Vous êtes sur la page 1sur 16

Cet article est disponible en ligne à l’adresse : http://www.cairn.info/article.php?

ID_REVUE=RISS&ID_NUMPUBLIE=RISS_173&ID_ARTICLE=RISS_173_0337

Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens » en Afrique de l’Ouest et dans les Caraïbes par Melissa LEACH et James FAIRHEAD
| é r ès | Re vue in t e rn a t ion a l e des sci ences soci a l es 2002/3 - N ° 173
ISSN 3034-3037 | ISBN 2-7492-0044-X | pages 337 à 351

Pour citer cet article : — Leach M. et Fairhead J., Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens » en Afrique de l’Ouest et dans les Caraïbes, R evue int erna t ionale des sciences sociales 2002/3, N° 173, p. 337-351.

Distribution électronique Cairn pour érès. © érès. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

alors qu’en de façon très différente le Guinée la discordance et savoir des profanes et ses l’hétéronomie semblent relations avec la science plus grandes entre les moderne.R. L’analyse des débats publics en matière scienti. ils ont aussi produit remment à ce qui ressort tiques qui lui sont propres. Courier posent à la pratique scienticitoyens ». l’expertise. Misreading the African tiques formulées par les fondements et des préoccuLandscape. celui des experts. le pouvoir. qui ont par ailleurs influencé l’utiliscience produite par les institutions détentrices de sation et les représentations stratégiques de concepts comme ceux d’indigène ou de citoyen. Cette latine et des Caraïbes étudient ou prônent le réduction théorique ne doit cependant pas mas« savoir indigène » et les ethnosciences. 1998) . entre le savoir des profanes et actuel met en évidence deux discours parallèles. où elle codirige des chasseurs ruraux s’oppour la « science des le Groupe Environnement. pensons que ces différences reflètent les difféde l’autre. Comme nous le verrons dans Ils ont mené ensemble des recherches nous permettront d’illustrer la première partie de cet et copublié de nombreuses études sur le ces différences. récemment des études comparatives des débats sur la « science telles que Science and Society : an ethce qui les conduit à présenter nographic approach (à paraître). À la Triarticle.leach@ids.l’opposition entre « savoir indigène » et savoir fique dans les différentes régions du monde scientifique. de l’Asie. les auteurs de travaux sur la « science rents contextes sociaux et institutionnels de la des citoyens » affirment qu’elle résulte d’un science. les débats sur le « savoir indigène » en sont venus à savoirs. où festent souvent leur intérêt l’Université du Sussex. RISS 173/Septembre 2002 .uk. Nous conceptuelles et morales des différents savoirs . La différence électronique : m.entre les divers modes d’affrontement ou d’opposition entre les savoirs. le style direct des cricours se caractérise par des (par exemple.ac. de l’Amérique situation propres à divers acteurs sociaux. chacun des deux dissavoir. ainsi que l’évolution particulière de ces affrontement et d’une compétition directs avec la contextes. ceux qui quer les différences bien réelles qui existent s’occupent des technologies de pointe et des éco. fique et à la politique des entre les deux discours ne James Fairhead est professeur d’anthroparcs nationaux financées pologie à l’École des études africaines réside pas seulement dans et asiatiques de l’Université du Sussex. des citoyens ».ac. tionaux et par les États.Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens » en Afrique de l’Ouest et dans les Caraïbes Melissa Leach et James Fairhead Introduction Les deux discours reposent sur la thèse suivant laquelle tout savoir est un produit social. conformément à ce qu’affirment les souligner la discordance et l’hétéronomie publications sur le « savoir indigène ».de points de vue partiels et de pratiques en cupent de l’Afrique.uk. par des organismes internales termes employés. Email : J. D’un côté. Reframing Deforeschasseurs correspond appapations théoriques et pratation. 1996 .Fairhead@sussex. nomies industrielles avanDeux exemples fournis rescées des pays d’Europe et Melissa Leach est spécialiste d’anthropectivement par les d’Amérique du Nord manipologie sociale et Professorial Fellow à l’Institut d’étude du développement de Caraïbes et l’Afrique. la science et les politiques publiques en Afrique de l’Ouest nité. se réduisant à une multitude Tandis que les analystes et les militants qui s’oc.

de ses thèses sur la « société du risque ». Il faut souligner ici l’importance des travaux de Beck (1992. avec les conceptions et les morales propres aux différentes sociétés. Fischer. Cette tradition s’enracine dans des travaux d’anthropologie sociale remontant au début du XXe siècle. Les travaux des sociologues dans ce domaine sont largement suscités par la crise de légitimité de la science telle qu’elle est perçue dans les pays industriels du Nord. où elles marquent le retour des « théories de haut niveau ». par contrecoup. comme un certain nombre de critiques l’ont montré. ainsi que sur ses principaux concepts. 1995. Irwin et Wynne. dans ce cas. cette domination de la science moderne détourne l’attention des autres savoirs. L’examen critique auquel les publics soumettent désormais les points de vue scientifiques des experts et des institutions détentrices de l’expertise. Pour Beck. Les questions d’ancrage social sont au contraire au centre des débats sur le « savoir indigène » suscités par divers problèmes ruraux en Afrique.338 Melissa Leach et James Fairhead Le « savoir indigène » et la « science des citoyens » font l’objet de discours très différents Le fait que la science ait joué un rôle très différent sous les régimes coloniaux. 1996 . Qui est habilité à faire de certains problèmes et de certains programmes des objets d’étude ou des centres d’intérêt légitimes. porte sur la « science des citoyens » . 1996 . la seconde. Elles examinaient également des cas où des profanes avaient explicitement contesté la science et les opinions scientifiques en effectuant leurs propres recherches et leurs propres expériences (l’« épidémiologie populaire ». 2000). Cependant. en Asie et dans les Caraïbes. le développement d’une attitude de réflexion critique envers les institutions détentrices de l’expertise et les connaissances des experts. Ces études considéraient non seulement les objets et les méthodes de la science. présente surtout dans des pays à faible revenu. une série d’études sociologiques qui ont montré que le public avait. 1995 .. Lash et al. surtout présente en Europe et en Amérique du Nord. et à mener à bien l’étude de ces objets ou l’application de ces programmes ? Ces tâches sont-elles réservées à des spécialistes qui travaillent dans des laboratoires ou qui collaborent à des projets de développement ? Ou bien admettent-elles la participation du public ? Et. Caplan. plutôt que sur la façon dont les savoirs du public se développent dans le cadre de rapports structurels avec les processus et les oppositions. Il en est résulté. quels sont les membres du public qui ont le droit d’y participer ? Selon quelle dynamique les gens ordinaires peuvent-ils s’adresser (et s’opposer) aux experts ? Ces questions occupent désormais une place centrale dans les discussions sur les rapports entre science et société récemment apparues en Europe et en Amérique du Nord. est qualifié par certains auteurs de « science des citoyens » (Irwin. la science crée les problèmes. soit en finançant et en organisant leurs propres enquêtes scientifiques. soulève des questions difficiles sur les rapports du public avec l’expertise scientifique. chez une grande partie du public. mais aussi les instruments d’analyse nécessaires pour les reconnaître et les surmonter : la réflexion critique adopte la terminologie de la science moderne pratiquée par les experts. des connaissances plus fines et plus précises qu’on ne l’avait cru jusque-là. 1992). Cette inquiétude favorise. fascistes et démocratiques. des autres types de science et des autres formes d’organisation sociale qui peuvent exister dans la sphère publique (Wynne. évalue la pollution causée par certains déchets toxiques). l’agriculture ou . à un déficit intellectuel que les établissements publics d’enseignement scientifique avaient pour mission de combler. 2000). soit en formant des groupes de pression pour orienter la recherche vers de nouvelles questions. par exemple. 1996 . 1998). porte sur les ethnosciences et le « savoir indigène ». et entraîne une méfiance croissante à leur égard. Elles ont mis l’accent sur la « science des citoyens » en tant que contre-science. qui examinaient les systèmes de connaissances relatifs à des domaines comme la santé. où il soutient que les publics s’inquiètent toujours davantage de risques qui ne sont plus « extérieurs ». en matière scientifique. beaucoup ont attribué cette crise aux idées fausses du public sur la science. mais aussi ses modes d’institutionnalisation et les différentes façons de la soutenir et de la surveiller (Wynne. à un manque de connaissance. Ce sont précisément ces autres savoirs qui ont fait l’objet de deux traditions de recherche très différentes : la première. mais continuellement produits par les systèmes technologiques industriels et leur gestion. Au début des années quatre-vingt.

1980). Ce qu’on appelle depuis le début des années soixante-dix le « savoir indigène » entretient des relations ambiguës avec la « science occidentale moderne. ce qui les distingue très nettement de la tradition de recherche relative à la « science des citoyens ». il s’enracine dans un ensemble original de concepts et de constructions qui nécessite un cadre d’analyse plus largement ouvert aux com- paraisons (Fairhead. Ils signalent souvent l’absence de points communs entre les concepts des populations rurales et ceux de la science moderne. Certains auteurs l’ont décrit comme un précieux savoir d’appoint qui pourrait trouver place. les ethnies. sous une nouvelle présentation. Renaudeau/Hoa-Qui. dans les institutions scientifiques spécialisées du monde moderne (Brokensha et al. les classes d’âge. Elle soutenait que les connaissances et les croyances relatives aux questions « techniques » pouvaient difficilement se dissocier de la cosmologie et des religions locales d’une part. Si nombre de ces études rendent compte de la méfiance du public à l’égard de l’expertise en matière de développe- . etc.. qui revendiquent fréquemment l’autonomie des savoirs traditionnels et des modes de vie locaux par rapport aux États et aux types de développement modernes. Pour d’autres. dans le cadre plus général d’une ethnographie des sociétés et des cultures (cf. Richards. Scoones et Thompson. dont elle analysait la signification dans les différents contextes sociaux et culturels. ainsi qu’à la lutte pour la maîtrise des ressources et pour le pouvoir socio-politique.). l’écologie. 1937).Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens » 339 Conseil de village en Guinée. Evans-Pritchard. Elle se fondait sur l’étude des catégories. des métaphores et des langues locales. 1994). de l’organisation sociale et des relations d’autorité existantes d’autre part. 1939 . Mais ils ne font presque jamais état de critiques adressées à la science des experts. Ces travaux d’esprit plus comparatiste s’inspirent en même temps du point de vue et des aspirations exprimés par les groupes indigènes. 1992 . M. Les travaux consacrés au « savoir indigène » ont permis de montrer à quel point les discussions locales sur des questions techniques sont étroitement liées aux oppositions sociales (opposition entre les sexes.

elles décrivent généralement une méfiance qui se manifeste par le refus de participer au développement et par la résistance aux effets du développement. se réfèrent aux particularités de leurs contextes respectifs. des questions épistémologiques et du contenu des savoirs. cette opposition sert à décrire les cultures indigènes comme des cultures statiques et bornées (ce qu’elles ne sont pas). On pourrait croire que ces deux traditions d’analyse. des travaux récents font apparaître une certaine convergence théorique entre les deux traditions de recherche. ce qui enlève toute valeur aux théories qui postulent une opposition fondamentale entre les deux types de savoir (Agrawal. « traditionnel ». distinctes et fragmentaires. qui considère aussi bien le « savoir indigène » ou la « science des citoyens » que la science officielle comme des constructions sociales locales. suggèrent que certaines formes de science n’ont jamais été pratiquées dans un laboratoire. et nous concentrer sur le cadre historique et institutionnel dans lequel ces savoirs ont pu s’élaborer et s’exprimer. et les livre à l’exploitation en les présentant comme des réserves de connaissances à l’intérieur d’un système mondialisé. 1995 . « citoyen » ou « indigène » dans ces affrontements. voir Fairhead et Leach. du point de vue de leur ancrage dans l’espace social. Par ailleurs. Comme le montre Agrawal (1995). La conception symétrique. depuis les conseillers en politiques publiques et les groupes de pression jusqu’aux éducateurs et aux médias. conduit sur le plan théorique à la dissolution de toutes les oppositions fondamentales au profit d’une multitude de points de vue partiels (Haraway. reflète la différence plus générale des contextes et des projets institutionnels et sociaux. En imaginant que la modernité est entrée dans une phase « tardive » ou « réflexive » caractérisée par une réflexion publique plus ponctuelle et plus critique. nous semble-t-il. Ainsi. jusqu’à un certain point. Les conflits internes entre les organismes scientifiques publics et les autres organismes auxquels ils sont reliés peuvent infléchir le développement de la science et l’utilisation qui en est faite. et d’occulter l’expérience de certains groupes sociaux et culturels. En fait. au sens où elle se fait dorénavant dans le cadre de relations sociales plus larges. Les deux exemples indiquent aussi la prégnance de termes comme « moderne ». pratiques confinées dans des enceintes et des établissements publics déterminés. plutôt que par une contestation active de la science. nous devons faire abstraction. nées dans des régions du monde très différentes. des chercheurs et des organisations internationales qui essaient de créer des parcs nationaux de l’autre. à paraître) sont des exemples d’interactions entre des chasseurs locaux d’une part. Suivant cette conception. et d’étudier les catégories sociales qui fournissent le personnel des institutions détentrices de l’expertise. les savoirs et les pratiques d’un grand nombre d’intermédiaires (individus ou organismes) très variés qui possèdent à la fois les attributs du citoyen et ceux de l’expert. il est important de mettre au jour et d’exa- miner les pratiques scientifiques des experts. on risque cependant de surestimer l’empressement du public des phases antérieures à accepter le savoir scientifique spécialisé (Lash et al. deux types de savoirs. 1996 . relations qui varient considérablement selon les contextes. à l’opposition qui ressort des études consacrées au « savoir indigène » et à la « science des citoyens » : opposition entre l’autonomie relative de certains savoirs discordants et l’engagement d’autres savoirs discordants sur le terrain de la science. Les exemples présentés cidessous montrent combien les deux situations sont différentes. Plusieurs commentateurs ont signalé les problèmes que pose le maintien d’une frontière infranchissable entre le « savoir indigène » et la science. alors que les études consacrées à la « science des citoyens » montrent comment la science est « sortie des laboratoires ». Murdoch et Clark.340 Melissa Leach et James Fairhead ment. 1994). 1988). les savoirs locaux et la science naissent et se développent également à la faveur de pratiques historiquement datées. et des gouvernements. Latour. dans chaque cas. Toutefois. pour replacer ces exemples dans leur contexte. dans des contextes sociaux et institutionnels particuliers.. La réfutation des oppositions théoriques entre le « savoir indigène » et le savoir scientifique ne doit cependant pas nous empêcher d’examiner les relations de la science avec les réalités sociales et politiques. les travaux qui se rattachent à l’étude traditionnelle du « savoir indigène ». 1993). Une validité réelle. tout en montrant qu’ils sont l’expression . empirique. pourrait bien s’attacher. Les deux cas résumés ci-dessous (pour plus de détails. La nature très différente des affrontements qui opposent. Il importe aussi désormais d’analyser.

et entretient des relations étroites avec les milieux scientifiques et les milieux dirigeants internationaux. dont les cadres. qui peut défendre la cause de l’environnement (et ses propres intérêts dans ce domaine) au sein d’organismes différents : en l’occurrence. qui ne s’occupent que depuis peu de temps de la protection de la faune à la Trinité. Sur la base de ces rapports. La chasse est apparue comme la principale cause de cette diminution. Les problèmes de la forêt n’attirent l’attention que depuis quelque temps. Pour comprendre la configuration institutionnelle particulière qui a produit ces études. de la Section de la faune et de l’Université des Antilles. dont le personnel se composerait en grande partie d’employés de l’EMA. dont les cadres ont fait des études supérieures. D’autre part. ils suscitent désormais l’intérêt d’une autre catégorie sociale. et montre comment les conclusions de l’Université sur ce point ont rencontré l’opposition de l’Association des chasseurs du Sud-Est. ou s’ils devaient être gérés par la Division des forêts. financé par la Banque mondiale. Les chasseurs indiquent . Il s’agissait notamment de savoir si ces parcs devaient être gérés par un nouveau Service des parcs nationaux financé par la Banque mondiale. L’Université et l’EMA. un biologiste trinidadien qui postulait une maîtrise en sciences de la vie à l’Université des Antilles. Au début des années quatre-vingt-dix. plus urbaine et plus intellectuelle. est celui d’une organisation de citoyens qui a explicitement contesté les méthodes et les conclusions des experts scientifiques après avoir mené ses propres enquêtes. ont gravi les échelons d’un service administratif tourné vers la sylviculture industrielle. 1996). On leur associe à présent une image d’archaïsme et de médiocrité. conteste les analyses qui présentent la chasse comme la principale responsable de la diminution de la faune. Ces travaux sont donc le produit des relations qui unissent deux établissements scientifiques reconnus dans le domaine de la protection des espèces vivantes. a effectué une série d’études sur l’évolution des populations d’animaux sauvages dans les régions boisées du pays (Nelson. on a estimé que le nombre des mammifères avait globalement diminué pendant trois années consécutives. L’Association des chasseurs du Sud-Est. Ces études relatives aux populations d’animaux sauvages se fondaient sur les rapports obligatoires que les chasseurs titulaires d’un permis doivent remplir et renvoyer chaque année à la Section de la faune. La Section de la faune se distingue nettement. Le personnel des organismes réunis dans ce réseau institutionnel appartient à une génération nouvelle. Les employés de la Division qui ont fait des études supérieures en cours de carrière ont généralement étudié la forêt de ce point de vue industriel. coopèrent avec la Section de la faune. EMA). préoccupée par la protection de l’environnement. au sein du réseau formé par la Section de la faune. Il met en jeu les connaissances scientifiques relatives à l’évolution de la faune produites par la section trinidadienne de l’Université des Antilles (University of the West Indies). qui a d’ailleurs publié plusieurs articles avec son élève. les études du biologiste ont été produites dans le contexte d’âpres discussions sur la création de parcs nationaux à la Trinité. organisation non gouvernementale implantée dans une région extrêmement boisée du sud-est du pays. grâce au mouvement international pour la protection de l’environnement . dans les principales zones de forêt du pays. à cet égard.Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens » 341 de constructions ou de représentations politiques qui nous en apprennent plus sur le contexte social et institutionnel que sur le contenu ou la valeur épistémologique des savoirs. il faut tenir compte de son ancrage culturel et historique. du reste de la Division des forêts. dans les Caraïbes. Ces spécialistes et cette conception de la forêt ont perdu progressivement leur prestige à la Trinité. Les travaux du biologiste ont été supervisés par un professeur invité venu du Département de la protection des espèces vivantes de l’Université du Wisconsin. Ils ont aussi bénéficié des liens existant avec la Section de la faune de la Division des forêts (gouvernement de Trinité-etTobago) et avec le Service de la gestion de l’environnement (Environmental Management Authority. au début des années quatrevingt-dix. qui prétend s’être occupée des problèmes écologiques de la Trinité depuis le début du XXe siècle. qui peut ainsi évaluer le nombre des mammifères tués. largement issus du secteur de la production rurale. l’EMA et l’Université des Antilles. Exemples : les chasseurs et les parcs nationaux Trinité-et-Tobago Le premier exemple. offert par la République de Trinité-et-Tobago.

au mépris des lois nationales. disent-ils. leurs réponses obéissent souvent à une stratégie dictée par ce qu’ils supposent être la science et la politique officielles en matière de gestion de la faune. La science de l’Association des chasseurs du Sud-Est s’exprime en revanche dans un discours qui présente les chasseurs comme des individus généreux. Les chasseurs de l’Association soutiennent en outre. le diamètre du cercle à l’intérieur duquel court un animal tiré par des chasseurs ou poursuivi par des chiens de chasse permet d’estimer l’étendue de son territoire et par conséquent l’importance de la population à laquelle il appartient. c’est-à-dire à une époque de l’année où leurs souvenirs risquent d’être imprécis 2. Les chasseurs ne remplissent pas ces rapports au moment de la chasse. bien informés et respectueux des lois. par conséquent. considérés à peu de choses près comme des braconniers endimanchés qui.342 Melissa Leach et James Fairhead d’autres facteurs qui leur paraissent plus néfastes. Si le nombre d’animaux tués qu’ils déclarent est trop élevé. pour ceux-ci. tels que la destruction de l’habitat des animaux sauvages au profit d’autres modes d’utilisation du sol. qui vise d’une part à réglementer plus sévèrement la chasse (voir le projet de loi sur la faune préparé en 1998/1999). aux dimensions sociales et institutionnelles de la protection de l’environnement. Cette affirmation repose sur une étude des populations d’animaux sauvages effectuée à l’aide de théories et de méthodes empiriques. La corrélation entre la superficie de l’aire de fuite et l’importance de la population varie non seulement selon les espèces. la possibilité de collaborer avec l’État à la protec- . qui ne savent pas gérer sérieusement cette ressource. fourni par la biologie appliquée à la protection de l’environnement. Ils prétendent en fait que c’est précisément dans les zones d’où les « véritables » chasseurs sont exclus – les réserves naturelles déjà existantes –. Les chasseurs contestent aussi les méthodes employées par les chercheurs de l’Université des Antilles et par la Section de la faune pour surveiller l’évolution des populations d’animaux sauvages. D’autre part. Suivant le président de l’Association. La contestation des chasseurs ne porte pas seulement sur le contenu théorique et les méthodes de la science. Un premier ensemble d’idées. La divergence des analyses concernant les populations de mammifères et les effets de la chasse sur ces populations tient plus largement à la production de concepts sociaux différents (et concurrents) et. que leurs activités n’ont pas eu globalement pour effet de réduire la population des espèces chassées. mais à la fin de la saison de la chasse. sur la base de leurs propres méthodes. mais aussi selon la nature du terrain et suivant d’autres facteurs encore. si bien que le nombre déclaré correspond à une « honnête moyenne 3 ». les populations de mammifères ont le plus diminué 4. mais s’il est trop faible. Les rapports obligatoires. Ils semblent justifier un mouvement attesté à la Trinité. dont les résultats divergent et vont même à l’encontre des conclusions des biologistes spécialistes de la protection de l’environnement. Les deux types de réponse risquent donc d’entraîner une restriction de la chasse. élaborée grâce à la pratique de la chasse. que les « véritables » chasseurs pourraient surveiller s’ils avaient accès aux réserves naturelles et aux parcs nationaux. chassent la nuit ou hors saison. Plusieurs chasseurs rassemblent actuellement une grande quantité d’observations pour établir sur des bases solides cette méthode dont l’application suppose en particulier la connaissance pratique des animaux et de leurs habitudes : c’est une méthode de chasseurs. et notamment de la monoculture du teck et du pin développée par la Division des forêts 1. par-delà ces concepts. Il est important de noter que ces arguments produits par la science des citoyenschasseurs ouvrent théoriquement. que les braconniers sont le moins inquiétés et que. Les dirigeants de l’Association s’efforcent de montrer que ses membres se distinguent des braconniers. les autorités penseront que les populations d’animaux diminuent. Le territoire est d’autant plus étendu et la population d’autant moins nombreuse que le cercle est plus grand. Les résultats des recherches biologiques confirment la représentation anecdotique que les fonctionnaires chargés de la gestion de la faune se font des chasseurs. et d’autre part à protéger les populations d’animaux sauvages dans un réseau élargi de réserves naturelles et de parcs nationaux d’où les chasseurs seraient exclus. Elle a permis aux chasseurs d’estimer que la population de certaines espèces animales avait augmenté dans des régions où la Section de la faune avait conclu à une diminution de ces populations. ne sauraient servir de base aux analyses. on leur reprochera de trop chasser . impute de façon générale la diminution du nombre des mammifères aux chasseurs. des agriculteurs et des cultivateurs de marijuana.

L’origine sociale de ces ruraux les rapproche de façon remarquable de nombreux employés de la Division des forêts qui se soucient essentiellement de la production sylvicole . celui de la République de Guinée. Dès lors. et savent que des établissements et des organisations scientifiques internationales exercent des pressions morales et financières sur la recherche et l’élaboration des politiques publiques dans leur pays. La Guinée Dans le second cas que nous allons examiner ici. c’est aussi contester ces pressions internationales et leur influence douteuse sur les projets nationaux.Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens » 343 tion de l’environnement en participant à la répression des activités illicites. Le Projet a été retiré. se sont en particulier vigoureusement opposées dans la presse au Projet de loi de 1996 sur les parcs nationaux. Ces discussions ont eu lieu au sein de divers comités chargés de l’élaboration des politiques publiques et notamment du nouveau Projet de loi sur la faune. contester les présupposés scientifiques de l’Université des Antilles et de la Section de la faune. des prêts conditionnels. La création des parcs nationaux fournit un exemple de ces pressions. et qui trouvent dans l’Association une tribune où leurs intérêts sont défendus. cependant. D’autre part. sa position sociale à la Trinité lui a donné l’assurance nécessaire pour présenter les idées de l’Association aux professeurs d’université qu’il a invités aux réunions mensuelles de l’Association. en grande partie sous l’effet des protestations du public orchestrées dans les médias par les deux associations de chasseurs. l’Association nationale des chasseurs. L’Association des chasseurs du Sud-Est et une organisation similaire. Dans ce contexte. portaient atteinte aux libertés civiles 5. l’identité sociale des chasseurs semble précaire. (Les principes de la démocratie participative officiellement affirmés à la Trinité exigent que les représentants des organisations non gouvernementales puissent prendre part aux réunions de ces comités. Elles ont soutenu que certaines dispositions du Projet qui prévoyaient l’inspection de maisons de chasseurs tirées au sort. en Afrique de l’Ouest. licites ou illicites. et relativement autonome par rapport à la science financée par l’État et les organismes internationaux. L’Association est aussi. le savoir des chasseurs semble profondément ancré dans leur milieu culturel et historique. des cultivateurs de marijuana et autres « déviants » qui tirent leur subsistance d’activités illicites. et notamment la presse quotidienne. qui tentait d’imposer un système très sévère et très fermé de zones protégées. une organisation de la société civile dont les membres se considèrent comme des citoyens à part entière de l’État trinidadien. dans une large mesure. et qu’il travaille dans le secteur public. Bien que les donateurs se . La baisse des revenus du pétrole et le chômage qui s’en est suivi ont poussé de nombreux Trinidadiens à revenir une fois de plus à des modes de subsistance ruraux. L’affrontement reflète aussi. mais elle les distingue nettement des fonctionnaires qui tendent à adopter le point de vue international sur la protection de la faune et de l’environnement. En même temps. Sa connaissance de la science officielle et de la fonction publique lui fournissent une base à partir de laquelle il peut analyser et critiquer directement les orientations institutionnelles et le contenu des études publiées par l’Université des Antilles et la Section de la faune. dans ce domaine. Alors que ses dirigeants possèdent un niveau d’instruction élevé et ne chassent que pour leur plaisir. où divers médias.) Les membres de l’Association des chasseurs du Sud-Est viennent de milieux extrêmement divers. bien qu’ils s’efforcent de se distinguer des braconniers. Dans quel contexte historique et social un tel affrontement pouvait-il se produire ? Il faut remarquer que le président de l’Association est diplômé en sciences. l’inquiétude des chasseurs au sujet des incertitudes et des menaces nouvelles qui planent sur leur situation. les citoyens de la Trinité sont parfaitement au courant de l’internationalisation croissante du mouvement écologique. et pour discuter avec des fonctionnaires. car la Trinité bénéficie. de l’assistance et des conseils d’un grand nombre de donateurs et d’universitaires étrangers. Les chasseurs dits « traditionnels » et leurs sociétés participent pourtant à la gestion des parcs nationaux dans le cadre d’une nouvelle forme de partenariat avec l’État et des organismes donateurs étrangers. Ces événements ont contribué à donner aux chasseurs le sens de l’intervention qui les incite aujourd’hui à contester les politiques du gouvernement et leurs fondements scientifiques. expriment fréquemment et sous une forme populaire leur désaccord avec les politiques du gouvernement. certains membres sont des petits cultivateurs qui doivent adhérer à une association de chasseurs pour avoir le droit de détenir des armes à feu.

ou du moins de promouvoir une certaine conception de ces sociétés. les chasseurs. s. est pratiquée par des individus doués pour la sorcellerie. L’idée. fournissent un moyen efficace de réglementer les pratiques des autres villageois et de leur communiquer des informations sur l’environnement.344 Melissa Leach et James Fairhead réfèrent explicitement à l’utilisation du « savoir indigène ». suivant laquelle la région. Les représentants des organismes donateurs et les fonctionnaires guinéens se réfèrent. poursuivent divers autres objectifs socio-politiques. la protection de l’environnement a pris à nouveau beaucoup d’importance en Guinée. ce partenariat n’a mis à contribution qu’une petite partie des connaissances et des pratiques des chasseurs. Les « confréries » de chasseurs – comme on appelle souvent les groupes de chasseurs qui pratiquent les mêmes rites d’initiation. consiste à confier la surveillance des parcs non pas à des gardiens. mais aux sociétés de chasseurs. ainsi qu’à leur participation à la vie publique. sous la forte pression d’acteurs internationaux soucieux de biodiversité. bref. Cette mise à contribution du « savoir indigène » et des organisations traditionnelles renforce par ailleurs la perception que les organismes donateurs et les organismes gouvernementaux ont d’eux-mêmes en tant que représentants de la nouvelle écologie internationale. aurait perdu une partie de ces richesses sous l’effet des changements de cultures. programme régional d’information et de communication financé par l’Union européenne et destiné à diffuser des messages sur l’environnement en alliant tradition et modernité. Les chasseurs (PACIPE. des feux de brousse. institutionnel et historique plus large pour comprendre la nature de leur (dés-)engagement (partiel). qui accorde une grande valeur économique et symbolique au respect des cultures locales et des populations indigènes. ont collaboré avec ceux des parcs nationaux afin de promouvoir les sociétés de chasseurs. en Haute-Guinée. En particulier. Comme à la Trinité. à la valeur écologique du savoir traditionnel des chasseurs concernant les espèces animales et le comportement des animaux. Les responsables de cette nouvelle génération de parcs et de réserves entretiennent. Le rôle social des chasseurs englobe tous les aspects de la vie : . l’action de services administratifs comme la Direction de la forêt et de la faune ou la Direction de l’environnement est largement tributaire de l’aide accordée par les donateurs étrangers.) [texte dont DOC n’a pu obtenir la communication] – fondent les trois quarts des villages . semblet-il. financé par l’Union européenne (Programme d’aménagement des hauts bassins versants du Niger. La chasse. qu’il a redéfinies dans les termes du débat international sur la protection de l’environnement. Pendant ce temps. Il faut avoir présent à l’esprit le rôle essentiel des chasseurs dans les sociétés traditionnelles. – découvrent les repaires des animaux et les sites riches en gibier. plus récemment. 1996). – explorent les cours d’eau et les forêts . les investissements européens effectués au titre de l’aide au développement ont permis d’agrandir les réserves forestières de l’État et de créer de nouveaux parcs nationaux. confirmée par certains comptes-rendus scientifiques. il faut tenir compte d’un contexte social. Dans ce pays à faible revenu. par des individus qui détiennent des pouvoirs supérieurs. 1996). tel le vaste Parc national du Haut-Niger. Les gouvernements successifs de la Guinée et. qui ont obtenu l’amitié d’êtres surnaturels. certaines organisations internationales ont exprimé les plus vives inquiétudes au sujet de la dégradation des forêts et des savanes guinéennes. Les responsables du PACIPE. Ils soutiennent aussi que les sociétés de chasseurs. profitant des occasions qui leur sont offertes par cette collaboration. pour définir cette stratégie. autrefois couverte de vastes forêts et peuplée d’une faune variée. appartiennent aux mêmes réseaux d’apprentissage ou participent aux mêmes cérémonies – sont une institution ancienne de la société rurale. – choisissent les terrains appropriés à la culture du sol . lit-on dans ce programme. de la chasse et d’une exploitation anarchique des ressources par les populations locales.d. La nouvelle politique appliquée par les donateurs européens et les agents forestiers dont ils paient les salaires. en tant qu’institutions locales respectées. surtout chez les Mandé de la Haute-Guinée. avec les chasseurs de tout autres relations que les responsables des parcs plus anciens. et qui possèdent une profonde connaissance des plantes et des animaux . Dans les années quatre-vingt-dix. a justifié au cours du XXe siècle diverses tentatives pour créer et réglementer des réserves forestières nationales et des parcs nationaux (Fairhead et Leach.

mais aussi le « nouer ». Le PACIPE a encouragé la création d’associations de chasseurs aux niveaux des districts. ces milieux imposent leur conception moderne. à déterminer aussi qui peut allumer des feux de brousse. – ce sont des défenseurs ou des guerriers courageux . et la croyance accordée aux charmes de puissants sorciers féticheurs ajoutent donc une dimension supplémentaire au cadre socio-culturel où s’insèrent le savoir et la pratique des chasseurs. dans le monde des Mandé. – ils ont des talents de guérisseurs . peut « nouer » la brousse. à protéger les espèces animales menacées. Premièrement. Suivant d’autres comptes-rendus eth- . 1994) et d’autres travaux d’anthropologie sociale suggèrent cependant que de tels « partenariats » ne prennent en considération que certains aspects très limités du savoir. à lutter contre les feux de brousse. qu’ils présentent ensuite sous une forme adaptée aux préoccupations écologiques actuelles. par exemple. le fermer aux entreprises des autres chasseurs. ainsi qu’au niveau national. qu’elle soit volontaire ou accidentelle. Si le PACIPE laisse entendre que les chartes sont rédigées avec la collaboration des chasseurs concernés. qu’ils entretiennent les uns avec les autres. Dans ce monde. s’appuyant sur leur interprétation des lois de l’empire des Mandé. et par conséquent les résultats de la chasse. les déplacements et la reproduction des animaux. ils dépendent aussi bien. la représentation qu’on se fait aujourd’hui du savoir des chasseurs dans les milieux écologiques néglige largement le cadre théorique plus général où s’inscrivent ce savoir et les prescriptions du wa ton. l’écologique et le social sont des réalités consubstantielles (Croll et Parkin. Ce spécialiste est souvent un sorcier qui peut non seulement purifier le territoire. parfois assorti de quelques « tabous traditionnels ». les sociétés de chasseurs ont dû signer des « chartes de la nature » conformes aux codes nationaux de la forêt et de l’environnement. harmonieuses ou conflictuelles. sans comprendre que. En signant ces chartes. le wa ton (loi de la brousse) . La transgression des règles de comportement. où. pourrait être restauré. de la pratique et du rôle social des chasseurs. Au niveau préfectoral. Le monde complexe des esprits qui règnent sur le territoire. affirment que les communautés mandé possèdent un système cohérent de règles qui régissent l’exploitation des ressources naturelles. – ils organisent les cérémonies religieuses.Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens » 345 – ils protègent la société contre toutes les forces maléfiques . 1996 . affaibli depuis l’époque coloniale. dépendent du comportement des hommes et des événements de la vie collective . Autour du Parc national du Haut-Niger. Les programmes relatifs à l’environnement ont renforcé (et peut-être transformé) les confréries de chasseurs afin de mettre ces lois traditionnelles au service de l’environnement. – ils remplissent des missions difficiles dans l’intérêt de la communauté . Leach. – ils approvisionnent la communauté en protéines (contenues dans le poisson et les mammifères) . la représentation moderne que les donateurs se font de la position sociale du chasseur est extrêmement tendancieuse dans la mesure où ils voient en lui un personnage central et la principale figure de l’autorité dans les sociétés rurales. dans le cadre d’un système centralisé calqué sur l’organisation actuelle de l’administration guinéenne. sur la brousse. à soutenir les programmes de gestion des ressources naturelles. Il intervient de ce fait dans les relations socio-politiques et intersexuelles au sein de la communauté. le principal chasseur de chaque village a été nommé chef du comité de village pour l’application du wa ton . En présentant le wa ton comme un ensemble de règles de gestion purement écologique. les comportements. où et quand la chasse est permise. Les auteurs du PACIPE. occidentale. de l’écologie. L’ordre socio-économique normal ne sera rétabli que si un chasseur versé dans les lois des esprits locaux « purifie » le territoire. 1992). à déterminer qui peut chasser et quelle sorte de gibier. Le wa ton est lié à des mythes et à des tabous qui rattachent les individus à la brousse (wa) et les avertissent des dangers auxquels les exposerait la transgression de ces règles. les confréries de chasseurs s’engagent à respecter le calendrier de la chasse. ce comité est habilité à décerner un nombre limité de permis de chasse et de pêche. Des entretiens avec les chasseurs mandé (Fairhead et Leach. Deuxièmement. quand et comment ces feux peuvent être allumés. de la vie domestique des villageois que des relations. par exemple les funérailles. des souspréfectures et des préfectures. il faut remarquer que toutes les chartes préfectorales signées à ce jour sont identiques. et que ce système de règles.

les villageois considèrent que les chasseurs agissent à maints égards en marge des relations sociales « normales » puisqu’ils fraternisent avec les esprits de la brousse. Les responsables des parcs nationaux ont décidé que seuls les membres en règle des confréries de chasseurs pourraient porter des armes. se réfère moins à la jeunesse des chasseurs en question qu’à leur manque d’expérience. de puissants et mystérieux « fétiches » capables de détruire ou de défaire le tissu social. la représentation du savoir des chasseurs à l’œuvre dans les négociations avec les donateurs laisse aussi de côté la distinction que les chasseurs eux-mêmes établissent entre les « véritables » chasseurs (qui connaissent la brousse sous tous ses aspects socio-écologiques) et les autres. Les discussions entre les chasseurs et les responsables des parcs nationaux ont donc laissé à l’écart. les responsables du projet établissent des distinctions qui ne se fondent pas sur celles que les chasseurs font eux-mêmes. d’adhérer à une confrérie de chasseurs permet au gouvernement guinéen d’étendre son contrôle sur les armes à feu dans les zones rurales. depuis le piégeage jusqu’à la chasse aux aulacodes avec fusils et chiens. En même temps. parce que celles-ci considèrent les pratiques anarchiques des chasseurs « indépendants ». L’obligation. Mais tandis que certains porte-parole des confréries de chasseurs soulignent le fait que cette coopération les rapproche de l’État. que la Guinée avait deux armées. parfois décrits comme « des gamins qui s’amusent à tirer des coups de fusil ». jusqu’à un certain point. dans le contexte des relations tendues entre les chasseurs les plus âgés et les jeunes des zones rurales. employé dans ces discours où s’élabore la conception de la masculinité. aux côtés des soldats guinéens qui protègent les frontières nationales contre les rebelles de la Sierra Leone. Il existe pourtant de nombreuses formes de chasse auxquelles se livrent plus particulièrement les jeunes hommes. font seuls de longs séjours dans la brousse et possèdent. le territoire national et l’État de l’autre. Les représentants des chasseurs exploitent activement cette forme nouvelle de coopération avec l’État pour consolider leur position sociale et politique dans les zones rurales 6. en qualité de combattants. ou encore – dans les sociétés qui pratiquent l’initiation – à l’absence d’initiation officielle. comme la principale cause de la dégradation de l’environnement. Troisièmement. Un directeur de projet du programme de l’Union européenne (le PACIPE) a déclaré qu’on dressait les chasseurs les uns contre les autres en distinguant les chasseurs « indigènes » de la région du parc. de nombreux aspects du savoir des chasseurs et de nombreux types de chasse encore pratiqués avec passion. les . la seconde étant constituée par l’association qu’il dirige. En liant ainsi la question de l’environnement à celle de la sécurité. qui allument des feux de brousse et tuent trop de gibier. dit-on. que les confréries devraient assurer le respect de ce règlement et signaler toute contravention aux autorités nationales. contre l’« infiltration des étrangers ». et ceux qui viennent des autres régions pour pratiquer une chasse commerciale. au cours d’une interview diffusée par une station de radio rurale. Les chasseurs sont peut-être moins les piliers de la vie socio-politique locale que des acteurs marginaux dont l’action est imprévisible et dangereuse. Par exemple. de connaissances et de pouvoirs. 1988 . acquis aux objectifs du programme. les confréries de chasseurs sont résolues à imposer leurs règles à tous les chasseurs qui utilisent des armes à feu. 1988).346 Melissa Leach et James Fairhead nographiques (Jackson. Cette question est directement liée à la sécurité de l’État dans une région actuellement très instable. Le président de l’Association nationale des chasseurs a même déclaré publiquement. faite aux détenteurs d’armes à feu. les chasseurs et les autorités nationales tiennent désormais le double discours de l’écologie et de l’« indigénité » pour montrer la nécessité de défendre les territoires de chasse et les chasseurs d’une part. Le Président de la Guinée a renforcé la militarisation des chasseurs mandé et leur participation à la défense des intérêts politiques nationaux en les déployant. Elles ont obtenu sur ce point l’appui des organisations préoccupées par la protection de l’environnement. les chasseurs étant autorisés à participer à la surveillance du territoire national. McNaughton. les chasseurs et leurs sociétés se servent de leurs relations avec les parcs nationaux pour poursuivre divers autres objectifs socio-politiques. Mais en promouvant cette réglementation. en passant par la chasse commerciale aux singes. Le terme péjoratif de « gamins ». mais sur une certaine conception de l’ « indigénité » et sur les principes de l’écologie mondiale. mais largement méconnus ou exclus par les négociations et les représentations relatives au projet d’aménagement.

les sociétés de chasseurs. . 1971). dans une large mesure. des districts ou des préfectures. Par conséquent. est très impopulaire en pays mandé. Le gouvernement de la première république de Guinée a respecté les associations de chasseurs. fondées sur des pratiques différentes. par la conception que défendent l’Université des Antilles et le gouvernement de la Trinité. Ils s’engagent toutefois dans ces discussions à partir de pratiques fondées sur des relations empiriques et institutionnelles originales avec la forêt et les animaux : relations d’usage plutôt que de respect. Les contours du débat sont imposés. conforme à la politique culturelle qui caractérisait la variante très particulière de socialisme technocentrique à l’africaine mise en place par Sékou Touré (Rivière. Les premières associations préfectorales de chasseurs. le PUP de Lansana Conte. dans lesquelles ils voyaient une grave menace pour leur autorité encore fragile. à de jeunes chasseurs novices dépourvus d’autorité.Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens » 347 chasseurs recourent à des stratégies éprouvées pour se dégager d’une association trop étroite avec l’État. ils ont souvent confié la direction des services de la chasse. dans des discussions scientifiques (et dans des discussions sur les politiques publiques) lancées par les institutions détentrices de l’expertise. dont elles sont à la fois proches et éloignées. les organismes d’État et les organisations donatrices qui entrent en relation autour des parcs nationaux. Le parti au pouvoir. aux niveaux des villages. ainsi que leur autonomie dans le domaine du savoir. Le caractère tendancieux des accords conclus entre les chasseurs et les donateurs reflète aussi l’ambiguïté des relations historiques que les sociétés de chasseurs ont entretenues avec l’État et les puissances européennes. au contrôle des communautés locales . On peut donc dire que les citoyens s’engagent ici. bien que ce respect prît uniquement la forme d’une « démystification » affichée. car ils savent bien qu’on peut amener facilement ces jeunes chasseurs à gérer des politiques acceptables pour leurs aînés. À la Trinité. Les administrateurs coloniaux se sont continuellement efforcés de mettre fin aux activités de ces confréries. mais l’équilibre entre les deux tendances est instable. afin de maintenir leur autonomie sociale et politique. dans le même domaine de l’action publique (la protection de la faune) et sur la base d’un ensemble de pratiques auxquelles elles appliquent toutes les deux l’épithète flatteuse de « scientifique » (bien que chacune critique les pratiques de l’autre comme étant « non scientifiques »). Et ils s’y engagent sur un mode qui répond aux objectifs sociaux des chasseurs en montrant ce qui distingue aujourd’hui les chasseurs trinidadiens des braconniers. Les premières tentatives du régime colonial pour protéger l’environnement ont suivi de près des guerres qui avaient opposé les colonisateurs français aux armées mandé dirigées par des chasseurs-guerriers. et l’application de ces méthodes entraîne des conséquences sociales différentes (l’exploitation des ressources doit être soumise. et qu’on peut tout aussi facilement les empêcher d’appliquer les mesures impopulaires. Les confréries de chasseurs sont restées des centres de mobilisation contre les Français durant la plus grande partie de la période coloniale. dans l’autre cas. Conclusions Ces deux exemples illustrent deux types de relations très différents entre le savoir des profanes et les opinions scientifiques produites par les institutions qui détiennent l’expertise. loin d’être simplement des organisations locales. le jeu des partis vient encore compliquer la position des sociétés de chasseurs par rapport à l’État. La contribution des chasseurs au fonctionnement de certains services publics nationaux et à certains projets financés par l’État. datent du début des années soixante. les sociétés de chasseurs aient saisi l’occasion qui leur était offerte de constituer à nouveau des organisations administratives. Par exemple. sur le mode critique. relations qui supposent la présence des chasseurs (nécessaire pour empêcher l’exploitation illicite des ressources). Mais l’Association des chasseurs et l’Université essaient de répondre à la même question (qu’en est-il des populations d’animaux sauvages ?). ancrées dans les traditions culturelles indigènes. En Guinée. contrebalancent la violente opposition des chasseurs à la politique du gouvernement . Aujourd’hui. les sociétés de chasseurs ont longtemps constitué une force organisée de la vie politique nationale et régionale. à celui de l’État). et non pas leur absence (leur exclusion des réserves forestières). neutres. dans un cas. ainsi que le soutien accordé par l’État à l’Association nationale des chasseurs. nées dans ce climat nouveau. l’Association des chasseurs et l’Université des Antilles appliquent des méthodes différentes. Il n’est donc pas étonnant qu’après l’accession du pays à l’indépendance.

les projets de protection de l’environnement ont favorisé un ensemble de pratiques compatibles avec les objectifs de tous les partenaires. elles varient enfin en fonction des questions plus générales auxquelles ces pratiques répondent. La situation a peu changé après 1984. Elle ne contredit cependant pas le fait qu’on trouve dans tous les contextes une pluralité de points de vue partiels. elles varient aussi en fonction des relations qui existent entre les différentes pratiques de production du savoir . mais en dissociant ces références de ses relations avec la science). doté chaque préfecture d’un centre de formation agricole (Rivière. Il a notamment créé trois grands centres d’études supérieures et. d’autres dimensions du savoir et de la pratique sociale des chasseurs sont carrément tenues à l’écart . en 1958. Avant l’accession de la Guinée à l’indépendance. jointe à l’émergence d’une éthique religieuse et d’une éthique de l’éducation au sein des communautés d’immigrés pauvres. Ils montrent aussi que. à des critiques directes. se combine ou s’oppose à d’autres points de vue. l’Amérique latine et les Caraïbes) qui ont respectivement donné naissance à la « science des citoyens » et aux discours sur le « savoir indigène ». discrète. en particulier dans les centres . Ces autres dimensions du savoir permettent de contester le point de vue du gouvernement et des donateurs sur la dégradation de l’environnement et l’organisation de la communauté. L’évolution très différente de la politique du savoir en Guinée et à la Trinité reflète l’influence différente de l’histoire coloniale et postcoloniale sur le contexte social actuel de la science dans les deux pays. par conséquent. la généralisation de l’enseignement. et accepter le discours scientifique dominant. date à laquelle l’influence de l’Europe de l’Est. 1971). au sein de cette pluralité. Chaque point de vue. Ces deux exemples si différents l’un de l’autre montrent que la « science des citoyens » doit s’engager dans un débat avec la science des institutions détentrices de l’expertise. Nous ne voulons pas dire que les pratiques indigènes ont reculé. Pour accéder à l’éducation et à la science. la recherche en sciences de la nature et en sciences sociales était peu développée dans les établissements scientifiques qui ne relevaient pas de l’administration coloniale dominée par les Blancs. a permis la naissance d’une classe moyenne. dans le domaine de l’agriculture et de l’environnement. sous l’effet de circonstances historiques. les chasseurs tentent de renforcer leur position dans les arènes politiques locales. caractéristique de la période socialiste. il fallait adhérer à l’idéologie politique socialiste de l’État. Bref. Le savoir et les pratiques indigènes se sont ainsi renforcés et ont acquis une plus grande autonomie par rapport à la science financée par l’État. l’Europe . À la Trinité. mais simplement qu’elles se sont maintenues dans des domaines relativement autonomes (auxquels la nouvelle élite politique et scientifique se référait pour accroître son pouvoir par des moyens traditionnels. Les combinaisons de points de vue et la façon dont ils se combinent varient en fonction des relations historiques. En accordant une plus grande place aux confréries de chasseurs et à leur « savoir indigène ».348 Melissa Leach et James Fairhead semblent poursuivre des objectifs plus radicalement différents les uns des autres : alors que les organismes d’État et les organisations donatrices essaient de mettre fin à la diminution de la faune et à la dégradation de l’environnement. à l’influence occidentale caractéristique de la période de libéralisation. dans certains cas (comme celui de la Guinée). a cédé la place. bien qu’ils soient obligés de tenir compte des conséquences matérielles de leur position. et soient parfois capables de tourner ces conséquences à leur avantage. les négociations officielles n’ont pas su les appréhender et leur ont laissé une autonomie relative. d’autre part. Le gouvernement socialiste de la Guinée indépendante a entrepris un programme de modernisation fondé sur l’africanisation et sur la science. de nombreuses conceptions villageoises se sont fortement dégagées de l’emprise des institutions détentrices de l’expertise. et dans d’autres domaines. mais cette contestation s’exprime de façon assez subtile. l’Asie. en Guinée. Une telle opposition ne coïncide pas exactement avec celle des contextes géographiques (d’une part. l’Afrique. variables selon les lieux et les époques. qui tranchait fortement avec le savoir « indigène » et les institutions des zones rurales. mais ils n’ont pas donné lieu à l’élaboration d’une conception commune ni. qui remonte aux années 1830. sociales et institutionnelles qui influencent la production du savoir par les scientifiques et par les profanes . les acteurs conservent des positions radicalement distinctes que les formations discursives ne peuvent appréhender. En même temps. La définition des objectifs scientifiques ne tenait guère compte des conceptions et des priorités locales. nationales et même régionales.

qui sont eux-mêmes le produit de ces contextes sociaux et historiques. s’ouvrent à la discussion et favorisent l’élaboration d’une « science des citoyens ». on pourrait trouver chez certains habitants des villes guinéennes. De même. Certains individus peuvent cependant présenter eux-mêmes leur savoir comme un savoir « indigène » ou « traditionnel » . À la Trinité. a pour effet. Traduit de l’anglais . 1998). alors que la participation des chasseurs à la création des parcs nationaux. distincts de la science moderne. les chasseurs trinidadiens qui se réfèrent à la « science des citoyens » pour contester les politiques nationales. et ce en adoptant les façons de penser et de parler propres à ces divers milieux. étant incapables d’exprimer leur savoir et leur point de vue dans le cadre défini par les institutions scientifiques et politiques. La thèse suivant laquelle tout savoir est le produit d’une construction sociale. d’un pays à l’autre. Des concepts comme ceux de citoyen ou d’indigène. ils peuvent se couper ou s’éloigner volontairement de la science et des institutions modernes dans le cadre d’une stratégie politique visant à accroître leur indépendance ou leur autonomie. des traditions pédagogiques différentes. De même.Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens » 349 urbains qui se sont développés rapidement durant et après la grande période d’exploitation du pétrole. par exemple chez les étudiants mobilisés autour de questions comme celles des déchets ou des systèmes sanitaires. certains cultivateurs pauvres sans titre de propriété – sont à peu près dans la même situation que certains Guinéens. et de réduire ces savoirs à une multitude de points de vue partiels. Les différences entre les deux pays ne doivent cependant pas cacher les ressemblances qui existent. entre savoir des profanes et savoir des experts. dans le cadre de la vie politique locale et nationale. est influencée par les contextes institutionnels actuels et par les stratégies actuelles en matière d’environnement et de développement. des organisations de citoyens et des médias nationaux dynamiques s’emploient à mobiliser le public. une utilisation relativement concertée de la « science des citoyens ». dans les discours tenus plus récemment sur le développement. En Guinée. n’est pas du même type à la Trinité et en Guinée. Mais les exemples que nous avons examinés montrent que les savoirs continuent de s’affronter sur des modes différents qui reflètent la diversité des contextes sociaux et historiques et celle des pratiques sociales. ou – comme nous l’avons vu dans le cas de la Guinée – à renforcer leur position dans les affaires sociales. entre certaines situations individuelles déterminées par la position des individus dans le contexte social de la science. en revanche. sont encore largement issus d’une élite cultivée. une histoire culturelle et politique différente ont donné naissance à des formes de discussion publique moins ouvertes et favorisé la persistance d’une certaine hétéronomie des savoirs. prend elle aussi de l’importance dans les arènes internationales comme au niveau national. permettant ainsi à une population dotée d’une forte instruction de débattre avec des établissements scientifiques nationaux de haut niveau. Comme nous l’avons montré. Des publics relativement larges ont ainsi pu prendre une part active aux débats sociaux. dans la mesure où elles décrivaient les cultures locales comme des cultures fermées. d’autres Trinidadiens – par exemple. l’élaboration de certains types de savoirs présentés comme des savoirs locaux et authentiques. politiques et scientifiques. que ce soit dans les médias. Ainsi. sur le plan théorique. de dissoudre l’opposition entre « savoir indigène » et savoir scientifique. Et puisque le concept de peuple indigène prend une importance croissante en droit international et dans la réglementation internationale (Kingsbury. Poussons plus loin la comparaison. Les études consacrées aux savoirs locaux par des spécialistes d’anthropologie sociale traduisaient leurs préoccupations théoriques et les préoccupations de l’administration coloniale. doivent être considérés par rapport aux évolutions sociales et institutionnelles en cours et dans le cadre des politiques de la représentation qui leur sont associées. ou encore (comme nous le voyons aujourd’hui) à l’université. telle que nous l’avons décrite dans cet article. la représentation des « savoirs indigènes ». des ONG locales et nationales.

publ. P. EVANS-PRITCHARD. Saint Augustine. Rio Claro. Witchcraft. Rainforest relations : Gender and resource use among the Mende of Gola. 1937. B. 1998. . University Press of America. Trinidad Guardian. WYNNE. Citizens. Maryland. Sage. PARKIN. FISCHER. LEACH. Development and Change. Kankan. Routledge. Londres. 2000. 26. 1995. Londres et Sterling. . Cambridge. A. Interview du président de l’Association des chasseurs du Sud-Est. KINGSBURY. 3.). Polity. 1988. Contribution au projet du SSRC concernant l’agriculture africaine. publ. BECK. Et « South hunters : Ganja crops destroying wildlife » (D’après les chasseurs du Sud. Risk. M. LASH. 1996. Cambridge University Press. Science/Policy and Society : African and Caribbean engagements with transnational environmental knowledge and power. Experts and the Environment : The politics of local knowledge. le manuscrit est en cours de révision aux Presses de l’Université de Cambridge. Interview du président de l’Association des chasseurs du Sud-Est. FAIRHEAD. . 1992. WYNNE. Londres. IRWIN. 5. À paraître. 2000. 1998. World Risk Society. p. FAIRHEAD. . D. 15 mai 1999. p. A. 1996. 1992. « Dismantling the divide between indigenous and scientific knowledge ». Ecological Politics in an Age of Risk. B. Citizen Science : A study of people. « Wildlife Bill a Threat to Democracy » (Le Projet de loi sur la faune menace la démocratie). Londres. Newsday. B. A. 22 mai 1997. p. Bush Base : Forest Farm : Culture. Winsie M. Cambridge. Duke University Press. Paths toward a clearing : radical empiricism and ethnographic inquiry. . 414-457. Routledge. M. 4. Bloomington and Indianapolis. E. CAPLAN. BROKENSHA. D. Lanham. F. publ. CROLL. U. WERNER.). 1994. 6. « Letter to the Editor » (Lettre au rédacteur en chef). Sage. Misreading the African Landscape : society and ecology in a forestsavanna mosaic. Cambridge. —. 1995. (dir. —. D. 575-609. HARAWAY. 6 juillet 1999. 24 août 1996. 1995. E. Risk Society : Towards a new modernity. publ. Edinburgh University Press. . 14. Rio Claro. Hemel Hempstead. M. Misunderstanding Science ?. 1996. Polity. de Mayaro. Oxford University Press. 8 mai 1999. 6 juillet 1999. Environment and Modernity. 92(3). (dir. JACKSON. 1993. WARREN. 1992. « Situated knowledges : the Science Question in feminism and the privilege of partial perspective ». (dir. SZERSZYNSKI. LATOUR. « Indigenous technical knowledge and natural resources management in SubSaharan Africa : a critical review ». (dir. Pluto Press. février 1999. B. Durham et Londres. Interview de Mamadou Bérété. Cambridge. Trinidad Guardian. Références AGRAWAL. —. 1988. O. Sierra Leone. IRWIN. E. 1980. American Journal of International Law.). Oxford. « “Indigenous peoples” in international law : a constructivist approach to the Asian controversy ». Harvester Wheatsheaf. J. Cambridge University Press. D. . 2. LEACH. par Richard Charan. Indigenous Knowledge Systems and Development.). —. We have never been Modern. Interview réalisée par un étudiant en maîtrise travaillant auprès des chasseurs du Nord-Est. . Oracles and Magic among the Azande. Virginia. J. . Risk Revisited.350 Melissa Leach et James Fairhead Notes 1. B. environment and development. 413-439. Feminist Studies. la culture de la marijuana entraîne la destruction de la faune). Londres. S. expertise and sustainable development. Indiana University Press. Edimbourg.

C. « Knowledge. 25. I. M. environment and modernity. J. . —. 1996. P. I. 281-304. RICHARDS. Indiana University Press. RIVIÈRE. 16-31. Wynne (dir. NELSON. savoir traditionnel et communautés locales : le PACIPE pour le retour à l’ordre naturel des choses ». publ. Londres. with a focus on Trinidad. Land. Szerszynski et B. power and art in West Africa. 1992. Éditions Marcel Rivière et Cie. Oxford University Press. B. 1971. Direction nationale des forêts et faune et Communauté européenne. Geoforum. Londres. IT Publications. 1.d. p. Paris. . Public Understanding of Science. 1988. Ecological studies of forest mammals in the West Indies. Phil. dans I. Lash. « Sustainable knowledge ». J. R. Mutations Sociales en Guinée. 1996. Projet Parc national du Haut Niger : proposition pour le plan d’aménagement 1997-2001. « Misunderstood misunderstanding : social identities and public uptake of science ». H. Programme Régional d’Assistance Technique à la Communication et à l’Information sur la Protection de l’Environnement (PACIPE). Labour and Diet : an economic study of the Bemba tribe. A. WYNNE. « May the sheep safely graze ? A reflexive view of the expert-lay knowledge divide ». 1994. The Mande Blacksmiths : knowledge. J. Conakry. Programme d’aménagement des hauts bassins versants du Niger. s. Londres. 115-321. power and agriculture : towards a theoretical understanding ». p. Scoones et J. Bloomington. UWI. 1994. MURDOCH. publ.) Beyond Farmer First.Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens » MCNAUGHTON. 351 SCOONES. Thompson (dir. dans S. PACIPE.) Risk. 1996. B. Sage. « Environnement. CLARK. THOMPSON. . Conakry. 1939.