Vous êtes sur la page 1sur 576

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Les Chroniques de Gala Phoenix

Le Cycle de Shandi - I

« Baal Gaa’n del »

(Je me souviens)

Les Chroniques de Gala Phoenix

« Non seulement Il (Dieu) joue aux dés, mais Il les lance là où on ne peut pas les voir. » Stephen Hawking

« Nous devons nous rappeler que ce que nous observons n'est pas la Nature elle-même, mais la Nature soumise à notre méthode de questionnement »

« Si l'électron nous a servi à comprendre beaucoup de choses, nous n'avons jamais bien compris l'électron lui-même. » Louis de Broglie

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

« Gala Achack Gaa’l, Shaan'dih. Gala Achack Gaa'l Sahal Phoenix

»

Les Chroniques de Gala Phoenix

Chronologie et mise en place des temps futurs

12/04/2080: Les réserves de pétrole arrivent à expiration, les PEP entrent en récession, devant la soudaineté de l’évènement. Seules les nations ayant investit dans des facilités d’hydrogènes arrivent à garder la tête hors de l’eau. Le marché de l’Hydrogène est détenu à 90% par le NRC (Neo Ressource Consortium). La pollution est arrivée à un point de non retour, les populations émigrent vers les zones vertes, parallèlement les cas de cancers dépassent les simples statistiques, le cancer devient la principale cause de mortalité humaine. Près de neuf humains sur dix périront d’un cancer sur la planète. Le NRC créé un centre de recherche génétique afin d’éradiquer ce nouveau fléau et le baptise le GRL (Genetical Research Lab)

2091: Première faillite officielle d’un pays, les Etats Unis d’Amérique. Le dollar n’a plus court, le pays est en proie a une guerre civile. Le NRC sous la direction de Gail Nornick investit dans le pays en privatisant certaines villes telles New York, Washington, Philadelphie, Seattle. Les USA deviennent ainsi le premier pays à économie mixte. De manière à rétablir l’ordre, le NRC investit également dans une armée privée formée par ses soins, nommée le S.A.A.D le Safety American Army Department qui compte près de deux cent mille soldats dés les six premiers mois, suréquipés et sur formés. La diplomatie passe dés lors par les relations internationales avec le NRC, considéré comme un fond d’investissement des nations, véritable banque mondiale, fond monétaire, et unique cautionnaire crédible.

2099: 85% des USA appartient au NRC et plus de 50% des pays d’Amérique du sud. Gail Nornick est assassiné lors d’une conférence sur les enjeux de la génétique à l’échelle de l’avenir de l’humain, par un islamiste. Il est remplacé par Raine Dowding.

2105: Le NRC possède la moitié du globe sous son contrôle. Seuls les anciens pays asiatiques font bloc. L’ancienne Russie n’est qu’une étendue déserte où errent des tribus nomades.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

2106: Le NRC fait une offre aux chinois pour investir leur gouvernement et ainsi être l’actionnaire principal du dernier pays rebelle. La Chine refuse, Le NRC à présent sous forme de Fédérations à économie mixtes, franchisées ,coupe l’hydrogène aux chînois. Le 23 décembre, Saad envahit la Chine.

1er janvier 2107: Les non administrés du NRC se regroupent en une armée internationale regroupant une partie de l’Europe, des peuples arabes, hindouistes, et chinois pour délivrer la Chine. Cent millions de morts en trois semaines de Combats, dont une grande partie de civil. Les armées suréquipées de Saad ne comptent qu’une centaine de pertes. La résistance est anéantie.

22 mai 2107: Le NRC change de statut pour celui de Fédérations des nouvelles civilisations humaines, fidèlement au rêve de Gail Nornick et s’autoproclame Gaïa. Le contrôle de la planète est total. Parallèlement, les recherches sur la génétique avancent à pas de géant, les causes du cancer sont isolées et les techniques pour le faire reculer progressent rapidement, les premiers tests sont concluants.

2108: Tout s’enchaine très vite, les humains eurent longtemps peur du réchauffement climatique, mais aucun ne se rendit compte de ce qu’il advenait. La terre s’arrêta de tourner autour d’elle-même, en trois mois. Gaïa entreprit de construire d’immenses structures pour filtrer les rayons du soleil, les affranchis de Gaia se virent repoussés du côté sombre de la planète ou le froid tombe jusqu’a -173 degrés. Une barrière colossale est construite le long du globe, et gardée par Saad. L'arrêt de la rotation durant deux années.

2149: Le GRL lance un appel à des volontaires pour tester leur dernier vaccin contre l’avancée du cancer. Durant les années qui suivirent, les Administrateurs du GRL cacheront la mort de 35971 personnes et déporteront vers l’hémisphère sombre les cobayes dont le résultat des tests fut un échec et qui subirent des mutations irréversibles. Entre temps, à force de tests, le cancer mute et devient méta résistant, les recherches partent de zéro.

Les Chroniques de Gala Phoenix

2275: La grande bataille, les troupes du nouveau monde de l’ombre Visigath formé par l’accumulation et la fédération des Anti Gaïa des mondes de l’ombre tentent de se rendre maitres de l’hémisphère contrôle par Gaïa afin d’avoir accès aux technologies, à la nourriture, aux solutions anti cancers et au soleil ainsi qu’aux boucliers solaires. La bataille durera 53 ans, les pertes furent nombreuses de part et d’autre, Saad réussit toutefois a maintenir la ligne sauf sur Dohan, la ville frontière nouvellement érigée en l’ancien pays nommé Israël qui tomba aux mains de Visigath (se nommant dans la langue des Ombres Arrha Braya « les zones obscures »).

2400: Le remède contre le cancer ancienne génération est quasiment trouvé. Le nouveau cancer baptisé Meta cancer est un casse tête, d’autant que la maladie se propage à une vitesse incroyable, près de 100% des personnes vivantes auront un jour un Meta cancer.

2500: Le siècle de la stagnation. Gaïa est une civilisation pérenne, la Cité est administrée selon des règles incroyablement strictes, les gens vivent dans un monde aseptisé, la Fédération gère chaque souci du quotidien, les progrès de la biomédecine sont capables de maintenir les gens dans un état de santé incroyable jusqu’à leur cancer. La Grid devient le seul média entre les habitants, chaque foyer est équipé de terminaux, le LLC nouvellement créé devient le seul consortium capable de rivaliser avec le GRL au niveau de la puissance et de l’influence qu’il a sur la Fédération. Néanmoins, les découvertes technologiques se font rares. Le Meta cancer reste un problème insoluble, pour beaucoup il est l’œuvre de Dieu. L’histoire perd toute trace de l’évolution du peuple de l’ombre, le peu d’espions envoyés ne sont jamais revenus pour témoigner d’une quelconque chose.

19 Mars 2601: La terre sans raison aucune bascule légèrement sur son axe, créant des ravages parmi les territoires de l’ombre, les gens n’étant plus habitués aux rayons du soleil, de graves brulures les repoussent plus profond de quelques centaines de kilomètres. On se demande alors pourquoi et quand cela se reproduira. Gaïa reprend des territoires et s’étonne de la résistance des Gaïens.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

2647: Le savant du GRL Nuno Vail réussit à créer de la matière à partir de rien, il est le responsable du département quantique du GRL. Dés lors une guerre fratricide va déchirer le blockbuster, opposant les physiciens et généticiens.

2669: Vail présente devant le congrès de la Fédération son moyen de se débarrasser du Meta Cancer, De son côté, Atheus Rose, tout jeune généticien qui travaillait dans l’ombre lui oppose son projet, selon lui pas besoin de passer par une opération barbare, il présente un projet d’injection hormonale qui rendra le corps parfait. Le gouverneur Phaeton de Gaïa lui donne un an.

25 Juillet 2670: Atheus Rose en plein tests sur des volontaires fait la connaissance de Nawrah Alansith un jeune émissaire d’un peuple nomade autonome et affranchit, mais pas en guerre avec Gaïa, les Bahassidj. Nawrah vient étudier les mœurs de Gaïa et leur présenter allégeance en échange d’aide technologique militaire contre Visigath. Nawrah se révèle capable de lire les pensées et possède des dons de télékinésie. Atheus le persuade de participer à des tests. Nawrah accepte. Les Bahassidj se révèlent résistants au Meta cancer. Atheus est sur le point de réussir. Le même mois, le généticien isole un gène jusqu’alors inconnu, un chromosome heptipaire, indécelable sans l’aide de rayonnement nucléaire, présent à l’état de fossile dans l’ADN des Bahassidj. Il présente son vaccin qui met fin à des siècles de ravage du Meta cancer. Il est nomme Président du GRL qu’il rebaptise le GLC (Genom Lab Company).

2671: Une nouvelle menace surgit de l’ombre, Saad est attaque par surprise par des humains d’une rapidité incroyable ainsi que des chars d’une génération très sophistiquée. Saad pour la première fois doit reculer et ainsi arriver jusqu’à la limite des portes de Gaia. Les Bahassidj sont suppliés de sortir de leur statut neutre et d’aider Gaïa.

2 aout 2671 : les Bahassidj rentrent en guerre contre les troupes de Visigath, et les éloignent de Dohan. Gaïa en profite pour reprendre le contrôle de la ville alors que les Bahassidj la désirait, étant le lieu de leur berceau culturel. Ils redeviennent nomades et s’éloignent des Fédérations de Gaïa.

Les Chroniques de Gala Phoenix

2674 : Parallèlement, une délégation de Cités Administrées déposent un dossier d’Indépendance auprès de Gaïa en leur proposant de se délivrer des volontaires intéressés a créer une nouvelle société. Le Chancelier de l’époque, Sid Phaeton refuse mais il meurt dans la semaine. Atheus Rose, auréolé de ses succès au GLC devient administrateur et gouverneur intérimaire de Gaia, il offre l’Indépendance a des nouvelles cités, Saria, Néo Bogotà, Querencia, Entropia.

25 juillet 2678: La Fédération de Gaïa dépose un texte relatif a l’abandon de toute existence de Dieu ou d’espèce supérieure à l’homme. En effet le GLC détient tous les secrets du génome humain, maitrise le clonage et annihile toute maladie ou infection. La durée de vie est votée selon l’économie, les naissances sont maitrisées, toute femme voulant un enfant devra présenter un dossier au GLC payer un droit et intégrer le GLC durant une année lors de sa trentième année. Les enfants hors GLC sont interdits. Saria prend ses distances avec Gaïa. Atheus a 34 ans.

5 septembre 2679: Naissance de Almen Dort.

12

avril 2694: Probable naissance de Joshuah Phoenix

25

novembre 2695 : Probable naissance de Samaria Lameth

19

mai 2700: Atheus Rose confie à Dort une relique, son secret, le génome de Nawrah

qu’il avait prélevé et lui demande de travailler dessus. Il lui présente également un enfant sortit de nulle part, Joshuah Phoenix, il a 6 ans.

2701; Le projet Phoenix est à l’étude, il consiste à découvrir les secrets des pouvoirs des Bahassidj de manière à créer un Gaïen surhumain. Ceux-ci ne craignent déjà plus les rayons solaires, les maladies. Seules leur manque des facultés encore inimaginables, Atheus charge Almen de développer ce coté mystérieux.

2703: Le GLC obtient le budget de la Fédération illimité pour le projet Phoenix.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

2705: Joshuah Phoenix est intégré au programme qui porte son nom. L’enfant présente des similitudes avec les Bahassidj et d’autres dons bien plus spectaculaires.

2708: Almen Dort se rend compte que d’autres enfants de Saria, de Gaïa et même de Dohan possède les mêmes capacités, ils les fait tous venir au Bâtiment Phoenix du GLC.

2709: Premier agrandissement du Bâtiment Phoenix, il fait dés lors deux fois la taille des autres bâtiments du GLC réunis.

2712: Le 3ème Bâtiment X sort de terre, il devient autonome de la Fédération. Une administration parallèle du GLC est chargé de son directoire, les membres les plus éminents de Gaïa et de Saad intègre la gouvernance. Almen Dort en garde la tête.

2723: Naissance de Anja Congrejo

2725: Naissance de Crystal Lameth et de Thian Costh

2726: naissance de Amadriane Lochbeck

2730: Le corps militaire des Mantas est officiellement intégré à Saad.

19 septembre 2738 : Naissance de Shandi Phoenix issue de Samaria Lameth et Sahal

Phoenix

25 novembre 2740: La bataille de Dohan. Saad repousse les troupes de Visigath en

une journée grâce à l’intervention des Mantas. Durant cette bataille, la jeune Crystal Lameth se révèle être la plus puissante Manta jamais observée. Thian Costh est elle gravement blessée.

13 décembre 2745 : Crystal est nommée Manta Precognitive auprès de la Fédération

Les Chroniques de Gala Phoenix

de Gaïa et grande conseillère de Atheus Rose. Elle a 20 ans. Cette même année Thian s’affranchie et immigre à Saria rejoindre les autres Mantas affranchis.

22

mai 2747 : Naissance présumée de Gala Phoenix.

13

avril 2750 : Dans leur chambre au sein du Bâtiment X, Shandi Phoenix est

trouvée morte. Ce même jour, un violent orage s’abat sur Gaïa, des mouvements animaux sont recensés sur tout l’hémisphère, on croit à une fin de la planète durant quelques heures.

13 septembre 2750 : La Terre est victime d’une perte magnétique qui déstabilise toute

l’aviation de Gaïa, on dénombre une centaine de disparus au sein de Saad.

13 février 2751 : Gala disparait de tout contrôle pendant une heure. On la retrouve dans le parc du Bâtiment X sur sa balançoire. Entre temps, les experts en quantique décèlent une perte de temps universel, comme si la temporalité de la planète entière avait brutalement subit une fuite dans l’espace temps. Gala a alors 3 ans.

28 Février 2751 : Le Bâtiment X est entièrement construit autour et pour la petite

Gala, des scientifiques sont spécialement formés pour encadrer l’enfant. Des dizaines

fuient par frayeur et sont emprisonnés. C’est la fuite des cerveaux de Gaïa.

18 décembre 2751: Gala disparait de nouveau pendant 03:00:47. Le Temps fluctue

de nouveau, des oiseaux s’écrasent sur la capitale des Fédérations. Les mouvements d’animaux sont de nouveau recensés sur l’hémisphère. Les populations de l’hémisphère de l’ombre entrevoient une lumière étrange dans leur ciel éternellement obscur pourtant. Crystal Lameth retrouvera Gala dans la forêt sauvage de Bandalagca assise au pied d’un arbre.

19 Février 2751 : Amadriane Lochbeck jeune Manta affranchi est nommé pour

s’occuper de Gala. Les disparitions cessent.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

2 mai 2754 : Crystal Lameth est investie au sein du GLC au Bâtiment X, désormais le projet Phoenix est sous sa juridiction. Piscean Dazi est la nouvelle tutrice de Gala.

30 janvier 2755 : La Grid envahit Saria, les deux cités sont désormais liées par le

même protocole d’univers virtuel. Anja Congrejo entre au LLC comme architecte de la Grid.

23 février 2756 : Anja propose au LLC sa version du client de la Grid 4.01. Succès

commercial immédiat, 100% des utilisateurs de Saria et de Gaïa sont équipés du

nouveau client.

25 Aout 2756 : Nouvelle fuite de Gala durant quelques minutes, Black-Out du client

4.01. Mouvements de panique des animaux, on signalerait un Tsunami dans l’ancien

océan pacifique.

1 Juin 2757 : La fuite. Gala Phoenix fuit une dernière fois du Bâtiment X du GLC.

Les Chroniques de Gala Phoenix

La prophétie des Bahassidj

Verset traduit par Tsipi J. Parx Université de géopolitique de Gaia.

(…) Lorsque la lune mourra. Lorsque la Terre s’arrêtera. Lorsque les tumultes des Arrha Braya secoueront chaque homme de chaque pays sur chaque continent. Lorsque le temps aura fuit. Lorsque plus rien ne signifiera plus rien. Alors, il (elle) apparaitra. Le(a) dernier(e) des Bahassidj. Il (elle) ne sera d’aucune patrie ni d’aucun clan. Il (elle) ne souffrira d’aucune allégeance et il (elle) bataillera jusqu'à ce que seul le calme règne sur la Terre. Les souffrances de la Grande Cité enfin s’étoufferont. Mais lui(elle) restera immuable et éternel(le) comme bouclier infranchissable des dérives de l’homme. Il(elle) n’aura pas de nom, ne sera issu(e) d’aucune dynastie puissante et nul n’aura de prémonition quant à sa nature profonde. Mais il (elle) sera tout et toujours a la fois, ce qui fut, ce qui sera et ce qui est. Prenez garde et prenez en acte, rien ne pourra venir assouvir sa satiété (faim), ni lumière ni ombre ni avidité car il (elle) sera lumière et ombre et ses propres velléités. Voici venir Le(a) Dernier(e) des Bahassidj. Il (elle) regardera le ciel, et à la fin, il (elle) pleurera. (…)

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Prologue

26 Novembre 2740

04H10

« Amenez-le prochain ! Vite, par ici ! Son nom, son matricule et le bilan s’il vous

plaît. Dépêchez-vous il y’a encore d’autres cas majeurs derrière !! » Elle fut happée de son coma artifciel provoqué par un Diprivan de synthèse bien qu’elle n’ait jamais vraiment perdu conscience. Seuls, les lumières et les sons environnants la rattachait à une réalité qu’elle voulait néanmoins quitter. Pour toujours… Les néons se succédaient devant ses yeux embrumés et elle se surprit à les

comparer l’un après l’autre. Le premier était d’un blanc éclatant, mais le second palissait. Tiens, le troisième néon semblait en panne, mais le quatrième lui ft plisser les paupières tant sa luminosité était puissante. Et puis, il y’avait ces têtes semblables et anonymes qui de temps à autre passaient devant son regard et semblaient la considérer. Elle semblait donc entre de bonnes mains, car si elle n’avait aucune idée de l’endroit où elle se trouvait, eux devaient le savoir. Les néons changeaient à présent, ils étaient d’un bleu très clair qui lui rappelait quelque ciel qu’elle avait eu l’occasion de contempler mais elle ignorait quand exactement. Sa mémoire était comme son corps, meurtrie et cassée. Elle ne se souvenait de rien car rien ne lui faisait se souvenir qu’il y’avait des évènements dont elle devrait se rappeler. En quelque sorte, elle était dans un tel état qu’elle semblait vivre les premiers moments de son existence sans que quoique ce soit eut existé avant cet instant. Puis elle entendit de nouveau la voix qui s’écriait.

« NOM DE DIEU ! »

Et une autre voix, de femme cette fois-ci qui répondait à la première.

« Oui c’est une Manta, il faut faire très vite docteur »

Parlait-on d’elle ? Un docteur. Des néons, des brouhahas incessants, des cris

Les Chroniques de Gala Phoenix

au loin. De la musique même, une douce boucle en forme de leitmotiv qui semblait l’englober. Elle n’avait jamais entendu une si douce mélodie, mais elle la comprenait, comme si quelqu’un faisait passer un message à ses sens utilisant quelques instruments cosmiques. La musique lui faisait comprendre que tout

allait bien se passer, qu’elle n’aurait pas mal, et qu’elle se souviendrait de tout en temps voulu. La musique lui parlait aussi d’une petite flle qui arriverait un jour et qui réglerait tous les maux du monde, puis, elle se tut.

« Il faut amputer, nous n’avons pas le choix. »

Mais elle ne réagissait pas, étrangère autant à cette scène qu’à elle-même. Elle se sentit portée par plusieurs mains d’une civière à une autre, et la lumière se ft

encore plus forte et fxe. Elle n’avançait plus à présent et était semble t’il arrivée dans un lieu où à priori elle allait passer un bout de temps. Des gens la regardaient au travers de masques un peu grotesques. Ces derniers avaient l’air de lui parler, ou du moins d’essayer de lui faire comprendre des informations diffuses.

« Tout va bien se passer jeune fille, tu vas t’en sortir, tu vas avoir une nouvelle jambe…Tu vas essayer de dormir maintenant…Mon dieu elle est si jeune pour avoir

Qui a pu faire un pareil massacre…On passe le

été sur place…Mais qu’a t’elle eu ?

Diprivan…Jeune fille, quel est ton nom ?

»

Et elle, au milieu de cette masse de données ne put répondre qu’après de

longues secondes d’hésitation.

« Où suis-je ? »

« Elle se réveille, ce n’est pas normal, arrêtez l’incision tout de suite !!!

Comment

ça impossible ?

doses de morphine disponibles dans cette salle… MAINTENANT !!! » Elle ne distinguait que de grandes lumières qui étaient braquées sur elle. Les gens alentours n’étaient que des fantômes dans sa réalité. Elle n’avait pas mal, elle n’avait pas froid, elle ne sentait tout simplement rien. Son cerveau avait du décider de couper certains réseaux neuronaux inutiles. Toutefois elle se sentait sombrer. Après toutes ces injections d’hypnotiques, son corps réagissait enfn dans le sens voulu. Elle entendit un bruit strident, semblable à une scie au loin, surement devait-il y avoir des travaux dans le périmètre. Normal, c’était la guerre

Doublez le Diprivan, injectez également du curare, je veux toutes les

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

en ce moment. Elle se sentit ensuite secouée violemment, mais toujours sans douleur, c’est alors que la tête lui tourna atrocement, et que les bips réguliers qui entouraient sa réalité auditive semblèrent s’accélérer. Elle eut alors mal, très mal. Elle avait envie d’hurler, mais elle ne pouvait pas, quelque chose l’immobilisait, comme une toxine quelconque. Un dernier remous, une douleur dans sa jambe droite indescriptible, toujours cette envie de crier à la mort, de bouger, de se libérer. Jamais douleur n’avait été aussi cruelle et violente. La tête lui tournait encore et elle eut envie de vomir tellement elle souffrait dans son corps et dans son âme. Des larmes coulaient sur sa joue, elle pouvait les sentir descendre de ses yeux et couler jusqu'à ses oreilles dans lesquelles elles mourraient. C’était comme si on lui enlevait un morceau d’elle-même. Elle se sentait meurtrie dans son intégrité. Faîtes que je rêve… Mais qui implorait-elle ? L’idée même de l’existence d’une quelconque entité supérieure avait été anéantie des années auparavant. Comment se pouvait t’il qu’elle chercha encore à supplier quiconque ? Etait-ce un réfexe acquit des nombreuses générations d’humains avant elle, où était-ce viscéral ? Y’avait-il au fond quelqu’un ou quelque chose qui gérait tout ça ? Etait-ce simplement La Source qu’elle implorait ? L’Initial ? Les bips ralentirent. Une torpeur suave à la limite du sensuel s’éprit d’elle. Il lui semblait que son corps s’était habitué à la douleur, et elle put relâcher sa tension. Ensuite, les voix réapparurent, tout d’abord noyées dans le bruit ambiant, et devinrent ensuite plus distinctes. Cette fois-ci, seule une voix lui parlait à travers la musique. C’était la voix d’une petite flle qui continuait à lui dire que tout allait bien se passer, que tout mal cache un bien, que rien n’est aussi mal ni aussi bien que l’on imagine de prime abord. Ensuite, la voix se fondit en un langage qui lui était inconnue. Elle comprit juste qu’il y’avait quelqu’un qui était apparu non loin d’elle dans la pièce. Dans ses errances d’anesthésie fonctionnant à moitié, elle ouvrit les yeux de nouveau. Elle avait un masque sur le visage, et de nombreuses personnes s’affairaient encore autour d’elle. Certaines étaient couvertes de sang, son sang. Une femme semblait-il la regardait avec des yeux remplis de tristesse, il était

Les Chroniques de Gala Phoenix

même possible qu’elle fut en train de pleurer. Puis, elle tourna la tête en douceur sur sa droite. Dans la pénombre de la salle d’opération où elle se trouvait, une petite flle ne portant pas la même tenue que les autres personnes se tenait dans un coin et l’observait. Elle souriait. La voix qu’elle entendait provenait d’elle à coup sur, mais elle n’ouvrait pas la bouche. L’Enfant lui parlait par la pensée. Les mots n’avaient aucun sens verbal, mais elle comprenait au bout du compte ce qu’elle était en train de lui dire. De grandes choses vont arriver. Des évènements sans précédent dans l’histoire de l’homme vont se produire ici même dans cette cité. Sous peu, des guerres bien plus importantes que celle-ci vont survenir. Et tu auras un rôle à jouer. Nous allons bientôt nous rencontrer toi et moi, je suis déjà en route pour vous rejoindre. Maintenant, je veux que tu t’endormes et que tu laisses tes pensées voguer dans le flot de ton imagination. Je veux que tu glisses sur les vagues de La Source. Je veux que tu oublies certaines choses, je veux que tu te souviennes d’autres, et je veux que tu en apprennes de nouvelles. Laisse-toi flotter et je te montrerai des choses que tu n’as surement pas envie de voir, mais tu es celle que j’ai choisi. Tu vivras au-delà de cette journée, mais je veux que tu sois tenace. Je sens à travers toi que tu as envie de tout laisser tomber, ta vie ton passé et ton grand avenir. Bats-toi, et je serai toujours à tes côtés même si nous ne nous connaitrons pas avant longtemps. Je pourrais bien sur m’en sortir sans toi, mais je ne le désire pas. Je n’en souhaiterai aucune autre que toi. Tu te demandes ce que je fais ici. Je serai claire aujourd’hui comme je le serai toujours avec toi tout au long de nos brèves rencontres dans le futur. Tu devais mourir aujourd’hui, mais j’ai changé d’avis. Je t’ai sauvé en Dohan je t’ai faite amener ici, et grâce à moi, tu seras capable de vivre comme tu vivais avant. Je suis dorénavant ta protectrice, et rien ne pourra jamais t’arriver. Nous serons toujours éloignées toi et moi, mais je mettrais un point d’honneur à venir à ta rencontre autant qu’il me sera possible de le faire. Je vais être très difficile à trouver physiquement, mais si tu te concentres beaucoup et fais attention, tu me trouveras au plus profond de toi très rapidement. Notre première rencontre aura lieu dans vingt-deux ans. Je sais précisément quel sera ce jour et quelles seront les circonstances exactes. Aussi, tu oublieras une partie de ce que je t’ai dit. Si jamais tu as des visions dans les années qui viennent, ne t’en occupe pas plus que cela. Tu n’auras jamais qu’une partie de la solution de qui je suis. Mais

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

crois-moi, tu sauras toute la vérité un jour. Oh, si tu savais comme j’ai hâte de te rencontrer, j’attend ce jour avec grande passion. Toi et moi sommes liées à présent. Toi et moi, une Union, une seule et même personne. Rien ne t’arrivera plus jamais. Et crois-moi, les gens qui te veulent du mal n’auront pas un sort facile. Je suis la Justice, je suis l’Équité. Je suis ton Nord et ton Sud, ton Orient et ton Occident. Je suis l’Amour mais aussi la Vengeance. Je suis la pureté et l’horreur sans antagonisme car je suis le Tout. Je sais qui t’as mise dans un état pareil, et je sais également ce qu’il adviendra d’elle. Je m’en occuperai personnellement et jamais aucun être vivant n’aura plus envie de te faire du mal. Seulement, tu devras te méfier. Ces quelques souvenirs en toi te créeront d’immenses troubles. Je serai et ta bienfaitrice et ta malédiction. Je t’ai rendu la vie aujourd’hui et pour toute chose, il existe sa contrepartie. Je ne demande pas que tu me sois redevable, car dans quelques temps, tout le monde et toute chose me sera redevable. Maintenant, endors-toi. Lorsque tu te réveilleras, tu ne te souviendras de rien. A très bientôt Thian. Et elle s’endormit enfn.

Les Chroniques de Gala Phoenix

2 juin 2757 – 02h44

La Fuite

“Croyez-moi, je n’ai jamais vu dans toute ma longue vie quelqu’un courir aussi vite il y’a quelques heures, que ce pauvre Noah, lorsqu’il est arrivé dans mon bureau.”

S’essuyant le front l’air totalement hilare et détendu, le professeur Almen Dort ne semblait pas prendre conscience de la présence d’autres personnes dans la même pièce que lui. Il était assis les jambes à moitié croisées, les yeux fxés sur le plafond comme si il se remémorait de lointains souvenirs. Il y’avait onze personnes en plus de lui dans la salle, tous Haut Fonctionnaires du GLC. Les regards entre eux étaient lourds de sens même si personne n’osait prendre la parole. Almen Dort reconnut Valinha Vindaloo, Avant Mirrhia, Pressus Locklath et quelques-uns de leurs conseillers diplomatiques. Dans le fond de la pièce, devant l’immense baie vitrée, se tenait à l’écart bien évidemment Crystal Lameth. Le silence de ses interlocuteurs commençait à lui peser, aussi, il reprit un air plus solennel.

« Sitôt mis au courant, je vous ai contacté dans la seconde, je n’en sais pas plus que ce que je vous ai brièvement déclaré sur le moment, elle est partie, cela fait maintenant trois heures, et nous ne la retrouverons probablement jamais. - Votre optimisme habituel vous perdrait-il professeur Dort ?

Valinha Vindaloo avait pris la parole. Du haut de son mètre soixante, il n’avait rien pour lui que le regard vif des gens mentalement doués, mais son manque de charisme l’avait écarté très tôt des ambitions politiques qu’un homme de son genre se devait de posséder. Il occupait la place de Recteur Départemental au GLC ce qui le dotait d’une confance en soi qui contrastait avec sa voix et son allure générale.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

« Je garde mon optimisme en tout instant, Valinha, disons que nous vivons un évènement en dehors de tout instant.

- Allons-en au fait, voulez-vous ? Qu’a déclaré Noah Kenda à son arrivée ?

- Je vous ai déjà fournit le rapport le plus détaillé possible il y’a une heure Valinha.

- Si des détails voulaient toutefois bien faire leurs réapparitions dans votre mémoire, nous gagnerions tous un temps précieux, nous en avons déjà perdu énormément.”

Almen Dort se leva doucement afn de pouvoir glisser sa main droite dans sa poche de pantalon, et en sortit une vieille pipe de l’antique période. Sans demander l’autorisation, et l’ayant pré remplie avant la réunion, il saisit un briquet et l’alluma. Il se rassit.

“ Est ce que la fumée vous dérange Valinha ?

- J’ai l’impression que même si ce fut le cas, votre envie serait supérieure à mes suppliques.

- En effet, je sais même que je risque un blâme pour avoir allumé cette pipe, mais, étant donne la situation, enfreindre cette règle, et qui plus est devant vous… Non je sais que vous passerez l’éponge. Je vais maintenant reprendre une dernière fois les faits devant vous tous.

- Nous sommes tout ouïe Professeur.”

Depuis cette salle de réunion du cent onzième étage du GLC, le point culminant de Gaïa, l’on pouvait avoir une vue panoramique de la Cité, et l’on voyait si loin qu’il était possible d’apercevoir les lointaines constructions de Saria, La Cité Jumelle contigüe, et, pour un observateur initié, on pouvait également distinguer sur la ligne d’horizon, les incandescences de la Grande Guerre, sur la ligne hémisphérique. Des sortes de fuctuations lumineuses, représentant les lignes de défense Gaïennes contre les troupes de Visigath. Almen avait pris part à

Les Chroniques de Gala Phoenix

cette guerre il y’a des années lorsqu’il était un tout jeune soldat étudiant. Jamais il n’avait cru pouvoir s’en sortir vivant, et… Le temps, passe songea t’il. Il sortit de sa torpeur et se lança.

« Il était 23h47 lorsque je reçus la visite de Noah Kenda. J’étais encore dans mon bureau et sur le point de retourner à mes appartements, mais Noah arriva en sueur, prisonnier d’une panique dont je ne comprenais pas la cause. Apres s’être assis et avoir repris son soufe, je lui ai offert un verre d’eau et voici ce qu’il me raconta. »

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

23h39

Selon Noah Kenda

“Professeur, elle a disparu” Le ton de Noah indiquait tout, sauf quelque chose d’habituel, en effet, ce n’était pas la première alerte du genre, il y’en avait même eu exactement huit les six derniers mois, mais celle-ci semblait différente, aucune des fuites passées n’avait été de la même ampleur.

“Que me dites-vous la Noah ? Disparue ? Restaurez votre calme, ce n’est pas la première fois, avez-vous lancé les procédures ?

- Toutes Professeur, toutes, Les caméras ne décèlent rien, les Diffuseurs non plus, les patrouilles ne trouvent aucune piste, le spectrogramme rien, j’ai prévenu l’équipe de sécurité, J’ai condamné le Bâtiment X et tous les secteurs adjacents, il y’a actuellement plus de mille personnes en intense recherche et je me suis mis en route dès les procédures en branle pour vous prévenir, je suis partit du secteur a vingt-trois heures précises et il est vingt-trois heures cinquante-et-un, la disparition a été confrmée a vingt-trois heures trente-neuf exactement.

- Vous avez agit vite Noah, gardez vos esprits, selon votre rapport, vous n’avez rien omis, quand l’avez-vous vu pour la dernière fois ? Y’avait-il quelque chose de diffèrent de d’habitude, lui avez-vous parlé ?

- Comme d’usage, j’étais à vingt heures quinze au parc, à boucler mes dossiers. Elle était avec Piscean sur le portique et elles jouaient à la balançoire. Rien ne présageait quoi que ce soit. Il y’avait la sécurité habituelle dans le parc, vraiment rien d’anormal. Elle semblait discuter avec Piscean, et elle rigolait même.

- Avez-vous parlé à Piscean ?

- Piscean m’a avertit qu’elle n’était pas dans sa chambre aux alentours de vingt-deux heures quinze.

Les Chroniques de Gala Phoenix

- Non mais je veux dire, avez-vous interrogé Piscean sur les derniers mots échangés avec elle ?

- Non pas encore, mais je suppose que si elle avait des choses importantes à me dire elle me les aurait dites au moment de quitter sa garde.

- Ce n’est pas sur, dites lui de venir sur l’instant, qu’elle délègue les recherches à…”

Almen eut un instant d’absence, évidemment ce n’était pas la première fois, mais là, il sentait de tout son corps que l’instant était gravissime.

“ Professeur ?

- Oui je réféchis Noah.

- Dois-je confrmer la convocation de Piscean ?

- Oui, et demandez à Baya de la remplacer.”

Noah se saisit de son terminal bracelet, tapota quelques codes, et parla à voix haute et distincte :

“ Piscean Dazi convocation urgente dans le bureau du Professeur Dort, Baya Hamoth prenez la tête des recherches, prochain rapport, échéance cinq Minutes.”

Il se raffermit sur sa chaise. Pris un verre d’eau, puis il reprit:

“ Que faisons nous maintenant monsieur Dort ?

- Leur avez-vous parlé dans le parc ?

- Oui, mais très brièvement avant de fnir ma garde, comme je vous le disais je terminais mes dossiers en les observant de loin. Une fois tout bouclé, je suis allé à leur rencontre.

- De quoi parlaient-elles Noah ? Rappelez-vous chacun des mots.

- Leur discussion semblait des plus banales, ces temps-ci, elle avait

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

tendance à poser énormément de questions a Piscean.

- Des questions sur quoi ?

- Elle lui demandait … je crois qu’elle lui demandait pourquoi elle était heureuse quand je suis arrivé. Oui c’est cela ‘Pourquoi es-tu heureuse Piscean ?’ Ce à quoi cette dernière n’a pas répondu vu que j’arrivais. J’ai ensuite lancé mes habituelles souhaits de bonne nuit et je suis allé rejoindre mes appartements.

- Je voudrais revenir sur ce point que vous avez évoqué Noah. Ces fameuses…questions qu’elle pose souvent, pouvez-vous m’en dire plus ?

- Oh vous savez, il semble à tout le département qu’il n’y a rien d’étrange à ce qu’elle pose beaucoup de questions. Les psychoticiens n’en déduisent qu’une évolution on ne peut plus normale pour une flle de son âge.

- Permettez-moi d’appuyer sur la non normalité du sujet.

- Professeur, avec tout le respect que je vous dois à vous et au GLC, Elle est évidemment spéciale, mais cela reste également une jeune flle de dix ans. Elle s’éveille au monde qui l’entoure et il nous semble, encore une fois, tout à fait normal qu’elle enchaine question sur question.

- Quels sont ses sujets d’interrogations favoris ?

- Oh vous savez, depuis qu’elle lit régulièrement, et dieu sait qu’elle commence à vider les bibliothèques de téléchargement du GLC, et pas vraiment des contes pour enfants si vous voyez ce que je veux dire…

- Qu’a t’elle lu dernièrement ?

- Les différents rapports de son livre électronique nous indique… Noah s’interrompit pour se saisir de son pad qu’il manipula avec dextérité. Alors, reprit-il, le dernier livre téléchargé fut ‘Deux-cents ans après’ une chronologie de Dohan en fait.”

Un silence pesant régna entre les deux hommes. Noah le brisa.

“ Professeur, je vais vous poser une question délicate.

Les Chroniques de Gala Phoenix

- Je vous écoute.

- Voila, c’est une question que je me suis souvent posé ces derniers mois, mais avant tout croyez-vous en la prophétie des Bahassidj ?

- Les Bahassidj furent les premiers précognitifs de notre espèce Noah, il est donc légitime que, même des hommes de science comme nous, attachent caution a leurs écrits.

- Je pense la même chose Professeur, enchaina Noah les yeux brillants. Et croyez-vous que nous verrons Le Dernier des Bahassidj de notre vivant ?”

Almen Dort se raidit sur sa chaise, esquissa un sourire entendu et lui répondit.

“ Je crois défnitivement que nous savons vous et moi de qui il s’agit”

Puis il se leva, se dirigea vers l’imposante bibliothèque de son bureau.

- Vous savez pourquoi j’ai toujours été retissant envers vos livres électroniques Noah ?

- Non Professeur.

- Et bien, vos espèces de tablettes là, vos merveilles technologiques, qui contiennent toutes les écritures de la civilisation humaine sur quelques centimètres carrés.

- Oui mon Pad.

- Voila, ces machines m’ont toujours rebuté. Reprit-il se servant une bouteille posée sur sa bibliothèque. Un verre Noah ?

- Je crois que je vais accepter.

- Cognac ?

- Je n’ai jamais essayé, est-ce adapté à notre situation ?

- Ca l’est mon ami.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

- Soit, allons pour un cognac. Dort pris deux verres et la bouteille. Tout en se rasseyant, il servit les deux verres d’une dose assez importante de Cognac.

- Les livres Noah… Les livres . Toute notre civilisation s’est construite sur les livres. Le sens, la forme, l’odeur d’un livre sont autant d’ouvertures sur notre conscience qu’il y eut d’écrivains. Les livres sont le refet de l’ensemble des cerveaux humains depuis le début de notre ère. Ils nous ramènent à nos craintes ancestrales, nos aspirations, nos désirs, nos fantasmes parfois. A la votre Noah.

- A la votre Professeur.

- Appelez-moi Almen depuis le temps je vous prie.

- Bien Almen.

- Avez-vous déjà ouvert un véritable livre mon ami ?

- Je dois avouer que non Almen.

- Certains de ces antiques ouvrages sont de pures ouvertures sur notre réalité Noah, vos pads reproduisent des caractères hexadécimaux identiques aux caractères d’imprimerie, mais ils passent a cote de l’essentiel, l’Intention.

- Que voulez-vous dire ?

- L’Intention qu’elle soit inconsciente ou pas est le fond de toute l’Histoire Noah. Nous agissons dans un but ou pour suivre des ordres, mais ces ordres sont donnés depuis des personnes qui elles-mêmes ont des buts ou qui, elles-mêmes suivent d’autres ordres, jusqu’au plus haut point décisionnel, mais il y’a toujours un étage supérieur a cet ordre intentionnel. Naturellement, plus nous sommes bas dans l’échelle de l’intention, et moins nous voyons le plan d’ensemble. Il y’a le bas de cette échelle que nous représentons, mais il y’a aussi un haut, un point central qui a l’Intention d’atteindre un but. Pour en revenir a vos pads, ils ont reçu l’ordre de reproduire des caractères mais ne pourront jamais en saisir le sens.

Les Chroniques de Gala Phoenix

- Vos livres déduisent d’eux-mêmes un sens ?

- Le livre comme produit brut, évidemment non, je ne me souviens pas d’un seul livre doté de la faculté de raisonner Noah, mais un livre a une histoire. Répondit-il en souriant.

- Et donc ?

- Prenez ce livre. Lui dit-il en lui tendant un ouvrage vieux de surement quelques siècles qu’il venait de retirer d’un casier de sa bibliothèque. Dites m’en le titre.

- Zawna Mawta.

- “ Les jours funestes”

- Ce livre existe-t-il dans notre centrale ?

- J’en doute, il est proscrit depuis bien longtemps en Gaïa mon ami. Disons que lorsque vous évoquez la prophétie des Bahassidj, vous n’en connaissez qu’une partie.

- Comment ?

- Zawna Mawta est l’exacte écriture de Jhan Alansith, le plus grand chef Bahassidj de cette merveilleuse civilisation malheureusement éteinte aujourd’hui. Dort ouvrit le livre et indiqua de son index une signature quasi effacée par le temps à l’intérieur de la couverture.

- C’est sa signature ? Demanda Noah impressionné.

- Exact, une signature de sa propre main. Dort feuilleta au hasard quelques pages. Jhan était le premier précognitif de son peuple à être capable d’écrire également. Le livre est intégralement écrit en Bahassidj ancien, par conséquent, illisible pour la plupart des gens, mais dans chacune de ses lignes soyez sur Noah, sont décrits avec précision les évènements des cent dernières années mais aussi ceux des cent prochaines années.

- Voulez-vous dire que nous tenons ici un parfait manuscrit anticipant “ La Source ” ? Noah se leva à moitié de sa chaise les yeux écarquillés.

- Disons que les évènements de ces derniers mois m’ont conduit a

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

retrouver ce livre qu’un ancien ami m’avait légué dans mes jeunes années. A l’époque je ne comprenais pas une ligne, mais quelque chose en moi a fait que je l’ai toujours gardé à disposition.

- Les faits que vous me présentez sont tout bonnement incroyables Almen, êtes-vous en mesure de prévoir les grands évènements qui vont survenir dès lors ?

- Et bien, moi seul évidemment non. Répondit directement Dort avec un léger sourire amical et résigné.

- Ah… Noah se rassis aussi sec qu’il s’était dressé. Mais qu’en est il alors ?

- Je ne maitrise pas assez la langue des Anciens Bahassidj, et croyez-moi, elle est d’une difculté quasi insurmontable, rares sont les gens qui la maitrise de nos jours, et je me demande si ce n’était pas là l’intention de Jhan Alansith.

- De rendre son livre illisible ?

- En quelque sorte mon jeune ami. Je crois que ce livre transpire l’intention qu’Alansith avait de faire connaitre le concept de “La Source” de manière à créer une sorte de modifcation des comportements. Mais il n’avait juste pas prévu que Gaïa utiliserait des Mantas afn de se connecter sur cette fameuse Source. Par conséquent, ce livre fut tombé dans l’oubli.

- Ce que vous me dites est un paradoxe Almen, selon vous Alansith était connecté sur la source et il n’aurait pas prévu que les Mantas seraient capables de faire de même ?

- C’est une discussion très longue que nous sommes sur le point d’avoir Noah, et j’ai bien peur que le temps nous manque pour cela, disons avant que Piscean nous rejoigne, que je pense que la source peut fuctuer, ce qui expliquerait que la meilleure des Mantas que nous connaissons n’a qu’une précognition de quelques minutes.

- Et Jhan Alansith ?

- Alansith avait une précognition de deux cent ans voire plus, peut-être pouvons nous en déduire que quelque chose est apparu dernièrement,

Les Chroniques de Gala Phoenix

je ne sais quel évènement, mais cette chose a en quelque sorte modifé le cours des choses, tant et si bien qu’une nouvelle source beaucoup plus incertaine et imprévisible est en train de s’installer, ou bien tout simplement que Jhan Alansith a omit volontairement de décrire avec précision les évènements que nous vivons, en allant plus loin, son oubli fait surement partie de la Source.”

-

Sur ces mots, quelqu’un se présenta devant la porte du professeur Dort. L’interphone se déclencha, Dort appuya sur un bouton situé sur la tranche de son

bureau, et le visage de Piscean Dazi apparut à la surface du bureau.

“ Piscean Dazi, professeur, vous m’avez faite convoquer ?

- Oui Piscean, laissez-moi vous ouvrir”

Le professeur manipula une console depuis l’un des nombreux tiroirs de son bureau, la porte s’effaça doucement, Piscean pénétra dans la pièce. Elle était comme à son habitude, calme, posée et douce comme une brise légère. Dans la langue de ses ancêtres, son prénom signifait d’ailleurs ‘La Brise’. Noah notait à ce propos qu’effectivement, en cet instant, un léger soufe semblait l’accompagner mais il l’oublia l’instant d’après. Piscean était une Manta précognitive et, fdèle à son ordre, elle avait leur beauté et leur fnesse de trait caractéristique. Ses yeux étaient naturellement d’une blancheur parfaite, mais, contrairement a Lameth, Piscean était facile d’accès. C’était à la vue de beaucoup de gens qui la fréquentait la Manta la plus ouverte et la plus douce. Ce n’est pas pour rien qu’elle était la tutrice ofcielle et ce depuis quelques années de l’Enfant. Elle aimait marcher avec la petite dans les nombreux espaces du GLC dédiés a cette dernière, et elle souriait quasiment en continue. Habillée de la tenue ofcielle des Mantas, elle arborait cette grande robe de soie pourpre qui la catégorisait immédiatement comme Haute Fonctionnaire, mais qui cette nuit était de couleur noire, signe de grand trouble dans ses fonctions. En opposition avec la plupart des Gardiens, Piscean n’avait jamais connu le front de la Grande Guerre, sa douceur l’ayant aiguille très tôt vers la précognition pure, elle fut par conséquent attachée à la

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Fédération au département des sciences sociales et géopolitiques depuis son plus jeune âge. Cette affectation précoce développa chez elle un véritable attrait pour les gens, et on ne lui connut aucun trouble ou aucun excès durant ses années de Haute Fonctionnaire. Noah appréciait tout particulièrement Piscean pour toutes ses qualités, et c’est comme à son habitude avec le plus grand sourire qu’il put lui adresser en ces circonstances qu’il accueillit la jeune tutrice. Almen prit la parole en premier:

“ Bonjour Piscean, prenez vite place.

- Professeur, Noah. Elle s’assit avec sa légèreté habituelle.

- Vous êtes peut-être la dernière personne à l’avoir vue Piscean. Reprit Dort. Votre témoignage peut-être capital.

- Je peux tout vous raconter dans les moindres détails.

Les Chroniques de Gala Phoenix

23h39

Selon Piscean Dazi

Piscean avait vingt-cinq ans, et cela faisait trois années qu’elle était employée au GLC. De livres édités en colloques où elle était invitée, elle se ft rapidement un nom dans le milieu intellectuel et universitaire de Gaïa. Cette notoriété certaine ainsi que sa réputation d’excellente analyste, de sociologue et de géopoliticienne lui valurent des opportunités de carrières somptueuses dans différents domaines, de la Fédération, à l’Etat-Major de Saad en passant par le GLC. C’est à ce dernier que Piscean adressa en réponse à une lettre d’offre de poste, une acceptation d’intégration. En d’autres termes, elle accepta de se mettre au service de la principale structure mondiale à la demande de la célèbre Crystal Lameth qu’elle avait eu l’occasion de rencontrer par le passé à maintes reprises. Les deux jeunes femmes étaient en effet liées depuis des années, Crystal appréciant la compagnie simple et douce de Piscean qu’elle considérait comme unes de ses réelles amies, désintéressée et passionnée par l’humain. C’est donc tout naturellement que Piscean Dazi, après la nomination de Crystal sur le projet Phoenix, vint la rejoindre au sein du Bâtiment X. Elle fut mise au secret et dans la confdence des grandes lignes du projet, et lui fut présentée l’Enfant avec qui le contact fut facile. Toutes deux s’adoptèrent en l’espace de quelques heures. Dès lors, Piscean découvrit ses nouvelles affectations, et le bonheur de ses responsabilités. Elle avait juste à s’occuper d’elle et à écrire des rapports sur son évolution. Au vue de l’amour qui les unissait, le GLC se félicita du choix de Lameth et Piscean obtint très rapidement des résultats très positifs dans sa mission. Ses dons étaient en effet ce qu’ils étaient, mais plus que tout, sa tendresse permit à l’Enfant de s’épanouir d‘une façon qu’aucune de ses tutrices précédentes n’avait pu lui offrir. La confance de ses supérieurs en elle était si grande qu’elle fut même autorisée à sortir l’Enfant hors du Bâtiment X pour quelques promenades dans les rues de Gaïa. A les voir ainsi elles passaient presque pour mère et flle. Malgré tout, Piscean gardait un recul professionnel assez important. Elle savait que laisser son coté maternel prendre le dessus était une erreur fondamentale,

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

c’est pour cette raison que ses rapports d’étude sur l’évolution de la Petite étaient réguliers et très détaillés. Grace à elle, le projet Phoenix avança à pas de géant. D’expériences en évaluations dirigées par Piscean elle-même, les savants du GLC obtinrent des évolutions de l’Enfant quasi exponentielles, en outre aucun débordement n’intervint jamais comme ce put être le cas avec les précédentes tutrices. Piscean savait se faire respecter de l’Enfant et surtout, savait la contrôler avec douceur. Pas une fois on ne signala une tension quelconque entre elles, le projet se déroulait sans heurt, jusqu’a ce vingt-cinq aout deux-mille cinq cent soixante-seize, date de la première disparition de la Petite sous la responsabilité de Piscean. La surprise fut totale, personne ne s’attendait à ça. Une minute avant la disparition, Piscean s’était absentée quelques secondes à peine, et lorsqu’elle avait tourné la tête, l’Enfant avait disparu de la balançoire. Elle la retrouvera à peine cinq minutes plus tard exactement assise au même endroit. Aucune enquête interne n’arrivera à déceler quelle fut la faille ce jour-là dans la dispositif, mais de cinq cent personnes, la surveillance se vit doubler pour arriver a mille attachés à la sécurité et l’hermétisme du Bâtiment X. Piscean avait ses idées sur le sujet, et elle disait souvent lors des réunions que même si l’on pouvait mettre en place un million d’hommes à sa sécurité, rien ne pourrait l’empêcher de continuer à s’enfuir quand bon lui semblait. Ce matin du premier juin deux mille sept cent cinquante sept, Piscean se leva aux aurores comme à son habitude. Elle devait demeurer au sein même du Bâtiment X vingt-quatre heures sur vingt-quatre, mais elle avait droit à deux jours par mois de permission chez elle, dans un quartier tranquille de Gaïa, un appartement de fonction appartenant au GLC. A six heures trente, après avoir pris le temps de déjeuner et de prendre une douche, elle monta dans son Trax fourni par son employeur, pressa sur le bouton d’enclenchement de cheminement préétablit et se laissa conduire par son engin jusqu’à l’enceinte du plus important bâtiment de Gaïa, situé en plein milieu de la vieille ville, dans ce qu’était le quartier des avancées technologiques. Le GLC était un complexe immense constitué de centaines de bâtiments différents de toute taille, rejoints ou pas les uns les autres selon leurs spécifcités. Les trois grandes tours qui se trouvaient au centre de ce complexe mesuraient chacune exactement mille six-cents dix huit

Les Chroniques de Gala Phoenix

mètres, construites selon le fameux chiffre d’or un virgule six cent dix huit, hommage à Gail Nornick qui avait basé toutes ses études et ses projets sur ce nombre. La tour du milieu abritait les administrations du GLC, sorte d’enclave scientifque gouvernementale, qui gagnait à mesure que le temps avançait une indépendance certaine vis-à-vis de Gaïa. Les deux tours adjacentes étaient des immeubles de résidence pour la dense quantité d’employés de tous les secteurs qui n’avaient pour la plupart que très peu de droits quant à leurs libertés de mouvement. Trente kilomètres aux alentours étaient disposées les barrières de sécurité, sorte de noman’s land, lesquelles ne pouvaient être franchies que par des accréditations extrêmement sécurisées et infalsifables. Piscean sortit donc son terminal personnel sur lequel étaient entrées ses données biologiques, professionnelles et identitaires et se présenta au poste de contrôle de l’entrée seize, celle qui était la plus proche du bâtiment au sein duquel elle était affectée, le Bâtiment X. Ce dernier était vaste comme trois fois la surface des autres bâtiments réunis, mais son nombre d’accrédités ne dépassait pas deux-mille cinq cent individus, tous éminemment sélectionnés. Le Bâtiment X était lui-même une enclave au sein de l’enclave. En effet, son administration ne dépendait pas de celle du GLC, ainsi allait-il de sa direction. Le Président du GLC lui-même n’avait qu’un accès très restreint au Bâtiment X, qui gardait son indépendance grâce a l’appui d’Atheus Rose le Grand Chancelier en Gaïa, ancien président du GLC. Le Recteur Général du Bâtiment X et responsable d’exploitation était le puissant Caman Drujdi, ancien chef d’état-major de Saad durant les années noires de la Grande Bataille de Dohan. Ce militaire de carrière avait décidé de quitter le haut commandement de la Fédération pour s’impliquer dans le projet X dès les premières années de ce dernier. Les pouvoirs subalternes du Bâtiment X étaient délégués aux recteurs départementaux, Valinha Vindaloo, Avant Mirrhia, et Pressus Locklath, qui formaient la véritable garde rapprochée du Projet et de son responsable, Almen Dort, le plus grand généticien de tous les temps. Il ne faisait aucun doute, pour tout initié, qu’une sixième tête pensante était impliquée dans la direction du département en la personne de Crystal Lameth, la plus remarquable des Mantas. “ Mademoiselle Dazi, bonjour.”

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Le garde sécurité l’accueillit d’une voix sérieuse lorsque les vérifcations furent opérées et confrmées, il coupa le champ magnétique qui empêchait toute personne ou matière de passer. Piscean lui répondit d’un sourire. En effet elle ne parlait que très peu avec les Hors-Cadres du Bâtiment X, une vieille habitude que Crystal lui avait inculqué. Du point de vue de cette dernière, les Mantas ne devaient en effet pas avoir trop de rapports avec les Phases III, et cela valait encore plus pour les Mantas ofciant au cœur du saint des saints de Gaïa. Le Bâtiment X était présent dans la vie de Piscean depuis si longtemps, qu’elle ne se souvenait que de lui. Comparée à d’autres employés, elle était somme toute une récente recrue, d’autant qu’avec l’espérance de vie des Phases III proches du bicentenaire, elle n’avait vraiment qu’une existence éphémère au GLC. Cependant, elle y passait tant de temps et ses attributions étaient si importantes, qu’elle faisait partie des murs. Son Trax s’orienta automatiquement vers le parking privatif des Cadres du X. Une fois stationné, son véhicule s’éteignit aussitôt, et les portières s’effacèrent. Piscean s’extirpa sans grande grâce, du fait du nombre impressionnant de sacs et de dossiers qu’elle trainait avec elle. Tant bien que mal, elle prit la direction du portail d’entrée, paradoxalement moins sécurisé que les barrières extérieures, mais avec le nombre de caméras et d’analyseurs qui peuplaient les allées environnantes, pas un être humain non autorisé ne pouvait arpenter les alentours du complexe sans être stoppé, arrêté, voire tué dans la seconde même si besoin s’en faisait ressentir. Piscean avait une fois assisté à une arrestation musclée non loin du parking. Un individu dissident connu de Saad avait en effet réussit au bout de centaines d’essais à pénétrer les barrières externes pour arborer un Tag Hologramme prônant l’interdiction de toute expérience génétique sur l’humain et appelant à un moratoire sur les activités démesurées du GLC. Naturellement, pas une âme de civil n’était au courant de ce qui se passait derrière les murs du Bâtiment X. Le secret étant absolu sur le projet Phoenix, il était absolument impossible que la moindre fuite existe. La technique était simple, chaque employé du Bâtiment X était dévolu à une tâche unique et une seule, si l’on comptait le nombre d’employés, cela donnait à peu près mille neuf cent cinquante quatre tâches différentes, et aucun n’avait une vision globale de la chose. Il y’avait certes les Cadres du X, qui eux avait un point de vue de la

Les Chroniques de Gala Phoenix

pyramide plus panoramique et qui connaissaient en substance la ligne rouge du projet mais ces gens-là se comptaient sur les doigts de deux mains tout au plus. Piscean faisait partie de la sous-couche d’encadrement du projet, cela voulait dire qu’elle savait de quoi il en était, mais sans en connaître plus sur la réelle portée de la chose. Piscean avait toutefois l’avantage et l’énorme responsabilité de fréquenter l’Enfant. Elle en était même sa tutrice unique et attitrée, ce qui faisait d’elle LA personne qui passait le plus de temps avec elle. Et Piscean se demandait souvent si l’Enfant était le centre névralgique du Projet. Elle savait en effet beaucoup de choses, mais elle en ignorait au moins autant. Elle n’avait pas la moindre information sur les origines de l’enfant, qui étaient ses parents, où elle était née, quand exactement. “Ca n’a pas vraiment d’importance” lui avait soufé Crystal lorsqu’elle lui avait parlé du projet la première fois. Piscean s’arrêta un instant devant le portail de la Tour trois du Bâtiment X, lieu où était gardée la Petite. Elle ferma les yeux, chercha La Vibration, et, alors qu’elle accomplissait souvent l’inverse, l’espace d’un instant, elle s’autorisa un retour en arrière, dans le passé, le jour où Crystal l’intégra au GLC.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

18 Juin 2754

Une histoire de flles.

“ Je suis en tout point heureuse Pis, c’est aujourd’hui un grand jour pour la Fédération, et de manière plus personnelle, pour moi aussi, je ne saurai mettre des mots sur la joie qui est la mienne de te compter parmi nous. J’en suis presque soulagée.

Crystal, je t’en prie, je suis la plus touchée des deux, crois-moi.

Tu n’as pas la moindre idée de la chance que nous avons Pis, c’est à toi de me croire.

Et bien considérons-nous toutes deux comme chanceuses.

C’est ce que nous ferons dès que je t’aurais expliqué de quoi il en retourne. Assis-toi donc.”

Piscean avait été invitée plus tôt dans la journée dans les appartements de Lameth. Elle avait été reçue auparavant par l’éminent professeur Almen Dort, qui avait ofcialisé son contrat et l’avait aidé dans toutes ses démarches administratives. En effet, sa vie allait changer du tout au tout dorénavant. Etant membre du GLC, ses droits et devoirs allaient se trouver fortement modifés, elle aurait un appartement de fonction dans la vieille ville de Gaïa, un Trax ofciel, un salaire incroyablement élevé et de nombreux avantages sociaux auxquels seuls les plus hauts dignitaires de la Fédération pouvait prétendre. La chose notable, ce jour-ci, était que Piscean avait accepté sur invitation du professeur Dort, un emploi “qui siérait ses compétences à merveille” lui avait-il écrit, mais elle n’avait absolument aucune idée des attributions qui étaient, a présent qu’elle avait signé le contrat, nouvellement les siennes. Pour la suite et son intégration, le professeur Dort avait alors appelé Crystal Lameth, qui avait été sa conseillère pour le recrutement de Piscean. C’est donc dans le salon privé du cent quatorzième étage de la tour trois du

Les Chroniques de Gala Phoenix

Bâtiment X que les deux Mantas et néanmoins amies se retrouvèrent pour la première fois de leur collaboration.

Je ne pense pas que je doive préciser que tout ce que je m’apprête à te dire devra rester confné en ses murs, Piscean.

Ce ne sera pas la peine, j’ai signé un serment de mon propre ADN lors de la signature du contrat.

Je me permets d’appuyer sur l’importance hors de proportion du projet Phoenix. Des guerres ont éclaté pour moins que ça, des gouvernements se sont fait destituer. Enfn, des gens sont morts pour le défendre.

Morts pour garder cette chose au secret ?

Morts pour cacher son existence, pour le défendre contre les intrusions, pour le préserver, pour sa continuité, enfn, une liste impressionnante de personnes s’étant sacrifés eux et leurs familles. C’est également à eux, et aux générations futures, que nous devons penser à chaque instant que nous passons à travailler sur le Projet X.

Tu commences à m’effrayer Crystal, où me suis-je donc fourrée ?

Non Piscean, ne t’inquiète donc pas, tu n’auras rien de désagréable à faire, cela fait des années que le projet est tellement secret qu’il ne souffre d’aucune agression extérieure. Je suis certaine que tes affectations vont te combler.

Tu le parierais ?

Je ne te le souhaite pas, car je serai sure de gagner.

Je t’écoute.

Connais-tu la principale activité du GLC ?

Et bien oui, ce sont des recherches génétiques qui ont pour but d’améliorer l'ADN des humains. Je sais aussi qu’en commercialisant leur enzyme Phase III à travers leurs distributeurs NexCorp, ils sont la plus importante structure économique mondiale devant même le LLC.

Tu as une vision très pragmatique du GLC ma chérie.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Je n’en sais que ce qu’on m’en apprend. Je me doute que les ramifcations du Consortium sont insondables.

Ses activités sont bien plus éparses qu’on ne t’en a informé Pis. En effet, l’amélioration de l’ADN est sa principale source de revenue, à cela il faut rajouter l’armement biologique de Saad avec qui nous avons un contrat exclusif, le département sécurité qui fournit des systèmes de détection génétique des imposteurs par exemple, le département de physique pure, chargé d’étudier les cordes et la Source, et cætera. J’arrête la liste ici car tu apprendras surement par toi-même quelles sont ses nombreux autres domaines de compétences, mais ta tâche sera dévolue en ce bâtiment, le Bâtiment X que nous appelons entre nous la Garderie.

La garderie ? Répondit Piscean l’air hilare.

Tu vas comprendre pourquoi très rapidement, sachant que tu seras notre assistante maternelle.

Je te demande pardon ? Vais-je devoir animer la garderie des enfants des employés du bâtiment ? Piscean se dressa sur le sofa.

Disons qu’ofciellement cela ressemblera à ça, mais évidemment les choses sont un petit peu plus subtiles. Tu auras la tache la plus importante du département.

De quels enfants désires-tu donc que je m’occupe ? Dis-moi que tout ceci n’est qu’une blague Crystal.

Une seule petite flle, et naturellement pas n’importe laquelle. Tout ceci est tout sauf une blague.

Tu m’en vois ravie, Crystal.

Pis, soyons sérieuses, penses-tu que je t’aurai demandé de venir travailler avec moi si je cherchais une garde d’enfant ? Bien sur que non, je persiste à te dire que ce que tu vas découvrir va te combler pour toute ta vie et même les suivantes.

Alors dis-moi, qui est cet enfant ?

Les Chroniques de Gala Phoenix

Il y’a des années de cela, Atheus Rose, de nos jours Chancelier suprême, était chargé de génétique ici dans l’ancien GLC qui s’appelait a l’époque GRL. Je pense que tu connais l’historique de son ascension, d’excellents livres sont sortis sur le sujet. Quoiqu’il en soit, lors de ses recherches en vue d’éradiquer le Meta-C, feu le féau du millénaire, il en est venu à faire la connaissance d’un jeune émissaire d’un peuple nomade aujourd’hui disparu. Je te parle de faits remontant a plus de cinquante années. Ce jeune homme s’appelait Nawrah Alansith, il était Bahassidj. Je crois que ce terme signife quelque chose à tes oreilles vue ta culture.

Je crois connaitre assez bien la civilisation Bahassidj.

Oui, ils étaient bien plus qu’un peuple nomade, bien plus que de simples humains, preuve en est cet homme, Alansith, dont le code génétique après études de la part d’Atheus Rose, révéla des bizarreries fascinantes. Tu vois très bien, Manta que tu es, de quoi je veux parler.

Je suis également au fait de notre généalogie.

Très bien, je ne l’ignore pas. Je sais que tu sais aussi que les Mantas sont tous naturellement dotés de ces dons et de cette synchronisation sur la Source. Jamais aucun de nous n’a été, de manière ofcielle, créé par le GLC. Cependant, la découverte du génome des Bahassidj a non seulement révélé l’existence de notre lignée, mais également permit aux généticiens du GLC de travailler sur d’autres applications.

Comme ?

L’éradication du Meta-C en fut la première. L’Histoire ne mentionne pas le rôle qu’accomplit Alansith dans le Vaccin Final qu’Atheus Rose mit au point. Sans l’étude de son génome, les humains ne seraient pas devenus Phase II puis III.

Donc, tous les Gaïens sont issus des Bahassidj ?

Une partie de leur ADN seulement en vérité, celle qui les rend résistants au Meta-C aux rayons nocifs de notre soleil persistant, et à la densité de pollution atmosphérique.

Que peut on inculquer de plus aux humains ?

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Et bien, je ne suis pas sur le point de t’avouer que Caman Drujdi cherche à fabriquer une enzyme inoculable aux fœtus pour n’obtenir que des Mantas, cela se révèle impossible, je pense qu’ils y ont songé, mais ils ne maitrisaient qu’un millième de la problématique, par contre, l’arrivée d’un autre enfant quelques années plus tard, possédant des caractéristiques encore plus incroyables que le plus grand des Bahassidj a changé toute la donne. Jusqu’à présent, Atheus et son équipe butaient devant l’impossibilité de manœuvrer le génome humain au point de créer une réplique exacte de ceux des Nomades. Par exemple, ils n’ont jamais pu comprendre le phénomène de télépathie dont les Bahassidj étaient pourvus, alors qu’ils pouvaient saisir le mécanisme de ce même génome qui les immunisaient contre le Meta-C. Enfn, tout ceci était une incroyable énigme totalement insondable. Insondable jusqu’a l’arrivée de Joshuah.

Joshuah

Et pour cause ma chérie… et pour cause. Je cherche les mots pour te décrire cet enfant amené par ses parents face à Atheus, Grand Chancelier, en personne. Joshuah était ce que je ne peux que décrire de manière approximative “Hors Source”.

Que veux-tu dire ?

Cela fait des années que j’essaie de trouver ou d’ébaucher une tentative de description qui se voudrait exhaustive de Joshuah Phoenix, mais mon esprit se bute à un mur d’incompréhension. J’ai le désavantage de ne jamais l’avoir connu, je n’en sais que des rapports et des témoignages, enfn ce dont Atheus a bien voulu me parler, mais c’est toujours la même chose, je me concentre, au maximum de mes possibilités, et je ne trouve trace symphonique ou harmonique de Joshuah nulle part dans la source, d’où ma description “Hors source”.

C’est impossible Crystal, tout le monde possède une trace dans La Source.

Joshuah n’en avait n’en a et n’en aura jamais. Je suis même incapable de

Il me semble ne jamais avoir eu vent de ce prénom.

Les Chroniques de Gala Phoenix

te dire si il est toujours en état de vie, ou de mort.

Tu m’effraies Crystal.

Aucune raison ma sœur, vraiment aucune, Joshuah n’est plus d’actualité depuis des années, sans que je puisse t’en dire plus, il n’est dans ma présentation qu’un personnage historique, rien de plus, tu ne l’approcheras surement jamais, car il n’existe nulle part. Seule certitude que j’aie, c’est qu’il a bien existé car un fchier visuel en a gardé une trace, mais je préfère ne pas te le montrer pour l’instant, le choc que tu pourrais ressentir, sensible comme tu l’es pourrait te rendre hors d’état de continuer à vivre de manière sereine. J’ai moi-même mis des mois avant de pouvoir recommencer à penser normalement.

Tu m’entraines en effet dans une confdence dont je n’avais pas idée.

Et tout ceci n’est rien. Pour être brève, je vais te dire que l’étude de Joshuah a duré des années dans le secret le plus absolu, et qu’un nombre très limité de personnes est au courant des tenants et des aboutissants, mais tout ceci a contribué à la base seulement du Projet Phoenix, dont tu connais maintenant les raisons d’appellations.

Je vois.

Je peux maintenant te dire, que Joshuah était le point de départ d’une génération, d’une sorte de famille, d’un clan. Un clan qui n’a jamais vue autre lieu et autre horizon que la Garderie.

Le GLC a créé une race différente des Phases III ?

Le GLC a en sa possession quelque chose qui dépasse notre entendement à tous. Une entité que je ne peux pas appeler humaine même en me forçant. Une entité qui n’est pour l’instant qu’amour mais qui peut devenir haine si nous n’y prêtons pas assez intention, une chose qui peut devenir totalement incontrôlable mais que nous nous devons de contrôler. C’est indispensable.

Que se passerait-il si nous échouions ?

Piscean, tu es une Précognitive, que me répondras-tu si je te demande ce que va devenir le projet Phoenix ?

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Je n’en sais rien… Par toutes les étoiles Crystal, que se passe-t-il

Je

ici ?

Ma chère sœur, je répondrais la même chose que toi. Pour la première fois de ma vie, je n’en ai aucune idée.

Nous devrions entrevoir une voie dans la source pourtant.

Je t’avouerai qu’une seule personne a entrevu la source en présence de l’Enfant.

Qu’a t’elle vue ?

C’est ce que nous allons te demander de voir Piscean, car la seule personne qui a pu voir à travers la Petite était son ancien tuteur, et il est partit du jour au lendemain, nous ne savons pas où le trouver.

Crystal, vas-tu me nommer tutrice de cette enfant ?

Oui Piscean, tu es la plus à même de t’occuper de Gala Phoenix.

A quoi dois-je m’attendre ?

A la plus magnifque des enfants que tu n’aies jamais eu l’occasion de rencontrer.

La description que tu m’en as faite brièvement n’était en rien idyllique.

Je préfère que tu gardes en mémoire ces informations de précautions lorsque tu la rencontreras, car, quiconque ignorerait ces détails sombres risquerait de tomber en son pouvoir.

Je crois que tu viens exactement de me faire regretter mon choix.

Non Piscean, je sais que c’est toi qui sera sa tutrice, j’ignore beaucoup de choses quant à la conclusion de tout ça, mais je suis persuadée d’une chose car je l’aie vue et ressentit, c’est toi qu’elle appelle.

“ Appelle” est au fguré rassure-moi.

Veux-tu la rencontrer maintenant ?

Quels sont les risques ?

Tu n’en cours aucun.

Tu as oublié de me dire d’où elle vient, qui sont ses parents, quel âge

Les Chroniques de Gala Phoenix

elle a.

Elle vient d’avoir sept ans, et pour tout le reste, Ca n’a pas vraiment d’importance.”

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

23h39

Selon Piscean Dazi (1.02)

Lorsque Piscean revint sur la ligne du présent, elle était debout à l’entrée de la Tour Trois. Ses yeux redevinrent clairs, il faut dire que son niveau de connexion sur la source était tel que des symptômes physiques extrêmement visibles prenait le dessus sur elle lorsqu’elle était en précognition. Il en allait de même avec ses postcognitions. Ainsi, les Gardiens de la Garderie s’empressèrent de venir ramasser ses sacs qu’elle avait laissé tomber lors de son retour dans le passé.

“ Pourquoi ai-je revécu cela ? Se demanda t-elle a haute voix.

Est-ce que tout va bien ? Interrogea le garde.

Oui, oui, tout va pour le mieux. Essaya Piscean de son sourire le plus franc et innocent.”

Ne se persuadant même pas elle-même, elle franchit le portail et pénétra dans l’ascenseur rouge du dernier étage qu’elle seule pouvait emprunter à cette heure-ci. Son terminal personnel qu’elle consulta par l’intermédiaire de ses lentilles lui indiqua dix-neuf heures dix-huit minutes et trente-neuf secondes, ce qui voulait dire qu’elle était en retard comme jamais. Prise d’un accès de panique, elle enclencha depuis son poignet le système de connexion entre son terminal et le serveur du Bâtiment X et se synchronisa sur son compte personnel, là, elle sélectionna son heure d’arrivée, et nota par l’intermédiaire d’un clavier visuel son planning et les raisons de son retard. Si en effet elle oubliait de venir, une alarme de haut niveau se déclencherait et des ofciers du GLC se seraient précipités à son domicile pour éviter tout enlèvement ou toute fuite. C’était la contrepartie de son rôle dans le Projet X, elle n’avait droit à aucune marge de manœuvre issue d’une initiative personnelle. Tout était décidé, mit en œuvre et contrôlé par la direction

Les Chroniques de Gala Phoenix

de la tour trois. Sa vie même était articulée autour de l’Enfant et rien ne devait faire interférence, et ce, jusqu’à son dernier jour. Alors qu’elle venait d’actualiser sa position sur le serveur de la tour trois, la porte de l’ascenseur s’ouvrit sur le Dôme. Le Dôme était un des points culminants du GLC. Sous une imposante voute de verre était aménagé un immense jardin tamisé d’une lumière contrôlée distillant l’atmosphère le plus reposant possible. A chaque entrée sous le Dôme, Piscean sentait un frisson accompagner sa première respiration, c’était chez elle depuis trois ans, et ces deux jours passés dans la Cité lui permettait de se rendre compte, à ce moment précis, que le Dôme lui avait manqué. “ Oh délicieuse humidité” murmura t-elle en s’engageant dans l’allée principale délimitée par des dizaines de majestueux saules royales arborant fèrement les couleurs de l’été. Un microclimat artifciel avait été instauré au sein du Dôme, de manière si authentique qu’il était parfois impossible de se rendre compte que la réalité météorologique était totalement virtuelle et gérée par une puissante Intelligence Artifcielle. La mini forêt occupant le dernier étage de la tour trois était un miracle technologique qui, malheureusement aux yeux de certains, était top secret et réservé a trop peu de privilégiés. Piscean traversa le jardin central, et se dirigea vers le secteur IV du Dôme, une sorte de petit pavillon de couleur très fashy. Elle croisa quelques responsables de la sécurité qu’elle salua de son légendaire sourire, et plus loin, elle adressa un signe de main à son assistant, le jeune Noah Kenda qui venait à sa rencontre. L’air inquiet il entrepris une légère révérence:

“ Piscean, nous étions inquiets tu as vingt minutes de retard.

Bonjour Noah, oui je sais j’ai divagué sur le parking, et je n’avais pas enclenché mes alarmes horaires. Je te prie de pardonner cet oubli.

Ca ira, vas y vite elle n’arrête pas de demander quand est-ce que tu arrives.

Mais oui, c’est cela, comme si elle l’ignorait. Répondit Piscean avec un sourire moqueur et en regardant par-dessus l’épaule de Noah le pavillon coloré.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Oui, disons qu’elle jouait avec ma simili naïveté.

Comment furent ces deux jours ?

Je t’ai retransmît les données sur ton terminal il y’a trente minutes, tu devrais les recevoir. En synthèse, tout était normal, il y’a toujours ces réveils brutaux la nuit et ces visions qu’elle commence a apprivoiser, elle a énormément lu, et elle a aussi….”

Une voix d’enfant se ft entendre derrière eux.

“ Pis ??? C’est toi Piscean ?”

Avec un clin d’œil complice à Noah, Piscean ft mine de ne pas avoir entendu. La voix reprit, plus sonore et plus haut perchée, c’était une voix d’une douceur surréelle.

“ Piscean ? “

Cette fois-ci, Piscean décida de jouer le jeu.

Oui Gala, c’est moi, je suis arrivée, viens donc m’embrasser.

La porte du pavillon s’ouvrit et une petite flle dont la blondeur semblait irréelle accourut en souriant. Elle avait l’allure d’une enfant d’une dizaine d’années et rien ne traduisait chez elle une singularité quelconque, excepté ses incroyables cheveux très longs et très blonds. Sa course était maladroite, comme tout enfant voulant courir le plus vite possible, à la limite constante du trébuchement. Un œil avertit aurait remarqué le mouvement des arbres alentours lorsqu’elle s’approchait d’eux. Ce même œil aurait remarqué la position crispée de Noah lorsqu’elle fut sur le point de se jeter au coup de Piscean. Mais pas une seule âme au monde ne pouvait se rendre compte de la courbure que l’espace- temps prenait autour d’elle lorsqu’elle se mouvait avec sa grâce si infnie qu’elle

Les Chroniques de Gala Phoenix

semblait ne même pas toucher le sol, malgré son air gauche de fllette de dix ans. Car Gala était au-delà d’être exceptionnelle, elle était un concept n’obéissant à aucune des lois fondamentales de la biologie humaine et de la physique, mais c’était avant tout pour les gens s’occupant d’elle une petite flle. L’Enfant. Et la Garderie était son monde, sorte de microcosme surprotégé au sein du complexe le plus sécurisé de toute la planète. L’Enfant s’arrêta devant Piscean qui s’était baissée sur ses genoux pour l’accueillir. Elle ft une révérence.

“ Les grandes dames font ceci pour se saluer ” dit-elle une fois sa courbure au point le plus bas.

Oui mais toi tu es une petite flle pour le moment. Répondit Piscean.

Là-dessus cette dernière s’approcha de Gala et l’enlaça tendrement.

“ Bonjour ma chérie, tu m’as manqué.

Toi aussi tu m’as manqué Pis, pourquoi n’étais-tu pas la lorsque je me suis réveillée ?

Tu ne le sais donc pas ?

Au fond si, tu as fait un rêve, mais ce rêve était un rêve sur moi, je ne t’en veux donc plus.

Exactement petite ange, allons nous balader tu veux ?

Avec plaisir.”

Piscean Dazi et Gala Phoenix étaient telles mère et flle, ou des fois grande sœur petite sœur. Leur relation était en tout point fusionnelle et remarquable de simplicité. Evidemment, Piscean avait des devoirs envers elle, des devoirs professionnels et scientifques. Elle était obligée de se tenir en permanence à un cahier des charges très contraignant, comme rédiger des rapports quotidiens sur l’évolution de l’Enfant, ses moindres faits et gestes, son lexique, ses rêves, les choses qu’elle apprenait, ce qu’elle voyait parfois, le moindre détail, fusse-t-il sans relief et aussi minime qu’un éternuement, devait être remarqué par Piscean, interprété et enregistré. Des tests étaient pratiqués régulièrement sur Gala, et

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Piscean était la responsable de sa bonne participation et de sa totale coopération. En dehors de ces prérogatives contraignantes, ces deux-là adoraient passer des heures à juste parler. Gala posait énormément de questions pour une petite flle de dix ans, mais chacune de ces questions amenaient au bout du compte Piscean à se poser encore plus de questions. Les interrogations de Gala n’était en rien le refet de son âge, et Piscean se retrouvait régulièrement désarçonnée par la seule pertinence des réfexions de l’Enfant. Néanmoins, jamais un seul faux pas ne fut enregistré. Piscean était la tutrice de Gala la plus irréprochable qu’on ait pu recenser dans la Garderie. Elles s’approchaient maintenant d’un portique comportant deux balançoires. Piscean, comme à son habitude s’assit sur l’une d’elle et Gala ft de même avec la seconde.

“ Pis, je me posais une question.

Je t’en prie mon ange, je t’écoute.

Et bien voila, je trouve que tu es très belle, tout le monde le dit, et surtout Noah.

Oh c’est adorable Gala, mais il existe des flles absolument magnifques dans notre Cité tu sais, des biens plus belles que moi.

Non, Piscean, tu es la plus belle flle de cette Cité, les musiques me l’ont dit, aussi, je me demandais pourquoi tu n’étais pas mariée, et pourquoi tu n’étais pas, comme toutes ces jolies flles de Gaïa, en amour avec un garçon.

Et bien Gala, je suis touchée par ce joli compliment que tu me fais, mais tu sais, être en amour avec un garçon peut demander beaucoup de temps et de sacrifces. Je n’ai aucun temps à donner à quelqu’un d’autre en ce moment, ma vie est remplie de toute sorte de choses, choses que je n’échangerai pour rien au monde.

Tu parles de moi ?

Oui Gala, tu es ce que j’ai de plus cher au monde, et je ne caresse même pas l’envie d’avoir envie d’autre chose.

Les Chroniques de Gala Phoenix

Mais, Piscean, tu ne peux pas limiter ta vie à t’occuper de moi, et

un moment ou tu te dois d’être

t’oublier comme tu le fais, il y’a

heureuse aussi.

Qui te dit que je suis malheureuse ?

Non, tu es heureuse, cela se voit et se ressent, mais, n’as tu pas parfois envie d’autre chose ?

Pour le moment tu sens bien que non.” Piscean voyait très bien où Gala voulait en venir, et de toute manière, elle savait qu’elle ne pourrait rien lui cacher et qu’essayer de mentir ne mènerait a rien. “ Gala, tu sais, je suis encore jeune, je n’ai pas prétendu ne jamais vouloir avoir quelqu’un avec qui partager des choses, et pourquoi pas avoir un enfant un jour, mais la vie est faite de choix. Des fois, ce sont des choix qui s’imposent à nous et nous devons faire avec. D’autres fois, il se trouve que nos passions nous mènent à des choix, mais des choix impliqués par un engagement fort envers quelque chose ou quelqu’un que nous aimons. Et j’ai eu la chance, toute ma courte vie jusqu’a présent, de n’avoir eu que des choix par passion. C’est en effet une chose incroyable que j’aie eu depuis ma naissance et qui, aujourd’hui, me permet de passer une journée très agréable en ta compagnie.”

Gala gardait un air grave

“ Tu es gentille Piscean, je ne veux personne d’autre que toi pour s’occuper de moi, jamais. Mais, si un jour tu tombes en amour avec un garçon, je voudrais que tu choisisses cette vie-là, car à un moment, je sais bien que je cesserai de te voir, et cela me remplit de tristesse.

Peux tu prévoir ce jour Gala ?

Pas encore, car à chaque fois que la musique m’en parle, je me bouche les oreilles pour ne rien entendre.

Tu fais bien ma chérie, ne laisse rien nous séparer car moi aussi j’ai besoin de toi.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Je resterai toujours avec toi, même si la musique essaie de nous séparer, je chanterai si fort par-dessus que plus personne ne l’entendra, je te le promet. Mais…

Mais quoi mon ange ?

Mais si j’échoue, qui s’occupera de moi si tu n’es plus là ?”

Piscean ressentit un engourdissement dans ses membres, elle détestait cette sensation bizarre de ralentissements de la Source qu’elle expérimentait parfois face à Gala.

Je serai toujours là, mais il y’a des tas de gens autour de toi. Regarde quand je m’absente deux jours comme hier et avant hier, Noah s’est occupé de toi, il y’a Baya aussi, il y’a Crystal également…

La musique chante Crystal trop doucement.

Explique-moi.

Et bien, j’entend des mélodies avec tous les gens je t’en ai déjà parlé, je connais les musiques de chaque personne par cœur, je sais par quoi elle commence et quand elle va fnir, mais la musique de Crystal est une musique que je n’aime pas trop car elle n’est pas facile a retenir.

C’est une mélodie difcile a écouter tu veux dire ?

C’est très difcile à écouter, et l’on dirait qu’elle change en permanence. Je ne sais pas comment te l’expliquer. Tu me comprends ?

Oh oui Gala, crois-moi sur parole, je te comprend. Crystal est une des personnes au monde qui tient le plus à toi, si je te disais qu’elle ferait tout pour que tu sois heureuse, tu me croirais ?

Tout comment ?

Et bien, tout comme… surement donner sa vie pour toi.

Je crois en effet que Crystal m’aime bien et que je l’aime bien aussi, car elle a souvent été là quand je m’étais perdue. Mais je te préfère Piscean, tu es plus gentille. Crystal me pose toujours trop de questions sur tout,

Les Chroniques de Gala Phoenix

c’est un peu fatiguant des fois.

Et bien Gala, si beaucoup de gens te posent des questions, cela veut tout simplement dire que tu connais beaucoup de choses.

Ne me fais pas croire que les gens connaissent moins de choses que moi, je n’ai que dix ans, et même si je ne connais personne de mon âge, je sais ce qu’est avoir dix ans, et ce n’est surement pas tout connaitre. Il y’a tant de choses que j’ai hâte de découvrir.

Comme quoi ?

Je voudrais apprendre à voler déjà.

Tu veux dire, piloter un Trax Anti Gravité ?

Non je veux dire, voler, comme les oiseaux dans mes livres, ou ceux que je vois des fois sur le Dôme.

Tu penses que tu pourrais ?

Je pense que je pourrais apprendre à faire tout en fait. Ne prend pas ça comme de l’idiotie Piscean, mais je ne suis pas encore familière du concept de limitation. J’ai l’impression que rien n’est impossible, mais c’est juste que les gens n’essaient pas de faire des choses impossibles avec assez d’envie. Veux-tu que je te montre quelque chose ?

Euh, que veux-tu me montrer ?

Un truc tout bête qui te prouvera que tout est possible a qui le désire fortement. Il suft juste de savoir chanter dans sa tête, c’est du moins comme ca que j’ai réussit. Regarde cette pierre la bas dans l’herbe.”

Gala indiquait du doigt une pierre d’un gabarit assez important pour être aperçue du premier coup d’œil. Elle se situait dans un petit carre d’herbe situé à une dizaine de mètres du portique. Piscean, une fois la pierre localisée visuellement répondit :

Oui je vois de laquelle tu parles.

D’accord, veux-tu la voir de plus près ?

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Si je veux … “

Dazi n’eut pas le temps de répondre, la pierre se mouvait d’elle-même, comme suspendue à des câbles qui auraient été invisibles.

Gala, par toutes les étoiles, que me fais-tu la ?

Rien de plus que bouger la pierre Pis.

Qui t’a appris ca ?

J’ai juste observé Crystal une fois qui faisait ça avec une tasse sur une table, et je me suis dit que ça devait être difcile, mais que j’aimerai beaucoup apprendre, alors je me suis entrainée durant des heures, mais je ne suis pas encore aussi forte que Crystal.

C’est tout ??? Répondit Piscean en semi état de choc. Tu as vu Crystal bouger une tasse, tu t’es dit ‘je veux faire pareil’ et voila le résultat ?

Pis, ce n’est vraiment pas difcile, je suis sure que tu sais le faire aussi mais que pour me faire plaisir tu fais genre que c’est impossible. Lança Gala avec un sourire complice.”

La vérité était évidemment que Piscean n’avait aucun de ces dons de Télékinésie dont seuls quelques Mantas étaient pourvus. La majorité de ces derniers étaient d’ailleurs tous Mantas Militaires incorporés à Saad. Piscean n’était qu’une précognitive, et ses dons étaient plutôt orientés vers l’anticipation sociale et géopolitique de la Source. En aucun cas elle n’infuait sur quoi que ce soit, elle était ce que Crystal appelait une ‘Lectrice’ de la Source, non pas une ‘Actrice’ ou encore une ‘Architecte’. Elle reprit :

Gala, me donnes-tu quelques minutes que j’envoie un message depuis mon terminal ?

Bien sur.”

Gala continuait à jouer avec la pierre. Elle la faisait tourner sur elle-même,

Les Chroniques de Gala Phoenix

descendre et remonter avec une facilité manifeste. Piscean garda un calme apparent de façade et elle se saisit de son terminal manuellement. Elle utilisa le clavier visuel situé dans sa lentille de contact et ouvrit une procédure sur le serveur de la Tour Trois. L’ouverture de procédure était une démarche assez rare au sein du secteur. Piscean devait créer une sorte de rapport bref et immédiat sur toute activité nouvelle ou inquiétante de Gala, de manière à ce que l’administration du Bâtiment X agisse dans les plus brefs délais en conséquence. Une fois ouverte, les plus hauts fonctionnaires du secteur recevrait en même temps une dépêche instantanée comme une alarme discrète les informant en temps réel des évènements en court.

08.15.56 – Secteur IV – Portique

Ouverture Procédure Garderie

CP; C.Lameth CC: A.Dort; N.Kenda; V.Vindaloo; A.Mirrhia; P.Locklath

Gala a bougé une pierre d’environ un kilogrammes sur une dizaine de mètres simplement par la pensée. J’ajoute que tout ceci lui semble absolument normal et même amusant. Elle a apprit ça en imitant simplement une habitude que Crystal a avec certains objets. Je ne suis pas rassurée. Aucune intervention nécessaire toutefois.

Piscean.

Une fois terminé, Piscean se mit à utiliser la balançoire de manière totalement enfantine. Certes Gala pouvait deviner beaucoup de choses, mais Pis avait toutefois pour elle d’être une très bonne actrice, et savait mettre en déroute des tentatives que l’Enfant pouvait effectuer afn de l’analyser plus en profondeur.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Gala avait ce don, et c’était à son âge la plus développée de ses compétences. Elle lisait à travers les gens, la plupart du temps sans s’en rendre compte. Piscean savait comment empêcher l’enfant de connaitre tous ses secrets et pensées, mais elle se demandait combien de temps encore elle y parviendrait. Le reste de la journée fut consacré à la lecture et à un cours de sociologie que Piscean, ancienne Maitresse de Conférence a l’Université de Gaïa, lui dispensa. Il s’avérait nécessaire que la petite flle puisse ouvrir son cerveau à toute sorte de discipline dès son enfance. Des tests sous forme de devoirs écrits clôturèrent cette journée remplie. Une fois toutes les obligations terminées, elles fnirent comme à l’accoutumée leur journée à discuter et à jouer sur le portique.

“ Piscean ?

Oui ma chérie ?

Je me demandais quelque chose.

Demande donc.

Que se passe-t-il de l’autre côté ?

De l’autre côté de quoi Gala ?

De l’autre côté du monde. Les musiques qui en viennent me racontent des biens mauvaises histoires de ce qu’il y existe. Il y’a beaucoup de gens qui crient, d’autres qui pleurent, et tout semble froid et triste. Y’es tu déjà allée ?

Non, je n’y suis jamais allée, je sens les mêmes choses que toi quant à ce qu’il s’y passe, mais quoique tu en voies, personne ne peut rien y faire, les choses sont faites comme ça vois-tu.

Ne peut-on rien faire pour les gens qui y sont tristes ?

Non mon enfant, nous ne pouvons malheureusement rien y faire, ni toi, ni moi, ni personne d’autre. La Vie est ainsi faite, la Source est comme telle. L’Histoire est écrite, les choses sont inexorables, dis-toi qu’à chaque fois qu’il existe un morceau de joie et de bonheur, une contrepartie opposée existe au même moment. Tout ceci s’appelle l’équilibre.

Les Chroniques de Gala Phoenix

Je n’aime pas savoir ça Piscean, pourquoi est-ce que tout le monde ne peut pas vivre comme ici, au calme et heureux ?

Tout simplement car les humains ont fait beaucoup de bêtises dans notre Histoire, que nous sommes en train de réparer beaucoup de choses, mais qu’énormément de blessures et cicatrices ne sont pas encore guéries.

Seront-elles guéries un jour Pis ?

Le crois-tu toi Gala ?

Je crois simplement qu’en le voulant fort, nous pourrions tout guérir.

Alors œuvre en ce sens toute ta vie, et tu auras peut-être ce que tu souhaites. Bien que les choses soient écrites, tu peux peut-être être maitresse de ta destinée, tu es si forte. Puisse l’esprit d’Alansith t’accompagner toute ta vie ma chère enfant.

Peux-tu me parler de l’autre côté ?

Alma Rachoukta est son nom. Les terres de l’ombre sont un miroir inverse de ce que nous connaissons sur notre hémisphère. Tout est ténébreux, froid, sans aucune chaleur. Les vents y sont déchainés, il est quasiment impossible d’y couler une existence sereine. Les humains vivant dans les mornes plaines des contrées de Visigath ne sont plus vraiment des humains tels que nous les connaissons. Leur langue n’est pas la nôtre, le Chaos est leur façon de vivre, ils ne rêvent que d’envahir notre hémisphère afn de pouvoir jouir des biens de Gaïa et nous rabaisser au niveau d’esclave. Alors que nous avons construit une société de paix et de prospérité où tout un chacun peut espérer réussir et être heureux, Rachoutka n’amène que rivalités entre les ethnies la composant et guerres incessantes entrainant mort et désolation. Grace au Mur, nous pouvons nous protéger d’eux depuis des années, mais leurs tentatives pour nous envahir sont multiples et continues. Les brèches ouvertes furent nombreuses avant que nous, Mantas, prenions le contrôle de la Barrière. Seul reste Dohan, la Belle, ville maintes fois libérée puis reprise, notre seul talon d’Achille car elle est une faille dans

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

la Barrière, nous n’avons jamais réussi, en effet, à consolider la brèche apparue durant la Grande Guerre. Une confrontation éternelle se produit en Dohan depuis des années car elle ne se situe qu’à très peu de distance de notre Cité. Seulement, Gala, ne sois pas craintive, ni effrayée, car Saad veille sur notre civilisation jour et nuit, et ne laissera jamais passer aucun monstre de Alma Rachoutka. Nous sommes plus puissants qu’eux. Tout ceci et bien plus, voila ce que tu entends à travers les musiques.

Je comprend Pis, mais je ne peux m’empêcher de voir d’immenses choses de l’autre côté. J’ai l’impression que personne n’est au courant de ce qu’il s’y passe.

Peux-tu me dire ce que tu vois en ce moment ?

En ce moment rien, je l’ai vu cette nuit.

Qu’as-tu vu Gala ?

La Belle Ville sera de nouveau le lieu d’une énorme bataille. Je vois des gens habillés en noir qui tuent beaucoup de soldats mais je ne distingue pas qui ils sont, ni qui sont les soldats. Je vois des nuages qui descendent du ciel sur la Terre, je vois des ouragans et des orages, des gens qui quittent le sol pour aller se perdre dans le ciel, des explosions incessantes, des cris, des morts, des regards effrayés et…

Et ? Dis-moi Gala, que vois-tu aussi ?

Je vois la Mante Noire, celle de tous mes rêves, qui reste immobile les yeux fermés au milieu des deux armées. Je la vois sourire, je vois un aura de lumière autour d’elle, je vois des gens qui se mettent à genoux devant elle, et elle sourit toujours, mais ses yeux restent fermés. Et avant de me réveiller, j’ai vu ses yeux s’ouvrir et la fn de tout. Est-ce un rêve Piscean ?”

Piscean resta impassible, mais ce calme apparent dissimulait un frisson incroyablement désagréable qui lui traversait le corps. C’était la première fois que Gala narrait La Prophétie des Bahassidj, toute seule sans l’avoir lu nulle part, et,

Les Chroniques de Gala Phoenix

ce qui refroidit Piscean était que, selon la prophétie, Le Grand Guerrier était appelé le Dernier des Bahassidj, entité que Gala venait de nommer “ La Mante Noire”. Que voulait-elle dire, et surtout, qu’avait-elle vu ?

Je te mentirai si je disais que tout ceci ne ressemble qu’à un simple rêve Gala. Je pense que tu as vu quelque chose qui arrivera un jour. Il est donc très important pour moi que tu m’autorises à en parler à Crystal et au professeur Dort, le comprends-tu ?

Oh, Crystal le sait déjà, j’étais avec elle sur le portique hier soir.

Tu étais avec Crystal ? Elle ne m’a rien dit !

Oups, Pis, ne lui dit rien alors, je ne savais pas que c’était un secret.

Non, ne t’inquiètes pas ce n’est pas grave du tout, et non ce n’est pas un secret.

Je suis soulagée.

Bref, Gala, peux-tu me décrire celle que tu appelles la Mante Noire ?

Je vais essayer.

Prends ton temps, essaie de voir les choses de la manière la plus précise possible.”

Gala ferma les yeux avec douceur, le temps sembla se ralentir. Piscean ft de même et prit la main de l’enfant, elle allait essayer de voir à travers ses pensées.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

19H45

La prophétie de la Mante Noire par Gala X. 1er Juin 2757

“ Tout ce qu’il m’est possible de distinguer est que la Mante Noire ferme toujours les yeux. Je ne l’ai encore jamais vu les ouvrir, c’est un peu comme si elle n’avait pas besoin de lever les paupières pour apercevoir le monde environnant. Elle semble flotter au-dessus du sol tout le temps car je ne la vois pas marcher et ses cheveux sont noirs et longs. La plupart du temps, ils flottent dans l’air comme si elle était plongée dans l’eau. Elle ne parle pas, je n’ai jamais entendu le son de sa voix, par contre, je sais qu’elle respire car j’ai entendu son soufe lorsqu’elle est apparue. Elle est habillée d’une tenue noire, un peu comme une Manta, mais sa tenue est remplie de sable, tout comme ses cheveux. Il lui arrive de porter une longue robe et ses cheveux tombant jusqu’à ses hanches ressemblent à une immense et majestueuse araignée. Ses paupières sont noires comme la nuit, son visage est absolument parfait et elle a l’air constamment en paix. Je crois qu’elle est très méchante, enfin, je pense, car elle inspire aux gens qui sont en sa présence peur et tristesse et ceux qui s’enfuient sont comme réduits en poussière. Une fois, j’ai distingué une longue trace noire sur sa joue gauche comme si on lui avait fait un maquillage qui avait coulé à cause d’une larme qui serait éternelle. Elle est jeune mais je ne lui donne pas d’âge, elle ne ressemble pas à une personne que je connais non plus. Des fois je me dis qu’elle n’existe pas et qu’elle n’existera jamais mais à ces moments-la, la musique chante plus fort et je vois à travers elle l’espace de quelques secondes. Au fur et à mesure, je finis toujours par ressentir ce qu’elle ressent. Je crois qu’elle cherche à se venger d’un mal qu’on lui aurait fait dans le passé.

Elle ne vit nulle part et n’appartient à aucune de nos cités. Elle ne connait pas la définition de la peur, son calme me fait penser à une brise légère et régulière. Elle conduira à la destruction partielle de la planète et après son passage plus rien ne sera comme avant. Les racines de son mal se trouvent en Dohan. La Belle Ville sera le

Les Chroniques de Gala Phoenix

théâtre de sa première et dernière apparition. Peu de gens pourront en témoigner après car la plupart auront péri lors de la colère de la Mante Noire. Il ne servira à rien de fuir ou d’essayer de se défendre, elle écrasera les deux Grandes Armées en un instant et elle disparaitra, ensuite elle libèrera notre planète du Fléau, tout redeviendra calme.

Lorsque la lune mourra. Lorsque la Terre s’arrêtera. Lorsque les tumultes des Arrha Braya secoueront chaque homme de chaque pays sur chaque continent. Lorsque le temps aura fuit. Lorsque plus rien ne signifiera plus rien. Alors, il (elle) apparaitra. Le(a) dernier(e) des Bahassidj. Il (elle) ne sera d’aucune patrie ni d’aucun clan. Il (elle) ne souffrira d’aucune allégeance et il (elle) bataillera jusqu'à ce que seul le calme règne sur la Terre. Les souffrances de la Grande Cité enfin s’étoufferont. Mais lui(elle) restera immuable et éternel(le) comme bouclier infranchissable des dérives de l’homme. Il(elle) n’aura pas de nom, ne sera issu(e) d’aucune dynastie puissante et nul n’aura de prémonition quant à sa nature profonde. Mais il (elle) sera tout et toujours a la fois, ce qui fut, ce qui sera et ce qui est. Prenez garde et prenez en acte, rien ne pourra venir assouvir sa satiété (faim), ni lumière ni ombre ni avidité car il (elle) sera lumière et ombre et ses propres velléités. Voici venir Le(a) Dernier(e) des Bahassidj. Il (elle) regardera le ciel, et à la fin, il (elle) pleurera.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

23h39

Selon Piscean Dazi (1.03)

Piscean rouvrit les yeux et retira sa main de celle de Gala. Durant toute la vision de l’Enfant, elle avait vu à travers elle. Elle avait aperçu la Mante Noire, elle avait pu pour la première fois mettre un visage sur cette vieille légende. Ce qu’elle vit la pétrifa mentalement.

“ As-tu vu d’autres choses Gala ?

Il y’a d’autres personnes dans mes rêves Piscean. Mais je ne sais pas encore qui elles sont.

D’accord. Lorsque tu feras d’autres rêves, n’hésite pas à m’en parler, ce ne sont peut-être que des rêves au fond.

Mais peut-être pas aussi.

Oui, peut-être pas aussi.”

Piscean pris la Petite Fille dans ses bras et la serra tendrement. Maintenant, elle connaissait l’identité de celle qui serait la Fin de tout, mais, il était impossible pour elle de le divulguer sans causer de désordre insoluble dans la Fédération. Elle décida d’enfouir ce secret au plus profond d’elle-même dans son subconscient insondable de Manta et ft la promesse de ne le confer à personne sauf en cas de nécessité absolue.

“ Nous sommes dans un instant de nécessité absolue Piscean. Merci de nous avoir fait part de tout ceci.

- Je m’excuse auprès de vous professeur, mais je ne peux pas encore vous dévoiler ce que j’ai vu à cet instant précis, j’ai besoin de quelques

Les Chroniques de Gala Phoenix

instants.

- Prends ton temps Piscean, ce qui est fait est fait. Répondit Noah.

- Que s’est il passé ensuite ? Continua Dort.

- Je l’ai amené dans sa chambre, je lui ai fait faire sa toilette, nous avons diné devant un tridimensionnel quelconque, et je l’ai couché. Rien ne fut différent de d’habitude, excepté ses derniers mots.

- Quels furent-ils ?

- “Je t’aime Piscean, quelles que soient les craintes que tu aies pu ressentir aujourd’hui, et je les ai entendu au plus profond de moi-même, je ne cesserai de t’aimer.”

- Elle sentait que les évènements allaient se bousculer. Dit Noah.

- Je le crois dur comme fer. Répondit Piscean. Je crois qu’elle m’envoyait un message, vous auriez du croiser son regard à cet instant, je n’ai rien voulu laisser paraitre, mais lorsque je suis retournée la voir deux heures plus tard et que son lit était vide, je n’ai pas été surprise.

- Avez-vous une idée de l’endroit où elle a pu aller, et si elle va revenir ? Interrogea Dort.

- Si je puis me permettre professeur, je pense que Gala accomplit son destin. Je vous dis que Gala n’est nulle part et partout à la fois, qu’elle a des choses à faire, à comprendre, à régler même. Je crois même qu’elle n’a pas disparu, je me demande seulement si elle avait seulement vraiment été là…Nous ne pouvons plus rien pour elle, et nous tous savions que ce jour allait arriver. Bien naïfs et hypocrites sont ceux qui en seront surpris. Je crois également que nous la reverrons…Un jour…

Piscean se mit à pleurer soudainement et en douceur. Son visage n’avait pas changé, elle arborait son éternel faciès angélique, mais une larme coulait de son œil droit jusqu’a la commissure de ses lèvres. Almen Dort reprit

tu le sais, je souhaite que tu ailles

essayer de te reposer un peu, je dois aller participer a la grande réunion qui va

“Piscean ce n’est pas de ta faute, et

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

avoir lieu dans la minute même. Est ce que tout ira bien ? - Oui professeur, tout ira bien, je m’étais préparée à ce jour.” Elle se leva, les salua respectueusement, s’essuya la joue, et devant la porte s’arrêta. “Professeur ? Commença t’elle après une seconde d’hésitation.

- Une chose que je devrais savoir Piscean ?

- Je ne sais pas, mais je crois que je dois vous dire que c’est un livre à quatre mains. De plus, tout ira bien maintenant, je le sens.” Et elle sortit. Et Noah eut cette étrange impression une fois de plus qu’une légère brise forale l’accompagnait. Puis, il oublia.

03h15

“Un livre à quatre mains ? C’est exactement ce qu’elle vous a dit ?

Crystal avait parlé. Elle qui depuis le début de la réunion était restée à l’écart regardant l’immense baie vitrée. Elle s’était retournée violemment, sa longue chevelure noire avait même mit un certain temps afn de se stabiliser, tant et si bien qu’une mèche lui cachait encore les yeux lorsque tout le monde se retourna vers elle de manière inquiète. Sans quitter Dort des yeux, et d’un mouvement discret de la main, elle dégagea cette mèche, la glissa derrière son oreille gauche et après avoir scruté chaque personne présente dans la salle de réunion et leur avoir tous fait baisser le regard, elle se dirigea vers le professeur. Lameth était bien la seule personne que Dort pouvait craindre, surtout après la disparition de Gala, les liens entre les deux étaient en effet très puissants. Tout ceci sans omettre le fait qu’après chaque disparition précédente de l’Enfant, Crystal Lameth avait dans des laps de temps très réduits réussit à la retrouver. Seulement cette fois-ci, on sentait bien qu’elle avait été prise au dépourvu. Valinha s’écarta de manière à laisser Lameth en face de Dort. Elle prit la parole en

Les Chroniques de Gala Phoenix

le toisant de son regard le plus haineux.

“ Professeur, vous souriez depuis le début de cette réunion, vous êtes certes d’une collaboration en tout point satisfaisante, les informations sont complètes et exhaustives, mais néanmoins, je ne sais pas ce qui en moi me fait croire que vous faites tout pour nous faire perdre du temps, ou bien pire encore, que vous omettez de vous-même de nous livrer certains éléments.

- Crystal, voyons…

- Est-ce que tout cela vous fait rire Almen ?

- Je serai bien stupide d’en rire Crystal…

- Nous sommes d’accord sur le sujet. Maintenant confrmez-moi les dires de Piscean.

- Je confrme le fait qu’elle m’ait dit “c’est un livre à quatre mains”.

- Merci, c’est intéressant…”

Valinha avait suivit le rapide et vif échange entre Lameth et Dort avec recul et une attitude qui trahissait manifestement son angoisse. Il avait beau être le Recteur Départemental, sa tâche se trouvait facilitée lorsque Lameth était loin de lui. Elle avait en effet une facilité à prendre le contrôle de …tout, qui lui donnait bien souvent des nausées. C’est à se demander si le Chancelier ne l’avait pas introduite au sein du GLC pour devenir la patronne en cas de crise, et crise il y’avait a ce moment précis. Il tenta de sauver le petit second rôle qui lui était dorénavant imposé.

“ Mais enfn Lameth, calmez-vous. La voix n’était pas assurée, il reprit. Que voulez-vous dire au juste, quel est le sens de cette phrase ?

Vous ne pouvez pas saisir Vindalhoo, restez dans vos attributions s’il

vous plait, remplissez des papiers, signez des dossiers, participez à des séminaires, restez persuadé de votre importance relative, et laissez-moi gérer cette affaire qui vous dépasse en tout point.’ Lameth avait parlé.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Des gens présents ce jour-ci, certains témoigneront du malaise général qui en suivit. D’autres garderont en mémoire le faciès de Valinha Vindalhoo, et enfn certains, plus rares, auront été assez observateurs pour voir les yeux de Lameth changer légèrement de coloration, ses cheveux se dresser imperceptiblement comme parcourus par un champ statique. C’est ce jour-ci que Lameth prit vraiment le contrôle sur le projet Phoenix, du moins de manière sous-jacente. Elle poursuivit:

“ Je dois me rendre de ce fait à la Chancellerie faire un rapport. Je veux absolument avoir une entrevue avec Piscean Dazi par la suite, convoquez-la Almen. Mirrhia et Locklath je veux que toutes les vidéos des six dernières heures soient passées au crible par vos services, vérifez que rien ne sort de l’ordinaire… Si tant est que des choses fussent ordinaires en ces lieux… Je veux que Caman Drujdi se retrouve face à ses responsabilités. Et elle sortit.

Crystal Lameth n’était pas dans un grand jour de gloire. Celle qui usait et abusait de sa notoriété et de ses nombreux succès sentait la maitrise absolue qu’elle avait sur l’ordre des choses lui fler entre ses mains. Malgré tout, elle appréciait au fond d’elle-même les situations de crise durant lesquels elle pouvait avoir main mise sur chaque paramètre politique et décisionnel, ce qui provoqua un bref instant un sourire tel un lapsus facial sur son visage alors qu’elle marchait à vive allure dans les longs couloirs sombres du Bâtiment X. Elle se dirigeait vers ses propres appartements au cent quatorzième étage de la Tour Trois. L’effervescence était palpable en même temps que le haut niveau de stress des nombreux soldats et autres contingents du GLC que Lameth croisait dans les couloirs ou dans les ascenseurs. L’Harmakor n’était pas encore sur site mais sitôt que Lameth aurait auditionné auprès du Chancelier, il arriverait dans l’heure, et cette idée redonna du baume au cœur à la belle Manta. Elle n’avait foi qu’en l’Harmakor, celui-ci étant son véritable microcosme, l’armée où elle avait faite ses classes. Ce n’était pas qu’elle doutait de l’allégeance du personnel du GLC envers la Fédération, loin de là, mais pouvoir gérer cette crise en usant du corps de

Les Chroniques de Gala Phoenix

Mantas dont elle était la leader lui permettrait surement de travailler mieux et plus vite, et pourquoi pas de retrouver l’Enfant… Elle savait qu’elle ne la retrouverait pas cette fois-ci aussi devait-elle simplement réunir le plus d’informations, les exposer à la Chancellerie, et suivre son instinct. Ses talents avaient une limite, si ce n’était pas le cas, elle serait omnipotente après tout et serait considérée comme résultante du projet Phoenix, mais elle n’en était que la Gardienne au bout du compte, une journée comme celle-ci venait de brutalement lui rappeler la place qu’elle occupait dans l’ordre des choses. Devant sa porte, après avoir usé de ses terminaux anatomiques pour l’ouvrir, elle se retourna comme à son habitude afn de déceler la présence d’un quelconque indiscret suiveur. Naturellement, elle ne risquait rien, mais il en était des manies rituelles de Crystal comme de la paranoïa qui s’était épris d’elle depuis la fuite de l’Enfant. Peut-être s’attendait-elle à la voir surgir au coin du couloir, rigolant et courant dans ses bras lui disant que tout ceci n’était au fond qu’un jeu pour tester les nerfs de ses Gardiens. Il n’en fut bien évidemment rien, et elle pénétra dans ses appartements. La porte glissa derrière elle s’imperméabilisant visuellement et auditivement. Elle était maintenant dans l’endroit le plus sur de Gaïa. Elle se dirigea vers le centre de la salle principale et se tint droite comme un I au milieu d’un cercle constitué de milliers de capteurs tridimensionnels. Apres avoir pris une grande respiration qui souleva sa longue toge de la Fédération, elle ferma les yeux et ordonna à ses implants de se connecter sur le récepteur de la chancellerie. Quelques secondes plus tard l’image tridimensionnelle du chancelier Atheus Rose se matérialisa devant elle depuis une connexion évidemment hautement sécurisée et non piratable. Il revêtait lui aussi la toge noire des dignitaires de Gaïa, et avait l’air très serein. Les habituelles rides sévères de son front n’étaient pas marquées comme cela était le cas lors de ses grands courroux. Ceci signifait que soit il était au courant et avait déjà réféchît à la situation, soit il ne savait absolument rien. Crystal, en essayant de fxer son regard sur le sien commença de manière trop confante pour ne pas cacher une manifeste fébrilité.

“ Chancelier Rose.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

- Bonsoir Crystal. Lui répondît-il rapidement d’une voix douce et polie.

- Je viens vous demander audience afn de mettre a votre connaissance un terrible évènement. Lameth marqua un temps d’arrêt afn de jauger les conséquences du ton solennel qu’elle employait.

- Je vous écoute Crystal. Il maintenait son regard sur elle et la neutralité de son ton.

- Gala Phoenix a déserté la Garderie, cela fait plus de trois heures maintenant, j’ai auditionné Almen Dort, et je viens de lancer la procédure d’urgence, néanmoins la situation me parait compromise.

- Allez-vous la retrouver ? Sa réponse tomba comme un couperet.

la

- Je vous demande pa

pardon

?

Crystal

fut

désarçonnée

par

spontanéité et le direct de sa réponse.

- Allez-vous la retrouver Crystal ?

- Et bien je

- Comment ça vous ne savez pas ? Avez-vous perdu une partie ou l’intégralité de vos fonctions ?

- Non, enfn, vous êtes au fait de la perte de fonctions que je peux effectivement ressentir face à elle. Et quant à la réponse à votre question, je la maintiens, Chancelier, je n’ai aucune idée de l’endroit où l’Enfant a pu partir.

- Que puis-je donc pour vous ?

- Mais enfn Chancelier, cela coule sous le sens… Crystal était au bord de l’exaspération.

- Veuillez descendre d’un ton jeune Lameth, je n’aime pas que l’on puisse se jouer de ma patience et de mon temps. Répondez à ceci. Que puis-je pour vous, et quelles seraient les conséquences d’une effective disparition qui durerait ?

- Je

je vous prie d’excuser le ton de mes réponses ainsi que la nervosité

dans laquelle je suis Chancelier. Je voudrais que vous me dépêchiez partie de l’Harmakor en ces lieux dans des délais brefs et quant aux

je ne sais pas Chancelier.

Les Chroniques de Gala Phoenix

conséquences de sa disparition, je laisserai vos éminents précognitifs plancher sur le sujet, sachant que mes fonctions sont pour le moment perdues dans le néant Monsieur. Crystal Lameth perdait de toute évidence son calme et sa notion de hiérarchie, et il se trouve qu’elle était coutumière du fait.

- Je vous envoie l’Harmakor Crystal, et je vais maintenant présider un comité de crise, auquel vous ne serez pas conviée tant que vous n’aurez pas restauré un minimum votre calme, maintenant je dois couper la transmission. Je vous souhaite bonne chance et compte sur vous pour des approximations détaillées de vos précognitions dans la demie heure suivante. Il coupa.”

Crystal demeura debout au centre de son émetteur durant de longues secondes. Elle essayait de se calmer elle-même, la lenteur de réaction des politiciens l’avait toujours outrée plus que de raison. Elle se dit alors que les Phases III n’avaient toujours pas un cerveau aussi réactif que le sien, aussi elle se sentit plus en paix avec elle-même. Tout son énervement venait de ce point précis : Elle réféchissait plus vite que tout le monde et c’est pour cela qu’elle abhorrait les réactions des gens l’entourant depuis quelques heures. L’Harmakor serait là dans une heure, deux tout au plus, il était donc temps de préparer son arrivée du mieux qu’il était possible en synthétisant toutes les données et en les compilant de manière exhaustive. Cependant, Crystal était trop nerveuse pour travailler à tête reposée, elle décida de contacter Piscean. Apres avoir ordonné à ses terminaux de chercher et appeler ceux de Piscean, elle s’affala dans l’unique sofa de la pièce principale de ses appartements. Sa Vision Alternative lui indiqua que Piscean n’était pas connectée au réseau, ce qui était assez rare voire même exceptionnel. Etant donné la situation, Lameth n’en fut pas surprise et décida de lui laisser encore quelques minutes avant d’aller la chercher elle-même. Soudain, elle reçut un signal provenant directement de la Grid, une icône idoine clignotait en effet depuis sa V.A. lui indiquant que quelqu’un ou quelque chose souhaitait entrer en contact avec elle depuis la Grid. L’évènement était d’importance, car même si elle était en permanence en réseau sur la Grid, il

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

se trouvait qu’elle y était connectée de manière totalement anonyme, ainsi seule une poignée de ses amis très limitée était au fait de son identité sur le Metaverse. D’un mouvement de rétine, elle ouvra le protocole du Client 4.01. Elle se matérialisa dans son avatar qui était immobile en Idle Time sur la Grid, aussi il se réveilla. Elle se rendit compte que quelqu’un était entré dans son domicile virtuel et avait laissé des messages un peu partout. Incroyable se dit-elle, l’accès a sa propriété numérique était lui aussi limité a elle-même ainsi qu’à très peu de personnes, et une sorte de Hackeur avait réussit à pénétrer dans son serveur et à déposer des sortes de graphismes 3D sur ses virtuels murs. Oubliant le monde réel de Gaïa, Lameth était totalement immergée sur la Grid et elle pouvait lire à présent les messages très distinctement qui pullulaient son appartement virtuel. “ Je peux t’aider”. Etait il marqué en caractères mouvants sous forme de graftis sur les murs de son salon de la Grid suivis des deux lettres « M.L. » Crystal pensait à une hallucination ou à une suite malencontreuse de coïncidences très étranges, mais elle ne voulait pas faire le parallèle entre la disparition de Gala et ce message. Aussi, elle déconnecta son double virtuel de la Grid et décida de joindre Piscean de nouveau. Rien. La Brise était absolument injoignable. Crystal commençait à se laisser gagner par un sentiment qu’elle exécrait : l’inquiétude. Cette sensation était elle-même décuplée par la présence d’un autre sentiment qu’elle haïssait encore plus car il lui était quasi inconnu : le stress. Rien ne se passait comme elle le désirait, et cela lui posait un réel problème. Lameth devait diriger et contrôler tout. Si elle perdait pied, cela n’était pas normal. Elle décida de joindre directement l’Harmakor elle-même. A situation exceptionnelle, actions exceptionnelles. Elle court-circuita donc l’habituelle procédure et, en temps que chef du groupe de frappe d’élite de Saad, contacta directement son fdèle second.

« Dakota, c’est Crystal » Elle avait parlé à haute voix en fermant les yeux, mais pour elle-même semblait-il.

« Je t’écoute Crystal » La voix n’était audible que par la Manta elle-même.

« As-tu senti ?

Les Chroniques de Gala Phoenix

- Oui, nous avons tous ressentit les fuctuations dans la Source. Nous sommes prêts depuis une heure, j’attendais ton appel.

- Très bien, ne venez pas, je vous rejoins.

- Nous t’attendons donc. Où veux-tu que nous nous rejoignions ?

- Allez là où la Source vous mène, je vous y trouverai, pas un seul mot à quiconque, la situation dégénère, nous devrons absolument prendre le contrôle sans délai.»

Et Crystal Lameth ouvrit les yeux, et tout lui sembla dorénavant plus simple. Un sentiment familier de puissance la ranima. Elle sortit avec sa légèreté habituelle de ses appartements et glissa jusqu’aux ascenseurs, où la fébrilité et la panique générale ft qu’elle sortit en moins de quinze minutes des bâtiments du GLC sans que grand monde n’ait pu vraiment faire attention à elle. Elle se dirigea vers l’Anti-G Port sur lequel l’attendait depuis le début de la soirée un Anti-G aux armoiries de la Fédération dans lequel elle monta sans dire mot au pilote et au garde du corps qui la saluèrent respectueusement. En scannant rapidement leurs esprits, elle se rendit compte que leurs allégeances lui étaient acquises et sans concession, c’était logique, mais elle adorait avoir confrmation, spécialement en cette période de troubles nouveaux qui s’ouvrait. Elle devrait bientôt faire le tri entre ses alliés et ses ennemis. Le moment de prendre le pouvoir sur le Chancelier allait surement arriver mais pour cela, elle devrait d’abord retrouver l’Enfant. Une fois qu’elle aurait accomplit cette mission, elle demanderait une session extraordinaire de la chambre des représentants de la Fédération ou elle imposerait des élections anticipées, élections qu’elle pourrait bien gagner si les évènements allaient en sa faveur dans les prochains jours. Naturellement Atheus Rose ne serait pas content, mais cela faisait des années qu’elle attendait au bout du compte ce moment. Les choses étaient trop lentes, et la Source indiquaient que des évènements extraordinairement graves allaient se produire dans les années qui viennent. Avait-ce un quelconque rapport avec la disparition de l’Enfant ou bien encore avec Pasiphaé ? « Allons à Lalireth, vous m’y déposerez et m’attendrez » Ordonna t’elle en

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

s’installant sur un siège à l’arrière et revêtant un casque et une tenue adaptée au vol.

L’AG décolla et Crystal, l’espace d’un instant et après avoir admiré les lumières de Gaïa depuis les hauteurs, s’autorisa à fermer les yeux et à s’assoupir durant la courte heure de vol qui allait suivre. La dernière image qu’elle vit avant de sombrer dans le sommeil fut celle d’une petite flle blonde qui lui souriait.

Depuis que l’icône avait clignoté dans sa vision annexe depuis ses lentilles, Atheus Rose ne s’était pas arrêté. De réunions de crises en décisions politiques et militaires, cela faisait maintenant trois heures qu’il n’arrivait pas à comprendre exactement l’enjeu des évènements de cette nuit, et leur portée exacte. Les scénarios avaient pourtant été légions depuis des années quant à une hypothétique situation similaire, et quand bien même les infrastructures de la Fédération pouvaient faire face à toute crise, celle-ci dépassait de loin l’entendement. Personne n’avait en effet jamais pu quantifer le désordre que la disparition de l’Enfant aurait pu créer. Le désarroi de ses proches collaborateurs en était le symbole le plus concret. Personne au bout du compte ne savait vraiment quoi faire, où chercher, et à quoi se préparer. Même sa meilleure conseillère, Crystal Lameth semblait avoir été dépassée par la crise. Il se remémorait la dernière missive de Nawrah. Encore une fois, il avait vu juste. De toute façon, jamais Atheus n’avait remis en cause les précognitions de l’éminent chef des tribus du nord, seulement, il se disait souvent que les interprétations que l’on pouvait en faire signifaient toujours tout et rien à la fois. Nawrah était assez subtil pour ne jamais dévoiler le sens de ses précognitions de manière concrète et unique, tant et si bien qu’on ne pouvait se rendre compte que ses prévisions avaient été exactes qu’une fois qu’elles s’étaient produites.

Les Chroniques de Gala Phoenix

L’Entrevue

3 juin 2762 – 22h54

« Bonjour Amadriane. » Amadriane ne pouvait pas se tromper lorsqu’il reconnut la voix provenir d’une personne s’étant appuyée devant la table où lui et ses amis étaient rassemblés. Il y’avait bien six ans qu’il n’avait plus entendu cette voix s’adresser à lui, et une foule de souvenirs ressurgissaient en lui. Une voix autoritaire qui savait aussi être douce lorsque les circonstances le permettait. Néanmoins, il avait souhaité a l’époque ne plus jamais avoir à entendre cette voix de nouveau, et c’est pour ceci qu’il attendit avant de tourner sa tête, priant intérieurement une entité quelconque et spécialement arrangeante qu’elle fasse tout pour qu’il se soit trompé et que cette voix ne corresponde pas à celle qu’il imaginait. Il tourna la tête légèrement vers le haut, et comme si le temps se ralentissait, il inclina son regard sur la gauche à la limite de la crise cardiaque. A l’instant précis où ses lentilles se stabilisèrent, il se rendit compte qu’il était complètement désolé d’avoir eu raison.

« Bonjour Crystal » Sa voix était posée et assurée, car il avait eu, lui semblait-il, des années lumières pour réféchir à ce qu’il pourrait dire si son audition ne l’avait pas trahit. « Que…fais-tu ici ?

- Est-ce ainsi qu’on accueille une si vieille amie ? Lui répondit Lameth amusée, souriante, et s’asseyant à coteé de lui devant ses amis médusés. Amadriane nota qu’elle était habillée de façon très chic, trop chic pour lui poser des questions sur ce que sa vie était devenue. Premièrement il le savait, elle bossait pour l’administration de Gaïa, enfn plus exactement la chancellerie, et intervenait de manière sporadique dans des combats de Saad. Et deuxièmement

Il était bien évidemment trop tard, Amadriane

- Je t’en prie…assis-toi

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

eut le temps de changer de couleur trois fois et demi. Ses amis étaient subjugués par ce qui leur tombait dessus.

- Bonjour, je suis Crystal, enchantée. Elle parcouru d’un mouvement de tête tous les compagnons d’Amadriane en leur adressant un sourire radieux. Ces derniers restèrent bouche-bés, ne sachant que dire. Crystal mesurait quasiment un mètre quatre vingt dix, possédait un visage sans défaut ou deux yeux si clairs qu’ils étaient blancs vous regardaient et semblaient lire à travers vous. Les yeux les plus téméraires purent se glisser en aval de son cou vers le col de sa tunique ouvert juste assez pour éliminer des doutes quant à la féminité dont elle était abusément pourvue. Amadriane se laissa rapidement convaincre également, et il se souvint qu’à l’époque de ses classes en compagnie de Lameth, il s’était toujours demandé comment une flle dotée de si gros seins pouvaient se débrouiller aussi bien sur un champ de bataille.

- Euh, les mecs, je vous présente Crystal.

- Oui je viens de le faire.

- Ok, pardon, Crystal est une ancienne…

- Je suis son ex. Si des yeux avaient été mal incrustés dans les orbites des garçons réunis à cette table ce soir-la, c’est à cet instant précis qu’ils seraient tous tombés sur le sol. Elle reprit « Quelqu’un m’offre un verre ?

- Tu bois maintenant ? Amadriane tombaient des nues. C’était sans compter sur Pyt O’donnell, feffé dragueur de la bande a Amadriane.

- Bonsoir Crystal, je suis Pyt, que désires-tu ? Il s’était levé précipitamment de la table pour s’approcher de la chaise ou elle s’était installée. De cet endroit, il avait une meilleure vue sur les courbes délicates a l’infnie de l’invitée surprise. Il brandissait son terminal bancaire de manière ostentatoire.

- Et bien, Pyt, j’adorerais boire une Vodka. Elle lui souriait tout en le fxant de ses yeux extraordinairement blancs cassés.

- Tout de suite ma belle.

Les Chroniques de Gala Phoenix

- Attend. Lui dit-elle en se levant face a lui et le frottant sans faire exprès au passage. Je viens avec toi.

C’est ainsi que Crystal quitta la table avec un regard complice a l’attention d’Amadriane. Pyt marchait derrière elle au milieu de la centaine de personnes dansant ou discutant debout au milieu de la salle du Callaghan, ce vieux pub irlandais du sud de Saria a Lalireth. De temps a autre, Pyt se retournait sur ses amis leur adressant des regards on ne peut plus tendancieux sur ses observations visuelles du panorama qu’elle lui offrait se frayant un passage a travers la foule. Les clients du pub se retournaient tous eux aussi sur le passage de Lameth. Amadriane restait hébété à les regarder se diriger au bar. Pendant qu’ils attendaient que le serveur ultra sollicite prennent leur commande, ses amis se retournèrent vers lui le regardant comme un extra-terrestre débarqué sur Terre.

« Mec, si Tian voit une nana aussi bien gaulée à notre table, elle va nous faire une crise monumentale. Ely avait parle.

- Mec si elle part sans que je scanne son pad pour avoir ses coordonnées, je me jette du haut de la tour de Lalireth en sortant d’ici. Ce fut au tour de Juno de prendre la parole.

- Les mecs, tout va bien se passer, je vais lui parler et lui dire qu’elle augmente trop le taux d’hormones de ce bar pour rester.

- Noooon, repris violemment et non sans panique Ely. Nom de dieu mais cette nana est… enfn pourquoi ne nous en as tu jamais parle ? »

Pendant ce temps, un seul était resté sans rien dire, c’était Raine, il scrutait son pad posé sur la table depuis une bonne trentaine de secondes. Juno tourna la tête et lui subtilisa son pad.

« Arrête, cria t il, rend moi ca tout de suite.

- Allons Raine, nous nous apitoyons tous sur notre taux d’hormones et toi tu es sur la Grid ? Pas de ça ici éteins moi c… Il regarda l’écran de

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

son pad et tomba dans un mutisme effrayant comme si il regardait une vidéo d’un assassinat en direct depuis le pad de son ami. Nom de DIEU !!!! s’écria t il.

- Quoi ? Ely se leva de sa chaise, ft le tour de la table pour regarder lui aussi l’écran du mini pad de Raine. Oh bordel de merde !!!! s’exclama t’il aussi. Raine expliqua.

- Lorsque je l’ai vu arriver, je savais bien que je l’avais déjà vu autre part, et d’un seul coup, j’ai compris. Ama ?

- Euh oui ? Amadriane était perdu et savait bien que l’identité de Crystal ne pouvait être dissimulé face à un troupeau vorace comme ses amis.

- Cette nana la, c’est Crystal Lameth non ?

- Oui c’est elle.

- Oh putain mec, tu es sortit avec Crystal Lameth ???? Juno n’en revenait pas, il montra le pad a Amadriane. Sur l’écran de celui-ci on pouvait voir en bonne résolution une photo d’elle datant de l’année derniere, prise lors d’une intervention militaire de Saad au nord de contre Le Deportivo un mouvement rebelle terroriste de l’autre hémisphère. On la voyait au premier plan, comme si le photographe avait demande a tout le monde d’arrêter de tirer pour qu’il ait un angle de vue sur elle, immobile les jambes a moitie écartées, tenant un énorme fusil a particule d’une main et de l’autre les Bart Jam Dao relatifs aux Mantas. Elle était vêtue d’une tenue de combat typique de Lameth, une sorte de cuir ultra résistant et faite d’une matière fne permettant un confort optimal lors de corps a corps. Cette tenue dont Crystal était coutumière avait valut des milliers de cliches plus excitants les uns les autres qu’on trouvait en libre accès sur la Grid. Dans le fond de la photo, on voyait des ruines en fammes et des drapeaux de Gaïa. Un sous-titre clignotait en bas de la prise de vue. On pouvait lire « La Mante Mortelle » dans des caractères très guerriers.

- Je ne pensais pas que cette nana existait vraiment mec, reprit Raine. Et disant ceci, il tourna la tête vers le bar et observa Crystal dans toute sa

Les Chroniques de Gala Phoenix

longue taille. Wow, je peux mourir sur l’instant. Finit-il.

- Les mecs. Reprit Amadriane. On se calme tout de suite. Oui en effet j’ai eu une aventure avec elle, mais c’était il y a très longtemps ok ? Je ne sais absolument pas ce qu’elle vient faire ici, et je vais couper court a n’importe laquelle de ses velléités. De plus, Juno, je crois que tu ferais bien de faire profl bas. Avec tes activités de Hacker, je crois bien que Crystal est la dernière personne que tu voudrais croiser.

- Alors ca, permet-moi de te dire que pas du tout. Répondit Juno hilare.

- Sais-tu ou travailles Crystal ?

- Elle pourrait être Chancelière de Gaïa que l’effet serait le même.

- Ok alors je vais apporter de l’eau à ton moulin. Crystal travaille pour la Fédération de Gaïa, vous savez tous qu’elle a des actions dans Saad, mais si elle découvre que tu as permit a tous les citoyens de Saria d’avoir accès aux informations les plus secrètes du GLC pendant quelques minutes le mois dernier, elle te fera emprisonner sur l’instant et tu fniras tes jours dans des bâtiments haute sécurité gardes par Saad.

- Mais mec, tu vas trop loin, regarde-moi cette nana. Juno jeta un coup d’œil a Lameth qui attendait au bar d’être servie.

- Crystal est dangereuse !!! Amadriane hurla. Juno, comme je t’ai dit j’ignore les raisons de sa présence mais je suis prêt a parier que tu n’y es pas étranger. »

Connaissant Amadriane, Juno le toisait du regard afn de déceler une quelconque ironie de la part de son ami. Amadriane était un Manta, ce qui faisait que lorsque il émettait un avis en l’ordonnant tel un pari, il y’avait cent pour cent de chance qu’il eut raison. C’est vrai après tout, ils prenaient tous des bières depuis le début de la soirée, l’ambiance était très bonne et Amadriane n’aurait aucune raison de mal prendre le fait de croiser une ex, fusse t’elle Lameth ou assimile. Il y’avait en effet son regard qui avait change, on aurait même dit qu’il paniquait légèrement. Néanmoins, Amadriane au fond de lui avait devine la présence de Crystal

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

bien avant qu’elle eut franchit les portes du pub. Il avait en effet sentit Crystal arriver des qu’elle eut franchit les limites de Lalireth, seulement il avait essaye de ne pas y prêter attention. Il sentait ces derniers temps qu’elle était de plus en plus proche, ainsi lorsqu’il avait entendu sa voix, il n’avait aucun doute, elle était venue

lui apprendre une terrible nouvelle. Gala avait du s’échapper, il l’avait sentit il y’a quelques années de cela. Amadriane dormait profondément cette nuit-la, ses activités professionnelles lui prenait beaucoup de temps. En tant qu’ancien Manta, il s’était, comme beaucoup des Affranchis en Saria, mis en quelque sorte à son compte, proposant des services variés que sa nature lui permettait d’exercer avec brio. De services précognitifs en mercenaires privés, les anciens Mantas de Saad vivaient aisément en Saria. On exigeait d’eux selon les lois Sariennes de bien évidemment ne jamais prendre part a quelque rixe que ce soit, sinon les punitions étaient exemplaires, et on ne dénombra jamais de cas d’un Manta ayant attente a

la vie d’une phase II ou III. La plupart gardaient leur nature secrètes histoires de

ne souffrir d’aucune pression ou d’aucune animosité, certains résidents de Saria vouant une réelle haine passionnelle envers ces mutants de la génétique. Cependant leur nature était entre dans les mœurs depuis des dizaines d’années.

Lorsqu’il arriva en Saria, Kahal avait fait entré Amadriane au palais de Saria. Ses expériences passées dans Saad avait fait du jeune homme un expert en géopolitique et en diplomatie, sans compter qu’il était un combattant redoutable.

A n’en point douter, si il eut été un simple Phase III il aurait tout de même eut

une carrière dans l’armée fabuleuse. Néanmoins, et ce ne fut un secret pour personne, ses ascendances quelque peu sombres le rendait parfois lunaire, et pour ainsi dire tête en l’air, ce qui lui ferma quelques portes quant à un avenir prometteur au sein de quelconque corps diplomatique ou militaire. Enfn, Amadriane était addicté au Crash et à la boisson, rien de bien extrême, mais de la même manière qu’une Tian Costh, ses capacités mentales nécessitaient de temps à autre un stand-by bienfaisant qu’une soirée comme celle qu’il passait a l’arrivée de Crystal lui apportait. La nuit où Gala disparut, il y’a cinq ans, Amadriane se réveilla d’un coup. La fenêtre de sa chambre donnant sur une avenue très fréquentée de Lalireth était

Les Chroniques de Gala Phoenix

ouverte. Il se leva alors en sueur et s’assit sur le bord de son lit la tête dans les mains à essayer d’atterrir. Il faisait ce même rêve toutes les nuits, et cela commençait à prendre des proportions assez importantes. Dans ce rêve, Il marchait sur un petit chemin en pleine nature, il faisait nuit, deux énormes montagnes surplombaient le sentier. Il n’y avait jamais aucune lumière sur ce chemin, seules les étoiles illuminaient le cadre, il n’y avait pas d’arbre. Dans chacun de ces rêves identiques, il marchait quasiment a l’aveuglette sur ce chemin, ensuite il se mettait a courir, n’entendant que le bruit de ses pas et celui de sa respiration. Arrivé à ce qui semblait être la fn du chemin quelqu’un l’attendait, et à chaque fois qu’il allait mettre une identité sur cette personne, il se réveillait. Cette nuit-la, il vit Gala Phoenix. Cela faisait des années qu’il n’avait plus aperçu la jeune flle, aussi le choc fut profond. Elle l’attendait assise sur une sorte de pierre ou de souche, ou qu’importait, elle jouait assise en tailleur, l’attendant, elle était éclairée de ce fn halo qui l’accompagnait tout le temps et qu’elle maitrisait parfaitement. Lorsqu’il fut arrivé devant elle, elle lui sourit, et lui dit : « C’est ici que nous nous reverrons Ama. » La réalité quasi tactile de ce rêve le ft se réveiller, et durant les premières secondes pendant lesquelles il oscillait entre sommeil et éveil, il s’attendait à apercevoir Gala tapie quelque part dans sa chambre lorsqu’il tournerait la tête. Or, rien ne se produisit. Il savait cependant que quelque chose était arrivé au GLC, naturellement cela avait à voir avec l’Enfant nul doute à ce propos. A ce stade précis, il se dit alors que peu lui importait après tout, il s’était affranchit de la Fédération pour justement n’avoir aucune responsabilité dans le projet Phoenix, celui la justement qui avait changé sa façon de voir les choses et de juger l’Humain. Gaïa était allée trop loin dans sa recherche de l’excellence génique, et si le projet devait mener la Cité à sa perte, cela pouvait être bénéfque à l’Humanité dans son ensemble. La chose qui le préoccupait était que, visiblement, Gala ne l’entendait pas comme tel et le considérait comme partie intégrante de sa vie, étant venue le voir dans son sommeil car, évidemment, ce n’était pas qu’un simple rêve. Gala l’avait habitué à ce genre de ballades dans ses songes lorsqu’il avait été son tuteur quelques mois. Cela avait tendance à l’énerver un peu vers la fn, mais il ne lui disait rien étant donné l’immense attachement qu’il ressentait envers elle.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Que Gala ait pu s’enfuir aurait manifestement des conséquences sur la Fédération, mais Amadriane ignorait l’ampleur exacte que cet évènement pourrait prendre. La sécurité autour de l’Enfant était à son avis vraiment disproportionnée, d’autant qu’Elle ne présentait aucun signe d’animosité quelconque. Certes elle avait des prédispositions incroyables et il semblait évident qu’elle était différente de ses prédécesseurs et parents, mais contrairement à ses guerriers d’ancêtres, Gala était plutôt telle une douce brise de printemps, souriante, polie, et même timide des fois. Ce fut donc fort du souvenir de ce rêve-ci qu’il décida d’aller récupérer Crystal lui-même alors qu’elle revenait vers la table tenant son grand verre de vodka au-dessus de sa tête, évitant ainsi de le renverser. Ce dernier chut a terre après qu’Amadriane lui ai saisi le bras pour l’entrainer en dehors du pub sous les regards désespérés de ses compagnons. Une fois les portes du Saïfax franchis, ils se dirigèrent, Lameth toujours trainée violemment par son bras, vers une table extérieure libre, il y’avait très peu de mondes a cette heure-ci dehors sur la terrasse. Amadriane ft s’asseoir Crystal sans grand tact et pris place en face d’elle tâtonnant dans ses poches. Il en sortit une cigarette, fxant Lameth qui le regardait d’un air mecontent et blessé.

« Amadriane tu as de la chance d’être qui tu es sinon …

- Sinon quoi ? Tu me prend pour un de tes fans ou un de tes soldats ?

- Tais-toi. Hurla t-elle. Je n’aime absolument pas que quiconque se permette de me…

- Traiter comme une emmerdeuse. Répliqua t-il sans baisser ses yeux et sans être effraye par les fuctuations quantiques qu’il commençait a ressentir dus a l’état d’humeur de Lameth.

- Ne joue pas avec ta vie Ama.

- Tu crois que tu me fais peur ? Tu viens ici me chercher, maintenant assume ce choix, assume également le fait que je ne saute pas de joie en te voyant te pavaner dans mon microcosme pour je ne sais quelle

Les Chroniques de Gala Phoenix

raison. Tu as trop été bercée dans ta cite parfaite ma chère, tu t’imagines que le monde entier t’est du, et que je devrais courber l’échine rien que parce que tu es en train de respirer le même air que moi en ce moment. C’est justement l’inverse qui se produit ma grande, c’est toi qui a de la chance que je sois a moitie saoul et par conséquent conciliant et près a jouer du social avec toi, mais crois-moi, cette patience éphémère n’aura qu’une temporalité très brève.

- Tu es un s…

- Sale con, je sais, que veux-tu ? Amadriane souriait du rôle qu’il avait pris, ce même rôle que Lameth jouait avec les non-mantas qui consistaient a anticiper les réponses. Cela avait évidemment pour principal effet de déstabiliser la belle.

- Evidemment que je ne suis pas non plus contente d’avoir a venir te chercher, mais… Crystal était dans un de ses moments de faiblesse, instants ou elle sentait qu’elle ne dirigeait pas les débats, et elle haïssait cela.

- Mais ?

- Ecoute, laissons ces contentieux de nos post adolescences de cote pour une fois, et si tu veux que nous réglions ce point précis un jour, j’en serai ravie, mais crois-moi, Ama, pas maintenant.

- Quand est-elle partie ?’

La question agit comme un couperet sur Lameth qui baissait maintenant la tête pour le regarder de son air mi- offusqué mi- gêné, air que Amadriane chérissait plus que tout au monde, car lui rappelant certains souvenirs fugaces qu’il avait pourtant tenter d’effacer de sa mémoire a maintes reprises. Il reprit.

- Tu ne réponds donc pas ? Je vais formuler autrement si tu le permets. Comment t’as t’elle échappé ?

- Je l’ignore, répondit-elle absente et empreinte de confessions. Je l’ignore tout comme j’ignore si nous la retrouverons. Crystal fxait le ciel obscur

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

de Lalireth et n’osait fxer son interlocuteur qui lisait plus que trop a travers elle.

- Si tu ignores tout ca, et bien plus encore a mon avis, qu’est-ce qui te fait croire que j’en sais plus que toi ?

- Je sais qu’elle est venue te déposer un message.

- Ca c’est trop fort, et nous nageons en plein délire paradoxal.

- Pardon ?

- Enfn tu m’excuseras Lameth (Crystal haïssait qu’on l’appelle par son nom de famille), mais regarde-nous, enfn plutôt, écoute nos débats, c’est du ‘je sais que tu sais mais tu sais aussi que je peux savoir ce que tu ne saurais même pas’. Et excuse ma cohérence de saoulard, mais tu te retrouves a me demander de te donner des informations que tu connais déjà ou que tu as déjà lu a l’instant même ou tu m’as dit bonjour. Vois- tu ce que je veux dire ?

- Je ne lis pas à travers toi, je distingue tes lignes c’est tout.

- Tout comme je pourrais lire à travers toi que je m’y refuserai.

- Non Ama, tout est un peu diffèrent depuis que tu as quitte Gaïa et te shoote avec ton Crash là, je ne peux plus lire a travers quoi que ce soit, a moins que…

- Que ?

- A moins que tu sois devenu toi aussi Hors-Source.

- Hors-Source ? J’ignorais le terme. Est-ce en vogue dans la Cité Qui Rêve ?

- Pourquoi es-tu aussi aigri Ama ? Crystal avait posé son regard de Manta sur lui. T’aie-je donc cause autant de tort dans cette vie et même celles d’avant, que tu veuilles ainsi toujours considérer ce que je suis ou ce que je représente avec autant de condescendance ?

Amadriane pour la première fois depuis leur entrevue baissa le regard et ne trouva rien a répondre du tac-au-tac. Il devenait honteux comme il

Les Chroniques de Gala Phoenix

abhorrait l’être. Ce faisant, il essaya de tenir le choc.

- Tu as tes allégeances Crystal, j’avais les miennes et je n’en ai dorénavant plus. Pardonne ma condescendance et le fait précis que je puisse avoir des libres opinions sur tout sujet.

- Je ne parle pas de ca Ama, j’ai toujours respecte ta part d’ombre et ne t’ai jamais cause de tort. J’ai tout accepté de toi, jusqu'à te laisser partir en Saria alors que j’aurai pu avoir accès a bien des stratagèmes pour te garder avec nous. Maintenant, en souvenir et en remerciement du laxisme que j’aie eu a ton égard, respecte la ligne qui est la mienne, et que, de toute évidence et selon tout nos principes, je n’ai pas choisit moi-même.

- Tu excuseras mon langage non châtié, mais tout ceci Crystal, c’est de la connerie. Tu n’es pas une victime de tout ceci. Le Libre-arbitre existe, crois-moi, je l’ai rencontré.

- Tu es saoul Amadriane.

- Pas au point de dire des bêtises sur le sujet ma belle, j’ai rencontré le Libre-Arbitre. Evidemment c’est une sorte de… métaphore appelle ca comme tu veux, mais tu as aussi de ton côté rencontré ce libre-arbitre, et c’est la raison précise pour laquelle toi et moi nous sommes ici tous les deux à tourner autour du sujet.

- J’ai du mal à te suivre.

- Si tu savais a quel point j’aime tes faiblesses… Amadriane regardait intensément la flle avec qui il avait passé tant d’années.

- Est-ce péjoratif ?

- Non, j’aime ce que tu es quand tu ne sais pas. J’aime le pli de ton front qui apparaît lorsque tu réféchis et tous les autres signes démontrant chez toi une activité cérébrale différente. J’aime quand tu es humaine. Je ne supporte pas Crystal Lameth l’égérie de la Chancellerie et de la Fédération, la Grande Guerrière, La Mante Mortelle, la Mante Noire… Sur ces derniers mots, Amadriane marqua un temps d’arrêt et parut lui même stupéfait.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

- Qu’as tu dit Amadriane ?

- Je suis saoul en conviens-tu ?

- Pas au point de dire des bêtises sur le sujet je le crains. Crystal repris le dessus. Penses-tu sincèrement que je sois la Mante Noire ? Les yeux de Lameth viraient au translucide ce qui ne présageait que rarement quelque chose de bon.

- Crystal, reprit Amadriane sur un ton neutre, je veux dire que depuis toujours ton ami le chancelier Rose, paix à son âme au passage pour porter un nom si ridicule, bref, Atheus Rose craint cette prophétie depuis qu’il en a entendu parler la première fois. Je pense que ni toi ni moi étions encore ne serait-ce qu’en préparation ou en fabrication le jour ou il l’a traduite, mais quoiqu’il en soit, pour lui, il n’y a que peu de personnes susceptibles d’être Le Dernier des Bahassidj.

- Et lesquelles ?

- La première, c’est toi. Et tu le sais.

- Première nouvelle. Répondit-elle en mentant, mais le sourire que Lochbeck adressa à l’encontre de sa réponse la déstabilisa de nouveau. Soit, continua t’elle, je te l’accorde, il le croit peut-être.

- Il en est même quasiment sur depuis tes performances lors de Zawna Mawta.

- Qui seraient les autres ?

- J’eu cru comprendre à l’époque qu’il soupçonnait Kahal.

- C’est ridicule, Kahal est un pauv…

- Pas la peine d’en dire plus, je connais tes avis sur le sujet qui n’ont pas du changer depuis ces années, quoiqu’il en soit, nous ne sommes pas en train de chercher a savoir qui est celui, ou celle, dont parle la prophétie, je te parle des soupçons de ton Chancelier.

- Tu es sur la liste je crois.

- J’y suis, du moins je l’étais, en bonne position je crois. Juste derrière moi il y’a Tian Costh.

Les Chroniques de Gala Phoenix

- Que devient-elle ?

- Disons qu’elle tient le coup et qu’elle est devenue une femme incroyable, et une Manta hors du commun. Tiens-tu vraiment à en savoir plus ?

- Je crois que j’en sais déjà trop.

- Au passage, vu que tu y penses des fois sache qu’elle ne te pardonnera surement jamais.

- Bref. Quel est ton avis sur la prophétie ?

- Je n’y réféchis plus.

- Tu me forces à entrer dans un sujet précis très délicat.

- Je sais de quoi tu vas me parler. Et ma seule réponse, qui plus est sincère, est : Je ne me rappelle pas.

- Vous êtes deux a avoir eu accès la vision de Gala. Piscean Dazi est introuvable et…

- Piscean a intégré la Garderie ?

- Cela fait des années.

- Très bon choix, c’est une flle bien.

- C’était mon amie. Mais qu’importe. Elle a vu des choses, et elle est morte quelques jours après.

- Ah, je suis désolé. Nous y voilà donc. Que peux-tu me dire a ce sujet, et je t’en prie, soit persuasive car quelque chose me dit que je ne vais pas m’impliquer plus que ça dans l’histoire si je n’ai pas sur la table toutes les données exactes du problème.

- Aie-je raison de croire qu’elle est venue te rendre visite ?

- Je ne sais trop quoi te répondre, j’ai fait un rêve pour te dire la vérité. Un rêve somme toute très banal, un endroit assez féérique, vallonné et enfantin, une souche, et Elle était assise dessus.

- Ne t’a t’elle donc rien dit ?

- Elle m’a dit des choses que je qualiferais d’usuelles provenant de sa

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

part. Ses phrases qu’elle ne prononcent que dans nos rêves.

- On dirait que tu es coutumier du fait. Répliqua Crystal d’un air accusateur.

- Disons que je n’ai de compte a rendre à personne. Que j’aie eu avec Elle une relation spéciale, oui évidemment, j’en ai été son Gardien durant un sacré bout de temps et j’ai évidemment tissé – comme chaque personne ayant occupé ces fonctions – des liens assez étroits avec elle. Tout comme feu Piscean je suppose. Je l’aimais avec toute l’affection dont j’étais capable. Il est donc logique qu’elle voulait continuer a me voir de temps a autre, même si je n’ai jamais compris grand chose a ce qu’elle voulait me dire. Mais oui, je fais des rêves.

- Une chose que je ne comprend pas Ama. Tu es bien plus terre-à-terre que je ne le suis, et ‘Dieu’ sait selon l’expression consacrée que je suis moi-même très cartésienne. Seulement, comment fais tu la différence entre un simple rêve et des messages qu’Elle te ferait passer ?

- Et bien disons que je suis le plus puissant Manta que notre ère ai connu Crystal. Ni toi, ni personne d’autre ne pourrait jamais rivaliser avec ce que j’ai été

- Et choisit de ne plus être ?

- Et choisit de ne plus être tout a fait.

- Tu es bien sur de toi…

- Ne partons pas sur ce sujet que tu détestes.

- Certes, mais attardons-nous juste une fraction d’instant sur ce point. Qui es-tu Amadriane Lochbeck pour te croire le plus puissant Manta que notre ère aie connu ?

- Ne nous attardons pas non plus sur un confit d’ego à ego, disons que nous en reparlerons plus tard. Amadriane commençait à trouver le temps long.

- Non mais c’est tr…

- Trop facile je sais, bref, as-tu réféchit qu’Elle pouvait être la Mante

Les Chroniques de Gala Phoenix

Noire ?

- Ca ne…se peut pas… Crystal hésitait.

- Ok te sens tu la vocation de l’être ?

- Par Gaïa, non !

- Ok et par le cul de Gaïa je ne pense pas l’être non plus. Cela veut donc dire que les deux plus puissants Mantas connus à ce jour n’ont aucune sensation de devoir devenir ceci un jour ou l’autre.

- Donc, si la prophétie s’avère exacte… commença Crystal.

- Et c’est la seule certitude que l’on peut avoir de nos jours, ça je suis entièrement d’accord. Renchérit Amadriance.

- La Mante Noire peut très bien venir du Nord, de Rachoutka.

nos

- Il

existe

un

mythe

urbain

qui

fait

son

chemin

ici,

dans

intelligentzias.

- Je serai ravie d’écouter un fabuleux mythe urbain fabriqué par des consciences creuses et saoules, je t’en prie. Lâcha Crystal sur un ton passablement nerveuse et provocatrice.

- Soit, si tu le désires. Tout d’abord, je ne suis pas objectif sur cette théorie, car elle est pour moi bien plus qu’un mythe. »

Amadriane prit une intense respiration et narra la légende urbaine la plus tenace des bas-fonds des initiés de Saria.

« Il y’a depuis quelques temps de curieuses apparitions en Saria, et notamment en Lalireth, et ML ainsi que d’autres groupuscules extrémistes nous martèlent de messages de spams et de tags du même champ lexical, à croire que certaines idées ne peuvent se développer que dans des encéphales pervers et malsains. Ces messages sont même diffusés par nos médias de toute sorte par suite à de nombreux piratages très avancés. Peu ou prou, l’information qu’ils veulent faire passer se résume à « Elle est là, Elle est revenue ». Naturellement, les initiés ont tout de suite compris que l’identité induite était basiquement la Mante Noire. Cette allégorie ou personnifcation est la seule chose sur laquelle tout le monde

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

s’entend et qui se retrouve dans toutes les anticipations ou précognitions. Je l’ai senti, tu l’as senti, chaque Manta précognitif digne de ce nom possède cette anticipation a l’intérieur de son âme comme un événement inéluctable. N’est-il pas incroyable que tous ces gens soient à même de pouvoir sentir cette chose, sans que personne ne soit capable d’en connaître l’identité ? C’est tout simplement incroyable. Nous sommes devant ce que tu appelles un « Hors-Source ». Enfn, je trouve tout ça très excitant. Les apparitions dont nous avons entendu parler datent de quelques semaines. Si Gala a disparut depuis quelques jours, la coïncidence est troublante, mais je ne suis pas en train de te dire que ce soit précisément elle que nos concitoyens ont aperçu. La temporalité n’est pas cohérente, mais tu sais comme moi que cohérence de la temporalité et Gala sont deux antithèses. J’ai évidemment senti que quelque chose ne tournait vraiment pas rond ces jours-ci, j’ai fait en effet ce rêve, il y’avait tous ces témoignages vraiment étranges et Tian ne tient plus en place. Elle commence à voir des choses vraiment effrayantes elle aussi, et naturellement je met une foi sans limite dans les visions de Tian contrairement aux illusions de masse de quelques Crashés ou alcooliques des Bas- Fonds de notre cité. Tout ceci pour te dire que l’on entend de ci et de là des théories assez intéressantes sur l’identité de la Mante Noire. Nous recevons souvent des exilés de la Cité qui rêve, des gens même parfois considérés comme notables en Gaïa. Nous avons eu une fois au pub, il y’a quelques semaines un Phase III qui disait avoir travaillé pour le GLC. Ce gars-là avait visiblement trop bu, mais son discours se tenait, et même si nous n’avions à tenir pour vrai que cinq pour cent de ce qu’il disait, le contenu était bluffant. Il nous a raconté de telles choses qu’il a laissé tout le monde sur les fesses. »

Les Chroniques de Gala Phoenix

A propos d’une dissidence.

« Bonsoir, je voudrais une Wel Scotch s’il vous plaît » La voix n’était qu’à demi assurée, tout comme ses postures qu’il voulait calculer naïvement afn d’avoir l’air tranquille et à l’aise. Il était tout l’inverse en vérité. Tout en lui trahissait le Phase III émigré de la Cité qui rêve. Chaque parcelle de son code génétique trahissait la grandeur condescendante de Gaïa, la Provocatrice, celle qui avait proclamée un jour que l’Homme était son propre dieu, le centre de la Fédération. Sa présence était remarquée, mais personne n’en porta plus attention que ça au bout de quelques minutes. L’homme descendait ses verres à une bonne vitesse et l’on pouvait croire qu’il était coutumier de ce genre de boisson. Seul Amadriane Lochbeck ne l’avait pas lâché des yeux. Il était le seul à se demander ce qu’un Phase III pouvait faire dans un obscur pub de Lalireth. Amadriane connaissait bien les Phases III pour les avoir côtoyé durant ses années de service en Gaïa, leur psyché n’avait aucun secret pour lui ainsi que leur façon de penser les relations humaines, particulièrement les antagonismes viscéraux qu’ils cultivaient envers la cité jumelle. Par conséquent, que faisait-il ici ? Il était clair que rien n’était du au hasard, comme d’habitude. La présence manifeste de cet homme à cet endroit précis annonçait qu’une suite d’évènements vraiment étranges allaient bientôt se produire. C’est sur… Amadriane était en compagnie d’habituels compagnons du lieu, Juno et Raine, deux Hackers sur lesquels Saad rêvaient de mettre la main. Au delà de leurs activités illégales de piratages, les deux comparses d’Amadriane étaient aussi des semi fanatiques de théories conspirationnistes. Le centre névralgique de leur monde fantasmagorique se situait précisément dans le saint des saints de Gaïa :

Les bâtiments du GLC. Tout deux enquêtaient depuis des années sur les différents projets secrets qui prenaient place en ce lieu, et même si aucun n’avait vraiment eu d’éléments assez probants et concrets pour en deviner la teneur exacte, ils avaient chacun leurs théories sur ce que les gens avaient coutumes d’appeler « le

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Projet X ». Aussi, chaque soirée fnissait systématiquement autour de ce thème rituel qui commençait à fatiguer un peu Amadriane. C’est ainsi que vers minuit trente heure de Saria, les discussions allaient bon train et étaient déjà bruyantes entre les deux Hackers qui allaient chacun de leurs dernières découvertes dans tel ou tel système surprotégé de la Capitale des Fédérations. Amadriane ne participait plus au débat depuis de longues minutes, en effet les bières ajoutées à la fougue de ses amis l’avaient rendu aphasique, sans compter que le peu de neurones disponibles et en état de fonctionner étaient concentrés sur l’homme accoudé au bar.

« Mec, je t’assure que j’ai récupéré le fchier, et que tout ceci date de deux- mille sept cent un. J’ai le listing complet.

- Mais non, c’est pas possible, en deux-mille sept cent un ils n’avaient pas encore la technologie nécessaire. Même l’architecture n’était pas au niveau.

- Tu veux que je te montre ?

- Alors ça ouais, je rêverais de voir ce listing, et je te parie une tournée que c’est un faux.

- Alors prépare-là et je serai bientôt ton idole. »

Raine sortit son pad et transmis un fchier que Juno s’empressa d’ouvrir sur ses Lentilles Anatomiques. Au bout de quelques secondes d’étude, il éteignit ses L.A. Et se mit à sourire en regardant son verre. « Hé Raine, mon verre est vide. Va donc m’en chercher un autre.

- Quoi, c’est un faux ?

- Je crois l’avoir récupéré une bonne centaine de fois en six mois. Répondit Juno en clignant d’un œil.

- Qui a fabriqué ce document alors ?

- Juste les contre-espionnages du GLC mec… C’est juste eux.

- Et merde, tu en es sur ?

- Ben en fait, c’est un leurre très connu. Ils vont systématiquement placer ce dossier dans des serveurs B afn de nous distraire des vrais dossiers

Les Chroniques de Gala Phoenix

sensibles. Ces dossiers sont ce qu’ils appellent des « contre-mesures. » Alors qu’Amadriane commençait à se reconnecter sur la discussion animée de ces deux amis, une voix provenant de derrière lui surprit les trois hommes. « Je suis impressionné d’entendre ce terme dans un endroit aussi éloigné du Projet X messieurs. » L’homme qui avait parlé n’était autre que le Gaïen qui avait du entendre quelques bribes de la discussion et s’en était passionné. Tant et si bien qu’il s’était approché de leur table afn d’y prendre part. Amadriane entama le dialogue après l’avoir longuement observé :

« Et bien il est rare de voir un Phase III en ce lieu monsieur. A qui avons nous affaire ?

- Mon prénom vous restera inconnu jeunes Sariens, je peux toutefois vous confesser que mes activités professionnelles intéresseront surement vos deux amis.

- Vous travaillez au GLC ? Demanda Raine passionné qu’il était par celui qui les avait interrompu.

- Jusqu’à la semaine dernière, oui j’y travaillais en effet. »

L’homme s’assis à leur table. Il était âgé d’une quarantaine d’années, et à y regarder de plus près, on se rendait compte qu’il était accoutumé à ne dormir que trop peu d’heures par nuit. En l’observant attentivement, Amadriane comprit que cela faisait mêmes des années qu’il n’avait pas assez dormit. Les cernes sous ses yeux semblaient sculptées dans de l’argile et ses yeux portaient toute la fatigue d’un homme qui paraissait dix ans plus vieux que son âge réel. Derrière des apparats vestimentaires très simples, il ne portait qu’une veste en cuir et un vieux jean, on sentait le chic goût Gaïen malgré tout. La couleur de sa veste crème se mariait parfaitement avec celle de ses baskets d’un blanc laiteux. Quant à son pantalon, il ne fallait pas être couturier pour remarquer qu’il était fait d’une matière bien spéciale thermo formable et extensible à volonté. L’apparence d’un vieux jean était simplement induite par un système très sophistiqué qui permettait à ce vêtement de changer régulièrement de teinte selon les couleurs environnantes. Un procédé alors inconnu en Saria. A ses deux poignets, il arborait

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

de manière discrète un Terminal Bracelet Nexcorp plus évolué de trois générations que ceux que les trois Sariens utilisaient et ses oreillettes encore plus discrètes semblaient comme partie intégrante de son oreille tant elles étaient difcilement décelables. L’homme était surement en constante connexion sur la Grid ou d’autres systèmes de communication qui devaient être encore étrangers en Lalireth. Ses cheveux grisonnants contrastaient avec l’archétype du Phase III connu, et il était de plus mal rasé, mais Amadriane se rendait compte du charisme de l’homme qui ne voulait pas révéler son identité. Ses dents étaient d’une blancheur éclatante, et quand bien même il avait l’air fatigué, sa prestance générale faisait de lui un homme sur lequel toute femme se serait retourné en Saria.

« Et quel était votre rôle là-bas ? demanda soudainement Juno sur un ton suspicieux.

- J’ai occupé beaucoup de postes au Genom Lab Company mon garçon. Répondit-il calmement avec un sourire qui invitait à l’échange. J’en saurai assez pour mettre à jour toute information classée top secrète et faire même emprisonner une partie de la chancellerie. » Là-dessus, il fnit son verre de bière d’une traite et ft signe à un serveur de resservir chaque personne de la table. « C’est pour moi messieurs, je suis ravi de pouvoir enfn parler à des Sariens.

Enchaina

- Depuis

combien

de

temps

avez-vous

quitté

Gaïa ?

Amadriane.

- J’ai quitté la Cité il y’a trois jours, et je suis arrivé aujourd’hui Lalireth.

- Et qu’allez vous donc faire ici ?

- Pour le moment rien. J’ai de l’argent, j’ai des pensées à effacer et je sais qu’il existe un nombre important de laboratoires spécialisés dans ce domaine aux alentours du district.

à

- En effet, Raine travaille dans un de ces labos. Juno indiqua Raine d’un signe de tête. Celui-ci confrma prudemment.

Les Chroniques de Gala Phoenix

- Peut-être même pourrais-je tenter de revendre certains de ces souvenirs à quelqu’un de votre sécurité intérieure, il y’aurait de quoi déclencher des guerres fratricides et surtout d’en empêcher d’autres. Mais passons, je suis là pour oublier toutes ces horribles choses et passer du bon temps. Je vous ai entendu parler de piratages que vous exécutiez sur les systèmes de mon ancien employeur.

- Vous avez du mal comprendre, nous parlions seulement d’architecture réseaux et de combats virtuels sur certains simulateurs de la Grid. Répondit instantanément Juno, coutumier du fait de cacher ses agissements aux inconnus. L’homme répondit par un sourire complice.

- Evidemment, je me suis mépris. Savez-vous exactement ce que vous cherchez là-bas ? L’homme ne démordait pas de ses certitudes visiblement.

- Que voulez-vous dire Gaïen ? Raine sortit de sa réserve.

- Je veux parler de ce que vous appellez ici le Projet X jeune homme. Je veux parler du GLC, du bâtiment X. Je veux parler avec vous de ce que vous avez de manière bruyante nommé les « contre-mesures ». Je veux simplement écouter ce que des Hackeurs de Saria croient savoir sur tout ceci. »

Le coté direct de l’homme couplé à son regard si franc commençait à persuader les trois amis qu’il était sincère et en aucun cas un espion de Saad qui aurait tenté de les infltrer. De plus, Amadriane ne sentait aucune arrière-pensée ni animosité derrière ses attitudes. La Source semblait calme. Amadriane ft un signe de confance à ses amis, intéressé qu’il était de voir ses deux complices glaner des informations qui allaient les passionner à coup sur.

« Avez-vous travaillé sur le Projet X monsieur ? Interrogea Raine ?

- Et bien, nous ne l’appelons pas ainsi. Nous le nommons le ‘Projet Phoenix’.

- Avez-vous travaillé sur le Projet Phoenix monsieur ? Cette fois-ci, c’était

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Juno qui ne tenait plus sur sa chaise.

- J’ai en effet été opérateur sur ce Projet.

- Qu’y faisiez vous ?

- Basiquement de la génétique, j’étudiais des génomes de culture ou de personnes vivantes. Je participais à des programmes de reprogrammation d’ADN, je calculais des séquences. Des choses vraiment passionnantes. »

Le serveur arriva et déposa de manière bruyante sur la table quatre énormes chopes de bières brunes. Les quatre protagonistes trinquèrent en silence à la santé d’un homme qui allait révolutionner certaines de leurs façons de penser.

« Quel est le but du Projet Phoenix ? Demanda Juno.

- Le but initial était tout simplement de faire évoluer le génome humain. Rien de bien secret à la base. Le rendre plus fort, résistants aux grandes maladies, aux rayons du soleil.

- Et

rendre

les

soldats

de

Saad

indestructibles

également. Trancha

Amadriane.

- Oui également et évidemment. La primo vision de Atheus Rose a été supplantée par sa soif de pouvoir. Ainsi, le Projet Phoenix d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui du début. Les choses ont évoluées de manière trop brutale. Tant et si bien que très peu de gens pourraient dire ce qu’il en est aujourd’hui. Moi-même n’en connaissait que très peu.

pile

- Avez-vous

vu

L’enfant

monsieur ?

Juno

n’était

plus

qu’une

électronique.

- Lequel jeune Sarien ? Duquel me parlez-vous ? Voici la première chose sur laquelle vous vous méprenez, il n’y a pas eu qu’un seul Enfant. »

L’homme eut l’espace d’un instant une perte de sourire sur son visage et Amadriane décela en lui un intense malaise. Il se vidait de ses souvenirs et secrets

Les Chroniques de Gala Phoenix

pour la première fois apparemment, et cela lui coutait. Tout ceci rajouta du crédit au récit quelque peu énigmatique qui prenait forme. De toute évidence, même si il n’y paraissait pas, il était à moitié saoul. Juno et Raine étaient au stade d’éjecter leurs yeux de leurs orbites tellement la dernière phrase de l’homme les avait choqué. Eux-mêmes ne ressentaient pas le besoin de se regarder l’un et l’autre tant ils étaient surs de posséder au même moment la même expression du visage. L’homme se remit à sourire.

« Je risquerais l’exil ou la prison si des gens m’entendaient.

- Vous êtes en exil Gaïen, vous êtes en Lalireth. Si ce n’est que c’est un exil volontaire j’ai l’impression. Dit Amadriane.

- Vous avez en partie raison. J’ai vu trop de choses, j’ai besoin de retrouver une vie calme et la sérénité. Quitter Gaïa m’a beaucoup couté.

- Je comprend, lui dit Juno, nous ne connaissons en effet que partie infme du Projet Phoenix. Seulement, comme beaucoup de gens au fait de tout ceci, nous nous posons une seule question au bout du compte.

- La Mante Noire ? Répondit instantanément l’homme.

- Oui, celle-la même.

- La Mante Noire ne peut être qu’une allégorie comme bien plus qu’un mythe. Les Précognitifs de Saad y voient tous une réalité à venir.

- Savez-vous qui elle est ? Hésita Amadriane.

- Et bien, confession pour confession, celle qui devait surement se trouver être la Mante Noire a été assassinée il y’a des années. C’est du moins ce que je crois. Et je crois que celle que l’on a coutume d’appeler L’Enfant sert juste d’icône utilisée par Le Chancelier et le GLC pour persister le mythe. Qui d’ailleurs pourrait se targuer de l’avoir réellement vu de ses propres yeux ? »

Juno et Raine regardèrent Amadriane en coin. Jamais il ne leur avait avoué avoir été le Gardien de l’Enfant durant quelques mois, mais des soupçons se développaient dans l’esprit des Hackeurs tant Amadriane ne voulait jamais

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

développer ce qu’il faisait exactement quand il ofciait dans Saad. De plus, jamais il n’avait pris part aux discussions sur le sujet. Cela aurait pu passer pour un désintérêt total de sa part, mais cette lassitude et cet éloignement vis-à-vis de ceci le rendait soupçonnable. De plus, Juno avait une fois surpris Tian Costh et Amadriane qui parlaient discrètement tous les deux d’un rêve récurrent concernant une petite flle. Enfn, Juno et Raine n’était pas au fait de la variante IV qui était sa nature même. Les deux ignoraient qu'Amadriane était en réalité un Manta. Quelques semaines plus tard, l’arrivée dans ce même pub d’une célèbre Variante IV allait mettre fn au doute et les enfermer dans une certitude.

« Et bien, en effet, elle ne peut être qu’un mythe urbain. Amadriane tenta de fuir le sujet une fois de plus. Juno le regardait en coin.

- Ce que vous nous dîtes est extrêmement inquiétant. Qui était celle qu’on pensait être la Mante Noire ? Raine voulut sortir son pad pour enregistrer la discussion, mais Juno lui ft signe de le ranger.

- Ce que je vais vous dire n’a jamais vraiment existé ofciellement. Je le tiens d’un ancien ami à moi décédé depuis qui le tenait lui-même d’un agent de sécurité de l’époque qui aurait assisté à la scène. »

Les Chroniques de Gala Phoenix

L’assassinat de la Variante VII

Il y’avait au dernier étage de la tour principale du GLC à l’époque une zone infranchissable par toute personne non accréditée. Cette zone était appelée par les employés du bas de l ‘échelle ‘la couveuse’ parce que des cris d’enfants se faisaient régulièrement entendre par delà les immenses et épaisses portes en céracier. Les rumeurs allaient bon train : Expériences génétiques sur enfants, clones, déformation congénitales provoquées, même des théories burlesques sur des échanges entre Les Ligues et les humains. Ce qu’il en était réellement, très peu de gens vivants de nos jours seraient capables de le décrire ou simplement de l’expliquer. Ce que l’on sait seulement c’est qu’il existait une petite flle là-haut que l’on voyait souvent à travers certaines fenêtres lorsqu’on savait à quelle heure et où observer. Un ami de l’époque m’avait une fois amené dans une salle abandonnée du soixante-troisième étage de la tour II. Depuis cette salle, nombre de salariés du GLC avaient pour coutume une fois par semaine de se relayer pour apercevoir ce qu’ils appelaient ‘la vision’. Ils changeaient le jour toutes les semaines de manière à ne pas se faire repérer par la sécurité ou leurs supérieurs et un véritable club d’espions astronomes amateurs avait pris possession de cette ancienne salle. Des télescopes tridimensionnels, des améliorateurs de netteté, et la liste n’était pas exhaustive. Il y’avait là-dedans de quoi observer Jupiter dans ses moindres détails. Lorsque la nuit était tombée, ces ingénieurs, ces programmateurs, ces généticiens de seconde zone se rassemblaient discrètement dans les couloirs et allaient en direction de la petite salle d’observation par groupes. C’était un truc de dingue, il y’avait même un mot de passe qui changeait régulièrement pour pouvoir y accéder. Tout avait été prévu au cas où quelqu’un découvre le subterfuge et ainsi d’immenses cartes de Jupiter étaient ostensiblement posées sur les murs de la pièce pour créer un semblant de diversion. J’accompagnais donc ces gens, et je dois avouer que même si je ne savais pas trop que croire sur cette petite légende, l’adrénaline sans aucune explication commençait à produire ses effets. Lorsque je pénétrais dans la pièce exiguë, la

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

tension monta d’un cran. Nous n’étions qu’une petite dizaine, et déjà l’un d’eux était en train de pointer la lunette sur l’uns des étages de la tour adjacente. Un moniteur ultra plat de taille moyenne était posé sur un bureau de manière à ce que les images soient visibles de tous, et un enregistreur capturait déjà la fenêtre visée.

Nous attendîmes de longues minutes durant lesquelles un généticien du secteur II me narra l’historique des apparitions. Il m’expliquait que certains de ses collègues avaient au détour de couloirs entendu parler d’une petite flle qui était née à l’étage de ‘La Couveuse’ et qui fut classifée comme « Variante VII ». Ce même généticien m’apprit alors qu’une classifcation de ce qu’il appelait dans son jargon des ‘mutants’ avait été adopté par le GLC et que les cas les plus intéressants étaient répertoriés dans ce tableau. Ainsi, les Mantas Pré Cognitifs étaient estampillés du sceau ‘Variante I-A à Variante I-Z’ selon le niveau de leur pré cognitions, les Télékynésiques ‘Variante II-A à Variante II-Z’ selon leurs prédispositions à mouvoir les choses sans les toucher. Ceux qui possédaient les deux particularités étaient classifés ‘Variante III’ et l’on gardait la dénomination ‘Variante IV’ pour les plus puissants dont la petite Crystal Lameth qui était à ce jour la seule à avoir atteint un si haut niveau dans la classifcation des Mantas. Jusqu’au jour où l’on entendit parler dans son secteur d’une enfant qui aurait été classifée directement au stade VII. Cette petite flle aurait été vue en train de bouger des objets à distance entre autre, mais également des faits bien plus effrayants. Elle aurait fait des prophéties sur l’avenir de la Fédération qui aurait secoué si fortement la Chancellerie qu’un nombre improbable de réunions de crises auraient eu lieu dernièrement. Le Chancelier lui-même serait venu à quelques reprises écouter de ses propres oreilles les anticipations de cette petite flle. Elle aurait également mit en péril la vie des agents de La Couveuse à maintes reprises. Ses dons auraient été tels qu’elle aurait à un niveau infme infué à un moment sur une courbe espace temps sans que personne n’en sache plus. Certains enfn dirent d’elle qu’elle fut à l’origine de l’énorme fuctuation climatique du 22 mai 2747 qui avait crée tant de dégâts sur notre hémisphère. Les rumeurs et bruits allaient bon train et c’est précisément ce qui nourrissaient ces passionnés de la génétique et des mutations humaines.

Les Chroniques de Gala Phoenix

Nous attendîmes une heure, et d’un seul coup, le préposé au télescope s’écria « Elle est là ». Tous les yeux se fxèrent alors sur l’écran de contrôle, et à ce moment là, je vis le visage d’une fllette d’une dizaine d’années entouré d’immenses cheveux d’un noir profond qui scrutait l’horizon depuis l’avant- dernier étage de la tour I. L’improbable beauté de cette fllette rendait la scène surréaliste d’autant qu’avec les légendes la concernant, le fait de poser mes yeux sur son image me procura des frissons dans le dos. Certains autour de moi transpiraient à grosses gouttes, d’autres se grattaient le front de manière nerveuse. Celle que l’on appelait la Variante VII se tenait là, telle une enfant qui regardait simplement la beauté de la nuit. Régulièrement, je retournais avec ces gens afn d’observer l’Enfant, jusqu’au jour où plus personne ne la vit. Elle ne revint plus jamais. Plus tard, nous apprîmes par personne interposée qu’une Manta de frappe avait reçu l’ordre d’éliminer la jeune flle dans son sommeil. Selon ses dires, un nombre important de soldats qui l’accompagnaient avait trouvé la mort et que les corps avaient été incinérés sur place histoire de couvrir l’affaire. Selon ce que l’on entendit, le Général en chef de l’armée lui-même aurait persuadé le Chancelier d’ordonner l’assassinat de l’Enfant tellement ses pouvoirs devenaient incontrôlables. La Manta suivie de soldats de Saad pénétra donc dans la chambre de l’Enfant et tenta durant son sommeil de l’éliminer en la poignardant, mais la Petite Fille aurait pressentit l’attaque et aurait tout simplement disparue avant de réapparaître derrière eux. Sans ne jamais bouger dit-on encore, elle aurait réduit deux soldats en miettes par la seule force de la pensée et aurait provoqué une attaque cérébrale ou cardiaque à six autres. L’affrontement qui suivit tourna à l’avantage de la Manta dont on ignore encore l’identité aujourd’hui. Le corps de la Petite Fille fut sortit des murs de Gaïa la même nuit, et quelques milliers de témoignages décrivirent des pleurs d’enfants qui seraient comme sortis des murs de tous les appartements et maisons de la Cité. Les gens ouvraient leurs placards, fouillaient leurs maisons de fond en comble, certains se sont suicidés de frayeur, d’autres sont devenus fous, suite à a ces pleurs qui ne venaient de nulle part. Personne n’entendit plus parler de la Variante VII, cette classifcation étant tombée depuis un peu dans l’oubli depuis ces évènements.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

« C’est seulement plus tard lorsque la prophétie de la Mante Noire commença à se démocratiser que les gens frent le rapprochement entre celle qui fut nommée la Variante VII et le mythe de la Mante Noire. On entendit de ci et là un prénom récurrent : Shaan’Dih, ou bien encore Shandi. On entendit aussi pour la première fois un autre nom accolé au sien : Phoenix. Shandi Phoenix fut le point de départ d’un courant de pensée qui tendait vers l’explication qu’en effet, la Prophétie de la Mante noire était fondée, mais qu’une Manta Variante IV, la seule, avait eut une telle pré cognition qu’elle avait deviné son identité et l’avait éliminé. Naturellement, personne ne pourra jamais confrmer ou infrmer cette rumeur. Et voici tout ce qu’il se disait à l’époque de ces étranges évènements. Qui naturellement furent le signe d’autres évènements encore plus étranges qui allaient bientôt prendre place. »

« Ok, nous vous avons écouté et la fable est intéressante Gaïen, mais selon vous, qui est cette Shandi ? Juno avait écouté le récit avec attention et semblait orienter ces questions comme si il connaissait les réponses qu’il voulait avoir.

-

Et bien jeune homme, je crois que vous savez ce que j’en pense car je devine que si je vous dit ‘Gala’, vous savez de qui je parle n’est-il pas ?

-

Vous ne vous trompez pas en effet.

-

Et bien Gala n’est pas la première. Elle avait une grande sœur.

-

Et Shandi était sa grande sœur, conclut Raine.

-

Shandi Phoenix fut la Mante Noire jeunes Sariens. Gardez ça en tête. Il n’y’a plus de Mante Noire. Répondit l’homme sur un ton sérieux. »

-

et distant lorsque la

discussion évoluait autour du Projet Phoenix. Lui était à même plus que quiconque de comprendre les enjeux politiques et scientifques du Projet, seulement il s’était interdit d’en parler depuis son arrivée en Saria. Lui et Tian avaient prêté le même serment en quittant Gaïa. Leur tranquillité contre le secret. Seulement, si Amadriane connaissait l’existence de Gala, il n’en était rien de

Amadriane

était

resté

comme

d’habitude

muet

Les Chroniques de Gala Phoenix

celle que l’homme avait nommé Shandi. Gala avait-elle eu une grande sœur ? Non, il l’aurait senti. Gala ne pouvait à l’époque rien lui cacher pensait-il. Il devait absolument contacter Tian dans les délais les plus brefs. Et surtout, selon ce que le Gaïen avait dit, il serait grandement probable que Crystal ait tué elle- même Shandi des années auparavant.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

« Ok, Crystal as-tu tué Shandi ? »

La question fut brutale et surprit Lameth. Elle s’était laissée emporter par le discours d’Amadriane lui narrant l’histoire de ce traitre de Gaïen distillant des informations ultra secrètes à des Sariens non seulement saouls, mais Hackeurs également. Cela l’avait rendu furieuse de prime abord, puis elle s’était détendue et avait écouté avec attention le récit. Ce qu’Amadriane avait raconté n’était pas totalement faux dans le fond. Elle avait effectivement été choisie afn de tuer cette enfant il y’a de cela des années. Cela avait été son premier combat difcile, longtemps elle avait cru mourir, mais il avait fallut l’intervention de quelqu’un d’autre pour l’aider. Et plus que tout, elle ignorait que l’Enfant qu’elle avait du combattre à cette période de sa vie était la sœur de sa protégée. Elle le découvrait en même temps qu’Amadriane construisait le puzzle des années passées. Heureusement, Elle avait été là…

« Je

ne sais pas quoi te dire Amadriane tout ceci me met dans une situation

très délicate.

- Crystal, je ne suis pas un journaliste, un de tes ennemis ou quelqu’un dont tu ignores l’origine. Je suis celui qui a combattu à tes côtés la moitié de sa vie, et qui a juste choisit d’oublier tout ça. Je ne suis pas juge en Gaïa et tu me connais assez pour savoir que je sais garder des choses au secret. Shandi a t’elle existé, et l’as tu tué ?

- Oui. Crystal répondit en fuyant du regard son ancien partenaire.

- Ok, en gros tu as tué la sœur de Gala, enchaina Amadriane l’air pensif et amusé, il reprit. Euh… C’est tout ?

- Comment ça c’est tout ?

- Merde Crystal tu as tué la sœur de… Gala quoi !! Amadriane essayait de recentrer les débats.

- Oui on me l’avait ordonné. Rétorqua Crystal sur la défensive.

- Et si jamais ton Chancelier de pacotille t’ordonnait de tuer Gala que tu es train de commencer à rechercher sous prétexte qu’elle serait un

Les Chroniques de Gala Phoenix

danger pour la Fédération, le ferais-tu ?

- Je ne le pourrais tout simplement pas.

- Tu as tué sa sœur encore une fois, qu’est ce qui t’empêcherait de tuer Gala ?

- Je ne me pose pas la question. J’étais beaucoup plus jeune, j’ai découvert l’existence de Shandi lorsqu’on m’a demandé d’éliminer un danger pour la Fédération, c’est tout. Amadriane, crois-moi, jusqu’à ce soir, j’ignorais que cette Enfant était la sœur de Gala. Je ne connaissais pas jusqu’à son prénom avant que ton histoire ne remplisse les blancs de cette fameuse nuit.

- Ah, donc tu ignorais que Gala avait une sœur ?

- Sois libre de croire ou pas ce que je vais te répondre. Je l’ignorais. Des trous noirs semblent persister lorsque j'essaie de me remémorer certains passages de cette période. Je crois me souvenir que j'avais vingt ans. Je crois me souvenir que j'avais été reçue par Atheus Rose dans une salle ovale, et lui avoir fait part d'une précognition que j'avais eu. Ensuite, plus rien, je marchais sur une petite maison.

- Mais de quoi parles-tu là ?

- Attend s'il te plait tais-toi.

- Ok.

- J'avais déjà vu Shandi avant, je commence à en être sure. Je me souviens avoir pénétré dans cette maison, et les soldats qui m'accompagnaient à l'époque avaient pour la plupart été terrassés par un homme. Shandi était là. J'ai tué cet homme, et j'ai ramené cette petite flle mystérieuse au GLC sans savoir qui elle était. Tout ceci c'était avant, bien avant. C'est bizarre.»

Crystal fxait son interlocuteur avec une intensité qui le gênait. De toute évidence, elle ne mentait pas et semblait vraiment troublée par les récits qu’elle venait d’écouter attentivement.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

« Soit, admettons que je te crois. Y’a t’il eu un moment ou tu as pu déceler quelque animosité de la part de Gala ?

- J’essaie d’y réféchir depuis que ton histoire mène à ce point. Maintenant, je te répondrais que non. A aucun moment.

- Y’a t’il un rapport à ton avis entre le fait que tu aies tué sa sœur et sa dernière fuite ?

- Je ne l’espère pas. Si tel est le cas, je suis morte. Répondit Crystal avec un calme qui n’était qu’apparent.

- Bon, gardons les pieds sur cette Terre qui n’existera peut-être plus dans quelques temps. Que puis-je pour toi ?

- Je veux que tu m’aides dans une quête personnelle. Trancha Crystal.

- Une quête personnelle dis-tu ? Tout ceci me semble un peu

dire… spécial. Lui opposa Amadriane croisant les bras et se lovant dans le fond de sa chaise.

- Tout arrive en même temps Ama. Crystal pris sa respiration, vola une cigarette du paquet d’Amadriane et l’alluma sans l’aide d’aucun briquet, et repris exhalant sa première bouffée. Gala a disparut en effet comme tu le sais déjà. Je dois coordonner les recherches et la ramener par un moyen ou par un autre, elle est si… spéciale, comprends-tu. Ensuite, les élections approchent et je me suis engagée à m’en occuper autant que faire se peut pour notre mouvement.

comment

- Depuis quand tu fumes ? Demanda Amadriane sur un ton sincèrement surpris. De plus, étais-tu au courant de la classifcation des Variantes par le GLC ? Question à laquelle Crystal acquiesça de la tête sans rien dire. Après avoir lui aussi pris une cigarette et l’avoir allumé. Il reprit. Es-tu vraiment une Variante IV ?

- Paraitrait-il.

- Je suis impressionné donc. Si Shandi, la sœur présumée de Gala était Variante VII, c’est donc que ses dispositions sont comparables aux nôtres.

Les Chroniques de Gala Phoenix

- Paraitrait-il aussi.

- Ok, donc est-ce que Gala est classifable également ?

- Tu sais Ama, ces classifcations sont vraiment vieilles et très compliquées à vérifer. Il existe une batterie de tests qui mis à la suite les…

- Oui oui , j’avais saisi, mais je me demande seulement si Shandi avait les mêmes pouvoirs que sa sœur, comment as-tu pu la tuer ? Je veux dire, jamais ô grand jamais je ne chercherai à essayer ne serait-ce que d’attraper Gala contre son gré. Cela en reviendrait à essayer de se saisir du vent. Comment as-tu éliminé Shandi ?

- Je….ne l’ai pas directement éliminé. Je crois qu’Elle m’a aidé.

- Quoi ? elle s’est suicidée ?

- Non pas elle. Gala m’a aidé.

- Gala était déjà née ?

- Je ne sais plus exactement, j’ai d’immenses amnésies partielles sur le sujet comme je viens de le dire. Je me souviens juste avoir porté le corps inanimé de cette petite flle et l’avoir remis aux hauts gradés de Saad. J’avais vingt cinq ans à l’époque.

- Et où est-ce que tu voudrais que j’intervienne ? »

Crystal Lameth lui prit la main. Il n’y avait rien de calculé dans ce geste. C’était simplement l’attitude d’une femme qui avait eu l’habitude de tout contrôler dans sa vie qui perdait pied. Pour la première fois de sa vie, elle demandait de l’aide. Et à qui d’autre pourrait-elle demander cette si précieuse supplique ? Amadriane perdit pied l’espace d’un instant. Il se rendit compte qu’elle était elle aussi capable de faiblesse au bout du compte. Méritait-elle son aide ? Crystal reprit :

« Je veux que tu la retrouves. »

Amadriane avait quitté tout ça il y’a des années. Il n’aspirait plus qu’à la quiétude, et se droguer. Rigoler avec ses amis, oublier ses premières années lui

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

allait parfaitement bien. De contrat en contrat, il réussissait à bien gagner sa vie sans trop travailler et était sur le point d’enfn faire f des évènements de sa jeunesse. Revenir dans le centre du jeu ne l’intéressait pas, voire pire, l’effrayait. Lui, l’exilé de Visigath, le descendant Bahassidj sentit qu’une page de l’histoire humaine était sur le point de s’écrire. Voulait-il avoir un rôle à jouer dans cette pièce de théâtre grandeur nature ? Voulait-il de nouveau croiser le regard de Gala Phoenix ? Voulait-il vraiment deviner la nature même de l’allégorie de la Mante Noire ? Et enfn, voulait-il aller à l’encontre de Shandi ? Cette dernière pensée le saisit d’horreur. C’est ainsi qu’en toute incompréhension, il lui répondit :

« Ok, Crystal, je serai sur place dans trois jours »

Lameth ne répondit rien, elle sourit, visiblement soulagée, lui serra les mains très fortement, se leva.

« Je t’attendrais donc dans deux jours à l’ambassade de Gaïa en Lalireth, sois y en fn de journée, j’y serai et ton arrivée sera prévue. Ne me lâche pas. Je te donnerai toutes les informations nécessaires et les moyens que tu désireras. » Dit- elle en s’éloignant du pub et disparaissant dans la nuit.

« Les moyens que je désire » Marmonna Amadriane. « Aucun moyen ne te fera sortir vivant des ennuis dans lequel tu t’es fourré tout seul, espèce de crétin » Dit-il cette fois à haute voix en se levant et en allant retourner à l’intérieur du pub, afn de recommencer à boire quelques verres , affronter ses amis – A priori, Tian était de retour, il l’aperçut au loin assise à la table - vite oublier tout ce qui s’était dit ce soir-là, et peut-être se rendre compte que tout ceci ne fut qu’un mauvais rêve au bout du compte.

Les Chroniques de Gala Phoenix

3 juin 2762 – 23h15

Tian

A Propos du client 4.01

Vue des toilettes

Apres s’être désencombrée la vessie, Tian resta assise sur la cuvette des toilettes. Sous l’effet des différents alcools absorbés dans la soirée combiné avec la fatigue accumulée lors des dernières semaines, elle s’accordait enfn un bref instant de repos faisant le vide autour d’elle. En fond sonore, elle pouvait percevoir les bruits ambiants du pub, le Saïfax, situé au bout du couloir dans lequel elle avait crapahuté tant bien que mal avant d’atteindre les toilettes mixtes. Ornés de vieux posters rétros, les “waters” étaient à l’efgie du pub, une réplique exacte des public houses du XXème siècle. L’on y buvait de la bière pas chère jusqu’au coma éthylique parfois, l’on pouvait s’y régaler à écouter des vieilles chansons de la grande époque humaine, les siècles de l’électricité, du gaz, du capitalisme et des débuts du nucléaire. Dans les vieux haut-parleurs aux cônes de carton de la salle principale du lieu, elle pouvait distinguer au milieu du brouhaha et depuis sa cuvette providentielle, une très ancienne chanson d’un illustre groupe du XXème siècle, Fear Factory, avec la qualité mp3 typique de cette époque révolue. Tian appréciait ces moments avec grande délectation. Instants où elle pouvait enfn relâcher toute pression extérieure et ne se concentrer sur rien d’autre qu’elle-même. Un bilan éthylique s’imposait, tout d’abord mental et ensuite clinique. Elle ferma les yeux et tenta de deviner son taux sanguin d’alcool qu’elle classa sur son “Echelle de Richter” personnelle à beaucoup. Sa tête tournait, mais sa constitution athlétique lui permettait de tenir un stade au dessus de ses

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

consœurs, stade qu’elle était sur le point de franchir si la soirée s’éternisait et que chacun y aille de sa quatrième “tournée’ ou “fournée’, à ce stade de la nuit, Tian ne savait plus quel était le terme le plus indiqué. Elle leva son poignet gauche à hauteur des yeux, et appuya de son index gauche sur un bouton situé sur son terminal bracelet. Apres avoir fait déflé différents menus, le cadran de son terminal lui indiqua le nombre 1,6. Elle bascula la tête en arrière et partit d’un éclat de rire assez sonore pour importuner tout voisin de cabine waters. Elle en arriva a la conclusion qu’elle avait tellement bu qu’elle ne se rendait même plus compte qu’elle buvait. La place étant confortable elle décida alors d’y rester encore quelques instants, le temps de s’accommoder avec la nouvelle gravité qu’elle allait devoir affronter lors de son voyage retour vers la table où elle et ses amis étaient regroupés depuis le début de la soirée. Sans se lever, elle tourna la tête et observa l’exacte réplique des vieilles chasses d’eau du “Siecle Glorieux”. D’un coup, elle repartit de son rire typique suraigu. Sur la tirette de la chasse d’eau, était collé un autocollant promotionnel “Client 4.01”. C’en était trop pour elle, et elle manqua de s’étouffer bloquée dans ses convulsions hilarantes. Combien de fois elle avait entendu les gens autour d’elle dire que le client 4.01 était selon les langages plus ou moins soutenus “ Bon à jeter”, “A chier”, “Une merde”, ou le fameux “Abattez-le”. Au bout du compte, il sembla qu’un utilisateur X du client 4.01 était passé de la théorie à la pratique en collant cet autocollant directement sur une chasse d’eau. Elle décela ici un acte expiatoire et ne put se retenir de se lever, et d’un geste qu’elle voulut exagérément symbolique, elle tira la chasse. Rien ne passa de manière concrète et effective, mais elle se sentit mieux et en phase avec tout utilisateur frustré du dernier client de la Grid tout juste sortit du LLC. L’espace d’un instant, elle se dit que l’urine évacuée pouvait symboliser les crashs incessants du client 4.01, et que, grâce à elle, des millions d’utilisateurs allaient enfn pouvoir bénéfcier d’une Grid stable… Tout ceci par l’action d’une simple et antique chasse d’eau. Au bout du compte, Tian savait qu’elle ne souffrait pas de la version tout public du nouveau Client, puisque sa condition et ses relations lui permettait d’utiliser une version améliorée installée sur tous ses terminaux. Elle avait été en effet l'une des premières de Saria a pouvoir tester le fameux Client 4.01, le tant

Les Chroniques de Gala Phoenix

attendu remplaçant du 3.99 qui, au demeurant, commençait à ne plus pouvoir supporter les évolutions constantes de la Grid, de par ses nombreuses failles et son codage très lourd.

Ce soir-là, se souvient-elle, son amie Anja était venue chez elle, comme toutes les fns de semaine, avec une bouteille de vin, et une étrange valise. Au premier coup d’œil Tian s’était dit que c’était une valise diplomatique de Gaïa, Anja occupant une place importante au LLC et travaillant de fait avec l’administration centrale de la Nouvelle Cite. Les deux jeunes femmes s’étaient rencontrées une année auparavant sur la Grid lors d’un colloque virtuel regroupant des fervents des anciennes cultures dites asiatiques de la vieille époque, Tian étant en effet une passionnée d’histoire ancienne, tout comme le fut Anja. Elles sympathisèrent rapidement et se rencontrèrent quelques mois plus tard a Gahallen, la ville frontière séparant Gaïa et Saria, les deux Grandes Cités humaines de l’hémisphère Bahhra. Tian avait tout de suite reconnu Anja de par la ressemblance absolument parfaite entre son avatar sur la Grid et sa réalité corporelle. L’avatar de Tian, lui, était une Geisha de l’antique civilisation asiatique. Anja lui avait alors dit de manière très perspicace :

“ Je ne m’attendais pas a ce que tu fusses une Manta ma chérie.

- Est ce plutôt une bonne surprise ou un souci ?

- Je n’ai jamais fréquenté de Mantas, repris Anja avec un franc sourire. Aussi suis-je assez impressionnée, mais fortement heureuse d’en compter dés lors une parmi mes amies’

Les deux jeunes femmes s’étaient alors serrées l’une contre l’autre dans une étreinte spontanée scellant une amitié qui grandirait avec le temps et qui jamais ne s’arrêterait. Tian lui avait lance de bout en blanc :

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

‘ Qu’est ce qui m’a trahi ? Je veux dire, comment as-tu deviné ma nature ?

- Tes yeux t’ont trahi Tian, lui avait répondu Anja. Je peux reconnaitre un Manta en moins de temps qu’il ne te faille pour te connecter sur la Source.

- Mes yeux ?

- Oui Tian, tu as cette profondeur, ce regard perçant que seuls les Mantas possèdent, et qui, parfois, vous trahissent, ajouta Anja. Mais, continua t’elle, ne nous formalisons pas là-dessus, tu es telle que je suis pour moi, et tu n’auras aucun traitement de faveur qui pourrait être du à ta nature, et pour te prouver cela, laisse moi t’offrir un verre.

- Quelle grossièreté !! S’indigna Tian en partant dans cet éclat de rire que personne ne pouvait copier

- Mon dieu, est-ce que toutes les Mantas possèdent le même rire ?

- Oh que non Anja, je suis la pire spécimen de mon Ordre, s’esclaffa Tian. Allons nous poser, nous avons tant de choses a nous dire “

Les deux nouvelles amies passèrent la soirée dans un restaurant de Gahallen. Tian apprit alors que la jolie Anja était, non seulement une personne dont la culture n’avait d’égale que son autodérision, mais qu’elle occupait par dessus tout le poste tant convoité d’Architecte au sein du LLC, d’où sa parfaite connaissance de chaque rouage de la Grid. Anja aimait s’auto baptiser ‘codeuse’. Son travail consistait à inventer des nouvelles lignes de code pour améliorer la stabilité fragile de l’incroyable complexe qu’était la Grid. Anja aimait prendre du recul sur son activité. Pour elle, des suites de caractères hexadécimaux étaient juste de la nourriture pour terminaux, et elle se demandait encore pourquoi l’humain n’avait jamais créé de poste de programmation à reconnaissance verbale. Elle était une citoyenne de Gaïa socialement anonyme mais incroyablement connue – du moins son avatar – dans les milieux hermétiques des Hackeurs, des Codeurs, et des résidents de la Grid. De même que sa position au LLC à son âge en faisait un élément particulièrement prometteur du deuxième consortium mondial. C’est pour tout cela qu’Anja était une jeune femme, qui, a l’aube de sa trentième année,

Les Chroniques de Gala Phoenix

était dotée d’une confance en soi si forte qu’elle ne parlait que très peu de ce qu’elle accomplissait, ne cherchant l’approbation et la confance de personne, naviguant dans le délicat et très ‘select’ monde des ‘Architectes de la Grid’. Tout cela força le respect de Tian, avec qui toute compétition était impossible, tant les deux femmes gravitaient dans deux mondes antagonistes.

“ Mon métier n’a rien de passionnant Tian, es-tu autorisée à me parler du tien dans certaines grandes lignes ? Interrogea Anja en fn de repas.

- Mon ‘Métier’ ? Répliqua la jeune Manta. A aucun moment je n’ai confessé ton apriori à mon égard. En fait je suis juste serveuse dans un Pub de Saria, mais j’ai bien l’intention de monter ma galerie d’art asiatique antique quand je serai grande !

Les deux jeunes femmes se regardèrent en souriant comme deux complices qui se connaissaient depuis toujours, et c’est a ce moment précis que Tian se connecta sur Anja, elles furent dés lors inséparables. Tian se lança :

“ Je suis effectivement ce que tu as deviné, Anja. Je ne prend pour autant aucunement part dans les combats des Zones Hémisphériques depuis des années. J’ai été blessée lors de mon incorporation en Dohan il y’a des années, et on m’a rattaché à Lalireth ici en Saria. Je suis donc une… Manta Sédentarisée.

- Tu excuseras mon impertinence, mais pourquoi n’es tu pas incorporée à Saad de Gaïa ?

- Ne formalise pas avec du politiquement correct Anja, je ne suis pas gênée de tes questions, je suis à Saria par choix et convictions personnelles.

- Saad offre aux Mantas des carrières dans l’armée incroyables.

- J’en suis consciente, mais tu sais, je suis Sarréenne de naissance, je ne suis pas issue du GLC, j’ai été procrée à l’ancienne sans intervention de

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

blouses blanches comme on le dit ici. Saria est restée d’une certaine façon plus humaine, plus tolérante. Gaïa a beau être la plus puissante civilisation de cette planète, ses valeurs ne sont pas les miennes. Je ne veux pas d’eugénisme, je me veux pas suivre ses préceptes aseptisés. Certes le niveau de vie d’un Gaïen est autrement supérieur a celui d’un Sarréen, mais, selon mon opinion, nous avons une culture plus riche et plus ancienne. Nous avons accès à beaucoup de paradis artifciel dont je suis totalement dépendante, et que j’estime nécessaire dans une société cohérente.

- Voyez donc ceci, une Manta dépendante de paradis artifciels, rétorqua Anja ironique.

- Jamais avec excès chérie, disons que je ne me suis jamais faite a ma condition, que je souffre de tachypsychie chronique et que je ressens un besoin viscéral, une sorte d’addiction, à sortir de ce corps l’espace d’un moment de temps à autre, de manière à me vider de toutes ces choses que je vois continuellement.

- D’ou la deuxième bouteille que nous venons d’ouvrir consœur ?

- Cette deuxième bouteille en est une conséquence consœur. De la même façon, je pourrais m’interroger si j’étais impolie, et dieu sait que ca m’intrigue autant que toi à mon égard, sur le fait que tu sois Gaïenne et que tu m’accompagnes dans ce paradis artifciel qu’est la dégustation de ce vin.

- Joker Tian, tous mes vices cachés ne doivent pas apparaitre au grand jour dès notre première entrevue.

- Anja ! Pas de ça entre nous, nous nous étions mis d’accord, pas de politiquement correct !

- Mmmmh, est ce que tu fumes aussi ?

- Tout dépend de ce que tu appelles fumer.

- Tu sais de quoi je parle.”

La soirée se termina dans l’appartement de

Tian dans les quartiers

Les Chroniques de Gala Phoenix

populaires de Saria. Noyées dans une fumée épaisse due a l’herbe hallucinogène qu’elles mélangèrent a leurs cigarettes, les deux jeunes femmes devisèrent jusqu’à l’aube, se délectant de l’échange culturel qui s’offrait a elles. De sporadiques, leurs rencontres devinrent rituelles. De une fois par mois, elles se réunirent dorénavant tous les samedis soirs, à la même heure, s’échappant par l’entremise de l’autre de leurs réalités respectives qui leurs échappaient de plus en plus à l’une comme a l’autre. De Tian, Anja aspirait la joie de vivre le détachement et le mysticisme des Mantas. D’Anja, Tian tirait la rigueur qui lui faisait parfois défaut et s’informait régulièrement des avancées technologiques du LLC. Anja eu droit à différentes largesses des pouvoirs de Tian, et en échange, elle l’équipait des derniers terminaux sortis a Gaïa et pour pas un sou. Les deux amies devinrent dépendantes l’une de l’autre de ce fait.

C’est donc ainsi qu’un samedi soir, Anja rejoint Tian dans son appartement accompagnée d’une valise bien étrange de par sa matière et son apparence.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Les ‘Consœurs’, une valise, et le nouveau Client

Je t’attendais !!!! J’ai récupéré une toile que tu vas adorer !!!. Dit Tian en ouvrant la porte en la saluant d’une accolade, et en lui tendant une fne plaque de métal.

- Oh, est-ce la version profonde ?

- A priori oui, le Hackeur qui me fournit est un très bon Rippeur.

- La peste soit des Hackeurs, quelle sous-race… Mais bon remercions-le. J’ai moi aussi un présent à ton égard, Anja s’assit dans le sofa vintage de Tian, et posa sur ses genoux la valise qu’elle ouvrit après avoir tapé un code sur un minuscule clavier situé sur le dos de la mallette.

- Quelle est cette valise chérie ?

- Si quelqu’un était au courant que j’eu sortit tout ceci, j’aurai à coup sur d’énormes ennuis, sers nous donc un verre et laisse moi fnir.

- Ok”

- Tian s’exécuta, s’empara de la bouteille qu’elle jaugea un instant, l’ouvrit grâce à son vieux et original tire-bouchon, récupéra deux verres ballons et s’assit aux côtés de son amie. Anja ouvrit le couvercle de la valise, un bip-bip léger se ft entendre l’espace de quelques secondes. Si l’extérieur de la valise était très austère, l’intérieur contrastait avec force. Tian ne put s’empêcher de regarder de plus près malgré l’air quelque peu gêné qu’Anja s’efforçait de ne pas laisser transparaitre.

Une fois le couvercle ouvert, la valise mystérieuse était composée d’un clavier sur la partie inférieure, et d’un écran de teinte étrange sur la partie supérieure, Tian en fut presque déçue, jusqu’au moment où Anja, ayant manipulé avec dextérité le dît clavier, le mit en marche. A ce moment, l’écran devint quasi invisible et gagna en profondeur, tant et si bien qu’il donnait l’impression d’être un vide béant d’une profondeur qui semblait infnie.

Les Chroniques de Gala Phoenix

“Oh mon dieu, Anja qu’est ce que…

- Chut et regarde”

Anja bascula un interrupteur situé sur la partie supérieure du clavier, et une lumière diffuse emplit une surface d’environ deux mètres carré au-dessus du terminal de la Gaïenne. La lumière se précisa, et l’écran d’accueil de la Grid se matérialisa au beau milieu du salon de Tian.

« Et voici comment rendre les gens encore plus dépendants de la Grid. » Murmura Anja comme à elle-même. Tian se douta que ce n’était pas la première fois que son amie déclarait ceci à quelqu’un. La Manta était éberluée par ce qu’elle voyait. La Grid en réalité virtuelle était donc au delà du stade de projet.

« Et c’est précisément maintenant que tu vas approcher, simplement approcher la partie de ton corps qui contient ton implant principal. » Enchaina Anja.

Le fameux implant principal était bionique. Il contenait nombre d’informations indispensables à la vie de tous les jours des Fédérés. Lieu de naissance, date de naissance, identité, salaire, code de connexions aux nombreux terminaux de toute sorte de la planète, casier judiciaire etc… Par ironie du sort, Tian avait choisit d’inclure le sien dans sa jambe droite. Cette dernière étant artifcielle, sorte de prothèse ultra sophistiquée, l’implantation avait été très facile. La Manta avait en effet perdu l’une de ses jambes suite à une opération de dernière chance lors de son passage dans la Grande Guerre alors qu’elle n’était âgée que de quinze ans. Elle avait par conséquent passé quasiment la moitié de sa vie avec cette prothèse très discrète tant et si bien qu’elle l’oubliait souvent et ne s’en formalisait plus. Tian passa donc, non sans rire sa jambe au dessus de l’étrange valise projecteur tridimensionnel qu’Anja avait déposé sur la table et en l’espace d’une demi-seconde, elle se retrouva comme téléportée dans l’univers si incroyable qu’était la Grid.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Elle ne voyait plus son avatar selon une caméra subjective comme avant, elle était son avatar. Elle sentait le vent sur son visage qui n’était pourtant qu’une suite hexadécimale de données, elle entendait distinctement sa respiration qui était tout aussi virtuelle, sa vision la trompait ainsi que tous ses sens. Seule l’odorat lui manquait, ainsi elle était comme quelqu’un qui vivrait une situation tout à fait normale mais ayant perdu le sens de l’olfaction. Elle entendit la voix d’Anja comme si elle était connectée elle aussi.

« Oui je sais, tu vas me dire que tu ne sens rien, mais la première version baptisée 4.01 ne contiendra pas l’olfaction tout de suite. De même, tu ne pourras jamais ressentir des intenses chocs en simulation de combat, du moins pas plus qu’un léger contact. Nous sommes restés pour le moment très légers sur cela, tu comprends, les gens vont vite souffrir d’addiction au vue de l’incroyable réalisme que j’ai réussi à obtenir, et les grands pontes n’ont eu de cesse, ne serait-ce que par éthique, que de me brider afn que la réalité reste virtuelle à quelques détails près.

- Et comment est-ce que je me déconnecte ?

- Ah oui pardon, tu hurles un mot que tu auras défni au préalable dans tes paramètres et que tu pourras moduler au possible.

- En l’occurrence pour la version d’essai ?

- Hurle la suite de chiffre un six un huit. »

Tian s’exécuta et se retrouva matérialisée dans son salon, la jambe pendant piteusement sur la valise.

« Ok, Tian, on trouvera quelque chose pour que tu ne te réveilles pas à chaque fois comme ça… Lui dit Anja sans masquer un sourire légèrement moqueur.

- C’est absolument fantastique, répondit Tian en se rasseyant convenablement, je n’ai jamais vécu un tel moment, quand est-ce que cela sera prêt et sur le marché ?

- Et bien, je pense qu’avec le temps que je passe dessus, d’ici deux ou

Les Chroniques de Gala Phoenix

trois mois.

- As-tu idée du changement que cela va impliquer ?

- Oh oui, tout a été anticipé, les ventes vont nous permettre de nous rapprocher du GLC au niveau chiffre d’affaires ainsi que les add-ons qui vont…

- Non, coupa Tian, je te parle des changements d’usage de la Grid, ainsi que des bouleversements sociaux, enfn, je pense que des gens vont en être prisonniers, comme si ils étaient sous Crash.

- Je serai tentée de répondre que mon travail n’est pas de réféchir aux aboutissants. Non, vraiment pas. Je voulais que le concept de réalité virtuelle non virtuelle soit une réalité. Enchaina d’une traite Anja non sans un rictus amusé.

- Je comprend Anja, j’en resterai donc à un pur avis d’utilisateur test :

C’est fantastique mais il faudra des garde-fous.

- Il y’en aura, ne t’inquiète pas, il y’en aura.

- Je pensais à autre chose chérie. Hésita Tian.

- Je t’écoute, dans la phase de construction, tout avis est bon à prendre.

- C’est un peu extrême, mais as-tu pensé à ce que des Hackeurs pourraient en faire ?

- Je vois ou tu veux en venir, et je te répondrais, non cela ne peut arriver. J’ai construit l’architecture du client 4.01 de telle manière à ce que tout piratage soit tout bonnement impossible. Il sera de la même manière impossible d’en changer les fondements.

- Qui sont ?

- La douleur ne sera jamais ressentie, l’odeur non plus, le goût selon des saveurs primaires bien défnies. L’interaction violente telle des combats ou des jeux de rôle à tendance perverse et malsaine seront aussi impossibles.

- Tu veux dire que si je décide d’agir selon des principes interdits pas le Client 4.01, je serai bannie de la Grid ?

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

- En quelque sorte oui, ton compte sera tout d’abord bloqué, puis supprimé selon l’infraction, et naturellement, tu ne pourras pas agir de quelque manière que ce soit dès que l’Architecture reconnaitra un comportement déviant.

- As tu recrée Entropia ? Enchaina Tian en riant.

- Non, j’ai fait mieux car je ne laisse pas le choix, les règles seront citées, validées par les utilisateurs et appliquées selon une tolérance zéro. Il sera même dans le futur possible d’impliquer le SAAD dans la surveillance des lois de la Grid. Ainsi, quelqu’un qui agira mal dans la Grid sera surveillé dès lors dans sa vie réelle. Le Metaverse doit absolument rester un endroit sain en dehors de toute perversion humaine.

- Oui mais Anja, réféchis à cela. Mettons que si les pires pervers comme tu les appelles peuvent assouvir leurs fantasmes sexuels, sociaux, héroïques, ou de violence dans la Grid, et bien tout ceci restera virtuel. Ainsi donc, il sera même possible que le taux de criminalité ou de viol baisse dans la vie réelle. Tu as crée une seconde réalité, indolore et dont les conséquences des actes restent relatives et n’entrainent rien de plus que des suites binaires d’évènements électronique. Ne serait il pas envisageable de créer une Grid dans la Grid qui, selon mon avis, éviterait le passage à l’acte dans la vraie vie ?

- Tu veux dire en gros « Hé toi, tu as envie de violer des enfants à la sortie d’une école ? Non, évite de le faire et connecte soir sur notre Grid des Pervers et tu vivras l’expérience de le faire, tu ne te rendras pas compte de la différence et ainsi tu te sauveras la peau ?

- C’est exactement cela.

- Jamais le LLC ne m’autorisera à développer un second Client pour les violeurs, les voleurs et les tueurs. Ce n’est pas quelque chose d’envisageable en Gaïa.

- Alors Saria devra développer sa propre Grid à long terme.

- Ou alors, il faut que le LLC décide de créer un client spécial pour les utilisateurs de Saria. Vous êtes vraiment des individus malsains au

Les Chroniques de Gala Phoenix

passage, conclut Anja.

- Oh oui, et de pire en pire ma chérie, de pire en pire »

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Une Enfant dans les toilettes

3 juin 2762 – 23h30

Tian décida donc de se lever de la cuvette non sans mal. Sa seule jambe encore humaine était comme piquée en des milliers de points par de minuscules pointes sous l’effet de l’ankylose causée par de trop longues minutes d’inactivité. D’un geste qu’elle voulait hautement symbolique, elle tira la chasse. L’autocollant narguait encore sa capacité beaucoup trop facilité par l’alcool, à rigoler de tout et de rien. D’un point de vue technique, le client 4.01 avait été une réussite commerciale, mais un désastre technique. Anja Congrejo avait tellement du se limiter dans le codage afn d’éviter toute addiction, elle avait du rajouter tellement de pare-feux et de systèmes de surveillance que le système était tout sauf stable, et souffrait de ce fait de nombreux ralentissements et blocages divers et systématiques. Le LLC travaillait ardemment sur la version 4.02 afn de retrouver une crédibilité perdue et le plus rapidement possible. Tian se dirigea vers le lavabo et se passa les mains sous un authentique robinet pour les laver. Elle se passa également le visage sous de l’eau froide pour essayer de revenir un minimum dans une sobre réalité, mais le challenge était difcile. C’est alors qu’elle sentit la présence d’une autre personne qu’elle n’avait pas vue derrière elle. Sans se retourner, la pièce étant en effet munie d’un grand miroir transversal derrière les lavabos, elle remarqua une petite flle dans un coin sombre des vieilles toilettes. Elle la regardait sans rien dire. Toujours à travers le miroir, Tian lui sourit gentiment, se demandant ce qu’une si jeune flle pouvait faire à cette heure-ci, et a petite flle lui sourit en retour. Elle était magnifque se dit Tian en même temps qu’elle s’essuyait la tête. Une petite blonde avec les cheveux très longs vêtue d’une tenue très classique un peu comme si c’était la flle

Les Chroniques de Gala Phoenix

d’un notable de Gaïa, un tailleur bleu marine et une jupe assortie. Deux écussons avait l’air de prendre place sur ses épaules, mais Tian ne put pas le reconnaître tant le miroir était de mauvaise qualité et la pièce sombre. Lorsqu’elle décida de se retourner, une panne de courant se produisit alors et la pièce plongea dans le noir. Tian put entendre les brouhahas de légère panique et agacement qui provenaient de la salle principale du bar et sourit en pensant au nombre de verres qui avaient du se casser en tombant à terre, ainsi que l’état dans lequel des gens saouls pouvaient être lorsque d’un coup d’un seul, on leur enlevait le sens de la vision déjà bien entamé par la bière.

« Ne t’inquiète pas fllette, lança Tian à l’endroit de la jeune flle qui devait être, se dit-elle, très peu rassurée. L ‘électricité va revenir, cela arrive souvent ici.

- Je ne m’inquiète pas, lui répondit la jeune flle sur un ton tout à fait calme.

- Veux-tu que je vienne te prendre la main ? Au moins tu ne te perdras pas en attendant.

- Oui, madame, je veux bien.

- Très bien, ne bouge pas, je vais venir vers toi, je te demanderai juste de me parler histoire que je puisse me diriger vers toi.

- Je peux venir vers vous moi-même si vous voulez. Lança sur le même ton l’Enfant.

- Non, tu vas te faire mal, ne bouge pas j’arrive, parle-moi »

Tian lâcha le lavabo qui était la seule chose stable dans sa réalité bancale. Elle se dirigea dans l’obscurité la plus totale en s’étonnant au bout du compte de l’ambiance légère qui fottait dans les airs.

Je suis ici.

La voix de la jeune flle était vraiment d’une douceur fantastique. Tian en eut un léger sourire.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

« Comment t’appelles-tu ? que fais-tu ici ? »

J’ai tellement de nom que je ne saurai lequel vous donner.

Encore une enfant de riches, pensa Tian, le genre d’enfant au travers duquel on s’accomplit et qu’on affuble de quatre ou cinq prénoms juste pour l’inclure dans un cénacle des enfants de riches…

« Et bien je suppose que tu as bien un seul prénom que tes copines utilisent pour t’appeler, un surnom, sais-tu ce qu’est un surnom ? »

Oui, je sais. Les gens m’appelaient Driel.

« C’est un très joli prénom Driel. » Tian se sentait perdue. Il lui semblait que la jeune flle avait changé de place car sa voix ne venait plus du même endroit.

« Peux-tu continuer à parler Driel, et ne plus bouger, je n’arrive plus à savoir ou tu es. »

Je n’ai pas bougé Thian.

« Quoi, tu connais mon prénom ? » Tian stoppa sa progression et attendit

une réponse. Elle ne pouvait percevoir que sa propre respiration qui avait accéléré d’un coup.

« Réponds-moi, comment sais-tu comment je m’appelle ? »

Oh, Thian, si tu savais comme je suis heureuse d’enfin te voir. Mais tel que je te l’ai dit avant que tu t’endormes, le moment n’est pas encore venu.

« Qui es-tu ? » Tian commença alors à ressentir de la peur.

Les Chroniques de Gala Phoenix

Surtout, Thian, n’ai pas peur, tant que je serai là, rien ne t’arrivera plus jamais.

Une chaude et agréable torpeur s’empara de Tian. Elle se sentit tout à coup reposée, calme et sereine. La dernière fois qu’elle avait ressentit ça remontait à de longues années. Du moins dans ses souvenirs. Oui, elle avait déjà ressentit pareille sensation. Un peu comme un abandon total de son intégrité.

Le jour est proche Thian. Des choses importantes vont arriver maintenant. Reste comme tu as toujours été lorsque les choses sont difficiles. Courageuse, légère. Et si tu la vois, fuis.

Puis, la lumière réapparut. Et sans surprise, Tian était seule. Il n’y avait personne avec elle. Et, agissant comme une certitude à l’intérieur d’elle-même, un sentiment que tout ceci n’avait pas été qu’un rêve provoqua un brusque changement. Tian savait alors qu’elle était à l’aube d’évènements d’une importance capitale. Des métamorphoses de l’ordre des choses qui allaient altérer à jamais l’Histoire. La Source lui avait parlé. Lorsqu’elle décida de sortir des toilettes pour aller rejoindre ses amis, elle se rendit compte que non seulement elle n’avait plus mal à ses jambes, et qu’en plus, elle était totalement sobre et alerte. Lorsqu’elle réussit à enfn rejoindre la table où Juno et Raine l’attendait.

« Ou est passé Amadriane ? Demanda t’elle alors.

- Il est sortit avec une amie à lui, répliqua Juno.

- Avec qui ?

- Elle s’appelle Crystal. »

Et Tian n’eut plus aucun doute quant à la gravité des évènements qui allaient arriver.

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

Resolutio

Amadriane reparut alors. Ce fut Tian elle-même qui l’aperçut le premier alors qu’il essayait tant bien que mal de se frayer un chemin parmi les clients qui étaient pour la plupart tous sortis indemnes de la brève coupure de courant que le lieu avait subi quelques minutes auparavant. Il se rassit l’air détaché et décontracté, ce même air que Tian connaissait trop bien et qui signifait bien plus que ce que sa forme traduisait.

« Désolé. Commença t’il sans trop se répandre en diatribes dans lesquelles il pourrait se perdre. Longue discussion, je suis là, ça va ?

- Tu étais avec elle ? Attaqua Tian sans aucune semonce quelconque.

- Oui. Répondit-il du tac au tac en dévisageant ses amis « balances » d’un regard signifant un règlement de compte dans un avenir plutôt proche.

- Et, elle voulait quoi ?

- Rien d’effrayant, rien de bien glamour, et rien qui ne puisse te déranger plus que ça.

- Excuse-moi, mais le fait qu’elle fut là me dérange déjà beaucoup.

- Je… comprend. Essaya t’il hasardeusement sans trop croire à un règlement pacifque du confit qui avait commencé. Il n’empêche que… voilà. Elle est venue, nous avons parlé, elle est partie, nous ne parlons plus.

- Et, tu vas la revoir ?

- Surement oui. »

Les quatre autres âmes relayées au second plan durent se regarder de concert afn de trouver un rapide échappatoire à la discussion qui pouvait très rapidement se changer en confit. C’est Juno qui s’hasarda au moment précis ou le regard de Tian indiquait clairement qu’elle ne s’apprêtait pas à se modérer.

« Au fait, avec Raine on va surement faire un…coup bientôt. »

Les Chroniques de Gala Phoenix

La réaction de Tian fut de tourner la tête et de le dévisager sur un air de ‘Mais pourquoi tu parles toi ?’ « Oui, dans deux jours, les crédits manquent cruellement, et a priori c’est un coup très facile.

-

A coup sur, enchaîna Raine, deux minutes d’action, tout est planifé, il faudrait juste que l’un d’entre vous puisse nous couvrir en cas de pertes et fracas.

-

Et tu pensais à qui ? Interrogea Tian tout en conservant un regard non conciliateur voire même agacé.

-

Oh, pas de jaloux, que ce soit toi ou Ama, cela nous est égal. Tu es une Manta hors du commun Tian, et comme d’habitude, tu auras ta part. Tenta Juno.

-

Et bien, ma réponse est non sur ce coup. Trancha Tian.

-

Comment ça non ? Murmurèrent les deux acolytes.

-

Comme non, je ne sens pas du tout ce coup là.

-

Mais enfn, Tian, sans toi ce ne sera plus possible, imagine l’entrée de crédit que cela nous ferait ? On tiendra facilement six mois avec ça, et tu auras ton crash. Juno était en état de panique.

-

Figure-toi que j’ai des activités annexes maintenant !!! S’énerva Tian.

-

Aussi rémunératrice peut-être ? Assena Raine, une pointe de certitude brillant sur son sourire confant.

-

Non, certes pas, mais vos fréquences de « coup » - elle tapa légèrement sur la table en bois pour illustrer le terme – commence à devenir un peu trop régulière à mon goût. Vous allez vous faire attraper à coup sur cette fois-ci !!

-

Es-tu une précognitive madame ? »

-

Ce fut Amadriane qui lança la suite de mots qui la rendit K.O

Tian n’était

pas spécialement susceptible, mais que ce fut Amadriane lui-même, précognitif

reconnu depuis des années dans la Fédération qui lui avait faite comprendre

Le Cycle de Shandi I – Baal Gaa'n Del

qu’elle n’avait pas ce talent-ci était une véritable provocation. Bien plus, une injure faîte à son honneur. Dans cette phrase si courte fut-elle, elle y voyait une suite plus acerbe qui signifait à peu de choses près : ‘ Elle, elle l’est au moins’. Et ce Elle était Crystal bien sur. Ni une ni deux, elle quitta la table en manquant de chuter.

« Allez vous faire foutre un par un !!! Toi Ama pour être un connard, vous deux pour vous faire prendre dans ce coup de merde, et toi Ely, pour être resté depuis de longues minutes à mater le cul de la serveuse sans prendre aucune part au débat !!! Je vous emmerde !!!! »

Et elle s’en alla titubant entre des gens hagards qui malgré leur sobriété très relative n’avait pu faire autrement que de l’entendre. Lorsqu’elle ferma la porte du pub bruyamment, les discussions reprirent, et l’espace d’un instant, ce fut comme si rien ne s’était passé.

« Elle ne l’a pas trop mal pris au bout du compte. Dit Ely d’un air plutôt rassuré »

Les Chroniques de Gala Phoenix

La rencontre

“Bonjour jeune demoiselle, quel est ton prénom ?

- Gala, monsieur.

- Oh ! Oublie le ‘Monsieur’. Est-ce que tu trouves que je suis une vieille personne ?

- … Non, pas trop.

- Et bien moi non plus je ne trouve pas, souhaiterais-tu que je t’appelle Madame, Mademoiselle, ou Gala ?

- Vous ferez ce que bon vous semble monsieur, mais il semble plus approprié, vu mon âge, que vous m’appeliez Gala. Je n’aime pas ‘Madame’ cela fait trop vieille, quant a ‘Mademoiselle’, pardonnez-moi, mais je n’en suis surement pas une.

- Ah non ? Et… qu’es-tu alors ?

- Je suis une petite fille, ca se voit non ?

- Oui Gala ca se voit, et, a quoi reconnait-on une Mademoiselle ?