Vous êtes sur la page 1sur 2

Joëlle prévot-MADère

Soyons acteurs de notre avenir Faisons entendre notre voix
Néméa DAMAS

Chères Electrices, Chers Electeurs, À vous qui avez voté au premier tour, merci d’avoir participé et d’avoir donné du sens à notre démocratie. Je remercie plus particulièrement celles et ceux qui, dès le premier tour, m’ont fait confiance pour représenter leurs intérêts au sein de l’Assemblée Nationale. À vous qui n’avez pas su pour qui vous prononcer lors du premier tour, il est encore temps de faire le bon choix. CES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES SONT PLUS DÉCISIVES QU’IL N’Y PARAIT, et ce, à plusieurs titres. Ces élections sont décisives parce qu’elles vont vous conduire à choisir celui ou celle qui accompagnera la Guyane dans son passage à la Collectivité Unique. Elles sont décisives aussi parce que la France traverse une crise sans précédent et que votre Député(e) devra être capable de faire valoir les intérêts de la première circonscription et ainsi protéger et améliorer votre cadre vie. Il y aura, en effet, des dossiers très sensibles à venir. Je pense à la Loi de Finances de 2013 et aux arbitrages budgétaires pour l’Outre-mer. En ces temps de restrictions budgétaires, il faudra quelqu’un d’assez autonome et fort pour être capable de défendre les priorités de la Guyane, notamment en matière de renforcement des moyens de lutte contre l’orpaillage clandestin et contre le pillage de nos ressources halieutiques. Pour cela, samedi 16 juin, il vous faudra choisir un député capable à la fois de donner au Gouvernement la majorité dont il a besoin pour mettre en place les trente propositions pour l’Outre-mer (dont beaucoup d’entre elles sont prometteuses) et capable aussi d’avoir une certaine indépendance d’esprit pour s’opposer à la logique du parti majoritaire lorsque la préservation des intérêts de la Guyane l’exigera. Il vous faudra aussi un député qui soit une véritable force de propositions et qui sache réellement fédérer les uns et les autres autour d’une cause commune, l’intérêt général et celui de la Guyane.

Vous avez donc le choix entre un candidat qui se définit lui-même comme un homme de parti, dont le bilan et l’expérience des dossiers sont quasi-inexistants, et une candidate, en l’occurrence moi, qui réunit les COMPÉTENCES, l’EXPÉRIENCE, l’INDÉPENDANCE et la COMBATTIVITÉ nécessaires pour être votre Députée. En effet, toutes les luttes citoyennes dans lesquelles je me suis lancée durant ces dernières années, aux côtés d’autres personnes de conviction, vous prouvent mon engagement fort pour l’amélioration de votre vie quotidienne et pour le développement économique, en dépit des forces d’opposition, en dépit des lobbies qui ont tenté, en vain, de me faire flancher. Cet engagement a débouché sur des résultats concrets sur votre pouvoir d’achat dans le cas du prix des carburants et, plus récemment, de l’octroi de mer. En tant que présidente de la Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises (CGPME) de Guyane, j’ai été nommée au sein du Conseil Economique, Social et Environnemental, troisième chambre nationale après l’Assemblée Nationale et le Sénat. Là, élue vice-présidente de la section DOM, je me suis investie dans plusieurs avis (sur la politique de la pêche, sur la mobilité des jeunes ultramarins, sur la dépendance des personnes âgées, sur la coopération transfrontalière, etc.) dont les propositions pourraient, si elles étaient retenues par le législateur, améliorer concrètement votre quotidien.

me faîtes confiance et vous mobilisez à mes côtés le 16 juin, je m’attellerai à travailler en priorité sur : La mise en place de la représentation en Guyane de la Banque Publique d’Investissements, qui offrira de nouvelles perspectives de financement à nos petites et moyennes entreprises ; La rétrocession d’une partie du foncier appartenant à l’Etat aux communes et aux bailleurs sociaux ; La mise en place d’une réelle politique de la petite enfance à l’échelon national, tout en veillant à ce qu’elle soit en accord avec les problématiques guyanaises ; Le renforcement des moyens de lutte contre le pillage de nos ressources naturelles. Certains ne parlent que de cohérence. Moi je vous parle d’audace et de courage. Certains ne parlent que de légitimité, basée sur le simple fait d’être de gauche. Moi je vous parle d’UNE LÉGITIMITÉ FONDÉE SUR DES COMPÉTENCES AVÉRÉES par la maîtrise de dossiers, sur une indépendance qui me permettra de vous défendre, si besoin, et sur une réelle aptitude à être une force de propositions.

Certains ne parlent que des propositions du Président de la République. Moi, qui n’ai pas attendu le second tour pour réfléchir J’ai pleinement conscience de toutes nos difficultés, écono- sérieusement à mes priorités pour la Guyane, je vous parle de miques et sociales. A y regarder de plus près, et sans pour mes ambitions et de ma vision, de mes convictions et de ma autant renier nos spécificités, les problèmes de la Guyane et détermination, tout en ayant à cœur de veiller au respect des les problèmes de l’Hexagone et des autres DOM sont quasi- promesses qui ont été faites, car, tout comme le Président de la ment les mêmes. Chômage important, surtout au niveau des République, je crois qu’il faut redresser notre pays en instaurant jeunes. Manque de structures et de moyens adaptés pour plus de justice sociale. l’accueil des jeunes enfants. Insuffisance d’infrastructures pour les personnes âgées dépendantes. Système scolaire Je lance donc un appel à toutes celles et à tous ceux qui se en grande difficulté. Difficultés d’accès à la justice. Crise du reconnaissent dans cette vision de la Guyane de demain que monde agricole. Manque de logements sociaux. Désertifica- nous allons construire ensemble, si vous faîtes de moi votre tion des communes isolées et manque de services publics Députée. de proximité. Samedi 16 juin, accordez-nous, à ma suppléante Agir au niveau national revient à agir au niveau local, Néméa Damas et moi-même, votre confiance, permetteztout en gardant à l’esprit que la Guyane requiert des nous de continuer toutes ces luttes et de porter vos voix au mesures spécifiques. C’est donc pour cela que, si vous sein de l’Assemblée Nationale.

MOBILISEZ-VOUS MASSIVEMENT pour faire entendre votre voix et pour nous donner une forte légitimité à l’Assemblée Nationale. Sans cette légitimité, la Guyane sera inaudible. Sans cette légitimité, la Guyane n’aura pas son mot à dire dans le cours de l’histoire de notre pays. Sans cette légitimité, la Guyane restera encore et toujours en arrière.

LE CHANGEMENT, C’EST AUSSI MAINTENANT POUR LA GUYANE. Samedi 16 juin, votez Joëlle Prévot-Madère et Néméa Damas.