Vous êtes sur la page 1sur 20

ÉLIMINATOIRES DU MONDIAL-2014 Aujourd’hui, 20h, au stade du 4-Août de Ouagadougou (Burkina Faso

)

Mali-Algérie La victoire de la confirmation
P. 31

20 Radjab 1433 - Dimanche 10 Juin 2012 - N°14533 Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

PRÉVUE POUR LE 2e TRIMESTRE 2013

La 1re usine de tramways à Annaba
P. 32

Les Verts sont appelés, aujourd’hui, en début de soirée, à se mesurer au Mali, considéré comme le favori du groupe H. Premiers du groupe avec un meilleur goal average suite à leur retentissante victoire devant le Rwanda (4-0), les Fennecs doivent, aujourd’hui, sur ce terrain neutre du 4-Août de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, confirmer tout le bien que l’on pense d’eux. Euphorique depuis qu’elle a été prise en main en juillet 2011 par le Bosnien Halilhodzic, l’EN est vraiment capable d’autres exploits aussi retentissants pour prendre une sérieuse option dans ce groupe H qui semble, a priori, ouvert. Toutefois, il faudra se méfier de cette équipe malienne qui avait été défaite, contre toute attente, à Cotonou, par une équipe du Bénin qui avait étonné tout le monde par son audace et son efficacité. Les poulains d’Halilhodzic, qui traversent une phase favorable, sont capables aujourd’hui de battre cette équipe du Mali qui ne donne pas l’impression d’être dans ses meilleures dispositions, surtout depuis le départ du coach français Alain Giresse de la barre technique. Halilhodzic, qui a toujours prôné l’offensive, s’attend à voir son groupe revenir au bercail avec trois points supplémentaires qui ne pourront qu’asseoir le diktat des Verts dans ce groupe H et se mettre ainsi dans de meilleures dispositions pour se qualifier au prochain tour. En dépit des difficultés qui attendent nos capés, les Verts demeurent confiants pour passer avec brio l’écueil de cette équipe malienne redoutable. H. G.

PREMIER SYMPOSIUM INTERNATIONAL ALGÉRIE-BRÉSIL EN CHIRURGIE CARDIAQUE PÉDIATRIQUE

BREVET D’ENSEIGNEMENT MOYEN

«Affermir notre autonomie dans le domaine»
Des spécialistes algériens et leurs homologues brésiliens ont convenu d’étudier, dans le cadre d’un programme scientifique, diverses thématiques médicales liées à la chirurgie cardiovasculaire comme la tétralogie de Fallot, le traitement du canal auriculoventriculaire, le traitement de la communication interventriculaire et interauriculaire chez l’enfant. P. 6
Ph. Nacéra I.

Les épreuves débutent aujourd’hui
P. 3

ENQUÊTE SUR LES SALAIRES EN ALGÉRIE

Évolution de 7,4% en 2010

P. 8

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2
Météo
APPEL AU DON DE SANG Un peu de sang rendra l’espoir et le sourire à des gens
À l’occasion de la célébration de la Journée mondiale du don de sang, le 14 juin, la Fédération algérienne des donneurs de sang, en collaboration avec le ministère des Affaires religieuses et du Wakf, et l’Agence nationale du sang, lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 ans à 65 ans et en bonne santé, pour répondre en masse à l’appel du cœur et aller offrir un peu de leur sang. Ce geste banal rendra l’espoir et le sourire à des gens qui en ont besoin, et c’est la meilleure aumône qu’on puisse offrir à un malade à l’occasion de cette journée.

EL MOUDJAHID

Ensoleillé

AUJOURD’HUI, À BLIDA Benbouzid donne le coup d’envoi de l’examen du BEM

Au Nord, le temps sera généralement ensoleillé en cours de journée avec formations de quelques foyers orageux isolées vers les régions de l’intérieur et les Hauts-Plateaux à partir de l’après-midi et soirée. Les vents seront de secteur Ouest à SudOuest modérés (30/40 km/h) et variables faibles vers l’intérieur. La mer sera peu agitée. Sur les régions sud du pays, le temps sera voilé de l’Extrême Sud vers le Hoggar/Tassili jusqu’au Sahara Oriental avec évolution orageuse à partir de l’après-midi. Ailleurs, temps généralement ensoleillé. Les vents seront variables modérés faibles à modérés (20/40 km/h) avec quelques soulèvements de sable sur la Saoura et le Sahara Central. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (28°-19°), Annaba (27°-16°), Béchar (38°-25°), Biskra (39°-25°), Constantine (29°-14°), Djanet (39°-25°), Ghardaïa (37°-24°), Oran (31°-20°), Sétif (29°-14°), Tamanrasset (36°-23°), Tlemcen (32°19°).

DU 20 AU 23 JUIN, À L’HÔTEL HILTON Salon international de l’aménagement et de la décoration

LES 10 ET 11 JUIN, À L’ÉCOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUÉES Séminaire sur les plates-formes de travaux pratiques et numériques de télé-TP
L’école nationale supérieure d’hydraulique organise en collaboration avec l’institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon dans le cadre du projet de coopération FSP un séminaire sur les plates-formes de travaux pratiques et plates-formes numériques de télé-TP. La rencontre aura lieu à l’école nationale supérieure d’Hydraulique (ENSH), Blida.

Le ministre de l’Éducation nationale, M. Boubekeur Benbouzid, donnera aujourd’hui, à partir de la wilaya de Blida, le coup d’envoi de l’examen du brevet d’enseignement moyen, session juin 2012.

M. Benaïssa à Médéa

Le Salon Al Manzel sera la plus importante manifestation présentant une large gamme de produits, matériels, équipements et services dans le domaine de l’aménagement et de la décoration.

DEMAIN, À 9H, À LA MAISON DIOCESAINE « La transformation de l’énergie solaire, enjeux économiques et développement »

Agenda culturel
DU 10 AU 26 JUIN, AU MUSÉE DE LA CALLIGRAPHIE, DE L’ENLUMINURE ET DE LA MINIATURE D’ALGER Exposition de calligraphie japonaise de l’artiste Koshun Masunaga
Dans le cadre du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Japon, Mme Koshun Masunaga exposera ses œuvres calligraphiques au musée de la calligraphie, de l’enluminure et de la miniature d’Alger (Dar Mustapha Pacha, Basse Casbah). Le vernissage de l’exposition aura lieu aujourd’hui à 17 h.

DIMANCHE 17 JUIN, À 11H30, À L’INSTITUT TECHNIQUE DES GRANDES CULTURES Point de presse sur le 6e Forum méditerranéen d’apiculture
La Fédération méditerranéenne d’apiculture, en partenariat avec la Fédération algérienne d’apiculture, Structures d’organisation des manifestations non lucratives, scientifiques, économiques, culturelles et technique, spécialisées dans l’organisation, des séminaires, salons, foires, forums, conférences, à le plaisir de vous annoncer la tenue du 1er point de presse au cours duquel, elle présentera le 6e Forum méditerranéen d’apiculture, prévu du 26 au 30 novembre 2012 à Ghardaïa, animé par le Dr Mahmoud Lekhal, Vice-président de la Fédération méditerranéenne et président de la Fédération algérienne d’apiculture qui aura lieu le 17 Juin à 11 h 30 à la salle des conférences de l’Institut technique des grandes cultures (ITGC) face à l’Ecole nationale vétérinaireEl Harrach.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaissa effectuera aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Médéa au cours de laquelle il donnera le coup d’envoi de la campagne moissons-battages 2011-2012, dans cette wilaya, et visitera une unité d’abattage et de découpe de volailles, ainsi que de nouvelles infrastructures d’élevage de bovins laitiers modernes.

Le CCFC organise un colloque sur la transformation de l’énergie solaire, enjeux économiques et développement, à la salle de conférences de la maison Diocésaine, 22, chemin d’Hydra, El-Biar, chemin Poirson (à 300 m de l’ambassade du Brésil, en allant vers le ministère de l’Energie et des Mines).

DEMAIN, À 9H30, À LA DIRECTION DE DISTRIBUTION DE GUÉ DE CONSTANTINE Conférence de presse de Lakehal Loucif
M. Lakehal Loucif, directeur de distribution de l’électricité et du gaz de Gué de Constantine, animera une conférence de presse afin de présenter le bilan d’activité de la direction

DU 14 JUIN AU 9 JUILLET, AU CENTRE DES ARTS ET DE LA CULTURE DU PALAIS DES RAÏS L’exposition « Le palais Farnesina et ses collections »
L’Ambassade d’Italie en collaboration avec l’Institut culturel italien et le Centre des Arts et de la Culture du Palais des Rais – Bastion 23, organise du 14 juin au 9 juillet l’Exposition «Le Palais Farnesina et ses Collections» qui aura lieu au Palais des Rais, Bastion 23 à Alger. Le Design italien dans toutes ses expressions sera à la une de cette exposition qui s’inscrit tout naturellement dans le sillage des célébrations pour le 150e anniversaire de l’Unité Italienne et dans la perspective des célébrations pour le 50e anniversaire de l’Indépendance algérienne.

LES 18 ET 19 JUIN, À L’HÔTEL HILTON 4e Forum méditerranéen des femmes chefs d’entreprise
La SEVE organise à l’hôtel Hilton, le 4e Forum méditerranéen des femmes chefs d’entreprise avec la participation de représentantes du monde des affaires de plusieurs pays du pourtour méditerranéen dont l’Espagne, Monaco, la Croatie, le Liban, la Tunisie, la Grèce, l’Egypte, Portugal, etc…

DEMAIN, À 8H30, À ALGEX Séminaire de sensibilisation relatif aux règles de la concurrence
Dans le cadre du programme de jumelage avec l’Union européenne, le ministère du Commerce organise un séminaire de sensibilisation relatif aux règles de la concurrence. La rencontre aura au niveau de l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (ALGEX) – Cinq Maisons, Alger.

Dimanche 10 Juin 2012

EL MOUDJAHID

Nation
BREVET D’ENSEIGNEMENT MOYEN
On y est ! L’heure de vérité est arrivée. En effet, après de longs mois de préparation, 775.955 collégiens se présenteront aujourd’hui aux épreuves du brevet d'enseignement moyen (BEM).

3

Les épreuves débutent aujourd’hui
I
ls seront exactement 775.955 candidats à passer, cette année, cet examen de grande importance dans tout parcours scolaire. Mais important ne veut néanmoins pas dire décisif, puisque les recalés auront toutefois une chance de se rattraper au cas où ils auraient bien travaillé durant l’année scolaire. Faut-il le rappeler, au moment où tout candidat ayant une moyenne égale ou supérieure à 10/20 à l'examen du BEM est admis en première année secondaire, le passage dépendra, pour les recalés, de la moyenne compensée entre la moyenne des notes obtenues durant la 4e année moyenne additionnée à la moyenne des notes obtenues au BEM. Selon les chiffres communiqués par le ministère de l’Éducation nationale, sur les 775.955 élèves qui se présenteront à cet examen, 771.284 sont scolarisés et 4.671 se présentent en qualité de candidats libres. Il est à signaler qu’au niveau des candidats scolarisés, les filles affichent une supériorité numérique par rapport aux garçons, puisqu’elles seront 431.016 candidates (55,88%) à passer cet examen, contre 340.268 candidats (44,11%). Les garçons sont toutefois majoritaires au niveau des candidatures libres, avec 4.322 candidats (92,52%), contre 349 filles seulement. Tout ce beau monde sera réparti à travers 2.590 centres d'examen à l’échelle nationale. Notons, dans ce même cadre, qu’outre les 2.841 candidats issus des écoles privées et les 4.000 candidats issus des centres de rééducation et détention, sont également concernés par cet examen 226 candidats aux besoins spécifiques (0,02 %), dont 156 non-voyants et 70 handicapés moteurs se présenteront dès aujourd’hui à ces épreuves. Il faut savoir, par ailleurs, que le ministère de

l'Éducation nationale a mobilisé pour cet examen de fin de cycle moyen pas moins de 120.000 surveillants assistés de 5.324 observateurs, soit le double de l’effectif affecté l’an dernier. Pour l’évaluation des copies, 53.000 correcteurs ont été chargés de cette tâche, à travers 75 centres. L’enveloppe financière allouée cette année au BEM atteint plus de 1,6 milliard de dinars. Concernant les

épreuves dites facultatives, comme l'éducation artistique et plastique, musicale et sportive, celles-ci ont, pour rappel, déjà eu lieu au niveau des différents établissements scolaires, au courant des semaines écoulées. Dans ce contexte, 389.244 candidats ont passé les épreuves d'éducation artistique et plastique et 243.096 l'épreuve d'éducation musicale. Enfin, le BEM sportif a concerné, quant à lui, 743.949 candidats (95,87 %).

Il ya lieu de rappeler que le BEM — institué en remplacement du Brevet de l'enseignement fondamental (BEF) — est devenu national à la suite de l'unification des sessions nord et sud du pays, en juin 2005. A retenir, par ailleurs, que le taux de réussite aux épreuves du BEM a atteint 70% en 2011 et que 2.494 candidats ont obtenu la mention "excellent". Soraya G.

ANNABA

Plus de 14.200 élèves à l’épreuve
Après les candidats au baccalauréat, ce sont les élèves de fin de cycle moyen qui se rendront, ce matin, aux différents centres d’examen pour passer les épreuves du BEM. En dépit du fait que les statistiques soient en perpétuelle évolution, l’administration a pris les devants pour réunir toutes les conditions nécessaires au déroulement sans heurts de l’examen. Dans les centres d’examen, tout est fin prêt pour accueillir les candidats. On rassure qu’en matière d’organisation, rien n’a été laissé au hasard, et que tous les moyens humains et matériels que requiert le déroulement des épreuves ont été mobilisés. Dans la wilaya qui fait montre à chaque opportunité de grandes capacités d’organisation, ce sont 14.268 élèves qui seront dispatchés dans les 46 centres d’examen. Ils seront également quelque 2.240 enseignants qui en assureront l’encadrement. S. L.

TIZI OUZOU
La direction de l’éducation veut rééditer les performances de l’année passée, où 20.804 candidats, dont 20.472 scolarisés et 332 libres, soit plus de 7.000 candidats par rapport à l’année précédente, devraient se rendre aujourd’hui aux centres des examens pour subir les épreuves de passage à la première année secondaire, apprend-on de la direction de wilaya de l’éducation. Devraient également prendre part à cet examen 197 candidats détenus et 10 autres aux besoins

20.804 candidats attendus
spécifiques (non-voyants). Sur les 20.804 candidats appelés à passer cet examen, 11.851 sont des filles. Ces épreuves du brevet de l’enseignement moyen (BEM) qui se dérouleront à travers 55 centres d’examen répartis sur l’ensemble du territoire de la wilaya seront surveillées par pas moins de 3.723 surveillants, alors que l’encadrement de cette opération est confié à 300 enseignants. Concernant les corrections de ces épreuves, celle-ci se dérouleront à travers trois centres réservés à cet effet. Toutes les conditions nécessaires au bon déroulement de cet examen ont été mises en place, rassure-t-on du côté de la direction de l’éducation qui souhaite rééditer l’exploit de la dernière année durant laquelle la wilaya de Tizi Ouzou a été classée première au niveau national avec un taux de réussite historique jamais réalisé depuis l’indépendance, à savoir 87.47%. Bel. Adrar

BÉJAÏA

18.859 candidats concourent

MASCARA

18.859 candidats, dont 10.569 filles, passeront aujourd’hui les épreuves du brevet d’enseignement moyen à travers 60 centres d’examen et encadrés par 9.978 surveillants, 173 observateurs et 447 membres assurant le secrétariat des centres. Durant trois jours, les candidats auront à traiter les sujets des différentes matières enseignées durant leur cursus scolaire du palier moyen. Pour cette année, 51 candidats dont 26 filles issus de trois écoles privées, à savoir les IRIS, la Colombe et Awal, 12 candidats libres et 169 détenus, dont une fille, du centre pénitentiaire de Béjaïa prendront part à cet examen dans la wilaya. Hier, toutes les dispositions ont été prises au niveau des différents centres d’examen pour accueillir les candidats, dont le coup d’envoi des épreuves a été donné par le wali à partir du centre d’examen Nacéria du cheflieu de la wilaya. M. LAOUER

15.262 candidats en lice
Le chargé de la cellule de communication de la DEW de Mascara nous apprend que 15.262 candidats se présentent aujourd’hui à l’examen du BEM a travers le territoire de la wilaya de Mascara, où ces candidats sont pris en charge par 2.537 encadreurs durant la période des examens qui s’étale du 10 au 12 juin 2012 et se dérouleront dans 67 centres. Parmi ces candidats, on dénombre 19 candidats libres, 18 venant des centres pénitentiaires et 38 ressortissants des territoires du Sahara occidental. On note que 2.336 professeurs de l’enseignement moyen sont chargés de la surveillance au niveau des centres d’examens avec 201 observateurs, et la surveillance est assurée par 3 surveillants par salle pour les candidats scolarisés, soit 20 candidats par salle et 5 pour les salles des candidats libres dont la salle contient 15 candidats. Deux centres sont choisis pour la correction, il s’agit du lycée Ferhaoui AEK de Tighennif et Ahmed-Zabana de Sig, ainsi que le lycée Abis-Ras-Naciri qui fera office de centre de collecte des feuilles d’examen de Mascara et d’autres wilayas. Des instructions fermes ont été données pour la réussite de cette opération qui nécessite une mobilisation générale de tous les cadres du secteur. La prise en charge des candidats et l’encadrement en matière de restauration et de transport figurent en premier lieu des priorités de cette instruction pour la réussite de cet examen, sans omettre la couverture sanitaire des candidats. A. GHOMCHI

ORAN
Un peu moins de 29.000 élèves (dont 8.000 candidats libres) vont se présenter aujourd’hui dans la centaine de centres que la direction de l’éducation de la wilaya a réservés cette année pour l’examen du BEM. C’est le collège du 24-Fevrier 1971, situé a Arzew, qui a été retenu pour donner le coup d’envoi officiel de cet examen qui va durer 3 jours. Pour les parents, les regards sont déjà braqués sur le 12 juillet. En effet, c’est ce jour-là que les résultats seront

Cap sur le lycée
connus, au même moment que les résultats du baccalauréat. Pour les élèves, c’est une autre histoire. C’est l’entrée au lycée qui capte toute leur énergie puisque la moyenne de cet examen comptera pour le «passage à une autre vie». «Pour moi, nous confie Salim, cela signifie que je suis devenu grand, lycéen. C’est un grand examen pour moi, j’ai l’intention de devenir, plus tard, médecin, et cela commence aujourd’hui pour moi.» Au fil du temps, la perception des examens et des études a complètement bouleversé le rapport des enfants aux adultes, de leur place et importance dans le budget familial. Il n’est pas rare aujourd’hui que les parents réservent une part de plus en plus importante de leur budget pour les cours de soutien aux années charnières de leur progéniture... 6e, BEM et baccalauréat. M. K. 

Dimanche 10 Juin 2012

4

Nation Culture
EN ATTENDANT LA 1re SESSION AU MILIEU DU MOIS

EL MOUDJAHID

La constitution des structures de l’APN sera connue cette semaine
Entre une majorité constituée de près de 283 députés, une opposition qui s’articule autour de 98 députés, la nouvelle législature algérienne présente un cas de figure nouveau pour le pays. Une majorité acquise au gouvernement et une opposition en renforcement du rôle de contrôle

L

a tendance sera plus précise avec la constitution des organes et instances internes de fonctionnement de la nouvelle législature au courant de cette semaine, comme nous l’avons appris hier des membres du parti du FLN. C’est probablement avec cette architecture que l’inauguration de la première session pourrait intervenir au milieu de la semaine prochaine, sera connue au courant de cette semaine, comme nous l’avons appris hier des membres du parti du FLN. Considérant les dernières données de la scène nationale au sein des six groupes parlementaires qui se sont constitués avec les FLN, RND, AAV, FFS, PT et le GI, et à la faveur des réunions de certains groupes, l’on apprend que le FFS ne participe pas aux organes du bureau de l'APN ni dans les structures de ses commissions permanentes, la même position est affirmée par le PT et l’AAV. Ce sont en conséquence, près d’une centaine de députés composant les trois groupes parlementaires qui siègent à l’APN qui ont décidé de ne pas prendre part à ses 9 vice-présidences, ses 12 commissions et autres répartitions de sièges et de postes. Il est bien entendu question de la vingtaine de députés des 16 partis politiques qui ne disposent pas de groupes parlementaires mais qui peuvent créer des adhésions susceptibles de jouer avec ce qu’il est désormais connu en termes de nomadisme et de rattachement pour des raisons d’affinité. Trois tendances de parlementaires se dessinent avec

une majorité bien visible de 283 députés, une opposition de 98 députés dont les contours restent encore à mieux cerner et au milieu un groupe d’une vingtaine de députés dont les formations ont décidé le boycott de l’Assemblée. D’un côté il y a le groupe du FLN avec ses 208 députés, le RND avec ses 68 membres parlementaires et éventuellement des éléments du Groupe des 17 indépendants. Un groupe que l’on peut inscrire parmi la majorité, sauf imprévu. Cette majorité, pilotée par le FLN avec ses 208 élus, peut selon les nouvelles données et au cas où la non-participation des groupes parlementaires du FFS, du

PT et de l’AAV au sein des instances de l’APN se confirme, la Chambre basse du Parlement algérien sera régie avec une majorité et une opposition. L’APN à deux équations, une majorité et une opposition Ce cas de figure a certes ses avantages et peut être rentable dans la mesure où chaque partie devra faire valoir ses objectifs et ses priorités et les débats seront à la hauteur des enjeux des uns et des autres antagonistes, quand bien même le président de l’institution est inscrit au registre de la majorité. Paradoxalement, ce cas de figure

qui caractérise la majorité des parlements dans le monde, constitue un système législatif performant en terme de contrôle de l’action de l’exécutif et de stimulation pour la majorité. En tant que telle, l’opposition doit être agissante et active et, pour ce faire, il est nécessaire qu’elle prenne part au sein des structures d’organisation et de fonctionnement des plénières. De l’autre côté, il faut retenir parmi l’autre tendance, dont les balises sont précises en tant qu’opposition, compte tenu des positions traditionnelles du parti, le groupe parlementaire des 27 députés du FFS. En effet, le FFS, qui a nommé, lors de la réunion de son

groupe à l’APN, le député du Canada, Ahmed Betatache, au poste de président des 27 députés du groupe parlementaire du parti, déclare farouchement jouer son rôle d’opposition en refusant de participer au fonctionnement de l’APN. Pour sa part, le groupe parlementaire des 24 députés du Parti des travailleurs ne participe pas aux instances et organes internes de l'APN, se limitant à son rôle politique au sein de l'Assemblée pour débattre des projets soumis, proposer des projets de lois et soumettre les préoccupations des citoyens et ce, dans le respect du mandat parlementaire et de ceux qui ont donné leur voix au parti pour les représenter au Parlement. Mais la position du PT est encore dans le gris, sachant que la secrétaire générale du parti se dit disposée à travailler avec le RND considérant la conformité de la vision du parti avec les récentes positions du RND concernant un ensemble de questions nationales, sociales et économiques. Aussi, cette position du PT peut évoluer dans un sens ou dans un autre vers l’intégration des instances de l’APN puisque le PT se déclare prêt à faire alliance avec tout parti le désirant pour défendre la Nation et les acquis sociaux. En attendant les clarifications au sujet du maintien ou de la nomination d’un exécutif, toutes les possibilités se posent devant la nouvelle législature qui doit impérativement s’ouvrir dans les jours prochains. Houria Akram

FLN

Tenue vendredi et samedi prochains du comité central
Au programme, bilan des législatives, évaluation du scrutin du 10 mai, examen du rapport exécutif financier pour 2011 et questions organiques

L

e parti du FLN prépare intensivement les travaux de la tenue de son Comité central qui est programmé pour les 15 et 16 du mois courant. La session du CC de vendredi et samedi prochains permettra, compte tenu de l’importance de son calendrier, d’aborder toutes les questions qui se posent au sein du parti, considérant le contexte de son organisation et l’ordre du jour de ses travaux, suffisamment chargé comme l’a indiqué le chargé de la communication du parti, Aïssi Kassa. Les travaux de la session seront consacrés à l’examen des questions liées au bilan des élections législatives, aux résultats du scrutin, à l’adoption du rapport exécutif et financier de l’année 2011 ainsi qu’à celles d’ordre organique ou relevant de l’actualité. Le FLN, qui dispose de la majorité à l’APN, traitera en parallèle la problématique de la mise en place des structures et organes internes de fonctionnement de l’institution législative en prévision de l’installation de l’Assemblée dans son cadre de travail. C’est aussi, à ce titre, que le parti qui se prépare à la réunion ordinaire de son Comité central, qualifiée d’échéance décisive, examinera les aspects en rapport afin d’élargir l’alliance de son groupe à l’Assemblée à d’autres groupes parlementaires tout en finalisant la liste nominative des candidats aux postes au sein des instances de la nouvelle législature. Lors de la réunion du comité central de vendredi prochain, les positions des différents protagonistes du secrétaire général tenteront

de peser sur les travaux de la session qui constitue l’organe de décision entre deux congrès et pourront éventuellement reposer la question de la légitimité du SG à la tête du FLN. Une question ouverte au débat entre les 351 membres du CC sous son aspect organique. L’importance du dossier des contestataires et des partisans de la ligne de l’actuelle direction politique au sein du Comité central devra trouver une solution dans un sens ou dans un autre, dans la mesure où de nouvelles échéances électorales se dessinent à l’automne. D’où l’importance de l’ordre du jour dont les analystes s’attendent à ce qu’il débouche sur d’éventuelles motions de défiance et de confiance à l’égard du secrétaire général, comme l’a expliqué le chargé de communication, qui a par ailleurs défié les contestataires de rendre publique la liste des 210 signataires des formulaires de retrait de confiance au secrétaire général du parti. Aussi, la session qui s’ouvre ce week- end sera vraisemblablement consacrée à la crise larvée que vit l’antique parti depuis plus de deux années, compte tenu des réactions positives et de soutien exprimées par l’ensemble des dissidences internes à l’issue de la victoire éclatante du parti au scrutin du 10 mai passé. Le bureau politique du FLN qui devra réunir les membres de sa direction politique la veille de la tenue de la session du CC, jeudi prochain, saura certainement en baliser l’ordre du jour, ce qui permettra un déroulement normal des travaux. Houria Akram

Dimanche 10 Juin 2012

EL MOUDJAHID

Nation
FNA
AAV

5

M. Touati : “Protéger le parti des intrus”
L
e président du Front national algérien (FNA), M. Moussa Touati, a appelé vendredi, à Alger, les membres des assemblées de wilaya à protéger le parti des «intrus» qui ont semé la zizanie et porté atteinte à la formation. «Même si je ne suis pas reconduit a la tête du parti à l'issue du Congrès je souhaite que le FNA demeure entre les mains de ses enfants fidèles plutôt qu'entre celles d'intrus», a fait savoir en substance M. Touati dans une allocution lors de la conférence régionale des élus du parti dans les assemblées des wilayas du centre. M. Touati répondait à ceux qui appellent à la tenue d'un Sommet extraordinaire et à son départ de la présidence du FNA. Deux semaines avant la tenue du Sommet national du parti (21 juin), neuf membres du bureau national du FNA, qui en compte onze, ont appelé dans un communiqué à «la tenue d'un congrès extraordinaire» conformément à l'article 43 des statuts du parti, à «la restitution des fonds à leurs propriétaires» et à la présentation du rapport financier et moral. M. Touati a expliqué que la majorité des dissidents qui réclament la tenue d'un congrès extraordinaire, étaient de ceux «qui ont été écartés ou se sont retirés» du parti, y compris les membres du bureau national, ajoutant que leur objectif était «de faire dévier le FNA de sa ligne de parti d'opposition pour servir des intérêts personnels». Il a

M. Fateh Rebiai : “L’alliance ambitionne de jouer les premiers rôles lors des prochaines élections communales”

dans ce sens appelé les contestataires à débattre des questions qui intéressent le parti «conformément aux statuts du FNA et non pas dans les coulisses». S'agissant de la restitution des fonds versés par les candidats du FNA dans le cadre des élections du 10 mai, M. Touati a indiqué qu'il «a été convenu» avec les têtes de listes, avant le scrutin, de contribuer au financement de la campagne électorale du FNA qui est un parti politique et non pas une entreprise économique ou commerciale. Plusieurs dissidents, dont des membres du bureau et du conseil nationaux s'étaient rassemblés vendredi dernier devant le siège du parti à l'occasion de l'ouverture de

la session ordinaire du conseil national du FNA pour revendiquer le départ de Moussa Touati «après les effets négatifs» induits par les «agissements individuels du président du parti». Les dissident reprochent au président du FNA sa décision de former avec certains partis le front politique pour la sauvegarde de la démocratie pour contester les résultats des élections du 10 mai dernier et boycotter le nouveau Parlement. De leur côté, les neuf députés élus du Front national algérien (FNA) ont indiqué qu'ils se considéraient «non concernés par les dernières déclarations du président du parti et ses agissements».

Le secrétaire général du mouvement Nahda, M. Fateh Rebiai, l’un des responsables de «l’Alliance de l’Algérie verte», a indiqué, vendredi, à Béni-Slimane (Médéa), que l’alliance comptait réaliser de «bons résultats», lors des prochaines élections communales. «Toute notre attention se porte actuellement sur les prochaines échéances électorales qui constituent pour l’alliance une autre étape décisive dans notre quête de première force d’opposition dans le pays'», a indiqué, M. Rebiai lors d’un meeting populaire à la maison de jeunes de Béni-Slimane, en présence de militants et sympathisants du mouvement. M. Rebiai a affiché, à cette occasion, l’ambition de l'Alliance de «l’Algérie verte» de jouer les «premiers rôles» lors des prochaines élections communales, annonçant qu’elle «va mettre tout son poids» pour «rafler» le plus grand nombre de communes possibles. Il a ajouté que l’Alliance se préparait déjà à ces élections et envisageait de les entamer avec force et détermination pour conforter sa place sur l’échiquier politique national, tout en souhaitant ne pas voir se reproduire certaines «irrégularités» ayant émaillé, selon lui, les élections du 10 mai dernier.

MNL

GROUPE PARLEMENTAIRE AVEC LE FC

M. Djaballah : “La décision revient aux députés du parti”

M. Ghermoul qualifie le parcours politique du mouvement de "positif"
Le président du Mouvement des nationalistes libres (MNL), M. Abdelaziz Ghermoul, a qualifié hier à Alger le parcours de sa formation de "positif", même si celle-ci n'a pas obtenu des sièges à l'Assemblée populaire nationale lors des législatives du 10 mai. M. Ghermoul a indiqué, dans une allocution devant les membres du conseil national du MNL, que sa formation a réussi "en un temps court à attirer un nombre important de citoyens, notamment parmi l'élite et les intellectuels". Le mouvement "est sorti vainqueur avec une expérience riche et une base plus large", a-t-il dit, avant de rappeler que deux mois seulement après son agrément, il a obtenu 138.000 voix". Le MNL qui a obtenu son agrément le 18 mars 2012, conformément à la loi organique relative aux partis politiques, avait participé aux élections législatives du 10 mai à travers 43 wilayas. M. Ghermoul a précisé, d'autre part, que le mouvement est désormais plus ancré "par l'organisation et le nombre", estimant que "la propagation de ses idées et principes est la preuve qu'il exprime les aspirations de larges catégories de la société". Le MNL a opté pour l'opposition en tant que "moyen pour réaliser les objectifs du mouvement", a-t-il dit, appelant à "la redynamisation des forces de l'opposition" en Algérie afin de leur permettre d'accomplir le rôle qui est le leur". Il a estimé que l'opposition "a un prix", ajoutant que l'action politique requiert patience et militantisme pour parvenir à réaliser les objectifs fixés. Concernant la participation du mouvement aux prochaines élections locales, le président du MNL a déclaré que la question sera examinée lors de la prochaine réunion du conseil national du mouvement.

L

a décision de former un groupe parlementaire avec la Front du changement (FC) revient aux députés du Front pour la justice et le développement (FJD), a soutenu vendredi à Alger, le président de cette formation, M. Abdallah Djaballah. M. Djaballah qui intervenait aux travaux de la rencontre nationale avec les commissions de wilaya, a affirmé qu'il «appartient» aux députés du FJD «qui jouissent d'une liberté d'action au sein du parlement de décider de la formation d'un groupe parlementaire avec le FC», indiquant qu'il ne savait pas quelle suite a été donnée a cette requête. «Nous connaitrons la réponse à cette question avec le temps», a-t-il dit. A une question sur des déclarations de la responsable du Parti des travailleurs (PT) qui aurait soutenu que le FJD était influencé par le mouvement des frères musulmans d'Egypte, M. Djaballah a répondu qu'il n'avait pas pour doctrine politique de commenter de tels propos. «Nous sommes un parti d'opposition et dans le cadre de cette opposition, notre bataille est avec le pouvoir, non avec les partis». Concernant le «Front politique pour la sauvegarde de la démocratie» créé par 14 partis, après le proclamation des résultats des élections législatives du 10 mai dernier, il a estimé qu'il

s'agissait de l'initiative de partis qui se sont organisés pour un objectif précis et dans laquelle chaque partis conserve sa personne morale». Le FJD, a-t-il enchaîné dans le même contexte, «poursuivra son combat politique pour concrétiser le changement pacifique dans le pays en dépit des obstacles qu'il ne cesse de rencontrer depuis sa création». Pour ce qui est de la participation du FJD aux prochaines élections locales, son président a fait savoir que seul le conseil consultatif était habilité à décider en la matière. Il a appelé les cadres du parti à mettre en place une orga-

nisation forte, souple et adaptée aux développements politiques en mettant l'accent sur l'élargissement du déploiement du parti au niveau «horizontal» en direction des différentes catégories sociales et «vertical» destiné à drainer une élite capable de diriger. M. Djaballah a rappelé que sa formation se proposait d'apporter une contribution «sérieuse et responsable» pour l'enrichissement de la scène politique à travers une idéologie alternative qui concilie authenticité et modernisme insistant que le FJD ne s'opposait qu'à ceux qui refusent le changement démocratique pacifique dans le pays

Dimanche 10 Juin 2012

6

Nation

EL MOUDJAHID

PREMIER SYMPOSIUM INTERNATIONAL ALGÉRIE-BRÉSIL EN CHIRURGIE CARDIAQUE PÉDIATRIQUE

“Affermir notre autonomie dans le domaine”
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a donné le coup d’envoi, hier, au nom du Président de la République M. Abdelaziz Bouteflika, des travaux du premier symposium international Algérie-Brésil en chirurgie cardiaque pédiatrique, qui se sont déroulés au siège de la CNAS à Ben Aknoun

D

es spécialistes algériens et leurs homologues brésiliens ont convenu d’étudier, dans le cadre d’un programme scientifique, diverses thématiques médicales liées à la chirurgie cardiovasculaire comme la tétralogie de Fallot, le traitement du canal auriculoventriculaire, le traitement de la communication interventriculaire et interauriculaire chez le jeune enfant. M. Djamel Ould Abbès n’a pas manqué de se féliciter, dans son allocution inaugurale, de la qualité et de l’exemplarité d’une coopération bilatérale qui relève d’un domaine privilégié, impulsée au plus haut niveau des deux États. Il a indiqué qu’en cette veille de la célébration du 50e anniversaire de son indépendance nationale, il est de la plus haute importance pour notre pays de consacrer son autonomie dans le domaine de la chirurgie cardiovasculaire.

«C’est une option stratégique», a t-il fait remarquer, car elle permet de réduire le flux des malades transférables à l’étranger.

«Des progrès notables ont été enregistrés depuis la signature d’un mémorandum d’entente paraphé par les deux chefs d’Etat, le 13 mai

2005», a encore déclaré le ministre. Cette coopération s’articule autour de deux volets essentiels. Le premier, médical, a permis à des équipes brésiliennes de soigner plus de 120 enfants de faible poids (2,5 kg) qui sont des patients dits délicats. Le second axe de la coopération est lié à la formation d’équipes pluridisciplinaires algériennes, composées, entre autres, de chirurgiens, d’anesthésistes-réanimateurs, d’agents paramédicaux, de psychologues capables de traiter les pathologies cardiaques. M. Ould Abbès a saisi l’occasion pour annoncer l’imminente ouverture du futur centre de cardiologie de Draâ Ben Khedda (wilaya de Tizi Ouzou) qui est doté d’une capacité de 240 lits et d’une équipe médicale autonome formée pas des spécialistes brésiliens. Il a indiqué que cet établissement va constituer un mo-

dèle et une référence au niveau du continent africain. «L’intérêt que l’on doit prodiguer à la prise en charge de nos malades sur le plan local est primordial dans la mesure où la chirurgie cardiaque est demeurée pourvoyeuse de transferts à l’étranger. C’est un défi qui se doit d’être relevé», a-t-il encore déclaré. Il souligne le souci de l’Etat en ce qui concerne la prise en charge en matière de soins administrés à la population. C’est dans ce sens que se déploient ses efforts tant dans le domaine d’une coopération mutuellement avantageuse que dans la poursuite d’une politique visant à consacrer l’ autosuffisance en médicaments. L’Algérie parviendra à subvenir à ses besoins en médicaments produits localement en 2020. M. Bouraib

Ph : Wafa

5e CONGRÈS MAGHRÉBIN ET 27e CONGRÈS NATIONAL DE NEUROCHIRURGIE

LE CHU DE BAB EL-OUED SIGNE UNE CONVENTION AVEC L’HÔPITAL DE TINDOUF ET LES HÔPITAUX DE MARSEILLE

Un compte d’affectation spécial pour lutter contre les pathologies graves
e ministère de la Santé prévoit le lancement, dès cette année, la réalisation d’un institut national de neurosciences, pôle de référence et de recherche», a annoncé vendredi soir le ministre de la Santé. S’exprimant lors de l’ouverture des travaux de 7e Congrès maghrébin et 27e Congrès national de neurochirurgie, dont les travaux se déroulent à l’hôtel Sheraton Club des Pins à Alger, il a souligné qu’en plus de la création de cet institut, deux niveaux de soins seront développés tels que les services de neurochirurgie de santé publique appelés à assurer la neurochirurgie de base, et les services de neurochirurgie de pointe des CHU appelés à dispenser des techniques thérapeutiques avancées. Il dit que «la création, l’implantation et la normalisation de ces centres se feront avec l’appui du comité national de neurochirurgie et des experts des spécialistes complémentaires à l’activité neurochirurgicale». Mettant l’accent sur le programme de ce séminaire, le ministre a indiqué que celui-ci est très important au vu des thèmes à développer, tels que les tumeurs de la base du crâne, la neuro-oncologie pédiatrique, la neuroendoscopie, la neurochirurgie fonctionnelle, etc. Convaincu de l’apport scientifique inestimable qui découle de tout échange, Ould Abbès a affirmé qu’il est persuadé «que les échanges d’expériences qui vont avoir lieu entre les éminents spécialistes ici présents venus des pays du Maghreb et d’Europe vont permettre de déboucher sur des prises de conscience et d’apparentissage fructueuses». Conscient de l’importance et de l’évolution de la neuro-oncologie pédiatrique, qui reste peu développée dans notre pays, il a indiqué que «le ministère de la Santé mettra à profit les moyens financiers disponibles pour lutter contre ces pathologies graves». Il a tenu à relever que «pour lutter contre le cancer, outre les enveloppes budgétaires allouées annuellement, le ministère de la Santé dispose, depuis l’année 2011, d’un compte d’affectation spécial pour lequel une première enveloppe de 35 milliards de dinars a été mobilisée». En matière de pathologie neurochirurgicale grave, celle-ci devrait être intégrée au Plan national de lutte contre le cancer, ce qui a fait dire au ministre que la question ne restera pas en suspens : «Nous mobiliserons toutes les ressources nécessaires au niveau des services spécialisés, pour le développement de la neuro-oncologie pédiatrique.» Le ministre n’omet pas de mettre en exergue le fait qu’il existe, aujourd’hui, plus de 300 médecins spécialistes, dont 26% sont des femmes, et qui son répartis entre les secteurs public et privé. Constat qui confirme que ce domaine a connu une amélioration constante. S’agissant des infrastructures, il a souligné que «l’activité de neurochirurgie est exercée au niveau de 22 établissements à travers le territoire national, soit un total de 650 lits». Ce qui est tout de même conséquent, ceci d’autant que, comme il le constate, «le développement de l’offre de soins est le fruit du travail, de la synergie des compétences et de l’implication active des centres référentiels». De son côté, le président de la Société algérienne de neurochirurgie a souligné que «le parrainage de ce congrès par le Président atteste de l’intérêt et du soutien des plus hautes autorités de notre pays au développement et à la promotion des sciences médicales en général et de la neurochirurgie en particulier, aussi bien en Algérie qu’au Maghreb et en Afrique». Et d’ajouter : «Les progrès réalisés dans ce domaine ont été rendus également possibles, grâce à l’intensité des échanges nationaux, régionaux et continentaux, mais aussi à l’émergence de cadres organisés de discussion de réflexion avec les autres spécialistes.» Makhlouf Ait Ziane

Ould Abbès : “La lutte contre le cancer de la rétine chez l’enfant, officiellement engagée”

“L

L’

Algérie dispose, désormais, de moyens sophistiqués pour traiter le cancer de la rétine chez l’enfant. A l’annonce faite, hier, à l’occasion de 7e Journée scientifique du CHU de Bab El-Oued tenue à l’Institut de santé publique d’El-Biar, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière assure qu’«un travail titanesque est entamé. On a pris un engagement officiel et les enfants malades auront des lendemains meilleurs». En effet, ils sont 500 bambins à endurer le martyre du cancer de la rétine. Naguère, une seule solution a été possible, mais tragique : l’extraction de l’œil. Djamel Ould Abbès se réjouit de l’acquisition de cette nouvelle technique, et pour cause. Traités tôt, 99% des cas de ce cancer deviennent facilement guérissables. Les spécialistes interrogés n’ont point de doute. La journée d’hier a également connu la signature, par le CHU de Bab ElOued, de deux conventions : une de télémédecine avec l’hôpital de Tindouf et la seconde avec les Hôpitaux de Marseille. «C’est un échange d’expériences qui est lucratif», fait savoir le ministre. L’objectif est on ne peut plus clair. Il s’agit, dit-il, de «promouvoir la santé en Algérie». Pour ce faire, se félicite Ould Abbès, «les compétences et les infrastructures existent, la volonté politique aussi». Il cite le CHU de Bab El-Oued comme une référence africaine en imagerie médicale. Les échanges avec les hôpitaux du Sud s’inscrivent, eux, dans une logique de garantir «une justice sociale, comme l’a clamé à maintes reprises le Président Bouteflika».

Il précise que la «santé du citoyen passe avant tout». Le département de la Santé mène une bataille sur plusieurs fronts. Le ministre ne fait que confirmer. De son propre aveu, une autre «enquête est ouverte au niveau des hôpitaux aux fins de serrer l’étau sur les importateurs et les distributeurs». M. Ould Abbès claironne : «On va assainir la situation, et notre devoir est de savoir d’où vient l’argent du médicament.» L’Algérie qui a déboursé durant les quatre premiers mois de l’année 2012 une somme de 720 millions de dollars pour l’achat des médicaments «ne doit en aucun cas avoir des problèmes dans ce secteur». Rencontré en marge de cette journée, Barr Rabah, directeur général du CHU Lamine-Debaghine (ex-Maillot), affirme que la convention signée avec les Français est un projet qui date de 14 ans. «Il s’agit de la renouveler pour cinq ans supplémentaires», précise-t-il. Pour la convention locale, une équipe multidisciplinaire qui a entamé son travail tente d’identifier les problèmes vécus par les citoyens. De quoi souffre-t-on à Tindouf ? A cette question, notre visà-vis souligne fait part du taux important des problèmes ophtalmologiques. «30 malades ont été opérés avec succès. Ce sont nos

médecins qui ont fait le déplacement, pas les malades.» Et de relever les insuffisances cardiaques aux conséquences fatales et l’hypertension artérielle. Avec les hôpitaux de Marseille, la coopération reconduite hier est multiple et se veut, déclare M. Barr, celle de «la formation, de la gestion, du transfert technologique, de l’acquisition de nouvelles méthodes, notamment la greffe rénale, la chirurgie thoracique et la neurochirurgie». Tout le travail, accompli ou en cours, a pour but principal, «la réduction des transferts de malades à l’étranger». A propos des Assises de la santé, M. Ould Abbès confirme qu’elles débuteront durant ce mois. Il précise que «les syndicats ont commencé à présenter leurs propositions. Il n’y aura aucun exclu». Intervenant en marge de cet évènement qui correspond avec la célébration du 25e anniversaire du CHU Bab El-Oued, Jean-Paul Segade, directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille, fait part de quelques nouveautés de cette convention. Les deux parties, algérienne et française, ont convergé sur l’idée d’«associer les infirmiers, outre les médecins, ajouter les systèmes informatiques et l’aspect culturel». Fouad IRNATENE

BARR RABAH, DIRECTEUR GÉNÉRAL DU CHU DE BAB EL-OUED :

“La chirurgie de l’épilepsie, une grande réussite en Algérie”

Médicament, enquêtes diligentées et promesses de sanctions Dans un autre contexte, le ministre révèle qu’une enquête sera diligentée dans les meilleurs délais afin d’«identifier la nature des importateurs de poches pour entérostomie de mauvaise qualité». Pour lui, il n’y a guère une troisième possibilité : «Importer du bon ou le fabriquer localement.»

L’

épilepsie est connue comme une maladie chronique et difficilement curable. L’Algérie, en dépit de la difficulté de la tâche, s’en sort bien. Interrogé hier en marge de la 7e Journée scientifique du CHU Bab El-Oued, Barr Rabah, directeur de cet hôpital, a affirmé que «9 patients sont opérés avec succès, grâce à l’acquisition des microscopes téléguidés». Le service neurochirurgie de l’établissement qu’il dirige «a fait appel à des équipes françaises, lesquelles se sont déplacées sur place pour effectuer les opérations». Cette prouesse, dit-il, «permet à nos chirurgiens d’acquérir cette technique et de pratiquer des interventions». Pour mieux prendre en charge les épileptiques qui souffrent, le CHU de Bab El-Oued «a prévu cette année l’acquisition d’une IRM de dernière génération afin de développer la prise en charge de cette maladie et de créer une unité de troubles de la mémoire au niveau du service de neurochirurgie». F. I.

Dimanche 10 Juin 2012

EL MOUDJAHID

Nation
Un autre jalon de la compréhension mutuelle

7
JOURNÉE DE FORMATION POUR LE MOUVEMENT ASSOCIATIF

CLÔTURE HIER À TUNIS DES TRAVAUX DU 3e CONGRÈS DU DIALOGUE SUD-NORD MÉDITERRANÉE

Selon certains participants, «le Congrès n’a pas ciblé les problèmes, et aucune statistique n’existe. Or, c’est le minimum pour une évaluation objective». Pour d’autres, l’incompréhension de l’Europe est à relever, ainsi que le flou qui entoure le concept de partenariat souhaité par la société civile de la rive sud. «L’Europe veut imposer surtout au Sud, une politique sécuritaire».
DE NOTRE ENVOYÉE SPECIALE A TUNIS : NADIA KERRAZ

Savoir gérer pour mieux activer

E

L

es travaux du 3e Congrès du dialogue Sud-Nord Méditerranée pour une vision commune du futur, tenu à Tunis, se sont clôturés hier par l’adoption de la déclaration de Tunis. Avant cela, les rapporteurs des six ateliers mis en place ont procédé à la lecture des recommandations émises par les participants aux ateliers. Une lecture qui s’est faite en présence de représentants des autorités publiques des deux côtés de la Méditerranée qui ont tenu à souligner que les changements intervenus dans les pays du Sud doivent être dorénavant pris en compte. Ainsi ils ont fait part de leur volonté d’associer à l’avenir la société civile dans leurs agendas. Mais au-delà de cette prise de conscience, les congressistes ont notamment tenu à relever la persistance d’un sentiment général d’incompréhension mutuelle de part et d’autre de la Méditerranée. Autre constat relevé à trait à l’insuffisance du politique dans la gestion des relations autorités publiques – société civile. Ainsi il est reproché au politique de ne pas être assez ouvert au dialogue. Pour pallier à ce constat, il sera ainsi suggéré d’amener les organisations internationales à imposer la société civile dans le dialogue institutionnalisé avec les gouvernements. De l’avis des certains participants la responsabilité de dégager une société civile active incombe aux pouvoirs publics. Et d’estimer que l’émergence de cette société civile permettra dans un second temps d’impliquer les jeunes dans le processus démocratique dans le but de devenir des acteurs politiques. Toutefois, un appel sera aussi adressé aux associations de la société civile en vue de s’organiser, de se professionnaliser, de se former, d’échanger les expériences et tirer profit des différentes diasporas installées dans les pays du Nord, d’autant sera-t-il rappelé que les réseaux existent. Ce qu’il faut c’est juste de faire un travail pour favoriser la connaissance mutuelle. Cette démarche sera-t-il indiqué permettra à la société civile de gagner la confiance des pouvoirs publics et éventuellement associée au pouvoir décisionnel. L’un des principes fondamentaux de la déclaration finale relève que «la relation société civile-pouvoirs publics dot être basée sur l’écoute et le respect mutuel». Pour ce qui est de la question migratoire, elle aura été l’un des sujets dominants au niveau de tous les ateliers, il sera recommandé

de revoir le système en vigueur qui n’est pas fait pour faciliter la libre circulation des personnes entre les deux rives de la Méditerranée. Dans ce contexte, il sera relevé qu’une forte remise en cause de la formule du visa a été soulignée en raison de son aspect humiliant pour le demandeur. Lors des ateliers les représentants de la société civile ont également exprimé leurs attentes vis-à-vis des autorités publiques et des ONG du nord et ont livré leur conception des formes que pourraient prendre le partenariat en construction entre les deux rives. Le vice président du Mouvement européen France en charge des relations internationales a affirmé que «l’Union européenne doit mettre autant d’énergie à développer son partenariat avec le Sud qu’elle en a mis avec l’Europe de l’Est». Un autre participant tunisien a déclaré que «nous ne voulons plus être que des plages pour des vacances » relevant que « dans bien des cas au lieu et place du dialogue espéré, nous avons eu un monologue». En réponse à cette demande, un membre du Parlement européen a réitéré la disponibilité de son institution à coopérer affirmant qu’elle «tâchera de répondre à l’espoir de l’avenir». Pour ce qui de l’accusation proférée à l’égard de l’Europe d’avoir soutenu les dictatures en place avant l’éclosion du «printemps arabe», ses représentants officiels se sont défendus en affirmant «qu’elle saura compenser dans le futur cette défaillance quand bien même estimeront-ils l’Europe n’était pas absente». Cependant pour nombre de participants, la rive nord aura du mal à concrétiser

ses engagements dans la mesure où le Congrès de Tunis, n’aura pas réussi à passer à la vitesse supérieure après la dynamique enclenchée en 2006 par le Congrès d’Alger. Selon l’un d’eux, «le Congrès n’a pas ciblé les problèmes et aucune statistique n’existe. Or de son avis, c’est le minimum pour une évaluation objective». Une autre participante relèvera l’incompréhension de l’Europe et le flou qui entoure le concept de partenariat souhaité par la société civile de la Rive Sud. Elle affirmera que «l’Europe veut imposer surtout au Sud une politique sécuritaire». Autre difficulté relevée et qui risque de se dresser sur la voie du partenariat recherché est inhérente au fonctionnement même de la commission européenne à l’heure actuelle traversée par des courants attractifs et contradictoires. Mais pour l’UE le futur ne pourra être que celui que le mouvement européen a pensé. Toutefois, il mettra en garde le Premier ministre tunisien, Hamadi Jebali, qui est intervenu à la fin du congrès, si les pays de la rive Sud, à l’image de la Tunisie sont ouvertes à l’idée d’un partenariat entre l’Europe et la société civile de ce côté de la Méditerranée, des garde-fous doivent être mis s’agissant notamment du financement qui doit être transparent et de la tentation de l’Europe de s’ériger en tutrice des associations qui la composent Mais en dépit de la conviction que la voie menant à la mise en place d’un partenariat mutuellement bénéfique aux deux rives sera parsemée d’obstacles, tous sont cependant d’accord sur la nécessité qu’il faille continuer le dialogue et le débat. Rendez-vous est pris dans trois ans dans un pays de la rive nord pour l’organisation du 4e Congrès du dialogue Sud-Nord Méditerranée. Il est à noter enfin que les propositions élises par le Comité Algérie ont été retenues. Ainsi, M. Jo Leinen, président du Mouvement européen international a déclaré dans son intervention de clôture que l’idée d’instituer une journée du dialogue qui sera célébré chaque 26 février, en référence à la date de l’adoption de la déclaration d’Alger doit être concrétisée. Il a annoncé qu’il sera à Alger en 2013 pour célébrer cette journée. N. K. 

n collaboration avec la ligue de wilaya des activités culturelles et scientifiques de jeunes, la direction de la jeunesse et des sports de la wilaya d’Ain-Defla, a organisé samedi dernier au niveau de l’ODEJ d’Aïn Defla-ville, une journée d’études, d’information et de formation sur la gestion administrative et pédagogique des associations. Animée par des cadres du secteur, cette journée intéressante à plus d’un titre a touché pour ainsi dire, le talon d’Achille de nombre d’associations lesquelles malgré le bon vouloir et l’engagement de leurs animateurs se heurtent à des problèmes de gestion et sombrent dans des détails pourtant insignifiants au départ. Rouage essentiel entre l’administration et la société civile et principalement les jeunes, les associations ont un rôle très important à jouer dans ce contexte. A la base de ce partenariat pour lequel les pouvoirs publics accordent la plus haute importance les associations se doivent pour cela de s’imprégner des règles élémentaires de gestion , à commencer par la tenue d’une comptabilité à jour de façon à produire un bilan annuellement, sur le plan dit pédagogique, l’élargissement du champ d’action des activités en direction des jeunes, la pertinence des thèmes et des activités ont été autant de thèmes et de sujets débattus. A. M. A.

RENCONTRE NATIONALE DES CADRES DE LA SOLIDARITÉ

Plusieurs opérations solidaires au menu
’est une enveloppe financière de cinq milliards de dinars qui sera consacrée cette année au financement des différentes actions de solidarité destinées aux familles étant dans le besoin». C’est ce qu’a indiqué hier, le ministre de la solidarité nationale et de la famille M. Said Barkat, lors d’un point de presse en marge de la rencontre avec les cadres du secteur. Le ministre qui a précisé que son ministère ne participe qu’avec 5 % seulement de ce montant, afin de prendre en charge les franges les plus démunies de la société au cours du mois de ramadhan qui devrait débuter le 20 juillet prochain. Cette opération de solidarité consiste, outre la traditionnelle distribution de couffins, en l’ouverture de 760 restaurants d’El Iftar à l’échelle nationale, mobilisant quelque 70.000 volontaires et travailleurs sociaux, ajoute M. Barkat. Le ministre a rappelé qu’à l’instar des années précédentes, une commission nationale intersectorielle chargée de l’organisation de cette opération sera installée le 12 du mois en cours. Cette commission, a-t-il souligné, «regroupe des représentants des différents secteurs et partenaires sociaux concernés afin de mobiliser l’ensemble des moyens nécessaires à la réussite de ce programme de solidarité nationale».

“C

Ph. : Louisa

En parallèle à ces actions et de l’opération ramadhan 2012 avec le restaurant El Iftar, le ministère de la Solidarité nationale lance l’opération séjours solidaires d’été des enfants scolarisés. Cette opération se déroulera en deux sessions au profit de 800 enfants issus des familles nécessiteuses. La première session

s’étend du 20 au 30 juin et la deuxième débutera le 2 juillet jusqu’au 12 du même mois. Le ministère a déployé à cet effet 41 centres relevant du secteur, au niveau de 14 wilayas du littoral et le ministre a donné des instructions fermes aux cadres de son secteur afin de procurer la meilleure prise en charge possible à ces enfants. Un programme d’acti-

vités récréatives, de détente et de découverte sera proposé aux enfants venus des wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux dont la tranche d’âge se situe entre 8 et 14 ans. Les personnes âgées, bénéficieront elles aussi, de ce programme de solidarité durant cet été. En effet une opération aérée au profit de 1.500 personnes âgées venues de 33 wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux, sera lancée au même titre que celle destinée aux enfants scolarisés. Ces personnes seront hébergées au niveau des centres d’accueils relevant du secteur de la solidarité dans 9 wilayas du Nord. Le ministre a exhorté ces directeurs de wilayas afin d’associer le mouvement associatif pour définir les personnes qui sont dans le besoin. Par ailleurs, le ministère a prévu l’aménagement des espaces sportifs et de loisirs au profit des communes. De même que 195 projets ont été inscrits au titre de l’exercice 20112012, et qui sont prévus dans le cadre d’une opération solidaire intitulée «jeunesse et sport pour tous». Une enveloppe de 4 millions de dinars a été déployée pour chaque projet. Le ministre a mis l’accent sur le rôle des associations dans l’entretien et la sauvegarde de ces espaces, une fois réceptionnés. Salima Ettouahria

Dimanche 10 Juin 2012

8

Economie
L’ONS RÉALISE UNE ENQUÊTE SUR LES SALAIRES
nets mensuels s'est situé à 27.000 DA. Il est de 38.500 DA dans le public et de 21.500 DA dans le privé national, relève l'enquête, qui a porté sur l'ensemble des activités à l'exception de l'Agriculture et l'Administration. La même source précise que les travailleurs des industries extractives (production et services d'hydrocarbures, mines et carrières) ont des salaires "très élevés", soit 72.000 DA, ainsi que les activités financières (banques et assurances) (39.500 DA). Par ailleurs, les niveaux des salaires relativement bas sont relevés dans les secteurs de la construction (20.450 DA) et de l'immobilier-services aux entreprises (23.200 DA), soit 76% et 86% du salaire net moyen global (Snmg). Cette faiblesse des salaires dans ces derniers secteurs s'explique par le fait qu'ils emploient un personnel d'exécution important et peu qualifié, note l'enquête. Par ailleurs, la disparité des salaires est moins marquée entre les différentes qualifications à l'intérieur du même secteur d'activité, estime l'enquête, relevant qu'elle l'est davantage d'un secteur à l'autre. En effet, les salaires des cadres dans les secteurs liés aux hydrocarbures, la santé et les finances, où le personnel est très qualifié, sont respectivement de 90.100 DA, 49.900 DA et 48.000 DA. Les salaires de ces deux secteurs sont de 2,7 et 1,5 fois plus élevés que le Snmg. Ces écarts de salaires s'expliquent, selon l'ONS, par la spécificité des entreprises de ces secteurs qui réside dans le fait qu'elle emploient beaucoup de diplômés et ont un système de rémunération spécifique. Les salaires sont nettement plus élevés par rapport aux secteurs d'activités des services collectifs sociaux personnels (39. 500 DA) et de la construction (41.287 DA), détaille l'enquête. Selon les conclusions de l'enquête, le niveau moyen des salaires est "fortement influencé à la baisse, d'une part par la prédominance de l'emploi privé (2/3 de l'emploi total) et d'autres part, par l'importance de la catégorie exécutive dans le privé". En effet, ce dernier est caractérisé par une majorité de PME est une très forte proportion de personnel d'exécution (peu qualifié ou sans qualification). Le salaire net moyen du mois de mai 2010 (référence) s'élève à 26.900 DA pour l'ensemble des salariés. Il se compose du salaire brut diminué des différentes retenues (impôt sur le revenu global (IRG), sécurité sociale et retraite). Par secteur juridique, les entreprises publiques affichent les salaires moyens les plus élevés. Le salaire net moyen mensuel dans ces entreprises est de 38.500 DA, contre 21.500 DA dans celles du privé national, soit une différence de salaires de 17.000 DA. La dispersion salariale entre les différents qualifications reste "relativement forte". Ainsi, un cadre dans le secteur public perçoit un salaire net moyen de 58.600 DA, soit environ 1,5 fois le Snmg. Contrairement au

EL MOUDJAHID

Évolution de 7,4% en Algérie en 2010
● L'ONS, qui a repris la réalisation des enquêtes sur les salaires, vient de lancer une enquête similaire pour 2011

L

es augmentations salariales intervenues en 2010 en Algérie ont permis une évolution des salaires nets mensuels hors Agriculture et Administration de 7,4% par rapport à 2009, indiquent les résultats d'une enquête réalisée par l'ONS sur les salaires auprès des entreprises. Globalement, l'évolution du salaire net mensuel est de 7,4% en 2010. C'est une évolution à mettre en relation avec les augmentations salariales intervenues durant cette année, entre autres la revalorisation du salaire national minimum garanti (SNMG) qui est passé de 12.000 DA à 15.000 DA, relève l'office. Par qualification, cette hausse est plus importante (8,6%) pour les agents de maîtrise que pour les cadres (6,3%) et le personnel d'exécution (7,3%), indique une récente publication sur les résultats d'une enquête nationale sur les salaires auprès des entreprises en 2010. Les évolutions des salaires par secteurs d'activité sont plus importantes pour les transport et communications (+14,4%), la santé (8,8%) et les finances (+8,4%), précise l'enquête réalisée par courrier, et qui a touché 934 entreprises, dont 616 publiques et 318 privées nationales de 20 salariés et plus. A l'opposé, l'évolution indique une faible augmentation des salaires dans les entreprises des services collectifs sociaux et personnels et celles de la production et distribution d'électricité et gaz, soit respectivement des variations de 1,1% et 1,8%. Le niveau moyen des salaires

personnel d'exécution qui ne touche que 26.200 DA, soit 68% seulement du Snmg. Les secteurs les plus rémunérateurs dans le secteur privé sont ceux des finances et de la santé, les salaires mensuels moyens sont respectivement de 42.800 et 27.500 DA, soit le double et 1,3 fois le Snmg dans le privé. A l'inverse, les industries extractives et la construction, qui emploient un personnel ayant un niveau de qualification peu élevé, sont les secteurs les moins rémunérateurs avec respectivement 18.000 et 19.400 DA, soit 84% et 90% du Snmg dans le privé. S'agissant de la structure du salaire brut, globalement, pour les deux secteurs (public et privé), le salaire de base représente en moyenne 63% et les primes et indemnités 37% de la rémunération brute totale. En général, dans le secteur public, le salaire de base représente 48% du salaire brut, alors que dans le privé il est de 70%. Il apparaît bien dans les structures que la part des primes et indemnités est plus importante dans le public que dans le privé, soit 52% contre 30%. L'objectif de la reprise de la publication de cette enquête, qui n'a pas été publiée depuis 1997, après avoir constaté un faible taux de réponses, est de déterminer le niveau des salaires nets mensuels par qualification, activité et secteurs, ainsi que la structure du salaire brut (salaires de base, primes et indemnités).

SKIKDA

Atelier sur l’assurance “perte de rendement” de rendement» pour la pomme de terre

PÉTROLE

En baisse à New York suspendu à l'Espagne

L

a Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) organisera lundi à Skikda un atelier-débat sur le projet de faisabilité de sa nouvelle assurance contre "la perte de rendement" pour la culture de pomme de terre, a-t-on appris auprès de cette mutuelle. Cette nouvelle assurance, première du genre en Algérie et dans la sphère arabe, sert à indemniser un agriculteur lorsque son rendement baisse sous un seuil fixé d'un commun accord. Elle permet ainsi de couvrir le revenu des agriculteurs et de les protéger contre les conséquences des rendements bas, des prix faibles ou une combinaison des deux. "Ce système d'assurance est considéré comme un des outils les plus importants pour accompagner et pérenniser la politique de renouveau agricole et rural, et participer ainsi à la sécurité alimentaire", indique la CNMA dans un communiqué.

Des producteurs de semences, des agriculteurs potentiels, ainsi que l'ensemble des acteurs de cette filière pouvant contribuer efficacement à la bonne exécution de ce nouveau modèle d'assurance seront présents

à cette journée de vulgarisation et de promotion de ce produit. En pleine expansion ces dernières années, la filière pomme de terre en Algérie a réalisé une production de 3,8 millions de tonnes en 2011contre 3,2 millions de tonnes en 2010, et 2,67 millions de tonnes en 2009, avec une prévision de production de 4 millions de tonnes à l'horizon 2014. Les assurances agricoles en Algérie rencontrent un faible intérêt des agriculteurs. Sur près de 900.000 agriculteurs inscrits à la Chambre nationale d'Agriculture, seulement 75.000 d'entre eux ont souscrit une police d'assurance, soit un taux de près de 8%. Le secteur agricole représente en outre une infime partie du chiffre d'affaires des assurances, estimée par le Conseil national des assurances (CNA), à un peu moins de 2% pour les années 2010 et 2011.

L

es cours du pétrole ont fini en baisse à New York vendredi, dans un marché en recherche de repères entre surproduction, demande vacillante et inconnue en Espagne et dans la zone euro. Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet a cédé 72 cents par rapport à la clôture de jeudi, à 84,10 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Les opérateurs sont restés en retrait en raison des tractations entourant le dossier espagnol. Madrid est pressé de toute part d'accepter l'aide financière de l'Europe ou du FMI, ce que se refuse jusqu'à présent la quatrième économie européenne. A ce contexte, s'ajoutent les volumes records des stocks américains, qui évoluent depuis trois semaines à des sommets depuis l'été 1990. Ceci, alors les douze pays membres de l'OPEP doivent se réunir le 14 juin à Vienne, alors que plusieurs voix réclament l'abaissement du quota fixé en décembre à 30 mb/j pour leur offre conjuguée.

ALORS QUE LES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES SONT EN BERNE

Le sucre, en forte hausse

L

es cours des matières premières ont de nouveau trébuché cette semaine dans un marché déçu par l'immobilisme de la Réserve fédérale américaine (Fed), à l'exception du sucre qui profite de la forte demande de la part des pays arabes à l'approche du mois de ramadan prévu cette année le 20 juillet. Dans le même temps, le marché restait suspendu aux évènements en Europe, où la contagion de la crise de la dette et la situation de l'Espagne, dont la note a été dégradée jeudi soir de trois crans par l'agence de notation de Fitch, concentrent les inquiétudes des opérateurs. Les prix du pétrole ont fini la semaine en nette baisse minés par les craintes sur la zone euro après un abaissement de la note de l'Espagne, dans un marché par ailleurs déçu par l'allocution la veille du président de la Banque centrale américaine (Fed). Le baril de brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 97,79 dollars sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, contre 98,79 dollars une semaine plus tôt. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance descendait à 82,86 dollars contre 83,62 dollars vendredi précédent. Le cours de l'arabica s'est enfoncé cette semaine à des niveaux plus vus depuis près de deux ans, tiré vers le bas par la prévision d'une abondante récolte au Brésil, premier exportateur de café, tandis que sucre et cacao rebondissaient, après leur fort recul en mai. Les cours du sucre ont rebondi cette semaine, après

avoir glissé fin mai à leurs plus bas niveaux depuis l'été 2010 à New York, dans un marché tiré vers le haut par des problèmes d'acheminement au Brésil, premier exportateur mondial, en raison de pluies abondantes dans le pays. Par ailleurs, le cours du sucre raffiné échangé à Londres "profite de la forte demande de la part des pays arabes à l'approche du mois de ramadan qui commence cette année le 20 juillet", et qui s'accompagne d'une consommation accrue de nourriture sucrée après le jeûne de la journée, ont relevé les analystes. Sur le Liffe de Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en août valait 572,20 dollars vendredi, contre 554 dollars le vendredi précédent. Sur le NYBoT-ICE américain, la livre de sucre brut pour livraison en juillet cotait 19,83 cents, contre 19,27 cents sept jours auparavant. Les cours du café ont creusé leurs pertes cette semaine, le marché est sous la pression des perspectives d'une récolte mondiale très favorable en 2012-2013, en raison du retour d'une saison faste au Brésil, le principal producteur de café. Sur le Liffe de Londres, le prix de la tonne de robusta pour livraison en juillet valait 2.095 dollars vendredi, contre 2.130 dollars le vendredi précédent. Sur le NYBoT-ICE à New York, la livre d'arabica pour livraison en juillet valait 155,55 cents, contre 158,85 cents sept jours auparavant. Les prix de la fève brune se sont ressaisis avec vigueur cette semaine, dans un marché dopé par les investisseurs spéculatifs

et des conditions météorologiques moins favorables que prévu en Afrique de l'Ouest depuis le début de l'année. Sur le Liffe de Londres, la tonne de cacao pour livraison en juillet valait 1.520 livres sterling vendredi, contre 1.465 livres sterling le vendredi précédent. Sur le NYBoT-ICE américain, le contrat pour livraison en juillet valait 2.185 dollars la tonne, contre 2.067 dollars un semaine plus tôt. Les cours du maïs et du soja ont nettement progressé cette semaine à Chicago, tandis que le blé a cédé un peu de terrain, dans un marché toujours suspendu aux prévisions météorologiques aux États-Unis, alors que la saison estivale débute. Le boisseau de blé à même échéance a clôturé à 6,3025 dollars, contre 6,3900 dollars vendredi dernier (-1,4%). Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet a fini vendredi à 5,9800 dollars, contre 5,5150 dollars la semaine précédente à la clôture, en hausse de 8,4%. Le contrat sur le boisseau de soja pour livraison en juillet a terminé à 14,2625 dollars, contre 13,4425 dollars une semaine plus tôt à la clôture, soit une hausse hebdomadaire de 6,1%. Le cours de l'or est reparti à la baisse cette semaine, de concert avec les actifs jugés risqués, tels les métaux de base ou le pétrole. Le métal jaune avait retrouvé un peu de son éclat de valeur refuge la semaine précédente, le prix de l'once bondissant de quelque 50 dollars après des chiffres très moroses sur l'emploi américain. Ces in-

dicateurs en berne avaient renforcé l'espoir de mesures d'assouplissement monétaire de la part de la Réserve fédérale américaine (Fed) pour soutenir l'économie, "mais une allocution de son président Ben Bernanke a douché cette semaine les espoirs de tout coup de pouce à cours terme". Sur le London Bullion Market, l'once d'or a terminé vendredi à 1.576,50 dollars, contre 1.606 dollars le vendredi précédent. Le cours de l'once d'argent, après être monté mercredi à 29,90 dollars, son plus haut niveau depuis le 8 mai, a rapidement perdu du terrain dans le sillage de l'or, perdant jusqu'à près de deux dollars sur les deux dernières séances de la semaine. L'once d'argent a terminé vendredi à 28,17 dollars, contre 27,38 dollars sept jours auparavant. Les prix des métaux industriels au London Metal Exchange (LME) ont vécu une semaine écourtée, mais mouvementée, au gré des annonces des grandes banques centrales, le marché saluant ainsi une baisse des taux chinois avant d'être refroidi par la Réserve fédérale américaine (Fed). Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 7.291 dollars vendredi, contre 7.363 dollars une semaine plus tôt, l'aluminium valait 1.979 dollars la tonne contre 1.983 dollars, le plomb valait 1.900,25 dollars la tonne contre 1.900 dollars, l'étain valait 19.699 dollars la tonne contre 19.290 dollars, le nickel valait 16.533 dollars la tonne contre 16.174 dollars et le zinc valait 1.882 dollars la tonne contre 1.875 dollars.

Dimanche 10 Juin 2012

EL MOUDJAHID

Economie
MISE EN CONFORMITÉ DU REGISTRE DU COMMERCE

9

Ultime rappel aux réfractaires
Un dernier avis du CNRC, datant du 4 juin, adressé aux sociétés commerciales exerçant les activités d’importation pour la revente en l’état et aux commerçants étrangers, personnes physiques ou morales, versés dans le commerce de détail, devait rappeler à ces derniers de mettre en conformité leur registre du commerce, au plus tard le 30 juin, conformément à l' arrêté du 13 juin 2011 fixant la durée de validité de l'extrait du registre du commerce pour l'exercice de certaines activités.

C

onformément à ce dernier, le délai a été prorogé de 6 mois, soit jusqu’au 30 juin 2012, échéance fixée pour la mise en conformité des registres du commerce requis pour ces catégories d’activité, et ce sur demande de nombreux opérateurs ayant sollicité un délai supplémentaire leur permettant de mettre en conformité leur registre du commerce cumulant diverses activités non homogènes. En fait, les opérateurs qui cumulent plusieurs secteurs d'activité sont autorisés à adapter leurs registres par des immatriculations secondaires, les formalités étant simplifiées par le CNRC. A quelques jours de l’expiration du délai imparti, le département du Commerce, à travers un avis publié ce jeudi 7 juin, vient de rappeler aux concernés la nécessaire conformité aux dispositions de l’arrêté en question sous peine de sanctions. Est-il utile de rappeler que l’article 2 de la loi n° 04-08 du 14 août 2004, l’arrêté du 13 juin 2012 modifié fixe la durée de validité de l’extrait du registre du commerce délivré aux assujettis pour l’exercice de certaines activités à deux (2) années renouvelables. Elle prend effet à compter de la date de l’inscription au registre du commerce. A l’expiration de cette durée de validité, le registre du commerce devient juridiquement caduc et sans effet, et le commerçant concerné, personne physique ou

morale a la possibilité de demander sa radiation. A défaut, la radiation du registre est demandée par les services de contrôle habilités. Au cas où le commerçant exprime son souhait de renouveler son registre du commerce pour l’exercice des activités concernées par la limitation de la durée de validité de l’extrait du registre, celui-ci disposait, avant l’expiration de sa durée de validité, d’un délai de 15 jours pour engager les formalités de renouvellement au titre des activités ciblées à savoir, l’importation de matières premières,

produits et marchandises destinés à la revente en l’état, à l’exception des opérations d’importation réalisées pour compte propre par tout opérateur économique dans le cadre de ses activités de production, de transformation et/ou de réalisation dans la limite de ses propres besoins — le commerce de détail exercé par les commerçants étrangers, personnes physiques ou morales. Les activités citées doivent être homogènes et relever d’un seul secteur d’activité de la nomenclature des activités économiques soumises à inscription

au registre du commerce. De ce fait, les commerçants déjà inscrits au registre du commerce pour l’exercice des activités visées à l’article 4 de la loi de 2004 disposent d’un délai de 6 mois, à compter de la date de publication au Journal officiel, de l’arrêté de décembre 2012, pour se conformer à la réglementation. Passé ce délai, les extraits du registre du commerce révélés non conformes deviennent sans effet. Aussi, la radiation du registre du commerce des commerçants récalcitrants est demandée par les services de contrôle habilités. Pour rappel, le nombre total des commerçants recensés en Algérie par le CNRC a doublé ces dix dernières années, passant de 784.940, en 2002, à 1.541.370 opérateurs en 2011. L’évolution du nombre des opérateurs économiques, personnes physiques et morales entre 2002 et 2011, se traduit par la progression croissante des immatriculations ou nouvelles inscriptions durant cette période. Le nombre des commerçants étrangers dans notre pays s'est élevé, à fin mars, à 8.804 opérateurs représentant 81 nationalités. Les Français arrivent en tête des opérateurs économiques à avoir un registre du commerce (1.380 opérateurs), suivis des Syriens (1.226) et des Tunisiens (1.015) et enfin des Chinois (747 opérateurs). D. Akila

APRÈS LA GRÈCE ET L’ESPAGNE

Moody’s pourrait abaisser la note des pays de la zone euro

LA DIRECTRICE GÉNÉRALE DU FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL (FMI), Mme CHRISTINE LAGARDE, AFFIRME :

L’

évolution de la situation de la Grèce et de l'Espagne pourrait inciter Moody's à abaisser la note de nombreux pays de la zone euro, y compris celle de pays bénéficiant de la note maximale Aaa comme la France ou l'Allemagne, a prévenu l'agence de notation financière vendredi. "Les récents développements en Espagne et en Grèce pourraient mener à des mesures sur les notes de beaucoup de pays de la zone euro", a indiqué Moody's dans un communiqué. En particulier, une sortie de la Grèce de la zone euro pourrait mener à des pressions supplémentaires sur les notes des pays de la région, poursuit l'agence de notation. Elle se traduirait par des pertes substantielles pour les

investisseurs en titres grecs, à la fois directement à cause de la conversion de l'euro en devise locale et aussi indirectement à cause des fortes perturbations macroéconomiques qui s'ensuivraient, estime Moody's. Le risque d'une sortie de la Grèce de la zone euro menace particulièrement les notes de crédit de Chypre (Ba1, perspectives négatives), du Portugal (Ba3, perspectives négatives), de l'Irlande (Ba1, perspectives négatives), de l'Italie (A3, perspectives négatives) et de l'Espagne (A3, perspectives négatives). Si la Grèce devait sortir de l'euro, menaçant la survie même de la monnaie unique, Moody's "examinerait toutes les notes des pays de la zone, y compris celle des pays notés Aaa", la note la

plus élevée, comme l'Allemagne et la France. Les autres pays de la zone euro bénéficiant de la note maximale Aaa chez Moody's sont l'Autriche, la Finlande, le Luxembourg et les PaysBas. A l'inverse, selon Moody's, "le problème bancaire de l'Espagne est largement spécifique et ne devrait pas représenter une source majeure de contagion vers d'autres pays de la zone euro, à l'exception de l'Italie, qui dépend elle aussi de plus en plus de la Banque centrale européenne pour son financement à travers ses banques". Jeudi, l'agence de notation Fitch, concurrente de Moody's, avait infligé une lourde sanction à l'Espagne en abaissant sa note de trois crans, à BBB.

“C’est à l'UE qu’il incombe d'abord de résoudre ses problèmes financiers”

L

Standard and Poor's confirme la note AA+ de solvabilité des États-Unis

L’

agence d'évaluation financière américaine Standard and Poor's a confirmé vendredi la note AA+ de solvabilité des États-Unis. L'agence a confirmé la note "AA+" qu'elle attribue au pays depuis son coup de tonnerre d'août 2011, quand elle avait privé l'État fédéral américain de son "triple A", indiquant que "la direction de la politique budgétaire" des États-Unis contribue à affaiblir leur cote de crédit. Elle a également maintenu la perspective "négative" associée à cette note. "Cette perspective négative témoigne de notre opinion selon laquelle le risque de crédit sur la dette publique des États-Unis, de nature essentiellement politique et budgétaire, pourrait augmenter jusqu'à nous conduire à abaisser d'ici à 2014 la note AA+ que nous attribuons à la dette à long terme du pays", écrit l'agence dans un communiqué. S&P ajoute que "l'exécution budgétaire", "le poids de l'endettement" des États-Unis et "la baisse récente de l'efficacité, de la stabilité et du caractère prévisible de leur législation et de leurs institutions politiques, en particulier en ce qui concerne la direction de la politique budgétaire", sont des éléments susceptibles d'affecter la note américaine.

a directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Mme Christine Lagarde, a admis vendredi que "c'est à l'Europe qu'il incombe avant tout de résoudre les problèmes de son système bancaire". Mais compte tenu des multiples interconnexions du monde d'aujourd'hui, "il est dans l'intérêt à tous de rétablir la santé des banques européennes", a-t-elle souligné dans son allocution prononcée lors du "Dialogue annuel des leaders" organisé à New York par le quotidien allemand Seddeutsche Zeitung ainsi que le think tank Atlantic Council et le cabinet de conseil en stratégie Roland Berger Consultancy. Avant d'aborder la crise financière européenne, la patronne du FMI a appelé à continuer de réformer le système financier mondial en renforçant les outils de gestion de crise et l'architecture globale du système. Cinq ans après l'éclatement de la crise, a-t-elle déclaré, d'importantes mesures ont été prises, mais l'objectif d’un système financier plus sûr n’est pas encore atteint. "Nous sommes encore loin du but", a affirmé Mme Lagarde. Selon elle, pour finir le travail entamé, "les décideurs doivent définir une feuille de route claire et s'y tenir, pas seulement avec un horizon de cinq à dix ans, mais aussi pour les semaines et les mois qui viennent". A ce propos, elle a considéré que les prochaines mesures que prendront les responsables dans le secteur finan-

cier seront "déterminantes pour briser l'enchaînement dévastateur des cycles de crise", notamment sur le plan de l'économie politique, c'est-àdire du choix et de la mise en œuvre des politiques. Dans l'immédiat, a-t-elle averti, il convient de s'attacher à restaurer la santé du système financier, faute de quoi "les banques fragiles continueront d'étouffer la croissance". A cet égard, elle a jugé qu'il faut faire porter les efforts avant tout sur les banques européennes, ajoutant que compte tenu des multiples interconnexions du monde d'aujourd'hui, il est dans l'intérêt à tous de rétablir la santé des banques européennes. "Mais, ne nous méprenons pas, c'est à l'Europe qu'il incombe avant tout de résoudre les problèmes de son système bancaire.

En d'autres termes, il faut plus d'Europe et non moins", at-elle préconisé. Par ailleurs, la DG du FMI a aussi prôné le renforcement de l'architecture du système financier, par une réglementation plus judicieuse, une supervision plus rigoureuse et des incitations appropriées pour le secteur privé. "Compte tenu de la taille, de la complexité et des interconnexions du système, nous avons besoin de cohérence, de coordination et de coopération à travers les établissements, les marchés et les frontières", a-t-elle soutenu. Elle a également appelé les établissements financiers à prendre une plus grande part dans la recherche et la mise en œuvre de solutions à travers la mise en place de "systèmes de gouvernance interne de la plus haute qualité".

Dimanche 10 Juin 2012

EL MOUDJAHID

Monde
VIOLENCES EN SYRIE

11

17 morts
Au moins 17 personnes, dont neuf femmes et trois enfants, ont été tués dans la nuit de vendredi à samedi en Syrie par des tirs de l'armée à Deraa (sud), indique l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) dans un nouveau bilan.

L’aventurisme atlantiste
L'Elysée a confirmé la mort de quatre soldats français et de cinq qui ont été blessés dans la province de Kapisa, dans l'est de l'Afghanistan. Ces nouvelles victimes sont venues allonger la liste de plus 80 autres de leurs camarades qui ont perdu la vie dans ce champ de bataille contre les Talibans. Un endroit que la majorité des Français n´est pas en mesure de situer exactement sur la carte du globe et, encore moins, à en situer l´intérêt pour la France. Ces malheureuses victimes, ne vivront pas la joie du retour au pays promis pour la fin de l´année par François Hollande. En avril 2004, une semaine seulement après avoir pris ses fonctions, son collègue socialiste José Luis Zapatero, avait pris le grand risque d´ordonner le retrait immédiat des troupes espagnoles déployées par son prédécesseur José Maria Aznar. Ce que Bush ne lui pardonnera jamais, allant jusqu´à prononcer la mise en quarantaine de l´Espagne tout au long de son second mandat. Or, Zapatero aura eu le bonheur de présider le grand retour des soldats espagnols, tous vivants, à la grande joie de leurs familles. Ce ne sera pas le cas, hélas, pour François Hollande qui aura fait ce qu´il fallait au Sommet de l´Otan de Chicago, le 20 mai dernier, pour expliquer à ses «alliés» sa décision de faire rentrer sans délais les soldats français. Sans le dire en ces termes, le non sens d´une guerre coûteuses en vies humaines et menée à coups de milliards d´euros et ce au moment où la plupart des pays de l´Alliance atlantique ne font pas de croissance économique et luttent désespérément pour réduire leurs dépenses publiques. La mort des cinq soldats français devrait donner à réfléchir aux partisans de l´interventionnisme militaire dans les zones de conflits à travers le monde où les victimes et militaires se comptent par milliers. Pourtant, un nombre important de gouvernements européens et américains plaident encore avec insistance la solution militaire en Syrie, sous couvert des Nations unies. Comme si les opérations militaires de la coalition internationale pilotée par Nicolas Sarkozy et Alain Juppé avait été l’exemple de «guerre réussie». Une vraie catastrophe interventionniste qui en appelle une autre comme si le monde s´était accoutumé aux violences d´Etat jusqu´à en faire la principale règle de droit international. Une «tragédie  pour tous les Français» selon l´expression de François Hollande qui n´aura pas eu le temps de les ramener vivants à leurs familles». Les électeurs français ont eu raison de ne pas faire davantage confiance aux partisans des va-t-en guerre en Afghanistan, en Libye, contre la Syrie, l´Iran et aux côtés d´Israël pour faire l´impasse sur la réparation de l´injustice historique en Palestine. B. H.

L

es tirs ont également fait des dizaines de blessés, ajoute cette ONG syrienne précisant que les jeunes victimes avaient entre 12 et 13 ans. Des combats ont éclaté dans la nuit entre l'armée et les rebelles à la suite de ces tirs et le service internet a été coupé dans la ville. Un précédent bilan de ces violences faisait état de 12 tués. Les combats entre soldats et rebelles qui se sont intensifiés dans la capitale, ont encore fait 68 morts vendredi à travers le pays, en majorité des civils, selon l'OSDH. Au moins 36 ci-

vils, 25 soldats et sept rebelles — dont deux déserteurs tués dans les affrontements à Damas — figurent dans ce bilan. Mercredi, 55 personnes dont des femmes et des enfants avaient été tuées à Al-Koubeir, un hameau de la province de Hama

(centre), selon l'OSDH. Mais les autorités de Damas ont démenti qu'un tel massacre ait eu lieu, affirmant qu'il y avait seulement neuf victimes, tuées par des «groupes terroristes». Vendredi, des milliers de Syriens ont manifesté à travers le

pays contre le président Bachar alAssad, tout en exprimant leur exaspération à l'égard de la communauté internationale, impuissante à faire cesser les violences qui ensanglantent le pays depuis le début de la révolte en mars 2011.

TERRITOIRES PALESTINIENS

La communauté internationale réaffirme le caractère “illégal” des colonies

EMBUSCADE CONTRE DES CASQUES BLEUS EN COTE D'IVOIRE

Le Conseil de sécurité condamne

L

L

es Palestiniens ainsi que plusieurs pays et organisations internationales ont condamné la décision d'Israël, d'autoriser la construction de nouvelles colonies en Cisjordanie occupée, rappelant le caractère «illégal» de ces activités qui "ruinent" les efforts pour la reprise du processus de paix israélo-palestinien. Dénonçant «une nouvelle violation par Israël de toutes les lois et résolutions internationales», l'Autorité palestinienne a déploré jeudi l'aval donné par le Premier mi-

nistre israélien Benjamin Natanyahu à la construction de plus de 850 nouvelles colonies dans les territoires occupés. Par cette décision, «Israël veut défier à nouveau la communauté internationale», qui reste «muette» devant la poursuite des activités de colonisation pourtant jugées illégales», a dénoncé la direction palestinienne estimant que «ce nouveau projet est considéré comme une étendue des opérations de judaïsation de l'ensemble des territoires palestiniens en Cisjordanie et

à El-Qods occupée». Face à la poursuite de la colonisation, l'Autorité palestinienne a demandé à la communauté internationale d'«agir avec efficacité» et pas uniquement avec des «mots de condamnation et d'indignation qui ne changent rien à la situation». Elle a également exhorté le Quartette international pour le Proche-Orient d’«intervenir immédiatement pour arrêter les plans destructifs israéliens qui menacent le sort de la solution de deux Etats».

e Conseil de sécurité de l'Onu a condamné vendredi l'embuscade qui a tué sept Casques bleus nigériens dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. «Les membres du Conseil de sécurité expriment leur grave inquiétude à propos de l'insécurité qui prévaut dans l'ouest de la Côte d'Ivoire et dans la zone frontalière, et à propos des mouvements transfrontaliers d'éléments armés, dont des milices et des mercenaires», souligne la déclaration du Conseil. Ils demandent au gouvernement de Côte d'Ivoire de «coopérer avec toutes les parties concernées pour identifier et poursuivre en justice les responsables de cette attaque». Ils «réitèrent leur soutien total» à l'Onuci (Opération de l'Onu en Côte d'Ivoire). Dans un communiqué, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-Moon s'est aussi déclaré «particulièrement inquiet de l'instabilité dans la zone frontalière entre la Côte d'Ivoire et le Liberia depuis la période post- électorale, et qui a entraîné la mort de nombreuses personnes dans la région». Sept Casques bleus nigériens de l'Onuci ont été tués vendredi dans une embuscade dans l'ouest du pays, menée selon le gouvernement ivoirien par des assaillants venus du Liberia.

NOUVEAUX AFFRONTEMENTS ARMÉS À KOUFRA DANS LE SUD LIBYEN

Au moins 5 morts et une dizaines de blessés
De nouveaux affrontements ont éclaté hier à l'aube entre la tribu des Toubous et des forces liées à l'armée libyenne à Koufra, dans le sud-est de la Libye, faisant des victimes, a-t-on appris de sources tribale et militaire. Un chef de la tribu des Toubous, Issa Abdelmajid, a indiqué que le quartier de sa tribu était bombardé depuis 3h00 (1h00 GMT) par la brigade Bouclier de la Libye, une force d'ex-rebelles sous commandement de l'armée libyenne. Ce chef de tribu a indiqué que les combats avaient fait au moins cinq morts et dix blessés et que plusieurs maisons du quartier Toubou avaient été incendiées. Ce bilan n'a pu être vérifié dans l'immédiat de source indépendante.

Une avocate de la CPI arrêtée après une visite au fils d’El Guedaffi
Une avocate australienne, membre d'une délégation de la Cour pénale internationale (CPI) qui rendait visite à Seif al-Islam, fils de Mouammar El Guedaffi, en Libye, a été arrêtée pour avoir tenté de lui remettre des documents, a annoncé hier le représentant libyen à la CPI. La Libye et la CPI se disputent le procès de Seif al-Islam, 39 ans, visé par un mandat d'arrêt de la CPI pour crimes contre l'humanité commis à partir du 15 février 2011 pendant la répression de la révolte populaire «Au cours de la visite, l'avocate Melinda Taylor a tenté de remettre à l'accusé des documents qui n'ont aucun lien avec l'affaire (de Seif al-Islam) et qui représentent un danger pour la sécurité de la Libye», a déclaré Ahmed alJehani.

Dimanche 10 Juin 2012

EL MOUDJAHID

Société
RUPTURE DE LA CHAÎNE DE FROID
ORAN

15 Saisie de de cannabis à Tlemcen et des cartouches de cigarettes à Oran
Une quantité de prés de 34 kg de cannabis a été récupérée vendredi dernier par les éléments de la sûreté de wilaya de Tlemcen et dans la foulée, un repris de justice de 37 ans issu de Maghnia a été arrêté apprend-on par le biais de la cellule de communication de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Passé aux aveux, le mis en cause a informé les enquêteurs de l’existence de deux autres complices qui seront à leur tour appréhendés à Oran, dans le quartier d’El Hamri plus exactement. L’un d’entre eux, 23 ans, est de nationalité étrangère alors que le second acolyte est à peine âgé de 18 ans. Par ailleurs, les éléments de la sûreté de wilaya d’Oran ont saisi, le 24 mai dernier, une quantité importante de cigarettes destinée à la contrebande, estimée à plus de 10.280 cartouches. Tout a commencé en effet lorsque les policiers interceptent un véhicule de marque Renault Kangoo, conduit par un individu âgé de 32 ans et demeurant à Ain Turck (Oran). Après la fouille d’usage, la police découvre 800 cartouches de cigarettes, provenant de la contrebande, dissimulés à l’intérieur du véhicule. En vertu d’un mandat de justice, les forces de police ont opéré une perquisition au domicile du conducteur et ont récupéré quelque 9.486 autres cartouches de cigarettes destinées à la contrebande. SAM

Principale cause des intoxications
• 40% des intoxications sont dues à cette anomalie.
Lors d’une conférence de presse animée la semaine derrière l’Union des commerçants algériens a tiré la sonnette d’alarme.
respectée. En cas de rupture de la chaîne du froid, les aliments dégèlent, puis regèlent ce qui permet aux bactéries de se développer. L'ingestion de ces bactéries peut alors entraîner une intoxication alimentaire dont les effets varient selon la fragilité de l'individu. Le seul problème que peut cerner le consommateur, qui est partie prenante et responsable de la préservation de sa santé, réside dans sa prise de conscience, à l’effet de se départir de cette insouciance, qu’il manifeste en achetant délibérément des produits périssables exposés à l’air libre. Cela peut aller de la consommation des laitages, aux fromages, aux œufs, aux viandes, hachées notamment, aux fast-foods (karantita, pizzas, mayonnaises) et pâtisseries, des risques parfois mortels, le guettent. «Un simple citoyen ne pourra jamais être sûr de l’innocuité du produit qu’il achète. Comment peut-il vérifier que tous les maillons de la chaîne du froid ont été respectés de la matière première au produit fini. N’est-ce pas le rôle de l’inspection de la direction du commerce ?» nous dira un citoyen à qui on a demandé s’il contrôlait ce qu’il achetait. Il faut signaler enfin qu’afin de mieux distinguer les produits avariés des produits sains les services de contrôle interviendront désormais avec des valisettes de contrôle munis de tous les mécanismes permettant des analyses justes et profondes. Farida Larbi

P

lus de 6.000 cas d'intoxications alimentaires sont recensés chaque année, selon Boulanouar Hadj Tahar, chargé de la communication à l'Union nationale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). «Un chiffre qui est loin de la réalité si on prend en considération les cas non déclarés», a-t-il précisé. Il a fait savoir que les risques d'intoxication sont beaucoup plus importants durant la période estivale en raison de la propagation des bactéries favorisée par les températures élevées et la rupture de la chaîne de froid fait que les produits alimentaires les plus sensibles s’avarient beaucoup plus vite. Et En dépit des messages délivrés par le ministère du Commerce et ceux du ministère de la Santé par des spots télévisuels, il ne passe pratiquement pas une semaine, sans que la presse signale çà et là, des intoxications alimentaires collectives. On incrimine le plus souvent, la mauvaise conservation des produits alimentaires, soit par méconnaissance des règles élémentaires, soit par insouciance délibérée, souvent sous-tendue par l’appât du gain. On parle volontiers de rup-

ture de la chaîne de froid alimentaire quant à elle, difficilement maîtrisable, de part la multitude d’opérateurs et l’absence de cadre disciplinaire. Les intervenants agissent, chacun à son propre compte. Le facteur moral joue, pour une large part, un rôle déterminant dans la préservation de cette chaîne ; du fabricant du produit dit périssable, au distributeur, au transporteur, au livreur jusqu’au commerçant. Chacun de ces acteurs, peut par son mauvais rôle, créer la tragédie. On peut citer à titre illustratif, quelques exemples d’incurie : des transporteurs arrêtent sans état d’âme, les compresseurs du camion frigorifique par l’arrêt prolongé du moteur du véhicule, pendant tout le temps qu’aura duré la halte. Certains commerçants dégonflent avec une pointe d’aiguille le couvercle du

pot de yaourt ou tout autre produit laitier, pour déprimer «l’enflure», la date de péremption «faisant foi». D’autres positionnent sciemment, à la baisse le bouton de contrôle du réfrigérateur ou du comptoir frigorifique, afin de réduire la consommation électrique. Parfois c’est carrément l’arrêt de fonctionnement des appareillages pendant les pauses. Tout le monde sait que la rupture de la chaîne de froid provoque comme conséquence de l'élévation des températures prescrites. Toute hausse de température provoque et accélère la croissance microbienne et réduit la durée de vie du produit : un produit sain peut devenir un produit à risque, l'aspect et le goût peuvent se dégrader. La date indiquée sur l'étiquette ne reste valable que si la température de conservation indiquée est

SAISON ESTIVALE

Les jeunes à l’heure des vacances

S

i les plus chanceux ont déjà programmé leurs vacances, d’autres, pour des considérations purement financières, n’ont jusque là, rien prévu. S’offrir des moments de détente ou une petite escapade, pour rompre avec l’ennui et la routine, relève plutôt du luxe, notamment si on est sans emploi. Des centaines, voire des milliers de chômeurs, en effet, au moment où valises et cabas sont faits, par les plus nantis, pour la grande aventure et l’indispensable bouffée d’oxygène pour oublier leurs petits soucis quotidiens et leur marasme renouvelé chaque jour, nombreux sont les jeunes qui, à défaut de profiter pleinement des joies de l’été, continuent d’occuper leur habituel et si précieux endroit, dans leurs quartiers. Elle est dure la saison estivale pour un jeunes, en fait qui ne dispose même pas de quoi se payer son paquet de cigarettes, ou même inviter un copain à un café. Les vacances se résument ainsi, pour ces derniers à des parties de dominos, ou de cartes, au niveau de leurs cités respectives et de temps à autre, quand une occasion, pour faire trempette, se présente, ils n’hésitent pas un instant, cela leur permet de fuir les jours qui se suivent et se ressemblent dans leur grisaille. Parler de vacances pour cette frange de la société, est un privilège, voire un rêve irréalisable. Aussi, à chacun sa formule pour passer les vacances. En fait, si, ceux qui habitent à proximité de la grande bleue, peuvent profiter des bienfaits de la mer, durant les

COUR DE BOUMERDÈS

93 procès enrôlés à la e 2 session criminelle
longues journées de l’été, ce n’est pas le cas pour tous les jeunes des wilayas de l’intérieur et plus particulièrement ceux du Sud où la température avoisine les 50°, à l’ombre. Aujourd’hui, la saison estivale n’évoque rien pour ces jeunes, si ce n’est les ramener à la dure réalité qu’ils vivent tous les jours ; celle d’être chômeurs, et surtout sans le sou, sans horizons. Se permettre un séjour dans l’un des lieux de villégiature, en Algérie est un objectif impossible à atteindre, quand à un séjour à l’étranger, c’est carrément inimaginable. Les vacances quand on traine le statut de chômeur n’est ni plus ni moins qu’un luxe. En attendant, des jours meilleurs, à chacun sa « recette» pour passer les grandes vacances. Samia D. La 2e session criminelle de la cour de justice de Boumerdès s’est ouverte mardi dernier, avec au programme quelque 93 procès à traiter. Ils seront à cet effet 332 accusés à comparaître devant la barre dont 91 sont des détenus, 93 se trouvent en liberté provisoire tandis que 148 personnes sont toujours en fuite et seront jugées par contumace. Quant à la nature des affaires qui seront traitées par le tribunal criminel de Boumerdès, celles-ci ont trait essentiellement aux atteintes contre les personnes (meurtres, homicides, vol…), aux crimes contre l’économie (dilapidation des deniers publics, corruption…), ou encore celles liées au terrorisme. SAM

Décès d’un jeune estivant sur une plage de Jijel
Le corps d’un jeune estivant a été repêché, vendredi sur la plage dite ''Rocher Noir'' à l’ouest du chef-lieu de la wilaya de Jijel, a-t-on appris auprès de la protection civile de Jijel. Le jeune homme, âgé de 17 ans, originaire de la localité de Ain Mellouk (wilaya de Mila) a été repêché sur cette plage peu avant le début de la surveillance, a précisé le chargé de communication de la protection civile. Il s’agit de la première noyade enregistrée sur le littoral de la wilaya de Jijel à partir de laquelle, a été donné le 2 juin dernier, le coup d’envoi de la saison estivale en présence du directeur général de la Protection civile, M. Mustapha Al Habiri. Ce responsable avait, appelé les estivants à la vigilance pour éviter les drames de la mer.

Dimanche 10 Juin 2012

16 MÉDÉA

Régions

EL MOUDJAHID

Réinhumation des restes de 25 chouhada à Djebel Boutamouda U
ne cérémonie de réinhumation des restes de vingt-cinq (25) chouhada a été organisée hier au pied de la stèle de Djebel Boutamouda, dans la commune de Bouchrahil (est de Médéa), en présence du secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), M. Saïd Abadou, et d’anciens responsables et moudjahidine de la wilaya IV historique. Les restes des chouhada, dont six ont été formellement identifiés par les moudjahidine qui opéraient à cette époque dans cette zone, ont été retrouvés, pour rappel, à proximité de Djebel Boutamouda, théâtre de nombreuses actions militaires menées entre 1956 et 1959 par les commandos d’élite de la zone II, de la wilaya IV historique, contre l’armée d’occupation. Parmi ces chouhada figure le martyr Ali Bendifallah, connu sous le nom de guerre Ali Cherchali, responsable du commando d’élite de l’Armée de libération nationale (ALN) pour la zone II, l’actuelle Médéa, tombé au champ d’honneur, le 9 janvier 1958, suite à une opération militaire d’envergure menée par l’armée coloniale contre les positions des troupes de l’ALN stationnées dans les maquis de Djebel Boutamouda. Plusieurs autres de ses compagnons d’armes tombèrent en martyrs, au cours de la même opération militaire, lors

INDUSTRIES DE TRANSFORMATION ALIMENTAIRE

Ouverture prochainement, à Bouira, d’un institut national spécialisé
Un institut national spécialisé dans les industries de transformation alimentaire ouvrira ses portes en octobre prochain dans la commune de Sour El-Ghozlane (sud de la wilaya de Bouira), a-t-on appris hier du directeur du secteur. Réalisé dans le cadre du programme des Hauts Plateaux, tranche 2010, pour un montant de 424 millions de DA, cet institut, d’une capacité de 300 places pédagogiques dont 140 en internat, est considéré comme étant le deuxième du genre au niveau national, a indiqué M. Sadek Saadna, en assurant que cet établissement a été doté d’équipements de pointe adaptés aux besoins de formation de techniciens supérieurs en industries de transformation alimentaire. Ce responsable a fait état également de la réalisation en cours, au cheflieu de wilaya, d’un Centre de formation professionnelle d’une capacité de 1.000 places, dont 240 en internat. Son coût est estimé à 398 millions de DA. Un autre institut spécialisé doit être mis "prochainement" en chantier, dans la commune de M’chedallah pour la formation de techniciens supérieurs en construction et travaux publics. Sa réception devrait intervenir en 2014, selon la même source. A la concrétisation de toutes ces structures, le secteur sera, tel qu’escompté par ses responsables, à même de faire face à la demande de formation locale en adéquation avec les besoins du marché du travail et permettra, du coup, d’absorber les déperditions scolaires.

SOUK-AHRAS
de laquelle d’importants moyens militaires aériens ont été mobilisés par l’ennemi. Dans une allocution prononcée à cette occasion, le secrétaire général de l’ONM a déclaré que cet hommage est un "signe de reconnaissance suprême de la nation à ses martyrs" et un "gage de notre fidélité au serment des chouhada et l’expression de la continuité de leur combat", réaffirmant l’engagement de la famille révolutionnaire à "défendre et à préserver cette mémoire" et à "poursuivre l’œuvre d’édification d’un Etat algérien, fort et stable". M. Abadou a exhorté, à cette occasion, l’assistance, et à travers elle toutes les générations, à "surmonter leurs divergences et clivages et à apprendre à travailler ensemble, pour le bien-être du peuple et de la nation".

Ouled Driss prépare la fête de la cerise

AÏN TÉMOUCHENT

Des centaines d'enfants handicapés des wilayas du Sud attendus
Des centaines d'enfants handicapés des wilayas du Sud du pays bénéficieront à compter du 1er juillet prochain de séjours estivaux dans la wilaya d’Ain Témouchent, a-t-on annoncé samedi à la Direction de l’action sociale (DAS). Les hôtes de la wilaya, au nombre de huit cents (800), bénéficieront de toutes les conditions d’accueil et de séjour, a-t-on assuré. Outre les baignades et les sorties d’excursion à travers la wilaya, notamment à l’ancienne capitale de Syphax, des activités culturelles et récréatives agrémenteront les séjours de ces enfants, a-t-on ajouté. Dans le cadre de la saison estivale 2012 qui vient de s’ouvrir à Rechgoune 1, la DAS a signalé, par ailleurs, l’affectation, au profit des 15 communes côtières de la wilaya, de projets "Algérie Blanche" visant l’entretien et la promotion de l’environnement de ces collectivités locales. Les jeunes promoteurs ou tâcherons, qui percevront, une année durant, un salaire mensuel de 18.000 dinars, auront pour mission de contribuer à l’amélioration du milieu d’accueil des nombreux estivants attendus cette année à Ain Témouchent, dont la côte s’étire sur 80 km, a-t-on souligné. Quatorze (14) autres projets du même genre ont été affectés aux communes de l’intérieur de la wilaya d’Ain Témouchent, a-t-on signalé de même source.

ORAN

La commune d’Ouled Driss (15 km au nord-est de Souk-Ahras) célèbrera mardi et mercredi prochains la fête de la cerise avec la participation de 125 producteurs, a indiqué hier le président de la Chambre de l'agriculture. Les producteurs participants exploitent au total 200 hectares dont 85% concentrés dans la commune d’Ouled Driss, a signalé la même source qui estime à 5.000 quintaux la production de cerises attendue dans la wilaya au terme de l'actuelle campagne de récolte qui s'étalera jusqu'à fin juin. Les principales variétés cultivées dans la wilaya de ce fruit sont le bigarreau, la cerise rouge et la cerise noire. La fête de la cerise est célébrée depuis 20 ans dans cette

commune, conjointement par la Direction des services agricoles (DSA), la Chambre de l'agriculture et la Direction de la culture sous l'égide du wali de Souk-Ahras. Selon son président, la Chambre de l’agriculture œuvre avec la DSA à créer un périmètre de culture de cerise dans la commune de Ouled Driss dans le cadre du programme ministériel des initiatives locales, avec notamment une pépinière de production de plants de cerisiers dont le fruit atteint sur le marché jusqu'à 1.000 DA le kilogramme. Plusieurs activités artistiques sont programmées par la Direction de la culture dans le cadre de cette fête.

Résultats positifs pour une première expérience de production de plaques de gazon naturel
Une première expérience de production de plaques de gazon naturel à Oran, tentée dernièrement par une entreprise publique spécialisée dans l'aménagement et l’entretien des espaces verts et aires de jeux "Oran vert", a donné des résultats positifs, a-t-on appris de son chef de service production. L'opération s'est avérée concluante après utilisation, dans un nombre d’espaces verts créés dernièrement à travers les quartiers et communes de la wilaya, de ces plaques de gazon que l’entreprise acquérait auparavant dans le Centre du pays, a indiqué ce responsable. Parmi les espaces où ont été utilisées ces plaques de gazon naturel, le camp de "Ain Safia", dans la daïra d'Ain Turck, récemment transformé en parc public après le relogement de ses habitants. Cet espace, qui s’étend sur une superficie de 3 hectares sera fin prêt à la mi-juin en cours, a-t-on souligné. Une superficie d’un hectare à la pépinière de la localité de Belgaid (dans l'Est d'Oran) a été réservée à cette expérience, pour laquelle a été mobilisé un groupe de jeunes spécialistes en agronomie qui utilisent des systèmes d'irrigation par pivot et des équipements traditionnels, selon le même responsable. Les résultats obtenus ont encouragé à étendre prochainement cette expérience, la première du genre dans la wilaya, sur six hectares. L'entreprise "Oran vert", créée en 2006, a réalisé un grand pas dans le domaine de l’aménagement, l'entretien et le développement des espaces verts, fournissant à travers sa pépinière de 12 hectares diverses espèces de plantes, dans la perspective de devenir le seul fournisseur de la wilaya d’Oran en gazon naturel.

CHLEF

Trois personnes mortes par noyade
Trois personnes ont trouvé la mort par noyade vendredi sur le littoral de la wilaya de Chlef, a indiqué samedi la Direction de la Protection civile. Deux des trois victimes, un enfant âgé de 13 ans et un jeune de 30 ans, se sont noyés sur une plage non surveillée de la commune de Sidi Abderrahmane, située à 30 km à l’ouest de Ténès, a précisé la même source. Le corps de la 3ème victime, un plongeur amateur âgé de moins de 30 ans, a été repêché par la protection civile à 300 mètres au large de la zone rocheuse de Boulechgal à l’est de Ténès, a-t-on ajouté. Par ailleurs, deux jeunes ont trouvé la mort dans la nuit de jeudi à vendredi dans un accident de la route survenu sur la RN 19 à la sortie sud de la commune de Sidi-Akkacha (43 km au nord de Chlef), a-t-on indiqué samedi à la Protection civile de la wilaya. Les deux jeunes, âgés de 23 ans et originaires de Chlef, sont morts après avoir été percutés par un véhicule alors qu’ils étaient sur une moto, a précisé le chargé de la communication à la direction de la protection civile, ajoutant que les deux jeunes se rendaient à la ville côtière de Ténès.

Dimanche 10 Juin 2012

EL MOUDJAHID

Régions
BÉJAÏA

17

Grève des transporteurs urbains privés
La ville de Béjaïa est paralysée depuis trois jours par une grève des transporteurs urbains privés qui ont décidé d’augmenter le tarif des tickets, de 5 dinars. Les citoyens refusent catégoriquement. Les transporteurs urbains privés au nombre de 283, à travers leur association, ont tout de même insisté, pour, disent-ils, «aligner la tarification avec celle de la régie communale (UTUB) qui est fixée à 15 DA».

C

ette augmentation a suscitée le mécontentement des usagers qui refusent de payer cette augmentation, réglant uniquement l’ancien tarif qui est de 10 DA. L’atmosphère est montée d’un cran, lorsque les citoyens ont décidé jeudi dernier d’interdire l’accès des bus dans les quartiers, alors que certains chauffeurs et receveurs ont été malmenés par des groupes de jeunes en colère. Face à cette situation, les transporteurs ont décidé de garer leurs bus et de ne plus assurer les dessertes des quartiers jusqu'à ce que les citoyens acceptent cette augmentation. De son côté, la direction des transports s’est contentée d’annoncer que cette augmentation est illégale et que les transporteurs qui appliquent la nouvelle augmentation seront traduit en conseil de discipline. Une menace qui n’a pas été du goût des transporteurs qui se «rechignent» à dire que l’ancien tarif de 10 DA date de plus de

douze années et que, depuis, le coût de la vie a augmenté. Depuis jeudi, la ville de Béjaïa est paralysée, les citoyens faisant

plusieurs kilomètres à pieds pour rejoindre leur lieu de travail. Certes, à Béjaïa, où il n’existe aucun plan de circulation,

l’anarchie règne depuis longtemps dans les transports. Les surcharges, l’état vétuste des bus, les excès de vitesse et le comportement

arrogant des chauffeurs et des receveurs envers les usagers font que ce secteur échappe totalement au contrôle de la direction des transports. Cette augmentation jugée illégale par la tutelle et qui n’est, en fin de compte, que l’arbre qui cache la forêt, démontre que Béjaïa nécessite d’urgence un véritable plan de circulation qui touchera tous les quartiers et qui fixera la destination de chaque bus, alors que la majorité des transporteurs préfèrent se ruer vers la gare routière qu’ils jugent plus rentable sur le plan de la recette, alors que d’autres quartiers sont totalement dépourvus de transport depuis de longues années. Cette grève qui intervient en cette période ne manquera pas de pénaliser les candidats à l’examen du BEM qui seront appelés à rejoindre tôt et dès ce matin leurs centres d’examen, à travers les différents quartiers de la ville de Béjaïa. M. LAOUER

400.000 QX D’ABRICOTS ATTENDUE À BATNA

Un fruit de bonne qualité

L’ACQUACULTURE À AÏN TÉMOUCHENT

L

a production d’abricots dont la récolte a débuté par endroits dans la wilaya de Batna devrait avoisiner les 400.000 quintaux avec un rendement moyen à l’hectare de 130 quintaux, selon les prévisions de la direction des services agricoles (DSA). Cette récolte sera surtout marquée par une bonne qualité du fruit bien meilleure que celle de la saison passée affectée par un parasite (le coryneum) ayant compromis la commercialisation de la production, a constaté l’APS au terme d’une tournée dans les régions traditionnelles de culture d’abricotiers. Dans la localité de Sefiane où la récolte n’est encore qu’à ses débuts, des producteurs ont affirmé qu’ils s’attendent à un bon rendement qui semble déjà intéresser les premiers clients venus de l’Est et de l’Ouest du pays. Le fruit de cette année a été épargné par les parasites et par la grêle, assure M. Ahmed Regaa, un agriculteur de 76 ans qui exploite au sein d’un groupe de 17 paysans de la même famille environ 20.000 abricotiers. La qualité de la récolte "nous permet de mieux négocier sa vente", a-t-il assuré. Au lieu-dit Seddoud de la même commune, Saïd Belloum, affichant le même ton confiant au milieu de son verger dont les arbres plient sous le poids de beaux abricots charnus et luisant sous le soleil, s’attend à vendre à un prix meilleur que l’année dernière. La mauvaise qualité du fruit et le faible rendement de la saison passée avaient laissé la récolte pourrir sur pied, se rappelle-t-il. A Tifrène qui a connu au cours des années passées d’intenses actions de plantation de vergers d’abricotiers dont la majorité est actuellement entrée en phase de production, les agriculteurs soulignent l’urgence de renforcer l’irrigation et l’électricité dans cette localité afin de sauver ce vaste périmètre, a affirmé Saïd Megaâch, 73 ans. De son côté, la DSA a engagé depuis quatre

Entrée en production de la ferme “Aquasol”

L

a ferme aquacole "Aquasol" d’Aïn Témouchent est entrée cette semaine en production, a-t-on appris jeudi auprès de la direction locale de la pêche et des ressources halieutiques (DPRH). Les responsables de cette ferme aquacole ont procédé à l’importation de 400 alevins pour la production de maigres, dorades et loups de mer sur un programme de 650 alevins, a-t-on indiqué en marge de l'ouverture de la saison estivale dans la wilaya. Réalisée pour un coût de 740,7 millions DA, la ferme "Aquasol" d’une capacité de production de 1000 tonnes/an constitue un investissement soutenu par le Fonds national de développement de la pêche et de l’aquaculture (FNDPA). Située à Sbiat, dans la commune de M’said (40 km d’Aïn Témouchent), cette ferme qui s’étend sur une superficie de 3,5 hectares, produira également quatre millions d’alevins/an au niveau de son écloserie et 1.000 tonnes/an de maigres, loups de mer et dorade pour l’engraissement. Elle doit générer 240 postes d’emplois, dont 60 directs et 180 indirects, a-t-on affirmé. Les travaux de concrétisation de ce projet, agréé en 2004, ont été lancés en avril 2006 par la société à responsabilité limitée (SARL) "Aquasol". Une deuxième ferme aquacole de la wilaya d’Ain Temouchent, "Aqua Tafna", attend sa réception. Les travaux de sa réalisation ont débuté au mois d’août 2003 sur une superficie de 2,4 ha. Une fois mise en exploitation, cette ferme aquacole produira quelque 700 tonnes/an de produits de mer, notamment le loup de mer et la dorade, et générera 60 emplois directs et 200 indirects, a-t-on signalé à la Direction de la Pêche et des ressources halieutiques (DPRH) de la wilaya d'Aïn Témouchent.

mois les préparatifs de campagne de récolte d’abricots en mettant en place des dispositifs d’encadrement et d’accompagnement de l’opération. Ainsi, une cellule de coordination permanente a été installée au sein de la chambre de wilaya de l’agriculture pour "relier" les différents intervenants concernés par la campagne, dont les transformateurs et intervenir en cas de problèmes entravant l’opération, affirme le directeur des services agricoles. La culture de l’abricotier occupe 4.400 hectares soit 25% de la superficie réservée à l’arboriculture fruitière dans la wilaya. Elle constitue la principale source de revenus pour les agriculteurs des communes de Ouled Si Slimane (1.200 hectares), N’gaous (1.000 hectares), Ras Layoun (300 hectares), Sofiane, Ain Touta, Maâfa et Menaa. Ayant failli disparaître au cours des années quatre-vingt-dix, cette culture a connu durant la première décennie de 2000 une forte reprise favorisée par le soutien

public ayant permis la rajeunissement des vieux vergers, leur extension et le développement de l’irrigation. Les dernières années ont connu, en outre, un engouement des investisseurs pour les activités de transformation des fruits, assure le DSA qui signale que de nouvelles unités entreront en activité au cours de l’actuelle campagne de récolte parallèlement à l’extension des capacités de stockage des unités existantes. Le même cadre fait état d’une "ferme volonté" des responsables du secteur pour ouvrir de nouvelles perspectives pour cette filière et surtout encourager la diversification des variétés cultivées afin d’éviter les éventuels dégâts massifs liés à la prédominance d’une monoculture. Pour le président de l’Association agricole "El Amel", M. Belgacem Regaa, le challenge qu’entendent relever les producteurs locaux après avoir réussi à "positionner" leur fruit sur le marché national est de parvenir à "pénétrer progressivement" sur le marché international.

OUARGLA

Les travaux de rénovation de l’hôtel El-Mehri bientôt achevés

L’

établissement public, hôtel El-Mehri, de Ouargla, refait actuellement peau neuve, et les travaux de sa réhabilitation tirent à leur fin, a-t-on indiqué à la Direction de wilaya du tourisme et de l’artisanat (DTA). Lancée en 2008 à la faveur d’une enveloppe de 260 millions de DA puisée du fonds de développement des régions du Sud, l’opération de réhabilitation a permis le renforcement de sa capacité d’accueil qui est passée de 31chambres à 80 actuellement. L’opération de réhabilitation est à un stade avancé et ne restent plus que le parachèvement des aménagements extérieurs et la réfection de la piscine, a-t-on précisé. L’hôtel El-Mehri, qui constituait, dans un passé pas très lointain, un des fleurons de la chaîne hôtelière publique dans le sud du pays, bénéficie aussi, dans le cadre de ce projet, d’une réhabilitation de son aile de réception et de son restaurant, ainsi que de ses réseaux d’alimentation en eau potable et d’assainissement. Cette structure a bénéficié d’une opération complémentaire, retenue par l’Établissement de gestion des structures hôtelières publiques, pour la modernisation de ses équipements et du renouvellement de son mobilier, pour le confort de ses clients. La wilaya d’Ouargla compte actuellement 23 hôtels, parmi lesquels des infrastructures publiques, dont El-Mehri à Ouargla et Oasis à Touggourt, en plus de trois projets d’hôtels en cours de réalisation par des privés à Hassi Messaoud, Ouargla et Nezla. Le secteur du tourisme compte également 14 associations à vocation touristique, 12 agences de tourisme et de voyages et trois offices locaux de tourisme, a-t-on fait savoir. Selon la DTA, la wilaya d’Ouargla a accueilli, durant la saison touristique écoulée, un total de 71.066 touristes, dont 1.678 étrangers.

Dimanche 10 Juin 2012

18

Culture
PROJECTION DE SI LA KABYLIE M’ÉTAIT RÉVÉLÉE À L’ESPACE MILLE ET UNE NEWS

EL MOUDJAHID

ACTUELLES
Coup d'envoi du festival international de l'art contemporain à Mostaganem
Le coup d'envoi du festival international de l'art contemporain a été donné, vendredi, à l'école régionale des beaux-arts de Mostaganem, avec la participation d'une pléiade d'artistes nationaux et étrangers. La cérémonie d'ouverture de cette rencontre, placée sous le signe" art et mémoires" et organisée par la Direction de la culture en partenariat avec l'école régionale des beaux-arts, dans le cadre du cinquantenaire de l'indépendance nationale, a été marquée par la projection d'un film documentaire sur l'artiste-peintre algérien Denis Martinez, intitulé" l'artiste pédagogue" du réalisateur Mustapha Abderrahmane. Les festivités de ce rendez-vous culturel se poursuivront durant la soirée avec une exposition de 200 toiles au niveau de la bibliothèque centrale et à la maison de la culture "Ould-Abderrahmane-Kaki" parmi quatre expositions d'artistes-peintres nationaux et étrangers, dont deux collectives d'art contemporain, une individuelle du plasticien de Mohamed Oulhaçi, un enfant de commune côtière de Stidia, comprenant une quarantaine de toile d'arts abstrait et réalisme. Les spécialistes animeront durant les quatre jours de cette manifestation une série de conférences-débats telles que "plus d'un demi-siècle d'art plastique algérien", " l'art algérien et défi de la modernité", "le travail artistique et la mémoire algérienne", " lorsque l'artiste visite le patrimoine artistique moderne". L'objectif de cette rencontre internationale à laquelle prennent part une centaine d'artistes plasticiens algériens, de Qatar, d'Arabie saoudite, du Bahreïn, du Yémen, de Jordanie, du Maroc, de Tunisie, de Palestine et de France, est de perpétuer la mémoire, inciter à la création et à la promotion de ce legs patrimonial pour le hisser à un rang mondial, selon les organisateurs.

Images d’un chant tutélaire
C’est dans une salle sombre clairsemée, où très peu de personnes s’étaient déplacées par ce temps de forte canicule pour assister à la projection du film documentaire du réalisateur Ramdane Iftini, assisté de Sami Allam, que nous avons pu suivre pendant une heure 30 minutes cette belle fiction qui se base sur la reconstitution des scènes de chants kabyles qui accompagnent les divers moments de la vie

I

l faut dire que Ramdane Iftini n’en est pas à sa première production cinématographique puisqu’il a déjà réalisé un documentaire sur un texte de notre collègue à Horizons, Rachid Hammoudi, retraçant la biographie de la célèbre chanteuse Hnifa qui eut une vie d’artiste tourmentée et surtout une mort tragique dans le plus total dénuement. Le présent film qui met en scène deux actrices principales parallèlement à d’autres acteurs qui ont des rôles secondaires et qui sont pour la majorité des paysans d’un village de la région de Larbaa Nath-Irathen, d’où est originaire ce cinéaste, est un véritable travail cinématographique qui a nécessité plus de quatre semaines de tournage et des mois de montage pour parfaire la reconstitution des nombreuses prises qui filment des moments importants dans la vie d’un village de Kabylie avec la fête de mariage et ses rituels spécifiques, la cueillette des olives dans les champs, la naissance d’un garçon et la mort de l’ancêtre de la famille. Le documentaire qui s’attache dans le sens ethnographique et anthropologique à immortaliser ces chants traditionnels qu’un chœur de femmes villageoises, généralement les plus âgées, entonnaient à l’unisson en présence de la figure principale de la «Quibla» ou femme qui a en charge l’application des différents procédés ancestraux dans les cérémonies et qui représente aussi aux yeux de chaque famille

la sage-femme, fait œuvre utile en collectant ces chants aux sonorités particulières et émouvants qui sont pour ainsi dire aujourd’hui en voie de disparition, puisque celles qui les connaissent vont partir un jour et emporter avec elles tout ce legs chanté. Les textes qui sont d’une remarquable forme poétique sont déclamés ou chantés a capella en tapant des mains sur le rythme du bendir et suivis de youyous. Ce qui apparaît fort instructif dans la collecte de ces chants anciens traduits ou retranscrits en français, ce sont les références historiques auxquelles ils renvoient — comme par exemple lors du rituel du henné pour la mariée, on découvre dans le texte qu’il était importé de la lointaine ville du Caire jusqu’au village — tout en faisant constamment allusion

à travers la tradition orale véhiculée dans ces régions par toute une chaîne de transmission qui fait office de conservation de la mémoire ancestrale. La succession des images qui se déroulent sous l’œil attentif du spectateur traduit dans une logique narrative sans faille et un commentaire en voix-off dit par le réalisateur avec en alternance des plans en hauteur qui donnent une vue panoramique du village en magnifiant toute la beauté des paysages ou des scènes crépusculaires du coucher du soleil, une mise en scène au cachet réaliste qui donne cette sensation d’entrée dans la vie d’un village de Kabylie dans tous les aspects de la vie quotidienne avec pour fil conducteur la représentation in vivo de ces chants traditionnels d’une consistance poétique qui,

tout en fourmillant de détails sur la société, donne un large aperçu du fonctionnement de sa structure. Ainsi, ces paysans, qui se sont prêtés au jeu de la caméra en montrant les caractéristiques de leur vie, improvisent de manière tout à fait naturelle avec les femmes habillées de jolies robes aux couleurs vives typiques de cette région des scènes en jouant devant le cinéaste leur propre rôle. Mais le documentaire, qui a aussi valeur d’analyse et de didactique, se focalise sur la teneur textuelle de ces chants sur lesquels repose d’ailleurs tout le scénario du documentaire qui, s’il pèche un peu par sa durée, n’est pas moins une réelle démonstration filmée qui travaille de façon sous-jacente à fixer ces chants en les répertoriant et les traduisant tout en leur attribuant leur fonctionnalité dans la société avec ses principes d’entraide, de solidarité, de soutien mutuel et de fraternité comme la Tiwizi ou la Twiza. « Si la Kabylie m’était chantée » est la traduction littérale du titre de cette fiction à cheval entre un réalisme de bon aloi et une étude voire une exploration filmée du patrimoine de ces chants très anciens. Le documentaire terminé en février 2011 a été monté en janvier et projeté pour la première fois devant le public algérien à Tlemcen à l’occasion de la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture islamique » et a récemment remporté le prix spécial du jury lors du dernier festival du film amazigh. Lynda Graba

Concours de chant patriotique à Khenchela
Un concours pour la désignation du meilleur ensemble vocal spécialisé dans le chant patriotique sera ''prochainement'' organisé à Khenchela dans le cadre de la préparation des festivités marquant la célébration du cinquantenaire de l’indépendance, apprendon auprès de la Direction de la jeunesse et des sports (DJS). Un jury de jeunes artistes a été choisi pour évaluer les candidats au terme d’une tournée à travers les centres culturels et maisons de jeunes de la wilaya, a ajouté la même source qui précise que les lauréats des trois premières places seront retenus au programme officiel de célébration du cinquantenaire de l’indépendance. Une opérette sur la révolution sera également montée par des associations locales, avec le soutien et la collaboration de la DJS qui prévoit également un concours audiovisuel pour la réalisation de la meilleure bande d’annonce sur le thème ''jeunes d’Algérie, sacrifice d’hier et réalisations d’aujourd’hui''. 200 jeunes vidéastes participeront à ce concours dont les finales auront lieu du 4 au 9 juillet prochain, ajoute la DJS. Une caravane ''cinéma et révolution'' proposera au cours de la même période une série de documentaires et films à thématique historique à travers les établissements de jeunes de la wilaya.

THÉÂTRE RÉGIONAL DE ANNABA

Générale de la pièce Une femme en papier

CONCERT D'ORGUE À LA BASILIQUE NOTRE-DAME D'AFRIQUE

Belles litanies

L

a générale de la pièce Imraa min ouaraq (Une femme en papier) a été donnée jeudi au Théâtre régional Azzedine-Medjoubi de Annaba, suscitant un réel plaisir chez les amoureux des planches. Adaptée du roman "Ountha Essareb" de l’écrivain algérien Ouacini Laredj par Mourad Senouci et mise en scène par l’artiste Sonia, de son vrai nom Sakina Mekiou, cette pièce, une coproduction du Théâtre régional de Annaba et du théâtre national algérien (TNA), se veut un hommage aux grands noms de la culture algérienne, à l’exemple de Kateb Yacine, Mustapha Kateb et Alloula ainsi que d’autres figures ayant marqué de leur empreinte la scène artistique. Deux comédiennes, Lydia Laouini et Raja Houari qui ont interprété les seuls rôles dans la pièce "Imraa min ouaraq", ont tenté, grâce à leurs jeux sur scène, de faire passer des messages profonds en hommage aux artistes disparus qui ont laissé derrière eux un patrimoine d’une grande richesse. Avec un décor serein où dominent le noir, le blanc et les

feuilles de papier suspendus et éparpillés à même les planches, la pièce "Imraa min Ouaraq" raconte l’histoire d’un amour entre un écrivain et l’héroïne de ses romans, en l’occurrence Meriem qui, à partir d’un personnage imaginaire, devient une réalité et s’impose dans la vie de cet écrivain, au point de générer des problèmes émotionnels avec l’épouse de celui-ci. La pièce "Une femme en papier" propose également une halte sur la décennie du terrorisme vécue par l'Algérie à une certaine période, se voulant un plaidoyer contre l’oubli envers ceux qui ont été victimes des assassinats ciblant des artistes de renom, à l’exemple de Abdelkader Alloula et de Azzedine Medjoubi. D’une durée d'une d’heure, cette pièce, présentée à l’occasion de la journée nationale de l’artiste, a laissé une forte impression chez les spectateurs et les amoureux des arts dramatiques grâce à la qualité de la thématique qu’elle aborde.

U

n concert d'orgue a été donné vendredi à la basilique Notre-Dame d'Afrique (Alger) par l'organiste italien Sergio Vartolo qui a proposé un programme puisé dans le répertoire musical universel et autres chants liturgiques. Organisé par l'Institut culturel italien d'Alger, le récital musical est le premier évènement artistique consacré à l'orgue de la basilique dont le centenaire a été célébré en décembre dernier par un concert de l'organiste français, François-Henri Houbart. Des extraits d'œuvres séculaires de Jean-Sébastien Bach, Wolfgang Amadeus Mozart ainsi que d'autres maestros d'Italie et d'Espagne ont été exécutés par Sergio Vartolo qui, par moment, chantait des litanies d'une voix en parfaite consonance. Le son de l'orgue qui oscillait par des rythmes et mouvements harmonieux et les vibrations de la voix de l'instrumentiste résonnaient bien avec l'acoustique du lieu pendant tout le concert qui a duré plus d'une heure. Sergio Vartolo a étudié la musique au conservatoire de Bologne (nord-est de l'Italie) et il est diplômé de l'Université de la même ville. Depuis 1970, il voyage en Europe en tant qu'organiste, claveciniste, chef d'orchestre et chanteur, selon la biographie distribuée au public présent. Située sur la commune de Bologhine, au sommet d'un promontoire dominant la Méditerranée, la basilique de Notre-Dame d'Afrique a été construite au milieu du 19e siècle à l'initiative de Mgr Pavy, évêque d'Alger entre 1846 et 1866. La basilique, marquée par un style éclectique, inspiré par des références somanes, byzantines et mozarabes, a été rouverte en 2010 après l'achèvement des travaux de restauration et de rénovation entamés en 2007.

Sept annexes de la maison de la Culture de Béchar en cours de création
Un projet de création de sept annexes de la Maison de la culture de Béchar est en cours de concrétisation dans certaines communes de la wilaya, a-t-on appris de la Direction locale du secteur de la culture. Ces annexes sont localisées au niveau des centres culturels des communes de Taghit, Lahmar, Abadla, BeniAbbès, Igli, El Ouata et Bechar, et ce, dans le but de développer les activités culturelles et artistiques à travers ces collectivités, a-t-on indiqué à la même direction. Outre son apport financier nécessaire au fonctionnement et gestion de ces nouvelles structures, le secteur de la culture a mis au point un programme d’équipement et de dotation de ces annexes en moyens matériels conséquents et en cadres compétents pour l’animation des activités culturelles et artistiques au niveau de ces structures, signale-t-on. En marge de cette opération, 21 salles de lecture publiques ont été ouvertes à travers les 21 communes de la wilaya et ce, pour la promotion de la lecture auprès des différentes couches de la population. Plus de 8.000 titres d’ouvrages, livres et autres produits culturels ont été mis à la disposition de ces espaces de lectures publiques appelés à être renforcés périodiquement par de nouvelles dotations en ouvrages et produits culturels, selon la même source. Le secteur de la culture a aussi lancé récemment les travaux de réalisation et d’équipement de deux bibliothèques communales à Béni-Abbes et Igli pour un coût de plus de 100 millions de dinars, et ce, dans la perspective de développer les structures culturelles communales et la lecture publique.

Dimanche 10 Juin 2012

24

ion élect S

Télévision
THE QUEEN
Canal Algérie
12h00 : Journal en français+météo 12h30 : Dhil imra'a (15) 13h30 : Avis religieux (direct) 14h30 : Awalim oua assfar (06) 15h20 : Haire bin draire 16h30 : Heidi (39) 17h00 : Qaher el bihar (49) 17h30 : Nadi el fouroussia II (12) 18h00 : Journal en tamazight 18h25 : Mawid maa el qadar (20 et fin) 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Repères ''Adrar ''1re ptie'' 20h00 : Journal en arabe 21h00 : Canal foot 22h00 : Culture club 23h00 : Groupe amanetouff Illizi 00h00 : Journal en arabe

EL MOUDJAHID

Programme d’aujourd’hui
TV5
10:00 TV5MONDE, le journal 10:15 T.T.C. (Toutes taxes comprises) 10:45 Quoi de neuf doc ? 11:05 Et si vous me disiez toute la vérité ? 11:30 Temps présent 12:30 Journal (RTBF) 13:00 Touche pas à mon poste 14:50 Nouvo 15:00 TV5MONDE, le journal 15:25 Nec plus ultra 16:00 Kiosque 17:00 TV5MONDE, le journal 17:10 Internationales 18:00 Législatives 2012 21:30 France 2012 22:30 TV5MONDE, le journal 22:45 Journal (RTS) 23:15 François en série 23:40 François en série 00:05 TV5MONDE, le journal Afrique 00:20 Internationales 01:10 360°-GEO 02:00 TV5MONDE, le journal 02:30 A la Di Stasio

Réalisateur : Stephen Frears Année : 2006 Avec : Helen Mirren, Michael Sheen, James Cromwell, Alex Jennings, Sylvia Syms, Roger Allam, Laurence Burg, Helen McCrory, Paul Barrett, Jake Taylor
La vie quotidienne de la reine Elizabeth II et de son entourage durant les jours qui ont suivi la mort accidentelle de la princesse de Galles, Diana. En 1997, après sa victoire aux élections, Tony Blair devient Premier ministre et prend ses fonctions auprès de la reine. Quelques jours plus tard, à Paris, la princesse Diana trouve la mort dans un accident de voiture. Si Tony Blair fait immédiatement une déclaration télévisée, la souveraine se refuse à tout commentaire et n'envisage même pas une cérémonie officielle, estimant que, depuis son divorce, la princesse ne fait plus partie de la famille royale. Mais le peuple britannique ne comprend pas cette attitude. Les conseillers du Premier ministre veulent profiter de la situation mais Tony Blair décide, quant à lui, de venir en aide à la reine...

TF1

19h40

HANNA
Réalisateur : Joe Wright Année : 2011 Avec : Saoirse Ronan, Eric Bana, Cate Blanchett ,Tom Hollander, Olivia Williams, Jason Flemyng, John MacMillan, Tim Beckmann, Vicky Krieps, Jamie Beamish, Jessica Barden, Aldo Maland.
Une jeune fille, élevée seule par son père et entraînée à devenir une véritable tueuse d'élite, se lance dans un combat acharné contre celle qui a tué sa mère. A 16 ans, Hanna est tout sauf une jeune fille comme les autres. Elevée dans la toundra finlandaise par son père, Erick, un ancien agent de la CIA, la jeune fille a été initiée depuis toute petite aux techniques de combat les plus élaborées, faisant d'elle une véritable tueuse d'élite. Alors qu'Hanna se sent enfin prête, Erick laisse la jeune fille seule aux prises avec l'agent Marissa Wiegler, la femme responsable de la mort de la mère d'Hanna, survenue quinze ans plus tôt. Erick connaît bien des secrets sur le trouble passé de l'agent, des secrets que cette dernière ne voudrait voir divulguer pour rien au monde. Au cours de cette traque sans merci, Hanna va découvrir le monde et la terrible vérité...

10:00 Téléfoot 10:55 L'affiche du jour 11:00 Les douze coups de midi 11:55 Voile Ocean Race 12:00 Journal 12:25 Du côté de chez vous 12:35 Walker, Texas Ranger 13:25 Monk 15:15 Les experts 17:45 Opérations spéciales 18:15 Journal 18:25 Opérations spéciales 20:15 Esprits criminels 23:30 L'affiche du soir 23:35 Formule 1 Grand Prix du Canada 01:30 L'actualité du cinéma 01:35 Reportages 02:05 La baie des Chaleurs, la belle inconnue

ARTE
08:05 Les aventures d'une classe de voile 08:30 Expédition planète sauvage 09:00 Les musiciens de Brême 09:15 Survivre au progrès 10:45 Square 11:30 Philosophie 12:00 360°-GEO 12:55 X:enius 13:20 Les animaux amoureux 14:45 De chair et de marbre 15:15 Adele Live at the Royal Albert Hall 16:15 Jeunes chefs de demain 16:45 Personne ne bouge ! 17:30 Cuisines des terroirs 18:00 BBC Proms 2010 18:45 Arte journal 19:00 Karambolage 19:10 Le blogueur 19:40 The Queen 21:20 France-Angleterre : tendres rivales 22:15 Adele Live at the Royal Albert Hall 23:15 Guerre des tours sur la Tamise 23:45 Lionel Bringuier dirige le BBC... 01:25 Philosophie 01:50 Tropicana 02:40 Un monde modeste

FRANCE 2
09:00 Présence protestante 09:30 Le jour du Seigneur 11:05 Tout le monde veut prendre sa place 11:55 Ma maison d'aujourd'hui à demain 12:00 Journal 12:20 13h15, le dimanche... 13:20 Tennis 17:00 Stade 2 17:50 Emission de solutions 18:00 Législatives 2012 21:30 Image du jour : RolandGarros 21:35 Faites entrer l'accusé 22:45 Journal de la nuit 23:05 Retour à Roland-Garros 02:35 13h15, le samedi...

21h25

LES DESSOUS DES PRODUITS FRAIS
Réalisateur : Corinne Savoyen, Claire-Lise Fossat Année : 2012
Face aux nombreux scandales alimentaires, les consommateurs influencés par des campagnes de santé publique se tournent désormais davantage vers les «produits frais», quitte à payer plus cher. Le frais est en effet assimilé au sain. Mais ces mentions ajoutées souvent comme un argument marketing garantissent-elles forcément la fraîcheur ? Enquête au sein de la filière agroalimentaire à la rencontre des marins-pêcheurs qui mènent une course contre la montre toutes les nuits pour assurer la fraîcheur des produits de mer, ainsi qu'avec les personnes travaillant dans les rayons des supermarchés, des petits commerces, dans les restaurants et dans les rayons de Rungis.

FRANCE 3
11:10 12/13 dimanche 11:50 30 millions d'amis 12:20 Cyclisme 14:00 En course sur France 3 14:20 Homo sapiens 15:55 Chabada 16:40 Flash spécial élections législatives... 16:50 Questions pour un super champion 17:40 Ma maison d'aujourd'hui à demain 19:15 Editions spéciales en régions 20:00 Edition spéciale nationale 20:20 Editions spéciales en régions 22:00 Edition spéciale nationale 23:05 La danse rouge 00:45 Peur sur l'hôpital 02:15 Parasols et crustacés

CANAL +
11:45 Le JT 11:55 Spécial investigation 13:00 La semaine des Guignols 13:30 Le petit journal de la semaine 14:00 Action discrète 14:05 Les nouveaux explorateurs 15:10 La caméra planquée de François Damiens 15:15 Desperate Housewives 15:55 Desperate Housewives 16:35 Desperate Housewives 17:20 Desperate Housewives 18:00 Desperate Housewives, le dernier baiser 18:25 Spécial investigation 18:55 Looking For Istanbul 19:55 Strike Back 21:25 Hanna

19h35

ESPRITS CRIMINELS
Réalisateur : Douglas Aarniokoski Année : 2011 Avec : Thomas Gibson, Kirsten Vangsness, Joe Mantegna, Time Winters, Shemar Moore, Matthew Gray Gubler, Rachel Nichols, Chad Todhunter.
Une jeune femme entre la vie et la mort présente les mêmes blessures qu'une autre victime non identifiée et dont l'agresseur court toujours dans la nature. En Caroline du Nord, une femme est retrouvée quasiment morte sur une route bordant une colline. Il semblerait qu'elle ait tenté de sauter hors d'un véhicule, mais plusieurs marques de blessures antérieures, des coups de couteau, similaires à celles retrouvées sur une autre victime non identifiée, attirent l'attention des enquêteurs. Un examen médical plus approfondi révèle aux policiers que la jeune femme a été violée et torturée, mais qu'elle est parvenue à échapper à son agresseur. La victime n'étant pas en mesure de répondre aux questions de Hotch et Garcia, les deux enquêteurs prennent leur mal en patience et décident de commencer à chercher du côté des suspects d'abus sexuels. Ils soupçonnent un certain Marcus Talbot...

M6
08:35 A mourir de rire 10:50 Sport 6 10:55 Turbo 12:25 Les maisons les plus originales de... 13:35 Les maisons les plus originales de... 14:40 Un trésor dans votre maison 15:40 Un trésor dans votre maison 16:45 Football Espagne / Italie 19:00 Le 19.45 19:25 Sport 6 19:50 Zone interdite 21:45 Enquête exclusive 23:10100 % Euro 00:25 Trafic d'innocence 01:55M6 Music / Les nuits de M6

FRANCE 5
11:30 Pharaons pour l'éternité 12:50 Superstructures-Evolution 13:55 La Terre en colère 14:45 Le scandale du gaspillage alimentaire 15:45 J'irai dormir chez vous 16:42 Et si on changeait le monde 16:45 C politique 18:00 On n'est pas que des cobayes ! 18:55 Les voix de la forêt 19:25 Avis de sorties 19:35 Les dessous des produits frais 20:30 C'est notre affaire 21:00 1919-1939 : la drôle de paix 22:35 Planète insolite 23:20 Animal Armageddon 00:10 Le crépuscule d'un ange

20h15

ZONE INTERDITE
Présenté par : Mélissa Theuriau
Souci de justice ou envie de faire du tort ? Quelle motivation anime ces citoyens qui dénoncent leurs voisins, leurs collègues et parfois leurs amis, tout en restant dans l'ombre, parfois à juste titre, mais parfois aussi par pur esprit de vengeance ? Enquête sur quelques affaires de lettres anonymes et de dénonciations calomnieuses. Dans le nord de la France, un «corbeau» inonde depuis 10 ans les habitants de lettres dénonçant là un mari infidèle, ici le passé du maire ou les mœurs d'une jeune femme...

19h50

Dimanche 10 Juin 2012

EL MOUDJAHID

Détente
Mots FLECHES
Nº 3804
8 9 10
Nº 3804

25

Page animée par Mourad Bouchemla

Mots CROISES
1
I II III IV V VI VII VII I IX X

2

3

4

5

6

7

TROUVÈRENT PARTIRA DIFFICULTÉ À SE MOUVOIR NOTE OPÉRATION BANCAIRE EN ARC PRÉPOSITION ALUMINIUM RAIL AUX AIGUILLAGES

FRÈRE D’ABEL EN HAUT

LITTORAL ALGÉRIEN SOTTE PLACÉE QUADRILATÈRE EN DÉSORDRE ROCHE FEUILLETTEE BOUCHE EN TONNE ENLEVAI ELU MUNICIPAL RETIRA MONNAIE JAUNE RESTERA NEUTRE CONTRE BIEN ATTRAPÉS

Définitions
HORIZONTALEMENT I- Problème d’épiderme - Risque. II- Ceinture jaune Assemblages en entailles. III- Equipe en voilier - Au dos du chèque. IV- Partie du visage - Cri dans l’arène. V- Roulé - En rose - Fauve. VIAppareil électrique. VII- Bois de menuiserie - Thailande. VIIIGrand lac - Altère en musique. IX- Noue aux pieds - Cancre. X- Un plus aux épaules. VERTICALEMENT 1- Affirmation incontestable - Du grec loin. 2- Donner en grande quantité. 3 Très peu - Prénom. 4 Auxiliaire - Coule de source. 5 Dans la trame - Armées de service - En clair. 6 Paradis - Lessivée. 7 Dans Nouai. 8 En vague. 9 Tige grêle - Bien apprise. 10 Fondamentaux.

EN SALLE PARASITE DU SEIGLE RELATIF À LA LINGUISTIQUE EN FIN DE SOIRÉE

ISSANTES DU RÊVE VOIE RELOGE PARADIS EX.HOMS

SOLUTION DES MOTS CROISES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1 2 3 5 6 7 8 9
D A R T R E
O B

O S E

I

A D E N T S
E N D O S

G R E E
E U R S

4 M E N T O N

O L E
L I O N

Grille
Mulassier Indécises Communisme Colchique Géographie Chauffant Elastomère Acétylène Interview Démentir Pluviosité Imprimer Scellement Philanthe Adjonction Bouquetin Claquement Gallinacé Longue-vue Gallican Cabotage Surfilage Daltonien Claquoir Dandiner Lassitude Mentalité Approuver

Nº 3804
Thonaire Plafonner Rehausser Direction Roudoudou Infléchir Rebouteur Balsamine Urédinale Biconvexe Paradoxal Reportage Grimpette

Mot CACHÉ
P R E I F I T C E R E G A L I F R U S N E R C L C O M M U N I S M E M I C D P E X E A A G E O G R A P H I E E N H E H C E P B S E L A S T O M E R E N D A M I A V O O S I N T E R V I E W E T E U E L N

V A E T V I E N T T E K E R I E L S I A M
D

Rectifier Profusion

I

I E S E N U L

L A C E

10 E P A U L E T T E S

SOLUTION DES MOTS FLECHES L 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1 2 3 4 5 6 7 8

D E C E L E R E N T A B A S I E I R A R C A A L A G I O
C O N T R E R A I L E R S H T A E
B E C R M I C A A N T I O T A A

N A I S S A N T E S R U E 9 I R R E E L E M E S E 10 E D E N

PRÉDOMINANT

SOLUTION PRÉCÉDENTE : PRESIDENTIEL
Dimanche 10 Juin 2012

N R T I O P R D R I R B U D A C F N A I

O T A T T L E I O N E A R D L I F T N L

C A G U H A H R U F B L E A I S A I T L

I G E D O F A E D L O S D N T E N R H A

B E E E N O U C O E U A I D E S T R E G

L G P A A N S T U C T M N I M C A A B E

A R C P I N S I D H E I A N U O C I O U

X I L P R E E O O I U N L E L L E M U V

O M A R E R R N U R R E E R A C T P Q U

D P Q O N G A L L I C A N E S H Y R U U

A E U U P L U V I O S I T E S I L I E G

R T O V S C E L L E M E N T I Q E M T N

A T I E A D J O N C T I O N E U N E I O

P E R R C L A Q U E M E N T R E E R N L

R P O I S U F O R P N E I N O T L A D T

EL MOUDJAHID

Sports
APRÈS DES RELATIONS TENDUES
Euro-2012 - Gr.A

29

Raouraoua - Hannachi L' réconciliés par Omar Ghrib

La Pologne piétine et la Russie flambe en ouverture Euro-2012 a débuté vendredi avec deux matches de haute volée, la

Pologne étant contraint au nul 1-1 par la Grèce en ouverture et la Russie écrasant la République Tchèque 4-1 et avec un début de polémique après des cris racistes dont avaient été victimes les Pays-Bas. Devant plus de 50.000 supporteurs, colorés de rouge et blanc dans le Stade National de Varsovie, la Pologne semblait pourtant partie pour un succès historique. Dès la 17e minute, Robert Lewandowski s'est retrouvé à la conclusion d'un centre de la droite de Piszczek pour être le premier buteur de cet Euro-2012. Mieux. La Grèce s'est retrouvée à 10 juste avant la mitemps, après l'exclusion du défenseur Sokratis Papastathopoulos, un peu trop rugueux (cartons jaunes 35e et 44e). Mais la machine s'est enrayée au retour des vestiaires. Egalisation grecque de Salpingidis (1-1, 51e), exclusion du gardien polonais Szczesny (69e) et penalty du Grec Karagounis, heureusement pour les Polonais, arrêté par son remplaçant Tyton (71e). Pour finir un match nul qui faisait la joie des Grecs alors que le pays est en proie à une terrible crise économique. En soirée, la Russie, en deux temps, a fait exploser la République Tchèque et son gardien Petr Cech. Premier acte lors des 45 premières minutes avec deux buts, de Alan Dzagoev (15e) et de Roman Shirokov (24e). Deuxième acte en fin de match: A la 79e minute, Dzagoev a réussi un doublé puis Roman Pavluychenko s'est joué de la défense (82e). Dans l'intevalle, les pauvres Tchèques n'avaient pu que réduire le score par Vaclav Pilar (51e). La journée avait aussi été marquée par un début de polémique, après les déclarations du capitaine néerlandais Mark van Bommel, dénonçant les "cris de singe" à l'encontre des joueurs de couleur de l'équipe lors d'un entraînement public mercredi à Cracovie. "Nous n'accepterons pas qu'un seul d'entre nous soit la cible de cris de singe durant les matches", a affirmé le capitaine alors que l'UEFA et les organisateurs essayaient d'éteindre l'incendie.

ASIE : COUPE DU MONDE 2014

Japon - Jordanie 6-0

A

vant de démissionner de son poste de coordinateur de la section football du MC Alger, Omar Ghrib a réussi à réconcilier Mohand-Cherif Hannachi, présdient de la JSK, et celui de la FAF, Mohamed Raouraoua, qui s'étaient embrouillés il y a quelques mois pour une histoire d'argent suite à la participation de la JSK à la Ligue des champions d'Afrique où elle avait atteint les demifinales. Cette réconciliation entre Raouraoua et Hannachi ne peut que rendre l'atmosphère au sein de notre championnat national de Ligue1 plus respirable. En effet, notre football a besoin plus que jamais de sérénité et d'entente

entre les différents protagonistes de notre sport roi. Il est certain que le geste de l'ex-coordinateur du MCA, Omar Ghrib, ne peut qu’être loué. Ce dernier quitte le MCA sans partager ce qui s'y passe actuellement dans ce club qui a besoin plus que jamais de plus d'égard conformément au fait qu'il s'agit du doyen des clubs algériens. Ce club qui a bouclé l’exercice qui vient de s’achever à la sixième place ne mérite pas qu'on ne le laisse pas travailler dans la sérénité. Il est certain que les pouvoirs publics, ainsi que la FAF, le Forum des clubs professionnels du président Yahla Abdelkrim doivent réagir pour permettre à ce club d'évoluer dans

de très bonnes conditions. Car il semble qu'il est en train de suivre une voie qui ne peut pas lui permettre de s'en sortir dans un championnat national de Ligue1 qui semble ne pas se présenter sous de bons auspices pour lui. En effet, le club est sans dirigeants qui peuvent lui donner une autre chance pour redémarrer sur de nouvelles bases. Pour le moment, et avant l'échéance de payer les joueurs prévue normalement pour aujourd'hui, rien ne semble venir pour faire décanter les choses et dépasser la mauvaise passe actuelle où tout ne fonctionne pas comme on le veut. HAMID GHARBI

L

e Japon a battu la Jordanie 6-0, mi-temps (4-0) vendredi au Saitama Stadium en match comptant pour la deuxième journée des qualifications asiatique de la Coupe du monde 2014. Les buts de la rencontre ont été inscrits par Ryoichi Maeda (19), Keisuke Honda (21, 30, 53 sp), Shinji Kagawa (35), Yuzo Kurihara (89) pour le Japon. A la faveur de ce succès, le deuxième en autant de matches, le Japon de Alberto Zaccheroni prend la tête du groupe B avec six points, tandis que la Jordanie est troisième en compagnie de l'Irak avec un point.

QATAR -RÉPUBLIQUE DE CORÉE 1-4

TOURNOI COMMÉMORATIF DU 20e ANNIVERSAIRE DE LA CRÉATION LIBERTÉ

L

Les Qataris sévèrement battus at home a République de Corée a battu le Qatar 4-1, mi-temps (1-1) vendredi

LIBERTÉ 1 - EL MOUDJAHID 0

à Doha en match comptant pour la deuxième journée des qualifications de la Coupe du monde 2014, groupe A. Les buts de la rencontre ont été inscrits par Lee Keuno Ho (26, 80), Kwak Tae Hwi (55), Kim Shin Wook (64) pour la Corée. Youssef Ahmad Ali (22) pour le Qatar. A la faveur de ce succès, la Corée rejoint le Qatar et l'Iran en tête du groupe avec trois points. Dans l'autre match du groupe A, le Liban et l'Ouzbékistan ont fait match nul (1-1) vendredi à Beyrouth. Les buts du match ont été inscrits par Ali Al Saadi (34) Liban, et Jasur Hasanov pour l'Ouzbékistan. Le Liban et l'Ouzbékistan occupent la quatrième place du groupe A avec 1 point en deux rencontres disputées.

COUPE D'ALGÉRIE DE VOLLEY-BALL (MESSIEURS)

Victoire méritée pour le NRBBA face au MBB (3-2)

L

L

a première sortie de l’équipe de football d’El Moudjahid dans le tournoi commémoratif du 20e anniversaire du journal Liberté s’est soldée par une courte défaite sur le score de 1-0, sur une réalisation de Youcef Drouiazi, en début de seconde période. Il faut mettre en exergue que l’équipe d’El Moudjahid avait tenu la dragée haute à la formation de Liberté qui s’entraîne, pourtant, régulièrement. Ce qui n’est pas le cas de l’équipe d’ElMoudjahid dont les joueurs ont pris part à ce tournoi sans le moindre entraînement dans les jambes. En dépit de cela, certains éléments comme Azouzi Sofiane, Benmihoub Hamza, Mendaci Mohamed, Abdelkader Brahim, Rahim

Bennour, Farès Ouali, Billal, Makhlouf Aït-Ziane, Benaï… ont laissé une très bonne impression. Toujours est-il, l’homme du match est incontestablement Azouzi Sofiane qui avait sauvé sa cage de buts certains de la part d’une ligne d’attaque de Liberté assez homogène. La sortie pour blessure de Mendaci (élongation à la cuisse gauche) avait rendu la tâche de la défense assez difficile. Il faut admettre aussi que l’absence de Bousteldja Abdelakder, connu sous le sobriquet de «Laïfaoui», avait laissé un grand vide au sein de la défense d’El Moudjahid. Il faut dire qu’El Moudjahid avait raté de justesse le but égalisateur par Makhlouf Aït-Ziane. En effet, on jouait les dernières minutes

lorsque Brahim Abdelakder, au prix d’une action rondement menée lui permettant de mystifier trois joueurs avant de placer idéalement Oulaïche Smaïl. Son centre trouve Makhlouf qui, absolument seul, n’a pu catapulter la balle de la tête. Un but tout fait. Globalement, le onze d’El Moudjahid avait laissé de très bons échos auprès des présents. Aujourd’hui, au stade de la Protection civile de Dar El-Beïda, El Moudjahid sera opposé à la sélection de la presse qui n’avait pas joué hier. Elle sera donc dans de meilleures dispositions physiques par rapport à son homologue d’El Moudjahid. Tout se jouera sur le plan physique. HAMID G.

e NRBB Arréridj a remporté la Coupe d'Algérie de volley-ball (messieurs) en s'imposant devant le MB Béjaïa par 3 sets à 2 (2325, 25-22, 22-25, 25-20 et 15-11) en finale disputée vendredi à la salle des Eucalyptus (Alger). Cette finale la 4e entre les deux formations et la 2e consécutive a tenu toutes ses promesses, tant les deux équipes qui se connaissent parfaitement bien ont jeté toutes leurs forces dans la bataille pour s'approprier ce trophée tant convoité. Devant un public composé essentiellement des fans des deux finalistes qui ont tenu à effectuer le déplacement à cette salle des Eucalyptus qui à l'occasion, abritait sa 1ère finale d'un sport collectif, les Béjaouis et Bordjis ont entamé le match tambour battant, avec l'espoir de prendre un ascendant psychologique sur l'adversaire. C'est le MBB qui s'est montré plus efficace lors de ce set initial en menant au score (21-17) après une dernière égalité (8-8). Le détenteur du trophée 2011 a trouvé les ressources nécessaires de revenir à 20-21, avant de concéder le set par (23-25). Durement sermonnés par leur coach, les camarades de Kessai reviennent sur le terrain décidés à refaire leur retard, objectif atteint en fin de set, après une partie équilibrée (25-22). A un set partout, le match est relancé de plus belle entre deux équipes se tenant l'unje près de l'autre avec de nombreuses égalités dont la dernière survenait à (17-17) avant que les hommes de Kaci ne reprennent l'avantage à (2522), pour mener ainsi par (2 sets à 1). Le 4e set décisif pour les deux équipes a vu une équipe du NRBBA, mieux préparée sur le plan psychologique, en profitant de nombreux services ratés par les Bougiotes et surtout de sa supériorité au bloc, grâce au Congolais N'Kouka impérial. En s'adjugeant ce set par (25-20), le NRBBA égalisait à 2-2, arrachant du coup le "tie-break" qu'il dominera outrageusement (62, 10-4, et enfin 15-11), obtenant ainsi son 4e trophée, dont le 2e consécutif aux dépens du même adversaire, à la grande joie de ses supporteurs présents aux "Eucalyptus" .

Ph : Billal

Dimanche 10 Juin 2012

30
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du dimanche 20 Rajeb 19 1433 correspondant au 10 juin 2012 :
- Dohr.........…............12h47 - Asr............................16h39 - Maghreb.................. 20h09 - Icha……...…….......21h50 ludni 21 Rajeb 1433 correspondant au 11 juin 2012 : -Fedjr....................03h37 - Chourouk................05h28

Vie pratique
VEND machine d’imprimerie Réf Autobobine 70 000, 3 têtes + Assembleuse + cisaille pour tous types d’impression et toute forme de découpe. Listing, bon pour, facture. Tél.: 0551.12.79.27
El Moudjahid/Pub

EL MOUDJAHID

DEMANDE D’MPLOI
JEUNE Homme cherche emploi en imagerie et instrumentation médicale + technicien supérieur en maintenance informatique. Tél.: 0559.71.60.44 —0o0— HOMME, retraite, âgé de 66 ans, sérieux et ponctuel, cherche emploi comme magasinier, vendeur, gardien ou jardinier. Tél. : 0550 97.16.24 —0o0— H. 64 ans, retraité, très sérieux et ponctuel, cherche emploi comme chauffeurdémarcheur, gestion des stocks ou magasinier aux environs de Chéraga, Draria, Dely Ibrahim ou El Biar. Tél. : 0550 69.26.13
El Moudjahid/Pub

,

CONDOLÉANCES
Le Directeur Général de la SPAS, ses collaborateurs et l’ensemble du personnel de la Société, affectés par le décès de la mère de M. BOUTARFA Noureddine, P-DG du Groupe Sonelgaz, tiennent à présenter à la famille de la défunte leurs sincères condoléances. Puisse Dieu accueillir la défunte en Son Vaste Paradis et accorder Son précieux soutien aux membres de sa famille.
El Moudjahid/Pub ANEP 302393 du 10/06/2012

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Naâma Abbas
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 39.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BEJAIA : BP 68 - Béjaia 06000 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” : Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

République Algérienne Démocratique et Populaire Société de Fabrication et d’Installation de Rayonnage métallique «E.P.E/SO.F.I.R.M/spa» Route d’El-Harrach Haï Settoul Mekki, BP 65 - Gué de Constantine, Alger. Tél.: 021.83.05.85 et 83.04.66 Fax : 021.83.05.86 et 83.06.12 Avis d’infructuosité En application des dispositions du décret présidentiel n°10/236 du 07.10.2010 portant réglementation des marchés publics, la Société déclare l’infructuosité de l’avis d’appel d’offres n°02/2012 relatif à l’achat de peinture et diluant et électrostatique, et ce, pour le motif suivant : - une seule offre a été réceptionnée.
El Moudjahid/Pub du 10/06/2012

VEND machine indust. de conditionnement de produits liquides et visqueux ; n’a jamais servi. 2500 U/H.
Tél.: 0550.97.90.49

THP SPA Tannerie des Hauts-Plateaux Djelfa Société par actions au capital social de : 100 000 000,00 DA Direction Générale Réf : 128/DG/PDG/B.K/12

,

CONDOLÉANCES
Le Directeur Général, le Président, les Membres du Conseil d'Administration et l'ensemble du personnel de la Caisse Nationale des Retraites, profondément attristés par le décès du père de Monsieur LARAB Boualem, Directeur de l’Agence Locale CNR de Béjaïa, présentent à sa famille leurs sincères condoléances et l’assurent en cette pénible circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu Le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 922731 du 10/06/2012

AVIS D’INFRUCTUOSITÉ
L’entreprise «Tannerie des Hauts-Plateaux de Djelfa BP 292 Sise Zone Industrielle» informe les soumissionnaires que l’appel d’offres national et international n°02/2012 pour la fourniture de peaux brutes paru dans le quotidiens national El Moudjahid du 09/04/2012 est déclaré infructueux (une seule offre reçue).
El Moudjahid/Pub ANEP 302322 du 10/06/2012

PENSÉE
Il y a de cela 1 an, le 10 juin 2011, partait pour toujours vers un monde meilleur OULD HOCINE Abdelouahab. En ce douloureux souvenir, la famille Ould Hocine demande à tous ceux qui l’ont connu et aimé d’avoir une pieuse pensée à sa mémoire. Que Dieu lui accorde Sa Sainte Miséricorde et une place en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 923021 du 10/06/2012

El Moudjahid/Pub du 10/06/2012

Dimanche 10 Juin 2012

EL MOUDJAHID

Sports
ÉLIMINATOIRES DU MONDIAL-2014 (GROUPE H)

31

AUJOURD’HUI, 20H, AU STADE DU 4-AOÛT DE OUAGADOUGOU (BURKINA FASO)

Mali-Algérie : Consolider la première place
Les Verts, qui ont rejoint la capitale burkinabé Ouagadougou, vendredi après-midi, avec 25 joueurs, sont décidés à passer positivement l'écueil malien, considéré comme un véritable épouvantail du groupe H qui comprend, outre ces deux équipes, le Rwanda et le Bénin

L

es Algériens, comme on le sait, ont pris une sérieuse option suite à leur large victoire, at-home, au stade Mustapha-Tchaker de Blida sur le score de 4 à 0. Il faudra, désormais, donner une autre impulsion à cette bonne passe de la formation algérienne qui pratique un football chatoyant et surtout efficace. Ce qui a redonné espoir à tout le monde demeure le fait que les joueurs du cru comme Hachoud et Slimani, pour ne citer que ceux-là, ont apporté une certaine fraîcheur qui a fait plaisir aux fans algériens. Halilhodzic a lui aussi changé d'avis sur eux en estimant qu'ils sont en train de faire beaucoup de bien à cette équipe nationale généreuse et surtout spectaculaire dans sa façon d'orchestrer ses actions. Parfois, ses essais sont tellement bien organisés que l'adversaire montre des difficultés certaines pour les stopper ou annihiler. Cette fois-ci, cependant, les choses ne vont pas être faciles pour nous, même si le match de ces éliminatoires du Mondial 2014 aura lieu sur un terrain neutre, celui du 04-Août de Ougadougou, celui sur lequel l'Algérie avait joué lors de la CAN organisée par le Burkina Faso en 1998. Là, on avait été éliminés, dès le premier tour, après avoir encaissé trois défaites sous la houlette d’Abderrahamne Mehdaoui. On était tombés dans le groupe du pays organisateur, le Burkina Faso. On espère que le public burkinabé nous

soutiendra pour aller chercher cette victoire qui va nous être très profitable en vue de faire le "trou" dans le groupe H où le Bénin rendra visite au Rwanda. Certes, il y aura une très forte communauté malienne habitant Ouagadougou, mais les "Verts" restent assez confiants pour l'emporter. "Nous jouerons pour gagner, même si rien ne sera facile devant le Mali" avait affirmé Halilhodzic, le sélectionneur national.

Ses joueurs sont en forme, même si la chaleur qui règne actuellement au Burkina Faso pourrait perturber le comportement des uns et des autres. Comme on le sait, Remache et Chalali n'ont pas fait le déplacement burkinabé. Toutefois, les joueurs qui seront présents sur place se sont entraînés hier samedi, vers les coups de 18h juste après l'entraînement du Mali. Il est certain qu'avec le retour de Djebbour suite à une

blessure, Halilhodzic aura l'embarras du choix pour composer son attaque. Va-t-il faire confiance d'emblée ou pas à Slimani ? La question reste posée, même si le Belouizdadi avait laissé une très bonne impression devant le Rwanda en inscrivant le troisième but de l'équipe algérienne, son premier en sélection nationale. C'est le culot constaté chez cet attaquant du cru qui plaît à Halilhodzic. Il est certain qu'avec la très bonne entente constatée à Blida entre Feghouli et Boudebouz, on ne peut que s'attendre à une très bonne chose face à cette équipe malienne qui est loin d'être une "proie" facile. De plus, sa défaite surprise devant le Bénin à Cotonou, la capitale béninoise (1-0) pourrait les pousser à se transcender en vue de récupérer les points perdus après la première journée de ces éliminatoires du Mondial 2014. C'est pour cette raison qu'Halilhodzic a l'intention d'apporter des changements sur sa charnière centrale avec le retour de Bougherra, même si Madjid n'a pas joué depuis plusieurs semaines. Toujours est-il, les "Verts" vont tout faire pour ne pas rater cette sortie en vue de confirmer cette phase euphorique qu'ils traversent. La victoire sera l'objectif principal des "Fennecs", mais, comme l'avait dit Halilhodzic, "l'EN sera aussi contente si elle revient au bercail avec le point du nul de Ouagadougou". HAMID GHARBI

MESBAH :

“On sait à quoi s’en tenir”
Djamel Mesbah a quitté ce vendredi Alger pour s’envoler avec ses coéquipiers à Ouagadougou avec beaucoup d’ambitions. L’arrière gauche a tenu avant le départ de rassurer quant à l’état d’esprit du groupe. Tant mieux !
Djamel Mesbah, le groupe a-t-il fini par évacuer l’euphorie de la victoire face au Rwanda ? C’est déjà oublié. Enfin, on n’y pense plus. C’est vrai que ça nous a fait du bien. Mais il fallait vite passer à autre chose. On a eu le temps de savourer ça. On en a tiré les enseignements qu’il fallait. Maintenant, nous avons un match important à préparer. C’est sur ça que toute notre attention est focalisée. Quel est l’état d’esprit à quelques heures de ce MaliAlgérie ? Très bon. La joie de vivre ensemble n’a à aucun moment été altérée. Le courant passe très facilement entre nous. On échange beaucoup. Après, nous sommes tous concentrés sur le Mali. Le fait de jouer le match sur terrain neutre peut-il constituer un avantage ? Pas spécialement. Franchement, ça ne nous a jamais posé problème. On était prêt à jouer à Bamako et c’aurait été en quelque sorte un bon challenge. Mais bon, la décision ne nous appartient pas. Qu’est-ce qui peut faire la différence ? A ce niveau de la compétition, ça se joue généralement sur un détail. Il faut rester concentré, jouer sur nos qualités… Sans se focaliser sur l’adversaire ? Si, c’est important de connaître l’adversaire. Nous l’avons bien étudié. Naturellement, la stratégie de jeu reposera sur ça. Mais on a besoin aussi de jouer notre jeu. Nous avons beaucoup de qualités à faire valoir. Offensives, notamment… Oui, oui. Nous allons jouer pour gagner. Cela demande beaucoup d’abnégation et d’ambition. Le Mali, ce n’est pas n’importe quel client. Il va falloir compter avec. On sait à quoi s’en tenir. Entretien réalisé par Amar Benrabah

Halilhodzic va «muscler» son jeu

V

ahid Halilhodzic ne laisse rien au hasard. Le sélectionneur national a maintenu la levée de boucliers à l’arrivée de l’équipe à Ouagadougou. Rassuré par le climat, enfin un petit peu, par les conditions d’hébergement, le Bosnien a néanmoins émis quelques réserves sur l’ambiance régnant à l’intérieur même de l’HôtelPalace où la délégation algérienne a élu domicile. Vahid Halilhodzic trouve qu’il y a trop de mouvements au tour du groupe et qu’il n’a pas omis de faire remarquer. Des instructions fermes ont ainsi été données au service de sécurité pour filtrer l’entrée. Même les quelques supporters algériens qui ont fait le déplacement à Ouagadougou ainsi que les membres de l’ambassade d’Algérie à Ouagadougou ont été priés gentiment de se faire discrets àfin d’assurer un minimum d’intimité aux joueurs. Ceux-ci ont par exemple fait chambres à part, àfin, pense Halilhodzic, de privilégier la récupération et la concentration. Le sélectionneur national a programmé une courte séance de décrassage vendredi soir. Curieusement, VH a décidé qu’elle se tienne à huis clos, bien que la séance de mise en place a été effectuée à Blida sous haute surveillance. A priori, le sélectionneur national a déjà tranché ses choix. Sauf revirement de situation, il évoluera avec une seule pointe. La tendance penche vers Islam Slimani qu’il a trouvé particulièrement bon face au Rwanda. Si Boudebouz et Feghouli seront reconduits, et Kadir titularisé, cela laisse à penser que Djebbour et Soudani débuteront sur le banc. Derrière, le retour de blessure de Madjid Bougherra pousse Bouzid à droite. Ce dernier remplacera Hachoud qu’Halilhodzic trouve juste dans les airs. Comme il veut «muscler» sa défense, il préfère donc faire jouer Bouzid à droite, Bougherra et Medjani dans l’axe, alors que l’indéboulonnable Mesbah continuera à jouer à gauche. Dans les buts, Mbolhi sera confirmé. Doukha, lui, fera office de doublure. A. B.

Bougherra aligné d’entrée

AMBIANCE

Des supporters algériens sur place
Les «Verts » seront soutenus par la présence de nombreux supporters venus de plusieurs wilayas du pays. Cela ne peut que « réchauffer les cœurs » des joueurs qui ne seront que plus motivés pour passer positivement l’écueil malien, considéré comme le favori potentiel de ce groupe H. Outre les supporters algériens qui ont fait le déplacement, nombreux sont les burkinabé qui vont soutenir les « Fennecs » pour les voir remporter cette importante sortie, la seconde dans ce 2ème tour des éliminatoires du Mondial 2014. H. G.

Le Mali derrière l’Algérie
Le retour de Madjid Bougherra dans l’axe de l’équipe a été salué comme il se doit par les observateurs lorsqu’on connaît l’abattage de ce joueur à chacune de ses apparitions sous les couleurs de l’EN. Certes, il manque de compétition par rapport à Bouzid, mais Halilhodzic, le sélectionneur national comptera sur lui pour redonner une certaine assise à la défense algérienne qui sera confrontée à une ligne offensive malienne assez percutante, avec Kanouté, Seydou Keïta pour ne citer que ceux-là. Les «Verts» sont, malgré tout, décidés à résister aux «rushs» adverses. H. G. La sélection du Mali s’est faite attendre! Attendus aux environs de 19 heures (heure locale), les Aigles de Bamako ont atterri à Ouagadougou avec deux heures de retard. C’est vers les coups de 21h30 que la délégation a foulé le sol burkinabé sous les applaudissements d’une centaine de supporters, venus à l’accueil. Le Mali arrive donc derrière l’Algérie, dont l’avion affrété par la FAF s’est posé sur le tarmac de l’aéroport de Ouagadougou vers 13h00 (heure locale). A. B.

MALI

Le président de la FMF dément tout contact avec Francois Zahoui
Le président de la Fédération malienne de football, Hammadoun Kolado Cissé, a démenti samedi tout contact avec l'ancien sélectionneur de la Côte d’Ivoire, François Zahoui. "Nous n’avons pas reçu officiellement le dossier de Zahoui. Pour nous, si nous allons recruter un entraîneur, ce sera bien sûr un technicien français", a indiqué dans les colonnes du quotidien malien L'Indépendant, le président de l'instance, Hammadoun Kolado Cissé. Annoncé en contact avec les autorités maliennes depuis son limogeage de son poste de sélectionneur de la Côte d’Ivoire, François Zahoui ne devrait pas poursuivre sa carrière à Bamako. En quête d'un sélectionneur dans le cas où l'intérim d'Amadou Pathé Diallo ne serait pas prolongé, la Fédération malienne dément l’existence d’une telle piste. Plusieurs candidats dont les Français Raymond Domenech, Jean Amadou Tigana et Henri Michel sont en lice pour succéder au sélectionneur intérimaire Amado Pathé Diallo à la tête de l'équipe nationale du Mali de football, a rapporté jeudi la presse locale.

Dimanche 10 Juin 2012

Pétrole Le Brent à 99.49 dollars le baril

Monnaie L'euro à 1.251 dollar

D E R N I E R E S FRUIT D'UNE JOINT-VENTURE ENTRE ALSTOM, MÉTRO D’ALGER ET FERROVIAL

FÊTE NATIONALE DU PORTUGAL

Première usine de tramways au 2e trimestre 2013 à Annaba
L
a première usine algérienne d'assemblage et de maintenance de tramways, en réalisation à Annaba, sera livrée au cours du 2ème trimestre 2013, a-t-on appris hier à Oran d'un responsable de la société Alstom-Algérie, partenaire dans cette opération aux côtés des entreprises publiques Métro d'Alger (EMA) et Ferrovial. Cette future usine, appelée CITAL, est le fruit d'une joint-venture entre le constructeur ferroviaire français Alstom et les deux sociétés algériennes EMA et Ferrovial à Annaba, a précisé M. Nadjib Bahbah, directeur des ressources humaines à Alstom-Algérie, en marge de sa participation au Salon du recrutement "Talents et emploi". La sortie de la première rame de tramway est prévue avant la fin 2013, a-t-il fait savoir, affirmant que l'usine d’Annaba sera pourvue d'une capacité de production à même de la maintenance des rames de tramway citadis qui circuleront sur l'ensemble du territoire national, générant ainsi près de 400 postes d'emploi directs, selon M. Bahbah. La participation d’Alstom-Algérie au Salon du recrutement a drainé de nombreux postulants, une affluence due, d'après la même source, à la présence de cette société dans la région Ouest du pays où elle intervient sur plusieurs projets, tels le tramway à Oran (rames, électrification et signalisation), la réhabilitation d'une centrale électrique à Mers El-Hadjadj dans la même wilaya, et la construction d'une nouvelle centrale électrique à Terga (Aïn Témouchent). Les profils professionnels les plus sollicités dans ce cadre sont ceux de l'ingénierie spécialisée (génie mécanique, électrotechnique, électronique), et des fonctions administratives, financières et juridiques.

Le Président Bouteflika félicite le Président Anibal Cavaco Silva
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à son homologue portugais, M. Anibal Cavaco Silva, à l'occasion de la célébration de la fête nationale de son pays. "La célébration de la fête nationale du Portugal m'offre l'agréable occasion de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, nos chaleureuses félicitations ainsi que nos vœux les meilleurs pour vous-même et pour le peuple portugais ami", a écrit le chef de l'Etat dans son message. "Je voudrais, en cette heureuse circonstance, vous exprimer toute ma satisfaction quant à la qualité des relations d'amitié et de coopération qui existent entre nos deux pays et vous réitérer mon attachement à les renforcer", a ajouté le Président Bouteflika. Le Président de la République a, à cette occasion, réaffirmé l'intérêt qu'il porte à l"'édification d'un partenariat exemplaire et mutuellement bénéfique pour les deux pays et les deux peuples amis".

couvrir "la totalité des besoins du marché algérien". Il a rappelé, dans ce contexte, qu'en plus des tramways d'Alger, d'Oran et de Constantine, il reste encore à réaliser 14 projets

similaires inscrits au profit de différentes villes du pays. L'entreprise CITAL, abréviation composée du nom de la rame (citadis) et d'Algérie, assurera l'assemblage et

SAHARA OCCIDENTAL

Les 22 détenus politiques sahraouis de la prison de Salé (Maroc) en grève de la faim de 48 heures
Les 22 prisonniers politiques sahraouis détenus à la "prison locale 2" de Salé (près de Rabat) depuis le démantèlement par les forces marocaines du camp de Gdaim Izik (Sahara occidental) le 8 novembre 2010 observaient depuis vendredi une grève de la faim de 48 heures à l’appui de leurs revendications, a-t-on appris samedi de source proche de leurs familles. "Les détenus ont déclenché cette action notamment pour exiger leur libération sans conditions ou la fixation de la date de leur procès devant un tribunal civil et pour protester contre le comportement de la direction pénitentiaire à leur égard et la dégradation de leur état de santé", a précisé un membre du comité des familles des prisonniers sahraouis. Il a ajouté que cette action était "préventive" dont l’objectif d’attirer l’attention de la communauté internationale sur la violation de leurs droits et sur les conditions de leur incarcération, estimant qu’elle laissait présager, selon lui, une éventuelle "grève de la faim illimitée".

ANNIVERSAIRE DE LA MORT D'HENRI MAILLOT

De nombreux citoyens et personnalités se recueillent sur sa tombe

NAÂMA

Plus de 4 tonnes de kif saisies depuis le début de 2012

ACCIDENT DE BARIKA (BATNA)

5 morts
Deux autres personnes sont décédées la nuit de vendredi à samedi des suites de leurs graves blessures portant à cinq le nombre des victimes tuées dans un accident de la circulation routière survenu vendredi sur la RN 28 à Barika, apprend-on auprès du service des urgences médicales de l'hôpital de Batna. L'accident a causé la mort sur place de trois personnes et fait cinq blessés dont trois gravement atteints ont été évacués vers le Centre hospitalouniversitaire de Batna. La troisième victime blessée se trouve encore sous surveillance médicale, est-il précisé. L'accident s'était produit, rappelle-t-on, suite à une collision entre un taxi et une voiture de tourisme.

Une saisie de 4,007 tonnes de kif traité a été opérée depuis le début de l’année en cours dans la wilaya de Naâma par les éléments de la Gendarmerie nationale, a-t-on appris auprès du groupement de wilaya de cette institution. Les services de la Gendarmerie nationale de la wilaya de Naâma font état du traitement, durant les cinq premiers mois de 2012, de sept affaires liées au trafic et à la commercialisation de drogues, ayant donné lieu à l’arrestation de 13 personnes qui ont été présentées à la justice.

ROLAND-GARROS

La Russe Sharapova remporte le tournoi
La joueuse de tennis russe Maria Sharapova, tête de série N.2, a remporté pour la première fois de sa carrière le tournoi de Roland-Garros en battant en finale, hier, l'Italienne Sara Errani (N.21) en deux sets 6-3, 62. La Russe de 25 ans, qui redeviendra officiellement lundi N.1 mondiale, devient ainsi la dixième joueuse de l'histoire à gagner les quatre tournois du Grand Chelem, après ses victoires à Wimbledon en 2004, à l'US Open en 2006 et à l'Open d'Australie en 2008.

De nombreux citoyens ont rendu hommage, hier, au cimetière chrétien de Diar-Essaâda (El Mouradia) à Alger, au martyr Henri Maillot lors d'une cérémonie de commémoration du 56ème anniversaire de sa mort, le 5 juin 1956, sous les balles des forces d'occupation coloniale. Devant la tombe du défunt, abondamment fleurie à l'occasion, des habitants d'El Madania accompagnaient des membres de la famille d'Henri Maillot, aux côtés d'anciens Moudjahidine et Moudjahidate, de personnalités politiques et culturelles ainsi que d'officiers supérieurs retraités de l'Armée nationale populaire (ANP). La cérémonie a été marquée par la lecture de la célèbre lettre envoyée par Henri Maillot aux rédactions parisiennes, alors qu'il avait déserté l'armée coloniale en 1956 pour rejoindre les maquis de la guerre de libération nationale algérienne, après avoir détourné un camion d'armes. Dans sa missive, il expliquait son choix de combattre pour l'indépendance de l'Algérie avec ses compatriotes algériens, estimant que sa place était "aux cotés de ceux qui ont engagé ce combat libérateur (qui n'était pas), comme voudraient le faire croire les gros possédants de ce pays, un combat racial mais une lutte d'opprimés sans distinction d'origine contre leurs oppresseurs". Certaines personnalités présentes, notamment d'anciens combattants, se sont ensuite succédé pour rendre hommage au défunt et réitérer l'appel de la famille Maillot à nommer un lieu dans la capitale à la mémoire de ce militant de la cause nationale, d'autant plus que l'Algérie célèbre cette année le cinquantenaire de sa libération du joug colonial. Les organisateurs de la cérémonie ont par ailleurs tenu à associer au souvenir d'Henri Maillot le nom de son compagnon d'armes et militant communiste Maurice Laban, tombé au champ d'honneur le même jour que lui. Né le 11 janvier 1928 à Alger, d'une famille européenne, Henri Maillot rejoint très tôt le PCA (Parti communiste algérien) après avoir été secrétaire général de l'Union de la jeunesse démocratique algérienne. Employé en tant que comptable au quotidien Alger Républicain, il est mobilisé par l'armée française comme aspirant en 1956 dans la région de Méliana. Le 4 avril de la même année, il déserte et prend le maquis en détournant un camion d'armes. Il meurt sous les balles de l'armée coloniale le 5 juin 1956 à Chlef.