Vous êtes sur la page 1sur 4
361
361

Du 09 au 13 avril 2012

Résumé économique de la semaine

La semaine s'est achevée comme elle avait débuté sur les principales places financières : en net repli. Les investisseurs européens ont particulièrement mal réagi à la publication d'une batterie d'indicateurs économiques dégradés augurant d'une reprise économique plus faible qu'initialement prévu cette année. Aucune région du monde n'a été épargnée par son lot de mauvaises nouvelles. Aux Etats-Unis, les chiffres décevants de l'emploi pour le mois de mars ont démontré la faiblesse et la lenteur de la croissance de la première économie du monde. En outre, la détérioration du moral des ménages outre-Atlantique est venue renforcer la défiance des opérateurs en fin de semaine. Plus inquiétant pour les économistes, la Chine marque le pas. L'activité y a progressé de seulement 8,1% en rythme annualisé au premier trimestre, le taux le plus faible depuis près de trois ans. Pour achever d’assombrir le tableau, la dette espagnole a été la cible des marchés qui doutent de la capacité de Madrid à assainir à termes ses finances publiques. Dans ce contexte, les prises de risque ont été limitées, comme en témoigne la hausse de la demande pour les dettes publiques américaine et allemande. La période de publications des résultats trimestriels des entreprises pourrait ramener un peu de sérénité sur les marchés. Les premières présentations sont rassurantes, aussi bien aux Etats-Unis avec Alcoa et JPMorgan Chase qu’en France avec L’Oréal.

USA : Le moral des ménages est en baisse Pour la première fois en huit mois, le moral des ménages a baissé en avril, selon l'indice de confiance des consommateurs publié par l'Université du Michigan. Cet indicateur a perdu 0,5 point par rapport à mars, pour s'établir à 75,7, alors que la prévision des analystes le donnait en baisse de 0,1 point, à 76,1. La hausse des prix a ralenti en mars, grâce à un renchérissement de l'essence moins rapide qu'en février, mais les pressions inflationnistes dans le pays restent fortes, selon le département du Travail. L'indice des prix à la consommation a augmenté de 0,3%, après avoir progressé de 0,4% en février. L’activité dans l’industrie est restée soutenue, et a même accéléré davantage que prévu en mars. La production industrielle a rebondi de 0,8%, sur un mois, selon la Fed. Grâce à cette dynamique, le taux d’utilisation des capacités de production a également augmenté plus que prévu, passant de 76,9 à 77,4%. Sur un an, la production industrielle bondit de 5,9%. Selon le département du Commerce, les stocks des grossistes ont augmenté de 0,9% en février, soit plus que prévu par le marché, en raison de la forte hausse de la valeur des stocks de pétrole, sans qu'il y ait pour autant de signes d'une accumulation de marchandises. Les économistes anticipaient une hausse de 0,5% pour février après le gain de 0,6% pour janvier. Le déficit commercial s'est nettement réduit, à 46 milliards de dollars en février, alors que les économistes ne tablaient que sur une légère diminution à 52 milliards, d'après le Département du Commerce. En janvier, la balance commerciale affichait un déficit de 52,5 milliards de dollars. Cette amélioration est liée essentiellement à une chute de 6,3 milliards des importations, à laquelle s'est ajoutée une hausse de 0,2 milliard des exportations.

ZONE EURO : Hausse surprise de la production industrielle La production industrielle a progressé plus que prévu en février (+0,5%) après être restée stable en janvier, selon Eurostat. La production d'énergie (+7,7%) a largement contribué à la progression de la production industrielle globale en février.

1
1

FRANCE : L’augmentation des prix du pétrole a accéléré l’inflation Les prix à la consommation ont progressé de 0,8% en mars après avoir déjà augmenté de 0,4% en février,

gagnant 2,3% sur un an, selon l’Insee. L'inflation en mars provient en grande partie de l'augmentation des prix des produits manufacturés liée à la fin des soldes d'hiver, mais aussi de fortes augmentations de prix des produits pétroliers et alimentaires. La production industrielle a augmenté de 0,3% en février, après une hausse de 0,2% en janvier, selon l'Insee. La production de l'industrie manufacturière a toutefois diminué de 1,2%. Les économistes attendaient une hausse de 0,2% de la production industrielle.

ALLEMAGNE : L’inflation ralentit La hausse des prix à la consommation s'est atténuée au mois de mars, à un taux de 2,1% en rythme annuel, selon l'office fédéral de statistiques. Le taux d'inflation annualisé s'était établi à 2,3% en février. Comme pour les mois précédents, l'inflation a été tirée à la hausse par les prix de l'énergie (+6,7%) en mars. Sur un mois, les prix à la consommation ont augmenté de 0,3%, après un rebond de 0,7% entre janvier et février.

ROYAUME-UNI : Les prix à la production ont décéléré Les prix à la production industrielle ont de nouveau augmenté de 0,6% en mars, comme en février, selon les données de l'ONS. En rythme annuel, la progression de ces prix a ralenti à 3,6% le mois dernier, contre 4,1% en février. Le pays a vu son déficit commercial se creuser à 3,4 milliards de livres en février, d'après l'ONS. De plus, le déficit de janvier a été révisé en hausse, de 1,8 à 2,5 milliards. Hors pétrole et autres éléments volatils, le volume des exportations a chuté de 5,3% et celui des importations a baissé de 0,9%, en février.

CHINE : La croissance au plus bas depuis 2009 La croissance de l'économie est tombée au premier trimestre à son plus bas niveau depuis près de trois ans, un ralentissement qui nourrit les spéculations sur la possibilité de nouvelles mesures de soutien à l'activité, mais ces espoirs pourraient être déçus car la relance est déjà à l'œuvre. Le PIB a crû de 8,1% en rythme annuel sur les trois premiers mois de l'année, contre 8,9% au trimestre précédent, selon le Bureau national de la statistique. Les économistes prévoyaient une croissance de 8,3%.

2
2
L’actualité des marchés financiers MARCHÉ DES ACTIONS : Les Bourses européennes ont connu une semaine

L’actualité des marchés financiers

MARCHÉ DES ACTIONS :

Les Bourses européennes ont connu une semaine tendue. Le retour des inquiétudes à propos des dettes en Europe et de la croissance mondiale a occulté les bons chiffres des entreprises. Le CAC 40 a clôturé sur une perte hebdomadaire de 3,94% à 3 189,06 points, enregistrant sa quatrième semaine consécutive de baisse, une première depuis la mi-août 2011. Cela porte à 11,3% son repli depuis son plus-haut annuel de 3 594 points atteint le 16 mars dernier. Wall Street, qui restait jusqu’à présent relativement épargné par le mouvement de consolidation des trois dernières semaines, a subi un retournement de tendance, le Dow Jones abandonnant 1,61% sur les cinq dernières séances, à 12 849,59 points. De son côté, le S&P a reculé de près de 2%, à 1 370,26 points.

MARCHÉ DES TAUX :

Le taux des emprunts d’Etat espagnols à 10 ans s’est une nouvelle fois tendu cette semaine, en raison de craintes persistantes sur la capacité du pays à assainir ses finances et à relancer son économie. Le coût pour s’assurer contre un risque de défaut (CDS) des obligations espagnoles a atteint un niveau record à 502pb. La méfiance est aussi de mise en Italie, où le Trésor a levé 11 milliards d’euros avec des taux en forte hausse. En revanche et selon l'habituel jeu de balancier, le Bund allemand, considéré comme le placement le plus sûr de la zone euro en période d'incertitude économique, était davantage recherché. La référence à 10 ans a fléchi de 9pb, pour s'inscrire à 1,65%. Quant aux taux à 10 ans français, ils étaient en légère baisse sur l’ensemble de la semaine (-5pb) à 2,94%. Avec le retour de l'aversion au risque, les Treasuries américains sont recherchés, le rendement de l'emprunt de référence à dix ans tombant à 2%.

MARCHÉ DES MATIERES PREMIERES :

Le prix de l’or noir s’est quelque détendu, le cours du baril de brent ayant diminué de 1,39% sur la semaine, à 120,13 dollars. La Chine étant, derrière les Etats-Unis, le deuxième consommateur mondial de brut, les données moins bonnes que prévu du PIB du pays provoquent, sans surprise, une baisse des cours. En outre, le marché pétrolier pâtit également de la réaffirmation par l'Arabie Saoudite de sa volonté de faire baisser les prix de l'or noir. De son côté, le métal jaune a bénéficié de facteurs favorables cette semaine. La crise espagnole et les interrogations sur la vigueur de l’expansion américaine (anticipation d’un troisième round d’assouplissement quantitatif) expliquent en grande partie l’appréciation de l’or. Sur la semaine, l’once a progressé de 2,22%, à 1 666 dollars.

MARCHÉ DES DEVISES :

La monnaie unique européenne a connu deux jours de raffermissement grâce à un apaisement des tensions liées à la crise de la dette en zone euro, grimpant même jusqu'à 1,3213 dollar, son plus haut niveau depuis le 4 avril. Cependant, l'euro repiquait du nez face au billet vert en fin de semaine, ployant sous les prises de bénéfices mais aussi sous un regain d'inquiétude sur la croissance mondiale après la diffusion d'un indicateur chinois qui a déçu les investisseurs. Sur l’ensemble de la semaine, la monnaie unique est resté quasi stable (+0,15%, à 1,3083 €/$). En outre, le billet vert a été affaibli par l’éventualité d’un troisième tour d’assouplissement quantitatif de la Fed (QE3), renforcée par les propos modérés du livre beige ont pesé sur le dollar.

TABLEAU DES PRINCIPAUX INDICES :

     

Valorisation

Indicateurs

Valorisation au 13 avril

2012

Variation

de la

semaine

Variation sur 1 mois

glissant

Variation

depuis le

31/12/2011

au 31

décembre

2011

 

Dow Jones S&P 500 DJ Stoxx 50 CAC 40

12 849,59

-1,61%

-2,49%

5,17%

12 217,56

1

370,26

-1,99%

-1,84%

8,96%

1 257,60

Indices boursiers

2

369,26

-2,39%

-6,25%

-0,01%

2 369,52

3

189,09

-3,94%

-10,17%

0,93%

3 159,81

Nikkei

9

637,99

-0,52%

-2,64%

13,99%

8 455,35

 

US 10 ans * France 10 ans * Allemand 10 ans *

 

2,00%

-6bp

-11bp

12bp

1,88%

2,94%

-5bp

15bp

-22bp

3,17%

Taux

1,65%

-9bp

-15bp

-18bp

1,83%

EURIBOR 3 mois *

0,75%

-1bp

-12bp

-60bp

1,36%

Matières

Or (once en $)

1

668,97

2,22%

-1,74%

6,00%

1 574,57

Premières

Pétrole (brent)

121,13

-1,39%

-4,19%

11,87%

108,28

 

€ / $

 

1,3083

0,15%

-0,20%

0,78%

1,30

Devises

$ / Yen

80,9300

-0,87%

-2,36%

5,16%

76,96

* exprimé en centimes de taux

3
3

NOTRE SELECTION D’OPCVM :

   

Performances au 30 mars 2012

 

Fonds Indice de référence

   

cumulées glissantes

 

annuelles

Code ISIN

YTD

1 an

3 ans

5 ans

2011

2010

OPCVM Actions Europe

     

Generali Euro Actions Euro Stoxx Price Euro

FR0010086652 (C)

9,12%

-5,86%

48,39%

-24,83%

-12,10%

7,12%

9,49%

-13,07%

29,01%

-39,55%

-17,73%

-0,11%

Generali Audace Europe* MSCI Europe

FR0007475959 (C)

4,95%

-10,39%

40,45%

-26,44%

-14,42%

18,36%

3,69%

-9,12%

31,65%

-32,20%

-10,94%

8,04%

GIS S.A.R.A. S.R.I.** STOXX Europe Sustainability

LU0346989022 (D)

9,02%

-7,51%

40,94%

-

-13,71%

9,34%

7,20%

-6,45%

44,54%

-

-12,86%

8,86%

OPCVM Petites et Moyennes Capitalisations

     

Generali France Small Caps CAC Mid & Small

FR0007064324 (C)

18,50%

-5,51%

83,31%

-0,75%

-18,23%

23,25%

16,26%

-13,28%

60,84%

-21,53%

-21,44%

17,95%

GIS Small & Mid Cap Euro Equities Euro Stoxx Small Index

LU0300507034 (D)

16,86%

-8,56%

74,09%

-

-21,82%

24,54%

10,26%

-16,79%

55,47%

-

-22,07%

12,60%

Generali Europe Mid Caps* Stoxx TM Mid Price Eur dividendes non réinvestis

FR0007064357 (C)

14,33%

-3,15%

71,86%

-9,11%

-16,43%

28,08%

12,21%

-6,92%

68,28%

-29,67%

-16,35%

18,04%

OPCVM Actions Internationales

     

Generali Pacifique* MSCI AC ASIA-PACIFIC

FR0007064431 (P)

8,02%

-4,19%

67,74%

5,54%

-14,97%

26,34%

9,05%

-3,66%

78,50%

7,43%

-15,24%

22,95%

Generali Croissance Monde* MSCI World

FR0007064399 (C)

8,46%

-5,29%

49,97%

-22,84%

-17,21%

20,82%

8,15%

4,74%

62,46%

-13,38%

-4,53%

17,16%

OPCVM Diversifiés

     

Generali Ambition 50 % JPEMU 7/10 ans + 50% Euro Stoxx Price Euro

FR0007020201 (C)

10,20%

-5,96%

39,55%

7,47%

-13,88%

12,22%

7,26%

-2,05%

21,96%

-9,45%

-7,44%

0,29%

Generali Prudence* JPM Global Governement Bond / EONIA / MSCI***

FR0007494760 (P)

3,08%

-0,38%

14,18%

7,11%

-4,01%

6,80%

-0,51%

6,96%

19,45%

22,25%

4,75%

9,43%

Generali Equilibre* JPM Global Governement Bond / EONIA / MSCI****

FR0007494778 (P)

4,97%

-3,83%

24,19%

-10,14%

-9,31%

10,05%

3,08%

4,29%

34,23%

3,19%

-0,55%

11,26%

OPCVM Obligataires

     

GIS Euro Inflation Linked Bonds Barclays Capital Glb Inflation-Linked:Eurozone Bd

LU0346990467 (D)

5,47%

2,05%

8,89%

-

-2,49%

-1,46%

5,60%

4,00%

11,17%

-

-0,69%

-0,87%

GIS European High Yield Bonds

LU0169274734 (D)

6,85%

3,65%

65,31%

16,22%

-1,03%

12,53%

Merril Lynch Euro High Yield*****

10,82%

6,48%

82,90%

28,89%

-1,08%

13,00%

Generali Euro Convertibles Exane Convertible Index Euro

FR0010034892 (A)

5,14%

-6,17%

14,83%

9,15%

-9,07%

1,36%

9,75%

-3,42%

21,99%

-1,88%

-9,58%

2,27%

* Fonds de Fonds

**Fonds investi en actions de sociétés qui satisfont aux critères ESG

***50% JPM Global Government Bond, 35% EONIA, 7,50% MSCI Europe, 5,50% MSCI North America, 2% MSCI AC Asia-Pacific

****25% JPM Global Governement Bond, 25% EONIA, 25% MSCI Europe, 17,50% MSCI North America, 7,50% MSCI Asia-Pacific

*****Merrill Lynch Euro Currency Fixed-Floating High Yield 3% Constrained, BB (50%) -B (50%), ex-financial (subordinated)

Source interne

Les informations contenues dans ce document sont fournies par Generali Investments France et sont données à titre purement indicatif. Elles reflètent les études et analyses conçues par Generali Investments France à partir de sources qu’elle estime fiables. Aucune décision d’investissement ne devra être faite sur la seule base de celui-ci. Avant toute souscription, le souscripteur doit s’assurer que sa situation financière et ses objectifs sont en adéquation avec le produit et consulter le prospectus complet et les derniers documents périodiques établis par la société de gestion. Ces documents sont disponibles sur le site Internet : www.generali-investments.fr. Les performances passées ne préjugent en rien des performances futures. Les valeurs liquidatives ne sont pas garanties et peuvent donc perdre de la valeur. Les performances sont exprimées nettes de frais de fonctionnement et de gestion facturés aux OPCVM, coupons nets réinvestis. Elles ne tiennent pas compte des frais éventuels de souscription-rachats et sont présentées hors fiscalité et/ou frais liés au cadre d’investissement.

4
4