Vous êtes sur la page 1sur 6

1

Mesdames, messieurs,

Je suis particulièrement heureux de vous accueillir ici, au Théâtre de Saint-Quentin-en-


Yvelines, pour les traditionnels vœux de la communauté d’agglomération.
Je suis heureux car je savais que je pouvais compter sur vous pour participer à cette
cérémonie. Pour ma présence et celle des élus, elles étaient plus incertaines. La démocratie et
le suffrage universel sont passés par là. Les élections municipales ont eu lieu en 2008 et elles
ont vu la réélection de l’ensemble des maires en place. Avec, pour la majorité, des résultats
très larges et, pour certains, même impressionnants !

La présidence de l’agglomération étant liée à ces élections, les maires et les délégués à la
communauté d’agglomération m’ont renouvelé leur confiance.
Permettez-moi de voir dans le résultat de ces élections la réussite de notre projet, d’y voir
aussi et surtout le soutien des habitants à l’action que nous menons avec les maires dans les 7
communes.
J’entame donc avec les élus du conseil communautaire un nouveau mandat. C’est une grande
joie pour moi mais c’est aussi une grande responsabilité.

Avant de vous parler d’avenir et de projet, je voudrais évoquer avec vous la crise et ses
répercussions sur les collectivités en général, et sur la nôtre en particulier.
Saint-Quentin-en-Yvelines, malgré sa réussite indéniable, n’est pas hors du monde et hors de
France. Notre agglomération, comme les autres territoires, est touchée par la crise financière
et surtout économique. Les répercussions de cette crise, dont l’origine doit nous interroger sur
la folie d’un capitalisme financier sans règle, nous ont contraints à faire des choix budgétaires
parfois difficiles.

Cette année, nous réaliserons des économies dans l’ensemble des secteurs, exceptés les
transports et la solidarité.
Notre volonté est de renforcer nos atouts et de mutualiser encore davantage nos services avec
ceux des communes. Rigueur et mutualisation sont à l’ordre du jour.

Le plus important reste la réussite de notre territoire, réaffirmée chaque année en terme de
qualité de vie. Une qualité de vie primordiale à l’attractivité de notre agglomération. Nous y
participons pleinement dans l’exercice de nos missions.
Je pense au champ culturel avec la scène nationale, le réseau des médiathèques, au social,
secteur particulièrement prioritaire dans ce contexte de crise, avec notre plan local d’insertion
par l’emploi, notre école de la deuxième chance ou la Maison de justice et du droit qui fêtera
cette année son dixième anniversaire. Je pense également à nos actions en matière
d’environnement et de développement durable, à la santé avec notre Institut de promotion de
la santé, et au sport.

Je voudrais d’ailleurs profiter de ces vœux pour féliciter les sportifs olympiques qui ont porté
haut les couleurs de Saint-Quentin-en-Yvelines, Brice Panel en relais 4x400 m, Florence
Sireau-Gossiaux en tennis de table, et féliciter particulièrement notre double médaillée
olympique Nantenin Keïta en course 400 m et 200 m.
Notre agglomération a été construite sur des bases solides entre compétitivité, solidarité et
cadre de vie. Ces équilibres nous permettent aujourd’hui de regarder l’avenir avec confiance.
Pour affronter la crise, plus nos bases sont solides, plus ses effets sont minimisés. Nous
travaillons depuis toujours dans la maîtrise et le long terme… à l’inverse des marchés
2

financiers. Nous ne sommes pas dans le monde des spéculateurs et de l’économie virtuelle,
nous sommes dans la vraie vie !
En 2008, pour améliorer encore la qualité du territoire, nous avons continué à investir.
L’agglomération a consacré près de 100 millions d’euros pour répondre aux besoins des
habitants et des entreprises.

L’extension du gymnase des pyramides à Voisins-le-Bretonneux a été achevée, tout comme


le mail de la Grande-Ile. Nous avons construit un groupe scolaire à Elancourt ainsi qu’une
nouvelle maison de quartier à la Clef-de-St-Pierre. A Trappes, un espace pour les jeunes, un
groupe scolaire, la Maison de la petite enfance ont ouvert leurs portes, La médiathèque
Anatole-France a également été réhabilitée. Un centre de secours et d’incendie a été réalisé à
Magny-les-Hameaux. Le chantier de l’école de musique de Guyancourt a démarré. Enfin, la
Commanderie des Templiers a commencé sa réhabilitation et les travaux du Mérantais ont
bien avancé.
La deuxième dimension vertueuse de ces investissements est de remplir les carnets de
commandes de nombreuses entreprises. Certains ont tendance à l’oublier mais c’est là où la
taxe professionnelle est un véritable moteur de la croissance locale.

Le travail des équipes de l’agglomération a également permis de renforcer le dynamisme


économique du territoire.

Alors que d’autres peinent à atteindre un point de croissance, Saint-Quentin-en-Yvelines a


enregistré en 2008 une croissance économique de 4 %, ce qui, dans le contexte actuel, vous en
conviendrez, est remarquable.
En 2008, plusieurs entreprises de renom se sont développées ou sont venues nous rejoindre.

Il y a les entreprises qui viennent s’installer mais celles aussi, PME et PMI, que nous aidons à
voir le jour. Avec notre Maison de l’entreprise et ses partenaires, nous venons de créer une
Plate-forme France initiative. Il s’agit d’un fonds d’aide de plus d’un million d’euros destiné à
consentir des prêts à taux zéro aux entreprises en création. Dans le contexte actuel, ce
dispositif est une aide concrète et efficace.

La poursuite de ce développement économique doit se faire aussi, et peut-être surtout, dans


les pôles de compétitivité. Saint-Quentin-en-Yvelines, avec son université et ses entreprises
innovantes, est partie prenante de huit pôles de compétitivité.

Ils concernent des domaines aussi variés que le développement durable, les logiciels et
systèmes complexes, l’automobile, la médecine, la cosmétique, la finance ou le numérique. Ils
sont porteurs des technologies et des emplois de demain.

Aujourd’hui, Saint-Quentin-en-Yvelines est reconnu comme territoire stratégique dans le


Schéma directeur de la Région Ile-de-France (Sdrif), adopté en septembre dernier, dans le
projet du Grand Paris, auquel nous avons adhéré en décembre, ainsi que dans l’opération
d’intérêt national (OIN) Massy Palaiseau Saclay Vélizy Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines,
nommée « Paris-Saclay ».
Concernant cette OIN, les premières propositions de Christian Blanc se concentrent sur le
campus du plateau du Moulon à Palaiseau-Orsay, et sur les secteurs de la Minière à
Guyancourt et de Satory à Versailles. Ce premier projet, je vous l’avoue, ne nous convient
pas. Nous voulons que l’ensemble de l’agglomération soit partie prenante de l’OIN. Christian
Blanc s’est engagé devant les maires dans ce sens.
3

Il faut que de la Clef-de-Saint-Pierre, où se développe EADS, jusqu’aux sites universitaires,


qui incluent l’Institut Pierre-Simon-Laplace et la faculté de médecine, tout le territoire soit
moteur du dispositif. Il en va de l’intérêt de l’OIN comme de celui de Saint-Quentin.

Il n’est pas non plus question de ne pas y associer les élus. L’Etat ne viendra pas dicter sa loi
sans respecter les projets des territoires. Dans ce sens, les quatre agglomérations du périmètre
de l’OIN (Versailles Grand Parc, Europe Essonne, la CAPS et nous-mêmes) ont pris
l’initiative de présenter un projet commun cohérent et ont décidé la création d’une agence
d’urbanisme afin de poursuivre ce travail.
Dans ce projet commun figure le projet d’aménagement de Saint-Quentin. Ce dernier est
ambitieux et il a pour vocation d’assurer la continuité de notre réussite et le développement
harmonieux du territoire. Ses orientations ont été votées à l’unanimité par les élus de la
communauté d’agglomération et il s’appuie toujours sur le triptyque du développement
économique, de la qualité de l’environnement et des services publics, et, bien sûr, de la
solidarité.

Dans les orientations d’aménagement, trois secteurs restent prioritaires : les infrastructures de
transport et de déplacements, le logement et les équipements structurants.

Le premier domaine des infrastructures de transport et de déplacements est une de nos


priorités.

Notre priorité est basée sur le développement des transports en commun. Nous avons travaillé
avec la Région sur le schéma directeur pour obtenir le déplacement du terminal du RER C à
Coignières, et nous l’avons obtenu.

Concernant les gares de Saint-Quentin. Dès cette année, nous allons commencer la
restructuration et le réaménagement des 3 pôles gare (Saint-Quentin-Yvelines-Montigny,
Trappes, La Verrière). Les études concernant ces restructurations sont déjà bien avancées. Ces
trois pôles gare seront confortés par un ensemble de transports en commun en site préférentiel
(TCSP).
Il faudra terminer celui d’Orly-Massy-Saint-Quentin-en-Yvelines, inscrit également dans le
Sdrif, et réaliser celui reliant la gare de Trappes à celle de La Verrière en passant par
Elancourt. Des études seront également lancées concernant des TCSP en direction de
Versailles Satory et de Plaisir.

La mutation et la valorisation du faisceau ferré, de Montigny-le-Bretonneux à La Verrière,


sont également prévues. Cette mutation des terrains doit permettre d’enlever du cœur de
l’agglomération des activités non compatibles et doit servir à une urbanisation équilibrée entre
de l’activité économique, du logement et des infrastructures de déplacement.

Au niveau des infrastructures routières. Notre volonté est d’améliorer l’existant. Dans ce
cadre, plusieurs chantiers prioritaires seront réalisés.
Le premier chantier est celui de l’aménagement de la nationale 10. Il a pour objectif d’assurer
la sécurité sur cet axe, de réduire les nuisances des riverains, de recoudre le tissu urbain de
Trappes et de fluidifier le trafic à Saint-Quentin-en-Yvelines et dans le sud Yvelines.
Pour cela, le projet Corajoud d’enfouissement de la nationale 10 à Trappes sera mis en œuvre.
Cet aménagement verra également la réalisation d’un carrefour en dénivelé de la Malmedonne
4

qui permettra la continuité entre La Verrière et Maurepas. Sans compter sur un doublement
des voies en souterrain ou en aérien du pont de la Villedieu, qui est absolument nécessaire.

Dans l’objectif de fluidification du trafic, d’autres aménagements routiers sont prévus.

Ce projet s’appuie sur l’abandon du tracé de l’A126, acté aujourd’hui dans le Sdrif. Cet
abandon nous permet d’envisager aujourd’hui la construction d’un nouveau carrefour en
dénivelé à la Minière à Guyancourt ainsi qu’une bretelle d’échangeur entre l’A286 et l’avenue
des Garennes permettant d’éviter le rond-point des Sangliers. Les bouchons que nous
connaissons aujourd’hui sont donc amenés à disparaître.

D’autres aménagements routiers devraient voir le jour sur le RD36 à Montigny-le-


Bretonneux, à Voisins-le-Bretonneux et à Magny-les-Hameaux, ainsi que sur le RD912 à
Trappes.

Notre réseau des liaisons douces, à savoir les pistes cyclables et chemins pédestres, sera
également développé en lien avec le plan de déplacements de Saint-Quentin-en-Yvelines.
Nous allons construire dans les gares mais aussi dans de nombreux points du territoire des
garages à vélo sécurisés.

Le deuxième axe prioritaire de notre projet de territoire concerne le logement.

L’attractivité de Saint-Quentin-en-Yvelines est intimement liée à cette offre de logement. Il y


a, vous le savez tous, une demande très importante dans ce domaine et, chaque fois que je
reçois un chef d’entreprise qui désire s’implanter ici, il s’agit d’une de ses premières
demandes.

Ces logements diversifiés permettront à l’agglomération de faciliter les « parcours


résidentiels », de répondre aux demandes des entreprises mais également d’attirer de
nouvelles entreprises sur le territoire.
Dans ce sens et pour relever le défi de la crise du logement, la communauté d’agglomération a
adopté une démarche volontariste, avec la mise en place fin 2006 du programme local de
l’habitat. Ce programme est basé sur des programmes ou des ZAC en cours. Le centre-bourg à
Magny-les-Hameaux, Villaroy à Guyancourt, le Manet à Montigny-le-Bretonneux ou les
nouvelles ZAC de l’Aérostat à Trappes, celle des Réaux à Elancourt ou la future ZAC des
Bécanes à La Verrière et celle de la Remise à Voisins-le-Bretonneux.
Ce programme s’inscrit dans une démarche de développement durable, avec des normes de
plus en plus ambitieuses en matière d’économie d’énergie et des dispositifs innovants pour
favoriser l’accession à la propriété des ménages des classes moyennes et modestes.

Les équipements structurants sont le troisième axe de notre projet de territoire.

Cette année vont s’ouvrir les locaux du projet Gérondicap. Ce projet pilote particulièrement
innovant prévoit : un accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et
les personnes handicapées et vieillissantes, une plateforme technique de services et un pôle de
formation des personnes intervenant à domicile.

Avec le développement de l’université, d’ici quelques mois va également ouvrir l’institut des
sciences du climat Pierre-Simon-Laplace. Il va regrouper ici, sur le campus de Saint-Quentin-
en-Yvelines, les chercheurs du monde entier qui réfléchissent au problème du climat et donc
5

du réchauffement de la planète. La faculté de médecine sera également construite d’ici


quelques années. Elle se trouvera à quelques mètres du Théâtre. Toujours sur ce campus est
prévue la construction d’une Maison de l’étudiant. Enfin, pour répondre aux besoins des
étudiants, nous avons prévu d’amplifier la construction d’un programme de logements
étudiants.

Deux autres projets d’envergure doivent voir le jour à Saint-Quentin : l’école du futur réalisée
avec le CRDP. Elle sera localisée dans le parc d’activités Oméga à la Clef-de-Saint-Pierre et
le Pôle pilote de sécurité locale, développé avec EADS et le ministère de l’Intérieur.

Notre projet prévoit aussi le renforcement de notre pôle sport-loisirs. Il s’organisera autour de
la construction du vélodrome. Ce équipement pourra recevoir des événements aussi bien
sportifs, économiques que culturels.
En parallèle du vélodrome sera réalisé l’aménagement de la Colline d’Elancourt, avec de
nouveaux accès à la base de loisirs. Une base qui va elle aussi connaître un nouvel élan sous
l’impulsion de son nouveau président Bernard Tabarie. Elle verra notamment le
développement de ses activités.

Notre dernier projet concerne l’hôtel d’agglomération. Il sera construit afin de réunir en un
même lieu l’ensemble des services de la CA et d’améliorer encore leur efficacité. Cet hôtel
d’agglomération sera installé à Trappes, au cœur de l’agglomération, sur une friche
industrielle.

Vous l’avez vu, le projet de Saint-Quentin est dynamique et ambitieux. Cette ambition est
cohérente avec le projet du schéma directeur de la Région Ile-de-France et, je l’espère,
demain, avec celle de l’OIN. Christian Blanc devrait d’ailleurs s’inspirer du projet de Saint-
Quentin, qui a déjà fait la preuve de sa réussite. Si l’ambition de cette OIN « Paris Saclay »
est de faire du territoire un pôle d’innovation et de recherche à dimension mondiale, elle ne
pourra être atteinte sans construire en parallèle du logement et des services publics. Le cluster
qu’imagine Christian Blanc, pour réussir, doit devenir un clusty. Vous me direz, qu’est ce
qu’un clusty ? Pardon pour la langue française. C’est un concept inventé par deux chercheurs
bordelais, messieurs Gaschet et Lacour. Il réunit cluster et city.
Des études ont démontré qu’aucun cluster séparé d’une ville ne fonctionne. Vous pouvez
avoir de la recherche et de l’innovation, de l’enseignement supérieur… Si vous ne pouvez pas
loger les gens qui travaillent dans les entreprises, de l’ingénieur au personnel d’entretien, ni
leur donner les équipements et les services publics indispensables, cela ne fonctionnera pas et
vous n’aurez pas le développement économique attendu, donc les emplois.

L’OIN, pour être réussie, devra donc être un clusty. Nous y croyons et, à Saint-Quentin-en-
Yvelines, nous désirons participer à cette aventure si cette dernière est réellement créée dans
le respect des territoires, de leurs élus et de leurs habitants.

Je veux croire que, derrière les discours de nos dirigeants, il y aura des actes concrets dans ce
sens.
Vous le voyez, le territoire de Saint-Quentin, parce que nous y travaillons sans relâche,
continue de préparer son avenir, nous le faisons d’ailleurs tous ensemble.
Mais, malgré mon enthousiasme, que j’espère contagieux, tout n’est pas si simple. Les
batailles sont encore devant nous.
6

J’ai parfois quelques espoirs quand j’entends la nouvelle prise de conscience nationale de
l’intérêt d’un Etat régulateur, d’un Etat plus juste . De la reconversion soudaine de tous vers la
sociale démocratie. C’est trop beau pour être vrai !
En tout cas, je sais que le chemin est encore long pour voir se transformer les discours en
actes.

Heureusement, Saint-Quentin-en-Yvelines ne s’est pas construit sur les discours mais bien
sur des actes, des actes visibles tous les jours. C’est pour cela que nous pouvons croire en
notre avenir. Un avenir qui, ici, ne se fera pas sans solidarité.
Je vous souhaite une très bonne année 2009, qu’elle soit celle des actes qui améliorent la vie
de tous, à Saint-Quentin-en-Yvelines comme ailleurs.

Merci

Robert Cadalbert, président de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines

Centres d'intérêt liés