Vous êtes sur la page 1sur 15

UE2 HISTOLOGIE: La peau

INTRODUCTION GENERALE

Le système tégumentaire comprend la peau mais aussi les annexes cutanées, elles-mêmes constituées des poils et des follicules pilosébacés, des glandes sudoripares et les ongles. Et on regroupe sous le terme de falerne les poils et les ongles.

Cette peau recouvre tout le corps, qui constitue une surface de 2 m 2 pour un adulte d’1m70 et de 70kg. Le poids total de la peau est de 5kg, ce qui en fait un organe le plus massif de notre organisme. L’épaisseur peut être de 0,5 à 5mm en fonction des régions du corps. La couleur de la peau va être liée à la présence de pigment : la mélanine, le carotène, et des vaisseaux sanguins.

Les fonctions de la peau sont multiples. Tout d’abord, la peau a un rôle de protection, mécanique mais aussi immunitaire. Ensuite, un rôle important dans la thermorégulation (maintien de la température corporelle). Enfin, il y a un rôle de perception => capable de détecter des stimulus mécaniques grâce à la présence de récepteurs au sein de la peau. La peau exerce également des fonctions absorptions et d’excrétions et synthétise de la vitamine D.

La peau est constituée de 3 régions : l’épiderme (épithélium en contact avec le milieu extérieur => couche protectrice), en-dessous le derme (Tco), puis l’hypoderme (Tco).

3 régions

Epiderme

Derme

Hypoderme

surface

(12)
(12)

profondeur

1 - L’EPIDERME

L’épiderme est un épithélium de revêtement pavimenteux stratifié (donc malpighiens). Cet épithélium est kératinisé. Il est composé, on y trouve plusieurs types cellulaires et n’est pas vascularisés; va dépendre des nutriments que va pouvoir lui transmettre les vaisseaux du derme et de l’hypoderme. On y trouve une innervation qui lui permet sa fonction de perception.

L’épiderme contient 4 types de cellules. Tout d’abord, les kératinocytes (90%), les mélanocytes (8%), les cellules de Langherens (2%) et les cellules de Merkel.

Les kératinocytes sont dorigine embryonnaire ectodermique (dérive de l’ectoderme). Ces kératinocytes sont spécifique de la synthèse de kératine (protéine fibreuse très résistantes), capable de sécréter un glycolipide ayant des propriétés imperméabilisante. Ils vont subir une évolution morphologique, maturation de la profondeur jusqu’à la périphérie de l’épiderme qui permet de distinguer 4 couches en fonction du degré de maturation des kératinocytes.

UE2 HISTOLOGIE: La peau

La couche la plus profonde est la couche basale (qui contient des cellules en mitose), puis la couche épineuse, granuleuse puis cornée.

Epiderme

4 couches cellulaires

4 3 2 1 3 (10)
4
3
2
1
3
(10)
4 3 2 1 (10)
4
3
2
1
(10)

couche cornée

couche granuleuse

couche épineuse

couche basale

derme

derme

a - les kératinocytes

La couche basale est constituée d’une rangée de kératinocytes, prismatiques ou cubiques qui donne cet aspect en palissade. Les kératinocytes possèdent un gros noyau, un cytoplasme basophile qui contient de nombreux ribosomes, un REG, des mitochondries, des filaments intermédiaires (des tonneaux de filaments); ces tonneaux de filaments sont composés de kératinocytes. Ils vont s’attacher aux desmosomes qui relient les cellules de la couche basale entre-elles, et les hemi-desmosomes qui rattachent les kératinocytes à la membrane basale qui les séparent du derme.

La couche

de

kératinocytes. Ils sont polyédriques lorsqu’ils sont proches de la couche basale. En se rapprochant de la superficie, ils s’aplatissent. Ils possèdent les mêmes organites que ceux de la couche basale avec un réseau de tonneaux de filaments de plus en plus dense appelé tonofibrilles; la présence de ce réseau plus dense fait que le cytoplasme de ces kératinocytes apparait plus coloré que ceux de la CB. Il y a également des prolongements cytoplasmique et des structures particulières liées au fait que les tonneaux filaments s’insèrent sur les desmosomes (relient les cellules de la CE entre-elles). Ces desmosomes portent le nom de nodules de bisosérons. Ils confèrent à la peau sa résistance et à sa souplesse. Dans cette couche épineuse, on trouve des prolongements de mélanocytes et des cellules de Langherens.

épineuse

est

la

plus épaisse et est constituée

de

8

à

10 épaisseurs

Couche basale (stratum basale)

Couche la + profonde séparée du derme par une lame basale

1 rangée de kératinocytes prismatiques ou cubiques

Noyau arrondi ou ovalaire

Cytoplasme basophile

• Noyau arrondi ou ovalaire • Cytoplasme basophile (6) • Cellules souches : Mitose ! couche

(6)

Cellules souches : Mitose ! couche germinative (stratum germinativum)

mélanocytes et cellules de Merkel

Couche épineuse (stratum spinosum)

8-10 épaisseurs de kératinocytes polyédriques puis aplatis

épaisseurs de kératinocytes polyédriques puis aplatis (11) (6) • Prolongements de mélanocytes et cellules de

(11)

de kératinocytes polyédriques puis aplatis (11) (6) • Prolongements de mélanocytes et cellules de

(6)

Prolongements de mélanocytes et cellules de Langherans

5

UE2 HISTOLOGIE: La peau

Au-dessus on trouve la couche granuleuse constituée de 3 à 5 épaisseurs de kératinocytes qui sont de plus en plus aplatis. On y trouve deux types de granules:

- Les granules de kératohyaline (protéine qui permet de regrouper les tonofibrilles) et ces granules de kératohyaline ne possèdent pas de membranes.

- Les granules lamellaires qui possèdent une membrane et contiennent un glycolipide; ce

glycolipide va être sécrété et va remplir les espaces entre les kératinocytes de la couche granuleuse mais aussi ceux des couches plus superficielles. De plus, il constitue un revêtement imperméabilisant et un ciment entre les cellules. Enfin, lorsqu’il est sécrété il y a fusion de la membrane du granule avec la membrane des kératinocytes. Cette membrane du granule vient épaissir la membrane du kératinocyte.

Evolution des granules lamellaires

glycolipide granule lamellaire (9)
glycolipide
granule lamellaire
(9)

couche cornée

espace intercellulaire

cellule granuleuse

Cette couche granuleuse constitue une démarcation entre les kératinocytes vivants situés dans les couches profondes, les kératinocytes morts, et ceux qui vont commencer à dégénérer dans cette couche granuleuse.

Ces kératinocytes vont mourir par un phénomène d’apoptose.

Pourquoi meurent-ils par apoptose?

Au niveau de l’épiderme, il n’y a de vaisseaux sanguins, les nutriments ont du mal à passer. D’autre part, au niveau de la cellule granuleuse, il y a la formation du ciment qui s’oppose à la

di fusion des nutriments jusqu’aux kératinocytes.

La couche cornée peut être divisée en 3 couches: la couche claire, compacte et desquamante. Cette couche cornée est composée de 25 à 30 épaisseurs de kératinocytes qui sont aplatis. Ces kératinocytes sont uniquement constitués à ce moment de leur membrane, et à l’intérieur des filaments de kératines et de la kératohyaline + des vestiges du cytoplasme.

Kératinocyte = Cornéocyte

- La couche claire, on ne la trouve qu’aux niveaux du corps exposées à des frictions intenses (au bout des doigts, au niveau de la paume des mains, et de la plante des pieds); on parle à ce niveau-là de peau épaisse.

- La couche desquamante, les cellules mortes vont se détacher et desquamer.

UE2 HISTOLOGIE: La peau

RAPPELS: Dans la CB, les kératinocytes contiennent des tonofilaments de kératines.

Dans la CE, ces kératinocytes sont dans des tonofibrilles.

Dans la CG, granules de kératohyalines qui permettent de regrouper ces tonofibrilles et les granules lamellaires qui sécrètent les glycolipides.

Au niveau des cornéocytes, on n’a des kératinocytes morts.

La kératine et la sécrétion des lipides donnent la résistance de la peau, et l’opposition à la pénétration de substance chimique, de bactéries.

Entre le kératinocyte issu de la cellule basale et le cornéocyte il se passe 4 semaines. C’est pour un épiderme de 0,1 mm d’épaisseur.

Il existe di férentes pathologies associées à ces kératinocytes comme la dermatose (desquamation trop rapide).

Evolution des kératinocytes Kératine molle cornéocytes Granules de cellule granuleuse kératohyaline Tonofibrille
Evolution des kératinocytes
Kératine molle
cornéocytes
Granules de
cellule granuleuse
kératohyaline
Tonofibrille
4 semaines
Tonofibrille
cellule épineuse
Tonofilaments
cellule basale
(9)

b - les mélanocytes

Les mélanocytes sont le deuxième type cellulaire en nombre et constitue 8% des cellules du derme. Ce sont des cellules issues des crêtes neurales, ils synthétisent la mélanine qui donne de la couleur à la peau et qui a également un rôle protecteur important. Ils ont le corps cellulaire au niveau de la couche basale et leur prolongement va jusqu’à la couche épineuse. Un mélanocyte va être en contact avec 36 kératinocytes.

mélanocyte

(11)
(11)

couche cornée

couche granuleuse

couche épineuse

couche basale

derme

11

UE2 HISTOLOGIE: La peau

La densité

de

mélanocytes

est fonction de la

région du corps et

il

y

a deux

fois plus de

mélanocytes au niveau de la face qu’au niveau des autres régions du corps.

En MO avec des colorations standards, ils apparaissent comme des cellules arrondies avec un noyau rond et dense, et cytoplasme clair.

En ME, on va voir les structures où s’e fectue la synthèse de la mélanine appelés mélanosomes.

Ces mélanosomes ont un diamètre de 0,2 à 0,8 um et présentent 4 stades de maturation. D’abord, les stades I et II, on parle de pré-mélanosome car ils ne contiennent pas de mélanine => formation de la structure du mélanosome. L’enzyme qui synthétise la mélanine est synthétisé au niveau du REG et empaqueté au niveau de l’appareil de Golgi, on va retrouver cette enzyme au niveau du type III. La synthèse de mélanine se poursuit et dans le stade IV, elle masque la structure interne du mélanosome. Cette mélanine est synthétisée à partir d’un acide aminé l-tyrosine synthétisée grâce à une enzyme appelée tyrosinase qui va hydroxylée la l-tyrosine en l-dopa (dyhydroxyl- phénylalanine). Cette l-dopa va être oxydée en dopakinone toujours à partir de la tyrosinase.

En gros (pas comme toi =)) => l-tyrosine => l-dopa => dopakinone

A partir de cette dopakinone, il va y avoir deux voies possibles selon la concentration en

cystéine du mélanocyte. S’il y en a peu la dopakinone va s’oxyder spontanémment et va partir dans la voie de la e-mélanine; à l’inverse s’il y en a beaucoup elle part dans la voie de la phémélanine .

La e-mélanine est un pigment noir, marron alors que la phémélanine est un pigment jaune, orangé. Ce sont ces pigments qui vont donner sa couleur à la peau.

Mélanosomes

(8)
(8)

Ceci est un mélanocyte synthétisant du mélanosome raaaaIIIIIIIIIII.

UE2 HISTOLOGIE: La peau

Ces mélanosomes se situent au niveau de l’extrémité des prolongements des mélanocytes. Ils vont être transférés aux kératinocytes et il y a plusieurs mécanismes de transferts.

La cytophagocytose: les kératinocytes vont phagocyter le prolongement.

L’exocytose (le plus important): les mélanosomes sont libérés dans le milieu extra- cellulaire et vont être récupérer par endocytose ou phagocytose.

Les mélanocytes vont former des vésicules membranaires qui vont contenir les mélanosomes et vont subir une endocytose ou une phagocytose par les mélanocytes.

Il y a une fusion (yahaaaa) des membranes du mélanocyte et du kératinocyte qui va constituer un pore à partir duquel les mélanosomes pourront passer du mélanocyte vers le kératinocyte.

Transfert des mélanosomes aux kératinocytes Cytophagocytose Vésicules mélanocyte Exocytose membranaires Fusion
Transfert des mélanosomes aux kératinocytes
Cytophagocytose
Vésicules
mélanocyte
Exocytose
membranaires
Fusion
mélanocyte
kératinocyte
13
Van Den Bossche et al., Traffic 2006, 7: 769–778
Okazaki et al., J Invest. Dermatol. 1976, 67: 541-547
kératinocyte

Que deviennent ces mélanosomes lorsqu’ils sont transférés aux kératinocytes? Et que devient une tomate lorsqu’elle se transforme en ketchup.

Et bien, ils vont se transloquer au niveau du pôle apical du kératinocyte et former un voile protecteur autour du noyau qui le protège des rayonnements UV (extrêmement nocifs, énergétiques qui sont capables d’endommager l’ADN nucléaire).

Les UV vont augmenter le transfert des mélanosomes et leur translocation au-dessus du noyau. Puis, les UV vont augmenter la synthèse de mélanine, c’est là qu’on bronze(tte !!!). Ces mélanosomes vont être dégradé dans les couches superficielles de l’épiderme par apoptose.

Ces mélanocytes ont un rôle dans la couleur de la peau. Le nombre de mélanocyte est identiques dans toutes les populations (noir, blanche, asiatique). Ce qui va di férer c’est la quantité de mélanine synthétisée et l’organisation des mélanosomes au sein du kératinocyte.

Dans les peaux noires, on va avoir des gros mélanosomes, bien individualisé que l’on va retrouver dans la couche cornée. Dans les peaux blanches, on va voir des petits mélanosomes qui sont détruits au niveau de la couche épineuse. Dans les peaux asiatiques elles sont présentes jusqu’aux couches granuleuses.

UE2 HISTOLOGIE: La peau

Il y a des pathologies associées au disfonctionnement au niveau des mélanocytes:

- l’albinisme => maladie héréditaire, génétique qui se caractérise par une peau très blanche, et

des cheveux blancs liés à l’absence de tyrosinase et une incapacité à synthétiser de la mélanine.

- le vitiligo se caractérise par des taches blanches, irrégulières liées à la disparition partielles, ou totales des mélanocytes dans certaines régions de la peau.

Le bêta-carotène est un pigment de couleur jaune, orange présents dans de nombreux végétaux qui va s’accumuler dans la couche cornée de l’épiderme et dans les cellules adipeuses de l’hypoderme. La couleur rosée de la peau est liée à la présence d’hémoglobine oxygénée dans les globules blancs qui circulent dans les vaisseaux que l’on trouve au niveau du derme.

c - les cellules de Langherans

Les cellules de Langherans constituent 2 à 4% des cellules de l’épiderme, on les retrouve essentiellement dans la couche épineuse; elles sont produites, élaborées au niveau de la moelle osseuse rouge, c'est-à-dire au niveau de la moelle hématopoétique.

Elles ont un rôle immunitaire très important et appartiennent au groupe des cellules dendritiques; reconnaissent les Ag => maturation => migration dans les ganglions lymphatiques => présentent l’Ag dans les lymphocytes T pour les stimuler et avoir une réponse.

En MO, elles apparaissent comme des cellules claires, cytoplasme clair, noyau plurilobé.

En ME, on voit des structures caractéristiques de ces CDL qui sont les granules de Birbeck (en forme de batonnet striés et en fait, ils sont le résultat de l’accolement de deux membranes séparés par une zone régulièrement striée). On trouve parfois à l’extrémité des vésicules.

Cellule de

Langherans

à l’extrémité des vésicules. Cellule de Langherans (12) • couche cornée • couche granuleuse • couche

(12)

couche cornée

couche granuleuse

couche épineuse

couche basale

derme

14

d - les cellules de Merkel

Granules de Birbeck

(9)
(9)

no

vésicule

Les cellules de Merkel, population cellulaire minoritaire au niveau de l’épiderme; on les trouve dans la couche basale, entre les kératinocytes.

En ME, ces cellules ont un noyau irrégulier, et il occupe l’essentiel de la cellule; dans le cytoplasme on y trouve de nombreuses vésicules à centre dense.

Ces CDM établissent avec les kératinocytes voisins des relations grâce à des desmosomes; elles sont en contact avec une terminaison nerveuse libre qui constitue le corpuscule de Merkel qui vont être responsable du toucher fin.

UE2 HISTOLOGIE: La peau

Cellules de Merkel

noyau dense et contourné

granules (" : 80-100 nm)

granule

et contourné • granules ( " : 80-100 nm) granule (9) Terminaison noyau nerveuse libre derme
(9) Terminaison
(9)
Terminaison

noyau

nerveuse libre

derme

+ terminaison nerveuse libre = corpuscule de Merkel

! toucher discriminant

2 - LA JONCTION DERMO-EPIDERMIQUE

En MO, on observe grâce à une coloration particulière une membrane basale qui sépare le derme et l’épiderme. Elle peut avoir une épaisseur de 1 à 2 mm, et contient di férents éléments. La JDE va être constituée par la membrane des kératinocytes et 3 couches associées à des protéines d’ancrage :

- La lamina lucida, claire aux électrons, collés aux kératinocytes

- La lamina densa

- La lame fibroréticulaire

Au niveau des kératoncoytes on trouve des hémi-desmosomes qui vont permettre de les ancrer dans la lamina densa.

Du côté du derme, on va avoir des microfibrilles constituées de fibrilline qui permettent d’attacher la lame fibroréticulaire à des fibres élastiques présentent dans le derme.

On a également des fibrilles d’ancrage constituées de collagène de type VII; elles permettent d’attacher la face inférieure de la lamina densa sur les fibres de collagène de type I.

Ampoule => formation d’une poche de liquide interstitielle => séparation localisée de l’épiderme et du derme.

3 couches + protéines d’ancrage

molécule d’adhésion

cellulaire kératinocyte hémidesmosome protéines d’ancrage lamina lucida lamina densa lame fibroréticulaire
cellulaire
kératinocyte
hémidesmosome
protéines d’ancrage
lamina lucida
lamina densa
lame fibroréticulaire
fibres de
fibre
collagène
élastique
derme
(type I)
(6)
• Ampoules
19
microfibrilles
(fibrilline)
fibrilles d’ancrage
(collagène type VII)

UE2 HISTOLOGIE: La peau

L’épiderme s’enfonce dans le derme => crêtes épidermiques => dermatoglyphes.

Ces crêtes épidermiques sont déterminées génétiquement, système unique et qui ne va pas changer avec le temps.

On a non seulement de l’épiderme qui s’enfonce dans le derme; mais on a également du derme qui va s’enfoncer dans l’épiderme et qui constitue les papilles dermiques.

Dermatoglyphes Crêtes épidermiques épiderme derme (10) Papilles dermiques
Dermatoglyphes
Crêtes épidermiques
épiderme
derme
(10)
Papilles dermiques

3 - LE DERME ET L’HYPODERME

Le

soutien, constituée de di férentes cellules (des

fibroblastes, quelques adipocytes, des macrophages, des mascocytes et d’une matrice extracellulaire (constituée d’une substance fondamentale riche en acide hyaluronique, des fibres de collagène, et de réticuline)). On trouve au niveau du derme du tissu musculaire lisse et du tissu musculaire squelettique.

derme

est

un tissu

conjonctif

de

Ce derme se divise en deux régions: le derme papillaire et le derme réticulaire.

a - le derme papillaire

Ensemble des papilles dermiques

1/5 de l’épaisseur du derme

Tissu conjonctif tendiniforme semi-orienté + fibres élastiques

nombreux capillaires sanguins ! épiderme

récepteurs de la sensibilité cutanée

(12)
(12)

épiderme

derme

Papilles dermiques

21

UE2 HISTOLOGIE: La peau

b - le derme réticulaire

Derme réticulaire

Tissu conjonctif dense et non orienté

Fibroblastes

Fibres de collagène et d’élastine

Portions sécrétoires des glandes exocrines

Vaisseaux sanguins

• Portions sécrétoires des glandes exocrines • Vaisseaux sanguins (10) Fibres de collagène Vaisseau sanguin 22

(10)

Fibres de collagène

Vaisseau sanguin

22

Il confère à la peau sa résistance, son élasticité et son extensibilité (capacité à s’étirer). Néanmoins, lorsque cet étirement est trop important => rupture des fibres élastiques et de collagène présentent dans le derme => vergetures; la peau prend un aspect de strie rouge, ou blanc argenté.

Au cours de vieillissement cutané, il y a un appauvrissement du derme en fibre => perte de l’élasticité de la peau.

c - l’hypoderme

L’hypoderme (couche sous-cutané), présent partout sauf au niveau des paupières, des oreilles et des organes génitaux masculins. C’est un tissu conjonctivo-graisseux, on y trouve des fibres de collagène et élastique. C’est un tissu graisseux riche en adipocytes, regroupés en lobules séparés par des septuns. Ces adipocytes vont avoir un rôle d’isolant thermique, constituent une réserve nutritive, et participent à la souplesse de la membrane cutanée. On y trouve de gros vaisseaux et des nerfs.

4 - VASCULARISATION ET INNERVATION DE LA PEAU

a - la vascularisation

La vascularisation de la peau est liée au niveau de l’hypoderme dans la partie profonde de l’hypoderme, a un premier réseau d’artères sous-cutané (// à la surface de la peau). A partir de ce premier réseau on va avoir des artères qui vont partir perpendiculairement avec des branches qui vont traverser l’hypoderme. Les collatérales vont permettent d’irriguer les adipocytes.

Plexus cutané => Plexus sous-cutané

UE2 HISTOLOGIE: La peau

b - l’innervation

L’innervation au niveau de la peau se trouve sous deux types de terminaisons nerveuses: libres ou capsulées (dendrites nues ou compactées d’un tissu conjonctif).

Les terminaisons nerveuses libres sont des fibres conjonctives (pas de globines et un petit diamètre); ces terminaisons nerveuses libres peuvent correspondre à des thermorécepteurs => Les tissus récepteurs aux froids sont dans la couche supérieure du derme et ceux au chaud sont plus en profondeur mais toujours dans le derme.

Ils peuvent constituer des nocicepteurs (des récepteurs sensibles à des stimulis douloureux), ou des mécanorécepteurs.

Certaines de ces terminaisons libres peuvent être associées à des cellules de Merkel et constituées les corpuscules de Merkel.

Ces corpuscules de Merkel on va les trouver au niveau de la peau épaisse et là où il n’y a pas de poils.

On a des des terminaisons libres autour des follicules pileux.

Nocicepteur (10)
Nocicepteur
(10)

Derme

Corpuscule de Merkel

Corpuscule de Meissner

Corpuscule de Ruffini

Récepteur pileux Corpuscule de Pacini

25

Epiderme

Hypoderme

Les terminaisons nerveuses capsulées sont:

(1)
(1)

Thermorécepteurs

Nocicepteurs

Mécanorécepteurs

Corpuscule de Merckel

(1)
(1)

Mécanorécepteurs

(1)
(1)

récepteurs des

follicules pileux

26

- Les corpuscules de Meissner, ces corpuscules sont petits, ovoïdes et sont constituées par

quelques terminaisons nerveuses en spirales avec autour une capsule fine de tissu conjonctif. On les trouve dans les papilles du derme, le bout des doigts, la plante des pieds, les paupières. Ce sont des récepteurs du toucher discriminant sensible à des pressions légères et à des vibrations à basse fréquence.

- Les corpuscules de Ruf ni présent dans le derme et l’hypoderme. On a à nouveau des

terminaisons nerveuses qui sont dans une capsule ovoïde, fine et aplatie. Ils sont sensibles à une

pression intense, continue, et à l’étirement.

- Les corpuscules de Pacini que l’on trouve dans le derme et l’hypoderme. Ce sont les plus gros, ils peuvent mesurer jusqu’à 3 mm de longueur, et 1,5 mm de largeur. Ils sont sensibles à des pressions intenses et discontinues; structure lamellaire.

UE2 HISTOLOGIE: La peau

5 - LES ANNEXES CUTANEES

Les annexes cutanées, il s’agit des poils, des glandes sudoripares et des ongles. Ils sont présent sur toute la partie du corps sauf au niveau de la paume des mains, de la plante des pieds, de la face latéral des doigts, des orteils, des chevilles, des paupières et de certains organes génitaux externes.

a - poil et follicules pileux

Ces poils sont des structures tubulaires qui dérivent de l’épiderme et qui s’enfoncent dans le derme. Ils sont composés d’une tige (partie superficielle qui dépasse de la peau), la racine qui pénètre dans le derme et parfois dans l’hypoderme, et du bulbe pileux (base plus renflée).

Ils sont formés de cellules kératinisées, fusionnées et on y trouve de la kératine dure qui contient plus de cystéine et va être plus solide, plus durable et il ne va pas avoir de desquamation à la di férence de la kératine molle de l’épiderme; la couleur des poils va dépendre de la présence de mélanine au sein de ces cellules.

Poil et Follicules pileux

Partie intraépidermique du follicule pileux = acrotrichium

Epiderme

Derme

Hypoderme

Tige Racine Bulbe (10)
Tige
Racine
Bulbe
(10)

Poil

Ils sont constitués de 3 couches concentriques.

Au centre, il y la médula qui contient 2 à 3 couches polyédriques refermant des granules de mélanines avec des espaces remplis d’air. Autour de la médula, on trouve le cortex qui constitue la majeure partie de la tige avec des cellules allongées, des granules de pigments et des espaces remplis d’air. Enfin il y a la cuticule, constituée d’une seule épaisseur de cellules, plates, et minces qui sont les plus fortement kératinisés, et qui vont se chevaucher comme des tuiles.

La racine du poil est enveloppée dans un follicule pileux, qui est constitué d’une gaine épithéliale interne et externe; une gaine de tissu conjonctif qui enveloppe le tout, elle dérive du derme alors que l’intérieur et l’extérieur dérivent de l’épiderme.

UE2 HISTOLOGIE: La peau

La base du follicule pileux constitue le bulbe, où l’on y trouve di férentes structures. D’abord, une saillie pointue composée de tissu conjonctif aréolaire et qui va renfermer de nombreux capillaires sanguins qui vont nourrir le poil en croissance.

Autour de cette papille, on trouve la matrice du poil (couche de cellules souches qui proviennent de l’épiderme qui vont se diviser pour donner de kératinocytes qui assurent la croissance du poil).

Ces kératinocytes vont ensuite mourir, comme dans l’épiderme. La partie visible du poil est composée presque exclusivement de kératine.

Les cellules souches de cette matrice vont donner la gaine épithéliale interne. Au sein de cette matrice, on y trouve des mélanocytes qui vont donc comme dans l’épiderme synthétisé de la mélanine qui va être transférée aux cellules du cortex et de la medula. Lorsqu’il y a une déficience de la production de cette mélanine qui va être remplacée par des bulles d’air, les poils deviennent gris ou blancs. Chaque follicule pileux va être annexée à un petit muscle lisse appelé le muscle arrecteur ou horripilateur. Ce muscle s’insère au-dessus du bulbe et son extrémité superficielle va être attaché au niveau du derme papillaire. La contraction de ce muscle va entraîner un redressement du poil.

Poil et follicule pileux medulla cortex racine cuticule Gaine épithéliale interne Follicule Gaine épithéliale
Poil et follicule pileux
medulla
cortex
racine
cuticule
Gaine épithéliale interne
Follicule
Gaine épithéliale externe
pileux
Gaine de tissu conjonctif
(2)
cuticule
cortex
matrice
medulla
Bulbe
mélanocyte
papille
vaisseaux
sanguins
interne
(10)
Gaines épithéliales
externe
Gaine de tissu
conjonctif
30

Phase de croissance : 2 à 6 ans

Phase de repos : au cours de laquelle les mitoses s’arrêtent 1 à 3 mois

Puis chute des cheveux.

Cette pousse est de 2 à 5 mm par semaine.

UE2 HISTOLOGIE: La peau

b - les glandes sébacées

Ces glandes sébacées sont quasiment toutes reliées à un follicule pileux et dérivent de la gaine épithéliale externe. Ce sont des glandes simples, alvéolaires, ramifiées et entre en fonction à la puberté lorsque la sécrétion de testostérone qui commence à augmenter. Ce sont des cellules exocrines holocrines.

Ces cellules sécrètent un sébum, qui contient des lipides, du cholestérol, protéines, saline organique, des phéromones et des substances bactéricides.

organique, des phéromones et des substances bactéricides. Il assouplie, et lubrifie, les poils et la peau,

Il assouplie, et lubrifie, les poils et la peau, diminue l’évaporation de la peau et a une action bactéricide. La production de ce sébum est sous contrôle des endrogènes. Lorsqu’il y a une accumulation de sébum qui bouche le canal excréteur, il y a un point blanc apparaît à la surface de la peau.

Dans

bactériennes.

l’acné,

on

a

une

inflammation

des

glandes

sébacées

d’origine

c - les glandes sudoripares

Les glandes sudoripares sont réparties sur la surface corporelle. Elles sont simples, tubuleuses. Elles sont majoritairement exocrine, mérocrine ou holocrine.

Ce sont les plus nombreuses (exocrines). Elles sont constituées d’une unité sécrétrice qui se trouve dans les couches profonde du derme, et d’un conduit excréteur qui va traverser le derme et l’épiderme pour s’ouvrir par un pore à la surface de la peau. Ces pores sont situées sont situés sur les crêtes épidermiques.

La partie intra-épidermiques du conduit excréteur s’appelle l’unité sécrétrice (à vérifier).

s’appelle l’unité sécrétrice (à vérifier). pore Conduit excréteur Unité sécrétrice Glandes

pore

Conduit excréteur

Unité sécrétrice

Glandes sudoripares

Partie sécrétrice : épithélium glandulaire

•
• Partie sécrétrice : épithélium glandulaire • (10) Membrane basale Cellule sécrétrice Lumière du

(10)

Membrane basale

Cellule sécrétrice

Lumière du conduit

Conduit excréteur : épithélium de revêtement

du conduit Conduit excréteur : épithélium de revêtement Lumière du conduit Epithélium stratifié cuboïde Tissu
du conduit Conduit excréteur : épithélium de revêtement Lumière du conduit Epithélium stratifié cuboïde Tissu
du conduit Conduit excréteur : épithélium de revêtement Lumière du conduit Epithélium stratifié cuboïde Tissu

Lumière du conduit

Epithélium stratifié cuboïde

Tissu conjonctif

(10)
(10)

Surface apicale

Epithélium stratifié cuboïde

Membrane basale

Tissu conjonctif

34

UE2 HISTOLOGIE: La peau

Il y a un autre type de glandes sudoripares qui sont des glandes apocrines, trouvées dans des régions particulières comme la peau des aisselles, et ces glandes apocrines sont des glandes tubuleuses contournées qui sont plus grosses que les autres glandes sudoripares avec une unité sécrétrice dans l’hypoderme. Ces glandes sudoripares sécrètent la sueur qui est composé d’eau, d’ions, d’urée, d’acide urique, d’ammoniac, d’acides aminés, de glucose et d’acide lactique => 99% d’eau.

La fonction essentielle, est une fonction de thermorégulation par évaporation. Ces glandes sudoripares sont sous le contrôle du système nerveux autonome sympathique.

d - l’ongle

Corps Lunule (10)
Corps
Lunule
(10)

Bord libre

Vallum latéral

Éponychium

(cuticule)

Ongle

Éponychium

(cuticule)

Lunule Corps Matrice Bord libre Epiderme Derme Phalange (10) Racine
Lunule
Corps
Matrice
Bord libre
Epiderme
Derme
Phalange
(10)
Racine

Hyponychium