MODULE DE FORMATION SUR LE COMPOSTAGE

La pauvreté de nos terres en matières organiques, en phosphore, combinée à divers phénomènes de dégradation des sols, appelle à l’application de techniques de fertilisation prenant en compte d’une part les besoins édaphiques et d’autres la situation économique de la plupart des producteurs agricoles. C’est dans cette optique que le présent module présente une alternative de fertilisation axé sure les techniques de compostage. Il s’agit principalement de permettre aux producteurs de savoir ce qu’est le compost, ses utilités, les matériaux entrant dans sa fabrication, les outils, les critères de choix des sites, les différentes méthodes, reconnaître un compost arrivé à maturité, et enfin comment appliquer le compost au champ. Ces différents aspects sont présentés dans ce qui suit.

1. Qu’est-ce que le compost ?

Le compost est un fertilisant organique stable obtenu à partir de la transformation de produits végétaux et animaux, à travers les actions de microorganismes ; le compost est une matière de couleur sombre et d’aspect friable appelée aussi humus ; son odeur rappelle celle de terre riche en éléments nutritifs

2. Pourquoi faire le compost ?

On fait du compost pour d’une part rehausser les propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol et d’autre part freiner les effets des phénomènes de dégradation des terres en question ; et aussi par la même occasion réduire les coûts des intrants. Il s’agit plus précisément de :

Augmenter la quantité de matière organique dans le sol 1

• • • • • •

Contribuer donc à la conservation de l’humidité du sol Et ainsi améliorer à terme la fertilité du sol Réduire la dégradation du sol par acidification Réduire également la dégradation du sol par l’érosion Aider au contrôle des mauvaises herbes (compostage du fumier source de mauvaises herbes) Alléger les dépendances vis-à-vis de l’engrais chimique de plus en plus chers pour les agriculteurs

3. Avec quels matériaux faire du compost ?

Les éléments de base entrant dans la fabrication du compost sont les suivants :

• • • • •

Produits végétaux (résidus de récolte, paille de brousse, tiges de typha , etc.) Matériaux sources de phosphore (Cendres, os, phosphate naturel tel que phosphate de Matam, phospal, ou autre) Fumier animal ou fiente (volaille, lapin, etc.) Ordures ménagères décomposables Eau

Pour faire du compost on doit surtout avoir en vue les rôles joués par les différents matériaux ci-dessus énumérés et s’adapter donc aux réalités locales (disponibilité ou prépondérance de certains matériaux, substitution d’éléments introuvables par d’autres, etc.)

2

le transport des matériaux. d’entretien et de récolte du compost à maturité. il faut compte du fait que le compostage est également exigeant en main d’œuvre et nécessite au moins une bonne dizaine de personnes qui se répartissent les tache. de construction des. main d’ouvre) installer une compostière ? Des moyens de travail pour la fabrication du compost sont nécessaires la réalisation de différentes opérations telles que le creusage de fosses. instruments. 3 . Les principaux accessoires peuvent être énumérés ainsi: • • • • • • • • Charrettes Seaux Bassines Coupe coupe Pelles Arrosoirs avec pomme fourches fûts Parmi les moyens pour la confection des compostières. Avec quels moyens (outils. les remplissage des compostières.4.

Les arrosoirs sont plus recommandés pour l’apport en eau durant le processus de compostage. etc.Les charrettes peuvent être utilisées pour le transport des matières premières. ou alors on peut faire appel à tout autre moyen approprié. Quels sont les critères de choix du site de compostage ? Le choix du site de compostage doit tenir compte de : • La proximité de l’eau 4 . 5. on peut utiliser plusieurs outils : houes. Pour le creusage. on peut retourner les différentes couches de la compostière. . pioches. Avec la fourche.

des produits végétaux. 5 . La fosse compostière Les avantages de la fosse compostière réside dans le fait qu’elle offre les meilleures conditions de décomposition des matériaux organiques (fumier. fiente.1. des quantités de compost envisagées. des sources de fumier ou de fientes accessibles. la fosse en réduite les pertes par évaporation. fonctionnant comme « piège à eau ». C’est pourquoi cette technique est plus indiquée quand la disponibilité en eau pose problème notamment en saison sèche. de la technicité de l’agriculteur. 6. Quelles sont les différentes méthodes de compostage ? Il existe 3 principales catégories de compostières : - La fosse Le caisson La meule Plusieurs facteurs entrent en jeu dans le choix d’un type de compostière .• • • • • L’éloignement des champs La facilité d’accès au fumier La proximité des autres matières premières La protection contre les vents La possibilité de pouvoir bénéficier d’un endroit ombragé 6. de l’équipement disponible. etc. il s’agit notamment du climat. produits végétaux) .

1. Le dimensionnement de la fosse améliorée 6 . l’entretien de la fosse. Les deux variantes de compostage en fosse les plus recommandées sont : la fosse améliorée (ou Méthode d’une seule fosse) et les trois fosses compostières.Cependant il ne faut pas perdre de vue que la fosse compostière présente aussi des inconvénients à savoir : - L’exigence en main d’œuvre pour le o o o creusage de la fosse . et la durée du processus de compostage. 6.1. La fosse améliorée Les aspects importants à prendre notamment en compte sont : le dimensionnement. la manutention du produit fini - et les risques de mauvaise décomposition en cas de déficit hydrique. la superposition des couches. le retournement du compost .

80 cm à 1 m Le sable extrait de la fosse devrait être éloigné et les parois biseautées pour éviter les éboulements la superposition des couches (7 étapes) 1 .Piétiner le mélange afin de tasser la paille. 6 . de brousse.Mettre une couche de fumier (5 à 10 cm). mil.En cas de fond sableux. leur teneur en matière sèche permet aux tiges respectives de réduire l’infiltration de l’eau. 1à2m. ou de cendres. maïs) et mélangées avec de produits végétaux divers (paille de riz.Déposer une couche de tiges de typha. 3 . Cependant la profondeur ne devrait pas dépasser 1 mètre pour alléger le travail. 5 . Les dimensions recommandées sont : • • • Longueur : Largeur : Profondeur : 1. maïs non hachées (5 à 15 cm) pour favoriser l’aération du fond .Appliquer une fine couche de phosphate naturel.).5 à 3 m .Arroser (pour une fosse de 3 x 2 x 1 m mettre 150 à 200 litres d’eau) 7 .Ajouter une couche e 30 cm de matière végétale composée de tiges hachées (typha.Les dimensions de la fosse sont en fonction de la quantité à composter. mil. déposer une fine couche d’argile pour réduire l’infiltration. ou alors d’os pilés. 4 . 2 . etc. il faudra alors une fine couche de sable sur le fond évitant ainsi la stagnation de l’eau. - - - 7 . Mais en terrain argileux.

8 .Pour compléter le processus. et réduire les pertes d’eau et de chaleur par évaporation. reprendre depuis l’étape « 3 » jusqu’à remplir la fosse Après avoir fini le processus de remplissage. on recouvre la fosse de branchages ou de tiges /pailles (20 cm) pour la protéger contre l’ensablement.

Les trois fosses compostières Cette variante de compostage en fosse est envisagée pour une production de compost au bout de 45 jours et ensuite de manière continue tous les 15 jours.L’entretien de la fosse améliorée Pour l’entretien de la fosse compostière il s’agit notamment de : • • • • contrôler l’humidité Arroser régulièrement (chaque semaine) tout en tenant compte de l’humidité. Enlever les mauvaises herbes La durée du processus de compostage avec la fosse améliorée Cette durée est en fonction de la provenance de l’eau : - En saison sèche.2. la durée de maturation est de 3 à 4 mois.1. on arrose la fosse avec un apport régulier d’eau . on a pas besoin d’arroser . Les dimensions d’une fosse (selon la variante des 3 fosses compostières) sont : 9 . Eviter l’ensablement de la compostière . En saison des pluies. la durée en fosse correspond à celle de l’hivernage. 6.

10 . Remplir à nouveau la première fosse.50 à 2 m Longueur : variable selon la disponibilité de la matière compostable. La superposition des couches (variante 3 fosses compostières) Elle se fait de la même manière que celle décrite pour le compostage amélioré L’arrosage de la première fosse. on les transfère à la deuxième fosse . au bout de 15 jours encore (30ème jour après le premier remplissage de la première fosse) : Retourner le contenu de chaque fosse dans la suivante.- Profondeur : 50 cm Largeur : 1. on procède ainsi : • • • • • on laisse les éléments se décomposer dans la fosse pendant 15 jours . est intensif : 600 à 800 litres d’eau Après avoir terminé le processus de remplissage de cette première fosse. toujours en arrosant. l’aération occasionnée par le retournement accélère la décomposition . On piétine le tas au niveau de la deuxième fosse On arrose à raison de 80 litres par semaine On reprend le processus de remplissage pour la première fosse Ensuite. Ensuite. pour la première fois.

Le compostage en caisson 11 .De la sorte. 15 jours après. il est donc possible de disposer en permanence de compost. 6. en effectuant régulièrement le remplissage de la première fosse et le transfert du contenu d’une fosse dans la suivante tous les quinze jours. donc au bout du 45ème jour après le premier remplissage de la première fosse. le compost de la troisième fosse est prêt à l’emploi Ainsi.2.

il faut imperméabiliser le fond . problèmes d’hygiène.5 m. il faut éviter l’inondation des caissons (notamment avec ceux étanches). en bois. le caisson en banco a besoin d’être protégé par un enduit conséquent en ciment. la hauteur de la meule de même que sa largeur ne dépassant la dimension de 1. en banco. il faudra pratiquer des trous sur les parois ou sur le fond afin de favoriser l’aération et éviter les excès d’eau.A la place de la fosse. ou en ciment . Comment reconnaître un compost arrivé à maturité ? 12 . en pratiquant des trous de fond afin d’assurer le drainage des excédents d’eau 6. compost de moindre qualité par rapport aux autres types de compostage) mais ses avantages résident surtout dans le fait qu’elle demande moins de main d’œuvre. Le compostage en meule (tas) Le compostage en tas s’effectue à la surface du sol . Si la stagnation de l’eau est fort probable. on peut utiliser un caisson de surface. 7. Aussi un soin particulier doit être observé quant au traitement du fond du caisson à savoir : - En cas de risques de pertes d’eau par infiltration. Cette méthode présente beaucoup d’inconvénients (pertes d’eau. En hivernage.3.

on constate que : - le volume des matériaux de départ diminuent à peu près de moitié . 8. les matériaux initiaux (tiges. 3 indicateurs entrent en jeu : • • • La couleur du compost L’odeur du compost La consistance du compost Quand il est mûr. une consistance friable. Il faut en moyenne 2 Tonnes de compost à l’ha. la température du compost est celle de l’air ambiant . 13 . Incorporer une mince couche de compost dans les 10 cm de sol lors du labour . paille.Tout d’abord. Comment appliquer le compost au champ ? On peut procéder de 4 manières : Epandre le compost avant le labour du sol . le compost a une couleur marron. une odeur de terre humide. cendres) ne sont plus reconnaissables Pour la reconnaissance du compost mûr. Appliquer le compost dans les sillons avant semis ou repiquage Ou alors le mettre dans les poquets Pour une application optimale. fumier.

14 .

15 .

16 .

17 .

18 .

19 .

20 .

21 .

22 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful