Université Libre de Bruxelles (U.L.B.

)
Faculté des Sciences Appliquées/
École Polytechnique





Année Académique 2002-2003
IR-2

















Projet Modélisation :
Dimensionnement d’un
tremplin de saut à ski












Travail réalisé par
Bécret Philippe
Capron Alexandre
de Prelle Arnaud
de Waeghe Bruno

Tutrice :
Vin Emmanuelle
Co-tuteur :
Doan Viet-Hung
Projet Modélisation -2- Tremplin saut à ski

TABLE DES MATIÈRES


I. INTRODUCTION p.4


II. DESCRIPTION D’UN TREMPLIN DE SAUT À SKI p.5

1. Description du tremplin p.5
2. Description d’un saut : vol et réception p.6


III. LE SAUT SANS FORCES DE FROTTEMENT p.7

1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin p.7
2. Trajectoire du skieur dans l’air p.8


IV. LE SAUT AVEC LES FORCES DE FROTTEMENT SKIS-TREMPLIN p.10

1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin p.10
2. Simulation Matlab p.12


V. LE SAUT AVEC L’IMPULSION p.14

1. Introduction p.14
1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin p.14
2. Simulation Matlab p.15


VI. LE SAUT AVEC LES FORCES DE RÉSISTANCE À L’AIR p.17

1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin p.17
2. Trajectoire du skieur dans l’air p.20
3. Simulation Matlab p.23


VII. MODÉLISATION D’UN TREMPLIN K90 p.25

1. Introduction p.25
2. Modélisation du tremplin p.26
3. Modélisation de la piste p.27
4. Simulation Matlab p.28

Projet Modélisation -3- Tremplin saut à ski

VIII. CONCLUSION p.32


IX. BIBLIOGRAPHIE p.33


X. ANNEXES p.35

Annexe 1 : Détermination de « z » p.35
Annexe 2 : Programmation en code Matlab p.37
Annexe 3 : Tremplin et piste d’atterrissage p.41

Projet Modélisation -4- Tremplin saut à ski

I. INTRODUCTION





Le vingtième siècle a vu évoluer une société qui accorde de plus en plus d’importance aux
loisirs et au sport. Aujourd’hui, de nombreuses familles partent à l’étranger pendant leurs
vacances afin de se dépayser, mais aussi pour s’adonner à des activités physiques qu’elles ne
peuvent pratiquer à l’ordinaire. Citons, par exemple, les sports d’hiver se déclinant sous une
multitude de disciplines. Celles-ci ont connu, ces dernières décennies, une professionnalisation
croissante. Une d’entre elles est le saut à ski. Pour pouvoir exercer ce sport, il faut des structures
adaptées qui garantissent à chacun, amateur ou professionnel, une sécurité optimale.

Nous avons été attirés par le lien qui pouvait exister entre ce sport et les principes que nous
étudions aux cours de mécanique. C’est pourquoi, nous avons choisi de réaliser le projet
consistant à dimensionner un tremplin de saut à ski.

Pour qu’un tel projet puisse aboutir, il est essentiel de travailler en groupe. Dans un premier
temps, nous avons regroupé le plus possible d’informations que nous avons triées et synthétisées.
Une fois cette tâche réalisée, a commencé notre travail de modélisation proprement dit. Nous
avons procédé étape par étape. Au départ, nous n’avons considéré aucune force de frottement.
Ensuite, progressivement, nous avons ajouté certaines contraintes supplémentaires telles que les
forces de frottement entre les skis et la piste, l’impulsion donnée par le skieur en bout de tremplin
et les forces de résistance de l’air. Enfin, nous avons modélisé approximativement la piste
d’atterrissage.

Projet Modélisation -5- Tremplin saut à ski

II. DESCRIPTION D’UN TREMPLIN DE SAUT À SKI



Le saut à ski est une discipline assez ancienne ; elle fait l’objet de nombreuses compétitions
dont les Jeux Olympiques. Le but de ce sport est assez simple : il consiste à sauter le plus loin
possible tout en gardant un style esthétique pour le vol et l’atterrissage. En effet, à la fin de
chaque saut, le skieur se voit attribuer un certain nombre de points en fonction de la distance
parcourue mais aussi de son style. Il se peut donc qu’un skieur ne faisant pas le plus long saut
gagne une compétition

Un tremplin de saut à ski est composé de deux parties principales : le tremplin proprement dit
qui va donner l’élan nécessaire au skieur pour son saut, et la piste d’atterrissage (voir figure 1 dont
un agrandissement se trouve en annexe 3). Comme nous le montrerons plus loin, ces deux parties
sont indissociables. Afin d’obtenir une modélisation aussi réaliste que possible, nous nous
sommes basés sur les normes de construction imposées par la Fédération Internationale de Ski
(F.I.S.). Dans le cadre de ce projet, conscients de nos limites tant temporelles que techniques,
nous avons négligé certains paramètres tels les effets du vent.


Figure 1 : Tremplin et piste d’atterrissage pour le saut à ski (Source : F.I.S.)


1. Description du tremplin

Le profil d’un tremplin se compose d’abord d'une aire de démarrage constituée d’une ligne
droite, ensuite d’un arc de cercle assurant la transition avec la table de décollage, cette dernière
étant un bref segment de droite.

La position de départ du skieur sera, comme nous le verrons par la suite, fonction de ses
caractéristiques (aérodynamique, masse, etc.) et pourra se déplacer sur l’aire de démarrage.

Projet Modélisation -6- Tremplin saut à ski
Expliquons maintenant les paramètres du tremplin. γ est l’angle entre la piste d’élan et
l’horizontale ; il avoisine les 35 degrés, il ne doit être ni trop grand pour que le skieur ne bascule
pas en avant lors de sa prise d’élan, ni trop faible pour que sa vitesse de sortie soit suffisante. α
est l’angle entre la table de décollage et l’horizontale; la F.I.S. nous l’impose entre 8 et 11 degrés.
r1 est le rayon du cercle de transition, il doit être suffisant pour permettre un passage en douceur
entre les deux parties droites. Les trois derniers paramètres du tremplin sont : e (distance entre le
haut du tremplin et la table de décollage), s e (distance entre le haut du tremplin et la position de
départ du skieur) et t (la longueur de la table).


2. Description d'un saut : vol et réception

Au fur et à mesure de notre étude, nous détaillerons l’attitude du skieur sur le tremplin.
Attardons-nous néanmoins quelque peu sur la trajectoire dans l’air.

Une fois le skieur dans l’air, il devient un véritable « projectile volant ». Il utilise son corps et
ses skis comme une surface portante. Le skieur se penche en avant, produisant un angle d’attaque
positif sur le vent (c’est-à-dire l’angle entre les skis et l’horizontale). Avant 1989, les skieurs
gardaient leurs skis bien en ligne dans l’axe pour réduire la résistance à l’air. Mais en 1989, un
skieur révolutionne le saut à ski en positionnant ses skis en « V » ouverts vers l’avant. Cette
position a pour effet d’augmenter la superficie en dessous du corps donnant plus de portance
aérodynamique (notion définie en VI).

Les skieurs se repositionnent lors de l’atterrissage. Ils écartent légèrement les jambes pour
avoir une plus grande stabilité mais aussi pour des raisons esthétiques. Le point idéal
d’atterrissage sur la piste est le point K. De part et d’autre de ce point K se trouvent les points P
et L. La zone P-L détermine la zone d’atterrissage. En deçà ou au-delà de cette zone, l’atterrissage
y est dangereux.

Projet Modélisation -7- Tremplin saut à ski

III. LE SAUT SANS FORCES DE FROTTEMENT



Dans ce chapitre, nous allons considérer que nous pouvons appliquer la loi de conservation
de l’énergie. En d’autres mots, cela signifie que nous négligeons la force de frottement entre les
skis et la piste, l’impulsion donnée ainsi que la résistance à l’air.


1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin

En considérant qu’il y a conservation de l’énergie sur le tremplin, l’énergie entre les points a
et b est la même. Nous aurons au point a uniquement une énergie potentielle de gravitation
(l’énergie cinétique y étant nulle) et au point b uniquement une énergie cinétique (l’énergie
potentielle de gravitation y étant nulle car c’est à cette hauteur que nous fixerons le potentiel nul).



Figure 2 : tremplin de saut à ski


Projet Modélisation -8- Tremplin saut à ski
La loi de conservation de l’énergie peut donc s’écrire sous la forme (1).
mreprésente la masse du skieur avec son équipement, g la constante gravitation universelle à la
surface de la terre ; nous la prenons égale à 9,81 m/s² et
0
v la vitesse de sortie du tremplin.

0
. ²
. .
2
mv
m g h = (1)

Nous isolons
0
v .

0
2. . v g h = (2)

Il nous faut donc déterminer h pour pouvoir connaître la vitesse. h s’obtient par construction
géométrique.

( 1. ).sin .sin h e es r z t θ γ α = − − + + (3)

Le développement de z se trouve en annexe 1.
Nous obtenons h en l’exprimant par rapport aux six paramètres du tremplin.

sin( ) ( )
( 1.( )).sin 1 sin .sin
( )
2
cos
2
h e es r r t
γ α γ α
γ α γ α
γ α
− +
= − − − + ⋅ ⋅ +

(4)

Par conséquent, nous déterminons
0
v en injectant h dans (2).


0
sin( ) ( )
2. .[( 1.( )).sin 1 sin .sin ]
( )
2
cos
2
v g e es r r t
γ α γ α
γ α γ α
γ α
− +
= − − − + ⋅ ⋅ +

(5)


2. Trajectoire du skieur dans l’air

Considérons, pour cette première étape de la modélisation du saut, que l'espace est
assimilable au vide, c'est-à-dire que le skieur n'est soumis qu'à l'unique attraction de la terre. Nous
assimilerons le skieur à un point matériel lancé avec une vitesse initiale correspondant à la vitesse
de sortie du tremplin o v .

Le vol est donc régit par la 3
ème
loi de Newton, la somme des forces exercées sur un point est
égale au produit de sa masse par son accélération.

. F ma =

(6)

L’équation (6) donne le système (7) avec les conditions initiales
0 0
cos x v α = ,
0 0
sin z v α = .

0 0 0
2
0 0 0
. 0
. . / 2
x x t x x x m x
m z m g z gt z z gt z t z
= + = ¦ = ¦ ¦ ¦
⇔ ⇔
´ ´ ´
= − = − + = − + +
¦ ¹ ¹ ¹


(7)
Projet Modélisation -9- Tremplin saut à ski
Si l'on place l'origine de nos axes à la sortie de la piste, nous avons
0
0 x = ,
0
0 z = .
Nous obtenons alors un système entièrement déterminé par les conditions initiales.

0
2
0
cos
/ 2 sin
x v t
z gt v t
α
α
= ¦
¦
´
= − +
¦
¹
(8)



Projet Modélisation -10- Tremplin saut à ski

IV. LE SAUT AVEC LA FORCE DE FROTTEMENT SKIS-TREMPLIN



Nous considérons dans cette partie la force de frottement entre les skis et la piste. Nous
continuons à négliger l’impulsion donnée par le skieur ainsi que les forces dues à la résistance de
l’air sur le skieur.

Cette force de frottement satisfait à la loi de Coulomb sur les frottements secs. Nous
négligerons donc les éventuels aspects de fonte de glace sous les skis ainsi que la diminution du
fartage des skis, c’est-à-dire l’enduction de graisse sous les skis pour réduire l’adhérence.

1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin

Nous scindons le tremplin en trois parties (voir figure 3). La première et la troisième
correspondent à des lignes droites et la seconde à un arc de cercle. Nous considérons un
coefficient de frottement dynamique
d
µ .

initiale finale E E W = − (9)

Cette relation exprime comme précédemment qu’il y a conservation de l’énergie. Dans ce cas-
ci, nous prenons en compte la dissipation d’énergie produite par la force de frottement, celle-ci se
calcule au moyen du travail W de cette force le long de la courbe.


Figure 3 : Tremplin de saut à ski divisé en trois parties avec forces de frottement sec

Projet Modélisation -11- Tremplin saut à ski
Partie 1

Nous écrivons l’équilibre des forces par rapport à un axe perpendiculaire à la piste.

cos S m g γ = ⋅ ⋅ (10)

Exprimons la loi de Coulomb.

fr
d
F S µ = ⋅ (11)

Nous en déduisons la force de frottement.

cos fr
d
F m g µ γ = ⋅ ⋅ ⋅ (12)

L’énergie dissipée 1 W est le travail de la force de frottement le long du déplacement.

1 fr W F dl ⋅ = −

(13)

Appliquons ceci dans notre cas.

1 ( 1. ) fr fr fr W F dl F dl F e es r θ ⋅ ⋅ ⋅ = − = − = − − −
∫ ∫
(14)

En effet, la force de frottement étant constante tout le long de la ligne droite, puisque γ reste
constant, elle ne dépend pas de la position.

1 cos ( 1 )
d
W m g e es r µ γ θ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⇒ = − − − (15)

Partie 2

Sur cette deuxième partie du tremplin, la force de frottement s’exprime exactement de la
même manière que sur la première partie à la différence que l’angle entre la force de gravitation et
l’horizontale est fonction du temps. Pour nous faciliter les calculs, nous nous plaçons dans un
repère mobile (nous utilisons des axes en coordonnées polaires).

cos 1 f r F m g θ µ ψ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ = −

(16)
1 1 dl r d θ θ ⋅ ⋅ =

(17)

Nous exprimons l’énergie de la même manière que précédemment. En se référant à l’annexe 1,
nous trouvons que ψ vaut γ θ − .

2 fr W F dl ⋅ =


(18)
| | 2
0
0 0
1 cos 1 cos( ) 1 sin( )
d d d
W r m g d r m g d r m g
γ α γ α
γ α
µ ψ θ µ γ θ θ µ γ θ
− −

⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ = − = − − = −
∫ ∫

2 1 (sin sin )
d
W r m g µ γ α ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⇒ = − − (19)

Projet Modélisation -12- Tremplin saut à ski


Partie 3

Pour la troisième partie, le raisonnement est analogue à la première partie. Il faut seulement
changer la longueur de piste sur laquelle la force se dissipe et l’angle d’inclinaison par rapport à
l’horizontale.

3 cos
d
W m g t µ α ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ = − (20)

Conclusion

La vitesse de sortie
0
v du tremplin s’obtient à partir de la relation (9).

initiale E m g h ⋅ ⋅ = (21)
1

²
2
o
finale
m v
E

= (22)
| | 1 2 3 cos ( 1 ) cos 1 sin( )
d
W W W W m g e es R t R µ γ θ α γ α ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ = + + = − − − + + − (23)

| |
²
cos ( 1 ) cos 1 (sin sin )
2
o
d
m v
m g h m g e es R t R µ γ θ α γ α

⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⇒ = + − − + + −

} {
2 [cos ( 1 ) cos 1 (sin sin ) ] o
d
v g h e es R t R µ γ θ α γ α ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⇔ = ⋅ − − − + + − (24)


2. Simulation Matlab

La trajectoire s’obtient de la même manière que précédemment. En effet, les conditions de
vol sont identiques à l’exception de la vitesse initiale.



1
h est défini en III.1.
Projet Modélisation -13- Tremplin saut à ski
Figure 4 : Comparaison des trajectoires avec ou sans frottements
Nous avons, dans ce paragraphe, ajouté une force de frottement sur la piste. Ceci a eu pour
effet de réduire la vitesse initiale du skieur. De cette manière, il fera un saut plus court.

Nous remarquons que les deux trajectoires ne sont pas encore de bonnes approximations de
la trajectoire réelle du skieur. En effet, dans les conditions idéales, le skieur devrait atterrir au
point K, or nous en sommes encore loin. Cette relative différence peut s’expliquer par le fait que
nous avons négligé l’impulsion, ainsi que la résistance à l’air.







Projet Modélisation -14- Tremplin saut à ski

V. LE SAUT AVEC L’IMPULSION



1. Introduction

Jusqu’ici, nous avons considéré un skieur passif. En effet, ce dernier partait du haut du
tremplin sans vitesse initiale, c’est-à-dire qu’il ne se propulsait pas sur le tremplin mais se laissait
glisser. De plus, nous avons négligé toute réaction de l’air, l’attitude du skieur n’a donc aucune
importance. Enfin, il ne sautait pas en fin de tremplin. Sous de telles hypothèses, tous les skieurs
auraient exactement la même trajectoire et il n’y aurait aucun intérêt sur le plan compétitif.

Nous introduirons dans ce chapitre l’impulsion du skieur en bout de tremplin. Vu que nous
considérons toujours le skieur assimilé à un point matériel n’interagissant pas avec l’air, son
attitude n’aura aucun effet sur notre modélisation. Néanmoins, nous l’expliquerons pour une
meilleure compréhension et pour la justification des paramètres utilisés lors de l’introduction de
la résistance à l’air.

Au départ, le skieur s’accroupit en collant au mieux son buste à ses cuisses et il plaque ses
bras le long du corps. Ainsi positionné, il va minimiser les frottements de l’air sur son corps, et il
n’a alors qu’à se laisser glisser. Arrivé dans la partie courbe, le skieur va se préparer à sauter. Pour
ce faire, il va relever légèrement ses hanches tout en restant collé à ses cuisses afin d’optimiser sa
position de saut et de conserver son profil aérodynamique. Dès que le skieur arrive sur la table
d’envol, il parfait sa position en abaissant les avant-bras perpendiculairement à la piste. Juste à la
fin de la table, le skieur va se propulser dans l’air perpendiculairement à la piste. C’est le système
articulé aux chevilles, genoux et hanches qui, en poussant sur le sol, va s’étendre et donner au
buste une vitesse perpendiculaire à la table. En même temps, le skieur lance ses bras vers l’arrière,
cela aura pour effet de lui communiquer une rotation qui lui permettra d’atteindre le bon angle
d’attaque (angle entre les skis et l’horizontale). Cet angle va rester presque constant durant tout le
vol.

Le skieur doit trouver le meilleur compromis entre sa poussée vers le haut et sa rotation
propre. Il doit également se concentrer afin de se détendre au bon moment, c’est-à-dire en bout
de table de décollage, tout en gardant ses skis sur cette table. S’il saute trop tôt, ses skis vont
pointer vers le bas, cela va augmenter la résistance à l’air et donc diminuer la longueur du saut. Si,
au contraire, le skieur saute trop tard, ses skis vont pointer vers le haut et il risque de perdre le
contrôle de son vol.


2. Calcul de la vitesse de sortie du skieur

L’impulsion va donc donner au skieur une vitesse supplémentaire perpendiculaire à la table.
Elle va aussi le positionner face au vent. Dans notre modélisation, comme le skieur est assimilé à
un point matériel, l’angle d’attaque ne joue aucun rôle, nous ne considérons donc pas l’effet de
rotation du skieur. De même, nous supposons que l’impulsion se fait de manière instantanée,
c’est-à-dire que nous n’analyserons pas la partie dynamique de la détente du skieur mais nous
supposerons que le seul effet de l’impulsion est l’ajout à la vitesse de sortie du tremplin d’une
vitesse perpendiculaire, dirigée vers le haut. Nous additionnerons vectoriellement ces deux
vitesses et nous obtiendrons ainsi une nouvelle vitesse initiale pour la phase de vol.
Projet Modélisation -15- Tremplin saut à ski
Voici comment l’impulsion influence le vecteur 0 v (vitesse de sortie du tremplin).


Figure 5 : Décomposition de la vitesse de sortie du tremplin 0 v


2 2
0 t n
v v v = +

(25)

et ' arctan
n
t
v
v
α α = −

(26)


3. Simulation Matlab

La trajectoire s’obtient de la même manière que précédemment.



Figure 6 : Comparaison de la trajectoire du skieur dans l’air avec et sans l’impulsion
Projet Modélisation -16- Tremplin saut à ski

A ce stade, nous avons rajouté l’impulsion que le skieur imprime sur la table de décollage. De
cette manière, il modifie sa vitesse initiale. Cette variation est assez faible (voir figure 6), quelques
dixièmes de mètres par seconde. Le changement vraiment important se situe au niveau de l’angle
avec lequel le skieur décolle ; en effet, il ne décollera plus avec angle d’environ dix degrés par
rapport à l’horizontale, mais un angle bien plus faible. Ceci explique pourquoi la courbe avec
impulsion (en bleu) va plus loin que celle sans impulsion (en rouge).

Cependant, le skieur est encore assez loin du point K. La modélisation de la phase de vol doit
donc encore être affinée. Il semble que la force de portance, qui résultera de la résistance à l’air,
ait un rôle très important.
Projet Modélisation -17- Tremplin saut à ski

VI. LE SAUT AVEC LES FORCES DE RÉSISTANCE À L’AIR




Dès qu’un corps solide bouge, il déplace un volume d’air et en prend la place. Le corps doit
donc fournir une force pour déplacer l’air, mais, par le principe d’action-réaction de Newton, l’air
exercera également une force sur ce solide. Cette force est la résistance à l’air. On peut la
décomposer en deux forces perpendiculaires : la traînée, de même direction que la vitesse mais de
sens opposé et la portance, de direction perpendiculaire à la vitesse et dans notre cas orientée vers
le haut (voir figure 7).

Ces deux forces sont proportionnelles au carré de la vitesse selon un coefficient variant au
cours du temps. Les valeurs de ces coefficients sont différentes pour la traînée et la portance.
Elles sont établies en soufflerie car elles font appel à des notions de mécanique des fluides
avancées comme, par exemple, le fait que les skis mis en forme de « V » augmentent la surface
portante par rapport à des skis parallèles alors que la surface du skieur reste constante. Toutefois,
les forces de traînée et de portance dépendent aussi de la densité de l’air 1,19 ρ = / ³ kg m


(27)


(28)


Sur le tremplin, nous négligerons la composante portante de la résistance de l’air tandis que
dans la phase de vol, il est indispensable de tenir compte de la traînée et de la portance.



Figure 7 : forces de traînée et de portance


1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin

A cette étape, nous modélisons le déplacement du skieur sur le tremplin de manière beaucoup
plus réaliste. Nous avons quatre forces agissant sur le skieur : la force de gravitation de la terre, la
réaction de liaison entre le skieur et la piste, la force de frottement entre les skis et la piste et la
²
2
²
2
T
P
F v T
F v P
ρ
ρ
¦
= ⋅ ⋅
¦
¦
´
¦
= ⋅ ⋅
¦
¹
Projet Modélisation -18- Tremplin saut à ski
force de traînée qui a été décrite au paragraphe précédent. Ecrivons la troisième loi de Newton
pour le skieur.

fr T
m g F F S m a ⋅ + + + = ⋅

(29)

Il nous faudra dans un premier temps considérer chaque partie du tremplin indépendamment.
En effet les équations différentielles ne se résoudront pas de la même manière que l’on se trouve
sur l’une des deux parties droites ou sur la courbe.

Considérons dans un premier temps les parties droites, c’est-à-dire la ligne d’élan et la table de
décollage.

Figure 8 : Forces agissant sur le skieur sur la ligne droite

Projetons les forces sur les axes et écrivons la loi de Coulomb sur le frottement. χ est l’angle
entre l’horizontale et la ligne droite (voir figure 8).

(30)

(31)

(32)


Or 0 y =
ii
puisque le skieur ne peut se déplacer que le long de la piste qui en l’occurrence ici
est l’axe x. A partir de (31), nous trouvons S .

cos S m g χ = ⋅ ⋅ (33)

Injectons (33) dans (32).

cos
fr d
F m g µ χ = ⋅ ⋅ ⋅ (34)

Nous pouvons aussi exprimer que l’accélération est égale à la moitié de la dérivée de la vitesse
au carré par rapport à la position.
2
1
2
d x
x
dx
= ⋅
i
ii
(35)
sin
cos
fr T
fr d
m x m g F F
m y m g S
F S
χ
χ
µ
¦
⋅ = ⋅ ⋅ − −
¦
¦
⋅ = − ⋅ ⋅ +
´
¦
= ⋅
¦
¹
ii
ii
Projet Modélisation -19- Tremplin saut à ski
Grâce à tout, ceci nous obtenons une équation qui sera directement utilisable, soit pour une
résolution analytique, soit pour une application directement numérique via un logiciel tel que
Matlab.

²
2 ² 2 sin 2 cos
d
d x
k x g g
dx
χ µ χ = − ⋅ ⋅ + ⋅ ⋅ − ⋅ ⋅ ⋅
i
i
(36)

Il faudra, avant toute utilisation de cette équation poser les conditions initiales, c’est-à-dire,
dans ce cas-ci, la vitesse initiale au carré au moment où le skieur passe à la position initiale.

Il est aussi à noter que pour résoudre cette équation via Matlab, il faudra poser que
x
x v =
i
.
En effet Matlab résout des systèmes d’équations différentielles du premier ordre et de cette
manière c’est ce que nous obtenons : un système de deux équations différentielles du premier
ordre

Dans le cas de la première ligne droite, nous prendrons un χ égal à γ tandis que pour la table
de décollage nous le prendrons égal à α .

Intéressons nous maintenant à ce qui se passe sur la courbe du tremplin. Les forces en jeu
sont exactement les mêmes mais, comme nous travaillons sur une courbe, l’angle que nous avions
noté χ précédemment variera au cours du temps et nous devrons introduire un repère variable
(repère polaire) pour écrire les équations projetées sur les axes données par la troisième loi de
Newton (37 & 38).




Figure 9 : tremplin de saut à ski avec les forces de traînée et de portance sur le skieur

Projet Modélisation -20- Tremplin saut à ski
(37)

(38)

Or r
i
et r
ii
sont nuls puisque le rayon reste constant et il n’y aura donc pas de vitesse et
d’accélération suivant 1
r

.

Nous exprimons la vitesse dans un repère polaire.

v r θ = ⋅
i
(39)


A l’aide de (38) nous obtenons (40).

2
1 sin S m r m g θ θ = ⋅ ⋅ + ⋅ ⋅
i
(40)

Nous injectons (27), (32) et (40) dans (37).

2 2
2
1 ( 1 sin ) 1 . cos
2
d
m r m r g r T m g
ρ
θ µ θ θ θ θ ⋅ ⋅ = − ⋅ ⋅ ⋅ + ⋅ − ⋅ ⋅ + ⋅ ⋅
ii i i
(41)

Nous pouvons exprimer comme précédemment que
1 ²
2
d
d
θ
θ
θ
=
i
ii
ce qui nous donnera une
équation différentielle d’où nous pourrons tirer la vitesse angulaire à la sortie du tremplin.

2
2
2 1
(cos sin ) (2 )
1
d d
d g r T
d r m
θ ρ
θ µ θ θ µ
θ
⋅ ⋅ ⋅
= ⋅ − ⋅ − ⋅ ⋅ +
i
i
(42)

Il faudra encore poser correctement les conditions initiales, c’est-à-dire la vitesse angulaire au
carré au moment où le skieur arrive au début de la courbe (lorsque 0 θ = ). Cela correspond en
fait à la vitesse de sortie de la première partie droite au carré divisé par le rayon du cercle au carré.
La vitesse angulaire de sortie de la partie courbe donnera la vitesse initiale de la dernière partie du
tremplin.
En résolvant via Matlab, nous obtiendrons pour des valeurs déterminées du coefficient de
traînée T, du coefficient de frottement dynamique entre les skis et la piste
d
µ et de la masse m
une vitesse à la sortie du tremplin qui sera un peu plus faible que précédemment.


2. Trajectoire du skieur dans l’air

Dans un premier temps, nous avions considéré que le skieur sautait dans le vide et de ce fait
ne rencontrait aucune force de frottement et la seule force agissant alors était la force de
gravitation proportionnelle à la masse et à g la constante de gravitation à la surface de la terre. En
réalité, la description de la phase de vol est plus compliquée. En plus de la force de gravitation
viennent s’ajouter deux forces, la force de traînée T F

et de portance P F

. Nous exprimons la
troisième loi de Newton pour le skieur que nous avons assimilé à un point matériel.

( 2 ) cos
( ²) sin
fr T
m r r F F m g
m r r S m g
θ θ θ
θ θ
⋅ ⋅ + ⋅ ⋅ = − − + ⋅ ⋅
⋅ − ⋅ = − + ⋅ ⋅
ii i i
ii i
Projet Modélisation -21- Tremplin saut à ski
. .
P T
m g F F ma + + =

(43)

Projetons les forces sur les axes pour obtenir un système de deux équations différentielles.
ϕ étant l’angle entre l’horizontale et le vecteur vitesse (voir figure 10).

(44)

(44bis)


Nous injectons (27) et (28) dans ce système.

(45)

(46)


Nous obtenons dès lors un système de deux équations différentielles du second degré non
linéaires. Posons (47) et (48) pour résoudre le système.

(47)

(48)


De cette manière, nous nous ramenons à un système de quatre équations différentielles du
premier ordre non linéaires qu’il sera possible de résoudre via un logiciel tel que Matlab.

Toutefois écrit ainsi, le système ne peut pas être résolu car il reste fonction de l’angle ϕ . Pour
modéliser le vol nous allons user d’un artifice et exprimer sinϕ et cosϕ en fonction de v ,
x
v et
y
v .

Figure 10 : Construction géométrique pour définir ϕ

cos
x
v
v
ϕ = et sin
y
v
v
ϕ = (49)

² ²
x y
v v v = + (50)



. sin
. sin cos
T P
T P
m x F cos F
m y F F m g
ϕ ϕ
ϕ ϕ
¦
= − ⋅ − ⋅
¦
´
¦
= − ⋅ + ⋅ − ⋅
¹
ii
ii
. ² ² sin
2 2
. ² sin ² cos
2 2
m x v T cos v P
m y v T v P m g
ρ ρ
ϕ ϕ
ρ ρ
ϕ ϕ
¦
= − ⋅ ⋅ ⋅ − ⋅ ⋅ ⋅
¦
¦
´
¦
= − ⋅ ⋅ ⋅ + ⋅ ⋅ ⋅ − ⋅
¦
¹
ii
ii
x
y
x v
y v
¦
=
¦
´
¦
=
¹
i
i
Projet Modélisation -22- Tremplin saut à ski
Nous obtenons pour finir un système de quatre équations.

(51)

(52)


(53)

(54)


Avant de résoudre ce système, il ne nous reste plus qu’à poser les conditions initiales à
l’instant initial. La vitesse initiale à fait l’objet d’une étude au début de ce travail. Quant à la
position initiale, nous fixerons l’origine des axes comme étant le point où se trouve le skieur à
l’instant initial, c’est-à-dire à l’extrémité du tremplin.

(55)

(56)

(57)
(58)


Avant de tracer la moindre courbe grâce à cet algorithme, il est nécessaire de donner des
valeurs numériques aux constantes T et P. Pour ce faire, nous avons plusieurs sources. Tout
d’abord, dans Science and Skiing
2
les constantes sont fixées, du temps initial à 0,5 seconde.

Intervalle de temps T P
0 à 0,1s 0,4 0,2
0,1 à 0,3s 0,6 0,65
0,3 à 0,5s 0,68 0,58

Ensuite nous avons, approximativement, jusqu’à l’atterrissage L=0,78 ; T va encore varier,
pendant le vol on aura 0,64 et à l’arrivée du point d’impact, le skieur préparant sa réception en se
redressant, T va augmenter et on aura environ 0,75.

L’autre source de valeurs numériques est un travail réalisé par un assistant de l’U.L.B. qui
fixait P à 0,31 et T à 1,35.

Afin de déterminer la trajectoire la plus proche de la réalité, nous disposons d’un document
de la F.I.S. fixant une trajectoire de référence au travers d’un système de quatre équations (59 à
62). Nous pourrons donc comparer les deux premières trajectoires avec celle de la F.I.S. pour
déterminer laquelle des trois arrive le plus près du point K.






2
voir bibliographie
. ² ² ( )
2
. ² ² ( )
2
x x y x y
y x y y x
x
y
m v v v T v P v
m v v v T v P v m g
x v
y v
ρ
ρ
¦
= − ⋅ + ⋅ ⋅ − ⋅
¦
¦
¦
= − ⋅ + ⋅ ⋅ − ⋅ − ⋅
¦
´
¦
=
¦
¦
= ¦
¹
i
i
i
i
0
0
( 0) 0
( 0) 0
( 0) cos
( 0) sin
x
y
x t
y t
v t v
v t v
α
α
= = ¦
¦
= =
¦
´
= = ⋅
¦
¦
= = ⋅
¹
Projet Modélisation -23- Tremplin saut à ski

(59)

(60)

(61)

(62)


avec les coefficients
w
k et
a
k fixés comme suit :

1.5
5 6 2 7 3 9 4
0.0025 1.9757 10 6.3123.10 1.7948 10 1.912 10 0.0004 1
0.6
w
t
k ϕ ϕ ϕ ϕ
− − − −
(
| |
= − ⋅ ⋅ + ⋅ − ⋅ ⋅ + ⋅ ⋅ + ⋅ −
(
|
\ .
(
¸ ¸

(63)
2
5 7 2 8 3 10 4
0.0036 9.356 10 1.5767.10 2.9684 10 3.083 10 0.0008 1
0.6
a
t
k ϕ ϕ ϕ ϕ
− − − −
(
| |
= + ⋅ ⋅ − ⋅ − ⋅ ⋅ + ⋅ ⋅ + ⋅ −
(
|
\ .
(
¸ ¸

(64)

Les valeurs entre crochets sont ajoutées à la somme entre 0 et 0,6 seconde. Le skieur prend
juste après le décollage sa position d’envol et son centre de gravité change de place ce qui
explique cette variation des deux coefficients.


Figure 11 : Comparaison des trajectoires données par la F.I.S., Science and Skiing et un assistant de l’U.L.B.

D’après les résultats obtenus (voir figure 11), nous nous apercevons que la trajectoire la plus
optimale est fournie par l’ouvrage « Science and Skiing » suivie de près par celle de la F.I.S. La
troisième courbe peut être écartée car elle prend en compte une trop grande traînée pour une
( )
cos
sin
sin ²
1
.cos ²
w
a
x v
y v
v g k v
g k v
v
ϕ
ϕ
ϕ
ϕ ϕ
¦
= ⋅
¦
¦
= − ⋅
¦
¦
´
= ⋅ − ⋅
¦
¦
¦
= ⋅ − ⋅
¦
¹
i
i
i
i
Projet Modélisation -24- Tremplin saut à ski
faible portance. Dans la suite de notre modélisation, nous nous servirons donc de la trajectoire
fournie par « Science and Skiing ».

3. Simulation Matlab


Figure 12 : Trajectoire du skieur dans l’air avec et sans traînée et portance

Nous remarquons que la force de portance a une grande importance dans la trajectoire du
skieur. Sans cela, le skieur n’atteindrait jamais le point K. Ceci prouve que le skieur ne se laisse
pas juste tomber mais qu’il effectue un véritable vol. Pour ce faire, la position aérodynamique du
skieur pendant toute sa phase de vol est extrêmement importante. C’est pour cette raison que les
sauteurs prennent cette position si particulière « en V » pendant leur vol.

Projet Modélisation -25- Tremplin saut à ski

VII. MODÉLISATION D’UN TREMPLIN K90




1. Introduction

Nous avons maintenant effectué la modélisation du tremplin et de la phase de vol du skieur.
Il reste donc à voir comment le skieur va se réceptionner sur la piste d'atterrissage, ainsi que de
déterminer cette dernière. Une piste d'atterrissage se compose de quatre parties, à savoir le début
de la piste, une zone d'atterrissage, une de raccordement et une de dégagement. Ces différentes
zones se situent, si nous nous reportons à la figure 1 ou à l’annexe 3, aux tronçons raccordant
respectivement les points T-P, P-L, L-U et après U.

Le début de la piste relie le bas de la table à la courbe d'atterrissage, son profil n'est pas
spécifiquement déterminé mais nous pouvons toutefois constater que la courbe suit relativement
la trajectoire du skieur à une distance pouvant varier entre deux à six mètres. Cette distance ne
pouvant être trop grande afin que le skieur ne s'écrase pas au sol en cas de problème tel un saut
trop court ou une chute.

C'est entre les points P et L que tous les skieurs devraient atterrir, nous y retrouverons donc
naturellement le point correspondant au point d'atterrissage optimal prévu pour notre tremplin
c'est-à-dire le point K. Ce tronçon est constitué d'un arc de cercle, dont les angles des tangentes
aux points P, K et L sont déterminés en fonction de la vitesse et de l'angle ϕ d'arrivée.
Introduisons β correspondant à l'angle entre la tangente à la piste en K et l'horizontale. Par
l’équation (65), les normes nous permettent de calculer β avec
K
ϕ l'angle entre la vitesse du
skieur et l'horizontale au point K,
K
v la vitesse en K et
zK
v la composante verticale de la vitesse
au point K.
K
zK
K
v
v
arcsin − = ϕ β (65)
3

Il est à noter que
K
ϕ β − , l’angle entre les tangentes à la trajectoire et à la piste, ne doit pas
être fixé trop petit, en effet, il ne faut pas que la trajectoire de vol soit trop tangente à la piste
pour qu’il soit encore possible de voir où se trouve le point d’impact. D’un autre côté, il ne doit
pas non plus être pris trop grand, pour que la composante de la vitesse perpendiculaire à la piste
ne soit pas trop importante, afin que le skieur n’aille pas s’écraser.

Remarquons que d’après les normes cette vitesse verticale n'est pas très grande et avoisine les
4,2 m/s. En effet, si le skieur possédait une trop grande vitesse verticale, cela entraînerait un
atterrissage trop violent.

La courbe de transition n'a comme utilité que de lier l'arc de cercle de le zone d'atterrissage à
la zone de dégagement. Elle peut être constituée soit d’un cercle d’un rayon de
l
r (déterminé par
la suite), soit d’une clothoïde (courbe reliant un cercle à une droite de façon régulière).


3
Source F.I.S.
Projet Modélisation -26- Tremplin saut à ski
Enfin, vient la courbe de dégagement qui permet au skieur de freiner en sécurité, cette partie
est une droite horizontale débutant au point U. La longueur de cette droite est fixée par la
distance de vol du skieur, d'après les normes que nous a fourni la F.I.S. Nous voyons que cette
distance doit valoir cent mètres pour toute distance de vol dépassant soixante mètres. Dans notre
modélisation, comme nous considérons un K90, la longueur de la droite sera donc de cent
mètres.


2. Modélisation du tremplin

Avant de modéliser la piste, nous devons d’abord réaliser le dimensionnement du tremplin.
Pour ce faire, nous devons fixer les différents paramètres du tremplin utilisés dans les
paragraphes précédents. Nous disposons d’une table de la F.I.S. (figure 13) qui nous permet, en
fixant un angle γ et la distance e , de trouver la distance s e et la vitesse de sortie du tremplin
0
v .


Figure 13 : Table de la F.IS. (Source F.I.S.)

La figure 13 s’utilise comme suit, nous fixons un angle γ , par exemple 35 degrés, et une valeur
de e , par exemple 76 mètres. Nous obtenons sur le graphique, un point qui va nous permettre de
trouver s e en suivant les courbes montantes passant par celui-ci et la vitesse de sortie
0
v en
suivant les courbes descendantes. Dans notre exemple, nous obtenons s e égal à 8 mètres et la
vitesse initiale égale à 23.9 m/s. Les derniers paramètres sont fonctions de la vitesse. La F.I.S.
nous donne 1 r égal au carré de la vitesse multiplié par 0,14 et t comme étant le quart de la
vitesse.

Après avoir fixé ces paramètres, nous utilisons les développements théoriques réalisés
précédemment pour vérifier que nous obtenons bien la même vitesse de sortie. Dans notre
simulation, nous obtenons une valeur très approchée.

Projet Modélisation -27- Tremplin saut à ski



3. Modélisation de la piste

Modélisons donc la piste d'un tremplin K90. Pour ce faire, nous avons besoin de données
supplémentaires, en effet, nous ne disposons pas encore de tous les paramètres utiles tels que les
coordonnées des point P, K et L. Pour définir ces coordonnées nous introduisons un système
d’axes cartésiens dont l’origine est le bout de la table d’envol, l’axe x l’horizontale et l’axe y la
verticale ascendante.

Néanmoins, nous avons décidé de ne pas développer l'aspect théorique des équations
régissant la piste d'atterrissage. Afin de la modéliser, nous nous baserons donc sur les données de
la F.I.S. Nous pouvons désormais donner par l’équation (66) l’opposée de la coordonnée en y de
K (avec w égale à 90 mètres) et n par l’équation (67), c’est-à-dire la coordonnée en x de K.

|
|
.
|

\
|
|
.
|

\
|
=
n
h
arctg
w
h sin
005 . 1
(66)
4


|
|
.
|

\
|
|
.
|

\
|
=
n
h
arctg
w
n cos
005 . 1
(67)
5


Afin de déterminer h et n , il nous faut trouver le rapport entre h et n . Pour ce faire, la F.I.S.
nous donne des tables exprimant ce rapport en fonction de α ,
0
v et w. Prenons la table
correspondant à notre α de 10,5 degrés et prenons le point d’intersection correspondant à la
droite verticale w égale à 90 mètres et la vitesse de sortie égale à 23,9 m/s. Nous trouvons que le
rapport entre h et n est de 0,55.


Figure 14 : table pour trouver le rapport h/n avec α =10,5° (Source : F.I.S.)

4
Source F.I.S.
5
idem
Projet Modélisation -28- Tremplin saut à ski

Approchons la courbe de transition par un cercle de rayon
2
r .

2
2 0
0.375
920
w h
r v
n
| |
= −
|
\ .
(68)
6


Le rayon de la courbe P-K-L
l
r s’exprime en fonction de
2
r et w.

2
062 . 0
36
r
w
r
l
|
.
|

\
|
+ = (69)
7


Grâce à w et aux formules (65) et (69) nous pouvons exprimer
L
β , c’est-à-dire l’angle entre
l’horizontale et la tangente à la piste au point L.

π
β β
180 7 . 1 13 . 0
l
L
r
w−
− = (70)
8


Nous ne disposons encore d'aucune information au sujet de P, mais, les normes conseillent
de prendre un écart δβ entre β et
P
β valant entre un et trois degrés. Choisissons un δβ valant
trois degrés.

δβ β β + =
P
(71)
9


L'arc de courbe P-K vaut
1
l et l’arc K-L vaut
2
l .

1
180
l
l r
π
δβ = ⋅ ⋅ (72)
10

2
0,13 1, 7 l w = ⋅ − (73)
11


Etant donné que nous avons fait le choix de ne modéliser qu’approximativement la piste
d’atterrissage, nous nous sommes préoccupés que de la zone autour du point K. Nous avons
modélisé le début de la piste comme une droite reliant le bout du tremplin au point P et la courbe
P-K-L comme une courbe du second degré passant par ces trois points.


4. Conclusion – Simulation Matlab

Comme nous l'avons montré, la piste d'atterrissage est dimensionnée en fonction de la
distance de saut et de la vitesse initiale. Ce résultat est assez inattendu car nous pourrions nous
attendre à ce que le but soit de maximiser la longueur du saut. Or un tremplin est fixé pour une
seule longueur de saut. Comment pourrions nous interpréter ce paradoxe qui met en doute tout

6
Source F.I.S.
7
idem
8
idem
9
idem
10
idem
11
idem
Projet Modélisation -29- Tremplin saut à ski
l'intérêt d'une compétition ? Pour ce faire, étudions ce qui se passerait si le skieur dépasse le point
K. Un skieur peut améliorer sa distance de saut en diminuant sa résistance à l'air de manière à
garder plus de vitesse pendant sa phase de vol ou en donnant une plus grande impulsion au
décollage. Il aura donc tendance à dépasser le point K, cependant remarquons que l'angle entre la
tangente à la piste et l'horizontale diminue lorsqu'on s'éloigne du point K, faiblement jusqu'en L
puis fortement jusqu'en U ou il sera nul. A l'atterrissage, c'est la composante normale à la piste de
la vitesse qui sera compensée par la réaction du sol. Le skieur est donc soumis à une compression
d'autant plus forte qu'il s'éloigne du point K. Celle-ci pouvant devenir dangereuse, il faut donc
obliger les skieurs à atterrir au voisinage de ce point.

Nous pouvons être confrontés à des skieurs ayant des caractéristiques différentes, un skieur
professionnel aura une meilleure position aérodynamique et donnera une meilleure impulsion au
moment du décollage qu'un skieur amateur. Pour que tous les skieurs atterrissent dans la même
zone, c'est-à-dire entre les points P et L, il faudra que la vitesse de sortie des skieurs amateurs soit
augmentée afin de compenser leur moins bon positionnement en vol. Pour augmenter cette
vitesse, il faudra simplement que la longueur de leur élan soit plus importante, ce qui se fait en
diminuant s e . Dans le cas d'une compétition, lorsqu'un skieur dépassera le point L, il sera
nécessaire de diminuer la vitesse de sortie du tremplin pour la série suivante de sauts. Pour ce
faire on augmentera s e afin de diminuer la vitesse initiale. De cette manière les meilleurs sauteurs
ne pourront plus dépasser le point L.

Pour illustrer nos propos, nous faisons varier certains paramètres.

Masse

Prenons toute une série de skieurs pesant de 55 à 90 kg (équipement compris). Nous
simulons leur trajectoire grâce au programme Matlab que nous avons réalisé (annexe 2). Nous
fixons tous les autres paramètres.


Figure 15 : Comparaison des trajectoires de vol en fonction de la masse

Projet Modélisation -30- Tremplin saut à ski

Figure 16 : Agrandissement au niveau du point K de la comparaison des trajectoires de vol en fonction de la masse

Nous remarquons que les skieurs les plus légers parcourront une distance plus importante
que les plus lourds et s’éloigneront fortement du point K alors que les autres seront bien en-deçà.
Ces variations sont dues au fait que les forces de résistance à l’air dépendent de la masse. Cela
pose un problème dans les compétitions de saut à ski car la plupart des skieurs essaye d’être le
plus léger possible. Certains mettent en danger leur santé en faisant régime et deviennent même
parfois anorexiques.


Impulsion

Tous les skieurs n’ont pas les mêmes aptitudes physiques et la même expérience. Certains
exercent le saut à ski en tant qu’amateurs et n’ont pas une technique aussi performante que des
professionnels. L’impulsion qui dépend de chaque skieur peut donc varier. D’après les normes de
la F.I.S., celle-ci varie de 1.5 à 3.6 m/s. Prenons des skieurs qui donneront des impulsions
différentes allant de 1.5 à 3.6 m/s. Voici les trajectoires de simulation obtenues.

Nous remarquons (voir figures 17 et 18) que les skieurs amateurs avec une impulsion faible
iront moins loin que les skieurs professionnels qui donneront une impulsion élevée. Par mesure
de sécurité, la distance s e des skieurs amateurs sera réduite de sorte que la vitesse de sortie du
tremplin soit plus élevée pour que l’atterrissage se fasse aux environs du point K.

Projet Modélisation -31- Tremplin saut à ski

Figure 17 : Trajectoires de vol en fonction de la variation de l’impulsion


Figure 18 : Agrandissement au point K des trajectoires de vol en fonction de la variation de l’impulsion



Nous pouvons ainsi faire varier d’autres paramètres. Lorsqu’un skieur va entamer un saut, il
est donc nécessaire de tenir compte de tous les paramètres pour fixer au mieux la distance s e
pour permettre aux skieurs d’atterrir aux environs du point K.

Projet Modélisation -32- Tremplin saut à ski

VIII. CONCLUSION




Cette modélisation nous a permis de découvrir toute la complexité d'un tremplin de saut à ski.
La détermination des normes d’un tremplin ou de toutes autres structures n’est pas aussi simple
que nous pouvions le penser. Ce projet nous a permis de comprendre quelle doit être la
démarche d’un ingénieur à l’heure d’aborder un problème. Au départ, nous pensions que ce
projet allait faire exclusivement appel à nos cours de mécanique (rationnelle et des fluides) mais
nous nous sommes rapidement rendus compte que tous les cours étaient liés et que les problèmes
de l’ingénieur font appel à diverses matières à la fois. L’utilisation des outils informatiques nous a
aussi semblé indispensable pour permettre à l’ingénieur d’optimiser son travail.

Vu le temps qui nous était imparti et vu le stade auquel nous nous trouvons dans notre
formation, nous n’avons pas eu l’occasion de couvrir l’entièreté du sujet. Il reste encore beaucoup
de pistes à explorer. Ainsi, toute la mécanique des fluides associée au mouvement d'un corps
humain dans l'air affinerait la modélisation que nous avons réalisée. Ce qui est indéniable, c’est
que ce projet nous permit de changer le regard que nous portions sur ce sport pour lequel nous
pensions que le seul but était d’arriver le plus loin possible.
Projet Modélisation -33- Tremplin saut à ski

IX. BIBLIOGRAPHIE




MÜLLER E., SCHWAMEDER H., KORNEXL E., RASCHNER C., Science and Skiing,
Cambridge : Chapman & Hall, 1997, 626 pages


GASSER H.-H., Standards for the construction of Jumping Hills, Oberhofen : Fédération Internationale
de Ski, 1996 (in consideration of the changes until january 2001), 51 pages


LAMY A., Mécanique Rationnelle I, Bruxelles : Presses Universitaires de Bruxelles, 2000, 266 pages.


DELCHAMBRE A., Mécanique Rationnelle II, Bruxelles : Presses Universitaires de Bruxelles, 2001,
230 pages


TOLLEY M., Analyse Numérique, Bruxelles : Bureau des Étudiants de Polytechnique, 2002


Le Petit Larousse illustré, Paris : Larousse – Bordas, 1998, 1788 pages


SCHMOLZER B., MULLER W., « The importance of being light : aerodynamics forces and
weight in ski jumping », in Journal of Biomechanics, Août 2002, pages 1059-1070


http://www.fis-ski.com/
FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE SKI, F.I.S. Next World Cup Events, Dernière mise à
jour : le 22 novembre 2002, consulté les 23, 25, 26, 27 29 et 30 septembre 2002, 4, 9, 18, 19
octobre 2002, 15 novembre 2002 et le 7 décembre 2002.


http://www.home.eznet.net/~vraguso/Book_2/Forces.html
RAGUSO V., Skiing Forces, Risk and Risk Reduction, Dernière mise à jour : 10 mai 2002, consulté
les 27, 29 septembre 2002 et 4 octobre 2002.


http://www.posthotelroessli.ch/ski_f.pdf
Constructions de tremplins Gstaad, Dernière mise à jour : 2000, consulté les 26 et 30 septembre 2002,
les 9 et 18 octobre 2002


http://www.sporty-zimowe.archus.pl/skoki/ps-zakopane-01-2002/index_uk.php
ARCHUS DESIGN, Puchar Swiata w skokach Narciarskich Zakopane 18, Dernière mise à jour :
2002, consulté le 27 septembre 2002
Projet Modélisation -34- Tremplin saut à ski


http://www.lexique-jo.org/liste5.cfm?langue=Francais
ANGIE INTERACTIVE, Lexique officiel des sports olympiques, Dernière mise à jour : 2002, consulté
le 4 octobre 2002


http://www.labm.univ-mrs.fr/axe3_applics.html
BERTON E., Composante de recherche, Dernière mise à jour : non communiqué, consulté le 4 et 16
octobre 2002, les 3 et 11 novmembre et le 4 décembre 2002


http://www.pubs.asce.org/ceonline/0899feat.html
FORTNER B., An Olympic endeavor, Dernière mise à jour : août 1999 ; consulté le 28 septembre
2002 et le 16 octobre 2002


http://www.google.be
GOOGLE, Google Belgique (moteur de recherche), Dernière mise à jour : dernière date susmentionnée,
consulté le : toutes les dates susmentionnées.





Projet Modélisation -35- Tremplin saut à ski

X. ANNEXES



Annexe 1 : Détermination de « z »



Projet Modélisation -36- Tremplin saut à ski
Avant de pouvoir travailler sur la partie courbe du tremplin, il est important de connaître
différentes informations telles que la hauteur du tremplin ou l’angle entre les deux rayons qui
forment l’arc de cercle parcouru par le skieur . Pour ce faire quelques calculs préliminaires
s’imposent. Il est à noter que tous les résultats s’exprimeront en fonction des paramètres du
tremplin (c’est-à-dire e, es, R1,t,θ et α )

On remarque assez rapidement, en se basant sur les angles se situant près du centre du cercle
(point c) que

θ γ α = −

Pour pouvoir par la suite avancer dans nos calculs, il est important de connaître la hauteur Z
entre le point d’entrée sur la partie courbe et celui de sortie.

.sin z W β =

Nous voyons graphiquement (au point b) que

2
θ
β α = +
Or θ γ α = − ce qui implique que

2
γ α
β
+
=
Pour déterminer W nous allons nous placer dans le triangle abc, par la règle des sinus nous
déterminons que
sin( )
sin
2 2
1 W R
π θ
θ

=
Ce qui nous donne

1.sin 1.sin( )
( )
cos cos
2 2
R R
W
θ γ α
θ γ α

= =



Nous obtenons alors

z =
sin( ) ( )
1 sin
( )
2
cos
2
R
γ α γ α
γ α
− +
⋅ ⋅


Projet Modélisation -37- Tremplin saut à ski

Annexe 2 : Programmation en code Matlab

Voici le code Matlab utilisé pour faire les différents graphiques qui jalonnent ce travail. Pour
commencer nous déclarons tous les paramètres utilisés lors des différentes parties du travail.

format long;
t=6.35;
e=75.26
es=8;
gama=35*3.141592645/180;
alpha=10.5*3.141592645/180 ;
r1=80;
g=9.81;
beta=-34*pi/180;
betaL=-33*pi/180 ;
teta=gama-alpha;
mud=tan(2.5*pi/180); mud est le coefficient de frottement entre les skis et la piste
Vn=2.65; Vn est la vitesse de l’impulsion

h=(e-es-r1*teta)*sin(gama)+t*sin(alpha)+r1*sin(teta/2+alpha)*sin(teta)/cos(teta/2);
h est la hauteur du tremplin (du point de départ au bout de la table


Pour commencer nous calculons la vitesse de sortie du tremplin sans résistance de l’air et
sans frottements et nous la mettons en graphique.

v=sqrt(2*h*g)
fprintf('\nVitesse de sortie du tremplin ss frott et ss implusion = %f m/s\n',v)
Pas=0.001
x=0.0:Pas:90;
y1=-g/2*x.^2/(v^2*(cos(alpha))^2)-tan(alpha)*x;
plot(x,y1,'r'),axis equal
xlabel('x');ylabel('y');
title ('Trajectoire du sauteur dans l air')
grid on
hold on

Nous calculons après la vitesse de sortie su tremplin avec une résistance entre les skis et la
piste. La mise en graphique se ferait de la même manière que pour le cas précédent.

Vt=sqrt(2*g*(h-mud*(cos(gama)*(e-es-r1*teta)+cos(alpha)*t+r1*(sin(gama)-sin(alpha)))))

Nous continuons en calculant la vitesse de sortie du tremplin avec le frottement entre les skis
et la piste ainsi que la résitance de l’air. Pour ce faire, les équations différentielles obtenues dans
ce travail sont résolues via Matlab. La transmission des conditions initiales a été expliquée dans le
travail. Les fonctions contenant les équations que Matlab résout se trouvent à la fin de cette
annexe.

options=odeset('AbsTol',1e-30,'RelTol',1e-12); Diminue les erreurs dans Matlab
Projet Modélisation -38- Tremplin saut à ski
[a1,b1]=ode45('droite1',[0 e-es-r1*teta],0,options);
[n,p]=size(b1);
[a2,b2]=ode45('courbe',[pi/2-gama pi/2-alpha],b1(n)/r1^2,options);
[q,r]=size(b2);
sqrt(b2*r1^2);
[a3,b3]=ode45('droite3',[0 t],b2(q)*r1^2,options);
Vt=sqrt(b3(11))

Nous introduisons ensuite l’impulsion donnée par le skieur au bout du tremplin. La vitesse
tangentielle a été définie au début du programme dans les constantes. Ensuite nous traçons cette
trajectoire.

v=sqrt(Vt^2+Vn^2); nouvelle vitesse
alpha=alpha-atan(Vn/Vt) nouvel angle de départ

y2=-g/2*x.^2/(v^2*(cos(alpha))^2)-tan(alpha)*x;
plot(x,y2,'b')

Maintenant nous allons nous intéresser aux différentes équations des phases de vol.

La première phase de vol est celle donnée par la F.I.S. Elle est constituée de deux parties car
les coefficients changent après 0,6 seconde.

options=odeset('AbsTol',1e-30,'RelTol',1e-5)

[t,y]=ode23s('vol1',[0 0.6],[0 0 23.9 0.08686],options);
plot(y(:,1),y(:,2),'c')
[s,u]=size(b2);
[t,q]=ode23s('vol2',[0.6 4],y(u,1:4),options);
plot(q(:,1),q(:,2),'c')

La deuxième phase de vol est celle dont les coefficients sont donnés par Science and Skiing.
Les coefficients varient quatre fois donc il y a quatre fonction appelée pour tracer la courbe.

[t,r]=ode23s('vollivre1',[0 0.1],[0 0 cos(alpha)*v -sin(alpha)*v],options);
plot(r(:,1),r(:,2),'k')
hold on
[p,q]=size(r)
[t,r]=ode23s('vollivre2',[0.1 0.3],r(p,1:4),options);
plot(r(:,1),r(:,2),'k')
[p,q]=size(r)
[t,r]=ode23s('vollivre3',[0.3 0.5],r(p,1:4),options);
plot(r(:,1),r(:,2),'k')
[p,q]=size(r)
[t,r]=ode23s('vollivre4',[0.5 5],r(p,1:4),options);
plot(r(:,1),r(:,2),'k')

Voici la troisième trajectoire de vol

[t,r]=ode23s('volulb',[0 4],[0 0 cos(pi/18)*25.5 -sin(pi/18)*25.5],options);
Projet Modélisation -39- Tremplin saut à ski
plot(r(:,1),r(:,2),'k')

Cette fonction trace la piste d’atterissage, son code est donné par après.

piste(Pas)

Voici maintenant les différentes fonctions utilisées dans le code qui précède.

function dxp2=droite1(xp2,x)
m=70;
mud=tan(2.5*pi/180);
k=0.0014;
r1=100;
g=9.81;
gama=35*3.141592645/180;
dxp2=0;
dxp2=2*g*(sin(gama)-mud*cos(gama))-2*(k/m)*dxp2;

function dtp2=courbe(tp2,teta)
m=70;
mud=tan(2.5*pi/180);
k=0.0014;
r1=100;
g=9.81;
dtp2=0;
dtp2=-2*tp2*(mud+(k/m)*r1)+2*(g/r1)*(cos(teta)-mud*sin(teta));

function dxp2=droite3(xp2,x)
m=70;
mud=tan(2.5*pi/180);
k=0.0030;
r1=100;
g=9.81;
alpha=35*3.141592645/180;
dxp2=0;
dxp2=2*g*(sin(alpha)-mud*cos(alpha))-2*(k/m)*dxp2;


function dy=vol1(t,y)
dy=zeros(4,1);
dy(1)=y(3)*cos(y(4));
dy(2)=-y(3)*sin(y(4));
dy(3)=9.8*sin(y(4))-(0.0025-1.9757e-5*y(4)+6.3123e-6*y(4)^2-1.7948e-7*y(4)^3+1.912e-
9*y(4)^4+0.0004*sqrt((1-t/0.6)^3))*y(3)^2;
dy(4)=(9.8*cos(y(4))-(0.0036+9.356e-5*y(4)-1.5767e-7*y(4)^2-2.9684e-8*y(4)^3+3.083e-
10*y(4)^4-0.0008*(1-t/0.6)^2)*y(3)^2)/y(3);

function dy=vol1(t,y)
dy=zeros(4,1);
dy(1)=y(3)*cos(y(4));
Projet Modélisation -40- Tremplin saut à ski
dy(2)=-y(3)*sin(y(4));
dy(3)=9.8*sin(y(4))-(0.0025-1.9757e-5*y(4)+6.3123e-6*y(4)^2-1.7948e-7*y(4)^3+1.912e-
9*y(4)^4)*y(3)^2;
dy(4)=(9.8*cos(y(4))-(0.0036+9.356e-5*y(4)-1.5767e-7*y(4)^2-2.9684e-8*y(4)^3+3.083e-
10*y(4)^4)*y(3)^2)/y(3);

function dy=vollivre1(t,y)
ro=1.19;
m=75;
g=9.81;
D=0.4;
L=0.2;
dy=zeros(4,1);
dy(1)=y(3);
dy(2)=y(4);
dy(3)=(-ro*D*sqrt(y(3)^2+y(4)^2)*y(3)-ro*L*sqrt(y(3)^2+y(4)^2)*y(4))/(2*m);
dy(4)=(-ro*D*sqrt(y(3)^2+y(4)^2)*y(4)+ro*L*sqrt(y(3)^2+y(4)^2)*y(3))/(2*m)-g;

Les fonctions vollivre2, 3, 4 ainsi que volulb sont semblable à vollivre1 si ce n’est les
coefficients D et T qui varient. Les valeurs que prennent ces coefficients se trouvent dans le
présent travail

Fonction qui modélise la piste d’attérisage.

function[]=piste(pas)
pas=.001;
O=[0 0];
P=[68.96 -36.38];
K=[78.47 -43.16];
L=[86.89 -48.57];
Btx=[O(1) P(1)];
Bty=[O(2) P(2)];
p1=polyfit(Btx,Bty,1);
xp1=[O(1):pas:P(1)];
yp1=p1(1)*xp1+p1(2);
x=[P(1);K(1);L(1)]; y=[P(2);K(2);L(2)];
p=polyfit(x,y,2);
xx=[P(1):pas:L(1)];
yy=p(1)*xx.^2+p(2)*xx+p(3);
plot(xp1,yp1,xx,yy)
hold on
kx=K(1);
ky=K(2);
plot(kx,ky,'-o')







Projet Modélisation -41- Tremplin saut à ski
Annexe 3 : Tremplin et piste d’atterrissage pour le saut à ski
(Source F.I.S.)

TABLE DES MATIÈRES
I. INTRODUCTION II. DESCRIPTION D’UN TREMPLIN DE SAUT À SKI
1. Description du tremplin 2. Description d’un saut : vol et réception p.5 p.6

p.4 p.5

III. LE SAUT SANS FORCES DE FROTTEMENT
1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin 2. Trajectoire du skieur dans l’air p.7 p.8

p.7

IV. LE SAUT AVEC LES FORCES DE FROTTEMENT SKIS-TREMPLIN
1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin 2. Simulation Matlab p.10 p.12

p.10

V. LE SAUT AVEC L’IMPULSION
1. Introduction 1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin 2. Simulation Matlab p.14 p.14 p.15

p.14

VI. LE SAUT AVEC LES FORCES DE RÉSISTANCE À L’AIR
1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin 2. Trajectoire du skieur dans l’air 3. Simulation Matlab p.17 p.20 p.23

p.17

VII. MODÉLISATION D’UN TREMPLIN K90
1. Introduction 2. Modélisation du tremplin 3. Modélisation de la piste 4. Simulation Matlab p.25 p.26 p.27 p.28

p.25

Projet Modélisation -2- Tremplin saut à ski

VIII. CONCLUSION IX. BIBLIOGRAPHIE X. ANNEXES
Annexe 1 : Détermination de « z » Annexe 2 : Programmation en code Matlab Annexe 3 : Tremplin et piste d’atterrissage p.35 p.37 p.41

p.32 p.33 p.35

Projet Modélisation -3- Tremplin saut à ski

I. INTRODUCTION

Le vingtième siècle a vu évoluer une société qui accorde de plus en plus d’importance aux loisirs et au sport. Aujourd’hui, de nombreuses familles partent à l’étranger pendant leurs vacances afin de se dépayser, mais aussi pour s’adonner à des activités physiques qu’elles ne peuvent pratiquer à l’ordinaire. Citons, par exemple, les sports d’hiver se déclinant sous une multitude de disciplines. Celles-ci ont connu, ces dernières décennies, une professionnalisation croissante. Une d’entre elles est le saut à ski. Pour pouvoir exercer ce sport, il faut des structures adaptées qui garantissent à chacun, amateur ou professionnel, une sécurité optimale. Nous avons été attirés par le lien qui pouvait exister entre ce sport et les principes que nous étudions aux cours de mécanique. C’est pourquoi, nous avons choisi de réaliser le projet consistant à dimensionner un tremplin de saut à ski. Pour qu’un tel projet puisse aboutir, il est essentiel de travailler en groupe. Dans un premier temps, nous avons regroupé le plus possible d’informations que nous avons triées et synthétisées. Une fois cette tâche réalisée, a commencé notre travail de modélisation proprement dit. Nous avons procédé étape par étape. Au départ, nous n’avons considéré aucune force de frottement. Ensuite, progressivement, nous avons ajouté certaines contraintes supplémentaires telles que les forces de frottement entre les skis et la piste, l’impulsion donnée par le skieur en bout de tremplin et les forces de résistance de l’air. Enfin, nous avons modélisé approximativement la piste d’atterrissage.

Projet Modélisation -4- Tremplin saut à ski

S. nous nous sommes basés sur les normes de construction imposées par la Fédération Internationale de Ski (F.I. Afin d’obtenir une modélisation aussi réaliste que possible. Description du tremplin Le profil d’un tremplin se compose d’abord d'une aire de démarrage constituée d’une ligne droite. elle fait l’objet de nombreuses compétitions dont les Jeux Olympiques. Figure 1 : Tremplin et piste d’atterrissage pour le saut à ski (Source : F. ensuite d’un arc de cercle assurant la transition avec la table de décollage.II. nous avons négligé certains paramètres tels les effets du vent. masse. Le but de ce sport est assez simple : il consiste à sauter le plus loin possible tout en gardant un style esthétique pour le vol et l’atterrissage. DESCRIPTION D’UN TREMPLIN DE SAUT À SKI Le saut à ski est une discipline assez ancienne . cette dernière étant un bref segment de droite. Projet Modélisation -5. La position de départ du skieur sera. à la fin de chaque saut. le skieur se voit attribuer un certain nombre de points en fonction de la distance parcourue mais aussi de son style.Tremplin saut à ski . Comme nous le montrerons plus loin. Il se peut donc qu’un skieur ne faisant pas le plus long saut gagne une compétition Un tremplin de saut à ski est composé de deux parties principales : le tremplin proprement dit qui va donner l’élan nécessaire au skieur pour son saut. etc.) 1.S. En effet. et la piste d’atterrissage (voir figure 1 dont un agrandissement se trouve en annexe 3).) et pourra se déplacer sur l’aire de démarrage.I. fonction de ses caractéristiques (aérodynamique. ces deux parties sont indissociables. Dans le cadre de ce projet.). conscients de nos limites tant temporelles que techniques. comme nous le verrons par la suite.

De part et d’autre de ce point K se trouvent les points P et L. Le point idéal d’atterrissage sur la piste est le point K. nous l’impose entre 8 et 11 degrés. e s (distance entre le haut du tremplin et la position de départ du skieur) et t (la longueur de la table). 2.Tremplin saut à ski . Il utilise son corps et ses skis comme une surface portante.Expliquons maintenant les paramètres du tremplin. α est l’angle entre la table de décollage et l’horizontale. En deçà ou au-delà de cette zone. il avoisine les 35 degrés. Les skieurs se repositionnent lors de l’atterrissage. les skieurs gardaient leurs skis bien en ligne dans l’axe pour réduire la résistance à l’air. il devient un véritable « projectile volant ». Projet Modélisation -6. Mais en 1989. il ne doit être ni trop grand pour que le skieur ne bascule pas en avant lors de sa prise d’élan. Cette position a pour effet d’augmenter la superficie en dessous du corps donnant plus de portance aérodynamique (notion définie en VI). un skieur révolutionne le saut à ski en positionnant ses skis en « V » ouverts vers l’avant. Le skieur se penche en avant. Avant 1989. Ils écartent légèrement les jambes pour avoir une plus grande stabilité mais aussi pour des raisons esthétiques. ni trop faible pour que sa vitesse de sortie soit suffisante. γ est l’angle entre la piste d’élan et l’horizontale . produisant un angle d’attaque positif sur le vent (c’est-à-dire l’angle entre les skis et l’horizontale). la F. il doit être suffisant pour permettre un passage en douceur entre les deux parties droites. Une fois le skieur dans l’air. r1 est le rayon du cercle de transition. La zone P-L détermine la zone d’atterrissage.S. Attardons-nous néanmoins quelque peu sur la trajectoire dans l’air. l’atterrissage y est dangereux.I. Les trois derniers paramètres du tremplin sont : e (distance entre le haut du tremplin et la table de décollage). Description d'un saut : vol et réception Au fur et à mesure de notre étude. nous détaillerons l’attitude du skieur sur le tremplin.

LE SAUT SANS FORCES DE FROTTEMENT Dans ce chapitre. l’énergie entre les points a et b est la même. Nous aurons au point a uniquement une énergie potentielle de gravitation (l’énergie cinétique y étant nulle) et au point b uniquement une énergie cinétique (l’énergie potentielle de gravitation y étant nulle car c’est à cette hauteur que nous fixerons le potentiel nul). l’impulsion donnée ainsi que la résistance à l’air.Tremplin saut à ski . cela signifie que nous négligeons la force de frottement entre les skis et la piste.III. nous allons considérer que nous pouvons appliquer la loi de conservation de l’énergie. Figure 2 : tremplin de saut à ski Projet Modélisation -7. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin En considérant qu’il y a conservation de l’énergie sur le tremplin. 1. En d’autres mots.

(γ − α )). h s’obtient par construction géométrique.θ ). g la constante gravitation universelle à la surface de la terre .x = 0  ⇔ ⇔  2  z = − gt / 2 + z0t + z0 m.[(e − es − r1. z0 = v0 sin α . Trajectoire du skieur dans l’air Considérons.Tremplin saut à ski (7) .La loi de conservation de l’énergie peut donc s’écrire sous la forme (1).  x = x0t + x0  x = x0 m. nous la prenons égale à 9. m représente la masse du skieur avec son équipement.sin α ] (5) (γ − α ) 2 cos 2 2.a (6) L’équation (6) donne le système (7) avec les conditions initiales x0 = v0 cos α .sin γ + r1⋅ sin(γ − α ) (γ + α ) ⋅ sin + t. F = m. la somme des forces exercées sur un point est égale au produit de sa masse par son accélération. Le vol est donc régit par la 3ème loi de Newton.g. m.sin γ + z + t. Nous assimilerons le skieur à un point matériel lancé avec une vitesse initiale correspondant à la vitesse de sortie du tremplin vo . v0 = 2.sin α (γ − α ) 2 cos 2 (4) Par conséquent. Nous obtenons h en l’exprimant par rapport aux six paramètres du tremplin.h = Nous isolons v0 .h (2) Il nous faut donc déterminer h pour pouvoir connaître la vitesse.sin γ + r1⋅ sin(γ − α ) (γ + α ) ⋅ sin + t.v0 ² 2 (1) v0 = 2.g . m.g  z = − gt + z0  Projet Modélisation -8. h = (e − es − r1. pour cette première étape de la modélisation du saut.sin α (3) Le développement de z se trouve en annexe 1.81 m/s² et v0 la vitesse de sortie du tremplin.g . que l'espace est assimilable au vide.z = −m. h = (e − es − r1.(γ − α )). c'est-à-dire que le skieur n'est soumis qu'à l'unique attraction de la terre. nous déterminons v0 en injectant h dans (2).

 x = v0 cos α t   2  z = − gt / 2 + v0 sin α t  (8) Projet Modélisation -9.Tremplin saut à ski . nous avons x0 = 0 . z0 = 0 .Si l'on place l'origine de nos axes à la sortie de la piste. Nous obtenons alors un système entièrement déterminé par les conditions initiales.

Einitiale = Efinale − W (9) Cette relation exprime comme précédemment qu’il y a conservation de l’énergie.IV. Nous considérons un coefficient de frottement dynamique µ d .Tremplin saut à ski . Nous négligerons donc les éventuels aspects de fonte de glace sous les skis ainsi que la diminution du fartage des skis. Nous continuons à négliger l’impulsion donnée par le skieur ainsi que les forces dues à la résistance de l’air sur le skieur. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin Nous scindons le tremplin en trois parties (voir figure 3). Figure 3 : Tremplin de saut à ski divisé en trois parties avec forces de frottement sec Projet Modélisation -10. La première et la troisième correspondent à des lignes droites et la seconde à un arc de cercle. nous prenons en compte la dissipation d’énergie produite par la force de frottement. Cette force de frottement satisfait à la loi de Coulomb sur les frottements secs. LE SAUT AVEC LA FORCE DE FROTTEMENT SKIS-TREMPLIN Nous considérons dans cette partie la force de frottement entre les skis et la piste. celle-ci se calcule au moyen du travail W de cette force le long de la courbe. Dans ce casci. c’est-à-dire l’enduction de graisse sous les skis pour réduire l’adhérence. 1.

elle ne dépend pas de la position.Tremplin saut à ski . la force de frottement s’exprime exactement de la même manière que sur la première partie à la différence que l’angle entre la force de gravitation et l’horizontale est fonction du temps. W 1 = − ∫ Ffr ⋅ dl = − Ffr ⋅ ∫ dl = − Ffr ⋅ (e − es − r1. W 1 = − ∫ Ffr ⋅ dl (13) Appliquons ceci dans notre cas. ⇒ W 1 = −m ⋅ g ⋅ µd ⋅ cos γ ⋅ (e − es − r1 ⋅ θ ) (15) Partie 2 Sur cette deuxième partie du tremplin. Ffr = µ d ⋅ S (10) (11) Nous en déduisons la force de frottement. nous nous plaçons dans un repère mobile (nous utilisons des axes en coordonnées polaires). la force de frottement étant constante tout le long de la ligne droite.θ ) (14) En effet. puisque γ reste constant. Ff r = − m ⋅ g ⋅ µ ⋅ cosψ ⋅ 1θ dl = r1 ⋅ dθ ⋅ 1θ (16) (17) Nous exprimons l’énergie de la même manière que précédemment. nous trouvons que ψ vaut γ − θ . S = m ⋅ g ⋅ cos γ Exprimons la loi de Coulomb. En se référant à l’annexe 1. Pour nous faciliter les calculs.Partie 1 Nous écrivons l’équilibre des forces par rapport à un axe perpendiculaire à la piste. W 2 = ∫ Ffr ⋅ dl (18) γ −α W2 = ∫ 0 −r1 ⋅ m ⋅ g ⋅ µd ⋅ cosψ ⋅ dθ = − γ −α ∫ 0 r1 ⋅ m ⋅ g ⋅ µ d ⋅ cos(γ − θ ) ⋅ dθ = r1 ⋅ m ⋅ g ⋅ µ d ⋅ [sin(γ − θ ) ]0 γ −α ⇒ W 2 = − r1 ⋅ m ⋅ g ⋅ µd ⋅ (sin γ − sin α ) (19) Projet Modélisation -11. Ffr = µ d ⋅ m ⋅ g ⋅ cos γ (12) L’énergie dissipée W 1 est le travail de la force de frottement le long du déplacement.

Partie 3 Pour la troisième partie. Projet Modélisation -12. m ⋅ vo ² (22) 2 W = W 1 + W 2 + W 3 = − m ⋅ g ⋅ µd ⋅ [ cos γ ⋅ (e − es − R1 ⋅ θ ) + t ⋅ cos α + R1 ⋅ sin(γ − α )] (23) Einitiale = m ⋅ g ⋅ h (21)1 Efinale = ⇒ m⋅ g ⋅h = m ⋅ vo ² + m ⋅ g ⋅ µd ⋅ [ cos γ ⋅ (e − es − R1 ⋅ θ ) + t ⋅ cos α + R1 ⋅ (sin γ − sin α ) ] 2 ⇔ vo = 2 ⋅ g ⋅ {h − µd ⋅ [cos γ ⋅ (e − es − R1 ⋅ θ ) + t ⋅ cos α + R1 ⋅ (sin γ − sin α ) ]} (24) 2. En effet. les conditions de vol sont identiques à l’exception de la vitesse initiale. le raisonnement est analogue à la première partie.Tremplin saut à ski .1. W 3 = − m ⋅ g ⋅ µ d ⋅ t ⋅ cos α (20) Conclusion La vitesse de sortie v0 du tremplin s’obtient à partir de la relation (9). Il faut seulement changer la longueur de piste sur laquelle la force se dissipe et l’angle d’inclinaison par rapport à l’horizontale. 1 h est défini en III. Simulation Matlab La trajectoire s’obtient de la même manière que précédemment.

Nous remarquons que les deux trajectoires ne sont pas encore de bonnes approximations de la trajectoire réelle du skieur. Projet Modélisation -13. ajouté une force de frottement sur la piste. dans les conditions idéales. le skieur devrait atterrir au point K. Cette relative différence peut s’expliquer par le fait que nous avons négligé l’impulsion. il fera un saut plus court. Ceci a eu pour effet de réduire la vitesse initiale du skieur.Tremplin saut à ski . De cette manière. or nous en sommes encore loin. ainsi que la résistance à l’air. En effet. dans ce paragraphe.Figure 4 : Comparaison des trajectoires avec ou sans frottements Nous avons.

c’est-à-dire que nous n’analyserons pas la partie dynamique de la détente du skieur mais nous supposerons que le seul effet de l’impulsion est l’ajout à la vitesse de sortie du tremplin d’une vitesse perpendiculaire. Au départ. Si. dirigée vers le haut. en poussant sur le sol.Tremplin saut à ski . De même. cela va augmenter la résistance à l’air et donc diminuer la longueur du saut. C’est le système articulé aux chevilles. Calcul de la vitesse de sortie du skieur L’impulsion va donc donner au skieur une vitesse supplémentaire perpendiculaire à la table. le skieur saute trop tard. Le skieur doit trouver le meilleur compromis entre sa poussée vers le haut et sa rotation propre. nous supposons que l’impulsion se fait de manière instantanée. l’angle d’attaque ne joue aucun rôle. Dans notre modélisation. va s’étendre et donner au buste une vitesse perpendiculaire à la table. Dès que le skieur arrive sur la table d’envol. Introduction Jusqu’ici. Enfin. Pour ce faire. Arrivé dans la partie courbe. Nous additionnerons vectoriellement ces deux vitesses et nous obtiendrons ainsi une nouvelle vitesse initiale pour la phase de vol. 2. Ainsi positionné. tout en gardant ses skis sur cette table. il va minimiser les frottements de l’air sur son corps. nous avons négligé toute réaction de l’air. Projet Modélisation -14. ce dernier partait du haut du tremplin sans vitesse initiale. comme le skieur est assimilé à un point matériel. il parfait sa position en abaissant les avant-bras perpendiculairement à la piste. Néanmoins. le skieur lance ses bras vers l’arrière. Elle va aussi le positionner face au vent. cela aura pour effet de lui communiquer une rotation qui lui permettra d’atteindre le bon angle d’attaque (angle entre les skis et l’horizontale). Cet angle va rester presque constant durant tout le vol. c’est-à-dire en bout de table de décollage. S’il saute trop tôt. Juste à la fin de la table. Vu que nous considérons toujours le skieur assimilé à un point matériel n’interagissant pas avec l’air. le skieur va se propulser dans l’air perpendiculairement à la piste. Sous de telles hypothèses. ses skis vont pointer vers le haut et il risque de perdre le contrôle de son vol. Nous introduirons dans ce chapitre l’impulsion du skieur en bout de tremplin. En effet. nous l’expliquerons pour une meilleure compréhension et pour la justification des paramètres utilisés lors de l’introduction de la résistance à l’air. En même temps. c’est-à-dire qu’il ne se propulsait pas sur le tremplin mais se laissait glisser. il ne sautait pas en fin de tremplin. Il doit également se concentrer afin de se détendre au bon moment.V. et il n’a alors qu’à se laisser glisser. nous avons considéré un skieur passif. le skieur va se préparer à sauter. tous les skieurs auraient exactement la même trajectoire et il n’y aurait aucun intérêt sur le plan compétitif. l’attitude du skieur n’a donc aucune importance. au contraire. genoux et hanches qui. le skieur s’accroupit en collant au mieux son buste à ses cuisses et il plaque ses bras le long du corps. son attitude n’aura aucun effet sur notre modélisation. LE SAUT AVEC L’IMPULSION 1. il va relever légèrement ses hanches tout en restant collé à ses cuisses afin d’optimiser sa position de saut et de conserver son profil aérodynamique. nous ne considérons donc pas l’effet de rotation du skieur. ses skis vont pointer vers le bas. De plus.

Figure 6 : Comparaison de la trajectoire du skieur dans l’air avec et sans l’impulsion Projet Modélisation -15. Figure 5 : Décomposition de la vitesse de sortie du tremplin v 0 v0 = vt 2 + vn 2 (25) et α ' = α − arctan vn vt (26) 3. Simulation Matlab La trajectoire s’obtient de la même manière que précédemment.Voici comment l’impulsion influence le vecteur v 0 (vitesse de sortie du tremplin).Tremplin saut à ski .

ait un rôle très important. Ceci explique pourquoi la courbe avec impulsion (en bleu) va plus loin que celle sans impulsion (en rouge). Cette variation est assez faible (voir figure 6). De cette manière. La modélisation de la phase de vol doit donc encore être affinée. Il semble que la force de portance. qui résultera de la résistance à l’air. Cependant. mais un angle bien plus faible. Le changement vraiment important se situe au niveau de l’angle avec lequel le skieur décolle . en effet.Tremplin saut à ski .A ce stade. il ne décollera plus avec angle d’environ dix degrés par rapport à l’horizontale. il modifie sa vitesse initiale. nous avons rajouté l’impulsion que le skieur imprime sur la table de décollage. Projet Modélisation -16. quelques dixièmes de mètres par seconde. le skieur est encore assez loin du point K.

Cette force est la résistance à l’air. par le principe d’action-réaction de Newton. la force de frottement entre les skis et la piste et la Projet Modélisation -17. de direction perpendiculaire à la vitesse et dans notre cas orientée vers le haut (voir figure 7). de même direction que la vitesse mais de sens opposé et la portance.VI. les forces de traînée et de portance dépendent aussi de la densité de l’air ρ = 1. Calcul de la vitesse de sortie du tremplin A cette étape. l’air exercera également une force sur ce solide. On peut la décomposer en deux forces perpendiculaires : la traînée. nous modélisons le déplacement du skieur sur le tremplin de manière beaucoup plus réaliste. Toutefois. Elles sont établies en soufflerie car elles font appel à des notions de mécanique des fluides avancées comme. Le corps doit donc fournir une force pour déplacer l’air. Ces deux forces sont proportionnelles au carré de la vitesse selon un coefficient variant au cours du temps. LE SAUT AVEC LES FORCES DE RÉSISTANCE À L’AIR Dès qu’un corps solide bouge. mais. par exemple. il déplace un volume d’air et en prend la place.Tremplin saut à ski . Les valeurs de ces coefficients sont différentes pour la traînée et la portance. Figure 7 : forces de traînée et de portance 1.19 kg / m³ ρ   FT = 2 ⋅ v ² ⋅ T    F = ρ ⋅ v² ⋅ P  P 2  (27) (28) Sur le tremplin. la réaction de liaison entre le skieur et la piste. nous négligerons la composante portante de la résistance de l’air tandis que dans la phase de vol. il est indispensable de tenir compte de la traînée et de la portance. Nous avons quatre forces agissant sur le skieur : la force de gravitation de la terre. le fait que les skis mis en forme de « V » augmentent la surface portante par rapport à des skis parallèles alors que la surface du skieur reste constante.

Ecrivons la troisième loi de Newton pour le skieur. A partir de (31). (33) Ffr = µ d ⋅ m ⋅ g ⋅ cos χ (34) Nous pouvons aussi exprimer que l’accélération est égale à la moitié de la dérivée de la vitesse au carré par rapport à la position.force de traînée qui a été décrite au paragraphe précédent. S = m ⋅ g ⋅ cos χ Injectons (33) dans (32). nous trouvons S . c’est-à-dire la ligne d’élan et la table de décollage. x= ii 1 dx ⋅ 2 dx i2 (35) Projet Modélisation -18. χ est l’angle entre l’horizontale et la ligne droite (voir figure 8). En effet les équations différentielles ne se résoudront pas de la même manière que l’on se trouve sur l’une des deux parties droites ou sur la courbe. m ⋅ g + Ffr + FT + S = m ⋅ a (29) Il nous faudra dans un premier temps considérer chaque partie du tremplin indépendamment. ii m ⋅ x = m ⋅ g ⋅ sin χ − F − F fr T  ii  m ⋅ y = − m ⋅ g ⋅ cos χ + S   Ffr = µd ⋅ S  ii (30) (31) (32) Or y = 0 puisque le skieur ne peut se déplacer que le long de la piste qui en l’occurrence ici est l’axe x.Tremplin saut à ski . Figure 8 : Forces agissant sur le skieur sur la ligne droite Projetons les forces sur les axes et écrivons la loi de Coulomb sur le frottement. Considérons dans un premier temps les parties droites.

c’est-à-dire. Il est aussi à noter que pour résoudre cette équation via Matlab. Intéressons nous maintenant à ce qui se passe sur la courbe du tremplin. nous prendrons un χ égal à γ tandis que pour la table de décollage nous le prendrons égal à α . i Figure 9 : tremplin de saut à ski avec les forces de traînée et de portance sur le skieur Projet Modélisation -19. il faudra poser que x = vx . soit pour une application directement numérique via un logiciel tel que Matlab. avant toute utilisation de cette équation poser les conditions initiales. soit pour une résolution analytique. comme nous travaillons sur une courbe. la vitesse initiale au carré au moment où le skieur passe à la position initiale. Les forces en jeu sont exactement les mêmes mais. En effet Matlab résout des systèmes d’équations différentielles du premier ordre et de cette manière c’est ce que nous obtenons : un système de deux équations différentielles du premier ordre Dans le cas de la première ligne droite. i d x² = −2 ⋅ k ⋅ x ² + 2 ⋅ g ⋅ sin χ − 2 ⋅ g ⋅ µ d ⋅ cos χ dx i (36) Il faudra. ceci nous obtenons une équation qui sera directement utilisable.Grâce à tout.Tremplin saut à ski . dans ce cas-ci. l’angle que nous avions noté χ précédemment variera au cours du temps et nous devrons introduire un repère variable (repère polaire) pour écrire les équations projetées sur les axes données par la troisième loi de Newton (37 & 38).

nous obtiendrons pour des valeurs déterminées du coefficient de traînée T. v = r ⋅θ A l’aide de (38) nous obtenons (40).Tremplin saut à ski . En réalité. En plus de la force de gravitation viennent s’ajouter deux forces. nous avions considéré que le skieur sautait dans le vide et de ce fait ne rencontrait aucune force de frottement et la seule force agissant alors était la force de gravitation proportionnelle à la masse et à g la constante de gravitation à la surface de la terre. Nous exprimons la troisième loi de Newton pour le skieur que nous avons assimilé à un point matériel. du coefficient de frottement dynamique entre les skis et la piste µ d et de la masse m une vitesse à la sortie du tremplin qui sera un peu plus faible que précédemment. 2. m ⋅ r1 ⋅ θ = − µd ⋅ m ⋅ (r1⋅ θ + g ⋅ sin θ ) − ii i2 ρ 2 ⋅ r12. Trajectoire du skieur dans l’air Dans un premier temps. La vitesse angulaire de sortie de la partie courbe donnera la vitesse initiale de la dernière partie du tremplin. En résolvant via Matlab. Projet Modélisation -20.θ ⋅ T + m ⋅ g ⋅ cos θ i i 2 (41) 1 dθ ² Nous pouvons exprimer comme précédemment que θ = ce qui nous donnera une 2 dθ équation différentielle d’où nous pourrons tirer la vitesse angulaire à la sortie du tremplin. i (39) S = m ⋅ r1⋅ θ + m ⋅ g ⋅ sin θ i2 (40) Nous injectons (27). Cela correspond en fait à la vitesse de sortie de la première partie droite au carré divisé par le rayon du cercle au carré. Nous exprimons la vitesse dans un repère polaire. (32) et (40) dans (37). la force de traînée FT et de portance FP . la description de la phase de vol est plus compliquée. ii i2 dθ 2⋅ g ρ ⋅ r1⋅ T = ⋅ (cos θ − µd ⋅ sin θ ) − θ ⋅ (2 ⋅ µ d + ) (42) dθ r1 m i2 Il faudra encore poser correctement les conditions initiales.m ⋅ (r ⋅ θ + 2 ⋅ r⋅ θ ) = − Ffr − FT + m ⋅ g ⋅ cos θ m ⋅ (r − r ⋅ θ ²) = − S + m ⋅ g ⋅ sin θ i ii ii i i (37) (38) ii i Or r et r sont nuls puisque le rayon reste constant et il n’y aura donc pas de vitesse et d’accélération suivant 1r . c’est-à-dire la vitesse angulaire au carré au moment où le skieur arrive au début de la courbe (lorsque θ = 0 ).

Figure 10 : Construction géométrique pour définir ϕ cos ϕ = v vx et sin ϕ = y v v (49) v = vx ² + v y ² (50) Projet Modélisation -21.  ii  m.m. le système ne peut pas être résolu car il reste fonction de l’angle ϕ . Posons (47) et (48) pour résoudre le système. ρ ρ  ii (45)  m. y = − ρ ⋅ v ² ⋅ T ⋅ sin ϕ + ρ ⋅ v ² ⋅ P ⋅ cos ϕ − m ⋅ g (46)   2 2 Nous obtenons dès lors un système de deux équations différentielles du second degré non linéaires. Toutefois écrit ainsi. ϕ étant l’angle entre l’horizontale et le vecteur vitesse (voir figure 10). i  x = vx i  y = vy  (47) (48) De cette manière. vx et vy . Pour modéliser le vol nous allons user d’un artifice et exprimer sin ϕ et cos ϕ en fonction de v . nous nous ramenons à un système de quatre équations différentielles du premier ordre non linéaires qu’il sera possible de résoudre via un logiciel tel que Matlab.Tremplin saut à ski . x = − FT ⋅ cosϕ − FP ⋅ sin ϕ  ii  m.g + FP + FT = m.a (43) Projetons les forces sur les axes pour obtenir un système de deux équations différentielles. y = − FT ⋅ sin ϕ + FP ⋅ cos ϕ − m ⋅ g  (44) (44bis) Nous injectons (27) et (28) dans ce système. x = − 2 ⋅ v ² ⋅ T ⋅ cosϕ − 2 ⋅ v ² ⋅ P ⋅ sin ϕ   ii m.

64 et à l’arrivée du point d’impact. il ne nous reste plus qu’à poser les conditions initiales à l’instant initial.1 à 0. 2 voir bibliographie Projet Modélisation -22.2 0. L’autre source de valeurs numériques est un travail réalisé par un assistant de l’U.58 Ensuite nous avons. nous fixerons l’origine des axes comme étant le point où se trouve le skieur à l’instant initial.75. dans Science and Skiing2 les constantes sont fixées.35.I. nous disposons d’un document de la F.S.Tremplin saut à ski . ρ  i m. c’est-à-dire à l’extrémité du tremplin.I.S. Pour ce faire.  x(t = 0) = 0  y (t = 0) = 0   vx (t = 0) = v0 ⋅ cos α v y (t = 0) = v0 ⋅ sin α  (55) (56) (57) (58) Avant de tracer la moindre courbe grâce à cet algorithme.3 à 0.6 0.65 0. jusqu’à l’atterrissage L=0. Afin de déterminer la trajectoire la plus proche de la réalité. le skieur préparant sa réception en se redressant.78 . nous avons plusieurs sources.B. Intervalle de temps 0 à 0. Quant à la position initiale. fixant une trajectoire de référence au travers d’un système de quatre équations (59 à 62).4 0. vx = − 2 ⋅ vx ² + v y ² ⋅ (T ⋅ vx − P ⋅ v y )  i m. v = − ρ ⋅ v ² + v ² ⋅ (T ⋅ v − P ⋅ v ) − m ⋅ g  y x y y x 2  i  x = vx i  y = vy  (51) (52) (53) (54) Avant de résoudre ce système.Nous obtenons pour finir un système de quatre équations.3s 0.L.68 P 0. pendant le vol on aura 0. Nous pourrons donc comparer les deux premières trajectoires avec celle de la F. La vitesse initiale à fait l’objet d’une étude au début de ce travail.5 seconde.1s 0. il est nécessaire de donner des valeurs numériques aux constantes T et P. qui fixait P à 0. approximativement. pour déterminer laquelle des trois arrive le plus près du point K.5s T 0. T va augmenter et on aura environ 0. Tout d’abord. T va encore varier.31 et T à 1. du temps initial à 0.

912 ⋅10 ⋅ϕ + 0.5767.6      (64) −5 −6 2 −7 3 −9 4 Les valeurs entre crochets sont ajoutées à la somme entre 0 et 0. Science and Skiing et un assistant de l’U.9684 ⋅10−8 ⋅ϕ3 + 3.I.Tremplin saut à ski .0004 ⋅ 1−    0.083⋅10−10 ⋅ϕ 4 + 0.10−7 ⋅ϕ 2 − 2.I. nous nous apercevons que la trajectoire la plus optimale est fournie par l’ouvrage « Science and Skiing » suivie de près par celle de la F.6      (63) 2  t   ka = 0.cos ϕ − ka ⋅ v ² )  v  (59) (60) (61) (62) avec les coefficients kw et ka fixés comme suit : 1.B. Le skieur prend juste après le décollage sa position d’envol et son centre de gravité change de place ce qui explique cette variation des deux coefficients. La troisième courbe peut être écartée car elle prend en compte une trop grande traînée pour une Projet Modélisation -23.S.3123.10 ⋅ϕ −1.0036 + 9.5  t    kw = 0.S.i  x = v ⋅ cos ϕ i  y = −v ⋅ sin ϕ i v = g ⋅ sin ϕ − kw ⋅ v ² i 1 ϕ = ⋅ ( g .356 ⋅10−5 ⋅ϕ −1.L.7948 ⋅10 ⋅ϕ +1. D’après les résultats obtenus (voir figure 11).. Figure 11 : Comparaison des trajectoires données par la F.0008 ⋅ 1−    0.6 seconde.0025 −1.9757 ⋅10 ⋅ϕ + 6.

3. la position aérodynamique du skieur pendant toute sa phase de vol est extrêmement importante. Ceci prouve que le skieur ne se laisse pas juste tomber mais qu’il effectue un véritable vol. le skieur n’atteindrait jamais le point K.faible portance. Projet Modélisation -24. Dans la suite de notre modélisation. Pour ce faire. Simulation Matlab Figure 12 : Trajectoire du skieur dans l’air avec et sans traînée et portance Nous remarquons que la force de portance a une grande importance dans la trajectoire du skieur. nous nous servirons donc de la trajectoire fournie par « Science and Skiing ».Tremplin saut à ski . C’est pour cette raison que les sauteurs prennent cette position si particulière « en V » pendant leur vol. Sans cela.

3 Source F.Tremplin saut à ski . l’angle entre les tangentes à la trajectoire et à la piste. Par l’équation (65). D’un autre côté. Il reste donc à voir comment le skieur va se réceptionner sur la piste d'atterrissage. v β = ϕ K − arcsin zK (65)3 vK Il est à noter que ϕ K − β . à savoir le début de la piste. Cette distance ne pouvant être trop grande afin que le skieur ne s'écrase pas au sol en cas de problème tel un saut trop court ou une chute. Ces différentes zones se situent. Une piste d'atterrissage se compose de quatre parties. les normes nous permettent de calculer β avec ϕ K l'angle entre la vitesse du skieur et l'horizontale au point K. Introduisons β correspondant à l'angle entre la tangente à la piste en K et l'horizontale. Projet Modélisation -25. L-U et après U. une zone d'atterrissage. Ce tronçon est constitué d'un arc de cercle. aux tronçons raccordant respectivement les points T-P. C'est entre les points P et L que tous les skieurs devraient atterrir. cela entraînerait un atterrissage trop violent. v K la vitesse en K et v zK la composante verticale de la vitesse au point K.2 m/s. si le skieur possédait une trop grande vitesse verticale. Elle peut être constituée soit d’un cercle d’un rayon de rl (déterminé par la suite). son profil n'est pas spécifiquement déterminé mais nous pouvons toutefois constater que la courbe suit relativement la trajectoire du skieur à une distance pouvant varier entre deux à six mètres. MODÉLISATION D’UN TREMPLIN K90 1. si nous nous reportons à la figure 1 ou à l’annexe 3.I. Introduction Nous avons maintenant effectué la modélisation du tremplin et de la phase de vol du skieur.VII. dont les angles des tangentes aux points P. nous y retrouverons donc naturellement le point correspondant au point d'atterrissage optimal prévu pour notre tremplin c'est-à-dire le point K. Remarquons que d’après les normes cette vitesse verticale n'est pas très grande et avoisine les 4. il ne doit pas non plus être pris trop grand. K et L sont déterminés en fonction de la vitesse et de l'angle ϕ d'arrivée.S. pour que la composante de la vitesse perpendiculaire à la piste ne soit pas trop importante. soit d’une clothoïde (courbe reliant un cercle à une droite de façon régulière). afin que le skieur n’aille pas s’écraser. La courbe de transition n'a comme utilité que de lier l'arc de cercle de le zone d'atterrissage à la zone de dégagement. en effet. ainsi que de déterminer cette dernière. ne doit pas être fixé trop petit. P-L. Le début de la piste relie le bas de la table à la courbe d'atterrissage. il ne faut pas que la trajectoire de vol soit trop tangente à la piste pour qu’il soit encore possible de voir où se trouve le point d’impact. une de raccordement et une de dégagement. En effet.

un point qui va nous permettre de trouver es en suivant les courbes montantes passant par celui-ci et la vitesse de sortie v0 en suivant les courbes descendantes.S. et une valeur de e . (figure 13) qui nous permet.Enfin. Modélisation du tremplin Avant de modéliser la piste. Dans notre exemple.) La figure 13 s’utilise comme suit.I.I. Les derniers paramètres sont fonctions de la vitesse. cette partie est une droite horizontale débutant au point U.9 m/s. en fixant un angle γ et la distance e . par exemple 76 mètres. nous devons d’abord réaliser le dimensionnement du tremplin. Projet Modélisation -26. nous devons fixer les différents paramètres du tremplin utilisés dans les paragraphes précédents. par exemple 35 degrés. Dans notre simulation.S. Dans notre modélisation. Après avoir fixé ces paramètres.I. Figure 13 : Table de la F.S. la longueur de la droite sera donc de cent mètres. Nous disposons d’une table de la F. de trouver la distance es et la vitesse de sortie du tremplin v0 . vient la courbe de dégagement qui permet au skieur de freiner en sécurité. nous obtenons es égal à 8 mètres et la vitesse initiale égale à 23. d'après les normes que nous a fourni la F. nous donne r1 égal au carré de la vitesse multiplié par 0. Pour ce faire.14 et t comme étant le quart de la vitesse.Tremplin saut à ski . (Source F.I. La longueur de cette droite est fixée par la distance de vol du skieur. La F. Nous obtenons sur le graphique. nous utilisons les développements théoriques réalisés précédemment pour vérifier que nous obtenons bien la même vitesse de sortie. 2. comme nous considérons un K90. nous fixons un angle γ .IS. nous obtenons une valeur très approchée.S. Nous voyons que cette distance doit valoir cent mètres pour toute distance de vol dépassant soixante mètres.

Prenons la table correspondant à notre α de 10. la F.I. Nous pouvons désormais donner par l’équation (66) l’opposée de la coordonnée en y de K (avec w égale à 90 mètres) et n par l’équation (67).I.5° (Source : F.) 4 5 Source F. Modélisation de la piste Modélisons donc la piste d'un tremplin K90.I.005   n   w  h  cos arctg    (67)5   1. Pour ce faire.S. h=  w  h  sin  arctg    (66)4   1. Figure 14 : table pour trouver le rapport h/n avec α =10. nous avons besoin de données supplémentaires. l’axe x l’horizontale et l’axe y la verticale ascendante. Pour ce faire. idem Projet Modélisation -27. nous avons décidé de ne pas développer l'aspect théorique des équations régissant la piste d'atterrissage.55.I.S.9 m/s. Néanmoins. il nous faut trouver le rapport entre h et n .Tremplin saut à ski . nous ne disposons pas encore de tous les paramètres utiles tels que les coordonnées des point P. en effet. nous nous baserons donc sur les données de la F.005   n  n= Afin de déterminer h et n . Pour définir ces coordonnées nous introduisons un système d’axes cartésiens dont l’origine est le bout de la table d’envol. nous donne des tables exprimant ce rapport en fonction de α . Nous trouvons que le rapport entre h et n est de 0.5 degrés et prenons le point d’intersection correspondant à la droite verticale w égale à 90 mètres et la vitesse de sortie égale à 23. K et L. v0 et w .S.S. c’est-à-dire la coordonnée en x de K. Afin de la modéliser.3.

I. w  rl =  + 0. la piste d'atterrissage est dimensionnée en fonction de la distance de saut et de la vitesse initiale.13w − 1. Nous avons modélisé le début de la piste comme une droite reliant le bout du tremplin au point P et la courbe P-K-L comme une courbe du second degré passant par ces trois points.Tremplin saut à ski .S. βL = β − 0. Ce résultat est assez inattendu car nous pourrions nous attendre à ce que le but soit de maximiser la longueur du saut.062 r2 (69)7  36  Grâce à w et aux formules (65) et (69) nous pouvons exprimer β L .375 −  v0 (68) 920  n  Le rayon de la courbe P-K-L rl s’exprime en fonction de r2 et w . mais. Conclusion – Simulation Matlab l1 = δβ ⋅ rl ⋅ π Comme nous l'avons montré. β P = β + δβ L'arc de courbe P-K vaut l1 et l’arc K-L vaut l2 . (71)9 (72)10 180 l2 = 0. w h 2  6 r2 =  0. Or un tremplin est fixé pour une seule longueur de saut. Choisissons un δβ valant trois degrés. nous nous sommes préoccupés que de la zone autour du point K. les normes conseillent de prendre un écart δβ entre β et β P valant entre un et trois degrés. c’est-à-dire l’angle entre l’horizontale et la tangente à la piste au point L. 4. 7 (73)11 Etant donné que nous avons fait le choix de ne modéliser qu’approximativement la piste d’atterrissage.7 180 rl π (70)8 Nous ne disposons encore d'aucune information au sujet de P. idem 8 idem 9 idem 10 idem 11 idem Projet Modélisation -28.Approchons la courbe de transition par un cercle de rayon r2 . Comment pourrions nous interpréter ce paradoxe qui met en doute tout 6 7 Source F.13 ⋅ w − 1.

c'est la composante normale à la piste de la vitesse qui sera compensée par la réaction du sol. nous faisons varier certains paramètres. Le skieur est donc soumis à une compression d'autant plus forte qu'il s'éloigne du point K. Pour ce faire on augmentera e s afin de diminuer la vitesse initiale. ce qui se fait en diminuant e s . c'est-à-dire entre les points P et L. Nous fixons tous les autres paramètres. cependant remarquons que l'angle entre la tangente à la piste et l'horizontale diminue lorsqu'on s'éloigne du point K. Masse Prenons toute une série de skieurs pesant de 55 à 90 kg (équipement compris). Celle-ci pouvant devenir dangereuse. Figure 15 : Comparaison des trajectoires de vol en fonction de la masse Projet Modélisation -29. De cette manière les meilleurs sauteurs ne pourront plus dépasser le point L. il sera nécessaire de diminuer la vitesse de sortie du tremplin pour la série suivante de sauts. Dans le cas d'une compétition. il faut donc obliger les skieurs à atterrir au voisinage de ce point. un skieur professionnel aura une meilleure position aérodynamique et donnera une meilleure impulsion au moment du décollage qu'un skieur amateur. Pour illustrer nos propos. Un skieur peut améliorer sa distance de saut en diminuant sa résistance à l'air de manière à garder plus de vitesse pendant sa phase de vol ou en donnant une plus grande impulsion au décollage. Nous pouvons être confrontés à des skieurs ayant des caractéristiques différentes.l'intérêt d'une compétition ? Pour ce faire. étudions ce qui se passerait si le skieur dépasse le point K. Nous simulons leur trajectoire grâce au programme Matlab que nous avons réalisé (annexe 2). Pour que tous les skieurs atterrissent dans la même zone. Pour augmenter cette vitesse. faiblement jusqu'en L puis fortement jusqu'en U ou il sera nul. lorsqu'un skieur dépassera le point L. il faudra que la vitesse de sortie des skieurs amateurs soit augmentée afin de compenser leur moins bon positionnement en vol. Il aura donc tendance à dépasser le point K. il faudra simplement que la longueur de leur élan soit plus importante. A l'atterrissage.Tremplin saut à ski .

Ces variations sont dues au fait que les forces de résistance à l’air dépendent de la masse. Prenons des skieurs qui donneront des impulsions différentes allant de 1. L’impulsion qui dépend de chaque skieur peut donc varier. D’après les normes de la F.6 m/s. Certains exercent le saut à ski en tant qu’amateurs et n’ont pas une technique aussi performante que des professionnels. la distance es des skieurs amateurs sera réduite de sorte que la vitesse de sortie du tremplin soit plus élevée pour que l’atterrissage se fasse aux environs du point K.Tremplin saut à ski . Certains mettent en danger leur santé en faisant régime et deviennent même parfois anorexiques. Projet Modélisation -30. Voici les trajectoires de simulation obtenues.6 m/s. celle-ci varie de 1.S.I. Par mesure de sécurité. Cela pose un problème dans les compétitions de saut à ski car la plupart des skieurs essaye d’être le plus léger possible.. Impulsion Tous les skieurs n’ont pas les mêmes aptitudes physiques et la même expérience.5 à 3. Nous remarquons (voir figures 17 et 18) que les skieurs amateurs avec une impulsion faible iront moins loin que les skieurs professionnels qui donneront une impulsion élevée.5 à 3.Figure 16 : Agrandissement au niveau du point K de la comparaison des trajectoires de vol en fonction de la masse Nous remarquons que les skieurs les plus légers parcourront une distance plus importante que les plus lourds et s’éloigneront fortement du point K alors que les autres seront bien en-deçà.

Figure 17 : Trajectoires de vol en fonction de la variation de l’impulsion Figure 18 : Agrandissement au point K des trajectoires de vol en fonction de la variation de l’impulsion Nous pouvons ainsi faire varier d’autres paramètres. Projet Modélisation -31. Lorsqu’un skieur va entamer un saut.Tremplin saut à ski . il est donc nécessaire de tenir compte de tous les paramètres pour fixer au mieux la distance es pour permettre aux skieurs d’atterrir aux environs du point K.

Il reste encore beaucoup de pistes à explorer. L’utilisation des outils informatiques nous a aussi semblé indispensable pour permettre à l’ingénieur d’optimiser son travail.VIII. Ainsi. nous n’avons pas eu l’occasion de couvrir l’entièreté du sujet.Tremplin saut à ski . Ce qui est indéniable. Au départ. Ce projet nous a permis de comprendre quelle doit être la démarche d’un ingénieur à l’heure d’aborder un problème. La détermination des normes d’un tremplin ou de toutes autres structures n’est pas aussi simple que nous pouvions le penser. toute la mécanique des fluides associée au mouvement d'un corps humain dans l'air affinerait la modélisation que nous avons réalisée. Projet Modélisation -32. CONCLUSION Cette modélisation nous a permis de découvrir toute la complexité d'un tremplin de saut à ski. nous pensions que ce projet allait faire exclusivement appel à nos cours de mécanique (rationnelle et des fluides) mais nous nous sommes rapidement rendus compte que tous les cours étaient liés et que les problèmes de l’ingénieur font appel à diverses matières à la fois. c’est que ce projet nous permit de changer le regard que nous portions sur ce sport pour lequel nous pensions que le seul but était d’arriver le plus loin possible. Vu le temps qui nous était imparti et vu le stade auquel nous nous trouvons dans notre formation.

2002 Le Petit Larousse illustré.eznet. Mécanique Rationnelle I. 1996 (in consideration of the changes until january 2001). Risk and Risk Reduction. Next World Cup Events. RASCHNER C.html RAGUSO V. Science and Skiing. consulté les 23. SCHWAMEDER H. Bruxelles : Presses Universitaires de Bruxelles. BIBLIOGRAPHIE MÜLLER E.Tremplin saut à ski . Paris : Larousse – Bordas. Skiing Forces.. Dernière mise à jour : 2000.-H. 2000. Août 2002. Bruxelles : Presses Universitaires de Bruxelles. 266 pages. 19 octobre 2002. MULLER W. 27 29 et 30 septembre 2002. 1997.php ARCHUS DESIGN.I.ch/ski_f. Standards for the construction of Jumping Hills.archus. 29 septembre 2002 et 4 octobre 2002. http://www. F.pdf Constructions de tremplins Gstaad.. DELCHAMBRE A. KORNEXL E.IX. « The importance of being light : aerodynamics forces and weight in ski jumping ». 18. Mécanique Rationnelle II. Dernière mise à jour : 10 mai 2002. Analyse Numérique... Dernière mise à jour : 2002. pages 1059-1070 http://www. 626 pages GASSER H.. 1998. in Journal of Biomechanics. les 9 et 18 octobre 2002 http://www. Oberhofen : Fédération Internationale de Ski.. consulté le 27 septembre 2002 Projet Modélisation -33.fis-ski. 26..pl/skoki/ps-zakopane-01-2002/index_uk. 15 novembre 2002 et le 7 décembre 2002. 25. 2001. http://www. consulté les 26 et 30 septembre 2002.. Dernière mise à jour : le 22 novembre 2002. Puchar Swiata w skokach Narciarskich Zakopane 18.net/~vraguso/Book_2/Forces..home. 9. 4. Cambridge : Chapman & Hall.S.. Bruxelles : Bureau des Étudiants de Polytechnique.com/ FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE SKI.sporty-zimowe. 1788 pages SCHMOLZER B..posthotelroessli. 230 pages TOLLEY M. 51 pages LAMY A. consulté les 27.

cfm?langue=Francais ANGIE INTERACTIVE. Lexique officiel des sports olympiques.org/ceonline/0899feat. Dernière mise à jour : non communiqué. Dernière mise à jour : août 1999 . Composante de recherche.labm. Projet Modélisation -34.be GOOGLE.asce. consulté le 4 et 16 octobre 2002.html FORTNER B. les 3 et 11 novmembre et le 4 décembre 2002 http://www. Dernière mise à jour : 2002.http://www. consulté le 28 septembre 2002 et le 16 octobre 2002 http://www.fr/axe3_applics. Google Belgique (moteur de recherche).Tremplin saut à ski .google. consulté le : toutes les dates susmentionnées. An Olympic endeavor.html BERTON E..org/liste5..lexique-jo. consulté le 4 octobre 2002 http://www. Dernière mise à jour : dernière date susmentionnée.pubs.univ-mrs.

Tremplin saut à ski .X. ANNEXES Annexe 1 : Détermination de « z » Projet Modélisation -35.

Pour ce faire quelques calculs préliminaires s’imposent.sin θ cos θ = 2 Nous obtenons alors z = R1⋅ sin(γ − α ) (γ + α ) ⋅ sin (γ − α ) 2 cos 2 Projet Modélisation -36.t.sin(γ − α ) (γ − α ) cos 2 π θ W= R1.sin β Nous voyons graphiquement (au point b) que β =α + Or θ = γ − α ce qui implique que θ 2 2 Pour déterminer W nous allons nous placer dans le triangle abc.θ et α ) On remarque assez rapidement. il est important de connaître différentes informations telles que la hauteur du tremplin ou l’angle entre les deux rayons qui forment l’arc de cercle parcouru par le skieur .Tremplin saut à ski . Il est à noter que tous les résultats s’exprimeront en fonction des paramètres du tremplin (c’est-à-dire e. z = W . en se basant sur les angles se situant près du centre du cercle (point c) que θ = γ −α Pour pouvoir par la suite avancer dans nos calculs.Avant de pouvoir travailler sur la partie courbe du tremplin. il est important de connaître la hauteur Z entre le point d’entrée sur la partie courbe et celui de sortie. es. R1. par la règle des sinus nous déterminons que sin θ = W Ce qui nous donne β= γ +α sin( − ) 2 2 R1 R1.

axis equal xlabel('x').35. les équations différentielles obtenues dans ce travail sont résolues via Matlab.26 es=8. Diminue les erreurs dans Matlab Projet Modélisation -37.5*3.1e-30. plot(x.1e-12). Les fonctions contenant les équations que Matlab résout se trouvent à la fin de cette annexe. gama=35*3.'r').ylabel('y'). e=75. Vn est la vitesse de l’impulsion h=(e-es-r1*teta)*sin(gama)+t*sin(alpha)+r1*sin(teta/2+alpha)*sin(teta)/cos(teta/2). t=6.Annexe 2 : Programmation en code Matlab Voici le code Matlab utilisé pour faire les différents graphiques qui jalonnent ce travail.'RelTol'.001 x=0.v) Pas=0.141592645/180. Pour commencer nous déclarons tous les paramètres utilisés lors des différentes parties du travail. Pour ce faire. format long. betaL=-33*pi/180 .^2/(v^2*(cos(alpha))^2)-tan(alpha)*x. g=9. h est la hauteur du tremplin (du point de départ au bout de la table Pour commencer nous calculons la vitesse de sortie du tremplin sans résistance de l’air et sans frottements et nous la mettons en graphique. options=odeset('AbsTol'. alpha=10.5*pi/180).0:Pas:90.141592645/180 .y1. mud=tan(2.Tremplin saut à ski . v=sqrt(2*h*g) fprintf('\nVitesse de sortie du tremplin ss frott et ss implusion = %f m/s\n'.65. Vt=sqrt(2*g*(h-mud*(cos(gama)*(e-es-r1*teta)+cos(alpha)*t+r1*(sin(gama)-sin(alpha))))) Nous continuons en calculant la vitesse de sortie du tremplin avec le frottement entre les skis et la piste ainsi que la résitance de l’air. La mise en graphique se ferait de la même manière que pour le cas précédent. title ('Trajectoire du sauteur dans l air') grid on hold on Nous calculons après la vitesse de sortie su tremplin avec une résistance entre les skis et la piste. beta=-34*pi/180. teta=gama-alpha. La transmission des conditions initiales a été expliquée dans le travail. r1=80. mud est le coefficient de frottement entre les skis et la piste Vn=2. y1=-g/2*x.81.

[0 0 cos(pi/18)*25. plot(r(:.y(:.1).1:4).1).'c') La deuxième phase de vol est celle dont les coefficients sont donnés par Science and Skiing.2). plot(x.b2]=ode45('courbe'.[0 0 cos(alpha)*v -sin(alpha)*v].r(p.q]=size(r) [t. Les coefficients varient quatre fois donc il y a quatre fonction appelée pour tracer la courbe.r]=ode23s('vollivre2'.[0.6 4].b1(n)/r1^2.r(p. [q.b3]=ode45('droite3'.options).2). options=odeset('AbsTol'.0.[pi/2-gama pi/2-alpha].y]=ode23s('vol1'.r]=ode23s('vollivre3'.options).1 0.5 5].2).b1]=ode45('droite1'.q]=ode23s('vol2'.'k') hold on [p. plot(y(:. Ensuite nous traçons cette trajectoire.r(:.u]=size(b2).'b') Maintenant nous allons nous intéresser aux différentes équations des phases de vol.y(u.[0. plot(r(:.5].2). v=sqrt(Vt^2+Vn^2).'RelTol'.r(:.6 seconde.S.r(p.r(:.08686].[0.options).9 0. [n.[0 e-es-r1*teta].1e-5) [t.'k') [p. [t.2).r]=size(b2).r]=ode23s('vollivre1'. La vitesse tangentielle a été définie au début du programme dans les constantes. Projet Modélisation -38. alpha=alpha-atan(Vn/Vt) nouvelle vitesse nouvel angle de départ y2=-g/2*x. [t.r(:.q(:.3 0.2). plot(q(:.[0 0. La première phase de vol est celle donnée par la F.5 -sin(pi/18)*25.[0 4].p]=size(b1).3]. [a3.q]=size(r) [t.[0.1e-30.'c') [s.6].y2.q]=size(r) [t.1:4).1].options).5]. [a2. sqrt(b2*r1^2).r]=ode23s('vollivre4'.[0 0 23.1).options).[a1.options).options).b2(q)*r1^2. Elle est constituée de deux parties car les coefficients changent après 0.^2/(v^2*(cos(alpha))^2)-tan(alpha)*x. plot(r(:.[0 0.1).'k') Voici la troisième trajectoire de vol [t.Tremplin saut à ski . Vt=sqrt(b3(11)) Nous introduisons ensuite l’impulsion donnée par le skieur au bout du tremplin.1:4).options).[0 t].r]=ode23s('volulb'.'k') [p.options).1). plot(r(:.I.1).1:4).options).

y) dy=zeros(4.0030.x) m=70. dy(4)=(9.y) dy=zeros(4.356e-5*y(4)-1. alpha=35*3. g=9.8*sin(y(4))-(0.6)^3))*y(3)^2. function dxp2=droite3(xp2. Projet Modélisation -39. gama=35*3. k=0. son code est donné par après.5*pi/180). g=9.9684e-8*y(4)^3+3. g=9. dxp2=2*g*(sin(gama)-mud*cos(gama))-2*(k/m)*dxp2.5*pi/180). dtp2=-2*tp2*(mud+(k/m)*r1)+2*(g/r1)*(cos(teta)-mud*sin(teta)). dxp2=2*g*(sin(alpha)-mud*cos(alpha))-2*(k/m)*dxp2.r(:.083e10*y(4)^4-0. k=0.0004*sqrt((1-t/0.9757e-5*y(4)+6.0014.0014.plot(r(:. r1=100.6)^2)*y(3)^2)/y(3). dy(1)=y(3)*cos(y(4)). function dxp2=droite1(xp2.3123e-6*y(4)^2-1. dy(3)=9.0008*(1-t/0.1).0036+9.8*cos(y(4))-(0. mud=tan(2.81.7948e-7*y(4)^3+1.teta) m=70. mud=tan(2.912e9*y(4)^4+0.1). function dtp2=courbe(tp2.Tremplin saut à ski .1). mud=tan(2.141592645/180. dxp2=0. dtp2=0. dxp2=0.2).141592645/180.5767e-7*y(4)^2-2.'k') Cette fonction trace la piste d’atterissage.81. piste(Pas) Voici maintenant les différentes fonctions utilisées dans le code qui précède.81.0025-1. dy(1)=y(3)*cos(y(4)). function dy=vol1(t.x) m=70. dy(2)=-y(3)*sin(y(4)). function dy=vol1(t. k=0. r1=100.5*pi/180). r1=100.

xp1=[O(1):pas:P(1)]. dy(4)=(9.yp1.ky.'-o') Projet Modélisation -40. dy(3)=(-ro*D*sqrt(y(3)^2+y(4)^2)*y(3)-ro*L*sqrt(y(3)^2+y(4)^2)*y(4))/(2*m).9684e-8*y(4)^3+3.89 -48.Bty. dy(3)=9. function[]=piste(pas) pas=.57].083e10*y(4)^4)*y(3)^2)/y(3).38]. Bty=[O(2) P(2)].81. O=[0 0]. xx=[P(1):pas:L(1)]. function dy=vollivre1(t. dy(2)=y(4).L(1)]. yp1=p1(1)*xp1+p1(2).Tremplin saut à ski . 3.y) ro=1.2).912e9*y(4)^4)*y(3)^2.47 -43. m=75.2.1).0025-1. x=[P(1).K(2).8*sin(y(4))-(0. dy=zeros(4. 4 ainsi que volulb sont semblable à vollivre1 si ce n’est les coefficients D et T qui varient. P=[68. L=0. D=0.y. L=[86.dy(2)=-y(3)*sin(y(4)).356e-5*y(4)-1.9757e-5*y(4)+6.1). Les fonctions vollivre2. yy=p(1)*xx.19. K=[78.3123e-6*y(4)^2-1.L(2)].16]. dy(1)=y(3).xx.yy) hold on kx=K(1). Btx=[O(1) P(1)].^2+p(2)*xx+p(3). ky=K(2).0036+9. plot(xp1.4. p=polyfit(x. plot(kx.001.8*cos(y(4))-(0. p1=polyfit(Btx. g=9. dy(4)=(-ro*D*sqrt(y(3)^2+y(4)^2)*y(4)+ro*L*sqrt(y(3)^2+y(4)^2)*y(3))/(2*m)-g. y=[P(2).7948e-7*y(4)^3+1.5767e-7*y(4)^2-2.K(1).96 -36. Les valeurs que prennent ces coefficients se trouvent dans le présent travail Fonction qui modélise la piste d’attérisage.

S.I.Annexe 3 : Tremplin et piste d’atterrissage pour le saut à ski (Source F.Tremplin saut à ski .) Projet Modélisation -41.