Vous êtes sur la page 1sur 3

Gérard Rimbert http://gerard.rimbert.free.fr

La mise en scène de la vie quotidienne

(tome 1) La présentation de soi

par Erving Goffman

Chapitre 1 : Les représentations

façade sociale - le décor (plus ou moins mobile) - la façade personnelle Manières Apparences
façade sociale
- le décor (plus ou moins mobile)
- la façade personnelle
Manières
Apparences
mobile) - la façade personnelle Manières Apparences Chapitre 2 : Les équipes Représentation individuelle

Chapitre 2 : Les équipes

Représentation individuelle Représentation d’équipe Interaction globale

(mais il y a en vérité toujours équipe, même s’il y a un seul, voire aucun membre)

équipe, mê me s’il y a un seul, voire aucun membre) Les interactions se font surtout

Les interactions se font surtout d’équipe à équipe

Chapitre 3 : Les régions et le comportement régional Production d’une impression au sein d’une
Chapitre 3 : Les régions et le comportement régional
Production d’une impression au sein d’une région
Qui est à la fois :
- antérieure (scène)
Espace-temps sensoriel
- postérieure (coulisses)
Manières
Effort de séparation
entre les deux régions
la politesse
la bienséance
interaction directe
interaction indirecte (mais constante)
Apparences
La bienséance peut être
morale ou instrumentale.

Gérard Rimbert http://gerard.rimbert.free.fr

Chapitre 4 : Les rôles contradictoires Les équipes ont des secrets Types de rôles rôle
Chapitre 4 : Les rôles contradictoires
Les équipes ont des secrets
Types de rôles
rôle
régions
inavouables
simulé
accessibles
délateur
d’appartenance
comparse
stratégiques
contrôleur
information
client professionnel
disponible
intermédiaire
non-personne
relations
détention
impersonnelles
d’information
destructive
Types de rôles
(construction, réhabilitation, entretien des représentations)
- le spécialiste (dont l’éducateur)
- le confident
- le collègue (qui joue un peu la même représentation)

Chapitre 5 : La communication étrangère au rôle

Traitement de l’absent

(souvent en mal)

Discours sur la mise en scène

(souvenirs, soins de blessures, mises au point, etc.)

Peuvent être exprimées des informations incompatibles avec les rôles endossés
Peuvent être exprimées
des informations incompatibles
avec les rôles endossés

Complicité d’équipe

(dans la région antérieure, mais de façon dissimulée)

par signaux plus ou moins conscients plus ou moins codés par « dérision » (réassurance
par signaux
plus ou moins conscients
plus ou moins codés
par « dérision » (réassurance par dénégation
du poids de la recherche de satisfaction du public ;
à peu près traitement de l’absent, mais en sa présence)

Opérations de réalignement

((re)définition à tâtons des rôles, équipes et représentations)

Gérard Rimbert http://gerard.rimbert.free.fr

Chapitre 6 : La maîtrise des impressions

L’interaction entraîne parfois des « gaffes »
L’interaction
entraîne
parfois des
« gaffes »

Défense par les acteurs eux-mêmes

(équipiers loyaux, disciplinés et circonspects)

Protection par le public

(feindre d’ignorer la gaffe et/ou d’en croire les explications)

Accepter le tact avec tact

Chapitre 7 : Conclusion

La perspective technique (celles des fonctions), comme dans le travail

LE POINT DE VUE DRAMATURGIQUE SE LIE A PLUSIEURS PERSPECTIVES
LE POINT DE VUE
DRAMATURGIQUE
SE LIE A PLUSIEURS
PERSPECTIVES

La perspective structurelle (celle des distances sociales), qui permet de saisir la vérité de l’interaction en dehors de l’interaction

La perspective politique (celle des attentes), comme la force de communication, permettant d’avoir un ascendant sur autrui

La perspective culturelle (celle de la moralité)

………………………………………………………………………………………………………………………………

ÉÉLLÉÉMMEENNTTSS DDEE SSYYNNTTHHÈÈSSEE
ÉÉLLÉÉMMEENNTTSS DDEE SSYYNNTTHHÈÈSSEE

La présentation de soi est un ensemble de productions d’impressions

L’individu est un moi quand :

- le public reconnaît comme valable un personnage (selon des critères dépassant la seule interaction)

- l’acteur maîtrise la mise en scène