Vous êtes sur la page 1sur 19

LES

LE SECTEUR DE

L’ÉNERGIE

CAHIERS

DU FSI

Nº 1

LES LE SECTEUR DE L’ÉNERGIE CAHIERS DU FSI Nº 1

LES CAHIERS DU FSI – Nº 1– LE SECTEUR DE L’ÉNERGIE – MAI 2012

SOMMAIREDU FSI – Nº 1– LE SECTEUR DE L’ÉNERGIE – MAI 2012 2/3 INTRODUCTION Le marché

2/3Nº 1– LE SECTEUR DE L’ÉNERGIE – MAI 2012 SOMMAIRE INTRODUCTION Le marché de l’énergie, Point

INTRODUCTION Le marché de l’énergie, Point de vue du Fonds Stratégique d’Investissement sur l’énergie

4/5

Point de vue de Claude Mandil

6/17sur l’énergie 4/5 Point de vue de Claude Mandil CHAPITRE 1 Les cinq enjeux 8/9 Une

CHAPITRE 1 Les cinq enjeux

8/9

Une mutation en profondeur du mix énergétique

10/11

Des pressions à la hausse sur le prix de l’énergie

12/13

Un besoin d’investissement croissant dans les infrastructures

14/15

Une accélération des innovations technologiques

16/17

Une globalisation croissante des enjeux et des acteurs

18/2716/17 Une globalisation croissante des enjeux et des acteurs CHAPITRE 2 Les axes d’évolution 20/21 Une

CHAPITRE 2 Les axes d’évolution

20/21

Une politique d’investissement ambitieuse, œuvrant au succès du secteur

22/23

Faire émerger de nouveaux « champions » nationaux sur la scène internationale

24/25

Promouvoir le savoir-faire et la technologie à la française, héritage d’une tradition d’excellence

26/27

Accompagner le développement de technologies nouvelles et prometteuses, essentielles à l’évolution du mix énergétique

28/33essentielles à l’évolution du mix énergétique CHAPITRE 3 Un acteur dynamique 30/31 Un acteur dynamique au

CHAPITRE 3 Un acteur dynamique

30/31

Un acteur dynamique au service d’une filière majeure de l’économie française

32/33

Participations actives du FSI dans le secteur de l’énergie au 31 mars 2012

INTRODUCTION

LE MARCHÉ DE L’ÉNERGIE

Point de vue du Fonds Stratégique d’Investissement sur l’énergie

Avec presque 1,5 milliard d’euros de participations dans 14 entreprises actives dans le secteur de l’énergie employant près de 35 000 personnes en France, le FSI s’est, depuis sa création, significativement engagé dans l’accompagnement des acteurs français de l’énergie (PME, ETI et grandes entreprises).

Confrontées à de nombreux défis commerciaux, technologiques et sociaux (emploi, maîtrise des impacts environnementaux, modèles de développement socialement responsables…), les sociétés de ce secteur ont su développer

2

LES CAHIERS DU FSI

un savoir-faire et des capacités d’innovation essentiels à la compétitivité de l’économie française.

Nourri en amont par une réflexion en profondeur sur les tendances qui structurent ce secteur (1) , le FSI a développé une politique d’investissement ciblée visant à faciliter l’adaptation des acteurs de la filière à ces tendances, tout en les aidant à capitaliser sur leurs avantages concurrentiels.

1 – Au-delà des échanges réguliers qu’il entretient avec les professionnels du secteur sur le terrain, le FSI contribue notamment aux travaux du Comité stratégique de filière nucléaire (CSFN) et a récemment participé au Comité d’orientation stratégique des éco-industries (COSEI).

LES CAHIERS DU FSI

3

LE MARCHÉ DE L’ÉNERGIE

4

Point de vue

CLAUDE MANDIL

ANCIEN DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L’AGENCE INTERNATIONALE DE L’ÉNERGIE

GÉNÉRAL DE L’AGENCE INTERNATIONALE DE L’ÉNERGIE Dans l’édition 2011 de son rapport annuel « World Energy

Dans l’édition 2011 de son rapport annuel « World Energy Outlook », l’Agence internationale de l’énergie évalue à 38 000 milliards de dollars 2010 le montant total des investissements qui devront être engagés entre aujourd’hui et 2035 pour satisfaire les besoins mondiaux en énergie. Encore ce chiffre ne prend-il pas en compte les investissements à réaliser chez les consommateurs, comme les moteurs, les chaudières, les équipements domestiques, la régulation ; il ne tient pas compte non plus des dépenses nécessaires pour accroître l’efficacité énergétique.

Le marché est donc immense et mondial, et on voit mal, sauf récession majeure, ce qui pourrait en altérer la progression. A l’évidence, l’énergie fait partie des besoins vitaux sans lesquels aucun développement économique, social, culturel, sanitaire n’est possible. Et les besoins sont tels, en particulier dans les pays dits émergents, que tous les moyens pour les satisfaire devront être mis en œuvre, en privilégiant bien sûr ceux qui émettent le moins de gaz à effet de serre : efficacité énergétique, nucléaire, renouvelables, mais aussi gaz, pétrole, capture et séquestration du CO 2 , stockage, réseaux intelligents, domotique ; la liste n’est pas limitative.

LES CAHIERS DU FSI

S’il est utile de pouvoir disposer d’une référence nationale, c’est clairement les marchés mondiaux que les entreprises doivent viser. Ces marchés ne sont pas réservés aux grands groupes ; les entreprises de taille modeste peuvent parfaitement y réussir, à condition qu’elles soient accompagnées et que leur stratégie soit fondée sur l’innovation. L’exemple du parapétrolier (les services à l’industrie des hydrocarbures) est éclairant : le marché français y est très limité, et pourtant l’industrie française occupe un des tout premiers rangs dans le monde, grâce à une coopération étroite entre des petites entreprises dynamiques, quelques grands donneurs d’ordres et un centre de recherche industrielle motivé : l’IFPEN.

LES CAHIERS DU FSI

« Last but not least », il vaut mieux avoir un bilan solide pour se lancer dans l’aventure internationale. Il faut donc féliciter le FSI d’avoir inscrit le secteur énergétique comme une de ses premières priorités. Je ne doute pas que les candidats seront nombreux et que parmi les bénéficiaires se révèleront plusieurs champions de notre industrie de demain.

22 mars 2012

5

CHAPITRE 1 LES CINQ ENJEUX

6

LES CAHIERS DU FSI

LES CAHIERS DU FSI

7

CHAPITRE 1 LES CINQ ENJEUX

UNE MUTATION EN PROFONDEUR DU MIX ÉNERGÉTIQUE

Les sources d’énergies utilisées pour satisfaire la demande de la France en énergie – le mix énergétique – vont connaître une évolution significative dans les années à venir. La part des énergies traditionnelles (pétrole, gaz, charbon…) va diminuer au profit des sources d’énergies nouvelles (éolien, solaire…).

Trois facteurs y contribuent : la rareté des ressources fossiles, l’augmentation tendancielle de leur prix et l’impact environnemental de leur utilisation. Ces évolutions expliquent la part grandissante des énergies renouvelables dans le mix énergétique. En France, les énergies renouvelables devraient ainsi représenter 23 %

8

de la consommation d’énergie finale à horizon 2020 (contre 13 % en 2010) (1) . Néanmoins, des développements technologiques et industriels importants restent à effectuer pour atteindre ces objectifs. Dans le solaire par exemple, le coût de production du photovoltaïque est encore entre 3,5 et 8 fois supérieur à celui des énergies fossiles (charbon et gaz naturel) (1) .

Toutefois, si l’évolution du mix énergétique est certaine, le rythme de la transition et sa physionomie exacte restent incertains.

(1) Source : ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, rapport « Énergies 2050 ».

LES CAHIERS DU FSI

Évolution du parc de production d’électricité en France

(1970-2020P) TWh 800 Prévision 700 Autres ENR Eolien 600 Hydraulique 500 400 300 Nucléaire 200
(1970-2020P)
TWh
800
Prévision
700
Autres ENR
Eolien
600
Hydraulique
500
400
300
Nucléaire
200
100
Thermique
classique
0
1970
1980
1990
2000
2010
2020

Sources : CGDD, Service de l’observation et des statistiques (SOeS), RTE, UFE, Vision 2020, 2010.

SI LE NUCLÉAIRE EST VOUÉ À GARDER UNE PLACE PRÉPONDÉRANTE dans la production

d’électricité en France d’ici à 2020 (environ 70 %), les énergies renouvelables, encore très minoritaires à horizon 2020 (environ 20%), se développent beaucoup plus rapidement (+12 % par an pour l’éolien, +19 % par an pour les autres énergies renouvelables vs. +2 % par an pour le nucléaire entre 2010 et 2020).

LES CAHIERS DU FSI

… CONTRIBUER À LA DIVERSIFICATION DU PORTEFEUILLE DE PRODUCTION D’ÉNERGIE EST ESSENTIEL AU MAINTIEN DE
CONTRIBUER
À LA DIVERSIFICATION
DU PORTEFEUILLE DE
PRODUCTION D’ÉNERGIE
EST ESSENTIEL
AU MAINTIEN DE
LA COMPÉTITIVITÉ
NATIONALE.

9

CHAPITRE 1 LES CINQ ENJEUX

DES PRESSIONS À LA HAUSSE SUR LE PRIX DE L’ÉNERGIE

Le prix de l’énergie s’est considérablement accru au cours des dernières années. Il devrait continuer à subir des pressions à la hausse dans le futur, avec des impacts significatifs sur l’économie française (le pétrole et le gaz représentent environ 50 % de la consommation française d’énergies primaires (1) ).

La demande d’énergie va continuer de s’accélérer, tirée notamment par les besoins croissants des pays émergents (les pays hors OCDE représentent 90 % de la croissance prévue de la demande

10

en énergie entre 2010 et 2035 (2) ). En parallèle, les coûts d’extraction des ressources fossiles vont également augmenter, les réserves étant de plus en plus difficiles d’accès, et par conséquent plus coûteuses à exploiter. Pour finir, l’évolution du mix énergétique et les coûts environnementaux associés à la production d’énergie vont aussi contribuer à l’augmentation des prix.

(1) Source : ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, rapport « Énergies 2050 ». (2) Source : International Energy Agency, « World Energy Outlook

2011 ».

LES CAHIERS DU FSI

Évolution historique et prévisionnelle du prix du pétrole

(1980-2030P)

Base 100

en 2011 Prévision 150 120 EIA 90 DECC* 60 30 0 1980 2011 2030P
en 2011
Prévision
150
120
EIA
90
DECC*
60
30
0
1980
2011
2030P

* Department of Energy & Climate Change (Royaume-Uni). Sources : EIA (scénario de référence), DECC.

SELON LES ESTIMATIONS, une croissance annuelle prévisionnelle du prix du pétrole entre 2011 et 2030 entre 1 % et 2 %.

LES CAHIERS DU FSI

… SÉCURISER LES APPROVISIONNEMENTS EN ÉNERGIE EST PLUS QUE JAMAIS NÉCESSAIRE AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DE
SÉCURISER LES
APPROVISIONNEMENTS
EN ÉNERGIE EST PLUS
QUE JAMAIS NÉCESSAIRE
AU DÉVELOPPEMENT
ÉCONOMIQUE DE LA
FRANCE ET AU MAINTIEN
DE SON INDÉPENDANCE
ÉNERGÉTIQUE.

11

CHAPITRE 1 LES CINQ ENJEUX

UN BESOIN D’INVESTISSEMENT CROISSANT DANS LES INFRASTRUCTURES

Les infrastructures énergétiques ont toujours représenté un pan important des investissements français dans le domaine de l’énergie. Plusieurs vagues d’investissements ont ainsi eu lieu depuis le début des années 1950, qu’il s’agisse de l’installation de grands barrages hydroélectriques, de la construction de raffineries d’envergure mondiale, ou du développement du parc nucléaire.

Cependant, à l’image des infrastructures de transmission et distribution d’électricité, certains équipements du secteur vont atteindre la fin de leur vie dans un futur proche et devront donc être

12

remplacés ou modernisés. De même, l’intégration aux différents réseaux énergétiques européens devrait se traduire par des besoins d’investissements supplémentaires. Pour finir, l’évolution du mix énergétique comme la mutation des modes de consommation d’électricité (développement des flottes de véhicules électriques par exemple) vont induire une complexification des profils de demande et de production d’énergie, se traduisant en retour par un besoin de solutions nouvelles en matière de stockage et de gestion des flux d’énergie.

LES CAHIERS DU FSI

Investissements dans les infrastructures électriques en France

(1955-2008) Milliards d’euros 12 10 8 6 4 2 0 1955 65 75 85 95
(1955-2008)
Milliards
d’euros
12
10
8
6
4
2
0
1955
65
75
85
95
05 08

Sources : rapports annuels RTE, FSI.

Production

d’électricité

Transmission

& Distribution

DEPUIS 2005, la France est entrée dans un nouveau cycle d’investissement pour le remplacement et la modernisation des infrastructures électriques.

LES CAHIERS DU FSI

… ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES PARTICIPANT À LA RÉNOVATION, L’AMÉLIORATION OU AU DÉVELOPPEMENT DU PARC
ACCOMPAGNER LES
ENTREPRISES PARTICIPANT
À LA RÉNOVATION,
L’AMÉLIORATION OU
AU DÉVELOPPEMENT
DU PARC D’ÉQUIPEMENTS
PERMETTRA DE MAINTENIR
ET RENFORCER
L’EXCELLENCE FRANÇAISE
EN LA MATIÈRE.

13

CHAPITRE 1 LES CINQ ENJEUX

UNE ACCÉLÉRATION DES INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES

De nombreuses (r)évolutions technologiques sont aujourd’hui à l’œuvre, et tous les segments de la filière sont également concernés.

Au sein de la filière renouvelable, le développement de technologies telles que le « direct drive » dans l’éolien ou le photovoltaïque à concentration dans le solaire (cf. encart) pourrait s’avérer décisif dans la convergence des coûts de production de l’électricité renouvelable vers les niveaux des sources traditionnelles.

De la même manière, l’arrivée à maturité à moyen terme de solutions telles que la capture et le stockage du CO 2 pourrait permettre de reconsidérer en profondeur l’utilisation des sources d’énergies

14

traditionnelles, ouvrant notamment la voie à des utilisations compatibles avec les problématiques environnementales actuelles.

Enfin, le développement de « l’intelligence » des composants des infrastructures de transmission et de distribution de l’énergie constituera un élément essentiel de la transition vers de nouveaux modes de gestion de l’énergie (cf. l’installation de 35 millions de « compteurs intelligents » par ERDF d’ici à 2020 (1) ).

(1) Source : ERDF.

LES CAHIERS DU FSI

Exemple de technologie en développement : le photovoltaïque à concentration (CPV)

Principe de fonctionnement de la technologie (CPV)

Schéma simplifié

Soleil
Soleil
de la technologie (CPV) Schéma simplifié Soleil Concentration des rayons solaires Cellule Système optique
de la technologie (CPV) Schéma simplifié Soleil Concentration des rayons solaires Cellule Système optique
de la technologie (CPV) Schéma simplifié Soleil Concentration des rayons solaires Cellule Système optique
de la technologie (CPV) Schéma simplifié Soleil Concentration des rayons solaires Cellule Système optique
de la technologie (CPV) Schéma simplifié Soleil Concentration des rayons solaires Cellule Système optique
de la technologie (CPV) Schéma simplifié Soleil Concentration des rayons solaires Cellule Système optique
Concentration des rayons solaires
Concentration
des rayons solaires

Cellule

simplifié Soleil Concentration des rayons solaires Cellule Système optique (lentilles) Panneau photovoltaïque
simplifié Soleil Concentration des rayons solaires Cellule Système optique (lentilles) Panneau photovoltaïque
simplifié Soleil Concentration des rayons solaires Cellule Système optique (lentilles) Panneau photovoltaïque

Système optique

(lentilles)

Panneau photovoltaïque

L’innovation des systèmes CPV vient de l’ajout d’un système optique qui concentre l’énergie sur chaque cellule semi-conductrice du panneau et permet ainsi d’accroître de façon significative le rendement de la technologie.

Les panneaux sont en général également équipés de systèmes de « trackers », qui permettent de focaliser la lumière sur la cellule à tout moment de la journée.

la lumière sur la cellule à tout moment de la journée. Système bi-axial Le CPV est

Système bi-axial

Le CPV est spécialement adapté pour les régions à fort ensoleillement (Europe du Sud, sud-ouest des États-Unis, Afrique du Nord…)

Sources : documentation fabricants, sites Internet Soitec, Linak, GreenUnivers.

LE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE à concentration ou Concentrated PhotoVoltaic (CPV) est une technologie qui concentre les rayons solaires sur des cellules à très fort rendement et permet ainsi de remplacer les semi-conducteurs par des éléments optiques moins onéreux.

LES CAHIERS DU FSI

… LA FRANCE DOIT MAINTENIR ET DÉVELOPPER SES POSITIONS SUR LES TECHNOLOGIES INNOVANTES AFIN DE
LA FRANCE
DOIT MAINTENIR ET
DÉVELOPPER SES POSITIONS
SUR LES TECHNOLOGIES
INNOVANTES AFIN DE
S’ASSURER UNE PLACE
DE PREMIER PLAN DANS
LES FUTURS MARCHÉS
DE L’ÉNERGIE.

15

CHAPITRE 1 LES CINQ ENJEUX

UNE GLOBALISATION CROISSANTE DES ENJEUX ET DES ACTEURS

Quel que soit leur métier d’origine, les entreprises du secteur de l’énergie sont aujourd’hui confrontées à une concurrence mondiale et des enjeux globaux.

Qu’il s’agisse des projets de gazoducs transfrontaliers ou de l’émergence de ce qui est communément appelé la « plaque de cuivre » européenne (construction progressive d’un réseau de transport d’électricité interconnecté au niveau continental), l’échelle des projets dépasse souvent le simple cadre national. De même, le déplacement de la demande d’énergie vers les pays en développement impose une présence locale, voire des partenariats internationaux

16

(cf. l’importance du « contenu local » dans certains contrats (1) ). Inversement, bon nombre de concurrents étrangers sont entrés dans des phases d’expansion internationale, concurrençant les entreprises françaises sur leurs marchés historiques.

(1) Dans certains pays, les autorités publiques imposent parfois aux acteurs internationaux une « composante locale » dans la conduite des projets, la fabrication des produits ou des composants, impliquant la création de partenariats avec des entreprises du pays en question.

LES CAHIERS DU FSI

Prévision des échanges intercontinentaux de gaz naturel (estimation à horizon 2020) 5-8 Russie 200-215 Amérique
Prévision des échanges intercontinentaux de gaz naturel
(estimation à horizon 2020)
5-8
Russie
200-215
Amérique
Europe
16-22
du Nord
60-70
60-70
80-90
Moyen Orient
10-15
8-12
80-90
60-65
Bassin atlantique
Afrique
Amérique
Provenance :
10-15
Milliards de m 3
du Sud
Amérique/Europe
Gazoduc
15-20
Gaz naturel
liquéfié
12-18

Source : Cedigaz 2011, World LNG Market.

LA CROISSANCE DES CONSOMMATIONS dans les pays fortement industrialisés nécessite le recours à des sources d’énergie de plus en plus éloignées des centres de consommation. À titre d’illustration, les échanges intercontinentaux de gaz naturel devraient atteindre 600 à 700 m 3 échangés à horizon 2020.

LES CAHIERS DU FSI

… LE DÉVELOPPEMENT DE LA PRÉSENCE INTERNATIONALE DES ACTEURS FRANÇAIS DE L’ÉNERGIE EST ESSENTIEL AU
LE DÉVELOPPEMENT
DE LA PRÉSENCE
INTERNATIONALE DES
ACTEURS FRANÇAIS DE
L’ÉNERGIE EST ESSENTIEL
AU DYNAMISME DU SECTEUR
ET AU RAYONNEMENT
DE LA FRANCE DANS
LE MONDE.

17

CHAPITRE 2 LES AXES D’ÉVOLUTION

18

LES CAHIERS DU FSI

LES CAHIERS DU FSI

19

CHAPITRE 2 LES AXES D’ÉVOLUTION

20

UNE POLITIQUE D’INVESTISSEMENT AMBITIEUSE, ŒUVRANT AU SUCCÈS DU SECTEUR

L’action du FSI a vocation à s’étendre à l’ensemble des segments du secteur de l’énergie, qui participent tous de la compétitivité et du rayonnement international de la France.

1 faire émerger de nouveaux « champions nationaux » sur la scène internationale ;

Cherchant à faciliter l’adaptation des entreprises françaises aux grands enjeux qui structurent la filière tout en capitalisant sur leurs avantages concurrentiels, l’action du FSI se déploie aujourd’hui autour de trois axes principaux :

2 promouvoir le savoir-faire et la technologie française, héritage d’une longue tradition d’excellence ;

3 accompagner le développement d’entreprises innovantes, essentielles à l’évolution du mix énergétique.

LES CAHIERS DU FSI

LES CAHIERS DU FSI

21

CHAPITRE 2 LES AXES D’ÉVOLUTION

1FAIRE ÉMERGER DE NOUVEAUX

« CHAMPIONS »

NATIONAUX SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

Qu’il s’agisse d’opérateurs pétroliers et gaziers de premier rang (Total, GDF Suez) ou d’acteurs de référence dans le domaine nucléaire (EDF, AREVA), la France compte de nombreux « champions nationaux » de l’énergie qui ont su se distinguer au niveau mondial par leur savoir-faire, leur technologie, leurs expertises ou leur réputation. Nourri de cette excellence et riche en talents, le tissu industriel sur lequel s’appuient ces grands « champions » reste toutefois éclaté.

Composants vitaux d’un véritable écosystème de l’énergie sur le territoire national, les PME-ETI

22

qui constituent ce tissu n’ont parfois pas la taille nécessaire pour se positionner sur des marchés dont la dimension internationale ne cesse de s’affirmer.

Faire vivre cet « écosystème », en favoriser la consolidation et œuvrer à l’émergence de nouveaux « champions » sont essentiels à la compétitivité de la France. C’est tout particulièrement vrai pour « l’équipe de France » du nucléaire dont le renforcement devrait augmenter les chances de succès à l’export des grands « champions » comme des acteurs de la filière de taille plus modeste.

LES CAHIERS DU FSI

LE FSI FAVORISE L’ÉMERGENCE D’UN NOUVEL ACTEUR DE RÉFÉRENCE DANS LE SECTEUR NUCLÉAIRE (DAHER) (DAHER)

En se positionnant comme souscripteur majoritaire d’une augmentation de capital de 80 millions d’euros réalisée par le groupe Daher en avril 2009, le FSI a illustré sa volonté de favoriser l’émergence d’un nouvel acteur de référence au sein de la filière nucléaire. La participation du FSI, en ligne avec le plan stratégique de Daher, permet au groupe la réalisation d’un plan d’investissement ambitieux dans le secteur. Le groupe aéronautique, déjà présent dans le domaine du nucléaire (via des activités de service essentiellement), a ainsi signé en juillet 2011 le rachat de Vanalliance, un spécialiste français de la fabrication de vannes pour le secteur nucléaire notamment. Ce rachat, qui s’inscrit dans la stratégie d’intégration Industrie & Service du groupe, concrétise les ambitions de ce dernier dans la filière et renforce par la même occasion le tissu éclaté des équipementiers du nucléaire.

LE FSI PRÉSERVE L’EXPERTISE DE NICHES ET FAVORISE LA CROISSANCE DES ETI (GORGÉ) (GORGÉ)

Fin décembre 2011, le FSI entre au capital du Groupe Gorgé afin de lui donner les moyens de ses ambitions industrielles, tant en termes de développement organique en France et à l’étranger que via des opportunités de croissance externe. L’ETI familiale bénéficie d’une position de leader sur certaines niches des filières de la défense et du nucléaire, en particulier le marché de la protection en milieu nucléaire : le groupe produit notamment des systèmes de cloisonnement de haute technicité pour les centrales nucléaires. Au travers de son investissement, le FSI a voulu contribuer au développement des atouts d’une entreprise innovante et pourvoyeuse d’emplois en France, son cœur de cible, ainsi que renforcer son rôle proactif de détection et de soutien des ETI stratégiques dans leur phase de croissance. Un récent exemple d’utilisation stratégique des fonds apportés est la prise de participation de Gorgé dans Redhall, société d’ingénierie britannique. Cette opération stratégique « s’inscrit dans une volonté de solidifier le partenariat commercial en cours et plus généralement de renforcer les liens entre les deux groupes aux marchés hautement complémentaires », explique le groupe industriel.

Emblématiques de cette action, les prises de participation du FSI dans Daher (qui est récemment devenu équipementier nucléaire via l’acquisition de Vanalliance) ou dans le groupe Gorgé (qui pourra mettre en œuvre une politique de croissance externe ambitieuse et accélérer son expansion internationale grâce à l’apport du FSI) illustrent la capacité du Fonds Stratégique d’Investissement à favoriser le développement de nouveaux « champions nationaux » et le renforcement

LES CAHIERS DU FSI

du tissu industriel de l’énergie. Enfin, la création d’un Fonds Nucléaire pourrait compléter l’arsenal des moyens à disposition du FSI pour accompagner les PME-ETI innovantes de la filière nucléaire dans leur développement en France et à l’international. Ce fonds, sur le modèle du FMEA – Fonds de Modernisation des Equipementiers Automobiles- permettrait la réunion d’industriels du secteur conscients des enjeux de demain, en partenariat avec le FSI.

23

CHAPITRE 2 LES AXES D’ÉVOLUTION

2 PROMOUVOIR LE SAVOIR-FAIRE ET LA TECHNOLOGIE À LA FRANÇAISE, HÉRITAGE D’UNE TRADITION D’EXCELLENCE

Héritier d’une longue tradition d’excellence, le secteur énergétique français compte de nombreuses entreprises fortes qui se distinguent par leur expertise, leur savoir-faire technologique ou leur capacité d’innovation.

Ces entreprises sont autant d’atouts que la France doit faire valoir sur la scène internationale pour accroître son rayonnement et tirer le meilleur parti de la globalisation des secteurs de l’énergie.

Dans cette perspective, le FSI est entré au capital de sociétés telles que Technip (leader mondial

24

du management de projet, de l’ingénierie et de la construction pour l’industrie du pétrole et du gaz), CGG Veritas (acteur de premier plan des services et équipements géophysiques destinés aux compagnies pétrolières et gazières) ou Vallourec (leader mondial de la fabrication de tubes de haute technologie destinés entre autres aux forages pétroliers et gaziers et aux centrales électriques) contribuant ainsi à sécuriser l’ancrage hexagonal de nos « champions » et promouvoir les technologies et les savoir-faire français hors du cadre national.

LES CAHIERS DU FSI

LE FSI PARTICIPE À LA PROMOTION DU SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS AU PLAN INTERNATIONAL (TECHNIP) (TECHNIP)

Mondialement reconnu pour son savoir-faire et ses compétences de recherche dans le secteur pétrolier et gazier, Technip souffrait d’un actionnariat éclaté qui fragilisait sa capacité d’expansion et son ancrage national.

L’entrée du FSI au capital du groupe en 2009 a permis d’accompagner la politique de croissance et les ambitions de ce « champion » hexagonal sur les marchés mondiaux.

Cette ambition s’est récemment illustrée par l’acquisition de Global Industries, dont le portefeuille d’activité Subsea viendra renforcer la compétitivité du groupe.

LE FSI RENFORCE L’ACTIONNARIAT FRANÇAIS D’UNE INDUSTRIE À FORT CONTENU TECHNOLOGIQUE (CGG VERITAS) (CGG VERITAS)

Afin d’accompagner la société sur le long terme et l’aider à concrétiser ses projets stratégiques, le FSI a souhaité devenir l’un des tout premiers actionnaires du groupe français, qui compte parmi les leaders de l’industrie de services et équipements géophysiques, vitale aux activités pétrolières et gazières.

En lui offrant les moyens de consolider son avance technologique, de renforcer ses performances comme de se développer sur de nouveaux marchés, le FSI permet à CGG Veritas de poursuivre une réussite industrielle française s’appuyant sur un savoir-faire d’excellence.

LES CAHIERS DU FSI

25

CHAPITRE 2 LES AXES D’ÉVOLUTION

3 ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE TECHNOLOGIES NOUVELLES ET PROMETTEUSES, ESSENTIELLES À L’ÉVOLUTION DU MIX ÉNERGÉTIQUE

26

Pièce maîtresse de l’évolution du mix énergétique français, la filière des écotechnologies est aujourd’hui riche d’entreprises proposant des solutions innovantes et prometteuses. Même si des entreprises nationales de premier plan se positionnent sur cette filière (AREVA, Alstom, EDF, Total…), son tissu industriel reste encore essentiellement constitué d’entreprises de petite taille qui souffrent parfois de difficultés d’accès aux sources de financement nécessaires à leur expansion.

C’est pourquoi le FSI s’est engagé dans une politique d’investissement ciblée dans cette filière, privilégiant les entreprises démontrant les potentiels de développement les plus significatifs et dont l’activité contribue à la compétitivité du secteur tout en renforçant le rayonnement des solutions technologiques françaises sur la scène internationale.

C’est dans ce cadre que le FSI a pris part à l’augmentation de capital de Soitec, pionnier dans la technologie de pointe du solaire

LES CAHIERS DU FSI

LE FSI ACCOMPAGNE LE DÉVELOPPEMENT DES INNOVATIONS SUR LE MARCHÉ DU SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE À CONCENTRATION

LE FSI ACCOMPAGNE LE DÉVELOPPEMENT DES INNOVATIONS SUR LE MARCHÉ DU SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE À CONCENTRATION (SOITEC)

Entreprise internationale de haute technologie fondée à Grenoble en 1992, Soitec est historiquement positionnée sur le secteur des semi-conducteurs.

L’entrée du FSI au capital du groupe en 2011 lui a permis de s’engager dans un ambitieux plan d’investissement faisant la part belle au secteur innovant du solaire photovoltaïque à concentration (CPV), considéré comme la technologie de deuxième ou de troisième génération de l’énergie solaire.

Grâce à ces fonds, l’entreprise devrait pouvoir participer à des appels d’offres internationaux de grande taille et accroître l’industrialisation de sa production.

photovoltaïque à concentration. La Caisse des Dépôts a également permis au FSI de renforcer son poids dans le secteur en lui apportant à sa création la participation qu’elle détenait dans Soprol (1) , leader mondial de la production de biodiesel qui bénéficie d’une solide avance technologique sur les applications de pointe du secteur des biocarburants (biocarburants de deuxième génération). Le FSI envisage également des prises de participations ou l’accompagnement de développements dans d’autres segments des écotechnologies comme les marchés éoliens

LES CAHIERS DU FSI

onshore et offshore. Le FSI est déjà actif dans ce domaine, ayant investi dans des sociétés innovantes positionnées sur des niches de marché qui peuvent demain devenir dominantes. Par ailleurs, l’éolien offshore a amorcé un développement considérable que le FSI compte soutenir et promouvoir.

(1) Apport de la Caisse des Dépôts réalisé en 2009.

27

CHAPITRE 3 UN ACTEUR DYNAMIQUE

28

LES CAHIERS DU FSI

LES CAHIERS DU FSI

29

CHAPITRE 3 UN ACTEUR DYNAMIQUE

30

UN ACTEUR DYNAMIQUE AU SERVICE D’UNE FILIÈRE MAJEURE DE L’ÉCONOMIE FRANÇAISE

À travers son action volontariste, le Fonds Stratégique d’Investissement s’inscrit dans la continuité des grandes politiques industrielles et énergétiques qui ont structuré le secteur de l’énergie et fait émerger les entreprises innovantes et performantes qui contribuent aujourd’hui à la force et au rayonnement international de la France.

Le FSI poursuivra son action dans le secteur de l’énergie pour favoriser le développement des entreprises qui demain donneront au pays les moyens d’être performant dans toutes les filières du mix énergétique, qu’il s’agisse de renforcer l’essor international de nos « champions nationaux » ou d’accompagner l’émergence de PME-ETI innovantes pour s’assurer de notre compétitivité future sur de nouveaux marchés.

Investisseur dans la durée, le FSI est particulièrement adapté à un secteur dont les tendances et les enjeux s’inscrivent dans le long terme.

LES CAHIERS DU FSI

LES CAHIERS DU FSI

31

CHAPITRE 3 UN ACTEUR DYNAMIQUE

PARTICIPATIONS ACTIVES DU FSI DANS LE SECTEUR DE L’ÉNERGIE

(31 MARS 2012)

32

LES CAHIERS DU FSI

SOCIÉTÉS

MONTANT DE L'INVESTISSEMENT DANS LES SOCIÉTÉS NON-COTÉES (M€)

DÉTENTION

EMPLOIS

ORIGINE DE LA PARTICIPATION

DU CAPITAL

EN FRANCE

DES SOCIÉTÉS

COTÉES (%)

OIL & GAZ

VALLOUREC

5 %

4 786

INVESTISSEMENT DIRECT FSI

TECHNIP

5 %

4 500

INVESTISSEMENT DIRECT FSI

CGG VERITAS

6 %

1 792

INVESTISSEMENT DIRECT FSI

GLI INTERNATIONAL

5

624

PROGRAMME FSI PME

NUCLÉAIRE

DAHER

69

4 730

INVESTISSEMENT DIRECT FSI

NEXANS

6 %

4 000

INVESTISSEMENT DIRECT FSI

ASSYSTEM

14 %

6 291

APPORT

GORGÉ

8 %

1 173

INVESTISSEMENT DIRECT FSI

ECOTECH

SOPROL

225

1 430

APPORT

SOITEC

10 %

1 025

INVESTISSEMENT DIRECT FSI

MERSEN

11 %

1 534

INVESTISSEMENT DIRECT FSI

SICLAÉ

51

2 650

INVESTISSEMENT DIRECT FSI

VERGNET

21 %

250

INVESTISSEMENT DIRECT FSI

EO2

2

40

FONDS BOIS

Sources : Rapport d’activité FSI 2011, Direction financière (31 mars 2012).

LES CAHIERS DU FSI

33

56, rue de Lille – 75007 Paris 01 58 50 15 15 www.fonds-fsi.fr

56, rue de Lille – 75007 Paris 01 58 50 15 15 www.fonds-fsi.fr

56, rue de Lille – 75007 Paris 01 58 50 15 15 www.fonds-fsi.fr