Vous êtes sur la page 1sur 4

Mr Copé / au 1 er tour de la presidentielle il avait

Sarkosy 28% + le Pen 18% + beyrout 9% Total = 55% pour

la droite ,sans reports corrects la Gauche a gagné…

Aujourd’hui ,sondage ci dessous UMP 31% + FN 16% +

Modem 4% total droite 51% la droite est à nouveau

majoritaire La gauche ne doit pas gagner , il me parait opportun de concevoir des alliances et ne pas se buter sur des considérations un peu dépassées ,sinon la

gauche va encore l’emporter alors qu’elle est

globalement minoritaire, ça serait un peu fort ,on est

en situation de l’arréter que si il a alliances

FN+Modem

..

il faut faire tomber les tabous…

..pour

cela

il faut étre réaliste ,le cordon sanitaire autour du FN

est d’un autre temps ..

l’évitement

des triangulaires

avec des accords, peut seul nous donner une majorité parlementaire , la bien-pensance de la gauche ne doit pas étre notre stratégie , ou on veux gagner et on fait

ce qu’il faut ou on veux perdre et on renie le FN

..il

ne

faut pas oublier quel’absence des bulletins blancs du

FN aurait permi de réélir N.Sarkosy ..

Le PS lui ,ne

s’embarrasse d’aucun tabous pour s’allier à l’extréme gauche …lui .

Un militant UMP ..

Nota

..

Il

faut certainement aussi,mieux vendre le Bilan

2007/2012 ,ce qui a été très mal fait pour la presidentielle en dehors du Web,comme le dit un député « on a manqué de pédagogie sur les réformes ».

Sondage : le PS et l'UMP au coude-à- coude

Par
Par

Albert Zennou Mis à jour le 26/05/2012 à 00:01 | publié le 25/05/2012 à 18:33 Réactions (780)

INFOGRAPHIE - Selon notre sondage OpinionWay-Fiducial, le PS ne devance l'UMP que de 1 %. Pas de raz de marée socialiste en perspective.

Sondage : le PS et l'UMP au coude-à- coude Par <a href=Albert Zennou Mis à jour le 26/05/2012 à 00:01 | publié le 25/05/2012 à 18:33 Réactions ( 780 ) INFOGRAPHIE - Selon notre sondage OpinionWay-Fiducial, le PS ne devance l'UMP que de 1 %. Pas de raz de marée socialiste en perspective. Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie. À quinze jours du premier tour des législatives, la gauche est bien placée pour l'emporter mais ne domine pas outra g eusement. C'est l'un des enseignements de notre sondage OpinionWay pour Le Figaro et LCI. Le Parti socialiste est ainsi crédité de 32 % contre 31 % pour l'UMP. Les deux grands partis dominent largement leurs concurrents respectifs avec un Front national qui recueillerait 16 % des voix contre un Front de gauche 8 %, Europe Écologie-Les Verts (EELV) et le MoDem à égalité avec 4 %. " id="pdf-obj-1-15" src="pdf-obj-1-15.jpg">

Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.

À quinze jours du premier tour des législatives, la gauche est bien placée pour l'emporter mais ne domine pas outrageusement. C'est l'un des enseignements de notre sondage OpinionWay pour Le Figaro et LCI. Le Parti socialiste est ainsi crédité de 32 % contre 31 % pour l'UMP. Les deux grands partis dominent largement leurs concurrents respectifs avec un Front national qui recueillerait 16 % des voix contre un Front de gauche 8 %, Europe Écologie-Les Verts (EELV) et le MoDem à égalité avec 4 %.

L'ensemble du bloc de gauche parvient à 45 %. Un score satisfaisant pour le PS et ses alliés et qui laisse augurer des perspectives électorales favorables. «Comme prévu, il existe un avantage réel à la gauche pour les législatives. C'était attendu, mais ce n'est pas massif. Un résultat pareil limite la perspective d'un raz de marée socialiste à l'Assemblée», reconnaît Bruno Jeanbart, directeur du pôle Études d'opinion d'OpinionWay. Si l'intérêt pour la campagne est tout juste majoritaire (51 %), la ventilation partisane révèle une différence notable entre la gauche et la droite. Ainsi, les électeurs de François Hollande au second tour de la présidentielle montrent davantage d'intérêt pour la campagne à venir que ceux ayant voté pour Nicolas Sarkozy, 60 contre 53 %. C'est cette plus faible mobilisation de l'électorat de droite qui pourrait, en partie, faire basculer la majorité. Ce phénomène classique de sciences politiques porte même un nom:

l'abstention différentielle. Le camp qui a perdu la présidentielle est bien moins motivé dans l'élection qui s'enchaîne. L'abstention pourrait donc se révéler plus forte à droite qu'à gauche.

Selon notre sondage, la participation attendue pourrait atteindre 62 %. Par comparaison, en 2007, elle avait été de 60,42 % et en 2002 de 64,42 %. Une participation attendue relativement faible qui pourrait cependant moins handicaper la droite républicaine face au Front national. «Ce niveau de participation limite en partie la portée du Front national en réduisant le nombre de triangulaires possibles», explique Bruno Jeanbart. Avec désormais l'obligation de réunir au moins 12,5 % des inscrits pour pouvoir se maintenir au second tour, moins la participation est élevée et, mécaniquement, moins important serait le nombre de triangulaires opposant PS, UMP et FN.

Il n'empêche, le niveau atteint par le Front national est conséquent. Avec 16 %, le reflux est limité par rapport au résultat obtenu à la présidentielle. Une décote limitée à un peu plus de 1 % entre les deux élections, là où traditionnellement le FN reculait de 5 ou 6 points. Une preuve supplémentaire de l'ancrage du parti de Marine Le Pen dans l'opinion. Et pour la première fois, 50 % des personnes interrogées souhaitent même voir des députés FN élus à l'Assemblée le 17 juin.