Vous êtes sur la page 1sur 1

===== Expérience : lancement d'une fusée à eau ===== Comme chaque groupe de TPE, nous avons décidé de faire une expérience

. La nôtre consista it en le lancement d'une fusée à eau. Sa propulsion repose sur le même principe que ce lui d'une vraie fusée astronautique, et c'est justement ce qui nous a intéressés dans ce projet : avec ceci nous pouvons faire une analogie avec une vraie fusée astrona utique et expliquer plus simplement le principe le plus basique qui soit, bien q ue parfois difficile à comprendre, mais surtout à observer. \\ À la différence d'un avion ou d'une voiture, qui s'appuient respectivement sur l'air et le sol pour avancer, et comptent sur les frottements de l'air ou du sol sur leur structure pour se mouvoir, une fusée s'appuie uniquement sur la colonne de ga z qu'elle éjecte (action) pour avancer (réaction). La fusée que nous avons choisi de c onstruire n'est pas très élaborée : deux bouteilles de plastique de 1,5 litre, du scot ch, un bouchon étanche supplémenté d'une valve de vélo, et une pompe à air. Le principe d e fonctionnement est simple lui aussi : on met de l'eau dans la bouteille, on la ferme avec le bouchon étanche, sur lequel on visse la pompe. Avec la pompe, on au gmente la pression à l'intérieur de la bouteille. La pression s'exerce uniformément su r les parois de la bouteilles, et elle s'équilibrent : la force sur la paroi droit e est compensée par celle sur la paroi gauche, celle sur la paroi haute est compen sée par celle sur la paroi du bas (le bouchon)... C'est pour ça que la fusée reste imm obile : toutes ses actions intérieures sont équilibrées. À un moment, la pression se fai t trop forte et le bouchon "saute". L'action exercée par la pression de l'eau sur la paroi haute de la fusée n'est plus compensée car l'eau s'évacue : c'est l'action. L a fusée oppose tout simplement une réaction qui se traduit par un déplacement opposé au jet d'eau, de même force. Une fusée astronautique se comporte exactement de la même ma nière : un mélange de carburant et de comburant est brûlé, des gaz sous pression sont éjec tés et la fusée s'appuie sur la colonne de gaz pour s'élever. Dans notre bouteille, la pression est montée jusqu'à 7 bars, ce qui correspond à 700000 pascals, 70 newtons pa r centimètre carré, ou encore 7 kilogrammes par centimètre carré. Cette pression est dir ectement à l'origine de la vitesse d'éjection de l'eau, qui est un facteur de la vit esse résultante de la bouteille, mais également de la poussée qui lui est communiquée. C es deux dernières valeurs influent directement sur la hauteur d'élévation de notre bou teille. Dans une fusée astronautique, la pression intérieure des gaz n'est pas de 10 bars mais de 115 bars ; la vitesse d'éjection des gaz n'est pas inférieure à un mètre p ar seconde mais supérieure à 4 kilomètres par seconde ; le débit massique d'éjection des g az n'est pas de moins de 1 kilogramme par seconde mais de plus de 15 kilogrammes par seconde. Si notre bouteille de plastique nous permet de bien modéliser ce qui se passe dans une fusée pour qu'elle avance, une vraie fusée astronautique est des centaines de fois plus puissante en tous points (notre bouteille est tout de même bien allée à une dizaine de mètres de hauteur). En revanche, la structure, au lieu de peser quelques grammes, pèse quelques dizaines de tonnes. Mais la propulsion d'une vraie fusée est également plus homogène : en effet, notre bouteille n'a fait que se v ider d'un seul coup de toute son eau, ce qui équivaut à une seule grosse poussée. Sur une vraie fusée, la combustion du mélange carburant-comburant est "réglable", ce qui f ait qu'on peut obtenir une poussée relativement homogène et avoir une poussée suffisan te sur une durée plus ou moins longue. Lorsque l'on ne peut pas contrôler la combust ion en temps réel, avant le décollage, on s'arrange pour que tout brûle d'une certaine manière... et on se retrouve quand même avec une poussée homogène. \\ Une fusée astronautique a beau être infiniment plus puissante que notre bouteille, e lle ressemble en de nombreux points à son homologue en plastique. De plus, si les différences sont marquées entre la simple bouteille qu'on remplit d' eau et l'immense bolide qu'on remplit de poudres parfois explosives et de liquid es inflammables, le principe est le même et on peut facilement le mettre en lumière sans avoir à dépenser des centaines de millions d'euros. En dernier point, c'est une expérience amusante à réaliser et on est parfois surpris de la hauteur à laquelle peut monter la bouteille ! [[http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:RD-180_test_firing.jpg]]