député de la 11ème circonscription du Val-de-marne

Jean-Yves le Bouillonnec

Bilan de mandat 2007-2012

C

’est en toute transparence que Jean-Yves Le Bouillonnec a assumé son mandat. Chaque citoyen a pu suivre en temps réel toute son actualité et son implication dans le travail parlementaire sur son blog jylebouillonnec. typepad.fr crée dès 2008 , sur son site internet www.le-bouillonnec.net et bien sûr sur le site de l’Assemblée nationale où sont notamment diffusées les séances en direct. Vice président du groupe socialiste en charge de l’habitat et de la politique de la ville , Jean-Yves Le Bouillonnec a porté dans cette responsabilité et au nom de son groupe, tous les textes législatifs sur les sujets du logement, de la politique de la ville, rénovation urbaine etc… ( exemple Note sur la loi MOLLE « l’inacceptable loi Boutin », janvier 2009, Note sur la réforme du surloyer de solidarité, juillet 2009, Note sur le Congrès HLM 2009 « les contre-vérités et les contradictions du Ministre du Logement -Note sur le bilan de la DALO, février 2010…) Mais pas seulement. Rattaché à la commission des affaires économiques, j’ai également porté les textes relatifs à l’économie, à l’emploi, aux questions sociales etc… Enfin, avocat et féru des questions de justice et des institutions, Jean-Yves Le Bouillonnec a accompagné le groupe socialiste et ses collègues dans tous les textes à contenu juridique comme la réforme des institutions, la réforme des collectivités territoriales en les faisant profiter de son expertise et de son analyse politique dans ses matières. Il a accompli sa mission de représentant de la Nation avec sérieux, assiduité, conviction et constance en étant - une force de proposition aussi bien dans le cadre de proposition de lois , que d’amendements qu’il ne s’est pas contenté de déposer mais qu’il a aussi tenu à défendre en étant présent dans l’hémicycle  ; -une force d’opposition ( dénoncer la politique désastreuse et placer le Gouvernement face à ces contradictions), -une force de débat ( en portant les propositions et répondant aux sollicitations extérieures rencontres parlementaires sur la DALO, organisation conférence fédération des centres sociaux, colloques, formation ENM....)

Jean-YVes le Bouillonnec, force de proposition
auteur de propositions de loi logement – PPL visant à donner un logement adapté à chacun et abordable à tous et PPL visant à prendre des mesures urgentes et d'application immédiate en faveur du logement co-signataire de propositions de loi au cœur des préoccupations des Français sur les thèmes de la santé , de l’éducation ( PPL instaurant le droit à la cantine scolaire, lutter contre le décrochage scolaire) de l’emploi de la sécurité ► 4 rapports signés par Jean-Yves le Bouillonnec 11/05/2011 — Rapport N° 3393 de la Commission des affaires économiques sur la proposition de loi de MM. Jean-Marc Ayrault, Jean-Yves Le Bouillonnec et François Brottes et plusieurs de leurs collègues visant à prendre des mesures urgentes et d’application immédiate en faveur du logement rapporteur pour la commission des affaires économiques 08/12/2009 — Rapport d’information N° 2100 sur l’application des lois déposé en application de l’article 145-7 alinéa 1 du règlement, par la commission des affaires économiques sur la mise en application de la loi n°2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement rapporteur pour la commission des affaires économiques 22/07/2008  — Rapport d’information N° 1088 de la Mission d’information commune sur l’évaluation des dispositifs fiscaux d’encouragement à l’investissement locatif déposé en application de l’article 145 du règlement en conclusion des travaux de la mission d’information commune sur l’évaluation des dispositifs fiscaux d’encouragement à l’investissement locatif Rapporteur pour la Mission d’information commune sur l’évaluation des dispositifs fiscaux d’encouragement à l’investissement locatif 31/03/2008 — Rapport N° 741 de la Commission des affaires économiques sur la proposition de loi de M. Jean-Yves Le Bouillonnec, Mme Annick Lepetit, MM. Jean-Marc Ayrault, François Hollande et François Brottes et plusieurs de leurs collègues visant à donner un logement adapté à chacun et abordable à tous Jean-Yves le Bouillonnec a été également un membre très actif - de la mission d’information sur la pratique du port du voile intégrale sur le territoire national, - mission sur l’évaluation de la politique de l’hébergement d’urgence et coprésident de la commission RER Juge à la Haute cour de Justice : Jean-Yves Le Bouillonnec a siégé en qualité de juge suppléant à la Cour de Justice de la République en avril 2010 lors du Procès Pasqua (dossier de corruption). Depuis octobre 2011, il est devenu juge titulaire. ► parlement des enfants - Jean-Yves Le Bouillonnec a accompagné dans cette belle aventure d’éducation citoyenne des élèves des écoles primaires. Il les a soutenu dans la défense de leurs propositions de loi aussi bien dans leur préparation que dans leur présentation ( thèmes des propositions de loi : ppl visant à garantir une meilleure sécurité des élèves dans les collèges et lycées ou encore ppl visant à informer les mineurs et leurs parents des risques encourus sur certains sites internet ….).Il a également « coaché » les députés juniors.

► plus de 2700 visiteurs en 5 ans - Jean-Yves Le Bouillonnec a ouvert l’Assemblée , en invitant dans le cadre de visites, les habitants de sa circonscription. Un public varié (retraités, scolaires, jeunes actifs etc…) a pu prendre possession l’instant d’une visite de ce haut lieu de la démocratie. ► réserve parlementaire au bénéfice des villes de la circonscription Jean-Yves Le Bouillonnec a obtenu des subventions pour chaque ville de sa circonscription. Ainsi la crèche Marie Vaillant Couturier a pu bénéficier d’une extension à Arcueil, l’école Lamartine dans le quartier du Chaperon vert à Gentilly a pu être réaménagée ( sans oublier d’autres projets comme bibliothèque la Plaine et aire de jeux à Cachan, espace petite enfance ZAC Guipons à Villejuif). ► pour peser dans le débat politique et faire avancer ses idées • Livre noir sur le logement : « Payer toujours plus pour se loger? La droite laisse faire, les socialistes agissent », février 2008 • Organisation de « l’opération logement » : déplacement sur le terrain pour comparer des politiques municipales de gauche et de droite, avril 2008 • Forum des idées sur la ville du XXI° siècle, novembre 2010 • Essai pour la Fondation Jean Jaurès « Logement : le bien premier », Août 2010. Présentation aux Universités d’été de La Rochelle : faire du logement une priorité pour la campagne présidentielle • Initiative logement PS «Appel pour une autre politique du logement» (de Clamart), février 2011 ► participation à des événements extérieurs ( liste non-exhaustive)
• 26 novembre 2008: Déplacement avec François Hollande rue de la Banque pour aller à la rencontre de l’association DAL(droit au logement), à l’époque condamnée à une forte une amende pour avoir organisé des campements de mal logés dans la rue. Une manifestation de ce type avait, quelques temps auparavant, permis l’adoption de la loi DALO; désormais elle est réprimée par l’Etat. 9 juin 2011: intervention à l’invitation de la FAPIL à une table ronde sur le thème Un logement pour tous: place et rôle des acteurs du logement d’insertion ? avec Etienne Pinte et d’Alain Régnier. 4 mai 2010: table ronde sur le Grand Paris dans le cadre du colloque sur « les collectivités territoriales à l’épreuve des réformes ? ». L’occasion pour M. Le Bouillonnec de rappeler les objectifs et le rôle de Paris Métropole, syndicat mixte d’étude, dont il a été président du 10 juin 2009 jusqu’au 8 novembre 2010 puis le premier vice-président. 14 juin 2011: intervention aux rencontres parlementaires DALO, dont il a été l’organisateur avec son collègue député Etienne Pinte. 17 mars 2010: intervention à une table ronde à Cannes sur le renforcement de l’attractivité du territoire francilien avec la création de Paris Métropole. M. Le Bouillonnec en a profité pour rappeler le rôle joué par le Cône sud francilien de l’innovation depuis plusieurs années.

• •

• •

• •

31 octobre 2008: rencontre avec le collectif AC LE FEU. Ce collectif a recueilli plus de 20 000 contributions venues de toutes la France. 15 novembre 2010: débat avec le président de l’association Cancer Campus, M. Laurent Garnier, dans le cadre de ce projet qui doit aboutir à la création d’un centre de recherche et d’innovation d’envergure internationale. 23 juin 2011: participation à une rencontre organisée à la mairie de Paris, consacrée à la crise de l’hébergement d’urgence en Ile de France (réduction honteuse des crédits) avec le Maire de Paris Bertrand Delanoë et le Président du Conseil Régional d’Ile de France Jean-Paul Huchon. 07 juillet 2009: Ateliers européens grands projets urbains : Paris-Rhin-Ruhr - Paris, vallée de la Bièvre, Evry-Centre et Seine Orge 23 septembre 2009: Table ronde sur les personnes sans-abri organisée par le Préfet M. Alain Régnier 09 novembre 2009: Colloque pour poser les bases d’un autre «Grand Paris» 02 décembre 2009: Rencontres 2ème bilan parlementaire sur le droit au logement opposable - présidence des travaux sur le cas particulier des recours en vue d’hébergement 08 décembre 2009: Intervention Congrès FNAIM : table ronde politique logement 11 décembre 2009: Intervention Formation ENM - Thème : Approche partenariale conduite des politiques pénales, circulation de l’information avec les maires 14 janvier 2010: Conférence «Renouvellement urbain : identité et développement durable» de l’association Etudes Urbaines 21 février 2010: 1ère rencontre sur l’utilité sociale des centres sociaux : de la vieillesse comme charge à la vieillesse comme ressource 01 février 2010: Etat du mal-logement - Fondation Abbé Pierre 13 mars 2010: MIPIM - intervention à la table ronde 01 avril 2010:Assises de la péréquation et de la solidarité territoriale 04 mai 2010 Etats généraux du Logement 05 mai 2010 Colloque réforme des collectivités territoriales : la table ronde sur «Le Grand Paris : illustration d’une tendance à la recentralisation ?» Sciences Po 11 mai 2010 Colloque sur la question de constitutionalité - demande du bâtonnier 20 mai 2010 Colloque Armées, jeunesse et élus municipaux - « Ritualisation de la vie citoyenne » 10 juin 2010 5è rencontres parlementaires sur le logement « Peut-on parler d’après-crise ? » 28 septembre 2010 Congrès USH 04 octobre 2010 Table ronde section PS ENS «Quelles politiques de recherches et de développement?» avec Pierre Moscovici. 15 octobre 2010 Assises Ville et Banlieue 05 novembre 2010 ACTEP - 5èmes rencontres de l’Est Parisien 09 novembre 2010 Assises nationales des régies de quartier et des régies de territoires à Bron - le développement durable au cœur des enjeux des décideurs publics» sur la partie «penser et aménager durablement la ville» 18 novembre 2010 Déplacement parlementaire à Auschwitz 23 novembre 2010 Journée professionnelles UNAFO «le logement d’abord» 02 décembre 2010 SIMI : intervention à la table ronde sur le Grand Paris 15 décembre 2010 3ème bilan parlementaire DALO 26 janvier 2011 Colloque «Accès au logement, un levier pour l’accès à l’emploi» 30 mars 2011 Séminaire «Justice : quel pouvoir au juge, quel pouvoir au peuple ?» organisé par Terra Nova

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• • • • • •

► articles de presse • interview pour capital.fr, les echos, libération, le monde • 31 mars 2011: classé 20e député le plus sérieux par le magazine l’expansion. • classé 9ème et 2ème plus convaincant dans la défense des amendements. le parisien
• • • • • Les Echos 8 mars 2012: les députés aussi « galèrent » dans le RER par Lionel Steinmann Marianne 29 avril 2011: Logement , ne m’appelez plus loi Robien ...Sylvain Lapoix Les Echos 12 mai 2011: Logement, examen de la proposition de loi du PS Libération 30 novembre 2011: « Le droit au logement opposable à petite vitesse » par Tonino Sérafini Cahiers de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile de France 08 décembre 2010: interview dans les dans laquelle il défend la pertinence de la création de Paris Métropole tout en en rappelant les principaux enjeux. Capital.fr 22 novembre 2010: interview où il dénonce une fois de plus l’inaction et le désengagement de l’Etat en ce qui concerne le logement et détaille ses propositions Le Nouvel Economiste 06 mai 2010: interview où il explique, en s’appuyant sur l’exemple de Cachan,ville dont il est maire,de quelle manière unité républicaine et diversité peuvent se nourrir l’une de l’autre au bénéfice de tous. Tf1.fr 19 avril 2010: cité dans l’article Grand Paris: un risque terrible d’échec; il dénonce l’attitude du Gouvernement qui agissant sans concertation avec les collectivités risque de conduire le Grand Paris à l’échec. France Culture 24 novembre 2009: émission En toute franchise LCP info 18 novembre 2009: émission sur LCP. Première Heure 13 novembre 2009: interview sur le Grand Paris. LCP 12 novembre 2009: émission La séance continue LCP 20 octobre 2009: émission Ca vous regarde sur le Grand Paris LCP 09 octobre 2009: émission Politique matin RFI 08 octobre 2009: émission sur le Grand Paris Revue « Après-Demain » octobre 2009 : « La politique du logement de la droite : entre échecs, illusions et mystification» France Soir 18 octobre 2008: PLF, budget de crise pour le logement par Antoine Durand Journal du Dimanche 14 octobre 2008: Le projet de loi Boutin mal reçu par Anne- Laure Barret Le Parisien 7 juillet 2007: Front commun pour le logement par Sébastien Ramnoux

• •

• • • • • • • • • • •

► documents circonscription : • • • • Lettre du député, juillet 2009 Lettre du député, avril 2010 Lettre du député, avril 2011 Lettre du député, octobre 2011

Jean-YVes le Bouillonnec, force d’interpellation
► logement, urbanisme, politique de la ville 06 mai 2011: à M. Apparu :Quand mettrez-vous un terme à l’instabilité des politiques et des financements du logement ? Quand assumerez-vous vos responsabilités, notamment par une loi de programmation pluriannuelle des aides à la pierre et par une loi d’orientation visant à lutter contre la spéculation foncière ? 21 décembre 2010 à M. Apparu : Un grand nombre de communes et de territoires se sont mobilisés et l’on doit aujourd’hui constater son effet positif. Mais – parce qu’il y a un mais, honteux et insupportable–, de nombreuses communes non seulement ne se sont pas engagées dans cette démarche, non seulement n’ont pas répondu aux objectifs légaux auxquels elles étaient tenues, mais encore ont revendiqué publiquement leur intention de ne pas s’y soumettre …Alors que, dans beaucoup de grandes agglomérations, c’est le seuil de 25 % de logements qu’il faudrait dépasser, allez-vous intervenir pour vous substituer aux maires et faire construire du logement social là où ils ne veulent pas en construire ? 29 septembre 2010: à M. Apparu (réponse de Mme Jouanno): Allez-vous renoncer à cet acte inacceptable [instaurer un prélèvement de 2 % sur les loyers versés par les locataires à leurs bailleurs sociaux, qui devrait rapporter 340 millions d’euros à l’Etat]?  04 février 2010: à M. Apparu :L’Etat veut-il engager immédiatement des crédits permettant la construction de logements très sociaux ? Veut-il investir dans la construction de ces logements pour éviter de dépenser un million d’euros chaque jour pour l’hébergement en hôtels ? Veut-il mettre un terme au scandale des logements vacants ? 23 décembre 2009: à M. Apparu: Les chiffres sont discutables mais qui peut accepter que l’Etat ne fasse qu’un tout petit peu plus, alors qu’il faudrait faire beaucoup plus, face à la grave crise du logement ?[...] allez-vous faire en sorte que l’Etat assume ses obligations en matière de droit au logement ? 27 mars 2008: à Mme Boutin: vous acceptez de débattre de nos propositions1 et de permettre à la majorité d’élaborer avec l’opposition des mesures à même d’apporter immédiatement des réponses concrètes aux difficultés que rencontrent nos concitoyens, difficultés que vous avez l’impérieuse obligation de résoudre 03 décembre 2008: à Mme Boutin: comment l’Etat peut-il demeurer le garant du droit au logement en agissant de cette manière2 ? vous pouvez encore modifier la loi de finances et suspendre l’examen de votre projet de loi pour ouvrir un vrai débat qui replacera le logement au coeur des politiques publiques, aurez-vous enfin le courage de le faire ? 08 novembre 2007: à Mme Boutin: acceptez-vous de sortir de la stratégie d’affichage pour enfin entrer dans la mise en oeuvre du droit au logement ?  Les questions que M. Le Bouillonnec adresse au gouvernement au sujet du logement soit sensiblement la même depuis 2007, M. Le Bouillonnec s’attèle avec obstination à confronter l’Etat à ses propres échecs en matière de politique du logement parce qu’il est urgent d’agir. Pourtant c’est un constat accablant que dresse aujourd’hui la plupart des observateurs objectifs. Manifestement, malgré les alertes et les demandes d’explication, l’Etat refuse de s’attaquer à ce problème. Le Parti socialiste a choisi d’en faire une priorité dans le projet et programme présidentiel. ► Justices et libertés 01 juillet 2010: à Mme Alliot Marie sur l’Affaire Bettencourt: « L’intervention active et pressante du conseiller de l’Elysée - voire la possible tenue d’entretiens directs entre le conseiller patrimonial de

Mme Bettencourt et le chef de l’Etat - n’illustre-t-elle pas une gestion différente du dossier, gestion directe et en commun entre le parquet et la cellule juridique de l’Elysée ? Des instructions de l’Etat ont-elles pu être données au parquet sans l’intervention de la chancellerie, donc en dehors des règles prescrites par la loi ? »  08 février 2011  :à Monsieur le Premier ministre au sujet de l’assassinat de Laetitia «  Les propos du Président de la République constituent, aux yeux de ceux qu’il vise mais aussi aux yeux de tous les Français attachés à notre démocratie, une véritable déstabilisation de l’État. Le président de la République est pourtant le gardien de nos institutions républicaines et démocratiques ! Nous courons le risque d’une perte de confiance de nos concitoyens envers les institutions, envers l’État, alors même qu’en cette période de crise, nous avons tous besoin de cette confiance. Peut-on imaginer que le Président de la République ne mesure pas cet enjeu, qui constitue pourtant la première des responsabilités que le suffrage universel lui a confiées ? » Cette question met en lumière le lien incestueux entre l’autorité judiciaire et le pouvoir exécutif. Malgré sa volonté affichée en faveur d’une République irréprochable, le président ne semble pas avoir abandonné des pratiques inacceptables dans une démocratie digne de ce nom. ► industrie et consommation 08 octobre 2008: à M. le Premier ministre sur le livret A et le logement social: pouvez-vous mettre un terme à cette avalanche improvisée de mesures et de contre-mesures sans le moindre effet sur la situation des Français ? Allez-vous garantir le financement du logement social et répondre aux enjeux de la construction, grâce à un plan de relance qui peut être mis en oeuvre sans délai ?  Cette question reflète bien quelles sont les priorités du Gouvernement. M. Fillon envisageait alors de soutenir des entreprises avec les excédents du livret A. Autrement dit faire des placements risqués avec de l’argent normalement sécurisé par l’Etat. Pendant ce temps, la crise du logement se fait sentir toujours plus durement.

interVentions HémicYcle
► institutions institutions : les dérives de l’omni-présidence - Nicolas Sarkozy nous avait promis «  la République irréprochable » mais il a préféré placer ses proches à des postes clefs, servir les intérêts de quelques uns et les scandales révélant des conflits d’intérêt des membres du gouvernement ,dans l’exercice de leurs fonctions, se sont multipliés (affaire Woerth/Bettencourt, attentat de Karachi, etc...). La réforme constitutionnelle de 2008 aurait dû permettre une revalorisation du rôle du parlement. Au contraire, les droits de l’opposition sont réduits ( notamment le droit d’amendement). Le défenseur des droits, nommé en Conseil des ministres est censé remplacer les autorités administratives, elles indépendantes. Les pouvoirs locaux subissant en continu des transferts de charges ,sans moyens supplémentaires, sont tout bonnement asphyxiés. Les cinq ans de la présidence Sarkozy ont affaibli l’image de la fonction présidentielle et ont contribué à dégrader l’image des dirigeants politiques auprès des Français. • Modernisation des institutions de la ve république (88 interventions)  extrait rénovation du csm …. « l’indépendance de la justice, qui constitue l’un des piliers de

l’État de droit, qui doit garantir à tout justiciable de pouvoir accéder à un juge impartial. Je veux solennellement rappeler l’impérieuse obligation qui est la nôtre de franchir une nouvelle étape et de faire accomplir un nouveau progrès à notre pays : la démocratie et la justice ne doivent pas seulement être des principes inscrits dans les textes, mais des réalités quotidiennes pour nos concitoyens. Et dans notre réflexion de constituant, à condition de partager cette volonté de mieux garantir constitutionnellement l’indépendance de la justice... » « ...Dans notre débat constitutionnel, vos questionnements et vos prudences, illustrent la défiance dans laquelle vous tenez l’ordre judiciaire, qui contribue pourtant, avec le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif, au maintien du pacte républicain et de la cohésion sociale. C’est pour briser cette défiance, point d’ancrage de tant de difficultés, de crises et de confusion, que nous aurions souhaité de la part du Gouvernement une solution plus juste et plus équilibrée, à la hauteur d’un double enjeu : redonner confiance à l’institution judiciaire, en lui assurant les moyens de remplir sa mission constitutionnelle de gardienne de la liberté individuelle, conformément à l’article 66 de la Constitution, tout en la préservant, dans l’intérêt des justiciables, du corporatisme et de la politisation » • Application des articles 34-1 39 et 44 de la constitution (39 interventions) • Modification du règlement de l’assemblée nationale (17 interventions) extrait 12 mai 2009 « Une réforme censée revitaliser notre assemblée ne peut naître de la mort programmée des droits du Parlement, qui résultera de la réduction de ceux de l’opposition. Sous le prétexte fallacieux de rationaliser le fonctionnement de l’Assemblée, vous confondez l’instant politique et le temps nécessaire à l’élaboration de la loi. Vous ne voulez plus que la main du législateur tremble, non que vous méconnaissiez la gravité de son rôle, mais parce que, à vos yeux, sa plume doit désormais céder à la volonté de l’exécutif. En effet, si vous prétendez donner des droits à l’opposition, vous limitez de manière drastique toutes ses voies d’action et tous ses modes d’expression : réduction du nombre des motions de procédure, limitation du temps de parole des présidents de groupe et de facto du droit d’amendement individuel,… …pourtant garanti par la Constitution [...]Ce temps donné aux députés l’est aussi au peuple, qui doit accompagner le débat, se l’approprier, le faire sien et peser directement sur son issue » [...]«  Lorsque vous rabaissez le rôle de l’Assemblée nationale à celui de scribe de l’exécutif, c’est l’expression du peuple que vous brisez. En décidant de vous attaquer à la séparation des pouvoirs, principe fondateur de notre République, en faisant de l’Assemblée nationale, pilier de notre démocratie, une chambre fantoche, où les députés seront privés de tout espace de débat,… [...]de toute capacité à partager les intelligences et les savoirs, de toute possibilité d’initiative et d’expression, vous entamez un principe essentiel, qui relève non d’un archaïsme mais d’une incroyable modernité  : la certitude de quelques-uns ne peut pas faire la volonté de tous. Nous n’avons pas été élus pour accepter un tel renoncement et, pour notre part, nous ne voulons pas nous y résigner » • Élection des députés (9 interventions) extrait 20 décembre 2010 « Quand on vole une mobylette, on risque trois ans d’emprisonnement ; une escroquerie, c’est cinq ans d’emprisonnement. Mais vous n’acceptez pas qu’un élu qui trahit la confiance qu’il a sollicitée de ses citoyens en dissimulant sciemment, j’y insiste, la situation de son patrimoine,… …encoure une peine d’emprisonnement, dont on sait, du reste, qu’elle sera rarement prononcée, puisqu’on lui préférera le sursis. C’est inacceptable  ! Depuis des années, dans cet hémicycle, on nous rebat les oreilles de la hiérarchie des sanctions, mais, dès lors que nous sommes concernés, un tribunal ne pourrait pas prononcer une peine d’emprisonnement !En conclusion, il me semble que cet amendement sera perçu comme l’expression de la volonté de certains membres de la majorité – pas tous – de placer les députés au-dessus de nos concitoyens. C’est inacceptable ».

• Réforme des collectivités territoriales (3 interventions) • Concomitance des renouvellements des conseils généraux et des conseils régionaux (8 interventions) • Interdiction de la dissimulation du visage dans l’espace public (11 interventions) extrait « je propose d’utiliser plutôt l’instrument constitutionnel nouveau qu’est la résolution parlementaire. Ce serait une manière de réaffirmer un principe républicain constitutif de la souveraineté nationale, et se référer à cette résolution permettrait de justifier des décisions prises quotidiennement, à propos desquelles on peut aujourd’hui se faire quereller car elles peuvent être interprétées comme étant ségrégationnistes » ► Budget De 2007 à 2012 , Jean-Yves Le Bouillonnec a été responsable des budgets « Logement et Ville » pour le groupe socialiste. extrait octobre 2010 « Peut-on encore parler d’un budget du logement quand on sait que, depuis 2002, l’État conduit ses stratégies par des prélèvements hors budget ? On a tout vécu : les SACI (sociétés anonymes de crédit immobilier), le 1 %, la tentative visant l’an dernier les organismes d’HLM dans le cadre de la loi de mobilisation et de lutte contre l’exclusion, dite loi MOLLE ; mais cette année, c’est le paroxysme ! Nous avions raison lorsque nous annoncions que l’État finirait par ne plus concourir à la construction du logement social : vous n’en financiez déjà plus qu’une infime partie et vous êtes encore en train de la réduire!...Cette politique a tout cassé : les crédits immobiliers ont été ravagés ; le 1 % est dans une situation catastrophique, au point que demain, il ne pourra plus remplir sa mission, c’est-à-dire le logement des salariés. Les gestionnaires du logement social, et pas seulement ceux de l’opposition, s’inquiètent du sort qui est réservé aux organismes HLM » Jean-Yves Le Bouillonnec est également intervenu pour s’opposer à l’’instauration d’un bouclier fiscal, aux différentes hausses de la TVA (restauration, livre, logement social…) et à la hausse généralisée à 21, 2% au lieu de 19, 6%, prévue par le Gouvernement ( plan d’austérité 2011-2012 qui pèse essentiellement sur les ménages moyens et les ménages modestes). Jean-Yves Le Bouillonnec a voté contre l’allègement de l’impôt sur la fortune (ISF) adopté en 2011 et contre le non-remplacement mécanique d’un départ à la retraite sur deux dans la fonction publique (notamment dans l’éducation). extrait «Je ne développerai pas la présentation de cet amendement puisque nous avons déjà évoqué ce qu’il induit : la volonté de maintenir le taux de TVA à 5,5 % pour l’ensemble des opérations liées à la construction, à l’amélioration du logement et à l’ensemble des services utilisés par les bailleurs sociaux ». • • • • • • • • • Projet de loi de finances rectificative pour 2007 (3 interventions) Projet de loi de finances pour 2008 (23 interventions) Projet de loi de finances pour 2009 (13 interventions) Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2011 à 2014 - projet de loi de finances pour 2011 (37 interventions) Projet de loi de finances pour 2010 (11 interventions) Projet de loi de finances pour 2011 (1 intervention) Projet de loi de finances rectificative pour 2012 (5 interventions) Projet de loi de finances rectificative pour 2009 (21 interventions) Projet de loi de finances rectificative pour 2010

extrait 21 décembre 2010 «Le dispositif de valorisation des espaces situés autour des gares, instauré par la loi du Grand Paris, se trouve abrogé moins d’un an après  …. comment les gouvernements successifs peuvent-ils prendre, lors des débats avec la représentation nationale, des engagements qu’ils remettent en cause quelques mois plus tard ? Ce comportement est grave pour

les autres acteurs du renouvellement urbain : les collectivités, les établissements de coopération intercommunale, les régions, les bailleurs sociaux, la Caisse des dépôts, Action Logement. Il est grave aussi pour la Société du Grand Paris et tous ceux qui vont contribuer à l’édification de ce nouveau réseau, notamment la région Île-de-France et les huit conseils généraux de ce territoire. C’est d’autant plus incroyable que, dans le même temps, on vient d’annoncer que l’État va enfin engager les financements pour participer au plan de mobilisation sur les transports, comme il a l’obligation de le faire ! Cela fait beaucoup d’engagements non tenus ! Mes chers collègues, je le dis avec amertume au nom de tous les acteurs du logement, du renouvellement urbain et d’une nouvelle stratégie d’organisation des transports pour le territoire francilien : si l’État n’est pas capable de tenir ses engagements, de grâce, que le Gouvernement cesse de les prendre ! » • Projet de loi de finances rectificative pour 2011 (18 interventions) ► logement/Ville Logement : de plus en plus difficile de se loger décemment - Les lois devant garantir un logement décent à chacun (SRU et DALO) sont mal appliquées. La promesse d’une France de propriétaires a vite été oubliée et rien n’a été fait pour empêcher la flambée des prix de l’immobilier. Le 1%, les organismes HLM ont été ponctionnés par l’Etat pour pallier à son désengagement. Le Gouvernement n’a rien fait pour résorber la crise du logement, véritable machine à produire des inégalités. L’effort de l’Etat en faveur du logement est à son niveau le plus bas depuis 30 ans alors que celui des collectivités locales a triplé. Le droit au logement n’a pas été mis en oeuvre. 3,4 millions de personnes sont toujours en attente d’un logement. Plus de 2 millions de personnes sont en difficultés de paiement et plus de 500 000 dans une situation d’impayés de loyers. La part que les ménages consacrent au logement a atteint un niveau historique avec une moyenne de 25%. La loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion organise le désengagement de l’Etat: prélèvement sur le 1%, atteinte à la mixité sociale. La déductibilité des intérêts d’emprunts a été sans effet sur la capacité d’emprunt des ménages qui n’ont pas accès à la propriété et a contribué à l’inflation des prix de l’immobilier. L’accession sociale à la propriété est de moins en moins ouverte aux ménages les plus modestes. Enfin, avec sa politique d’un logement d’abord , l’Etat a abandonné toute politique de l’hébergement. extrait octobre 2010 « ...Cette politique a tout cassé : les crédits immobiliers ont été ravagés ; le 1 % est dans une situation catastrophique, au point que demain, il ne pourra plus remplir sa mission, c’est-à-dire le logement des salariés. Les gestionnaires du logement social, et pas seulement ceux de l’opposition, s’inquiètent du sort qui est réservé aux organismes HLM » • Logement et lutte contre l’exclusion (275 interventions) • Accélération des programmes de construction et d’investissement publics et privés (29 interventions) • Mesures urgentes pour le logement (23 interventions) • Lutte contre l’habitat indigne en outre-mer (8 interventions) extrait 9 juin 2011 « Avec ce texte, nous allons donner des instruments forts pour débloquer des opérations d’aménagement de territoires laissés en friche depuis des années, assurer l’équité territoriale, qui nous demande de revoir les instruments nécessaires aux actions de développement de ces territoires, et, enfin, bien sûr, adopter une vraie stratégie de justice sociale en rendant concrètement disponibles des instruments de développement et, du même coup, éviter que certains de nos concitoyens ne soient pas laissés pour compte dans notre République. »

« Ce texte constitue donc une offre incontestable pour nos compatriotes ultramarins. C’est aussi un signal, une sorte de réponse, une caresse sur la joue pour tous ceux qui, dans la métropole, ont souffert de la situation dans nos territoires d’outre-mer » • Lutte contre les marchands de sommeil (30 interventions) • Logement adapté à chacun et abordable à tous (7 interventions • Encadrement des loyers et renforcement de la solidarité urbaine (7 interventions) extrait décembre 2011 « Il faut faire cesser l’inacceptable, la République ne peut pas mettre des gens dans la rue. Si on expulse des gens… il faut impérativement que cela ne se fasse pas sans offre de relogement » • Détecteurs de fumée (13 interventions) • Majoration droits à construire extrait 6 mars 2012 « sur le fond, dans la grave crise du logement, que nous traversons il est incongru d’offrir comme ultime solution une technique d’urbanisme inappropriée et inefficace. C’est même un aveu d’échec…ce dispositif inapplicable et inutile ne sera pas appliqué » … • Mesures d’urgence en faveur des villes et des quartiers en difficulté (4 interventions) extrait « C’est l’objet de la proposition de loi dont les mesures prévoient notamment la défense du pouvoir d’achat des locataires en stoppant la hausse des loyers, la production massive de logements sociaux, la mobilisation du parc privé, l’aide à l’investissement locatif avec des loyers maîtrisés ou encore l’accession réellement sociale » extrait mai 2011 « Le présent texte ne peut, à lui seul, aborder toutes les questions ni apporter toutes les réponses à la crise du logement. Résoudre cette crise suppose en effet une refonte de notre politique du logement. Reste que les mesures proposées sont pragmatiques et nous paraissent de bon sens face à l’ampleur de la crise. D’application immédiate, elles posent les jalons d’une autre politique privilégiant l’efficacité et la justice sociale » ► travail/pouvoir d’achat Pouvoir d’achat : Travailler plus pour gagner moins - Bouclier fiscal, réduction de l’impôt sur la fortune, parachutes dorés, stocks options, niches fiscales etc ont profité aux ¾ du sommet de la pyramide sociale sans qu’ils aient eu besoin de travailler plus. Qui a payé ces cadeaux fiscaux? Les classes populaires et les classes moyennes qui ont subi le gel des salaires et l’augmentation des dépenses contraintes : énergie ( hausse de 50% des tarifs gaz et hausse de 25% des tarifs électricité, loyers, denrées alimentaires, immobilier et matières premières. Plus d’une quarantaine taxes supplémentaires minent le quotidien des Français( consommation, accès à la santé, accès à la justice) : taxe sur les ordinateurs, sur les poissons, hausse de la redevance, taxes sur les accidentés de travail, taxes sur les mutuelles, taxes sur les boissons sucrées, franchises médicales,timbre fiscal sur les procédures judiciaires et une hausse du taux réduit de la TVA à 7,7%... Plus de 20 milliards prélevés sur les ménages: les impôts ont bel et bien augmenté sous ce quinquennat pour les classes moyennes et populaires.

Jean-Yves Le Bouillonnec n'a cessé de dénoncer cette politique injuste ( les plus riches paient moins d'impôts que les classes moyennes et modestes) et inefficace ( ravage de la défiscalisation) et s'est battu notamment par la défense d'amendement pour en limiter les effets dévastateurs sur le quotidien des Français. extrait « la principale vérité à nos yeux, c’est que vous servez la soupe à moins de 10% des Français …et que l’addition sera supportée par tous les autres ou presque… » • Travail emploi et pouvoir d'achat (64 interventions) • Pouvoir d'achat (58 interventions) extrait 18 décembre 2007 « Vous savez bien que non ! Tel est d'ailleurs votre problème. Car pour faire baisser le prix des loyers, il faudrait commencer par ne plus considérer le logement comme une banale marchandise ! Or, depuis 2002, le pouvoir d'achat des ménages n'étant pas la première de vos préoccupations, vous avez considéré le logement comme un produit fiscal, un objet de spéculation : c'est cela votre conception du logement. Depuis 2002, nous n'avons eu de cesse de vous alerter sur les effets dévastateurs de votre politique, qui a aggravé la pénurie de l'offre locative. Hélas, vous êtes restés sourds à nos interpellations ! Aujourd'hui, il vous faut reconnaître que ce sont bien des dispositions fiscales inappropriées, au premier rang desquelles l'amortissement « Robien », qui sont à l'origine de l'emballement du marché immobilier. Le « Robien » est symptomatique de la marchandisation du logement puisqu'il est, en fait, purement et simplement un produit financier, avec un impératif de rendement garanti à un niveau de 6 % hors de toute considération d'intérêt général. De façon plus générale, toutes les exonérations fiscales alimentent la hausse des prix, laquelle appauvrit fortement les ménages qui souhaitent acheter. On fait miroiter à tous le rêve de devenir propriétaires, mais la réalité est moins flatteuse, car si les loyers ont explosé, les prix d'achat, eux aussi, ont progressé ! Il est aujourd'hui quasiment impossible à une famille aux revenus moyens d'acheter un appartement ou une maison dans les agglomérations et les centres villes. Devenir propriétaire, soit, mais qui est concerné et à quel prix ? Car il convient également de rappeler que les résultats obtenus par la droite depuis 2002 en matière d'accession sociale à la propriété sont très mauvais. Le dispositif que vous proposez est inconsistant. Il sera sans effet pour augmenter le pouvoir d'achat. Il illustre ce que les Français savent désormais : ce n'est pas le problème du logement ni leur niveau de vie qui vous préoccupe, mais les économies que vous pouvez faire sur leur dos. Vous prenez, je vous le dis, le risque de ne pas les aider et vous allez commettre la faute d'aggraver leurs difficultés !» • La poste et les activités postales (7 interventions) extrait 16 décembre 2009 «  Je vous raconte donc, monsieur le ministre, ce qu'ont vécu mes administrés cachanais. Ils ont vécu la période où une lettre postée dans une boîte à lettres de la commune et destinée à un autre habitant de la commune était triée par le bureau de poste local et distribuée le lendemain matin. Eh bien, savez-vous ce que c'est que le progrès, monsieur le ministre ? C'est qu'une lettre glissée dans l'une des sept, huit ou neuf boîtes jaunes dispersées sur le territoire de la commune est ramassée par un camion avant quatre heures de l'après-midi et acheminée vers une commune située au milieu du département ; là, un premier tri est effectué. La lettre arrive alors dans la commune voisine de la mienne, dans une deuxième zone de tri » « c'est en tant que député et maire de banlieue parisienne que je souhaite dénoncer ici les conséquences désastreuses de cette réforme pour nos territoires, déjà beaucoup désertés par les commerces et par les services de proximité …La Poste est un établissement public, c'est-à-dire une personne morale accompagnée par des fonds d'origine publique, et qui doit remplir une mission

d'intérêt général, en d'autres termes un service public d'intérêt général pour répondre aux besoins des usagers et des citoyens. Or, ce que l'on comprend de votre projet de loi, c'est que La Poste devient une société anonyme. Et rien ni personne n'empêchera, à terme, l'ouverture de son capital et donc sa privatisation. » ► social/ economie Emploi : Absence de politique volontariste pour endiguer le chômage en constante augmentation - La droite a perdu la bataille de l’emploi: plus d’un million de chômeurs de plus en cinq ans avec une généralisation du sous-emploi et l’emploi précaire. La défiscalisation des heures supplémentaires a détruit plus de 70 000 emplois. Les crédits dédiés au service public de l’emploi n’ont eu de cesse de diminuer. Les ouvriers notamment dans l’industrie ont été particulièrement touchés. Voilà le résultat calamiteux des allègements fiscaux et déréglementations sociales qui ont tenu lieu et place d’une politique industrielle. Si les groupes du CAC 40 se sont enrichis, les PME n’ont pas été suffisamment soutenues par le Gouvernement et par les banques qui ont pourtant bénéficié d’un plan de sauvetage en 2008. Elles ont même été plus imposées que les société du CAC 40 qui ont bénéficié de dispositifs d’optimisation fiscale. Le plan de relance de janvier 2009 a été trop tardif et inadapté. L’absence de toute stratégie de croissance laisse la France au point mort et les pratiques spéculatives des banques perdurent. Economie : Crise de la dette, endettement sans précédent et politique fiscale injuste et incohérente - En dix ans , la droite a doublé la dette de la France. Malgré la crise, Le Gouvernement n’a pas changé de cap et s’est obstiné dans le refus de supprimer les coûteuses et inutiles niches fiscales. Les classes moyennes sont assommées par les deux plans d’austérité de 29 Mds€ d’impôts supplémentaires, par la hausse généralisée de la TVA et par les 25 Mds€ de prélèvements cachés que la majorité sortante a promis à Bruxelles pour 2012-2017. La politique fiscale n’a pas encouragé l’économie productive mais a enrichi la rente. Les revenus du capital sont 1,5 fois moins taxés que les revenus de travail. Les aides accordées aux entreprises l’ont été sans contrepartie en terme d’investissement et d’emploi. Le Gouvernement a coupé le moteur au principal investisseur public -les collectivités territoriales en supprimant la taxe professionnelle. La loi de modernisation de l’économie n’a été qu’un vaste cadeau à la grande distribution sans aucun effet positif sur les prix. Le taux réduit de la TVA est passé à 7,7% et le taux régulier à 21,2%. Rien n’a été fait pour refonder le système du crédit, pour rémédier aux paradis fiscaux et aux bulles spéculatives. Jean-Yves Le Bouillonnec a mené le combat pour un rééquilibrage de cette politique à courte de vue. Il a obtenu après cinq années de combat la fin du bouclier fiscal ( disparition effective en 2013) et la négociation d’une taxe sur les transactions financières. • Modernisation de l’économie (28 interventions) extrait 2 juin 2008 « ...Les Français, particulièrement les plus modestes, y sont attachés. Ces livrets sont en effet une pierre angulaire de l’accessibilité bancaire sur nos territoires ruraux comme dans les quartiers sensibles. Le livret A demeure le dernier lien de nombreuses familles avec les guichets bancaires. C’est aussi un système unique en Europe de financement du logement social, qui a permis de construire 4,3 millions de logements et de poursuivre d’ambitieuses politiques de la ville ou de la rénovation urbaine. Accession bancaire et financement du logement social sont deux réalités qui s’inscrivent dans deux services d’intérêt économique généraux reconnus au niveau européen. Or, alléguant l’obligation de mettre en conformité la législation française avec le droit européen, et sans attendre l’issue du recours que le Gouvernement Français lui-même a formé avec d’autres,

vous engagez dans la précipitation et sans véritable concertation préalable, non seulement une réforme du mode de distribution du livret A, en ouvrant cette possibilité à tous les établissements bancaires, mais surtout un changement radical dans les principes de centralisation des fonds collectés et dans les modalités de rémunération des services bancaires. Vous allez ainsi bien au-delà de la prescription européenne et vous donnez satisfaction aux banques en leur offrant plus que ce qu’elles prétendaient vouloir remettre en cause quand elles demandaient la fin du monopole de distribution du livret A. Ce faisant, vous répondez davantage à la logique du profit qu’à celle du financement du logement social, que vous sacrifiez à des enjeux immédiats afin de combler les insuffisances de disponibilités des grands établissements bancaires. Avouez qu’il est singulier de voir l’épargne populaire appelée au secours des banques, alors que celles-ci chignent souvent pour les découverts des plus modestes, facturent lourdement des prestations et relèvent les taux d’emprunt dont l’offre est actuellement restreinte, y compris pour l’accession sociale à la propriété. Oui, l’idée est pour le moins singulière ! • Plan de relance extrait 7 janvier 2009 « La baisse colossale de la construction, le déséquilibre de la promotion immobilière, les graves difficultés des entreprises du bâtiment et de travaux publics – et les risques déjà avérés de licenciements qui en découlent – n’ont appelé de la part du Gouvernement que ces indigentes propositions...Le dispositif du projet de loi de finances rectificative pour 2009 n’est pas un plan de relance, mais un malhabile plan de rattrapage des effets désastreux du désengagement de l’État....Ce rattrapage est d’ailleurs insuffisant puisqu’il sera loin de permettre une remise à niveau des crédits nécessaires, tant le décrochage du budget de l’État est colossal, que ce soit pour la construction de nouveaux logements ou pour la rénovation urbaine » … « C’est un texte scandaleux, un texte qui n’est que d’affichage et qui prouve votre incapacité à mettre en oeuvre une vraie stratégie financière et technique dans le domaine du logement et de la construction ; il risque d’accentuer les graves difficultés rencontrées par les entrepreneurs, les promoteurs, les bailleurs, les petites et moyennes entreprises et les artisans, et qui viennent s’ajouter aux difficultés des particuliers pour accéder à la propriété, voire au logement. Je vais le démontrer... » • Dialogue social et continuité du service public dans les transports terrestres (43 interventions) • Maisons départementales des personnes handicapées (2 interventions) extrait 16 février 2011« Le temps viendra où nous n’aurons plus besoin de la loi pour que les personnes handicapées, quel que soit leur handicap, aient toute leur place dans la société, car chacune et chacun de nos concitoyens la leur reconnaîtra. Mais, pour l’instant, tel n’est pas le cas ; c’est pourquoi il faut une loi et des règles » • Développement économique des outre-mer (1 intervention) • Dérogations au repos dominical (1 intervention) • Droit d’accueil pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires publiques pendant le temps scolaire (1 intervention) • Protection des consommateurs (4 interventions) • ► santé : se soigner est devenu un luxe 1 français dur 4 renonce à se soigner pour des raisons financières, 5 millions de Français sont dépourvus de couverture complémentaire santé. L’accès au soin devient de plus en plus difficile avec les déremboursements des médicaments, les franchises médicales sur les médicaments, sur les actes médicaux et les frais de transports, forfait, les taxes sur les mutuelles. Mais aussi fiscalisation des indemnités journalières des accidents de travail,

doublement de la taxe sur le chiffre d’affaire des mutuelles qui s’est répercuté sur les montants des cotisations. In fine, la moitié des dépenses courantes sont désormais à la charge des malades. Aucune mesure n’a été prise pour empêcher les déserts médicaux et encadrer les dépassements d’honoraires. L’hôpital public est au bord de la faillite, devenu « hôpital-entreprise » où la logique comptable a supplanté les objectifs de santé publique. Jean-Yves Le Bouillonnec s’est opposé farouchement à ce démantèlement de notre système de santé et d’assurance maladie dont les deux fondements -égalité et universalitéont été farouchement bafoués par la droite au point de les briser. • Droits et protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques (1 intervention) • Rétention de sûreté et déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental (35 interventions) ► sécurité/Justice/droit Sécurité : tolérance zéro = zéro résultat - 8 Français sur 10 considèrent que la délinquance a augmenté depuis dix ans (Terra Nova - Opinion Way). 13 338 emplois de sécurité publique supprimés sur le quinquennat. La population carcérale a également fortement augmenté de 30 % entre 2002 et 2011. Les atteintes à la personnes n’ont cessé d’augmenter depuis 10 ans. La droite a tout bonnement perdu « la guerre à la délinquance » qu’elle avait elle-même décrété sans donner les moyens aux forces de police et de gendarmerie de la mener. Tous les acteurs clés de la tranquillité publique dans le domaine de la prévention, de l’éducation, de l’accompagnement social (maires, éducateurs…) ont été décriés, leur travail au quotidien dénigré. La demande de sécurité des citoyens est restée sans réponse. Et pour cause! la réduction drastique des effectifs de police combinée à un manque criant de moyens ont rendu impossible une présence pérenne sur tout le territoire d’une police dotée de moyens d’investigation et d’intervention. La droite a entretenu un climat de défiance entre la population et la police notamment lors des opérations coups de poing ,en lieu et place d’une véritable stratégie de lutte contre la délinquance. extrait art 32 ter contre l’évacuation forcée sans décision de justice « Vous êtes en train de forcer la ligne des procédures qui garantissent actuellement, conformément à la Constitution et aux dispositions de la Convention européenne des droits de l’homme, les droits individuels et les libertés d’aller et de venir » …Tous dénoncent la crise actuelle du logement. Tous ont dépeint la situation dans laquelle se trouve un certain nombre de nos concitoyens : 41 000 personnes vivent actuellement dans des habitats de fortune – cabanes, constructions provisoires –, à l’hôtel ou dans des conditions qui, si elles ne s’améliorent pas, ne peuvent que conduire à cet habitat de fortune. Cette réalité humaine recouvre l’ensemble de notre territoire. Certains de nos concitoyens dans des conditions qu’ils subissent… » • Modernisation des professions judiciaires et juridiques réglementées (2 interventions) • Simplification du droit et allègement des démarches administratives (1 intervention) • Projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (28 interventions)

Justice : le tout-répressif médiatique et une justice devenue inégalitaire - Notre code pénal est devenu le plus répressif d’Europe. Pour rien. L’insécurité est toujours une réalité pour nos concitoyens: vols, violences, trafics de drogues...les objectifs affichés par la droite sont loin d’avoir été atteints. Pas moins de huit lois pénales ont été motivées par une affaire médiatique souvent au mépris des principes essentiels de notre Etat de droit (peine-plancher, criminalisation de délits, l’enfermement à tout prix devenu la règle ).Le coût et la lourdeur des procédures dissuadent un nombre croissant de citoyens de faire valoir leurs droits. • • • • • Lutte contre la récidive (10 interventions) Lutte contre les violences de groupes (5 interventions) Protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet (78 interventions) Protection de la création sur internet (25 interventions) Ouverture à la concurrence des jeux d’argent en ligne (29 interventions)

► immigration extrait « ce projet de loi sur l’immigration sera inapplicable, comme la réforme sur la garde à vue, et restera le symbole de l’échec de votre politique en matière d’immigration. À défaut de convaincre sur les vraies préoccupations des Français – emploi, logement, pouvoir d’achat, etc. –, vous légiférez, une fois de plus, sans prendre, comme cela a été souligné par notre collègue Mazetier, les mesures qui permettraient de gérer intelligemment les flux migratoires dans le cadre d’une politique européenne coordonnée et cohérente. Vous avez révélé, monsieur le ministre, la nature de ce texte lorsque vous avez déclaré que « l’intérêt de la société impose nécessairement de limiter les droits des individus ». Je rappellerai que nous construisons aussi les droits de la société en respectant les droits des individus et que la démocratie, c’est aussi la recherche permanente de l’équilibre entre le droit à la sûreté et à la sécurité et les libertés individuelles. Or, lorsqu’on ne respecte pas les droits des individus, c’est la société tout entière qui tremble et qui s’en trouve fragilisée. Cela s’appelle le corps social. » • Immigration intégration et nationalité (29 interventions) • Suppression du délit de solidarité (9 interventions) ► éducation L’école de la République a fait les frais d’une politique de bout de ficelle: la démocratisation de l’éducation nationale en péril - 66 000 postes d’enseignants ont été détruits depuis 2007 alors même que les effectifs d’élèves augmentent ( 50 000 dans le primaire et 100 000 dans le secondaire). Le soutien individualisé aux élèves en difficulté a été réduit à néant alors même que le décrochage scolaire s’aggrave : suppression de 3000 postes de RASED, fonte des crédits aux associations d’éducation populaire, baisse de la prise en charge des emplois de vie scolaire. Face à ce démantèlement de l’école publique, Jean-Yves le Bouillonnec, aux côtés des parents, des enseignants et des élèves a obtenu la suspension de la fermeture des classes dans le primaire en 2012. Il a dénoncé l’absence de concertation avec la communauté éducative pour les réformes pédagogiques.

► agriculture La France n’est plus la première puissance agricole européenne au profit de l’Allemagne - La loi de modernisation agricole, votée en 2010,a favorisé la concentration des exploitations sans aucune régulation publique de l’offre. Le nombre d’exploitations agricoles a chuté de 25% en dix ans!La droite a fait primer les intérêts de l’industrie agroalimentaire sur ceux des agriculteurs au mépris notamment de l’aménagement du territoire et de l’équilibre des systèmes de production. Les agriculteurs ont été confronté aux différentes crises agricoles (prix du lait, sécheresse...) et à une baisse de leurs revenus (-20% en 2008, -34% en 2009). ► environnement Environnement : le grenelle de l’environnement aux oubliettes - Penser écologie c’est voir loin. Cette nécessaire vision sur le long terme n’est pas compatible avec le libéralisme de la droite. Jugeant l’écologie trop coûteuse, le gouvernement a renoncé à engager notre pays sur la voie de la transition écologique. Il a renoncé à une société durable: abandon de la fiscalité environnementale, reports successifs de la taxe poids lourds, recul sur l’étiquetage environnementale, coup d’arrêt au développement du photovoltaïque etc... • OGM - Engagement national pour l’environnement (41 interventions) extrait 7 mai 2010 « Un député qui ne peut pas parler dans l’hémicycle n’est plus un député ! Ce n’est plus un représentant du peuple ! Permettez-moi d’élargir quelque peu le débat. Dans notre pays, le problème n’est pas la troisième étape de la décentralisation…,mais bien celui de l’État... Quelle est sa place aujourd’hui, eu égard aux enjeux financiers qui le dépassent et par rapport auxquels l’Union européenne elle-même est impuissante ? De quelles capacités d’action, de quelles compétences l’État français dispose-t-il pour intervenir sur le territoire ? Autant de questions qui relèvent non pas d’une polémique que l’opposition engagerait avec le Gouvernement, mais des débats qui s’imposent aujourd’hui en matière intellectuelle, doctrinale, institutionnelle et constitutionnelle. Le vrai problème, le voici : quelle sera, au cours des années à venir, la situation de l’État ? Qu’en sera-t-il de sa responsabilité ? Il nous faudra l’aborder tous ensemble : c’est la représentation nationale qui, un jour, devra s’en saisir et trancher la question de savoir où est l’État et ce qu’il fait dans notre République.» • Grenelle de l’environnement (2 interventions) ► Grand paris et divers • Grand paris (17 interventions) extrait Grand paris - 25 novembre 2009 « Comment imagine-t-on ce territoire ? Comment les habitants d’aujourd’hui et de demain y vivront-ils ? Y trouveront-ils les conditions d’une vie apaisée et comblée, que la réalité métropolitaine perturbe trop souvent ? Que voulons-nous faire du rayonnement mondial de Paris ? Ce patrimoine sublime, que tous nos compatriotes revendiquent, peutil leur servir d’atout principal pour ce XXIe siècle ? Afin de ne pas freiner le progrès et d’éviter toute régression, comment concilier tout ce qui existe, tout ce qui a été fait, tout ce qui est en projet avec

de nouvelles initiatives portées par l’élan et par la dynamique de la modernisation ? ... À ces questions, quelles réponses apportez-vous ? Un projet de loi dont le contenu actuel se limite, exception faite de l’établissement public de Paris-Saclay, à la réalisation d’une infrastructure de transport qui ne résoudra que partiellement, voire très imparfaitement, les sérieux problèmes auxquels les populations sont confrontées pour se déplacer. Un projet qui ignore ceux que les collectivités ou leurs autorités compétentes ont déjà élaborés, décidés ou appliqués et qui, s’il ne prétend s’y substituer, rend leur achèvement bien incertain » • • • • Mise en chantier des projets des collectivités locales d’île-de-france (7 interventions) Urbanisme commercial (7 interventions) Organisation et régulation des transports ferroviaires (2 interventions) Déclaration du gouvernement préalable au conseil européen et débat sur cette déclaration (1 intervention)

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful