Vous êtes sur la page 1sur 44

e

VOTRE MAGAZINE SUR L’ÉLECTRONIQUE NUMÉRO 10
VOTRE MAGAZINE SUR L’ÉLECTRONIQUE
NUMÉRO 10
e VOTRE MAGAZINE SUR L’ÉLECTRONIQUE NUMÉRO 10 Évolution du rôle des kits de développement rswww.fr/electronique 0

Évolution du rôle des kits de développement

rswww.fr/electronique 0 825 034 034*

(*0,15 € TTC/mn)

NUMÉRO 10 Évolution du rôle des kits de développement rswww.fr/electronique 0 825 034 034* (*0,15 €

Microcontrollers

8-bit

Réduisez vos coûts systèmes et gagnez du temps grâce aux outils de développement de Microchip

Compatibles avec l’environnement de développement de pointe MPLAB® 16-bit Analogue32-bit Microcontrollers
Compatibles avec l’environnement de développement de pointe MPLAB®
16-bit
Analogue32-bit
Microcontrollers
Microcontrollers

Ayant déjà vendu plus de 1,15 millions de systèmes de développement, Microchip Technology a la réputation d’offrir une gamme complète d’outils de développement de renommée internationale, abordables et intuitifs. En associant le puissant environnement de développement MPLAB® de Microchip, totalement gratuit, à des kits d’évaluation spécifiques à une application ou à un produit, vous pouvez facilement réduire vos coûts et créer des systèmes embarqués moins complexes.

l’environnement de développement MPlAB X est la nouvelle interface graphique universelle pour les logiciels et outils de développement de Microchip et d’autres marques partenaires. c’est le seul environnement de développement (iDe) du marché compatible avec un portefeuille complet de plus de 800 références de microcontrôleurs Pic® 8, 16 et 32 bits, contrôleurs de signal numérique dsPic® et composants de mémoire. il comprend un éditeur doté de multiples fonctionnalités, un outil de débogage du code source, un gestionnaire de projets et un simulateur logiciel, en plus d’être compatible avec les outils matériels populaires de Microchip, tels que l’outil de débogage de circuit MPlAB icD 3, le kit d’évaluation Pickit tM 3 et l’émulateur de circuit MPlAB reAl ice tM .

conçu à partir de la plateforme open source netBeans tM , MPlAB X est compatible avec Windows® os, MAc® os et linux, ainsi qu’avec de nombreux outils tiers, tout comme avec nombre de plug-in netBeans.

tout ceci vient s’ajouter aux kits d’évaluation, aux systèmes de références et aux webinaires consacrés à des familles de microcontrôleurs Pic ou contrôleurs de signal numérique dsPic spécifiques. en bref, tous les outils nécessaires pour accélérer le développement de vos systèmes embarqués sont couverts. Grâce à des kits d’évaluation bon marché, vous pouvez utiliser des familles de microcontrôleurs Pic et de Dsc dsPic optimisées pour vos applications pour les réseaux filaires et sans fil, la sécurité, la commande de moteurs, le marché automobile et les systèmes faible consommation aussi bien que pour les applications comportant des graphismes et à usage général.

Boîte à outils MPlAB® iDe Pour un DéveloPPeMent rAPiDe et efficAce Des systèMes eMBArqués :
Boîte à outils MPlAB® iDe Pour un
DéveloPPeMent rAPiDe et efficAce
Des systèMes eMBArqués :
MPlAB® icD 3 - Dv164035
®
- référence rs : 660-1264
MPlAB® reAl ice™ - Dv244005
- référence rs : 381-592
Pickit™ 3 Debug express
- Dv164131
- référence rs : 665-7416

Démarrez de suite! Téléchargez le guide de démarrage rapide pour MPLAB IDE sur la page : www.microchip.com/tools

rapide pour MPLAB IDE sur la page : www.microchip.com/tools www.rs-components.com/microchip Le nom et le logo de

www.rs-components.com/microchip

: www.microchip.com/tools www.rs-components.com/microchip Le nom et le logo de Microchip, le logo Microchip, dsPIC,

Le nom et le logo de Microchip, le logo Microchip, dsPIC, MPLAB et PIC sont des marques déposées de Microchip Technology Incorporated aux États-Unis et dans d’autres pays. PICDEM, PICkit et REAL ICE sont des marques commerciales de Microchip Technology Inc. Aux États-Unis et dans d’autres pays. Toutes les autres marques commerciales ci-dessus mentionnées sont respectivement la propriété des sociétés concernées. © 2012, Microchip Technology Incorporated. Tous droits réservés. DS52032A. ME297AFre/02.12D

www.twitter.com/RS_France Conditions générales : les conditions générales de vente figurent sur notre site Internet
www.twitter.com/RS_France Conditions générales : les conditions générales de vente figurent sur notre site Internet
www.twitter.com/RS_France Conditions générales : les conditions générales de vente figurent sur notre site Internet

www.twitter.com/RS_France

Conditions générales : les conditions générales de vente figurent sur notre site Internet rswww.fr Ce numéro est valable d'avril à juillet 2012.

Publié par : RS Components Limited. Siège social :

Birchington Road, Weldon, Corby, Northamptonshire NN17 9RS, Grande-Bretagne Numéro d'immatriculation : 1002091. RS Components Ltd 2011. RS est une marque de RS Components Limited. Une société Electrocomponents.

ELE_0047_0412

04

05

06

08

12

16

18

20

24

28

32

36

38

40

42

Je me suis récemment aperçu, en consultant ma messagerie, que je recevais beaucoup de communiqués de presse de la part de fabricants de kits de développement désireux de vanter les fonctionnalités toujours plus nombreuses de leurs produits au lancement. La conception électronique évolue à une vitesse stupéfiante. Il y a tout juste 10 ans, le kit de développement classique était le point de départ évident de toute nouvelle conception embarquée. Aujourd'hui, même avec une fonctionnalité plus riche et des modèles d'entrée de gamme plus abordables, il ne s'agit plus d'un choix spontané.

Grâce aux nouvelles communautés de concepteurs, au travail collaboratif et aux outils open source, le paysage conceptuel est aujourd'hui plus captivant que jamais. Les fabricants doivent donc déployer tous leurs efforts pour développer des plateformes suffisamment attrayantes pour servir de base aux nouvelles applications. Dans ce numéro d'eTech, nous examinons le nouveau rôle des kits de développement pour les ingénieurs qui se lancent dans de nouvelles conceptions. Nous évaluons également le potentiel offert par le développement hardware open source et nous nous intéressons à deux cartes « low cost » désormais disponibles : la chipKIT™ Max 32 de Microchip (qui sert de base pour notre défi international chipKIT™ Challenge sur DesignSpark) et notre toute nouvelle carte mbed DesignSpark Synergy.

J'espère que vous apprécierez ce nouveau numéro d'eTech.

Glenn Jarrett Directeur Marketing Électronique

Glenn Jarrett Directeur Marketing Électronique ACTUALITÉS RS INFOS INDUSTRIE : FRAUNHOFER ÉVOLUTION DU

ACTUALITÉS RS

INFOS INDUSTRIE : FRAUNHOFER

ÉVOLUTION DU RÔLE DES KITS DE DÉVELOPPEMENT

HAUT DÉBIT 4G

DÉBOGAGE DES BUS SÉRIE BASSE VITESSE AVEC UN OSCILLOSCOPE

DESIGNSPARK SyNERGy

REVUE DE CONCEPTION :

MÉTHODE PAR SHUNT

NOUVEAUX PRODUITS

ÉVITEMENT DES DÉFAILLANCES, TOLÉRANCE AUX PANNES

CONSEILS DE CONCEPTION :

TEMPS/INTERVALLE-MèTRE

OPEN SOURCE : VERS LE DÉVELOPPEMENT HARDWARE COMMUNAUTAIRE

SUPERCONDENSATEUR EVERCAP

TE CONNECTIVITy : RAPID LOCK

DESIGNSPARK.COM

MON AVIS

TE CONNECTIVITy : RAPID LOCK DESIGNSPARK.COM MON AVIS VOTRE CHOIX VOTRE eTech Merci à tous ceux

VOTRE CHOIX

VOTRE eTech

Merci à tous ceux qui ont participé à notre enquête. Nous avons le plaisir d'annoncer que le gagnant du tirage au sort est Marco Silva, Portugal.

que le gagnant du tirage au sort est Marco Silva, Portugal. pour tablette www.rs-components.com/eTech eTech -
que le gagnant du tirage au sort est Marco Silva, Portugal. pour tablette www.rs-components.com/eTech eTech -

pour tablette

le gagnant du tirage au sort est Marco Silva, Portugal. pour tablette www.rs-components.com/eTech eTech - NUMÉRO
le gagnant du tirage au sort est Marco Silva, Portugal. pour tablette www.rs-components.com/eTech eTech - NUMÉRO
le gagnant du tirage au sort est Marco Silva, Portugal. pour tablette www.rs-components.com/eTech eTech - NUMÉRO

www.rs-components.com/eTech

eTech - NUMÉRO 10

03

ACTUALITÉS

RS

ACTUALITÉS RS RS continue d'investir en Asie-Pacifique avec plus de 80 000 produits à forte demande.

RS continue d'investir en Asie-Pacifique avec plus de 80 000 produits à forte demande.

RS Components a ajouté plus de 80 000 nouveaux produits dans ses principaux entrepôts d'Australie, de Chine, de Hong Kong, du Japon et de Singapour. Les clients de la région Asie-Pacifique bénéficieront désormais de livraisons plus rapides grâce au stockage local de produits de maintenance, d'automatisme, de contrôle et d'électronique.

d'automatisme, de contrôle et d'électronique. Selon Richard Huxley, Directeur général régional

Selon Richard Huxley, Directeur général régional Asie-Pacifique de RS Components, « les ingénieurs doivent faire face à des défis de plus en plus nombreux, tels qu'une concurrence accrue, un besoin d'innovation et la réduction des temps de mise sur le marché. De meilleures options, une disponibilité accrue et une expérience de service supérieure sont autant d'éléments essentiels pour les accompagner dans cette démarche. L'ajout de ces produits prisés dans nos principaux entrepôts régionaux permet de garantir leur présence en stock et de les expédier le jour même dans la plupart des grandes villes. »

Ces produits récemment ajoutés ont été sélectionnés parmi les produits les plus vendus dans le monde auprès des ingénieurs. Ces produits incluent des marques de renommée mondiale telles que TE Connectivity, Molex, Microchip, Texas Instruments, Schneider Electric, Siemens et ABB.

L'expansion et les investissements continus de RS Components

dans la région sont favorisés par une clientèle diversifiée, issue de nombreux secteurs industriels : conception électronique, production,

énergies xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx fossiles, transports et énergies renouvelables. Ils sont

également le résultat d'une nouvelle tendance à l'innovation, ainsi qu'aux activités d'ingénierie et de fabrication à forte valeur ajoutée.

et de fabrication à forte valeur ajoutée. Cet investissement substantiel en stock fait suite à une

Cet investissement substantiel en stock fait suite à une série d'initiatives stratégiques lancées l'année dernière et visant à optimiser la prestation de services dans la région. Il s'agit notamment de doubler la taille du nouvel entrepôt de la société à Shanghai, ainsi que la refonte de ses sites Web.

à Shanghai, ainsi que la refonte de ses sites Web. Coup double pour RS Components lors

Coup double pour RS Components lors des Elektra Awards 2011.

« Entreprise de l'année »

Elektra Awards 2011. « Entreprise de l'année » Glenn Jarrett, Directeur Marketing Électronique chez RS

Glenn Jarrett, Directeur Marketing Électronique chez RS Components

La société RS Components a eu le plaisir d'être nommée à la fois « Distributeur de l'année » et « Entreprise de l'année » lors de la cérémonie des Elektra European Electronics Industry Awards 2011. Cet événement distingue la réussite d'individus et de sociétés réparties à travers l'Europe et vise à promouvoir les meilleures pratiques dans les domaines de l'innovation, de la croissance commerciale et de la motivation des employés.

Les juges ont choisi de récompenser RS dans ces deux catégories pour son excellence en termes d'innovation technologique et de réussite commerciale. Ils ont été particulièrement impressionnés par la manière dont la société a transformé son approche du marché de la distribution, en augmentant sa présence sur le Web et en multipliant ses lancements de nouveaux produits, ainsi que par son impact sur la communauté des concepteurs. La clé de son succès a été le lancement de ressources et d'outils de conception avancés, offerts gratuitement comme le logiciel primé DesignSpark PCB.

Fier de cette reconnaissance, Glenn Jarret, Directeur Marketing Électronique, a déclaré que la société RS Components était « très honorée de recevoir ces deux prix. Au cours des douze derniers mois, nous avons renforcé notre statut mondial de distributeur multicanal grâce à l'ajout de dizaines de milliers de nouveaux produits dans notre gamme et nous avons accordé beaucoup d'importance à la qualité de notre service de livraison, ainsi qu'à notre rapport qualité/prix. Combinées à nos outils de conception de pointe gratuits et nos capacités d'e-commerce, ces initiatives ont considérablement enrichi l'expérience de nos clients. »

ces initiatives ont considérablement enrichi l'expérience de nos clients. » 04 eTech - NUMÉRO 10
INFOS INDUSTRIE Manœuvres spatiales de précision Samuel Pletner, Fraunhofer Institute for Computer Architecture and

INFOS

INDUSTRIE

Manœuvres spatiales de précision

Samuel Pletner, Fraunhofer Institute for Computer Architecture and Software Technology (FIRST)

Le pilotage des véhicules spatiaux exige une précision extrême lors des manœuvres d'atterrissage sur une autre planète et d'amarrage à une station spatiale. Pour empêcher toute perte de trajectoire, des capteurs d'imagerie recueillent un flux de données analysé en temps réel. Les chercheurs de l'institut FIRST ont développé un système basé sur les technologies multicœurs pour permettre le pilotage et le positionnement ultra-précis d'un astronef.

Tous les véhicules spatiaux dépendent d'un ordinateur de bord haute performance pour leur « vision » et le maintien de leur équilibre. Ce système doit pouvoir traiter simultanément une multitude de données de capteurs et résister aux conditions sévères de l'espace. Les chercheurs du projet MUSE (Multicore Architecture for Sensor-based Position Tracking in Space) tentent actuellement d'améliorer le positionnement et le guidage de ce type de véhicule.

Des scientifiques de l'institut FIRST participant à ce projet ont développé un ordinateur de bord ultra-performant basé sur des processeurs multicœurs modernes. Des caméras haute résolution et capteurs infrarouges ou radars placés sur l'astronef permettent de localiser plus facilement l'objet cible en transmettant d'importants volumes de données. Ces données doivent être traitées en temps réel pour un contrôle précis du véhicule. Jusqu'à maintenant, les ordinateurs de vols spatiaux devaient toujours sacrifier la qualité à ce niveau en raison des hautes performances requises.

« Dans l'espace, le défi majeur consiste à fournir une énorme capacité de

calcul avec une alimentation électrique, un poids, un encombrement et un refroidissement minimes. De plus, le rayonnement cosmique peut entraîner une

corruption sporadique des données, qui doit être détectée et rectifiée par le biais de mécanismes de tolérance d'erreur, » explique Samuel Pletner, responsable du développement commercial aérospatial à l'institut FIRST.

« Nous devons éliminer efficacement les risques d'erreurs non détectées

à l'origine des ordres de pilotage erronés qui entrainent des mouvements incontrôlés du véhicule spatial. »

des mouvements incontrôlés du véhicule spatial. » Les chercheurs ont résolu le problème avec le processeur

Les chercheurs ont résolu le problème avec le processeur multicœur P4080, un processeur hautement intégré et particulièrement robuste. En plus d'une capacité de traitement optimale, ce processeur permet d'obtenir des mécanismes de tolérance d'erreur plus efficaces. Les experts de l'institut Fraunhofer ont développé des algorithmes de détection de position complexes, spécialement conçus pour les architectures multicœurs. Ces algorithmes leur permettent de réaliser des calculs critiques sur plusieurs cœurs de processeurs et de vérifier les résultats par le biais d'une comparaison fiable.

Le projet MUSE est financé par le Centre Aérospatial Allemand (DLR), avec le soutien financier du Ministère Fédéral de l'Économie et de la Technologie Allemand.

Fédéral de l'Économie et de la Technologie Allemand. Partagez votre point de vue sur www.designspark.com/etech
Partagez votre point de vue sur www.designspark.com/etech

Partagez votre point de vue sur

www.designspark.com/etech

Évolution du rôle des kits de développement

De Mark Cundle, Responsable Marketing Technique

Il y a environ dix ans, le monde de l’embarqué

était plus simple (ou du moins semblait l'être) et le kit de développement offrait un excellent point de départ pour les nouveaux projets. Comme un enfant qui s'enthousiasme en ouvrant son cadeau d'anniversaire, l'ingénieur

y trouvait un bel ensemble de ressources de

conception : une carte d'évaluation avec un processeur ou microcontrôleur et/ou un FPGA, une mémoire, des périphériques, plusieurs outils de développement software et peut-être même un IDE (Environnement de Développement Intégré), ainsi qu'une certaine forme de système d'exploitation. Aujourd'hui, le cadeau renferme probablement encore plus de surprises, mais s'agit-il toujours du point de départ systématique pour un nouveau projet de conception embarquée ? Rien n'est moins évident.

Démarrage d'un projet

Pour un grand nombre de conceptions, les kits de développement étaient jusqu'à maintenant parfaitement adaptés à la production d'un premier prototype. Associés au développement d'un soft embarqué et à la configuration d'une petite constellation de composants, accompagnée d'un entremêlement de fils, ces kits permettaient aux concepteurs de créer au moins une version approximative du produit final. Bien sûr, les fervents partisans des kits de développement sont souvent des développeurs software qui ne souhaitent pas s'impliquer dans la conception des circuits imprimés. Les problèmes de conception de PCB peuvent être difficiles et coûteux à résoudre. En utilisant un kit, les développeurs software s'affranchissent du hardware de la conception embarquée, ce qui leur permet de se concentrer sur leur domaine de compétence : l'écriture du code.

Prototypage hardware

Pourtant, pour de nombreuses sociétés de développement de hardware électronique, l'agencement du PCB doit intervenir avant le développement du soft. Ceci peut impliquer des risques et des coûts importants, car les concepteurs de hardware doivent développer un prototype très fonctionnel pour permettre son débogage. Cependant, la réduction significative du coût de prototypage de carte au fil des ans a rendu ce processus de plus en plus avantageux et bon nombre de développeurs le considère comme une alternative sérieuse au kit de développement. Ceci leur permet de fournir une conception hardware initiale, dotée d'un processeur, d'une mémoire, de périphériques, ainsi que d'une gestion d'alimentation, en s'adressant à leur fournisseur de PCB local pour un faible niveau de coût et une petite quantité. Les développeurs peuvent ainsi utiliser ce prototype de carte comme première version de leur conception

et il devient alors le kit de développement. Ce prototype se rapproche beaucoup plus du produit final que celui qui peut être obtenu avec un kit disponible dans le commerce et devrait permettre de créer des conceptions améliorées, qui seront essentiellement des versions déboguées de la première version.

Outils open source

La baisse du prix des cartes fabriquées sur mesure s'est accompagnée d'une multiplication du nombre d'outils gratuits de conception de circuits imprimés toujours plus fonctionnels comme DesignSpark PCB, des logiciels de test, ainsi que d'une large diffusion des logiciels open source, dont des systèmes d'exploitation, des modèles de conception et des bibliothèques de code. On observe également une prolifération des conceptions hardware open source et IP (Propriété Intellectuelle), qui permettent par exemple de réutiliser une interface mémoire haut débit complexe sur une carte, en association avec des piles et drivers logiciels facilement téléchargeables.

Les développeurs sont donc de moins en moins obligés d'utiliser une carte standard, sans fioritures, dotée de composants sélectionnés par le fournisseur du kit pour satisfaire aux besoins des clients, ou de tolérer l'absence de périphériques adéquats dans les configurations de kit courantes, qui ne sont pas adaptées au développement d'applications plus spécialisées.

Adaptation à l'environnement

Tous ces points expliquent sans doute le changement progressif de la raison d'être des kits de développement. Comme beaucoup d'autres choses, ils ont dû s'adapter pour survivre sur un marché dynamique. L'une des conséquences majeures a été leur importante chute de prix, de plusieurs milliers d'euros à quelques dizaines seulement.

Aujourd'hui, un grand nombre de kits de développement incluent des ressources beaucoup plus variées, dont des outils software spécifiques qui s'intègrent dans les IDE disponibles gratuitement et des bibliothèques de conception basique qui aident à accélérer le processus. Les fabricants de microcontrôleurs, processeurs et FPGA sont aussi de plus en plus nombreux à offrir des kits accompagnés de conceptions hardware de référence et de piles logicielles typiques, adaptées aux exigences d'applications plus spécifiques, ce qui peut représenter pour les ingénieurs une option de développement rapide et très abordable. La société Texas Instruments (TI) fait partie des fabricants qui proposent ce type de kit orienté application. Elle propose une plateforme de développement pour applications vidéo numériques basée sur son DSP DaVinci. TI fabrique également des kits destinés à d'autres marchés d’applications : sans-fil, médical, automobile, sécurité et grand public.

Choix du processeur Il ne fait aucun doute que les kits sont extrêmement utiles lorsqu'il

Choix du processeur

Il ne fait aucun doute que les kits sont extrêmement utiles lorsqu'il s'agit de choisir le microcontrôleur ou le processeur d'un nouveau projet. Les kits sont généralement basés sur les microcontrôleurs les plus populaires et répandus. La fiabilité de l'approvisionnement ne doit jamais être prise à la légère et le choix d'un microcontrôleur arrivé en fin de vie peut représenter un risque sérieux.

Il est important de noter que les kits permettent aux ingénieurs d'effectuer rapidement une démonstration de faisabilité. Ces derniers peuvent s'assurer que le microcontrôleur fournit les performances requises et que toutes les voies de communication fonctionnent correctement, parallèlement au programme d'exécution, ou vérifier si une idée peut fonctionner sur un FPGA « low cost ».

Création d'une communauté

Les principaux fabricants de composants électroniques attachent de plus en plus d'importance au développement de leurs communautés de concepteurs respectives. Ils espèrent ainsi fidéliser les utilisateurs et renforcer leurs liens avec les ingénieurs. Ces communautés aident à rassembler les expériences des développeurs en offrant des outils software gratuits en ligne ainsi que d'autres ressources logicielles et IP. On y trouve également un support en ligne et des forums de discussion qui encouragent les ingénieurs à partager leurs idées et les aident à résoudre certaines problématiques pour accélérer le développement.

Un rôle différent ?

Malgré cette différentiation accrue, la multiplication des fonctionnalités et un écosystème de support beaucoup plus vaste, la question suivante demeure : sommes-nous en train de nous rapprocher du jour où le kit ne sera plus l'acteur principal du cycle de développement ?

plus l'acteur principal du cycle de développement ? POUR EN SAVOIR PLUS Rendez-vous à l'adresse suivante
POUR EN SAVOIR PLUS Rendez-vous à l'adresse suivante : www.rs-components.com/development-kits
POUR EN SAVOIR PLUS
Rendez-vous à l'adresse suivante :
www.rs-components.com/development-kits
Partagez votre point de vue sur www.designspark.com/etech

Partagez votre point de vue sur

www.designspark.com/etech

HAUT DÉBIT 4G
HAUT DÉBIT 4G

Nouvelle génération de communication sans fil

D'Eric Lee, Responsable Marketing Technique (Asie-Pacifique)

Alors même que nous commencions à nous habituer à tout ce que la communication sans
Alors même que nous commencions à nous
habituer à tout ce que la communication sans fil
3G avait à offrir à nos téléphones portables, voilà
que la 4G fait son apparition. Si votre budget
vous le permet, et si vous habitez au bon endroit,
vous y avez peut-être même déjà accès. Bien sûr,
de nombreux utilisateurs naviguent déjà à l'aide
d'ordinateurs portables compatibles 3.5G HSPA
(High Speed Packet Access) ou de dongles USB
en remplacement des modems de lignes fixes,
mais la « quatrième génération » de réseaux
de communication sans fil pourrait bientôt offrir
des vitesses de téléchargement mobile plus
élevées que celles du haut débit à domicile. Il
est important de noter que cette technologie
pourrait également desservir certaines zones
géographiques encore non équipées de
réseaux filaires haut débit traditionnels.
allant jusqu'à environ 75 Mbits/s, mais le partage de la bande
passante entre plusieurs utilisateurs autorise en réalité
des vitesses beaucoup moins élevées. La spécification
LTE offre des débits crête en liaison descendante de
300 Mbits/s et des débits crête en liaison montante
de 75 Mbits/s. Toutefois, les vitesses réelles actuellement
proposées par les services 4G aux États-Unis, par exemple,
s'approchent peut-être davantage des vitesses à deux
chiffres, ce qui correspond aux vitesses des modems haut
débit domestiques filaires ou par le câble. Il semblerait
cependant que le LTE offre des performances en
émission et réception supérieures à celles du WiMAX.
LTE
Deux grandes normes
Deux grandes normes concurrentes (et complémentaires
selon certains) sont apparues dans l'univers de la 4G :
Les communications mobiles 3G regroupent aujourd'hui
plusieurs variantes technologiques, telles que les normes
d'interfaces radio W-CDMA, CDMA2000 et TD-SCDMA.
On s'attend par conséquent à ce que le LTE soit la première
norme cellulaire véritablement mondiale pour les téléphones
portables. Le LTE prend également en charge le transfert et
l'itinérance sur d'autres réseaux mobiles 3G, ce qui permet
de bénéficier d'une meilleure couverture grâce aux réseaux
des autres opérateurs. Même s'il nécessite une carte
SIM, l'itinérance s'en trouve facilitée : le LTE utilise efficacement
les antennes 3G. Lorsqu'ils se trouvent hors de portée, les
appareils mobiles peuvent basculer sur les réseaux 2,5 ou 3G.
le LTE (Long Term Evolution) et le WiMAX (Worldwide
Interoperability for Microwave Access).
L'ITU (Union Internationale desTélécommunications) a initialement
défini la 4G (ou IMT-Advanced) comme une technologie offrant
des débits de données ou des vitesses de téléchargement de
100 Mbits/s sur les appareils mobiles se déplaçant à grande vitesse
(dans une voiture ou dans un train, par exemple) ou d'1 Gbits/s
sur les connexions sans fil fixes ou relativement immobiles. Ces
vitesses de transfert de données ne devraient cependant être
atteintes que par les futures normes WiMAX et LTE (appelées
respectivement WirelessMAN-Advanced et LTE-Advanced). Fin
2010, l'ITU a décidé de modifier cette définition en incluant les
normes WiMAX et LTE (ainsi que la norme HSPA+) dans la 4G, car
elle considère que ces normes offrent des performances nettement
supérieures à celles de la 3G. Cette décision s'explique peut-être
par le fait que de nombreux opérateurs (notamment aux États-Unis)
présentaient déjà le WiMAX et la LTE comme des services 4G.
Pour les opérateurs qui disposent de réseaux GSM/EDGE et
UMTS/HSPA, la mise à niveau vers la 4G passe naturellement par
le LTE. Pour ceux qui disposent d'une infrastructure compatible,
il est plus rentable de mettre les équipements à niveau.
WiMAX
Le WiMAX offre des performances à peu près similaires à celles des
réseaux Wi-Fi, avec toutefois la couverture des réseaux cellulaires.
Avant tout destiné aux réseaux métropolitains (Metropolitan Area
Network) sans fil en zones urbaines, il est capable d'offrir un
accès sans fil haut débit d'une portée allant jusqu'à 50 km pour
les stations fixes et de 5 à 15 km pour les stations mobiles.
Les réseaux WiMAX et LTE sont des réseaux IP (Internet Protocol)
qui exploitent la technologie OFDMA (Orthogonal Frequency
Division Multiple Access). L'OFDMA est une version multi-utilisateur
de l'OFDM, une méthode largement utilisée pour le codage de
données numériques sur des fréquences porteuses multiples. De
nombreux pays d'Europe et d'Asie utilisent par exemple l'OFDM
pour la diffusion terrestre de services radiotélévisés numériques.
Le coût de déploiement relativement faible des réseaux WiMAX,
par rapport à celui des réseaux LTE, rend économiquement viable
l'offre d'un accès Internet haut débit pour les zones éloignées
(backhaul sans fil). Le WiMAX tend à favoriser les opérateurs qui
se concentrent sur l'accès haut débit sans fil en zone urbaine
et offre un déploiement plus abordable aux nouveaux arrivants
sur le marché. Il est également utile sur les marchés émergents
qui disposent d'une infrastructure limitée et en particulier dans
les pays qui ne possèdent aucune infrastructure GSM.
Suite page 10 >
La spécification WiMAX offre des vitesses de transfert de données
< Suite de la page 09 Il ressortira vraisemblablement de tout cela une différence de
< Suite de la page 09
Il ressortira vraisemblablement de tout cela une différence de modèle
économique entre les sociétés qui offriront l'une ou l'autre de ces normes.
Le manque d'interopérabilité entre le LTE et le WiMAX créera en outre
des défis de mise à niveau pour les opérateurs qui espèrent offrir les
deux, en plus des réseaux 2G et 3G existants. Toutefois, les fabricants de
semiconducteurs développent actuellement des processeurs multimodes
pour stations de base 4G multimodes de données intensives. Par exemple,
la plateforme basée sur le processeur multicœur QorIQ de Freescale
prend en charge toute une gamme d'interfaces radio 2G/3G et 4G, dont
les normes LTE, W-CDMA (HSPA+), WiMAX, UMTS et CDMA.
intéressant est que tout porte à croire que la Chine et l'Inde, les deux plus
grands marchés mondiaux de la téléphonie mobile, déploieront des réseaux
LTE. Il faudra cependant des années avant que ces réseaux ne décollent,
ces deux pays n'ayant pas fini de mettre en place leurs services 3G.
Un leader émergent ?
Dans certains pays, le déploiement des réseaux LTE a été entravé par le
manque de bande passante disponible. Au Royaume-Uni, par exemple, les
opérateurs devront attendre la fin de la télévision analogique (qui interviendra en
avril 2012), puis la vente des licences 4G. Selon l'Ofcom, l'autorité britannique
de régulation des communications, les services 4G sont essentiels pour
répondre à l'augmentation de 500 % du trafic mobile prévue pour les cinq
prochaines années. Une vente aux enchères de licences de la bande 800 MHz
est prévue avant fin 2012, permettant le lancement des services 4G fin 2013.
Le WiMAX a pris une longueur d'avance sur la norme LTE avec le lancement
du premier service WiMAX au monde par la société KT Corporation en 2006,
en Corée, alors que TeliaSonera a lancé le premier réseau LTE en décembre
2009, à Stockholm. Le déploiement de la 4G aux États-Unis pourrait toutefois
indiquer un changement de situation. La société américaine Sprint a initialement
déployé le WiMAX en 2008 et s'est approprié une part importante du marché
de la 4G. Elle a également été le premier opérateur américain à proposer un
téléphone WiMAX. Alors que ses concurrents, dont Verizon Wireless, n'ont
commencé à proposer le LTE qu'en 2011. À la fin de l'année dernière, Sprint
avait annoncé son intention de lancer un réseau LTE en 2012. Plus récemment,
lors du Consumer Electronics Show qui s'est tenu début janvier, elle a
révélé que cela devrait être fait à l'avenir avec le lancement de smartphones
WiMAX. La société a également profité de l'événement pour présenter ses
trois premiers appareils mobiles LTE, attendus pour le milieu de l'année.
Ce que cela signifie pour nous
À quoi tout cela nous servira-t-il ? Il est évident que la 4G présente des
avantages pour les utilisateurs de téléphones portables et de smartphones,
notamment en ce qui concerne les applications qui exigent beaucoup de
capacité, telles que les conférences vidéo en temps quasi réel, les jeux en
ligne, la télévision interactive et la VoIP, pour ne citer qu'eux. Toutefois, comme
pour toute nouvelle technologie, les premiers clients sont peu nombreux
et le prix élevé des contrats 4G semble en dissuader plus d'un. De plus,
le choix de téléphones 4G est actuellement plutôt limité. Samsung et HTC
en proposent quelques-uns, tandis que d'autres modèles sont attendus
cette année de la part de fabricants comme Apple, Sony et Nokia.
L'expansion de la technologie LTE ne se limite pas aux États-Unis et
cette norme est en train de gagner du terrain sur de nombreux marchés
matures bénéficiant d'une infrastructure 3G établie. De nombreux grands
opérateurs privilégient l'option LTE et s'attendent à ce qu'elle génère des
économies d'échelle, entraînant ainsi une baisse des prix, ainsi qu'une
augmentation du nombre d'appareils mobiles LTE disponibles.
La société japonaise NTT docomo a lancé son premier réseau commercial
en 2010. Son service appelé Xi permet aux utilisateurs hors de la zone de
service LTE de passer automatiquement sur son réseau 3G. À l'origine
un simple service de données destiné aux utilisateurs d'ordinateurs, il est
appelé à devenir un service 4G à part entière avec l'arrivée des téléphones
le premier semestre 2012. La Corée du Sud a été une pionnière du LTE
4G et est devenue en janvier dernier le premier pays à offrir le LTE 4G par
le biais de tous ses opérateurs, après avoir interrompu ses services 2G
pour libérer la bande passante nécessaire. Mais ce qui est peut-être le plus
De nombreuses entreprises de télécommunications voient cependant la
4G comme un moyen d'offrir non seulement des vitesses plus élevées,
ainsi que des services interactifs et optimisés se traduisant idéalement par
plus d'ARPU (revenu moyen par client), mais également une couverture
haut débit dans les zones rurales non desservies. Parfois, la pose de
câbles n'est plus rentable, en particulier lorsqu'ils peuvent être remplacés
par de nouvelles technologies sans fil offrant des débits plus élevés,
tout au moins à terme. Il n’est donc pas déraisonnable de penser que
ceux qui ne disposent pas actuellement du haut débit attendent avec
impatience l’arrivée de la 4G, quelle que soit la solution utilisée
Partagez votre point de vue sur
www.designspark.com/etech
FAITES PLACE A LA NOUVELLE GENERATION
FAITES PLACE A LA
NOUVELLE GENERATION

Article publié dans la presse internationale :

Souriau, leader mondial des connecteurs cylindriques multipositions pour les environnements difficiles, lance une nouvelle gamme de connecteurs miniatures conçus à partir du MIL-DTL-38999 : micro38999. Cette nouvelle gamme offre les meilleures performances possibles, dans le modèle le plus compact du secteur. Le micro38999 permet des économies de 50 % en termes de taille et de poids par rapport aux plus petites unités MIL-DTL38999 série III.

Le micro38999 a été illustré car c’est actuellement le produit le plus compact disponible sur le marché, tout en offrant les meilleures performances sur le terrain. Souriau a été capable de faire face à ce défi avec succès grâce à nos connaissances relatives au comportement des matériaux dans leurs limites de fonctionnement, notre savoir-faire en processus de fabrication et nos choix en matière de conception pour la gamme D38999.

Depuis plusieurs années, la demande pour des solutions de connexion plus compactes, plus légères et capables des répondre aux exigences industrielles dans l’aéronautique et l’armée ne cesse d’augmenter. Le développement rapide d’UAV, de capteurs et de circuits électriques intégrés, ainsi que l’émergence des matériaux composites, a conduit le secteur à réduire la taille et le poids de tous les équipements, y compris des connecteurs.

micro38999 : pour les applications nécessitant de hautes performances et des connecteurs miniaturisés pour les environnements extrêmes.

L’association de ces trois atouts a rendu possible la réinvention d’un connecteur 38999 miniaturisé, tout en conservant les mêmes performances électriques, mécaniques et environnementales que le modèle standard. Cette nouvelle gamme renforcera la position de leader de Souriau dans le secteur des solutions de connexions circulaires.

dans le secteur des solutions de connexions circulaires. radio • réseaux • soldat du futur •

radio • réseaux • soldat du futur • robot autonome • instrumentation • petit équipement • aéronautique civil • médical

www.rs-components.com/souriau

Débogage des bus série basse vitesse avec un oscilloscope De Tony Minchell, Ingénieur Applications, LeCroy.

Débogage des bus série basse vitesse avec un oscilloscope

De Tony Minchell, Ingénieur Applications, LeCroy.

De Tony Minchell, Ingénieur Applications, LeCroy. Les dernières années ont vu la prolifération des bus
De Tony Minchell, Ingénieur Applications, LeCroy. Les dernières années ont vu la prolifération des bus
De Tony Minchell, Ingénieur Applications, LeCroy. Les dernières années ont vu la prolifération des bus

Les dernières années ont vu la prolifération des bus série basse vitesse en R&D, ainsi que dans les produits des utilisateurs finaux. Certains d'entre eux sont spécifiques à un marché ou à un produit,

comme le FlexRay dans l'industrie automobile, alors que d'autres existent depuis longtemps et couvrent

plusieurs marchés et secteurs

bus RS232 et UART. De nouveaux prétendants font régulièrement leur entrée sur le marché, apportant avec eux plus de fonctionnalité, performance et robustesse. Ils s'accompagnent cependant de nouveaux défis de débogage pour la validation des performances et de l'interopérabilité.

industriels, tels

que les

La liste typique des

• I2C, SPI, UART, RS232

• CAN, LIN, FlexRay™

• Audio (I2S, LJ, RJ,TDM)

• MIL-STD-1553, ARINC 429

• MIPI D-PHY, DigRF 3G, DigRF v4

Certains bus série basse vitesse utilisent une architecture

différentielle pour bénéficier d'une meilleure immunité contre

les interférences et

pratique courante pour les bus série haute vitesse, tels que

les bus USB ou PCI

de bus différentiel basse vitesse, constitué uniquement de lignes de données différentielles, l'émetteur et le récepteur utilisant la même vitesse de transmission (voir la figure 2).

bus série basse vitesse est la suivante

:

le bruit en mode commun. Il s'agit d'une

Express. Le bus CAN est un exemple

Il s'agit d'une Express. Le bus CAN est un exemple Figure 1. Options typiques de décodage

Figure 1. Options typiques de décodage de bus sur oscilloscope

est un exemple Figure 1. Options typiques de décodage de bus sur oscilloscope Figure 2. Exemple

Figure 2. Exemple de bus CAN différentiel

12

12

eTech - NUMÉRO 10

eTech - NUMÉRO 10

Le signal codé de manière différentielle peut être extrait à l'aide de la capacité mathématique
Le signal codé de manière différentielle peut être extrait à l'aide de la capacité mathématique
Le signal codé de manière différentielle peut être extrait à l'aide de la capacité mathématique

Le signal codé de manière différentielle peut être extrait à l'aide de la capacité mathématique interne de l'oscilloscope ou d'une sonde différentielle (méthode privilégiée).

Les sondes différentielles sont optimisées pour permettre une acquisition des signaux différentiels grâce à deux parcours de signaux aussi identiques que possible, offrant la même atténuation globale, la même réponse en fréquence et la même temporisation. Ces signaux sont envoyés à un amplificateur

différentiel intégré à la sonde pour maximiser le taux de réjection du mode commun (CMRR) et extraire le signal référencé à

la masse obtenu en vue

d'une analyse sur l'oscilloscope.

L'I2C est un exemple de bus série basse vitesse qui n'utilise pas de

signaux différentiels. Il utilise une topologie à deux fils constituée

d'une ligne de données,

d'un SDA, d'une ligne d'horloge et d'un SCL.

Le débogage initial d'un

bus série consiste à valider l'intégrité du

signal ou la qualité des formes d'onde physiques avant de réaliser le débogage du protocole, une couche physique stable et validée

étant essentielle pour la

stabilité de l'ensemble du système.

Ceci

déclenchement non monotone, par impulsion transitoire et RUNT des oscilloscopes modernes.

peut être obtenu à l'aide des capacités

de

modernes. peut être obtenu à l'aide des capacités de Le déclenchement intelligent (fi 3) est beaucoup

Le déclenchement intelligent (fi

3) est beaucoup plus efficace que

l'utilisation des modes de persistance

infinie et de

souvent recommandés par les fabricants d'oscilloscopes. Ceci est dû au fait que ces soi-disant modes d'acquisition haute vitesse s'accompagnent toujours d'un temps

gure

rafraîchissement rapide

permettent également d'utiliser des modes d'acquisition intelligents lorsque la condition de déclenchement exacte n'est pas connue. La figure 4 correspond à la recherche d'une condition RUNT sur un long tracé de bus CAN.

d'une condition RUNT sur un long tracé de bus CAN. Figure 4. Condition RUNT sur bus

Figure 4. Condition RUNT sur bus

CAN

Chaque fois qu'une condition RUNT apparaît, l'oscilloscope s'arrête pour permettre une analyse plus approfondie. L'histogramme de la figure 4 ci-dessus indique neuf occurrences RUNT. La quatrième occurrence est mise en évidence et affichée en détail

dans la fenêtre d'agrandissement. Un onglet de

RUNT permet également de

configuration

modifier les conditions de test.

Ce niveau d'analyse de l'acquisition est d'autant

conditions RUNT et non monotones ne sont pas les seules à pouvoir être testées. Il inclut également les variations de rapport cyclique, les temps de montée ou de descente

plus utile que les

Figure 3. Smart triggering

mort important, qui peut empêcher

excessivement rapides ou lents, les

sur oscilloscope

la détection

d'un état d'erreur,

écarts de fréquence

et de période, les

en particulier lorsque cet état se produit à plusieurs heures ou jours d'intervalle. Un grand nombre de ces modes de rafraîchissement d'écran accéléré ne permettent pas d'utiliser un mode de déclenchement avancé. L'utilisateur ne

dispose donc que d'un simple déclencheur, ce qui est pratiquement

inutile pour le débogage

des bus série déclenchés par salves.

Le déclenchement intelligent permet quant à lui de vérifier tous les états entrant dans l'oscilloscope et ne s'accompagne d'aucun temps mort, puisque l'oscilloscope ne se déclenche qu'en cas de condition d'erreur. Lorsqu'il utilise cette fonction, le mode

d'acquisition « normal » de déclenchement, une

d'acquisition et une meilleure capacité d'analyse après capture.

nombreux oscilloscopes

le tracé de la forme d'onde capturée sur une mémoire interne et

de réinitialiser le déclencheur pour continuer

Si nécessaire, cet enregistrement du tracé de forme d'onde peut avoir lieu presque indéfiniment. Certains oscilloscopes

offre souvent davantage de possibilités plus grande profondeur de mémoire

De

modernes permettent également de stocker

de surveiller le bus.

Figure 5. Options Search Filter

écarts de largeur positive et négative, ainsi que les variations de déformation. Ces tests peuvent être associés à des options de filtrage de recherche (voir la figure 5) pour étendre les capacités d'analyse de débogage.

Chaque bus possède ses propres spécifications. Celles-ci fournissent des informations sur la couche physique et le protocole. La couche physique se situe généralement dans

une marge de tolérance par rapport aux spécifications idéales,

qu'il s'agisse de variation de

spécifications de temporisation d'horloge / de données, ou encore de tolérances et de niveaux de tension attendus.

la vitesse de transmission, de

Suite page 14 >

eTech - NUMÉRO 10

eTech - NUMÉRO 10

13

13

< Suite de la page 13

La fonction de masque de l'oscilloscope peut également servir à valider la couche physique. La figure 6 (exemple FlexRay) contient un diagramme de l'œil sur lequel des violations de masque sont indiquées par un cercle rouge. Ceci implique que ces signaux ne répondent pas aux spécifications FlexRay et sont par conséquent non conformes. Ces anomalies requièrent bien sûr une enquête approfondie.

Chaque circuit doit subir des tests de débogage et de validation matériels avant de passer au débogage et à la validation du protocole. Cela signifie que vous devez vous assurer que votre conception répond aux spécifications physiques (niveaux de tension, durées d'impulsion / vitesses de transmission, temporisation d'horloge / de données, etc.), avant de procéder au débogage de la couche protocole.

avant de procéder au débogage de la couche protocole. Figure 6. Diagramme de l'œil d'un bus

Figure 6. Diagramme de l'œil d'un bus FlexRay

Le débogage du protocole / la validation du bus série sont parfois jugés inutiles, car le bus correspond à une norme comprise et appliquée par tous les fournisseurs de composants

électroniques. Cependant, si ceci était vraiment le cas, les outils de validation ne seraient pas nécessaires. Une recherche rapide sur Internet révèlera la quantité d'outils de débogage et de validation offerts pour chaque bus.

Les capacités de décodage et de déclenchement du protocole offertes par les oscilloscopes sont généralement des améliorations optionnelles. Un simple oscilloscope peut posséder plusieurs options de décodage de protocole différentes pour permettre une validation de bus dans différentes parties de la conception, ou le décodage de plusieurs bus à la fois (par exemple lors des mesures de latence du trafic entre plusieurs bus).

Les oscilloscopes peuvent offrir différentes formes de déclenchement et de décodage de protocole. Certains ne réalisent qu'un décodage de base, l’utilisateur disposant alors d’un simple déclencheur par front. Ceci présente de nets inconvénients par rapport au déclenchement sensible au protocole, qui peut avoir lieu pour des informations d'adresse ou de données spécifiques ou en cas de condition d'erreur. Le déclenchement sur condition d'erreur optimise considérablement l'ensemble du processus de validation du bus, car il peut surveiller celui-ci pendant de longues périodes ou dans différentes conditions, jusqu'à ce qu'une erreur se produise.

Le décodage de protocole varie aussi considérablement d'un fabricant d'oscilloscopes à l'autre. La figure 7 montre un

d'oscilloscopes à l'autre. La figure 7 montre un Figure 7. Décodage de bus et Protocol Aware
Figure 7. Décodage de bus et Protocol Aware Triggering 14 eTech - NUMÉRO 10
Figure 7. Décodage de bus et Protocol Aware Triggering
14 eTech - NUMÉRO 10
de bus et Protocol Aware Triggering 14 eTech - NUMÉRO 10 déclenchement sensible au protocole, une

déclenchement sensible au protocole, une liste de décodages, ainsi que la forme d'onde correspondante, sur laquelle des décodages de différentes couleurs ont été superposés. Ceci permet de comprendre plus facilement tous les événements qui se produisent sur le bus.

tous les événements qui se produisent sur le bus. Figure 8. Options Bus Error Triggering La

Figure 8. Options Bus Error Triggering

La figure 8 montre des options de déclenchement sur erreur MIL1553, ainsi que la capture d'erreur obtenue. Une enquête approfondie peut désormais avoir lieu pour déterminer les événements qui ont mené à cette erreur.

Le débogage et la validation des bus nécessitent une bonne compréhension des bus concernés, ainsi que de leur protocole. De nombreux outils peuvent faciliter cela.

La qualité du signal de bus, ou intégrité du signal, doit toujours servir de point de départ avec un outil tel qu'un oscilloscope, avant l'étape de validation du protocole.

De nombreux oscilloscopes offrent des options de déclenchement et de décodage de bus. Ces outils de débogage ont l'avantage de faire partie de l'oscilloscope et de s'exécuter en temps réel, pour un débogage et une validation plus efficaces des bus série.

POUR EN SAVOIR PLUS Rendez-vous à l'adresse suivante : www.rs-components.com/lecroy
POUR EN SAVOIR PLUS
Rendez-vous à l'adresse suivante :
www.rs-components.com/lecroy
plus efficaces des bus série. POUR EN SAVOIR PLUS Rendez-vous à l'adresse suivante : www.rs-components.com/lecroy
Commandes
Commandes

SUIVI DE COMMANDE

rswww.fr

Suivez votre commande en temps réel sur rswww.fr

Commandes SUIVI DE COMMANDE rswww.fr Suivez votre commande en temps réel sur rswww.fr

NOUVEAU

DESIGNSPARK SYNERGY

Boards that source great ideas.

RS Components propose des breakout boards DesignSpark Synergy pour le développement embarqué « mbed ».

De Mark Cundle, Responsable Marketing Technique

Dans le cadre d'un projet de collaboration continu avec ARM visant à développer des « breakout boards » (cartes d’expérimentation) pour les modules « mbed Microcontrollers », RS Components a lancé les trois premières cartes de sa nouvelle famille DesignSpark Synergy : les cartes AudioCODEC, DisplayBoard et AnimatronicLab. RS fait ainsi un premier pas important vers la création d'un écosystème hardware innovant de prototypage, qui permettra aux développeurs de systèmes embarqués de brancher tout simplement un module mbed Microcontrôleur sur une gamme de breakout boards prêtes à l'emploi et adaptées à diverses d'applications.

à l'emploi et adaptées à diverses d'applications. mbed Microcontrollers Les mbed Microcontrôleurs sont une
à l'emploi et adaptées à diverses d'applications. mbed Microcontrollers Les mbed Microcontrôleurs sont une
à l'emploi et adaptées à diverses d'applications. mbed Microcontrollers Les mbed Microcontrôleurs sont une

mbed Microcontrollers

Les mbed Microcontrôleurs sont une série de cartes de développement de microcontrôleur ARM conçues pour un prototypage rapide. Ils bénéficient d'une plateforme d'outils en ligne sur mbed.org qui offre aux développeurs de systèmes embarqués expérimentés un environnement productif pour des démonstrations de faisabilité. Pour les développeurs qui découvrent le 32 bits, mbed est un moyen accessible de créer des projets en s'appuyant sur les bibliothèques, les ressources et le support partagés de sa communauté.

Nouvelle famille DesignSpark Synergy

La nouvelle famille de cartes DesignSpark Synergy de RS a été conçue pour exploiter les fonctionnalités de l'interface disponibles pour le module mbed Microcontrôleur Cortex-M3 NXP LPC1768 afin de faciliter l'accès aux périphériques de type I2S, USB et Ethernet.

Conceptions dans DesignSpark PCB

La conception hardware des cartes est disponible dans DesignSpark PCB, le logiciel en passe de devenir le choix de la communauté open source du site www.designspark.com. C’est une solution de conception de circuits imprimés, intuitive, facile à utiliser, puissante, entièrement intégrée et déjà récompensée par 2 prix en 2011. Disponible gratuitement et sans limite de temps, ni restriction de licence concernant les conditions d'utilisation, cette solution comprend la saisie schématique, le routage de PCB, un autorouteur, ainsi que la génération des fichiers de fabrication. Les développeurs de systèmes embarqués ont la possibilité de modifier les fichiers de conception des breakout board Synergy existantes et de les partager avec la communauté DesignSpark.

Carte AnimatronicLab

La breakout board AnimatronicLab de la famille DesignSpark Synergy ajoute toute une gamme de fonctions au module mbed Microcontrôleur, en lui offrant un accès facile et rapide à ses fonctionnalités par le biais des ports I2S, I2C, SPI, Ethernet et USB. Essentiellement conçue pour un prototypage rapide, l'ensemble de ses caractéristiques en font une plate-forme

hautement fonctionnelle pour une grande variété d'applications et l'ajout de points de test pratiques pour

hautement fonctionnelle pour une grande variété d'applications et l'ajout de points de test pratiques pour les sondes, oscilloscopes et analyseurs de protocole optimise la visibilité en laboratoire.

Cette carte est particulièrement utile pour les essais d'applications animatroniques. Son driver de demi-pont intégré permet de contrôler facilement les moteurs pas à pas, les actionneurs, ou encore des LED. La carte DesignSpark AudioCODEC peut se connecter via l'interface I2S pour bénéficier d'un son audio haute qualité. Ensemble, ces cartes permettent d'expérimenter mouvement, éclairage et son sur une même plateforme.

Carte AudioCODEC

La breakout board AudioCODEC de la famille DesignSpark Synergy peut se brancher directement sur la carte AnimatronicLab pour un prototypage rapide. Basée sur le très populaireTLV320AIC23B deTexas Instruments, elle utilise le bus standard I2C/SPI pour la commande et la norme I2S pour le transfert de données. Elle permet la lecture et l'enregistrement audio pour toute une gamme de résolutions et de fréquences d'échantillonnage. LeTLV320AIC23B est un codec audio stéréo haute performance, doté de fonctionnalités analogiques hautement intégrées. Ses convertisseurs Analogique/Numérique (ADC) et Numérique/ Analogique (DAC) utilisent la technologie multi-bit Sigma-Delta avec filtres d'interpolation numériques et suréchantillonnage intégrés.

numériques et suréchantillonnage intégrés. Carte DisplayBoard Grâce au module séparé mbed

Carte DisplayBoard Grâce au module séparé mbed Microcontrôleur, la carte DisplayBoard de la famille DesignSpark Synergy offre à l'utilisateur de nombreuses possibilités à tester. Cette carte comporte un tableau d’affichage constitué de 6

DÉVELOPPÉ PAR

un tableau d’affichage constitué de 6 DÉVELOPPÉ PAR grands modules afficheurs 7 segments et des drivers

grands modules afficheurs 7 segments et des drivers associés. La souplesse de sa conception permet d'afficher des types de donnés variés. Ces modules possèdent une hauteur de digits de 56 mm et chaque segment utilise 4 LED haute efficacité pour garantir une grande visibilité. Cette carte convient parfaitement aux affichages d'horloges, de minuteries et de compteurs utilisés de manière autonome ou en réseau.

Le driver de LED utilisé est un NXP PA9635 à 16 canaux, doté d'une interface I2C et d'une capacité en PWM, pour le contrôle de la luminosité et le clignotement des segments. Les drivers sont divisés en 4 : 3 paires pour les afficheurs à LED, une quatrième pour le contrôle des 2 LED rouges entre chaque afficheur.

pour le contrôle des 2 LED rouges entre chaque afficheur. Drivers logiciels et exemples de programmes

Drivers logiciels et exemples de programmes

L’ensemble du code source et les pilotes logiciels nécessaires sont disponibles dans le « Cookbook », sur mbed.org. Cette page regroupe les bibliothèques alimentées par les utilisateurs, ainsi que d'autres ressources de développement. Des exemples de programmes d'applications sont également disponibles pour l'ensemble des breakout boards.

disponibles pour l'ensemble des breakout boards. Partagez votre point de vue sur www.designspark.com/etech

Partagez votre point de vue sur

www.designspark.com/etech

Partagez votre point de vue sur www.designspark.com/etech

www.designspark.com

REVUE DE CONCEPTION

REVUE DE CONCEPTION Mesure de faible impédance grâce à la méthode par shunt De Hideaki Sakazume

Mesure de faible impédance grâce à

la méthode par shunt

De Hideaki Sakazume

Avec l’augmentation du nombre de circuits intégrés et la diminution de leur tension de fonctionnement, il est devenu nécessaire de mieux comprendre et appréhender les alimentations embarquées et les caractéristiques d’impédance de la source d’alimentation et du dispositif à alimenter. La méthode par shunt est une des techniques employées pour mesurer avec précision les valeurs d’impédance allant de quelques milli ohms à plusieurs dizaines d’ohms sur une large plage de fréquences.

Mesure large bande d'une faible impédance

L’intégration à grande échelle des FPGA, processeurs et circuits intégrés SoC rend aujourd’hui le cahier des charges de leur alimentation de plus en plus exigeant. Avec une marge d'erreur de ± 5 % pour les tensions de base de 1 V ou moins, il n'est pas rare que l'E/S nécessite un courant de plusieurs dizaines d'ampères.

D'un autre côté, si l'on suppose que l'impédance du modèle entre la sortie de l'alimentation et le dispositif est égale à 10 mΩ, les variations d'intensité situées entre 0 et 10 A entraîneront des fluctuations de tension d'environ 0,1 V. Les fluctuations de tension causées par les changements d'intensité de charge varient considérablement en fonction non seulement de l'impédance du modèle, mais également de l'impédance de sortie de la source d'alimentation et des caractéristiques du condensateur de découplage. Les concepteurs de cartes doivent par conséquent réaliser des vérifications et des mesures sur la carte de montage au moment de l'ajout de l'impédance de source d'alimentation dans leur conception. Il est important de noter que l'impédance en question est très faible, avec des valeurs s'étendant de quelques milliohms à plusieurs centaines de milliohms. Les données doivent en outre être recueillies sur une large bande de fréquences, allant des basses fréquences à environ 100 MHz. En effet, pour contrôler la stabilité dynamique de l'alimentation sur les circuits de semiconducteurs haute vitesse qui constituent la charge, il est essentiel de comprendre les caractéristiques de l’impédance sur une plage de fréquences étendue.

Que mesurer et comment

Les questions à poser ici concernent ce qui doit être mesuré et la méthode à utiliser. Tout d'abord, outre le

fait que les testeurs analogiques et les multimètres numériques servent uniquement à mesurer la

résistance DC, ils ne prennent pas en charge la plage nécessaire. L’une des méthodes consiste à utiliser un mesureur LCR. Certains entre eux offrent en effet une résolution d’environ 1 mΩ et permettent

à l’utilisateur de sélectionner la fréquence de

mesure. Malgré une plage limitée aux basses fréquences, des mesures soignées utilisant une sonde à quatre bornes, par exemple, permettraient probablement de mesurer l’impédance d’une carte sans composants ou l’impédance des composants intégrés pris individuellement. Il n'est cependant pas possible d'utiliser un mesureur LCR lorsque le dispositif sous test (DUT) est mis à la terre. Il serait donc inutile de mesurer l’impédance d’une carte équipée de composants ou l’impédance de sortie de la source d’alimentation, par exemple. L'une des méthodes disponibles pour les DUT mis à la terre consiste à utiliser un Analyseur de Réponse en Fréquence (FRA) ou un Analyseur de Réseau Vectoriel (VNA) doté d'une fonction de mesure I-V

pour détecter le courant qui traverse le DUT, ainsi que la tension à chaque borne, et déterminer l'impédance

à partir du quotient de ces valeurs (figure 1).

Lorsqu'un analyseur de réseau est utilisé, la composante continue (DC) doit être bloquée. Avec un FRA, la tension de tenue d'entrée est comparativement élevée (plusieurs centaines de volts) et la composante DC est soustraite au moment du traitement du signal, si bien que l'impédance d'une source d'alimentation pourrait même être mesurée sous une charge réelle. Le plus important avec cette méthode est que la

résistance de détection de l'intensité n'est pas reliée

à la terre. Cela signifie que l'entrée de l'analyseur doit être flottante. De nombreux FRA
à la terre. Cela signifie que l'entrée de l'analyseur
doit être flottante. De nombreux FRA offrant cette
Frequency
Z=ch1/ch2
Response
ch1
ch2
Analyser
Sig out
Sig in
Ri
Rs
Zx
R L
Ri :Current pickup
Rs :Current limitting
R L :Load register (if need)
Sig out :Sine wave
limitting R L :Load register (if need) Sig out :Sine wave fonctionnalité, tant que l'impédance sera

fonctionnalité, tant que l'impédance sera supérieure ou égale à 10 mΩ et que la fréquence ne dépassera pas quelques MHz (ce qui correspond à la plage de fréquences du FRA), cette méthode sera utile.

Méthode par shunt et analyseurs de réseau

Il est également possible de mesurer de faibles valeurs d'impédance (de l'ordre de quelques milliohms) sur une large bande de fréquences en

utilisant la méthode par shunt avec un analyseur de réseau. Cette méthode peut servir à mesurer des impédances de quelques milliohms seulement pour des fréquences allant jusqu'à plusieurs centaines de MHz. Bien que les mesures d'impédance sur large bande fassent partie des fonctions de base des analyseurs de réseau, ces derniers servent avant tout à mesurer des impédances moyennes tournant autour de 50 Ω. En fait, lorsque l'impédance se rapproche de 50 Ω, elle peut être facilement déterminée en mesurant le coefficient de réflexion (S11) d'un port, comme indiqué dans la figure 2. Toutefois, la précision de cette méthode diminue considérablement en dessous de 1 Ω. Avec la méthode par shunt, un côté du DUT est mis à la terre. Ceci revient donc à réaliser une mesure sur un seul port, à la différence que l’autre côté du DUT est relié

à deux ports de l’analyseur. L'impédance est alors

calculée en mesurant le coefficient de transmission

avant (S21) (figure 3). La figure 4 décrit le circuit équivalent à la réalisation d'une mesure par shunt

à basse fréquence. Parmi les valeurs S obtenues

par l'analyseur de réseau, la valeur S21 est indiquée sur le graphique par le quotient Vt/Vr. Comme le montre cette figure, lorsque cette méthode est utilisée, plus la valeur Zx diminue par rapport à 50 Ω, plus la tension de détection est faible, mais la sensibilité et la marge d'erreur de la mesure finale sont suffisantes pour que de faibles impédances puissent être mesurées. De plus, l'analyseur de réseau pouvant fonctionner à fréquence élevée, il est clair que cette méthode convient aux mesures de faible impédance large bande.

Figure 1 : Mesure d'impédance à l'aide d'un FRA

Causes d'erreurs et élimination

Bien que la méthode par shunt soit la mieux adaptée aux mesures de faible impédance sur large bande, rappelons que la marge d'erreur est plus importante pour les basses fréquences. La figure 5a représente une connexion par shunt. En cas d'impédance résiduelle sur la ligne de mise à la terre du côté détection (dans le blindage du câble de mesure, par exemple), la chute de tension causée par le courant de retour indésirable qui suit ce chemin s'ajoutera à la tension de détection en tant qu'erreur. Ce courant de retour indésirable a tendance à augmenter pour les basses fréquences. Il a également tendance à entraîner des mesures supérieures aux valeurs réelles. Par conséquent, lorsque la caractéristique de fréquence est observée, la valeur élevée de l'impédance peut être trompeuse

la valeur élevée de l'impédance peut être trompeuse Vector Network Port 1 (Z0 =50 Ω) Analyser
Vector Network Port 1 (Z0 =50 Ω) Analyser S11 Γ(S 11 ) = Zx-50 Zx+50
Vector
Network
Port 1
(Z0 =50 Ω)
Analyser
S11
Γ(S 11 ) = Zx-50
Zx+50
Zx
Figure 2 : Méthode à port unique
) = Zx-50 Zx+50 Zx Figure 2 : Méthode à port unique Vector Network Port1 Port2
Vector Network Port1 Port2 Analyser S21 S21 = Zx+25 Zx Zx Figure 3 : Méthode
Vector
Network
Port1 Port2
Analyser
S21
S21 = Zx+25 Zx
Zx
Figure 3 : Méthode par shunt
S21 S21 = Zx+25 Zx Zx Figure 3 : Méthode par shunt REVUE DE CONCEPTION 50

REVUE DE CONCEPTION

50 50 50 Zx 50 Vt 50 Vr Vt 25 × S21 S21 = Zx
50
50
50
Zx
50
Vt
50 Vr
Vt
25 × S21
S21 =
Zx =
Vr
(1-S21)

Figure 4 : Principe de mesure

pour les basses fréquences inférieures ou égales à quelques dizaines de kHz (figure 5b). En d'autres termes, si le chemin suivi par le courant de retour superflu peut être bloqué, ce problème pourra être évité. Pour être plus précis, le problème pourra être résolu en insérant un transformateur du côté détection ou en coupant la connexion à la terre à l'aide d'un analyseur permettant d'isoler l'entrée par rapport à la terre (figure 6). La méthode par shunt étant utilisée pour les mesures de faible impédance, il est également important de s'assurer que les deux bornes de la sonde sont connectées au niveau du point de mesure du DUT (à l'aide d'une connexion à quatre bornes). De même, cette méthode étant utilisée pour des mesures de réseau hautes fréquences, il est important de faire attention aux paramètres de l'analyseur, tels que la correction d'entrée (ouvert, court-circuit, charge) et la correction de la longueur électrique entre le plan de référence et le point de mesure.

entre le plan de référence et le point de mesure. r2 r1 Zx Verror Vt Vt
r2 r1 Zx Verror Vt Vt true I1 Vr I2 Verror = r2× I2 Vt=
r2
r1
Zx
Verror
Vt
Vt true
I1
Vr
I2
Verror =
r2×
I2
Vt=
Vt true
+Verror
Figure 5a
Vt=
Vt true
+Verror
z
x
Frequency
Impedance
error

Figure 5b

Figures 5a et 5b : Erreur générée par un courant de retour indésirable (I2)

r2 Zx Vt I2 Isolated input
r2
Zx
Vt
I2
Isolated input

Figure 6 : Blocage du courant de retour par isolement

Partagez votre point de vue sur www.designspark.com/eTech

Partagez votre point de vue sur

www.designspark.com/eTech

NOUVEAUX

PRODUITS

NOUVEAUX PRODUITS INTERRUPTEURS à BASCULE ANTI-MICROBIENS BIPOLAIRES ARCOLECTRIC 6050, AVEC RÉSISTANCE AUX

INTERRUPTEURS à BASCULE ANTI-MICROBIENS BIPOLAIRES ARCOLECTRIC 6050, AVEC RÉSISTANCE AUX ÉCLABOUSSURES

Premiers composants électroniques anti-microbiens au monde grâce à la technologie des ions d'argent BioCote.

BRUCELLES LINDSTROM

Brucelles de précision suisses conçues pour les composants électroniques.

n En plus de nos brucelles à usage général, nous

stockons des brucelles conçues spécifiquement pour la manipulation des composants CMS. Disponibles à l'unité ou en assortiment. Critère de recherche sur le site RS :

Brucelles Lindstrom

n La technologie BioCote ® prolonge la durée de vie de ces interrupteurs à bascule grâce

à une protection anti-bactérienne intégrée qui élimine jusqu'à 99,9 % des pathogènes, tels que les bactéries, les moisissures et les champignons. Idéale pour les secteurs de la santé, de la recherche en laboratoire, de l'enseignement, de la restauration et des loisirs, ainsi que pour tous les lieux publics à fort passage. Critère de recherche sur le site RS : 749-2415

passage. Critère de recherche sur le site RS : 749-2415 IDT SÉRIE 3CN Oscillateurs à quartz

IDT SÉRIE 3CN

Oscillateurs à quartz CMOS CrystalFree.

n Ces oscillateurs affichent une précision en fréquence de ± 100 ppm. Leur

consommation électrique représente seulement 10 % de celle des oscillateurs à quartz. La série 3C à technologie sans quartz fait de ces produits une alternative

plus compétitive aux oscillateurs traditionnels. Critère de recherche sur le site RS : 3CN11G

Critère de recherche sur le site RS : 3CN11G HDR-60 LATTICE SEMICONDUCTOR Kit de développement de
Critère de recherche sur le site RS : 3CN11G HDR-60 LATTICE SEMICONDUCTOR Kit de développement de

HDR-60 LATTICE

SEMICONDUCTOR

Kit de développement de caméra vidéo HDR (High Dynamic Range)

de développement de caméra vidéo HDR (High Dynamic Range) n Système de développement à caméra vidéo

n Système de développement à caméra vidéo

haute définition (HD) prêt pour la production basé sur la famille de FPGA LatticeECP3™.Ce kit pré-chargé avec un pipeline ISP (Image Signal Processing) d’évaluation plug and play basé sur des coeurs sous la propriété intellectuelle (IP) de Helion GmbH, un partenaire de Lattice, est prêt à l’emploi. Le traitement d’image est capable de délivrer une résolution de 1080p à 60 images par seconde avec réduction du bruit 2D et High Dynamic Range (HDR). Critère de recherche sur le site RS : HDR60

Range (HDR). Critère de recherche sur le site RS : HDR60 20 eTech - NUMÉRO 10

CONVERTISSEURS DC/DC TRACOPOWER SÉRIE THL20WI

Convertisseurs DC/DC compacts, à forte densité de puissance, capables de délivrer jusqu'à 20 W.

n La série THL 20WI est la dernière génération

de modules de convertisseur DC/DC à densité de puissance optimale. Ces produits peuvent atteindre une puissance de sortie de 20 W avec un boîtier métallique de 2,5 x 2,5 x 1 cm seulement. Tous les modèles possèdent une plage de tensions d'entrée 4:1 ultra-large et des tensions de sortie régulées avec précision. Le rendement élevé pouvant atteindre 90 % rend ce produit très fiable. Applications typiques :

équipements mobiles, instrumentation, alimentation des composants électroniques de communication ou industriels et toute application bénéficiant d'un espace restreint sur le CI. Critère de recherche sur le site RS : THL 20

sur le CI. Critère de recherche sur le site RS : THL 20 FLUX-OFF ® Le

FLUX-OFF ®

Le retrait du flux est crucial pour garantir la fiabilité des circuits.

n Les décapants Flux-Off ® sont spécialement formulés

pour éliminer tous les types de flux résineux, sans

nettoyage, solubles dans l'eau et synthétiques. Pulvérisation dans toutes les directions. Critère de recherche sur le site RS : flux off

Critère de recherche sur le site RS : flux off NOUVEAUX PRODUITS MULTIMèTRE NUMÉRIQUE AGILENT U1273A
Critère de recherche sur le site RS : flux off NOUVEAUX PRODUITS MULTIMèTRE NUMÉRIQUE AGILENT U1273A

NOUVEAUX

PRODUITS

MULTIMèTRE NUMÉRIQUE AGILENT U1273A

Multimètre RMS à afficheur 30 000 points.

n L'écran OLED du modèle U1273A offre des niveaux de contraste et de luminosité exceptionnels. Il permet également un angle de vue plus large allant jusqu'à 160 ° permettant des relevés corrects du premier coup d'œil. Ce multimètre offre une excellente précision et une large gamme de fonctions. Critère de recherche sur le site RS : U1273

de fonctions. Critère de recherche sur le site RS : U1273 CAPTEURS INDUCTIFS IFM Capteurs IFM

CAPTEURS INDUCTIFS IFM

Capteurs IFM offrant une plage de mesure étendue.

n Nous avons élargi notre gamme de capteurs inductifs à usage général IFM. Ces capteurs sont parfaitement adaptés à un grand nombre d'applications et de défis conceptuels. Critère de recherche sur le site RS : IFM IFS

Critère de recherche sur le site RS : IFM IFS GANTS ANTISTATIQUES Gants antistatiques blancs à

GANTS ANTISTATIQUES

Gants antistatiques blancs à peluchage faible, avec revêtement de paume PU pour l'assemblage / l'inspection des pièces et composants électroniques sensibles.

n Antistatiques selon EN1149 partie 1:1995 ; peuvent être utilisés en salle blanche de classe 1 000. De forme étroite pour un maximum de dextérité. Vendus par paire. Critère de recherche sur le site RS : 622-6955

par paire. Critère de recherche sur le site RS : 622-6955 chaque mois sur rswww.fr/electronique eTech

NOUVEAUX

PRODUITS

NOUVEAUX PRODUITS MESUREUR LCR AGILENT TECHNOLOGIES SÉRIE U1730 Les mesureurs LCR portables Agilent série U1730
NOUVEAUX PRODUITS MESUREUR LCR AGILENT TECHNOLOGIES SÉRIE U1730 Les mesureurs LCR portables Agilent série U1730

MESUREUR LCR AGILENT TECHNOLOGIES SÉRIE U1730

Les mesureurs LCR portables Agilent série U1730 permettent d'effectuer des mesures jusqu'à 100 kHz.

n Il offre une gamme de fréquences de test étendue et couvre également de nombreux paramètres de mesure, dont les valeurs Z, L, C, R, DCR, ESR, ainsi que les valeurs D et Θ pour une analyse plus détaillée des composants. La série U1730C convient parfaitement aux évaluations de composants sur ligne de production et aux tests basiques d’impédance. Critère de recherche sur le site RS : Agilent rlc

PIC32MX MICROCHIP

Microcontrôleur Flash 32 bits haute performance, USB, CAN et Ethernet.

n Grâce à une mémoire étendue capable de relever les

défis des conceptions de système embarqué toujours plus complexes, la famille MX7 à coeur de processeur M14K™ MIPS32, fournit la puissance de traitement, la mémoire et les périphériques nécessaires aux applications les plus avancées et sensibles au coût. Critère de recherche sur le site RS :

PIC32MX795F512L

Critère de recherche sur le site RS : PIC32MX795F512L CARTE DE DÉVELOPPEMENT MICROCHIP CHIPKIT MAX32 UNO32

CARTE DE DÉVELOPPEMENT MICROCHIP CHIPKIT MAX32

UNO32 et MAX32 sont les premières plateformes à microcontrôleur 32 bits compatibles avec les logiciels et le matériel Arduino existants.

n La plateforme chipKIT permet aux amateurs et universitaires de disciplines variées, telles que l'ingénierie mécanique, informatique ou artistique de développer rapidement et facilement des applications embarquées originales : commande moteur, affichage LCD, communications câblées ou sans fil, contrôle de matrices LED et réseaux de capteurs. Critère de recherche sur le site RS : ChipKit

capteurs. Critère de recherche sur le site RS : ChipKit SUPERCONDENSATEURS NICHICON EVERCAP Ces supercondensateurs

SUPERCONDENSATEURS NICHICON EVERCAP

Ces supercondensateurs combinent les caractéristiques des batteries et des condensateurs électrolytiques aluminium.

n Ces condensateurs à haute capacité, longue durée et faible résistance permettent plus d'un millions de cycles de charge et de décharge, d'où leur grande fiabilité. Ils fonctionnent également sur une plage de températures beaucoup plus large par rapport aux batteries standard. Critère de recherche sur le site RS : JUMT

standard. Critère de recherche sur le site RS : JUMT CARTE ARDUINO MEGA 2560 à MICROCONTRÔLEUR

CARTE ARDUINO MEGA 2560 à MICROCONTRÔLEUR ATMEL

Carte microcontrôleur basée sur l'ATmega2560.

n Cette carte contient tout le nécessaire pour la prise

en charge du microcontrôleur : 54 broches d’Entrée/ Sortie numériques, 16 entrées analogiques, 4 UART, un oscillateur à quartz 16 MHz, un port USB, une prise d’alimentation Jack, une embase ICSP et un bouton reset. Il suffit de la relier à un ordinateur au moyen d’un câble USB ou de l’alimenter à l’aide d’un adaptateur AC/DC ou d’une batterie. Critère de recherche sur le site RS : Arduino Mega

Critère de recherche sur le site RS : Arduino Mega 22 eTech - NUMÉRO 10 Plus

FPGA XILINX VIRTEX-6

Famille de FPGA avec base en silicium haute performance pour plateformes de conception ciblées.

n Avec une puissance et un coût réduits de 50%

et 20%, cette famille est la combinaison parfaite entre programmabilité, blocs intégrés pour DSP, mémoire et connectivité prise en charge comme avec le transceiver GTX haute vitesse, afin de satisfaire aux demandes croissantes en termes de bande passante et de performances élevées. Critère de recherche sur le site RS : Virtex6

élevées. Critère de recherche sur le site RS : Virtex6 NOUVEAUX PRODUITS CARTE ANIMATRONICLAB SyNERGy Breakout
élevées. Critère de recherche sur le site RS : Virtex6 NOUVEAUX PRODUITS CARTE ANIMATRONICLAB SyNERGy Breakout

NOUVEAUX

PRODUITS

CARTE ANIMATRONICLAB SyNERGy

Breakout board rassemblant les composants indispensables au prototypage avec le sous-système AudioCODEC et d'autres

composants multimédias interactifs.

n Cette carte est conçue pour les essais d'applications audio et animatroniques. Elle dispose d'un module AudioCODEC, de ports USB et SPI pour le transfert des données audio et d'un port Ethernet pour les applications de streaming audio. Un pont en H est inclus pour le contrôle de moteurs, solénoïdes ou voyants, afin de permettre l'activation du son, de mouvements et de lumières à l'aide d'un signal. L'ensemble de ses caractéristiques en font une plateforme fonctionnelle pour de nombreuses applications et l'ajout de points de test pratiques pour les sondes, les oscilloscopes et même les analyseurs de protocole optimise la visibilité en laboratoire. Critère de recherche sur le site RS :

AnimatronicLab

Critère de recherche sur le site RS : AnimatronicLab KIT DE DÉVELOPPEMENT HERCULES TMS570LS TEXAS INSTRUMENT

KIT DE DÉVELOPPEMENT HERCULES TMS570LS TEXAS INSTRUMENT

Kit haute performance pour applications de sécurité critique dans l'automobile.

n Le HDK est idéal pour les évaluations et le lancement de développements sur la plateforme de microcontrôleurs de

sécurité Hercules. Il contient une carte de développement, une alimentation électrique DC, un câble Mini-USB de type B,

un câble Ethernet et un DVD d'installation logicielle. La carte de développement dispose d’un émulateur JTAG XDS100V2 embarqué et permet d'accéder à plusieurs interfaces de communication et de périphériques clés. Critère de recherche sur le site RS : TMDX570LS31HDK

Critère de recherche sur le site RS : TMDX570LS31HDK CARTE AUDIOCODEC SyNERGy Cette breakout board au

CARTE AUDIOCODEC SyNERGy

Cette breakout board au format pratique utilise le célèbre codec audio du TLV320AIC23B de Texas Instruments pour un prototypage rapide.

n Le TLV320AIC23B est un codec audio stéréo haute performance, doté de fonctionnalités analogiques hautement intégrées.

Utilisant les standards de l'industrie I2C/SPI pour le contrôle et l'I2S pour le transfert de données, il permet la lecture et

l'enregistrement audio pour toute une gamme de résolutions et de fréquences d'échantillonnage. Ses convertisseurs Analogique/Numérique (ADC) et Numérique/Analogique (DAC) utilisent la technologie multi-bit Sigma-Delta avec filtres d'interpolation numériques et suréchantillonnage intégrés. Critère de recherche sur le site RS : AudioCodec

Critère de recherche sur le site RS : AudioCodec chaque mois sur rswww.fr/electronique eTech - NUMÉRO
Évitement des défaillances, tolérance aux pannes
Évitement des
défaillances,
tolérance aux pannes
Du Dr William Marshall, Éditeur Contenu Central Semiconducteurs
Du Dr William Marshall, Éditeur Contenu Central Semiconducteurs

Premier volet, démarche de conception fiable : évitement des pannes

démarche de conception fiable : évitement des pannes Après l'annonce et le lancement des microcontrôleurs

Après l'annonce et le lancement des microcontrôleurs de « sécurité » Texas Instruments, Freescale et Infineon, nous présentons ici le premier volet d'une série d'articles sur la théorie et les techniques pratiques qui se cachent derrière la fiabilité et la redondance en matière de systèmes de sécurité critique.

sur le système, des définitions de base sont nécessaires pour les termes panne, défaillance et erreur :

Le terme panne fait référence à la cause directe d'un fonctionnement incorrect du système. Il peut s'agir d'une panne de matériel, de synchronisation ou de logiciel (bogues). Elle peut également être de nature permanente ou transitoire.

• Dans le dernier quart du 20e siècle, le terme « ordinateur » est devenu
Dans le dernier quart du 20e siècle, le terme « ordinateur » est
devenu synonyme de manque de fiabilité. Chaque fois qu'un
système tombait en panne, la faute était attribuée à une erreur
informatique. Cette causalité souvent injustifiée est devenue
une excuse facile pour couvrir les erreurs humaines commises
par les programmeurs ou les opérateurs. L'ordinateur est
ainsi devenu le bouc émissaire de nos propres échecs et cette
situation semblait satisfaire tout le monde, tant que les soi-disant
« erreurs informatiques » n'étaient pas à l'origine de blessures
ou de décès. Mais la technologie a évolué et les ordinateurs
ont trouvé leur place dans les voitures, puis dans les avions,
où la gestion de fonctions non critiques en terme de sécurité,
telles que les essuie-glaces et la navigation, leur a été confiée.
Tout a changé avec l'informatisation des systèmes de contrôle
aérien : dans un premier temps pour les avions militaires, puis
civils, comme l'Airbus A320. Aujourd'hui, même les voitures
sont équipées d'une multitude de microcontrôleurs chargés de
gérer leurs fonctions de sécurité, telles que le freinage d'urgence
et l'activation des airbags. Google a récemment démontré que
les voitures sans chauffeur étaient tout à fait possibles dans la
pratique. En quoi cela a-t-il changé l'attitude du public vis-à-
vis des erreurs informatiques ? Les constructeurs d'avions
et d'automobiles ont heureusement réalisé qu'il n'était pas
acceptable de qualifier de « simples erreurs informatiques »
les accidents responsables de centaines de morts. Au cours
des cinquante dernières années, de nombreuses recherches
visant à rendre les ordinateurs « infaillibles » ont suivi deux
angles d'attaque : l'évitement des pannes, puis la tolérance
aux pannes, grâce à des machines plus intelligentes.
En tant que concept, la fiabilité informatique peut avoir
autant de définitions qu'il existe d'opérateurs et d'utilisateurs.
Ces définitions dépendent également du point de vue : un
installateur informatique pourra considérer que son système
est fiable si les performances répondent dans l'ensemble aux
exigences. L'avis de l'opérateur pourra être beaucoup moins
favorable si, pour obtenir ces performances, il doit corriger
des erreurs et régulièrement faire appel à un technicien de
maintenance pour remplacer des composants. Le technicien
de maintenance pourra juger que le système n'est pas
du tout fiable s'il doit prendre des mesures préventives,
localiser des pannes potentielles et résoudre d'autres
pannes avant que des erreurs n'apparaissent « en aval ».
Cette approche humaine traditionnelle de la fiabilité n'est
tout simplement pas satisfaisante dans le cas des systèmes
de sécurité, tels que les systèmes de contrôle aérien.
Définition du terme fiabilité
• La fiabilité est la probabilité qu’un système donné
accomplisse une fonction requise dans des conditions
déterminées pour une durée définie dans le temps

Elle est donc fonction du temps et varie entre 1 (totalement fiable) et 0 (pas du tout fiable). L'objectif du concepteur est de maintenir ce chiffre le plus près possible du 1 pour le système, et ce le plus longtemps possible, ou du moins jusqu'à la fin de la mission ou de la durée de fonctionnement requise. Au cas où quelque chose ne fonctionnerait pas

Le terme défaillance fait référence à un écart par rapport aux spécifications du système en raison d'une panne. Cela signifie que le processeur passe à un état incorrect après un certain nombre d'états corrects.

Le terme erreur fait référence à la manière dont la défaillance de la machine se manifeste dans un calcul de programmation particulier.

Pendant la conception d'un système, les causes possibles de pannes doivent être prises en compte. On parle alors de « menaces ».

Le terme menace fait référence au stress qui produit une panne. Il peut s'agir d'une erreur environnementale normale, anormale ou d'une erreur de conception.

Deux hypothèses sont nécessaires pour obtenir une fonction mathématique de la fiabilité : d'une part, les défaillances du dispositif sont aléatoires et donc statistiquement indépendantes les unes par rapport aux autres et, d'autre part, le taux de défaillance, exprimé en nombre de défaillances par heure, est une constante pendant tout le cycle de vie de l'équipement. Bien que fragiles, ces deux hypothèses ont prouvé qu'elles étaient raisonnablement valides pour les analyses de systèmes, à condition que certaines conditions soient remplies. L'indépendance statistique suppose qu'une défaillance de composant n'augmentera pas le stress subi par un composant voisin et n'augmentera donc pas son taux de défaillance.

et n'augmentera donc pas son taux de défaillance. Figure 1. Taux de défaillance d’un composant en
et n'augmentera donc pas son taux de défaillance. Figure 1. Taux de défaillance d’un composant en
et n'augmentera donc pas son taux de défaillance. Figure 1. Taux de défaillance d’un composant en
et n'augmentera donc pas son taux de défaillance. Figure 1. Taux de défaillance d’un composant en

Figure 1. Taux de défaillance d’un composant en fonction du temps

Lorsque les ordinateurs étaient fabriqués à partir de transistors, de résistances et d'autres composants discrets, un court- circuit aux bornes d’un condensateur, par exemple, pouvait provoquer une surcharge sur un transistor et entraîner une suite de défaillances. Les éléments logiques des circuits intégrés sont moins susceptibles d'entraîner des dommages en cascade et devraient se rapprocher davantage du modèle de fiabilité. La constance du taux de défaillance peut être obtenue en ignorant les phases de « rodage » et d'« usure » du cycle de vie du système (figure 1) et en utilisant uniquement

Suite page 26 >

usure » du cycle de vie du système (figure 1) et en utilisant uniquement Suite page
< Suite de la page 25 la partie plate de la courbe. La phase de
< Suite de la page 25
la partie plate de la courbe. La phase de rodage devrait
éliminer la totalité des défauts intrinsèques aux composants,
des erreurs de conception matérielle et des « bogues » de
programmation. La fiabilité théorique d'un module de système
non redondant en fonction du temps s'exprimera donc ainsi :
du système, d'où une probabilité de fonctionnement correct de
90-99 %, par exemple. Le temps de mission sert généralement
de base de calcul, notamment dans le cas des avions
militaires, où la durée MTBF peut être de quelques heures
seulement. Il existe plusieurs moyens d'éviter les pannes :
R(t) = e- l t
où l correspond à un taux de défaillance constant.
• Contrôle de la qualité des composants. Ceci signifie de nos
jours une vigilance accrue face aux pièces de contrefaçon.
Ceci permet d'obtenir la courbe exponentielle de la figure 2. Le
module est en théorie parfaitement fiable. R(t) = 1 lorsque le
temps = 0, c'est-à-dire lorsque le système entre dans la phase
de taux de défaillance constant de son cycle de vie (figure 1).
• Réduction importante de la puissance nominale
des composants (en n'utilisant que 10 % des
capacités de puissance, par exemple).
• Utilisation des composants à plages de
températures automobiles et militaires.
• Réduction du stress environnemental à l'aide
de systèmes de refroidissement, etc.
• Réduction du nombre de composants utilisés pour chaque
tâche au minimum (conception efficace, sans redondance).
Ces techniques ont été fréquemment utilisées dans les
applications militaires à cause de la nécessité de réduire le
poids, quel que soit le prix. Le besoin d'une fiabilité durable
était généralement secondaire, les temps de mission de ce
secteur étant souvent de quelques heures seulement, voire de
quelques minutes ou secondes pour les systèmes d'armement,
tels que les missiles guidés. Dans le domaine de la défense,
la faible détérioration des systèmes stockés sans alimentation
pendant de longues durées est plus importante. La sécurité
est également moins importante que dans le secteur civil.
Figure 2. Fiabilité d’une unité simplex
Évitement des pannes
Il est bien sûr nécessaire de trouver
un moyen de déterminer le moment
où le taux de défaillance du système
devient constant. Une méthode
coûteuse consiste à tester le système
jusqu'à ce qu'il quitte sa phase de
rodage. Seuls les constructeurs
d'équipements militaires ou critiques
pour la santé réalisent généralement ce
type de test. Dans le cas des systèmes
commerciaux et domestiques, les
nouveaux produits sont souvent
testés sur les consommateurs et le
calcul de fiabilité ajusté en fonction
des plaintes reçues. Fréquemment
utilisée comme paramètre de fiabilité,
la durée moyenne entre les pannes
Le temps de mission des projets automobiles et aérospatiaux
civils peut peut-être lui aussi être court, mais le coût associé
à la conception d'un système d'évitement des pannes
peut être prohibitif. Heureusement, les circuits intégrés à
grande échelle offrent une perspective de tolérance aux
pannes abordable, avec des systèmes d’auto-surveillance,
de pièces de rechange embarquées et un ré-établissement
automatique. Dans les applications non militaires, la tolérance
aux pannes rendra le développement de véhicules sans
chauffeur non seulement possible, mais également sûr.
Dans la deuxième partie de ce dossier, nous examinerons
les implications théoriques et pratiques des designs
tolérants aux pannes. Nous utiliserons des exemples issus
de l’aviation avec l’Airbus, ainsi que de l’exploration spatiale
avec la navette et les robots d’exploration planétaire.
(MTBF) correspond tout simplement à
l'inverse du taux de défaillance. Pour déterminer le paramètre I
ou la durée MTBF d'un module, les taux de défaillance de tous
les composants sont ajoutés, conformément à l'hypothèse
d'indépendance statistique. La courbe de la figure 2 montre que
lorsque t = MTBF, R(t) = 0,37. En d'autres termes, lorsque l'âge
du système se rapproche de la durée MTBF, la probabilité d'un
fonctionnement sans défaillance continu est de 37 % seulement.
Les processus traditionnels d'évitement des pannes et de
tolérance aux pannes visent à augmenter la durée MTBF du
système en améliorant les durées MTBF de chacun de ses
modules et composants. Cette méthode est utilisée jusqu'à
ce que le temps de mission ou le cycle de vie requis pour
l'équipement soit considérablement inférieur à la durée MTBF
POUR EN SAVOIR PLUS
Découvrez tous les nouveaux produits sur
www.rs-components.com/electronics

« Google a démontré que les voitures sans chauffeur étaient tout à fait possibles dans la pratique. »

Bas profil Module d'alimentation c.a./c.c.pour montage sur châssis, rail DIN ou PCB Sélection des modèles

Bas profil Module d'alimentation c.a./c.c.pour montage sur châssis, rail DIN ou PCB

c.a./c.c.pour montage sur châssis, rail DIN ou PCB Sélection des modèles chez RS :

Sélection des modèles chez RS :

www.rs-components.com/traco

des modèles chez RS : www.rs-components.com/traco C B Scheme U L 60950-1 U L 508 Série
des modèles chez RS : www.rs-components.com/traco C B Scheme U L 60950-1 U L 508 Série

C B

Scheme

U L 60950-1 U L 508
U L 60950-1
U L 508

Série TMP et TMPM 4 à 60 W

Boîtier en plastique compact complètement encapsulé

Modèles de sortie simple, double et triple.

Connexion aisée via le bornier à vis (modèles 15–60 W)

Modèles de montage sur carte (modèles 4–60 W)

Entrée universelle 85–264 V c.a., 47–440 Hz ou 120–370 V c.c.

Tensions de sortie de 3,3 à 48 V c.c.

Indice de protection ll préparé, double isolation

Homologations conformes aux normes UL508 et UL60950-1

Protection contre les courts-circuits et les surcharges

Conformité CEM pour les applications dans les environnements industriels, résidentiels et commerciaux

Haute fiabilité

www.tracopower.com

CONSEILS DE CONCEPTION

CONSEILS DE CONCEPTION EN ASSOCIATION AVEC Temps/intervalle-mètre avec ATtiny Vladimir Mitrovic (Croatie) Ce projet

EN ASSOCIATION AVEC

CONSEILS DE CONCEPTION EN ASSOCIATION AVEC Temps/intervalle-mètre avec ATtiny Vladimir Mitrovic (Croatie) Ce projet

Temps/intervalle-mètre avec ATtiny

Vladimir Mitrovic (Croatie)

avec ATtiny Vladimir Mitrovic (Croatie) Ce projet montre que peu de matériel suffit pour construire

Ce projet montre que peu de matériel suffit pour construire un temps/intervalle-mètre polyvalent avec une interface sur écran LCD facile à utiliser. Un microcontrôleur AVR ATtiny2313 mesure l’intervalle de temps entre deux transitions logiques d’impulsions appliquées sur les entrées PD2 et PD3. Des intervalles de temps de 10 µs à 30 min (!) peuvent être mesurés avec une résolution de 1 µs dans la gamme des µs et de 1 ms à quatre heures avec une résolution de 1 ms dans la gamme des ms.

Dans le circuit, le bloc interrupteur DIP S2 détermine les réglages de l’instrument, comme suit :

S2 1-8 : sélectionne le front de l’impulsion (montant ou descendant) sur lequel démarre la mesure. S2 2-7 : sélectionne le front de l’impulsion (montant ou descendant) sur lequel s’arrête la mesure. S2 3-6 : unité de mesure et résolution (µs ou ms). S2 4-5 : mode de mesure (continu ou oneshot/hold).

Une explication détaillée des fonctions et options de configuration des interrupteurs est donnée dans le tableau 1. Le temps mesuré est affiché sur un écran LCD de deux lignes. La première ligne affiche l’intervalle de temps choisi, l’unité de mesure et le mode de mesure, la seconde, le temps mesuré.

La LED D4 est allumée durant la mesure et éteinte entre deux mesures d’intervalle et durant la période de maintien (hold). Son principal objectif est de montrer que « quelque chose se passe » pendant de longues périodes de mesure. Si vous le souhaitez, vous pouvez ne pas mettre la LED et R5.

Dans la gamme µs, le temporisateur/compteur 0 (T/ C0) 8 bits de l’ATtiny2313, réglé en mode normal et avec sa sortie compare match B activée, compte

les fronts de l’horloge système prédivisée. Comme un quartz cadencé à 8 MHz est utilisé et que le prédiviseur est fixé à 8, le T/ C0 incrémente de 1 toutes les µs. La valeur du registre OCR0B (Output Compare Register B) est fixée à 255, ce qui permet à la broche OC0B de basculer tous les 256 fronts. La broche OC0B est reliée en interne à l’entrée du T/C1 et ce dernier compte les impulsions sur la broche OC0B avec une résolution de 16 bits. De cette façon, nous avons un compteur matériel à 25-bits (T/C1 16 bits + bit OC0B + T/C0 8 bits).

Une valeur supplémentaire de 6 bits est implémentée dans le logiciel. Lors de la mesure, le programme entre dans une boucle, attendant que le flag stoppe la mesure et scrutant en permanence le drapeau de dépassement du T/C1 (TOV1). Si TOV1 est actif, le programme incrémente le compteur logiciel 6 bits de 1 et désactive TOV1. Aucune interruption n’est utilisée ici, car elle risque de retarder la reconnaissance de la condition de stop.

Un compteur 31-bits peut compter jusqu’à

2 147 483 647 µs. Pour des raisons pratiques,

1 800 000 000 µs (30 min) est considéré comme

le temps de mesure maximal dans la gamme des µs. La gamme des ms est plus ou moins réalisée de la même façon, sauf que l’horloge système est prédivisée par un facteur 8. Après la mesure, le résultat est divisé par 125, soit une valeur maximale de 17 179 869 ms. Pour des raisons pratiques,

14 400 000 ms (4 h) est considéré comme le temps de mesure maximal dans la gamme des ms. La mesure commence lorsqu’un front montant ou descendant est détecté sur la broche PD2 (front de déclenchement fixé par S2 1-8). Le vecteur d’interruption externe INT0 est alors déclenché. La mesure s’arrête lorsqu’un front montant ou descendant est détecté sur PD3 (front de déclenchement fixé par S2 2-7). Le vecteur d’interruption externe INT1 est alors déclenché.

Le programme développé est disponible en téléchargement gratuit à l’adresse [1]. Il est écrit avec BASCOM AVR et intègre le code assembleur des interruptions et autres routines temps-réels. Dans la boucle principale, le programme surveille en permanence les switchs (S2), lance une mesure et affiche le résultat. S’il y a changement des réglages par rapport à la précédente lecture, la nouvelle gamme de mesure, le mode de démarrage et/ou d’arrêt sont modifiés et la première ligne de l’écran mise à jour.

Au début de la routine de mesure, les registres de comptage du T/C et le registre de comptage du logiciel (pour les bits 26 à 31) sont effacés, le bit OC0B est réinitialisé et l’interruption externe INT0 est activée. Après cela, le programme boucle,

Tableau 1.

S2 1-8

S2 2-7

S2 3-6

S2 4-5

Intervalle de temps mesuré

off

off

x

x

D’un front descendant au front descendant suivant.

off

on

x

x

D’un front descendant à un front montant (intervalle de temps entre deux impulsions positives).

on

off

x

x

D’un front montant à un front descendant (intervalle de temps entre deux impulsions négatives).

on

on

x

x

D’un front montant au front montant suivant.

x

x

on

x

Mesure en µs (t(min) = 10µs, t(max) = 1.800 s (30 min)).

x

x

off

x

Mesure en ms (t(min) = 1ms, t(max) = 14.400 s (4 h)).

x

x

x

off

Mesure continue : quand une mesure est finie et que le résultat est affiché, une nouvelle mesure est lancée.

x

x

x

on

Mesure simple : quand une mesure est finie et que le résultat est affiché, le programme est bloqué.

(x = état indifférent)

 
CONSEILS DE CONCEPTION LCD1 IC1 D1 1N4001 78L05 1 3 VCC DEM16217 16x2 K1 VCC

CONSEILS DE CONCEPTION

LCD1 IC1 D1 1N4001 78L05 1 3 VCC DEM16217 16x2 K1 VCC C1 C2 R3
LCD1
IC1
D1
1N4001
78L05
1
3
VCC
DEM16217 16x2
K1
VCC
C1
C2
R3
+8-25V
22uF
100n
35V
R4
VCC
S1
C3
D2
100n
1
D4
PA2/RESET
P1
19
(SCK) PB7
C6
BAT41
2
IC2
18
PD0 (RxD)
(MISO) PB6
R5
3
17
100n
R2
PD1 (TxD)
(MOSI) PB5
6
16
10k
1k
PD2 (INT0)
PB4
7
15
PD3 (INT1)
(OCI) PB3
8
14
D3
PD4 (T0)
Attiny2313
PB2
K2
9
13
PD5 (T1)
(AIN1) PB1
11
12
PD6 (ICP)
(AIN0) PB0
VCC
BAT41
K3
S2
MOSI
1
2
R1
X1
3
4
RST
5
6
SCK
7
8
C4
C5
MISO
9
10
47p
8MHz
22p
080876 - 11
2
10k
8
1
7
2
6
3
45
10k
5
XTAL1
20
4
VCC
XTAL2
10
GND
16
39R
LED+
15
LED-
14
D7
13
D6
12
D5
11
D4
10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
D3
D2
1k8
D1
D0
E R/W RS VL VDD VSS

attendant l’interruption INT0 qui déclenchera la routine d’interruption INT0. Dans cette-ci, le T/C0 est démarré, certains compteurs sont initialisés, la LED D3 est allumée, l’interruption INT0 est désactivée pour inhiber le réenclenchement et l’interruption INT1 est activé. Le programme continue dans sa boucle, attendant qu’une interruption se produise sur INT1, qui déclenchera alors la routine d’interruption INT1. Dans celle-ci, le T/C0 est stoppé et les interruptions externes sont désactivées. Le T/C1 est lancé au début du programme et il n’est pas nécessaire de l’arrêter ni de le redémarrer au cours de l’exécution du programme. En effet, comme il compte les fronts du signal issu du T/ C0, il démarrera et s’arrêtera en même temps.

Une mesure est terminée lorsque la routine de mesure voit que les interruptions externes sont désactivées. Le résultat est recueilli par les registres matériel et logiciel, la LED D3 est éteinte, certains calculs sont effectués et l’intervalle de temps mesuré est affiché sur la ligne inférieure de l’afficheur. Concernant la précision, la partie matérielle du compteur compte les impulsions de l’horloge et il n’y a aucun risque de faux comptage. Le compteur logiciel compte les overflows du T/C1 avec un retard de quelques cycles. Cependant, lorsque les horloges sont arrêtées, la partie logicielle du compteur est synchronisée avec sa partie matérielle. Les routines d’interruption INT0 et INT1 ont été écrites

avec beaucoup d’attention, et il y a exactement le même délai entre le début de la routine et le moment où le T/C0 est lancé, et arrêté dans l’autre routine. Il y a un petit retard entre l’instant où l’interruption externe est déclenchée et l’instant où la routine d’interruption commence à s’exécuter. La durée de ce délai dépend de l’instruction qui était en cours d’exécution lorsque l’interruption est déclenchée. Les instructions s’exécutent en 1 à 4 cycles d’horloge, donc la différence peut aller jusqu’à 3 cycles d’horloge. Cependant, comme le T/C0 compte l’horloge système divisée par 8, cela provoquera une erreur de seulement ±1 sur le dernier chiffre dans les deux gammes (µs et ms). Ainsi, le seul facteur qui influe de manière significative sur la précision globale est la précision du quartz. Prenez cela en compte lorsque vous voyez « t = 123456789 µs » sur l’affichage.

La seconde chose à considérer est le temps de mesure, qui peut durer des heures dans la gamme des ms. Par conséquent, un compteur logiciel spécial est activé au cours de la boucle d’attente (il y a deux boucles d’attente lors de la mesure : attente du signal de début et attente le signal d’arrêt). Ce compteur compte jusqu’au temps de mesure maximal prédéfini et, s’il est atteint, stoppe la mesure et affiche « t > 14400000 ». Initialement, les temps de mesure maximales sont fixés à des valeurs

maximales autorisées, c’est-à-dire 30 min dans la gamme des µs et 4 h dans la gamme des ms. Comme les autres interrupteurs, S2 4-5 est lu avant que la mesure commence. Cependant, le programme agit d’une manière différente si cet interrupteur est fermé (et le mode oneshot/hold activé) :

Le compteur du temps de mesure maximal est bloqué lors de l’attente du signal de départ, mais il est de nouveau activé lors de l’attente du signal d’arrêt (ce qui permet des temps d’attente de durée indéterminée si des impulsions non répétitives se produisent,même si la durée de l’impulsion est toujours limitée au temps de mesure maximal).

Lorsque le résultat est affiché, le programme attend dans une boucle, scrutant en permanence S2 4-5 et continue dès que l’interrupteur est ouvert.

Le programme Tmeter_Elektor.bas fourni pour le projet doit être chargé dans le microcontrôleur ATtiny2313 avant la première utilisation. Veillez

à mettre les bits Flash Fuse à la valeur adéquate

pour l’utilisation d’un quartz (CKSEL3

0 = 1111)

Suite page 30 >

CONSEILS DE CONCEPTION

< Suite de la page 29

CONSEILS DE CONCEPTION < Suite de la page 29 car par défaut, c’est l’oscillateur RC interne

car par défaut, c’est l’oscillateur RC interne qui est sélectionné. Il est très important que le quartz soit exactement cadencé à 8,000 MHz, car cela influe sur la précision. Un condensateur variable (C4) est prévu pour ajuster sa fréquence. Si vous êtes satisfait de sa précision, remplacez C4 avec un condensateur d’une valeur fixe. Vous pouvez également utiliser un oscillateur à quartz de précision pour piloter le microcontrôleur. Dans ce cas, ôtez C4, C5 et X1 et connectez la sortie de l’oscillateur à l’entrée XTAL1. Ajustez P1 pour optimiser le contraste de l’affichage.

Dans le programme, les temps de mesure maximales sont définis comme des constantes au début :

ConstTmax_us_default = 1800 ‘max measuring time for us range [s] ConstTmax_ms_default = 14400 ‘max measuring time for ms range [s]

Les valeurs montrées sont les temps de mesure maximales recommandés, mais l’utilisateur pourrait les remplacer avec des valeurs les plus basses. Bien sûr, il est nécessaire de recompiler le programme et de reprogrammer le microcontrôleur après un tel changement. Il est très important de choisir le temps de mesure optimal car le programme boucle et attendra pendant ce même laps de temps si le niveau d’entrée est constant (ou bien il devra attendre jusqu’à deux fois le temps de mesure maximale dans le cas de transitions trop lentes).

Toute valeur de l’EEPROM qui se situe dans l’intervalle autorisé sera utilisée à la place du temps de mesure maximal pour la gamme correspondante défini dans le programme.

Les interrupteurs de configuration sont lus au début de la boucle principale du programme. Cela peut être source de confusion avec une mesure sur une longue durée car les anciens paramètres et les résultats précédents sont affichés jusqu’à ce que la mesure en cours soit terminée et que le résultat soit affiché. Vous pouvez accélérer le processus si vous réinitialisez le microcontrôleur juste après le nouveau réglage. Pour réinitialiser le microcontrôleur, appuyez sur Reset.

Dans le mode oneshot/hold, vous pouvez démarrer une nouvelle mesure de la manière suivante :

Ouvrez le S2 4-5 pour vous remettre en mesure continue. Réinitialisez le microcontrôleur pour vous remettre en mode Oneshot / Hold (vous ne pouvez pas ouvrir et fermer S2 4-5 assez rapidement pour relancer le mode Hold de cette façon)

Pour finir, les impulsions d’entrée doivent avoir des niveaux logiques compatibles TTL ou CMOS. Il est très important que les fronts sont bien définis, c’est-à-dire exempts de tout rebond et de bruit.

(080876-I)

exempts de tout rebond et de bruit. (080876-I) Une autre façon de modifier le temps de

Une autre façon de modifier le temps de mesure maximal est de définir les valeurs appropriées comme des valeurs binaires non signées de 16-bits dans l’EEPROM du microcontrôleur (conformément au tableau 2). Ces valeurs doivent être données en secondes. La logique du programme est la suivante :

Si l’EEPROM est vide (FFh), les temps de mesure maximales définis dans le programme seront utilisés. Si la valeur de l’EEPROM pour la gamme des µs est supérieure à 1800, le temps de mesure maximal pour cette gamme défini dans le programme sera utilisé. Si la valeur de l’EEPROM pour la gamme des ms est supérieure à 14400, le temps de mesure maximal pour cette gamme défini dans le programme sera utilisé.

Partagez votre point de vue sur www.designspark.com/eTech

Partagez votre point de vue sur

www.designspark.com/eTech

Tableau 2.

 

Adresse EEPROM

Valeur de l’EEPROM

000

0000

LSB

Temps de mesure maximal pour la gamme des µs [s]

000

0001

MSB

000

0010

LSB

Temps de mesure maximal pour la gamme des ms [s]

000

0011

MSB

EN ASSOCIATION AVEC

gamme des ms [s] 000 0011 MSB EN ASSOCIATION AVEC NOMENCLATURE Resistances Code RS R1,R3 =

NOMENCLATURE

Resistances

Code RS

R1,R3 = 10kΩ

739-7538

R2 = 1kΩ

739-7459

R4 = 39Ω

739-7348

R5 = 1kΩ8

739-7471

P1 = 10kΩ

522-2485

Condensateurs

Code RS

C1 = 22 µF 35 V radial

707-5701

C2,C3,C6 = 100nF

537-3909

C4 = 47pF trimmer C5 = 22pF

537-3634

Semiconducteurs

Code RS

D1 = 1N4001

628-8931

D2,D3 = BAT41

544-4679

D4 = LED basse consommation

826-492

IC1 = 78L05

398-552

IC2 = ATtiny2313, programmé, e-Choppe réf. 080876-41

738-0621

Divers

Code RS

S1 = interrupteur tactile, empreinte 6mm

378-6498

S2 = interrupteur DIP 4 voies

702-3331

K1, K2 = connecteurs à monter sur CI, au pas de 5 mm (0,2”)

467-0388

K3 = connecteur 10 broches

251-8272

X1 = quartz 8 MHz

478-9347

LCD1 = module LCD, 2 lignes, 16 caractères, ex : DEM16217

294-8774

Platine 080876-I

www.elektor.com/080876

294-8774 Platine 080876-I www.elektor.com/080876 Lien Internet [1] www.elektor.fr/080876 Téléchargements

Lien Internet

[1] www.elektor.fr/080876

Téléchargements & Produits

Platine Commander 080876-1 ou télécharger le dessin de la platine [1] Microcontrôleur programmé 080876-41 ATtiny 2313, préprogrammé Logiciel 080876-11 BASCOM & programme en assembleur [1]

Base 1,27 mm x 1,27 mm
Base 1,27 mm x 1,27 mm

har -flex®

Base 1,27 mm x 1,27 mm har -flex® People | Power | Partnership Broches paires numérotées

People | Power | Partnership

Broches paires numérotées de 6 à 100

Broches paires numérotées de 6 à 100

Fixation CMS solide Terminaison CMS
Fixation CMS solide
Terminaison CMS

har -flex®.

Compact, robuste et très flexible.

har -flex® de

-flex®. Compact, robuste et très flexible. har -flex® de HARTING constitue une solution compacte, robuste et

HARTING

constitue une solution compacte, robuste et flexible pour les

applications « carte à carte » les plus variées. Disponible en 48 longueurs et 4 hauteurs,

la gamme de produits

har -flex® continue à s'agrandir en incorporant des connecteurs

har -flex®

continue à s'agrandir en incorporant des connecteurs

autodénudants destinés aux applications « câble à carte » et des versions coudées.

HARTING: Pushing Performance accroît votre flexibilité.

www.rs-components.com/harting

Plusieurs hauteurs d'empilement
Plusieurs hauteurs
d'empilement
Pushing Performance accroît votre flexibilité. www.rs-components.com/harting Plusieurs hauteurs d'empilement

Open Source

Vers le développement hardware communautaire

D'Andrew Back, co-fondateur, Solderpad

Il est de plus en plus rare de trouver une conception réalisée entièrement dans une seule et même entreprise. Cette « désintégration verticale » a mené à reconsidérer les valeurs de l'industrie électronique, en créant un besoin croissant de collaboration entre les entreprises et de coordination entre les pays. Tandis que la nécessité de se spécialiser continue de favoriser la délocalisation, le développement matériel doit plus que jamais se transformer en un acte social.

Il était autrefois courant qu’une même entreprise se

charge de la conception et de la fabrication. Cette situation

a progressivement changé sous l'effet des progrès

technologiques, d'une concurrence accrue, ainsi que de

l'émergence de nouveaux marchés à forte croissance et de

qui agissent comme une instance décisionnaire en validant les contributions aux projets. Ces committers peuvent également déléguer le travail et assumer la responsabilité de différents points comme l’architecture globale.

la

réduction des obstacles au commerce. Ceci a entraîné

Dans le développement de logiciel open source, le code

la

multiplication des entreprises spécialisées dans la

est mis à la disposition de tous et peut être modifié par

conception, la production et l'assemblage, mais également

n'importe quel développeur, à l'aide d'un débogueur,

la

relocalisation de l'offre et de la demande. Ces grands

ou étendu avec l'ajout d'une nouvelle fonction. Lorsque

changements de valeurs se sont accompagnés d'un défi de collaboration inter-organisationnelle. Lorsque plusieurs fuseaux horaires, langues, outils de conception mécanique et flux de travail sont utilisés, il n’est généralement pas pratique, ni rentable de co-localiser des équipes de projet entières ou d’imposer des outils communs.

de nouveaux fichiers sont créés, le développeur peut tout simplement les envoyer au committer. En cas de modification d'un fichier existant, celui-ci peut être comparé à l'original et les différences enregistrées dans un fichier « diff » ou « patch » envoyé au committer. Ce fichier ne contenant que les modifications, il est beaucoup

Un modèle prometteur

plus petit et le committer peut l'appliquer à une copie du fichier d'origine pour recréer la version mise à jour.

Le développement de logiciels open source fournit l'un des exemples de collaboration inter-organisationnelle les plus visibles et les plus fascinants. Les pratiques partagées basées sur des outils et des process ont permis une interaction abordable et une production de technologies extrêmement sociale. Les projets se sont étendus du plus banal, avec un seul participant, aux plus complexes avec des milliers de collaborateurs. Les projets logiciels open source n'emploient pas un seul langage de programmation, un seul environnement de développement ou un seul cadre de gouvernance. Ces derniers peuvent varier en fonction des exigences techniques, des préférences personnelles ou des principes d'une communauté technique particulière. Cependant, les pratiques de travail fondamentales sont généralement les mêmes. Les projets utilisent un petit groupe de « committers »

Les systèmes de gestion de version (VCS) jouent un rôle central dans les projets logiciels open source et permettent de retracer les modifications de fichiers, de retourner si nécessaire à une version précédente et de créer une « étiquette » pour tous les fichiers correspondant à une étape particulière du développement, avec un numéro de version, par exemple. Les committers des projets disposent de droits d'écriture pour ces référentiels VCS et sont donc capables de valider les mises à jour. Le fonctionnement de base des projets logiciels open source est incroyablement simple et la clé de leur succès tient au fait qu'ils évitent toute complexité inutile dans leurs outils et leurs pratiques de collaboration. Ils utilisent au contraire les solutions qui permettent d'accomplir le travail le plus facilement possible, en causant le moins de désaccord possible dans un environnement à collaborateurs

Atelier SolderPad lors d'un camp de développement matériel open source sponsorisé par DesignSpark

multiples. Les entreprises commencent à se rendre compte des nombreux avantages offerts par cette simplicité et un grand nombre d'entre elles cherchent désormais à remplacer leurs outils de collaboration propriétaires complexes et coûteux par les outils utilisés dans les projets open source. Elles adoptent des processus d'une souplesse similaire, à la différence que le développement logiciel se déroule en privé et non en public. Bien qu’il existe des différences notables entre les pratiques de développement software et de développement hardware, comme dans le cas de l’électronique, la réussite des projets logiciels open source peut nous apprendre beaucoup de choses des process de collaboration incroyablement simple et des technologies pratiques et sans prétention utilisées au niveau de l’interface entre les collaborateurs.

Nouveaux défis

Lorsque la collaboration est axée sur du texte, c'est-à-dire des spécifications, des nomenclatures, un code HDL et un code source logiciel, la compréhension des fichiers, leur modification et l'ajout de commentaires ne nécessitent que les outils les plus simples. Ceci ne représente cependant qu’une petite partie diu process de la conception hardware. De nombreuses entrées et sorties se présentent sous forme d'images et nécessitent des outils spéciaux, capables de travailler avec des formats de fichiers propriétaires spécifiques. Il peut s'agir, par exemple, de dessins mécaniques, de conceptions 3D, de schémas et d’agencements de circuits imprimés. Les outils nécessaires peuvent être extrêmement coûteux, d'autant plus qu'il existe de nombreux formats de fichiers

plus qu'il existe de nombreux formats de fichiers Détail d’un projet SolderPad présentant une interface

Détail d’un projet SolderPad présentant une interface Pan/Zoom

différents et qu'un outil donné fonctionnera généralement, au mieux, avec certains de ces formats seulement. Basé sur les normes, le format EDIT (Electronic Data Interchange Format) a été conçu pour produire un format commun, neutre du point de vue du fournisseur, pour le stockage des netlists et des diagrammes schématiques. Il a cependant connu un succès très limité, pour de multiples raisons : spécifications approximatives entraînant un grand nombre de variantes EDIF incompatibles d'un outil à l'autre, tendances de marché contraires à son adoption, etc. Des outils gratuits, tels que DesignSpark PCB [1], permettent de faciliter les choses en éliminant les frais d'installation et en évitant les investissements financiers dans des outils qui ne serviront qu'à un petit nombre de projets, voire à un seul. Les formats de fichiers utilisés sont un autre obstacle à la collaboration open source, car ils sont généralement binaires et ne peuvent pas être facilement comparés pour produire un fichier de différences. Même lorsque ces fichiers sont basés sur du texte, ils ont tendance à être entièrement réécrits à chaque sauvegarde. Le moindre changement conceptuel peut entraîner une réorganisation complète de leur contenu, si bien qu'une simple comparaison avec la version précédente peut suggérer un changement important, même lorsque ce n'est pas le cas. Pour atteindre les niveaux de souplesse, d'efficacité et d'évolutivité des projets logiciels open source, les outils et les processus de base employés pour le développement hardware collaboratif devront certainement être tout aussi pratiques et légers.

Suite page 34 >

Détail de projet SolderPad avec journal de soumission des modifications Système de gestion de version

Détail de projet SolderPad avec journal de soumission des modifications

Système de gestion de version distribué Git

Le système de gestion de version Git prend en charge le développement de Linux, dont il partage le créateur (Linus Torvalds), en mettant l'accent sur les performances, ainsi que sur la protection contre la corruption. Ceci n'est pas surprenant lorsque l'on considère que le noyau Linux comprend plus de 11 millions de lignes de code réparties entre plusieurs dizaines de milliers de fichiers, avec des mises à jour soumises par des milliers de collaborateurs. Le VCS Git fait partie d'une famille de systèmes distribués de plus en plus populaire. Tous les développeurs possèdent une copie de l'ensemble du référentiel, ainsi que de l'historique de développement, et utilisent cette copie locale, ou « clone », pour soumettre leurs modifications. S'ils disposent de droits d'écriture pour le référentiel de projet principal hébergé sur le serveur (c'est-à-dire, s'ils possèdent un statut de committer pour le projet), ils pourront « pousser » dans celui-ci n'importe quelles modifications soumises localement. S'ils ne bénéficient pas de ces droits d'accès, ils pourront soumettre leurs modifications à une personne qui en dispose. Git offre une prise en charge optimisée pour de nombreuses pratiques de développement puissantes, telles que la création, à très faible coût, d'une « branche » parallèle permettant un développement non linéaire sûr (pour des tests, par exemple). De nombreuses branches de ce type peuvent être crées à n'importe quel stade du développement, pour être ensuite refusionnées avec le « tronc » principal lorsqu'elles sont jugées acceptables ou tout simplement supprimées. Le passage d'une branche à une autre est également très facile. D'autres fonctions moins visibles, mais tout aussi importantes, incluent l'authentification cryptographie de l'historique, qui empêche toute modification des anciennes versions de fichiers et assure une transparence au niveau des responsabilités. L'un des rares inconvénients du système Git est peut-être sa courbe d'apprentissage, si vous n'avez pas beaucoup d'expérience avec ce type de système. Cependant, cet obstacle vaut la peine d'être surmonté, car le système permettra, dans la plupart des cas, des gains de productivité. Au départ simple outil de prise en charge conçu pour le développement du noyau Linux, il est aujourd'hui très populaire et, en avril 2011, le fournisseur d'hébergement de projets GitHub a annoncé héberger à lui seul plus d'un million de projets, avec 4 500 ajouts par jour. Ceci n'inclut pas les autres fournisseurs de services, ni les individus, les projets ou les entreprises qui hébergent leurs propres référentiels Git.

Pour en savoir plus sur Git, visitez http://git-scm.com/

< Suite de la page 33

Les deux types de développement auront des points communs et certains des outils et processus utilisés pour le développement software open source pourront être réutilisables, mais il est possible que de nouvelles technologies et de nouveaux processus soient également nécessaires.

SolderPad

SolderPad [2] est un service en ligne qui vise à apporter certains des avantages offerts par le développement software open source au secteur de l’électronique. Il sert de passerelle, de découverte et de collaboration pour la conception électronique. Sa version actuelle prend en charge l'hébergement public et cible directement les Projets hardware open source. Le VCS Git qui se trouve au coeur de la plateforme sert à gérer les fichiers de projet et les métadonnées, avec une capacité supplémentaire prévue pour la gestion du contenu du référentiel par le biais de l’API Web. La version initiale du site utilise des exportations conceptuelles d'images simples et des nomenclatures formatées JSON, ce qui lui permet de contourner la complexité associée à la compréhension structurelle des différents formats de fichiers natifs utilisés par les outils de conception. Les conceptions sont offertes sous forme de feuille de calcul contenant :

• Schémas et implantations de circuits imprimés navigables grâce à une interface pan/zoom.

• une nomenclature permettant une recherche et un classement des pièces.

• des informations explicites sur les licences et sur le copyright.

• un texte descriptif.

• des étiquettes.

Conclusion

Une excellente occasion se présente pour l'industrie de l'électronique d'augmenter la souplesse, la productivité et l'évolutivité des projets de collaboration en adoptant des processus allégers, ainsi que des technologies plus pratiques, au niveau de l'interface entre les partenaires. Les projets softwares open source et l’émergence plus récente du hardware open source pourraient renfermer des indices quant à la manière dont elle pourra mettre cela en pratique.

à la manière dont elle pourra mettre cela en pratique. [1] http://www.designspark.com/pcb [2] http://solderpad.com

[1] http://www.designspark.com/pcb [2] http://solderpad.com

POUR EN SAVOIR PLUS Rendez-vous à l'adresse suivante : www.rs-components.com/electronics
POUR EN SAVOIR PLUS
Rendez-vous à l'adresse suivante :
www.rs-components.com/electronics
Partagez votre point de vue sur www.designspark.com/eTech

Partagez votre point de vue sur

www.designspark.com/eTech

Les familles d’interrupteurs de TE connectivity s’invitent pleinement dans tous les applications.

s’invitent pleinement dans tous les applications. www.rs-components.com/teconnectivity ALCO, TE Connectivity
s’invitent pleinement dans tous les applications. www.rs-components.com/teconnectivity ALCO, TE Connectivity
s’invitent pleinement dans tous les applications. www.rs-components.com/teconnectivity ALCO, TE Connectivity

www.rs-components.com/teconnectivity

ALCO, TE Connectivity et TE connectivity (logo) sont des marques déposées

www.rs-components.com/teconnectivity ALCO, TE Connectivity et TE connectivity (logo) sont des marques déposées
Supercondensateur EVerCAP
Supercondensateur
EVerCAP

Plus rapide qu'une batterie et plus efficace que les condensateurs électrolytiques aluminium.

L'une des raisons pour lesquelles les condensateurs ne sont peut-être pas aussi connus du grand public que les batteries est qu'ils possèdent un cycle de vie exceptionnellement long et nécessitent peu d’entretien, contrairement aux batteries qui doivent toutes, à un moment ou à un autre, être rechargées ou remplacées. Mais c'est justement parce qu'ils ne nécessitent quasiment aucune maintenance que les composants tels que la gamme de supercondensateurs «EVerCAP®» de Nichicon qui offrent également une densité d’énergie très élevée, représentent une alternative particulièrement intéressante aux batteries dans de nombreuses applications. De plus, lorsque des batteries sont nécessaires, leur taille est souvent excessive en raison du besoin d’energie estimé. Ce problème d’encombrement peut être résolu, ou du moins minimisé, grâce à une solution hybride comprenant une batterie et des Condensateurs à Double Couche Électrique (EDLC).

Les EDLC existent depuis les années 60, mais ils ne sont fabriqués en quantités suffisantes pour être réellement compétitifs que depuis peu de temps.

Condensateurs à Double Couche Électrique

Également appelés EDLC, les supercondensateurs EVerCAP sont essentiellement des composants de stockage d'énergie qui servent à remplacer les batteries dans les applications informatiques et automobiles, ainsi que dans une multitude d'applications industrielles. En termes de stockage d'énergie, ils se situent entre les condensateurs électrolytiques aluminium et les batteries. Utilisés dans tous les systèmes qui nécessitent une capacité élevée et une décharge rapide, ces composants offrent un avantage certain dans les applications de gestion d'alimentation.

Les EDLC sont des composants électrochimiques qui offrent typiquement une densité d'énergie plusieurs fois supérieure à celle des condensateurs électrolytiques classiques, une densité de puissance beaucoup plus importante et un cycle de charge/décharge environ 100 fois plus rapide que celui des batteries ou des piles à combustible (voir le diagramme de densité d'énergie de la figure 1). Il existe deux grands types de supercondensateurs : à forte densité de puissance, qui permettent d’importantes décharges de courant, et à forte densité d'énergie, qui permettent une plus grande autonomie. Leurs caractéristiques écologiques représentent également un facteur de plus en plus important. Les matériaux utilisés dans les EDLC incluent une feuille d'aluminium, du charbon actif, ainsi que de la cellulose, et ne sont pas aussi dangereux que le plomb et le cadmium des batteries.

aussi dangereux que le plomb et le cadmium des batteries. Figure 1. Diagramme de Ragone :

Figure 1. Diagramme de Ragone : densité d’énergie

batteries. Figure 1. Diagramme de Ragone : densité d’énergie Figure 2. Structure d’un EDLC 36 eTech

Figure 2. Structure d’un EDLC

Structure d’un EDLC

Le concept sur lequel les EDLC s'appuient n'est pas nouveau. Le stockage d'énergie dans une double couche électrique au niveau de l'interface entre un électrolyte et un solide est en fait connu depuis plus d'un siècle. La charge électrique est stockée dans des couches à grande surface de contact, généralement constituées de poudre de charbon entre l'anode / la cathode et l'électrolyte, d'où le nom de «Electric Double Layer Capacitor» (figure 2). La capacité des EDLC est basée sur la surface de contact des couches de poudre de charbon actif.

Bien que les batteries stockent chimiquement une densité d'énergie bien supérieure à celle des condensateurs ou des EDLC, elles connaissent également des changements physiques entre leurs états de charge et de décharge. La charge et la décharge des condensateurs ou des EDLC est avant tout une réaction physique (absorption et dispersion physiques au niveau de l'interface entre l'électrode et l'électrolyte) qui ne s'accompagne d'aucune altération majeure de la structure du matériau entre ces états. Ils durent par conséquent beaucoup plus longtemps, avec plus d'un million de cycles de charge/décharge, grâce à la faible dégradation de l'électrode et de l'électrolyte par rapport aux batteries.

Haute capacité, rapidité du cycle de charge/décharge et plus encore

Les caractéristiques des EDLC suscitent de plus en plus d'intérêt pour de nombreuses applications variées. Elles incluent par exemple une capacité extrêmement élevée offrant plus de 1 000 fois la capacité-tension (CV) des condensateurs électrolytiques aluminium classiques, ainsi qu'une gamme de températures de fonctionnement étendue, allant de -25 °C à +60 °C ou +70 °C. Cependant, la rapidité de charge/décharge de ces composants (de 30 secondes à 30 minutes selon la capacité) représente peut-être, avec leur cycle de vie prolongé, l'un des principaux facteurs de différenciation et permet de multiplier leurs opportunités de marché. Les EDLC offrent également une faible résistance interne, ainsi qu'un rendement très élevé compris entre 90 et 95 % pendant les cycles de charge/décharge. Ils ne connaissent pas non plus l'« effet de mémoire » qui affecte les performances des batteries Ni-Cd (par exemple) en leur faisant perdre progressivement leur capacité énergétique maximale en cas de décharge répétée après un chargement partiel.

en cas de décharge répétée après un chargement partiel. Applications Les principales applications sont le stockage

Applications

Les principales applications sont le stockage ou la récupération d'énergie, notamment pour le remplacement ou la substitution des batteries conventionnelles. Les supercondensateurs sont également particulièrement intéressants pour les systèmes d’écrêtage de pointes et de récupération d’énergie comme les Véhicules Électriques Hybrides (HEV). Les petits EDLC peuvent s'utiliser seuls, pour la sauvegarde CPU ou mémoire des applications informatiques, ou encore en série ou en parallèle pour former une batterie de condensateurs. Pour certaines applications, telles que les turbines éoliennes, alimentations non interruptibles et creux de tension, des dizaines de composants peuvent être nécessaires pour produire la puissance requise.

Principales applications de stockage d'énergie :

Utilisation dans les applications d'économie d'énergie et écologiques pour les appareils qui utilisent des périphériques de stockage en mode veille, comme les téléviseurs, décodeurs, consoles de jeu, télécommandes sans fil ou climatiseurs.

Sauvegarde de secours temporaire dans divers services d'alimentation standard (poids réduit et cycle de vie prolongé par rapport aux batteries au plomb utilisées dans les mêmes applications).

Alimentation des appareils de maintien des fonctions vitales qui ne nécessitent aucun remplacement de batterie afin de limiter les opérations de maintenance.

Alimentation sur site, en conjonction avec des batteries solaires (lampadaires et signalisation routière clignotante, par exemple).

Applications en écrêtage de pointes des entrées/sorties importantes pour la protection du système :

Systèmes de contrôle : optimisation de l'utilisation des équipements électroniques grâce à un écrêtage de pointes entre les utilisations de jour et de nuit pour faciliter les économies d'énergie dans les systèmes de production d'électricité, tels que les batteries solaires et les systèmes éoliens.

Dans les équipements alimentés électriquement et les systèmes de récupération d’énergie dans l’automobile, ces systèmes étant des contributions significatives à ceux utilisées dans les HEV.

La gamme de supercondensateurs EVerCAP de Nichicon comprend les séries UM, UW et THT. Leurs spécifications sont comprises entre 0,47 F et 82 F, avec des tensions nominales de 2,5 V ou 2,7 V. La série JC de type Snap s’étend de 15 F à 150 F, avec une tension nominale de 2,5 V.

Ils offrent de nombreux avantages à de nombreuses applications nécessitant un cycle de vie prolongé, ainsi qu'une charge/décharge accélérée. Ils représentent une véritable alternative aux batteries dans de nombreux cas.

Ce sont des composants d'énergie propres, à base de matériaux écologiques. Leur fabrication n'utilise aucune substance ni aucun matériau dangereux comme le plomb ou le cadmium. L'électrolyte des supercondensateurs Nichicon ne contient également aucun acétonitrile.

Avec leur capacité élevée, leur faible résistance, leur cycle de vie prolongé et leur grande fiabilité, les supercondensateurs haute performance de Nichicon seront à la pointe du développement pour la prochaine génération de systèmes électroniques.

pour la prochaine génération de systèmes électroniques. POUR EN SAVOIR PLUS Rendez-vous à l'adresse suivante :
POUR EN SAVOIR PLUS Rendez-vous à l'adresse suivante : www.rs-components.com/capacitors
POUR EN SAVOIR PLUS
Rendez-vous à l'adresse suivante :
www.rs-components.com/capacitors

Optimisation du coût, de la qualité et de l’entretien des installations avec les connecteurs RAPID LOCK

Les connecteurs unipolaires RAPID LOCK représentent une alternative aux raccordements à cosses utilisés dans les applications de distribution électrique telles que les barres omnibus et les fonds de panier. Ils permettent une connexion fiable et sûre, ainsi qu'un meilleur entretien comparé aux raccordements par cosses à visser.

Performances :

Les connecteurs RAPID LOCK exploitent tous les avantages offerts par la technologie CROWN BAND pour garantir un raccordement fiable, avec d'excellentes performances mécaniques et électriques. Leurs résistances de contact pouvant descendre jusqu'à 0,12 mΩ, ils prennent en charge des courants allant jusqu'à 250 A avec un échauffement limité, Selon la section du fil de câblage utilisé.

Qualité et sûreté des installations :

En remplaçant les cosses d’alimentation à visser, les connecteurs RAPID LOCK offrent un mécanisme d'interconnexion extrêmement sûr, qui élimine complètement les risques de perte de connexion sur les systèmes de distribution électrique, et par conséquent les risques d'arcs électriques. Aucun phénomène d'usure des contacts, ce qui signifie que la température n'augmentera pas, contrairement aux systèmes à cosses traditionnels. Grâce aux connecteurs RAPID LOCK, la qualité de l'installation ne dépend plus des compétences de l'installateur, des matériaux employés ou du respect des instructions d'installation, telles que les couples de serrage.

d'installation, telles que les couples de serrage. Avantages pour l'installation : Les connecteurs RAPID

Avantages pour l'installation :

Les connecteurs RAPID LOCK permettent une installation rapide et facile, car ils ne nécessitent aucun outil ni aucune pièce supplémentaire. Leur code de couleurs évite les mauvais branchements, tandis qu'un enclenchement clairement audible confirme le bon raccordement des connecteurs.

L'entretien sur site (installation et retrait des équipements) est désormais fiable et facile grâce aux connecteurs RAPID LOCK. Leur installation s'effectue sans outil, aucun écrou ni aucune rondelle ne peut se perdre dans l'équipement et leur retrait ne nécessite qu'un simple outil de déverrouillage.

Gamme :

Les connecteurs montés sur câble possèdent une configuration droite ou à angle droit et comportent un capuchon isolant qui sert de retenue mécanique afin d'éviter tout déverrouillage accidentel du câble. Des manchons de protection sont disponibles afin d'éviter tout contact avec les parties métalliques conductrices. Les contacts mâles peuvent être vissés ou inserrés par pression sur une barre omnibus ou un fond de panier.

Les connecteurs RAPID LOCK sont disponibles avec des isolants rouges, noirs ou bleus. Les sections de fil acceptées varient entre 3 mm² et 95 mm² (12 AWG - 1/0 AWG).

varient entre 3 mm² et 95 mm² (12 AWG - 1/0 AWG). POUR EN SAVOIR PLUS
varient entre 3 mm² et 95 mm² (12 AWG - 1/0 AWG). POUR EN SAVOIR PLUS

POUR EN SAVOIR PLUS

Rendez-vous à l'adresse suivante :

www.rs-components.com/teconnectivity

Des solutions simples pour

Des solutions simples pour TROUVER  Rapidement. CRÉER – Gratuitement. ACHETER – D’un seul clic.

TROUVER  Rapidement.

CRÉER – Gratuitement.
CRÉER – Gratuitement.
ACHETER – D’un seul clic.
ACHETER – D’un seul clic.

rswww.fr/electronique

simples pour TROUVER  Rapidement. CRÉER – Gratuitement. ACHETER – D’un seul clic. rswww.fr/electronique
Super Arduino : bien démarrer avec le chipKIT Max32 De Clemens Valens (Elektor France) Arduino

Super Arduino : bien démarrer avec le chipKIT Max32

De Clemens Valens (Elektor France)

Arduino est une plateforme 8 bits très attirante mais limitée en ce qui concerne la puissance de calcul, la mémoire et les E/S disponibles. Ceux qui en veulent plus, tout en continuant d’utiliser les outils de développement Arduino trouveront leur bonheur avec la carte chipKIT Max32 de Digilent, qui offre un processeur 32 bits et plus de 80 E/S tout en restant compatible avec l’environnement Arduino. Clemens Valens d’ Elektor (France) a souhaité la tester.

La programmation de la carte se fait via un EDI Arduino modifié, capable de fonctionner sous Windows, Linux et MacOS, que vous pourrez télécharger gratuitement sur www.digilentinc.com. Celui-ci est lancé via mpide.exe, qui se trouve à la racine du dossier de l’EDI. Vous trouverez de quoi démarrer avec Arduino sur arduino.cc. Après avoir installé les outils et relié le Max32 à un PC, vous pourrez essayer de compiler et tester un des exemples simples inclus avec l’EDI. La carte Max32 peut être sélectionnée depuis le menu Tools > Board, et le port série viaTools > Serial Port. L’exemple BlinkWithoutDelay devrait fonctionner et faire clignoter LD4 à la fréquence de 0,5 Hz.

Max32 et EDI Arduino

Le kit Max32 se présente sous la forme d’un circuit imprimé à 4 couches et d’une URL (www.digilentinc.com). Comme l’Arduino Mega, la carte mesure 10,2 x 5,4 cm et trois de ses côtés sont bondés de connecteurs. Deux petites différences toutefois : les connecteurs pour les E/S numériques 0 à 13 sont de type double rangée sur le Max32 et les E/S numériques 70 à 85 se trouvent sur les contacts supplémentaires. La carte peut être alimentée via le connecteur USB ou le jack, ce qui permet des tensions allant jusqu’à 15 VDC. Une LED rouge lumineuse indique la présence du 3,3V tandis qu’une LED verte clignote à environ 3 Hz.

Le Max32 est à peine plus grand qu’une breakout board pour le processeur PIC32MX795F512L en boîtier à 100 broches, le plus gros des PIC32 de Microchip. Cette puce possède 512 Ko de mémoire flash et 128 Ko de RAM, le tout cadencé par une horloge à 80 MHz. Elle possède également de l’USB-OTG (on-the-go), un MAC Ethernet et deux contrôleurs CAN.

Porter un Shield

J’ai essayé mon shield Arduino Ethernet – ci-après dénommé « etherShield » pour le distinguer du shield Arduino officiel – avec le Max32. Un shield est une carte d’extension pour cartes Arduino ; celui-ci est basé sur le contrôleur Ethernet autonome ENC28J60 de Microchip avec interface SPI.

Figure 1. L’IDE Max32 présentant un #define pour enlever le code spécifique AVR.
Figure 1. L’IDE Max32 présentant
un #define pour enlever le code
spécifique AVR.
un #define pour enlever le code spécifique AVR. Une bibliothèque, ainsi que des exemples, sont livrés

Une bibliothèque, ainsi que des exemples, sont livrés avec l’etherShield ; la première étape était donc d’installer cette bibliothèque dans l’EDI Max32 tout comme cela est fait avec l’Arduino, mais le compilateur n’a pas pu trouver quoi que ce soit à compiler. Si on la place dans le dossier hardware\pic32\libraries, elle est bien vue par le compilateur mais celui-ci génère des erreurs et un avertissement à propos de code spécifique aux AVR (les cartes Arduino sont basées sur les processeurs AVR d’Atmel).

Lorsque l’on porte des bibliothèques Arduino sur le Max32, la première chose à faire est de supprimer les références à la mémoire

programme. Avec un AVR, il existe des directives spécifiques du compilateur pour accéder aux constantes situées en mémoire programme, mais ce n’est pas nécessaire pour le PIC32 et ces directives doivent être enlevées. Pour que

le code reste compatible Arduino, il vaut mieux

les masquer à l’aide de #define en utilisant la macro _BOARD_MEGA_ (Fig. 1) définie par l’EDI Max32. Mais cela peut ne pas suffire étant donné que la bibliothèque peut faire référence à des registres AVR qui n’existent pas sur le PIC32.

La modification de la bibliothèque etherShield afin

d’utiliser la nouvelle bibliothèque SPI Arduino et

le test dans le vrai EDI Arduino (avant d’essayer

l’EDI Max32) amènent leur lot de problèmes étant donné que la bibliothèque SPI appelle des fonctions de gestion des pattes que le compilateur Max32 n’aime pas. La bibliothèque etherShield a

été écrite en C alors que les fonctions de gestion des broches et la bibliothèque SPI ont été écrits en C++. Après avoir adapté la bibliothèque etherShield pour une compilation en C++ (an faisant attention aux directives du genre #extern

“C” {

était compilée sans erreurs dans l’EDI Max32.

} qui se cachent un peu partout), elle

Broches incompatibles

Il restait toutefois des problèmes. Le principal

étant l’incompatibilité de certaines E/S entre le Max32 et les AVR. Les E/S 10 à 13 de l’Arduino peuvent faire du SPI, les 10 et 11 pouvant également délivrer des signaux MLI. Cependant, ces fonctions sont combinées différemment sur les broches du PIC32. Digilent a donné la priorité aux fonctions MLI puisqu’elles sont utilisées par les fonctions d’écriture analogique d’Arduino, ce

qui veut dire que seule une partie du port SPI n°2

a été reliée à ces broches. Cependant, le port SPI n°1 a été relié d’une manière compatible avec

SPI n°1 a été relié d’une manière compatible avec Figure 2. Un gros plan de la

Figure 2. Un gros plan de la connexion SPI entre l’Ethernet Shield et le Max32.

l’Arduino en utilisant le connecteur ICSP (Fig. 2) qui est relié aux même signaux que les broches 10 à 13. Le remplacement du connecteur ICSP mâle de l’etherShield avec un modèle femelle a ramené la compatibilité SPI avec le Max32. Afin d’empêcher des conflits sur les broches 11, 12 et 13, elles ont été tout simplement retirées (Fig. 3).

Mais, ça ne marche toujours pas ! J’ai donc utilisé un oscilloscope afin de vérifier la compatibilité du protocole SPI produit par le PIC32 avec celui accepté par l’ENC28J60. Il y avait bien un problème sur l’horloge : le PIC32 envoyait à 20 MHz et j’ai commencé à réduire la vitesse jusqu’à une valeur de 625kHz, proche de ce que fait un Arduino. Enfin l’oscilloscope a permis de mettre en évidence un problème de polarité/phase entre l’horloge SPI et les lignes de données. En comparant les transitions, il devenait évident que le shield nécessitait le mode 1 sur le Max32 (le mode 0 était utilisé sur l’Arduino).

Conclusions

Le PIC32 n’est certes pas 100% compatible avec l’EDI Arduino, mais n’en est pas loin. Les shields simples utilisant des bibliothèques simples qui respectent le style de codage Arduino seront faciles à porter, quelques petits problèmes mis à part. En revanche, le portage de shields plus complexes qui utilisent les subtilités des AVR sera plus difficile et peut nécessiter de solides connaissances sur les PIC32. Mieux vaut utiliser les fonctions des bibliothèques Arduino le plus possible. En complément, Digilent diffuse une liste de shields connus pour fonctionner et il est probable qu’ils fournissent des mises à jour pour l’EDI Max32.

qu’ils fournissent des mises à jour pour l’EDI Max32. Les fichiers sources des expériences présentées dans

Les fichiers sources des expériences présentées dans cet article sont disponibles sur www.elektor.fr/110661.

DÉVELOPPÉ PAR

sont disponibles sur www.elektor.fr/110661. DÉVELOPPÉ PAR Figure 3. Les modifications que j’ai apportées à
sont disponibles sur www.elektor.fr/110661. DÉVELOPPÉ PAR Figure 3. Les modifications que j’ai apportées à

Figure 3. Les modifications que j’ai apportées à l’Ethernet Shield.

modifications que j’ai apportées à l’Ethernet Shield. Figure 4. Le résultat d’un portage réussi : je

Figure 4. Le résultat d’un portage réussi :

je peux désormais me connecter à un petit serveur Web fonctionnant sur le Max32.

POUR EN SAVOIR PLUS Achetez votre chipKit sur rswww.com/chipkitchallenge Critère de recherche : TDGL003
POUR EN
SAVOIR PLUS
Achetez votre chipKit sur
rswww.com/chipkitchallenge
Critère de recherche : TDGL003

www.designspark.com

MON AVIS LEE KOH, RESPONSABLE DU MARKETING, PED ACCESSORIES, MICROCHIP, NOUS DIT : “ Des

MON AVIS

LEE KOH, RESPONSABLE DU MARKETING, PED ACCESSORIES, MICROCHIP, NOUS DIT :

Des accessoires

plus « Smart »

Il est clair que les messageries, les photos, la navigation Internet et et les jeux tels que Angry Birds sont des applications phares pour les plateformes mobiles, mais que diriez-vous de quelque chose d’un peu plus sérieux et par où commencer ?

Le nombre croissant de tablettes Android, de smartphones et de plateformes mobiles Apple représente pour les développeurs l’occasion rêvée de créer des accessoires intelligents interfacés avec les appareils mobiles de plus en plus considérés comme le centre névralgique de la communication personnelle. Les accessoires ne se limitent plus aux écouteurs ou aux chargeurs !

• Les accessoires peuvent être alimentés par les appareils mobiles et communiquer avec eux par le biais de connexions physiques. Il s'agit alors généralement d'accessoires portables, tels que des appareils médicaux, des miniprojecteurs ou des lecteurs de cartes de paiement.

• Les accessoires peuvent communiquer sans fil avec les appareils mobiles. Les protocoles de communication sans fil Wi-Fi et Bluetooth (ou sa variante à faible consommation, Bluetooth LE) font partie des plus courants. Ces accessoires peuvent être alimentés par des piles, des prises secteur ou d'autres sources externes. Ils peuvent être portables ou s'utiliser sur une station d'accueil (podomètres, panneaux de commande de domotique, systèmes de diagnostic automatique, etc.).

La quasi-totalité des appareils mobiles dernier cri ont été conçus et développés par des sociétés internationales qui ont accès à des chipsets et à une technologie dont la plupart des entreprises ne peuvent que rêver. Il est certain que l’offre des accessoires intelligents changera avec la participation de nombreuses entreprises de plus petite taille aux efforts de ces grandes sociétés.

Le secret, pour transformer rapidement une nouvelle idée d'accessoire intelligent en produit, consiste à utiliser une infrastructure de développement complète. Celle-ci comprend une gamme de produits et d’outils de développement, ainsi que des bibliothèques de logiciels stables et mûres. La plateforme de développement idéale fournit les éléments de conception de base, sans entraver la liberté de ceux qui cherchent à lancer le dernier accessoire « must have » du marché.

Conception d'accessoire

Les accessoires d'appareils mobiles peuvent prendre plusieurs formes, en fonction de leur connectivité et de leur source d'alimentation. Par exemple :

• Les accessoires peuvent être alimentés séparément, à partir d'une prise secteur, et communiquer avec les appareils mobiles par le biais de connexions physiques. Le protocole de communication USB est courant. Il s'agit alors généralement d'accessoires utilisés sur station d'accueil, tels que les sous-systèmes de lecture audio ou les mixeurs de musique.

Les conceptions d'accessoires varient également considérablement en termes de complexité. Celles qui utilisent des microcontrôleurs s'étendent des « câbles intelligents » aux appareils financiers cryptés, en passant par les stations d'accueil de lecture audio. Elles posséderont dans tous les cas une phase matérielle (choix et configuration du microcontrôleur), une phase micrologicielle (établissement des protocoles de connectivité et de communication) et, pour finir, une phase « application logicielle » (conception de l'application utilisée sur l'appareil mobile).

Quelle que soit l'accessoire final, l'expérience de l'utilisateur fait partie des critères de conception clés. Les attentes du consommateur sont déterminées par celles de l'appareil mobile hôte : l’accessoire devra les atteindre, voire les dépasser.Tout ce qui contribue aux valeurs de marque d'un produit grand public (facilité d'utilisation, utilité, aspect) déterminera la satisfaction de l'utilisateur. Son expérience sera influencée par les choix du concepteur, qu'il s'agisse de l'efficacité de l'interface utilisateur ou de la rapidité des temps de réponse.

42 eTech - NUMÉRO 10

Conclusion

Les appareils mobiles étant de plus en plus répandus, et devenant le pôle technologique autour duquel les consommateurs organisent leur vie, l’innovation en matière d’accessoires est seulement limitée par l’imagination des équipes de conception. La société Microchip est extrêmement bien placée pour prendre en charge les plateformes Apple et Android, en offrant un environnement de conception quels que soient les microcontrôleurs PIC® utilisés, ainsi que des composants analogiques et de communication sans fil. 2012 sera-t-elle l'année où nous commencerons à voir de « réelles applications » pour ces plateformes ?

voir de « réelles applications » pour ces plateformes ? POUR EN SAVOIR PLUS PLUS Rendez-vous
voir de « réelles applications » pour ces plateformes ? POUR EN SAVOIR PLUS PLUS Rendez-vous
POUR EN SAVOIR PLUS PLUS Rendez-vous à l'adresse suivante : www.rs-components.com/microchip
POUR EN SAVOIR PLUS
PLUS
Rendez-vous à l'adresse suivante :
www.rs-components.com/microchip

Des ventilateurs intelligents pour des économies intelligentes

77 %

d'économies

Une usine de taille moyenne est équipée de 50 boîtes de commande avec des filtres à air qui fonctionnent en permanence. Remplacer vos ventilateurs AC classiques peut vous faire économiser 6,5 MWh d'énergie par an. Vous amortirez les frais supplémentaires de ces ventilateurs en seulement 4 à 6 mois.

ex : ventilateur axial compact ACi 4400

Qu'ils soient utilisés dans des armoires de commande, dans les technologies de réfrigération ou dans des ventilateurs à filtre, les ventilateurs AC compacts classiques demeurent la solution adoptée par le plus grand nombre. Le nouvel i-maxx est conçu pour inverser cette tendance. C'est sans surprise que les moteurs à bague de déphasage classiques convertissent près de 70 % de l'énergie qu'ils absorbent en chaleur et encore plus en ce qui concerne les pertes grâce à la géométrie relativement simple de leurs aubes. La gamme de ventilateurs compacts i-maxx ebm-papst optimise tous ces aspects, quelle que soit votre application. Le nouvel i-maxx série ACi 4400 constitue la première alternative à faible consommation d'énergie et entièrement compatible du point de vue mécanique au ventilateur AC compact classique de 120 mm. Il délivre les mêmes performances et possèdent les mêmes fonctions que le ventilateur AC Mais la comparaison s'arrête-là.

Code RS : 740-6389 Pour plus d'informations, visitez le site Web RS :

www.rs-components.com/ebmpapst

Alimentez vos dispositifs les plus exigeants en toute simplicité.

Pour voir les vidéos illustrant les applications, scannez le code QR ou rendez-vous sur http://goo.gl/6JVLC

Pour voir les vidéos illustrant les applications, scannez le code QR

Pour voir les vidéos illustrant les applications, scannez le code QR ou rendez-vous sur http://goo.gl/6JVLC

ou rendez-vous sur

http://goo.gl/6JVLC

Quelque soit l'application, passez à la vitesse supérieure avec Agilent.

Qu'il s'agisse de tester des ECU automobiles, des communications militaires, des amplificateurs de puissance pour station de base ou

des applications générales, optimisez vos capacités de production et votre productivité de R&D.

Grâce à sept nouveaux modules haute puissance de 300 à 500 W, Agilent vous aide à mettre en place de nombreux dispositifs haute puissance, tout en vous permettant de mesurer des intensités de l'ordre du milliampère.

Système d'alimentation modulaire Agilent N6700 • 4 boîtiers – production ou R&D • 34 modules
Système d'alimentation modulaire
Agilent N6700
• 4 boîtiers – production ou R&D
• 34 modules de 20 à 500 W
• 4 niveaux de performance
– de base à précision

Agilent et son réseau de distributeurs

www.rs-components.com/agilent

www.rs-components.com/agilent

Téléchargez la nouvelle brochure du système d'alimentation modulaire N6700

Le bon instrument. L'expertise requise. Disponibles immédiatement.

www.agilent.com/find/N6700PowerWW

© Agilent Technologies, Inc. 2012

requise. Disponibles immédiatement. www.agilent.com/find/N6700PowerWW © Agilent Technologies, Inc. 2012
requise. Disponibles immédiatement. www.agilent.com/find/N6700PowerWW © Agilent Technologies, Inc. 2012