Vous êtes sur la page 1sur 7

Droit Fiscal

Semestre 4

Classification des impôts

Classification administrative (traditionnelle):

-impôt direct: concernant directement des éléments constants ou répétitif durables (revenu de toute une période. -impôt indirects: touchent des faits juridique ou économique intermittent émanant des contribuables (dépenses)

Classification économique (moderne) - impôt sur le revenu: touchent des sommes perçus par des personnes physiques ou morales pendant une période (une année). -impôt sur la dépense : impôt sur l'utilisation du revenu. -impôt sur le capital: portent sur des éléments du patrimoine: immeubles. Fortuné. Valeurs immobilières.

Impôt réel/impôt personnel: l'impôt réel est un impôt qui atteint un bien abstraction faite de la situation personnelle de son détenteur (tva). L'impôt personnel est par contre conséquence prendre en compte la situation financière et sociale du contribuable (cas de l'IR).

-l'impôt proportionnel/ impôt progressif: l'impôt proportionnel est un impôt dont le taux est constant proportionnel quelle que soit l'importance de la matière imposable (cas de l'IS). En revanche. L'impôt progressif est un impôt caractérisé par plusieurs taux qui augmente avec l'importance de la base imposable (cas de l'IR).

Les objectifs de la fiscalité : objectif financier: la collecte des ressources financière pour assurer le financement des services publiques - objectif économique: l'impôt constitue un instrument privilégie de politique économique qui permet d'orienter l'activité économique selon les objectifs du pvr pub - objectifs social: l'outil fiscal est utilisé pour permettre de redistribuer les revenus des agents économiques de manière à réduire les inégalités sociales.

-Le contribuable : est un acteur à double titre : il participe à la gestion active du système fiscal car lui- même déclare les impôts, c’est un acteur obligé en vertu de la loi. La plupart des taxes sont basées sur le caractère déclaratif. (ex : salarié : ne déclare pas ses revenus, c’est son patron qui le fait).

-Fraude fiscale (comportement illégal) : le droit fiscal ne définit pas la fraude fiscale. Tout comportement commit par le contribuable et qualifier par la législation fiscale comme infraction est considérée comme fraude (ex : vente répétitive sans facture ; le commerçant qui vend sans donner des facture peut ne pas déclarer ses revenues car il n’y a aucune pièce justificative). La sanction pénale de la fraude fiscale et de 1 mois à 3 mois. Mais dans les pays démocratiques, la sanction est très sévère.

-les causes évoqués pour exprimer la fraude fiscale :- cause éco : il faut démineur le prélèvement obligatoire par l’Etat car cette hausse peut diminuer les gains de l’Ese ; l’importance du secteur informel qui ne respect aucune législation et qui offre à une large partie du peuple la possibilité de survivre. cause juridiques : l’absence d’un arsenal juridique ou la non application des dispositions pénales pour sanctionner le non respect de la législation. -les indicateurs de la fraude : Pratique : le contrôle d’une Sté qui a réalisée des gains de 30 Millions Dh, le revenu déclaré est 1 Million Dh, alors que l’impôt à payer est 9 Millions Dh. L’adm fiscal constate qu’il y a une fraude.

-l’administration fiscale regroupe 3 adm : direction générale des impôts ; administration des douanes et impôts indirects ; la trésorerie générale.

Ses fonctions sont : les assiettes ; le calcul de l’impôt ou la détermination d’un montant exacte de la dette fiscale ; le recouvrement (fonction d’encaissement c'est-à-dire des gents payent leurs impôts ; fonction de recouvrement forcé c'est-à-dire certains ne déclarent pas tout l’impôt ou ne veulent pas les payer) ; le contrôle (contrôler que le contribuable respect ses contributions)

Les techniques juridiques de l’impôt :

1)- l’assiette : assoir l’impôt c’est déterminer les bases imposables, elle apparait comme le fait générateur de l’impôt. C’est l’événement qui donne naissance à l’obligation fiscale (ex : achat de maison), il faut déterminer la valeur de chaque assiette par l’évaluation direct du contribuable. 2)- la liquidation : liquider l’impôt consiste à calculer le montant exact de la dette fiscale : Taux (pourcentage appliquer dans le calcul de l’impôt) ; Taux proportionnel (taux ne change pas avec la valeur) ; taux progressif (taux se change en fonction de l’assiette. Ex : IR) 3)- recouvrement de l’impôt : paiement de l’impôt. Ensemble des opérations et des actions entreprises pour obtenir du contribuable le paiement de l’impôt. (IR : la technique de la retenue à la source, pour les salariés c’est prélever les impôts avant de leur donner leur salaires le recouvrement par voix de rôle, c’est recevoir des impôts d’imposition)

IR

Définition : 3 ème impôt important dans le système fiscal du Maroc. Est un impôt qui s'applique aux revenus et profits des personnes physiques et des personnes morales ( Sté en nom collectif, Sté des personnes, Sté en commandite simple), le législateur a laisser le choix d’opter IS et non pas IR pour ses Stés. Dans la Sté en nom collectif, l’IR est imposé à l’associé principal. Exonération : les agents diplomatiques ne sont pas imposés aux sources étrangères.

-les revenus salariaux : Revenus salariaux: les traitements, les salaires, les indemnités et émoluments, les pensions, les rentes viagères, également les avantages en argents ou en nature accordés en sus des revenus précités. -les revenus professionnels : 1- les bénéfices réalisés par les personnes physiques et les stés provenant de l'exercice: A) d’une profession commerciale, industrielle ou artisanale. B) d'une profession de promoteur immobilier, de lotisseur de terrain ou de marchand de biens. C) d/une profession libérale ou de toute profession autre. 2- les revenus ayant un caractère répétitif. 3- les pdts bruts énumérés en art 15 du code gêné des impôts.

-Revenus fonciers : son considérés comme revenus fonciers lorsqu’ils n’entrent pas dans les catégories des revenus professionnels : les revenus provenant de la location (d’immeuble bâtis et non bâtis et des constructions de toute nature) ; sous réserve des exclusions prévues par la loi, la valeur locative des immeubles par les propriétaires desdits bien ; les indemnités d’éviction versées aux occupants des bien immeubles par les propriétaires desdits bien , la vente d’immeubles ou de droit réels immobiliers. Valeur imposable : application d’un abattement de 40% sur le montant de revenu foncier brut.

-Revenus et profits des capitaux mobiliers : -Revenus mobiliers a la valeur fixe (les obligations : sont des titres représentatifs des dettes) ; Revenus mobiliers a la valeur variable ; Profits des capitaux (profits réalisés lors de la cession d’un bien immobilier).

-les revenus agricoles : sont exonérés de l’IR jusqu'au 31/12/2013 (LF 2009).

-Système fiscal au Maroc : c’est un système déclaratif, la Sté déclare ses profits, l’Etat doit contrôler les

calculs faites par la Sté.

(Voir Tableau dernier)

Minimum d'imposition: l'IR ne doit pas être inférieur à une cotisation minimal pour les titulaires de revenus professionnels soumis au RNR ou RNS.

IS

Définition : s’applique obligatoirement aux revenus et profits des Stés de capitaux, des établissements publics et autres personnes morales qui réalisent des opérations lucratives et sur option irrévocable aux Stés des personnes.

Territorialité de IS: les sté qu'elles aient ou non un siège au Maroc sont imposables à l'impôt sur les sté à raison de l'ensemble des pdts, bénéfices et revenus se rapportant aux biens qu'elles possèdent, à l'activité qu'elles exercent et aux opérations lucratives qu'elles réalisent au Maroc, même à titre occasionnels.

-exonérations permanente: les assoc sans but lucratif et les organismes légalement assimilés- les coopératives et leurs unions dont leur CA annuel est inférieur à 5 millions Dh hors TVA.

-exonération totale pendant 5ans suivie de l'imposition permanente aux taux de 17,5%: les Ese exportatrices de pdt pu service pour la partie du CA à l'export réalisé en devises - les établissements hôteliers pour la partie de la base imposable correspondant à leur CA réalisé en devise.

-exonération suivies de l'imposition temporaire au taux réduit : les sté installées dans les zones franches d'exportation bénéficient : exonération totale durant les 5 premiers exercices consécutifs à compter de la date du début de leur exploitation - imposition aux taux de 8,75% pour les 20 exercices consécutifs suivants.

-exonérations temporaires : les revenus agricoles jusqu'au 31 décembre 2013 - les titulaires de concession d'exploitation de gisements d'hydrocarbures bénéficient d'une exonération totale de l'impôt sur les stés pendant une période de 10 ans.

-statut fiscal des stés installées dans la province de Tanger: application d'un taux réduit de 17,50% au titre des exercices ouverts durant la période allant du 1èr janvier 2008 au 31 décembre 2010 - au delà de cette période, le taux de 17,50% précité sera majoré de 2,5 points par an jusqu'au 31 décembre 2015, ainsi le taux normal de 30% prévu à l'art 19-I-A du CGI sera appliquer aux exercices ouverts à compter du 1èr janvier 2016.

-détermination de la base imposable: en vertu des dispositions de l'art 8-I du CGI, le résultat fiscal de chaque exercice est déterminer d'après l'excédent des pdts sur les charges de l'exercice engagées ou supportées pour les besoins de l'activité imposable modifié le cas échéant conformément à la législation et à la réglementation fiscale en vigueur -les rectifications portent à la fois sur les charges et sur les pdts. C'est ainsi que certaines charges sont réintégrées au résultat net comptable parce qu’elles sont fiscalement imposables

Résultats fiscal = résultat comptable + réintégration (charges nn déductibles fiscalement) - déduction (pdts nn imposables).

IS = Résultat fiscal X Taux (30%)

- les pdts imposables: sont classés en pdts d'exploitation - pdt financiers - pdt nn courant.

- pdt d'exploitations: les chiffres d'affaires constitués par la valeur des marchandises et des pdts fournis par Ese - la variation des stocks des pdts - les immobilisations produites par l'Ese pour elle même - les subventions d'exploitation - les autres pdts d'exploitation.

- les charges déductibles: pour que les charges soient déductibles fiscalement, il faut remplir les conditions

suivantes: elles doivent se rattacher à l'exploitation et être exposées dans l'intérêt de l'Ese - doivent affecter le résultat de l'ex au cours duquel elles ont été engagées - doivent correspondre à une charge effective et

être appuyées de pièces justificatives - les charges doivent être constaté à la comptabilité - les charges doivent se traduire par une diminution de l'actif net.

Liquidation de IS :

-taux de IS: taux normal de droit commun 30% - taux spécifique 37% pour: établissements de crédit et organismes assimilés, Bank al Maghreb, la caisse de dépôt et de gestion, les stés d'assurance - 8.75% aux

stés exercent dans les zones franches d'exportation durant les 20 exercices consécutif - 15% en faveur des stés réalisant un CA inférieur ou égal à 3000000 dh HT - 17,5% applicables dans certaines provinces

(tanger) ou à certains activités (artisanat

)

Paiement de l’IS : Les acomptes : l’Etat exige aux Stés de payer l’IS même son calcul, en se basant sur le résultat de l’exercice précédent, sous formes 4 acomptes.

Exemple : résultat fiscal d’une Ese au titre de l’exercice 2008 est 200.00. IS relatif à l’exercice 2008 : 200.00 X 30% = 60.000 DH

Les acomptes à verser au titre de l’exercice de 2009 :

- avant le 01/04/2009 >>>> 25% X 60.00 = 15000

- avant le 01/07/2009 >>>> 25% X 60.00 = 15000

- avant le 01/10/2009 >>>> 25% X 60.00 = 15000

- avant le 01/01/2010 >>>> 25% X 60.00 = 15000

Ese a réalisée au titre de l’exercice 2009 un bénéfice de 300.000 Dh IS au titre de l’exercice 2009 est 300.000 X 30% = 90.000Dh L’entreprise doit verser au 31/03/2010 un complètement d’impôt (relatif à l’exercice de 2009) d’un montant de 30.00 = 90.000 60.000 (4X15.000)

Exercice : SARL à Zone Franche de Tanger depuis 2004, réalise en 2011 : CA (2.700.000) RF (500.000) RF (ex 2009 : 300.000). Procéder la liquidation de l’IS au titre de l’exercice 2010. IS Ex 2009 : 300.000 X 8.75% = 26.250 Les acomptes à verser : 26.250 / 4 = 6562.5 (voir haut les dates) Impôt au titre de 2010 : 500.000 X 8.75% = 43.750 Régularisation de l’Ex 2010 : 43.750 26.250 = 17.500 soit un reliquat à payer avant le 01/04/2011

Cotisation minimal : Est un minimum d’impôt que les Stés doivent payer quelque soit le résultat fiscal, même en cas de déficit. La base de la cotisation minimal est égale à la somme des pdts suivants : CA net HT ; pdts accessoires ; pdts financiers ; subventions. -le calcul : Base X Taux Le taux normal de la cotisation minimal est de 0.5% Le taux réduit 0.25% en faveur des stés de distribution des pdts pétroliers, la farine, l’huile, le sucre Le montant de CM ne peut être inférieur à 1500 DH Liquidation de l’IS (Cotisation minimal) :

TVA

Définition : Impôt direct qui frappe la valeur ajouté dégagé par un pdt. S’applique aux activités industrielles, artisanales, commerciales, aux professions libérales, ainsi qu'aux opérations d'importation.

-opérations obligatoirement imposables: les opérations portant sur les biens meubles (pdts, marchandises)

; les opérations portant sur les bien immeubles (travaux immobiliers) ; les livraisons à soi même sur biens

meubles et immeubles ; les prestations de services (banque, profession libérales

détaillants sont obligatoirement imposables lorsque le CA réalisé au cours dd l'année est supérieur ou égal à 2.000.000 Dh.

). Les commerçants

-Territorialité de TVA: la taxe sur la valeur ajoutée s'applique aux opérations réalisées à l'intérieur du territoire du royaume compris entre les frontières terrestres et dans les eaux territoriales - les opérations est réputée faite au Maroc: s'il s'agit d'une vente lorsque celle ci est réalisée aux conditions de livraison de la marchandise au Maroc ; s'il s'agit de toute autre opération lorsque la prestation fournie, le service rendu, le droit cédé ou l'objet loué sont exploités ou utilisés au Maroc.

-exonérations avec droit à déduction : les pdts livrés et prestations de services rendues à l'exportation - les marchandises placées sous les régimes suspensif en douane - le matériel agricole (bien d'équipement et pdts phytosanitaires) - les opérations portant sur les bâtiments de mer - les biens d'investissement acquis par les assujettis pouf une durée de 24 mois à compter de la date de leur début d'activité - les opérations de transport international.

-règle de l'assiette: le montant de l'impôt à verser par un assujetti est déterminer à partir de règle bien précises: le fait générateur de l’impôt, la détermination de la base imposable, les taux applicables, les déductions autorisés, le paiement, déclaration. 1)- le fait générateur de l'impôt: est l'événement qui donne naissance à la dette du redevable envers le trésor. Autrement dit, c'est le moment d'exigibilité de cet impôt. Pour la taxe sur la valeur ajoutée, le fait générateur est constitué par l'encaissement total ou partiel du prix des marchandises, des travaux ou des services. Toutefois, les redevables sont autorisés à acquitter la taxe d'après le débit, lequel coïncide avec la facturation ou l'inscription en comptabilité de la créance.

La base imposable: est constituée par tout ce que l'assujetti encaisse ou reçoit en contrepartie de l'opération imposable. Le CA imposable comprend le prix des marchandises, des travaux ou des services et les recettes accessoires qui s'y rapportent, ainsi que les frais, droits et taxes y afférents à l'exception de la TVA.

Le CA est constitué pour: pout les opérations de promotion immobilière, par le prix de cession de l'ouvrage, diminué du prix de terrain actualisé par référence aux coefficients afférents aux profits immobiliers pour les opérations de lotissement par le cout des travaux d'aménagement et viabilisation - pour les opérations d'échange ou de livraison à soi même par le moment de la réalisation des opérations - pour les opérations réalisées par les banques, par le montant des intérêts escomptes a griot et autres pdts.

-Déduction: l'imposition à la taxe sur la valeur ajoutée repose sur le mécanisme dit des paiements fractionnés. C'est à dire que le redevable légal de taxe collectée à la vente et celle ayant grevé les éléments du prix de revient du pdt ou du service qu'il commercialise.

-taux de TVA: taux AD VALOREM: a) taux normal de 20% - b) taux de 14% pour le thé, le beurre, le

transport, l'électricité

d'hôtellerie; ventes de denrées alimentaires ou de boissons à consommer sur place ; huiles alimentaires, riz, pâtes alimentaires.

C) taux de 10% applicable notamment aux: opérations de restauration et

Le paiement de la tva: l'Ese paie la TVA lorsque la taxe qu'elle a collectée est supérieur à la taxe qu'elle est en droit de déduire. Dans le cas contraire, on assiste à un crédit d'impôt imputable ou remboursable en vertu du CGI. TVA à payer = TVA collectée - TVA déductible

-La déclaration et le paiement de la TVA s'effectue périodiquement au receveur de l'administration fiscale.

1) mensuelle: pour les redevables dont le CA taxable atteint ou dépasse 1.000.000Dh ; pour toute personne n'ayant pas d'établissement stable au Maroc et y effectuant des opérations imposables. ; a compter de 1er janvier 2011, les contribuables imposés sous ce régime doivent déposer avant le 20 de chaque mois auprès du receveur de l'adm fiscale, la déclaration de CA réalisé au cours du mois précédent et verser en même temps la taxe correspondante.

2) trimestrielle: les redevable dont le CA taxable réalisé est inférieur à 1.000.000 dh ; les redevables effectuant des opérations occasionnelles ; les nouveaux redevables pour la période de l'année civile en cours ; a compter de 1 er janvier 2011, les contribuables imposés sous ce régime doivent déposer avant le

20 du premier mois de chaque trimestre auprès de receveur de l'adm fiscale, la déclaration de CA réalisé

au cours du trimestre écoulé et verser, en même temps la taxe correspondante.

-télé déclaration et télépaiement: les contribuables peuvent souscrire auprès de l’adm fiscale par procédés électroniques, les déclarations et les versements prévus par la loi. Toutefois, sont tenues de souscrire leur déclarations par procédés électroniques :- à compter du 1èr Janvier 2010, les Ese dont le CA est égale ou supérieur à 100 Millions Dh HT à compter du 1èr Janvier 2011 les Ese dont le CA égal ou supérieur à

50 Millions Dh.

Taxe sur la valeur ajoutée : TVA : La taxe sur la valeur ajoutée - appelée communément la TVA - est un impôt indirect et un impôt réel. Un impôt indirect parce qu'il n’appréhende le revenu qu’au moment où il est dépensé, et non lorsqu’il est acquis (cas de l’impôt direct).

Un impôt réel du fait de la matérialité de l’opération. Il ne tenant compte ni de la situation, ni de la qualité de la personne effectuant ladite opération (contrairement à l’impôt personnel).

Exonération : Une exonération est une dispense de paiement d'impôt, de taxe ou de droit. Cette exonération est soumise à certaines conditions définies dans le cadre de la loi. Sur le plan fiscal, certaines mesures d'incitation, contenues dans le cadre des lois de finances, se traduisent par des exonérations dans tel ou tel secteur (tels : le secteur touristique, le secteur industriel, le secteur de

l'immobilier

ménages dont le revenu imposable n'atteint pas 30.000DH est exonéré de l'impôt sur le revenu. Domicile fiscal

).

Un autre motif d'exonération est celui de la faiblesse des revenus des ménages. Ainsi les

C'est le lieu de résidence du contribuable qui va déterminer son assujettissement aux règles fiscales. C'est son adresse d'imposition. Sur le plan fiscal, une personne physique a son domicile fiscal au Maroc lorsqu'elle a au Maroc son foyer d'habitation permanent, le centre de ses intérêts économiques ou lorsque la durée continue ou discontinue de ses séjours au Maroc dépasse 183 jours pour toute période de 365 jours.

Assiette de l'impôt :L'assiette fiscale est le montant servant de base au calcul d'un impôt ou d'une taxe. Le montant de l'impôt est obtenu en multipliant l'assiette par un taux. Ainsi, pour l'assiette de l'impôt sur le revenu (I.R) l'assiette est constituée des revenus imposables (tels que : les revenus locatifs, les revenus salariaux, les revenus de capitaux mobiliers, des revenus agricoles) et des bénéfices imposables (revenus professionnels).

Concernant l'impôt sur les sociétés (I.S), son assiette est en général constitué par les bénéfices. Pour la taxe sur la valeur ajoutée l'administration fiscale utilise la valeur ajoutée comme assiette de l'impôt.

Amortissement : Montant déductible du revenu imposable, accepté par le fisc, en compensation de la perte probable de valeur du bien qui a produit le revenu en cause. EXEMPLE : les revenus provenant de la location de biens d’équipement sont imposables selon le régime des BIC, après déduction des frais et amortissements autorisés.

Abattement : Parfois qualifié d’exonération partielle ou de déduction, plus rarement de réfaction. Consiste généralement à diminuer forfaitairement l’assiette (ou base d’imposition) de l’impôt. EXEMPLE : les traitements et salaires sont imposables à l’IR après abattement de 10 % pour frais professionnels.

Liquidation : en matière de dépenses publiques, opération postérieur à l'engagement consistant à calculer le montant exact d'une charge à payer, près avoir éventuellement vérifié la réalité de la prestation qui devait être fournis à la personne publiques. En matière de recette, la liquidation d'une créance consiste de même dans la détermination du montant de la somme à recevoir.

MED BENAYAD