Vous êtes sur la page 1sur 4

Travail sur :

LA PAUVRETE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE


DU CONGO

SOBA CLAUDIA
2ème Assistant social

Professeur : Madame Nootens

Année académique: 2008-2009


Introduction :
La pauvreté peut être définit comme « l’état d’une personne qui manque de moyens matériels,
d’argent, qui a des ressources insuffisantes », nous dit Le Petit Robert.

Il existe de nombreuses façons d’envisager cette réalité, selon qu’on y porte un regard politique, un
regard engagé dans le développement, dans l’action sociale, selon encore que l’on est issu du
monde scientifique, administratif ou que l’on vit soi-même une situation exclusion sociale. La
pauvreté n’a ni couleur, ni frontière. Et pourtant, d’un continent à l’autre, elle revêt des visages bien
différents.

J’ai choisi de parler de la pauvreté en République Démocratique du Congo, car je suis originaire de
ce pays et je suis scandalisé de voir à quel point mon pays qui détient plein de ressource naturel,
fait partie des pays dont la pauvreté est énorme, environ 71% de la population vit en dessous du
seuil de pauvreté, 31% des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique, et le taux
net de scolarisation dans le cycle primaire est de 52%.

Causes

La pauvreté en R.D.C. est marquée par l’insuffisance ou l’absence du revenu et des ressources
productives, la faim et la malnutrition, la mauvaise santé, la morbidité et la mortalité accrue du fait
des maladies, l’accès limité à l’éducation et à l’eau potable ; l’exiguïté du logement, l’insalubrité de
l’environnement ; la discrimination sociale et l’exclusion. Elle s’explique par une combinaison de
plusieurs facteurs, notamment :

 l’inadéquation entre la croissance économique et


L‘accroissement ;
 démographique ;
 le taux élevé de chômage et de sous-emploi ;
 les migrations et l’exode rural ;
 l’urbanisation rapide et l’insuffisance d’équipements collectifs ;
 la pression démographique sur l’environnement
 l’état sanitaire et nutritionnel préoccupant de la population ;
 les considérations rétrogrades du rôle de la femme dans le
 processus de développement ;
 l’absence d’une protection sociale viable.
On retrouve néanmoins un système de sécurité sociale, dont le monopole de gestion a été confié à
l’Institut National de Sécurité Sociale (INSS), mais qui ne répond nullement aux attentes des
partenaires sociaux.
L’Institut National de Sécurité Sociale « INSS » est un établissement public doté de la personnalité
civile et de l’autonomie financière. Il est placé sous la garantie de l’Etat. Financé par des cotisations
sociales patronales et salariales assises sur les rémunérations payées aux travailleurs actifs des
secteurs industriel, commercial et agricole. Les risques couverts sont liés aux accidents du travail,
aux maladies professionnelles ainsi qu’aux diverses dimensions de la vieillesse, d’invalidité et de
survivant et aux prestations familiales (organisées au Shaba).
Par contre la sécurité sociale en Belgique est un système d’assurance qui comprend toutes les
prestations auxquelles ont droit les assurés et qui ont pour objet de compléter ou remplacer le
revenu professionnel du travailleur afin de le préserver des conséquences de certains risques
sociaux. Elle fondé sur le principe de solidarité, on cotise pour couvrir les risques que l’on pourrait
rencontrer soi-même.

Si l'ont compare les deux système, le défi à relever au niveau de la RDC est double à savoir : à court
terme, améliorer la gestion de la sécurité sociale et, à moyen terme, étendre les prestations sociales
à celles non encore couvertes. Le mode de financement de la sécurité sociale est mixte, composé de
cotisations des employeurs et des travailleurs et de subventions de l’Etat.1

La sécurité sociale en Belgique2 La sécurité sociale en RDC


Comprend sept secteurs : (INSS)
L’assurance maladie invalidité Pension de retraite
L’assurance contre le chômage L'invalidité
Les allocations familiales La surveillance
Les pensions Les accidents de travail
Les vacances annuelles des ouvriers Les maladies professionnelles
Les accidents de travail Les allocations familiales organisées à titre
expérimental
Les maladies professionnelles

Moyens de lutte
La lutte contre la pauvreté constitue l’un des domaines de concertation de l’action du PNUD3 en
République Démocratique du Congo qui est considérée comme l’un des pays les plus pauvres du
monde malgré ses énormes potentialités.

Le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose le système des Nations Unies. Il
prône le changement, et relie les pays aux connaissances, expériences et ressources dont leurs
populations ont besoin pour améliorer leur vie. Présents sur le terrain dans 166 pays, les aidant à
identifier leurs propres solutions aux défis nationaux et mondiaux auxquels ils sont confrontés en
matière de développement.

Les dirigeants du monde se sont engagés à atteindre les objectifs de développement pour le
Millénaire, dont l'objectif primordial est de diminuer de moitié la pauvreté d'ici à 2015. Le réseau
du PNUD relie et coordonne les efforts faits aux niveaux mondial et national en vue d'atteindre ces
objectifs. S’attachant à aider les pays à élaborer et partager des solutions aux problèmes touchant
aux questions suivantes: Gouvernance démocratique, Réduction de la pauvreté, Prévention des
crises et le relèvement, Environnement et énergie, VIH/sida
1
Cours de Madame Goldman sur la sécurité sociale
2
Cours de Madame Goldman sur la sécurité sociale
3
http://www.undp.org/french/
Dans toutes nos activités, la PNUD encourage la protection des droits de l'homme et favorisons la
participation active des femmes.
Les interventions du PNUD dans le domaine de la lutte contre la pauvreté en RDC se situent à deux
niveaux :

• Un appui à la formulation des documents de politique et des stratégies du Gouvernement dans


divers secteurs ;

• Un appui à la mise en œuvre des projets et programmes du Gouvernement en matière de lutte


contre la pauvreté.

En matière de résultats tangibles, le PNUD a pu procurer en RDC un travail temporaire à plus de


80.000 personnes. Près de 40.000 élèves ont retrouvé le chemin de l’école, 1500 kilomètres de route
ont été réhabilités et l’accès à l’eau potable à nouveau garanti à près de 600.000 personnes. La
réhabilitation de vingt-et-un centres de santé et de quatre hôpitaux a permis de renforcer de manière
sensible l’offre locale en soins de santé.

En ce qui concerne le Programme Pays 2008-2012, les interventions du PNUD visent à contribuer
à l’émergence d’un Etat de droit qui garantit à ses citoyens la pleine jouissance des droits humains
et des cadres économiques et de vie permettant aux citoyens d’acquérir des capacités et des revenus
suffisants.
Le PNUD espère ainsi accompagner le processus de consolidation de la paix en RDC, et contribuer
à améliorer le système de Gouvernance, raffermir les acquis démocratiques, et lutter contre la
pauvreté dans toutes ses dimensions.