Vous êtes sur la page 1sur 3

Spécialité 2007.

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.


ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ.

Durée : 1 heure.

Thème du programme : la rationalisation des activités sociales chez We-


ber. Sujet 2007 Liban.

Ce sujet comporte un document.

Document 1.

Dans les temps modernes, l’Occident a connu en propre une autre forme de capita-
lisme : l’organisation rationnelle capitaliste du travail libre, dont on ne rencontre
ailleurs que de vagues ébauches. […]
Mais l’organisation rationnelle de l’entreprise, liée aux prévisions d’un marché régu-
lier et non aux occasions irrationnelles ou politiques de spéculer, n’est pas la seule
particularité du capitalisme occidental. Elle n’aurait pas été possible sans deux
autres facteurs importants : la séparation du ménage et de l’entreprise, qui domine
toute la vie économique moderne ; la comptabilité rationnelle, qui lui est intime-
ment liée […] cependant en dernière analyse, toutes ces particularités du capita-
lisme occidental n’ont reçu leur signification moderne que par leur association avec
l’organisation capitaliste du travail. […]
Il est notoire que la forme proprement moderne du capitalisme occidental a été dé-
terminée, dans une grande mesure, par le développement des possibilités tech-
niques. Aujourd’hui sa rationalité dépend essentiellement de la possibilité d’évaluer
les facteurs techniques les plus importants. Ce qui signifie qu’elle dépend de traits
particuliers de la science moderne, tout spécialement des sciences de la nature,
fondées sur les mathématiques et l’expérimentation rationnelles. […]
La structure rationnelle du droit et de l’administration est sans aucun doute impor-
tante. En effet, le capitalisme d’entreprise rationnel nécessite la prévision calculée,
non seulement en matière des techniques de production, mais aussi de droit, et
également une administration aux règles formelles. […]
La rationalisation sur la base d’un calcul rigoureux est l’une des caractéristiques
fondamentales de l’économie capitaliste individuelle, dirigée avec prévoyance et
circonspection vers le résultat escompté. Quel contraste avec la vie au jour du jour
du paysan, avec la routine de l’artisan des anciennes corporations et de ses privi-
lèges, ou encore avec le capitaliste aventurier attiré par l’exploitation des cir-
constances politiques et les spéculations irrationnelles.

Source Max Weber ; éthique protestante et esprit du capitalisme, Plon 1364, 1ère édi-
tion 1905.

Questions :

-1-
Spécialité 2007.
1. A l’aide de vos connaissances et du document, vous présenterez le proces-
sus de rationalisation des activités humaines dans la société capitaliste selon
Max Weber (9 points).
2. Expliquez la phrase soulignée. (5 points).
3. A partir d’un exemple de votre choix, vous montrerez qu’il y a des limites au
processus de rationalisation décrit par Weber. (6 points).

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.


ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ.

Durée : 1 heure.

Thème du programme : Progrès technique et évolution économique. Sujet


2007 Liban.

Ce sujet comporte un document.

Document 1.

Considérons ces fluctuations de longue durée affectant l’activité économique dont


l’analyse nous révèle davantage, que celle de n’importe quel autre phénomène, la
nature et le mécanisme de l’évolution capitaliste. Chacune de ces oscillations com-
prend une « révolution industrielle ». […]
De telles révolutions remodèlent périodiquement la structure existante de l’indus-
trie, en introduisant de nouvelles méthodes de production – l’usine mécanisée, l’u-
sine électrifiée, la synthèse chimique, et ainsi de suite ; de nouveaux biens – tels
que les services ferroviaires, les automobiles, les appareils électriques ; de nou-
velles formes d’organisation – telles que les fusions de sociétés ; de nouvelles
sources d’approvisionnement – laine de la Plata, coton d’Amérique, cuivre du Katan-
ga ; de nouvelles routes commerciales et de nouveaux marchés pour les achats ou
pour les ventes.
Ce processus de mutation industrielle imprime l’élan fondamental qui donne leur
ton général aux affaires : pendant que ces nouveautés sont mises en train, la dé-
pense est facile et la prospérité est prédominante – nonobstant, bien entendu, les
phases négatives des cycles plus courts superposés à la tendance fondamentale en
hausse – mais, en même temps que ces réalisations s’achèvent et que leurs fruits
se mettent à affluer, l’on assiste à l’élimination des éléments périmés de la
structure économique et la « dépression » est prédominante. Ainsi se succèdent des
périodes prolongées de gonflement et de dégonflement des prix, des taux d'intérêt,
et l’emploi et ainsi de suite, ces phénomènes constituant autant de pièces du mé-
canisme de rajeunissement récurrent de l’appareil de production.

-2-
Spécialité 2007.
Or, ces révolutions se traduisent chaque fois par une avalanche de biens de
consommation qui approfondit et élargit le montant du revenu réel, même si, initia-
lement, elle provoque des troubles, des pertes et du chômage. Et si nous observons
ces avalanches de biens de consommation, nous constatons de nouveau que cha-
cune d’entre elles consiste en articles servant à la consommation des masses et ac-
croît le pouvoir d’achat. […] nous constatons que l’évolution capitaliste améliore
progressivement le revenu d’existence des masses, non par en vertu d’une coïnci-
dence, mais de par le fonctionnement même de son mécanisme.
Source : J. Schumpeter, capitalisme, socialisme et démocratie, 1ère édition 1942,
Payot, 1960.

Questions.
1. A l’aide de vos connaissances et du document, vous analyserez les liens
entre les innovations et les cycles longs de l’économie selon J. A. Schumpeter.
(9 points).
2. Expliquez la phrase soulignée. (5 points).
3. L’évolution économique depuis une vingtaine d’années dans les pays occiden-
taux, confirme-t-elle les analyses de Schumpeter sur les cycles économiques ?
(6 points).

-3-