FORMATION ET DÉVELOPPEMENT DES ACCORDS ENVIRONNEMENTAUX INTERNATIONAUX : LES EFFETS DE LEADERSHIP

Pierre Courtois et Tarik Tazdaït De Boeck Université | Négociations
2007/2 - n° 8 pages 121 à 137

ISSN 1780-9231 Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-negociations-2007-2-page-121.htm

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 80.254.146.4 - 13/04/2012 16h46. © De Boeck Université Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 80.254.146.4 - 13/04/2012 16h46. © De Boeck Université

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Courtois Pierre et Tazdaït Tarik, « Formation et développement des accords environnementaux internationaux : les effets de leadership », Négociations, 2007/2 n° 8, p. 121-137. DOI : 10.3917/neg.008.0121

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour De Boeck Université. © De Boeck Université. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

80. influence exertion.45 bis. ozone layer. It takes in account the positions of countries. Universitat Autonoma de Barcelona . A travers l’analyse de deux études de cas relatives aux négociations sur les pollutions transfrontières et sur la couche d’ozone.254. influences. Document téléchargé depuis www.cairn. science may be used to legitimate participation or as a withdrawal argument. in a local context of uncertainty.uab.80.146. De même.es 2. influences.E. politique unilatérale. régimes. Second. nous analysons les positions des acteurs en jeu. transboundary air pollution. Third.S . 1.cairn. un pays (ou une petite coalition de pays) peut être amené à adopter une politique unilatérale de manière à faire pression sur ses partenaires pour qu’ils en fassent autant.S .254. la science peut être utilisée aussi bien pour légitimer une position pro-coordination qu’une position de défection. 08193 Bellaterra.4 . Barcelona.info .H.CIRED.. © De Boeck Université Nous nous proposons dans cet article de déterminer les variables explicatives de la formation d’accords environnementaux internationaux. Il ressort également que.fr 121 Document téléchargé depuis www. couche d’ozone. unilateral policy can be used as a binding means for other countries to cooperate.. l’exercice d’influence.R.E. Courriel : pcourtois@idea. Il est ainsi montré que l’avènement d’un accord coordonné peut être le résultat de l’action d’un pays (ou d’une petite coalition de pays). Jardin Tropical . Three main findings stem out. profitant du contexte d’incertitude. First.S. selon l’intérêt des pays.146.13/04/2012 16h46.13/04/2012 16h46. unilateral policy. the role played by science and institutions. the executive director of the organisation carrying the negotiations can play a decisive role to reach the consensus. on constate que le rôle joué par le directeur exécutif de Conférence peut lui aussi être déterminant. the definition of an agreement can result from the commitment of one country or a small coalition of countries. 94736 NogentSur-Marne Cedex.info . This paper analyses the shaping of global environment agreements with two case studies: the negotiation of international air pollution and that of the ozone layer. Spain. pollution transfrontière.CODE. According to the countries interests. et le rôle de la science et des institutions en charge des négociations. C.N. Courriel : tazdait@centre-cired. regimes. avenue de la Belle Gabrielle.. Enfin. © De Boeck Université . Department of Economics – Edifici B.. Keywords : environmental agreements.CIRED Mots-clefs : accords environnementaux.Formation et développement des accords environnementaux internationaux : les effets de leadership Pierre Courtois 1 Universitat Autonoma de Barcelona Tarik Tazdaït 2 CNRS .4 . France.

80. chaque pays détermine sa stratégie (i. Simon Cowan.info . Pour leurs remarques et suggestions sur une précédente version de ce texte. Pourtant. se persuadent. le conflit d’intérêt entre les pays est tel que la meilleure solution pour l’un est la pire pour l’autre. Aussi. nous souhaitons remercier Gilles Rotillon. Kathleen Schubert. Pour une synthèse de la littérature. à travers l’analyse de deux études de cas (les négociations sur les pollutions transfrontières et celles sur la couche d’ozone). 4.146. Les facteurs d’influence sont liés aux positions respectives des pays vis à vis du problème négocié et aux influences que les pays exercent les uns sur les autres. car dominée par une solution coopérative qui ne peut être atteinte de façon spontanée (Snidal. Les facteurs contextuels s’attachent à l’influence des parties non–étatiques sur le cours du débat..254.122 Pierre Courtois et Tarik Tazdaït — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — INTRODUCTION Bien que la signature d’accords environnementaux internationaux soit mutuellement bénéfique. Or.13/04/2012 16h46. 1985 . En effet. voir Michael Finus (2001). Leur responsabilité n'est évidemment pas engagée par les erreurs et inexactitudes pouvant subsister. Il est ainsi montré que deux types de facteurs caractérisent le processus menant à la formation d’un accord : les facteurs d’influence et les facteurs contextuels. Pour ce faire. Cela suggère que le processus de négociation n’a pas d’influence sur le comportement des pays puisqu’ils sont en mesure de décider ex ante de leur stratégie de meilleure réponse. les pays s’informent. on peut constater que la plupart des travaux touchant aux accords environnementaux internationaux.info . des accords de coopération ont vu le jour. Rosella Nicolini. Dans ce type d’approche..4 .13/04/2012 16h46. se dissuadent et font des compromis. ne décrivent que très rarement le processus de négociation proprement dit.cairn. l’intérêt individuel des pays ne devrait pas les conduire à favoriser une telle perspective 3.cairn. selon la logique inhérente au dilemme du prisonnier. Paradoxalement. © De Boeck Université . © De Boeck Université Document téléchargé depuis www.146.254.4 . Au cours des différentes étapes de la négociation. Plus précisément. ce qui est le cas des ONG.. notamment sous l’angle de la théorie des jeux. Leur intérêt s’articule en grande partie sur les formes coalitionnelles susceptibles de ressortir à l’équilibre 4. même s’ils résultent de processus de négociation lents et laborieux. Le choix de chacun s’oriente donc vers la stratégie qui lui procure le gain le plus élevé étant donné le choix des autres. une attention particulière est portée à l’exercice de leadership dans la création et le développement de régimes.80. et le rôle joué par la science et les institutions en charge des négociations. ce qui conduit à une solution non-coopérative stable mais sousoptimale au sens de Pareto. 1990). ainsi que les deux rapporteurs de la revue. les négociations sont organisées dans le but de faire converger les points de vue de chacun vers une solution acceptable par tous. Nous nous proposons dans cet article de déterminer les variables explicatives de la formation d’accords environnementaux internationaux. coopérer ou non) en fonction du bien être qu’il retire de chacune des issues possibles du jeu. nous analysons les positions des acteurs en jeu. l’exercice d’influence. 3. Jean-Charles Hourcade. Document téléchargé depuis www.. il est généralement considéré que les pays optimisent leur bien être sous les hypothèses de rationalité et de connaissance commune de la rationalité. Ostrom.e. des scientifiques ou du directeur exécutif de Conférence.

La première concerne les jeux d’influence entre pays. Pour le premier cas. Afin d’influencer ses partenaires à participer à une politique coordonnée. Il s’agit.. Les « normes » sont plus spécifiquement des règles de conduite fondées sur une reconnaissance de l’obligation ou de la nécessité d’engager des mesures précises.80. La seconde spécificité concerne le rôle joué par la science.. La troisième spécificité est relative au rôle joué par l’institution.info ..4 .info .254. des préceptes qui reposent sur des croyances. Document téléchargé depuis www. LES CONCEPTS DE RÉGIME ET DE LEADERSHIP Le concept de régime a été défini au cours de la Conférence de l’organisation internationale sur les régimes internationaux menée en 1982. implicites ou explicites autour desquels les anticipations des acteurs convergent vers un domaine donné des relations internationales (Krasner.cairn.——— ——— Formation et développement des accords environnementaux internationaux 123 Trois spécificités des processus de négociation sont alors déduites.. le dit pays recourt à l’exercice de la persuasion. Nous montrons que l’avènement d’un accord coordonné est postérieur à la volonté d’un pays (ou d’une petite coalition de pays) à ce que cet accord voit le jour. un pays (ou une petite coalition de pays) peut être amené à mettre en place une politique unilatérale afin de faire pression sur ses partenaires pour qu’ils adoptent eux aussi une politique environnementale.cairn. Les « principes » sont des règles de conduite. En section (2). 1982). © De Boeck Université . en particulier. Les « règles formelles » sont des proscriptions ou des prescriptions et consistent en un degré d’obligation plus stricte. Un régime est une série de principes. En d’autres termes. que selon l’intérêt des pays. Les « procédures ». de règles et de procédures de prises de décisions.13/04/2012 16h46. Nous montrons. profitant du contexte d’incertitude. l’accent est mis sur le rôle de la coercition exercée par les Etats Unis et sur le rôle de médiation exercé par le directeur exécutif des négociations.254.13/04/2012 16h46. la science peut être utilisée aussi bien pour légitimer une position pro-coordination qu’une position de défection. La structure de l’article est la suivante. font déjà partie de la mise en application d’une décision collective et représentent donc le moyen d’application d’une règle formelle ou d’une norme. La section (3) est consacrée à l’émergence des régimes « pluie acide » et « protection de la couche d’ozone ».80.146. En outre. On constate notamment que le directeur exécutif de Conférence tient une place déterminante dans l’émergence d’un accord. de normes.4 . Pour le second. pour leur part. La section (4) insiste sur le développement de chacun des régimes en montrant le poids joué par la science pour le régime « pluie acide » et le poids pris par l’Union Européenne pour le régime « protection de la couche d’ozone » La cinquième et dernière section conclut cet article par une discussion.146. de donner l’exemple et de sanctionner ceux qui ne le suivent pas. nous revenons sur les concepts de régime et de leadership qui constituent la grille d’analyse de nos deux études de cas. la mise en évidence scientifique ne constitue pas un facteur suffisant pour qu’une politique coordonnée soit adoptée. © De Boeck Université Document téléchargé depuis www. de la dissuasion et de l’imitation. notre discussion s’articule autour du rôle joué par la politique unilatérale allemande sur le processus de création du régime. en fait.

les sciences politiques ont ainsi présenté la négociation sous un angle descriptif dont il devient possible de dresser un tableau des relations entre acteurs et définir ainsi les comportements qui qualifient le processus de négociation.. Young (1991) distingue le leadership structurel fondé sur l’exercice d’une influence politique ou économique (force géopolitique).info .254. ces comportements étant perçus comme acceptables par la personne influencée »..cairn.4 . les sciences politiques ont également développé des argumentaires sur les poids relatifs de la connaissance. l’exercice de l’offre (la carotte) constitue une incitation importante dans le jeu d’influence entre nations et suppute la possibilité de l’exercice de ce leadership par un pays autre qu’une puissance hégémonique. au delà de la menace. plus de soixante-dix définitions du leadership ont été avancées depuis le début du XXe siècle . enfin. © De Boeck Université Document téléchargé depuis www. Comme le souligne John Gerard Ruggie (1972) et Edward Morse (1977).13/04/2012 16h46.. ces auteurs en ont d’ailleurs proposé une synthèse décrivant le leadership comme un ensemble de « comportements dont l’objet est d’influencer les autres. © De Boeck Université . Selon Robert House et Mary Baetz (1979). Appliquée aux relations internationales. à l’image d’Oran Young (1991). Underdal (1994) oppose le leadership coercitif.info .80. et Malnes (1995) le leadership par « offre et menace » (la carotte et le bâton).13/04/2012 16h46. le leadership intellectuel fondé sur des contributions d’ordre intellectuel à même d’influencer les stratégies des participants à la négociation (force cognitive). Arild Underdal (1994) et Raino Malnes (1995).80.146. exerce une position dominante. sur l’unique base de son charisme. le concept de régime permet en effet d’expliquer les comportements coopératifs des pays dans des circonstances où la théorie du choix rationnel prédit des situations de paradoxe à travers la dominance de l’issue non coopérative (Hardin. Ces recherches se sont orientées autour de ce que Thomas Schelling (1960) décrit comme les négociations explicites et implicites. de l’intérêt des parties en jeu et plus généralement de l´exercice d´influence en mesure d´expliquer la création et le développement de régimes (Young et Oshrenko. cette typologie a été reformulée par différents auteurs. Les typologies d’Underdal (1994) et Malnes (1995) n’en sont pas très éloignées. Ces comportements sont étudiés par le recours à trois catégories de leadership.254. Cette définition peut être affinée en nous appuyant sur la typologie de Max Weber (1923) qui suggère l’existence de trois types de leaders : le rationnel. En analysant la création et le développement de régimes internationaux. le traditionnel et le charismatique. Ainsi. La modélisation d’Underdal Document téléchargé depuis www.cairn. des relations de pouvoir. le leader charismatique est le religieux qui.124 Pierre Courtois et Tarik Tazdaït — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — La création et le développement de régimes font référence au processus qui permet l’avènement d’accords garantissant les termes d’une coordination. Ces trois notions qualifient toutefois une même influence : l’exercice d’un pouvoir d’une nation sur la scène internationale. Au leadership structurel. 1993). le leader rationnel est caractéristique de l’entreprise qui domine le marché en raison de sa capacité à innover . 1968). Ces leaders se distinguent selon leur degré de crédibilité (ou de légitimité). le leader traditionnel peut être vu comme le politicien qui exerce un leadership axé sur la crédibilité de son programme politique et sur son charisme médiatique .4 . Selon Malnes (1995) cependant.146.. Outre ce concept. le leadership entrepreneurial fondé sur l’exercice d’aptitudes à la négociation (force argumentaire) et.

ce leadership passe par des « tactiques » employées par certains participants pour initier un mouvement de coopération. Ces deux dernières notions ont l’intérêt d’expliquer en quoi consiste l’exercice d’un leadership entrepreneurial. il reste difficile d’établir des analogies entre les différentes typologies quant à la notion de leadership intellectuel. © De Boeck Université . ils ne concerneraient que les seuls négociateurs. On peut voir dans cette représentation l’exercice d’un pouvoir des idées dont l’objectif est d’influencer la perception des autres participants.. De même.254.80. Document téléchargé depuis www.cairn. 1991). Young et Oshrenko.146. Le mot tactique est d’ailleurs utilisé par Underdal (1994) dans son explication du leadership instrumental qu’il définit comme le recours à des instruments spécifiques correspondant à des tactiques opportunistes.info . le leadership entrepreneurial fait référence aux initiatives prises par des Etats afin de façonner le processus menant à la coopération.4 . © De Boeck Université (1994) est à cet égard plus restrictive car elle se limite à la coercition tout en faisant référence à des pouvoirs hégémoniques purs. Underdal (1994) propose en substitution la notion de leadership instrumental tandis que Malnes (1995) parle de leadership de résolution de problème (« problem solving »). Il qualifie par conséquent le troisième type de leadership de directionnel. Enfin. très proche du leadership envisagé par Charles Osgood (1962) et Benjamin Hermalin (1998). la conception initiale de Young (1991) semble beaucoup plus large. Underdal (1994) évoque un troisième type de leadership qu’il qualifie d’unilatéral. Pour ce qui est du leadership entrepreneurial. le concept de leadership de résolution de problème de Malnes (1995) évoque les initiatives qu’un Etat développe pour résoudre un problème de coordination en fournissant la structure permettant d’assurer une mise en application simple de la coordination.cairn. Malnes (1995) insiste lui aussi sur la politique domestique en tant que moyen d’influencer les perceptions des autres acteurs..13/04/2012 16h46. En d’autres termes.80..13/04/2012 16h46. Celui-ci consiste en l’influence exercée par la politique unilatérale d’un pays sur les stratégies adoptées par les autres pays. Document téléchargé depuis www.info . la littérature associe le leadership entrepreneurial à une influence liée aux aptitudes à négocier d’un individu particulier (Oberthür. Pourtant.146. cette dernière notion est cependant plus restrictive que celle de leadership entrepreneurial ou instrumental qui spécifie le recours à la diplomatie comme moyen de modifier les stratégies des autres acteurs. Il peut donc s’interpréter comme le processus de création de structures constitutionnelles et d’application simultanée de pressions diplomatiques permettant de façonner des « coalitions gagnantes » et de prévenir les « coalitions bloquantes » (Sebenius. En général. 1993) .254.4 . 1997 . Bien que très explicite. Les aptitudes diplomatiques considérées peuvent être exercées par un ou plusieurs individus et surtout.. décrit un comportement d’engagement unilatéral initié pour donner l’exemple. Cette représentation.——— ——— Formation et développement des accords environnementaux internationaux 125 Nous proposons dans ce qui suit de ne pas nous restreindre aux définitions et à la terminologie d’un auteur plutôt qu’un autre mais d’utiliser comme grille de lecture chacune de ces notions dans leur complémentarité et selon leurs capacités à décrire les processus observés dans les deux cas étudiés.

Au cours de cette Conférence. Mais leur rapport n’aura que peu d’impact car il leur est reproché d’exagérer les problèmes. aucun engagement de réduction d’émission n’est adopté. entre 1981 et 1983.. rappe5.info ..254. C’est ainsi que le contexte de fin de guerre froide. Motivée par la volonté d’affirmer une coopération Est-Ouest.cairn. La découverte en Allemagne d’une maladie forestière dans les années 1980 s’accompagne d’une évolution importante de l’opinion. Ces nations contractantes de l’UNECE (United Nations Economic Commission for Europe) reconnaissent la pollution transfrontière comme un problème majeur et déclarent leur volonté de développer une structure de recherche commune en mesure de faciliter la mise en place de politiques nationales.254.80.13/04/2012 16h46. Document téléchargé depuis www.146.126 Pierre Courtois et Tarik Tazdaït — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — LA CRÉATION DES RÉGIMES Le cas « pluie acide » : politique unilatérale et effet d’entraînement Les débats relatifs aux pluies acides commencent en 1968 avec la mise en évidence par le scientifique Sven Oden d’une acidification croissante des précipitations en Scandinavie .cairn. Ce programme confirmera les conclusions du rapport suédois.4 .info . l’OCDE (Organisation pour la Coopération et le Développement Economique) organise un programme de recherche de quatre années intitulé LRTAP (Long Range Transboundary Air Pollution). © De Boeck Université . 1991). Ces pressions répondaient à une double logique : la préservation de la compétitivité des entreprises allemandes en évitant de se retrouver seule à supporter une politique environnementale coûteuse. suggère alors d’organiser une conférence internationale afin de discuter des problèmes environnementaux internationaux. si ce n’est de les créer. cette acidification résulterait d’émissions industrielles provenant de Grande Bretagne et d’Europe Centrale. Ils montrent notamment que la pollution atmosphérique constitue un problème environnemental de dimension internationale. face au scepticisme général. L’Allemagne a par la suite exercé des pressions auprès des nations qui lui sont frontalières afin qu’elles en fassent de même.13/04/2012 16h46. C’est ainsi que la Conférence de Stockholm de 1972 voit le jour. compte tenu de l’opposition des principaux pollueurs que sont l’Allemagne et la Grande Bretagne. En effet. Littéralement : « mort des forêts ». ce phénomène dit du « waldsterben 5» s’est accompagné d’une mobilisation de masse soutenue activement par des groupes d’action citoyens conseillés par des scientifiques et bénéficiant de la médiatisation de la presse (Boehmer-Christiansen et Skea.4 . conduit trente neuf nations à signer la Convention de Genève. l’ex-Union Soviétique assurera un leadership structurel en fournissant les moyens qui permettront de favoriser une entente par l’organisation de la Conférence de Genève en 1979. © De Boeck Université Document téléchargé depuis www. C’est pourquoi.146. et la volonté de bénéficier de double dividende..80. Cela a poussé le gouvernement allemand à modifier sa position pour finalement adopter une politique nationale visant à limiter les émissions acides. Sur ce dernier point.. des chercheurs suédois présentent un rapport mettant en évidence les dommages causés par les flux de pollution transfrontière. Astrom. couplé à la reconnaissance accrue du problème des pluies acides. L’ambassadeur de Suède aux Nations Unies. Cependant.

En Décembre 1984. d’où des possibilités de bénéfices non négligeables (Boehmer-Christiansen et Skea. crée une importante controverse au sein de l’Union Européenne. Document téléchargé depuis www. mais l’Europe en tant qu’entité ne participait pas aux accords. La mise en œuvre de la politique unilatérale allemande. d’où une forte pression sur l’Union Européenne pour qu’une politique intra-européenne ambitieuse soit engagée.254. l’autre relative à la limitation des taux d’émission de NOX.. La même année. Or.cairn. la directive LCP et le Compromis de Luxembourg sont mis en application 6.Verordnung) qui appelle à des réductions de 60% des émissions de dioxyde de soufre et de 40% de celles d’oxyde d’azote (NOX) et des composés organiques volatiles (COV) à l’horizon 1995.cairn..254. 1996). Elle ne souhaite donc pas que ses efforts drastiques permettent aux pays communautaires frontaliers de diminuer leurs émissions de moins de 30%.13/04/2012 16h46. couplée à la menace de sanctions commerciales. © De Boeck Université En 1984. Formellement. En effet.4 . motivée par la crainte que l’accession de l’Union Européenne ne s’accompagne d’un trop faible effort de réduction des émissions globales en Europe (Liefferink.146.13/04/2012 16h46. Dès 1983. l’Union Européenne est devenue une partie aux négociations. En 1988. dans le cadre de la coopération sur les pollutions transfrontières. la Commission propose la directive LCP (Large Combustion Plant) basée sur la directive allemande GFAV (Grossfeuerungsanlagen . La politique de l’Allemagne favorise un développement simultané mais distinct du poids de ces deux institutions sur les politiques nationales. l’Union Européenne et les Nations Unies (UNECE) sont les deux structures légales et organisationnelles capables de mettre en place une action internationale coordonnée sur les « pluies acides ».info . c’est-à-dire une entité légale représentant les pays la constituant. le Conseil propose deux autres directives : l’une relative à l’obligation de généraliser la vente d’essence sans plomb avant 1989 et. la position de l’Union Européenne consiste en une réduction moyenne de 30% en Europe alors que l’Allemagne proposait déjà en 1983 de réduire ses propres émissions de 60%. De même. le Conseil Européen discute de l’accession de l’Union Européenne en tant que partie aux négociations de l’UNECE. Document téléchargé depuis www. L’Allemagne en vient ainsi à disposer d’un monopole sur la production des moyens à même de limiter l’acidification. © De Boeck Université . Ce compromis stipule l'obligation pour les constructeurs automobile européens d'équiper les voitures d'un pot catalytique.80.80. L’Allemagne s’oppose fermement à cette proposition.. 1991).——— ——— Formation et développement des accords environnementaux internationaux 127 lons que dès la fin des années 1970. respectivement le pot catalytique et les instruments de désulfuration.4 . Rappelons que dans la plupart des régimes constitués. sa position joue un rôle déterminant sur 6.info . Un représentant de l’Union Européenne participait aux négociations. l’industrie germanique anticipe le besoin de s’adapter et c’est en 1982 que Bosh et Siemens commercialisent. cela ne fut pas le cas jusqu’en 1991. Les politiques intra-européennes adoptées au sein de l’Union Européenne l’ont donc été indépendamment des négociations sous l’égide des Nations Unies. L’Allemagne arrive par conséquent à imposer sa politique environnementale aux autres pays membres.. le Conseil Européen déclare la nécessité d’accélérer et de renforcer l’action européenne en matière de prévention à l’acidification.146.

Vingt et un pays ont signé cet accord légalement contraignant qui stipule une réduction des émissions de dioxyde de soufre de 30 % d’ici 1993. paradoxalement. La dégradation de la couche d’ozone par les chlorofluorocarbones (CFC) est mise en évidence pour la première fois en 1974 par Mario Molina et Sherwood Rowlands.146.. Bien qu’hypothétique. Rowlands.80.146.254.254. sans oublier que l’Allemagne a le mérite de proposer de nouvelles alternatives technologiques pour répondre au problème. 1998 . Il ressort donc que le faible intérêt porté initialement aux problèmes de l’acidification explique. les discussions sur le contrôle des substances nuisibles à l’ozone (SNO) ne commencent qu’au début des années 1980 alors que.info ..128 Pierre Courtois et Tarik Tazdaït — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — l’évolution des négociations des Nations Unies.80.cairn. Nous concluons qu’un pays. C’est à l’initiative des pays scandinaves qu’une négociation internationale sous l’auspice de l’UNEP (United Nations Environmental Programme) est organisée en 1982. Huit gouvernements dont les Etats Unis. © De Boeck Université Document téléchargé depuis www. dans une certaine mesure.info .4 . la plupart des études scientifiques deviennent de moins en moins alarmistes (Benedick. Le cas « protection de la couche d’ozone » : médiation et sanction La question du trou dans la couche d’ozone a connu une évolution différente de celle des pluies acides. Il s´agit du premier accord international explicite de réduction des émissions.13/04/2012 16h46.4 . la période de création relativement longue du régime « pluie acide ». Afin d’impulser la coopération par un effet d’entraînement. 1995). en adoptant une politique unilatérale couplée à l’exercice d’une pression sur les autres pays. Il est ensuite marqué par les exercices d’un leadership unilatéral au sens d’Underdal (1994) qui a pu prendre forme grâce à un leadership d’offre et de menace au sens de Malnes (1995). Des recherches menées ultérieurement révèlent les nuisances engendrées par l’ensemble des chlorines et bromines.13/04/2012 16h46. bannissent l’utilisation des CFC dans les aérosols entre 1972 et 1980. A l’échelle internationale. la découverte de Molina and Rowlands déclenche un débat public et scientifique. Le changement radical de la politique allemande au début des années 1980 contribue à renforcer la coalition prorégime (composée des pays scandinaves) tout en accentuant son influence sur la politique européenne.. Une quinzaine d’années ont été nécessaires entre la première alerte scientifique et la signature du premier accord. peut favoriser la création d’un régime international. Un effet d’entraînement initié par une politique « en donnant l’exemple » est rendu possible grâce au recours à la menace de sanction (persuasion/ dissuasion) et à la tendance des pays à imiter les politiques déjà en place.cairn. l´Allemagne n’hésite pas à menacer les autres pays de sanctions commerciales tout en fournissant les moyens technologiques susceptibles de réduire la pollution transfrontière. C’est ainsi qu’en 1985 le Protocole d’Helsinki est signé. des gaz halogènes. © De Boeck Université . La négociation se caractérise par d’importants conflits d’intérêts entre producteurs et consommateurs de CFC et entre pays industrialisés et pays en Document téléchargé depuis www.. Le régime est toutefois créé sous l’impulsion du leadership structurel de l’ex-Union Soviétique.

Malgré les incertitudes scientifiques.13/04/2012 16h46. La Convention de Vienne adoptée en 1985 par vingt pays et l’Union Européenne ne règle pas le désaccord entre ces deux acteurs dominants. Ce Protocole stipule une réduction de 50% de la production des CFC d’ici l’année 2000 et la stabilisation des émissions de gaz halogènes avec exemption de dix ans pour les pays en développement consommant moins de 0.info . elle ne verra pas le jour. 1998). À ce stade. Bien que les pays scandinaves jouent un rôle majeur au moment de l’initiation des négociations de 1982.. © De Boeck Université . se focalisent sur des débats autour des différentes politiques nationales déjà mises en œuvre. Pour faciliter la participation de l’ex-Union Soviétique et du Japon.80. Les pays en développement.4 . Mostapha Tolba a notamment diffusé des résultats scientifiques et organisé des sessions de négociation informelles avec les principales parties (Oberthür. chacune des coalitions s’en tient à la défense de ses intérêts. Les Etats Unis font pression pour une interdiction de l’utilisation des CFC dans les aérosols quand l’Union Européenne ne cherche qu’à « geler » les capacités de production.254.146. Les premières négociations. Mostapha Tolba.. C’est le cas des Etats-Unis et de l’Union Européenne.cairn. les acteurs qui permettent l’élaboration du Protocole de Montréal ont une double caractéristique : ils sont à la fois les principaux producteurs et les principaux consommateurs de SNO.146.254. La réalisation de cet accord est le fait de l’action des Etats-Unis mais aussi de l’engagement du directeur exécutif de l’UNEP..info .3kg de substances par habitant et par an. Elle se limite à la création d’une coopération scientifique et d’une structure d’échange d’information.13/04/2012 16h46.80. Une résolution est cependant prise afin qu’un accord de réduction soit accepté avant 1987. Cela se concrétise en 1987 par la signature du Protocole de Montréal par vingtquatre nations et l’Union Européenne. Il en ressortira la négociation de deux « paniers » de réduction des gaz selon leurs poids relatifs en termes de nuisances sachant que le choix des niveaux de réductions des différents gaz est Document téléchargé depuis www. Son rôle est celui d´un médiateur et peut s´assimiler à un leadership entrepreneurial puisqu´il a employé sa force argumentaire afin de faire converger les parties vers un accord acceptable par tous. A l’inverse. des restrictions sur le commerce avec les pays non participants sont décrétées.4 .cairn. Cinq années après le début de la négociation internationale en 1982. un contrôle international des SNO s’engage. Enfin. caractérisées par une connaissance très « hypothétique » des effets engendrés par l’utilisation des CFC. il propose une approche flexible dite de « panier ». Mais n’étant pas explicitement spécifiée. Rappelons que dès 1978 les Etats Unis interdisent l’usage des aérosols contenant des CFC tandis que l’Union Européenne vote en 1980 une directive gelant sa production. considérant que le problème de l’ozone est de la seule responsabilité des pays industrialisés (Benedick. © De Boeck Université Document téléchargé depuis www. les pays en développement ne s’investissent pas dans la négociation. la plupart des acteurs reconnaissent le besoin d’une action internationale. Les pays industrialisés proposent tous une harmonisation de la politique internationale sur les bases de leur politique nationale respective.——— ——— Formation et développement des accords environnementaux internationaux 129 développement.. quant à eux. 1997). réclament de ne pas avoir à subir de désavantages économiques s’ils venaient à s’engager. Une procédure de transferts financiers et technologiques est aussi mentionnée. et par la suite de l’exUnion Soviétique et du Japon.

13/04/2012 16h46. sur le plomb et sur le contenu de sulfure dans le gasoil. © De Boeck Université Document téléchargé depuis www.9 millions de dollars entre 1972 et 1985 pour évaluer les hypothèses de Rowland et Molina. contrairement au cas des « pluies acides ». C’est celle que privilégient les médias et les ONG qui s’attachent à attirer l’attention du public sur les conséquences à court terme de l’utilisation des CFC dans les aérosols (Young et Oshrenko.. En effet. elles ne sont pas utilisées par la sphère politique pour justifier un refus de l’action. mais l’incertitude scientifique a rarement été utilisée par les pays pour justifier une défection.4 . L’accord ne spécifie à ce stade qu’une cible globale de réduction des nuisances dans chacun des deux paniers (Haas. Ces politiques varient qualitativement d’un Etat à l’autre et pendant les négociations.. sont proposées (Stolarski.. L’hypothèse de Molina et Rowland reste cependant dominante.cairn.4 . La négociation a été initiée sur les bases des hypothèses de Rowland et Molina. Elle introduit aussi de nouveaux concepts afin de mettre en place des accords faisables et efficients pour l'environnement.info . les efforts de modélisation participent largement à l’acceptation du problème par la sphère politique.. chacun défend la légitimité de sa propre politique en s’appuyant sur la controverse scientifique. Cela ne signifie pas pour autant que la communauté scientifique n’a pas eu d’influence. présente des conférences sur l’évaluation des risques et des effets sur la santé d’une dégradation de la couche d’ozone 7.13/04/2012 16h46. Notons que le cas de l’ozone se caractérise par l’avènement d’une coopération internationale établie en l’absence d’un consensus scientifique. Cette flexibilité favorise l’adhésion du Japon qui avait jusqu’alors refusé de participer au Protocole du fait de l’utilisation intensive et difficilement substituable des CFC 113 utilisés par son industrie informatique. En mai et septembre 1986. les pays industrialisés adoptent unilatéralement des politiques de protection de la couche d’ozone. Jusqu'aux années 1990. La « Chemicals Manufacturers Association » finance à mesure de 18. L’ex-Union Soviétique accepte le Protocole dès que Mostapha Tolba propose qu’elle ne réduise ses consommations qu’après 1990. Une majorité des scientifiques doutent de l’influence des CFC et suggèrent d’autres hypothèses pour expliquer la dégradation de la couche d’ozone. La négociation a été longue.146. 1988). En février et juillet. Des hypothèses alarmistes ont suffit à ce qu’une conférence internationale soit organisée.80.254. 1993). l’UNEP et l’EPA cofinancent une 7. au sein de la communauté scientifique. l’Environmental Protection Agency (EPA). Par exemple.254. les niveaux de réductions des émissions sont plus élevés au sein de l'Union Européenne que du régime des Nations Unies. Bien que ces hypothèses restent controversées jusqu’en 1988. qui expliquent le phénomène indépendamment de l’action humaine.80.130 Pierre Courtois et Tarik Tazdaït — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — laissé au prorata des pays.info . la directive LCP (1988) introduit le concept de différenciation sur des « bulles » localisées. Il est vrai toutefois que les controverses scientifiques ont ralenti le cours des négociations. L'Union Européenne devance l'UNECE en ce qui concerne les politiques de réduction sur les NOX. En réponse aux pressions exercées par les ONG et les opinions publiques. Mais. l’UNEP organise des groupes de travail sur les conséquences économiques du contrôle des CFC. © De Boeck Université . En juin. Document téléchargé depuis www.cairn. 1992).146. Trois hypothèses alternatives. l’agence de protection de l’environnement américaine. les hypothèses de Molina et Rowland sont jugées beaucoup trop alarmistes.

. Même Du Pont de Nemours.——— ——— Formation et développement des accords environnementaux internationaux 131 conférence sur la dégradation de l’ozone et le changement climatique. le régime de l’ozone est caractérisé par une période de création relativement courte. les polluants organiques persistants (Protocole POP de 1998) et les métaux lourds (Protocole métaux lourds de 1998) 8. Le montant de « ressources matérielles » mobilisé a permis de convaincre et de favoriser un consensus.info .13/04/2012 16h46. Le rôle structurel des Etats Unis au cours de la construction du régime est l’élément le plus à même d’expliquer l’avènement d’une politique internationale coordonnée. LE DÉVELOPPEMENT DES RÉGIMES Le régime « pluie acide » : rôle de la science Dans le cas des pluies acides.4 . A l’instar du régime « pluie acide ». D’autres accords viendront les compléter : l’accord 8. Document téléchargé depuis www.146. Ils n’ont pas hésité également à menacer les pays qui ne souhaitaient pas suivre leur exemple en prenant des mesures unilatérales couplées à des sanctions économiques.cairn.254. Ainsi. Tout cela complété par des pressions diplomatiques. © De Boeck Université Document téléchargé depuis www. cela touche les oxydes d’azote (Protocole de Sofia de 1988). C’est en juillet que la NASA présentera une étude qui légitimera de façon définitive la nécessité d’une action aux yeux des décideurs publics..info . Au départ.146.. dès lors que le Protocole d’Helsinki est signé.13/04/2012 16h46. les campagnes des ONG et l’avancée de la science ne doivent cependant pas être sous estimés. reconnaît la nécessité d’imposer une régulation à l’échelle internationale. Les pressions qu’ils ont exercés et l’influx scientifique et technologique qu’ils ont apporté ont contribué de façon significative à la signature du Protocole de Montréal. induisant la signature et la ratification d’autres accords. l’incertitude scientifique est bannie des discours politiques. Le leadership entrepreneurial exercé par Mostafa Tolba.80. induisant par là même une accélération du cours des négociations. Le leadership structurel des Etats Unis n’aurait certainement pas eu une telle influence s’il n’avait été supporté par une croissante compréhension scientifique incriminant les CFC.4 . Cela favorise une reconnaissance consensuelle de l’urgence d’une résolution du problème (Titus. Par la suite. mais sa reconnaissance du problème se fonde sur le développement de son propre modèle qui confirme les hypothèses de Rowland et Molina. © De Boeck Université .cairn. Ces pollutions ne sont pas responsables de l'acidification mais constituent des problèmes transfrontaliers et sont par conséquent associés au régime « pluie acide ».. le leader de la production de CFC et le principal détracteur des négociations. à quoi il nous faut ajouter les pressions du directeur exécutif de l’UNEP et des ONG qui souhaitaient activement qu’un accord soit signé.80. Il est vrai que cette entreprise a perçu un marché de niche dans la production de substituts aux CFC. 1986). Le changement de position du principal producteur de CFC constitue l’aboutissement d’une convergence des points de vue. sont concernés d’autres problèmes de pollution transfrontière générés par les composés organiques volatiles (Protocole COV de 1991).254. à la fin de l’année 1986. le régime se développe alors rapidement.

Le modèle d’évaluation intégré RAINS (Alcamo et al. Le protocole EMEP (European Monitoring Evaluation Programme) initié en 1984 est renforcé et définit des groupes de recherche dans les pays membres. Si la science n’est pas l’élément moteur de la création du régime.cairn. Cela permet aux acteurs de visualiser les impacts de l'acidification et facilite la décision. le consensus et la confiance dans les programmes de recherches deviennent importants. on assiste à un retournement de situation.146.info . © De Boeck Université . Rappelons que pendant les premières négociations. Son influence s’est accrue après le Protocole de Sofia (1988). L'utilisation de scénarios est un moyen efficace de communiquer d'importantes informations techniques. Le modèle prend le risque de fournir des cartes géographiques des dommages malgré les incertitudes à ce sujet. Des réductions différenciées sont substituées aux réductions uniformes et les niveaux de réductions stipulés deviennent plus contraignants. Dès que les évidences scientifiques commencent à s’affirmer. C’est au cours du développement du régime que l’évaluation scientifique devient un instrument de décision.254. Il est vrai que le principal facteur à l’origine de la création du régime « pluie acide » est la forte influence exercée par l’Allemagne. surtout..13/04/2012 16h46. L’impact de la science sur le processus de négociation est alors double : elle constitue le moyen d’accroître le consensus tout en devenant un instrument de décision. Document téléchargé depuis www...254. elle devient un instrument d’évaluation politique et caractérise le développement du régime. Certains pays acceptent les niveaux d’abattements proposés par le modèle et. elle constitue un élément favorable au consensus. Les résultats de ce programme sont présentés au cours de la négociation du second Protocole sur le soufre à Oslo en 1994.4 . Une « carte » constituée de cinq programmes pour évaluer et gérer les effets de la pollution de l’air est proposée.80. et donc la possibilité d’un doute sur la pertinence du problème. la science étant maintenant utilisée pour légitimer la nécessité d’une coordination. © De Boeck Université Document téléchargé depuis www. 1990) joue à cet égard un rôle significatif dans la négociation du Protocole d’Oslo. La priorité est accordée à la coordination des programmes de recherche nationaux et à la standardisation des données. Contrairement à d’autres problèmes environnementaux de dimension internationale. mais cela ne doit pas faire oublier le rôle joué par la science sur les évolutions de la négociation et l’élaboration du consensus lors du développement du régime..cairn. L’une des premières tâches de l’UNECE est de développer une structure associant recherche scientifique et décision politique. les succès de RAINS à partir de 1990 doivent être attribués à ce que le modèle couple l'action politique aux conséquences engendrées en termes de qualité de l'environnement (modèle dynamique bottom up). L’action est reconnue inévitable et la modélisation est considérée comme un moyen légitime d’évaluation des niveaux d’abattement. Selon Leen Hordijk (1991).132 Pierre Courtois et Tarik Tazdaït — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — sur les dioxydes de soufre (Protocole d’Oslo de 1994) et celui sur les oxydes d’azote (Protocole NOX de 1998).13/04/2012 16h46.146. l’existence d’une controverse scientifique. est utilisée pour refuser l’adoption d’une politique environnementale coordonnée. les concepts de seuil critique (« critical loads ») sont repris dans le Protocole. 9.80. Ayant acquis une légitimité. Des références au modèle sont d’ailleurs constamment faites pendant la négociation (Hordijk.4 . 1991) 9..info . L’objectif est clair : renforcer la crédibilité des recherches et accroître ainsi le consensus scientifique.

l’Union Européenne accepte l’idée d’un fond multilatéral d’aide à l’accession des pays en développement alors que les États-Unis sont défavorables à sa création (Ott. 1993) 10.. date à laquelle il cesse d’être directeur exécutif de l’UNEP. Le fond est fonctionnel en 1992.254.13/04/2012 16h46.. Les pays en développement s’opposent vivement à ce projet jugeant que les disponibilités financières seraient diluées autour d’objectifs trop nombreux. 455 millions de dollars sont ajoutés en 1993 et 466 millions de dollars sur la période 1994-96.. fin 1989. L’Union Européenne n’impose donc pas ses points de vue. Ainsi. En particulier.13/04/2012 16h46. l’Union Européenne cherche à s’imposer comme leader. la proposition européenne est acceptée faute de propositions alternatives (Gehring et Oberthür.254. 1991). elle supporte un agenda de réductions beaucoup plus ambitieux que ses homologues américains et japonais. en 1992 l’Union Européenne réclame une élimination des HCFC à l’horizon 2015 alors que l’Amendement stipule une période beaucoup plus longue s’étalant jusqu’à 2030. ce montant est renouvelé sur la période 1997-99 (Biermann. Le fond voté en 1990 devant voir le jour à la ratification de l’Amendement de Londres.8 % de l’utilisation des SNO alors que l’Amendement qui résulte des négociations stipule des réductions plus faibles.info . © De Boeck Université Document téléchargé depuis www. Il en sera de même en 1992 avec les SNO et en 1995 avec les hydrochlorofluorocarbones (HCFC). 10. Dès la fin de l’année 1989.——— ——— Formation et développement des accords environnementaux internationaux 133 Le régime « couche d’ozone » : évolution du leadership Les ONG sont encouragées par la signature du Protocole de Montréal.80. Bien que les Etats-Unis soient réticents à une participation financière au fond. Il apparaît d’ailleurs que ses propositions ne sont pas souvent acceptées. Le changement le plus significatif concerne le leadership structurel des EtatsUnis qui disparaît avec l’évolution de la position de l’Union Européenne. Elle défend alors l’idée qu’il faut utiliser un fond commun pour tous les problèmes globaux.146. Cette volonté de leadership se limite cependant à « l’affichage » d’une position pro-régime . De même. En 1992. Document téléchargé depuis www. mais influence le cours des négociations en « poussant vers le haut » les objectifs du régime. 1996). l’Union Européenne propose en 1995 une réduction supplémentaire de 2. Elle joue aussi un rôle important sur la constitution du fond d’aide multilatéral. 1997).4 . D’une position de « détracteur » des négociations. Elles développent des actions de diffusion de l’information technologique. Mostafa Tolba continue d’exercer un leadership entrepreneurial jusqu’à la fin de l’année 1992.cairn.146. Aux premières négociations de l’Amendement de Londres. Il est constitué des contributions volontaires des pays industrialisés et s'élève sur la période 1991-93 à 240 millions de dollars. les ONG européennes jusqu’alors peu mobilisées constituent des groupes de pression influents (Oberthür.cairn..80. à l’image des ONG « Grey » qui fournissent des informations techniques aux groupes d’experts de l’UNEP et aident à la formulation des rapports. aucune pression ne sera exercée par l’Union Européenne.4 . l’Union Européenne suggère que la gestion du fond soit intégrée à la « Global Environment Facility » (GEF) créée au cours des négociations sur le changement climatique en 1991. © De Boeck Université . Toutefois aucune structure n’est mise en place pour assurer son organisation et son fonctionnement.info . d’autant plus qu’elles ont été l’un des principaux instigateurs du consensus qui a émergé dans les pays industrialisés.

d’exercices de pouvoirs et de marchandages tacites ». Tout en préservant une influence significative. 1993).146. 162 pays ont ratifié la Convention de Vienne . « d’offre et de menace » et entrepreneuriaux dans le processus menant à la coordination. les processus de formation et de développement des régimes passent par la définition de termes d’accords mutuellement acceptables. Le consensus est le résultat de moyens de pression qui participent activement au processus de marchandage institutionnel qui. Nos deux études de cas montrent le rôle déterminant des leaderships structurels. Ils seront cependant à l’origine de l’accord d’interdiction de consommation du méthyle de chloroforme (1990) pendant les négociations de l’Amendement de Londres (Oberthür. La France. Les conflits internes rencontrés pendant la période pré-Montréal diminuent progressivement pour laisser place à des conflits touchant aux HCFC. les Etats Unis jouent un rôle moindre sur la période de développement du régime.254.. © De Boeck Université Au final.cairn.134 Pierre Courtois et Tarik Tazdaït — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — Il est vrai que les pays de l’Union Européenne s’expriment d’une seule « voix » pendant les négociations.info . mais cela n’empêche pas des conflits intra-européens au cours du développement du régime. Document téléchargé depuis www. par exemple. unilatéraux. ils finiront tous par s’aligner sur la position des autres membres de l’Union Européenne (Rowland. Ces accords sont élaborés selon un processus de négociation implicite et explicite faisant intervenir de nombreux jeux d´influences entre les différentes parties. Bien que nous ayons mis en évidence l’exercice de leaderships structurels. On observera un comportement analogue des Etats Unis en 1992 et en 1995 où ils font pression pour interdire les méthyles de bromide à l’horizon 2001 (vote du Clean Air Act au Congrès). le leadership entrepreneurial reflète les aptitudes orales à convaincre les pays à se coordonner. A ces leaderships correspondent des comportements d’influence. Trois .4 .4 . les formations des deux régimes étudiés ne sont ni spontanées ni véritablement imposées.cairn. l’Espagne et la France s’opposent aussi aux efforts de réduction des méthyles de bromide. comme le soulignent Oran Young et Gail Oshrenko (1993). Le leadership « d’offre et de menace » reflète le recours à des incitations positives et négatives. Le leadership structurel reflète l’exercice d’un pouvoir et s’exerce par le recours à la coercition caractérisée par des comportements de persuasion et de dissuasion. L’Italie.13/04/2012 16h46..80. aux méthyles de bromide et au GEF. Les deux chambres du Congrès avaient préalablement voté cette interdiction à l’échelle nationale (Benedick. 1998).80. Document téléchargé depuis www. © De Boeck Université CONCLUSION ET DISCUSSION Dans les deux cas étudiés.. en 1996.13/04/2012 16h46.254. 111 pour l’Amendement de Londres et 62 pour l’Amendement de Copenhague..info .146. Néanmoins. 1997). Enfin. se montre particulièrement réticente à la réduction des HCFC et refuse le renforcement des restrictions au cours des Amendements de Vienne et de Copenhague. on en dénombre 160 pour le Protocole de Montréal. serait la combinaison de « négociations conventionnelles. Le leadership unilatéral reflète l’importance d’une politique unilatérale comme facteur déclencheur d’imitation.

Deux d’entre elles ressortent de nos études de cas : – – L’initiation des négociations est marquée par un flou scientifique concernant les causes et les effets du problème environnemental . cela ne suffit pas à expliquer l’avènement d’un accord. L’impact de la menace sera d’autant plus important que le pays joue un rôle dominant à l’échelle internationale. Des pressions peuvent aussi être exercées par Document téléchargé depuis www. des accords contraignants aux répercussions irréversibles sur les processus de production ont été signés en l’absence d’une clairvoyance scientifique. la découverte d’un phénomène a priori en relation avec les négociations (i. En d’autres termes. Pour devenir effective. la dissuasion et l’imitation.13/04/2012 16h46. ces pressions se sont accompagnées d’une proposition de moyens techniques et politiques permettant de répondre à la situation d’urgence.13/04/2012 16h46.80. cette incertitude induisant deux types de comportements : – La justification d’une position pré-établie : un comportement de défection justifié par l’incertitude sur les dommages et l’amplitude qui peut caractériser les coûts de réduction . un pays doit être en mesure d’imiter la politique suivie par celui qui le persuade. Dans les deux cas étudiés.——— ——— Formation et développement des accords environnementaux internationaux 135 comportements sont par conséquent sous-jacents à l’exercice de ces leaderships : la persuasion. cette persuasion/dissuasion nécessite que le pays qui l’exerce adopte lui même une politique de réduction de ses émissions et qu’il dispose par conséquent de moyens techniques et politiques qui rendent la coordination possible.254. les pays ont une appréciation limitée des coûts et bénéfices engendrés par la coordination.info . il est nécessaire d’étudier les caractéristiques du processus de négociation plus précisément. Afin de mieux cerner les raisons qui expliquent la prépondérance de ces trois comportements dans le processus qui mène à la coordination internationale. une flexibilité vis à vis des choix envisagés : les acteurs sont d’autant plus influençables qu’il leur est difficile de déterminer la stratégie à suivre. © De Boeck Université L’incertitude sur les causes et les effets du problème global est l’une des préoccupations majeures des négociations.146. L’objectif initial de la négociation consiste alors à réduire cette incertitude afin d’être en mesure de légitimer ou non le besoin d’une coordination. la décision s’effectue en univers incertain . © De Boeck Université .4 . – Document téléchargé depuis www. Ceci nous amène au rôle joué par une politique unilatérale dont la vocation est de donner l’exemple..cairn. comme on a pu le voir dans le cadre de la négociation « pluie acide ». En effet. Dans chacun des cas.cairn.. Pourtant.e le « waldsterben » ou le trou dans la couche d’ozone) a permis à un pays (ou à une coalition de pays) de légitimer l’exercice de pressions sur les autres membres de la négociation.254. Elle explique la lenteur et l’inefficacité des premières étapes de la négociation. Les pressions entre pays correspondent à l’exercice d’une persuasion/dissuasion orale et au recours à la menace de sanctions économiques et diplomatiques.4 .. Pour être persuadé d’adopter une stratégie coopérative.146..info . les pays l’utilisant comme une excuse pour ne rien faire.80.

(1991). “Toward and Economic Theory of Leadership: Leading by Example”. “Banning Chlorofluorocarbons: Epistemic Community Efforts to Protect Stratospheric Ozone”.cairn.146. Concluons ainsi : l’environnement incertain laisse une place significative aux processus d´influence entre acteurs. (1982). Jai Press. La persuasion sera d’autant plus efficace qu´il existe une solution médiane. FINUS M. pp 185-205.254. (1996). Science..4 . 25. “The Tragedy of the Commons”. il semble nécessaire qu’un pays ou un petit groupe de pays consente à s’engager pour lancer le mouvement. 36.254. HARDIN G. OBERTHÜR S.E.info . KRASNER S.80. T. BAETZ M.J. “Use of the RAINS Model in Acid Rain Negotiations in Europe”. Archiv des Völkerrechts.. pp.13/04/2012 16h46. pp.cairn. Cette domination s’exerce principalement par le recours à l’imitation. 1. pp. The Rains Model of Acidification: Science and Strategies in Europe. © De Boeck Université ALCAMO J. Il s’agit. 341-423. “Structural Causes and Regime Consequences: Regimes as intervening Variables”. Les situations d’urgence favorisent la domination des solutions politiques et techniques disponibles. Staw (ed. 23. (1968). Cheltenham.). Manchester. HOUSE R. Kluwer Academic Publishers. Dordrecht. vol.L..M. la persuasion et la dissuasion. International Organization. pp.M. en l’occurrence dans ce cas. London. Environment and the Nation State...146. (1996). (1993). (1990)..info . LIEFFERINK D. 46. (1998). de persuader les pays à adopter une stratégie donnée par le recours à des aptitudes particulières à négocier. Environmental Science and Technology. International Organization.. Cet engagement est d’autant plus important qu’il réduit l’espace de stratégies des autres pays et les pousse à suivre le ou les leaders sur le chemin de la coopération.136 Pierre Courtois et Tarik Tazdaït — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — le directeur exécutif de l’institution en charge des négociations. (1979). (2001). (1991). pp. Belhaven Press. “Montreal Protocol: The Copenhagen Meeting”. “Leadership: Some Empirical Generalizations and New research Directions”. un compromis permettant une convergence des points de vue.80. 34. Mais. Ozone Diplomacy: New Directions in Safeguarding the Planet. dans ce cas. SKEA J. n°162. RÉFÉRENCES Document téléchargé depuis www. Document téléchargé depuis www. 2nd edition.13/04/2012 16h46. Harvard University Press.. Acid Politics: Environmental and Energy Policies in Britain and Germany. Mass. Research in Organizational Behavior. 1188-1206. Edward Elgar Publishing Ltd. HORDIJK L.. 6-12. Manchester University press. American Economic Review. Greenwich. (1992). © De Boeck Université . “Common Concern of Humankind: The Emergence of a New Concept of International Environmental Law”. 1243-1248. (1998). SHAW R. HAAS P. Cambridge. l88. BIERMANN F. pour ce faire. 187-224. BOEHMER-CHRISTIANSEN S.4 . GEHRING. BENEDICK R. Environmental Policy and Law. HERMALIN B. HORDIJK L. Game Theory and International Environmental Cooperation. pp. in: B.D. 426-481.. E. une ébauche d’accord. pp. 596-603.

“Stratospheric Sink for Chlorofluormethanes: Chlorine-atom Catalysed Destruction of Ozone”.4 . General Economic History. MOLINA M. SNIDAL D.13/04/2012 16h46. 3. 432-440. 1-21. Brooks/Cooper. WESTONE C. (1974). 874-893. “Leader and Entrepreneur in International Negotiations: A Conceptual Analysis”. 249. OSTROM E. “Designing Negotiations toward a New Regime: The Case of Global Warming”. pp. 27. San Francisco. Manchester University Press. 25-34. Science for Public Policy. Johns Hopkins University Press. OSGOOD C. The Politics of Global Atmospheric Change. MORSE E.H. 258.——— ——— Formation et développement des accords environnementaux internationaux 137 MALNES R. (1997). 15. pp. Nature. pp. pp. Cambridge. Document téléchargé depuis www. (1990). Development and effects in Various Environments”. ROWLANDS I. (1991). American Political Science Review.. Bulletin n°1. J. (1962). 281-308 YOUNG O. 79.G. European Journal of International Relations. International Organization. The Strategy of Conflict. 1. 30-36. Analysis of Human Genetic Linkage. Mass. OBERTHÜR S.80. Polar Politics. Cambridge. RUGGIE J.. Cornell University Press. Ecology Committee. (1993).C. Oxford. SCHELLING T. American Political Science Review.146. pp. pp.cairn.254... “Collective Goods and Future International Collaboration”. Environment.H. SEBENIUS J. Journal of International Affairs. (1991). USEPA and UNEP.info . STOLARSKI R. (1988). Scientific American. Approaches to the Management Complexity. “Coordination versus Prisoners’ Dilemma: Implications for International Cooperation and Regimes”. New York.146. pp.K. in: International Multilateral Negotiating. International Security. UNDERDAL A. “The Antartic Ozone Hole”. pp. 28 May 1968.. (1972). Stockholm. “Political Leadership and Regime Formation: On the Development of Institution in International Society”. © De Boeck Université Document téléchargé depuis www.4 . IIASA/Josey-Bass. (1986). Its cause. Washington DC. 110-148. (1923/1961). (1995).. 923-942. (1960).info . “Montreal Protocol: 10 Years after”. pp. “Effects of Changes in Stratospheric Ozone and Global Climate”. National Environmental Protection Agency. TITUS F. pp. Governing the Commons.R. A History of the Acid Rain Issue. (1968)..E. Collier. Environmental Policy and Law. An Alternative to War and Surrender. 45. Manchester. YOUNG O. Urbana. Harvard University Press. ROWLANDS I. 178-197. © De Boeck Université . “The Fourth Meeting of the Parties to the Montreal Protocol: Report and Reflection”.254. “Leadership Theory: Rediscovering the Arts in management”.80. (1995). (1993). (1985).S. 66. Creating International Environmental Regimes. (1977). pp. New York. WEBER M. (1991). 87-112.R.13/04/2012 16h46.cairn.L. ROWLANDS F. ODEN S. “The Acidification of Precipitation and Air. Baltimore. Cambridge University Press OTT J. (1987). 810-812. “The Global Commons”. 35. University of Illinois Press. OSHRENKO G. (1994).