Vous êtes sur la page 1sur 179

.

âI9J @
c
uos rssnsânoflsJopo.I s?c sulBuecslr?plâ ân^ el E JeqcnolâI âIJossstcsluoc
ârrrQrxnâpeT 'enbrlgqlse.Iep âcuuuodul.I Qo.p 'lenstl 1se< 1e[qo> llnp
r
qt
E
-ord e1Jâ^Bu uo,nb lceluoc rarurerde1'luqcu.p elcu.I Qrepgcordep lue^V
.rnâlusrlnn.lrud senpuapesuoqJuoJsâI eJle;srlssq epnrpdeuos âp âJIp-q
!,
-1se.c'1rnpo:dnp ellauuorlcuo;grrlenbel âp eJrqnqlr lsâ npueJâcl^Jâsâ'I o
D
'el?ll^ âJu31
-rodur âun sJolppuerd lauuollcuoglcedse.l 'eJrsllllln 1selrnpord a1 anbsrol
o.
sreur'9gu8 1salrnpord âI Is lnouns 3luilrâlquqordaxnl ep elusnpul.l sue( o
o
q
ec-tsll
; tppord un eJpuâÀuarqrnod IIIBsIJJns
o.
'<<elueredde> gtqenbu1a11eddu.I enb ec 1se.3
'uoqruUâfieq aun lnouns 1au8rsapneâqun q sglcosse'xnatcg:d xn?u?lulrr
Q
ep eJro^ 'xn?uglplu suoq âp ro1dura.1eIuIuoJ stFdsa sâl suup sâ9Jcuuuelq
suoqou sâllrâr^ep red'sJnâlesllnn sap lâ Jnelâqc?.1ep xna xnu 1uâunuelou
'dnocnuaqrnod estleuglulues IJ-ellâJ 'gqlenb e1 enborrguo.1 enbsrol
'Iâuuolsuetulpplntu
ldecuocun euruoJ gtgunbBI JeJ?plsuoc
sâcl^Jessêp lwpueJ senbqsFglcuruc
q lrnpuoc uoq?lslsuoJâneJ : slueJ?JSIp
ep âIquesuâun luupgssodsexaldruocs1alqosep snuâ^epluos slmpord sa1
'sesudarluesapglrnDngduoc
e1rnueret rnod epgpr âqJrelrr.ep e1eluesgrdar'lgoc mâIlâru np eqcJeqJâJ3l
q egrJossu'gtllenb u1anb eJIpp luâpJocce,sscqqndsloirnod sel le slâr4snpul
sel se?uuusanblenbsmdaq :nof np âJpJo.lq lsâ sllnpoJdsap 4rynb e1
NOIICNOOUINI
PRATIQI,JEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Que résulte-t-ilde cespremierscontacts?


Si le produitest réaliséavecdes matériauxde basde gamme,une finition
douteuse,un designdéplaisant: il est probableque cettenon-qualité< appa-
rente> freinerala décisiond'achat.Mais dansle cascontraire,lorsquele pro-
duit ne présentepascettenon-qualitéapparente il existenéanmoinsun risque.
c'estque malgrésoncôté < séduction>>,le produitne remplissepastout à fait
soncontratvis-à-visde I'utilisateur.

La non-qualitéla plus pernicieuse, celle qui n'apparaîtpas au premier


contact,c'est la non-qualité< fonctionnelle>. Elle se découvreaprèsI'achat
au momentde la mise en service,lorsquenous nousapercevons avecregret
que le produit ne répondpascomplètementà notre attenteà caused'une mau-
vaise qualité de conception> malgré une bonnequalité de réalisation
"
visible.

Danstousles cason peut se poserla questionsuivante: les fonctionsnon


ont-ellesétéidentifiéesou ne sont-ellespassatisfaites
satisfaites à caused'un
manquede solutionsadaptéesau problèmeposé?

prouventque la mauvaisequalitéde conceptionest généra-


Les statistiques
lementdue à un manqued'analysefonctionnelle.En d'autrestermes,les fonc-
tions non satisfaitesn'ont pas été identifiées.Quelquesexemplesaiderontà
mieux comprendrece phénomène.

Le stylafeutre de belle apparence,fabriqué dans une matièreplas-


tique au brillant irréprochable,dont le diamètreévoqueunebonneconte-
nance,l'agrafe de couleurbleue laissantsupposerque I'encre est de
mêmeteinte.Son aspectincite à I'achat.Hélas ! A la premièreutilisa-
tion,la surprisecèderapidement placeà la déception. QueI'on enjuge :
- I'encreest noire,contrairement à ce que laissaitsupposerle bleu de
I'agrafe,
- aprèsquelquesminutesd'utilisation,I'index et le médiumsontdou-
loureux : blesséspar I'angle vif au changementde diamètreentrele
corps et la pointe,exactementà I'endroit où les doigts serrentle
stylo.

Vouspensezcertainement que c'est un cas isolé, que tous les produitsne


sontpasmal conçus; vousavezen partieraison.Voyonsd'autresexemples.

La remorqueà bateau qu'il faut, dansla majorité des cas,pour que


la coque du bateaupuisse flotter, immergerjusqu'au dessusdes
moyeux alors qu'elle ne possèdepas de moyeux étanches.L eau de
dansla graissedu moyeu.L étésuivantla
mer s'infiltre immédiatement
remorqueet le bateausuivent sagementla voiture sur I'autoroutejus-
qu'au momentoù un moyeu u gtippe > en bloquantla roue, ce qui fait
@
luop .âlâIguoqcnoqun red ernaugdnseruedes E eguT-tu
lse ?lrgrlou?19,1
-n1 'ptooq-ur rnarou un.p a?!l?q(pasDqual ap aflnq p a8no{ r7
I
'a1rc{s4osuou'ynpotd np selleu -
-uorlJuoJsgtpqrssodsâI JnsJeIuJoJuI: alloruau?Idwocuotlcuog o
o
'a11o{sr1oslppord
np uoIlBSIIRn.lRJâuuoJ: a1odrcuttduorlJuol
o
'uoqus[qn.psloursJnâIS
-n1dsqrdeluâurelnesluessrereddurnb Jrnpord np sâllâuuoqJuoJsglll o
o.
o
-rqrssodsel âJqruo.lsu?pessIEImb smu lueueuuollJuoJn? sâJIESSêcgu
suorlergdosep eJpJo.lenbtput rnb'adocsolguSoutnp acgou D'I
'etlofs4os G
uou'e?esn; R suIBuIsap ressq8 sud eu : almruaw?ldwocuor1cuog
'a|1o{s1tos'spod uouJuol
sa1rednoc: a1ndtcuttd
'xnâuuo^Esle sglllnotu sfrop sa1e4ue essq8qod eqcuuur
ta aunef JnâInocatlol aun.p 'a1qo1a[
el luop 'a1uzy1uq 4osot a'7
'elI?I
-srl?suou 'uoqulncrrcel Jâ^e.!uesud au : atlo7uautg1duoluottJuol
'a4olsyoslarded ep sâilInâJselregoddns: a1odlcuttduouruotr
rnolne eceldgp
es rnb rercueJgJuoJ
âl JâqJnqgJlluoJ lâ uoddns np uosrcullcu1.llue^Ins
sperdsel luop uorungJap âilus aun,pntdod ap salpnatap yoddns r7
'xnâJqtuouluos sF 'eFogqlâun Jârsnlll,p elugtrl a1luo seldruexesaclueunod
ta snSuoclutu slrnpord ep erqlrou puur8 un ârlrcgp ep xnelpnsuJlrpres II
'a4otsr|osuou'a?esn uouJuot
sqrdug el Jelcols : anoruaut71dutoJ
'a4otsuos'xnâ^âqcsel JeqJgs: a1odtcultduotQuol
'xnâ.pJnolnE
9lnoJue
1g e1 sed luâuuellulelu âu âqcuutrlnp le sd:oc np senbtuocsâIuJoJ
sel luop smtu xne^âqJ sel uâIq aqcqsrnb 'glgenb êuuoq sQr ap enbq
-se1derqDeuruâ gsll?gr'1cedse.pa1qu9r3u segt'xnaoqc p.qoqi?s a'7
'erue?ec ep
'lnol np sud uorlergSuxg
lueprJcuun,p eurllcl^ luâueileuuosrad.atglu.f I
'a7wtst1os
uou'neeleq np nua3lQ êsr-uu1allarured : anoruau?ldwoJuoltJuot
'a|mtnps'âlnoJBIJnsneâlequn rauodsueg: a1odrcurtd uotlcuog
'gssoJâI srrepâJnllo^BI JeuJenuâ
lned enbroruer
e1 ep e3errnpqcel sEJ sep errd a1 suep le alluqdse,lJns â^noJlâJ
es neeleqel 'glgJ eI Jnsêqcnocas enbroruere1 'neudeI JâlulJ?lgllssne
uoqJnpo4uI
PRATIQ{.Æ DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

réaliséepar unjoint toriqueen appliquesur un siègeà la fin du vissage.


Si le bouchonest mal serréd'un quartde touç I'eàupénètredansI'em-
baseet se mélangeà I'huile, avec des conséquences dramatiquespour
la mécaniquede I'embase.

Fonctionprincipale : indiquer le niveaud,huile, satisfaite.


Fonctioncomplémentaire: garantftl'étanchéité,non satisfaite.

La boateille de bière au bouchonprétendudévissablequi laisseles


doigts en feu.

Fonctionprincipare .' boucher hermétiquementle récipient,


satisfaite.
Fonctioncomplémentaire: facrliterle débouchag
e, non satisfoite.
Le chariot de transport de bagagesà main, type hôtessede l'air,
dont le verrouillagedes bras télescopiquesse fait par un barreauhori-
zontal devant être tiré vers le haut alors que les sandowsqui tiennent
les bagagesramènentvers le baset déverrouillentsystématiquement le
système.

Fonctionprincipale .' supporteret permettrele déplacementd'un


bagageà main, satisfaite.
Fonctioncomplémentaire: garantirle verrouillagedes bras télesco-
piques,non satisfoite.

In calculette électronique de poche possédantun rabat de fermeture


cornmeun agendaet dont le rabat en se fermant appuiesystématique-
ment sur la toucheon, mettantainsila machinesoustensionparo'un"nta.

Fonctionprincipale: réaliserdescalculscourants,satisfaite.
Fonctioncomplémentaire: empêcherla mise soust"niion inopinée,
non satisfaite.

Les emballagesn'échappentpas à ce constat.un article de valérie


Bruschsie,dans/e NouvelEconomiste(n" 724),intitulé < Les Emballagesqui
rendentfou >>,met en évidenceune cinquantaine d'emballagesdont manifes-
tementI'analysefonctionnellea été défaillante.
eu,on én juge à travers
quelquesextraits:
- <<les emballagesqui réduisentles biscottes
à l'état de chapelure,
- < les capsulesde bière prétenduesdévissablesqui
laissentles doigts en
sangà défautde rafraîchirle gosier,
- <<le shampooingqui coule trop vite ou le ketchup
qui ne s'écoulejamais,
- <<les paquetsde gâteauxqui n'offrent aucuneprise,
ceux qui ne se refer-
ment paset obligent à se goinfrerjusqu'au dernier>>,
- etc.
'eæld âr.uQrxnep @
ul luedncJouoll?slle?Jâp slneJgpsal 'â8PSn,lQgtdepe o
5
pru lrnpord un R lueslnpuocrnb seluenbg4snld se1sâsn€Jsel luos segglluapl o
suoqcuoJxne segldupuletu suoqnlosep xloqc âl enb rsum suollouoJseurul I
r
-Jâc âp uoqucrJnuepl-uouul 'âJIoJJltur:nod uo.1 enb eJ R luelrrâJleruoJ
o
'uoqesrT€9Jâp slnuJ?psel - o
o
o
'xnuu?lutusrc^neluep to1drue.1- o
f
sesn^neulsâl -
'suotlcuoysapecueuodurl.lâp suorlercgrdde
c
o
'suoncuoJsâuIEUeJep uouPclJlluâpl-uouel - a
(}
o
sesnecsâl luos ue sallenb
: luarn8lyrJ-sâllâcturrud 'sâslc-âJd o
@
JToABSap rednccogrdes suese1ur9u93gtllunb âsruÀnzlrreun,p ltnpord e1 c
esnJoeIr 'lueruâluroddusgp uos âp sestcgrdsuosreJsel Jegnueplp sud luaruel
-eryug?âqoJâqceu Jnât?sIIIln,1'e8esn,yq fldzpe Ietu lsâ rppord un.nbsrol
I
'suounlossepeqcJâqteJBI suepuoIxeU-êJ ep anbuuruun red enb alleuuoucuo;
es,(1uue,p eun.puosmJua sn5uocpru slrnpordap a8ulue,r.up
âJussIJJnsuI elstxe
'âuQurou?qdec luarlsnlll sgulllJuxesuo^e snou anb saldruaxesel snoJ
II
'uIosâq
ne lueualqlduroc sed luepuodgreu ltnpord un Jlo^ecuoJQ luetuelqelcnlgul
llnpuoo le eol^Jâsep no aSesn.pseJtulueu?ldurocsuoqcuoJep erqutoupuur8
eun
un Jerlqno.penbsFa1JunoJlrBJJeluâluocuâ.s enb srulrrâlqnul êIIJJPITI?p
sedlse,u â^rlrnlureqJJâqcâJe1anb arltdeqcurcqco:dun suepsuorJe^snoN
'sâITBJSIIBS
sedluos eu Juop'sâglJqueplsudluos eu suon
-cuoJsep ob Otp gç enb âJIp Q luâr^er?lâJ'suollruoJ sep ob09le 0ç aJrue
Jelnor ap leruredâ^nmlul aI{JJâqcâJe1anb annordecuaugdxeJ 'suollsuoJep
elque8g139u uou etued âun JerlqnoQ luâuelqnl^9ul lmpuoJ mb srneldacuoc
sep ued pl ep suollcuoJsâp e^Illnlul eLIJJeqcâJ eun 'neII raturerdug
6 suosreJ sâltuosua sa11an|
'âlusllrBJeplse ellauuoEcuoJ
glrynb pl luop 'Jle 'sJrlerslur-urpesnssecord'senbruqcelsnssecord'se8ulqno
'seurqoeru luaruqgq '1e[qo'se;n1eu se1nol
ap slrnpordep s?uuoJlluelueurelsJ
-?lU seuruos snoN 'sdura18uo1 luepuadISuI?Jânuquocep âlqISSod lreres1
'Jle 'eruQls,(snp glrcucgge,penbuutuâl lltIBI rldurer q sguudurr.p
û
âJqrrrouel luâuelsâJrlreurqo gnblduoJ Jllersrufiupusnssacordun Qfluoguot
fl? sed B.u rnb Inlæ lsâ Iânô 1,saddolanuesep segsrlellrJou suolsuâIulpxne
?ldzpusud1ru19,u lelruoJ el tuop gurpdul un.p prcgds e8uld np euqlqord ne
gluo4uoc g^nor sleunf lllsâ.s eu snou ârue.p IânbâtTl1erspr-urpeeumurop
âl suuç1'slârJlsnpu sJnelJâsseJlne(pQ lueuuelueddetueuruepgcgrdsgrtc
selduexe se1 'e8esn.1p sgtdepuluur slmpord sap alodououra1sed luo.u sll
'lueJnsseJas e8elpqrue,lâp IerssnpulJnelJesnu luâuueluuddurnb xnecen|
uoucnporlul
PRATIQI.JE DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

Certainspourraientpenserque la satsfaction de toutes les fonctions d'un


produit provoquedes dépensessupplémentaires. C'est vrai dans certainscas
mais faux pour la plupart.

ReprenonsI'exempledu stylo cité au débutde cetteintroduction.

Adapterla couleur de I'agrafe à celle de l'encre ne provoqueraitpas de


dépensesupplémentaire.

La forme de la partie du corpsen contactavecles doigtspourrait être diffé-


rente,c'est-à-direplus ergonomique, de plus-value.
sansnécessiter

Une conceptionéconomiquedes produits est presquetoujoursobtenuepar


I'utilisation de composantsmultifonctionnels,qui permettentde satisfaireplus
de fonctionsen restantpeu nombreux.

Bien entendu,si le produit existeet doit être modifié pour satisfaireun plus
grand nombre de fonctions, il s'ensuit obligatoirementune plus-value,mais
dans le cas d'un produit nouveauen cours de conception,la satisfactionde
fonctions supplémentairesdépenddu type de solution adopté,qui n'est pas
forcémentplus onéreusequ'une autre.

Pour satisfairele besoin il faut le connaître.


Pour le comprendreil faut I'exprimer en termesde fonctions.
Pour identifier les fonctionsil faut posséderles méthodesd'analyse.

Ces trois phrasesrésumentI'objet de cet ouvragequi représentele fruit de


réflexions suscitéespar des annéesd'expériencedans différents secteurs
industriels et d'observationseffectuéesau cours d'études de produits en
Franceet à l'étranger.

Il offre égalementune certainesynthèsedes travaux personnelsentrepris


dans différents groupesde réflexion, notammentde I'Association Française
pour l'Analyse de la Valeur(AFAV) et de I'AFNOR.
'guuol? 3,ru esuod.eJel]âJ @
o
c
l
o
'<<saulalul suoll)uotsJnâlJânlE^?.plâIrrJedaIII uollsânbep erue8eJ
I
r
!)
1,elgl pl e.IBrulue^nossno^-ze^Vô lpgdde =
uoq un sno^-ze^V ; uorlse8tpâuuoq eun sno^-zâny : eldtuexerzd
1eryug?lelg Jnâl Jnslue^noslueuod asodrnel a[ anb suorlsanbse1 o
'sautalxa o
A'
c
suoltcuot srnâl Jâpuaqgrdde,pluellaruredâIu slsâl srenuerdsa3
o.
'sulutuep egu8rodaldrutseun,p
o
o
sJnocnp snuol Jnâl eglJg^ a[ erocueno 'suleur so^ Je^e Ios el eJpulâl
-1u,pze,{esse 'alqtssodsnld e1elel BI
le tuo4 âJlo^zâsslqJguuolq no o.
zerunol : erua8np eJrulnclueuotlJuoJel ep slsal sâp âJl?lnad u1e3
'ptgug?
lelg Jnel le luerueuodurocJnâl erpuardurocrnod slsal senblanberrc;
srBJJnel ef la suollsenbsap asod rnal ef 'eltst,rJnêl âp J[10tunp
ecuessreuuoc srrd rrole sqrdu'annaJlueeJQILuerderlou ep sJo'I
'sluenedxnue^nouap stoSe.tef enbsrolenbqerde[ enb sepoqtgu
'anbt8o1
sep eqcordsnld erlg-1nadlse.c 'rgs sed slns ue.u ef stuur
-ouglceqasÂ1euueun Je^u uodder un JIo^elnad ulac anb esueda1>>
: uolxâUgJeunoJ eun sgrdetlpuodgrau 1
i lse.cenb
es,(pue.I: ulJep?IuIIUBUnq;no[un sl€puelllepel
ec nl-sr?s'âIleuuoBcuoJ
LilÏNN0lICNOl
]SAIVNVJl|'l0lc-Isl,n0
PRATIQIJE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Non seulementil avait tout compris sur I'aspectfonctionneld'un compor-


tement,mais il employait les termesqui sont utilisés dans notre milieu pour
désignerles deux grandescatégoriesde fonctions: fonctions externes,fonc-
tions internes.

Je me faisaisune joie de lui apprendrequelquechosemaisj'ai rapidement


changéde sujetde conversation et j'ai comprisalorsque I'analysefonction-
nelle n'était pas autrechosequ'une méthoded'organisationdu bon senset
qu'à ce titre elle n'était pasprêtede se démoder.

Mais venons-enau fait.

I q*LeuESnÉrrNruoNs
L analysefonctionnelleconsisteà rechercheret à caractériserles fonctions
offertespar un produit pour satisfaireles besoinsde son utilisateur.

Le mot produit est pris au senslarge du terme.Il peut s'agir d'un objet,
d'un matériel,d'un processusadministratifou technique,d'un service,d'un
logiciel,d'un système...voire,d'un patient.

Les besoinspeuventêtre de plusieursnatures: objectifsou subjectifs,et les


fonctions nécessairesà leur satisfactionpeuventêtre des fonctions de service
ou d'estimeou bien descontraintes imposéespiu un client,un milieu environ-
nantparticulierou par certainsrèglements.

Il ne faut pasconfondreune fonction avecune solution; la fonctionexprime


un résultatà atteindrealorsque la solutionindiquele moyenpour I'atteindre.

Lorsquela démarchefonctionnellefait partie de la culture d'une entreprise,


elle conduit, à tous les niveaux,à raisonnersystématiquement en séparant
objectifset moyens.

Elle clarifie les relationsentre les clients et les fournisseursen définissant


parfaitementle résultatà obtenir et en délimitant le partagedes tâcheset des
responsabilités de chacun.

LorsqueI'analysefonctionnelleconcerneI'usaged'un produit,c'est-à-dire
les fonctions qu'il doit assurerpour satisfairele besoin du client, le produit
peut être considérécomme une boîte noire et seulesles fonctions qui
< sortent>>de la boîte vers I'extérieur sontà prendreen considération.

cette forme d'analyseest intitulée analysefonctionnelle externeou expres-


sionfonctionnelledu besoin.Elle exprimele point de vue du client-utilisareur
et met en évidencelesfonctionsde serviceou d'estime.
@
o
c
l
o
r
o
f
'eJpureD? sel Jnod sueÂolll lâ êJpuoJuoc
sJuJefqo srBurB[âu âp lâlrued
'seJwueUBd eJluâ suorlBleJ
elle ?^rJd auI?IIIopal suup no âsudeJlue.lsueq o
sap elauuollJuoJ eqcordde;1 )
o
sel suepelquJgplsuoo lnolu un tsa seluQlqoJd
0t
'e8uurer; 'uotspdord c
'Jlâ 'eJQLrrB ey
eqJJuIu ergeuuad aI e41eurrad
'alrodrur @
G
eI JâJnsse: seldtuexg 'suollJuoJsep sIEIusecgrdsep sed elQLIJu.u
1 o
o
rn1ned '006 €I uâIq no 00t 8 '00ç ZI 'ânlllsuoc e1 rnb secqldep ârqlrrou o
np lueuâlQldruocanbou es allqouolne âun.p JnâlssIIDn-Jnelâqcu.'I f
G
'esude4ue,1ep egcJelueuuoqul seJIBssâJ9u
Q suollcuoJsa1rqd
-rrreJâp salqudecsglrluesâp srctu 'sâuruleJep no seufiuoq.p$ueuednor8 sep
snld luos eu asude4uaeun,p ules ne seor^Jes sluâJ.âJJIpsâ'I 'suollsuoJep a8elq
-uresseun smur'sluenlllsuocap a8elquressu un snld lse.u Inno-âuIqoPIrIâun
'âJnoluâ,1rnb ec lnol rns pre8ererne un regod ep e1uaruFgdxâêuuos
-red eun q no adnor8un q lerured saurqlqordsâp âfiâuuollcuo;eqcorddz,l
'p.ru39
tec q suotstcgrdsâl selnol âuuop e4rdeqc
CJpJ n? gJJesuoo
e'I 'e4o a11e.nb âc lueuâlc?xa arpuerduoJ ap lwlleuuad senbqsFgloerec ep
eruosselse suoucuoJsepeunJBqJto '(CJpJ) IeuuoDcuodsaSreq3seprâItI€J
: glnlnur luâunoop un Jns ?luesgrd 1saelleuuotlJuoJasfluuu.1ep 131lnsile-I
'lual?druoc:nel
-Bruruuun red sllnpuoJxnB^BJlsâl le oJleuqdtcsrpunldêJ19llop adnor8a1
'ecuulsuoJJlce1rnod gsoduroc
II3^?r ep ednor8
un.p urâsnp 'slueuuopedes,(1eue.pslnno sâp JasIInnâJIBJeJ rnod 1aeleu
-uorlJuoJasÂ1euu.1
q JnsnuqxâeJQlJBJucun Jâuuop1uenbgsuocred '1nu;1
'âluâlluuos lueuqqldruoc sed
Q
erpuodgrâu II JBctlnpord np e8esn,l âp lriJsllesul ?JesJnâlusqrln,lenb luep
tnb ec rnod lueurtrelou 'suoqcuoJ
-r^g lsâ p 'âctuas êp suollJuoJsel âILJâJuoJ
sep laldurocullueuesuecâJun.p rrped q elrcJlsâ tlnpord un.p epnl?.1IS
'sanbtuqca|
suollcuot
sel âcuepr^gue letu aylg 'trnpord np Jnelsslleil-rneldacuocnp ân^ ep lulod
a1eurudxeellg'aurarut a11auuottcuot as(Touoe?lnlDulsJolslsâ asÂ1zue;1
'seJlns sep sl^-R-sr^suoucuoJseulBl
-rec lrldruer unouqcluop sluunlllsuoJep a8zlqruasse un âuruoc gJgplsuoc
ereslrnpord â'I 'sâtuâ1fis-âtrlulluoncuoJ sâseJpuêJdruoc rnod elJoqBI âp Jnâr,J
-glur,l Jns reuod err es,(1eue.1êJmnuoc nB sI?IU 'arrcu aqoq âun eurruoJ .eJ9p
-rsuoc snld '.el$qstJ 3s '10oJ
JâJoIIgIrrP uos Jânuulp 1ueruauod
lsa.u lrJle
-ruoJ uos JâJoll.eIuB rnod 'augur-p1 lrnpord a1rns egod asÂ1uuu.1 anbsrol
anb ac-gsa,nQ
i anauuouruo{as,Qouo,1
l0 PRATIQ(Æ DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

I- I. INALYSEFoNCTIoNNELLE
ENQUELQTJES QUESTIONS
ENQUOICONSISTEL'ANALYSE
FONCTIONNELLE
?
L analysefonctionnellea pour but de recensertoutesles fonctionsque doit
satisfaireun produit pour répondreà un besoin.Elle est surtoututilisée avant
la conceptionou la reconceptiond'un produit.

Quels sont les domainesd'application de I'analyse fonctionnelle ?


L'analysefonctionnelles'appliquechaquefois qu'il est utile de définir ou
redéfinirun produit,au senslargedu terme,matérielou immatériel.Exemples:
- Produitobjet:lampe de bureau,briquet,automobile,machine,etc.
- P rocessusadministralr/ : serviced' approvisionnements, processus
d'achats,gestiondesressources
humaines,etc.
- Processustechnique:chaîned'assemblage, atelierde traitementsde sur-
face,atelierd'usinage,etc.
- Système:systèmede communication,
de sécurité,de conditionnement
d'air, etc.
- Service:après-vente,maintenance, nettoyagede locaux,etc.
- Presraûonintellectuel/e: normes,logiciel de gestion,scénario,etc.

Quelles sont les professionsconcernéespar I'analyse fonctionnelle ?


Toutesles professions impliquéesdansI'analysed'un marché,l'étudeet le
développement d'un produit,la production,la qualité,I'après-vente,
la main-
tenance,etc.En résumé,toutesles professions pouvantavoir une actionou un
contrôlesur les fonctionnalités
d'un produit.
Peut-onfaire une analysefonctionnellepour un produit très complexe?
un produit complexepeut se décomposeren sous-ensembles dont chacun
peut être traité comme un produit dont la complexitéest abordable.par
exemple,I'architectured'un fuselaged'avion comporteplusieursparties: la
pointe avant,le fuselagecentral,la partiearrière.chaque partiea desfonctions
spécifiquesà remplir,identifiéespar une analysefonctionnellespécifique.
Dans le cas d'un produit complexe, faut-il connaître son architecture
avant de procéder à I'analyse fonctionnelle ?
Théoriquementil n'est pas utile de connaîtreI'architecturedu produit ;
I'analysefonctionnellepeut déterminerles fonctionsprincipalesdu produit
complet,nécessairesà la satisfactiondu besoin.Néanmoinsdanscerrainscas.
'IIB^?Xep srnol senblenb @
E
'egurnof-rurepeun uâ f
Jâpupuâplned slât 'exaldurocaruqls,{sun(p sPcel su?( o
egsIIe-âJ
elg lned âIletruollJuoJasfpue,l 'alduns tmpord unsp s?J âI swq r
gssedsdutal al
; tuol do.rl sud 11'Na6u
o
'leuuollJuoJseSreqcsepJeII{uJeI Jnssa.4oule sâ9gqu?nb'se9su91cerec
luos sêgsuâoêJ suollouoJsâl selnoJ'eluelul lâ euJelxeelleuuollJuoJesÂpue,1
q sanbr;rcgdsesÂ1euu.p u1ap snld ug
sluno sepâlsrxoII 'âÀIlInluIâtIJJaqsêJ D
c
o
'Jnelsrulue
un.p 4tnpuocBI snos'sâuuos a(}
-red g te ârlua leprug q tppord np puadgpsluudlcruedep êrqluou eI luop oo
€ @
c
Ire^BJlep ednor8 unsp ules ne esudarue eJlgllop ellâuuoncuoJes,{pue,1 =
o
(}
e a[auuollouo; as,{1uuu aun uo'l-osllegJ fueuuroJ
'g^âlglgoc un.p le lutod nu erleru
'e^IlJâlloc anbqtrcasr(puesues
E SelrcrJrp,se;1suoluSaplue^nosellnsgJuâ II
lê sÀ\er^Jelul.pelms el q 'sJnel?sllpnsâl snol âp sulosâqsap eldtuoclueuêl
uâ s.eJoqel? luos s1etct8o1ep dorl 'uoqsa8ep anb4euroJul,pâJQIlsIrI ug
'puuotTcuot
sa7torlcsap ranloJ un suupraruudxesâl lâ suloseqsâI JêsIJgJdrnod elqus
'seutldtcstpsâJlnusel suep âuuro3
-uedsrpurlse âlleuuoncuo;esÂ1eue.1
I anbpuuuo;u! ua egs11gn orlg ello-lned allauuopcuo;asdluue.lluauuroJ
'sâglcosse sepoqlgur sa1le SrlcafqolUoJun rnod
uoudecuocpl 'Jnel?^e1ap es,(pue.psepnl?saprud sltnpordep uolleJollgllle.l
'sluârncuoc luetutuulou sluulslxâ sltnpord ap anneredruoJepnlg.l 'OSCINV)
seJuelllsJgpâp sepou sap es'(1euu,1
?llJIIIJJ Jnel âp le slâJJosJnel ep
'gllllqulJ ep sepnlg sa1: relnofe ,( lneJ II srcru'elleuuotlcuo;asÂpue.Iâp uoll€J
-qddz,p sec sâp,etpoferue1eluas.erder xnee^nouslmpordep uorldecuoce1
e xnea^nou slppo.rd ep uog
-decuoo .rnod
u1 luaruanbpn erlessoJgua11a-1se alleuuollJuoJasdpue;1
'suoqnlossâpeqJJâqceJ 3l Jetueururoc
ep luB^EâllauuoDcuoJes,(1uue.1 ep sl?llnsgJsepresodstpap elqusuedslpwlsâ
.sEJSâIsnol suB(I .gr{cJerrr
ep seprug sâp epp.I luetlIlllslou
'eruurer?ordnp
Ir Q
'elqtssodtgt snld a1
s;pcefqosâl luugp te suroseqsâI ggpuepl rtor'e sqrde
1,efiauuollJuo; as,{1uueoun aJ1BJ.rnod luaurolu Jnel1;arua1pa 1en]
'1a1durocaurqls,(snp sapdrcuudsuotlcuo;sel JeltepJoccuue
'unsuqJ
efieuuontuoJes,(1uuu eun,p le[qo,1erre; tned âlquesue-snosanbuq3
rnod eg,(oldureenbruqceteI g luspuodsarrocselquâsue-snosuâ gsodurocgp
'exelduroceuqls,(sun.p no
erlg lned sâIuJe.peugls,(sun 'aldruexeru4
axelduroctppord un,p eleJgug8uoDmrlsuoc3l JeurlrlJâlgprnod leford-luule
un êJrcJep eJTBSSâcgu 'senbruqcelseluleJluo3âp UOSI?J uê luâ^nos
lse Ir
II anb ac-1sa,nQ
t anauuottruotas{1nuo,1
T2 PRATIQ(Æ DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

Le tempspassén'estjamaistrop long comptetenudu tempsgagnélors de


l'étude et du développement
du produitconcerné.Il faut considérerle temps
passéà I'analysefonctionnellecommeun petit investissementlargementren-
tabilisépar la suite.

Peut-on étudier un produit sansavoir recours à r'anarysefonctionnelle ?

L'analysefonctionnellen'est pas indispensable dans le cas où I'on se


contented'un produit qui répondimparfaitementau besoinet qui ne donne
pascomplètement satisfaction
à I'utilisateur.Trop de produitssontoansce cas
car ils ont étéétudiéssansanalysefonctionnelle, avecseulement unerecherche
intuitivedesfonctionsprincipales.or, ce qui fait le succèsd'un produit,ce ne
sontpasles fonctionsprincipales,qui sontplus ou moinsbien satisfaites par la
plupartdesproduits,maisce sontles fonctionscomplémentaires et celles-cine
peuventêtreidentifiéesquepar uneanalysefonctionnelleexhaustive.

combien de fonctions de service doit satisfaire un produit de


complexitémoyenne?

Le nombrede fonctionsest très variableselon Ies produits: il peut être


inférieurà unedizainepour un produittrèssimpleet atteindreune soixantaine
pour un produitplus complexeou le sous-ensembled'un système.
À titre d'exemple,un stylo comporteune trentainede fonctions,sans
compterles fonctionstechniquesinternesau produit.Le nombrede fonctions
d'un produitcomplexeou d'un systèmecorrespondà la sommedesfonctions
de toussessous-ensembles.

Si I'on cherche à satisfaire toutes les fonctions,ne court-on pas le


risque d'aboutir à un coût élevé?

c'est une penséequi vient souventà I'espritdespersonnes non expérimen-


tées.La pratiquemontre que le nombrede fonctionsn'est pas directement
proportionnelau coût d'un produit.une conceptionoptimiséesur le plan du
rapportqualité/coûtconsisteà rechercherdes solutionsutilisantdes compo-
santsmultifonctionnelsdontle coût resteen accordavecles objectifs.
Les fonctionsont-ellestoutesla mêmeimportance?

À la fin de I'analysefonctionnelle,I'importancede chaquefonctionesr


caractériséepar une échellede coefficientsà cinq niveauxallantde ., souhai-
table> à < vitale >. Les fonctionssontainsi hiérarchisées
les unespal rapport
aux autres.

Dans le cas d'un programmede conceptionà coût objectif, il est parfois


nécessairede sacrifierquelquesfonctionspourrespecter I'objectifde coût.cela
touchedes fonctionsà faible coefftcientd'importance,car en aucuncas des
fonctionsimportantes, trèsimportantesou vitalesne peuventêtresupprimées.
Jlâ 'luâIueuuorlcuoJ
ep gleJus @
-
c
êp 'JrlJefqo10oJe uorldêJuoJep lnele^ el âp âsÂpue.psâpnlgsâprnod - l
'uroseqne serruoJuoc I
luos -
uorlBSIIugJ âp eJressesgu
3l le uoudesuocul rs JêrJIJ9^ lse lr.nb sroJânbuqJ- =
'sêIJo,p o
np sJo'I-
Ieddeun.p tuâuallrnodgpnp le luerrreJuel
o
'lrnpordnp uoururJgp l
e1raprnSJnod-
c
'JnesslunoJ Jneuuopun eJluesuorlurcoSgu
un lo seJpJo(p sel suuq -
G
'uroseqap sanbruqcal o
suoneJurJgds Jnod -
seplueruasslqut?.1 o
c
l
: slue^rnsseJsâl sueplueualudrcuudgsllnnlse II
'ûroseqol euJecuoJ G
rnb ac lnol rnod acuerg;gJ âp luerunoopâl lse dJpJ a'I
; tf,pJ al uo-l-es[!ln lueuuroJ
uJpf, np
uorsueqgrduroJ eJuerseJ
EI luelrlrcuJluâuncop âJlnplnol rud no âlleuuorlcuoJ
-oqru.l rueluesg:deqder8un red dJpJ âl .ra191duroc êp elnn sroyed1sey1
'suorlJuoJ
sel asrqJJeJgq
ecuegodurr,p
luârJrJJâoJ
ufl 'glrlrqrxegJnel ep le xnee^rusJnelêp sruossuuoneldacce.p
sêJQlrJcsep:ud âgsrJ?lJpreJ lsâ uorlJuoJenbeq3 'sellrrueJred sagdnor8ar
'suortouoJsel sâlnot eluesgrd(gCpC)
IâuuoucuoJsa8ruqcsâp Jerquce'I
eun.p lellnsgJel uo-l-eluasardluaturuoJ
e e[auuo.rlJuo;asÂ1euu
'luplsrxâ suorl
lrnpordun.p rrgedq no sanbruqcâl
-nlossepuonrurJgp eysqrde.nbâJrEJ âs tnadau rJ-ellâJ 'âuJelurelleuuoqcuoJ
es,{1euu,1ep luellnsgJsellg râsrlegJes ep âJr^Jesep suorlcuoJxnu luelleu
-rad selg 'Jnâlesrlrln,l sâlrlnlueuelcêJrpurluos sanbtuqcalsuor|cuo{se1
Q
'cle 'suorleluaualSg:
sap 'prcgds nerlru un rud sagsodrursuorlJuoJsâp luos sarurzJtuoJse'I
'Jnelssrlun.l luos
R selnnlueurelsâJrp
suorlnlossêpeqoJeqcâJ
rnb suorlcuo;sâpluos e3 'senbruqcel el tue^e'euJêlxe
êlleuuorlJuo;es,(Iuuu.1 rud segr;rlueprluos aJl^Jasap suotlcuot se1
'senbruqcel suorlJuoJsâl -
'sâluruJluoJ
sel -
'âtunse.pno 'a8esn.pno 'eJr^Jâsâp suorlJuoJsâl -
: suorlJuoJ
ep sauoSglec
sepuur8sror elsrxâU
l anbgqeal
a11ans
uollJuoJ eun la aJ!^Jasap uollJuoJ aun aJlua I!-l-B ,( eJueJ.eJJIp
EI i anauuorjruotast\ouo,7anb ac-$a,nQ
l4 PRATTQI,JEDE Ù ANALYSE FONCTIONNELLE

Peut-on commencerl'étude du produit avecseulementle CdCF ?

La connaissance des fonctions à satisfairen'est pas suffisantepour étudier


et fabriquer un produit. Un certain nombre d'informations complémentaires
sont nécessaires. C'est le rôle des spécificationsdt cahier des charges
général, notammentles spécificationstechniquesde besoin (STB) qui don-
nent desprécisionscomplémentaires indépendantes des fonctions.Exemples:
les conditons d'essai,de réception,de stockage,de maintenance,etc.

Est-ce que I'analyse fonctionnelle contribue à la construction de la


qualité d'un produit ?

La qualité d'un produit dépendd'un certain nombre de dispositionset de


démarchesconcernantsa conceptionet sa réalisation.Par la rigueur de sa
démarche,I'analysefonctionnellecontribued'une façon importanteà la qua-
lité de conception.L expérienceprouve que la conception,par les choix qui
en résultent,est responsablede 75 Vodelaqualité et du coût d'un produit.

L'analysefonctionnelleest, par conséquent,une étapevitale dans la


constructionde la qualité.
Jnellrâurnp âr{JJeqJêJ3I enb ISuI?JnâSSruJnOJ-lueIIc uollsleJ ul slsnbsâI o
rnod ta sanbruqJêlsuoll?rulc?dssâpluâuessllqBlg.lsuepâ1uênb94snld uâ l
o
snld ep lse sepnlg.psaJI^Jessel Jâ^e uolluJoq"lloceI luop 'stnapqJo sa'l .
r
'sguuorsrlorddeslrnpord 0)
J
sep 9t1enb u1red luesseduorpnpord ap 9t1pnb BI uguâ 1e snssecordsep o
flllenb e1srndslrnpordsepuondacuocep qqenb BI ep âJupJnssB(I eIIJecuoJ
o
uoqudnccogrderqruerd u1 rnb rnod '2t17onb saJMJassap stnalu2Sulsl'l o -
f
'uoqcnpordel sâJr"ssâc9u
E se8ellqno E
o
se1le senbruqJqsnsseJordse1JIulJgpq elslsuoJledrcurrdelgJ el luop
'1rurer1np uoquredgrdu1ep no sapoqgul sap suaplullrat ta stnaru?8u sa7 . o
o
a
'suonnlossepepnl?.1susp JeJrIBl
âs âp lus^? c
l
aJressâcgu lsâ uroseqel lueuelrcJÆdluesrcgrdse3reqcsâp JoILIBo un tnb o.
rnod 'cle 'se8ulpque 'sJe^Ipse8ulqno'stafqo'serue8snol âp slrnpordsep
uorldecuoce1ep sgSreqJ'sapw?,p p srnarua?msa7 .
noarnqap sualJlul'lJat
's9lI^nc".p
sacedsese1rnod lueuruelou 'lueurur:a1aplse IâuuollJuo;lcadsz,l qo serua8
snol ep se8errrnosep uolllulJgp€l suep lulueurepuoJ lse 'âurJelnp a8rul
suâsnz lneldecuoc ep elgJâI luop 'sa\canquosayn aSonno,p saulou sl'l c
'< Sune ruu sa8reqcsâpJerlrcc>>un suppseglrcl1dxe luârueJmlo
suoqcuoJep sâurel ue gqJJeIunp suloseqsel eJlnps4âp uue '8u|a4tout a'7 .
esÂ1eue.1
red segurecuocruos sltnpo:d sep ârgrluor t"n"r:rtù"uit;rttiiï
", "" sep
-decuocBI ce^pIteJIpu no loaJlpuâII un lue,(esuotsse;ord uudnld e1
]SAIVNVJ
IICNOI
]II] NNO
UVdS]]SS]U]INI
S]I
SNOISS]IOUd
l6 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

coût dépendsouventd'un cahier des chargesfonctionnelautorisantune


largeexploitationdu < possible>.
. Les designers,les mieux placéspour réaliser un mariage réussi entre les
fonctionset I'esthétiquedu produit.
. Les responsables de projets informatiques,chargésde l'élaborationd'un
systèmede gestionet pour qui I'analysefonctionnelletrouvenaturellement
sa place aprèsle schémadirecteur,au coursde l'étude préalableet avant
l'étudedétaillée.
. Lesfiabili.stes,pour qui la préoccupation
de la sûretéde fonctionnement
est
inséparablede la prise en considérationd'un cahierdes chargesfonc-
tionnel,issu d'une analysefonctionnelledétaillée.Exemple: les méthodes
d'analysedesconditionsinsidieuses (FunctionalSneakAnalysis).

Cetteliste est volontairementincomplète.En résumé,toutesles personnes


concernées par I'analysefonctionnellesont cellesqui participent,à partir de
I'identificationd'un besoin,à la conception,à la réalisationou au contrôle
d'un produit,d'un procédéou d'un service.

II est évidentque la directionde I'entrepriseestconcernée


au premierchef.
Il n'y a en effet pas de meilleuregarantied'efficacitédans le travail de
conceptionque de commencerà préciserparfaitementle besoinpar I'analyse
fonctionnelleen appliquantdes méthodesreconnuespour leur efficacitéau
sein d'un groupede travail compétent.La directionde I'entreprisetrouveen
celaI'assurance de la bonneexécutionde la phased'étuded'un nouveaupro-
duit, la perspectived'un minimum de ( revuesde projet >>et surtout une
réductiondesmisesau point,desmodificationsonéreuses qui en découlentet
des retardsdansI'exécutiondu programme.On évite ainsi que les chargés
d'étudeschoisissent les premièressolutionsqui leur viennentà I'espritou
reconduisent dessolutionsexistantes qui ne sontpasforcémentles meilleures,
avantd'avoir poséle problèmedanssonensemble.

La démarchefonctionnelleobligeà seposerles véritablesquestionssur les


attentesobjectivesou subjectivesdes futurs utilisateursainsi que toutesles
contraintesde I'environnement
ou desrèglementsà respecter.

Dans bien des cas les besoinssont exprimésd'une façon approximative,


voire contradictoire.Lorsquele besoinestexprimépar uneenquêtede marché
ou le cahierdeschargesd'un donneurd'ordres,I'analysefonctionnellepermet
de donnerla bonneexpressiondu besoinafin de le valider.L analysefonc-
tionnelleest à la basede I'adéquationdessolutionstechniquesau besoinréel
et complet de I'utilisateur.Elle permetégalementd'optimiser les coûts en
mettanten évidenceles exigencesnon strictementutiles. La recherchedes
fonctionsinutilesest une despistesproposéespar la méthodologiede I'ana-
lysede la valeur.en vue de la réductiondescoûts.
anamtolrJuo!asQmn1 tnd s2utacuocantdauual ap saJtMaS- 7 atnSg
'sâsoqcseplul? mod
lâc E Je1p?ruar
epoqf?tu ep sud âlsrxâ.u p,nb rarnngm,p enb epmsqe Issru nol llaas 91luleJ
elnes BI ep epuedgpslmpord sep âileuuoqcuo;9t1Junb-uoueI anb raldeccy
LI allauuottcuol as(1ouo1 tod saVssatVtutsuossalotd sa1
DOMAINES
LES
CONCERNES

Les domainesconcernéspar I'analyse fonctionnellesont très vastes.Il serait


difficile d'en faire un inventaireexhaustif.

Nous allons,malgré tout, essayerde donnerun aperçude sa formidable


potentialitémais il faut bien comprendreque I'analysefonctionnellen'est pas
une fin en soi. Elle est souventprécédéepar desétapespréliminaireset suivie
par desactionscomplémentaires.

Bien entendu,elle trouve sa pleine significationdans le développement


d'un nouveauproduitoù tout est à imaginer.

Transformerun besoinen une sotnmede fonctionsest un exercicepassion-


nant. Imaginerle comportementd'un produit à traversun graphede fonctions
est une véritable découverte.Inutile de courir à I'autre bout du monde pour
découvrir des sensationsnouvelles,établir le cahier des chargesfonctionnel
d'un systèmecomplexeen procuredavantage.

Soyonssérieuxet essayonsde montrer,ne serait-cequ'en partie, les


domainesoù I'approchefonctionnelleapporteun plus considérable.

I HUMAINEs
lns RESSoURCES
La plupart du tempsil y a confusionentreles tâchesà exécuteret les fonc-
tions à remplir. Il faut avouerqu'il est plus facile d'observerun opérateuren
train de travailler et ensuited'établir la gammed'opérationsen déclarantd'un
'seuu?,p @
errrflsÂsun no uor^e un eruruoJ 'sexeldurocseuqlsÂs ep luaurad
o
c
-do1eir9p
np s?oeI suppalqesuedsrpul lr-BJq lnol lsâ repgcordep uoSuge9e3
I
'flIlenb q ep ecrrerns$.1QâIqeJgprsuocued eun tueuoddeue sâpnlâ.p r
xns^ul sep < elrlrqe5erl>>el JâJnsse(p'aruruerSord âp sJnocue suollnl
sepe11en1cu;
-o^9 sel satnolrnod IâEueJ?Jilep Jr^Jâsâp 'sêurQlqoJd aqcordde o
âun Jro^e.p 'suogururo;ursap apÉ911o3ecrressruuuoc eun Jeuuopêp âlugtu
o
l
eI luo leuuorlcuo;saSreqosep Jârr{eJun no euu?r3ord-eqcr; âun âurtrroJ
D
esuqep slueruncopsenblenbsrcw'tardod ot?z al rnod tueqcgrdsnorno8
@
spuur8sep anb snld 1ue1nu.plrsreld e1rnod rerdudnp eJrBJsed lneg au 1
o.
o
o
@
'epourrroJcsue.slâ âcuercsuocsJ.rdsedlr? uâ,u âpnlrqeqred anb la
Ir c
slâuuoqulâJsaruqlqordsâp R gluo{uoc lros lauuosrede1anb luaurele8galqts
o.
sâc suupuerq esszdâs lnol enb elqrssodlsa 11
-sod lse I sr-Etusasuda.rlue
'<<âluJouoqrpe$ep asude4ueâunsâuruossnou'ze^Bssno^'qO >>
: 919e asuodgre1'ednor8puer8un,p aIBIIUâun sIIBp'sIoJârnu eun
'(<âpuotuel lnol âp âlgl eI suuplsâ.J sruru'uo11: asuodgX
i eunuurSord-eqcg
eun llqelg snoÀ-zelv i Suqelreu sa8ruqcsepJenrcJun sno^-ze^V>
: selue^rnssuoqsanbse1rasodâp'uorleurJoJut.p
eseqd
sl ep sJol (3u1taau13uaan1oa)lrnpord nze^nouunspJnels^u1ap as,(1eue,p
âpnlg âun.p lnqgp ne 'esudarlueâun su?plu?ue^Jeluluâ'g^uJE lsa,tu 11
itsludfluJNit,T
SNVCsNorrv-rsu
sill I
'sepnlrquqsa1ned un re8ueqclnuJ 'âuletuop
lr.s ârugru
eJ srrepelqeJgprsuoJa8elue^eun reuoddu lned eleuuotlcuogaqcordde,l
'rneler?doun.p no un.p 'JnâlJâJIpun.p esst8e,s
9,(oldrue
'leuuoylcuo;sa8rur{osep Jerqucun.p rrlred sleprpuuJop uollcel?s
1r.nb Q
ep lâ lueurelruJal ep suorlcz sep R JâpgJordep elqrssodtlug q lnol lse 11
'JelnJ?xâ
R
sâqcg sap uoqducsâpâun.p enb tgtnld 41duer e suollcuoJsap es,(1eue aun.p
Ja^eIeJllop Srlu4slurupuno anbruqcallros 1r.nb'e1sodep p;ord un Jr-ug?(I
'sâIln sâlnolluos ssllêIS
lnouns 1a'suorlurgdosep luellnsgr rnb suorlcuoJsâl luos sellenberpuerdruoc
ep raÂussa.panb <<elsod âJ Jns eJrBJlnu; 1t.nbac -?.llo^> erroldurergduo1
6I s?uta?uo) saulDutops4l
20 PRATIQI.JEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

mais elle est utile égalementdans le domainede produits plus modestestel


qu'un publiphoneou un appareilde mesure,surtoutsi le produit est destinéà
être fabriquéen série.

I lus PRocÉDURES
Les donneursd'ordres,comme les administrationset les grandesentre-
prises,sont de plus en plus friandsde fournisseurscertifiésISO 9000 et la
suite.De ce fait le zêro papierreculeun peu plus à l'horizon et les entreprises
de tradition orale sontinquiètes.

Il existe bien entendudes formulairesmais peu donnentsatisfaction.Il


restedes domainesoù les procéduressont à imaginer,ou à <<reconcevoir>
lorsqu'ellesne correspondent
pas au besoin.

Il est alorspossible,avanttoutechose,de redéfinirle besoinet de réaliser


une analysefonctionnellede la procédureelle-mêmepour mettre en évidence
les fonctionsde servicequ'elle doit assurer.Prenonspour exempleun extrait
du CdCF d'une procédured'achat de prestationsde servicerelatif à du per-
sonneltemporaire.
' Donner toutesinformationsutiles pour la qualificationet la sélectiondu
personnel.
. Prévoirles dispositionsnécessaires en casde non respectdu contrat.
. Préciserles modesde règlementfinancier,etc.

La rédactionde la procéduredevra respecterles fonctions du CdCF qui a


été élaborépar un groupede travail pluridisciplinairecomprenantsi besoinun
juriste.

I '' MARKETING
PRoDUIT

La fonction marketingproduit couvre plusieursdomainesd'activités, mais


les deux principauxsont :
. L étude des marchés,ou segmentsde marchés,pour découvrir quels sont
les besoinsde la clientèle.
. La recherchede marchéspour un nouveauproduit issu d'une innovation
technologiquesusceptiblede créerun besornnouveau.
.reu8rsepun JEdsqrBJsuoq @
0
-rsodoJdsep xroqc np luâtuotu nB tueurele8gluânbqddu.sseluâpgcgJdsuorl
-uprrslrruocâJse'I TrrIJrr?.U eI â(
q sud un,nb e Â.u p u81sapru .elr^n?.eJJ
r
D
NCTSSC
s'rI o
f
!t
'stgocsepâsequl Jnsuoqcâlgseur?Fnepeun,p @
âJr"Jelrnsue (}
1e[qo.1 o
tuannadsasmbarsuoqrpuocsel luo rnb se11e3'sâ.âprruruep suoncuoJxne luâp o q
seJQnuâp
-uod9r sellâ rs 'pJoqe,plnol 'lrreglJg^uâ ânlcâJJe.s sâc âp uoqcâI?s l
e1'suorlnlossap aluupued?puuoqruggpæd luu1gelleuuorlcuoges,(1eue,1 o.
'elqn Ne errqJ? un'p smocer a1anbsrop lsa,3
dJpJ el ecuârrnJJo,lue
'uoqcelgsâun JârucâJJernod suosruredruoc
luasodrur.s sep le suoqunleÀgsâ(I
'segrlu^ sâsnâJqrrrou
lâ â.!g ua rnb sæpr ss-1'gAI4pEu1wo1
lue^ned 1ua1ps9.r
-sulnrqe1enb a11el
eJESSeceu lueÀnoslsâ .eltnrlpilcep sepoq.oruep loldure;1
'?lqunb uI rârorl?rrre
rnod snualqoâ-qgluâ^rop s;pucgru8rssqrSordseprs
eJocueno 'xneqrqruesQ4lse lgoc ep uorlJnp.eJ ep;pcefqo,1rs no 'ecuerncuoc
el ep lueuâlleu ranbreugp es lrop tppord el rs aluuuodrul ures rJ-âlleJ
'flr^rl?gJcep ennerd uâ seruQlqoJdseyerpnosgrrnod
lupsr-eJ
suoqnlossepJeqJJagcep eJressâcgu BJâsIr 'aurureJ8ordnp luâtuotuun R 'luul
-sue lrnpord un Jerpnl?fl âp no npeÀnoulmpord un Jârpnl?.passr8e.sg.n|
'uonusllqnuos ep sunuoddo
sluâtuotusel esrcgrdtafo.rdap luerue8euerun? ilJpsuoo allduqc e.I 'sâpnlg,p
neeJnqnB uorlcelrpgrdep uruJJâluos â^noJl ellauuorlcuoJes,{puu,1
sganrg,(I
nvflunsnv gil^Iffir-uJil I
'a8e8uu1 a1
srrcpflrnuquoJ ep uorlnlosep sudulnu {.u p ruc 'asFde4ue.lêp secr^JâsslueJ
-gJJIpsel erue suorlerruo;ur.psa8ueqJgsep flrcecgJe,I Q eJânqu1uoceleJ
'sepnlg.p
neeJnqnp aSe8uelnp anbÉo1BI suupuJucsur.s'8une4J€r.u sa8reqcsâpJel{uc
eI Jns suorlcuoJâp serrua1uâ ISSnpe11ee93p9r 'sesuodgrsep asqqlu,{su1
'uorlJsp.âJ e1enb
Q
Jnel uorlnqlnuoces reuoddelned leuuorlcuo;a3u3ue1
sJop lse.J 'seJruuuonsenb sep red segdndd?luos sepnlgsec sro;enblen|
TZ s?uJaJuoJ saulûwop srl
22 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Pour commercialiseravec succèsdes produits grand public, I'utilité du


designn'est plus à démontrer.Le designcontribuenotammentà satisfaireles
fonctionsd'estimeà traversI'esthétique,
I'imagede marque,l'ergonomie,etc.

Dansle domaineautomobile,le designest I'un desprincipauxfacteursde


la décisiond'achat,mais si I'esthétiqueétait I'uniquepréoccupation
du desi-
gner,celaconduiraitinéluctablement à desproduitsimparfaits.

Un beaudesign,de bonsmatériaux,une bellefinition contribuentà obtenir


unequalitéapparente maisqui n'est pasnécessairement le gagede la satisfac-
tion complètede I'acheteur,surtoutsi celui-ciesten mêmetempsI'utilisateur.
desfonctionsprin-
Le servicerendupar un produitrésultede la satisfaction
cipalesmaiségalementcomplémentaires.

Il est courammentadmisque le designerparticipeà l'étuded'un produitle


plus en amont possible.Ce principe n'est pas faux en soi mais il mérite
quelquescommentaires.

Si le designercommenceson étudeavantI'analysefonctionnelle,il y a de
fortesmalchances pour que les solutionsproposées
ne répondentpasbien au
besoin.

Uexpériencemontrequ'il est absolument nécessaire d'établirun cahierdes


chargesfonctionnelavantde faire exécuterdes étudesde design.Mieux
encore,il estutile que le designerparticipeà I'analysefonctionnellepour bien
s'imprégnerdesfonctionsà satisfaireet en mêmetempsapporterun éclairage,
notammentsurles fonctionsrelativesà I'ergonomieet à I'esthétique.

rrrÉruonns
I r-Es
Commeson nom ne I'indiquepas,le serviceméthodesa la chargede pré-
pour que la fabricationd'un produit s'effectue
voir tout ce qui est nécessaire
dansles meilleuresconditionsde qualité,de coût et de délai.
La définition des processusindustriels,des gammesde fabrication,des
outillages,etc. se fait souventpar routine en tenantcomptedes moyensde
productionexistantsdansI'entreprise.

Mais lorsquele produita un caractèrede nouveautéimportantet qu'il doit


peut être com-
être fabriquéen grandesérie,le processusindustriel nécessaire
plexeet les dépensesengagées trèsimportantes.

C'est alors que I'analysefonctionnelledu processusapportela meilleure


garantiepour le bon choix desmoyensindustrielsnécessaires.
Elle n'indique
@
.rnel"sTlnnsl
êp luerua8 o
-uJnocgpuEueJ un c
lueruâIdurs snld no .slusuodurrsê8"urulopep no senbslJ
ep sgu8ed[uoJJ? slueueuuoqcuoJsÂp sepJêuJEDue luu^nod eJ^nou?uressnq
r
ep sânbslJsel Jêlr^gR uoSzJep se?8rpil luos luâllns.âJue rnb suorlJuoJsâ.I Ât
'eurqJeru-euluoqen8opry nBse^n?leJ
o
o
suoncuoJxnu -âJJesuoJ eqdur8ered un reuoduroc lnad dJpJ el 1aecuelrgdxe o
uos ralroddelned'enuouo8râ-oJlJelg.l 1ueue1u39 egladde.seusrleuroln? o
f
sep aruouo8râ.I ep elsll?rcgdsun âllêuuorlJuoJes,{pue.p ednor8 el suec 0)
euqlqord ep erue8âJ RgJcusuoc o(}
o
e4ldeqc un:euoduroc lnad Ir JBJxror{Jsâc âJreJq Jeprcse1tned gJpJ ê.I @
c
'seuqlsÂsep srnaldacuoo sep serqqeurnol suonednccoerdseperUed o.
llBJ enbugr[nu no enbrSoleueJneqJrJJe un erlue 'anbrletuolneepueluruoJ
eun no elleuuoqcuoJlllnulno ouolu 'ellenuuu epusrrruocâun â4ue Jâlrs?H
'9ssudlse,stnb ac reluocerrnod sluen
-r^Jnsâp dnocnuaqsed ernu ,(.u 'uorle un.p mlâc Jnslsâ.c rg .anur8do4
1r
e4g sud eu lned elec Jâ^plq âurqcuureun.ppJoqep neelqelel Jnslse.J rS
'eJ^næueur âssneJep senbsFsâp lrnsuâ(sII 'uelJâ8uuue.umb ac .selqrsqnad
luenbgsuocred le slned doll luos sJner{crJJe surcueJ.sn1dap .c1e,auqrsrorl
âun 'ar1nuâun Jepuerrruocue rnod uolnoq ârugruâl rns uorslndrurerrrQrxnâp
eun 'uorlJuoJ aun rnod uolnoq un Jns uorslndurrâun .âpuetutuorâtu?ur
aun red suorlJuoJsrnarsnldJâsrle?JeJreJep gluâl lse rneldacuoce1 .a1quu
-uosrsJn?e^ruun 3 sellânusrrrsepueulluoJep âJqr[ou âl JrualuEruâp urJV
'essâJsupsalueur8neâurqceuru1rud se91
-gJluoJ1esa91o1rd'sâ?srluruolnusuoncuoJep âJqrrroua1 .senbruo4JâleseurQl
-s,(sxnerqruouep puardruoc'gsrpupqmq.prnofnetlnpord ,epqo{uolneeun
'uoneslnn Jnel ep glrxeldruocu1ep alduoc âl JnsâJuelu
e.lse 'senbruoJloâl?luerutuulou'slrnpord sureueJep uoBJeJJBSgp eun
'surourdnocneeq
1se.1tnelesqrln.l luâuelJeJrpeurâJuocmb elec ,eu:elxâ
glueyduoc el sr?tu 'âlqplJnlgurtJuredle sanbÉolouqcelsuopnlo^gsep elrrgl
-lnsgJel lse eruâlurglxalduoc e1 'sexelduocsnld ua snld ep lueuuelrrâpslrnp
-ord suruuecenb 1uo;ptgu9? ua sgrSordâI lâ âpuorlerrJâluuonngduroce1
iTNTHJVW-snwoH
Norrvlfluil I
'uolsrcgrdce,r,usrnbargtllunbâp xnee,rrusâl
le snssâJorda1red
eJru;srlusQ suorlJuoJse1asrcgrdâlle sreruslueuâssnse^u sêp âJnluue1 sed
TZ s?wa)uoJ saulDuop saT
24 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

I r,nsACHATS

Il n'est pas fréquentqu'un acheteurparticipe aux travaux d'un groupe


d'analysefonctionnelledu produit pour lequelil seraamenéà rechercherun
fournisseuret pourtant,danscertainscas,celapeutêtredu plus grandintérêt.
Sa présence,dansle groupe,n'est pasobligatoiretoute la duréede I'analyse
mais elle est souhaitableau momentde la synthèsepour qu'il prenne
connaissance des coefficientsd'importanceaccordésà certainesfonctions
ainsi que de la flexibilité de leurs niveaux.Il seraainsi mieux à même de
négocieravec les fournisseurs,surtout si un taux d'échangecoût/perfor-
mancea été fixé.

Si la consultationnécessite
un appeld'offresaccompagné d'un CdCF,sans
solutionimposée,les réponsespeuventêtre plus diversifiéesque dansle cas
d'un appeld'offresclassique.Afin de faciliterle dépouillementil est utile de
prévoir, en regardde chaquefonction, un cadre de réponseoù le fournisseur
indiquecommentil comptela satisfaire.

Le dépouillementest ainsi grandementfacilité pour vérifier la correspon-


et surtoutpour comparerles offresentreelles.
dancesolution-fonction

LA RELATION
CLIENT.FOURNISSEUR

Selonle principebien connu <<tout le mondeest client ou fournisseurde


quelqu'un> à I'intérieurou à I'extérieurde I'entreprise,il en découledesrela-
tionsdifférentesselonle poids représenté par I'une ou I'autredesparties.

Un importantclient donneurd'ordre tel qu'une grandeentrepriseou un


organismepublic a unepositionde forcesur la plupartde sesfournisseurs.

S'il lanceun appeld'offres sur la based'un CdCF,les relationsavec les


fournisseurspeuventêtre diffrciles, surtout si c'est la premièrefois et si les
fournisseursn'ont pas reçu la formation nécessairepour maîtriserI'approche
fonctionnelledesproblèmes.

Sont particulièrementconcernésles appelsd'offres comprenantun marché


d'études.Cela met en évidencela nécessitéd'employerun langagecommun
pour la compréhensiondu CdCF.La solution peut passerpar une formation à
I'analysefonctionnelle,cornmuneau clientet au fournisseur.
'seurQlqoJd
sapuârqJ4r^g o@
'âslJdâ.quâ.1 f
lrurnod BIâJ ep sJnelcusel snol eruecuocleuuorlJuoJe8u8uule1
CL
uuld a1rns 'enbg9u9qlueunod lr-uJes
enb 'ureunq ueld eyJns1eJrlplrTunb II - D
J
sâ4ns
sârenbres?p*rsenblenb
u1 enb eJroJcV 'enbuqu;1r.nb ec "Bqpn,rd7?ri":i:#;i;i;::"ïliii::
"pues ronb q erouSrluelncexe.lle slrulgp oo
f
ep sueld sel Jns sagnblpursed luos eu suoncuoJsa1epr9u93 uoSe;eun.q
È
'sâp$g.p rueJnqnu uorluSorgpeun *
luepu"tuepua uor^E.I @
G
Jnssegluoruerg lueru^nod1esauuoqlueuellâuuorlcuoJluâmlg secgrdsa1enb o
o q
sJolu'alu?uodur asuadgpeun luenbo^ordue .âIIJuuâJe1p rnol enbeqc1uerc1
-rud auuln âp sop{ âp sâurzzrpsap 'uonucuqegep sluâurnJopsâl Jns'npuâluâ f
ù
uerq 'te sll?tgpep sueld sâI rns sud luern8g eu ecqld €I ep uoqcuoJB.I
< 'sqrdser1Qrullgrr
sanblenbQâloârJoJursed1sa.usproqsep.rnen8
-uol BI luop e18uu,puoJueJun lsesJ 'âuuoq1seecqrdellec 'uoN >>
'uor^?31ep slquâsue-snoseI Jnsagluolu
a.ugQ atdeul lr-BlgeJQrdBI rs luuprrerrrepue 'pJBl snld srnof senblanb
sap$?,pnpaJnqnu srp.4uoru q e[1esâsrc^rutusecqrdsâpeun sgd e1
'eSeuuoga1 a8e1p1no,1JnswU np
luupuad
eJlQrurllrunp eJpJo.lep luetuâssq8un,p êsnpcq sesnânlceJgp luerelg
seJQruJâp sec 'sâsru^neursep sâuuoqsecgrdseylueruredgssessrpJ
se1enb srop enbrpur.u rna1er9do,1'sacqrdâp âJqrrrouaugru a1 sqrd
ned q luereueluoosâssreJsa1enb sn e[ luuqcuedeur ug 'a11enbeuu1
ep JnolnpsâgnlrssâssrpJxnep sep eun.l srrepacgrde1tr-etetp 'ueruexe
sgrdy 'elg4uoo âp eilenburueun Jns lruluesgrde1 la securdsep ceÀB
e8e1nno.1ep acqrdBI lruuos rneprgdo.l 'assardep dnoc enbeqcsqrdy
'euu1que secgrdseppnuqJq mb assardaun.p perd ns sl?lg.f
lTBruJoJ
'uorlscuqBJ
le allâuuorlJuogesfpue erlue uoddeJ el uerq erlsnllr rnb 1e 'leuuopdacxe.p
uârJBju rnb 'suc un.p âcues-eJd
ua alnorl srnseur ef enbqneuoJgz âJ$Jruls
âp âIquesuâ-snosun rns lueuod mep^ q ep esfpue,p epnlgâun luBsrEJug
'sgrdu-rcelduraxe.l
e.t1uoruâI eurruoclrresrJ]nssud 1sa.uelec smru 'uerq lsâ.c eleuuorlcuo; as[1
-?uB.lQgdrcnrudu uorlcnpordul ep lrruluesgrderun rS 'ecueuruocuoqcnpord
EI (o lueruorunB luelsye sâgll1pl?psepug sel ta dJpJ e1enbsmd'âluâpr^g
sed1se.uuoqcnpordBI le elleuuoncuoges,(1euu.l er1uâuoq?lâJu1'FoFd y
N0rrJn(oud
v-rI
çz saluazuoz saulouropsTI
26 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

I ro Quer.rrÉ
La maîtrisede la qualité passenécessairement par la constructionde la
qualité,c'est-à-direprévoir les précautionsindispensablesà toutesles étapes
d'un programmepour finalementcréerun produitqui satisferales exigences
du client et de I'entreprise.L'analysefonctionnelleet le CdCF contribuent
fortementà la constructionde la qualité.

La maîtrisede la qualiténécessite égalementde se préoccuperde la sûreté


de fonctionnement du produitpour évaluersescausesde défaillances,sa fia-
bilité, sadurabilité,sadisponibilité,sa o maintenabilité
>.

L analysefonctionnelleinternedu produitpermetde comprendreles fonc-


tions satisfaitespar chacunde sesconstituants : ensembles, sous-ensembles,
équipements, et selonle degréde finessede I'analyseil est mêmepossiblede
descendreau niveaudu composant.Le CdCF en cascadequi en résulte,
permetd'effectuerdesanalysesdesmodesde défaillance,de leurseffetset de
leur criticité(AMDEC). Si desrevuesde projetsontnécessaires au coursde la
phasede développement, le responsablede la qualitéveilleraà ce qu'il soit
fait référenceau CdCF chaquefois que nécessaire. Les écartséventuelsentre
les solutionset les fonctionsferontI'obiet d'actionscorrectives.

I lns NorrcES
D'EMPLor
Rien n'est plus désagréable que d'être en face d'une noticed'emploi qui
refuseobstinément de fournir les explicationsnécessaires.
Certainsprétendent
que c'est à causedestraductionssuccessives, par exemple: japonais-anglais-
françaisque les bonnesinformationsse sont perduesen cours de route.
L expériencemontreque c'est en effet un problème,mais ne il concerneque
I'orthographe et quelquestournuresde phrases.

Il est rarede constaterla disparitiond'un paragraphe entierlors destraduc-


tions, or c'est précisémentde cela dont il s'agit. Il manquepresquetoujours
un paragraphe important: quellessontlesfonctionsoffertespar le produit ?

La noticeestrédigéeen termesde tâchesà exécutersansindiquerles fonc-


tionscorrespondantes. C'est seulementau bout de quelquesmois d'utilisation
laborieuseque I'on comprendenfin quellessont les fonctionsque le produit
peut offrir. Je connaisdes personnesqui ont revenduleur magnétoscope à
causede cela.Ellesn'ont paseu la patienced'attendrele merveilleuxmoment
de la révélation.
@
'lÉe.s p ronbap erpuerd o
c
-uoc rnod enbgrcgdsuonerrrJoJ l
eun êJÂrnsap s9311qo luos tâ âcqou ul êJ^rns o
ep luu,(esseua sanbolqluetueprderluos sJnelBslIIJnsep frednld e1 .senbq rI
-BrrrJoJur
qarcÉo1xne se^qBIâJsecnousel JâlrJlneg11'loldrue.p elceJ tppord p
=
âl eJpueJq segunseplueruâsneunc'roldrua.p selrJrJJrpseJrlou sel ruxed 6
o
o
'Jnêl?sqqn.lrnod elqzrgprsuoc
f
sdual ap uru8un 1eludse,pâJnue^noeun lse(J 'peredde.lap sglpqlssodse1 o
0t
sâlnol eJpuêJdurocep âJrucelâlneseun ue leurrad'e1xe1e1suupro^uâJJnâl lê c
suorlcuoJI ç sêp uorleuSrsgpBI lueuelnâs tueuerduroc'9gqdur1sCJpJ eJ o
G
o
o
@
t9 ïlor c
a
0t suollcuol
alnlcelPlPso^llPlêJ (D.
r luau:er1srôarue,p
uar;ncrped
sopoulxnesa^tlelol
suotlcuoJ
I luaualsr6arua,;
luepuad seôepgrapsg1llqFsod
I 1ueuer1sr6erua,l
guepuedlueuanbrlBruone sagstpglsuollcuol
zl luaue4srôerua epsg1lqFsod
lueneseôe16-a:
6 sepr9u96suorlcuoJ
n enbupa;9uotlelueutV
suo\cuo|ep atgwoN qeuuo1cuol
sadnotg
]u?^rns n?elq?lâl susp
guuoplsa SqelnlrducgJ âl luop 'sednorSsrnersnldue segssulcsuorlcuoJses
êp elsl eun.p âurroJul snosedocsgurucnp s?llrqrssodse1luauncop np lnq?p
ne gluasgrdlr-BJnBâlIâ 'âlleuuorlJuoJas,{1uuu eun,p rrgud Q ellqet? ?tg trc^e
eJrlouenâc rS'alqlsuaqgrduloo lueuâlrJrJJlpsQr lse le saSudç11 egodruoc
ecnou e'I 'aurure8âp lneq anbugunu edocsatuucun.p elduraxe(lsuoueJd
'eJrlouel ep Jr^Jesâs aurlsqo.s âunuluocnedacuaqedeunJnsno
R Ir.s
'an8o8upgdsrnolnol sud 'llnpord eurgrunp Jnalesrlqnâr1n?un.p suorleclldxe
sâpJnsenb:elduoc lrop eu Jnelusrlun.l'uorsueqgrdruoJ €s JeJorl?rue
Jnod
.uorl?sllnn,p
aporrgden8uol aun sqrde,nb9tqeqo13Jnâl su?pluessrcruddu,u rnb lnpord
np sâIleuuorlcuoJsglllrqrssodse1sed enbong.usrerrr'âgururJelgpâJuelsuoc
-Jrt âun swp JesrlugJq suoqergdosâp eJpJo.lenblpur rcyduta,paJuou e-I
1eqce,puorsrcgpe1renbonordrnod sluerun8re,pzessele uouuluâsgrde11eq
âun cânslmpord np sepdrcuFds4qrqrssodsel elrJ alonrauuor aJuou e1
'I€r^rÂuoc'alrcqdxe'srcgrdîrBIc
lueur
-nJop un q Jpnoqslrop aJrlou ul ep JnelæpgJel 'leuuorlcuo;eBeSueIeI lupl
-dopeug 'roldure,perrlou eunspuortcepgrBI êp esuqul erlg rlop
R dJpJ e-I
LZ saluacuoJ sauîDuop sa7
28 PRANQUE DE L'AI{ALYSE FONCTIONNELLE

Cette situation est bien connue mais peu d'actions vont dans le sensde
I'amélioration. Manifestement, I'analyse fonctionnelle est encore insuffisam-
ment exploitée. Pour faire mieux que les concurrents,un constructeur de
magnétoscopevient de sortir un modèle avec assistancevocale, ce qui
confinne l'indigence de la plupart des notices classiques.

Cette situation est anormale. Il faudrait peut-être compter le nombre


d'heures perduespar les particuliers et les entreprises,et calculer la perte
financière que cela représentepour sensibiliser les services ofEciels compé-
tents et les décider à faire établir des recommandationspour la rédaction des
notices d'emploi. L'analyse fonctionnelle serait, encore une fois, à la base
d'un réel progrèstout à fait indispensabledansce domaine.
'cle :es?l ânbsryel 'rrEuDll?^\âl 'uorsl^glglel : seldruêxg'ânbÉolouqJel @
o
c
uons^ouul âun(p lueruâP-Jgug? nssr 'n?â^nou lrnpoJd un(p eqcJ?Iuâl Jns f
o
âslrupl sQJdB âJuessruu puâJd'enbrpur.lruou uos euruoc 'aaJJurcsaqa7
r
'cle'uorleururosuoc 0t
ep senbrlsqels
ep'sJneleuruosuoJ
o
ep lueuâuoduoc ep 'gqcruruep sepnlg.pellns?r ?lfiruapt mosaq a7 o
o
's9slr
o
-glcereJsnld surosaqep uoddns eI âuos anblanbuê lsâ 'grul.rdxeurosâq
1t
qt
np sJâ^€Jlne 1g1n1dlpJ âs uorl?JrJrluâpr
uos 'lel enb luel ug 'npr^rpur.l c
êp sepluâuepuoJsecue8rxexne luetuâIeJgug8 tuarwdde flapl urcsaea.l t a
o.
o
'9.eJcurosâqeI - o
6
'gupueprurosâqel - c
'1ua1e1ulosaqe1- o.
: surosâqep sesselJsror1lueureprgugSen8u4slpuO
<'uon
-uururosuoJ el âp elurJoste enbrSoloqc,(sdeur8Fo.llsa,3 'eJrgssaogu lse ml
rnb ec ep sQcxeun.p no enbuuurun.p euuosJedeun zeqc uoqdecre4>>: rsure
rurJ?plse uroseqa1 'seprcraruuoJsâcuercssep erurgpecv,lep eJr?uuorlcrp
al Jnod 'enbuuruun B urosêqâl JerJossu.prsroqcluo se4lel âp sâururoqse.I
'urosâqnp uoqruugpâuuoqeun Je^noJl gllncrJgrpâurBuâJâun qo.p
Q
'ecueJ.eJgrp
epuer8aun e ,{ yr;ncefqnsurosequn 1a;qcafqourosâqun erug
Nrosss
ncNorrrNrdga
il I
Nr0sr8
il
30 PRATIQI.JEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Dans la noffne NFX 50150 concernantle vocabulairede l'analysede la


valeuron peut lire ceci : < Le besoinest une nécessitéou un désir éprouvépar
I'utilisateur,et non le volume du marché.Un besoinpeut être exprimé ou
implicite, avouéou inavoué,latent ou potentiel.Dans tous les cas il constitue
le besoinà satisfairepour lequel un utilisateurest prêt à faire un effort. >>

Par < utilisateur >>on entendun individu, une collectivité, une entreprise,
une administration,un serviced'une entrepriseou d'une administration.

Motivant I'achat pour une entreprise,le besoin dépendde facteursobjec-


tifs, qu'il s'agissede besoinsen matièrespremières,produits semi-ouvrés,
biens d'équipementou sous-traitance, d'où la nécessitéde rechercherla
naturedes besoinsmais égalementde prévoir au mieux les évolutionspos-
sibles.

On peut classerles besoinsen deux grandesfamilles : objectifset subjec-


tifs. Les besoinsdits < objectifs> sont ceux qui sont relativementfacilesà
quantifier,c'est-à-direà évaluerquantitativement à I'aide de critèresou de
paramètreschiffrables,exemple: le besoinde rouler vite peut se chiffrer par
un paramètrede vitesseexpriméen km./heure.
. Le besoin< objectif tient comptede notionsquantifiables,tellesque :
"
- les performances,
- les caractéristiques,
- I'ergonomie,
- la sécurité,
- la disponibilité,
- la durabilité,
- la maintenabilité,
- I'encombrement,
- le poids,
- etc.

Lacte d'achatobéit à des lois complexes.Même s'il est réaliséà des fins
utilitaires,il comportepresquetoujours une dimensionémotionnellevoire
affective.
Une étude de marché doit donc identifier les attentesdu client. Elle part
généralementdu principe que le produit est un potentielde satisfactionsperçu
par les acheteurséventuels.Les fonctions qui correspondentà ce type de
besoinsontles/onctionsd' estime.
. Le besoin < subjectif > est plus difficile à quantifier, par exemple avoir
besoinde posséderun produit hautde gammeobéit à desnotionstellesque :
- I'image de marque
- la mode.
o
c
:i:ili;l"llï1ËiliJiï',;l-,t# j{
,seIne,es'un.r.esuderu.lfi l
o
'eldruexared nuapecun.p I
luqou,Ii luer.egrp r
0)
lse Jnelssllrln.l sl?ru npr^rpu etugtuun luos rna,{edâl le JneleqJu..I J
'rnâlur.utuosuoce1luerueprgugS o
'npr^rpurer.ugrrr
lse.o un luos Jnâlus11nn.lla rnaÂudel 'Jnelâqo?.1. o
f
o
sa1duarg
0t
c
'tPPord nPrnâl
@
-Bsllqn-Jnelaqcu.1
rud 9,(edsrnolno1sedlsa.u xFd eyenb 1se.c'uroseqnp uoq o
o
q
-decredel supplueuruuelepJnelJeJun elnole,sseuo8glecsecep aunJuqcV
c
'leuuorssâJoJdrneleqce,l- o'
'e8eu9ruun'adnor8un Jnêlâqre.l-
lueluesgrdeJ
'lenpr^ryur
Jnelâqce.l-
: sagn8uqsrp
lueuepJgug8luos s:nalaqcu.p sauoSgluosroJl
'uroseqnp e11auÉFouorldacredBI Qsuoner^gpsaprenbolord
ep salqqdacsnsâJnluuelnol ep sâcuengursap luanbgsuocrud 'lenualod rnal
-eqce,le^noJles 1anba1suepâlxâluocnp puadgpuroseqnp uorldecrede1
Nrosss
n(INorJdrrJuird
il I
'ellJrJlp zess? uorl?J
lse
-guuunb Jnel srurrruroseqep sad& sâJq s?rJosseeJlalue^ned serqtpcseq
'cle -
'enbqoqru,(s u1
'ecueredde,l
'axnl el
'ergqdsorule.l-
'uoDcurlsrp ul -
'ecue3919,1 -
'?]êrBr2l -
'eJuerqlllB.l-
'9l{eut8tro.l-
'ârllsrJrssulc al -
'enb49q1se.1 -
'etuâl9p3l -
'uoJuocâl -
'er^ ep elfs ey-
I€ utosaqa7
32 PRATIQUE DE TANALYSE FONCTIONNELLE

La position dans laquelle se situe I'acheteurdéterminesouventun pro-


cessusd'achat particulier pouvant lui aussiperturberson comportement.Ce
processusdébutegénéralement par une phased'informationau cours de
laquelleI'acheteurprendconnaissance ou, selonle cas,conscience
du besoin.
C'est au coursde cettepremièrephaseque I'influencede I'entourageest la
plus importante.Dans son contextefamilial, I'avis des membresde la famille
joue un grandrôle, par exempledansI'achatd'une voiture ou d'un apparte-
ment.

Dans un autre domaine,I'acheteurprofessionnelsubit les contraintes


propresà I'organisationde sonenûeprise.Il suit un processusbien défini qui le
conduit à traversles besoinsexpriméspar une <<demanded'achat > en prove-
nancedesservicesd'études,méthodesou utilisateurs, à réaliserI'achatoffrant
le meilleurrapportqualité/prixen regarddesspécificationsdemandées.

Par ailleurs certainesinsatisfactionsrestenten mémoire et influencent


I'acheteurlors de sesfutursachats.Cesinsatisfactions sontgénéralement dues
aux difficultésd'utilisationou de maintenance du produit.L'acheteurestnatu-
rellementmieux disposévis-à-visd'un produit ayantde meilleuresperfor-
mancesque les précédents,plus commodeà utiliser, plus facile à entretenir,
présentantplus de sécuritéet de surcroîtne coûtantpasplus cher.

On peut en déduirequ'il ne suffit pas de satisfaireles besoinssanstenir


comptedesdésirs,car les besoinsd'aujourd'huiétaientles désirsd'hier.

L'achat d'un bien de consommationest devenuun compromisentre un


investissementaffectifet un investissement
financier.

CarlosFallon,danssonexcellentouvrageValeuret productiviré,soulignait
justement:

< Si I'excessifest en généralmauvais,le désirableest en généralbon.


Ignorer cette différencefondamentalepeut amener,lors de I'analysede la
valeur,à lâcherle désirableen croyantqu'il estexcessif.>>

William Smartest I'auteur d'une remarquenon moins pertinente:

< Ceux qui pensentque les bijoux n'ont pas de valeur utilitaire et que la
nourriture a une valeur infinie doivent tirer leurs idées non de la vie des
hommesmais de celle du bétail.
"
Compte tenu de ces observations,doit-on considérercornmeimmuable la
pyramidedesbesoinsde Maslow,ou peut-onI'inverserdanscertainscaspour
mieux comprendreles comportementsde société?
'âcnsllrâ^Jns BI âp @
lqeruâIlenlue^gJâucegâ v '€
c
'uorlrg 'z l
ep no o
?lllEfl ep suIU sepresrls9Jv
I
'segsuouos sâ33ursepJaISrSeJue 'I -
v 0)
J
4 U-UasrcnbV o
'Jllqnd puDt?adoJsau0Jun : alduilcg
o
f
'alleuuorlJuoJesflEuB.pâqcJBur.ep3l srrsplu3^3 snld Jalp.p lu3^3 Jrqcus{ o
c
q sedelgseJQrrrreJdsep âun lse.J 'lrnpoJdâc ap epnlg.l âp Jnoâfqo,lluênb
@
(}.
o
-?suoored 1elrnpord np pluaulupuo; ;ncefqo.l enp-q-lsâ.J'surosâqsâl luâur
o
-eprdurJenlrsâp leuuad sâJruluârrrglgsuonsanbsenblenbsac q asuodgrz1 o
c
; p-puodgrasDqap ulosaqpnb y . o.
ô II{l8u rnb rng ô grÉe ronbrng i uoltrv uos tsaapanQ .
ronby i ?ryln uos$a a11anQ.
ô ll-uas mb y; 1y-uas
tlnpord np;ncefqo âlqullJg^el lueruâcuoJseplueruepuoJsuop
-senbsapresoderas ep eJrussecgu sro;enblenblse II spur 'salgnbuesâp's^\er^
-Jelursâp 'sa8epuossep rud ''Jle '1BqJ?.psnssecordsel 'sêJQruuosrus sglru
-nuoddo sâI 'sluerlc sel 'gqJruruâl JnssuoneuJoJul: Suqa4reruâp sepoqlgu
sâp uorlerrlddu ue esrurel âp JâllnsgJlned uroseqnp uorldacrade1
(mo1soyfsurcsaqsapaprwrut4 - 7 atnSrg
'lros'uiPl
lrautuos
enbôo1otsÂq4
/
anbrsÂqd'pJot!npa^lunp uorlcoloJd
91!rnc?s
/ uoflcolJe'glllurv \ /
/ xnelcossuo!1 \ /
serlnesep 'rosêp padsag
K
ewlpz
\ /
xnalu al e:p; ped
uo,;anb ac Jasrlegu
pawasaÊwoccyl
E€ ulosaq a'I
34 PRATIQIÆ DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

4. A distraire.
5. À enseigner.
6. À former.
7. À obtènirdesrevenusà I'entreprisequi le produit.

À qui sert-it ?
l. À toutepersonnedevantenregistrerdesimagessonores.
2. À obtenirdesrevenusà I'entreprisequi le vend.

Sur quoi agit-il ?


1. Sur la bandemagnétiquede la cassetteimagessonores.
2. Sur la bandemagnétoscope.
3. Sur la tablede montage.
4. Sur la tableà effetsspéciaux.
5. Sur les accessoires.
6. Sur le téléviseur.

Sur qui agit-il ?


1. Sur le comportement
de sonutilisateur.
despersonnes
2. Surle comportement filmées.
3. Sur le comportementdesspectateurs.
4. Surles fabricantsde camescopes,
de cassettes,
d'accessoires.
5. Sur les distributeurs.
6. Sur les vendeurs.

Objectif fondamentaldu produit : permettreau grand public d'enre-


gistrer sur bandemagnétiquedes imageset du son en vue de réaliser
des films de réalité ou de fiction, éventuellementeffectuerdes opéra-
tions de surveillanceet descopiesde documentsou de films.

Dans le domaineindustriel le mot demandeurpeut être préféréaux mots


client ou acheteur,le demandeurpeut être une personneou un organismequi
agit pour le compted'une autreentité.Dansce cas,le demandeurn'est pasle
payeur.Le demandeurpeut appartenirà une entrepriseet s'adresserà un ser-
vice de la mêmeentreprise.

Le demandeurpeut égalementêtre désignépar <<donneurd'ordres >. Ce


terme est généralementutilisé pour désignerun organismeou une entreprise
qui adresseune demandede prestationde servicesà un fournisseur.
@
ô JânIo^9ll-lned uroseqel sduâl ep uerquoc SUB( o
l
ô uroseqâl JâInrru?lnâd mb âJ-lsâ,n| o
ô uroseqeI JeUodeJ lned rnb âJ-lSê,n| o -
0)
J
e urosâqâI Jâurporulned rnb âJ-lSê,n| o
o
'seglJdordd? o
sesuodflsel
o
Je^noJlJnod eJQrlnclueduoxeg.eJâun R lualrJur selus^rnssuoBsenbsâ'I f
0,
'eulJel3uo1suroru c
o
no snld -Eglnuusno gurporuâJl?.ps€dânbsueu 'r,uu?pglg e lr.nb lel 'urosâq oo.@
el rs JoTJIJ?^ o
Qâlsrsuocmb âpnl?.Iap âs?qdeunlse urosâqnp uonsplls^E'I o
c
'âsrrEuodrur :
o.
uos âlnol sJolspuâJdsuorlcuoJsâuluuâJQâ9pJoJJ??llllqlxeu ep uonou eT
'se.Dnesel ânb uoqnlo^?.psânbslJâp snld lueilodruoJrnb
suoqcuoJxn? âtueuodur.p sluercrJgeoJ sepenqul? uo.l !o luâuour nu euQrrr
-ou?qd ao âp êlduoJ Jruâlllop âflâuuoqcuoJesfpueJ 'eunoJ dorl eprcreru
-ruoJ ârÀ âp â9Jnpâun.p esnsc sgsllrqBluâJ
âJlg sed eu âp 'uorl
luerEJânbsu
Q
-cnpoJdâp suâÂollluâ luâuruelou 'sluâurâssrlsâ^w sâl 'âprdeJsQJlsQJSoJdâp
âcus^nol'ueun su?p slrnpoJdep eluuuodur doJl flqu?nb eun,p luelueJu?lel
Jro^.âJdep sBdlr8?.s eu II 'AdluoJ Jruelue llop seslJdelueseper8glBJls?'I
'slrnpoJdep suortEJ?u?3
se11e,r
-nou ep sJe^sJnâlesrFnsâp suroseqsel Janlo^?luâueprdsJllsJ luenb?suoJ
red te ruu?8ep s?de esserSord 'cla 'sJnesr^?lgl
'sedocsolguS?u 'sedoosârueJ
sâp âr8olouqJelB'I 'sâlQlosqoluâruâprd?Jsleugletllsâl luâpueJsenbruqJel
sQJSoJd sel 'lensr^orpne,leIIIIuoJuorlnlo^? eureldue sJnâloessel sueq
'adruocEJpuânuâ ellâuuorlcuoJ âs,(pw,l 'npuelue
uerq 'le asrrderluâ.1ep senbr8gterlssuorsrJgpsâp âseqel Q eres (WfpA)
Suqe>1reu se8ruqcsepJer-qec â'I 'âuuel 3uo1g no eurJelue,(oruQ 'euuel unoc
p reldopeq eÉ4erls el eJuâpr^gue erleu luoJ^âpSuqeryeu âp sâpnlgse'I
'se11ern1cuofuoc
no sanbrugcelsuoqnlo^gxnu seln?.p enb salqrsues
snld gqcruu ap sluauSassepuorlJuoJua JâJ?prsuoJE luos sgllpqlssodse3
'ernlcuoluocep stuugodrursluarua8ueqJ
ep no sraqncqredslueru
-âug^g.puorlJuoJua lueurelulruqa4prudsrp no Jenlo^?1ueuap39 lnad g
'âlqulsernpeluocaun suupsâgulre
srnersnldJqsrsqnsêJreJluoonu no guelueuroruJuÉn; e4g lned urosequll
Nrosss
ncNorrvcrrv^
v-rI
ç€ urcsaq a7
36 PRATIQI.JEDE'ANALYSE FONCTIONNELLE

Les réponsesà ces questionspermettentde vérifier la validité du besoin


expriméau momentoù le prograrnmeest susceptibled'être déclenché,et dans
le même tempsde valider ou d'infirmer la duréede vie commercialedu pro-
duit définie par l'étude du marché.

L évolutionde I'environnementest de plus en plus rapideet il n'est pas


rare de surestimerla duréede vie commercialedes produits avec le risque de
ne pasavoir le tempsde rentabiliserles investissements
spécifiques.
Il est prudentd'évaluer les risquesà encourir en estimantla probabilité et
l'échéanced'un événementperturbateur.Le lancementd'un produit peut ainsi
êtredifféré et danscertainscasannulési le risquepeut êtrequalifié de danger.

Le tableauci-aprèspeut servir de matriced'aide à la décision.

4 D D D M

Probabilité3 D D M R
desurvenue
del'événement
2 D M R F

M R F F

BC
Échéance
desurvenue
del'événement

Plobabililé 1 - Faible A - Trèslongterme> 10ans


Éch6ance RisqueD - Danger
2 - Moyenne B- Longterme 5 à 10ans M - Moyen
3 - Forte C-Moyentermelà5ans R - Réduit
4 - Trèsforte D - C o u r t t e r m ea<nà 1 F - Faible

Pour des produits dont l'étude et le développementse déroulent sur plu-


sieursannéeset coûtentdes sommesconsidérables, par exemple: un nouveau
systèmed'armes,un nouvelavion..., le maîEed'ouvragedoit êtreen mesure
de construireet de maîtriserla qualité tout au long du déroulementdu pro-
cessus.Il doit donc s'organiserpour être sûr, dès le débutdu programme,que
le produit donnerasatisfactionà I'utilisateur,c'est-à-direau besoin,au
momentoù il seramis à sa dispositionplusieursannéesplus tard.

Dans ce cas I'analyse du besoin prend une importanceconsidérable.Elle


devraparfoisêtre validéepériodiquementlors de rewes de projet.
'seluu^mssuonsenbxn? sasuodgJ o
o E
sep luâilâddu uorlJsJsrlusus âp eqJJêqJêJel lâ urosâqnp uorsseJdxe.'I>>
r
: IJaCeJrIlned uo '< glr^qngdruoJ Â)
B I E u r o s â qn p u o r s s â r d x e .a1q > : 0 0 1 0 ç X d N e r u r o u? l s u e (
'tppord np lueueddolâ^9p âl luepued 'enred ue no lnol uâ 'urosâqnp uop o
o
-nlo^9.1sIIBl9psel suBpâJ^rnsep lw9qJ9 sBJâl lê sâlrrcsrEJsrl?s suonnlossâp
l
xror1oJnellrâu âl JenlJeJ+e,p elqrssodsJop uJes gurFdxauerq lse rc-mlâc 0t
1r
rS 'eJreJsrlps urosêqnu <<esuodgr)>ps âp puedgplrnpord un.p qlpnb e1 o
Q o
o.
'seuuoJo
sesselnol snosurosâqnp âJrressrcuuoce1rc3red
aun lue,{eue lnouns le 'eBeB l
-æI âtugrua1luelred ua euuarduroJes epuoruâl lnol anb luuuodtul lse I o.
's1rnpordep lueueddolâ^gpep le ap$?,p âupqc
ul suep gnbgdrul lsâ sâuuosJâdap arquou puer8 un sEJ sel snol sue(I
'sJnâlusrlnn-sluellJ'sluecuqe;'sêJpJo.p
sJneuuop'sanbrurouoc?sJnelæslueJ
-.eJJIp
sâl rnod eluuuodrulsql lsâ urosâqnp uonelnuuoJpl no uorssardxe;1
Nrosss
n(INorssirudxa,l
I
'elueuodurrlsâ JneJrâ.pe8ruu BI srurusâurelurolsâcwgqc?
sa1re8esrnue.peJrcssâJgu
lsâ F spc sureuâcsu?p .' awa7 tuoy s?4 y 't
'xnuâ^nouxnulJgleruep lurod nu esrruEI ep
no uoquJoqel?,1 âp erron 'sânbruqcelsâpuonnlo^g,l ep alduroclueuâl ue sou
-eu9cssâp resrp.er'sqrtord a1radrcquelne; II 'exeldurocsnld 1sereddolangp

Q elrln lse rnb aJ âp lâ elqruodsrpnp uosreurquoJ BI .' aw.ra7EuoTy
'elqule^srnolnollsa suondo eseqep uorsJâ^e1nru
le
-JoJp'I '3uo1snld nad un luauraddola'rgpun elrssecgurnb ac la alqruodsrplsê
rnb ec â4uâ âgpJoccusJolulse glrlrqrxelJeur?uaceun : autJalualout y 'Z
'nlno^
sdual ua ra191duocel R sa?uqsepsuo4do sep re8usy'ue1elrnpord np esuq
âp uorsJâ^aun rron.erdp elsrsuocuoqnlos ârn" eun 'sIBIgpsel erleuordruoc
ep luenbsF le slreJsrlesa4g sed luelnod âu sâJQluJxne xnpâ^ruep resodtut
sedeu te elqruodsrpnp aldurocnuel lnEJIr wJ eJ stJep: aunt unoc V 'l
1uanb.eqsnld e1lros rarurerde1
âJQDurrr
anb uerq 'seJupgr{cg,p uâ sBJerlunbJeJgprsuoc
lned uo '9urns9rug
LE ulosaqq
38 PRATTQI.JE
DE L'ANALYSE FONCTONNELLE

' comment susciterI'offre de produits compétitifs et innovants au moyen


d'une expressiondu besoinformulée en tennesd'obligations de résultats,
plutôt qu'en termesde moyens?
' comment utiliser en interne, avec efficacité, les compétencesde I'entre-
prise pour évaluerle besoin?
' comment exprimer d'une manièreunifiée le besoinà tavers les acteursde
I'entreprise,d'attributionset de sensibilitésdifférentes?
' comment favoriserle dialogueentrepartenaires,tout en respectantles res-
ponsabilitésde chacun?
' comment conduire la progressiontechniquevers la solution la mieux
adaptéeau besoin,c'est-à-direla mise en relation entre ce qui est attendu
du produit et sapropreconcrétisation?
' Commentexprimerle besoinpour faciliter au fournisseurla démonstration,
à chaqueétapede l'élaboration du produit, que la solution proposéey
répondeffectivement?>>

La meilleureforme d'expressiondu besoinest I'approchefonctionnelle,


c'est-à-direla traductionde chaquecomposantedu besoinen termesde fonc-
tions.

Trois notionsfondamentalessontà retenir.

1. Besoin : insatisfactionqui motive la créationdu produit (définition du


besoin).

2. Fonction : formulation du produit à traversle besoin(analysedesfonc-


tions).

La notion de fonction, situéeentre le besoin et le produit, pourrait égale-


ment être définie unsi: formulation du besoinen vued'obtenir le produit.

3. Produit : élémentconcretqui répond au besoinà traversla satisfaction


desfonctions(créationdu produit).
'IârtÉol un,nb
lel pltryDuut rynpord un
'Jlâ'sJnesuecs?spuellêJl
-uê,p 'eABÂoDêuep esudeluâ âun,nb slel 'senbruqcel s.âpgcoJdep lâ JIIBI r
-srulupe snssâJoJdun.p uoslpulqruoJ el luerueluJ?ue8luos rnb saJIMas saî o$
o
ô
o
: 'Jle'eJrucueqâcr^Jesun 'ecueJnsse.peruSedruoc o
eun 'êlercos gllJnJgs ep ausrue8ro un,nb sp1 s{11otïs1u!upDsnssaJotd sa1 oo
l
! 'c1a'acuJ;ns âp luêIllareJl âp no !r
alQrleur âp uoq?IuJoJsu?I âp gpgcord un,nb s1e1sanbtuqcagsnssacotd say a=.
@
o.
o
I 'cla 'arnlron eun'uo,(urc un.nb qe1 < s1afqo> silnpotd say ao
a
: tuâuâler?u98 enSuqsrp ug l
o.
silJNilugddl(
srncouda(IssruocgrvJ ssr I
'snssecoJdun no larcrSolun.nb
'etuJel
lel IâlJ9lBur4 lrnpoJdun,nb leJJuoJllnpoJd un uâIq tssnuauSrsgpII
np oAJBIsuesnB sud lsa 'lueunuepgcgrdnrr suorru.Isnou 'lFpoJd loru e'I
'uroseqn3 puod.âJ
rnb lercuocluârrr9l9.llse lmpoJde'I
il
rno0ud
40 PRATIQTJEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

I lnscoMPosANrs
Quelquefoisle produit est un élémentqui s'intègredans un système,il
devientalors un composantdu système,exemple: une pièce sur une carte
électronique.La carte elle-mêmeest un produit qui s'intègredans un
ensembleélectroniqueassurantle servicedemandé.

C'est la notion de cascade: ensemble,sous-ensemble, composant.Chaque


élémentde I'ensembledu systèmepeut être considérécomme un produit à
part entière.Il assureun servicerequis par le sous-ensemble
sur lequel il est
monté.

L'appartenanceou non du produit à un systèmepeut influencer I'analyse


fonctionnelle.

Les quatregrandescatégoriesde produitsconsidérées


habituellementen
matièrede marchésontles suivantes.

1. Les produits de grande consommation: I'alimentation,I'habillement,


lesproduitsd'hygiène,les voitures,les articlesde sport,etc.

2. Les biens intermédiaires : les produitschimiquesou métallurgiques,


lesproduitssemi-ouvrés,
lescomposants destinésau marchéindustriel,etc.

3. Les biens d'équipement : les outillages,les machines,les moyens


industriels,certainescatégories
de construction,
immeubles,meubles,etc.

4. Les services: nettoyage,locationde matérielsdivers, servicesfinan-


ciers,personnelintérimaire,banques,garages,
etc.

I'o DURABILITÉ
DESPRoDUITS

Parmi les fonctions d'un produit, la durabilité est une caractéristiquequi


dépendétroitementdesconditionsde son utilisation.

Plusieurscaspeuventseprésenter:

l. Le produit doit être durable avec des conditions d'utilisation aléa-


toires. C'est le cas des parkmètres,consignes,certainsarticlesde sport,d'ha-
billement...Pourévaluerla durabilitéde cesproduits,les scénarios, enquêtes,
sondages, etc.sonttrèsutiles.
'snssep-rJsâluc9p
?llrq?Jnpep
suoqrpuocsâp 4dluoJ Jruel luenb?suoJJud llop âllâuuollJuoJâqJoJdd€J
' Jlâ'ânbruoqd914uonecrunuluoceun'sJlls.Dslurupuno senbtu
-qcel snssâJordap sluelr?lg suleuâJ 'aFo89tuceuec suepluarluâ seJI^Jes
sep uudnld u'I 'uolle?rr Bs sQpsloJ elnes aun ?s!l!ln 1sa1;npold a1 'ç
'senbgrcgdssreu
-reluocsa1no sa8ulpquâ sâI carruuonenbgpuauuoqq anb tsureseprproruFd
luos e8uTcolsâp suollrpuoJsel'sllnpord ep auo39luceilec Jnod "'selleru8tc
'suorlrunru'e^Jesuocuâ slueulrp : erue8np seuoS.elecsepR lueueueddeslrnp
-ord sap 1r8u.s11'a8ulco1s sg.rdeqo; elnes eun ?smln 5a lppold e1 '7
'Jle'luBJnq
el ru uelle4ue,l sedluulleuJad eu e4rurtl egJnp
-.ruc'er8reugue lueluâ11tull^EJ
'olqe1ef 'g
R gqcætuuoq sltnpord sl4ed sep ser eI lse.J 1salJnpold a1
'(1'6 eqder8ureda1rron) elqrssodsro;enblenb1see8uuqcg,p
xnel ep ârrrroJ?l snos gllllqlxeg €'I 'lUoJ el le fl1pqeJnpBI arua srurorduroc
uoq el rrongrd lnsJ II sreuraldruts snld lueuenbuogqt lsê sec eJ 'sapggp
uelq uoltBsllltn.p suoglpuor sap re^B alqBrnp erlg 11op1;npold e1 '7
tv 4npofi r7
I]ETUDE
DEMARCHE
ET
LECAHIER
DES
CHARGE
MARKETING

Définir un objectif de qualité en accordavec le prix du marchéest un élé-


ment importantde la maîtrisedu rapportqualité/prix.

Cetteapprochedu problèmeconduitles entreprises à réaliserdesétudesde


marchéplus complètesqu'autrefois,à poussertrès loin la définitiondespro-
duits,à définir desobjectifsplus précis.

Les entreprises
ne cherchentplus à développerleur margeen misantuni-
quementsur la diminutionde leurs coûts,elles cherchentde plus en plus à
innover en substituantaux produitsanciensdes produitsnouveauxbien
adaptésaux évolutionsdu marché.Il convientde tenir compted'une nouvelle
dynamiquede marchécaractériséepar des segmentsparticuliersidentifiéspar
desétudesappropriées dont les conclusionssontrécapitulées
sur le cahierdes
chargesmarketing.

L'analysefonctionnellene peut s'effectuervalablementqu'en respectant


desobjectifsbien définis.

Lorsque I'entrepriseest sous-traitanteou coopérante,les objectifs sont


définis par le donneurd'ordre. En général,un cahier des chargesplus ou
moins détaillé accompagnela demandede fourniture. Les chosesse compli-
quent lorsqueI'entrepriseentenddévelopperson propre produit. Il faut alors
qu'elledéfinissetousles élémentsutilesà l'étudedu nouveauproduit.Uétude
de marchés'avèrele plus souventnécessaire.
o
'auruEJ8oJd-êqcu 3I
ep lueuess-rlqpl?.1
q eseqâp ?JI^JesII le uolsrJgpep âsud BI R sâIqssuedsrput
'luBunuop lse ânbrurouoJg 0)r
slueurgl?sâl snol JeuodluoJ suloluu?9ullop u E
'npuelueuelq '8o enbTurouoJg-oJruqcel =
Iredse.I âqcoJddBâun.p ellns.êJII o
- o
JqslquPnblced$ uos f
f
- 0)
Jputrlunblredse uos
o
@
: 9qcJ?ruâI lIIBSu9lJBJsc
o.
o
xnedrcuFdslalo^ xnep euoduroc(ftCpC) Suqalreur se8reqcsâpreTIIBca'I o
f
(D.
red egsq;rp '2{17dw1ssautotqcsap ralq,) rnal'?qrr,w ,rp*;\hft;J
"O
eun.p lprxe 'sqrdu
-Ful '(<uorle^ouul,l âp uonseg >>uoqcâlloJu1ep a11anbe1d
-rc neelqe1âI su?p seglnlrduc.arluos gqcJutuep sâpnl9sep senbruqcalsa'I
'Cle r
I (eururu:3ord)atuanuâ âgluou uI erg eunod a11en| .
i eplueuruoc âIÀep â?Jnp3s erase11en| .
6 (e1ua,rap xud) grlcrutunp xFd el lsa 1en| .
i uollnq$slp âp stInJrIJsâl luos slen| .
ô ecuerrncuoJ?l ep slmpordsel luos slan| .
I sapdrcuudecl^Jâsep suoqcuoJsel luos se11en| .
i pdrcuFd uloseqel lsa 1en| .
'selu?^Inssel
luos gqJJBruep epnlg eun.p sJoIsegsodlueurrruJnoJsnld e1suoqsenbse1
'â?IIFl9p âllâuuoDtuoJ
es,(1eue,1
âp sJo[aldurocua sasudluoJes<<sapdlcuud > sâllp suoDcuoJsâJ
'sJnelusllqnse1red senP
-ue1leecr^Jesep no e8usn.psuoqJuoJsel luos sellenbJeUIluâpI.p'9qcætuâp
epûg.l sQp'eJrussecauJuop lse 11'luessllduar qt.nb suollJuoJsa1red s9su9l
-o?JuJluos ]ueurtuop;ncetqo eJQlJuJBcq 'sauo89lecsarns,p slmpo.tdsa1
'suorutdoseseJ^Insno luarueuoduroJuos erlrns rnod luaurenb
-Ipolr?d uo4elndod
egSorrelur êun.p ulollrgl uollnwqJg : qauod ap saprug .
'selqelqurâssenbqsFglczrec
sep luuluesgrdsrnaleururosuocâp uoqelndod : ?llJtDtu np uouDruau8ag .
'<<tsuIlâ{J?IU >>
saqcorddesâp Jns 1uu,{ndde.s gl{cJelrrep sâpnlg.plêlqo,I luoJ 'Jle 'sluâur
-elg^ sêl 'uorluluâurllu.1anb slâl uoqururuosuotâpueJ8ep slrnpordsa1
EN ?u4a>1toutsa8tot1csap DnlD) al p ?r'pftur ap apnl?,1
44 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

TECHNIOUES

Etude
documentaire
acheler le produit?
Expliquerl'acted'achat Repérer,dansla documentation
(Motivations del'acheteur) et par interview de quelques
1.Grande consommation expertsou organismes clés,la
Produit
/ Conditionnement / Prix problématique
et lesdonnéesde
Produits concurrents basedecemarché.
Fondement psychologique
Mécanismes irrationnels
2.Biens intermédiaireset
d équipement
Yaura-t-il(ounon)achat? qualitatives
Eludes

Centrées
surI'acheteur.
Techniquesindividuelles
:
. entretiens
nondirectifsetsemi-
directifs
. questionnaires
Comment Techniques
collectives
:
le ploduit
sera-t-il
vendu ? . réunions
degroupe
Définir
ladistribution
(tavente) . études
u créatives
,
Points
devente
Réseaudevente Études decompoftement
:
0rganisation
delaconcurrence . testdeplacement
Comment leproduit . testdeoroduit
sera-t-il
vendu? . prétest
depublicité

quanlitalives
Eludes

Enquêtes
etsondages, selon
un
Gombien ECHANTILL0N, questionnaires
deproduil
vendra-t-on? u statistique
Exploitation u
laquantité
Evaluer deproduit
vendu Méthode desquota
simplifiée
0ualité/orix Etude
d'image
Partdemarché/Concurrence Etude
decomportement d'achat
Combiend'unités
vendra-t-on
? Etude
deréseaux dedistribution
produit
Gestion : marge Étude
Oeoartdemarché
Simuler
lavente(testing) Étude
declientèle
TESTING: testsdemarché
deprix,etc.
Tests
Modèles
desimulation

Figure 3 -Techniques des études de marché


'ae'ecuslru.q-snos âp no uoneredooc ep enbqllodu1- @
o
Jncefqoluâr^ârep lUoJâl - o
'lueureddola^gp
lâ eprug.pteEpnqaI -
'(8uuue1d'eurururSord) r
eilerlsnpur er^ ep egJnpul - o
'sluuuu^ursep
leddura1-
'seJueuuo;:edseuJeuecep s;ncefqosel - ô
o
'sârsroqcsanbrS4els suoodosapuer8sâI -
f
'hrrprnpsenssrr","ullt;l:l"ll"i"r",ff D
-lr'Ë..i1il-
q
: se4nu arlue erpuerdruocaururerSord-eqcge1 o'
o
o
o
aI^[NVUCOUd-AHJrd
V'rsCilNirrNOJfl I o.
JnelJâJTp np lrt?,s Ir'enbu?uJoJureul?Iuop
el suBo 'se^rlseJrpsep sJrlcafqo "rrrgqrs
sep
lâ lueluelnes lu€nbrpurJpc sâ8mqJ
sâpJerqscun.p eurnlo^el S?dluB,{B.u'srJgJd'srJuoc lueuncop un esloqruÂs
ârI3rJloru â'I rrsBld R sâsoqcsel JenbrlduocJnodr-uglrlBur8lJo.pâ^neJdeJr€J
Jnod sud lsâ,u eJ ô se8$qc sâp Jelqecuou le eurueJ8oJd-âqcgronbJnod
'sâ^qcâJrpseseJ^rns
'rel?p '.lSoJ
lrop Ir 'uoqceJlpBI g Jeqrlsqnsas sudlned au sepnlg.pneeJnqeT
'flllunb ep 'sgqcafqo sâl Jruggp llop asuda4ue,l âp uorlJeJrp ?l
luâurruelou
'leJJe 'eururer8ord-âr{Jg
ug ?l âp âpnlg,I lsâ,c 'trAIJpJal relgydruoc lâ Jeprle^
'(I^lJpJ) Suuaryeu sa8ruqc sep relqer np rrged
tlop ermlpilrrrâtu âpnlg eun
q lueruenbrunânlcâ:Fe,selleuuorlJuoJas,(pue.1enb alqutr-eqnos sedlsâsuII
Vl
11truVU00Ud-tHCH
Sr0
E SJICT8O
N0tltNHto
vt
46 PRATIQI.JEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Certainsde cesparagraphes
méritentquelquescommentaires.

1. I/objectif de niveau qualitatif rappellele créneaudu marchévisé :


haut de ganme, milieu de gamme,bas de ganme. Il y a lieu quelquefoisde
préciserle cadrede niveaud'acceptationdu produit, nonne,règlement,procé-
dure particulière.Rappeler,par exemple,le cadrerèglementaired'une certifi-
cation ou d'une qualification,ce qui est fréquentdansle domainemilitaire.

2. Les grandes options stratégiques représententle choix des solutions


fondamentaleschoisiespar la direction de I'entrepriseafin de cadreravec sa
politique généralede développementde produits.

Exemples

Respecterimpérativement I'imagede marquede la maison.


Construireun nouveauproduits'intégrantdansunegarnme.
Se démarquercomplètementdes produits concurrentsou au
contraireavoir des points communsavecun produit concurrentqui a
un grandsuccès.

3. Les objectifs de certaines performances ont quelquefoisintérêt à être


indiquésau bureaud'études.En effet,ce n'est pasce dernierqui doit définir,
par exemple,la vitessede pointed'un nouveaumodèlede véhicule.C'est au
bureaud'étudesde chercherles solutionsqui donnerontsatisfactionà la per-
formance imposéepar le marché ou par la stratégiede I'entreprisemais ce
n'estpasà lui de définir cetteperformance.

L analysefonctionnelletiendracomptedes objectifs figurant dansla fiche-


programme.

4. Le rappel des invariants doit préciserle domainede l'étude et mettreen


évidence,surtoutlorsqu'ils'agitde la remiseen caused'un produitexistant,ce
qui doit resterdansl'état initial. Cecipeutêtreillustrépar I'exemplesuivant.

Le responsabled'un grouped'étudesvient trouver le directeurtech-


nique d'un constructeurautomobilepour lui présenterles nouvelles
solutionsissuesdu travail du groupequi avait pour missionde simpli-
fier un certaintype de moteur :
<<Monsieur,nous avonstrouvé une excellentesolution pour réduire
le coût du moteur.Il apparaîtmanifestementque les pistonspossèdent
trop de segments.En supprimantle segmentno 3 nous pouvonsfaire
uneéconomieappréciable. Qu'enpensez-vous ?
- Bravo, Messieurs,vous me proposezla seulesolutioninaccep-
table. Nous avons mis des annéespour mettre au point le segment
n' 3 ; depuis,nos moteursne consommentplus d'huile et vous vou-
driez supprimercela ! Trouvez-moid'autressolutionss'il vous plaît.>
'eSuropdap ednor8un red gJoqBIg'enbqeruro; @
o
c
-q,l ep âumrrropel suep'rnapa4p Dut?qrs1ê'(gJS) urcsaqap anbruqcaluotl o
-oc{rc7dsBI âp âr^ms 1uorueuue.lep eulsnpul.l êp eururuopel su€p '(Wfg)
r
arrcilfu anb4sltVtcotot ap aqcgf: enbquaptelseJlueurnJopnp lnq eI smru
luâurueJgJJrp e1'suorprod-tooseurcuâcsuu61
egu3rsgplse eururerSord-eqcg
o
o
o
'sedan1oa9,ueururerSord-eqclJ el ISJenlo^g o
sudluenropau âllnsil ua rnb leuuorlJuoJsaSruqcsêpJeII{Btâl lâ elleuuoncuoJ o
a
es,(pue.1'lueruenbuogqJ'âurureJ8ord-aqcr; BI âp sglJlpourslulod sel ce^e
glrrruoJuocue âsnu erlg rnod erpuerderq lsâ âlleuuorlcuo;es,{1eue.l'sec eJ o
a
e1'luauraddol o.
su?C 'suosrcrseydtllnu ap rnod Jenlo^glned aururerSord-aqcg o
o
-â^gp âp apougden8uo1eun lupllssâcgusluuuodrutslmpordâp secel suuq
l
'eururerSord-eq3gBI rllqelg,p 1eltnpord np sâplueurup
-uoJsâseqsel Jerpnlg.p93ruqclaford ep ednor8un red JeprcâJIPJes urrnod rc
-lnlâJ 'ecuelsuotJrJu1rnod glrruou eururer8ordap alqesuodseJ un q UoISIJ?p
ep s;ronnodsesep erued eun ren3919p 'seqJglsesap gllsJe^Ip
E guâruelse
ul le eJqr[ou e1red 'asuderlueepuer8eun,p elqusuodsera1 'âlelcJelutuoc
uoncêJrpe1ap uoddeJun no I^lJpJ a1ranbrunururoJlJuJa4g.s sqrde'se1qu1
-Eqnossuorsrcgp se1a:puardlnad esuderluealqadeun.pelqesuodser e1tg
6 e8elopdep glruroJun 6 uollseJlpep
glr-uroJun âuruuJSordnp alqesuodserâ'I JâIJueur;elqesuodsere1 i enbru
6 ô
-qcâl elqesuodsar
e1 1,gtIIBnbul ap elqzsuodsere1 i asudarlue,pJâqJâ'I
ôirwnrvucoud-irHJr{
v'rurrsvrgiloa nÔI
'slooJseple srclepsâpluâtuul9pnu 'e3uâIJsuos
êuuoq Jâuuopes lâ JeslJncgses rnod lalord ep sân^eJsesnâJqluouêp
le âJQurEue sJnolâJâp puelp.u euuosredqo elugpl eqJæurgpeun,p tunturldo
'lueuleJluluolo^âIsIoqJ'eJI?guIIeIrrJoJe1 'atuuer8
lueuepuâJ e1anborrg
-ord np elqesuodse.rel sJâ^ suoll?urroJul.psJnoleJsâl le selqlssodsuollzrglt
sel renbo,rgrnod eglcnoqaIruoJâun snosgluâs?Jde;19tpunod uurgqcse3
'(7 ern8g)nuâ^noulrnpordun,p luaruaddolergp
seseqdsâtuâJgJJIp
ne lâ epnl?,1R sâJressâJgu sapulrrgllcsâl âJluou âl euruoc
'elleuuorlcuo;esÂ1eue,y luule alsnf ânlISâs eruuerSo:d-eqolJ 3l 'l1npord
nue^nouun,p luatuaddolelgpnp le âpnlg.lep suoqergdosapuuld el su?C
'epnl9.l âp uoqceJrpeuuoqBI q sâJlussec?uselEll^ suorlslruoJul
se1anbrlgçu,(suoSe;eun.p relnltducgJllop eurururSo.td-aqou eI '9urns9rug
'1ua8ru.ple sdual ep âFnuI eued eun ecuanbgsuoc erpuerd
rnod ce,,ru'âpn1?.1
-âJlue(pluurrugnbrpur9t9 sud llu^e.u luEIJsAuI.lqo alduexe un IcIo
LN auwotSotd-aqc{o7 n sfinatqo sap uouru{Vp a7
48 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

.o

o
(d
LL

Cahierdes charges
marketing

Fiche- programme
(grandesoptions)
pnnctpes

.=9ç' ô
)
co
'O-
UE

CAHIERDES CHARGESGÉNÉRAL
CLAUSES
tttt
Programme Techniques Financières
o
o

o
.o
o

| Èo
Dossierde définition I o'F
r €E
, :(Û

Figure 4 - Étude et développement d'un nouveau produit


'âgsnJJIp câ^Bârruopes ellg 'e?uTrugsslp @
IBurIuJ9u93ue lsa âIIele gJuecq.eJ o
np xneJ enb serugrlrsel s?dluos âu
lse uorlsrruoJur.Ienb lrnsue.sIJ 'Jn4?æd-eJ
Jâ^31q âurqc?u eun.p sr^-R-sr^aJQ8?u.eu ul âp surossqsê.I 'slmpoJdsêpuon
-esilln.l q s?rl seuQlqoJdsel esnBJâp êJuessr?uuoJ uâ Jârc?Jdd? Jnod sgJBId r
xnerursel sud luos âu sâpnl9.pn"eJnqnp Jnelsurssepâl 1âJnêrug8ur,.I
o
'llnpoJdnp eJrruuêlur?rrl
o
ep no uorlBsllnn,pepolu el JnsluâuflrrBlou'seJrssseJgu luos sâJElueruglduoc l
suorlsrrlroJur.peJqruouuluuâJ ull 'srnbeJr[nrururu âl lse.J 'Jnepusruepnp D)
no 9qJærunp selueil" sel le urosâqâl lu?uJâcuo3suorlurrrJoJur sâl selnol o

flcâlloc Jro^?sQJde.nbluauralqup^ eJpJes tned âu âIlâuuoqcuogas,(1eue,1 o
o
@
'selu?soJ9lcs f
luos sâpnlrqsqsel -
'ure4 un luos s93nf9rdsâl - (È
'elu?srjJnsurlsâ secr^Jâs sâl âJlueuonssrunuruocpI -
'snuuocpru luos slgoc sâl -
'saleldruocul
luâ^nosluos suorluuuoJursâI -
3se?lruruoJ luos es?qâp sâ?uuopsâl -
Iuru
: a8uuuolllueqJgun rcro^ luop sQoJns
-ur,p sesnuJsapagodruoclenpr^rpurF-?^ur1 el'lâlnsnput eurerrrop âl swq
'sJnelsroqellocsenblenbep
uonedrcrued e1sed1ue31139ueu sJenuepsâJâp sumuâJanb arocue'surc^ucg
'se.rlured'srnaldlncs
arue8np sâlsruesaperdordâl lsâ lenpr^ryutlru^pr; a'I
ô-rrvvil s( irdnouc
NnronÔunod
I
l|v vil t0tdnou0
il
50 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Commentremédierà cet état de fait ?

En réunissantun certain nombrede personnesqui détiennentchacuneune


part de I'information afin de constituerun groupede travail pluridisciplinaire
aux connaissances complémentaires. Le nombre des participantspeut être
comprisentre5 et 9. Il doit comprendredesreprésentants des servicesdont la
compétenceest adaptéeau sujet étudié, par exemple pour un produit grand
public :
- marketingou commercial,
- designer,
- après-vente,
- bureaud'études,
- méthodesou préparationdu travail,
- qualité,
- achats,
- production,
- utilisateur(si possible).

Le groupeainsi constituépour la duréede l'étude devientune véritable


unité opérationnelle.

La présenced'un utilisateurest souhaitable, particulièrement pour l'étude


d'un produit grand public. La difficulté à laquellese heurtehabituellement
I'industriel est qu'il ne peut dévoiler sesprojetsà la concurrence.Or il est
risquéde faire participerà l'étudedespersonnes extérieuresà I'entreprisequi
ne sontpastenuesau secretprofessionnel commepeutl'être un consultant.

La solution de remplacement, peu idéale il est vrai, est de constituerun


paneldes membresde I'entrepriseayantune expériencedansle domainede
I'utilisationdu produit.Les avantagesd'un groupede travail sont les
survants:
- il sécuriseles individus,
- il améliorela motivation,
- il permetles échanges d'informations,
- il provoqueune synergie,
- il estI'unité opérationnelle de la créativité
- il renforcela décision,
- il faciliteI'applicationdesdécisions,
- il peutpoursuivrel'étudedu produitaprèsla phased'analysefonctionnelle
pour chercherdes solutionsen appliquantla méthodologiede I'analysede
la valeur.

Un groupedit de < réflexion >>mobilisantquelquespersonnespendantplu-


sieursréunionspeut aboutir à un résultatpeu convaincants'il n'applique pas
gpr-uleJlglnâd IIB^3I ep âdnoJ8âl 'lgoc uos Jenururrpep no glrpnb ?s JeJorl 0o
-9urB.pugu luslsrxe llnpoJd un.p âsn?Jue âsruâJ 3l erueJuosepnl?.I IS
o
'âileuuoncuoJ âsÂpuu,p r
D
ednor8 un.p uoqeâJJq ep eur8go.l R e.ngtned epnlg,p aruruurSordnp alqps o
-uodsara1'lrnpordn?e^nouun,p luerueddoyelgp np seJâl suEC'9p1uru,1rnb o
o
alqusuodsernp no uoqcerlpel ep puadgplru^url ep ednorSâl luâurellârn1eN o
f
!r
o
@
G
o
i IIV VUrsCirdnoucirT(Nsdg(IrnÔs( I
o
@
f
o.
'leuuoqJuoJ
se8ruqc
sâp Jârr{BJ
np uorlJupgJ euuoqel QJâllrâ^-
'asqqlu,{sBI aJI?J-
's1u11ns9rseprarlsr8arue-
'xn?^?Jlsâl Jerrrrue-
'suonurrrJoJursâl Jâlrcsns-
'ar8o1opoql9ue1renbqdde-
'uors9qoJ BI Jrualqo -
'suorlslal seuuoq sâl Jrualureur -
'eJuuguoJ EI Jruâlqo -
'adnorSnp uoq$qsuocBI
E.tadrcruud -
: R elsrsuocâlgJuos'luâuralcurccns sQ{
'enbn9q1uÂs
1eSqeulSeurrlpdse -
'esude4ue.1
âp lâ -
lâulsnpulnâ{tur np acuessrcuuoJ
'a1s1urc9ds enb tgtnld e1s1pr9u93-
'aÉolopoqtgru el ap alregredaJuussreuuoc -
'eursnueu,{p-
'enbrSoloqcÂsd suas-
'ul?runqlcsluos uoq -
âp se^rluJgru8rs
: selue^rnsselluosJneleturrre.l snld sa1sgtt1unb
sa1
'ednor8el
luuuuou
-rpuoJue lnol e8u8ueyâI JâUrun.pleuued uorluuuoJâ1lâJ 'g^nour lse ednor8
êl rs luoJrJJnssagurnolxnep no eun 'ellâuuorlJuoJas,(1uuy,psâpoqlgru
xnu uorl?uuoJaunoc eun e.Jepgoordap elqn 1sa1r 'adnor8 un.p ?lrceJrJJe.l
relueur8ne.purJV -reqJsQJlJâlUoJle srour sep JeJnp'euuosled ep eJruJJu.l
lueuraprderJruâ^eplrcrrnod snol ep eJrqJ€.1'Jneluturuu.pâJuesqe.lug
'gruJguooJnâl?urrrpun .redsguuopJooc lâ s-âruru?
sedluos
âu xne^eJl sâI rs le 'uorsrcgpep 'luêtuâuuosruJep 'es,{1uuu.psepoqlgrusap
Iç llD^Drt ap adnoÊ a7
52 PRATIQ1JE
DE T ANALYSEFONCTIONNELLE

par I'une des directions de I'entreprise concernéepar le problème.


Généralement,il s'agit de la direction technique,de la direction des achatsou
de la direction de la qualité. Quelquefois la direction du marketing.

Iæ groupe de travail reste constitué le æmps de I'analyse fonctionnelle. Il


peut néanmoinspoursuirne son activité dans le cadred'une étuded'analyse de
la valeur ou d'une autre approcheméthodologiqueincluant I'analyse fonc-
tionnelle dansson plan de travail, tel que le managementde projet.
'JeJluorugp @
0
'fle'eporu e1'surn;redse1.srnelnocsel .sârr.-oJ
Q snld lsâ.u ecrmUodur.Iluop
se1enb sJe^rprssnpslcedsesap alduoc ua lueuuerd mb eruqsa.psuorlruoJ
sel luos eJ 'sJrlcâfqnssurosâqsep Q luâpuodser:ocsuoqcuoJseurcgecanb 0)-
lueuuepecgrd nrr suonusnoN 'uârJlse uâ3u 'anbruqceleJQlJuJ?c
1 uos red
o
e^qelr-ur1lse uorlruu?penec anb rasuedarru; lrerrnod <<uorlouoJ>>lotu â.I o
< 'Jnel a
-?sqrln.Ired senpuaDu 0)
suorlJuoJsel âJrpJsrlus
ç apnlgdeuos lse âJr^Jêsun(p
no lrnpord un.p glqenb BI >>: elue^rnsaserqdeI red gtllunb pl JrurJgpêp q
G
alqrssodsJolelse II 'erre;srlusQsuorlJuoJuâ ârruoJsrrerl
es 91qunbe1puen[ o
a
'xrtd127t1onb )
CL
(D
uodderel eJrp-Q-lse(J'rnaîD^ âp uoqoue1renbole lneJIr 6flrlenbe1q grcosse
lse lUoJ âl IS lA <<'sJnalBsllrlnsep surosâqsel eJrBJsrles
e epnlrldeuos lse
âJr^Jesun.p no'lrnpordun.p .elpnb u1>>: esodordOO1-Oç XCN euJou eT
'c1a'e1u1o1'e8usn,p'âJhlâs ap
9t1pnbey: 9t1pnbâp seu
-o?gwcsâlueJ.egrp se1luenbongselsqercgds sâperuglN's9t1pnbsesselnolred
llnp?s .âlâ'glqunb ep eruruoqun.p 'âr^ u1ap 41pnb u1ep relrud npuelueqfgp
sud uo-1-e,g'apgcgrdlnb ec ap aldruaxeuoq un 1se< 91gunb>)elr rel e.I
'sloIIIsâpuorlssllnn,l âuneqes
Q
luâuâuuosTeJ
un Qâlrln uorlou eun lueueydrurssnld no ldacuocun JrurJgC
NOTTJNOùgrrlVnÔ
NOrJV-rffi
I
S]NO|rSIU]TCVU
Sul.|il
Ë SNOICNOJ
S]I
54 PRATIQI.JEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Pourune commoditéd'analysenouspouvonsrésumerles principalescom-


posantesde la qualité sousla forme de fonctionsassortiesde leurs caractéris-
tiques,dont nousproposonsquelquesexemples.
. Assurer la sécurité; stabilité,redondance,systèmede protection
(expriméeen taux d'accidents).
. Assurer la disponibilité : aptitudeà I'usage,même aprèsun long
stockage(expriméeen temps).
. Assurer la fiabilité : probabilité de fonctionnerpendantune période
d o n n é ed a n s d e s c o n d i t i o n sd é f i n i e s ( e x p r i m é ee n t a u x d e
défaillance,moyennedes tempsde bon fonctionnement- MTBR
expriméeen heures).
. Assurer la maintenabilité: aptitudeà la maintenance(expriméeen
taux d'interventionou en moyennede tempsde réparation- MTTR,
expriméeen temps).
. Assurerla durabilité.'cyclede vie du produità I'usage(expriméeen
temps).
. Procurer du confort et de I'agrément : silence,esthétique,facilité
d'emploi,ambiance(exprimésgénéralement par descritèressubjec-
tifs, comparatifs).
. Et bien entenduassurerle serviceavectous les critèresqui lui cor-
respondent.

Si les coûtspeuventfacilements'évalueren unitéde mesuremonétaire,ce


n'est pas toujourspossiblepour la qualité dont nous venonsd'examiner
quelquesaspects.

L utilisateurdu produit aura peut-êtredes réservesà l'égard de quelques


ou performances,mais il saura,aprèsune périoded'usage,si
caractéristiques
globalementil est satisfaitou non.

Il est alors possibled'écrire que I'objectif de qualitéest atteintlorsquele


niveaude satisfactionoffert correspondau niveaude satisfactionsouhaité.
Satisfactionofferte
Qualité= Satisfactionsouhaitee- 1 .

PourmatérialiserI'analyseet sachantquetoutesles composantesde la qua-


Iité peuventêtretraduitessousla forme de fonctions,nouspouvonsécrire :
Fonctions offertes
Qualité= 1.
Fonctionssouhaitées

Notons au passageque les fonctions sont indépendantesdes solutionsou


desmoyensqui permettentleur satisfactron.
-noJ?prnb xnec zeqJ quenbg.glsâ uorsru:uoJ 3D FlInsgJ ec Jruâlqo.plrrBileru @
c
J
-red uoqnlos BI uou lâ npue11u<<lstlnsgJ > un âuudxa uoqJrroJB.I '<<uefotu >
o
lolu n? uorlrsoddoue lse < ?lrIBurJ>>loru eI 'uoBIuIJ?pellec sus(J
t-
!r
ît
o
o
qnpoù p uoltruo4 - S arn8rt
o
E
o
suottcuotap atn\quassoun 6a Tlnpotdu2 0,
o
q
o.
o
o
I J I I o
o'
J I I o.
I J
I
uot1cuot aun,p sanb4sttVlJDtDJ
uo;1eu6;s9q
e4///2
'<
9llluuu ep euuel uâ luâue^rsnlJxâsâ?Iu
-udxe sluenlqsuoc ses âp un.l ep no lrnpord un.p suonce >): elrrc^rnsuorlru
-U?pBI âsodoJd erruou B'I 'eJrBJSr1us uroseq ep 'erpuârq ecr^resep
0çI-0çX Q
'uo11ce,p'glrnBcu.psuoqouxnp e?11 <<uorlJuoJ>)
lse lotu np uorlruggpe.I
sNorrJNod
sircNorrvlnrNuod
I
'cle'rKuur-rurursernlergd
-ue1 'e9mp : IeuuoqcuoJsetreqcsâpJeI{eJâI suepsagsrcgrd luoreseSe3gneqc
np senbqsFgceæcsel 'eqJu?^âJuA 'glrcrrlJâIg'uoqJpqc1ery'ze?: e9,{oldrue
eJlg lrop er8reug.p eJJnose11enble erlg
.eJnssu lned e8e;;nuqc e1 sue,(oru
slenbred sud esrcgrdeu uoDBlIqBgerm.p e8e3gnuqc el Jemss?: uonJuoJu.I
çç sanbtLsualcoto?sJnal p suotlcuot sq
56 PRATIQI,JE DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

vrent cesméthodes).Décrire un résultatsousla forme de fonctionsà satisfaire


devient< I'expressionfonctionnelledu besoin>.

L analysedu besoinet sa traductionsousla forme de fonctionsn'est pas


limitée au fonctionnement et à I'usagedu produit.Elle comprendégalement
toutesles motivationsdu client-utilisateur,
mêmeles plus subjectives.
La désignationd'une fonction doit être préciseafin d'éviter toute erreur
d'interprétation; il est conseilléd'utiliser un verbe et un complément,par
exemple: résisterà la corrosion.

Se contenterd'une désignationne suff,rraitpas pour caractériser


une fonc-
tion, il faut donc ajouterdes caractéristiques
qui serontrécapitulées,notam-
ment,dansle cahierdeschargesfonctionnel:
- numérod'ordre,
- désignationde la fonction,
- K, coefficientd'importancede la fonction,
- un ou plusieurscritèresd'appréciationde la fonction,
- niveaud'appréciation de ce critère,
- flexibilité admissiblede ce niveau,
- F, classede flexibilité.

C'est ainsi qu'on peut représenter


entièrementune fonctiondansle cahier
deschargesfonctionnel.

Caractéristiques

La façon très synthétiquede présentertoutesles fonctionssur un tableaude


ce type facilite I'appréciationde leur importancerelative au momentoù le
groupede travailattribueles coefficients(K) d'importanceà chacuned'elles.

I lrs rmrenBNTES
cATÉcoRrES
DEFoNCTToNS
Il est trèsrarequ'un produitne remplissequ'uneseulefonction.Exemple:
en plus d'enleverla poussière,un aspirateurdoit être préhensible, maniable,
aller dansles coins,avoir un rayon d'action suffisant,etc. Les fonctionssont
alorsclasséesen quatregrandescatégories.
-lse.J 'selqnulsuoqcuoJsepe^no.Buo.l ânb seileIIrrJ?dlse.J 'sâJrBluêrugldruoJ@
o E
suoqcuoJsâul?uecep êJrrsuodur.lJegquepruelq êp nârl e  I 'âqcue^âJug o
'êlncrgg^un,p âpdrsurJd l- I
!r
uonJuoJel sedlse.u <<xnercuelrse4g >>luuunod 1e'11ruqep nee^ruelqr€Juos =
o
ep uosIBJuâ eJnllo^eunspl?qce.l rsroqJluetuâiletruosredre,['sap39 sanbrl oo
-suglJeJec 'l?qce,p uorsrc?pu1 lueuodure sâIIâe4ue.p sâuTBueJ 'e8usn.p Eo
V o
serrelueuglàrrroJ
suorlcuoJsep ecueuodrur.lJârunse-snos sud lnBJeu II o
D
'seilauosuâs
suorlJuoJ o
o
(}
segledduluê^nosluos;qcafqns urosâqun Q luepuodseuocsuorlJuoJse.I o
o
@
'Jnesr^gl-âl
un Jnsadocsaruecun.p
no adocsolgu8uruun.p luerrâqcwJq e1eglaurad : aldurexg 'lrnpord np oJQII CL
G
-ncrueduorlesllnneun Q e?I lse eJrulueugldurocuoncuoJaun sro;enblen|
'enbqgqlsaarlg -
'sJnepo sâsru^nerrr
ep.te8e39p sudeu -
'scussâl no seqcodselJrIBSsedeu -
: sâlue^msserrelueurgldr[ocsuorl
-cuoJsâl âJrBJsrlBS
lrop 'âuflu?Ueun Jauuopap snld ue'lenbuq u6
aTdwaxg
'npueJecl^Jesel '1ua1q1dtuoc
luâltltJsJ'1ueror19rue se11g 'ludrcuFrd
uroseqe1
enb erln ârrrgu nu lluJsrlusâr1glrop rnb arrelueruglduroc
urosequn q luepuod
-seJJoJsellg 'seJmpuoJes suorlJuoJ'uol q 'se91eddesro;enblanb luos sellA
a,lLrasap sa4rrruau?Iduroc
suolliuo! saT 1,
'sepdrcuFd suoncuoJ sepeuoSglecul supplupl
-sâJue lnol JneugJutSuerun Q egJgprsuoJerlg-lnederas 'uqred el Jrueluoo
ep ellâc 'eledrcurrduorlJuoJeJlnz âun 'JnaleqJu.leJrnpgsep pJesaturl
-sa,psepdrcugdsuoqcuo;sepeun 'aldruaxarud uqred ep uoJBUun Jnod
'axnl ep no eurure8ep lnuq ep slrnpordsel rnod lnouns 'erurlse.psuoncuoJ
sêl JeJgprsuoc ap sro;anblanbne11e ,{ p saledrcurrdsuorlcuoJsel nuJ?d
'aJQrrunlBI ep JruJnoJ: adwoyaun,p a?nsn,suottJuoÈ .
'ergrssnod €l Jâ^epâ: tnanttdso un,p a?nsn.puoltJuol .
'xro^ eI red ecuulsrpq renbrunuuoc : auoqda4lun,p aSosn,puouJuol .
'Jne1BsIIDn,I
red npueiluecr^Jâsel luâJnssernb 1e9sr-p.er
919e trnporde1
sellenbselrnod e8usn.pno eJr^Jesep suorlJuoJsel luâuellerluesseluos eJ
ac!^rasap sap4cayd suogruo{saT a
Lç sanbgsttVlcotoc sJnal p suotlcuol sz7
58 PRATIQTJEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

à-dire pratiquementinexploitéespar I'utilisateur.C'est du resteune des voies


de recherchede simplificationproposéepar I'analysede la valeur.

La courseau gadget,provoquéepar les < plus >>que I'on veut offrir par rap-
port aux produits concurrents,frise quelquefoisle ridicule. Dans ce genrede
compétitionil faut savoirmarquerdeslimites

La distinction entre les catégoriesde fonctions principaleset complémen-


tairesn'est pasessentielle. Elle facilitele choix d'un coefficientd'importance
lors de la hiérarchisationdes fonctions, mais elle ne fait pas oublier que les
fonctions,identifiéesetvalidées,figurant sur le cahierdeschargesfonctionnel
doivent toutesêtre satisfaites.

) Les contraintes

Appeléesquelquefois<<les fonctionscontraintes>, cettecatégoriede fonc-


tions résulted'une limitation de liberté de conceptiond'un produit. Les
contraintesont pour originesles plus fréquentesles sourcesénumérées
ci-après.
ol 'environnement

Une machinespécialedevant s'adapteraux élémentsamont et aval


de la chaînede fabrication.
Un outillagesous-marindevantrésisterà la corrosion.
. lntechnologie

I L. choix d'un procédéde fabrication,tel que I'emboutissage,impose


I d'abandonner certainstypesde solutions,par exemple trop coûteuses.
. Le respectde certainesinsatisfactionsmajeures
l,a modification importanted'un produit en raison d'insatisfactions
expriméessur le mauvaisfonctionnementde certainscomposants.
La remiseen caused'un processusadministratif eî raison d'une
du personnel.
suggestion
. Les règlements
et les normes
Le respectd'une norme est souventprimordial, notammentpour assurerla
sécuritéou un niveau de qualité donné. D'autre part, certainsproduits sont
soumisà des règlementsqu'il faut impérativementrespecteren vue de satis-
faire une procédurede qualification ou plus simplementpour pouvoir les
commercialiser.
Les brevetspeuvent,danscertainscas,être desbarragesà certainesorienta-
tions ou à certainessolutionsenvisagées.Le CdCM ou la fiche-programme
doiventen tenir compte.
'selEJsrlss eJlg S?d
luâI?xnod eu seJQrruâpsâ3
'sâllâ suss 'âJr^Jes ep o
o
c
suoncuoJ sep suoddns sel âUos enblânb uê luos sânbruqæl suorlJuoJ sâ-I o
I
'Jegrporusâl no JruqeJlue -
sâl 'Jêluorugpsâl eJelreqnosIr puenb JednJoogJd ue.s Q surouruegu
o
BJne'uoqcuoJep edÂl aJ ap Jnepueruapwd lwlg.u enb uerq 'slrnpord o
o
sâc âp Jnâluslrln1 '8uoyep sâJlQrug1 ap secqrdep e8eursn.leJuerr E
o
o
'eguuoprnanSuolaun.p
-rad : aludrcuFduorlcuo;u[ rsurcluesruJsrlus
)
secqrdsâprâursn.prnet€s1ltn.lp luagaurred'elrsâl Jnss?lleoste s9139r
'sglquessesroJaun 'xn?eJJoursroJlse'I 'uodsuurle1'e8eursn.l'auap *
o
o
-uoJEI JelrlceJrnod xnuecrou sroJlue gsrlefl 1e nSuoc919e 'rnen8 o
o
-uo1apuer8ap secgtdsep Jeursn(pelqedec'asnasrnttap Juoq un o
c
ct
'Jnâlounp o
lueuauuorlJuoJuoq a1rarnssernod
lureJluocgD e K epnlg,prnarugSur.y 'Jnetesr1pn.1
red gpueruâp
IneS
flg sudB.u eJnlro^un,p uorso1dxa a7
? rnarcu un,p ruauassrptottat
'lueurelqlduroc
arouSr se1
'gpuulrâp enb uoq
Ir lue^nosuârg luerrrgcJoJ
sedu.u tppord np JnâlpsrTnn,l
-orulsuoJep no uorldaJuoJep urosequn q puodgranbruqceluorlouoJeun
'uorlJrulsuosep uorlcuoJ-
'uorldecuocep uonJuoJ-
: 1uarue1u39
sâ?lnlrlursuorlcuoJse1puarduroJuo enbruqceluorlJuoJap uorleu8
-lsgpul sno5 'sanbruqJalsuorlJuoJsâl JâUrluepr.p
eJresseJgusrnofnolenbserd
'1uelslxe âp sJol 'eqoue^eJuA
1sap llnpord un,p elleuuorlcuo;es,{yuue.l
'eurure:3ord-âqcrJ
EI suepluarn8g segsodurrsuorlnlos
sep lueuJeJuoJseluieJluocsâurelJalrs Jnps 'sagldopuluoJesrnb suorlnlos
sâl âJocuesedlpuuoc eu uo 'âlgrssodsedlse.u suorlJuo;ap ed,(1âo ep uo4
-ecrJnuepr.l
lrnpordnee^nouun.p elleuuorlcuog es,(yeue,l
ep sJo'I 'guTurJêtgp
uoqdecuocep ed,(1un,p luullnsgrlmpord nu sâruelursuorlJuoJsel luos eJ
sanbruqJatsaovJuo{ sa'1 I
'tlnpord np lerJJâruuoJ sQJJnsel JeJorlgrxp,puge rnl Je^EJelnosrp-8.
'âgtullsâ-snos
lgJ.aur lnol lluJne uo.1 anb lueurelleu âJIeruoJ nE no enu
-:edns luâruâlseJruutuu'arpro,ptnauuop np acua?ua aun ta1cadsay
'se?UIJ?^ sud
.âlg luo.u luârueuuorsrnordde.psgtllrqrssod
sel selnol tuop nouilmu un,p 2tlllEuodstpur anpualVtd o7 nnbotg
'gurlJgd
lueruelSqr un.p no auuou aun,p nadsat al rapuozuae
'nlno^ sdurelue JeleJgp sâssnuJ
se1u f p tg
RleJgture uo,1enb sâluruJluoc
6ç sanb4sttVlcoto?sJnal 7asuorlcuot sa7
60 PRATTQUE DE T ANALYSE FONCTTONNELLE

Une bonne conceptionde produit se mesureà la proportion de fonctions


techniquespar rapportaux fonctionsde service:
fonctionsde service
fonctionstechniques

On considèregénéralementque le rendementd'une solution, à cet égard,


est bon lorsqu'il est comprisentre0,5 et 0,7.I1 y a toujoursdesexceptionsà
cetterèglequi, dansbeaucoupde cas,n'est pasfacileà mesurer.Elle conserve
néanmoinsun certain intérêt, car si le nombre de fonctions techniquesétait
beaucoupplus grand que les fonctions de service,il y aurait lieu de se poser
desquestionset de chercherà inverserla proportion.

Les fonctions à prendreen compte au moment de I'analyse fonctionnelle


diffèrentlégèrement, selonqu'il s'agissede concevoirun produitnouveauou
de reconcevoirun produit existant.
. Produitnouveau
- fonctionsprincipalesde service,
- fonctionscomplémentaires,
- contraintes.
. Produit existant
- fonctionsprincipalesde service,
- fonctionscomplémentaires,
- contraintes,
- fonctionstechniques.

Pour un esprit bien entraîné,<<un produit n'est pas un assemblagede com-


posantsmaisun assemblage de fonctions>.

) Lesfonctions activesetpassives
Il est quelquefoisutile de distinguerle naturede certainesfonctionsdansle
but de clarifier le langage,de mieux comprendreles enchaînements fonction-
nels (voir le paragrapheFAST), de mieux faire la distinction entre les fonc-
tions de serviceet les fonctionstechniques.

Deux catégoriesde naturepeuventêtre considérées:


- les fonctionsactives.
- les fonctionspassives.

La notion d'activité prêtesouventà discussion,dansnotre proposelle est à


considérerau sensphysique du terme, I'activité nécessitantune dépense
d'énergie.
'Jrl3â[qo.lâp o
o
no JneldeJnp flrpnb ul euruoc 'lreJ?ddu,lep sâuu8JoseJlnu.pJeJorl l
I
-?LuEJnod segfoldtuâ eJle lue^nâd rnb seruouo3g Sep Jesllu-âJâJreJ
r
lned uorssaJddnsrnel 'JnelpurpJorns eSeluoru ap 1ercr3o1un Je^u o
J
oJIeJêp alqrssod 1sap.nb ao âp uosrumduoc ue sâluusrJJnsuruârq
6
o
JEc 'luê^Jes as sauuosrad ep ned sQJlluop e8eluoru ep suorlcuoJ sep o
o
l
lue4Jo rnb sedocsgureJsumueo ap elduexe.l R 'sêlnnur suorlcuoJ
sêp âcuepr^g eJueru ap elqrssod 1sayr 'enbruqJâl euretuop al su?C - l
D
c
'glrJecgJâ.1JeJorlâue rnod erreredsrp âJruJep luer.uâuruueJeJes o
@
-ruoc9rd o.
Jnele^ ey ap as,{1eueeun.nb sâlrlnur suorlJuoJsep luos eJ o
'ecr^Jesnp gtrpnb el uau o
Q lualroddu.u lnb seluupuopeJsuorlouoJ c
l
sep Jelcâl?p ep aJBJsed lse.u II :rlpJlsrurutpe snssacord un suBC -
o.
: sâlrlnursuorlJuoJ
ap salduexasenblenbsuouruexg
'lrnpordnp uoq
luâueuuorlJuoJ
nE selqrsmuaJro^'sâlrlnursuorlJuoJsâp âloâtgpuo.1anb sro;anblanbanure
'luulstxâ as,(1uue.1
II lrnpo-rdun.p euJelurellouuorlJuoJ ep sJol 'âJluoJJEd
'salrlnursuorl3uoJ
sep âJrnpuoc argedue 3uqa1.teru
R lned 9uo;re
saSreqcsêp Jârqeoun srpru'se1qe1rcqnos unurrunu nB no 'selrln luos CJpJ
el JnsselrJJsur es,(1eue
lâ euJelxeellêuuorlJuoJ aun red seg^noJlsuorlsuoJsêl
sâlnol 'uorlrur;9pred 'JuJeJoJuesed alsrxe,urnb lrnpo:d un.p êllâuuorlJuoJ
es,{1euu.1ep sJolselunursuorlJuoJsâpecuepr^guâ aJllâIuap elrJr.JJrplse II
sslflsrnNno sirTJnNr
sNorrJNoc
saTI
'uorlexrJ
3l JêJnss? -
'xoJJâ.1Jeuuorl3PgJ -
'uorsorroJ
el e Jêlsrs?J-
'enbugqlse arlg -
: sanrssed
suorlJuoJ
ap seldurexg
'ârueut.pau,{uouÂsseJeJ suep glrnrssed
âp uonouu.I
1sa
'uorlssrl€rurlJEI JeJnsss-
'ecqrd aun JrproUâJ-
'eSruqceun Jelelnos -
'luâtue^nour un elleusu?Jl -
: sê^rloesuorlJuoJep seldruaxg
I9 sanb4sttVlcoto)slnal p suotlcuolsa7
62 PRATIQI.JE DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

læs fonctionsnuisiblessont heureusement plus rares.Elles sont difficiles à


déceleren temps normal. Elles apparaissentsouventlors de dysfonctionne-
mentsqui ont fait I'objet d'une expertise,comme par exemplecertainsappa-
reils de bord d'un avion dont la commandeunique multifonctionnellepeut
entraînerdeserreursde manipulationprovoquantdesconséquences graves.

Les fonctionsinutiles ou nuisiblesdoiventfaire I'objet d'une mise à jour


du CdCF permettantde les exclure,surtouts'il existeun CdCF générique,
afin de ne pas prendrele risquede répéterles mêmeserreursau coursdu lan-
cementde nouveauxproduitsdu mêmetype.

I lns cRrrÈRES
D'APPRÉcrnrroN
Les critèresfont partie descaractéristiques
fonctionnelles,ils permettentde
les fonctions.
caractériser

La norme NF X 50150 donne une définition du critère d'appréciation:


" critère retenu pour apprécierla manièredont une fonction est remplie ou
unecontrainterespectée >>.

Une fonction se caractériserarementpar un seul critère.

Un manchede raquettede tennis,dont la fonction principaleest :


assurerla préhensionde la raquette,peut être caractérisépar les cri-
tèressuivants:
- longueuç
- diamètre,
- résistance,
- étatde surface,
- forme de la section,
- forme de I'extrémité.
- consistance.

Il y a quelquefoisconfusion entre un critère et une fonction. Dans


l'exemple de la raquette,faut-il retenir le critère < état de surface> ou faut-il
exprimerune nouvellefonction complémentairequi serait : être antidérapant,
dont un descritère serait: état de surface?

Pour éviter cette confusion on peut considérerque lorsqu'un critère peut


êrre caractérisépar un autre critère, il doit prendre le rang de fonction. Un
autreexemplefavorisela compréhensionde ce qui précède.
uounlos eun Jnod lulâll? rnlâJ no 'JrlJelqo.nb luul ue ?qJJeqJeJrnles eJlg lned o
o
n€e^ru êJ 'uoncuoJ eun(p uorterJgrddu.p eJQlrJJun Jnod âgldopE ellêqJ9.l l
suep grgdâr [lsa] nea,rru > el '0çI0ç XCN euJou el âp uonrurJgp€l uolâS I
-
D
'enlnoA E
J
uorsrcgrdu1 egodde npâ^ru â'I 'JesrJglJeJuo
sâl e.âJIJJnslluJnes eu tnb uo4eu8 o
E
sayenb n^ suo^e snou 'lueuruJep?JgJd
-rsgp êun rud luaressrulJ?pes seJQlrJJ
o
l
l
o
c
xnvs^rr{
sslI o.
o
o
c
)
'eJQlrJJ o
enbuqc esrJglceJeJrnb neanru np rgred R lnouns 'uorlJuoJ âun.p uoIlJpJSIles
ap gr8ep el JeJnsâulned uo.1 anb xne q acgr8 lse,J 'seJQlIJJsâp uolleulruJâlgp
ul Q uorluallu epuer8 snyde1 JepJoJJe.pâJlusseJgulse II seJ sel snol suucl
'rgs snld sel no âl sellâ.peunoeqJrnod le
lse.J'stu€puodser:ocseJQlrJJ
sâgrJrluâprsuorlsuoJsel sâlnol erpuardruocllop cJpJ â-I 'sârln? sep e9;ud9s
uorlJuoJ eun 1uu1roldxâue âJQlrJJel eJlleuro.p lreJâs enbsrr âl 'suollJuoJ
srnersnld ap pre8a: ue sroJ elnes êun Jelou sâl ep luapnrd sed lrures au yy
'xner9u93 sêJQlrJO
sep luos âO
enb sroyulrp uo'suorlJuo; srnarsnydq renbrydde.s sulelJeJ
lua,rnadsaJQIIJJ
'sâluruJluoJ'sarreluaurglduroc'sepdtculrd'suollcuo;
sâp sâJnleusel sâlnol rnod erugur el lso saJQlIrJsâp Uolssârdxe.pâpotu â'I
'31e-
'gltntsserSord-
'(raururrelgpq nua,rtu)suetunl âp âJquou -
: lueleJessâJQIIJJsel luop 'asnaununl?ltsuaruI,l ap a3o73qt
al atilautad : eJruluêtu?ldruocuorlcuoJ âun.p euJoJ ul snos reu8tsgp el âp
anbrSolsnld luanbgsuocred tse II 'erQrunl âp gllun.p aJQIIJJun red gslrgtJeJuJ
e.t1glned < âsnaurlunl ?trsuelur.l ap e8e139r> eJQlIJca1 enb elelsuoo uO
'lusJnoJ 3p uorleuuosuoJ -
'âsneurunl gtrsuêlur.lep e3u139r-
'âsneuilunl eddeu ey ep âruJoJ -
'Jnâleqcap
tueure8eSgp-
'JnâlnoJap ernlergduel -
'gllsouftunl-
: slue^rns sâJQluJse1red e?sIJgloEJBc
erle lnad'lle^er ep ueld
un JâJrelJ?: 1sa epdrcuud uotlcuoy ul luop 'nueJnq ap aduul eun
t9 sanb4srtq1cotoJ srnal p suotlcuo{ sa7
64 PRATIQI,JEDE TANALYSE FONCTIONNELLE

proposée.> Le niveau est généralementune valeur chiffrée pour tout ce qui


est < objectif > et une référencepour tout ce qui est <<subjectif>.

Dansle casoù les niveauxsontdéjàpréciséspar une nonne ou le cahierdes


chargesd'un client donneurd'ordre, il peut être dangereuxde reporterles
valeurssur le cdcF. Afin d'éviter deserreursde franscription,il vaut mieux ren-
voyer au numérode normeou au paragraphedu cahierdeschargesconsidéré.

voici quelquesexemplesde niveaux de critèresde fonctionsde divers pro-


duits n'ayant pas de rapportsentreeux (pour le coefficient K voir chapitre 15
< La hiérarchisationdesfonctions>>).

CRITERES
DEFONCTIONS

Fonction K Critère Niveau

Etresilencieux Décibels 60décibels


Êtrefiable MTBF 1 000heures
Êtrerapide Vitesse 160km/h
Etremaniable Masse 3kg
Volume 2 dm3
Assurerlatransmission
deI'information Ponctualité Touslesmatins
avant
10h
Êtreesthétique Lamode Inspiration
Hermès

Il n'estpastoujourspossibled'attribuerdesniveauxaux critères,commele
montreI'exemplesuivant.

Fonction K Critère Niveau

ConserverI'aspect Aspect
initial

Le cahier des chargesfonctionnel est la descriptiond'un résultat attendu.


celui-ci doit pouvoir être vérifié, c'est-à-diremesuréou apprécié.cela sup-
poseque les niveaux soientmesurablesavecdesmoyensde mesuretradition-
nelsou spécifiques.

ce dernierpoint concerneles niveaux de critèresobjectifs.Les niveaux de


critèressubjectifs,mesurésen établissantdes relationsappréciéespar rapport
à une référence,ne nécessitentpasle mêmedegréde précision.
'uorsrsgpeunJeluârJo(p @
leruJêdlueueldurs snld
no 'JnessrunoJel lâ Jnepueurepel eJluâân8ope el luetueluSglâuuâd 'luoc )
o
'e3uuq3?.pxn€l â-I
un le ecueuJoJJedeun âJlueuoddeJun JBd9lues-3Jdal I
r
o
J
o
a8uvrlî?& xnnt a7 )
o
o
.PJPI l
f
dorl lros au p.nb luB^Bgllllqlxeg BI ratcoSgu'seo suleuêJ suep 'lned rnes
-sruJnoJe'I 'seltrullsep xroqJ np secuanbgsuoJ sep luerJsuoJâJlglrop Jnep @
-ueruepâl lruJ âc eq 'lelduroc ltnpord np snJal ne eJlnpuoo'luenbgsuoc;ed oo.
o
lnad le uorlnlosel ep snJeJel euJerluâ?lllIqIXeUe1 ep tcedser-uoue'I c
l
'cle 'pJupuslssluâur?l?.psâoueJ?J-eJ
sap'senbtSrnllulgruseouenuep sesseltsâp (}
'senbruec-erusecrr?Jglol slllpsodtuocap seuo8
ep saloqru,(ssap 'senbruor1colg
-glec sop anb se11e1 pJ€puulssessulJsap nu:ed sâISIoqJerle luennad uotlel
-decce,psâlFullsâpsJnele^sel'seumtuopsureuecsUECI'lIEJSIles uou 93n[1se
uroseqel 'glrlrqrxâuel ep sâssuqselIuII sêp sJoqepuâ 'npuelueuelg
'?lllrqrxelJep eIeqJJnoJel êp Jneu9lul(l sulourus?u lusJlueessBq
R
snld e1ecuuuuoyedel âJreJsqes rnod xnalgoJsuloule1gpgcorde[ JISIoqoep
'sBJsuruuâcsuep'leurredellg 'JnâssflunoJ el âJlueelqrssod
el le Jnepuulrlâp
an8olurpun.p selrturlsel JârJrrplJep a8eluunu.leuoddeglIIIqIXegellâJ
'âgururJêlgpgrd
e11eqc:nog eun.p Jnelr
-glul,l Q sJnâle^sal Jâue^êJIBJâp luuilau;ed ecueJgloleun eJlp-q-lse.J gllllq
-rxeg eun.pIuossea4g lnad eJQlucun.p npe^Iuel 'seJsapgluofuurel suuq
?tnqxailtry a
'< uoqercgrdde.perqlucun.p
nue^runp eluupuodserloo
uolleue^BI le xFd np no lUocnp uolleuu^ul eJtuê
rnâpueuâpe1red alqetdâJoe 'a8uot4c7,p
xnu a'I
?J€lJ?puodder > el lse,J
eJQluoun.p nee^runp aluupuodseuoJ
'< uollercgrddu.p uolluue^el lâ
xFd np no lgoc np uoquuu^ul âJlueJnâpwtuepo1red sagurudxesuorluctput,p
elquâsuâun lsâ(J2471q1xa[e1> '0çI0ç
X dN âLurouul âp uonruggpul uolas
ircNVHJg,(I
xnvr irr rs gJlllsxslc vl I
'sarqqncrged
senbruqcal suortsanbep âlnnul
dJpJ el JêJqluocuâ.p
'ptgug? se8ruqcsap JâII{uJnp senbruqcâlsâsnEIO sel suep sgsrcgrd
lreJesII
luoJesxnuâ^rusâpuorlercgrddu.p no âJnseurep sueforusâl 'seJ sel uolâS
ç9 sanbgstt7|cotDJ slnal p suortcuol sa7
66 PRATIQI.JE DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

Accepterait-onde payer I 500 € de plus une voiture pour disposerd'une


vitessede pointe supérieurede 15 km/h ?

Accepterait-onde payer 600 € de plus, la même voiture, pour limiter la


pollution de l'échappement?

Dans I'aéronautique,le respectdu devis de massea une grandeimportance


mais la chasseaux kilos ne sefait pasà n'importe quel prix.

Combien peut-on dépenserpour gagnerun kilo ? La notion de taux


d'échangeprendici toute sa signification.

Exemple : le taux d'échangea été défini à 600 € le kilo. Une solution qui
coûterait750 € pour gagnerun kilo ne seraitpasrecevable.

Le calcul inverse est tout aussivalable : Combien doit-on gagnerpour


perdreun kilo ?

Beaucoupde paramètres peuventfaire l'objet de taux d'échange.Selonles


catégoriesde produitson peut trouver :
- certainesperformances,
- la fiabilité,
- I'ergonomie,
- la miniaturisation,
- I'esthétique,
- etc.

A priori, on pourrait penserque les notions de coût ne concernentpas


I'analyse fonctionnelle mais il est difficile de séparercomplètementle coût
desfonctions,surtoutlorsquele coût est un critèred'acceptationd'un niveau
d'une fonction.

La notion de taux d'échangepeut figurer dans la colonneflexibilité du


CdCF, mais dans les cas complexesoù le calcul du taux d'échangedemande
un certaindéveloppement,il est bon de le mettreen piècejointe.

Il est possiblede définir des classesde flexibilité selon le niveau de négo-


ciation possible,commele montre le tableauci-après.
I s?urroHuollHdsul 0p0urs'l onblDqFo04J
0eq0- rl 0I luP^P uollPurjolu!,1
0p
0 0 + sullEur solsnol ?ilpnlcuod u0lss!rxsuPrl
BlJsJnssv
z o/o94 eunl0A
surpz
z o/o9+ oIe 0ss?lrll eHs!usr!orl]
t rt/ru)t
0-:9+ rl/uDl09l 0ss0l!^ optdel
otll
I %0tr sornoq
000I l8l1^l olq?u043
z q00t-:0 st0qtc?p
09 sFq!ca0 xn0lcu0l!s
0rll
assep 9AlqlxaH neelN 0tQuc x u0llcu0!
fi tailtac
ilrltqtxtlt tl sNoucMot
: lms âuruoc
âluesild as '?rlIqFâU 3I J?d fl?Iduoc'9 âErudq âp luep?cardnualqera1
'1€g) elqurcoEgusqu æaerQlucec ep uoqceJsrlus
e1'nuarrluun red ?suflcuJscsed 6e,u âJQllJJun,nbsrol 'edlcupd ug '(< suoq
-cuoJ sâp uop?srqcJuJ?lrlB'I > ç1 e4rdeqc rrol) erugru-âilâuoqcuoJ pl E
e?pJocc?ecuegodu4.l ce^BlcâJrpuodder ap sede.u flIlqrxeg âp âssulcB'I
'âpnp uos p reuod llop
ç.nb
uoBueilB.l ep le eJfllJJ âp nee^Iu un E e?pJocceecusuodurl.I ep Jneprnluep
e1rud rgane rsun lse âJrurruorssrunose.I 'se{Fo.p ladde un,p sucâI srrupluetu
-rrrulou UJpJ eI ms fl1p.qrxegep ass?Icel ram8g âJrsJep lu?ssâ€lur lsâ 11
elqelco0gu
sQrl 0lu0l 81
qqe;co09u 0uu0q z1
elqqco0gunad 0tqtEl r1
gergdru; 0llnu 01
uofielcoùgu
epneealN ?1!tlq!xaH essep
)rrsrxlu 10sJssb?9
L9
IANALYSE
FONCTI
NELLE
ON
EXTERNE

Lors de l'étude de marchéconcernantle lancementd'un produit nouveau,


il est très difficile d'aller au-delàde la perceptiondes foncrionsprincipales
d'usage; or I'analysefonctionnelledoit aller beaucoupplus loin ; il s'agit de
recenserd'une façon exhaustiveles fonctionsà satisfaire.

Cette forme d'analyse est nomméeanalysefonctionnelle externe.Le pro-


duit est considérécomme une boîte noire qui remplit des fonctions vis-à-vis
de I'extérieur.La questionqui se poseà ce momentlà est : Qu'est-ceque le
produit devraitfaire pour satisfaireles besoinsde I'utilisateur ?

Il serapossibledans un deuxièmetemps,lorsquele produit existerade


I'observeret de se poser la question: Qu'est-cequ'il fait réellementpour
satisfaireles besoinsde I'utilisateur?

La comparaisondes deux réponsespermettrade vérifier si les fonctions


requisessontbien satisfaites,s'il en manqueou s'il existedesfonctionsinutiles.

Vous avez constaté,à traversles exemplesde produitsmal conçus,que


lorsque certainesfonctions ne sont pas identifiées,la conceptiondu produit
estimparfaite.Il ne donnepascomplètement satisfactionà l'utilisateuret, par
conséquent, il ne correspondpas à la définition de la qualité : ( aptitudeà
satisfaireles besoinsdesutilisateurs>>.

La nécessitéde considérerla constructionde la qualité,et plus particulière-


ment la qualitéfonctionnelled'un produit,dèsle débutd'un programme,est
démontréepar le graphiquede la figure 6. La conceptiondétermine:
- les fonctions,
- le choix desmatériaux.
'senbruqcelsuorlucgrcgds- @
o
f
'sarnlelcueurou suuyd-
1e
'sa8reqcsâpJân{eJuârcue-
I
t-
: luulslxetlnpord
=
un,p asÂ1eue3l
q sel4n suoquuuoJulsâl luelueouocsllrz^Inssalduexese1
suonpurroJur sâl sqnol o
'ellâuuorlJuoJasÂ1eue,1 uêrqq Jeueu rnod sarrusseJ?u
f
ep âl JânlcâJJâerr 'ednor8 np salqruelllsa1red gpm tnâl?ufluu,l o
lueuesuecueJ
'8ur1e1reur-sa8reqc sep Jerr1eJ
el ?llnsuocJroi\?'eJressecgu Is 'la aurururSo:d c
-eqolJel ep âJuessruuuoc srrd rrorresqrdy 'e13qre11ecq sed adduqcg,u
o.
o
elleuuorlcuoJes,(1uuu.'I'uorlc? elnot ep âseq ul Q lsâ uorlsrlrJoJuI.'I o
6
c
o
o.
NOIIVNUOdNI.(I!ISVHdVT
stqoJ sap n 7qonb ol ap uouJru$uoJ Dl suop uotldacuor q ap apy - g atn8tg
I
uorl0npoJd
9t.
sasued?O uolldocuoC
uorlEsrleulsnpul
sl0oc sop la
glpnb e1ep luauabeôu3
00r
'uondacuocep aseqdBI âp uU el
p ob çL Q0t âp rnâlneqq sgSu8ueluos lgoc a1ta glqunbe1luenbgsuocre4
'clê -
'seJllsJ9lolsêl -
'e8ulquresse.pepotuel -
'sêJueuuopadsa1-
'uSrsepa1-
'suorsuârurp sel -
'sluusodtuocsapxroqc âl -
69 aura$a apauuortcuot
ast1ouo,1
70 PRATIQI.JE DE L,ANALYSE FONCTIONNELLE

- liste et prix descomposantsachetés,


- gammesde fabrication,
- programmede production,
- tous les coûtsde revient,
- les élémentssous-traités,
- les insatisfactionsen production,
- les insatisfactionsen utilisation.
- les invariants.
- etc.
Dansle casoù I'analysedoit s'effectueren coursde la phasede développe-
ment d'un produit nouveau,il est nécessairede s'informer égalementsur les
pointssuivants:
- les plansdu projet,
- les dossiersde calcul,
- les résultatsd'essaidu prototype,
- les étudesde design,
- etc.

L analysefonctionnelle peut s'effectuer dans le cadre de situationsdiffé-


rentespour lesquellesles informationsnécessairesne sontpasidentiques.
- Un produit nouveaudont on cornmencel'étude.
- Un produit en coursd'étudeau momentd'une revuede projet.
- Un produit existantque I'on désireaméliorerpar une remiseen cause.

Pour la phased'information, la participationdu groupede fravail est essen-


tielle. Chaqueparticipantpossèdeune part de l'information, comme le
démontrele tableauci-après:

RÉPARTITI
ON DEL'INFO
RMATION
DANSLESDIFFERENTS
SERVICESDE L'ENTREPRISE

Besoin X X X
Fonctions X X X X X X
Coûts X X X X
Possibilité
deréalisation X X X
Normesrèglements X X
@
c
onbruoqdglgl
sou0ll-lilnu olsod l
LV
9Z ooPpnos opIoJEddV
r
6Z rnOlEr0sv
osuderlueopuer0oun,p ecrru0s J
zn lPrlcP o
t8 uozeôp osnopuol o
o
8n ep0rqulELlc
onbrurlc ounsuEp zeooposud o
Z9 olncrq?^
llcalloc opsrxQls^s
un,prB,plueureuuol]!puoc
li osllPA
apl0u-trxos E
tç 0psoueunl
llal0s 0p0JPd
a
o.
o
su0!l3u0t0p etqw0N o
t!npord @
c
o.
1tn00ad
avdsNotLcN1l10
silqwoNt0 slldwlxs
'slrnpordsenblenb
ep suorlJuoJâp eJqruoue1enbtpursqrdu-tcneêlqula1'alduaxa.p arlll {
'leuuoIlJuoJsa8reqc
sep JerqeJa1rrldruerle JâuuopJosel 'JâsIJglJeJBJ sel 'rer;rluaptse1rnod
seluusrJJns 'suorlcuoJep auruluerenb
auneuodtuoctnb 1mp
luos seglunofxnap
-ord un.tesÂpuernod ressudq sdtualnp rnepuu:8âp eJpJoun ranbtputrno4
'enrlg{dorl asÂ1euu
eun R luepgcordua suoIlJUoJsep eJgeuo.p anbsrrâl JIJnocep anb JâITqno
uârJeu ap JUSâJlgle eJIBSSec?usdurele1arpuardxnaru lne^ II sruu '3uo1
q gssedsdruele1
e4leredslo;anblenblned elleuuottcuo;es,{1ew,lJâsIIB9J
'laford ep sen^eJep eJqurouel eJInpgJap enqcedsrede1ce,rzsuoqlpuoc
seJnêllrâtuêp suupuJâlnoJgp âs âpnlg.l êp elms e'I 'gtIIIJeJlueuepuer8eres
suorlnlossep elgJluoJel le s?sIJ?JdtsutuluoJâssJllcâtqose1 'ellâuuollouoJ
es,{1uue.1JânlJeJJâ.p alqrssodâJoJuelse lI 'pJel dorl lros eu 1t.nbluurry
'elgJluocec Jenlcâ:lJâ
rnod run9r1sasgedxe.pednor8un
'luerlc np seSreqcsepJerquJnp no euruerSord-eqcge1ap s;ucefqosepsuesâl
suepuârgluor' segldopusuollnlossel ISrâuu?^ ap lt3u,s II 'êpnl?.1ep ?uuop
'uolllu
'sgJoqulggl? luo rnb slueuncopsel snol ep âJIp-R-lsâ.c
luâuour un Q
-lJgpep Jerssopnp ualuexeun uâ luâurepryug?elslsuoJleford ap ân^al e'I
'tafo-rdâp en^âJeun:a1adde.p nuâ^uot1sa1t.nb
ec ep sJol Jenlcârgâ(lâp pJpl dorl sed lsâ(u II 'nFo^ sdrual ue ellâuuollJuoJ
es,(puu.1q gpgcordlp uo.nb sues9Juârutuoc arutuerSord
un,p suJel suuq
Jirfoudacfln^fluvr I
IL atu a$a a71auuoueuo{asQouo,7
PRATIQUE DE TANALYSE FONCTIONNELLE

L'animateurd'un grouped'analysefonctionnelleest quelquefoisembar-


rassépour choisir le ou les outils méthodologiques
appropriésà un type de
produit déterminé.

Le chapitrerelatif aux outils de I'analysefonctionnellede la norme


NF x 50153en recenseplus d'une douzaine,trèsdifférentsles unsdesautres.

Il est évidentque I'utilisationde tous les outils ne sejustifie que pour des
cas exceptionnels. certains sont indispensables, d'autressont facultatifs.
certainss'appliquentà un produit existant,d'autressont mieux appropriésà
l'étuded'un produitnouveau.Il ne faut pasconfondreles méthodesd'analyse
du besoinutiliséeslors d'une étudede marchéaveccellesde I'analvsefonc-
tionnelle.Le degréde finessen'est pasle même.

Chaqueapprochepermetde trouver une partie des fonctions.La somme


des fonctionsainsi obtenuereprésenteI'ensembledes fonctionsdu produit
étudié.

Toutesles fonctions,assortiesde leurs caractéristiques,


serontrécapitulées
surle cahierdeschargesfonctionnel(CdCF).
commençonsI'examendesdifférentesméthodesd'analysepar la méthode
Réseau.
'lu?^rns @
lru^uJlep uuld
c
âl JelJedseJ
ep âlqulmqnoslsâ II âpoqlgurel ep uolleJllddeauuoqel rnod l
I
'saseqdxrs sepâtutuosul âp r
0)
f
êllnsil suorlJuoJsâp elquesueJ 'suollouoJsep ergudâun JeleJgpap terured
o
selle.pêunJ€qJ'sasuqdxrs euoduroce11g'es,(pueelnol QâJlussecgu rnen8u o
u1q uorleuÉutur.llâ uollJerlsqu.leIIIeâllA 'âllouuollJuoJ esÂpue.psl4no sep o
l
?lrsrâ^rpel suepplrun.l âsIIE?Jelle smtuIos uê ug eun sedlsê,u ellg 'lINqrJ
p
agsuadep âpotuun Jelnulls Q lue^Jesluetutulsulun.nb lse.u a11e.nb JeIIqno c
'seJI^ o
e;ru; sed lrop eu tgJgluluos 'uollulueuugdxee8rul aun,p ellnsgJâllg o.
's1rnp o
-Jâssâl lâ sJrleJlslulrupeno sanbtuqcal sgpgcord'slefqo luarosslr,nb o
-ord sapgtuoferuel ep suoucuoJsepeqJJeqJer el u.luâI^uoJepoqlguelleJ c
o.
'lrnpordun red âJIuJSIIES
q suollJuoJse1'urntututtusdurelun swp le e^n
-snuqxâuo5egeun.p 'JaIJIluepI.ptuelleu:ed âpoqlgltreun etuluocnoas?A
'aqcgdep êuozeun.psuossrod
sel snol raldecq ?unseplâlIJ un.p sellruulsep elquâsue.lêtutuocnoas?t
'rolutu-lulgrnel
q selrlnsluaueu8tasueJ âp uIJesÂudun,p
sel snol eJlleusuuJlâp tâ Je1Jelloo
âJrolrJJel srgedgrsuotdsa.padnor8un eluluoJnoas?U
al Jnsluetuâsnetotpnf
'noas?a
epoqlgurul uorlJâlgsêlleJ glnlllul p.[: sPOsep gluolutu el suep uollceJ
gn8nfuocro1dura.1
-srleslruJeuuop luop xnâ âJlue.psun-sanblanbep uoncelgs
aun resodordep a1rlnnruddulsâ.tu II 'euJâlxeêllâuuollcuo;esÂ1euu,p
sJe^rpslnno.pxroqcne fluor;uot sJnâlpurlue.pdnocneaqâtuluoJ9t9tuu,ty
vl
nvlstal00Hllt^l
74 PRATIQUEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

l. Recherche intuitive.
2. Étudedu cyclede vie et de I'environnement.
3. SequentialAnalysisof FunctionalElements(SAFE).
4. Examendesmouvements et desefforts.
5. Analysed'un produitde référence.
6. Utilisationdesnormeset desrèglements.

La méthodeRéseauoffre une garantiede résultatque ne sauraitapporterun


seuloutil d'analyse.commençonspar I'examendétailléde la premièrephase,
la rechercheintuitive.

! nncHERCHE
rNTUrrrvE
comme son nom I'indique, cettephasefait appel à I'intuition, recherche
spontanée ressemblant
à tn brain-stormingpratiquélors d'une séancede
créativité.

La rechercheintuitive a le mérite de placer le groupeen situationassez


rapidementcar tous les participantsdu groupede travailrecherchentles fonc-
tionsdanstoutesles directions.Cesapproches multidirectionnelles
permettent
de situerle produitsousdifférentséclairages.
Celaaideà la miseen condition
psychologique, étapenécessaire à la bonnecompréhension du problèmeposé.
L'animateurveille à respecterles règleshabituellesde la conduitede
groupe,particulièrement
en cherchantà éviterles critiques.
La rechercheintuitive trouvesa meilleureefficacitéquandelle respectele
plan de travaildéfini ci-après.

1. Rappel desobjectifs
Examen de la fiche-programmeou, à défaut de celle-ci, du cahier des
chargesmarketingcomplétépar les objectifs définis par la direction de I'en-
trepnse.

2. Consultation de la documentation
Examendesdocumentsréunispar une phased'informationpréalable.cela
estindispensable
pour l'étuded'un produitexistantou en coursde définition.

3. Recherchedes fonctions
Les participantsémettentleurs avis, énoncentles fonctionsqui leur vien-
nentà I'esprit.Les fonctionssontnotéesau tableaupar I'animateur,sanspré-
occupationde genreni de classe,les unesà la suitedesautres.
'sâllê.p @
c
f
âunceqcJns luBuuoJl^uênâIIIU np ecuenuul.l JIJ^noc9pep uIJs llnpoJd o
np er^ el âp sedulgsâl luos sâllenbJeuruuel?pep nat1e [,1t'noasVyrêpoql?ru I
r
ep luu,ry D'
u1ep sasuqdsaJlnesel Je^u olleuuorlcuo;esr(puu.leJ^InsJnod
=
o
o
o
a!^ ap ap(J a o
o
)
c
lIC ffI
INIII^IIINNOUIANII.T @
o
o
@
sr^acirrJÀJncscnJgI
c
o.
'noas?Vepoqlglue1ep saseqdsâJln€sop
q eJpssâc?u
uorlecryddu.l eluluetueqJ$ur?pel âsuo^eJlrnbcele3 'lrnpordnp
suollJuoJsep'unoJ sQJlIBIgpun su?p'ecuelcsuoJ
sellenuesse puardpunurlep
'JeIIqno
ue.p €
luelug^uocul.l
ednorSa1'eqco;dduel1eoâp slneJ?psey9r31u61
e11a'sesuodgJ u'I
u e^DInluIeqcJâqcâJ
seplueuaptdurrtu:no; ep a8eluerru,l
'âlqlssturpeul luâuuepl^g lsa.3'suotuod
-ord serugtusêl suepJnelusllqn.l-8.uollJuJsnes lr€Jeuuopseseqsec ep rrged
'luuslJJnsul lse.J
'uo5e; a11ec ep
E ?lpnl? tlnpord un.nb erp q luel^er eleJ 'luatuanbrlstlels'?nnordlse
s39^noJlaJlgluerrnedsuollJuoJsapobog q gç anb
'JâlueluoJuâ.s âp xne;e8uepsQr llsJâs srctu sdurelap lunullullu el suep
IJ II
sermluerugldtuoc suollcuo; senbyanbenb tsute e8esn.pno âJI^Jesep sepd
-rcurrdsuorlJuoJsâl uelq zâsseJelJlluapt.plaruredê^IlInluI eqJJâgJâJ 3'I
'w)as?Aâpoqlgurel ap sesuqdseJlnesel.redegtgldruoc urestnb e1s11
'senbt1su91
a;qrurerdâun enlllsuoJuleJ 'uoIluJIJIluêpIJnâl ep âJpJo.lsuep
-JeJuJsJneloe^eseglouluos suorlJuoJsel '9red9rdtuet?CJPJ np eJpecâ'I
(.fCpC) IeuuoltruoJ sa8ruqr sap ralqur np luaureu8lasue1 'É
'se?urluât tuorcsnDas?U âpoqlgu u1 ep sasuqdsâl selnolenbsrol
'luâruêJnâuglln sgulluJâlgpluoJesâJuuuodtur.p sluelclJJeotse1 '2t171q1xa[
'suollJuoJsep eunssqJJnod
Jnel lo xnoa|lu se1'sat?lrtcsel JotlJJeqcâJ
sanbgqlgleurur sapuogluggq '9
'astcgrd1âeJI€lJ
uoqelnuuoJeun rud suollJuoJsapuoqeu8tsgpu1tulod ns eJDeI[ep lt8z,s 11
uollBlnruJot's
'selunulsuollJuoJs3pno secuepuopeJ
'1eq9pun
sep 'secuesrggnsul
sep eJuêpl^gue âJlleu lned 'uerrnoluerueSrel
anb111.t3'7
çL n?os9u apoql?u aI
76 PRAIIQ(Æ DE r ANALYSE FONCTIONNELLE

Le cycle de vie commenceà la naissanceindustrielledu produit et se ter-


mine à la fin de son aptitudeà I'usageet pour certainsà leur destruction.pour
un produit fabriquéen série,le cycle débuteà la sortiede la chaînede fabrica-
tion, aprèsle contrôle de bon fonctionnement.pour certainsproduits il y a
lieu de prendreen considérationcertainesétapesde son processusd'élabora-
tion. Les opérationsde maintenancesontégalementà prendreen compre.

PrenonsI'exemple d'un appareil électroménageret examinonsla corres-


pondanceentre les phasesprincipalesdu cycle de vie et les fonctions (voir
tableau).Dans un but de simplification,une seulefonction est indiquéeen
facede chaquephase,mais il peut en existerplusieurs.

cette présentationpeut paraître simpliste, car il manque les critères des


fonctions pour mieux les comprendre.Pour la fonction ., Être maintenable>>.
les critèrespeuventêtre les suivants:
- accèsaux piècesd'usure,
- possibilitésde test,
- commodité,
- ergonomie,
- sécurité.

Phasesdu cycle de vie Fonctions

Sortiedechaîne defabrication Pouvoirêtrecontrôlé


Manutentionet emballage Résisterauxeffortsde manutention
Stockage enusine Résisterauxconditionsdestockage
Manutention Résisterauxchules
Transportchezle distributeur Résisterauxvibrationsdutransport
Exposition Résisterauxrayons UV
Démonstration Êtreconvivial
Vente Êtreesthétique
Livraison
chezle client Êtremanutentionnable
Installation
et miseenservice Êtreergonomique
Utilisation Assurerla sécurité
Maintenance Êtremaintenable
Findevie,élimination Êtredémontable
Recyclage Êtrerecyclable
JellnsgJuâ lue^nedmb sallenluâ^gseJuânbgsuos sel Jâ^e'lrnpoJd @o
c
np sluâueuuorlsuoJs^psâp JêuJP4uê lue^nâd mb selleuuonJuoJseJusllr,BJ?p o)
âp sec sâl JerTqnowd au âp lr33.s Ir srsruned euodur slou sêp xroqJ e-I I
'< r
eJu?IImJgp ep lelg ua > no < epeJSgp epou ua >)no <<
lueursuuoucuoJsÂp
J
ug >>âseqdeun Jro^gJdâp neq e ,( 1 'ern ep e1c,(cnp epnlg.l ep luetuorunV o
'< lueueuuorlJuoJ o
a
-sfp ep sec uâ eurqceur u1ap acue8rn,pl?Jre.l eJDeuued> lrureddeuoqcuoJ o l
o
eJlnpeun 'luâureuuorlJuoJ ue lsâ eurqcprupl no lueruorune aceld ua esrursed
'<< ep uoqcaloJd @
lse.u uorlJelordallec !o seJâl suuq JneleJgdo.l e1rarnssy> o.
uortJuoJe1q puodgr uorlnloselleJ 'Jessalqâs ep rne1er9do,1 q ra1r,r9:nod oo
@
suoqcelordsep epqssodslqno euil.lJuureun : aldurs aldruexaun suouâJd l
o.
; secuenbgsuoc sa1
srnarsnldno eun rS
sedluos eu suorlouoJ
âJlgue luannedselyenb'sâlruJsrlps
'suorlouoJse1
luauranbruneruâJuooluârueuuosluJ
'elleuuoqcuoJ
sel sIELU
el lâ snuuoJeJocuêsedluos eu lrnpordnp sluusodtuoo
asÂ1eue,1 ep luâtuotunu âp$?.1ep asuqdellec redrcnuu.pelqrssodtsa g
'(g'77aqdefiend
.rron)glrcuucrnel ap le sleJJesrnelep'serwlll€Jgpsepâpnlg.lp agtdepeuetq
'sluâueuuorlcuo;s,(psep q stelns1u3l?etutuoc sgIJ
lsâ JgcI^Jy epoql?rue'I
-pueprluos rnb xneJ luerueJuoJslnJIeJsâl le snuuocsJoleluos sluesodruoc
se'I 'suoqnlossâp âpnl?.1le âllâuuorlJuo;esf1uuz,1 sgrdeeJrp-e.-lse.J'lulJgp
1selrnpord e1enbsrolluetuâluJgug8 lueuuar,lrelurgllllqelJ âp sâpnlgsâ'I
sruawaauoltiuols{Qa
'eurgs,{snp sr^-Q-sr^
eJr^Jesep no enbruqcal
âJQlceJEc un Jro^u luannadsuoncuoJses 's€J eJ suuq 'Jle 'uoIlExIJ'a8e1q
-uessu 'a?u1?gtuorlouof: ârrrgrrr-olle
uoqurSglutuos lâ euqlsÂsne uotlerS
-glur uos luapqcgrdrnb sade19se1eldruocua arpuerdep luel^uoo II 'âlqruesue
-snosno luâuâle 'auqlsÂsun.p luesodruotun lse glpnlgllnpoJda1enbsrol
'ctê'eprurnq
luaureJQrlncrgud uot89r aun 'pctdorl l?uIIJ un 'errulodeuoz eun i axeld
-ruoc snld âJocuâlse eurglqorde1'eqo13np suot89:sâlueJgJJlp suppgsIIDn
e-r1g,pelqrtdâJsns 'seluusquugdsanbtlulrrllcseluleJluoosâp
lse tppord el rS
âJuâpr^gue er1leru'secsel uolas'1nedâI^ ep elcÂcnp âpnl9.l'sJnellluJBd
'seleollgp
snld se1no sâluu^noJd9
snld se1saseqdsep
'elleuuoqcuoJ rnod ecuel
es,(1uue.1
luetua1rorgtuapuedgpsuorlJuoJsâumuâJ
sep ep$g eDâJ
-rodurrepuur8âun € trnpoJdnp er,ru1ep sede19seluâJ-eJglp
LL nEes9uapoqtTil aI
78 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Les fonctionsrelatves aux dysfonctionnements apparaissent quandse pose


la question: que sepasserait-ilsi ceftefonction n'était pas satisfaite?

) Environnement
Une constatations'impose : un produit n'est jamais indépendantde son
environnement.Dans la plupart des cas le produit doit s'adapterà son envi-
ronnement.Mais il existe des cas où I'environnementdoit s'adapterau pro-
duit notammentsi ce dernier prend une position prépondérantedans son
nouvel environnement.
La relation entrele produit et son environnementest quelquefoiscomplexe,
seloncertainesphasesde soncyclede vie I'adéquationdu produità I'environ-
nementdoit répondreà plusieursvariables.
Le produit estfixe au milieu d'un environnement mobile.Exemple
ment d'un processustechniqueou administratif,route,maison,etc.
Le produit est mobile au milieu d'un environnementfixe. Exemple:
mobile.
. Le produit est mobile au milieu d'un environnementmobile. Exemple :
avion.

De plus, il faut distinguerle caractèrede certainessituations,c'est-à-dire


identifier si I'utilisation du produit s'effectuedansdesconditionsà caractère:
. habituel,
. occasionnel,
. exceptionnel.

Dans la plupart des cas,il est nécessairede donnersatisfactionaux condi-


tions habituelleset occasionnelles. Par exemple: la toiture d'un immeuble,
situé à 300 mètresd'altitude, doit résisteraux intempérieshabituelles: pluie,
vent,grêle,et les occasionnelles : chutede neige.Faut-ilcalculersarésistance
pour qu'elle supporteune très forte chute de neige à caractèreexceptionnel?
Tout dépenddu risqueencouru.
Dans la plupart des cas,donnersatisfactionaux conditionsexceptionnelles
conduit à augmenterle coût d'une façon importanteet quelquefoisrédhibi-
toire maisil estbon de seposerdesquestionsen tempsvoulu.
Pour les produitssusceptiblesde faire encourirdesrisques,assurerla sécu-
rité est primordial. Il faut alors prendreen compte les conditionsexception-
nelles.C'est le casdesproduitsaéronautiques et spatiauxtels que les avions,
les hélicoptères,les lanceursde satellites,etc.
Les méthodesd'analysede risques,de sûretéde fonctionnement,tiennent
comptedescirconstancesexceptionnelles.
'cle - o
c
f
'euJelurarqqdsou4u,l -
o
'ellatclyge eJQrunl el -
I
'ueueruê.p - r
It
leuuosrede1
'seppuen sâl - =
o
'sre8essedsol - o
o
o
: aldruexe red o49ru ap uo8e,u un Jnod 'lmpord rrc sauJarul o
''Jlâ 'êllqotuolne eun l
sluetu?l? se1 eldruoc ue erpuerd 1uaure1e39 lnuJ II
'uosreru aun 'uo3u,n un 'a8elpqure un.nb
Iel < xneJo > lse llnpord e1 enbsrol o
a
sreru 'lrnpoJd nu sauta$a luos lueturuepgcgrds9nbo,r9slueuglg sel snoJ o.
o
o
@
'cle'âpo[Uel -
c
'sâcuBpuâlsêl -
'seuuou sel -
's1uaue13qrsel -
splJ?10uu11sluau?p sa7
'cle'anbn?u8elu-oJltelg ecuengul -
'enbnuqc uoneuJoJsuuJl-
'anbru;eql e8ueqcg -
'lâuuors?J3o
lJeluoJ -
'luellrrxJêlur
lJeluos -
'lueueur:ed
lJeluot -
: sJe^IpeJl9
'ued eJlnu.(I
luanned glpnlg grnpo:d el Jâ^e slJeluoJ sel no suonulâJ se1
'c1a'serrgdurelulsel 'JnâlBt{Jep eJJnoseun 'enbul
-râlg lueJnoc un 'seuqls,(s ep sluesoduroJsol 'eJnleu elnol ap s1alqose1: luos
auoSglec ellec suup luuJluâ luâIreuuoJl^ue.l âp sluâLuglesap uednld u1
sanbt s,{t1ds|uaw?l? sa7
'slâJnluusuloseqsap erged
no lnol JessêJglurluenned seuuosradsâp sI^-R-sI^êJIeJSIlssQ suollcuoJ se'I
sauuostad sa7
'sâJnluu seluâJ?JJIpâp eJl? luanned luel[euuoJl^uâ.1 âp slueurglg sâ'I
'er^ ep elc,(c np saseqdsep rrged Q 'Jnêu9lxe
'luetueuuorr^ue.l âp slueurglg sâp
ne[rur np sluâul?lg sro;anblenb sgleddu
uorl?JlJrluepl,l le eqJJeqcere1 rud eoueurruooluelueuuoJl^uâ.1êp epnlgJ
'aldruoc pJpuen uê elleuuotlcuo; es,(1euu,1'eruuerSord
-eqJrJEI ep lueuessqqelg.l âp sJol êIuQIqoJdne rrqcgggJ ep nâII e  p 'senbrur
-ouoog lJoJcJnsep le sanbsF sêtueru se1sed lueluesgrd au slmpord sâl Jnod
nees?à apoql?u aI
80 PRAITQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

selon les circonstances,les éléments externespeuvent devenir intemes et


réciproquement.

L'ambiance extérieure ou intérieure au produit est composéed,un certain


nombre d'élémentsqu'il convient d'identifier et de prendre en compte. On
touve selonles cas :
- température,
- hygrométrie,
- pressionatmosphérique,
- dépression,
- brouillard,
- brouillard salin,
- pluie légère ou forte,
- orage,
- grêle,
- neige,
- verglas,
- glace,
- fumées,
- vent léger ou fort,
- tempête,
- détritus volants,
- sable,
- poussières,
- odeurs,
- bactéries,
- bruit léger ou fort,
- infra-sons,
- ultra-sons,
- vibrations,
- produits chimiques divers,
- soleil (rayonsUV),
- lune,
- rayonsX,
- insectes,
- ondesélectro-magnétiques, etc.

Parmi tous les élémentsde I'ambiance figurent la pluie, le vent, la tempéra-


ture, etc. Il serait tentant de les regrouper dans une seule fonction <<Résister
aux intempéries>>,mais en raison des critères et des niveaux propres à chaque
élément,il vaut mieux créer une foncton spécifique pour chacun.
'aJqJe.l
JeruIqB e.uoncuoJ
wd âu : lse eJrBJsrlus @
0
E
?l 'eJqJ?,Icâ^BesnepuoluI âp âJluo3ueJ ep secuA 'uozp8q asnepuolâun.p lâ
luerueuuoJr^uâ.Iâp slueugl?sâp un lsâ rnb âJqJeunspelduexe.l suoueJd
r
o
'lrnpoJdal sJâ^84q sluerrrglgsJnârs
'Z o
-nld no xnêp ep uorlJeJâlu.lep luellnsgJrnb suoncuoJsâl JeqJJeqJâJ o
o
i luaurenb
-ordrcgrle 'luetuglgun q lrnpord np uoqeldep?.psuorlJuoJsel JâqJJeqJeJ 'I f
D)
: sdruelxnep uâ repgcord @
G
âp gpueuruIoJêJ lse Ir 'lueueuuoJr^ue.lap sluaurglgsep sr^-Q-sr^eJr?Jsnss
@
tlop trnpord a1anb suorlJuoJsel Jâ^nor ep ugv 'luerueuuoJr^ue.lep slueur
-glgxne reldupu,stlop tlnporde1'apr9u93uoSu;aun.p'enb nrrsuo^EsnoN
uollcD"tatu!no uogrTtdnpv a
'âpnl?.1erpuardarlua.p
'sluuuuoJr^uâxnecol sep eJnleuel le euqcpru ul
luu^u serungJ luuu
-JecuocsesrcgrdsuorlsruJoJur
sepluâuruapr,rgpuadgpesuod.ar u1
; reqrenbnp âlquesue.l q resuedll{nuJ ârg-tnâd -
ô elqnâtutur.lâp olquâsue.1eldurocue erpuerdIIJnud -
I srnelrgdnsle sJneugJurse8utgsellueuepS?rergprsuoruo-llo(I -
I nEâ^ru
ep sursro^xnpcol sel uorleJ?prsuoJ
arugr.u uâ arpuarduo-lro(I -
ô e9ll?lsul
eJl?lrop eurqJurrr318o lecol nE ilIuI[ eJl?Ir-lrop lueureuuoJr^ue.'I-
: suonsenÔ
'a3o72ua Jaqap
un suzp a1uo(ntqzassoa1onVdsautqJmaaun,p ailMas ua aslu o7 : n{ng
'segsoderlg lua,rnedrnb suonsenbap arue8e1tsa
lenb Jeurrrrexe
suoil€
snou 'lueluâuuoJr^uâ.1 âp selruril sâp eqJJâqJeJ
ep aldurexeun sJeÀBr1 V
'suoncuoJsepaqcJeqceJ u1 'a4p alsnl u '?^no.q
luepuad 1ruresrnb luârueuuoJ
-r^ue.[âp luer.u?I?
un.p 1no[u.1JasnJâJ ep te adrcuFdec rns epr8g sgl e4g.p
ggnsnf snld uou sudlmresâu 11'ellêuuorlJuo;es,(pue.lâp luâueFoJgp uoq êl
lruraqrngedtppord el Je^euodder urclurol un.nb lueÂu.uluâruâuuoJr^ue.lâp
slueuglg sep Jer{JJeqc
âp uorlsluel Bl'elr-urfleDâcâp ecuesqs.lug 'âp$931âp
eJpEJel JIuUgpep leu:ad luâuâuuoJr^uâ.1âp selrlull sâpuort?uruJetgpe-l
tuaurauuontaal ap satlu!'I a
nBes9uapoqqu uI
82 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Dans le sensopposé,la fonction à satisfaireest : résisterau choc produit


par la rencontreavecun arbre.

L étudedessolutionsconduirapeut-êtreà prévoirautourde la tondeuseun


pare-chocs
élastiquepour ne pasblesserI'arbreet pour absorberle choc.

Il s'agit là de fonctionsd'adaptaîiondu produità un élémentde I'environ-


nementet réciproquement.

Concernantle même produit,voici un exemplede fonction d'interaction


entredeux élémentset le produit.

Des caillouxpeuventêtreprojetéspar la tondeuseet blesserl'utilisateuret


les personnesde son entourage.La fonction à satisfaireest donc : éviter la
projectionde cailloux ou de détritusdivers.

Une des solutionsconsisterapeut-êtreà prévoir un carénagesuffisamment


résistantpour contenirlesprojectionsde cailloux.

Rappelonsque la démarcheconsisteen premier lieu à recherchertous les


élémentsdu milieu environnant,d'une façonexhaustivecar il est évidentque
le recensementincompletdu milieu compromettraitla suitede l'étude.

Un élémentde I'environnementnon identifié est svnonvmede :


- fonction non identifiée.
- solutionnon étudiée.
- besoinnon satisfait.

Le travail de groupe contribuebeaucoupà la réussitede l'étude de I'envi-


ronnement.Un travail individuel seraitplus aléatoire.

À titre d'exemplele produit sac de golf doit être adaptéà I'environnement


interneet externedont les listessuivent.
@
o
r
qr
E
o
o
o
o
tt
o
'eqJJ?ur?p
?I ep luerue3u?^u(p 5
lPl?.I luârâprd?J !)
JesrpnsJÀrsulu lned lr3À3.qep ednoJSe'I 'âpnl?.I elnoJ?pes enb eJnsâuq le o
JnJne se?qJeJJeluos suosrpqsâ'I 'lueruâuuoJr^uâ uos lâ lrnpoJde1e.quesuos o
o.
o
-r-uIIsâl rarn8g ep leruredmb eqder8un Jrlqel?.pe11lnlsâ 1 'lueurenbrlur4 o
a
CL
'smâlo^ - 'âJnlro^ap sa8u8uq-egod- E
'uâDerue.pslmpord - 'sa8u8uqepsgoddns-
's9ltso8ru. 'godorgu.plolJuqc -
'nuâ.psenbug. 'uodorgu.plIEInoJ sydq -
'e1qus. 'uor^?.pJeuEluoc-
'eQJeI{ o
TBcoln?/âJnllo^ âp e{Joc -
:los- '(auenop)
'e1re45311- er?Jc?I q suoqdFcsul-
'setgrssnod. 'sâ^rsgqpese11anbq9 -
'luâ^ . 1olJBqc-
'arnlergdurel. 'ernldurud-
'(nn) '4ler^Jes -
1re1os.
'ern1d. lnanof -
:ecusrqtuu- lneuod -
auJa$a luauauuolrlllg
'uossroqep eilretnoq-
'sJeÀrpslalqo slqad - .ggf,g;3 -
'ailanbsuc- 'srnocred euuJ -
âp
'alqeguredrur- 'luu8 -
'sluêrurluslqad no qcrÀ\prres - 'seileq -
'seilele8rcep lanbud- 'sqnlc-
aluatu! luau auuorl^|Ifl
uonuslun tueuraculdgp: atn âp e1cÂcnp sâpolJgd
fioB ap cog
€8 n?3s.euapoqt?w aI
@
I
r
0)
o
!t
o
f
'eqcJBrugp o
3l âp luerueJrrB^?.p
13lg.Iluâueprd?J !r
Jâs[€nsr^rsul? lnâd Ir-u^?J|ep ednoJ8e'J 'âp$?.I elnoJgpes enb emsetuQ lâ o
JnJne segnlJâJgâ luos suosrerlse.I 'lueuâuuoJr^ueuos le lmpoJda1a4ua suos ù o
ô
-I-BIIsâI rerntg ep leured rnb aqder8un Jllq?l?.p epln lse 1 'lueuranbqerg o
o
f
'smelo^ - o.
'eJnlro^ep seteteq-agod -
'uâDâ.nue.pslmpord - 'se8utuqep spoddns-
's9lrso8ru. 'uodorge,p
lolæqc -
'nee.psenbeg. 'godorge,p luulnoJ -
srdu1
'e1qBs. 'uol^E.p JâuTuluo3-
'eqleq . 'mJolnu/eJnllo^ep e{Joc -
:los- '(euunop)
'âlrer;se71- ârBJcBl g suoqdFcsur-
'serqrssnod. 'sâ^rs?qp?sailenb4?-
'1ueÀ. 'lolJEqJ -
'ern1ur9due1. 'amldured-
'(nq) pe1os. 'eDorrr:es-
'ern1d. lnenof -
:ecusrqlrlu- 'tneuod -
aluatxa lu?uauuolrftug
'uossroqâp âllrâlnoq -
'sJe^rpslalqo slqed - 'uo,{elc -
'auanbsec- 'srnocred euec -
ep
'alquguredurr- 'lue8 -
-
'stuerrrrlesl4ed no qcr,û\prrzs 'selFq -
'segeru8rcep
lanbed - 'sqn1c-
autalu!tuawauuorl^ug
uoq?srlqn'1uauacu1d9p: âr^ âp e1cÂcnp sepolJ?d
fiot ap cog
€8 ruâs?d Tpotlt?u aI
PRÂtrIQI,JE
DE TANALYSB FONCTIONNELLE

Figure 7 * Graphe des éléments


de I' environnementinterne

Figure 8 - Graplrc des éléments


de I' etwironnementexterne
-sâ39ulsê I (o slmpoJdsurBuârsroJelnolelslxa 'sesuenbgssâl enb elduroJ ô
IJ
c
ue lrruueJdêu uâ eqJoJddu.leglldrurs uo 'sepnl?.ps?J sâp uednld BI sue( o
I
'uoncu.p . 1-
.âlpn,l1seeseqde1 gt
'sesuqdep âlqtuesueun puerdruoc uoqurgdoâufl r o
'suorluredo.p
âlquesuaun q puodser:ocecuenbgs âuf] o o
'setuânbgsep algruâsuâun q puodserroceqJglêufl o o
o
l
'sesuqdse1'suorlergdo
sâl'seouenbgs
se1'saqJgl se1: sauoSglecalenb
0)
ue errolurgdoâpotu e1resoduroc?pâp 'epnlg,l ep uoneJrJrJulc
pl le lru^eJl
ep ednorSnp sâJqrreu sep uorsuâq?rduroceuuoqe1rnod'alqrssodlsa J1 q
o
'epoFgdqleJ o
luuJnprqdurarB suo11 o
-JuoJsel luos sellenbJâqcJer{ceJ l
ep la llnpord el âs1nn qo luetuournz luerr
II
-euuoJr^ue.lap alduroc lueuepSg Jruel ep :nâl?sqnn,l ep aceld BI e4leur o.
Q
es ep 1r8u.slr 'sâuuelsâJlnp.pug 'luâuodder,(.s rnb suoncuoJsel JâqcJeqJêJ
e-selle.p eunJer{Jrnod le lrnpord np e8esn.lJe^e tcêJrpuodder un luo lnb
suoqurgdosel sâlnolJegrluepr âlsrsuoJsacuanbgs
R sapasfluue,1'trnpotdnp
uorlesrlrlnspsecuanbgs xnu lueureJQrlnclged resseJ?lur.s
ep lsâ SCVSâpoqlgu
?l âp lupssâr9tursnld el lcedseJ 'âsuqBI Q lsâ ue erl ep e1cÂca1anbsrnd
etuepgcgrdepoqlgu e1la eqco-rdduauac âJlueunruruoclurod un alstxe II
'âr^ âp alcfc uosep saseqdsapsecuanbgs sepepnlg.lsJe^
-ur1q lrnpord unspsuorlcuoJsel JâqcJeqceJ ep lnq âl suupeguÉeun9lg e 'sleu
-uorlJuoJsluâruglgsep secuenbâs sep as,tleue'eurpoFgtuu âpoqlgu eDeJ
$JNflWfl1fl TVNOIJJNN{TO
srstrTvNv
TvrJNrnÔsst
itdvss(oHlgt{il J
'lauuorlruoJsa8reqcseprerqer e1re191duro3'g
'suorlJuoJ
selJesuglJBJsJ'l
'suoDcuoJsêl JelnruJod'g
'uorlceJâtur.p
suorlcuoJselJeqJJeqJed'ç
'uoqetdepe.psuorlruoJsâl Jeqcreqoe1't
'luâruâuuoJr^u3.1
âp sâlrurl salJeuruuelgq'€
'(eu:e1xe1aau:e1ur) âp slueruglgsâ[ snol reunuepl 'Z
luetuâuuoJr^uâ.1
'er^ âp âlr^r âl rrurJ9q 'I
'sâluu^rnssesuqdselpuarduoc
luêtueuuoJr^uâ.1
âp le erl ep e1cÂcnp âpnl?r-I
ç8 nBas9uapotll?w tll
86 PRATIQUE DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

saire de descendreau niveau de la phase ; exemple : des systèmesélectro-


niquesou desprocessuscomplexesadministratifsou techniques.

Deux caspeuventse présenter:


- le produitexiste,
- le produitesten coursd'étude(produitnouveau).

Si le produit existeil est peut-êtrepossiblede se procurerle moded'emploi


ou la gammeopératoirequi servirade guide à l'étude.

À défautde cesdocuments,il faut :


- utiliserle produiten respectant
I'ordrechronologique
desséquences,
- noter la gammeopératoire,
- établir un graphe,
- chercherles fonctionsqui serapportentà chacunedes séquences.

Le graphepeut être tracé de la droite vers la gauche.Cette représentation


est peu familière car on seraittentéde faire I'inverse mais I'avantagede cette
formule est de préparerles espritsà la logique du diagrammeFAST que nous
examineronspar la suite.

Prenonscomme exemplele tracé des premièresséquencesde I'utilisation


d'un aspirateurménagerélectrique.

Après avoir tracéle graphedesséquences, le groupeexaminecelles-cidans


I'ordre et rechercheles fonctionsqui serapportentà chacuned'elles.

ChercherI'aspirateur être identifiable


SaisirI'aspirateur êtrepréhensible
DéplacerI'aspirateur être maniable
êtrepeu encombrant

L analysese poursuitainsijusqu'à la dernièreséquence d'utilisation,c'est-


à-direlorsqueI'aspirateurseretrouveà I'endroit où il était entreposé.

Lorsquele produitest en coursd'étude,lorsqu'il n'est pasencorematéria-


qui en résultent.
lisé, il faut en imaginerI'emploi et les différentesséquences

Là encorele travail de groupeest bénéfique.L effort d'imagination néces-


sairepour se mettre à la place de I'utilisateur est facilité par les membresdu
@
c
'lâuuorlruoJse8æqcsoprerqec
ol râlglduroJ .6 l
'suorlcuoJsâlJâsuglJsJEJ.g
'suorlJuoJ r
selJolnuuod', It
'âJuênbâsonbeqcâp rrued p SuorlJuoJ =
SeltâqcJêqcâU.9
o
.sâcuênbâs .ç o
sopâqd€r8 âl rrlqelg
o
'eJrolergdo .t f
eluru?83l Jâ^resqo
no JeurSBruJ o
's0cuenDâs È
c
o
ue sâesoduocgpârlg.p tuâlrJeu rnb er^ âp olJ,{c np ses?qdsal Jâuuorlrelgs a
o.
o
o
'luggp luâltrrrrepgcild
lusuuorrÀuânârlru el âlduroJuâ ârpueJd a
c
f
'ruugp luâruuepgc.ârd
er^ ep âlcÂr n3 ecuer?Jgu
'selu?^rnssesBqd o.
sâlpuerduoJgdvs opoqlgut3-I
'â^q?JnJ no o^nue^gJd
ê3u?uâlurErrrBI enb sâllel âcr^Jasep suotlJuoJ sel Jâ^3 lseJrp uoddsJ ep sEd
luo,u rnb sâJuenbgssal uorlpJgprsuocua âJpueJdâp eJDer.uosBd lneJ eu II
'suorlJuoJ selJârJnuâpJ -
'aqderSel rrlq?rg -
'eJroluJedoâI'ulue83l JeurSstul-
'slafoJd Jeurluexa-
sal
'euruuJ8ord-eqJuel ep sJnJâfqo
sel releddEu-
'eluâpgr.erd
el ep eluereJJrpnedlsâ opoqlgr.u3-I
'eluelsryeeunuPtseun
rrflJel?Jnod slrnpoJdxnee.,rnou ep tuaddoyer?p Inb sesr:derluasel suup sec
el lua^noslsê,J 'âllruteJârugruel ap slrnpordsepecueFgdxâ(l luo rnb ednor8
t8 neâs9à apoql?M aI
88 PRATIQUE DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

I nxaMENDESMoUVEMENTS
ETDESEFFoRTS

Cette méthodeconcernela plupart des produits < matériels>>qui sont


concernéspar les mouvementset les efforts. Pour ce qui se rapporteaux pro-
duits du type processusadministratifou informatique,il est évident qu'ils ne
sont pas concernéspar les efforts et que seulsles mouvementssont à prendre
en compte.Cesdernierssontalors desflux.

Pour ce qui concerneles produits du type objet, certainesméthodesd'ana-


lyse fonctionnelleprésententle risque de ne pas prendreen compte spécifi-
quementles mouvementset les efforts.

La résistancemécaniqued'un produit est un facteur important de son apti-


tudeà I'emploi et de sa fiabilité.À titre d'exemple,les produitssuivantssont
particulièrementconcernés:
- véhicules,
- outillages,
- bâtiments,
- machines,
- composants de processus techniques,
- ouvragesd'art,
- composants de certainssystèmes,
- sièges,
- etc.

Les fonctionsqui résultentde cettephased'analysesontsouventdesfonc-


tions techniques.Rappelonsque ce type de fonction a le rôle de soutiendes
fonctionsde service.Sansles fonctionstechniques,les fonctionsde servicene
pourraientêtre satisfaites.

Se fixer commeobjectif, limité mais bien identifié,d'étudier Ie domaine


des mouvementset des efforts apporteune contributionau caractèreexhaustif
de I'analysefonctionnelle.Cela permetde décelerdesfonctionsde deuxtypes.
- Actives, exemple: assurerle déplacement.
- Passives,exemple: réactionnerl'effort.

Cesfonctions sont de caractèrehabituelou occasionnelet danscertainscas


exceptionnel. Rappelonsque I'occasionnelet l'exceptionnelsontplus pénali-
sants,surtout lorsquele produit est utilisé à d'autresfins que cellespour les-
quellesil a été conçu,commele montre la figure 9.

Plusieurscasde figure peuventseprésenter.


- L'ensembledu produit est concernépar les mouvementset les efforts.
'uoflaJ rauuorlJDil @
nod uotlox{ o7 at1gauttad: arrulueurglddnsuogcuo; eun JêJnssullop rlgq el l
o
ssJ puoJasel srrz( 'âlquls-olnelse esserdBI êp pgq âl'sec rerurerdâI suBC I
-
0)
'errJelxâlros 'errJelurlros :
lse suoJJesâp =
o
eur8uo,l tuop Jruâsq asserde14edeun,p eldurexe.lâr1uotug1 ern8r; e1
o
o
!t
uottcuotap sar?paroJ - 6 atn?g
c
o
(}
o
o
(}
0l 0el : ;euuorldecxe
6l OO : louuorsecco
0l ç : lanilqeq
sp!0d
'lrnpord nu âuJêlxe1saeur8uo.l -
'lrnpord np âurelurlsâ suoJJesâp lâ sluêtuâ^notusepeur?Fo.1-
'e?ruâJuoJ
1salmpord np eqredâun -
68 n?âs?à apoqt?uluI
90 PRANQTJE DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

Récepteur

Interrupteur

Transformateur

Récepteur

Figure l0 - Origine desefforts

Afin de faciliter l'identification desfonctionsil est souventutile de caracté-


riser les mouvements.
- Le genre.' circulaire,longitudinal,aléatoire,etc.
- L'amplitude .' longueur,hauteur,etc.
- L'enchaînement: simultané,séquentiel,continu,alternatif,etc.
- Le cycle; duréetotaled'une séquence.
- In temporisation.'anticipation,décalage,retard,etc.

Si le produitn'existepasencore(en coursd'étude),il est nécessaire d'éta-


blir un projet qui indiqueraquels sont les efforts auxquelsil serasoumis.

Si le produit existe, il est possibled'identifier les élémentsconcernés,ils


peuventêtrede plusieursnatures:
@
'leuuorlcuoJseEreqcseprerr{eca1retglduro3 '91 0
'suorlJuoJsel Jesu,elcsJsJ '6 o
I
r
'suorlJuoJsal Jâlnuuoc 'g Àt
'serrrssed o
- o
.sâ^rlc?-
o
'suorlcuoJsel reurluâpl 'L
o
'xnu ep eqderEun rllq?lg '9 !)
'uorlJ?,âJ- 6
o.
'uorlcBJâluI- o
o
o
'uorlcB-
'suoJJesepârnpu PI leunuepl 'ç (ù
'uorlesuodurel-
'luaueuguqcue-
'e1cÂc-
'epnllduru -
'eruaE-
'sluâIuâ^nou sel Jâsu?lcEJBJ ' i
'srnaldecgr-
'srneldn:ra1ur-
'sJnâlBuuoJSuEI-
'sJnelleursuBl-
'srne1ur9u9E-
's?rueJuoJslueu?lg sel râqcJeqceu
'Iuggp
luiluruapgcgrdluuuuoJr^uenellru el aldruocua ârpuerd 'z
'ruU?pluetutuepgcgrdarn ep e1c,(cel Jesllnn . I
: sâluu^rnsseseqdsal puerdurocsuoJJeseplâ slueue^nou sâpuârupxe.1
lwnga
'suoDsuoJsJnârsnldJâlnunc
luâ^nâdsluusodruoJsursuâJ
1anbqc 'noJJe^: selduraxa)uoJJe,Ino luerue^noruâl qgrn : tna|dnttaqm-
'(uorluxg'âsrss?'âglnq
: saldutexe)uoJJe un no luetuâ^nour un luenuoJ no 1ro5er: naldac7t -
'(enbr4ce19
Jnâ1eurroJsrrer1
'âssâlr^ep a1loq: saldurexe)rnelucgqdureno JnelcnpgJ: tnaputtolsuort -
'uorsoldxaq Jnqoru un.p serrruJ âJqJp.I
R
'eldurexered 'goggaun Q no luârueÀnoluun Q ruleJep ues : tnanausuolt -
'('qe'enbqnerpr(quFgn un .rnelour
un : selduraxa)uog;e un.p no luetuâ^notu un.p aur8rro : tnaptaua? -
n?es9u zpoql?uaI
92 PRATIQTJEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

I
I
I-
ANALYSE
D'UNPRODUIT
DEREFERENCE

Les démarchesd'analysefonctionnelleque nous venonsde décrirepermet-


tent de recenserun grand nombrede fonctionsmais une omissionest toujours
possible.Est-on certainde ne pas avoir besoind'examinerdes produits
existantspour une vérification pratique? cela n'est pas roujourspossible,
surtoutlorsquele produit étudiéa un degréde nouveautéassezélevé,mais
dansla plupartdes cas il est possiblede trouverun produit qui possèdeune
certaineanalogie.Les produitsqui servirontà I'analysepeuventavoir deux
origines.

1. Interne à I'entreprise,dansce casil peut s'agir de produitsantérieurs


ressemblants ou de produitsd'une mêmefamille ou d'une mêmegammeet il
n'y a pas de difficulté pour I'examiner,au besoinle démonterpartiellement
ou complètement.

2. Externe à I'entreprise,si le produit n'est pas très importantet de sur-


croît d'un prix abordable,il est peut-êtrepossiblede se le faire prêter ou à
défautde I'acheter; si le produitestimportantet d'un prix élevé,il esthorsde
questionde recouriraux mêmesmoyens,il faut alorsrendrevisiteà un utilisa-
teuret procédersurplaceà I'analysenécessaire.

Les questionsposéesà I'utilisateurpeuventconcernersesinsatisfactions.


Il
serautile d'examinerde prèsles critèresde qualitételsque :
- I'ergonomie,
- la sécurité,
- la fiabilité,
- la disponibilité,
- la maintenabilité,
- etc.

Les terrainsfavorablesà cette analysesont égalementles salonset les


expositions.La plupartd'entreeux sontsillonnéspar desobservateurs avertis
qui examinent,généralement pour le compted'entreprisesconcurrentes,les
fonctions offertespar les produits mais égalementles solutionsadoptéespar
les fabricants.

ce double examenfonctions-solutions permetde situer sa propre étude,


prendreconsciencede certainesdifférencesdansles objectifs de la fiche-pro-
gramme,ou bien de confirmer son analysefonctionnelle.

Il est rarementinutile.

Dans le domainedes produits nouveaux,c'est-à-direayantun pourcentage


de nouveautésignificatif par rapport au produit précédent,il est quelquefois
'(.13'tdur',n,nm)
slred800ç1,'3:noqs:a1e4rurcS
âru'srq9Z .IdM .I @
l
'eldruor uâ ârpuerd sellâ^nousuorlruoJsêl reurluâpl 't I
R r
'eruergJ.er E
ep lrnpord J
o
o
np uâI'usxe(lle enbuo?qlesflsue.l êJluâsâllâruue^esêcuâJeJJrpsâl Jâullu?xg .€ o
o
'âsueIlncuoc?l ep no esudeluâ.1ep senSolsuB o
slrnpoJdsepno Jerp f
-nt9 R lrnpord el ertg lnad rnb < >
ecuer?J.er âp llp luBtsrxâlrnpord un resÂpuv 'Z
0t
c
.noas?a
@
epoql?tuel ep seluâpgrgrdsesBqdsâpaprB.lp ellâuuorlruoJâs/(l?uB.J
p râpgcord .I
o
'selu?^rnssâsBqdsel pueJduoJecuâJ-âJ.3J a
âp lrnpoJdun.p esÂpue6.I c
l
(}
ilnqa
'âsn?cuâ sâs[ueJ
eJlgluâ^nâdrc-salJeJ ânb le suonnlossepluepuâd?pseIIâ,nbsrnd .selqunuflur
secJo .senbruqcelsuorlJuoJ
âurruoJsâil?prsuoJeJlgsBdluê^rop âu seJQrrr.Jep
ep slol sJnelep sââu8?duoJJ?suo4nlosep eJsJue â^noJl âs uo luslsrxe lrnp
-oJd un âurruuxeuo,l enb sroJânbuqJ 'sênbruqcalsuorlJuoJsel cele âcr^Jâs
ep suorlJuoJsel âJpuoJuocsBdâu QâpJB8aJpueJdlnsJ Ir s?J sel snol suecl
'r3-rnleJ
luâuânbruneruecuocepnlg.lrs sluemrlsuoc
ses ep un(l no lâlduroJ lrnpoJd un JâuJacuoJlnâd eqJoJddeeIII?rus-I
'sâl4nur
no selu?nbu8rlr suorlJuoJ sâl Jelecgp âp 'JenbrllJJsâl ep .sluBlsrxêslrnpoJd
sâl JedselruJsqus suorlouoJsel JâsueceJ âp sJolel!8e.s 1 JlleJBdIlIoclgJ?lul,p
snld el lueluâsgJdrnb xneo rured srsroqJ slrnpoJdseJlne.pueruexâ.1 'npualua
uerq 's?d lnlJxe.u plal : JeurlI]BXâ 'lu?l
Q lrnpoJd:arurerdal luer^eprc-rnlec
-srxe llnpord un.p lgoo âl Jenunurp Q no JaJorlgrrr?
QâgurlsepJnâp^ el ep esfl
-uuP.pepru9eun.p âJpB3el suuplucsur.selleuuorlJuoJ âsfpuE.l enbsJo.I
'saJuêJ.âJgrp
sâl JerJquepr
'âlrcysl1es
q suorlcuoJxnu seuuJsrles
suotlJuoJse1raruduoc : tas(Touy .
ô lr-PJPlecenb ac-1se.nb: nMasqo .
6 eJpJIIBJ^êpeyecenb ec-lse.nb: rasqouilotu?e .
'eqder8erednp
lnqgp n? âglrr
sduâl sro4 ue er{oJurrrgp
e1p laddulrEJâcueJeJeJ ep lrnpord un,p es,{1eue.1
' xnsuorlutualur'suegdorna'xnuuorleu sla^eJqsepserdocsaprlrgnb
T
-ce.p alqrs5odtse 11'sle^aJqsep uonullnsuooul laru.tedmb senrqcru.pelles
aun crlqnd np uorlrsodslpel Qlâru (Id.NII)âllâutsnpq flgFdord EI ep puorleN
'slâ^âJqsâp eur?uop âl susp sâqcJeqsalsâp oJreJ
lnlpsul.l ap elqutrlord
E6 n?âs?uapoqryuu7
94 PRATTQTJEDE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

5 . Formulerles fonctions.
6 . Caractériserles fonctions.
1 Compléterle cahierdeschargesfonctionnel.

I urusATroNDES
NoRMES
ETDESREGLEMENTS

Dansle recueildesnormesfrançaises relativesà la gestionet à I'assurance


de la qualité,B. Vaucelle,directeurgénéralde I'AFNOR, écrit ceci :
<<Les normesintègrentles principes,les lignes de force, et les dispositions
fondamentalesdes référentielsqui couvrenten matièrede gestionet d'assu-
rancede la qualité I'approcheconceptuelleet opérationnelleà desfins de ges-
tion interneet I'approcheopérationnelleen situationcontractuelle.>>

Les normesconcernenttoutes les entreprisesqui sont soucieusesde maî-


triser la conceptionde leurs produits. Sur le plan de la qualité, elles contri-
buentà apporterles informationsutiles et à faciliter la preuvede cettequalité,
à I'intérieurde I'entreprisemaiségalementauprèsde sesclients.

D'autre part la certification des entrepriseset des produits fait largement


appel au respectd'un certain nombre de normesfondamentales.Il en résulte
que le développementd'un produit et son succèscommercialsont tributaires
de I'application de certainesnonnes.

Dansle cadrede cet ouvrage,il n'est pasquestionde faire I'inventairedu


recueil des normesfrançaises,européennes ou étrangères; nous voulons seu-
lementattirer I'attention sur I'importancedu domainenormatif.

Quandun industriel est titulaire d'un marchéd'étude et de réalisationd'un


produit pour le compted'un donneurd'ordre, il est tenu contractuellementde
respecterun cahierdes charges.Dans ce cas,I'utilisationdes règlementsse
fait obligatoirement.

Les différentesclausesprécisent:
- les performancesà atteindre,
- les condiûonsde recette,
- les conditionsde garantie,
- les règlesde maintenance,
- les nonneset les règlementsà respecter,etc.
'{'oss3'^PJe'Â\/r\.,1\
: ^VdV 'l
'suorlecrunuruoJglgl'suodsueJl'erSJeug'n?e : sJnelres
sel lus|.IJeJuoJseuuegdoJne s?ln?unIIIIuoJsep lercrJJoIeumof np L6z-I e/.Jlt
-JâJrp: eldtuexg 'sâ{Jo.p sleddu.psnssâJoJd âl suepsleuuorlJuoJsê3JBqJ sâp
sJelr{BJep uonesllnn.l luesruoJâJdseyuuoqeuelurserruousêp sJnâllrpJ€d
'senbruecgusJoqcsêl -
'slâu,elurrr
sel suepneâ.1ep uoqu49u9du1-
'uorsuâlsnossaruudêp slJeluocsâl -
: a4uoJslâugl?tusâpno senbrsÂqd seuuosredsep(dI) uollcalordap
gr8apnu e^rluler0I002 JCN el enb se11a1 'alleuuortJuoJesÂ1eue.1ap sasuqd
seumueJJe^u lJeJrpuodder un luefu seruJousâp âlsrxeII 'uud eJln?.C
'uoNcv,l câ^BuorlsJoqel
-lor ua (r1VUV) rnelu^ u1ep es,(puy.l rnod esreSuerguorluroossv.lep xnp^
-uJlseprjued q lâ e^rlenrur.le se?Joqulgglg luo sârruousacenb suosrJgJd
'sodo.td-luen€31
suup seglrJ se8reqcsepJerr[eJnBle JnâlB^el âp
lauuorlcuog
asfpue.l e se^t1uleJ
sasreSuur;seuuousel JellnsuoJ'lgord cene'eunod u6
'uorlsenbue êrrrJouul
ep oJ?rrrnu
a1reladder'sâgpu?urtuoJâJ
sJnele^sel JIBIJue renblpuruours'1rop
CJpJ â'I :elcedserq âJQluJâp nue^ruun enblpur âuuou BI lue^nos uerg
"'auuou o7nlcadsay
: uo4cuoJ
ep ewJoJ B[ snos eurrrdxe.stuarualSgrun no êrrrJouaun relcadseg
'elleuuorlJuoJes,(1eue,1
suepeldruocJru4 lnsJ II luop sêlur?Jluoc
ep eJqrrrouurelJecun sluâtuncopsâc snol âp uellIuxe.l ep âllnsgJII
'eil?prsuoJuorlBJlsrullup?.lêp no êr4snp
-q,[ ep sanbgrcgdssa1?qrsep eldruocrruel ep 1uaua1u39 luerguddurn1g
'tppord âI câ^eloeJrpurno paJrp
uoddur
un luu,(ernen8rnua sluaruelSeJ sel lâ sârrrJousâl JesuecâJ
êp luêuedde ml IJ
'elueJ.eglplse uoqunllsu1
lrnpord erdorduos addole,rgpleulsnpur.l enbsrol
'luârlJ np sa8reqcsâp Jerr{BJ
np sâsuqsepngud -?.
e?uatu eJlgllop
asÂ1uue elleo npuelueuerg 'sâsoqrsêl Jegrrelrrnod elleuuorlcuogesr(1uuu eun
eJreJâp eJressâcgu sJoIElsâ 11
'tlnpord np
leuuorlcuo; lcedsu.l ep alqlduroc
uorsr^ âun sed euuopeu luerlr np se8reqcsâp Jârrtrpo a1anb e^luu Ir srctrAtr
nB3s9Uapoql?u aI
IANALYSE
FONCTI
NELLE
ON
INTERNE

Comprendrecommentfonctionneun produit en étudiantles fonctionsrem-


plies par sesconstituantsest nécessairedansde nombreusescirconstances,
exemples:
. Lors d'une revuede projet pour vérifier I'adéquationdes solutionset des
fonctions.
. Quandil faut modifier un produit pour diminuer soncoût de revient.
. Pour améliorerle niveaude qualité d'un produit existantou en cours
d'étude.
. Afin de rédigerunenoticed'emploi.
. Pour effectuerune étudede sûretéde fonctionnement.
. etc.

La compréhensiondu fonctionnementd'un produit est obtenuegrâce à


I'analysefonctionnelle.Celle-ciportesur les fonctionsrempliespar sescom-
posantsafin de bien comprendrele rôle qu'ils jouent les uns par rapport aux
autreset vis-à-visdesfonctionsde serviceassurées par I'ensembledu produit
et attenduespar I'utilisateur. Cette forme d'analyseest appeléeanalysefonc-
tionnelleinterne.

Pour bien saisir cette approche,prenonsI'exempled'une montre dont la


fonctionprincipalede serviceest d'indiquerI'heure ; notonsau passageque
dansbien descasc'est un signede reconnaissance sociale.

Dans tous les casun certainnombrede constituantsde la montrejouent un


rôle dansson fonctionnement,exemples:
'esfpue.p eJue8ec efld?W uârq slmpoJdep serldpJtsâpâpoqt?urp.I
E lse
'lFpord np el eJpueJduroc
luâtuârruoqcuoJ uerqep teruredle lu?nl
-IlsuoJ enbuqcep elgJ el acuepr^gue lâtu âtuâlur efiauuoqcuoJesf1uuu.1
'JerlJoqâl JnsJ.ruelsed
lrBrnod eu F âlle suesJBcerusrrrscflu
e1rnod acr^Jâsep uoqcuoJ aun lqduer tnelusrFln,I ap sr^-g-sr^ anbruqcel
uoqcuoJ eun luessqdueJâunuoJ lueuruep?cfld agtrc 'uonexg ep sr^ BT
'tlnpord np
lu?nlpsuoJâ.qnuun.p sr^-R-sr^ecr^Jesep uoq
-cuoJeun sdual eugu ue âr1elned enbruqceluo4cuoJeilâc smur 'enbruqcel
uoqcuoJâun oJnsselrr?nlqsuoJun Inq?sr1ln.l âp ân^ ep lurod np 'leJle ug
'l1sædeu e11e.nb
exaldurocsnld 1sauorle$rs e1luulmod tg
'ânne.l ap sanbruqcel suorlJuoJsel'flgc un.p ecr^
-Jâsâp suorlJuoJse1: eldrursluaururereddslse Jro^ âp suouâ^snouenb a3
'JepJoqâI JnsâIusilrccflrjnp uorlBxg
sl JâJnssBnod sanbluqJatsuogJuo3f sa1suup sgnbrldur tuos 'erusru?cgunp
uoq?xg âp srÀâun euruoc'se.Dn?.penb sroly 'luâuerruorlJuoJnEeJr?ssecgu
erEreu9,1Jr-uJnoJ
ep lsa uopcuoJsI luop epd e1âurrroJ 'auMas ap suotçcuo!
sep uorlreJsllpsBI suep sgnbrldrurluâurâlJâJrpluos slrrenlrlsuorsuruuâJ
'cle -
i e8qlorde1le enbmorcel?.1no eusrrrucgruel luâpuor r::uoq âI -
rro^ ep luelreurredua lnol sellrn8re sâI lâ ugrp?c e1 eEgtord;irrl'it;l-
: âressâc9uer8reu9.1auuopepd u1-
L6 autatu! a11auuorlcuot
asK1ouo,1
LES
GRAPHES
DEPRODUITS

Le graphede produits,appeléégalementschémade flux fonctionnel


ou bloc-diagramme,est le résultatgraphiqued'une approchebaséesur l'étude
des flux fonctionnels.cette méthodefait appel aux notions de théorie
des ensembles.Partantdu principequ'un produit est généralementconstitué
d'un certain nombre de composantsreliés entre eux selon la cascade

Alors que les premièresphasesde la méthodeRéseaurecherchentdans


I'absolules fonctionsque le produit non encorematérialisédevraitsatisfaire
en partantde I'expressiondu besoinet de la fiche-programme, la méthodedes
graphesde produitsa besoinde s'appuyersur un projetconcretou un produit
existant.Elle permetde répondreà la question: qu'est-ceque celafait ? cette
méthodeestégalementutile pour < critiquer> uneétudeen cours,notamment
au coursd'une revuede projet.

Examinonsquelsen sontlesprincipes.
-I?.Bâp snssecoJdrm SIIB( 'uoqscrJqBJâp euPqc eun.p sluel[?I?,p âlms eun,p @
I
c
Jruâ^oJdluâAnâd slculuoc sel 'senbnnlc4 snssecoJdsâp etll?ruop âI suu( o
CL
'qe:
5-
E
J
'enbU?uE?T[xnu - o
o
I
tt
]enpuod anbr4celglcsluoJ - o
f
: emleu e4nBeun.p o
f
luos slceluoc se1senbmo4cel?no senbr4calguppord sâp âuntuop eI sueq ç!t
o
o
G.
o
o
qnpotd un,p sanbyocqa spotuoî ap sa1ùaaxg- 71 an?lg o
Ê
f
CI
I
ueuess!lo
ueuelnoH
etu:ogue ;nddy
oxBun,pJnouPuollelncluv
euelde9po6
K< : sqrm^lns{seuroJsel luo s1uenb94
snld sa1slcstuoc sa1'anbnrecgruâp âsuqq tFpord un.p aldruexâ.I suoueJd
'stJDtuol sactod ,uassodslauuollcuotxn{ sap enb lueqces
<<slceluoc >)smel Jegpuâpl q 4slsuoc ed49 erqruard ?1'ectltes ep no senbru
-qce1suo4cuoJep uoqceJsqusBI E snol luâmocuoc qr.nb p ecuepuadgpJelul
âurpuâr âun uo llnpord un.p sluesoduoc sel snol anb adrcuud np luuued
SNOIIVTTU
SJNVSOdINOJ.UII,INI Sg] I
66 s4npoù ap saqdoû sa7
100 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

tementde surface,les contactssusceptiblesd'être pris en compte concernent


peut-êtreI'immersionde piècesdansunecuved'acide,etc.

Dans le domainedes processusadministratifs,les contactspeuventavoir


lieu par téléphoneou par tout autremoyende communication.Des docgments
en circulationpeuventêtre en contactavec plusieurspersonnes.Le contact
peut être visuel dans le cas de la réceptiond'une informationsur un écran
informatique.

Les contactspeuventêtre permanents,par exempleune fixation, une


connexion,une soudure,etc. Ils peuventêtreaussiintermittents,par exemple
un combiné téléphonique,un contactélectriquede régulation,etc. À ftavers
tous ces contactspassentdes flux. Plusieursflux peuventpasserpar un seul
contact.

LESFLUX

un flux est un écoulement,


un courantpassantpar desendroitsdéterminés.
Il peut véhiculerdes forces,du courantélectrique,des informations,de
la monnaie,des fonctions,etc. c'est ce dernierpoint qui nous intéresse
pour I'analysefonctionnelle.Deux naturesde flux fonctionnelssontà consi-
dérer.

1. Les flux de service

comme son nom I'indique,cettecatégoriede flux concerneles fonctions


de serviceou d'usage.Les flux de servicesont reconnaissables au fait qu'ils
sonten contactavecun élémentde I'environnement, soit à l'origine du flux,
soit à sonaboutissement. En d'autrestermes,ils pénètrentdansle produit,cir-
culentà I'intérieuret ressorteru
du produitpour rejoindreun élémentde I'en-
vlronnement.

Exemple: le conditionnement d'air d'un immeublea pour fonctionprinci-


pale de service(parmi plusieursautresfonctionsprincipales)de renouveler
I'air en circulation; I'air estpris à I'extérieuret rejetéà I'extérieur.

un deuxièmeexemplepeut aiderà la compréhension:le conducteurd'un


véhiculeest en contactavec le volant de direction.Le volant est en contact
avec la colonnede direction. celle-ci est en contactavec le boîtier de direc-
tion. Le boîtierest en contactavecles bielles.Celles-cisont en conracravec
les moyeux de roue. ces dernierssont en contactavec les jantes qui elles-
mêmessont en contactavecles pneus,eux-mêmesen contactavecla route.
'lrnpoJdnp luâIueu @
o
c
sel eJlueselleuuonJuoJsuosrEllsâl rllq319rnb l
o
-uoJr^uâ.Ilâ slueur9l9slueJ?JJrp
eqdeJ8un3pgJer el Jed âcuept,r?uâ s1r lsâ luusodtuocenb"qc âp elgJ â'I
t-
0)
:neldn:relut - J
'rneldecgr-
'Jn4BulJoJsIrBJl -
o
:naDâuISuEI -
'xnlJ âp rne1er9u93- A'
: sauoS4ec srnatsnlduâ sgsl^p a
o.
o
o
'sleuuollJuoJ xnu sâp sI^-E-sI
erlg luerrned lrnpord un.p sluesodtuos sâl
c
srNvsodwoJ
sil( iI'I9us-II
'âJTBSSâJ9g
IJIr15 el ressedgpsed lrop âu âJqulournel agsrurrldouorldecuoc eun
srrpp'lue19zlec i senbruLlJelsuonJuoJsâp lueuodtul âJQ1ouJBJ âl uelq e,lnord
'ella sue5 'enbru
mb ec 'e1r-uJsnes elg sed lr-urrnodâu ecl^Jesâp uollJuoJel
-qoel uorlJuoJeun.p uâIq sIEIuâcI^Jâsep uollJuoJeun.p sed 1l3u,seu 1
e1rns JellJoqnp uonexg 3l JeJnssV>>: âIIIB^Ins3l lse ellns9J
'<<âruJoJ-eleld
ue lnb enbruqcaluollJuoJ z'I 'âIluoJ-âle1de11âJenloq el eruâ 91cnoq(suo1
-noq sâl sJe^BJlu) enbruqcalxng un essedaruro;a1e1d-reploq lJ?luoJ el sJe^
-ur V 'suolnoqaqenbred eruro;-a1u1d u1rns gxg lse 11'uoqcerlp ep râI{oq âl
suouiruexa'a1nctq9nun,p uoqcâJrpap aurgs,(snp aldruexe.lluuuerde.tug
'tPPord rneu
nP
-glul,l Q lueuessnnoqeuos lâ eur8Fouos u enbruqceluoncuoJâ11âc ep xng
â'I 'egsr^glfl e8urutaun Jeruolu ep âllâJ lsa mb eJI^Jêsâp uoqcuoJel ep uon
-ceJsrlesBI Q eJESSeJgu anbruqceluollJuoJ eun lse.J 'llnpord ne euJelullse
'rnastl919lun suup : eldurexg
enbrpoçuc êqnl eI rauoddns uoDcuoJe1
'sanbruqcelsuollJuoJsepluâlnc
-Hg^ sll enbtput.l urou Jnâl eururoJ 'sâlJnoqsêpauos enblanbuâ lueuuoJuâ
'<
tlnpordnp Jneuglul,IQluêlnJJIJsll sglJnoq> xng sepluos âc enb ertplned
'luâueuuoJrl\uê3lep slueurgl9sâl
u6 'trnpord np luâuos eu Iu luâIue.u sII
ce^u uosIBIIsu?sluos sanbruqcalxng sel'êcl^Jesêp xng sap 9soddo.1y
sanbpqcal xng sal 'Z
<<elncTqg^a1re8urp ep âJllâI[Jed>>âcl^Josep uollJuoJe1ep lt8e.s p
'1e3geug 'elnoJ3[ le JnelcnpuoJâI : lueluâuuoJl^uâ(lâp slueur9l9xnâp oIIâJIr
JuJ 'âtl^Jes ep leuuoncuoJxnlJ un essudslculuocâp âuJeqoailâJ sJâ^er1V
IOI s4npofi ap saqdoû sa'7
t02 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

I tr cRApHE
Si le produit est important er complexe,il est possiblede recourir à la
notion de cascadeet de faire autantde graphesqu'ify a de sous-ensembles et
ensuitede tracer un graphede I'ensemble.ce dirniér représenteraschémati-
quementtousles sous-ensembles constituéset les liaisonsde leursflux fonc_
tionnelsprincipaux.

Si l'étude concerneun produit existant,Ie graphepeut être tracé à partir


des dessinsdu produit. Si le produit est en courJde àéveloppement, rappe-
lons qu'il est nécessaire
d'avoir fait un projet suffisu.rn.ntïétuillé permir
tant de visionnertous les composantsutiles à l'établissementdu gràphede
flux.

Avant de tracerle grapheil est nécessaire


de définir la représentation
sym-
boliquedescomposants, desélémentsde I'environnement et desflux.
À titre d'exemple,il estpossibled'adopterla symbolisationsuivante:

Elémentde l'environnemenr

Composant

Fluxde fonctionde service

*'.:sa* Fluxdefonction
technique

Figure I2 - Symbolisationdescontacts

Pour illustrer notre propos,nous avonsfiguré le graphed'une agrafeuseà


main (voir figures13et l4).
@
o
r
D
J
o
o
o
'slueJ o
f
-gJJrpuoDdecuocep sedrJuFdsap lwe8esr^ue ue senbruqcâlxnu ep eJqrrrou f
!,
c
el eJrnpgr3.reqcrâqc : sanbluqJaf slauuollJuoJ xnu sel Jeulldurls 'e
o
G
'sleuuoDcuoJ oo
@
-nlnu luepuâJsel uâ slussoduor âp eJqr[ouâl eJrnp.âJ rnb uorl
QluoJâr{JJâr{J l
-decuoc ep sluâJ?JJrpsedrcuFdsap ra?esrnug 'luaSralrpmb smd (}.
lueSreruoc
rnb xng sâl luulr^9 ue lueuruulou 'elleuuorlJuoJâJuêcsâJoqJe(l ep suorl
-ecr;ldurs sâp râqJJâqJ: eJ!Àresep qauuollouoJ xng se1raqu4ldg 'g
'sleuuorlcuoJâJpuâJsa1rnod JârJrpousel âp no raruuddns se1ep
gtqlqrssodel Jârpnl?I sguracuocuou sluesodruoc sâl JâsueceJ le sleuuoncuoJ
xng sep se8ussedsel Jeuruexe : selllnul sluesodurocsel Jeglluapl 'I
'suollseJlpsloJlsusp
eJreJes lned eqder8un.p uorlelroydxe,l 'âsnBJuâ âJlleurâJ-8.lse gqlqn uos
'uorlJuoJ aunone red gssargtulâng.u 'eldurexered 'ued luesodruoc un 'se11
-Brrrouesep a4geredde sroganblenbluoJ suoqcuoJ sel lâ sluesodruoc se1e4ue
suosrcrlse1 'lrnpord np uorlss(ur1do.psuorlnlossep JeqJJâqoeJ ep laured
'ellauuorlcuogesÂpue,ps?lllrqrssodsasap snld ug
lrnpord ep aqderSun
ulDw e asnatot8y - çy atn?rg
€0r stlnpoil ap saqdot8 sa1
104 PRAIIQTE DE L'AI{ALYSE FONCTIONNELLE

O Élémentde I'environnement

l-l Composanl

\èèèèèè\ Fonctionde service

Auqoqoqoquq#
Fonctiontechnique

Figure 14 - Agr{euse :
schémadeflux

comme nous I'avons pécédemnent évoqué, le bon rendementd'une solu-


tion dépend de la proportion des fonctions de service par rapport aux fonc-
tions æchniques.
'senbFq'4 slelmoucuoJxnIJ sel JeErlldrm.s -
'âJr^Jasep qflIuo[cuoJ xnlJ sâI JâsIIIndo -
'salsnq $uesodrnocsel JâIJFUâpI-
: (r;nPord
'6
un.regqdup mod gsqnn 6a aqder3 al Ro sut e1mod) âtuâcsâJoqJB.lrâTpqg
'8
JârruopruoJsstæqc seprolllst al qlqstq
'suoDcrloJsâl JesufltBJ"J 'É
'suopcuoJsel Jâ[ilIrJod '9
'suopcuoJsel râIJpuepl 's
'senbruqsalxng sel Jecer1 'l
'xnu sâl Ja,3B4-
'aormpedgp-ra1ut. xllJpuepl -
I
'sfcgluoc sâl JogFuâPI-
: ecwas eP xnu sel JecBJtr '€
'eqde.6 eI rrlqsq 'Z
'senbpqea xng sel -
'âJrÀrarsep xnu sel -
$uesodruocsq -
: qnpord np sruâu?I? sa1mod eloqur(s un mtoq3 '1
'setrru^Insseseqdsa1puerduoc lppord ap seqdu.ÉsePepolpgurs'I
s4npaù ap saqdoâ sr7
LAMETHODEFAST
(Functional
Analysis
System
Technique)

L applicationdesméthodesd'analysefonctionnelledécritesprécédemment
aboutità I'identificationd'un grandnombrede fonctionsde toùtesnatures.Il
faut toutefoisconstaterque les fonctionsont été notéessur le cahierdes
chargesfonctionnelsansrespecterun ordre déterminé.Le cdcF ainsi établi
devraêtreremaniépour trouversaformedéfinitive.

La méthodeFAST,imaginéepar un Américain,charlesw. Bitheway,pré-


senteI'avantaged'ordonnerles fonctionssuivantun ordre logique.cètte
méthodecontribueà la clarificationde l'état fonctionneldu proauit et à la
rédactionfinaledu cdcF. Les objectifsdu FAST sonrles suivants:
- ordonnerles fonctionsidentifiées,
- vérifierla logiquefonctionnelle,
- contrôlerI'exhaustivitéde I'analysefonctionnelle,
- préfigurerle produità traverssalogiquefonctionnelle,
- servirde supportà la recherche dessolutions.
Nous verrons,aprèsavoir explicité la méthode,commentle FAST peut
satisfairecesobjectifs.

I to uÉrHonn
A partir de la liste des fonctions identifiéespar les méthodesd,analyse
fonctionnelle,la méthodeconsisteà identifierles fonctionsqui s'appliquentà
l'ensembledu produitet à les répertorieren margedu diagramme.pour éviter
ô
ecNvno
{}
.lueu?uellnurs se?sllugJeJlglue^rop mb suorlJuoJsêpsnossepuâ no snssêp
'ulJug
ne segsodslpluos i puonb uoqsenb3l -?-luepuodgJInb suoDcuoJsel
enbtlt.tc
ulLueqc
-\- -
e lN:ll ll lOC ô ronounod
'<<enbq
llnrsuoJ as eqder8e1
-uc urueqc > egsnduqeu8q aun JnslueluêÀIsser8ord
rnod rasqegrllop uo.l enb suotlcuo;
'sepdtcuud suoqcuoJsâl eJIeJSIles
sel luos êc 1nâugJul?uer ep lsâ e:1neeun.p elloJpR e?nllsuollJuoJ4nol
'llnpord np arnaFgdnsuollcuoJBI ep suesâl suep3^ elle,nb âJIp
-Q-lsâ.c'2 pnfunod uoqsenbe1q puodgrelle JucrneugdnsSuerap lse e4ne
'apdrcuud eJI^Jâsep
âun.p eqcneflq a9n1rsuollouoJelnol anb sruIpulsâ 1
uoncuoJu1eqcne8q tuuSelduâ êJuâlutuocauuer8erp np uollsrulsuooe'I
ipuonfi -
-
LluauuoJ
-
; elduer erlg allâ-llop uonJuoJal4ecpnbno4
: suotlsenbslor Qsesuodgrse1red 9uruua19p urastnb âJpJoun su€psârne sâp
flgc q seunse1segsodsrp tuoJesseueosâl'âluepuâd9pulagec 4ped âun Jns
eun3?qcSe.Oou 'âJqruoupuer8 snld ue luos tnb 'seluelseJsuo4tuoJsâ'I
luos
'uloseqâp seoue reuodar ,t.s ep lerured
'JeITqno 'âllêu
eSruu uâ seglouJIo^ESeIep lr-EJâ'I se1sedâu âp uoq lse II STPUI
-uoDcuoJanbrSolel susp s?d âJtue.uuorlcuoJep ad& âJ 'Jlâ'ernlergdruel
'uorsorJoJ
el : eldruexeru4
ep suon?LrB^xnBJâlsrsgJ.enbpgqlsaeJlg QJelsIS.âJ
'tc-ln1âcJâJqIuoJuâ.p
:ern8g ,( sed au lue,rnedsepr9u93sâllp suollJuo; sa1
101 JSVI apow?ual
r08 PRATIQTÆDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

I to pnÉsnNrATror,{
Pour illustrer ce qui précède,reprenonsl'exemple de la tondeuseà gazon
déjà cité, en considérantquelquesfonctionsextraitesdu cdcF et placéessur
un FAST.

ô
e POURQUOT
? QUAND? COMMENT

{l

Nepasabîmer
lesplantations
envtronnanles

Permettre
le
déplacement

Actionner
unsystème Source
Permettre
la 0ecoupe decourant
vérification
ducontenu

FONCTIONSDUPRODUIT
Limite
decertitude

Figure 15 - FASTpour une tondeuseà gazon


électrique

Le diagrammecomporteà gaucheet à droite deux lignes droites verticales


(traitsmixtes).ces deux lignes marquentla limite de < certitude>, c'est-à-
dire la zoneoù sont comprisesles fonctionspropresau produit. Les fonctions
notéesà I'extérieurde ceslimitesou, selonles cas,desélémentsde I'environ-
nement,n'appartiennentpasau produit.

Examinonsle FAST précédent.


'suorlsuoJ se4nu sel anb eJlll elugrrr n3 <<eluleJJuoJ> @
c
uorlJuoJ enb luel ue ISVd el Jns luoJâJn8IJsâlulsJluoJ sloJl seJ f
o
'ênbulJâl9lp olnlleJ eun.p 3l - r
-elISSeJgu o
'eJnluJ?drxelep epuos âun,p roldruâ.I - =
o
o
'ânbrunlo^ Jneldecun(p uorlusrlln,l - o
o
f
: elduro3 ue eJpueJdR luos seluru4uoJslo{ o
)
q,
c
'ênbrsseul 'seguuop d
llqgp âl ânbrpurtâ etloldxâ sel
o.
sâluâJ?JJrp
sel elduoJ uâ pueJd 'eruQlsfs n3 ,âJ89lur'rnâl?lncp3 un o
o
@
'ânbrunlo^ c
llqgp uos - f
'enbuJelglp âluulsuoces - o.
'luEJnqJPJnp arnlurgdrualel -
: luos eJnsau ep auqls,{s ne selqn suotleuJoJul sâ'I
'sesJa^lp
l u e u r e u u o r s r n o . r d d u . spe J J n o sâ p l u e u e ^ o J d 1 u u . t n q r e cn p g l l s u ê p
êp seJueJgJJIp sep uosr?J uê 'ellqotuolnE.l luop 'seulelxop seJlns.p
s u E p e J r s Je l â p e u n l n o s l s e I I e l ' u l u o J â t u n l o ^ e p s 9 l l u n . p n ê I I
n e â s s e r ue p s ? l r u n u e e g u r t : d x e e J l e l l o p u o I l e J I p u I e l l â J
'sJnâlou sâp
lwJnqJuJ ep uorletutuosuocBI Jns
IBrJJeuuoJ uor^u un.p alopd e1 JerxJoJur.plse apdtcuud uoncuo; e1
luop enbruoroel? eJnselx ep aurqlsÂsun.p lt8e,s Ir. : areulq?p un
'enbqneuorgeâururuopnp
llerxe
aldurexe un suoJrsror{Jsnou ISVS aruure:8etpâ[ npe^nou q JeJlsnlll Jnod
'epnlruas ap elFull 3l B sJneu9lxâ Juop luos sluâLu9lexnep
'elIS el Jns
seJ 'suorlouoJ sel eJreJsp?sep glrcedec BI â^JâsuoJ esnepuol EI
sed alsrxe.u luuJnoJ ep espd u1 enb no luesgrd sud ltos âu Jnelesllqn,l enô
'lueJnoJep esud -
'Jneluslllln -
: altotp v
'xroqc êc ep puedgpasnoled
e1 ep lcedse.'I 'âsnâpuol EI uou 'ednoc âp slloJpue sêl lISIoqJ mb rnelesq
-lln,l lsâ.J 'â?sllnn lsâ âsnâpuolel luop uo5e; u1 ap puedgp uollJuoJ âlleJ
'asnoladey ep
lcedsu.l reJollgtu€ -
: aqcno8 y
60r JSUI apollt?w aI
110 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

FONCTIONSDUPRODUIT
Limite
decertitude

Utiliser
un
capteur
volumique

Informer Calculer
te ledébit
pilote massrque
Mesurer
la
densité
du
caôurant
Mesurerla Utiliser
une
constante cellule
diélectriquediéleclrique

<: POURQUOT?
4)?
QUAND __-->
COMMENT?
V

Figure 16 - FASTd'un débitmète de carburant

f vanIANTES
DANSLA PRESENTATIoN

Il est quelquefoisutile de positionnercertainesfonctions sur le dia-


gramme en tenant compte de leur importancerelative. Cette disposition
concernesurtout les enchaînementsséquencielsqui nécessitentdes réponses
multiples.

Plusieurscaspeuventseprésenter.

1. Deux fonctions de la même importance doivent être satisfaitesen même


temps.

Elles serontdisposéesà égaledistancedu chemincritique.


'eluu^ms uoqcuoJ?l ap ecuslslp elBtg sâ?c
R
senbqlJJsulueqc sâp ms luos suoFcuoJxnâp s?-I
-sld luos srBruslueJ?JilTp
'(lueure.rnogrflIn f
JeJBres
xJoqc e1) ulosoq ne e.rpuodg.rop 6an1nu.Ino oIm6I'selqpdecsns luufg
eururoc as,{1uuuatqpretd ue sitnuelulBrtr luos fl le Y suollJuoJ xna(I'€
erplueug;duroc
ol
lou?lBl.u
Jolorlcv
'enbppc uFuâqcâI ms elsâr elusuodul snld e1
'sduaf eruglu uo sefluJ
-slfus orfg fuelpp slurrr etuetrodu.r eugu el sed fuo6u snoptuoJ xneq'Z
III JSUtr7pol$4aTI
rt2 PRATIQTÆ DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

4. Parmi les deux fonctions A et B du cas précédent, la fonction B est de


moindre importance.
La plus importanterestesur le chemincritique.

Par ailleursune fonctionqui répondà la questionquand ? peut,danscer-


tainscas,ne pas être satisfaiteexactementau mêmemoment.Elle peut pré-
céderou suivrela fonctionsituéesur le chemincritiquesanstoutefoisque ce
décalagenécessitede la placersur le chemincritiqueavantou aprèsla fonc-
tion. Elle serareprésentéesur le diagrammeavecun léger décalagepar rap-
port à la verticale.

Q U A N D?

Le FAST est une bonneméthodepour établiret visualiserla logiquefonc-


tionnelle.Les débatssuscitésau sein du groupede travail pendantsa
constructionet surtoutpour obtenir un consensuspermettentde clarifier la
situation,c'estuneretombéenon négligeable.
Le FAST estun systèmedontles réponses ont deslimites :
- il n'indiquepascommentunefonctiondoit êtresatisfaite,
- il n'indiquepasà quel momentpréciselle doit êtresatisfaite,
- il n'indiquepaspar qui ni avecquel niveaude résultat.
Mais il indique quelles sont les relationsentre les fonctions et la chrono-
logie de leur satisfaction.Il n'existe pas un modèle FAST de référence.son
degréde validité dépendde la compétencedesmembresdu groupede travail.
Le FAST n'estpasachevétantquele consensus du groupen'estpasobtenu.
'leuuorlruoJsâ8rBq3 sâprerqPcel 'uroseqrs 'râl?lduro] 'É
'âlleuuorlcuoJânbÉol el lueuu?^ uâ '9
?lr^Dsnsqxe.lrelgJluoJ
: suorrsenb uâânbrtorâIproun
xnpruepuodgr ,
":rï:ii:::':#:t":r'K::;riâ
:rnaugdnsEuerep suortJuoJse1eqdurSnp eqcne8u1rns resodstq 'p
'eu?J âun JnsseluBlsâJ
suorlcuoJsepeuncsqcJeloN '€
'sapr9u9EsuorlcuoJsel regrluâpl 'Z
'elleuuoqcuoJasÂ1euu.1red sagguueplsuollouoJsepâJuussleuuocâJpuâJd'I
'selup^rnssesuqdse1puerdtuoc
ISVd ârurueJSurpun.p ?Je:0e-l
€II JSUI apoqt?a u-l
LAHIERARCHISATIO
DESFONCTIONS

Nous avonsindiquéprécédemment que toutesles fonctionsidentifiéespar


I'analysefonctionnelledoivent être satisfaites.cela concerneles fonctions
principales,complémentaires,contraintes.Mais leur accorder,à toutes,la
mêmeimportanceseraitune commoditéd'analysequi ne correspondrait pas
forcémentavecI'opiniondesclients-utilisateurs.
En reprenantI'exemplede la tondeuseà gazon,peut-onaccorderla même
importanceà la fonctioncouperI'herbeet à la fonctionavoir un rayond'ac-
tion sffisant ?
Il existeune méthodesimple,employéefréquemment, qui consisteà attri-
buerun coefficientd'importanceà chaquefonctionaprèssonidentification.Il
seraitprématuréd'attribuerles coefficientsavantque I'analysefonctionnelle
ne soit terminéecar il s'agitde déceleruneimportancerelative.
une échellede coeffrcientsde 1 à 5 est généralementsuffisantemais pour
descasdélicatsil est possibled'utiliser une échellede I à 10. Notonstoute-
fois que plus l'échelleest fine plus elle est susceptiblede provoquerdes
débatsinutilesdansle groupede travailet de déclencherce qu'il est convenu
d'appelerunebatailled'experts.

ECHELLE
DESCOEFFICIENTS
k lmpoftance
1 Souhaitable
2 Nécessaire
lmportante
4 Trèsimportante
Vitale
@
00I o
c
=
o
CL
o/o9'lI = 9
I
r
D
o b 0 ' 8 7 , =s
!t
t
o/oE'61 = v o
â
o
ob 9'91 = E 9.
o
obO'EZ= Z :
o
J
D
o/oL'L = | uo[cuo] E
@
o.
o
o
: lu?^ms el lse uoqcuoJenbeqcR?nql4le eEetuecmode-I @
5
Ê
z
9Z s3 el
e=91 t z
g=91 el r7 i3
g=fJ
I t e
t=81 e1 el el eJ
g=zl
z= J) t I z 1.
selousopswwos el z1 tJ z1 z1
z I I t z
t3 sl v1 el z3 r1
el s1 ?g el
10nwlqvt
sJqN1stvavdwoc
sNoucM}t
'cle
(g alou) erneFgdnss?tr$e Ig = Eg Quodder rzd Id
(Z apu) ameFgdnstse Zg = Zg p uodder red Id
'reredtuoc luos suoqcuoJxls : a1dwaxg
R
'ernalrgdnssQ4'€
'emaugdns '7
'emeFgdnsned '1
: € q I ep epu eun luunql4l? mI ue sâ.qnesel sqnol q uoddur rud
uoqcuoJaun.p âilEuodun,1 ap uosrureduoc?I ms e?s?qlse âpotp?u eueC
'gsrorc-r.Dnp apoql.eur
?I p sJnoceJJro^u.p alqrssodlse II 'luelclJJâocun.p xloqc e1rns ednort
np snsuâsuocâI Jr-uqqomod luessrendde s911ncr;gtp sollruuec enbsrol
çII suoucuot sap uotiDslqltal?lq uI
116 PR/CflQUBDts TANALYSE FOI'ICTIONNELLE

r-"histogrammecorrespondantest le suivant :

'!

Fonctions

La hiérarchisationdes fonctions permet éventuellementde donner des prio-


rités. c'est quelquefoisle cas, notammentdans le cadre d'une étudê de
<<conceptionpour un cott objectif > où il est impératif de respecterun budget.
si celui-ci ne pennet pas de donner satisfaction à touæs les fonctions, illst
nécessaired'en sacrifier quelques-unesmais avec discernernent.En aucun cas
desfonctionsde K 5, 4,3, ne serontsacrifiées.

Dans le cas où le cdcF est utilisé pour un appel d'offres, il n,esr pas tou-
jours nécessairrede faire figurer le coefficient d'importance de la fonction. La
classede flexibilité de niveaux des critères suffit à caractériserle besoin du
demandeur(F0, Fl, F2,F3).
'pæl do4
llos eu II.nb tuene uoDdacuoce1ra8uroc âp lâ sârlprrrou?seurcuâcJns uorl
-uelrc.l JesrIBJoJep leuuad uorxegil ega3 'sepdrcuud suorlcuo; sep rnlec anb
9nay9snld lgoJ un sed1uo,userreluerugldrrroJ suorlJuoJsel rs eJrBJluoJne no
'âJnseur elsnl eun su?pelquâsue.l ep lgoc n? luedrcluudsepdlcuFd suorlJuoJ
sâl IS lueururqou ra8nf ep laurad anbrurouocgsprod np eJuussreuuoJ u.I
'srcgrd
lUoJun uou le suorlouoJsep< anbrurouocgsprod>>el Jâ^noI
ap lsâ eJpurelæq lnq e1anb suosrq 'âsseurJap gr8ep ârugruâl JeqcreqJêJep
sr^epun.p luâruâssllçl?.1q elqereduroc
sud1r8e.seu 11'lercJeurtuoJ sed1se,u
suoBJuoJsepuorlpslJolulB'I 'elqesuadsrpur sudlsa.u uorsrcerdepuer8eun
'uorlcuoJ
âun,p u1ep senbnuouocasecuenbgsuoc
lnofu.l ep no uorsseJddns
sel JeJnsâuap leured suorlJuoJsep lgoc np âJuessreuuoJe.I 'x1tdy2717onb
ttoddot uos 'cqqnd puer8 a1rnod no 'asude4ue.1nod ryoc12t171n uoddet
uoseJrp-q-lsaprnalot esJâJnseur ep laurad uorlJuoJaun.pl9or el Je4JrqJ
'elr€qnos
p.nb suorlcuoJ sel sâlnole{Jo orpeJap alsode1enblnopns epuetuâpro-rnleJ
'Jnâlpsrlrln.l
âp rJnosranuardeysed1sa.ueleJ'SZno guusoduroc66 egodruoc
(orpu: ep elsod un,p a1duexa.1suouard)lrnpord e1enf 'sluesoduocsep
uou tâ suoucuoJsep âlQqJeuo lmpord un elQqJuuo,1enbsrol'glJIBgJ ug
'seqcJpru?p
seoep luâsqesedlsa,ulgoc
e1 'lrnpordun,p uoqdacuocâJ el ep no uoqdeouocpl ap sedel9sarlnuse1ered
esfpuu,l enb sedsuoqqno.N
-9rd e11e: rosuâ uU eun sedlsâ,u elleuuorlJuoJ
'lgoc uos
lsâ uorlJuoJâun(p eJupl:odurr,yep aJnsâurâp seJlQrrreJed sep
un'<<suouJuo{ap aSo1qwassv un 6a ynpotd un >>edrcuud np tuegud ug
sNO|rcN0l
s]0
NOIIVSIUOIVA
VI
il8 PRATIQUE DE'ANALYSE FONCTIONNELLE

Attribuer une valeur de coût à une fonction s'appellela valorisation.


Commedansbeaucoupde domaines,on ne peut pas chiffrer à partir de bases
insuffisantes,il faut disposerde certainesinformationsqui peuventdifférer
selonles cas.

1. Le produit existe

Dansce cas,en principe,il existedesplans,desnomenclatures de compo-


santsdont on connaîtles coûts,le moded'assemblage
et le coût associé.

C'est le cas le plus favorable.Le coût de I'assemblage


peut être compté
séparémentou inclus en partie danschaquecomposant.

2. Le produit n'existepas encore

Le produitesten projetou en coursd'étude.Dansce cas,il estnécessaire de


disposerdes plans du projet suffisammentavancéspour visualiserles compo-
santsà prendreen compte.Il faut ensuiteprocéderau chiffrage prévisionnel
descoûtsde sescomposants et de leur assemblage.
En réalitéil faut essayerde
se retrouverdansla situationdu casprécédenten acceptantune certainemarge
d'erreurproportionnelleau degréde finessedesinformationsdisponibles.

La méthodeutiliséepour la valorisationdesfonctionsconsisteà établirun


tableauà doubleentréesur lequelon fait figurer les informationssuivantes:
- les fonctionsà chiffrer,
- les composants ou les piècesdu produitimpliquésdansles fonctions,
- le coûtde chaquecomposant,
- le coûttotal du produit.

Le but de la méthodeest de trouver,à partir de ces données,le coût des


fonctions.

VALOR
ISATI
ONDESFONCTIONS

Composants Coûts
1 2 4 5
Fonctions desfonctions
A 10 R 10 28
B 2 2 o
tJ 3 15 18
D 15 5 ZU

E 5 10 10 25
Coût 10 40 25 20 100
descomposants Coûttotal
o
o
f
o
CI
-D
E
f
o
o
o
o
tt
(D
)
o
p
'âlrru^rnsaJ?r-uuul o
3I ep suorlJuoJsâpsluoc sel elues.âJdeJ
ellns.eJ
uê @
(D
mb âururuJSolsFl.l ânb etulsuoo 'luâpgo.âJd
uo nualqulnp e1duexe.1lueuerdar o
@
ug 'ltexe e8urg;qc un.nb a
1oln1d uoq?nlu^g eun eJrBJep lr8e.s p.nb sro;e1no1
f
suoladdeg'uorsrcgrd ep snld Je^u slgor sepuoqrgedgrul reurrrlelgp âp âlrJeJ ct
tD
snld 1sarnl I 'suorlergdoseps?Ilr-Blgp sa8erglqcseplâ uon?JlrqpJep seururu8
sep 'luulsrxetppord un.p seJ âI srrup'esodsrpIrB^zJlap ednorSa1puun|
'3ç=g-
'9€=J-
' ? Z = g .-
: ânlosqeJnepÀue seuuoJsuerelrnsuâluos se8uluecrnodsa1
'g uorlJuoJe1rnod ob -

'J uoqcuoJu1:nod o/o -
OE
'g uoncuoJe1rnod ob -
0Z
: seluB^rnssuorl
-rodord sel susp lgoc uos ap uoqrsoduroJgpEI enp^?
Iru^u.qep ednorSa1
'A
0I âl0or 1 luzsoduoce1: eldruexg
'uoqcuoJe1q
tuupuodsarrocluesodruocnp lUoJ np uud e1lsa e11enb .e8eluac
-rnod ue 'Jeuruuâlâpp,eqJJâqJuo sellqul?selnol luos suoqeleJse1luen|
"'âlrns ep rsurBlll
'ryOL
1guorlouoJ zyred gsserqur1r{sg 'uoN L V uorlJuoJel red gssergtur
1se1 luesodruoce1enb ec-ls1J: âlue^rnsuonsenbe1q tuepuodgJue suorlJuoJ
sel le luesodruocel êrlue uorplâJ BI JIIqqg Qelsrsuocuoqergdoe:grure-rdz1
'A 'J 'g suorlouoJ
se1red eurecuoc lse
1 luesoduroca1luapgcgrdnuelqulâI supp: aldurexg'uoqnqlJluoc us ep a8el
-uecrnodnp uotUodordua 'eunceqcq lUoJuos ep Ued aun Jânqr4lulnpJ 'seJ
[r
sepql.rofeu pl lse.J 'suollcuo;srnarsnldrud eu:ecuoc1seluesoduroJun rS
'g uorlJuoJ3l _?.
lueur
-enbrunglcags 1sag luusodruoJâl : eldulaxg 'rJ-eIIâc e?nqule lsê lgoc uos
R
glllulol uâ lse lu?sodurocun rg
âp glllelol e1 'uorlcuogâIneseun Q .âlcâJ5e
6II suollJuoJsùp uouoslJolo\ rI
I

t20 PRANQUEDB L'ANALYSE FONCTIONNEII.E

La valorisation des fonctions comprend les phasessuivantes.


1. Tracer un tableau à double entrée : fonctionVcomposants.
Z. Êtabfr h correspondanceentre les composantset les fonctions.
3. Estimer en %lapatt des cotts attribuée à chaquefonction.
4. Transformer les % en cotts.
5. Sommer les coûts partiels pour obænir le cott des fonctions.
lse.J
'segslJgl,ereJ seglllBl?psuorlsuoJâp sêrrJelua
lâ uroseqel eurlJdxemb @
luerrrnJopel lse âuelxâ eilâuuoBcuoJes{pue eun,p elFs.eJrnb gJpJ â-I
'lrrupuedgp t
lrrBteue uâ lnol sluâuncopseJep ?ædasla purBIJolr-?JQlnol lsa r
'lr-BJug -rnaloâJrp A'
II eurâr1Jsel no uroseqep ânbruqJel
uorluJgngds EI .âurrrBJB ït
J
-ord-aqcgBI Jâ^e sgrlrur-uousa1red npuoJuoJsroganbyenb lsa dJpJ â-I o
o
'tgoc7flrynb
uoddur JnelFelunp uoBuâlqo.lQsêJr€s o
-sâJ?usuoqnlossel Je^nor ap luerrrgsrJild1seeqcgl?l luop .srnoldecuocxne
f
gueql epuer8snld eun JessBIp uoSeyep 'suonnlossep R uorsnllueJreJsues
lr
lullnsgJap sâuuelue uroseqe1eurJrdxa 'elleuuorlJuo;es,(puu.l es1uluJoJII o
o
'uloseqnp âilauuonJuog uorsse:dxa.1 luatueldturslse It 'uol1n1os
auncneesod oo
-ur!,u '(AfpC)
11 Tauuortcuot sa8tor1c sapranlor np erle.p uosr?JBI lsê.J
l
'sagssudgpe4g.p luanb (È
-sF mb suonnlossep luesodrur uê Bl
glr^neilJ Jâure4sudeu êp eJrusseJgu lsâ
p enbodgâJlouaslJâlJerecmb anbrSoyouqcel âJue^nou el suepsrpur,lellnsgJ
ep erluere8eumueJeun aUoddu'ecuaFadxe,yJns eepuoJseqoÆugpenâJ
'sâJrelnursslrnpordsepJnssennardsJnellleJ1uu,(esegrunguoJ suoqnlos
ep lr8u,s1rtueunuen@r;snld a1 tlnpord al Jeslleil rnod reldopeQsuoqnlossel
lue^nosanbpur Il sr,etuJnelusrlqn.lred lrnpord np npuqle ecr^Jese1esrcgrd1
'sarlrudsel âr1uesuodderse1
lpgr rnb se8ruqcsâpJâr.IeJâl lsâ.J lnassrumogun
Q no seJr^ressesâp un q âpnlgâun âpuer.uuocasFderueaun.p enbruuoâluoq
-ceJrpel anbsrolluarualdurssnld no 'se{Uo.p
ledduun âcuulluerTcun.nbsrol
'.etpnb el ep acueJnss?,p uoqcnpordêp 'uorlusllulJlsnpur.p
le
'luaruaddole^gpâp adv1g,1 e seJmssecgu suorlgJlpursel selnol ,senbluqcal
sâsnelJsal Jnslueurrnlou 'eslc,erdepuutuâpe1'1eryug?se3ruqcsepJerqecun
rns agu3rsuoc1salmpord un.p eJreurrrllgrduonruggp?l luetuelleuuoqrpe{
I]NNOIICNOI
S]OUVHC
sr0u]HVc
il 'Ll
r22 PRATIQTJEDE TANALYSE FONCTIONNELLE

le documentde travail de référencepour tous les servicesde I'entreprise.Peu


importele choix dessolutions,le CdCFne changepaspour autant.Les seules
raisonsqui peuventfaire évoluerle CdCF sont les suivantes:
- le besoinest modifié, par un complémentde l'étude de marchéou par de
nouvellesdirectivesd'un donneurd'ordres;
- la fiche-programmeest modifiée.
Si le produit ne nécessitepasun long cycle d'étudeset de développement,à
I'exempled'un produit simplecomprenantun nombreréduit de composants, le
CdCF d'origine restevalabletout au long du progmfirmecar le besoina peu de
chancesd'évoluer.Si au contrairele produit est un systèmecomplexenécessi-
tant plusieursannéesd'étudeset de développement, le besoinévolueraproba-
blement entraînantà sa suite l'évolution de la fiche-programmeet du CdCF.
Danstousles casle cdcF doit êtrevalidépar le décideuravantd'être exploité.

f t ,Ét rD^D ^.FT^ÀT T\rr rrrrtri


- L trLAI'I'KATION DU CdCF
I-

Il appartientau groupequi a réaliséI'analysefonctionnellede rédigerle


CdCF. Dans le chapitreconsacréà l'analyse fonctionnelle,nous avons
constatéque les fonctionsétaientnotées,au fur et à mesurede leur apparition,
sur le CdCF.Il s'agit plus précisémentd'une liste, dont la présentationest
conforme à celle d'un CdCF, qui pourrait être intitulée CdCF provisoire.
L éditiondéfinitivedu CdCFdoit obéirà desrèglesplusprécises.

Après l'analysefonctionnellenous avonsfait appelau diagrammeFAST


pour mieux comprendrela < logique fonctionnelle>>,c'est importantmais cela
ne peut servir de guide à la présentationdu CdCF. De plus, la pratiquedu
FAST est facultative.Lorsqueles délaissont très contraignants, on peut se
passerdu FAST,mais en aucuncasdu CdCF.

La présentationdéfinitive du CdCF doit faciliter son exploitation.Plusieurs


solutionspeuventêtre adoptéespour le classementdes fonctions,cela dépend
de la naturedu produitétudié.
. Par groupesdefonctions selonleurs types:
Fonctionsprincipalesde serviceou d'usage
Fonctionscomplémentaires de serviceou d'usage
Contraintes
. Par groupesdefonctionsconcernantlesphasesdu cycle de vie, exemples:
Fonctionsrelativesau transport
Fonctionsrelativesà I'utilisation
Fonctionsrelativesà la maintenance.etc.
'âIqsrcoS?usQs'€ - elqurcoâ?u 'Z - elqerco8?u ned .1 -yperflun .6 : g
'lstl^ 'ç -
lusuodur sQq 't - lusuodur .€ - âJressergu .Z- â111n
.I :
)
: quercstâoJsapleddeg
ogldBpB
odnocop
z olo9r
JnofuEl I rnofuqounJto^v 0t
ut0t'0
0llrBl0possolt^
z o/o91 u!l!/ur0z 0ss0l!A e 0uu0q ounJlo^v 6
%0r-
I 0+ ortçl sp!0d
t o/o0l + up€ suoJll z 0lqP!uPut
0lll I
s0pusult!0c
I ls0I sopuolllsod e onb!uouoùe
o4l L
e ls0I ?l[!c8l
z o/o0L a ululz sdrxol
I sQccv oôPpnolorlFulJod I
L rl09r r.t009 l8I1,I otqEu
043 I
0 o/o0l a /r^009 0cuEss!nd oluPss!nd
oJlS t
z %0lr em8/l eulnl0^ ogdnoc
oqJoq,l
loJgdncAU
I
I ls0l pedsv s0$n0lsolrolllul z
urur
I- lu0tu0qcPJP sdnocopgloloN "'ollQll 'oqloq,l
0l
z urulll + suPs
ruur0z lnouPH 'uoæoslJodnoC
t
0chJa opsepdlcuud
suoltguo! t
J 9ilt!qtxoH nB0^!N 0rQluc )l uollBuôrs90 ON
N0fr0 v $H0N0t JNnanadJcpc
'eunmE ePnâflru -
i agdnoceqrârl.p mepJgdncil ce^? -
i alqepgrmetruq? âdnoc-
i segmolsepâE?llrglâI ilrg$eured -
: LOZZânbtaceIg-
le
: seæJ.mssâuueÂoru selqâdmod uoz?EQesnâpuol_
: aurutotSotd-aqc{o1?p stlattxg
'enbr.uca1guozsEp âsnâpuoleun.p {JpJ : eldurexeJerrrreJd
'cle'âr3Jeu?.psecmosxru se^q?leJ
suoqcuod
msl?sïnn.I g sâ^D?lârsuoDJrrod
enbneuflc ecu?rqrrr?.IE se^nBIeJsuoqcuod
: seldruexe
'tuauauuoJltua.I ap suau?p sal
tuuuJaluoc suolgcuo{ap sadnoû tol c
Ez,l puuoucuo{ sa&tup sap ranlo? {I
r24 PRATIQTÆDE TANALYSE FONCTIONNELLE

CICFPOUR
IJNETONDEI]sE
À Onzou

NO Désignation K Critère Niveau Flexibilité F


2 FonctionscompIémentains d e eruice
1 3 Hauteur 11à32mm tlmm 2

2 3 Bruit 60dB t6dB 0


3 3 Pente 30% x 2o/o 1
-rl
0,05m
4 3 Marche I t 10 o/o 2
€ I
0,30 m
ml
0noulations-Ï
Cuvettes | ;" =+
;0m I
0,30m

5 Avoir
unrayon
d'action 4 20m x5o/o 2
suffisant
6 Permettre
d'actionner 2 Test 3
I'interrupteur
préhensible
7 Être 1 Test 3
stockée,
enservice Test 3
I Êtreesthétique 3
I Avoir
unfaible 1 L : 1 , 5m x10% 2
encombrement l:0,70m 2
destockage h : 0 , 5m0 2
1 0 Permettre
lestockage 3 20s t 10 o/o 2
dufil
1 1 Absorber
lesvibrations 2 Test 3
1 2 Permettre
lechangement3 Test 3
desorganes
d'usure 3 min t10% 2
Test 3
1 3 Permettre
lenettoyage 2 Test 3
interne Test 3
1 4 Permettre
lelavage 2 Test 3
externe
Test 3
1 5 Permettre
devérifier 2 Test 3
lecontenu
'â{russâ}9ûrrlnrlû.ûu un ruetuesfldarsegnblpqsuopeuuoJrlsal 'eldrnsxâ.IJerJu?lJâp ugiv 'I
'sqnlc âp elQlduloceu?s eun r.ruquoC -
suogdo sapualg
,auuot&and aqc{o1 ap rlDttxg
Queureuuonruâ.Iep epn1?.1qflJBsuoJZ-II enldeqceI srrepllJc?pârrlelxa
le eu:elur luetueuuoq^ue)fiot ap cDs un.p dCpC : eldruaxe eruQrxne(
e ls0l podsv I An suo^sjxnPrglsls?u il
t %0tr ur09'0 JnoilsH
I ls0l podsv z somqc
xnPJols!s?u0t.
I ls0l pPduJl z scor.lc
xnBrolsls?u 6
c.0z-
z o/o0l a c"0L+ ornp.r?duoI ornpr?durol
op
I ls0I ?Iil!qEr z su0llPuP^
xnBJolsls9uI
onbupolg
u0!lElu0ru!l?,p
e lssl u0!lc0l0rd I sBd0N L
lll 0lrodnoc
I ls01 il!l!qB!l
I lsel lcodsv I uolsoJr0c
BlPJols!s9uI
soluPuuoj!^u0
su0llBl
e ls0I podcv t -uEdsolJoutqEsBdoN I
I ls0I lcedsy t s?doN i
losolroulqP
s0luPuu0Jl^u0
souuosrod
sop
0 ls0I u0!lc0l0Jd I Plrornssv I
9lun09s
e ls0r u0llc0l0rd lu0uflnOUo
I ls0l u0llc0l0Jd r
odnogopsorrJP']
e ls0I u0llc0l0rd
I tssl oss?yI .
suollcolojd
I ouil0N u0!lEl0sl o
onbUlcsls
lnolPs!lM,l
I 0p9unc9sPlJilnssv z
t ls0I 9l!t!cBl ocuoôJn,pIoJJB
I ls0l sQccv I un,puollcB,l
oruouilodt
squ!e4u00g
I 91il!q!x0H nPo^!N 0lQluc )l uotpu0tsg0 oN
N0fr0 v $H0N0J iln unodfipc
9Zr Tauuogcuotsa&nqc s"p Jalqo? q
126 PRANQUEDE CANALYSE FONCTIONNELLE

- Offrir un bon confort.


- Avoir un look mode.
- Êre unisexe.
- Avoir une bonne durée de vie.
- Être semi-rigide.

Objectifs économiques
- Budget de rechercheet développement
- Coût de revient unitaire.

Objectifs de production
- Délai premier prototype.
- Délai du premier de série.
- Programmede production.

Nota
Selon la nature des produits, les fonctions peuvent être groupéesde diverses
façons.Elles sontclassées,cettefois-ci, seloncinq catégories.

1. Aspect.
2. Chargement,rangement,déchargement.
3. Protection,sécurité.
4. Déplacement.
5. Vieillissement.

POURUNSACDEGOLF
CûCF

N" Désignation K Critère Niveau Flexibilité F


I Aspect
1 Êtresemi-rigide 4 Aspect Test 3
Rigidité Test 3
2 Avoirunlookmode 3 Aspect Test 3
l'apparence 2
3 Conserver Aspeet Test 3
avecunecharge
partielle
(1/2série)

4 Êtreunisexe 2 Aspect Test 3


5 0tfrirunesurface 1 Surface 10cm2 t10% 2
decollage
desétiquettes
degreen-fee
@
E
l
lSOI u0!lErPdgs op
ranboqcorluo,s o
t lsal u0rlu!PuIZ sqnls
xnBrelnl 9 t r
E
qnlcun,pxr0qcnp J
o
]s0I sQccv t
l0ns!^ u0llesllPns!A
Pl0rll0ull0dv l o
'seuarE0rs o
sro^rp a
'uo^PJc 'srnosrBd o
Êt
0p0ue3'sessorpP,p c
'selInofouod o
lourEc
'lonbuq'luPo: o.
sgdnorô o
o
o/o0l + 0unl0A slalqo slllodsopruotu0ct t a
t 009
eLUc z c
l
ls0I 9IIqrss0ccv un,p
olnldPrPd o.
0 lSAI anu0I t o0PqcorccP,l
orueuil0dz l
c ls0r alrIqrsseccv euorrues
0un,p
lsel enu0I oôBqcoJccP,l
erlleurodt t
sernssnPqc
eperlPo
0unlueuel
'p! -l0uu0!sPcco
l|uelu0c0r
z %0 1 + stxc009t
'p! I uossroq
z %0 1 + l aunruoluoc o
eruc000
scesxnPoleo
sapno
'p! puPs
r.lcrl unJuslu0c I
z %0 1 + surc00t
eunn0
arQlsl^
7 %0t.r I a$onosEc
0unruoluoc L
eurc002
uosnolqunno
z %0tr etuc000t Z elqPgtllleduJ!
unruoluoc
z 9+ s00l0z Z s00lsollluoluocv
z l+ soilPq
0L Z sollPq
soll|u0lu03v
sqnlcsop
ls0l ç 0!u0s
PlOluotxl0d
t lsal sqnlcsop
ù lsar I u0rlcnp0rlu!,1
0ru0r.ur0d
z
o/o0-
o/o9+ r.u0LZ'0
0
Yo0-
0 o/o9+ u rç t ! ' L el[nrnolnPHc- ll sqnlsil rluoluoct
'uaw06Jeqc
teq39p'luauaôuet
luawea z
I 9l!t!qlxeH nP0^rN ei?urc ) uotlPu0!s?0 oN
LZl sap ratqqr a7
puuotlzuot sa3ro142
r28 PRI$IQUE DE TÆ{ALYSE FONCTIONNELLE

N" Désignation K Critère Niveau Flexibilité F


3 Protection,
sécurité
1 Résister
à l'écrasement4 Résistance 20kg t 10 o/o 2
(protection
desclubs)
uneprotection 2 Cacher
2 Assurer lecontenu Test 3
levol
contre Fermeture Test 3
3 Avoir
labaseimper- 4 Étanchéité Test 3
(flaques
méable d'eau)
4 Permettre
l'évacuation 3 Vidange 0,5cm3 r10% 2
depluie
del'eau entrée
accidentellement
5 Nepasprésenter
d'aspé- 3 Sécurité Test 3
ritésdangereuses
6 Nepasabîmer
lemanche2 État Test 3
lorsdeleur
desclubs
introduction
brutale
7 Permettre
lareconnais- 2 Localisation Test 3
sance etinterne
externe d'étiquettes
deI'identité
de
propriétaire
I'utilisateur
I laréglementa-5
Respecter MadeinFrance Test 0
tation
douanière Lisibilité
(exportations)

4 Déplacement
leportage
1 Permettre 5 Ergonomie Test 3
surl'épaule Confort

2 S'adapter
auxditférentes3 Réglages Test 3
morphologies
leportage
3 Permettre 4 Préhension Test 3
main
d'une
l'équilibre
4 Conserver 2 Répartition Test 3
avecunecharge descharges
partielle
(1/2série)
leportage
5 Permettre sur 3 Rigidité Test 3
unchariot Résistance
au Test 3
sanglage
'(segtlpuun| suouasar6sapsaâæq3sepraIWC)
ÔdJJ eI lsa.clp?ue1
'l
zeqc : eldurexg 'ardo.rdrse ma1 pb uoseleddu aun rud g3p3 a1tuau81s9psaspda.guesâuTsual
: slwpued?pul JâlsaJlue^IopsluB^msslueluncopsel 'ilunsfl ua
'uoDdecil âp no lEssâ.psâsnBlcsep
elùuêxe rBd UJpC np uoqBcIJTpoIIIâp Jâuw8ue sllss Jârr?^ lue^ned JeluJâp
âc ep secuet[xâ sâInEuecJ?cl?€u?t se3Juqcsâp JeIIIscnp sânbluqcâlsesnslc
'UBd q JâssEI
sâp elu?puedgpurecuar?Jil ep Jnelu^ eun âJQJuocInI ?lâJ
3I âp alqsJ?J.erd
lse I sIBIut?ryu?t sâ8regcsep relq€c nB ruIof e.Dglnâd I
'meplc?p eI J?dJe^nordduen-e;âI âp le mâpIrBIrIâpnp sQrdnE
{JpJ el râprFÀ ârrBJep p-un?s ep edno.É np met?Ill.nrB.lg luerusdds II
'âIurmJSoJd-âqJu?l âp
suoB?cglporusâp uoqJuoJ uâ lcJpc np suoqTp?smâIsnld JIo^? r lned I
(soJnssnBqc
solco^s
lcBluoc)
louuo!sEcco
I Fel 0cuPlsls?uz eôuuuoôulod
nsrols!s?UI
0ulolul
I ls0l ?lordordz oôB^olou
ol oJllourJodI
oo?^omu ep
I ls0I podsv z silnpord
xnBJolslsgut
u!l?s
e ls0I lcodsv z pJPlllnorq
nBJolsls9ue
I ls0l podsv z ^n suo/[uxnErolsls9u z
9- arnpr?duolop
z %01.+ 09+ ornprgduel I su0!l?usxnBlols!s9u I
uewass!ll!o!AI
I %0lr uc I + qnlc lnonôuo'l 9lltll!l
€ IH su0!su0url0z unr!0^v
luouorquocue
spt0d unJns
oJlEllso^
I %0 1 + oloz l0tlc0lc I ooPqcorccP,l
orllourJodL
su0llu0uuBul
sop
soplo suodorgP
I ls0r uolluBd?s quBlnoJsld4sop
I ls0r u0!lulPt,\lz lu0ur0ll0rl
nErols!s9u I
I 9l!ilqtxoH nP0^!N 0tQluc )t uolBu6!sd[
"N
6Zr putoucuo{ safuotlc sap ta\1oc z7
130 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

PHASES DOCUMENTS

Cahierdes charqesqénéral
Spécifications
techniqueéde besoin

Figure I7 - Documents

I tr cdcFcÉNÉnrQup
Beaucoupd'entreprisesproposentà leur clientèleune gammede produits
d'un mêmetype,par exemple: une gammede générateurs de courantde sou-
dagede puissances
différentesdestinésà êtreutilisésen atelier.

Lors du lancementd'un nouveaumodèlede la gamme,à conditionqu'il ne


soit pas fondamentalement différentdes autres,il n'est pas nécessairede
refaireune analysefonctionnellecomplète,mais d'utiliser un CdCF qui a été
établi précédemmentet comprenantles fonctions communesà tous les
modèlesde la gamme.Ce type de CdCF est nommégénérique.Il comporte
les fonctionset les critèresque I'on retrouvesur tous les modèlesde la
gamme.Les niveauxdes critèresainsi que les flexibilitéssont laissésen
blanc, ils seront déterminésà la demandede la spécificité des nouveaux
modèles.

Le CdCF génériqueapporteune réponseaux industrielsqui pensentque


faire une analysefonctionnellesystématiquementà chaquelancementde pro-
duit peut faire perdredu tempsà l'équipe de conception.Le tempspasséà
compléterle CdCF génériqueest évidemmentbeaucoupplus court que de
faire I'analysecomplète.Bien entendule CdCF génériquedoit être actualisé
dèsque desmodificationsdesfonctionsbasiquessontadoptées. Il seraitdan-
gereuxd'utiliserun CdCFgénériquepérimé.
o
's9pu?luâpluos o
l
luepuodsexoJxFd el le dJpJ nBêsuod-âJ 3l slnâs]e sâ?sodoJdluos suoDnlos I
r
ep ned no sed 'leJJeug 'sfluelJosgpnad un luos g3p3 un te^e sIoJ âJQIlu
-ard u1rnod sgllnsuoJ'sJnessruJnoJâp dnocneeqenb erluotu ecueugdxe,l f
o
o
'segpl o
ses esodunsâJpJo.pJneuuop êl (o Iênllquq
o
a
'segsodurlsuoBnlos
âJpEJel suep anb seguu^snld e4g luerrnadsesuodgrsel o
f
ep æuesqe.lua.nblse dJpJ un Je^egou?lse{Jo,p leddeun,p a8eluule,l It
c
o
@
se{Jo6pladdu un.p sro'I't o.
o
o
a
gJpJ un e1ues9.tdInl Jnoluâ^ul.l -
rs âglrlrceJluaruepuur3BJâsellerJlsnpurglgudord ue 9s1prc9dsleulqet un,p o.
eqcglu'I 'seilâuuoltJuoJs-âUIqISSod
sesanb lglnld uogue^ul uos êrlJJ?pQulos
ap snld luâ^noseuodduâglâ^eJqa4g.p a1qr1dâJsns uolls^ouulâun.pmelne.l
'lâJJeuA 'lâ^eJqâp epwtuâp eun.p uollJupgJ?l JelIIIce;lnad gJpJ e'I
'eruruerS
-ord-eqcr;BI suepsegsrcgrdâJl?lue^Iopsgluulncrgedsa3 'lueu8esenbeqcq
suleuâJep xneâ^Iuse1anb lnad es II '?qcJ?luâp slueru
sgtdepeluelos soJQIIJJ
-3ess.tnarsnldap ecuelslxâ,1 ep âpn19,lanbsrol
eJuapl^gue srtuB gqcJEIIr
'suotltsodordseJJeururuxe.pedtcuud
e1aldecceJnepuzluâpa1anb lâ seJQlucep xnBeAIuâp no suoqcuoJâp suou
-Bcgrporusep resodordep alqeducllos JâIuep ec anb uonlpuoc Q Jneleslls,âJ
-.tneldecuocel lâ Jnepueuepel e4ue anSolelpel Jesuo^e;lned dJpJ e'I
'rnepuuurepe1red
'sluuuglul sep no sâlulsJluoc
luerrreJplcsgurudxeâJlg lua^Iop sJaIIuâpseJ
sep red sagnbolordluerclg suotlu8tlsa,rulsâ3 Q sellurll sâuluuecsloJelnol
rS 'sellêgJsrzrusalqqdecred lueualnâsuou luâIoseqoJêqJâJ ep sgllllqtssodsa1
raqcreqJâJq Jnâlssrpgr-rneldecuoc
enb srop lneJ II .tlnpord np uorlBsnunldo.l
'uoqurgdooc3l sâllln sluelunJopseJlne
âl JâlrJur.p1e;garnod rtorrelned Q
seple IeJgu?8sa8ruqcsâpJâIIIEonp gu8udtuoJJelelssop nu lutof gOpC et
Jnessl[rJnoJ
un le luallJ un a.Ilug'z
SelSUeC
'ecr^JâseJlneun te JnepusulapâJI^JeSUneJlueSUOIIBIaJ
aq.rdarlua.1op Jnelr9lul,I y .I
'secuulsuoJJtc
sapuur8sloJlsuepelgJun renoflnadCJpJ e'I
dJpJna irlQua] I
IgI puuortcuol sa&nqc sap r^qo) a'I
132 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

commentle donneurd'ordrespeut-ilen êtresûr ?


une solutionconsisteà prévoir,sinonpour toutesles fonctions,au moins
pour cellesqui le méritent,un cadrede réponsesur le cdcF, c'est-à-direune
partie libre en regardde la fonction, sur laquellele fournisseùrpourra donner
desinformationssur les solutionsqu'il propose.
Dans le but de ne pas effrayer tous les fournisseurspotentielsavec un
cdcF comportantde nombreuses fonctions,il est possiblède lancerI'appel
d'offresen deuxphases:
l. Transmettre
un cdcF simplifiépour sélectionner
quelquesfournisseurs.
2. Communiquerle CdCFcompletaux fournisseurs sélectionnés.

produit
Achat
nonspécifique

Analyse
delavaleur

Figure 18 - Utilisations du CdCF


'ânbl€u?E '8
JCpJ un.P s?c âI suEpqlnpoJd ap aInEBt eûn q nÀres
'le alq ep âpu?ueP em.p uopcsPil 3I JellllcBd ',
.IIIosâqâp serùIugcel suop
-EcErrrtdssâp '9
tâ IsJguàt setJPqr sep relqBr np luâIuesqlqglg.I Q esBqeP 4ÀIaS
'sqgo.p 'ç
ledd? un Qesuod9râp âJpBcm 4umod
'sefiBusll?d a.uueâcuâI?Jfl eun JeqnsuoJ 't
'se?sodlmsuoBnlosâp ecuesqB.IJ?duou?^ouul.IJâullcBd '€
'âprrBruepeI JâIuudxg 'z
'uloseqâI JâsIe9Jd'I
'slll?^ms sel luos
JOPJ np seEsluB^?xnudrcupd sr1
EEl pttttoutuot safuoqc s?p nlqDc 4
LECAHIER
DES
cHARGES
eÉruÉnnr
Le cahierdeschargesgénéralest le documentle plus utilisé pour définir les
conditionsde conceptionet de réalisationd'un produit.Nous I'avonsintitulé
cahierdescharges< général> pour le distinguerdu cdcF. c'est un document
bien connuen raisonde son antérioritépar rapportau cdcF. Les deux docu-
mentsont leur utilité. Le cdcF ne doit pas remplacerle cahierdes charges
généralet réciproquement.Le cahier des chargesgénéralcomportedes infor-
mationscomplémentaires au cdcF, utilesà la bonneexécutiondu programme
et de sesdifférentesétapes: développement, industrialisation,
productionet
assurancede la qualité.

Peuventy figurerun certainnombrede clauses.

LESCLAUSES

1. Les clausescommercialesprécisantles prix, les quantitésà fabriquer,les


conditionsfinancières,
etc.

2. Le planning du programme indiquantles délaisdes différentesrâches


d'exécutiondu programme,éventuellementles échéanciersdes fournitures
despartenaires,
etc.

3. Les clausestechniques intituléesquelquefoisspécfficationstechniquesde


besoin décrivantle produit et son domained'utilisation, les directivesde
conceptionet de réalisation,les conditionsde I'environnement,la définition
o
: seluu^rnssânbuqrusel luelu o
c
Jnod elqedecêJlgllop eJnllu
-ru€lou luerluos ellg 'gtulJdxâuloseq âl JITdIITâJ
-JnoJâllâJ luop sâJlrpuxopâdsâl selnolelJlluenb1ae1rl11dxa elle ?leJ Jnod
r
q)
'JnelesrTnn.l u1ap gtqunbel âr19 J
RagJ^llaJnlluJnoJ
tgope1lenbêlqulgJtuoJlê e^usneqxâeJQIueIu ep reuudxe llop ellg 'uloseq
êp euuel ue agurudxa alqldruoc'a.trcyc'enbrunêJlgllop uloseqap enbruqcel o
1a
l
uorlucgrcgdsel '(VDC) tueruerurv.l rnod apr9u99 uone3919(el uolâS )
D
c
'sJnerrâ o
{JpJ np slurodsuleueJq ragodereslned gIS 3l @
sap ranbolord ep selqrtdacsns suorltlgdgrsep JelI^9.pUIJV 'CJpJ el Jns oo.
o
sepalduoc luuuel uâ le eruuur8ordaqcr; e1ep s;rtcelqo
luern8g suorluruJoJul
se1luelcedsarue eIIqElglse (gIS) ulosâqep enbtuqceluotluctgtcgds u1 )
o.
NoIrvJIdIJgdS
Nrossssa snÔrNHJiIr il I
'senbtuqcel-
'sanbtpunf-
'se^IlsJlsIufiupe
-
: sauoSgluc sepuer8
sroJlue sâsnelJsa1luerzdgsscrlqndsgqJJulusep se8.tuqcsêp JaII{€Je'I
'JnâssluJnoJ un
ecl^Jes lâ Jnepu€luâp un
eJl^Jes arluaesud
suolluleJ
-eJlue.lep uresne lueurap8g?sllDna4g lnad II rnessluJnoJ{uelTo
âp eJpuoel suuplue^nossnld e1anbqddu,spr9u93 saSreqcsepJâIqBJe'I
'Jle'âcueJnssu,p sâtuQlqordse1'se8r11
sep a8elrq:u.p suolllpuoJ sel 's9tr1eu9dsel 'seJlsuelrede:lua sgodder sel
'4
1uessr89rsel3qrse1lueuardruocsanbp;.rnf fa se^lluJlsluFupe sasnBIJsa'I
'cle'uotluerrrâlul.p
sâJnp
-gcordsâl 'sêgllllqeqsergedse1'ecuanb94Jnâl 'e^IlsJnJno e^Ilue^?Jdacuuu
-elureruep suorlergdosepâJnleue1luunbrpuraJuuuelulutuap sesnBIJse'I'9
'cle 'sagrgptsuoc 'lne1
sepoggdse1ltnpord np uollssllnn(psuolllpuoosa1
-Jnrsuoo enuere8ul ep suoqlpuocsâl lueslcg:dapuere8 ep sasnqJ sel 'S
'c1e'uogucryqenb'a1g4uoc
'âllecêJep suorlergdosâl'glllenb e1 ep eJuuJnsse.l Q lâ uollJnJlsuoc ul
q serdordsernpgcordse1tuunbrpuruopdaegr ap 1a911pnbap sesnBIJse'I 't
'cla 'relcadser
se1'sece;;e1ursap
q uorleslprruouu1 'esrnbeJ-ellllqelJe1 'sgtrlrquaSueqJJâlul
ç€r lotVuVBsa8toqc sap rarqDr a7
136 PRAfiQUB DE /ANALYSE FONCTIONNEIIE

- Présentationdu matériel et de son utilisation.


- Descriptionde I'utilisation du matériel.
- Exigencesspécifiquesdu matériel.
- Caractéristiquesde fiabilité.
- Durée de vie.
- Streté de fonctionnementet disponibilité.
- Exigencesqualitatives.
- Maintenabilité.
- Sécuritéd'emploi.
- Vulnérabilité.
- Ergonomie, exigencesconcernantI'utilisation.
- Exigencesconcernantles emballages,le tran$port,les manutentions,le
stockage.
- Exigencesconcernantla conception et la réalisation.
- Exigencesd'interfaces.
- Assurancede la qualité.
- Contrôle.
- Préparationpour la liwaison.

La srB constitue une des pièces majeuresdu contrat qui lie I'industriel
fournisseur et le donneur d'ordres, surtout dans le domaine des fournitures de
matérielsmilitaires.
'luâuuorsecco @
seile,nbsesuâd9psel lâ esnsJuâ sâs[ueJ a
c
sellentuâ^?sêl JellurqJnod'suoqnlossep epnrg.llue^u le sJllcefqosêp uoD
-r,urJgpeI sQpegnbneJdeJl?llop eilâuuoqcuoJâsrluue,l 'luânb?suocJ?d 'Jle
r
'anbrurrqc 'apqoruolnuuollJrulsuoJep eupqJ eun.p s?J âl lse.J !t
flrun eun.p
: sluâruâssllsenur sor8 ep êlrssâJgusnssacoldsurclJecâp uoqesllsgJ?'I o
o
o
E
'cla'uodsuerlâl'luetueuuon o
-rpuoc e1'e?eurse8utuâl uoqdecgrel luâtuecuocsanbruqcelsâqcg se'I -
le Àt
' ep
clâ'eluâ^-se.Jde.1 @
'sepuetu (}
uonsa8€l 'uonsJnlceJ BI 'uonlpgdxe.pserprosâplueuessrlqslg.l o
o
o
-uoc sâpeISrcs?l '$ltols sapuo4sa8e1'lau:elu1saSessausepno JeLunoJ
np lueruelllnodgpe11auoqdecg:EI luâIuâJuoJsê^rlurslurupu sâqcq sâ'I - (}
red eluâ^ ep âcl^las un.p alduts eldruexe,lsuouâJd
: ecuupuodsarroc
'sagnbuqurluos sgll^qc€
xnâpSâI.seJI^JâSSepeurcIuopeIsusc.luâuesJâ^ullaJpsJlSIuruIpESns
-ord un.p uoqusllugJel Q Jenqquoc lnad enbruqcelsnssecordun 'ê^IlsJlslu
-rrupuno enbuqcel gll^IlJe eun e-luerue1e.ug?puodse:rocsnssacordun
'ulosâqun aJruJsllusrnod laugleuul no Iâu9l€Iulrnpord
un JesrlegJep lnq rnod luo rnb le 'sacuenbgsua 1esuorprgdoue luesoduocgp
es rnb saqcg seluâJ.âJJrpâp elms âun eurrroJ snssacordun Jluggp lnad ug
'snssecord
sepseJâl lsâ,c : arqrlncqred
'âLuJel
enbrfpue eqcorddeeun Uetnbermb gtrcgrcgdsâun luo suIuUeJslsuJ
np e8rul suesne'sltnpord sel snol q enbrldde.sellauuollJuoJes,(puu,1
S]O
SNSS]COUd
]S/\IVNVJ
IICNOI
]II] NNO
138 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

I srÉcmrclrÉ
DUGRoupE
DETRAVATL
uanalyse fonctionnelled'un processustechniquede productiondemande
que le groupesoit animépar un responsable des méthodesou de la produc-
tion, contrairement
à un produitobjet ou d'une autrenature,où le groupeest
généralement conduitpar un responsable
du serviceétudeset développement.
Quandil s'agit d'un processus
exécutédansun atelier,le groupeest com-
posémajoritairementde personnesdu département production; un ieprésentant
du bureaud'étudesesttoutefoisinvité à tempspartielpour le casoùle produit
à fabriquerestsusceptible
d'êtremodifiédansle but d'optimiserle processus.
Dansle casprécité,le groupepeutêtrecomposédesreprésentants desser-
vices méthodes,qualité et fabrication,et si besoindu bureaud'études.des
achatsou de I'après-vente.
Dansle domainedesprocessus administratifs,
I'animateurest choisiparmi
les responsables
administratifs,mais dansde nombreuxcasil est fait appelà
un animateurextérieurà I'entreprise.
certainesanalysesde la valeurdesprocessus administratifs,
qui nécessitent
une analysefonctionnelle,ont pour but une meilleureefficacitéet aboutissent
souventà une réorganisation desservicesexistants.Sur le plan humain,il y a
lieu de prendrecertainesprécautions. Il est souhaitableque quelquesper-
sonnesappartenant aux servicesconcernés par l'étudeparticipentaux travaux
du groupe; les solutionsproposées en communaurontainsi plus de chances
d'êtreacceptéespar tous.
une analysefonctionnelledont le sujetestpurementtechniquene nécessite
pas de prendreles mêmesprécautionscar il s'agit de travaillersur de la
matièreou desmatérielset non sur despersonnes.

L'analysefonctionnelled'un système,assimilableà un processus tech-


nique,peut êtreaniméepar un responsable
des servicesétudei au mêmetitre
qu'un produitobjet.

I D'uNpRocESSUS
roNCTroNS
un processus est caractérisé
par un ensembled'opérationsqui peuvent
elles-mêmesse décomposeren séquences. chaque opérationconlribueà un
changementd'état du produit qui passeprogressivement de l'état initial à
l'état final. certainsprocessusse réalisenten continu,à I'exempled'une
o
-
c
r
p
o
o
E
o
)
o
l
0)
o
'enbrugJeluoD
@
o.
o
o
-JuoJ eun lsâ eJlnBun q âlsod un.p ueJsusJlel enb le 'senbruqcelsuollsuoJ sâp
lâ e3r^Jâs ep suollJuoJ sep êJpueJdluoJ lned âlsod enbeqJ ânb eJelou uo a
(}
elsod nB sourolutsonbtuqgelsuotlcuolle
ocrruosep suollcuoJ anbrurlcoluollcuoJ
:,
'< atnrulad ap Jaryalv > anbruqJalsnssaJotdnp out?qJs
'(neâlqel elrrgqJsJIo^)
te Im^eJl ep selsod eJlsnb
luuuerdruoc ernluted ep JâIIâ1eun.p IêIluenbgs anbruqcâl snsseJoJd'I
'snssacordep sed,$ sanblenbap selduraxesep snossâp-Ioeuuop uO
'pur;
lrnPord el Jns lueuuePgcgrd
sâglrc Suollergdosa1enb salleuuorlcuoJsacuânbgsuocSâIugtusel lueÂu senbtu
-r.IJâlle sâ^rleJlslu[upu seqogl ep a8uelgur un:ed 9su?lJeJBJlse êJI^Jes u1l
'leug
lulg.l E sulotuusguunocuoJ lnb e.rrerpguJelullelg
'lPuU
un R luassltnoqe sellg lel?.1 q lllnoqe.u enbruqcal uollJuoJ âunJnv
sanbtulcal suotltuot sa7
'ârrrgru
-rnl snsseJoJda1rnod slutu'snssâcordnp lwllnsil lrnpordnp JnqESIIqn.lrnod
'lrnpord
uou 'âJr^Jesâp suollJuoJsep luul? âuuroJ se?J?pISuoJ luos sallg
'luessllnoqesuoqurgdosaumga3
np leurJlel?,1R 'arued ue no luârueJQlluâ
aJtMasap suorttuotsa7
'salsodsâl eJluêsllnpordsep ueJsu"r ep euqsÂs un:ed s9{er
'sellqotuoln€.pe8uluourep êuJ?qJ
sgredgssalsodred luesqugJês sâJlnesp
6Er snssacot d sap a11auuottcuot
asQouo,7
r40 PRATIQUE DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

1 -ATELIER
TABLEAU DEPE1NTURE:
))RRES\1NDAN1E
ENTRE
euELeuES
FlNcnaNS
ETLEs
opÉnnnous
nssouÉrs.
Fonclions 0pérations
1 : Nettoyer
lasurface Dégraissage
Rinçage
Séchage
2 : Protéger
lasurface Phosphatation
Rinçage
Séchage
3 : Préparer
lasurface Primaire
Enduit
Séchage
Ponçage
Essuyage
4 : Décorer
lasurface Peinture
Finition
Séchage

2. Processus
administratif
séquentiel
d'un serviceaprès-vente
(voir
tableau).

2 - SERVICE
TABLEAIJ APRÈS.VENTE
: CORRESPONDANCE
ENTREQUELOUES
FONCTIONS
ET LESOPÉRATIONS
ASSOCIÉES.

Fonclions 0pérations
1 : Documenter Etablir
lesnoticestechnioues
2 : Informer Etablir
dessupports pédagogiques
3 : Préparer
lesinterventions Approvisionnerlespièces
derechange
Gérerlestock
4 : Heparer lntervenir
chezleclient
ouenatelier

! euaLYSEFoNCTToNNELLE
EXTERNE
D'UNPROCESSUS

L'analyse fonctionnelleexterned'un processuspeut concernerdeux caté-


goriesde fonctions :
@
'aJrurpgrurâlul
lul? un.p 1r8u.s11
'pug ep
l
9r;rrcnbere luunnod1a1wdno lelduroolel?.p lueue8ueqcun.p sedercggugd
eu lrnporde1'snssecord np saseqdsâpeun.l ep ânsslsl : alrulp?uuaruI-
V r
D
tt
'uollerruoJsusJl =
ep snsseJ
o
-ord e1 gÛe?uelyos enb lw^e tmpord np 1etg.lq puodseloc E i lolllul - o
o
: JoJgprsuoJ
q luos snssâJorda1red glnrl lrnpord np sulotu ns slel?slo{
A'
c
tppord np 1euglulg.l RlueurelJeJlpulno luetuâlceJlplueJnocuocelsod np o
'snssecord o
sluesodruocsap senbruqca1 suoqcuoJsel JeI{cJâqcâJQelstsuoJe11g G
o
o
np elsod anbeqclueureluJ?u?3 aurecuocâuJelulâllâuuollJuoJesfyuuu,l o
q
(}
NN.C
SNSSIIJOUd
ilsÀTVNV
rrNIiIrNIirTrirNNorrJNod I
'selsodsâl âJlue al erleurad
?uellntulsueJSu€Jl
q uoSu;âp 'sernp sâl câ^B9rq11rnb9ltos alsod enbuqcep suorlergdosep uoq
-ESIIugJ
BI R âJrcssecgusdruele1enb eJ q elslsuocsalsodsep e8urqr1rnb9.1
'seJln?sel lu3^3 luaureirtlurgdtulsâ9slp?JeJlg
luu^âpsuoqurgdosêpaJpJo.leJuâpl^gua luegelr xng ep aqdur8un.p epre.l
e. sâ?rpnl?luaueleJgugSluos artolergdolueueupllJue.p seluler1uocse'I
'lrre^rns alsod e1 rud sa.elroldxâluoJes mb ecn:es ep suonJuoJ sepq Jnnoqe
'lanuenbgs snssecord un sueq 'serne sepsluupuedgpul lâ s?U
lrop elsodenbuqc
-puepr uârq sJâIIrJâp sâJ IS 'snssâcord np elsod anbeqc ep âcl^Jesâp suop
luos
-JuoJ sâp es,(1uue,1 âILJâtuocellr?Alns e1 'laldruoc snssecordnp æI^Jesâp suon
-cuoJ sep es,(1uuu.1 âIuâJuocelleuuollcuoJas,(1zuu.1 ep edu19arqrurerdu1
.ùIIâ .II
€I
salrdeqcxne lueue^Dcadsar'sJnollr?red s1uc9pluos € p Z'I Ellno sâ'I
'selsodsapaSerqqtnbg.p sepntgse'I - ç
'errolergdoluâurâupqJuâ.pseluleruoc sepepnlgJ -
?
ISVC âpoql9ure'I - t
'xng ep seqderSsê'l-
Z
'nvasgu epoql?rrr3.I -
I
: luos s?slTrlnsplno xnudtcuudse1
'snssacordnp alsodenbuqcred segrnssesuoqcuoJsel -
'1a1duocsnssacorde1red sagrnswsuoqJuoJsel -
tvr snssacot d sap allauuottcuol asQouo,7
142 PRATIQI.JEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

- Final: à I'issuede l'une des phasesdu processus, le produit bénéficie


complètementou partiellementd'un changement d'état pouvantêtre qualifié
de final, c'est-à-direne nécessitant
aucuneretoucheou aucunefinition sur les
postessuivants.

Les principauxoutils utiliséspour I'analysefonctionnelleinternesont:


I - Les graphesde flux
2 - Uétude descontraintesd'enchaînementopératoire
3 - La méthodeFAST

selon la naturedu processus,les flux peuventêtre de naturedifférente:


informations,fluides, monnaie,matières,piècessemi-ouvrées,énergie,
efforts,etc.L'ordonnancement opératoiredoit aboutirà un résultatsignificitif
qui est généralement désigné< contributionà l'état final >. Dans un pro-
cessus,I'idéal seraitqu'il n'y ait que desopérationsconcourantà l'état final,
maisla pratiquemontrequecelaesttrèsdifficile, sinonimpossibleà obtenir.

Dansle casoù I'analysefonctionnelleest réaliséedansle cadred'une ana-


lyse de la valeur,la recherchedesfonctionstechniquesconcourantà desétats
intermédiaires est trèsimportantecar,dansun deuxièmetemps,I'on cherchera
de nouvellessolutionspour les supprimerou au moinsen réduirele nombre,
afin d'améliorerI'efficacitédu processus
et d'en réduirele coût.
Les fonctionssont identifiéesselonleur nature: principales,complémen-
taires,contraintes,techniques. Elles sont assortiesde critères,de niveaux,de
flexibilité et si besoinde classede flexibilité; ellessontensuitehiérarchisées
et récapitulées sur le CdCF.

RÉsUMÉ
ln proc
Un processus techniqueou administratifnouveaun'échappepasà I'analysefonc-
tionnelle
relle e.
externe,qui se pratiqueavec les mêmesoutils que ceux utiliséspour des
produits
uits ob
objets.
ihaqueposted'un processuspeut faire l'objet d'une analysefonctionnelle
Chaque
me par
exteme particulière.
'analyse
Uanalys fonctionnelleinterned'un processus
existantest facilitéepar la visibi-
lité du
lu résu
résultatde chaqueopération.
Toutes
outesIles opérationsqui apportentpeu à l'état final sont évidentes,contraire-
mentt à un produit objet où les fonctions techniquesne peuventêtre identifiées
qu'après
prèsar
analysede son architecture.
Dans
ans le domaineadministratif,la constatationest identique.L'étude des flux
fonctionnel
tionnelsmontreclairements'il existedesflux convergents puis divergentsqui
aboutissent
tissentà desfonctionstechniquesinutilespouvantêtresupprimées par un chan-
gement
:nt de Isolutions.
@
-
c
o
I
-
0)
o
o
'slue^Ins o
selduexê
.eJr?ssesgu o
sâl lueJluou âl êIlItuoJ lsâ Ir.nb sroJenbeqJs?InsuoJ ecuâJ
-?J9rep sluâuncop sâl luos gIS 3l ânb ISuIEdJpJ e'I 'leford un.p luetuel 3
-nor9pnp sade19srnatsnldq luuUodur elgJun eno[ e11auuo1lcuo;es,(1uue,1 o
@
'nlno^ o
o
@
sdrualue sâlrqceJrocsuollce1es;qcefqosaplcedsernp enbrpougde194uo3 ' f
'Jle -
o.
'eJwllluJgpêp sepou sepasÂpuu.1-
'pqo13lgoJ el rnod uondecuocel -
-
JncetqolUoJun:nod uoqdecuot3l
tnep,r u1ep esr(1euu.1 -
'âlleuuollJuoJ
"rftnu" :l"n'
sêflelsetBcIJJesâpoqlgu âp uollssqlln,l rud sepnlg.pxnB^BJlsâpfltJeJllJll o
'tuallr np 'sr-?l9p
9r39ynFdrnâlnsolrelut
seplâ slgoJsep'91{enbe1ep 98reqcelqesuodser un red laford np ellnpuoJ .
'ednor8ep IoJJA .
IIe^eJlnp enbr8reu,(s
'lauuosrednp uolle^FolrreJnâllletrAl.
: arncold 1t,nbse8eluu^eslegJsepuosreJue selueur;oyed
sesude;1ue sel sugpgnbrterdsnld ua snld ap lsa tafo:d red lueuaBeuBIIIe'I
Ill'0udl0
ll E
INllll0vNv]/\l
]SAIVNVJ
IICNOJ
]II] NNO
144 PRATIQI.ÆDE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

I r'nvrPlor
DUcdcF
Lors de l'étude de marché
L approchefonctionnellede la réflexion concernantles attentesdu marché
permetd'identifierplus facilementles fonctionsessentielles
de servicequi
figurerontdansle cahierdeschargesmarketing(CdCM).

Lors de la définition des objectifs


Le comité de directionou de pilotage, chargéde définir les objectifsde
qualité,coûts,délaiset les optionsstratégiques
qui serontrécapituléssur la
fiche-programmeou le schémadirecteur,peut au préalable,procéderutile-
ment à I'analysefonctionnelledesfonctionsà remplir par le groupede tra-
vail chargédu projet.Cetteanalysetient comptedu processus de dévelop-
pementen accordavec les ressources de I'entrepriseen hommeset en
matériels.

Au moment de la rédactiondes clausestechniquesdu cahierdescharges


général,appeléeségalementles spécificationstechniquesde besoin.
L approchefonctionnelleest utiliséepour définir les donnéescomplémen-
tairesqui ne figurent pas nécessairement sur le CdCF, préciserpar
exemple,les conditionsde réception,de qualification,de transport,de stoc-
kage,etc.

Lors du lancementd'un appel d'offres


Le CdCF sert de basetechniquepour la constitutiondu dossierd'appel
d'offres.Il susciteI'innovationet favorisela concurrence
par I'absencede
solutionsimposées,le cdcF exprimantun résultatsansfaire allusionaux
nombreuses solutionspossibles.

Pour guider la négociationentre le client et le fournisseur


L'analysefonctionnelledu besoinpermetde comparerles fonctionsdeman-
déespar le clientaux fonctionsoffertespar le fournisseur.
L'offre peutainsi
êtreajustéeà la satisfactiondesdeuxpartiescar certainesfonctionssuper-
flues peuventêtre éliminéesou, au contraire,d'autresfonctionsoubliées
ajoutées.Les contratsrédigésà la suite sontplus précis.Les différentsulté-
rieurssontmoinsnombreux.

Au moment de l'étude projet


Pour vérifier si I'architectureproposéecorrespondbien au découpage
fonctionneldu produit: ensembles, sous-ensembles,
équipements,compo-
sants.
: âluu^rns âqJJBurgpul ep lâfqo.l lueufluec.oJlIeJ @
u src5ueJJJnelJnlsuoc pwJA un Jpd elQporu n?â^nou un.p luelueswl e'I =
o
I
r
0)
J
grgoNornv glursncNl,T il-Idwgxg
SNVC o
I o
o
o
=
o
'JâJnssu '?Ipnl9llnpord np uop c
R seruelxesuorlJuoJsel ân^ ep âJpJedsuus o
-€slluqdo,psero^sêl âJpuâJdtuoJ ep lâuuâd eIIJâlulellâuuoDcuoJ es{lEu?.'I a
'ârur.u?J8oJd o
âp elqesuodsar al md se?qJuelJgp â-q9lua^nedJnelB^3l ep esÂl o
@
-Bue,psâpnlgsep'sleûJuodslutodsurcuâcJnsTquâsll€J ue.suloseqel IS c
JneF^ e1ap es,{puu.psapnlosopresllugJep UUV . o.
'sglpnlgslueu?lg sâp âlleuuoncuo;asÂpue,1rud luauarlole3qqo
essed(3gql^1y) âp sesneJsep epnl9,'I
> rnel ep le eJUEIIPJep
" ?llJlluc
lueruauuolfJuoJap 9leJusap sapnlg sep JesllE9JJtlod o
'seJrBSSâ39U
Se^IlseJrOJ SUOIlse
se1resodordâp le CJpJ nu uodde:rud sarrugpsâlJânlu^g.parlauuad.tnod
1aford ep senÂeJsap lueruoru nV .
gJpJ a1red sagpueurêpsuoltruoJ
sol eJrcJSrlEs sâpreuuolsl^orddu.lno4
luâ^Ioptnb sectnressapno slelJgl?ur
'sapueruruoJsa1assudEstIJB aJ!^Jasa1puun$ .
urcsag -suoltryoS-suouJuog-stltcatq6 -mosag
'urosâq-suoqnlos-suoncuoJ-s;ucefqo
-urosâq: aSelcnoqel JesITegJ
R luuqJJâqcue CJpJ np suoncuoJxnu uon
-ceJsrlusuerqlueuuopseglpnrgsuoqnlossâl ISluâuânbrpougdJâIJug^Jnod
a9l[st9p opn|?,IluBpuad .
ec p uo5u;
UJpJ âl ce^eproJoeuâ luâIosse11e.nb
ep 'senbqgqlsa senbnuouoS;esuonnlossep xloqc âl sueprepm8 âl Jnod
la
luo!^Jelq nuSpap al anbslol .
çil \a[oil ap ruawaSouowal p ailauuorlcuot ast1ouo,1
r46 pR!ffIeLJE DE IiaxaLyse FoNCTToNNELLE

- Définition des atûenûes


du marché par le marketing et la direction du pro-
duit.
- Choix des solutions techniques, structure du véhicule, groupe moteur et
propulsion, suspension,voie et empattementpar la direction de I'ingénierie.
- læs deux directionsont alors formalisêle cahier des clmrgesforctionnel
quantifiant les prestationsattenduespour chaque systèmeet chaque fonc-
tion.
- Iæ véhicule est découpéen 24 groupes de fonctions principales: suspen-
sion, direction, planchede bor{ habillage, erc.
- Réalisationde plusieurs prototypes numériques.
- Réalisationde prototypesphysiçes.
- Construction des outillages.

Le développementa étÉ,réalisêen moins de 30 mois, entre le gel du design


et I'accord de commercialisation.
'lulod nE esrIII âp âJrp-Q-lso.c'eJuuu @
Flol luoc îp ob 0g âp snld luêluesgrdeJ c
-elulsrrrep sêsuâd?psel uondeJuoJ âp eJusslJllnsuleun.p uosruJue lue^nos =
I
'ob 'e8upo3 - r
ol : uoqeprp^ le lsel
J
'ob - o
oz: â?llrElgpuorldâcuoJ
'ob -
ol: êJruuruq.âJduorldecuoJ o
a
3l Jnod Jâss?d o
: eJuuuelulur.u l
È
c
Q sduol el luêruâJnâu?lln JenuruIlp Jnod uolldeouoc el Q sdrua ep snld Jassud
'ob @
lnuy 1r,nb grrno:d lsâ lI luâurellenlJu lâ ?nlo^g luo suotuodord sa3 çç F o.
o
0t eJluê uoneplle^ ey le uonerSgturlla o/o0t A 0g slsel sâl 1e e8epoc el'ob OZ o
o
c
Q çI uoJr^uê lruluasgrder uorldecuoc u1 q gssed sdulel e1 sâguue senblanb u
 11'tueurrurelgp lsâ se8ruqc sep JeIqEcnp luetuessllqelg.l R guodde ulos e'I o.
'luoIIIe uâ e9IJu9^
le âlrrulsuoo tse eggrcgds?trrcnb e1 anb sJols slessale stsêl sep red uouelsod
u âlqrsr^ lse llnpord np gtrpnb ey anbsrndepluetuupuoJ lse eouer.eJJlp eilêJ
'Jnâlesllqn.l ep uloseq ne uodder red lrnpord np glrulJoJuoJel eJIp
-Q-lse.r 'asuodgr e1 ep gtrlunb e1 red egluasgrder1setlnpord np gtwnb e1
'sasuodgrsel JâsuglJEJEO ep lê gueqll ep s.e:8epsel lâ selulsruoJ sel JIUIJ?p
a p ' r n e l u s r l r l n , l â p s u l o s a qs â l J e l e o g pe p ' s e J r a n u e r d â l s u e p ' l r ? u , s 1 1
'1mpo.rd np gtpnb e1'7
'a9r;rc9dsqrpnb u1'1
u1
: saruedxnepue egsr^rp1selatcÉo1un,p 9l11enb
N]
tn0|lvlru0lNl 'lz
]S,\IVNVJ
IICNOI
]II] NNO
148 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

d'un système.Fauril continuerà dire : <<Passonsrapidementsur le cahierdes


chargespour nousgarderdu tempspour les tests> ? Certainementpas !

Cette opinion coûte cher. Elle procure de nombreuxéchangesentre les


concepteurs et les utilisateursavecpour corollaireI'augmentationdes délais
et descoûtsde maintenance.

! r.rsoBJECTTFS
<<Il vaut mieux avoir de bonnesquestionsque desréponsestoutesfaites.>
Cetteréflexionqui se fonde sur I'expériencemontretout I'intérêtd'être vigi-
lant au moment où se posentles problèmes.Une vigilance éclairéepar la
réflexion préalableà la recherchedes solutionsest à la basede toute étude.
Les étudesentreprises dansle domaineinformatiquede gestionn'échappent
pasà cetterègle; ellesdébutentpar la définitiondesobjectifs.

L influencede la phase<<entrée>>,dans la trilogie : Entrée,Traitement,


Sortie,estdécisive.Danstout projetd'organisationil estindispensable
de pré-
ciserles objectifsavantde selancerdansI'action.

Il existed'excellentesraisonsd'appliquerce principeà une étudeinforma-


tique.Cettesorted'étudeest généralement coûteuseet il est par ailleurssou-
haitableque les analystessoientguidésdans leurs travaux.Les possibilités
d'un ordinateursonttellementvariéesque I'absenced'objectifspeutconduire
à unedispersiond'effortset à desdépenses inutiles.

Parmi les objectifsgénérauxles plus courantsfigurent :


. réductiondu personneldansles servicesgéréspar I'informatique,
. réductiondu capitalimmobilisépar les stocks,
améliorationdesdélaisde productionpar I'optimisationdu planningd'em-
ploi desmoyensde productionet du personnel,
réductiondescoûtsde revient,
diminutiondescoûtsd'exploitationdesinformations,
améliorationdu serviceclients,
tenuede statistiques,
exploitationdesstatistiques,
synthèsedesinformationsnécessaires
à la directiond'un programme,
applicationdestechniquesmathématiques aux liaisonslogiques,
simulationdesscénarios,par l'étude de I'influence de certainsparamètres,
'errrgrlrel
lueuâlqrsuâslsâ uorlseJrpep glrrrroJ @
np elgJ el 'esudeDue.lQ errJelxano eurâlur lros Ie^?Jl âp âdnoJ8el ânô l
o
I
'edlcuFdâp suorsngpsapesFdul epnlg.l
le ep luâur -
Â)
-eJu?^e.l âp âlgJluoca1 'aururerSord-aqcg eyrnod lgJgluruos lnol â^Jesuoc J
o
o
uorlcâJrpep glrurooel seJeJ sueq 'JnalJelxeleurqeJun red epnlg.l luetuel o
o
-qldruocJâlnogxoâJpJ ep elqurgggrd eJârrrqse esFrda4ue.lsuJsuruueJsu?( o o
l
'leford ap 'eurerrropeJ suep f
Jâqo !t
c
'91edduJnâlutrJrueun.p elmpuor el snos ,senbrluurrogul seprgug?sepnl?
sêp selsrlerJgdssap 'sâuJecuocsâor^Jâssep slueluesardersap onlrlsuoc @
o.
o
Ire^uJl ep ednor8 un R eerJuoclse enbueuJoJuraurqlsÂsnp âpnlg..I r
'sâJrusseJgu
suorsrJgp sa1arpuerdle epnlg.lop luâruâJue^p.p l
lelg,l
ep luBJnoJne nuel e4g rnod sreqn8grsâlp^Jelurq ra89rslned glruroc a3 . o.
'uorl?srTugJep Suruuuld
el le epnl?,ple8pnqel Jâuruuelep 1uaua1u89 lned g .
'eururerSord
-eqJIJel JIIqul?la xnur9u93s;ncafqosel JexUlned 'enbrleu]Jogur
91ruroce3
eurqlsÂsa1red sgurecuocesgda4uâ(Iap sâor^Jâs sâl snol ep selqesuodser
sa1luudnor8e8elopdâp glnuor no uorlJâJrpep glrrroc un.p eceldue âsrf{ o
'sgrde-rcsluJgpsadrcuFdselJnssâgssq
luâueluJgug8luos secec
-rge snld sel seJnlJrulssel srztuasFde4ue.lâp âJnlJruls
e1 ap puedgpenbrl
-euuoJureurqls,(sun.p uorlsJoqBlg,l luâr^uo3mb uouusruu8:o.p adrfie1
Q
NorrvsrNvcuo,l
I
'sluuue^ursa1resrcgrd
1a
sanbÉ91urls
suoqdosepuu:8sâl Jeurâcuoc
1uaue1e39
luâÀropsgpcetqose1
'nse^ruuoq Jnêlno xroqc
uoq Jnel;ns sruuadlsâ âlnopâl 'âprug.lsuepgnbqdrulyauuosrad np suoJ+esâl
snol 9;3pru 'slurâllpsedluos au sJqcelqosel rS 'xnerurarre;nd lrurnuuo.1anb
Jeturlselned uo'luaruepcu;dorl slurelleluos sJeruJepseJrS .sâlsqe?J eJlglue^
-top Iulgpâp lâ tgoc ep s;ncalqosâp enuq el ep uonunp^?.pseJQlucsâ-I
'JnqJeJrpBrugqose?lnlpq
e11ac
lsa eururerSord-eqcg ,enbqeruro;ur
nelr-urug 'sa?rueJuoJsuorlJeJrpsâp flnuoJ eyred eqqe19.euruer8o_rd-eqcrg
âun Jns ;e;n8g lue^rop anbneruroJurepnt? âun u sâlqelugrds;rlcefqo se1
'Jlâ
o
'uorsrcgp
ep esrrdul JelllrJBJrnod suoqnlossrnersnldop lgJglur.lep uosruruduroc.
6V1 anbuotutolut ua anauuott Juot as(\ouo,-7
150 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

I TnuALYSE
FoNCTToNNELLE
Dans le domaineinformatiqueI'analysefonctionnelledésignequelquefois
un groupementde plusieursphasesde l'étude, exemple: la pré-étude,la
conceptiongén&ale,laconceptiondétaillée.Le dossierqui en résultes'inti-
tule dossierd'analysefonctionnelle(DAF) Il s'ensuitune petite confusion
entreI'expressiondu besoinet l'étudedessolutionsqui sontamorcéeslors de
la conceptiongénéraleet détaillée.

Il seraitsouhaitableque la séparationexistenettemententreI'expression
fonctionnelledu besoinet les solutionsproprementdites,et pour cela,il suffi-
rait de diviserles phasesd'étudecommefigurésur le tableausuivant.

PHASES FONCTIONNELLE
DEL'ANALYSE

Phase Resoonsable Validation Décision Docunent

Définition Comité de Direction Direction Fiche-


(ou générale
desobjectifs Direction générale pr0gramme
depilotage)

lnformationGroupede Utilisateurs Comitéde Dossier


de
pré-étude travail direction pré-étude

Analyse deproletComité
Chef de Comité
de des
Cahier
fonctionnelle
Groupe
travaildirection direction cnarges
Utilisateurs fonctionnel

travailUtilisateursComité
ConceptionGroupe de Dossier
générale Etudes direction étude
générales

ConceptionGroupetravailUtilisateursComitéde Dossier
détaillée Etudes Exploitation direction étude
informatiques

RéalisationÉtudes Utilisteurs Comitéde Dossier


informatique informatiques
Exploitationdirection deréalisation
Maintenance

La pré-étudea pour but de définir le domainede l'étude, de faire une ana-


lysede I'existant,de réunirtoutesles informationsnécessairesà l'étude.
L'analysefonctionnelledoit recherchertoutesles fonctionsqui doivent être
satisfaitespar le système.
'slrr€rJnluepr
-,{1od's9r11uurpJpo : enb s1e1'senbrleruro;ursuorlnlosâp lue^eleJ @
c
enbluqcaleJrelnquoo^e1sed âsrlnn.uIeuuorlouoJsaSruqcsep Jerr{Bce-I f
o
'sno1red alqrsueqgrduoJ I
luerualrJeJlse glllrqrxâUJnelte nuelru rnal ep ,suorl -D
J
-JuoJ sep alQldurocuonuu8lsgpe1red asrcgrd1aenelc uoSe;aun.p eguudxa
'urosâqnp elleuuorlJuoJuorsserdxa.l'enbrleuno;ur o
auqlsÂsun,p âllâu oo
-uorlJuoJas,{1uue,1 o
q agnbrldduerlg lnad neâs?Uepoql?tuel .< suoJJe>>sep o
epru9,l ep uoqdecxesl 'guuopu?qe nuennou el rs
V lse leford eru?tuâluelsrxa f
uorlesruu8ro.lep luerua8uugrrre.l R eseqep Jr^Jâserrnod aJâruJep eDâJ c
o
'elleuuorlsuoJ a
o.
o
as,{1eue.1
red er.,\rns
e;esrnb uorlptrrroJur.p o
asuqdu1q luedrcrgedsa11g.senbn I
-FOsel JrIIrânoeJ c
ep luâlleuuedla aluelsxa uorlesrueSro.l ap grldgcseplcedse
un luo sellg 'e.IqJmJ?lI{
sl âp lrelue^g a8rul un luerueJuoJs^\âr^Jelurse-I o.
'sJnelBsrl[nxnedrcuFdsâpsuorlB^Jêsqo no pJosJu,uêurexg .
uoltBpJIB^B'I 't
npueJ alduror a1 .g
anbrsselc
aqcordde.l
Jnssgseq
sâJrcluetuuroc
1a suoqsen| .
ellnpuoc BrI .z
's;ncefqosep
leddey .
'seureJuossJnelnJolJelu sâpuoneJgrluepl o
uoJlurudgld e1 .1
'sesuqdarlunbluerreluJgug8eldruoc^\er^Jâluranbeq3 .enbquur
-JoJurâIIIâls,{snuerrnoue1red sgu:ecuooseJr^Jes sep selq?suodser sep sq:dnu
s^\âr^Jelursep Jepecordep asruocard< es.r:eyq
Q > epoql?tuB-I .luzlsrxe,l ep
epnlg,l Jnsâ?suqluêtuelpJgug8 lsa anbneruroJurue âlleuuorlJuoJas,{1eue,1
'uortcârrpep glruor âl srnelesrlpn
lâ sâlred gprpn la IIqBlg
âJlgllop IâuuorlJuoJ se8ruqcsepJerquJâl 'spJ sâl snol suep.lâ egrJnuepr
uârqlros âlleuuorlJuoJ esÂpuu.peseqde1enb ac E lgJ?lursroJelnole ,{ 1 .
'elsu^
lueuuusrJJnslse eureuopal luop xnec
no sexayduroc slaford sa1rnod lnouns ar;[snf as seseqdsâp elquesue..I .
'asuqdelnâs âun ua saedno.r8arle lue.lnada1eryugfl
uoqdecuocel le ellâuuorlcuo;es,(1euu,1 'epnl9-9rdu1'slafordseJlne.pJnod o
'ousugcs ap es,(puu.pru 6uorlJeJrpep ?lrtuoJn€ gurlsâpalqepgrd
Jerssopep ru 'uorldaJuoJel ep urJel lup^e uorluprTe^ âp sedluulrssecgueu
sleford ep seoel suepâenlrâJ+eerlg tnad â?llrulgpuoqdecuocap eseqdu1 .
'seJrelueurrroc
ap 1efqo,1erm; lueanadsesuqdseurcueJ
'le1druocâururuopel JnsnuelâJorJEugJS el erpnlge?lltel?puorldecuoce1 .
';r1e1uas9rderâlquesuâ-snos
el Jns
solreuârssgleddeslefordsurpuâJasÂ1euule lr-uggpepryug?uoqdacuocu1 .
IçI anbuorutolut ua anauuortruot asK\ouo,7
r52 PRATIQUE DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

sèmes,concaténation, etc. L'utilisation


relationstransitives,algorithmisation,
du langagecourantfacilite I'examen du CdCF par les utilisateurschargésde
le valider. Ils prennentconscienceimmédiatementde la bonneprise en
comptede leursbesoinssansse préoccuperdes solutionstechniquesqui ont
étéadoptées par les spécialistes
de I'informatique.

I FoNCTIoNNELLE
TaNALYSE
EXPERTS
DESSYSTEMES

Les systèmesà basede connaissances (SBC),ou systèmesexperts,consti-


tuent des retombéesimportantesde I'intelligenceartificielle.Au mêmetitre
qu'un logiciel conventionnel, un SBC doit correspondreà un besoindéfini le
plus précisémentpossible.Le succèsde son utilisationdépendde la bonne
adéquationhomme-machine.Un systèmetechniquementinadaptéarrivant
dans un environnementhumain favorableet bien préparéne tarderapas à
rebuterles utilisateursles mieuxintentionnés.
qui constituentla basede tels systèmes
Les connaissances sontquelquefois
D'autrepartun SBC s'intègreobligatoirement
incomplètesou peu cohérentes.
dansun ensemblede basede donnéesou documentaires, logicielsclassiques
et autresréseaux.

La répartitiondes fonctionsentreun SBC et les autrescomposantes logi-


ciellesn'est pas toujours facile.Lors de la pré-étude,
il y a lieu de définir pré-
cisémentle cadrede la mission du SBC et les systèmes environnants. L étude
de cet environnement et la définitiondes objectifsprécisserontà la basede
I' analysefonctionnelle.

Le cahierdeschargesfonctionnelpréciserales besoinset seraà la basede


la recherchedes solutions.Il pourra être complétéen cours ou à la fin de la
conceptionpréliminairepar la synthèsedesconnaissances recueillies.

I unFORMATIQUE DEL'ANALYSE
AUSERVICE
FONCTIONNELLE

L informatiqueest omniprésenteet rend des servicesque personnene soup-


çonnait il y a encoreune décennie.En matière d'analysefonctionnelle,cer-
tains logiciels offrent la possibilité,à une personnedébutante,de comprendre
'unJuqs e4letrreJ
Q
êl âp lâ lPllns?Jâl JerrrJdrrrr.pllJJnsIr 'uorunâJel ep urJ 3l v 'enbrJgugq
lpJ e.lnol lse 'uorungJpl ap slueuodrurslurod seJlnpsâp enb-rsuruCJpJ
np uorlJn4suoJul âp elou puerd rnb 1a eyqegodrnaluurproun(p uas es rnb
< elleuuorlJuogasÂpuu> Iru^ur1âp uorungJeun(pJneuoddere1'e4uoJ Jud
'SCUOJOJUOC
-orsr^ue uoqurn8guoc aun.pno nues?J uâ uonelplsurâun(p seJel supperrrgru
'eluesrllnsurgllcBJrJJâeun,p enbslr a1 ue sreru enbrleurro;ul.lap
luuuerd
eJlgluer?Jrnod
âplu.lR segsrl?gJ ellauuollcuo;esÂpue.1ap seseqdsâurcueJ
'âlnoJ?pue rnb sdruelap aged
ul ep te suorlulrsgqsep uosreruâ Ines âJIuJâp ellcrJlp sQl lse II,nb ISVg
un.p uoncrulsuoJBI no lrnpord ep aqdurSun.p gceJle1tuaue1u89suolr3
'ednor8np acuesgrdel elrssâJgu uorungJep elps

BI suupllBJ es uorlergdoa11ac'sluzrqtuoJuened luos slrnpordsêl rS 'aoueJ
-JncuoJul Qluâ^noslueuauedduslu€lsrxeslrnpordsepraredurocêp elnn lsa Ir
'< âJuâJ.eJ.âJ
ep lrnpord un.p esfleuu >>asuqdBI âp luetuotu ne 'ued âr1ne.CI
'suoncuoJsel Jâsrr{cJsJglq uo.l
llop RoluâIIIoIIIn3 luêurru?lou
'sr^e sel re8egedgprnod relol eJrBJsel ep sro;enblenb93qqo lse rneleurru€.1
la stuudrcrlrudsa1âJluesuorssnJsrp sâp luâurgJJoJlrnsue.sg 'ecuelgdruoc
us auoddeeJqrrrâuenbuqcqo arreulldrcsrpunyd ednor8ep Irc^er un.p lullnsgJ
âl lnol luE^Else âlleuuorlJuoJasf1uuu,1luâruruep?JgrdgnbrpurêunuoJ
'sesuodg-r
sap erlred e1r1edaun.p enb 1re3ua esodsrpâu uo.l enb srole suorlsanb
sal sâlnol q arpuodgrrrorrnodap uorsserdrur.le uo.l rs lnouns '1arcr3o1 ep
arua8ec luesrlrlnue JnâleurpJouos lrrelâp InêsâllâuuorlJuoJesfl€w eun Jesrl
-u?Jâp xnera8ueplruJesIr 'lrnpord unspâlle.âJêprug,l ep elxeluooaI sup(
'JCI rud groqulg<
lfnpor4-g3p3 > yarcrSolel ânqqsry ^VCV;I 'senbrseq
es,{1eue,p
slnno sâp câ^u JeluârrF9dxa.1âp lâ âpoql?urBI âp sedrcuudsa1
ۍr anbryawo{ut ua anauuortruot ast1ouo;1
DE
PROLONGEMENT
LES
IANALYSE NELLE
FONCTI
ON

Uanalysefonctionnellen'est pasunefin en soi maisune étapedansle pro-


d'un produit.
cessusde conceptionou de reconception

L apport des méthodesde conceptionest primordial dans le management


d'un projet.Les méthodesles plus performantesincorporentI'analysefonc-
tionnelledansleur plan de travail,c'est notammentle casde I'analysede la
valeur.

L'analysefonctionnelleet le cahierdes chargesfonctionnelqui en est


sonten quelquesortele tronccommunde cesméthodes.
I'aboutissement
pour les
L existencede ce tronc communprésenteun intérêtconsidérable
donneursd'ordre comrnepour les fournisseurs.

Pour ne pasempiétersur les nombreuxouvragestraitantdesméthodesévo-


succinct.
quées,ce chapitreest volontairement

Il seborneà marquerles relationsqui existententreI'analysefonctionnelle


et quelquesméthodesqui I'utilisent.

La plupartprocèdentde la mêmelogique :
- Volontéde la directionde vouloir améliorerla situation.
- Créationd'un groupede travailpluridisciplinaire.
- Analyseet expression
du besoin.
- Information.
- Traductiondu besoinen termesde fonctionsà I'aide de I'analysefonction-
nelle.
< 'âJr?urldrJslplJnld
te onbruouoce'ellerruollcuoJ sloJeI q 'uoDdeJuoJeJ ep @-
no
no uoqdecuooâp enbgrJgdsaqcrurugpaunrud'âJr^Jes gpgcord'lrnpordun,p ocl
Jnel?srTnn.lâp uroseqnp elqlduoc uorlJeJsrl€s pl R lrrusr^â^DBgJc le egsrue8ro I
gtmqngdurocêp âporllgrueunlse JneF^ e1ap es,{pueJ > : lrns eurruocJaurnsgJ or
as lnad rnele^ ?l ep esÂpuu,1ep uouuggp u.I 'srun-sælgxne selrl^treJuâJnu.I J
rud gut8eut IIe^€Jl ep ueld uos ep sepdlcuud seseqdsep êun aluesgrda: ooo
rJ-ellêr Je3âlleuuoucuo;es,(1eue.l3 aJusssrsu?uuope rnb epoqtgu ul lse,J o
l
o
0)
c
ô
o.
o
UNII'IYAV'I gC IISÀ:IVNVJI
o
@
c
l
'sâpoql?uI o.
âp ruou
el JanqrJiluJro^ as ulec rnod suussQrJnsce^p alleuuorlcuoges,{1uue.l lues
-1pn rnb sâqcJeurgp sâJlne(puârq elslxoII 'e^rlullturlsud1se,uelsrl eDeJ
anp^ a.I 'gl
tuautaSouour '6
JyVS apoLlt?uLrI
uouo^ouut,I 'Ll 'g
JOVS apoLq?uaI
Suuaaur?uaata'l '91 'L
dESVI.Igt apoLp?uaI
atuDrnoruoJauatu28ut,1'ç1 'g
J4OWV apoL[?w07
Sut4toutqcuagaj 'Vl gtlpqo{ ap sapru?sa-I .ç
uouosrlvr.alou
a-I 'El uoudacuocuagu1onbq ap a)uoJnssD;I'i
vl 'ZI 't
elA apoLtt?ut 7oqo73 ryor al nod uoudatun aI
'll 'Z
IAJgd apory?uta-l fttcatqo tAor un nod uoudacun Dj
'01 tnalo^ o7ap asQouo,T'1
JgJlWg apory?wuI
: selue^rnssâpoql?uJ
sanbyenb
sâl suoJeururuxâ
snoN
JeJorl9r.uu.s
e:ocuelned
e1e.nblsâ.J 'lru^uJlep ueld uos suepal1auuorlcuot as(1ouo1sed puardruoc
eu âpot{lgtuâun IS 'eJluJsrlesQ suorlJuoJep âurJoJel snosreurFdxe,lep lse
eurqlqordun resodep ueÂou Jnâllrâtuel Jo 'euQlqorde1gsodJro^e.plu?^B
suorlnlossep Jer{cJer.lcarep esodo;dapoqtgureun,nb âlqulâJuoJluetuêlrJ
-lJJIp tse 'urosâq uâ sâJnlnJsepoqlgruse1enb elqeqordgog
11 lueura1e39
luoJne
lse le a11auuortcuol
Ir asK1ouo,7
Jêsrlnn.puroseqluo sâlnol luauranbrlur4
'ole'lueruâJncord-e.1'lueura8euuur
a8peproul e1anb sâllêl seqcJeru?p selle^nouep âlsrxâp sqrde-rcse?uru€xâ
sepoqtgursep snld ua 'eJrulue^q.leJIeJue.p sud1se,usodordaJloulâ lueru
-enbrpol.rgd
luassrcreddeleford ap luaua8uueruêp sepor{lgtusellê^nouâC
'r^rns uorlucryddu
le ue -
esrtrAl
xroqJlâ suorlrsodord
sâp uoqenp^g -
'r"rrnÂ
p euqlqo:d nu segldepesâporllgrrlsep âpru,l R suorlnlossâp âqcrêqcêU-
ççr a11auuottcuo{
asQouo,Tap squautaSuolotdsa7
r56 PRATIQI.JEDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Le mot valeur a suscitébien desdébatslors de I'apparitionde la méthodeen


France.Associéepour certainsuniquementà la notionde coût,I'analysede la
valeura étéconsidéréelongtempscorrrmeune méthodede réductiondescoûts.
Aujourd'hui,la réputationde la méthodea nettementévolué.Sonefficacité
est reconnuedansle domainede la conceptionde nouveauxproduitsafin de
réaliserla meilleureadéquationentrela qualitéet le coût.
E n r é a l i t é ,l e m o t v a l e u r r e p r é s e n t ep, o u r I ' e n t r e p r i s e l,e r a p p o r t
qualité/coût,et pour I'acheteurle meilleur rapportqualité/prix.
L'analysede la valeurestbaséesur le travaild'un groupepluridisciplinaire,
dont le nombrede participantsest comprisentre5 et 10 personnes, agissant
sousla conduited'un animateuret respectant le plan de travailsuivant:
1. Orientationde I'action. 5. Évaluationet choix.
2. Information. 6. Décisiond'application.
3. Analysefonctionnelle. 7. Suivi et bilandéfinitif.
4. Recherche dessolutions.
Les pointsessentiels
de chacunedesphasessontles suivants.
1. Orientation de I'action
C'est la phaseinitiale qui définit les objectifset les limites de l'étude:
objectifsde qualité,coût, délai,ainsi que le budgetet le planningde I'opéra-
tion. La fiche-programme est le documentqui récapituleles objectifset les
grandesoptionschoisiespar le décideur.
2. Recherchede I'information
Il ne sauraitêtrequestionde commenceruneétudesansêtreen possession de
toutes les informationsnécessaires.
Les membresdu groupe sont mis à contribu-
tion, chacundansson domainedétenantune partiede I'information.Celle-ci
intéressetous les domainesconcernés: commercial,technique,social,mainte-
nance,délaiset bienentendules coûtsde toutesnaturesavecleur décomposition.
3. Analyse fonctionnelle
C'est à ce stadeque le besoinest traduitsous[a formede fonctionsqui sont
identifiées,correctementformulées,hiérarchisées, ordonnées,caractérisées,
valorisées. Cetteanalyseestà la basedu cahierdeschargesfonctionnel.
4. Recherchedes solutions
On peut considérerque les trois premièresphasesdu plan de travail ont été
préparatoires à la recherchedes solutions.C'est au coursde cettephaseque
sont utiliséesles méthodesde créativitéqui favorisentla recherchedes solu-
tionsviables.
5. Étuae et évaluation des solutions
De la phaseprécédenterésultentgénéralementquelquesidéesde solutions
jugéespossibles.Il faut alorsen évaluerla faisabilitépar un avant-projet,
éva-
'Jncâtqo
luot o
o
np'|
cedsârer'1â
sesued?pr" l
o
lJni"i#iÏ::ffi:::i:ii"".ïi:ïil _ I
-
'anauuouJuotas(pu, -
J
o
'sleuuorluJgdosednoJ8uâ sepnlgsepuorlgsrue8ro- ô
o
o
'seqcgl ep âJqurou np uorlJuoJ uegncefqo o
lUoJ np tuerrâlelJ?-
l
- o
l
'soqcglred xnelurl sepuorlrsodruoogp
0t
o
'euruer8ordep JnelceJrp
- @
un rud âgJnssuslgoJ sep le seJuururoJred sep 'slelgp sêp gtrlrqusuodser o.
o
'(uoqcnpo:d o
@
âp ârrqrun lUoJ)JnJefqolgoc êl tuop
'sleuuorsrlgtd c
stgoc sep âurrreJSord np sasuq sep uortunle^?- l
lueurruelou lê
o.
'OJJ q yeuuosred np uonpruJoJ -
tdacuocnp le Jnel?^u1ap es,{1uue,1
: selu?^rnsselBluelu
-BpuoJseseqsel :ns asoderOJJ B-I 'segnururpluêrossâJueruo;redseurul
sa1enb
-rac enb sturpulsê II 'lullnsgJec Jruâlqorno4 'sanbruqJâlsecu?rruo;-rad
eJlrl elugrrrne eJpurolleQ êJuerruopedeun eluruoc ?J?prsuoclse lgoc e'I
'uoqcnpordep lgoo ep;ncefqoun relcedsarâp urJenselnou
llnpord un.p uorlusrlugJpl lâ uoqdecuoce1repm8 ep lu?llârrrJâdeuruurSord
ep uoqse8âp âporllgruâun tse OJJ e'I 'tso) oJ uBrsaqegsqduqle 'COC êl
'ureJugr.uu esueJ?Cel ep lueueuudgC al red a9uÉururflg e âpoqlgr.ueDâC
(occ)
drrJirfso
J0oJNnunodNorrdirJNoJ
vr I
'se^IlJeuoc
suorlcesap ergS8nslê sellânlue^?sârler.uoue sâpJnâprtgpne eldurocpuer II
'uorlusllugJul le suorsr^9rdsa1eJlueluessrzreddu sgecgseprs JârJrJg^ âp urJe
r^rns âl enlceJJeue adno:3 np Jnâlerrrrue.l'uoqecllddeue asrure1ap sgSreqc
luos asudarlue.lep sleuuoqergdosêor^JOS sel'JneprJ?pnp proccesqrdy
uollBsllB9rBI ap J^Ins',
'Jlâ 'sluâruâuuorsrlorddu 'lelgp êp suorlrpuocsâl
'sluerug^uooursâp lâ se8eluenu sêp elsq 'slgoJ sep uo4er[rlsê 'âJQlucenbuqc
ep s?Iuqsexnue^ru 'âJ^næuâ âs[rr ep suonepu€urrrotâJ: sâJI?SSecgu sJrluJ
-gpsnf sel Jâ^uJnoprJgpne egluesgrd lse adnorSa1red arsroqJuorlnlose'I
xloqJ ap uo.rllsodordle lauuols!^grd uugg '9
'stgoJsep1aenbruqcelneê^runp ra8nlrnodstueu919.p
zesseJêuuopep sroJâlnolluegaru:aduonnlos anbeqcep luusrJJnsurnrurulu
âl Jerpnlgq elsrsuoJgtlnorJJrpu1 '9t1pnb ep nue^ruJnel lâ slgoJ sJnelJenl
LçI al1auuottcuo!as{1ouo,yap sgawa8uo1ofi sr7
158 PRATIQUE DE L' ANALYSE FONCTIONNELLE

La CCO peut se pratiquerdansun cadrecontractuel.Dansce cas,le client


donneurd'ordre et l'industriel fournisseursont liés par contratpour ce qui
concernele respectde I'objectif de coût. Le contratpeut prévoir des primes
pour le respectdes objectifset des pénalitésdansle cas contraire.La CCO
peutpar ailleursêtrepratiquéedansun contextelibre, c'est-à-direpour le seul
bénéficede I'industrielen dehorsde tout contratde fourniture.

La pratiquede la CCO supposeque I'on disposede suffisammentd'infor-


mationspermettantle chiffrage prévisionneldes solutionstout au long de
l'étude,de la phaseprojet au dossierde définition.La créationet I'exploita-
tion de basesde donnéesde coût, analogiques, paramétriques et analytiques
estindispensable.

I to coNCEPTToN
PouRLEcoûTGLoBAL
(ccG)
Prolongement de la CCO, la conceptionpour le coût global prend,comme
son nom I'indique,le coût global commeobjectif,à la placedu coût unitaire
de production.

Le coût global, en anglaisle life cycle corl, est représentépar la sommedes


coûtssuivants:
- coûtd'achat,
- coût d'utilisation,
- coût de maintenance.

Certainsclients-utilisateurs
sont très sensiblesau coût global d'un produit.
L'industriela quelquefoisintérêtà proposerau client un produitpeut-êtreun
peuplus cherà I'achatmaismoinscoûteuxen utilisationet en maintenance.

La définitionde I'objectif de qualitédépendde I'objectif du coût global.


L'analysefonctionnelle, notammentau niveau des fonctions relativesaux
conditionsd'utilisationdu produit,doit tenir compte,si possible,desinforma-
Le plan de travail de la CCG est le
tions recueillieschezle client-utilisateur.
mêmeque celui de la CCO. U analysefonctionnelleconserveune placepré-
pondérente dansle processus de conception.

Sur une propositionde I'AFAV (Associationfrançaisepour I'analysede la


valeur),une variantede I'intitulé desméthodesCCO et CCG élargitle champ
des objectifs sansen modifier la méthodologie.Il s'agit de conceptionà
objectif désigné (COD).
'leuuosJednp uorlsJglueJle uorlucrJrTBnb - @
E
'leuuosJed np uorlsrruoJ - :
'slrnpord's9p9cord'sua,(oru'sêrnlrurno;sepuollzoglpnb ep ueld - I
r
0t
'glllunb ul ep ârnsâu êp epolilgtu -
=
o
'sglrruJoJuoc-uou sepno sueJgsâpuoqulloldxa - o
o
'ecueugdxe.p JnoleJ- o
'uorldecuocep senlâJsel -
f
'rerp$g q trnpordne luepuodsauoc D
9t1pnbueld a1- o
a
: 1ue:n8guorldecuoc oo.
ue glrpnb EI âp âJuuJnsse.lrnod eJ^næue eJDeruq suafou sâl ttrrJsd o
c
'suroseq: senbtssulcseseqdsâl luuJnp
letord 'gllllqusl*J JpJâJJâ,r", ::OU:li
sep lueueuJuqJue.l ep aldtuoclueua epnlg.peuruerSordun.p lcedsere1-
'epqcgrdrnb ec q uodder red sggnsnituetossenbrul{Jel xloqc sel -
'senuuoJ
luâros selqruodsrpsanbruqcelsâl le sue,{orusel luuuJeJuocsâguuopsâl -
'a11auuorlcuot
as(.1ouo âun.pluellnseJsuorlJuoJâp euuoJel
snosslrnpeJl1aelqrssodluauralgldruocsnld e1sggtcgdsluelossulosoqsel -
: enbelrssacgu un.p ecBJ
epnlg.peurururSord
-rJJêelmpuooe-I 'etulueJSorde1luepJuleJsellele sâsnâJguolueuraprgugSluos
suoqJerroJse'I 'lueue^IpJels?lJâlgplâ lgl sltnpordluos sp.nbs-to1 secuenb
-gsuoc ep spJnol sQr luos luâurâllegJsenuelqosâcuutruopedsa1te sJnelssrl
-pn sâp surosâqsel âJluesupr? se'I 'sgFdorddusanbruqcelxloqJ sel re$JâJJe
rnod serresseJ?u sâ?uuopsep esodstprneldecuoce1enb lelluâsselse IJ
'esude4ue.1âp slgJglulxne la sJnâleslTlln Jnel
sepsuloseqxne luepuodseJIoJ
-decuocnp xroqt sel anb JeJnsse3s -?.luâlslsuoJuondecuocue 9t1pnbul JesID
-3uurrnod erpuerdq suotltsodstpse1'elqctpgrd no errquelgrdâJQIueue(I
NOIIdIIJNOJ NlI
gJrïnÔv-rscirJNwnssv,l
I
'slgoJsel eurecuoornb ac rnod
sa9r89pFd sepoqlgursel luâtserDJJ le OJJ el anb le 'sJrlcefqosre^Ipsâr
eJreJsrlps
rnod seqcruugpep dnocnuâqalstxe 1l.nb stogelnolsud suolTqno.N
'esrrderluâ.1no luâIIc el 'seJpJo,pJnâuuopa[ âJIeJSIlss rnod erpulellu
'glllunb 'lelgp el râuJeouoclnad grlcafqo,l
Q lnq eJlnulnol no lgoc êl
"l
6çr allauuottcuot asQouo,Tap s\uauta?uo1otdsz1
r60 PRATIQI.JEDE TANALYSE FONCTIONNELLE

La norme AFNOR X 50127: recommandationspour obtenir et assurerla


qualité en conception,indique I'ensembledes mesuresà prendredurant la
phasede conception.L'analysefonctionnelley figure en premierrang.

I lnsÉrunes
DEFrABrLrrÉ
La ltabilité est une composanteessentiellede la qualité qui fait intervenirle
tempset les conditionsd'usage.Les étudesde fiabilité peuventêtreeffectuées
lors de la conceptiond'un produit,ellessont alorsprévisionnelles. Elles doi-
vent s'appuyersur I'expérienceet êtreconfirméespar I'aptitudeà la satisfac-
tion du besoin.

Les calculsde fiabilité peuventconcernerun composantd'un systèmeou le


systèmecomplet.La principalemesurede la fiabilité s'exprimeparle tauxde
défaillancecorrespondantau nombrede défaillancespar composantet par
unitéde temps.

Une autre mesureconcernele tempsmoyen qui séparedeux défaillances;


c'est la moyennedestempsde bon fonctionnement, plus connuesousI'abré-
viationMTBF qui estI'inversedu taux de défaillance.

En résumé,la fiabilité d'un produit est la probabilité de fonctionnerpen-


dant une périodedonnéedansdesconditionsdéfinies.Il est bien évidentque
les conditionsd'utilisationsontliéesaux possibilitésfonctionnelles du produit
et par conséquent une étudede fiabilité seraitillusoiresil'analysefoncrion-
nelledu produitet le CdCFqui en résulten'existaientpas.

Des notionscomplémentaires interviennentégalementdansles étudesde


fiabilité,il s'agit dela maintenabilitéet de la disponibilité.

Un exemplede I'organisationd'une étude de fiabilité de systèmeest


indiquésur la figure 19 extraitede la revueQualité-Espace
(n" 9) du CNES,
qui montre la position amont de l'analysefonctionnelle et dt cahier des
charsesfonctionnel.
awgsîsap?tllleo{ap arug - 67 atn8g
puuoltcuo3ocÂpuvp nBgqEI : IVI
srnel
ertclrpo epsJuPlllBfe!,ïffifi,iffiuffi'#Ë'
€preqerssrnel
"=gTX
teuuollcuolse6mqgseprelqeS : JCpC
uollern6uuocer
'suoluslnbov
uopesueduog ' seuuedsepuonseô
secuenbgsuog 'secuepuoper'uoueoedod
9l![qPU
> :ornlceuqcrv'z
"rrlJo",o
SltctI|Hc ('eqo,|d= 41
ep eerleue:ltleued;nbg'l eouBllPlgp
ep xnPI
seuued xns eouEreFgu - t
uollBslllm,p
Vfl sqc^C'S suolllpuoc
e! ep eg.lno' 'lz sel Jns
suo[B.r9do seseqtodÂtt
uols.lru eP l[ord - e
-J seureuesuolssel6v'!
*r lueÛeuuorl^uI - z
oJ
iK uoqdecuocep
"- uoltcuol= lCpC- uomtos'Z
9Ut!qeu
ep
uollEurlls3
tJltsvrJ fo
I9I ayautoucuof asK1mn1 ap suauta7uoyotd sz7
162 PRATIQI.ÆDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

I (Analyse
to ruÉruotnAMDEC desmodes
dedéfaillance,
deleurseffetset deleurcriticité)

cette méthoded'analysede systèmeconcerneparticulièrement l'étude des


causeset des effets des défaillances,dans le cadredu concept< sûretéde
fonctionnement >. Il s'agit d'évaluerles effetsde chaquemodede défaillance
des composants d'un systèmeet les répercussions de ces défaillancessur les
différentesfonctions du système.L application de la méthodese déroule en
six phases.

1. Initialisation
- Choisirle sujetde l'étudeet définir les objectifs.
- Déterminerles limitesde I'action.
- Constituerun groupede travail pluridisciplinaire.

2. Analyse fonctionnelle externe et interne


- Déterminerles fonctionsà satisfaire.
- Choisirles critères,leursniveauxet leur flexibilité(CdCF).

3. Analyser le mode potentielde défaillance


DansI'hypothèsede non-satisfaction
d'une fonction,rechercherquelssont
les composants
en causeet leur modepotentielde défaillance.

4. Évaluation
- Évaluer I'indice de gravité, c'est-à-direle niveau de conséquence pour
I'utilisateur.
- ÉvaluerI'indice de fréquencereprésentant la probabilitéque la causese
produiseet qu'elle entraînele modede défaillance.
- Évaluer l'effet potentiel de la défaillance,exprimé en rermesde consé-
quencepour I'utilisateur.
- Chercherles causespotentiellesde défaillance.
- Évaluerla criticité en calculant,pour chaquecause,I'indice de prioritéde
risque.
- Détecterce qui estpréyu pour empêcherla défaillance.

5. Suivi
Analyseret chercherles nouvellessolutionsjusqu'à disparitionde l'indice
de priorité de risque(IPR).

6. Vérification
Vérifier I'application desmesurescorrectiveset leursdélais.
'sJll€Jlslullupu @
snssetoJd sep no slaulsnpul -
c
'eluos ap seguuop sap lllnoqs Inb luâur l
snssâcoJdsâp JêrrJâJuo3lned €leJ Q o
-elreJl ep snsseJoJdun sJe^?Jt u- ê?Jlue.p seguuop ep uollslrlJoJsusJl BI oJQS I
r
D
ellg 'snssêroJd xn? JesseJglul.sep lsâ epoql?tu eilal ep 9lrJ?ln3llJedu'I
J
o
o
o
o
a1 uÎtsaq ns{1ouypatnçcntqg)
(anbrur4c l
o
f
rcvs iraoHrglN
il I c
@
o.
o
o
@
c
'âlleuuoncuoJ
o.
es,(1uuu,p
sepoqlglusa1repgssoduâIq ep le râIpnl9 R tlnpord np elqldruoc
ep eJl?ssâcgu
uorlrsodruocel eJlJeuuoc lsa II epoqlgu ellec JesIIIlnJnod
'JAChlV epoqlgluel rud acuullluJgpâp sepotusapes,{1euy .
'Qrnpordnp sluunlllsuocsepsuorlcuo;)auJelulâllâuuollJuoJ es,(puy .
'(leuuoncuo;âJqrP,lq esod
-:edns es rnb lmpo:d np eJnlcellqJre)trnpord ap aqder8np 1uâuêssllqulg .
'luellnsil ua tnb
eruosâp sâguuopsâl le uolleuuoJsuuJt Jnel'âgrue.p se?uuopsa1alduoc ue
puard rnb ISVS eruul?r8erpep erua8 'leuuoncuoJeJqJB.lâp uollsrulSUol o
:alcedserRsaluleJluoJ
sa1le senbr8glurlssuotldo sa1enb ISUIegulluJâl9plueuâuuoJl^uâ
un suep uorsslrueun.p aJpzcâl lIuIJgp tnb auruurSord-eqcr;e1luulced
-sâJuâ (auralxaâlleuuolltuoJesÂpue)uloseqnp âllâuuollsuo;uotssardxg .
: lrns âtutuocesodurocgpes lru^eJlep ueld e1
'lleJsnes erlg sed eu lnad II luetutuot
'aJIuJSues -?.
uloseq e1uotstcgrd
:esÂpueR lâ lluJsneslse II luâturuoJeJIJJgpq
Jâ^€ luuuilruelgpuê 'lppord un.p eI^ ep saszqdseluâJgJJlp sel su€pluetueu
-uoncuoJep flârgs âp seprugsâl râllllJq ep lsâ âpoqlgluâiler ep Jllcafqo.'I
dirsvrruircoHrglN
il I
i ruawuoJ; rcnb: suotlsenbxne sesuodgr sep
luuqJJeqJue uoIlJeJSIlBS el le
Jnel lâ IJ-sellec eJ]uâsuollsleJsêp âqcJâq3âJ
luerTonp sâluegesep uollsolJnluepl.lrns erndde,smb (tuau('o1daquor1cung
&ryn61qg| eqcordde.lq agtcossusto;anblanbtse 3gqryV âpoqlgu e'I
E9I al1auuottcuotasQouo,Tap s|uatua?uo1otdsz1
164 PRATIQI.Æ DE T ANALYSE FONCTIONNELLE

Le plan de travail est le suivant.


' caractériserle genrede flux à considérerpar I'analyse(fonctions,informa-
tions,matériel).
. Modéliserle processus:

Données
desortie

. Décrire et formaliserchaqueétape.
. chercher l'améliorationdu processusen étudiantdiversessolutionsnou-
velles.

Une analysefonctionnelleexterneest préalablementnécessaire.

I to uÉruooE
sARr
(Structured
Analysis
for RealTime)

cette méthodeest baséesur la logique suivante: pour analyserun système


il est nécessairede construireun modèlequi permettede se poserles bonnes
questions.

Le plan de travailestle suivant:


. Définir le sujetde l'étudeet soncontexte.
. Chercherles informationset les valider.
. Lister les fonctionset les caractériser.
. Modéliserle systèmeen utilisantles outilssuivants:
- Diagrammesde flots de données(DFD)
- Langagenaturelstructuré
. Dictionnairede données(DD)

Les premièresapplicationsde cette démarcheétaientnaturellementsta-


tiques,I'extensionde la démarchea permisde modéliserun systèmeévoluant
dans le temps. cette extensionest intitulée modèle de contrôle et complète
le modèlede processus.

chaque événementvenant influencer le processusfait partie du ftot de


contrôle, cela peut être un événementqui marquela fin d'une phasedu pro-
cessuset qui déclenchela suivante.La techniquede représentationgraphique
est celle desautomatesà étatsfinis.
@
.uorlsJrunurrroJâp selocoloJdsuwuecJl-uu-âpJnod'uoIl?JuqBJep sJeIIâl?
c
f
sur?uêJJâlolrdJnod 'slârclSolsep eulEluopâI susp âgsllnnlse apoql9ur3-I
I
'senbqdorlsel?csl€19seple s9per39ps1319 sêpesÂl o-
-ErrE.lrâtlns-âJ f
uê lned u 'lrl9d ep n?es9rnp sglglrdordsep IncpJ el J?d egsrl o
-3gr lsâ eurQls{snp s13l?sêplâ âlQpounp uonspllE^3'I 'uoqnlo^9.psel8Qr ooo
sep rruugp ep uus seglpnlgluos suolefsâp uonluEdil BI âp suounlo^9se'I o l
'sâJufdsâl suupsuoaf ep uoqnquDe.l3p âllnsil ?nbroutlrQd ap nDasilun o
Ê) c
'uoqlsueJllâ seJBIdsegleddsluos seulS o
a
o.
-lro xnâp sêl luop selusd xnâp ep gsoduoc lse 'upd ap noas?tluetuâp89glnl o
'SelQIIeæd o
-rlur'eqd?Jfle.I 'slueJJnJuoc sapq snunos
snssesoJd @
lâ SâuoJtl3u,{$ c
errjQls{sun,p lueueuuollJuoJâl JeluesgJdeJ lnâd âllns?Juâ mb âqdeJ8e'I
o.
'âlq€p9rd âllâuuonsuoJesÂpueuos râprl?^ep uIJs
'JnâldâouoJ
uos âp tuou nC
âurQls^sun Jâsllgpotuq 4sISuoJepoql?tu3l
IUIiId iICOHIgl,{V-I I
'a1qele9rdâIIJâlxâ âlleuuoqtuoJ
'selqeuuurSord saleuolne
asfleue âun elrssacgu âpotllgul 41aJ ep ro1dure.1
sep uoneuruurtord ap sa8e8uel sel su€p gsllqn lue^nos lse ISJSVUD e'I
'luâllnsgJue tnb suoueuuoJul sâl lâ sâJpJosâ[ llJcgp rnb 'uorlestlulllolns,'I -
'1e4uenbgs
'9p9cord e-l -
eJpJo un suup sêllJc?p JâsIIBgJq suottergdo sep r4rud q
'êol^Jes ep suoqcuoJ sep elduroc lueuâl ue 'JnelssllqnJ -
: suondacrad sloJl uolâs gslllln âr19lned aqdur8 e1
.Sefluâuo Suosr?rlsa1'sglrnBdeJfl sel le suolllsuuJlse1'segtcossesuollcB
sa1 la sedelg sel : xnBâ^ru sroJl R uorlrsodurocgp eun Jns â9s3q enbrqdurS
'Jesllgil suollJuoJ sap rrged sgslle1llolnz seIIIQl
uorssardxe eun âspln êllg Q E
-sÂs sap larluenbgs luâueuuoDcuoJ el eJIJJgpep lnq rnod e epoqlgu E'I
rirJdvueiICoHJgt{
vr I
'elqeI
'sanbrureu,{p
aun âlrssecguepoqr.âua11e3
-egrdaurelxeâilauuonJuoJasÂ1uue
uonse8ep snssacordsap q enbqdde.sepoqtgure1ep erued eJQIIuepêDeJ
ç9r a11auuotlcuo{as(1ouo,7ap sgawaSuo1otdst1
166 PRATIQTÆDE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

I tO UÉfHOlE QFD(euatityFunction
Deptoyment)
cette méthodepropose,à partir du besoin,de cheminerà travers 17 étapes
pour étudiertout le processusnécessaireau déroulementdu projet : de la pàse
de commande jusqu'à la livraisondu produit.
1. Identifierles clients
2. Hiérarchiserles clients
3. Identifierles sourcesd'information
4. Hiérarchiserles sources
5. Interrogerles sources
6. Hiérarchiserles besoinspar sources
7. Hiérarchiserles besoinsexprimés
8. Analyserles fonctionsexternes
9. compléterI'analyseavecles fonctionsrelativesaux besoinsimplicites
10. Ajouterles contraintesde I'entreprise
I L Ajouterlesdegrésd'innovationsouhaités
12. Ajouterles caractéristiquesd'image
13. Hiérarchiserlespointsfigurantssurles lignesg-10-ll_lz
14. Renseignerle graphe< Maison de eFD >
15. Ajouterles nominaleset les tolérancessur les fonctions
16. Analyserla concurrence
17. Etudierla faisabilité

Des diagrammesmatricielspermettentde récapitulerles informations


résultantes
de toutesles étapes.uenchaînementde la cascadedesdiasrarnmes
permetde visualiserle déploiementde la qualitédemandée.

Les notionsde qualité,technologie,coût et fiabilité sontgéréeset pilotées


au coursdu déroulementdu projet.un projet importantpeut conduireà des
matricesmonstrueuseset < ingérables>>.cette difficulté pèut être atténuéepar
unebonnedécomposition du projet.
La méthoden'indiquepascommentréaliserI'analysefonctionnelle.

f ro NowALrsArroN
) Standardisation oa normalisation ?

Il y a encorequelquesannées,la normalisationétait confondueavec la


standardisationdont le but principal est de favoriser I'interchanseabilité.La
'esÂpuuuos âp le uloseqnp uollsJulluepl.l JBd4nq-âpeuuou @
E
o
'leJJâuâ :
êun.p uoll€Joqelg.l IeuuollJuoJseSJBqcsep Jelqsc np uollegJJ
el srndepseuuousepuolleJoqslg(lsuupegsJoluElse eJuspuelelle^nouâun I
r
It
o
sallauuorlîuofsautou saT a o
o
o
a
'sepuolleuJelul
sâuuousel f
'sepuollBluêlul
câ^e pJoJcsue lse seslB5u?4seuuou sep eluEd êpuBJ3eun
o
Inb osl.l ep seJlneeJluâ'uou o.
o
sauuou000 €I ep JnâlnElê sfed OtI âdnoJSer
-esrlsrrrJouep xnsuolluruelul xn?^eJl xne luâlue^Ilcu âdIJIUBddONdv,'I o
q
c
'elue^ep xnel selJnslâ uoIlEJ
o.
-lJqBJâp seuwqcsâl Jns'âJloluJoqsluâ s?slp.eJslessâsapsQJdu'sJnêlJrulsuoJ
'enbllseuop luâuedrnbg,p
sep epusl'uepel q ê9nqlJilelse uollcuuslp eneJ
'g51enbruurBI âp lu€IcIJ
no uorlerlrulosuoJâp suêIq sel rnod luauuelou
_gugq $rnpord sep red gcuenuul lueuelqEJo^eJ lse JnâleuuosuoJ-luâIlc e'I
'se1qe5e1d
-rueJJrsecusssrpuuoc ep euruos âun sJnel€srllnsâpno slelJlsnputsapuotltsod
-slp EI q lusgetu uâ âJrulueunJopêlgJ un 1uaua1e39 anol uollssllstuJou3'I
sonbruouorg-orros serreuauudsluer?JJrpser câ^E uoll*uêruoc ":ti?ttti:;
sel -snsuâsuoJ
luelg sâr.uJou el le enSolurpel Jns9s€qsltnpordsep grl^qll9d
SJIIqnds.ttolnodse1
?l luâJQplsuoJ
-urooep Inno un âurruoJuoIlsSIIu[IlJou
'sltnpo:dsep ?lunrgsBIQlu€qJnolsallee4uâ.p00€ uorhue,p
q 'ertole311qo
uot1decxe,1 uotluctlddu.psedluos eu sâuuousapuednld u1
uolt0îtlddv a,
'uoNdv,l ep
's;peuuousluâunJop 000 €I ep snld 3p uollrâl
gtlllqesuodsereI snoss-eroçIg
-loc âun JIqJLruâlueuuâI^sen^eJno sâllâ^nousâIruou000 I a?uueenbeq3
'seSreqc
sâpJâIqBJun.p uoqlulJgpap sa18gr sepq
'senbr8
3l q 'sâpot1l?Iu
no fllllqplJ e1q '9tr1enb xne luenbqdde,srnb elsrxeue 1r
_olorqno senbruecgur,senbrsÂqdsenbqsu-elceJEJ sâp 'suolsuâullpsep luutJlt
-gdsseurou sepsnld ug 'sleqsnpur sJnelcâssâl snol enbserdsuBpsêtruousep
'rudsnuere8luos sltnpordsep9tv'93uolul
'9lunc9se1'to1dura.1q apnlude;1
'xnzâ^nouslrnpordsepuorldecuoce1
ep plr^ luâIr?Ig un JIuâAâple elurod ep sarSolouqsâlxn€ eJpuelg.srnod uotl
-ednccogrdâlleJ luelueDeulressedgpa1a.nbâ^nârdu1guoddue uolleslpuuou
L9I a.1.,
auuotI cuol as{1ouo,7 ap s7uauta3uo1ot d sa7
168 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

Tout reposesur la formulationde ce besoin,sur laquellevont s'appuyerles


membresdu groupe de normalisation.Si le besoin est mal traduit, il y a de
fortes chancespour que la norne ne répondepas tout à fait à I'attentedesuti-
lisateurs.Au contraire,en utilisantla démarcheproposéedanscet ouvrage,le
besoin,traduit en fonctions principaleset complémentaires,est alors pris en
considérationen tenantcomptedes constructeurset desutilisateurs.La norme
devient ainsi une basede créativitépermettantI'ouvertureà un certain
nombrede solutionsvalables.
si un besoind'interchangeabilitéa étéidentifié,l'aspectdimensionnel de la
norne donnerales précisionsutiles,maisseulementsi celas'avèrenécessaire.
Le reprochequi a pu être fait à certainesnorrnes,de bloquer la créativité en
figeantdes solutionstechniquement périmées,n'a plus lieu d'être dans ces
conditions.
Le premier documentà établir avant de commencerà élaborerune norïne
est le cahierdes chargesfonctionnel.c'est à partir de lui que le travail nor-
matif se réaliseradans les meilleuresconditionset que les normesdevien-
dront, encoremieux, un moyenefficacede la maîtrisede la qualité.

I '' BENCHMARKING
ce terme anglo-saxondésigneune méthoded'analysedont la définition
peut êtrerésuméeen trois phrases:
- Analysersespropresprocessus.
- comparerles résultatsentreplusieursétablissements,
avecles meilleursde
sa corporationet en dehorsde sa corporation,dans son pays ou à
l'étranger.
- Agir pour dépasser les meilleurs.
certainsseraienttentésd'appelercelade I'espionnage
industriel,pourquoi
pas?
Il faut noter au passageque si tel était le cas cetteméthoden'apporterait
pas grand chosede nouveau.Mais elle abordeles problèmesavec une
approchefonctionnellequi fait son originalité.
Le plan de travail se décomposeen quatrephasesprincipales: planifica-
tion, analyse,intégration,action.L analysepeut être dirigée dansplusieurs
directions:
' vers I'entrepriseelle-même,afin d'analyserles fonctionsinternes
qui serontcomparéesultérieurementavecd'autresentreprisesdu mêmesec-
teur d'activité, c'est le benchmarkinginterneot benchmarking
fonctionnel.
'3le'e9pllu^ @
's10ocsêl Jns '9lII oa
uoqruugp 3l -?.saJnâg9llnsuoll"Julpolll âp eJquou âl Jns
-?nbel rns 'sre19psâI Jnsurc? : sanbnuâplluos seoggugqse1'ZZ arlrdeqca1 r
suepellrcgp'(cOJ) 9u3rs9p;ncafqoq uoqdacuoce1no (633) gncafqotgoc J
un.rnoduorldacuocep âqcJBIIIgp e1p eluaredds.seluuJnoJuoc eualu98ut,1
o
'âlueJnocuoJ o
o
-
euaru93ur,1red slrnpordsep uotldacuocel -q,9r39turlse anbrlstSoluâIlnos o
!t
c
'serrcueUudsep elqtuesue,lred s?pllu^
el luâueruJe.lap eurutuopel suBC o
luos uroseqap enbruqcaluonscrJrJgds e1te leuuorlJuoJsaSreqcsep JêII{?O @
e1'aunuurSord eqcg u1anb snupulse II'leuuueued ap erpucun suupsepnl? oo
xnu JêJoqelloJ €.s?tl^utluos sJnâSSIIlJnoSxnedlcuudse1 'ssacord1elrnpord a
)
luâru?uellnurs:addo1ar.9p ap lse ellleJnocuoceuatu98ut.1ep gtrcr;rcgdse1 o.
.eJu?uâlurBru
ep .uor1u1lo1dxa.p,uorlscuqEJep seurQlqordsa1elduoc ua puardIt
,elrpluauerdord lrnpord np uonrug?pep suoqsenbsepsnld ug 'tuarueddolâ^.âp
ep eqtmurgpel ep âsuqel q lsâ e:mutldtcstpFnldadnor8un.p lrc^eJle'I
'oJIeJSIIES
e1 rnod sagsodo:dsuonnlos sâl le
ep eluuJ
Ie?Jurosâqel eJluêJelsIXelpunod Inb UBJ?.1xnêtrunu JânuruIp lse
-no"uor euetug8ul.lâp ulâsne 9l11enb eqcI?tugpz1ap;rlcafqoledrcuude1
'aunuurSordel suupsgnbqdtursâcl^Jâssel snol ap elqgured
'âluuJnoJuoJauatu98ut.1eturuocslefordep uoqsa3ep sâpoqlgru
sâl susp egJlsnllllsa lelord ep uotlse83l ep elleuuollJuoJaqco:dde.1
irrNVuooJNoJIIIUAINgCNI,-I
I
'epoqlgu eilec eP enbtl
-erd euuoq u1 ;nod e1qua8rl8guuou uodde un lse elleuuontuoJ es,{1eue.1
' aurafta Sur4towt1cuaq lueusale?agu8tsgp
'Jluâlqo q selIJeJ sulolu luos
a)ualJnJuo> ap SuttpowtqJuaq np 1r8u.s 1l
'gqcJeu el Jns sê9culd xnarur sel elqls
sluarueu8resuêJsal enb lueptng lse II
-sod rs .gll^rlJ€,p Jnelcâs etugru âl suup selueJJncuocsasrrdâIue sâl SJâI o
'anbttVuV? Sut4tout
tnb asudaruâ.1 âp sâlleJ e-seluelut suollJuoJ
-qJuaq âl lse.c'epnlg.l esIIB-eJ
srnal rereduroc âp urJu 9llÀuce.p sJnelcâs sâJlnu.p sesuderlue sâp sJâ[ o
as{1ouo,7ap sgawa?uo1od sa'1
a11auuottcuol
69r
r70 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

ces conceptsméthodologiquesreposentsur le travail de groupespluridisci-


plinaires où la phaseamont de l'étude prend en compteles besoins,les fonc-
tions et les contraintesexpriméssur les CdCF.

I '' REENGINEERING
Du benchmarkingau reengineeringil n'y a qu'un pas puisquele second
peut être considéré,en quelquesorte,commela mise en pratiquedesrésultats
du premier.
L e r e e n g i n e e r i n gd, é s i g n ée n a b r é g ép a r B P R ( B u s i n e s sp r o c e s s
Reengineering) s'appliqueaux processusde I'entrepriseou à sesproduitset
s'inspirelargementde la méthodologie de I'analysede la valeur.
L'étude est engagéepar un groupe de pilotage qui procèdede la façon
suivante:
- Recensement des principauxproblèmesrencontrésdansles processusde
I'entreprise.
- Commentle BPR peut-ilaméliorerla situation?
- Étudedesrépercussions du BPR surI'organisationet les hommes.
- Établissement du projetde BPR.
Après I'engagement de la directionpour commencerune actionBpR, une
analysestratégiqueest conduitepour cibler les sujetsd'étudeet définir des
indicateursde performance.L étapesuivanteconsisteà choisir les processus
ou les produitsconcernésen évaluantles opportunités et les risquesencourus
si la situationresteen l'état.
Trois principauxtypesde processussontexaminés:
- Organisationnels;concernantI'environnementde I'entreprise: clients,
fournisseurs, sous-traitants,
distributeurs,
etc.
- Fonctionnels; à I'intérieur de I'entreprise: achats,approvisionnements,
fabrication,stockage,etc.
- Ressourceshumaines,répartitiondu personnelau sein de chaquefonction
de I'entreprise.
chaqueprocessus concernépar l'étudefait I'objet d'un examencritiqueet
d'un diagnostic.Parmiles pointsexaminés,figurentnotamment:
- Les dysfonctionnements de toute nature.
- Le coût de la non-qualité.
- Les goulotsd'étranglement.
- Les opérationsou les séquences inutiles ou redondantesqui ne concourent
pasà l'état fini du .<produit>.
'sêlue^olruI suoqnlos sep Jed luulslxe uloseq un eJrcJsIlBS- o
c
'(enbr3o1 l
I
-ouq3êl luerrnos) uoll?^ouul aun.p âpI?.l R uloseq nee^nou un Jâ9Jc- r
Êt
'lu€^ouul
: sglgrqrssod xnep elslxâ II 1e[o-rdun.p luerueouel np luetuoru nV =
o
'elqldruoc snld erSolopoqlguraun.p told o
o
SnOu3^ tnb seCrarure:d el Cuoplse.o'âJpuIOlu
-ure.l elrsseJgulI Jet JâSSeJgluI
l
'puoces êl suuc 'rrssngr :nod
grSep un Q luos uorls^ouur.l le glr^rl?gJ3 el D
'suc rerurerd âl suuq 'IJI JelrcJl ap eculd e1 c
suoJJâ.p dnocnuaq re,{o1d9plnPJ II
a
sud suone,u snou anb sluelug^uoCulSâSle seseluenUSeSe UoIIISOdanbeq3 o.
o
o
'sesuadgp @
sel JelruII c
- a
le sârgld se1reÂnssesed eu rnod srnalltau sêp Jne^Ins el âJlg(p JâpIJ?p o
o.
'JelsâJel rnod lnol oJreJlâ uotssa;o:d 3l ep Jepeel el JIUâ^ep -
: suoIlJoJIp
'uolle^ouul.l ep sI^-Q-sIA
xnêp suup rele lned asrrda4ue,l ap erSglerls€l
'tafo.rdnp âllnpuoJ B[ ep -
?lloeclJJâ.1
'?lr^rtugJc ep snsseco;d âl suep 93e3ualauuosred a1 -
'slu?uuoJl^uesJnelJeJsel -
e'I
: suolllpuoJ slor ep âJlPlnqul lse lu?^ouul 1elordun.p âlISSn-eJ
'?ll^IluilJ ul ep ellauuorlu-r9dogllun,l 'sIoJ
'?l1nlle9Jcep
âun eJoJue'lse ednor8 el JBJ ltu^eJl ep ednor8 un q sanbggugq
'9II^I13?JC
slnolE sâJln?.p tuepqssod srpru sJrlBurSeurrsurotu luos sâJlne.c
âp âlxâluot un Suep SgsIJo^uJluos lâ uotluulSuurt,p dnocneeq luo SUtzUaJ
.uorlu^ouur.l ep snssacordnp eJlueJ nB luos Sâ1IIIuoqSel 'SIOJâun eJocug
'seJlnexnu
uodder red lncer ua lse sud â^ouul.u tnb esude:1ueaun
.sasuderluesap luaureddole^gpne elqzsuadslpullueunlosqe enue^ep lse âllg
'911^II€9JJBI ep lueuessqnoqs.l lse uollB^ouul,l 'llus el uncsqc elllluoJ
NOrrv^oNNr,T
I
' Jlâ'suolluclldde'xnuesg-t
.s1ercr3o1
: sâglleqnos xne
suollsJollgtuz Jenquluoclue,r,nadtnb suefour serlnu
sâplê uorleruJoJul.lep ser8olouqcalsâpluâtuâsuêJeJêl lueuJâJJâuâ neâ^nou
un Jro^êcuocuâ R no luelslxe snssecoJdêl JâJoITgtue R uJâlslsuocâpnl9.-I
'slelgpseplcadser-uoueT -
snssec
uoIlsIlLIoJuI.pseuqts,(ssluâJ.eJglp
-ord e1rnod s9s111n sêp âJuêJ9qoJe1 -
ILI a1lauuortcuo{asQttuo,l ap sgawa7uo1otdsa7
172 PRATIQUE DE L'ANALYSE FONCTIONNELLE

La démarchede créativitédébutepresquetoujourspar I'analysedu besoin,


puis la validationde ce besoinà I'aide de l,analysedeJrisques:
.
- Quelssont les élémentsqui peuventinfluencerle besoin,
à la limite le faire
disparaître?
- Quelle en est la probabilitéet à quelleéchéancecela peut-il produire
se ?
Les réponsesà ces questionssont apportéesà I'aide de matricesde déci-
sion.

Le besoinétant validé, il est nécessairede l'exprimer sous la forme de


fonctionsà I'aide de I'analysefonctionnelle.Les fonctionssont assortiesde
leurscaractéristiques
et récapitulées
sur le CdCF.
Pour faciliter la recherched'idéesnouvelles,I'applicationde certaines
méthodesde créativitéest souventbénéfique,telle que le < brainstorming
combinatoire> qui représenteune nette améliorationdu brainstormingclas-
sique.Les idéesqui en résultentsontévaluées,chiffrées,testées.Le nouveau
produit fait quelquefoisI'objet d'un prototypequi est testé,modifié, validé,
ou au contrairequi met en évidencela nécessitéd'abandonner le projet.
un produit est rarementcomplètementnouveau.plus fréquemmentil pos-
sèdeun pourcentagede nouveautépar rapportà un produit existantet la qùali-
fication de produit <<nouveau> est souventusurpée.

Dansle contextede mondialisation, les innovationssontnombreuses et se


succèdent à un rythmede plus en plus rapide.Les entreprises les plus perfor-
mantessont cellesqui anticipentles besoinset sont capablesde les préciser
par I'analysefonctionnelle.Si la définitiondesobjectifsest bonne,le produit
innovantqui résultedu processus de créativitéa toutesles chancesde réussir.

I '' VALUE
MANAGEMENT
Dans certainssecteursindustriels,la pratiquede I'analysede la valeur
(AV), a fait I'objet depuisquelquesannéesd'une systématisationconcernant
toutesles activitésd'une entreprise.L'analysede la valeurdevientainsi une
véritableméthodeglobalede gestionintitulée value Managementou manctge-
mentpar la valeur.

L objectif du managementpar Ia valeur consisteà optimiserles résultats


d'un programmedéterminé,mais il concerneégalementles différentesacti-
vités d'une entreprise:études,achats,approvisionnements, gestion,produc-
tion, après-venteetc., afin d'obtenir la meilleureefficacité et la meilleure
valeur.
CONCLUSION

À la fin de l'étude d'un produit nouveaumenéeà bien en appliquantles


méthodesfigurant dans cet ouvrage,le responsablede l'entreprise,qui avait
suivi attentivementle déroulementdes opérations,s'est adresséau groupede
travail en cestermes:
<<Jusqu'àmaintenant,chaquefois que I'on développeun nouveauproduit,
les budgetsd'étudeet de développement sont dépassés, la mise au point du
prototypeest laborieuseet les délais sont coulés.Il n'est plus possiblede
continuerà travaillercommeça. Nous venonsde voir que I'analysefonction-
nelle pouvait nous apporterbeaucoup.À partir de maintenant,je ne veux plus
queI'on développeun produitsansutilisercetteméthode>>.
Tousles produits,quelsqu'ils soient,peuventbénéficierde l'analysefonc-
tionnelleafin d'êtremieuxconçuset ainsiaméliorerleur niveaude qualité.
La créativitéet I'innovationjouent un rôle essentieldansl'évolutionindus-
trielle, mais les nouveauxproduitsqui en résultentdoivent offrir toujoursplus
de satisfactionà I'utilisateur, c'est-à-direcorrespondreau plus près à ses
besoinsou sesdésirs.
certainesentreprisesen difficulté pensentredresserleur situationfinan-
cière en faisant des économiesde tous ordres et confondentles économies
utiles avecles économiesnocives.Réduireles frais générauxdoit aller dansle
bon sens.Réduireles dépensesd'étudeest proprementsuicidaire.
Il faut une prise de consciencedu dangerde ces fausseséconomies.
Diminuer le tempsd'étudeconduit souventà diminuerla qualitéde conception
qui toucheen premierlieu la qualitéfonctionnelle.Faire une analysefonction-
nelle intuitive et hâtivecondamnele produit d'une façonirrémédiable.
@
âl '?qcJulu
'IoldtlIâ.I ep 1âsesude4uesou ep luâIueJJoJueJ
c
ap suud sep luaruesslSJulg,l eJrelloJocJnod 3â^? 'sllnpord sâp elleuuo4 o
-cuo; gtqunbBI âp uolleJollgtuu.lred srnalesqpnsep uoIlcEJSIlBSapuur8snld r
Êt
eun R uorlnquluoJ eun euodde e8ernnoelsepou ac anb suolrcqnossnoN
o
o
:esseduâ.s ep lueprudrutuetq
lruJâsIr la leford un.p duc a1renbrpur.pueforu Jnellleruâl lsâ elleuuoqtuoJ o
'<
asÂpue.1'uoqectstu8tsBSelnol tct puerd dec ep sed u.u tnb tnlec rnod o=
D
luê^ uoq ap sude ,(.u 1 >>: uelq luessrcuuoJ srnele8tluuse1anb e8upu;1
@
o.
o
'sluoJ sâl JesulJuluêp
o
@
ta 91rpnbel reroll?ue.pulJuuoDdacuocep sepoqlguselle^nousal renblddu c
rnod elsueluolo,renbntlod aun eculd uê eJllêu 3p âpuutuepxnerur âJIeC
o.
'uotl49dtuoc el ep nee^IunE âs
JIualuIsIIr ep uoJJâ.Ierm; agtu8ts
'segssedgp sepnllquq
asrrdarlua.lâp slellns?Jsâp uoneJollgtus,lJeqcJeqJ
sep la seJnlJnJlssep suup sgulJerueluos tnb xnec ep luâtulJl?pnE JeJ?lgc
-Je.sB^ luerue8ueqc e1 'e8er,rnolâc suupsegnbtpur sepoql?ulxne ecgr8suos
-odord snou enb âc luâuâlJexelse(J i ruawalnv sltnpo.tdsel JloÀecuoJ
<<'luâIuernu sltnpordsel lueleJ^eJuocsll uouls
.sJnâlssrlqn sal snou .ecu1de4ou R sudluepau âs eu sJnârugSur se1 >): xneJ
-nêqluurluqce un.p segtrdgpseuuosredsap red eJIpnpueluêlue^nosrc.[
'a8esn.1
E se?4uocueJ suollceJsllssul
'luatuelnesSIOJâun SISIII
SâpuOSruJ UaauUosredR epWulIIoJeJeu uo.l enb le
'sroJ eun elQqæ uo.1 enb slmpo;d ep euoSgleceDeJâp s?uuoJl^ue lueureleJ
-?llll 'xneJqlxou 'aflerrrno
snoN
Sorurrros snld luauasnâJneqplll3Jl9luâIsIJnod
lâJ ep lnqgp nu s?^eleJ'sn5uoc ptu sltnpordap seldurexesanblenbse1
'esude4ue.1 ep Jnalsrulue un q a^QIâJ e1ressedâllnsuâlâ êlleuuollsuoJ
as,{1uue,p epnlg âJQItua:deun âJInpuoJ'lauuosredel JeuJoJsJJnodIJ
-lnleJ 'ânuuoJâJlsa ecuel?duroJ 3l luop lwllnsuos un æd egJnsse êuelur uoll
-srruoJeun.plrn{ el ene luaruepSglnad e11e 'asude4ua.1e srnâlJ?lxeseruslu
-u3:o sap suepoJtuJes lned ellg 'eJrcsseJgu lsâ lauuosrednp uoneuuoJB'I
'sa9nbo,r9suo^usnouanb sepoqtgutsepuon
-ec11ddu.1e.guJeJlue'?tuJoJ'9æd9tdsudlrelg.u leuuosredâl ISselllnul luâI?Jâs
sllpilc sa3 'sg,(oldruouelq luos sll {o êJnsâuâl suBpanb ertu; es llop eu
sâpnl?xne seJluluêrug1ddns sllp?JosâpJeuuoq'lrnpordnp lgoc np te grqenb
el ep ob ç1 erpua8ueuorldecuoce1enb zessusreuef suoralgdgrâu snoN
'lutod nu âsrtu ep suollsslJlpotusel Jenurulp ep 'uoqdecuoc
'uloseq ne lrnpord a1 reldepu xnâIlu
sl âp luâruotu ne JâIIqnoueIJ eu âp
'euo89lecus ep
ep 'uroseqel Jluggp xnerruap leruradellâuuollJuoJes,(1eue.1
âlgtep uololedel suup1ue5e1d el êllâuuollruo;9t1pnbâp nee^Iuun lmpo;d nu
êuuop TDSneqxâêJQIJEJEc q 'anbrpoqtêI[ elleuuollcuoges,(1eue eun eJrug
uolsnlJuoJ
çLI
176 PRATIQI,'EDEL' ANALYSEFONCTTONNELLE

nÉsutvtÉ
IJanalyse fonctionnelle permet d'obtenir :
1. la connaissancepécise des besoinsà satisfaire,
2. la clarification des objectifs techniquesetéconomiques,
3. la synergiedu travail de groupe,
4. le développementdu potentiel personnel,
5. I'utilisation d'un langagecotnmtm,
6. la combinaison de la rigueur et de la céativité,
7. I'emploi de m&hodes de raisonnementspécifiques,
8. le suivi d'un chemin balisé conduisantau résultat attendu,
9. le dépouillement des habitudeset du confort des solutions connues,
10. la création d'un état d'esprit valorisant,
11. la chasseà I'inutile et au superflu,
12. I'assurancedelaqualitéenconception, .
13. la prise des décisionsen connaissancede cause,
14. l'accroissementde la compétitivité desproduits,
15. la satisfaction des clients et la rentabilité des progrannes.
@
o
'ft-t|t6-9z\-26Nssr) r
'seuuâ?doJnâ
666 c
sglneunururoJ
sepuorssrururoJ anp\ -
ruauaSouua
looqpuDq o
'2002 r
as,(.1ouo
'< Jro^es > 'IIoJ Iou;17'a1lauuorlcuo{
V auot t6sn?A'u?urssul 'U - J
o
o
'1002'( rro^€s > 'llor louJv
V ô
€o
o
'JnalD^o1tod pawaSououtal Ja^opfotd un alrnpuoJ'a8uuuaplBed'J -
o
)
'€66I 'lelcrJJo 'scryqndsVt4cttwsal suop l
letunof ilt^ult?dutoc n a77au
-uoltcuotas{1ouy'gllenb ul ep uoqJrulsuoJpl rnod uoqeurproocâp adnorg -
'V661'<< 'f - o.
an| > '1oc 'dnd "pg o1
eE'rnalo^ ap asK1ouy,T'llluqJe'I o
i ef-sres o
@
't66I 'suonlpg senpede3 'rnalo^ o7ap asK1ouyp 'I
Unpotd lârIlB^âqJ - l
'1002'rouJv
'puuotlcuo{sa8torlcsapJalqDJnp uottDroqDpJ aply'serqrssnog'S-'f -
?
'066I 'uon€sge8rg,p
suonrpll 'anbuouttotuluotlocrlddoaun,psa&nqJsapranlD) a'I'pmug1g'J -
'966I louJv 'rnalD^o1ap as[1ouyp
t4catqotAor D
uotldatuoS: stAorap asulow oTtod gta1l1t7dwo3aI'LyJV'tnlleg 'S -
'2002'<<Jro^es > louJv 'rnalo^n7ap as,Qouy,?'lâlnog'J 'nerlpg 'f -
V IIoJ
'986I 'JP^uV'uo\q^ouu\,l ap apoLlt?ut'rnalD^ 'Je^uv -
o7ap as,(.\ouy,7
'1661louJv
'sailnossat-tmpotd-utosaq
alruoJuala7'uogdacuoc ua Vil1onfi6VdV -
'8661'rouJv
'ellouuoucuoJâqcæur?pEI âp uonpcrlddy'utosaqal nwudxg nVgV -
ilHdvu00n8t8
DETENTREPRISE
FONCTIONS PERFORMANCE
INDUSTRIELLE

SériePerformancei ndustrielle MARKETINC


COMMUNICATION

ANIMATION
DESHOMMES. RH

VENTE
DISTRIBUTION

CESTION
FINANCE
RobertTassinari DIRECTION
CONSEIL

DETANALYSE
PRATIQUE
FONCTIONNELLE 3" édition

Mettre au point un produit ou un service parfaitement adapté R O B E RTTA S S I N A R I


aux besoinsde l'utilisateur est une des fonctions majeuresde
l ' e n t r e p r i s e .L a c o n c e p t i o n d u p r o d u i t d o i t d o n c s u i v r e u n e
méthodologierigoureuse: cellede l'Analysefonctionnelle.Celle-
ci permetde rechercherd'une façon exhaustivetouteslesfonctions
que le produitdoit satisfaire, qu'il s'agisse d'objets,de techniques,
de processus administratifs ou de services.
Cet ouvragedécrit lesméthodeslesplus performanteset novatrices
dans lesdomainesdu managementde la conceptionde produits
et de la recherchede la qualité ; il les illustrepar de nombreux
exemples. I n g é n i e uirl,e s t
a c t u e l l e m e cnot n s u l t a n t
Pourrépondreaux exigencesdes marchés,ceftetroisièmeédition, et enseignantll a été
complétéeet actualisée,précisele rôle de l'analysefonctionnelle notammentchargéde la
d a n s l e m a n a g e m e n td e p r o j e t e t d é c r i t s e s d i v e r s c h a m p s maîtrisedescoûtsà
l'Aérospatialell est
d'application,complétésdanslesdomainessuivants: spécifications
membrefondateuret
t e c h n i q u e sd e b e s o i n ,p r o c e s s u sa d m i n i s t r a t i f e
st techniques, ancienprésidentde
lancementet dépouillementd'un appel d'offres,reengineering, l'association française
innovation,outils informatiques,ingénierieconcouranteet value p o u rl ' a n a l y sdee l a
valeur (AFAV).
manaSement.
Synthétiqueet complet,ce livre répondraaux besoinsde tous ceux
qui ont la responsabilité de concevoirdes produits: responsables
du marketing,chefs de produits, maîtresd'ouvrages,architectes,
ingénieurset techniciensde bureauxd'étudeset de méthodes,
designers, responsables de la qualitéou de projetsinformatiques.

,il[IXl|[Jililtl|]|]tl
t s B N 2 1 0 0 0 5 3 3 88 http://www.dunod.com

Centres d'intérêt liés