LES PLASMIDES : STRUCTURE ,FONCTIONS ET METHODES D’ETUDE

PLAN : I. II. Introduction Structure et organisation des plasmides 1. Structure 2. Organisation A. Elements obligatoires B. Elements facultatifs Fonctions et types de plasmides Classification des plasmides 1. Taille et phénotype 2. Taille , conjugatife ou non , phénotype 3. INC 4. Type pilaire Physiologie des plasmides 1. Replication a. Theta b. En cercles roulants 2. Fonctions de l region OriV Méthodes d’etude des plasmides 1. Méthodes génétiques A. Transferts génétiques B. Cure plasmidique 2. Méthodes physiques a. Extraction et purification b. Revelation - Electrophorese - Hybridation Conclusion

III. IV.

V.

VI.

VII. VIII.

Elements génétiques mobiles (tn . En microbiologie médicale les plasmides . STRUCTURE ET ORGANISATION DES PLASMIDES : 1. II. La taille est variable et va de 1 a plus de 400 kb 2. on trouve des variants circulaires relâchés avec un brun coupé ou une forme linéaire avec deux bruns coupés. Element obligatoire : representé par la zone de réplication b. circulaire fermé super-enroulé . Structure Les plasmides sont des molécules d’ADN extrachromosomique le plus souvent . is) ou non (integrons) Divers génes : R aux ATB . métabolisme … III. la forme la plus répondu est un ADN double brun . Elements facultatifs : Région de transfert (Operon tra) déterminant des Plasmides conjugatifs ou région mob déterminant des plasmides mobilisables. INTRODUCTION : les plasmides sont des fragments d’adn extrachromosomiques acultatifs pour la bacterie mais lui permettent une adaptation rapide en réponse des chngements environnementaux.I. FONCTIONS ET DIFFERENT TYPES DE PLASMIDES : . par leurs propriétés de transfert et de plasticité posent un grave probleme car ils sont le support de multirésistance aux antibiotiques et de dissémination dans le monde bacterien. ORGANISATION : elle est variable et flexible en fonction du plasmide considéré One répartit les éléments du plasmide en : a.

3. Plasmide métabolique : permettent l’utilisation de certains nutriments ex : citrate .Plasmides de virulence : codent pour divers facteurs de virulence qui permettent la transformation de la bacterie en pathogne ex : pili . urée …) 2. mais trouvent toute leur importance dans des situation ou une adaptation a des changement relativement rapides de l’environnement de la bactérie s’impose. Résistance aux antibiotiques Chaines métaboliques particulières supplémentaires Facteurs de virulence Production de bactériocines… Ceci conduit a 5 types de plasmides : 1. Phénotype : peu de valeur car ne tient pas compte de la plasticité des plasmides. AA soufrés . Plasmides de résistance : codent globalement pour des facteurs de résistance dans l’environnement (antibiotiques. Parmi les fonctions apportés par les plasmides : 1. 5. 5.Les plasmides sont des éléments facultatifs a la survie bactérienne. Plasmides de fertilité : permettant les transferts génétiques. 4. Plasmides bacteriocinogenes : codant pour des antibiotiques tuant les autres bactéries. toxines … VI. poisons …) 4. CLASSIFICATION DES PLASMIDES : 1. Taille . Les transferts génétiques : La conjugaison CF partie amira    2. nombre de copies et phénotype : on distingue : . Taille . 3. 2.

ce meme mécanisme est retrouvé lors du transfert par conjugaison sauf que la cassure a lieu au niveau de la région OriT . Les gros plasmides conjugatifs en nombre de copies limité dont la replication est rigoureusement contrôlée. ou deux dans la bidirectionnelle vont ce déplacer le long de la molécule d’ADN pour ce rencontrer respectivement au niveau de la region OriV ou au niveau du site de terminaison B. V. il existe 2 types de replication plasmidique : A. Grace au systéme de partage (operon Par) chaque plasmide . l’extrémité 3’ servira d’amorce a la réplication quand a l’autre brun il servira de matrice a la synthèse d’ADN. LES GROUPES d’incompatibilité (Inc) 4. Les petits plasmides en grand nombre non conjugatifs pouvant etre mobilisables dont la réplication est relachée b. Mais cette classification est moins sensible que les Inc. une fourche de replication dans l‘unidirectionnelle . . 3. le brun transféré dans la cellule réceptrice et celui restant dans la cellule donatrice vont etre répliqués A la fin de la réplication on assiste a la formation de polyméres de plasmides au niveau du site de termnaison (concatemeres) qui subissent une résolution via une recombinaison specifique .a. L’operon Par code pour des proteines réalisant par polymerisation un filament portant a chaque bout un plasmide qu’il lie par sa région OriV. a partir d’une amorce d’ARN synthétisée au niveau de la region OriV . La réplication en cercle roulant : dans ce cas la réplication a lieu après cassure d’un brun au niveau de la région OriV . Physiologie des plasmides : 1. Plus la polymerisation avance plus les 2 plasmides s’eloignent . La replication type theta : dans ce cas . en particulier les plasmides rigoureux seront distribués dans chaque cellule fille. La replication : elle utilise les enzymes de la bacterie hote . lorsque la cellule ce divise ce filament ce romp liberant le plasmide. Types pilaires : dans ce cas le pili sexuel peut servir de recepteur aux phages il en découle que des plasmides de meme type pilaires sont sensibles au meme phages.

dont une région code pour un ARN II qui lie l’amorce ARN nécessaire a la replication . Méthodes génétiques : 2 principaux méthodes sont . Parmi les systémes de régulation du nombre de copies . et il y aura perte d’un des 2 plasmides .La résolution des polymeres et le systéme de partage empechent la perte des plasmides lors de la division (cure) 2. dans ce cas la les plasmides ont dis « incompatible » et font partie d’un meme groupe « d’incompatibilité ». En effet il est impossible pour certains plasmides de coexister . C. 1. b.. Répartition des plasmides (en particulier des plasmides rigoureux) sur les bactérie filles via le systéme PAR. de maniére stable dans une cellule . Détermination des groupes d’incompatibilité via la régulation des mécanismes de régulation de répartition des plasmides. D. celui-ci dépondra plus au moins des fonctions de sa bactérie hote . FONCTIONS DE LA REGION OriV : cette région joue un role clé dans plusieurs ont processus fonctionnels du plasmide a. on trouve la régulation par l’ARN dans le plasmide ColE1 qui . plus celui-ci est dépendant plus son spectre d’hote sera etroit et vice versa. quand le nombre de copies est elevé l’ARNII en exés lie l’ARNI et la réplication n’a pas lieu entraiant la limitation du nombre de réplicons.METHODES D’ETUDE DES PLASMIDES : Les méthodes peuvent etre réparties en méthodes génétiques et des méthodes physiques. Détérmination du spectre d’hote : en fonction du nombre d’éléments requis pour la réplication et codés par le plasmide . Vi. Régulation du nombre de copies du plasmide dans la cellule : le nombre de copies determines deux groupes : Les plasmides relachés ou en grand nombre de copies Les plasmides rigoureux ou en petit nombre de copies.

la perte du plasmide résulte en la perte de certaines fonctions . CONCLUSION : les plasmids sont des fragments d’and extrachromosomiques ayant des proprieties génétiques unique dont la conaissance est primordiale afin de les utiliser ou de lutter contre . METHODES PHYSIQUES : A. Le surnageant subira ensuite un traitement de purification physique et chimique (lyse alcaline couplée a une ultracentrifugation sur gradient Chlorure de césium ou plus moderne par chromatographie. dans ce cas le marqueur de selection peut etre le plasmide lui-même. EXTRACTION ET PURIFICATION DES PLASMIDES : Les bactéries subissent un traitement détergeant doux. REVELATION : -par électrophorèse conventionnelle sur gel d’agarose sans ou après réstriction (typage plasmidique par RFLP) -Hybridation ADN-ADN (Southern blot) VII. il y aura restoration de la sensibilité de la bacterie a certaines betalactamines. si perdu . suivi d’une centrifugation pour sédimenter le chromosome lourd. B. vie métabolique . résistance a un ATB autre que les marqueurs de selection b. La cure plasmidique : consiste en la perte d’un plasmide par par croissance dans des conditions inhibant specifiquement sa replication. NB : on peut proceder en couplant les 2 méthodes (conjugaison puis cure ) NB : l’association des 2 méthodes donne 2. toxine . Les transferts plasmidiques : consiste en l’acquisition d’un ou plusieurs caractéres phénotypiques suite a une conjugaison entre de bactéries porteuses d’un marqueur de selection chromosomique (ex : résistance a un ATB « Ecoli K12NAL par ex ) ex : hémolyse .a. Ex : un plasmide codant pour une beta-lactamase .