 50 Ω ?
Impédance de transfert des câbles coaxiaux
Calcul de la tension parasite induite dans un câble
Expériences : mise en évidence de l’impédance de transfert
Lignes microrubans
2
Constantes linéiques d’une ligne de transmission 3
Constantes linéiques
d’une
ligne de transmission
3
Constantes linéiques Une ligne de transmission (câble coaxial, ligne bifilaire, ligne microruban, …) est
Constantes linéiques
Une ligne de transmission (câble coaxial, ligne bifilaire, ligne microruban, …) est caractérisée
par :
- capacité linéique : C (en F/m)
- inductance linéique : L (en H/m)
- résistance linéique (pertes cuivre) : r (en Ω/m)
- conductance linéique (pertes diélectriques) : g (en S/m)
dx
rdx
Ldx
gdx
Cdx
C, L, r et g dépendent :
- de la géométrie de la ligne de transmission
- des propriétés des matériaux utilisés : isolant (ε r , tg(δ) et µ r ) , conducteur (σ = 1/ρ)
4
Constantes linéiques • Les constantes linéiques peuvent se calculer si la géométrie de la ligne
Constantes linéiques
• Les constantes linéiques peuvent se calculer si la géométrie de la ligne est simple (ex :
deux fils parallèles, câble coaxial, … ) :
- capacité linéique C (en F/m) : théorème de Gauss
- inductance linéique L (en H/m) : théorème d’Ampère
- résistance linéique (en Ω/m) : r = ρ/S avec S section du fil conducteur, attention
ceci n’est vrai qu’aux basses fréquences, aux hautes fréquences il faut tenir compte de
l’effet de peau : r augmente avec la fréquence.
- conductance linéique (en S/m) : g = Cωtg(δ)
• Les constantes linéiques sont accessibles à la mesure, soit par une étude fréquentielle
(analyseur de réseaux), soit par une étude temporelle (réponse impulsionnelle)
5
Constantes linéiques : capacité linéique d’un câble coaxial Capacité linéique en F/m : - -
Constantes linéiques : capacité linéique d’un câble coaxial
Capacité linéique en F/m :
-
-
-
ε r ,
µ
(Théorème de Gauss)
r
+
+
+
2
πε ε
0
r
C =
-
+
+
-
 R
+
int
+
+
Ln 
r
0
-
-
-
r
0
Ex : câble RG 58
R
int
R int =2,35 mm
r
0 =0,65mm
C ≈ 100pF/m
ε r =2,2
ε 0 =1/(36π10 9 ) F/m
6
Constantes linéiques : inductance linéique d’un câble coaxial - Inductance linéique en H/m : -
Constantes linéiques : inductance linéique d’un câble coaxial
-
Inductance linéique en H/m :
-
ε r ,
µ
-
r
(Théorème d’Ampère)
+
+
+
µ
 R
-
+
+
-
0
int
L
=
Ln 
+
+
+
2
π
r
0
-
-
-
r
Ex : câble RG 58
0
R
int
R int =2,35 mm
r
0 =0,65mm
L ≈ 250nH/m
ε r =2,2
µ
r =1
ε 0 =1/(36π10 9 ) F/m
7
Constantes linéiques : résistance linéique d’un câble coaxial Résistance linéique en Ω/m (en basses
Constantes linéiques : résistance linéique d’un câble coaxial
Résistance linéique en Ω/m (en basses fréquences)
-
(Loi d’Ohm)
-
-
ε r ,
µ r
1
1
+
+
r =
2
+ +
π
r
σ
π σ R
(
+ R
)(R
− R
)
ext
int
ext
int
0
- +
+
-
conducteur
conducteur
+
+ +
intérieur
extérieur
-
-
-
Ex : câble RG 58
r 0
R
int
R
R int =2,35 mm
ext
R ext =2,85 mm
r 0 =0,65mm
r ≈ 0,02Ω/m
σ=1/ρ=5.10 7 Sm -1
ε r =2,2
µ r =1
8
ε 0 =1/(36π10 9 ) F/m
Constantes linéiques : conductance linéique d’un câble coaxial Conductance linéique en S/m - - -
Constantes linéiques : conductance linéique d’un câble coaxial
Conductance linéique en S/m
-
-
-
ε r ,
µ r
g = Cω.tg(δ )
+
+
+
- +
+
-
+
+
+
Ex : câble RG 58
-
-
-
R int =2,35 mm
r 0
R
int
R ext =2,85 mm
R
ext
r 0 =0,65mm
g ≈ 2.10 -13 ω S/m
σ=1/ρ=5.10 7 Sm -1
ε r =2,2
µ r =1
ε 0 =1/(36π10 9 ) F/m
9
tgδ ≈ 2.10 -3
Constantes linéiques : pertes diélectriques Les isolants ne sont pas parfaits, il y a 2
Constantes linéiques : pertes diélectriques
Les isolants ne sont pas parfaits, il y a 2 types de pertes caractérisées par :
résistance isolement
résistance série + pertes diélectriques ⇒ tg(δ)
I
I
I
E
E
δ tg( δ)=ESR.C. ω
E
modélisation
C
Résistance isolement = E/I
C G=tg( δ )C ω
ESR
Pour un câble coaxial de 1 m de long,
de l’ordre de 10 8 Ω
tg(δ) est de l’ordre de q.q. 10 -3
Explication : transfert d’électrons
d’une électrode à l’autre
Explication : tg(δ) est dû à la résistance série et
10
aux pertes diélectriques
11
11
Constantes linéiques de quelques lignes de transmission lignes C(F/m) L(H/m) Z c D ε −
Constantes linéiques de quelques lignes de transmission
lignes
C(F/m)
L(H/m)
Z c
D
ε
− 12
r
− 6
 D 
D
12
x 10
0,92x10
log
10
276 log
10
D 
  r 
ε
 r 
log
r
10
 
 r 
2r
D
'2
2
'2
2
D D
− D
− 12
ε r
D D
− D
− 6
D’
12
x 10
 
 
0,92x10
log
276 log
2r
2
2
ε
10 
'2
'2
'2
D D
− D
r D
+ 2
D
 
10
 
r D
+ D
 
r
 
log
10
'2
écran
r D
+ 2
D
 
métallique
2r
ε
2 h
− 12
  2h 
r
− 6
x
log 10
138 log
24 10
x
0,46 10
h>>2r
10  
ε
 2 h 
r
r
r
log
10  
r
  
D 
ε
− 12
r
12 10
x
2r
10 
D
D
 
D 
− 6
0,92 10
x
log
276 log
10
2
h>>2r
ε
2
log
r
10 
 D 
  D 
r 1 +
r 1 +
2 h 
r 1 +
 
D
 
 2 h 
2 
 2 h 
 
12
Équations de propagation Constante de propagation Impédance caractéristique 13
Équations de propagation
Constante de propagation
Impédance caractéristique
13
Équations de propagation L g x x=0 dx I(x+dx) rdx Ldx I(x) U(x+dx) gdx Cdx
Équations de propagation
L g
x
x=0
dx
I(x+dx)
rdx
Ldx
I(x)
U(x+dx)
gdx
Cdx
U(x)
dU
(
x , t
)
dI
(
x , t
)
dI
=
L
+ rI
(
x t
,
)
U
(
x
+
dx
)
U
(
x
)
=
Ldx
+ rdxI
dx
dt
dt
soit :
dI
(
x , t
)
dU
(
x , t
)
dU
C
+ gU
(
=
x t
,
)
I
(
x
+
dx
)
I
(
x
)
=
Cdx
+ gdxU
dx
dt
dt
Équations de propagation : le cas du régime harmonique ω t j ω t Tension
Équations de propagation : le cas du régime harmonique
ω
t
j
ω
t
Tension U(x,t) et courant I(x,t) sous forme complexe :
U ( x , t
) =
U (
x )
e j
et I
(
x , t
) =
I
(
x
)
e
2
2
2
2
d
U
d
I
dI
d
U
d
U
dU
dU
=
L
+ r
LC
Lg
rC
− rgU = 0
2
dxdt
dx
2
2
dx
dt
dt
dx
dt
2
2
d
I
d
I
dI
dI
2
2
LC
rC
Lg
− rgI = 0
d
I
d
U
dU
2
2
=
C
+ g
dt
dt
dx
dt
dxdt
2
dt
dt
Équations de propagation
γ
x
− γ
x
U
(
x )
=
Ae
+
Be
d’où :
γ
x
− γ
x
)
I (
x )
=
1 (
Z c
Ae
Be
r
+
jL
ω
avec :
=
Z c
et
γ =
(r + jLω)(g + jCω) = α + jβ
g
+ jC
ω
impédance caractéristique (Ω)
constante de propagation
coefficient
d’atténuation (m -1 )
constante de phase
15
(rdm
-1 )
Équations de propagation : le cas du régime harmonique  γ x − γ x
Équations de propagation : le cas du régime harmonique
γ
x
− γ
x
U
(
x )
=
Ae
+
Be
1 (
γ
x
− γ
x
)
I (
x )
=
Ae
Be
Z
c
x
x=0
onde incidente
α x
j(
ω +β
t
x)
Ae
e
onde réfléchie
−α
x
j(
ω −β
charge Z l
t
x)
Be
e
La tension et le courant dépendent de l’abscisse x et du temps t : la ligne n’est plus
équipotentielle
16
Lignes sans perte : impédance caractéristique Z C Dans une ligne sans perte, r=g=0 ,
Lignes sans perte : impédance caractéristique Z C
Dans une ligne sans perte, r=g=0 , en conséquence l’impédance caractéristique Z c ne
dépend plus de la fréquence, elle est purement réelle et ne dépend que des constantes
linéiques L et C de la ligne :
r
+ jL
ω
L
=
Z c
=
g
+ jC
ω ⇒ Z c
C
Ligne
coaxiale :
Logiciel Rfsim99
17
(gratuit)
Lignes sans perte : vitesse de phase et longueur d’onde λ La constante de propagation
Lignes sans perte : vitesse de phase et longueur d’onde λ
La constante de propagation
γ = α + jβ devient purement imaginaire :
γ =
(r + jLω)(g + jCω) = α + jβ
⇒ γ = jβ
avec
β = ω
LC
j
β
x
j
β
x
γ
x
γ
x
U
(
x
)
=
Ae
+
Be
U
(
x
)
=
Ae
+
Be
1
1
(
)
(
j
β
x
j
β
x
)
γ
x
γ
x
I
(
x
)
=
Ae
Be
I
(
x
)
=
Ae
Be
Z
Z
c
c
β
β
j
ω(t x
+
)
j
ω(t x
)
j
ω
t
ω
ω
U
(
x t
,
)
=
U
(
x e
)
=
A
e
+
B
e
1
Le terme ω/β est homogène à une vitesse ⇒
v =
LC
v
λ =
La longueur d’onde λ est telle que βλ = 2π d’où la relation :
f
18
A N : câble RG58, v=2.10 8 ms -1 si f = 100MHz ⇒ λ=2m
Lignes sans perte : impédance ramenée d’un tronçon de ligne Rappel des équations courant et
Lignes sans perte : impédance ramenée d’un tronçon de ligne
Rappel des équations courant et tension
j
β
x
− j
β
x
U
(
x )
=
Ae
+
Be
I(x,t)
1 (
j
β
x
− j
β
x
)
I (
x )
=
Ae
Be
Z
c
U(x,t)
charge Z l
Impédance en un point d’abscisse x :
j
β x
β
x
U
( x
)
( Ae
+ j
Be
)
Z (
x )
=
= Z
x
c
j
β x
β
I
( x
)
x
( Ae
− j
Be
)
I(x,t)
x=0
Impédance au point d’abscisse x=0 :
U(x,t)
Z(x)
(
A B
+ )
Z
(
x
=
0)
=
Z
=
Z
l
c
(
A B
− )
( Z
+ jZ tg
(
β x
))
l
c
D’où :
Z
(
x )
=
Z
c
Important : Si Z l = Z c alors Z(x) = Z c
(
Z
+ jZ tg
(
β x
)
)
c
l
19
Lignes sans perte : quel sens donné à l’impédance caractéristique ? L’impédance caractéristique est
Lignes sans perte : quel sens donné à l’impédance caractéristique ?
L’impédance caractéristique est l’impédance vue à l’entrée de la ligne lorsque celle-ci
est chargée par son impédance caractéristique. En effet si Z l = Z c alors Z(x) = Z c et
Z(x=L) = Z c
x = L
x = 0
α x
j(
ω +β
t
x)
Ae
e
Z C
Le générateur voit une impédance de charge égale à Z C
Z C
20
Lignes sans perte : quel sens donné à l’impédance caractéristique ? Supposons une ligne de
Lignes sans perte : quel sens donné à l’impédance caractéristique ?
Supposons une ligne de longueur infinie, l’onde
j
β
x
− j
β
x
U
(
x )
=
Ae
+
Be
réfléchie est nulle et dans ce cas :
1
U(x) =
(
j
β
x
− j
β
x
)
I (
x )
=
Ae
Be
Z
C
Z
I(x)
c
L’impédance caractéristique est donc l’impédance vue en chaque point de la ligne,
quand la ligne est de longueur infinie.
α x
j(
ω +β
t
x)
Ae
e
Le générateur voit une impédance de charge égale à Z C
Z C
21
Lignes sans perte : pourquoi faut-il adapter? Z s La source transmet le maximum de
Lignes sans perte : pourquoi faut-il adapter?
Z s
La source transmet le maximum de puissance P m à la
charge quand Z l = Z s * .
E
Z l
Si Z s =R s = 50Ω, alors il faut Z l =50Ω et P m =E 2 /4R S
source
R s =50Ω
charge
E
Ligne de transmission
d’impédance caractéristique 50Ω
Z l
source
Si Z l = 50Ω, alors la puissance déposée dans la charge est : P m =E 2 /4R S
22
Coefficient de réflexion et rapport d’onde stationnaire 23
Coefficient de réflexion
et
rapport d’onde stationnaire
23
Lignes sans perte : coefficient de réflexion Γ x x=0 j( ω +β t x)
Lignes sans perte : coefficient de réflexion Γ
x
x=0
j(
ω +β
t
x)
onde incidente :
Ae
j(
ω −β
t
x)
onde réfléchie :
Be
charge Z l
− j
β
x
onde réfléchie
Be
B
− 2 j
β
x
Coefficient de réflexion Γ :
Γ x
(
)
=
=
=
e
β
onde incidente
j
x
A
Ae
A
+ 1
U
(
x =
0)
A
+
B
B
En x=0 , l’impédance de charge Z l s’écrit :
=
= Z
= Z
Z l
c
c
I
(
x =
0)
A
B
A
− 1
B
Z
l
− 2 β
Z
j
x
D’où :
Γ x
(
)
=
c e
Z
+ Z
l
c
Z
− Z
l
c
Γ x
( =0)=
Γ Z
(
)=
En x=0, le coefficient de réflexion associée à la charge Z l est :
l
Z
24 l
+ Z
c
Lignes sans perte : ROS (Rapport d’onde stationnaire) A B j β x − β
Lignes sans perte : ROS (Rapport d’onde stationnaire)
A
B
j
β
x
− β
j
x
U(x)
=
Ae
+
Be
=
V' V''
+
Z
l
T
V'
V'
t
t
V"
V"
t
t
V '
+
V"
V'
V"
t
t
f
V'
+
V"
f
V'
V"
ondes incidente et
réfléchie sont en phase
ondes incidente et
réfléchie sont en
25
opposition de phase
Lignes sans perte : ROS (Rapport d’onde stationnaire) t t U(x) x j β x
Lignes sans perte : ROS (Rapport d’onde stationnaire)
t
t
U(x)
x
j
β
x
− β
j
x
U(x)
=
Ae
+
Be
onde stationnaire
Z
l
26
Lignes sans perte : ROS (Rapport d’onde stationnaire) et Γ  j β x −
Lignes sans perte : ROS (Rapport d’onde stationnaire) et Γ
j
β
x
j
β
x
U
(
x
)
=
Ae
+
Be
Équations tension et courant
1
(
j
β
x
j
β
x
)
I
(
x
)
=
Ae
Be
Z
c
Ondes incidente et réfléchie sont en
Maximum de tension sur la ligne :
max U
=
+
B
A phase
Ondes incidente et réfléchie sont en
Minimum de tension sur la ligne :
min U =
B
A opposition de phase
max U
A
+ B
Définition du ROS :
ROS =
=
min U
A
− B
B
− 2
j
β
x
Compte tenu de la définition du coefficient de réflexion :
Γ x =
(
)
e
A
1 +
Γ
On déduit la relation entre ROS (ou SWR Standing Wave Ratio) et Γ :
ROS
=
1 −
27 Γ
Lignes sans perte : ROS (Rapport d’onde stationnaire) U(x) x x=0 onde incidente charge Z
Lignes sans perte : ROS (Rapport d’onde stationnaire)
U(x)
x
x=0
onde incidente
charge Z l =Z c
j(
ω +β
t
x)
Ae
j
β x
Onde progressive :
U x
) =
Ae
(
Si Z l =Z c ⇒ Γ=0 et ROS=1
La source transmet le maximum de puissance à la charge
L’abaque de Smith - Impédance et admittance - Coefficient de réflexion - ROS - Impédance
L’abaque de Smith
- Impédance et admittance
- Coefficient de réflexion
- ROS
- Impédance ramenée
- Réseau d’adaptation
29
Exemple 15Ω 31,8pF F = 100MHz Z = (15-j50)Ω Impédance caractéristique Z C = 50Ω
Exemple
15Ω
31,8pF
F
=
100MHz
Z
= (15-j50)Ω
Impédance caractéristique
Z C = 50Ω
z
Impédance réduite
z = Z/Z C = 0,3-1j
0,3
30
-1
15Ω y 31,8pF F = 100MHz Z = (15-j50)Ω Impédance caractéristique Z C = 50Ω
15Ω
y
31,8pF
F
= 100MHz
Z
=
(15-j50)Ω
Impédance caractéristique
Z C = 50Ω
Impédance réduite
z
z = Z/Z C = 0,3-1j
Admittance réduite
y = 1/z = 0,27+0,91j
Admittance
Y=y /Z C =(5,5+18,3j)10 -3 S
31
15Ω 31,8pF F = 100MHz -87,4° Z = (15-j50)Ω Coefficient de réflexion z Γ =
15Ω
31,8pF
F
= 100MHz
-87,4°
Z
= (15-j50)Ω
Coefficient de réflexion
z
Γ = (Z-Z C )/(Z+Z C )
Γ = 0,75
-87,4°
Γ = 0,75
32
15Ω 31,8pF F = 100MHz -87,4° Z = (15-j50)Ω Rapport d’onde stationnaire z ROS =
15Ω
31,8pF
F
= 100MHz
-87,4°
Z
= (15-j50)Ω
Rapport d’onde
stationnaire
z
ROS = (1+
Γ
)/(1-
Γ
)
ROS = 6,8
33
ROS = 6,8
15Ω 31,8pF F = 100MHz Z = (15-j50)Ω v = 2.10 8 ms -1 Longueur
15Ω
31,8pF
F
= 100MHz
Z
= (15-j50)Ω
v
= 2.10 8 ms -1
Longueur d’onde
λ = v/f = 2 m
Impédance ramenée à
40
cm par exemple
z à 0,2λ
40
cm → 0,2 λ
z = 0,18+0,46j
Z = (8,95 + 23,4j) Ω
34
0,2 λ
Adaptation d’impédance à une fréquence Matching network Réseau Z 1 d’adaptation Z 2 Ligne d’impédance
Adaptation d’impédance à une fréquence
Matching network
Réseau
Z 1
d’adaptation
Z 2
Ligne d’impédance
caractéristique Z C = 50 Ω
15Ω
(inductance
charge de la
ligne Z l
et
31,8pF
capacité)
L
C
Il y a adaptation si :
- Z 1 = 50 Ω
- Z 2 = Z l *
2 inconnues L et C
35
Un exemple simple d’adaptation Matching network Réseau source Z 1 d’adaptation Z 2 50Ω ligne
Un exemple simple d’adaptation
Matching network
Réseau
source
Z 1
d’adaptation
Z 2
50Ω
ligne 50 Ω
(inductance
50 Ω
charge de la
ligne Z l
et
f
= 100 MHz
31,8pF
capacité)
Z l = (50 – j 50) Ω
Matching network
Z 1 =50 Ω
Z 2 = (50 +j 50)Ω
source
79nH
50Ω
50
ligne 50 Ω
f
= 100 MHz
31,8pF
36
Adaptation à une ligne de 50 Ω 37
Adaptation à une ligne de 50 Ω
37
Résolution numérique Réseau d’adaptation 38
Résolution numérique
Réseau d’adaptation
38
F = 100MHz L = 116nH Z A 15Ω Z A 31,8pF L = 116nH
F
=
100MHz
L
= 116nH
Z A
15Ω
Z A
31,8pF
L
= 116nH
Y A
Z C =50Ω
15Ω
C
= 48pF
31,8pF
39
Lignes avec faibles pertes 40
Lignes avec faibles pertes
40
Lignes avec faibles pertes : impédance caractéristique Z c dx rdx Ldx gdx Cdx Dans
Lignes avec faibles pertes : impédance caractéristique Z c
dx
rdx
Ldx
gdx
Cdx
Dans l’hypothèse de faibles pertes,
r << Lω
et
g <<Cω
, l’impédance caractéristique
r
(1
+
r
+ jL
ω
L
jL
ω )
=
=
Z c
peut encore s’écrire :
g
+ jC
ω
C
(1
+
g )
jC
ω
L
Z c ≈
C
L’impédance caractéristique est quasiment inchangée
41
Lignes avec faibles pertes : coefficient d’atténuation La constante de propagation γ =α + jβ
Lignes avec faibles pertes : coefficient d’atténuation
La constante de propagation
γ =α + jβ
peut se mettre sous la forme :
r
g
γ
=
α
+ j
β
=
(
r + jL
ω
)(
g + jC
ω
)
=
jL
ω
(1
+
)
jC
ω
(1
+
)
jL
ω
jC
ω
Dans le cas où :
r << Lω
et
g << Cω
:
r
g
1
r
g
γ
j
ω
LC
1
+
+
j
ω
LC
1
j
   
= α +jβ
jL
ω
jC
ω
2
ω
 L + C
 
La constante de phase est quasiment inchangée :
β
≈ ω
LC
 r
C
g
L 
Coefficient d’atténuation (en m -1 ) :
α
+
 
2
L
2
C
pertes cuivre
dans les fils
pertes diélectriques
42
dans l’isolant
Matrice chaîne d’un tronçon de ligne 43
Matrice chaîne d’un tronçon de ligne
43
Matrice chaîne d’un tronçon de ligne x 1 tronçon de ligne de longueur L c
Matrice chaîne d’un tronçon de ligne
x
1
tronçon de ligne de longueur L c
x
2
L
c
I
I
1
2
V
quadripôle
V
1
2
j
β
x
j
β
x
Équations
U
(
x
)
=
Ae
+
Be
Méthode : écrire
U
(
x
)
= V
,
U
(
x
)
= V
,
1
1
2
2
tension
I
et
(
x
)
= I
et
I
(
x
)
= I
puis éliminer A et B :
1
1
1
2
(
2
j
β
x
j
β
x
)
I
(
x
)
=
Ae
Be
courant
Z
c
L
c
Z
=
jZ
sin
  2
π
1
c
Z
+
Z
1
2
λ
− Z
1
Z
 V
V
2
2
1
=
1
avec :
I
Z
Z
Z
+
Z
Z
= − jZ
2
  + 2
1
2
1
2
I 1 
2
c
L
c
2
tg
(
π
)
Z
Z
  
2
2
λ
44
Matrice chaîne
Matrice chaîne d’un tronçon de ligne : cas où L c <<λ si L c
Matrice chaîne d’un tronçon de ligne : cas où L c <<λ
si L c <<λ avec λ=v/f
 
L
c
jZ
c sin
2
π
λ
I 1
I 2
L
Z
2
π
fL
L
c
c
c
jZ sin
c
2
π
j
=
j
LC
ω
L
=
j
ω
LL
c
c
λ
v
C
1
V 2
− jZ
V 1
c L
c
1
v
L
1
2
1
tg (
π
)
− jZ
≈ −
jZ
= −
j
=
c
c
λ
L
c
π
fL
C
LC
ω
L
CL
c
c
tg (
π
)
c
j
ω
λ
2
LL
c
I
I
1
2
si L c <<λ
CL
CL
c
c
V
V
1
2
2
2
NB : Utile pour : 1) la synthèse de filtres utilisant des tronçons de ligne, 2) pour
comprendre le découplage et 3) calculer la tension parasite dans un câble
45
Expériences autour d’un câble RG58 Études harmonique et temporelle 46
Expériences autour d’un câble RG58
Études harmonique
et
temporelle
46
Détermination de la vitesse v de propagation dans un câble RG58 par mesure de l’impédance
Détermination de la vitesse v de propagation dans un câble RG58 par
mesure de l’impédance
analyseur
de réseaux
câble RG58 1m
circuit
ouvert
47
L’analyseur de réseaux mesure le coefficient de réflexion Γ Équation du courant 1 ( j
L’analyseur de réseaux mesure le coefficient de réflexion Γ
Équation du courant
1
(
j
β
x
j
β
x
)
I
(
x
)
=
Ae
Be
Z
c
Z l infinie
1
I (x = 0) = 0 → A = B
Coefficient de réflexion
0.5
B − 2 j
β
x
Γ x 1m
(
=
)
=
e
A x
= 1
m
0
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
Γ
= 1
x
10 8
5
100MHz
− 4
π
f
phase ( )
Γ
= −
2
β
=
v
0
phase (Γ)=-2π
pour f=100MHz
-5
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
6
4
π
100 10
x
Fréquence [ Hz ]
8
v
=
= 2 10
x
10 8
48
m / s
x
2
π
Phase [ rd ]
Module S11
Impédance d’un câble RG58 de 1m de long avec Z l infinie Impédance ramenée (
Impédance d’un câble RG58 de 1m de long avec Z l infinie
Impédance ramenée
(
Z
+ jZ tg
(
β
x
))
L
c
3000
Z
(
x
)
=
Z
c
(
Z
+ jZ tg
(
β
x
)
)
c
L
2000
1000
Z
c
Z
(
x
=
1
m
)
=
2 f
π
zoom
jtg (
)
0
v
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
x
10 8
2
40
1
20
0
0
3
3.5
4
4.5
5
5.5
6
6.5
7
x10 7
2
-1
0
-2
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
-2
3
3.5
4
4.5
5
5.5
6
6.5
7
Fréquence [Hz]
x
10 8
x10 7
49
inductif
capacitif
inductif
capacitif
Phase
[ rd ]
Module ( Z ) Z en Ohm
Détermination de la vitesse v par mesure du déphasage oscilloscope Générateur de signaux : sinus
Détermination de la vitesse v par mesure du déphasage
oscilloscope
Générateur de
signaux : sinus
Câble RG58
2x50m
50
Détermination de la vitesse v par mesure du déphasage V V IN OUT j β
Détermination de la vitesse v par mesure du déphasage
V
V
IN
OUT
j
β
d
j
β
x
U(x
=
d)
=
Ae
U(x)
=
Ae
=
A
d=100m RG58 (50Ω)
50Ω
j
β
x
− β
j
x
6V c-a-c
U(x)
=
Ae
+
Be
50Ω
1MHz
V OUT est déphasé de –βd par rapport à V IN
51
Détermination de la vitesse v par mesure du déphasage 2 V OUT 1.5 V IN
Détermination de la vitesse v par mesure du déphasage
2
V
OUT
1.5
V
IN
1
0.5
0
-0.5
-1
-1.5
-2
0
0.5
1
1.5
2
Temps
[
s ]
x 10 -6
6
2
π
d
−ω
d
2 10
π
x
100
8
1
Déphasage ϕ = -π à 1MHz d’où :
ϕ =
=
v
=
= 2 10
x
ms
52
λ
v
π
Amplitude [ V ]
Ligne en régime impulsionnel oscilloscope Générateur de signaux : pulse Câble RG58 2x50m 53
Ligne en régime impulsionnel
oscilloscope
Générateur de
signaux : pulse
Câble RG58
2x50m
53
Ligne en régime impulsionnel Ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 40µs 100m
Ligne en régime impulsionnel
Ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 40µs
100m RG58 (50Ω)
300Ω
6V
V IN
V OUT
1MΩ
40µs
Ligne désadaptée
54
Ligne en régime impulsionnel Ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 40µs 6
Ligne en régime impulsionnel
Ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 40µs
6
V
IN
4
2
0
-2
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
x
10 -4
6
V
OUT
4
2
0
-2
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
Temps [s]
x
10 -4
55
Amplitude [V]
Amplitude [V]
Ligne en régime impulsionnel Ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 400ns 100m
Ligne en régime impulsionnel
Ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 400ns
100m RG58 (50Ω)
300Ω
6V
V IN
V OUT
1MΩ
400 ns
56
Ligne en régime impulsionnel Ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 400ns 2
Ligne en régime impulsionnel
Ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 400ns
2
1.5
V
IN
1
0.5
0
-0.5
0
0.1
0.2
0.3
0.4
0.5
0.6
0.7
0.8
0.9
1
x
10 -5
2
1.5
V
OUT
1
0.5
0
-0.5
0
0.1
0.2
0.3
0.4
0.5
0.6
0.7
0.8
0.9
1
Temps
[s]
57
x
10 -5
Amplitude [V]
Amplitude [V]
Ligne en régime impulsionnel Ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 400ns Générateur
Ligne en régime impulsionnel
Ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 400ns
Générateur
Charge
6
300
− 50
10
− 50
=
= 0,714
Γ
≈ 1
Γ e
s =
300
+ 50
6
10
+ 50
6x50
=
0,857
300
+ 50
0,857
0,857+(1)0,857=1,714
0,857
0,857 + (0,714)0,857 = 1,468
0,611
0,611+(1)0,611=1,222
0,611
0,611+(0,714)0,611=1,047
0,436
58
0,436+(1)0,436=0,872
Ligne en régime impulsionel : ligne désadaptée en entrée et adaptée en sortie : pulse
Ligne en régime impulsionel : ligne désadaptée en entrée et adaptée en
sortie : pulse 400ns
100m RG58 (50Ω)
300Ω
6V
V IN
V OUT
50 Ω
400 ns
59
Ligne en régime impulsionel : ligne désadaptée en entrée et adaptée en sortie : pulse
Ligne en régime impulsionel : ligne désadaptée en entrée et adaptée en
sortie : pulse 400ns
1.2
0.8
V
IN
0.4
0
-0.4
0
0.1
0.2
0.3
0.4
0.5
0.6
0.7
0.8
0.9
1
100
8
1
v =
x
10 -5
=
2
x
10
ms
1.2
9
500 10
x
0.8
V
OUT
0.4
0
-0.4
0
0.1
0.2
0.3
0.4
0.5
0.6
0.7
0.8
0.9
1
Temps
[s]
x
10 -5
60
Amplitude [V]
Amplitude [V]
Ligne en régime impulsionel : ligne désadaptée en entrée et en sortie : pulse 40µs
Ligne en régime impulsionel : ligne désadaptée en entrée et en sortie :
pulse 40µs
100m RG58 (50Ω)
300Ω
6V
1MΩ
40µs
V IN
V OUT
6
6
V
IN
4
4
2
2
0
0
-2
-2
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
7.5
8
8.5
9
9.5
-4
-5
x 10
x 10
6
6
V
OUT
4
4
2
2
0
0
-2
-2
61
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
7.5
8
8.5
9
9.5
Temps [s]
-4
Temps [s]
-5
x10
x10
Amplitude [V]
Amplitude [V]
Amplitude [V]
Amplitude [V]
Mesure des pertes analyseur de réseaux impédance entrée 50Ω impédance sortie 50Ω câble RG58 50m
Mesure des pertes
analyseur de
réseaux
impédance
entrée 50Ω
impédance
sortie 50Ω
câble RG58
50m
62
0 -2 -4 L ong = 50m -6 -8 -10 -12 -14 -16 -18 -20
0
-2
-4
L ong = 50m
-6
-8
-10
-12
-14
-16
-18
-20
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
Fréquence
[ Hz ]
x
10 8
Fréquence (MHz)
Atténuation pour 100m
100
17dB
400
39dB
63
Paramètre S21, atténuation [ dB ]
Tentative de calcul de l’atténuation α x j ( ω +β t x ) −α
Tentative de calcul de l’atténuation
α x
j
(
ω +β
t
x
)
−α
x
j
(
ω −β
t
x
)
Équation en tension :
U (
x t
,
)
=
Ae
e
+
Be
e
α
x
j
(
ω +β
t
x
)
Ligne adaptée (B=0), pas de réflexion : ⇒
U
(
x t
,
)
= Ae
e
  U(x
=
0)
α
L
ong
Atténuation mesurée (paramètre S 21 ) :
S
=
20log
= 20log
e
21
10
10
  U(x
=
L
)
ong
 r
C
g
L 
Coefficient d’atténuation :
α ≈
 +
L
2
C
 2
1
1
r (en m -1 )=
+
2
π
σ
π σ R
(
+ R
)(R
− R
)
r 0
ext
int
ext
int
conducteur
conducteur
r 0
intérieur
extérieur
R int
R ext
g =Cω tg(δ) ;
tg(δ) : angle de perte du diélectrique polyéthylène
64
0 pertes diélectriques tgδ = 0.002 -2 + résistance cuivre -4 continue -6 -8 -10
0
pertes diélectriques
tgδ = 0.002
-2
+
résistance cuivre
-4
continue
-6
-8
-10
pertes diélectriques
tgδ = 0.007
+
-12
résistance cuivre
-14
expérience
continue
-16
-18
-20
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
Fréquence ( Hz ]
x
10 8
Conclusion : Un résistance linéique r = ρ/S ne peut pas expliquer
l’atténuation observée, il faut prendre en compte l’effet de peau.
65
Paramètre S21, atténuation [ dB ]
Effet de peau dans les conducteurs 66
Effet de peau dans les conducteurs
66
Champ magnétique à l’intérieur d’un conducteur en régime statique Théorème d’Ampère appliqué à
Champ magnétique à l’intérieur d’un conducteur en régime statique
Théorème d’Ampère appliqué à l’intérieur du conducteur :
Circulation sur un cercle de rayon r à l’intérieur du conducteur :
2
µ
I r
r
r
π
r
0
B =
C
=
BdM
=
B
2
π
r
= µ
I
0
2
2
2
π
R
T
π
R
I
Théorème d’Ampère appliqué à l’extérieur du conducteur
r
r
r
µ
I
C
=
BdM
=
B
r
= µ
I
0
B =
T
0
2
π
r
B
µ
I
0
B =
R
2
π
R
-R
R
r
67
En régime statique, la densité de courant j=I/S (en A/m 2 ) est la même
En régime statique, la densité de courant j=I/S (en A/m 2 ) est la même dans une
section de conducteur et le champ électrique E est constant : j= σE.
En régime harmonique, le champ B, créé par le courant, varie dans le temps et
modifie le champ électrique (rappel loi de Lenz : e=-dΦ/dt) et donc la densité
de courant (j= σE) qui en retour modifie le champ magnétique. En d’autres
termes les champs magnétique et électrique sont couplés. Il s’ensuit que la
densité de courant n’est plus constante dans une section de conducteur : le
courant est rejeté à la périphérie du conducteur.
En statique la densité de
courant est uniforme
En régime harmonique, la densité de
courant est plus élevée à la périphérie
68
Épaisseur de peau 1 Aux hautes fréquences ( 2 π fσ µ > 1) la
Épaisseur de peau
1
Aux hautes fréquences
(
2
π fσ µ >
1)
la résistance linéique r doit être
r 0
remplacée par une impédance linéique Z=Z r +jZ i avec :
r
1
Z
≈=
Z
= π
f σ µ
r
i
σ
2 π
Z r (ω)
Z i (ω)
r 0
1
En l’absence d’effet de peau, c-à-d en continu :
r =
2
π
r
σ
0
On pose :
δ
=
1 l’épaisseur de peau
π
f σ µ
r 0
1
d’où :
Z
r =
σ 2π
δ
r 0
δ : épaisseur de peau
aire : 2 π r 0 δ
69
Variation de l’impédance Z d’un conducteur plein en fonction de la fréquence 150 100 50
Variation de l’impédance Z d’un conducteur plein en fonction de la
fréquence
150
100
50
0
zoom
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
sqrt ( f )
f en [Hz]
x 10 4
4
Z r / r
2
Z i / r
0
0
200
400
600
800
1000
sqrt ( f )
f en [Hz]
7
1
7
1
70
r 0 =
0.5mm
,
µ
= 4π
10
Hm
et
σ =
5x10
Sm
0
Z r / r et
Z i / r
Zr/R0 et Zi/R0
Z r / r et
Z i /r
Zr/R0 et Zi/R0
Variation du champ magnétique B en fonction de la distance à l’axe d’un conducteur plein
Variation du champ magnétique B en fonction de la distance à l’axe d’un
conducteur plein
4 x 10 -6
I=10mA
3.5
7
-1
σ =5 10
S m
3
δ=71µm
à
2.5
10kHz
1MHz
2
100kHz
1.5
δ=22µm
1MHz
1
à
10MHz
0.5
10MHz
0
0
1
2
3
4
5
Distance à l'axe du fil [m]
x 10 -4
7
1
7
1
71
r
=
0.5mm
,
µ
= 4π
10
Hm
et
σ =
5x10
Sm
0
0
Champ magnétique [T]
Variation de la densité de courant j en fonction de la distance à l’axe d’un
Variation de la densité de courant j en fonction de la distance à l’axe
d’un conducteur plein
2.5 x 10 5
I=10mA
2
7
-1
σ
=5 10
S m
δ=71µm
à
1.5
1MHz
10MHz
1
100kHz
δ=22µm
1MHz
à
0.5
10MHz
10kHz
0
0
1
2
3
4
5
Distance à l'axe du fil [m]
x 10 -4
7
1
7
1
r
=
0.5mm
,
µ
= 4π
10
Hm
et
σ =
5x10
Sm
72
0
0
Densité de courant [Am-2]
Vérification expérimentale de l’effet de peau 73
Vérification expérimentale de l’effet de peau
73
Mesure de l’atténuation d’un câble RG58 : mise en évidence de l’effet de peau analyseur
Mesure de l’atténuation d’un câble RG58 : mise en évidence de l’effet de
peau
analyseur de
réseaux
impédance
entrée 50Ω
impédance
sortie 50Ω
câble RG58
50m
74
Calcul de l’atténuation α x j ( ω +β t x ) −α x j
Calcul de l’atténuation
α
x
j
(
ω +β
t
x
)
−α
x
j
(
ω −β
t
x
)
Équation en tension :
U
=
Ae
e
+
Be
e
(
x
,
t
)
α
x
j
(
ω +β
t
x
)
Ligne adaptée (B=0), pas de réflexion : ⇒
U
=
Ae
e
(
x
,
t
)
U(x
=
0)
− α
L
Atténuation mesurée (paramètre S 21 ) :
e ong
S
=
20log
= 20 log
21
10
10  
U(x
=
L
)
ong
 r
C
g
L 
Coefficient d’atténuation :
α
+
 
2
L
2
C
1 1
f
µ
1
La résistance r est remplacée par :
Z
=
(
+
)
r
2 σπ
r
R
0
int
r 0
R int
R ext
g =Cω tg(δ)
avec tg(δ) l’angle de perte du diélectrique polyéthylène
75
Mesure de l’atténuation d’un câble RG58 : mise en évidence de l’effet de peau 0
Mesure de l’atténuation d’un câble RG58 : mise en évidence de l’effet de
peau
0
pertes diélectriques
-2
calculées
-4
-6
pertes cuivre : effet de peau
-8
calculées
-10
-12
expérience
-14
-16
pertes diélectriques + cuivre
(calculées)
-18
-20
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
Fréquence [Hz]
x 10 8
capacité linéique C=100 pF/m, inductance linéique L=250 nH/m,
tgδ=2.1e-3, conductivité σ=3e7 Sm -1
76
Paramètre S21, atténuation [dB]
Pourquoi des câbles 50Ω ? 77
Pourquoi des câbles 50Ω ?
77
La résistance linéique est la somme des résistances linéiques des conducteurs intérieur et extérieur de
La résistance linéique est la somme des résistances linéiques des conducteurs intérieur
et extérieur de rayon respectif r 0 et R int en hautes fréquence :
conducteur
1
f
µ
1
intérieur
0
Z
  1
+
r
2
πσ
R
  r
0
int
 r
C
g
L 
conducteur
Le coefficient d’atténuation α s’écrit :
α
=
+
extérieur
2
L
2
C
r
0
µ
R
2
πε ε
 R
int
0
0
int
avec :
C =
r et
L
=
Ln 
R
 R
2
π
r
ext
int
0
Ln 
r 0
1
π ε
f
ε
1
1
1
0
r
En négligeant les pertes diélectriques:
α
+
2
σ
 R
r
R
int
0
int
Ln 
r
0
 R
r
R
int =
Minimum de α :
int
0
= 0
Ln
=
1
+
3.6
dr
r
R
r
0
0
0
int
1
µ
 R
0
int
Isolant polyéthylène
ε
≈ 2,2
Z
=
Ln 
 ≈
51.8
r
c
2
π
ε
ε
r
78
0
r
0
Impédance de transfert des câbles coaxiaux 79
Impédance de transfert des câbles coaxiaux
79
Tension parasite induite dans un câble On utilise des câbles pour se « protéger »
Tension parasite induite dans un câble
On utilise des câbles pour se « protéger » des agressions
électromagnétiques. Est-on vraiment protéger ?
U
câble
U
+
tension
OEM
parasite
plan métallique
Le courant, induit dans la boucle par l’OEM, génère une tension parasite,
car l’impédance de transfert Z t du câble n’est pas nulle.
80
Définition de l’impédance de transfert d’un câble I ext L V int = Z t
Définition de l’impédance de transfert d’un câble
I ext
L
V int = Z t
L I ext
en Ωm -1
Z t : impédance de transfert du câble, cette impédance caractérise le câble.
C’est une donnée constructeur.
81
R ext R int Couplage entre extérieur et intérieur du conducteur externe I ext Z
R ext
R int
Couplage entre extérieur et
intérieur du conducteur externe
I ext
Z exti
Z inti
Z extr
Z intr
I ext
L
I ext
I ext
V int
V int
V int =Z t .L.I ext
Fréquence croissante
82
1 2 3 I I ext ext I ext L V V V int int
1
2
3
I
I
ext
ext
I
ext
L
V
V
V
int
int
int
-20
Z
t
-40
20 log 10(
R
)
0
20log 10 (résistance
1
-60
continue/unité de
longueur)
V
int =Z t .L.I ext
2
-80
NB : -50dB
correspond à une
-100
3
résistance 0,03Ω
pour 1 m
-120
2
3
4
5
6
7
8
83
Log 10 ( f )
f en [ Hz ]
20log10 ( module Zt ) Zt en Ohm
Impédance de transfert des conducteurs tressés -20 Z t -40 -60 -80 -100 -120 3
Impédance de transfert des conducteurs tressés
-20
Z
t
-40
-60
-80
-100
-120
3
4
5
6
7
8
Log10 ( f )
f en [ Hz ]
La tresse favorise les fuites du
champ magnétique à l’intérieur
du blindage augmentant ainsi
l’impédance de transfert Z t
84
20log10 ( module Zt ) Zt en Ohm
85
85
86
86
Single braid Double braid 87
Single braid
Double braid
87
Calcul de la tension parasite induite dans un câble 88
Calcul de la tension parasite induite dans un câble
88
La boucle, constituée de la gaine du câble et du plan métallique, est traversée par
La boucle, constituée de la gaine du câble et du plan métallique, est traversée par une
onde électromagnétique supposée plane. On cherche à évaluer la tension parasite V int
induite par le courant de la boucle
câble
V int
h
L c
I ext
plan métallique
E
à un instant t
x
B λ
NB : Le champ B est supposé perpendiculaire au plan de la boucle (pire cas)
89
Méthode : 1) évaluer la tension induite dans la boucle (Loi de Faraday 2) évaluer
Méthode :
1) évaluer la tension induite dans la boucle (Loi de Faraday
2) évaluer l’impédance de la boucle
3) évaluer le courant I ext
e
= dφ/dt
)
4) évaluer V int à partir du courant I ext , de l’impédance de transfert Z t et de la longueur
L c
Hypothèse de travail : L c <<λ, le champ magnétique B est homogène dans la boucle, on
peut négliger la propagation.
1) Évaluer la tension e induite dans la boucle
[
i
ω t
]
d φ
d BL h
[
]
d B e
L h
c
0
c
i
ω t
e = −
= −
= −
= − i
ω
B e
L h
0
c
dt dt
dt
d’où :
e = ω
B
L
h
0
c
90
2) Évaluer l’impédance de la boucle Câble de rayon r L c plan métallique 2r
2) Évaluer l’impédance de la boucle
Câble de rayon r
L c
plan métallique
2r
h
inductance linéique
capacité linéique
impédance caractéristique
2 h
ε
2 h
− 6
− 12
r
L
= 0,46 10
x
log 10
  C = 24
x
10
Z
=
138 log
c
10 
r
2 h
ε
r 
r
log
10
r
2
π
L
2
π L
c
c
iZ
= i L L
ω
iZ
c sin(
)
c
c
λ
λ
Z
c
π L
si L c <<λ alors :
La boucle est équivalente
à une inductance LL c
itg (
c )
λ
inductance linéique
Matrice chaîne du tronçon de longueur L c
91
longueur
3) Evaluer le courant I ext dans la boucle : e ω B B 0
3) Evaluer le courant I ext dans la boucle :
e ω B
B
0 L
c h
0 h
=
=
=
I ext
iLL
ω
iLL
ω L
c
c
4) Evaluer la tension parasite V int :
Z L
B
t
c
0 h
= Z L
=
(en Volts)
V int
t
c
I ext
L
Conclusion : pour diminuer la tension V int parasite, il faut diminuer la
surface L c h
92
Application numérique rayon câble r 0 =2,35mm Z L B h L c =1m t
Application numérique
rayon câble r 0 =2,35mm
Z L B h
L c =1m
t
c
0
=
V int
L h
et
I ext
L c
h=0.2m
plan métallique
Coupable : émetteur de puissance P E =15mW à f=27MHz situé à d=10m du câble et ayant une
antenne émettrice de gain G E =1,65.
La longueur de la boucle est très inférieure à la longueur d’onde λ=c/f=11,1m, on fait
l’approximation que B est constant sur toute la longueur de la boucle.
2
E
H
377
H
P
G
E
E
-2
=
=
(en Wm
B
0 = µ
Le champ B 0 se calcule ainsi :
) ⇒
≈ 0,4
nT
0 H
2
2
2
4
π
d
1
1
Câble RG58 à 27MHz :
Z
1000
m
m
=
1
m
t
2 0.2
6
 2h 
− 6
x
−1
Inductance linéique :
L
= 0,46 10
x
log
= 0,46 10
x
log
 ≈
1
µ
Hm
10
10
− 3
r
 2,35 10
x
− 9
Z L
B
h
1
x
1
x
0,4
x
10
x
0,2
c
0
Tension parasite :
V
= t
=
=
80
µ
V
int
L
6
93
10
Expériences : mise en évidence de l’impédance de transfert 94
Expériences : mise en évidence de l’impédance de
transfert
94
Réalisation d’un coupable générateur -20 500MHz analyseur -40 spectre -60 charge -80 50Ω câble -100
Réalisation d’un coupable
générateur
-20
500MHz
analyseur
-40
spectre
-60
charge
-80
50Ω
câble
-100
soudure
sonde champ
-120
499.99
499.994
499.998
500.002
500.006
500.01
proche
Fréquence [MHz]
Signal mesuré par la sonde de champ
proche au voisinage de la soudure
95
Amplitude [dBm]
Réalisation d’un coupable (suite) -20 22,5dB -40 -60 -80 -100 -120 sonde champ -140 proche
Réalisation d’un coupable (suite)
-20
22,5dB
-40
-60
-80
-100
-120
sonde champ
-140
proche
499.99
499.994
499.998
500.002
500.006
500.01
Fréquence [MHz]
Signaux mesurés par la sonde de champ
proche au voisinage de la soudure et du
câble blindé
96
Amplitude [dBm]
générateur 500MHz, 0dBm Tension induite par l’impédance de transfert CC -60 50Ω -70 victime 34dB
générateur
500MHz, 0dBm
Tension induite par
l’impédance de transfert
CC
-60
50Ω
-70
victime
34dB
coupable
-80
-90
victime
-100
coupable
-110
victime
-120
coupable (BNC)
-130
victime
499.99
499.994
499.998
500.002
500.006
500.01
Fréquence [MHz]
97
coupable
Amplitude [dBm]
Tension induite par l’impédance de transfert générateur générateur 300MHz, 301MHz, -40dBm 14dBm 50Ω
Tension induite par l’impédance de transfert
générateur
générateur
300MHz,
301MHz,
-40dBm
14dBm
50Ω
câble victime
câble coupable
soudure
98
Tension induite par l’impédance de transfert -35 -55 générateur -75 301MHz coupable OFF -95 -115
Tension induite par l’impédance de transfert
-35
-55
générateur
-75
301MHz
coupable OFF
-95
-115
299.5
300
300.5
301
301.5
-35
-55
générateur
-75
301MHz
coupable ON
-95
-115
299.5
300
300.5
301
301.5
Fréquence [MHz]
99
Amplitude [dBm]
Amplitude [dBm]
Tension induite par l’impédance de transfert x 10 -3 1 générateur 0 301MHz coupable OFF
Tension induite par l’impédance de transfert
x
10 -3
1
générateur
0
301MHz
coupable OFF
-1
0
0.2
0.4
0.6
0.8
1
1.2
1.4
1.6
1.8
x
10 -6
x
10 -3
1
générateur
0
301MHz
coupable ON
-1
0
0.2
0.4
0.6
0.8
1
1.2
1.4
1.6
1.8
Temps [s]
100
x
10 -6
Amplitude [V]
Amplitude [V]
Lignes microrubans 101
Lignes microrubans
101
Pour un substrat de circuit imprimé donné, l’impédance caractéristique d’une ligne microruban dépend
Pour un substrat de circuit imprimé donné, l’impédance caractéristique d’une ligne
microruban dépend principalement de la largeur W de la piste
Pour du FR4 : Z c = 50Ω si W = 2,9 mm
102
Lignes microrubans Pour du FR4 : Z c = 105Ω si W = 0,5 mm
Lignes microrubans
Pour du FR4 : Z c = 105Ω si W = 0,5 mm
103
104
104
Paramètres S 21 et S 11 du CI ADL5322 Gain 20dB à 850MHz 105
Paramètres S 21 et S 11 du CI ADL5322
Gain 20dB à
850MHz
105
Paramètres S 21 et S 11 du CI ADL5322 avec lignes 50Ω 2 lignes de
Paramètres S 21 et S 11 du CI ADL5322 avec lignes 50Ω
2 lignes de 50Ω
Gain 20dB à
850MHz
106
Paramètres S 21 et S 11 du CI ADL5322 avec lignes 105Ω 2 lignes de
Paramètres S 21 et S 11 du CI ADL5322 avec lignes 105Ω
2 lignes de 105Ω
Le gain chute à 18 dB
avec deux lignes de
105Ω longues de 2cm
107
FIN 108
FIN
108