Vous êtes sur la page 1sur 6

Chapitre 5 – MACHINE A COURANT CONTINU

I - COUPE TRANSVERSALE D’UNE MACHINE A COURANT CONTINU

L’ensemble de la partie fixe constitue le stator

Conducteur d’une spire vue en coupe Culasse Cornes 1 balai polaires I a Collecteur U
Conducteur d’une spire vue en
coupe
Culasse
Cornes
1
balai
polaires
I
a
Collecteur
U
(2 demi-
b
bagues)
2
j
V
Bobinage
Socle
Inducteur

L’ensemble de la partie mobile constitue le rotor

Dans une machine à courant continu, le stator supporte le bobinage inducteur créant le champ magnétique dans la machine.

Le rotor supporte un bobinage qui est le siège de phénomènes d’induction électromagnétique, on l’appelle donc également l’induit.

V. Chollet - CoursMCC-04.doc - 12/01/2009

Page 1 sur

II - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT EN MOTEUR N 1 F B I Alim extérieure de
II - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT EN MOTEUR
N
1
F
B
I
Alim extérieure
de forte puissance
a
U
b
2
Alim extérieure
S
j
V
2 I Alim extérieure de forte puissance a U b 1 Alim extérieure j V
2
I
Alim extérieure
de forte puissance
a
U
b
1
Alim extérieure
j
V

Les conducteurs de l’induit placés dans un champ magnétique sont soumis à une force de Laplace engendrant la rotation du rotor. On dispose ainsi d’un couple moteur utile sur l’arbre du moteur. Les conducteurs de l’induit en rotation coupent le flux, il apparaît donc à leurs extrémités une fem induite s’opposant par ses effets à la cause qui lui donne naissance : la fem induite a donc un sens qui tend à diminuer le courant I

V. Chollet - CoursMCC-04.doc - 12/01/2009

Page 2 sur

III - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT EN GENERATRICE

1 Fr B tension a obtenue U b 2 Alim extérieure j V
1
Fr
B
tension
a
obtenue
U
b
2
Alim extérieure
j
V
2 I a tension obtenue U b 1 Alim extérieure j V
2
I
a
tension
obtenue
U
b
1
Alim extérieure
j
V

Les conducteurs de l’induit sont entraînés dans une rotation par un dispositif extérieur. Chaque conducteur coupe le flux magnétique. Il apparaît donc à ses bornes une fem induite. Entre les deux bornes de l’induit, on obtient donc une tension U égale à la fem induite totale (somme des fem de chaque conducteur) diminuée des chutes de tension dans la résistance de ce bobinage. La fem tend par ses effets à s’opposer à la cause qui lui donne naissance : lorsque le circuit rotorique est fermé, le courant induit I qui circule provoque l’apparition de force de Laplace sur les conducteurs de l’induits qui tendent à s’opposer à la rotation : un couple résistant d’autant plus intense que I est grand apparaît donc.

V. Chollet - CoursMCC-04.doc - 12/01/2009

Page 3 sur

IV

– SCHEMA ELECTRIQUE EQUIVALENT

MOTEUR

Inducteur

induit

V

j I R r L U l V = rj + l dj/dt U =
j
I
R
r
L
U
l
V
= rj + l dj/dt
U
= E + RI + L dI/dt

E

V

DYNAMO

Inducteur

induit

j

l dj/dt U = E + RI + L dI/dt E V DYNAMO Inducteur induit j

r

l

E

I R L U
I
R
L
U

V = rj + l dj/dt

U = E - RI + L dI/dt

V - BILAN DES PUISSANCES MISES EN JEU (moteur) UI Puissance électromagnétique P u puissance
V - BILAN DES PUISSANCES MISES EN JEU (moteur)
UI
Puissance
électromagnétique
P u puissance
mécanique utile
EI
Vj
pertes
pertes
fer
mécanique
rj 2
RI 2

VI – FEM INDUITE

La fem induite dans une machine à courant continu est proportionnelle :

- au flux inducteur

- à la vitesse de rotation

Le flux inducteur est lui-même proportionnel au courant inducteur si l’on néglige la saturation des matériaux ferromagnétiques : φ = k’j

On écrira donc E = k φ Ω = k k’ j =>

E =

K j

V. Chollet - CoursMCC-04.doc - 12/01/2009

Page 4 sur

VII – EQUATIONS MECANIQUES (moteur)

Couple électromagnétique : C = EI /

Couple de pertes : C p = p mec /

+

Equation Mécanique :

p fer /

La somme des moments des couples par rapport à l’axe de rotation est égale au produit du moment d’inertie par rapport à ce même axe par l’accélération angulaire.

EI/- Cp = J d/dt

VIII – COURBES CARACTERISTIQUES (moteur)

1°/ Excitation Séparée Ω Ω = [ U – RI ] / (Kj) Iv I
1°/ Excitation Séparée
Ω = [ U – RI ] /
(Kj)
Iv
I

Attention au démarrage : E = 0 => Id = U/R >> I nominale => démarrer progressivement.

C u I
C u
I

C u = C - C p

C = E I /

E

La constante K c est appelée coefficient de

couple.

= Kj

=>

C = Kj I

<=> C = K c I

C u Ω
C u

C = K c I

et

I = (U – E ) / R

Donc

C = K c ( U – K c ) /R

V. Chollet - CoursMCC-04.doc - 12/01/2009

Page 5 sur

2°/ Excitation Série

Ω I
I

= ( U – RI ) / KI = U / KI - R/K => hyperbolle.

Attention au démarrage : E = 0 => Id = U/R >> I nominale => démarrer progressivement.

C u I
C
u
I
C L u Ω
C
L
u

C

= EI /

E

= KI

Donc C = K I 2 => parabolle

Déduite des courbes précédentes, On retient que C u varie à peu près en 1/

Attention : Emballement à vide, ne pas découpler une moteur série de sa charge mécanique

Le moteur série est autorégulateur de puissance : quand T u augmente, la vitesse diminue de telle sorte que P u = T u reste constante.

V. Chollet - CoursMCC-04.doc - 12/01/2009

Page 6 sur