Vous êtes sur la page 1sur 24

L’ONU proclame le 20 mars journée internationale du bonheur

p 24

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION - Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

N° 03 - Première année - Prix : Algérie 10 DA. France : 1 euro / ISSN :

MÉTÉO

Il fera moins chaud

36°

p24

LUTTE CONTRE LE TERRORISME

L’Algérie fortement sollicitée pour sa vision éclairée

L’ONU fait le bilan de sa stratégie antiterroriste mondiale, le Sahel évoqué

L’Assemblée géné- rale de l’ONU a entamé jeudi la mise en oeuvre de sa Stratégie antiter-

signation d’un Coor- donnateur des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme qui

roriste mondiale adop- tée en 2006, tandis que plusieurs délégations ont relevé la situation inquiétante dans la ré- gion du Sahel. La Stratégie antiter- roriste de l’ONU, dont c’est le troisième exa- men depuis sa mise en place, s’articule autour de quatre piliers: élimi- nation des conditions propices à la propaga- tion du terrorisme, pré- vention et lutte contre le terrorisme, renforce- ment des capacités de tous les Etats et rôle de l’ONU, et les droits de l’homme.

serait responsable de la coordination et de la mise en £uvre de la Stra- tégie, et qui serait égale- ment son conseiller principal pour les ques- tions relatives à la lutte antiterroriste. Le SG de l’ONU a aussi relevé l’impor- tance d’adopter les meilleurs plans natio- naux et régionaux possi- bles afin de porter au maximum le caractère global de la Stratégie an- titerroriste mondiale. Notre objectif, a-t-il précisé, est de réduire le risque que des per- sonnes se laissent en-

Dans son rapport, le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon,

par l’extrémisme violent et la radicalisation.

traîner

a fait plusieurs recom- mandations dont la dé-

Lire p. p. 7 et 8

recom- mandations dont la dé- Lire p. p. 7 et 8 OUARGLA Attentat à la voiture

OUARGLA

Attentat à la voiture piégée contre le siège du 4e Commandement régional de la GN

L'"explosion a causé le décès d'un gendarme en poste et la blessure de trois éléments. Cet attentat a également "occasionné des dégâts matériels au poste

de contrôle".

p7

La bureaucratie alliée de la corruption ?

p2

FOOTBALL : DÉTECTION DE JEUNES TALENTS

«The Chance» passe par Alger

Le coup d'envoi de la finale nationale du programme mondial "The Chance", basé sur la recherche des nouveaux talents en football à travers le monde, a été donné vendredi au stade de Hydra (Alger), en présence des 50 finalistes, soumis durant la matinée à des tests physiques. Les 50 joueurs sélectionnés parmi plus de 600 éléments lors des finales régionales, ont travaillé sous le regard de l'ancien milieu international algérien, Rabah Madjer, désigné ambassadeur de "The Chance" en Algérie.

Lire p. 19

ambassadeur de "The Chance" en Algérie. Lire p. 19 SELON M. TEMMAR La croissance économique nécessite

SELON M. TEMMAR

La croissance économique nécessite la stabilité et l’harmonie sociale

Lire p. 16

2

DK NEWS

NATION

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

Elle a pris des proportions inquiétantes

La bureaucratie alliée de la corruption ?

TAHAR Mohamed Al Anouar

Excès de pouvoir, abus du secret, la bu- reaucratie est d’abord vécue comme le premier obstacle à la mobilisation so- ciale autour d’objectifs communs.

O n constate que le pays peine à sor- tir de cette situation, qu’il conti- nue à être envahi par des

bureaucraties animées par des idéologies du passé, que le pouvoir politique a du mal à circonscrire, parfois même à en at- ténuer les effets. C’est un préjudice énorme pour la collectivité, parce qu’il fa- vorise le gaspillage, la consommation su- perflue, que dire alors des investissements et des dossiers qui se perdent dans les méandres d’une bu- reaucratie tenace. Une étape importante de la modernisation de l’état et de la mo- ralisation de la vie publique passe donc par une remise en ordre dans le fonction- nement des services publics. C’est l’un des problèmes actuels. La mauvaise qua- lité des services publics diminue l’effica- cité de l’action de l’état dont les investissements importants pourraient avoir un meilleur aboutissement s’il y avait plus de transparence et de cohé- rence, toutes mises au service du progrès social. Les problèmes importants sans doute pourraient être plus favorablement abordés dans un climat de confiance et d’une administration qui soit réellement au service du bien public et des attentes citoyennes. Certains pays ont réalisé da- vantage de consensus économique et so- cial en bonne partie parce que leurs élites politiques et administratives se sont ou- vertes sans partis pris à de nouvelles idées

se sont ou- vertes sans partis pris à de nouvelles idées économiques et sociales traduites sur

économiques et sociales traduites sur le terrain. Ce qui fonde aujourd’hui une dé- mocratie moderne, c’est bien sûr des sources du pouvoir et de contre pouvoirs multiples et qui s’équilibrent. C’est aussi l’ensemble des principes généraux du droit, les engagements internationaux, les mécanismes de contrôle interne. Dans pareil climat, l’administration suit de façon impérative, dés lors qu’on aura as- saini ses rangs, mis aux normes son mode de fonctionnement, mis de la cohérence dans les décisions qui sont prises, qu’une lutte impitoyable soit menée contre le gaspillage, la corruption. L’état, c’est vrai a cherché à ajuster son action de façon à ce que le pays souffre le moins possible

d’une administration qui a de la peine à être un véritable outil de développement économique et social. Des lois ont été vo- tées en matière de lutte contre la corrup- tion, qui mises en application, n’ont pas produit l’effet attendu. Dans le domaine, le pays, dispose encore d’un inventaire assez lourd et pourtant l’action de l’état allant dans le sens de la moralisation de la vie publique, et de l’activité des grands corps publics ne faiblit pas. L’actualité nationale nous le rappelle journellement d’ailleurs. Ce combat, il faut bien le dire a le soutien très fort de l’opinion publique, trop souvent exaspé- rée par les excès des fonctionnaires zélés, dont les procédures et méthodes de tra-

vail sont les premières sources de gaspil- lage et parfois de scandales politico – fi- nanciers. Donner de la souplesse, qui manque au système administratif, mettre en place à tous les niveaux un nouveau système d’allocations de ressources re- lève aujourd’hui de l’urgence, assorti d’un système de sanctions de telle sorte qu’à l’avenir, recevoir de l’argent de l’état crée une responsabilité au lieu de fournir une caution. Construire des ouvrages pu- blics, contrôler les finances de l’état, ren- dre la justice, en la matière. Le rôle des grands corps de l’état et l’usage de l’ar- gent public ainsi dépensé, tout cela doit gagner en transparence, en rigueur, en cohérence. C’est vrai que la concentration de la décision au niveau politique a beaucoup nui à l’efficacité de ce qui est généralement entrepris. Spécu- lation sur des opérations menées dans le cadre de marchés publics, corruption, ar- gent facile, affairisme se conjuguent avec la manie du secret et l’opacité des procé- dures, la confusion de l’argent public et privé, le cortège des pressions. Ces scéna- rios n’ont rien aujourd’hui de surpre- nant. C’est pour cela que le mouvement de rénovation, souhaité et entrepris par les autorités politiques, la légitimité poli- tique elle – même, doivent répondre à de nouvelles exigences et d’abord faire com- prendre les responsabilités de l’adminis- tration, les servitudes du métier de fonctionnaire qui se confond avec celui du sens de l’état, du service de l’état qu’il faut impérativement et sans cesse culti- ver. L’apprentissage des responsabilités peut être long, mais il aura donné au moins la mesure de l’effort accompli pour réformer le système.

Ports-passagers-transits

M. Benattalah «satisfait» des temps de transit portuaire des passagers

Le secrétaire d’Etat, chargé de la communauté algérienne établie à l’étranger, M. Halim Benattalah, s’est félicité de la performance réalisée par le port de Bejaia qui a réussi à traiter, jeudi, un bateau transportant 829 passagers et 274 véhicules en provenance de Mar- seille en moins de deux heures de temps. «C’est très satisfaisant», a déclaré M. Benattallah, souli- gnant que l'objectif de faire tran- siter les passagers en trois heures de temps, à travers tous les ports, est largement atteint». «Alger à fait 02h15mn et Skikda 02h40mn dans des conditions de charge- ment quasi-identiques», a-t-il re- levé, à ce propos, notant que «ce challenge n’est pas fortuit, mais est le résultat d’une démarche collective où chacun des acteurs du port a fait un effort certain d’amélioration». Visiblement ré- joui, le ministre a exhorté les dif- férents services, notamment les employés du port, de la Police et des Douanes, à persévérer dans ce sens pour faire de «cette per- formance», désormais, une «norme ordinaire». Ce «succès», en fait, a été le «résultat d’une dé- marche et d’un dispositif global,

amorcés depuis le début du mois de juin afin de réduire le temps de transit des passagers et des vé- hicules», a-t-il précisé. Outre la densification des effectifs et des guichets, dédiés aux services des Douanes et de la Police des fron-

tières, le dispositif s’en est trouvé «huilé» par d’autres mesures d’accompagnement, dont la plus évidente, a reposé sur la possibi- lité donnée aux passagers de rem- plir à bord du navire, quasiment l’ensemble des formalités de transit, notamment les fiches de police et les titres de passage en douane. Si bien qu’à l’arrivée, les cohues se font rares. Cette fluidité est par ailleurs due à la présence de scanners, qui réduisent tous les fatras inhérents à la fouille et

la présentation des bagages. La

satisfaction est d’autant plus

grande, selon le ministre que «cette facilitation ne s’est pas réa- lisée au détriment de la sécurité». Durant cette saison estivale, l’En- treprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV)

a programmé douze rotations

entre Bejaia et Marseille et compte transporter plus de 8.000 passagers et 3.000 véhicules.

Djiar à jijel La rentrée universitaire 2012-2013 s’effectuera dans de bonnes conditions

Le ministre de la Jeunesse et des sports, chargé de l’intérim du ministère de l'Ensei- gnement supérieur et de la recherche scien- tifique, M. Hachemi Djiar, a affirmé, jeudi à Jijel, que la rentrée universitaire 2012-2013 s’effectuera dans «de bonnes conditions». Toutes les dispositions ont été prises par le ministère et par les différentes structures concernées, dont la Direction générale des œuvres sociales, pour que les nouveaux ba- cheliers puissent s’inscrire dans des condi- tions normales, l’effort accompli par l’Etat devant permettre d’accueillir l’ensemble des effectifs estudiantins, a indiqué dans une conférence de presse le ministre qui était accompagné du Directeur général des œuvres sociales, M. Mohamed El Hadi Me- barki. M. Djiar, qui effectue une visite de tra- vail devant le conduire jusqu’à samedi prochain dans quatre wilayas dans l’Est du pays, avait auparavant visité le pôle univer-

sitaire de Tassoust. Conçu pour accueillir 14.000 étudiants, ce pôle, également doté de résidences totalisant 9.000 lits pour l’héber- gement des étudiants, sera renforcé, dès la prochaine rentrée universitaire, par 2.000 nouvelles places pédagogiques pour la fa- culté des Sciences de l’ingénieur, d’une bi- bliothèque de 1.200 places, d’un

cyberespace, d’une salle de spectacles, de 70 logements d’astreinte pour les enseignants et de nouvelles structures administratives pour le rectorat et la direction des œuvres

sociales. A El Kennar (20 km à l’Est de Jijel, le ministre a inauguré une maison de

jeunes de «type-2», s’étendant sur une sur- face bâtie de plus de 743 m2, réalisée moyen- nant une autorisation-programme (AP) de 45 millions de dinars. A l’ouest de Jijel, plus exactement à Bordj Blida (commune d’El Aouana), M. Hachemi Djiar a procédé au lancement officiel de la campagne de va- cances de jeunes 2012. La cérémonie a eu lieu dans un camp de jeunes qui a accueilli, au titre d’une 1ère session sur les cinq pré- vues, 265 colons venus des wilayas d’Oum El Bouaghi et de Guelma. Sur site, le ministre

a déclaré que son département a prévu de

faire bénéficier, cet été, 40.000 enfants de séjours de vacances dans les centres rele- vant de Agence nationale des loisirs de la jeunesse (ANALJ). Dans la même commune,

M. Djiar a inauguré une maison de jeunes avant de recevoir des explications sur l’étude technique préalable à la réalisation d’un 3ème pôle universitaire à El Aouana.

Le ministre de la Jeunesse et sports devait visiter, dans l’après-midi à Jijel, le stade OMS Hocine-Rouibah, le projet de centre de loisirs scientifiques (CLS) une salle omni- sports de 500 places et le nouveau siège de

la DJS. Au terme de sa visite, M. Djiar assis-

tera au stade colonal Amirouche, à une ré- pétition de mouvements d’ensemble, en préparation dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance.

Vendredi 29 -samedi 30 juin 2012

NATION

DK NEWS

3

Collectivités locales et développement

Réduction sensible des disparités

Le Président de la République vient de demander l’établisse- ment d’une feuille de route concernant le développement local. Cette instruction du chef de l’état fait suite aux re- commandations émises à l’is- sue des Assises sur le développement régional te- nues à l’initiative du Conseil National Economique et So- cial (CNES) , il y a quelques mois.

La politique de développe- ment local est considérée comme un instrument mis au service des objectifs de dévelop- pement et de croissance. La refonte des textes portant code de wilaya et communal a eu pour effet de consacrer l’évolu- tion du statut des collectivités lo- cales d’abord sur le politique. Le pluralisme a d’abord tou- ché rappelons – nous les cel- lules de base que constituent les communes et wilayas. Les germes de la démocratie locale ont encore du mal à émer- ger au grand jour, mais la situa- tion s’améliore, c’est sûr, l’expérience aidant qui facilite la cohabitation entre partis poli- tiques multiples dont les repré- sentants sont issus du suffrage universel. L’autre tendance est d’ordre économique. L’existence de dis- parités régionales est toujours apparue comme une menace pour la cohésion sociale. D’où l’intérêt porté à l’adoption d’une

D’où l’intérêt porté à l’adoption d’une politique volontariste dont le fil conducteur s’associe

politique volontariste dont le fil conducteur s’associe à l’obliga- tion d’intégration de ces cellules de base dans le schéma de déve- loppement national. C’est une complémentarité qui peut être

La problématique des retards accumulés en matière de déve- loppement local a bouleversé pendant longtemps, et de façon fondamentale, les équilibres mis en place.

Le plus important est de considérer aujourd’hui que le développement local passe indubitablement par l’encouragement à l’initiative privée et à l’investissement.

pleine de promesses si l’on sait accepter les sacrifices qu’elle impose notent les planifica- teurs, aujourd’hui.

Le plus important est de considérer aujourd’hui que le développement local passe in- dubitablement par l’encourage-

ment à l’initiative privée et à l’in- vestissement. L’autre volet va à l’améliora- tion et à l’accroissement de l’ef- ficacité des services publics locaux dont on connaît la tradi- tionnelle faiblesse. La bureaucratie a d’abord trouvé de nombreux replis dans les administrations locales Le principal problème que soulève le développement au ni- veau des régions consiste à at- teindre un équilibre à la fois entre les agglomérations ur- baines et les collectivités rurales selon le principe que des condi- tions égales devraient être assu-

rées à travers tout le pays selon le principe fortement ancré, de la justice sociale. Il y a grand intérêt à impli- quer le mouvement associatif dans les activités de rénovation du tissu local. Le soutien du gouvernement aux réformes introduites dans des domaines qui affectent di- rectement la vie dans cette Algé- rie profonde se fera encore sentir pendant longtemps. Ce soutien déterminera les activités de secteurs entiers. La qualité des ressources hu- maines apparaît comme essen- tielle pour permettre aux collectivités locales de mieux as- sumer les nouvelles missions qui leur sont confiées, notam- ment dans le domaine écono- mique et plus encore de l’investissement. Un levier important est au- jourd’hui au centre de tous les débats, celui de la finance locale. L’absence d’une véritable fis- calité au niveau régional a tou- jours été considérée comme un déni de justice qui a mis les col- lectivités locales à la remorque de l’état. La plupart de ces col- lectivités ont pu vivre ainsi sous perfusion, sans projets, ni réelles perspectives. Les gestionnaires du dossier plaident aujourd’hui pour une fiscalité moderne, des res- sources mieux réparties et un fi- nancement du développement plus cohérent. TTMA

Protection sociale

La solidarité n’a pas d’âge

Les transferts sociaux sont un élément de la politique écono- mique et une donnée impor- tante de la politique de solidarité nationale que le pays a continué à assumer en dépit des difficultés.

Comme le soulignent très jus- tement les experts, ces transferts qui ont un impact sur le niveau de vie général subissent depuis quelques années des restructu- rations dues à des situations de bouleversement sur le plan éco- nomique, la persistance du chô- mage, une aggravation par endroits de la pauvreté ; Tous ces phénomènes ne sont pas sans effet sur la formulation même de la politique de protec- tion sociale. On peut rappeler que l’évolu- tion du contexte économique poussé vers plus de libéralisation avec les conséquences sociales que l’on imagine a nécessité plus d’effort sur le plan financier de la part des autorités politiques. Régulièrement le débat re- vient sur les conditions de main- tien d’un système, l’un des plus protecteurs au monde, mais qui subit depuis au moins deux dé- cennies de très fortes pressions. Cela a rendu nécessaires les re- structurations énoncées plus

haut, car il y va du maintien de la cohésion sociale. Les réformes engagées l’ont été dans le but d’adapter le système de protec- tion sociale et celui de son pen- dant la solidarité nationale aux exigences de notre époque. Il faut rappeler que le main- tien du système n’a jamais été remis en cause, mais il s’est trouvé que des ajustements étaient nécessaires pour mieux le faire coller aux nécessités de l’heure pour la recherche de nouvelles ressources à affecter au financement du système pour assurer le principe d’équité.

Comme beaucoup d’autres pays, l’Algérie est aux prises avec une situation particulièrement complexe à travers l’augmentation des effectifs de retraités.

On sait qu’en matière de sécu- rité sociale, les déficits financiers restent encore importants, obli- geant les pouvoirs publics à des transferts substantiels pour ne pas toucher à la pérennité du système.

pour ne pas toucher à la pérennité du système. Un gros effort de remise en ordre

Un gros effort de remise en ordre et d’unification a été opéré dans ce sens. De là les travailleurs restent couverts pour l’ensemble des aléas entrant dans le champ de la sécurité sociale. L’autre volet im- portant va aux régimes de re- traites. Le mode opératoire en Algérie est le système de répartition qui permet de verser aux retraités des prestations financées à même les cotisations des salariés en activité ou au travers de transferts budgétaires. Comme beaucoup d’autres pays, l’Algérie est aux prises avec une situation particulièrement

complexe à travers l’augmenta- tion des effectifs de retraités. La situation s’est notamment compliquée avec les restructura- tions industrielles dans la décen- nie 90 les départs importants en retraite anticipée de beaucoup de travailleurs, les départs sans condition d’âge et de la mise en place de la retraite proportion- nelle. Les mesures de financement n’ont pas toujours suivies rap- pellent pour cela les spécialistes du dossier. Autre caractéristique du sys- tème de protection sociale natio- nale, qui continue à faire l’objet, malgré tout de l’affectation

d’importants budgets publics, on pense pour cela au principe de la santé pour tous, le logement so- cial, l’aide aux catégories sociales les plus défavorisées et notam- ment les handicapés, toujours avec le souci bien présent , de justice sociale. La redistribution de revenus à travers les transferts sociaux, pu- blics est conséquente, bien qu’elle ne soit pas toujours par- venue à réduire les tensions so- ciales nées des changements brutaux intervenus sur la sphère économique. Ces changements affectent très souvent le pouvoir d’achat des travailleurs et les familles de travailleurs, les catégories so- ciales qui ont été fragilisées par la crise. On a vu ainsi se multi- plier les interventions en ma- tière d’action sociale et la solidarité nationale s’exprimer à travers l’ouverture de foyers – restaurants. Même la prise en charge des personnes âgées a connu ces dernières années, quelques avancées avec la consolidation de droits légitimes sanctionnés au travers d’une loi. Sur le terrain, il reste bien entendu à relayer pour ce faire, l’action du législateur. Abdiche S.

4

DK NEWS

NATION

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

SELON M. DJIAR

La rentrée universitaire 2012-2013 s'effectuera dans de bonnes conditions

Le ministre de la Jeunesse et des sports, chargé de l'intérim du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, M. Hachemi Djiar, a affirmé, jeudi à Jijel, que la rentrée universitaire 2012-2013 s'effectuera dans «de bonnes conditions».

Toutes les dispositions ont été prises par le ministère et par les différentes structures concernées, dont la Direction générale des œuvres sociales, pour que les nouveaux bache- liers puissent s'inscrire dans des conditions normales, l'effort ac- compli par l'Etat devant permet- tre d'accueillir l'ensemble des effectifs estudiantins, a indiqué dans une conférence de presse le ministre qui était accompa- gné du Directeur général des úuvres sociales, M. Mohamed El Hadi Mebarki. M. Djiar, qui effectue une vi- site de travail devant le conduire jusqu'à samedi prochain dans quatre wilayas dans l'Est du pays, avait auparavant visité le pôle universitaire de Tassoust. Conçu pour accueillir 14.000 étudiants, ce pôle, également doté de résidences totalisant 9.000 lits pour l'hébergement des étudiants, sera renforcé, dès la prochaine rentrée universi- taire, par 2.000 nouvelles places pédagogiques pour la faculté des Sciences de l'ingénieur, d'une bibliothèque de 1.200 places,

l'ingénieur, d'une bibliothèque de 1.200 places, d'un cyberespace, d'une salle de spectacles, de 70

d'un cyberespace, d'une salle de spectacles, de 70 logements d'astreinte pour les enseignants et de nouvelles structures admi- nistratives pour le rectorat et la direction des œuvres sociales.Le pôle universitaire de Tassoust est appelé à être renforcé à la rentrée 2014-2015 d’un troi- sième pôle implanté à El Aouana (ouest de Jijel). Ce dernier projet qui sera réalisé sur une quaran- taine d’hectares au lieudit Arbid-Ali, longeant la RN 43 et à jet de pierre de la mer, il est prévu l’implantation de plu- sieurs facultés, à savoir celle des sciences de la nature et de la vie

(3.000 places) des sciences exactes et informatique (2.000 places), des sciences agrono- miques (1.000 places), d’un au- ditorium de 600 places, d’une bibliothèque centrale de 1.000 places, d’un centre internatio- nal de recherche en physique théorique, en plus de 80 loge- ments d’accompagnement et d’autres dépendances. Constatant de visu l’état des lieux, le ministre, qui était ac- compagné notamment de M. Mohamed Hadi Mebarki, direc- teur général des œuvres univer- sitaires, a réitéré sa «confiance» quant à la prochaine rentrée

universitaire, qui s’effectuera, selon lui, «dans de bonnes conditions». Les responsables locaux ont indiqué, de leur côté, que «tout sera fait pour être au rendez- vous avec la rentrée universi- taire 2012-2013». A El Kennar (20 km à l'Est de Jijel), le ministre a inauguré une maison de jeunes de «type-2», s'étendant sur une surface bâtie de plus de 743 m2, réalisée moyennant une autori- sation-programme (AP) de 45 millions de dinars. Une maison similaire a été inaugurée à Al Aouana permettant aux jeunes adhérents de meubler leur temps et de pratiquer des activi- tés saines à même de favoriser leur épanouissement. Ces deux structures ont été équipées de tout le matériel né- cessaire aux activités prévues dans le cadre des missions qui leur sont dévolues, notamment des équipements informatiques, des instruments de musique, des ateliers de dessin et autres salles de lecture, a-t-on constaté. A l'ouest de Jijel, plus exacte- ment à Bordj Blida (commune d'El Aouana), M. Djiar a procédé au lancement officiel de la cam- pagne de vacances de jeunes 2012 au profit d'environ 40.000 enfants. La cérémonie a eu lieu dans un camp de jeunes pour ce qui concerne le centre de Jijel, qui a accueilli, au titre d'une 1ère ses- sion sur les cinq prévues, 265 co-

lons venus des wilayas d'Oum El Bouaghi et de Guelma. Un riche programme pour meubler le sé- jour de ces jeunes estivants a été mis au point par la direction de l'établissement. Sur les lieux mêmes, le mi- nistre a été informé du cas d'un vieil immeuble d'une capacité d'accueil de 120 places devant être soit restauré ou carrément démoli, car menaçant ruine. Une mission d'expertise a été confiée au centre technique de la construction (CTC) pour émettre un avis concernant cette structure, datant de l'ère colo-

niale, a indiqué à l'APS, le wali, M. Ali Bedrici. La délégation ministérielle devait se rendre ensuite au stade omnisports Rouibah Hocine qui

a fait l'objet d'extension jusqu'à

40.000 places et visité les projets d'un centre de loisirs scienti- fiques (CLS) et d'une nouvelle salle omnisports de 500 places, attenante au stade, et du futur siège de la direction de wilaya de

la Jeunesse et des sports.

M. Djiar a achevé sa tournée en assistant au stade Colonel Amirouche à des répétitions des mouvements d'ensemble aux- quels prennent part plusieurs centaines de jeunes. Ces Algé- riades seront exécutées le 5 juil- let prochain à l'occasion de la célébration du cinquantenaire de la fête nationale de l'indépen- dance et de la jeunesse.

APS

BLIDA

Réception de 10.000 places pédagogiques et de 5000 lits à la prochaine rentrée universitaire

Quelque 10.000 places pédago- giques et 5.000 lits seront réception- nées à la prochaine rentrée universitaire au pôle d’El Affroun de l’université de Blida (ouest de la wi- laya), a annoncé mercredi le wali, M.Mohamed Ouchen. Cette réception est rendue possi- ble grâce au taux, «très avancé» des travaux, enregistré dans ce lieu de la science et du savoir, entré en activité en 2010, a précisé M. Ouchen qui s’exprimait à l’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’As- semblée populaire de wilaya (APW) de Blida. Ce quota viendra s’ajouter à celui de l’année dernière (12.000 places pédagogiques et 3000 lits) ainsi qu’au quota de l’année 2010 qui était de 5000 places pédagogiques et 2000

lits, a ajouté le chef de l’exécutif de la wilaya. Il a souligné qu’à la faveur de la prochaine réception, la capacité d’accueil du pôle universitaire d’El Affroun, s’étendant sur 200 hec- tares, sera portée à hauteur de 27.000 étudiants, ce qui va diminuer la pression à laquelle est confrontée l’université de Blida au sein de la- quelle sont dénombrés plus de 40. 000 étudiants, rappelle-t-on. Le projet du pôle universitaire d’El Affroun qui sera, une fois com- plètement achevé, fréquenté par quelque 32.000 étudiants, sera entiè- rement réceptionné à l’horizon 2014, a indiqué le wali de Blida, ajoutant qu’il avait instruit le directeur du Logement et des équipements pu- blics (DLEP) de procéder à un rajout de 4.000 places pédagogiques.

AFFAIRES RELIGIEUSES

Sortie d'une promotion de 147 imams, muezzins et «qaïm»

Le ministre des Affaires religieuses et des waqf, M. Bouabadallah Ghoulamal- lah, a présidé, jeudi à Reli- zane, une cérémonie de sortie d'une promotion de 147 imams, muezzins et «qaïm» issus des instituts de formation des corps spécifiques de Ben Daoud et de Sidi Mohamed Be- naouda. Lors de cette cérémonie, le ministre a rappelé les missions attendues de ces promus consistant en l’orientation du citoyen «pour que son comporte- ment au sein de la société soit irréprochable» et pour qu'il soit «un modèle à sui- vre conformément aux

préceptes de la religion musulmane». M. Ghlamallah a égale- ment mis l’accent sur le rôle de la mosquée «vérita- ble pôle de rayonnement et tribune de savoir et de pro- pagation du message divin». Abordant la forma- tion des imams, le ministre a affirmé que ce domaine est ouvert même aux étu- diants des zaouïas et des écoles coraniques «pour qu’ils puissent se former dans des instituts spéciali- sés dans la gestion des af- faires religieuses et du waqf», indiquant que le nombre de sortants de ces instituts, est estimé cette année à 750 imams, muez-

zins et «qaïm» au niveau national. Ce chiffre devrait atteindre, l’année pro- chaine, 1.800 nouveaux sortants. Les promotions sortantes des deux instituts sont originaires de 24 wi- layas du pays, dont 42 imams enseignants ayant subi une formation de trois années, 40 muezzins et 65 «qaïm» formés durant deux années. Le ministre a pro- cédé, lors de cette visite, à la pose de la première pierre du projet de réalisation d’une mosquée d’une ca- pacité d’accueil de 1.600 fi- dèles. Ce lieu de culte sera prêt dans six mois, a-t-on indi- qué.

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

Edité par la SARL DK NEWS

Directeur général Abdelmadjid CHERBAL

Directeur de la rédaction

Abdelmadjid TAREB

REDACTION ADMINISTRATION

03, Rue du Djurdjura - Ben Aknoun - Alger Tél. : 021 94 66 62 (63) Fax : 021 94 66 83

-

Email : contact@dknews-dz.com

Site : http://www.dknews-dz.com

PUBLICITE : S'adresser à 03, Rue du Djurdjura - Ben Aknoun - Alger Tél. : 021 94 66 62 (63) / Fax : 021 94 66 83 / Email : contact@dknews-dz.com

IMPRESSION : S.I.A.

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

COOPÉRATION

DK NEWS

5

FORMATION Concours d'accès au poste de directeur d'établissement de formation pour les directeurs par intérim et les enseignants

Le ministre de la Formation et de l'En- seignement professionnels, M. El-Hadi Khaldi, a affirmé mercredi que les direc- teurs des centres et instituts de formation professionnelle par intérim peuvent prendre part au concours de promotion au poste de directeur au même titre que les enseignants «sans distinction».

A une question lors d'une conférence

de presse animée, en marge de la

réunion nationale des directeurs de

la formation des 48 wilayas, M. Khaldi a sou-

ligné que «les directeurs des centres et ins- tituts de formation professionnelle par intérim peuvent participer au concours de promotion au poste de directeur, sans dis- tinction». Le candidat au concours de promotion au poste de directeur d'établissement de la formation professionnelle doit passer des examens en langues arabe et française, en informatique et en culture générale et les lauréats doivent «obligatoirement» suivre une formation continue, selon l'arrêté mi- nistériel n° 24 signé en avril dernier. Les en- seignants peuvent, selon le ministre, participer à ce concours à condition de pas- ser par une formation après leur réussite au concours organisé l'institut national de for- mation professionnelle, a indiqué M. Khaldi, précisant que les trois premiers lau- réats peuvent choisir le centre qu'ils veulent gérer, alors que les autres seront désignés à leurs postes par l'administration, «en fonc- tion des besoins du secteur». Cette décision

«en fonc- tion des besoins du secteur». Cette décision intervient après que des parties syndica- listes

intervient après que des parties syndica- listes aient dévoilé récemment la vacance de poste de directeur au niveau de 250 établis- sements de la formation professionnelle à travers le pays. Dans ce sens, M. Khaldi a in- diqué que les directeurs par intérim de 250 établissements de formation profession- nelle sont derrière cette affaire, à travers la- quelle ils tentent «d'exercer une pression sur lui pour qu'il régularise leur situation après avoir bénéficié des avantages liées au poste». S'agissant des revendications de la Fédé- ration nationale des travailleurs de la for- mation et de l'enseignement professionnels (FNTFEP), le ministre a affirmé que ses ser- vices «ont examiné tous les points contenus dans la plate-forme des

revendications».ALGER (APS)- Selon le mi- nistre, «plusieurs problèmes soulevés au ni- veau central auraient pu être traités au niveau des directions ou des centres de for- mation professionnelle». M. Khaldi a donné des instructions aux directeurs qui ont pro- mis des augmentations de 15 pc dans les primes de ne pas interférer dans des affaires qui «les dépassent» et à faire preuve de «transparence et de sérieux» envers les tra- vailleurs. S'agissant de la révision des propositions incluses dans le statut particulier et le règle- ment du dossier relatif à la réinsertion des travailleurs à titre provisoire à temps partiel (5 heures/jr), le responsable a précisé qu'il avait promis aux syndicalistes de convain- cre le ministère des Finances de réinsérer ces travailleurs à plein temps. Concernant les diplômes qui n'ont pas encore été remis aux stagiaires, le ministre a indiqué que ce retard est dû à la non- conformité du diplôme scolaire avec la spé- cialité choisi par le stagiaire et à la falsification des diplômes scolaires présen- tés dans le dossier par certains stagiaires. M. Khaldi a annoncé l'unification des diplômes de stage conformément aux conditions in- cluses dans le journal officiel de manière à éviter la falsification des diplômes qui por- teront désormais le cachet et la signature du directeur de l'institut. Le ministre a indiqué que ces services sont en contact avec «Dar Essikka» (Maison de la monnaie) pour l'im- pression des diplômes.

Une enveloppe de 180 millions de DA pour équiper cinq CET à Tissemsilt

Une enveloppe financière de l’ordre de 180 millions de dinars a été consacrée à l’équipement de cinq Centres d’enfouissement technique des déchets solides urbains (CET) dans la wilaya de Tis- semsilt, a indiqué la direction locale de l’Environnement. Il s'agit des centres situés dans les communes de Tissemsilt, Bordj Bou- naama, Theniet El Had, Ammari et Bordj Emir Abdelkader qui de- vront acquérir des engins de levage, de transport et la collecte des

déchets, en plus de l'équipement de tri et de récupération de ma- tériaux divers, a précisé la même source. Cette opération qui entre dans le cadre des programmes sectoriel et de développement des Hauts-plateaux, permettra une gestion rationnelle des déchets ménagers, ainsi que le fonctionnement de ces centres par le biais d'un équipement moderne et contribuer par conséquent à la pro- tection de l'environnement.

TOURISME

Le Centre de thalassothérapie de Sidi-Fredj sera bientot rénové

Le centre de thalassotérapie de Sidi-fredj (Algérie) sera ré- nové dans les prochains mois selon les normes innternatio- nales et de manière à ce qu'il ré- ponde aux besoins de ses clients nationaux ou étrangers. Ce Centre dont un projet de réha- bilitation et de modernisation a été annonçé au mois de mars dernier devrait connaitre une transformation 'profonde et ra- dicale pour qu'il soit au diapa- son des grands centres de thalassothérapie au niveau mondial», a déclaré à l'APS le Directeur de ce Centre M. Me- ziane Tane. A ce propos un appel d'offres

a été lançé pour le choix du Bu-

reau d'études (national ou étranger) apte à prendre en charge ce projet suivant les cri- tères énonçés dans le cahier des charges et dont les plis seront ouverts à partir de juin, a souli- gné M. Meziane. La modernisa- tion du Centre de Sidi-Fredj s'inscrit dans le cadre de la poli- tique de promotion du tou- risme de santé initiée en

Algérie. Cet établissement tou- ristique connait une «grande af- fluence» en dépit des «insuffisances» enregistrées en matière de prestations en com- paraison de ce qui se fait dans les pays voisins. Pour remédier à cette situation «tous les efforts sont entrepris pour promouvoir le tourisme de santé pour at- teindre le niveau international et attirer le maximum d'étran- gers venant des pays riverains du Bassin méditerranéen», selon M.Tane. Sans divulguer son volume, une enveloppe consistante a été consacrée a ce projet sur un budget de 56 mil- liards DA réservé à la réhabilita-

tion et la modernisation des infrastructures touristiques au plan national, a indiqué le di- recteur du Centre. Le ministre du Tourisme et de l'industrie artisanale M.Smail Mimoune avait annonçé dernièrement que 12 milliards DA du budget ont été consacrés à la mise à ni- veau de 8 stations thermales à caractère international ainsi que le Centre de Sidi Fredj.

Concernant la ressource hu- maine, ce plan de réhabilitation prévoit l'amélioration de la for- mation et des prestations pour attirer une clientèle locale mais aussi étrangère notamment des pays voisins. De son côté, Malika Hafiane, médecin et chef de service de marketing au centre, a parlé des services et prestations qu'offre cet établissement aux clients aussi bien pour les soins de tha- lassothérapie que les convales- cences. Elle a rappelé que le centre compte 300 lits et em- ploie un personnel de 270 per- sonnes entre thérapeutes, infirmiers, rééducateurs et les autres employés chargés des services d'hôtellerie. Outre les personnes handicapées et celles souffrants de maladies rhuma- tismales, le centre reçoit les es- tivants qui veulent passer leurs vacances au bord de la mer. Le centre reçoit également, selon la même responsable, les per- sonnes bénéficiant de la prise en charge totale de la Caisse na- tionale des assurances sociale

(CNAS) ainsi des particuliers non affiliés sachant qu'une journée de soins de thalassothé- rapie est de 1500 DA (13 euros). Interrogés sur la qualité des prestations, plusieurs patients ont «déploré la qualité du ser- vice» souhaitant voire la prise en charge thérapeutique s'amé- liorer. Venu pour une cure par en- veloppement avec des algues, Mokhtar, un septuagénaire s'est dit satisfait des prestations, de la prise en charge et de l'expé- rience des employés. Khadidja, la soixantaine en- tamée et qui a bénéficié d'une prise en charge de la CNAS, a souligné relevé la vétusté des in- frastructures qui nécessitent des travaux de rénovation no- tamment pour ce qui du maté- riel de remise en forme». Un seul rééducateur au centre est insuffisant pour prendre en charge tous les patients dont le nombre augmente notamment durant cette période», a-t-elle estimé.

BARRAGES

Le taux

de

remplissage

a atteint

77,08%

au début

de l'été

Le taux de remplissage des 65 barrages en exploitation à travers le pays a atteint 77,08 % au début de l'été 2012, a annoncé mercredi le ministère des Ressources en eau. La réserve nationale en eau est passée à 5,28 milliards de m3 contre 4,97 milliards de m3 durant la même période en 2011, précise un communiqué du ministère. Les 23 barrages de l'est du pays ont atteint un niveau global de remplissage de 90,22%. Cinq sur les 23 sont remplis à 100 %, dont celui de Beni Haroun, le plus grand d'Algérie. La région centre avec ses 12 barrages, quant à elle, a enregistré un taux de remplissage de 81,74%, trois étant remplis à 98%, dont celui de Keddara (Boumerdès), qui alimente la capitale et sa périphérie rempli à 98,15%. Le 2è grand barrage d'Algérie, Koudiet Asserdoune (Bouira) a atteint un niveau de 76,21%, note la même source. Les 17 barrages de la région du Chelif, quant à eux, sont remplis à 64,14%, dont celui de Ghrib (Ain Defla) est rempli à 100% et trois autres à plus de 90%, ajoute le ministère, relevant que le 3ème grand barrage d'Algérie (Gargar) de Relizane a été rempli à 67,25%. Les 13 barrages de la région ouest du pays ont atteint un taux de remplissage global de 58,50%. Le 4è grand barrage d'Algérie (Djorf Torba) à Bechar a atteint un niveau de 65,27%, selon le ministère. En avril dernier, le taux de remplissage des barrages était de 80%, pour la première fois dans l’histoire de l’Algérie, notamment après les importantes chutes de neige et de pluies enregistrées durant cette période de l'année dans les différentes régions du pays. Ce niveau s’explique par la multiplication du nombre des barrages à travers le pays, parallèlement à la mise en œuvre d’une politique d’économie de l’eau, a souligné le ministère des ressources en eau. Enfin, 13 nouveaux barrages sont en construction au titre du plan quinquennal 2010-2014, ce qui devrait porter les capacités nationales de stockage d’eau de 7,5 milliards de m3 à 9 milliards de m3 d’ici 2014, rappelle-t- on.

6 DK NEWS

NATION

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

SELON M. BENBADA

6.000 agents de contrôle mobilisés à l’échelle nationale durant le mois de Ramadhan

Le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, a annoncé, jeudi à Mostaganem, la mobilisa- tion à l’échelle nationale de 6.000 agents pour contrôler les pra- tiques commerciales durant le mois de Ramadhan.

« Six (6.000) agents répartis entre 3.000 brigades seront mobilisés à l’échelle nationale durant le mois sacré de Ramadhan pour assurer le contrôle des marchés et les pra- tiques commerciales et veiller à l’hygiène des lieux et à la sécurité des produits», a indiqué le ministre dans un point de presse, en marge de sa visite dans la wilaya de Mosta- ganem. M. Benbada a assuré que «toutes les conditions sont réunies pour as- surer une disponibilité des diffé- rents produits durant ce mois sacré, qu’il s'agisse des céréales, de la se- moule, de la farine, des légumes secs, du lait et de ses dérivés, des viandes, des fruits et des légumes frais», ajoutant que «les marchés enregistreront une abondance des produits à des prix abordables pour le consommateur». Dans ce

à des prix abordables pour le consommateur». Dans ce contexte, le ministre a appelé le ci-

contexte, le ministre a appelé le ci- toyen à «une consommation ration- nelle, particulièrement durant la première semaine du mois de Ra- madan, pour ne pas contribuer in- directement à une hausse des prix». Par ailleurs, M. Benbada a indi- qué qu’une enveloppe de l'ordre de 10 milliards de DA a été allouée pour la réalisation de marchés de proxi- mité et couverts au niveau national, afin de lutter contre le commerce

parallèle. Il a également souligné que les pouvoirs publics ont contri- bué à la réhabilitation et la moder- nisation des marchés, durant le dernier quinquennat. Dans ce sens, le ministre a pré- cisé que l'Etat a alloué, l'année der- nière, environ 5,6 milliards de dinars pour aider les communes à moderniser ces marchés. Il est à noter que 43 marchés de gros rele- vant des communes sont opération- nels au niveau national alors que deux relevant de l'Etat sont en acti- vité dans les wilayas de Tipasa et Tlemcen. D'autre part, lors de sa vi- site à l’inspection de contrôle de la qualité et la répression de fraude au niveau du port commercial de Mos- taganem, M. Benbada a demandé aux agents de contrôle de la qualité d’être «des soldats veillant à la pro- tection de l’économie nationale et les intérêts du citoyen». Le ministre du commerce a éga- lement inspecté le marché couvert de «Hai Salamandre», au chef-lieu de la wilaya, qui entrera en service au début du mois de Ramadhan ainsi que des entrepôts frigorifiques de Mostaganem (Magmos).

ANP

Inspection du bateau école «Soummam» avant une campagne de formation de 45 jours

Le commandant des Forces navales, le général-major Malek Necib, a inspecté jeudi à Alger le bateau-école «Soummam

937» qui doit appareiller pour la cam- pagne de formation maritime de l'été

2012.

La campagne, de 45 jours, est pro- grammée au profit de 88 élèves-officiers de 2e année de formation selon le sys- tème LMD de l'école navale de Tament- foust (est d'Alger). Parmi ces élèves officiers, figurent un élève tunisien et un

autre mauritanien. L'objectif de cette campagne de formation est de permettre aux élèves of- ficiers d'appliquer sur le terrain les connaissances théoriques acquises et de prendre connaissance des équipements du bateau école», a-t-on appris auprès de la cellule de communication des forces navales. Elle permet par ailleurs de tester les capacités d'adaptation des élèves aux conditions de la navigation maritime et de découvrir les traditions et cultures des pays frères et

de découvrir les traditions et cultures des pays frères et amis ou ils accosteront. La cam-

amis ou ils accosteront. La cam- pagne prévue du 29 juin au 12 juillet est répartie sur 27 jours de navigation maritime et 18 jours d'escale dans 4 ports étrangers. Le Soummam doit ainsi faire escale à New York (Etats-Unis) du 9 au 14 juillet, à Oslo (Nor- vège) du 24 au 27 juillet, à Brest (France) du 30 juillet au 2 août et à Livourne (Italie) du 7 au 10 août. A l'issue de la cérémonie

d'inspection, le général-major Necib a prononcé une allocution devant les élèves offi- ciers dans laquelle il les a appelé à faire preuve d'abné- gation dans leur mission pour bien représenter l'Algérie et l'Armée nationale populaire (ANP). Relevant l'importance de cette campagne dans le parcours pro- fessionnel des élèves officiers, le général-major Necib a rappelé qu'une escale est effectuée aux Etat-Unis de- puis l'organisation de ces campagnes de formation.

BOUMERDES

Près de 500 millions de dinars pour l'amélioration de la distribution de l'électricité

Une enveloppe financière de près de 500 mil- lions de dinars a été retenue sur le budget 2012 de la wilaya de Boumerdes pour la réalisation de projets visant l’amélioration de la distribu- tion de l’énergie électrique, a-t-on appris du directeur local de la Société de distribution de gaz et d’électricité.

Cet investissement servira, entre autres, au financement de la réalisation de quelque 29 postes de distribution électrique de moyenne tension, dont les travaux ont été lancés récemment, outre la mise en place d’un réseau de distribution de 50 km, à travers plusieurs communes, a expliqué M. Lateb Hamid. Il est aussi question de la réalisation de 48 autres transformateurs de moyenne tension, dont les chantiers vont bientôt démarrer, au même titre qu’un autre réseau de distribution d’une cinquantaine de kilomètres, le renouvellement de 20 anciens postes et le nettoyage de huit autres, est-il signalé. Toujours dans la perspective de l’amélioration de la distribution et de la réduction des coupures intermittentes du courant, la même direction a programmé la réalisation, avec une enveloppe sectorielle, de cinq grands postes de distribution de haute tension. L'un de ces projets est déjà en chantier dans la commune d’Ouled Moussa. Une fois opérationnel il couvrira toutes les parties nord et sud de la wilaya et contribuera, ainsi, à diminuer la pression sur le poste de Boumerdes alimentant actuellement toute la région, a souligné M. Lateb. Dans la même optique, des sites ont été sélectionnés pour l’implantation prochaine de deux autres postes similaires à Dellys et Zemmouri pour diminuer la pression existante sur le poste de Si Mustapha. Un 4ème poste est prévu à Naciria alors qu’un 5ème sera réalisé, à long terme, dans la commune de Boudouaou El Bahri, selon la même source. Par ailleurs, M. Lateb a fait cas d’un montant de 800 millions de dinars dû à la société Sonelgaz par ses abonnés en 2011, dont 600 millions de DA représentés par les créances d’énergie et 200 DA par les créances de travaux multiples. Une ardoise de plus de 400 millions de DA, sur ce montant dû, est détenue par des organismes, administrations et entreprises publiques de la wilaya, est-il signalé. La société de distribution d’électricité et de gaz de Boumerdes a également relevé 2500 cas de fraudes en 2011, équivalant à une perte de plus de 100 gigawatt d’énergie électrique, soit un préjudice financier estimé à 350 millions de dinars, est-il déploré.

AÏN TEMOUCHENT

28 hectares de terres agricoles récupérés pour abriter des projets d’utilité publique

Une superficie de 28 hectares de terres agricoles relevant du domaine public a été récupérée par la wilaya d’Aïn Temouchent, pour l’implantation de 22 pro- jets d’utilité publique, a-t-on appris jeudi lors de la session d’été de l’APW. Adoptée en plé- nière, cette opération permettra la réalisation de 1.946 loge- ments de différents types, une maison de jeunes, une salle spé- cialisée et un camp de jeunes à El Amria, ainsi que des projets de développement à Ain Kihal, a-t-on précisé. Sur ce quota de

logements, 1.161 unités de type LPL seront réalisées par l’OPGI au niveau de six communes de la wilaya. La direction du loge- ment et des équipements pu- blics (DLEP), réalisera, pour sa part, 750 logements promotion- nels aidés (LPA) dans sept col- lectivités locales ainsi que 35 habitations rurales à Chentouf. Cette superficie a été préle- vée de 13 exploitations agricoles collectives (EAC), une exploita- tion agricole individuelle (EAI) et d’une ferme pilote réparties à travers la wilaya, a-t-on ajouté.

ENERGIE-INDUSTRIE

Convention APRUE-GICA pour renforcer l'efficacité énergétique dans l'industrie du ciment

Une convention définissant les modalités de réalisation des plans d'efficacité énergétique pour le secteur de la production de ciments a été signée jeudi à Alger par l'Agence nationale pour la pro- motion et la rationalisation de l'utilisation de l'énergie (APRUE) et le Groupe industriel des ci- ments d'Algérie (GICA). Cette convention, la pre- mière du genre en Algérie, s'inscrit dans le cadre d'une nouvelle approche adoptée par l'APRUE et visant à améliorer, à travers des accords volon- taires, l'efficacité énergétique dans le domaine in- dustriel notamment les secteurs gros consommateurs d'énergie comme les cimenteries. Elle porte sur l'accompagnement technique et fi- nancier par l'APRUE de la mise en œuvre du pro- gramme d'économie d'énergie initié par GICA et qui touche l'ensemble des unités et filiales de ce

groupe publique, a-t-on précisé lors de la cérémo- nie de signature. Signée par le directeur général de l'APRUE, Mohamed Saleh Bouzeriba, et le di- recteur de la stratégie et du développement de GICA, Ahmed Souidi, ladite convention prévoit no- tamment la mise en œuvre d'un plan d'efficacité énergétique touchant les douze (12) cimenteries publiques pour réaliser une économie d'énergie de 20% en cinq ans, a indiqué M. Souidi.Les ac- cords volontaires, initiés par l'APRUE dans le cadre d'une collaboration avec l'agence néerlandaise d'efficacité énergétique (NL Agency), est une ap- proche visant à intégrer le concept d'efficacité énergétique dans le secteur industriel à travers une coopération technique avec les organismes bénéficiaires de ces accords, selon une explication donnée lors de la rencontre. APS

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

ACTUALITÉ

DK NEWS

7

JUSTICE

Peine capitale contre huit individus dont Droukdel Abdelmalek

Huit (08) individus dont Droukdel Abdelmalek accu- sés d'assassinats, d'enlève- ments, de torture et d'attentats à l'explosifs ciblant des lieux publics, ont été condamnés jeudi à la peine capitale par le tribunal crimi- nel d'Alger.

Charabi Omar, Namchi Wassim, Gattaf Rabah, Lounes Said, Rabi chérif Said Arzouni Mohamed et Drouk- del Abdelmalek ont été condamnés «par contumace» à la peine capitale. Toumi Mohamed qui était présent à l'audience a aussi écopé de la même peine. Deux autres accusés, à sa- voir Chamami Mohamed et Brahimi Nabil, ont bénéficié de l'acquittement. En ce qui concerne Hassan Hattab et Saïfi Amari (dit El

En ce qui concerne Hassan Hattab et Saïfi Amari (dit El Para), le juge Reggad Moha-

Para), le juge Reggad Moha- med ne s'est pas prononcé sur le réquisitoire du parquet gé- néral pour « une finalisation de la procédure de contu- mace étant donné qu'ils sont considérés en état de fuite conformément au dossier présenté durant le procès», selon le parquet. Ces deux accusés qui se trouvent en détention

n'étaient pas présents du- rant le pro- cès. Les mis en cause sont également poursuivis pour les chefs d'inculpation de «constitu- tion d'une as- sociation de malfaiteurs, vols qualifiés et détérioration des biens de l'Etat». Selon l'arrêt de renvoi, les faits remontent à 2006 lorsque les forces des sécurité se sont accrochées avec des terroristes au lieu dit Haïzer dans la wilaya de Bouira. L'opération s'était soldée par l'élimination de quatre terroristes et l'arrestation d'un autre, nommé Toumi Mohamed, «principal accusé

dans cette affaire, ayant tué trois éléments des forces de sécurité malgré ses bles- sures», selon la même source. Lors des interrogatoires, le prévenu a reconnu les accu- sations retenues contre lui, d'«adhésion à un groupe ter- roriste activant dans la région de Bouira et divulgué les noms de ses membres». Il a également reconnu la res- ponsabilité de son groupe dans plusieurs opérations terroristes dont celui qui a coûté la vie à 12 militaires dans la région de Chiria (wi- laya de Blida) en 1993. Il a aussi reconnu sa participa- tion en 1994 à l'enlèvement du chanteur Maatoub Lounes et l'assassinat dans la même année de 12 policiers dans la région de Boukhalfa (Tizi Ouzou).

OUARGLA

Attentat à la voiture piégée contre le siège du 4e Commandement régional de la Gendarmerie nationale

Un attentat à la voiture piégé a été perpétré ce vendredi à 5h15 du matin, contre le siège du 4ème Commandement régional de la Gendarmerie nationale situé au centre ville de Ouargla, indique hier le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. "Devant la riposte rapide des gendarmes, le véhicule a heurté les obstacles placés à l'entrée principale du siège avant d'exploser", précise le ministère qui indique que l'"explosion a causé le décès d'un gendarme en poste et la blessure de trois éléments. Cet attentat a également "occasionné des dégâts matériels au poste de contrôle". Le MDN ajoute que les différents services spécialisés se sont immédiatement rendus sur les lieux pour apporter l'assistance nécessaire et secourir les blessés, tout en précisant qu'une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de cet acte criminel.

LUTTE CONTRE LE TERRORISME

L’ONU fait le bilan de sa stratégie antiterroriste mondiale, le Sahel évoqué

L’Assemblée générale de l’ONU a entamé jeudi la mise en oeuvre de sa Stratégie antiterro- riste mondiale adoptée en 2006, tandis que plusieurs délégations ont relevé la situation inquié- tante dans la région du Sahel. La Stratégie antiterroriste de l’ONU, dont c’est le troisième examen depuis sa mise en place, s’articule autour de quatre pi- liers: élimination des conditions propices à la propagation du ter- rorisme, prévention et lutte contre le terrorisme, renforce- ment des capacités de tous les Etats et rôle de l’ONU, et les droits de l’homme. Dans son rapport, le Secré- taire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a fait plusieurs recom- mandations dont la désignation d’un Coordonnateur des Na- tions Unies pour la lutte contre le terrorisme qui serait respon- sable de la coordination et de la mise en £uvre de la Stratégie, et qui serait également son conseiller principal pour les questions relatives à la lutte an- titerroriste. Le SG de l’ONU a aussi relevé l’importance d’adopter les meil- leurs plans nationaux et régio- naux possibles afin de porter au maximum le caractère global de la Stratégie antiterroriste mon- diale. Intervenant durant cette réu- nion de deux jours, le ministre des Affaires étrangères du Ca- nada, M. John Baird, s’est réjoui que son pays copréside, avec

John Baird, s’est réjoui que son pays copréside, avec l’Algérie, le Groupe de travail sur le

l’Algérie, le Groupe de travail sur le Sahel au sein du Forum mon- dial de lutte contre le terrorisme (FMLT) lancé à New York en sep- tembre dernier. Aussi, il a fait sa- voir que le Canada veille à ce que les autorités locales canadiennes soient plus résilientes face à l’ex- trémisme et à la radicalisation. Notre objectif, a-t-il précisé,

est de réduire le risque que des personnes se laissent entraîner par l’extrémisme violent et la ra- dicalisation. De son côté, le représentant des Etats-Unis, M. Jeff de Lau- rentis, a constaté que malgré les importantes avancées réalisées ces derniers temps, la lutte contre le terrorisme demeure

urgente. Selon lui, "Al-Qaida est peut- être sur le point d’être déman- telé, mais sa portée géographique ne fait que croî- tre, notamment au Sahel". Il a aussi indiqué que les Etats-Unis appuyaient deux pro- jets novateurs à l’ONU, à savoir la formation de responsables de police dans diverses régions du monde et les programmes de ré- forme pour renforcer la lutte contre le terrorisme. Pour sa part, le représentant de la Libye, M. El Jadey, a indiqué que son pays était parvenu à s’extraire d’une situation difficile et que l’ancien dirigeant Mouammar El Gueddafi recrutait de nombreux étrangers pour ses brigades de sécurité. A ce propos, il a mis l’accent sur "la menace posée par ces mercenaires, rentrés chez eux, et qui collaborent, à présent, avec certaines organisa- tions terroristes de la région du Sahel dans le trafic d’armes et de stupéfiants". Selon lui, le gou- vernement libyen ne ménage aucun effort pour continuer à lutter contre le terrorisme, en ci- tant, à titre d’exemple, la Confé- rence ministérielle territoriale sur la sécurité des frontières tenue en mars dernier à Tripoli. La représentante de l’Australie, Mme Philippa King, a relevé, quant à elle, que malgré les pro- grès enregistrés, les menaces terroristes n’ont pas diminué pour autant, tout en affirmant que les terroristes exploitent

l’instabilité dans certaines ré- gions du monde pour s’étendre géographiquement. Dans ce sens, elle a évoqué "les menaces terroristes qui se posent dans la région du Sahel et du Maghreb exacerbées par la pauvreté, la crise alimentaire et les crises politiques". Pour elle, le défi est d’assurer que la coopération internatio- nale contre le terrorisme s’adapte aussi rapidement aux menaces nouvelles. S’exprimant au nom de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), M. Bachar Djaafari, également re- présentant de la Syrie à l’ONU, a affirmé que l’OCI continue de rejeter de manière sans équi- voque l’association du terro- risme avec une religion, une nationalité, une civilisation ou un groupe ethnique. "Nous pen- sons que toute déclaration irres- ponsable qui tente d’associer le terrorisme avec une religion ou une nationalité est, en soit, une incitation claire au terrorisme", a-t-il soutenu. Au nom de l’OCI, il a égale- ment rappelé que la mise en £uvre de la Stratégie était du res- sort des Etats, et a appelé ces derniers à renforcer leurs enga- gements vis-à-vis du travail de l’Equipe spéciale de l’ONU de lutte contre le terrorisme.

8 DK NEWS

MONDE

Vendredi 29 - Samedi 30 Juin 2012

DÉFILÉ DE DIPLOMATES AFRICAINS À ALGER

L’Algérie fortement sollicitée pour sa vision éclairée

Kamel Cherif

Les changements intervenus dernière- ment en Afrique, notamment dans le nord du continent ont amené la diplomatie al- gérienne à être sollicitée. Le défilé des di- plomates africains en Algérie, dénote du rôle de stabilisateur et de la vision éclairée de l’Algérie quant à la résolution des nom- breux conflits qui éclatent de l’autre côté de ses fron- tières. Nombreux émissaires de diffé- rents pays séjournent en Algérie, qui pour solliciter des éclairages qui pour des conseils ou une éventuelle intervention de l’Algérie. Ayant privilégié l’option du dialogue tout en respectant l’intégrité ter- ritoriale des pays et leur souveraineté, l’Algérie se place comme un pays pivot dans la région, notamment au Sahel et dans le monde arabe. Les nombreux conflits et «révolutions arabes» qui ont éclaté ont épargné l’Algé- rie qui était en fait en avance comparati- vement à ses voisins dans la mesure où elle a vécu ses mutations et la violence du- rant les années 1990. Cette expérience a amené d’autres pays à s’inspirer de l’ex- périence algérienne, mais aussi à tirer profit des conseils précieux de sa diplo- matie, selon des déclarations de plusieurs ministres africains en visite en Algérie. Le dernier en date est le ministre burkinabé des Affaires étrangères et de la coopéra- tion régionale, Jibril Bassolé, qui était à Alger dans le cadre de la médiation entre- prise par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le dossier malien. Le chef de la diplo- matie du Burkina Faso a considéré que la concertation permanente avec l’Algérie est absolument nécessaire pour le règle- ment de la crise malienne. Auparavant, le Premier ministre malien Cheikh Modibo Diarra, avait effectué une visite en Algérie et s’était entretenu avec les hauts respon-

en Algérie et s’était entretenu avec les hauts respon- sables du pays. Il avait alors déclaré

sables du pays. Il avait alors déclaré que l’Algérie est un pays «frères, voisin et ami», soulignant que compte tenu de la si- tuation que connaît le Mali, les conseils et l’avis de l’Algérie étaient «précieux» pour son pays. L’Algérie n’a pas cessé, depuis le début de la crise malienne, de réitérer son refus quant à la remise en cause de l’intégrité territoriale de ce pays, insistant sur une solution qui passe par le dialogue. En ce sens, l’Algérie a toujours tenu compte dans le conflit au Nord du Mali (les Touaregs) qui oppose l'autorité cen- trale, des problèmes liés de sous-dévelop- pement dans le pays. Une situation a affaibli l’Etat malien à prendre en charge la problématique de son territoire. Aussi l’hommage appuyé à l’Algérie du prési- dent de la Commission de l’Union afri- caine, Jean Ping, à l’occasion de la tenue de la 9e session de la Comité international des services de renseignements et de sé- curité africains (CISSA demeure une re- connaissance des pays du continent au

rôle de l’Algérie et à ses efforts dans la préservation de la paix et de la sécurité en Afrique. Pour ce qui est de la situation en Tuni- sie et en Libye, les premiers responsables de ces deux pays ont déjà séjourné en Al- gérie, devenue incontournable du fait de la constance de ses positions. D’ailleurs, l’ancien Premier ministre français, Domi- nique de Villepin, n’a pas manqué de si- gnifier que la réconciliation de la France avec l’Algérie est la «clé d’une nouvelle politique arabe de la France». En ce sens, l’Algérie demeure incontournable dans la résolution des conflits mais aussi dans l’amorce de nouvelles relations basées le respect mutuel de la souveraineté natio- nale. Il faut rappeler à ce propos la doigté de la diplomatie algérienne quant à la li- bération des otages algériens détenus en Somalie en 2011. Le même principe guide la diplomatie algérienne pour la libéra- tion des otages qui se trouvent au Nord du Mali.

PÉTROLE

Hausse de plus de deux dollars des prix du pétrole, après l'accord de l'UE

Les prix du pétrole se sont améliorés de plus de deux dollars vendredi en cours d'échanges européens, dopés par l'accord conclu dans la nuit à Bruxelles lors d'un sommet de l'Union européenne (UE). Ce matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, valait 93,42 dollars, en hausse de 2,06 dollars par rapport à la clôture de jeudi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance engrangeait 2,04 dollars à 79,73 dollars.

UE

Les Bourses s'envolent vendredi après l'accord de Bruxelles

Les Bourses européennes s'envo- laient vendredi matin après l'ac- cord conclu dans la nuit à Bruxelles entre les dirigeants de la zone euro sur la possibilité de recapitaliser les banques via les fonds de secours européens comme le demandaient l'Italie et l'Espagne. Ce matin, les bourses de Paris bondissait de 2,52%, Franc- fort de 2,35%, Londres de 1,43%, Milan de 3,20% et Madrid de 3,71%.

ONU

Ban Ki-moon se félicite des réalisations de la conférence Rio+20

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon s'est félicité jeudi à New York des réalisations de la Conférence de l'ONU sur le développement durable (Rio+20), qui s'est déroulée la semaine dernière au Brésil. «Soyons clairs, Rio+20 fut un succès. A Rio, nous avons entamé un mouvement de changement mondial indéniable», a déclaré M. Ban lors d'une réunion d'éva- luation de la conférence organisée par l'Assemblé générale de l'ONU. Le Secrétaire général s'est notamment réjoui des engagements politiques pris par les Etats tels que le reflète le docu- ment final intitulé «L'avenir que nous souhaitons», document qu'il a qualifié de «victoire du multilatéralisme après des mois de négociations difficiles». Le docu- ment contient une série d'objectifs de dé- veloppement durable (ODD) et établit un forum politique de haut-niveau pour le développement durable. Un grand nombre d'actions qui ont été décidées lors de la conférence figurent dans le document final, dont le renforce- ment du Programme des Nations Unies

dont le renforce- ment du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). «C'est un témoignage

pour l'environnement (PNUE). «C'est un témoignage remarquable de l'engage- ment et de l'approche participative. Le monde nous observe et nous serons tenus

pour responsables des engagements que nous avons pris à Rio», a souligné le Secré- taire général. De son côté, le président de l'Assem- blée générale de l'ONU Nassir Abdulaziz Al-Nasser a lui aussi appelé les Etats membres à respecter les engagements pris à Rio. «La mise en œuvre est impérative si nous voulons réaliser l'avenir que nous voulons. Maintenant que la conférence est terminée, le vrai travail commence et nous devons tous faire un effort pour as- surer le succès final», a-t-il indiqué. M. Al- Nasser a réitéré l'engagement de l'Assemblée générale à assumer un rôle central dans la définition des ODD et a an- noncé une série de réunions dans le do- maine du développement durable qui devraient contribuer à la sortie de la crise financière mondiale. Aucun pays n'est à l'abri de la crise économique et financière mondiale qui a commencé en 2008. «Pour la surmonter, les pays du monde doivent se rassembler urgemment et agir de façon collective», a-t-il précisé.

APS

SOMMET Accord européen pour un pacte croissance de 120 milliards d'euros

Les dirigeants européens se sont mis d'accord pour un pacte pour la croissance d'un montant de 120 milliards d'euros jeudi soir au premier jour du sommet de Bruxelles, a annoncé jeudi le président de l'UE Herman Van Rompuy. «Nous nous sommes mis d'accord pour améliorer le financement de l'économie à hauteur de 120 milliards d'euros pour des mesures immédiates de croissance», a déclaré M. Van Rompuy. Il a précisé que ce programme passait par une augmentation de la capacité de prêt de la Banque européenne d'investissement (BEI) de 60 milliards, 60 autres milliards venant de la réaffectation de fonds structurels non utilisés. Il y aura aussi des project bonds «lancés à l'été» pour financer des infrastructures de transport et d'énergie, d'un montant de 5 milliards d'euros.

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

RÉGIONS

DK NEWS

9

Benaïssa à Tissemsilt

Nouveau programme pour développer l'agriculture dans le Sud

programme pour développer l'agriculture dans le Sud Le gouvernement a lancé un im- portant programme de

Le gouvernement a lancé un im- portant programme de développe- ment de l'agriculture dans le sud du pays, a annoncé jeudi le ministre de l'Agriculture et du Développe- ment rural, M. Rachid Benaïssa.

« U n important pro- gramme a été décidé il y a trois mois de cela au

niveau du gouvernement pour déve- lopper l'agriculture saharienne", a indiqué le ministre lors d'une réu- nion avec les responsables des cham- bres d'agriculture. M. Benaïssa a expliqué, en marge de cette rencon- tre, que ce programme "complémen- taire" concernait "trois grands" axes. Le premier concerne la préservation des parcours au niveau du grand Sud notamment dans les régions fronta- lières dont la concrétisation a déjà commencé. Le second axe porte sur la préservation et le développement des oasis dans toutes leurs compo- santes. Quant au troisième chantier,

en cours d'exécution, il porte sur la création de grandes et moyennes ex- ploitations pour le développement de l'agro-industrie ou de "l'agriculture d'entreprise". Le président de la chambre d'agriculture de la wilaya de Tamanrasset, M. Mohammed Ben Mohammed, a cité certains de ces projets comme l'extension de la cé- réaliculture, l'amélioration des races animales, l'extension de l'oléiculture et la réhabilitation des palmeraies. Le ministre qui n'a pas avancé de chiffres sur le montant de ces inves- tissements, a expliqué l'intérêt de ce programme par les potentialités exis- tantes dans les wilayas du sud et le rôle important que joue cette région dans l'amélioration de la sécurité ali- mentaire du pays. Il a cité, dans ce sens, l'exemple des wilayas de Biskra et d'El Oued d'où proviennent 16% de la production agricole nationale.

5.000 m 3 d'eau supplémentaires pour cinq communes

5.000 m 3 d'eau supplémentaires pour cinq communes

Cinq communes de la wilaya de Tis- semssilt bénéficieront cet été d’un apport de 5.000 mètres cubes supplémentaires d’eau potable à partir de forages, a-t-on ap- pris jeudi auprès de la Direction locale de l’hydraulique. Les communes de Emir Ab- delkader, Theniet El Had, Maasim, Khe- misti et Layoun verront le ratio en eau potable par habitant passer de 100 litres à 150 l/jour, sachant que ces régions sont ali- mentées actuellement à partir des barrages de Koudiat Rosfa (commune de Béni Chaib) et Derdar, implantés dans la wilaya d’Ain Defla, selon la même source. Cette opération s’inscrit dans le cadre des nou- veaux forages lancés par la Direction de l’hydraulique à la faveur du présent plan

quinquennal, visant à renforcer l'alimenta- tion en eau potable (AEP) des populations locales. D'autre part, afin d'assurer un approvi- sionnement régulier en eau potable au pro- fit des habitants du chef lieu de wilaya, les travaux d’aménagement et de renouvelle- ment de 7 km d'adductions ont été achevés à partir de puits, situés dans la commune de Rechaiga (Tiaret). Ces travaux ont per- mis d’éradiquer les récurrents problèmes de fuites sur cette canalisation. La même source a également fait état du lancement prochain des travaux d’aménagement et de rénovation de la principale canalisation du barrage de Dardar (Ain Defla), longue de 45 kms afin de régler le problème des fuites.

Cet ouvrage alimente en eau potable huit communes de la wilaya de Tissemssilt. La Direction locale de l'hydraulique a précisé qu’une quantité de 18.000 mètres cubes d’eau est mobilisée quotidiennement pour les besoins de toute la wilaya. Cette quantité a enregistré une hausse de 5.000 m3/jour par rapport à l’année dernière, grâce aux apports du barrage de Koudiat Rosfa et de nouveaux forages, à l’instar de ceux de Re- chaiga (Tiaret) ainsi que de puits et autres sources d'eau disponibles dans les zones rurales. Le barrage de Koudiat Rosfa stocke actuellement un volume de 70 millions de m3 d’eau, soit un taux de remplissage de l’ordre de 95%. Il permettra de couvrir les besoins de la population de la wilaya en eau potable pour huit années en cas de séche- resse, selon la même source.

Tindouf

Une récolte de plus de 7.000 quintaux de dattes attendue

Une production de plus de 7.000 quin- taux de dattes est attendue pour l'actuelle saison dans la wilaya de Tindouf, soit une augmentation de près de 925 quintaux par rapport à 2011, a-t-on appris auprès de la Direction locale des services agricoles (DSA). Cette production, jugée "bonne", concerne les variétés précoces de "Tinsra", "Hmira" et "Hartani", dont les palmiers sont plantés sur une surface de 5.433 hectares, a indiqué le chef de service de la production et de soutien technique

à la DSA. Cette augmentation de la pro- duction est conséquente au développement qu'a connue ces der- nières années la phoeniciculture à Tindouf, à l’intérêt manifesté par les fellahs pour ce segment agricole, aux différents pro- grammes de soutien à cette filière agricole, et aux programmes de formation et de sélection des variétés de dattes adaptées à la région,

sélection des variétés de dattes adaptées à la région, a ajouté la même source. Les opérations

a ajouté la même source. Les opérations de développement de la phoeniciculture, lancée en 2001 dans la région, à la faveur du plan national de développement agri- cole (PNDA), ont donné lieu, ces quatre dernières années, à l'extension de la sur- face à planter de 290 hectares, suscepti- bles de connaître une tendance à la hausse durant les années à venir, a pré- cisé le DSA. Pour ce faire, près de 140 ex- ploitations agricoles, soit 90% situées à travers les périmètres de la wilaya, ont bé-

néficié des opérations de développement retenues pour la filière ph£nicicole, a-t-on fait savoir. La Direction

du secteur envisage d’étendre, à la faveur des conditions de déve- loppement favorables, climatiques et la nature du sol notamment, la surface de la richesse ph£nicicole dans cette région.

Annaba

108 PME reçoivent leurs décisions d’éligibilité pour une mise à niveau

Des décisions d’éligibilité pour la mise à niveau de 108 petites et moyennes entreprises (PME) activant dans divers domaines économiques, dans neuf wilayas de l’Est du pays ont été remises jeudi à Annaba aux chefs des entreprises concernées. Ces PME opérant dans les wilayas d’Annaba, de Guelma, d’El Tarf, de Tébessa, de Khenchela, de Constantine, de Skikda, d’Oum El Bouaghi et de Souk Ahras, dans les secteurs du Bâtiment, de l’Industrie, du Tourisme, du Transport, des Technologies de l'information et de la communication (TIC) et de la Pêche ont adhéré au programme de mise à niveau pour promouvoir leurs activités, améliorer leur compétitivité et contribuer davantage à la création d’emplois, a souligné le directeur régional de l’Agence Nationale de Développement de la PME (ANDPME) d’Annaba, M. Badreddine Masmoudi. Au moins 500 PME ont souscrit au programme national de mise à niveau des entreprises dans la région d’Annaba, permettant à l’ANDPME d’occuper localement la première position à l’échelle nationale en matière d’adhésion à cette opération, a affirmé le même responsable. Les PME ayant bénéficié des décisions d’éligibilité pour la mise à niveau devront établir un diagnostic de l’état des lieux en fonction duquel des plans d’actions seront élaborés dans le but de développer et de pérenniser leurs activités, à travers l’injection d’investissements matériels liés, notamment, à la modernisation des équipements, à l'acquisition de nouvelles technologies, à d'éventuelles extensions et à la promotion de la formation des ressources humaines. D'autres décisions d’éligibilité seront établies pour toucher l’ensemble des PME qui ont exprimé le souhait de bénéficier de ce programme qui a connu un allégement en matière de réduction des procédures d’accès, a indiqué M. Masmoudi.

Investissements privés : 41 dossiers agréés à Oran

Le Comité d'assistance, de localisation, de promotion de l'investissement et de la régularisation foncière (CAL- PIREF) de la wilaya d'Oran a agréé récemment 41 dossiers d'investissement, a-t-on appris, jeudi, du directeur de wi- laya chargé de la programmation et suivi budgétaire (ex- DPAT). Sur 42 dossiers d’investissement déposés au niveau du comité, un seul a été ajourné pour complé- ment d’informations, a précisé M. Mohamed Seghier,

responsable de cette direction. Ces projets avalisés por- tent sur un investissement global évalué à 10 milliards de dinars et doivent générer quelque 6.500 emplois, selon la même source. Parmi les projets agréés figurent un pôle médical constitué de 12 cliniques privées, initiées par des spécia- listes en neurologie, neurochirurgie, cancérologie, car- diologie, rééducation, notamment dans le cadre de la

mise en £uvre de la mise à niveau de la ville d'Oran, ainsi qu'une unité de réalisation de mobilier pour hôpitaux et une usine pour la fabrication de résine ainsi que d'autres unités confinés dans le recyclage, l'agro-alimentaire et les services. Depuis octobre 2010, date de son redémar- rage, le CALPIREF a donné son accord pour près d’une centaine de projets d'investissement avec affectation de terrains, a indiqué le même interlocuteur.

10

DK NEWS

SOCIÉTÉ

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

Cybercriminalité

Trois affaires de pornographie infantile diffusée sur Internet traitées durant 2011

Les services de la police judiciaire relevant de la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) ont traité durant 2011 trois affaires re- latives à des vidéos de pornogra- phie infantile diffusés sur Internet et incitation à la débauche, a souli- gné dimanche à Alger la commis- saire principale Kheira Imesaoudène.

D ans une intervention sous le thème «Le rôle des services de police dans la protection des

enfants contre les crimes et la cyber- criminalité» lors d'un atelier de tra- vail régional organisé par l'Union international des télécommunica-

tions (UIT), la commissaire princi- pale a indiqué que les services de po-

lice ont traité 8 affaires en 2008, 26 affaires en 2009 et 3 autres en 2011, re- latives à des vidéos de pornographie infantile à travers des portables et leur diffusion sur Internet. S'agissant de la violence sexuelle,

la responsable a précisé que 1546 cas

ont été enregistrés durant 2008, dont 650 cas de garçons et 896 cas de filles.

A ce propos, la DGSN a appelé à la pro-

mulgation de lois sur le contrôle des espaces Internet. Elle a également ap- pelé à la mise en place d'un méca- nisme et d'une instance de régulation nationale pour contrôler et dénoncer l'exploitation des enfants à travers In-

ternet. La commissaire principale a pour sa part estimé nécessaire l'éla- boration d'une stratégie nationale pour contrecarrer ce phénomène. Par ailleurs, la responsable a salué la coopération internationale dans ce domaine, soulignant le rôle impor- tant joué par l'organisation interna-

tionale de la police criminelle «Interpol» dans la lutte contre la por- nographie infantile via Internet. Des

experts nationaux et étrangers pren- nent part aux travaux de l'atelier ré- gional de deux jours ayant pour thème «L'aspect juridique de la pro- tection de l'enfant des dangers liés à l'utilisation de l'Internet dans la ré- gion arabe».

Chaque jour, 9 500 sites malveillants sont détectés par Google

jour, 9 500 sites malveillants sont détectés par Google 9.500, c'est le nombre de sites mal-

9.500, c'est le nombre de sites mal- veillants que détecte chaque jour le numéro Un de la recherche sur Inter- net. Un chiffre impressionnant, révélé par Google dans un billet baptisé «5 années à protéger les internautes». Google vient de publier un billet riche en informations sur le travail quotidien que réalise ses équipes pour protéger les internautes des attaques informatiques, sur son blog dédié à la sécurité sur Internet. Une tâche de plus en plus complexe face à leur mul- tiplication et leur sophistication sans cesse grandissante. Nous apprenons alors que quelque 9.500 sites malveillants sont quoti- diennement détectés depuis la mise en place du projet de sécurisation de la navigation Web Safe Browsing, lancé il y a cinq ans par Google. Cette mission vise à protéger les internautes et leurs terminaux, en mettant au jour la présence de virus, de malwares et de tentatives de phishing. «Nous proté-

geons 600 millions d'utilisateurs via une protection intégrée à Chrome, Fi- refox et Safari, et nous émettons plu-

sieurs millions de mises en garde tous les jours pour les utilisateurs d'Inter- net», affirme le géant de Mountain View dans son billet intitulé «5 années

à protéger les internautes». Ce sont

ainsi 12 à 14 millions de requêtes qui sont chaque jour réalisées sur le pre- mier moteur de recherche mondial. Ils sont accompagnés d'une alerte prévenant d'une menace en matière de sécurité émanant de sites compro- mis. 300.000 sites de phishing Google affirme aussi envoyer des milliers de notifications quotidiennes

aux webmasters, afin de les alerter de

la présence de menaces sur leurs sites.

Des alertes sont également adressées

chaque jour aux fournisseurs d'accès

à Internet (FAI), «pour les aider à

maintenir la propreté de leurs ré- seaux». Les administrateurs peuvent alors recevoir ces messages en s'ins-

crivant sur un service dédié. «En pro- tégeant les utilisateurs d'Internet, les webmasters, les FAI et Google au fil des ans, nous avons construit une compréhension des sites web malveil- lants et du phishing toujours plus so- phistiqués. Ces problèmes ne sont pas

complètement résolus, car les me- naces continuent d'évoluer, mais nos technologies et procédés aussi», in- dique Google. Mais malgré les efforts de Google pour protéger les internautes, plus de 300 000 téléchargements dangereux sont réalisés tous les jours, mais res- tent détectés par Chrome, le naviga- teur du géant de Mountain View. Le moteur du recherche précise

que ces 300 000 sites dénombrés chaque mois ont pour seul but de pié- ger les internautes par phishing (ou

hameçonnage). Cette technique vise à obtenir des informations person- nelles afin d'usurper une identité. Un chiffre reste en constante progression.

La Forem plaide pour une instance de coordination pour la protection de l'enfant

de coordination

pour la protection de l'enfant des dangers liés à l'utilisa-

tion de l'internet est devenue une nécessité majeure, a es-

timé dimanche

la Fondation

nationale pour la promotion de la santé et du développe-

ment de la recherche (FOREM), Mustapha Khiati.

pour l'instauration

d'une instance

concernés pour une meilleur protection de l'enfant de la

cybercriminalité», a indiqué M. Khiati dans un point de

presse en marge

juridique de la protection de l'enfant des dangers liés à l'utilisation de l'internet dans la région arabe». En plus de

la prévention et le contrôle, cette instance composée des représentants des parents, des écoles, de la Gendarmerie nationale, ainsi que des ministères concernés, aura pour mission la prise en charge des mineurs victimes de la cy- bercriminalité, notamment la pédophilie, a-t-il précisé,

considérant

«l'Algérie est

très en retard par rapport à ce qui

pays dans ce domaine». C'est pour cela d'ailleurs qu'il est

sur le

d'établir

nombre d'enfants victimes de crimes du Net, a-t-il dit. «Il

pratiquement difficile

se fait dans d'autres

La création d'une instance nationale

«Nous

à Alger

le président de

avons plaidé depuis 2007

de coordination entre tous les

acteurs

d'un atelier ayant pour thème «l'aspect

qu'en

matière

de législation,

des statistiques

faut que la législation soit actualisée au moins chaque 2 ans en fonction des dangers qui découlent de l'utilisation du Net», selon M.Khiati qui a souligné l'importance de cri-

minaliser l'intention avant

le virtuel,

jourd'hui, dans ce

l'acte (pédophilie). «Au-

domaine caractérisé par

nous devons nous référer à l'intention et pas uniquement à l'acte», a-t-il expliqué. Un billet d'avion ou un cadeau of- fert à un enfant de la part d'un inconnu suffit pour «arrê- ter la personne suspecte». Selon les chiffres de la Forem, «80 personnes étaient poursuivies en 2010 pour pédophi- lie en Algérie, soit 3% des infractions commises par les in-

ternautes,

trois

années à venir si de nouvelles lois plus rigoureuses sur la lutte contre la cybercriminalité et la protection de l'enfant

Le

président de la Forem a également demandé l'institution-

nalisation du

sites internet

ne sont pas promulguées», a mis

«des chiffres

filtrage

qui vont

doubler dans les

en garde M.Khiati.

des

automatiques

jugés «dangereux pour les enfants». Il s'agit, selon M. Khiati, d'obliger les vendeurs de l'ou-

du filtrage avant

chaque vente et d'en informer les parents. En plus, le pré-

sident de la Forem a mis l'accent sur l'importance des es- paces propriétaires sécurisés, dédiés aux jeunes enfants,

qui restreignent la navigation à une liste

exhaustive de

sites préalablement validés et dont le contenu est vérifié régulièrement. Des tapis souris dotés d'informations sur l'utilisation de l'internet seront distribués dans les écoles

et établissements scolaires à compter de la prochaine ren- trée scolaire pour une meilleure sensibilisation des dan- gers du Net. Des experts nationaux et étrangers prennent part à l'atelier organisé par l'Union internationale des té- lécommunications (ITU), région arabe.

APS

til

informatique d'intégrer

le logiciel

Les dangers de la mauvaise utilisation d'internet par les enfants

L'Algérie met en garde

Le ministère de la Poste et des technologies de l'information et des communications a mis en garde dimanche les parents contre les dangers de l'utilisation à mauvais escient d'internet par les enfants. Dans son intervention axée sur le rôle de la société civile dans la protection des enfants sur internet, lors d'un atelier arabe organisé par l'Union internationale des télécommunications au Cyberparc de Sidi Abdallah, la conseillère au ministère de la Poste et des technologies de l'information et de la communication, Mme Aïcha Bouzidi, a précisé qu'avec l'accroissement de l'utilisation d'internet par les enfants et en l'absence de mécanismes efficaces de contrôle et de protection, les enfants font souvent l'objet de pratiques perverses et de harcèlements. Les enfants ne sont pas en sécurité sur internet, d'où la nécessaire mise à contribution de toutes les parties concernées en vue de trouver des mécanismes et des outils juridiques qui permettent de protéger cette catégorie contre les pratiques perverses dont ils peuvent faire l'objet en surfant sur la toile, a-t-elle dit. Pour l'intervenante, les parents doivent s'inquiéter lorsque leurs enfants passent de longues heures devant leurs PC au détriment de leurs études, ont des accès de colère lorsqu'ils sont privés d'internet et se sentent constamment fatigués et surmenés. Aux côtés des parents, l'école et les cybercafés ont leur rôle à jouer dans la sensibilisation et la protection des enfants contre les dangers d'internet, a souligné Mme Bouzidi. Elle a appelé à ouvrir un dialogue avec toutes les parties concernées dans la société en vue d'élaborer une stratégie de protection des enfants contre les dangers d'internet. Mme Bouzidi a également proposé de mettre en place un plan d'action prévoyant des sessions de formation et des campagnes de sensibilisation en direction des parents et des enseignants. Les médias et les chercheurs ont, eux aussi, un rôle à jouer dans cette démarche, a-t-elle ajouté.

Des caméras de télésurveillance bientôt à Constantine

La ville de Constantine sera dotée prochai- nement d’un système de télésurveillance pour permettre une meilleure sécurisation de l’es- pace urbain, a indiqué dimanche le directeur de l’administration local (DAL). Plusieurs dizaines de caméras seront «très prochainement» installées dans les princi- pales artères de la ville, a souligné M. Ahmed

Benhaddad, précisant à l'APS que le plan d’ins- tallation des équipements de télésurveillance

a déjà été arrêté par la commission de sécurité

de wilaya. L'installation de ces caméras sera confiée à une entreprise publique à caractère industriel et commercial (EPIC) relevant du ministère de la Défense nationale, a affirmé le même res- ponsable, soulignant «l’impact» de ce système de télésurveillance qui contribuera à la protec- tion des personnes et de leurs biens contre toute forme d’agressions. La mise en place de ces équipements de surveillance s’inscrit dans

le cadre d’un vaste programme national de sé-

curisation des grandes villes, a noté la même source.

Vendredi 29 -samedi 30 juin 2012

SOCIÉTÉ

DK NEWS

11

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ

Police et gendarmerie :

professionnalisme et efficacité

Services de Police et Gendar- merie Nationale présentent des spécificités en matière d’organisation de structures, voire même dans l’énoncé des missions, mais se rejoignent dans une mission essentielle qui est d’être au service de l’intérêt public. Celle – ci est d’un intérêt capital parce qu’elle met en cause la tran- quillité des citoyens et la paix sociale.

Il s’agit de tâches délicates, sou- vent périlleuses, toujours acca- parantes. Si l’on doit chercher du côté des spécificités, l’on note alors que la Gendarmerie Natio- nale se distingue des autres corps chargés de la sécurité par la polyvalence de son emploi. Les services de la Sûreté na- tionale pour leur part consti- tuent une police de statut civil, dépendant des services du Mi- nistère de l’Intérieur et des col- lectivités locales. Leur tâche essentielle est le maintien de

l’ordre public. Mais tous, parta- gent cette aptitude à être les plus proches possibles de la popula- tion. La formation du personnel, les techniques mises en œuvre dans un corps comme dans un autre, orientent les activités vers la prévention, le secours, la pro- tection mais aussi la répression quand la situation l’impose. La formation apparaît de nos jours comme une donnée fonda- mentale. Membres des services de Sécurité, comme gendarmes, s’investissent dans des forma- tions au long cours, très souvent spécialisées qui permettent de répondre aux exigences d’un monde moderne, mais terrible- ment complexe. La délinquance fait au- jourd’hui comme pour tout le reste, partie de la mondialisa- tion. Elle utilise des moyens so- phistiqués qu’il appartient de bien appréhender pour y faire face avec efficacité.

de bien appréhender pour y faire face avec efficacité. C’est donc sous le signe d’une technicité

C’est donc sous le signe d’une technicité toujours plus grande dans l’utilisation des méthodes d’investigation et d’intervention que se situe l’apport. Compte

tenu de ce qui précède, les ser- vices de Sécurité et ceux de la Gendarmerie Nationale se dis- tinguent présentement par la qualité de leur encadrement au moyen d’une formation supé- rieure, mais aussi à travers la promotion interne. Outre la formation, on assiste depuis un certain nombre d’an- nées à la modernisation des structures. L’organisation a été modifiée pour tenir compte des change- ments intervenus dans le fonc- tionnement des services et dans l’élargissement et la complexité des missions. A travers une politique de proximité, l’intérêt pour les ser- vices de Sécurité autant que pour la Gendarmerie Nationale est de voir se renforcer l’utilité de leur rôle social à tous les ni- veaux, en rappelant les disposi- tions légales, en appliquant les moyens de contrainte, ou dans le cadre de la prévention. Cette action est toujours adaptée à l’évolution de mœurs. Insérés dans un monde de plus en plus complexe, services de Police, comme Gendarmerie

Nationale, font aujourd’hui un large appel aux techniques mo- dernes de communication dans le cadre de leurs activités. Il s’agit d’investissements lourds qui sont consentis par la puissance publique et qui per- mettent une évolution fonda- mentale dans les méthodes et procédure de travail, dans les méthodes d’investigation et la recherche de la preuve. Cela a totalement bouleversé le fonctionnement de ces entités du service public et modifié l’état de leur présence sur le ter- rain. Police et Gendramerie évo- luent dans un cadre de coopéra- tion internationale au moyen d’accords de partenariat qui leur permettent un plus facile accès aux recherches, les échanges d’information et la confronta- tion des expériences entre pays . Des visites de délégations donnent à ces échanges sur le plan international tout son sens à cette mondialisation de la cir- culation de l’information. KARIM H.

de la cir- culation de l’information. KARIM H. 600 gendarmes et 200 motards pour sécuriser les

600 gendarmes et 200 motards pour sécuriser les routes de la côte ouest du pays

Les services de la Gendarmerie nationale ont mobilisé des moyens aériens et terrestres pour renforcer le contrôle des routes côtières de la région ouest du pays, a indiqué, jeudi à Oran, le Commandant du 2e groupement régional de la Gendarmerie nationale (GRGN).

«Toutes les unités territoriales de ce corps ont été renforcées pour consolider la sécurité routière et contribuer à la quiétude des estivants fréquentant en grande partie ces routes pour atteindre les différentes plages et les complexes touristiques», a souligné le colonel Abdelkader Kherroubi. Il intervenait en marge des «portes ouvertes» sur la Gendarmerie nationale, inaugurées par le

chef d'état-major de la 2ème région militaire (RM), le général Yassine Aïdoud. Dans ce contexte, le colonel Kherroubi a indiqué que les unités relevant du territoire du 2ème GRGN disposent cette saison de trois hélicoptères, au lieu de deux appareils précédemment. La couverture du territoire relevant de ce groupement est assurée également par 600 gendarmes auxquels s’ajoutent 200 motards. Les rôles et missions dévolus aux différentes unités et brigades de la Gendarmerie nationale, comme les services de la police judiciaire, les gardes-frontières et la sécurité routière ont été mises en exergue, à l’occasion de ces «portes ouvertes», qui se tiennent trois jours durant au palais des expositions de M’dina Djdida d’Oran.

ACCIDENT DE LA ROUTE

Boumerdes :

3 morts et 19 blessés dans un accident sur la RN 12

Trois (3) personnes sont mortes et 19 autres ont été blessées dans un accident de la circulation survenu, jeudi après midi, sur l’axe de la RN 12 reliant les communes de Bordj Menail et Naciria (à l’est de Boumerdes), a-t-on appris auprès de la Pro- tection civile. Précisant les circonstances de cet accident, la même source a indiqué que celui-ci est intervenu lorsqu'un ca- mion de moyen tonnage, allant en direction de Bordj Menaiel, est entré en collision avec un autobus qui roulait en sens in- verse en direction de Naciria. Pas moins de cinq ambulances de la Protection civile des communes de Bordj Menaiel, Thenia, Issers et Boumerdes ont été nécessaires pour l’évacuation des dépouilles des victimes (2 hommes et 1 femme qui étaient à bord du bus) et des blessés (dont la majorité était, également, des passagers du même bus) vers l’hôpital de Bordj Menail, a ajouté la même source.

12

SANTÉ

Vendredi 29 -samedi 30 juin 2012

SANTÉ

La moyenne d'âge des citoyens est passée de 47 ans à 76,5 ans

La moyenne d'âge du citoyen algérien est passée de 47 ans durant les premières années de l'indépendance à 76,5 ans durant 2012 grâce à la prise en charge sanitaire et l'amélioration des conditions de vie, a affirmé la pré- sidente de la commission de la santé au Conseil de la Nation Mme Louiza Chachoua. Lors d'une journée parlementaire sur le système sanitaire national et son évolution depuis l'indépendance, Mme Chachoua a précisé que le nombre de médecins ayant pris en charge la santé de la population estimée en ce temps- là à 10,5 millions d'habitant ne dépassait 500 méde- cins. Elle a dans ce sens souligné que l'Algérie a réussi à assurer un médecin pour 900 habitants, dépassant les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui préconisent un médecin pour 1000 habitants.

S'agissant de la mortalités infantile qui est passée de 180 décès pour 1000 naissance vivante à 23 décès pour 1000 naissances vivantes, la responsable a estimé que «ces ré- sultats positifs ont permis à l'Algérie de concrétiser un des objectifs du millénaire (OMD)». La parlementaire a évoqué les différentes étapes fran- chies par l'Algérie dans le secteur de la santé depuis l'indé- pendance, rappelant les différents progrès réalisés dans ce domaine comme l'éradication des maladies contagieuses à travers l'élargissement du programme nationale de vac- cination qui a atteint ces dernières années un taux de 90 pc. La période 1962-1972, a été marquée, a-t-elle indiqué par une répartition équitable du corps médical exerçant dans les secteurs public et privé à travers la programma- tion des horaires de travail entre ces deux secteurs en vue de garantir un couverture sanitaire à travers le territoire national. La période allant de 1972 à 1982 a connu le début d'ap- plication de la gratuité des soins dans les établissements publics au profit de toutes les catégories sociales. Cette étape a été également marquée par la réforme de la forma- tion médicale qui a contribué à l'amélioration de la qualité d'enseignement et d'encadrement. La présidente de la commission de la santé a rappelé que la période s'étalant entre 1982 et 1992 a connu la réali- sation d'un grand nombre d'infrastructures sanitaires pri- vés et publiques (hôpitaux, polycliniques, centres sanitaires) outre 13 CHU chargés des soins, de la formation et de la recherche. Marquée par l'émergence de plusieurs compétences na- tionales dans le domaine de la médecine, à travers leur participation à des colloques et congrès de haut niveau or- ganisés à l'échelle internationale, cette période a égale- ment vu la naissance du secteur privé qui a joué un rôle complémentaire au secteur public dans la prise en charge sanitaire des citoyens. La décennie (1992-2002) s'est distinguée par la création de plusieurs institutions nationales qui ont renforcé le mi- nistère de la Santé, dont le laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques (LNCPP), l'Institut pasteur

des produits pharmaceutiques (LNCPP), l'Institut pasteur algérien, considéré par les experts de l'OMS comme

algérien, considéré par les experts de l'OMS comme une référence en matière d'épidémiologie et de contrôle de la résistance des microbes aux antibiotiques. D'autres établissements sanitaires sont venus renforcer le secteur, à l'instar de la pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), dont la mission consiste à approvisionner les éta- blissements sanitaires publics en produits pharmaceu- tiques, et l'Agence nationale du sang (ANS), chargée d'élaborer une politique nationale de ce produit vital, selon le Pr. Chachoua. La période 1992-2002 a vu également la création du centre national antipoison, de l'Institut natio- nal pédagogique de formation paramédicale (INPFP) et du conseil national de déontologie médicale, outre la révision des lois de certains établissements sanitaires comme les CHU, les établissements sanitaires spécialisées et les struc- tures sanitaires, a-t-elle ajouté. La décennie 2002-2012 a été caractérisée par le lance- ment de la réforme des hôpitaux qui vise à planifier, orga- niser et à moderniser le traitement pour accompagner l'évolution de la société, en fournissant une prestation en fonction de la demande. Dans ce sens, le Pr. Chachoua a souligné que la réforme des hôpitaux vise à assurer la prise en charge de la situa- tion démographique et épidémiologique de la société, à travers l'éradication de maladies contagieuses et la lutte contre des maladies lourdes liées aux habitudes de l'indi- vidu et à l'environnement. Cette même période a été mar- quée également par l'élargissement des programmes de développement à travers la dotation des différentes ré- gions de centres de proximité pour rapprocher la santé du citoyen, a-t-elle ajouté. La spécialiste a, par ailleurs, salué les investissements dans le secteur sanitaire, notamment l'augmentation du budget de 4 fois durant les dernières années, ce qui a per- mis d'enregistrer un progrès remarquable dans le système sanitaire, rappelant les différentes enquêtes nationales qui ont aidé les décideurs à élaborer des programmes sani- taires adéquats.

Appel à la mise en place d'une stratégie nationale en matière de médicaments

Le directeur du Centre national de pharmacovigilance, M. Abdelkader Hilali a appelé à l'élaboration d'une stratégie nationale sur les produits pharmaceutiques avec l'implica- tion de tous les acteurs du secteur de la santé.

Dans une intervention lors d'une journée parlementaire consacrée à l'évaluation du système sanitaire de- puis l'indépendance, M. Hilali a mis l'accent sur la nécessité d'accompa- gner cette stratégie nationale par un guide qui doit être respecté par tous les acteurs concernés en vue d'éviter les dépassements et les ruptures de médicaments. S'agissant de la lutte contre les mé- dicaments contrefaits, le spécialiste a indiqué que cette mission s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale sur les produits pharmaceutiques qui doit être adoptée par l'Etat afin de lut- ter contre les médicaments contre-

l'Etat afin de lut- ter contre les médicaments contre- faits. Il a dans ce sens appelé

faits. Il a dans ce sens appelé à la ré- forme du secteur de la formation pharmaceutique et à la coordination entre les acteurs du secteur pour lut- ter efficacement contre ce phéno- mène, soulignant que l'Algérie a promulgué des lois rigoureuses pour prévenir la contrefaçon des médica-

ments. Il a en outre mis en garde contre la prolifération des médica- ments contrefaits qui drainent des gains annuels estimés «à plus de 1100 milliards de dollars dans le monde». Le professeur Hilali, expert auprès de l'OMS, a salué les efforts déployés par l'Etat algérien dans ce domaine, estimant que l'Algérie est parmi les premiers pays maghrébins à assurer une couverture sanitaire globale à tous les citoyens grâce à la modernisa- tion de son système de sécurité so- ciale. Il a indiqué à ce propos que la ga- rantie des soins et d'une large couver- ture sociale à fait de l'Algérie «un grand marché des médicaments en proie à tous les dépassements», souli- gnant que l'absence d'une politique nationale pharmaceutique a ouvert la voie à certains dysfonctionnements au niveau du marché des médicaments durant ces dernières années».

Pour protéger la santé des consommateurs

La FAO et l’OMS se concertent à Rome

des consommateurs La FAO et l’OMS se concertent à Rome La Commission FAO/OMS du Codex Alimenta-
des consommateurs La FAO et l’OMS se concertent à Rome La Commission FAO/OMS du Codex Alimenta-

La Commission FAO/OMS du Codex Alimenta- rius, se réunira à partir de lundi à Rome, pour six jours durant lesquels seront approuvées des recommandations pour protéger la santé des consommateurs, a annoncé jeudi la FAO dans une note aux médias.

A l’ordre du jour de cette réunion figurent les contaminants, à savoir la mélamine dans les préparations liquides pour nour- rissons, a précisé la FAO, rappelant que "ces dernières années, on a associé à de hauts niveaux de contamination en mélamine des cas de maladie et de décès chez les nourrissons".

La Commission étudiera l’adoption de "te- neurs maximales" en mélamine dans les pré- parations liquides pour nourrissons, selon la même source. Figurent également à l'examen les figues séchées, a indiqué l'agence onusienne, ajou- tant que la Commission décidera "des teneurs maximales acceptables en aflatoxines cancé- rigènes dans les figues séchées". Sont en outre, cités en matière d'hygiène alimentaire, les melons. L'on a associé à la po- pularité des tranches de melon découpées et proposées comme en-cas une recrudescence de flambées d’infections à salmonella et à lis- teria potentiellement mortelles, dues à un mauvais contrôle de la température et à une hygiène déficiente", a relevé la FAO. "De nouvelles mesures d’hygiène, affectant les producteurs, les détaillants, les restaurants et les consommateurs, devraient être approu- vées", a-t-elle ajouté. Sur les Virus, la FAO a précisé qu'en général ils "résistent mieux que les bactéries aux me- sures courantes de contrôle de l’hygiène", af- firmant que "de nouvelles directives pour l’industrie et les consommateurs, concernant en particulier les huîtres, les moules et les produits frais, visent à réduire au maximum les risques dus au virus de l’hépatite A et au virus de Norwalk". Sur le thème de l'étiquetage obligatoire des aliments et allégations nutritionnelles, l'agence a indiqué qu'en rapport avec les tra- vaux de l’OMS sur des informations "plus claires" à appo- ser sur l’étiquetage des aliments à l’intention des consommateurs, afin de favoriser des choix sains, la Commission étudiera "l’adop- tion de nouvelles valeurs de référence nutri- tionnelle pour les acides gras saturés et le sodium, ainsi qu’une décision sur les condi- tions des allégations relatives à l’absence de sucre". Dans ce cadre, la Commission "devrait éga- lement appeler à rendre obligatoire, sur toutes les étiquettes des denrées alimentaires, l’indi- cation de la quantité d’énergie et des teneurs en protéines, en glucides, en graisses, en graisses saturées, en sodium et en sucres", a souligné la FAO. Sur les stimulateurs de croissance dans la production de viande, les experts scientifiques FAO/OMS ont fait des "évaluations du risque concernant les doses journalières sûres et ac- ceptables et ont recommandé des limites maximales de résidus pour ces stimulateurs de croissance", a indiqué la FAO, pour qui la Commission recherchera un accord à ce sujet. La Commission du Codex Alimentarius, créée en 1963 par la FAO et l'OMS, met au point des normes alimentaires, des lignes direc- trices et des codes d'usages internationaux et harmonisés visant à protéger la santé des consommateurs et à assurer des pratiques loyales dans le commerce des aliments.

Vendredi 29 -samedi 30 juin 2012

SANTÉ

13

Selon le président de la FOREM

La lutte contre les stupéfiants doit être à la mesure du danger qu’elle représente

La lutte contre la drogue doit être à la mesure du danger que repré- sente ce fléau, a indiqué mercredi à M’sila le président de la Fonda- tion nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (FOREM), le Pr. Mus- tapha Khiati.

Le danger de la drogue nécessite, pour le combattre, de mobiliser toutes les énergies nationales, asso- ciations, institutions, organisations sociales et civiles, médias et mos- quées, a souligné le Pr. Khiati au cours d’une conférence-débat ani- mée à la bibliothèque de la ville, en présence des membres d’une cara- vane composée d’experts, d’artistes et de sportifs de renom, dont la judoka Salima Souakri ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO, et Dr Faouzy Ouseddik, juriste et militant des droits de l’homme. Le Pr. Khiati a ajouté que la sensi-

bilisation et la conscientisation vien- nent en seconde position, après la prévention qui revient essentielle- ment à la famille, aux associations et

à la mosquée.»La sensibilisation et la

conscientisation doivent cibler les ca- tégories atteintes par la drogue, les fumeurs occasionnels ou saisonniers auxquels on peut leur faire éviter d’entrer dans la dépendance». Le président de la FOREM a insisté sur le danger que représente la drogue en Algérie. La production

trouvant de plus en plus de difficultés

à être écoulée en Europe en raison de

la mise en place d’un dispositif de sé- curité efficace, les trafiquants utili- sent le territoire national pour le transit vers la Grèce, a-t-il rappelé. De son côté, M. Faouzy Ouseddik a rattaché l’efficacité du travail de conscientisation et de sensibilisation

à la qualité du travail de proximité

de sensibilisation à la qualité du travail de proximité exécuté par les organisations de la so-

exécuté par les organisations de la so- ciété civile. Il a souligné dans ce contexte la nécessité de réhabiliter le travail de la famille, de l’école et de l’univer- sité «qui semblent être actuellement en démission patente».

«Le drogué est le dernier maillon d’une chaîne composée de 16 interve- nants dans le domaine de la drogue, à commencer par le cultivateur, en pas- sant par celui qui la prépare et celui qui l’écoule», a indiqué le même in- tervenant, appelant à une «poursuite sans relâche du travail de sensibilisa- tion». La judoka Salima Souakri a estimé,

quant à elle, que la stabilité du pays est liée à la lutte contre les stupéfiants qui menacent la société algérienne. La lutte contre ce fléau devient à ce titre, a-t-elle dit, «le devoir de tout un chacun». L’ancienne multiple cham- pionne d’Afrique de judo a ajouté que l’action de la caravane est axée sur «le

principe d’aller vers les jeunes avec

lesquels il faut engager un dialogue». Le wali de M’sila, M. Abdallah Ben- mansour, est intervenu à son tour, au cours de cette rencontre qui a re- groupé les responsables des établis- sements de la jeunesse, pour insister sur la nécessité de renforcer les dis- positifs de contrôle contre les réseaux d’écoulement de la drogue et de re- lancer le programme éducatif, en multipliant les campagnes de sensibi- lisation auxquelles il faut associer les mosquées. Cette manifestation, pré- cédée la veille (mardi) d’une réunion analogue à Bordj Bou Arreridj, a sus- cité un débat entre les jeunes et avec les membres de la caravane sur les causes de la dépendance à la drogue et les moyens de traiter les toxico- manes. Cette manifestation a également donné lieu à la projection d’un film sur le thème de la drogue produit par l’Office des établissements de jeu- nesse (ODEJ) de la wilaya de M’sila.

Appel à Sétif pour une action conjuguée de lutte contre les maladies à transmission hydrique

Les participants à une rencontre tenue mercredi à Ain Oulmène (Sétif ) ont mis l'accent sur la néces- sité de conjuguer tous les efforts pour un travail en synergie afin de lutter contre les maladies à trans- mission hydrique (MTH).

La rencontre a mis en exergue,

dans ce contexte, l’importance du tra- vail de sensibilisation, notam-

ment celui de proximité qui devrait, a-t-on recommandé, toucher toutes les couches de la population, notamment celles habitant des régions en- clavées et éloignées, pour lut- ter contre les maladies transmises par l'eau, par les animaux ainsi que les intoxi- cations alimentaires nom- breuses en été. Mettant en garde contre l’apparition d’épidémies de fièvres typhoïde, les médecins et les spécialistes qui ont animé la rencontre, ont mis un accent en particulier sur «la rigueur dans le contrôle des canalisations d’adduction d’eau potable, des puits et des citernes non agréées» et fus-

tigé le recours, par certains exploi- tants agricoles, à des eaux usées pour irriguer leurs terres. Les Assemblées populaires com- munales (APC) ont un rôle de premier plan dans ce domaine, a rappelé, à ce propos, le directeur de l’établissement public de santé de proximité d’Ain Oulmène, relevant que la santé «c’est d’abord la prévention».

Les connexions anarchiques des

canalisations d’eau potable et d’assai- nissement ont été mises à l’index et présentées comme une source princi- pale de maladies à transmission hy- drique qui devraient être déclarées comme problème de santé publique, a souligné Dr Samia Mekra, médecin préventive. La rencontre qui a abordé la pro- blématique des produits

alimentaires périmés, a également traité du pro- blème de la rage dont des cas connaissent une pro- gression «inquiétante», a-t-on indiqué. Cette rencontre, dont les travaux se poursui- vront jeudi, a été organi- sée l’initiative de la daïra d’Ain Oulmène et de la direction de wilaya de la santé et la population et de plusieurs associations activant dans le domaine. De nombreuses asso- ciations ont mis à profit cette rencontre pour faire un travail de sensi- bilisation en distribuant dépliants et affichettes.

sensi- bilisation en distribuant dépliants et affichettes. Mauvaise haleine contrée par le thé Les polypohénols

Mauvaise haleine contrée par le thé

Les polypohénols contenus dans le thé pourraient contribuer à faire disparaître la mauvaise haleine, en inhibant le développe- ment bactérien. Cette nouvelle ne doit pas faire oublier qu'une mauvaise haleine est une affection qui se soigne.

L'halitose, terme médi-

cal désignant la mauvaise haleine, est un problème fréquent et très gênant. Dans 70% des cas, l'origine est buccale, d'où l'intérêt de consulter son dentiste en premier lieu. En effet, masquer les odeurs gê- nantes (chewing-gum, pastille à sucer…) n'est pas une solution dura- ble. Il faut identifier la cause et la traiter.

Les dents ou les gencives

De nombreuses bactéries présentes dans la cavité buccale dégradent des protéines issues de l'alimentation, de la salive ou des cellules buccales, en composés sulfurés volatiles, vec- teurs expressifs de l'halitose. Ainsi, tartre, caries, poches entre les gen- cives et les dents ou encore débris alimentaires, sont autant de nids à bactéries dégageant de tels composés volatiles. Le dentiste effectuera les soins assainissants nécessaires, mais il sera ensuite indispensable d'adopter une hygiène dentaire parfaite pour éviter les récidives (brossage régulier, fil den- taire…).

La langue aussi

Dans un cas sur trois, c'est un dépôt de bac- téries sur la langue qui est en cause. Il faut alors décoller ce dépôt chaque matin avec un gratte- langue, et parfois recourir à un médicament anti-bactérien en bain de bouche. C'est précisément dans le cas d'une mau- vaise haleine buccale que le thé pourrait être utile. Comme vient de le démontrer une étude récente, les polyphénols qu'il contient seraient capables d'inhiber la croissance bactérienne. Des produits à base de thé, complémentaires à une bonne hygiène buccale, pourraient être in- téressants.

Halitoses non buccales

Les autres origines possibles sont multiples :

affections ORL (sinusite, amygdalite…), diges-

tives (reflux gastro-oesophagien, trouble hépa- tique…), pulmonaires (abcès, tumeur…), rénales (urée…), endocrines (diabète, troubles menstruels…), métaboliques (déshydrata-

tion

causes iatrogènes (psychotropes…), etc.

Il est donc nécessaire de consulter un méde- cin pour identifier la cause non buccale et la traiter.

Effets aggravants

Boire peu d'eau, alimentation riche en pro- téines (lait, viandes), tabagisme, excès de café, d'alcool, sont autant de facteurs aggravant la mauvaise haleine.

sont autant de facteurs aggravant la mauvaise haleine. ), Seulement 20% du taux de brevets d’invention

),

Seulement 20% du taux de brevets d’invention enregistrés est un dépôt algérien

Le taux de brevets d'invention déposés par des chercheurs algériens au niveau de l'Institut natio- nal de la propriété intellectuelle (INAPI) ne dé- passe pas 20% parmi les 6000 enregistrés, a indiqué mercredi à Alger le directeur général de l'Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technolo- gique (ANVREDET), M. Mohamed Taibi. «Seulement 20% du taux de brevets d'invention enregistrés à l'INAPI est un dépôt algérien. 80% de brevets relève des chercheurs étrangers», a précisé le DG de l' ANVREDET, lors d'une confé- rence de presse animée en marge d'un atelier de formation portant sur «la propriété intellectuelle, le portail ORBIT». Ces statistiques démontrent que «très peu de brevets proviennent des chercheurs algériens», a-t-il relevé, ajoutant que la culture des brevets «se fait sentir depuis peu de temps en Algérie».

14

DK NEWS

CULTURE

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

DU 1er AU 10 JUILLET À ALGER

Rencontres «Esprit Frantz Fanon» :

Les organisateurs soulignent l'esprit nouveau des rencontres

L'éditrice Samia Zennadi et l'universitaire Omar Lardjan, ont développé mercredi à Alger le détail du programme des rencontres «Esprit Frantz Fanon» prévu du 1er au 10 juillet à Alger et conçu sous l'angle de l'«unité» et de l'«actualité» de la pen- sée du militant martiniquais de la cause algé- rienne.

Lors d'une conférence de presse, le président du comité scientifique du colloque a estimé que ces rencontres sont une tentative de retrouver «l'unité» de la pensée du militant anticolonialiste, contrairement aux précédents colloques, ceux de 2009 dans le cadre du Panaf et de décembre 2011 commémorant les cin- quante ans de la disparition de Fanon, qui ont été l'oc- casion pour des universitaires d' «éclater» la pensée fanonienne en l'analysant sous divers angles et disci- plines, selon Omar Larjane. Cette «unité» du travail de Fanon caractérisé par la «vigueur», est au cœur de la pensée de l'intellectuel et militant et en prise avec l'actualité, «au regard des dif- férentes crises» que connaît le monde aujourd'hui, ré- sume-t-il. Cette pensée, explique-t-il, est au centre des travaux des intellectuels invités à intervenir dans le col- loque, qui se tient du 2 au 4 juillet, et dont la plupart ré- fléchissent sur des concepts comme l'alter- mondialisme ou celui de la nation dans un contexte globalisé. L'orateur a, en outre, insisté sur l'«impératif de contextualiser» l'œuvre de Fanon, en opérant une relecture en rapport avec l'histoire de l'Algérie, une dé- marche, selon lui, «longtemps absente» des lectures faites aux Etats-Unis et en France, notamment, dans le cadre des études postcoloniales à partir de l'œuvre et de la pensée de l'auteur des «Damnés de la terre». Samia Zennadi, responsable des éditions APIC et coor- ganisateur du colloque, a pour sa part évoqué la rési-

ganisateur du colloque, a pour sa part évoqué la rési- dence d'écriture, programmée à Alger dans

dence d'écriture, programmée à Alger dans le cadre du colloque et qui réunit, autour de l'«Esprit Frantz Fanon», des auteurs dont «l'œuvre est traversée par celle de Fanon», à l'exemple de l'écrivain guinéen Tierno Monénembo ou du togolais Sami Tchak qui ani- meront des ateliers et des récitals poétiques aux côtés d'autres auteurs. Les actes de la résidence d'écriture se- ront publiés à la fin de l'année 2012 sous forme d'ou- vrage collectif, a indiqué l'éditrice. Des rencontres sur Frantz Fanon, se déclinant en colloque, activités litté- raires et conférences-débats, sont prévues du 1er au 10 juillet avec la participation d'intellectuels de renom, à l'instar de l'Egyptien Samir Amin, le Libanais Georges Corm. Elles sont organisées à l'initiative des éditions APIC, avec le soutien de l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc).

«Amjad Wahran», nouvel ouvrage dédié aux glorieux chouhada

Le musée national Ahmed Zabana vient d'éditer un ouvrage intitulé «Amjad Wahran» (Gloires d’Oran), en hommage aux martyrs de la lutte de libération nationale. L'édition de ce livre, en format de poche, intervient à l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale.Une présentation de cet ouvrage signé Leila Boutaleb et Nassima Hadj Slimane, est prévue le 5 juillet prochain dans le cadre d'une exposition au musée.Le contenu met en lumière, par le texte et les iconographies, la résistance populaire et les sacrifices consentis durant la Révolution du 1er Novembre 1954.Le lecteur y trouvera également la biographie et le parcours héroïque de nombreux chouhadas dont les noms sont gravés sur les frontons des établissements éducatifs, culturels, hospitaliers, et de diverses artères de la ville d'Oran.Des pages entières sont aussi consacrées aux premier et dernier martyrs de la guillotine, Ahmed Zabana et Chériet Ali Chérif, exécutés respectivement le 19 juin 1956 et le 28 janvier 1958.Le livre rend, en outre, un vibrant hommage aux chouhadas sans tombe à l'instar de Zeddour Ibrahim Belkacem (1923-1955) et de Hamou Boutlélis (1920-1957).Le rôle de nombreux fidaïnes est également mis en exergue, parmi lesquels Ali Cherfaoui, Abdelkhalek Mohammed Seghir dit «Hamou» et Belmokhtar Mohammed tombé au champ d’honneur à la périphérie de Sfisef, dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès.«Amjad Wahran» sera assurément d'une grande utilité pour les lecteurs en quête d'une meilleure connaissance de l'histoire de la lutte de libération nationale et des tortures infligées aux héroïques martyrs tels Aroumiya Bouameur,Draoua Mohamed, Keloua Kaddour, Djebbour Mâamar et Mouffok Abdelkader. Les auteurs n'ont pas omis de souligner le rôle de la femme algérienne dans la lutte armée, évoquant notamment les sœurs Benslimane Houaria et Sâadia, et Soufi Zoubida, tombées au champ d’honneur.

Publication

«Algérie année 0» de Dalila Dalléas Bouzar ou la mémoire collective revisitée par l'art

La plasticienne algérienne Dalila Dalléas Bouzar revisite deux périodes de l'histoire algé- rienne contemporaine, la guerre de libération nationale et la «dé- cennie noire», dans «Algérie Année Zéro», un livre d'art re- groupant des peintures de l'ar- tiste commentés par des intellectuels. Après avoir exposé sous le même titre ces tableaux à l'Institut français d'Alger en dé- cembre 2011, l'artiste, née en 1974 à Oran et vivant actuellement à Berlin, donne la parole à des uni- versitaires et des journalistes pour parler de ses œuvres et du «travail de mémoire» qu'elle tente d'accomplir par ce biais. Les textes en question sont pré- sentés en français et en anglais. Sous-titré « Ou quand com- mence la mémoire», le livre, pu- blié aux éditions Barzakh, regroupe une série de reproduc- tions de photos d'archives ren- voyant à la guerre de libération et aux années du terrorisme (dé- cennie 1990) ainsi que des ta- bleaux plus abstraits symbolisant ces mêmes époques, travaillées et revisitées par l'artiste. Des œu- vres dont la conception a été mo- tivée par la nécessité de «se souvenir», écrit Dalila Dalléas Bouzar en préface de l'ouvrage pour qui ces deux pages de l'his- toire sont des moments «fonda- teurs de l'histoire de l'Algérie contemporaine». Pour l'auteur la

de l'Algérie contemporaine». Pour l'auteur la nécessité de «se souvenir», re- lève, par ailleurs,

nécessité de «se souvenir», re- lève, par ailleurs, d'un «senti- ment très intime» concernant ces deux époques, «très liées» à son «histoire personnelle», mais aussi à «l'absence d'images sur ces deux moments», justifie-t- elle. La plasticienne redessine, ainsi, des photos d'archives deve- nues célèbres, à l'instar du ta- bleau «Fraternité», une reproduction d'une photo de trois moudjahidine au maquis, ou encore, la photo de Moham- med Boudiaf en 1957, peinte en noir et blanc en face de celle de l'ancien président au moment de son assassinat, le 29 juin 1992, un dessin intitulé «Boudiaf, l'instant avant la mort». Presque toujours en arrière-plan de ces reproduc- tions, l'on retrouve la couleur jaune, un «jaune fluo éclatant, couleur qui revient dans plu- sieurs œuvres, il capte le regard

en s'imprimant dans la rétine, avant même que le cerveau ait eu la possibilité d'analyser le contenu du tableau», écrit l'uni- versitaire camerounais Bonaven- ture Soh Bejeng Ndkiung dans un texte intitulé : «De l'imagina- tion des images». Dans le même texte, Soh Bejeng Ndkiung, com- missaire de l'exposition de l'ar- tiste en 2011, estime que la plasticienne «initie un processus d'imaginations d'images suscep- tibles, un jour, de combler les la- cunes de l'histoire et, peut-être même, de créer des images aptes à donner tout son sens à la dic- tion selon lequel +une image en dit plus long à elle seule qu'un millier de mots+», pronostique- t-il. Un autre texte de l'intellec- tuel camerounais, intitulé «Conflit» replace le travail de la peintre dans un cadre plus géné- ral, celui de la capacité purement

humaine de dépasser les trauma- tismes grâce à la «capacité (hu- maine) prodigieuse à oublier». En se référant à des études réali- sées sur la mémoire, l'auteur classifie les mécanismes de l'ou- bli en quatre groupes: l'échec de la remémoration ou l' «incapa- cité à accéder à un souvenir», le phénomène d'interférence, c'est à dire le mélange de souvenirs analogues, l'incapacité à stocker des informations et l'oubli consenti comme mécanisme psychologique de refoulement. Pour Soh Bejeng Ndkiung, la no- tion de l'oubli consenti, est symp- tomatique des situations liées aux traumatismes engendrés par les conflits violents, comme ceux pris en charge par l'artiste, ce qui amène l'auteur à s'interroger sur le «rôle que peuvent jouer les in- tellectuels et les artistes dans ce domaine mettant en jeu l'oubli, ou, au contraire, la prise en compte des traumatismes liés au conflit». Les peintures de Dalila Dallèas Bouzar participent, selon l'auteur, à une remise en surface progressive et contrôlée, par la recherche esthétique et la subli- mation, des «refoulements» liés aux traumatismes de la guerre de libération et de la «décennie noire». Dans le même sillage, le so- ciologue algérien Hassan Re- maoun analyse, dans un texte titré «Dalila Dalléas Bouzar, une

artiste dans la cité», les rapports entre le travail de l'artiste et la violence de ces deux époques. La recherche esthétique de Dalia Dalléas Bouzar permet, selon le sociologue de «subli- mer» cette violence, tout en don- nant la possibilité de «porter un regard critique sur celle-ci». L'évocation du thème de la vio- lence est aussi l'occasion pour Hassan Remaoun de réfuter, à la suite de Franz Fanon, «l'essentia- lisme abject véhiculé par l'histo- graphie coloniale» qui veut faire du peuple algérien un peuple «violent par nature», en rappe- lant que «chaque société porte en elle un potentiel de violence sus- pendu à ses contradictions so- ciales» et au «contexte historique», étrangers à cette même société. L'historienne An- nisa Bouayed rappelle dans «Ap- prendre, c'est se souvenir», le travail accompli par des artistes algériens, tels que Khedda ou Is- siakhem, pendant la guerre de li- bération et qui a joué un rôle dans la prise de conscience de la lutte du peuple algérien, comme pour évoquer l'héritage artis- tique de Dalila Dallèas Bouzar. Le livre se referme sur d'autres ta- bleaux de l'artiste représentant les «massacres de Bentelha» ou encore le masque mortuaire du chanteur Matoub Lounès, assas- siné en juin 1998.

APS

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

CULTURE- HISTOIRE

DK NEWS

15

COLLOQUE

L’érudit Arezki Cherfaoui, premier musulman non Egyptien à enseigner à El Azhar

L’érudit Arezki Cher- faoui Zouaoui El Azhari (1887-1944) fut le premier musulman non Egyptien à qui il fut permis d’ensei- gner dans la prestigieuse mosquée El Azhar (Egypte) pendant près de 13 années, ont indiqué des membres de sa famille, lors d’un col- loque organisé en son hon- neur, à la zaouïa de Cheurfa Bahloul d’Azazga (40 km à l’est de Tizi- Ouzou).

«Le cheikh Arezki Cher-

faoui a rejoint l’Egypte en

1907 pour un cursus d’ap-

prentissage de 11 années au

moins, durant lequel il

gravit tous les échelons du savoir à la mosquée d’El Azhar, où il décrocha en

1921 une + attestation in-

ternationale +, soit son ul- time titre, correspondant, de nos jours, au grade de octorat», a-t-on expliqué de même source. Selon sa famille, l’éru- dit Cheikh, qui a écrit de nombreux ouvrages cul- tuels et culturels, était, également, réputé pour ses essais journalistiques dans des revues et journaux égyptiens et algériens, où il aborda, à partir de 1933, des questions liées à la ré-

aborda, à partir de 1933, des questions liées à la ré- forme de la Nation musul-

forme de la Nation musul- mane et son développe- ment. Parallèlement, a-t-on expliqué lors de ce col- loque dont la clôture des travaux est prévue jeudi, Chekh Cherfaoui donna des cours aux étudiants de la zaouia Sidi Abderrah- mane El Illouli, dans la ré- gion d’Illoula Oumalou, tout en soutenant les ef- forts réformateurs de l’As- sociation des Oulemas musulmans, visant à libé- rer l’Algérien de l’igno- rance et des superstitions. Partisan de la libération du pays du joug colonial, il était en contact avec plu- sieurs pionniers du mou- vement national de

l’époque, dont le moudja- hid Hocine Ait Ahmed, selon les mêmes témoi- gnages, qui soulignent que ses «prêches incitatifs contre la colonisation, lui valurent deux citations à comparaître devant les tri- bunaux d’Azazga et de Tizi-Ouzou, en plus du versement d’une amende». Cette opportu- nité a donné lieu à la réou- verture, par les autorités locales et d’un représen- tant du ministère des Af- faires religieuses et des wakfs, du vieux domicile familial du Cheikh, mi- toyen à la Zaouia éponyme, dont la fondation remonte au 9ème siècle de l’Hégire, et qui abrite actuellement

22 étudiants. Le domicile du cheikh a bénéficié d’une opération de restauration qui lui a restitué son cachet tradi- tionnel authentique, a-t- on constaté. Une série de 11 communications sur des thèmes liés à la vie et à l’úuvre du Cheikh Arezki Cherfaoui ainsi qu’aux conditions économique, culturelle et politique ayant caractérisées son époque, est portée au pro- gramme de ce colloque, qui se poursuivra jusqu’à jeudi soir, en présence d’universitaires et de reli- gieux de quatre wilayas du pays. Des témoignages vi- vants sur sa vie seront éga- lement présentés par son élève L’hadj Mohamed Said Arezki (97 ans) et cheikh Mohamed Salah Seddik (son beau frère), selon le même programme qui prévoit, aussi, l’anima- tion de chants religieux (Medh) et poèmes en Ta- mazight. La première édition de ce colloque a été organisée, en 2006, au lycée Chihani Bachir d’Azazga.

PARIS (FRANCE)

«Le Maghreb des films» au coeur de l’évènement

L’association «Le Maghreb des

films» organise du 29 juin au 8 juillet

à Paris des projections, débats et ren-

contres cinématographiques pour commémorer le 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, annonce l’association. Organisé en collaboration avec l’Agence algérienne pour le rayonne- ment culturel (Aarc), le programme comporte une vaste sélection de do- cumentaires et fictions sur la période allant de 1830 (début de la colonisa- tion) jusqu’aux premières années de l’indépendance de l’Algérie et qui se- ront projetés dans une salle de ci- néma parisienne. Cette sélection chronologique vise

a permettre au public de comprendre

la guerre d’Algérie et d’avoir une vi-

sion rétrospective de cette période de l’histoire algérienne, selon les orga-

nisateurs. La projection du film «Abd el Kader, l’exil et le divin» de Sadli Flo- rida est prévue en ouverture des ren- contres avec une oeuvre de Marcelline Loridan sur les premières années de l’indépendance, «Algérie année 0». Le premier long métrage de fic- tion produit en Algérie, «Une si jeune paix» de Jaques Charby, est pro- grammé en ouverture de cette ré- trospective. Le thème de la torture sera abordé, le 30 juin, par la projection de «Sous les pieds des femmes» (Ra-

chida Krim), «Décembre», de Moha- med Lakhdar Hamina et «Le général

de Bollardière et la torture» (André Gazut), traitant de la guerre d’Algé- rie. Le documentaire de Marie Co- lonna et Malek Bensmaïl «1962: De l’Algérie française à l’Algérie algé- rienne» sera projeté en appui au débat sur la période coloniale et la naissance du mouvement national algérien. Les débats sur les thèmes abordés par le cinéma seront animés, au cours des rencontres, par Mouloud Mimoun, directeur de «Maghreb des films», alors qu’un hommage sera rendu au cinéaste et comédien Mo- hamed Zinet à travers la projection de «Tahia ya didou!» et deux autres films où le cinéaste disparu avait joué.

MANIFESTATION

Mila accueille, lundi la 2ème édition du festival de l’opérette des jeunes

La wilaya de Mila se prépare à accueillir la 2ème édition du festival national de l’opérette des jeunes, prévue du 2 au 5 juillet prochains, a-t-on appris jeudi de la direction de la Jeunesse et des sports (DJS). Inscrite dans le cadre des festivités de célébration du 50ème anniversaire de l’indépendance, l’édition de cette année rassemblera 350 jeunes des deux sexes, composant 16 troupes d’opérettes

issues de 15 wilayas du pays, a-t-on indiqué de même source. Trois troupes seront récompensés à l’issue de cette manifestation et recevront, pour la formation classée pre- mière, un prix de 150.000 dinars, les 2ème et 3ème troupes devant recevoir, respectivement, un chèque de 100.000 et de 50.000 dinars.

NAAMA

La pensée de l’érudit Cheikh Belkebir revisitée

La mission religieuse didactique et réformiste du défunt Cheikh Mohamed Belkebir (1911- 2000) a constitué le thème d’une conférence tenue jeudi, dans la commune de Mekmen Benammar, à 70 km à l’ouest de Naama, à l’initiative de la direction locale des Affaires religieuses et des Waqfs. Initiée en coordination avec le Centre national des manuscrits de la wilaya d’Adrar, cette rencontre à laquelle ont pris part de nombreux imams, hommes de culte

et fidèles, venus de diverses wilayas du pays, vise

à mettre en exergue les efforts et contributions

du Cheikh Belkebir dans l’ancrage et la propagation des enseignements de l’islam, ont indiqué les organisateurs. Elle sera mise à profit

pour évoquer des aspects liés à la vie et l’œuvre du défunt, notamment l’enseignement coranique et l’ancrage de la référence religieuse

dans la société algérienne, a ajouté le directeur des Affaires religieuses de Naama. Cette conférence d’une journée a permis aux participants de passer en revue des thèmes liés

à l’enseignement coranique à l’école

«Touatiaya», du Hadith, les efforts du Cheikh dans la vulgarisation des préceptes de l’Islam, la collecte et la préservation des manuscrits religieux, ainsi que la contribution des

établissements et recherches dans la propagation de la pensée du cheikh Mohamed Belkebir.Né en 1911 au vieux Ksar de Leghmara, commune de Bouda, Adrar, le défunt Cheikh Mohamed Belkebir, s’est, dès son jeune âge, voué au service de la science et du savoir, notamment sur le registre religieux qui lui a valu une réputation de «Fakih». Il a été honoré en 1999 par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika,qui lui a remis «la Médaille de Mérite». Le Cheikh Mohamed Belkebir, a poursuit son parcours didactique jusqu’à sa mort, le 15 septembre 2000.

ANNABA

Coup d’envoi de la 4e édition de «Cinéma sous les étoiles»

Le coup d’envoi de la quatrième édition de la manifestation «Cinéma sous les étoiles» a été donné jeudi soir à Annaba, en présence de nom- breux amoureux du septième art. «The Artist» du réalisateur français Michel Haza- navicius, primé au dernier festival de Cannes pour l’interprétation de Jean Dujardin, et consi- déré comme la révélation cinématographique de l’année 2011, avec 10 oscars, a été programmé en lever de rideau de cette manifestation, avec le film «Wesh, Wesh» (qu’est ce qui se passe ?) de Rabah Ameur Zaimache. Organisée par l’Institut Français d’Annaba en partenariat avec l’Ecole Préparatoire en Sciences Economiques (EPSE) qui abrite la manifestation, et l’université Badji-Mokhtar d’Annaba, cette manifestation, dont la cérémonie d’ouverture a

vu la présence de l‘ambassadeur de France en Al- gérie, M. André Parant, propose un programme exceptionnel avec une semaine culturelle autour du cinéma et de la musique. Projections d’œu- vres primées en présence de réalisateurs et d’ac- teurs, conférences-débats, concerts de groupes algériens et français sont au menu de ce rendez- vous cinéphile qui tend à devenir une tradition dans l’agenda culturel annuel de l’antique Hip- pone. La formule quotidienne «Concert à 18 h, projection de films sur écran géant à 20 h 30 puis

à 22 h 30» assurera un spectacle permanent de

plus de 6 h. C’est une «façon comme une autre de plonger le public dans les crépuscules d’An- naba pour y goûter la douceur des premières nuits de l’été», a commenté un membre de l’or- ganisation. La quatrième édition «Cinéma sous les étoiles» se poursuivra jusqu’à mercredi pro- chain.

APS

16

DK NEWS

ECONOMIE

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

SELON M. TEMMAR

La croissance économique nécessite la stabilité et l’harmonie sociale

Le ministre de la Prospection et des statistiques, M. Hamid Temmar, a estimé, jeudi à l’uni- versité de Mascara, que la crois- sance économique et le développement reposent princi- palement sur «la stabilité et la cohésion sociale, objectifs que veut atteindre l’Algérie à travers sa politique sociale et de solida- rité».

Animant une conférence au profit des doctorants en écono- mie, venus de plusieurs univer- sités du pays, le ministre a indiqué que «le développement économique ne peut jamais être abordé isolément des conditions sociales de chaque pays et ses spécificités». «L'Algérie a traversé des phases difficiles sur les plans économique dans les années 80 et sécuritaire dans les années

dans les années 80 et sécuritaire dans les années 90. Ces contextes particuliers se sont répercutés

90. Ces contextes particuliers se sont répercutés sur les efforts déployés pour assurer le déve- loppement national et font que les fruits de ces efforts ne se re- flètent pas suffisamment sur le terrain», a ajouté M. Temmar. Le ministre a souligné que «l'Etat algérien doit poursuivre sa politique sociale, représen- tant 40% de ses dépenses et de persévérer dans l'économie de la solidarité», plaidant pour des réformes liées au système ban- caire, au renforcement du mar- ché des capitaux et pour la mise en place d’une réglementation du marché du foncier industriel afin de mettre en place une éco- nomie, basée sur des ressources hors hydrocarbures. L'intervenant a ajouté qu'il est nécessaire d’ouvrir un champ plus large aux entre- prises privées tout en conser-

vant un réseau important d’en- treprises publiques, qui consti- tue le pilier de l’industrie national, tout en ouvrant leurs capitaux aux investisseurs étrangers. Pour sa part, le pro- fesseur Alain Bayanaiem, de l'Université de Paris Dauphine (France) a abordé les rapports fi- nances-industrie et leur évolu- tion dans divers contextes. Son collègue, Claude Albagli, de l'Université de Paris Est Cré- teil, a traité des incertitudes théoriques de la croissance eu- ropéenne, dans un contexte marqué par des crises dans plu- sieurs pays du vieux continent et l'émergence d’économies émer- gentes en Asie et en Amérique latine. Ces interventions ont suscité un large débat de la part de l’as- sistance, qui a suivi avec intérêt ces communications.

ENERGIE

Le groupe Sonelgaz crée 4 sociétés régionales de prévention et de sécurité

La société algérienne de l'électricité et du gaz (Sonelgaz) a décidé de restructurer l’actuelle société de prévention et d’action en sécurité (SPAS) en quatre sociétés ré- gionales distinctes, annonce jeudi la so- ciété dans un communiqué. Cette décision, arrêtée le 10 juin 2012 par le conseil d’administration de ce hol- ding public, «est l’aboutissement d’un long processus de réorganisation de la SPAS en vue d’une meilleure efficacité dans la gestion de ses activités», indique la même source. Pour la Sonelgaz, cette opé- ration «répond ainsi à la nécessité d’assu- rer, dans des conditions meilleures, l’exercice des missions de prévention et de sécurité», à travers «une décentralisation du pouvoir de décision, aujourd’hui en- tièrement concentré au niveau de la direc- tion générale à Alger». La restructuration de la SPAS en quatre sociétés permettra également, selon la so- ciété-mère, une meilleure gestion des re- lations sociales et des effectifs qui ont

évolué considérablement pour atteindre aujourd’hui plus de 16.000 agents exer- çant sur l’ensemble des wilayas. Selon les précisions de Sonelgaz, qui affirme «de- meurer l’actionnaire unique des quatre nouvelles sociétés, cette restructuration sera menée progressivement, d’abord avec la création des sociétés du Centre et de l’Ouest, au plus tard le 1er janvier 2013, et doit s’achever avec la création des socié- tés de l’Est et d’Alger à la fin du premier trimestre 2013. Par ailleurs, le holding assure ses em- ployés que la scission de la SPAS en quatre sociétés «n’aura aucune incidence sur les emplois qui seront tous maintenus, de même que les acquis des travailleurs et leurs statuts». «Cette restructuration per- mettra au contraire aux sociétés nouvelle- ment créées, de développer leurs activités et de créer de nouveaux emplois», affirme encore Sonelgaz, tout en proclamant qu'«aucune action de privatisation n’est envisagée».

SELON DES HOMMES D’AFFAIRES

L’Algérie est en train de changer aux yeux des britanniques

La perception de l’Algérie est en train de changer de façon radicale aux yeux des Britanniques, ont af- firmé jeudi les hommes d’affaires du Royaume-Uni en marge de la rencontre entre Sonelgaz et le consortium MLC consacrée à la re- cherche de partena- riat entre les deux pays. «Notre perception de l’Algérie est en train de changer, l’Al- gérie est perçue comme un marché stable et prometteur dans un grand nom- bre de domaines», a

déclaré à l’APS M. Dave Brocklesby, di- recteur général du Consortium MLC, or- ganisateur de l’événe- ment. «La présence de nombreuses compa- gnies de renom à cette rencontre, et à celles concernant l’Algérie organisées au Royaume-Uni, reflète fidèlement cet intérêt. Nous sommes très in- téressés par l’Algérie, nous voulons davan- tage de relations avec ce pays», a ajouté le responsable de ce consortium qui a une représentation à Oran. De son côté, M. Peter

O’Neil, directeur du management de la compagnie patro- nyme, a également cité l’Algérie comme un marché à fort po- tentiel dans le secteur de l’énergie, notam- ment le solaire. «Le marché algé- rien de l’énergie so- laire est parmi les plus importants au monde, nous sommes ravis de découvrir les opportu- nités d’investisse- ments offertes en Algérie, grâce à cette rencontre», a-t-il sou- tenu affirmant avoir pris part à plusieurs événements phares concernant l’Algérie.

ENERGIE

Record historique de consommation d'électricité enregistré mercredi à cause des fortes chaleurs

La consommation nationale en éner- gie électrique a enregistré mercredi un nouveau record historique à 8.850 MW, en

raison des fortes chaleurs qui affectent la quasi-totalité des régions du pays, an- nonce jeudi l’Opérateur du système élec- trique national (OS). L'OS a enregistré mercredi à 14h00 une puissance maximale appelée (PMA) de 8.850 MW, en raison de la vague de cha- leur qui touche l’ensemble du pays et qui

a entraîné une forte consommation de

l'électricité pour la climatisation, précise

le communiqué de cet organisme.

La PMA enregistrée mercredi au soir, plus exactement à 21h45, a atteint quant à

elle 8.725 MW. L'Opérateur fait état par ail- leurs de trois constats majeurs. Le pre- mier concerne le fait que le maximum de

la pointe «matin» durant ce mois de juin

a dépassé l’appel de puissance maximal

enregistré en pointe «soir», pour la pre- mière fois dans l’histoire du système élec- trique algérien. «En effet, depuis l’introduction du phénomène de la clima-

tisation dans les foyers algériens, la pointe matin n’a cessé ces dernières an-

nées de se rapprocher de la pointe soir

jusqu’à la dépasser en ce mois de juin», in- dique la même source. En outre, le record PMA «matin» enregistrée hier à 14h00 dé- passe de 1.279 MW la PMA «matin» du mois de juin de l’année dernière, soit une

puissance supplémentaire équivalente à

la puissance totale d’une centrale élec- trique comme celle de Hadjret Ennous (Tipasa). «Ceci représente également une évolution importante à deux chiffres de près de 16,8%», précise-t-on de même source. Le troisième constat concerne le pic enregistré hier mercredi à 14h00, qui a dépassé, de son côté, de 552 MW celui du

matin de l’année 2011 (enregistré le 8 Août 2011 à 14h00 mn), soit une hausse de 6,7%. La pointe «soir» enregistrée hier à 21h45 dépasse quant à elle la demande maximale «soir» du mois de juin 2011 de 13,5%. Par ailleurs, L'OS s'attend à de nou- velles pointes de consommation élec- trique sont attendues durant les périodes de canicule suite à la forte consommation électrique en ces périodes ou la rationali- sation de la consommation de l'électricité est fortement recommandée notamment chez les ménages.

APS

Vendredi 29 -Samedi 30 Juin 2012

HISTOIRE

DK NEWS

17

ESSAIS NUCLÉAIRES EN ALGÉRIE

Les chercheurs et historiens sont formels : la responsabilité de la France demeure toujours engagée

La responsabilité de la France "demeure toujours engagée par rapport aux dégâts omniprésents" causés par ses essais nucléaires en Algérie, ont affirmé jeudi à Oran des chercheurs et historiens lors d'une rencontre sous le thème "Reggane, un génocide pro- grammé".

Organisée dans le cadre du Forum mensuel du journal arabophone "El- Djoumhouria", à l'occasion de la célé- bration du 50ème anniversaire de l'indépendance, cette rencontre a vu la participation de MM. Abdelka- dhoum El Aboudi, professeur de phy- sique à l'université d'Oran, Ahmed Lagraa, ancien diplomate et écrivain et Rachid Bahri, président du Club Doyen des Médecins d'Oran. Une assistance nombreuse a pris part aux interventions des trois inter- venants qui se sont accordés à souli- gner la gravité des retombées radioactives induites par les manoeu- vres françaises, entamées le 13 février 1960, date du premier essai nucléaire effectué à Reggane sous le nom de code "Gerboise Bleue". La date du 13 février 1960 restera gravée comme "une journée noire dans l'histoire de l'humanité", a dé- ploré le professeur irakien El Aboudi, en faisant observer que Reggane avait subi ce jour-là une explosion quatre fois plus intense que la bombe ato- mique d'Hiroshima ( Japon, août

1945).

Ce spécialise a dirigé plusieurs tra- vaux de recherche autour des consé- quences des irradiations sur les populations et les animaux de cette région saharienne, qui prouvent, selon lui, que "les essais nucléaires français continuent encore au-

"les essais nucléaires français continuent encore au- jourd'hui de faire des victimes". "Parmi les

jourd'hui de faire des victimes". "Parmi les éléments radioactifs utili- sés, le plutonium se caractérise à lui seul par sa durée de vie de pas moins de 4,5 milliards d'années", a indiqué Pr. El Aboudi pour expliquer les pa- thologies cancéreuses et les malfor- mations congénitales, signalées encore de nos jours même dans des périmètres assez éloignés du champ de tir. Même les animaux ne sont pas épargnés, a-t-il ajouté en citant, no- tamment la contamination des cha- meaux révélée par des analyses de sang effectuées dans le cadre de ses travaux sur le terrain auprès d'un échantillon de soixante têtes. Les autres intervenants ont abondé dans le même sens pour met- tre l'accent sur la nécessité de multi- plier les travaux de recherche scientifique afin de "déterminer avec précision toute l'étendue des dégâts subis aux plans sanitaire, psycholo- gique et environnemental". Les prises de parole de l'assistance,

au cours du débat, ont été accueillies avec beaucoup d'émotion dans la salle, en particulier l'intervention d'un ancien wali d'Adrar, M.Abdelke- bir Matalli, qui a évoqué le cas des personnes, décédées suite à leur contamination par des bijoux à base de produits argentés émanant des câbles d'amorçage de l'explosion. Ces produits, a-t-il précisé, avaient été prélevés par des personnes qui ignoraient les risques encourus en s'aventurant sur le site contaminé dans l'espoir de revendre des objets abandonnés comme les câbles élec- triques utilisés pour la fabrication de bijoux. La nécessité de faire valoir les droits des victimes quant à leur in- demnisation a été mise en exergue lors de cette rencontre, les partici- pants fondant, dans ce sens, de grands espoirs à la faveur d'un congrès international prévu avant la fin de l'année en cours en Algérie. (APS)

«Boudiaf était pour le déclenchement de la Révolution d’abord, puis l’organisation ensuite»

Mohamed Boudiaf et ses compagnons qui ont pris l’initiative de la réunion des 22, ont «inversé la démarche, en optant pour le déclenche- ment avant l’organisation de l’insurrection», a indiqué jeudi à M’sila un témoin de l'époque, Hocine Zehouane. M. Zehouane qui est éga- lement président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, interve- nait à l’occasion de la com- mémoration du 20ème anniversaire de la mort de Mohamed Boudiaf, organi- sée par l’association Machaâl El Chahid. L’intervenant, indiquant qu’il avait connu Mohamed Boudiaf à la veille du déclen- chement de la Révolution de Novembre 1954, lorsqu'il était lycéen à Alger, a rap- pelé que selon la thèse qui était alors généralement ad- mise, il fallait commencer par l’organisation, mobiliser

mise, il fallait commencer par l’organisation, mobiliser le peuple, ensuite déclen- cher la Révolution. M.

le peuple, ensuite déclen- cher la Révolution. M. Zehouane s'est dit avoir été «surpris» par le re- tour de Mohamed Boudiaf en 1992, à la tête du Haut Co- mité d’Etat (HCE) car, a-t-il

estimé, «il y avait une ab- sence de concordance entre ses idées et les options des décideurs de l’époque». Cette rencontre a égale- ment été marquée par l’in- tervention de Tayeb Taalibi,

un compagnon de Boudiaf, avant, pendant et après la Révolution. Ce témoin a affirmé que Boudiaf a constamment été fidèle à ses idées, cela devait le conduire à aller en prison, ensuite à s’exiler et à fonder un parti d’opposition, le Parti de la révolution socia- liste (PRS). M. Taalibi a rappelé que Boudiaf s’était opposé au coup de force contre le GPRA par l’état-major géné- ral de l’ALN des frontières, et évoqué, également, le diffé- rend avec Messali Hadj lors de la crise du parti nationa- liste (PPA-MTLD), entre messalistes et centralistes. Les participants à cette journée de commémoration, accompagnés des autorités locales, avaient déposé aupa- ravant une gerbe de fleurs devant la statue de Moha- med Boudiaf.

(APS)

Suivre l'exemple des moudjahidine et poursuivre l'édification

des moudjahidine et poursuivre l'édification Des moudjahidate condamnées à mort durant la guerre de

Des moudjahidate condamnées à mort durant la guerre de libération nationale ont appelé mercredi à Alger les jeunes algériens à «suivre l'exemple des moudjahidine» et à «poursuivre le processus d'édifica- tion». «Le meilleur moyen pour les jeunes de montrer qu'ils suivent l'exemple des moudjahidine consiste en la préservation de l'Algé- rie et leur contribution au processus d'édification», a estimé la moudja- hida Louisa Ighil-Ahriz lors d'une cérémonie organisée en l'honneur de ces combattantes par l'association artistique et culturelle «le troisième millénaire» au palais de la culture Moufdi Zakaria à l'occasion de la cé- lébration du cinquantenaire de l'in- dépendance. Bien que symbolique, cette dis- tinction réservée aux moudjahidate condamnées à mort et ayant subi toutes sortes de tortures physiques et morales «est une initiative char- gée de significations» d'autant plus qu'elle intervient à la veille de célé- bration du cinquantenaire de l'indé- pendance, a-t-elle indiqué. Elle a affirmé à cette occasion qu'elle poursuivra sa démarche vi- sant à «revendiquer la criminalisa- tion du colonialisme français et la reconnaissance des crimes perpé- trés contre le peuple algérien». Pour sa part, la moudjahida Fa- touma Ouzgan (condamnée à mort) a salué cette «initiative louable» qui offre l'opportunité de «transmettre le message de la lutte aux généra- tions de l'indépendance et d'interro- ger l'histoire à travers ceux qui l'ont vécue». Elle a saisi l'occasion pour rappe- ler «l'importance de l'écriture de l'histoire pour la transmettre aux gé- nérations de l'après indépendance». Le président de l'association «troisième millénaire», M. Salem Sidi Ali a quant à lui, indiqué que l'association aspirait à contribuer à travers cette initiative aux festivités du cinquantenaire de l'indépen- dance et de la jeunesse. La cérémonie de distinction a été caractérisée par des représentations artistiques animées par une pléiade d'artistes algériens.

18 DK NEWS

SPORT

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

FINALE INÉDITE DEMAIN DE L'EURO 2012

Le réalisme Italien face au « collectif » espagnol

Les spécia- listes du football ont toujours re- proché au foot- ball italien cet historique
Les spécia-
listes du football
ont toujours re-
proché au foot-
ball italien cet
historique jeu
plus
connu
sous le « Cate-
nacio», c'est-à-
dire le jeu ultra
défensif. Or, c?est
avec ce même jeu
intimement lié au
cordon ombilicale de
cette sélection Azzuri
qui lui a permis d?avoir
autant de titres à l?échelle
aussi bien européenne
que mondiale. Et c?est jus-
tement avec ce même style
revu, corrigé et actualisé
que l?équipe drivée par l?
»ingénieux » Cesare Prandelli
a pu battre cette « redoutable »
équipe Allemagne
sur le score net
de deux buts à
un.
Si ce ré-
sultat est une
« surprise »

son deuxième sacre continental après celui de 1968. Et pour bien comprendre cette victoire des italiens face aux allemands et pour bien montrer ce réalisme de la Squadra Azzura, il est utile de bien préciser que le vrai secret de cette réussite se trouve chez le sélectionneur Italien, Cesare Prandelli. Celui là qui a bel et bien trans- formé une équipe historiquement axée sur la défense en groupe pratiquant un football aussi spectaculaire qu'efficace. Cesare Prandelli a en effet transformé une équipe génétiquement défensive en une équipe qui est, depuis le début de l?Euro en nette progres- sion. Il y a 40 ans, l?Italie du football c?était le « cate- naccio », une défense de fer, un jeu dur et le réalisme poussé à l?extrême avec très peu d?occasions mais très souvent converties en buts. La démonstration de l?équipe de Prandelli face à l?Allemagne est inspirée d?un jeu brésilien apparem- ment. Car, le beau jeu pratiqué par Montolivo et ses co- équipiers et ces enchaînements rappelèrent bien ce football brésilien si charmeur. C?est dire que le coach Prandelli vient de réussir une véritable « révolution » dans le système de jeu des italiens. Le football pratiqué par la Squadra Azzura depuis le début de l?euro est le football le plus spectaculaire de la compétition avec, en plus, des résultats, inimaginables avant cette compéti- tion continentale ! Avant cette demi finale, les allemands étaient plus à l?aise puisqu?ils n?avaient pas fourni de gros efforts lors de leur match face à la Grèce (victoire 4-2) tandis que les Italiens, ils avaient dû jouer une prolongation et une série de tirs au but dans un match très serré pour venir à bout des anglais. Aujourd?hui, les anglais seront certainement fiers d?avoir été battus par une telle équipe. Et les espagnoles avec leur jeu si perfectionné en matière collectif auront d?onc bien intérêt à prendre très au séreux cette équipe italienne décidée à rempor- ter ce Trophée européen au mpoint où, elle se trouve avec cette dynamique des victoires. Il ne faut jamais ou- blier que l?Italie n?est aussi forte que lorsqu?elle n?est pas du tout favorite. Or, il se trouve que pour la finale de demain, entre d?un côté le « tiki taka » de la « Roja » et de l?autre le football « Prandellissimo » des « Azzuri », les italiens ne sont pas du tout favoris?. Les Espagnols étant favoris et rêvant d?un triplé his- torique, la pression sera sur eux tandis que pour les Ita- liens le contrat est déjà largement rempli. Les Pirlo et Balotelli vont tenter de faire sauter le coffre fort espagnol qui n?a plus encaissé de but en match à élimination directe depuis 2006 et une dé- faite 3-1 face à la France. Iniesta , Xavi and Co, un peu fatigués du poids des matchs de la saison, auront vraiment fort à faire devant cette défense de fer des italiens. La dernière marche est toujours la plus haute. Et là, tout comme les Allemands, il est très important de rappeler que les Ibères n'ont plus battu les Azzurri au bout de 90 minutes en compétition interna- tionale depuis 1920. La preuve, les deux équipes ont partagé les points 1-1 à Gdansk, en ouverture du Groupe C de cet euro 2012. Si les hommes de Vicente del

Bosque quittent le stade Olympique de Kyiv avec la coupe Henri Delaunay en poche, ils se souviendront que, quatre ans plus tôt, c'est contre ces même Italiens, en quarts de finale, qu'ils ont a vu le vent tourner avant d'aller soulever le trophée à l'UEFA EURO 2008 et de mettre fin à une disette de 44 ans. Les joueurs de Cesare Prandelli, eux, sont décidés à remporter leur second Championnat d'Europe de l'UEFA après celui de 1968, glané à domicile. Entre le « rêve » des espagnoles d?arracher un triplé inédit Euro-Mondial-Euro et marquer la suprématie du football espagnole et l?autre « rêve » de l?Italie de remporter son deuxième titre européen après celui de 1968, il n y a que le langage du terrain qui tranchera de- main?

Saïd Ben

que le langage du terrain qui tranchera de- main? Saïd Ben pour la majorité des spécialistes,

pour la majorité des spécialistes, ce n?est point le cas pour Prandelli et ses joueurs qui ont bien cru en leur possibilités d?autant qu?ils se sont améliorés de jour en jour et en particulier dans cet Euro 2012. D?aucuns pensaient que face à ces Allemands qui n?ont jamais battu cette formation ita- lienne en six matchs officiels, les joueurs du coach Joa- chim Low allaient enfin gouter à leur première victoire face à « leur bête noire ». Que nenni ! L'avant-centre Mario Balotelli, qui a inscrit deux buts rageurs, a propulsé l'Italie en finale de l'Euro-2012 face à une Allemagne des mauvais jours (2-1). Ce joueur a tellement marqué les esprits des sportifs en cette demi-finale mémorable qu?il a été surnommé par la presse italienne de « Super Mario ». La Nazionale ira donc bien défier l'Espagne, di- manche prochain, à Kiev, pour essayer de remporter

L'arbitre international portugais Pedro Proença désigné pour la finale

L'arbitre internatio- nal portugais Pedro Proença a été désigné pour diriger la finale de l'Euro-2012 entre l'Es- pagne et l'Italie, di- manche à Kiev (19h45 heure algérienne), a an- noncé vendredi l'Union européenne de football (UEFA) Proença sera as-

sisté de ses compa- triotes Bertino Cunha Miranda et Ricardo Jorge Ferreira Santos comme assistants, avec Manuel Jorge Neves Moreira De Sousa et Duarte Nuno Pereira Gomes comme assistants addi- tionnels au niveau des

buts, dans le dispositif de l'arbitrage à cinq en vigueur dans cet Euro. Le quatrième offi- ciel, près des bancs de touche, sera le Turc Cü- neyt Cakyr, arbitre de la demi-finale Espagne- Portugal. L'assistant de réserve est le Turc Ba- hattin Duran. L'Italie a

rejoint l'Espagne en fi- nale de l'Euro 2012, après sa victoire jeudi soir face à l'Allemagne (2-1), lors de la deuxième demi-finale. L'Espagne, tenant du titre, s'est imposée, quant à elle, mercredi face au Portugal (0-0, aux tab 4-2).

L'Espagne, tenant du titre, s'est imposée, quant à elle, mercredi face au Portugal (0-0, aux tab

Vendredi 29 - Samedi 30 Juin 2012

SPORT

DK NEWS 19

DÉTECTION DE JEUNES TALENTS:

Coup d'envoi de la finale nationale du programme "The Chance" vendredi à Alger

Le coup d'envoi de la finale natio- nale du programme mondial "The Chance", basé sur la recherche des nouveaux talents en football à travers le monde, a été donné vendredi au stade de Hydra (Alger), en présence des 50 fi- nalistes, soumis durant la matinée à des tests physiques. Les 50 joueurs sélectionnés parmi plus de 600 éléments lors des finales régionales, ont travaillé sous le regard de l'ancien milieu international algé- rien, Rabah Madjer, désigné ambassa- deur de "The Chance" en Algérie. "Les joueurs sont à féliciter pour leurs ef- forts durant les tests auxquels ils ont été soumis, en dépit de la canicule qui sévit. Ils sont vraiment animés d'une grande volonté pour aller jusqu'au bout de leur rêve", a affirmé à l'APS, Mohamed Chaib, membre du jury de sélection, composé également de Rez- zoug Iaiche, Mohamed Mihoubi, et Be- nyahia Taoufik. Ce programme lancé par l'équipementier sportif "Nike", est une occasion pour les jeunes footbal- leurs amateurs (âgés de plus de 16 ans au 1er mars 2012) de faire leurs preuves et viser, pourquoi pas, une carrière professionnelle. Les joueurs ont exé- cuté une batterie de tests (20 m vitesse, agilité, yoyo, et détente), sous un soleil de plomb, difficilement supporté par les finalistes. "Nous savons que ça allait être difficile pour eux, mais il fallait respecter les échéances de ce pro- gramme mondial. Les joueurs devront bien récupérer en prévision des matches d'application prévus durant l'après midi (vendredi)", a indiqué Raouf Sari, membre du staff de "Nike". "Nous avons suivis ces jeunes joueurs durant les différents phases du programme, et je peux dire qu'il en existe bien des talents", a t-il ajouté. Appelé à évoquer le nombre de joueurs qui lutteront pour gagner le fa- meux ticket pour la grande finale mon- diale, prévue à Barcelone (Espagne) du 19 au 26 août prochain, Chaib indiqué

(Espagne) du 19 au 26 août prochain, Chaib indiqué qu"'Ils sont 8 à 10 éléments qui

qu"'Ils sont 8 à 10 éléments qui ont les qualités pour décrocher le sésame", soulignant que "la concurrence est rude et tout se décidera demain (ndlr, samedi)". Vendredi après midi, trois matches tests seront au programme à partir de 16h00 (deux 9 contre 9 et un seul de 7 contre 7). C'est à l'issue de ces matches que le jury sélectionnera 30 joueurs qui prendront part samedi à la deuxième et dernière journée de la compétition et au match final (11 contre 11 plus remplaçants). Pour l'un des finalistes, Hicham Mâameri d'Alger, tous les joueurs sont animés d'une grande détermination taper dans l'oeil du jury. "Chacun de nous est en train de donner le meilleur de lui même pour être sélectionné et pourquoi pas être l'heureux élu qui re- présentera l'Algérie à Barcelone. La concurrence est rude, j'espère faire partie d'abord des 30 finalistes, ensuite le rêve sera permis", a t-il souhaité. L'Algérie est le premier pays africain à organiser cet événement, et le 3e après le Mexique et le Brésil, en nom- bre d'inscrits. 100 joueurs seront sélec- tionnés à travers 55 pays, dont l'Algérie,

pour atteindre la finale mondiale, où ils auront le privilège de s'entraîner au préstigieux centre d'entraînement du FC Barcelone, la Masia, tout en étant évalués et observés par une équipe d'entraîneurs et de sélectionneurs in- ternationaux de renom. Les 16 joueurs qui seront sélection- nés parmi les 100 prétendants, iront en janvier 2013 aux Etats-Unis pour un stage d'une semaine, à l'issue duquel 12 éléments seront choisis en vue d'un autre test prévu à Turin (Italie) dans le centre de formation de la Juventus. Les 4 élus bénéficieront d'un contrat de six mois pour le premier et de trois mois pour les trois autres, à l'académie mon- diale de "Nike". "C'est une expérience unique en son genre, qui consiste à dé- tecter de jeunes talents pour en choisir un seul qui représentera l'Algérie à Barcelone (Espagne). Je suis persuadé que l'opération de sélection sera très serrée, il y aura beaucoup d'excellents joueurs, mais à la fin, il y aura qu'un seul élu", avait affirmé Rabah Madjer, lors du lancement de l'opération le 26 mars dernier.

APS

FOOTBALL

2e Coupe arabe des nations U-20:

l'Algérie débutera face à la Libye

La sélection algé- rienne des moins de 20 ans entamera la 2e Coupe arabe de la caté- gorie face à la Libye le jeudi 5 juillet au stade du Roi Abdellah en Jorda- nie, selon le calendrier de la compétition publié par l'Union arabe de football (UAFA). L'équipe algérienne, dirigée par le Français Jean Marc Nobilo affron- tera ensuite le Qatar le 8 juillet au stade d'Am- man, avant de boucler le premier tour face à la Mauritanie le 11 juillet. La 2e Coupe arabe des U-20, prévu du 4 au 18 juillet en Jordanie, va re- grouper 12 équipes scin- dées en trois groupes de quatre. A l'issue du premier tour, le premier de chaque groupe plus le meilleur animeront les demi-finales le di-

groupe plus le meilleur animeront les demi-finales le di- manche 15 juillet au stade d'Amman, selon

manche 15 juillet au stade d'Amman, selon la formule suivante: 1er du groupe A au meilleur deuxième des groupes et le 1er du groupe B au 2e du groupe A . Au cas où le meilleur deuxième appartient au même groupe «A» les demi-finales seront or- ganisées selon la procé- dure suivante: 1er du groupe «A»/1er groupe C, 1er du groupe B/2e groupe A. La finale aura lieu le mardi 17 juillet au stade du Roi Abdallah .

Programme complet des matches

Mercredi 4 juillet - groupe A Stade d'Amman

Lundi 9 juillet - groupe C Stade du Roi Abdallah:

Koweit -Soudan Jordanie - Arabie Saoudite

Tunisie - Syrie Irak - Maroc

Jeudi 5 juillet - groupe B Stade du Roi Abdallah Qatar - Mauritanie Algérie - Libye

Mardi 10 juillet - groupe A Stade du Roi Abdallah : Ara- bie Saoudite - Koweit Stade d'Amman : Jordanie - Soudan

Vendredi 6 juillet - Groupe C Stade d'Amman Irak - Syrie Tunisie - Maroc

Mercredi 11 juillet - groupe B Stade du Roi Abdallah : Libye - Qatar

Stade d'Amman

: Algérie -

Samedi 7 juillet - groupe A Stade du Roi Abdallah:

Mauritanie

Soudan - Arabie Saoudite Koweit -Jordanie

Jeudi 12 juillet - groupe C Stade d'Amman : Tunisie -

Dimanche 8 juillet - groupe

Irak Stade du Roi Abdallah :

B

Maroc - Syrie

Stade d'Amman Mauritanie - Libye Algérie - Qatar

Dimanche 15 juillet : demi-fi- nales Mardi 17 juill : finale Mercredi 18 juillet: match de classement .

FOOTBALL-ALGÉRIE

L'Algérien Najib Ammari passe pro à l’Olympique de Marseille

Najib Ammari passe pro à l’Olympique de Marseille L’international espoirs algérien Nadjib Am- mari vient de

L’international espoirs algérien Nadjib Am- mari vient de signer son premier contrat pro. à l'Olympique de Marseille, Ligue 1 du championnat français de football, rapporte "Le Phocéen". Najib Ammari, attaquant de 20 ans, sÆest en- gagé pour une année avec possibilité de deux supplémentaires, ajoute la même source. Formé à lÆOM, Ammari nÆa pas encore dis- puté de match officiel sous les couleurs du club phocéen. A l’issue de la signature de son contrat, Ammari a confié au journal Le Pho- céen: " Je suis content. CÆest un challenge qui mÆexcite, cÆest très intéressant. De toute façon, que ce soit un an ou quatre ans, dès la première année, tu dois faire tes preuves. Sinon tu nÆavances pas", a-t-il dé-

claré.

convaincu que s'il fait une grosse année cette

saison, en prêt ou en grappillant du temps de jeu à lÆOM, ça sera tout à son avantage. Le Natif de Khenchela a disputé trois avec la sélection nationale algérienne cadette (contre le Cameroun, Mali et Tunisie).

L'international espoir algérien est

TRANSFERT:

Ishak Belfodil rejoint difinitivement Bologne (Italie)

Ishak Belfodil rejoint difinitivement Bologne (Italie) Le joueur d'origine algérienne Ishak Belfo- dil, va

Le joueur d'origine algérienne Ishak Belfo- dil, va être définitivement transféré chez les Rossoblù de Bologne (Serie A italienne) pour une durée de quatre ans, rapporte jeudi le site afriquefootball. Prêté à Bologne qui évolue à la Serie A lors du mercato d'hiver, Belfodil va quitter ainsi l'Olympique de Lyon où il était passé profes- sionnel en 2009. Le natif de Mostaganem n'a jamais pu s'imposer dans l'effectif des Gones à l'instar de Karim Benzema dont il était considéré comme le successeur. De nombreuses écuries transalpines comme Parme, le Genoa ou Palerme avaient placé le joueur sur leurs tablettes pour s'atta- cher ses services. Belfodil, un attaquant de 20 ans était éga- lement dans le viseur de Tottenham, Pre- mier League anglaise de football, selon la même. Lors de son passage à Bologne, Ishak Bel- fodil est apparu à huit reprises sans trouver le chemin des filets.

(APS)

20

DK NEWS

SPORT

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

FOOTBALL

la piste de l'entraîneur Bouali toujours d'actualité au MC Oran

La direction du MC Oran tient tou- jours à l'entraîneur Fouad Bouali en prévision de la saison prochaine, a in- diqué jeudi Youcef Djebbari le prési- dent du club de Ligue «une» de football en Algérie. «J'attends le retour de Bouali de l'étranger pour avoir une nouvelle en- trevue avec lui, que j'espère être la bonne cette fois-ci», a déclaré à l'APS, le premier responsable du club phare de l'ouest. Djebbari et Bouali se sont rencon- trés samedi passé à Oran, mais sans parvenir à trouver un terrain d'en- tente sur le plan financier, rappelle-t- on. «La prochaine discussion avec Bouali sera déterminante, car le temps presse, et je veux clore le dos- sier du staff technique dans les meil- leurs délais», a encore précisé le président du Mouloudia. Djebbari n'a pas voulu, toutefois, dévoiler les noms des techniciens qu'il compte contacter au cas où les

négociations avec l'ex-entraîneur de la JSM Béjaia n'aboutissent pas. Par ailleurs, le président du MCO, dont l'équipe a été sauvée de la reléga- tion de justesse la saison dernière, est sur le point de clô- turer l'opération de recrutement des joueurs. «Il nous reste encore à engager un gardien de but, un milieu offensif et un attaquant pour clore le recru- tement», a-t-il fait savoir. La formation

«d'Al Bahia» a déjà engagé six éléments: Megherbi, Bradja (ex-MC Alger), Boumechra

six éléments: Megherbi, Bradja (ex-MC Alger), Boumechra (ex-USM Alger), Layati (ex-USM El Harrach), Mazari (ex-ASM

(ex-USM Alger), Layati (ex-USM El Harrach), Mazari (ex-ASM Oran) et Bentaleb (ex-ES Sétif ).

ATHLÉTISME:

Testés positifs «Bouraada et Bouras ne sont pas responsables» (entraîneur)

Ahmed Mahour Bacha, entraîneur du décathlonien algérien Larbi Bou- raada et ex entraîneur de Zahra Bou- ras (800 m), contrôlés positifs à la Stanozolol, a appelé jeudi la Fédéra- tion algérienne d'athlétisme, à l'ou- verture d'une enquête pour apporter toute la lumière sur cette affaire. «En aucun cas les deux athlètes ne doivent être tenus pour responsables de cette situation. J'en assume l'en- tière et pleine responsabilité», a af- firmé le technicien dans un communiqué transmis à l'APS. Mahour Bacha qui a précisé n'être plus l'entraîneur de Zahra Bouras depuis février 2012, a indiqué que les deux athlètes «n'ont eu à aucun mo- ment recours à une automédication» et que tous les produits et autres compléments alimentaires consom- més par les athlètes ont toujours été

proposés par ses soins. «Ce sont des produits connus, ne figurant et n'ayant jamais figuré sur une quelconque liste de produits in- terdits. Ils ont toujours été utilisés par tous mes athlètes et n'ont jamais fait l'objet d'un contrôle positif», s'est-il défendu. Il a ajouté que «les différents et multiples contrôles antidopage (uri- naire et sanguin) subis par les deux athlètes attestent qu'ils n'avaient pas besoin de se droguer pour réussir et que ces contrôles négatifs attestent également que les produits utilisés n'étaient en aucun cas des produits dopants». Mahour Bacha qui soupçonne que «seule la consommation d'un produit contaminé par le Stanozolol peut ex- pliquer de tels cas positifs», affirme qu'il est de son devoir et de sa res-

ponsabilité de demander à la FAA «d'ouvrir une enquête, en envoyant tous les produits utilisés par l'ensem- ble de nos athlètes aux laboratoires de Paris et Cologne afin d'en contrô- ler l'exacte composition». «Les plus novices, dira-t-il en la matière, savent que le stanozolol n'est plus utilisable par les sportifs depuis des lustres et seule la consommation d'un produit conta- miné par le stanozolol peut expliquer de tels cas positifs». Les deux athlètes se trouvaient à Porto Novo au Bénin, pour participer à la 18e édition du championnat d'Afrique (27 juin-1er juillet), au mo- ment où ils ont été informés de leur cas. Ils risquent une suspension mi- nimale de deux ans et ne pourront donc pas participer aux jeux olym- piques de Londres 2012.

COMITÉ OLYMPIQUE ALGÉRIEN:

Consensus pour une reprise des activités

Une médiation initiée par Me Farid Ben Belkacem dans le conflit opposant le président du Comité Olympique algérien (COA) à dix membres de son comité exécutif a abouti à un «consensus», pour une reprise «légale» et «sereine» des activités des membres de l'instance olympique nationale. «Suite à la médiation initiée par Me Farid Ben Belkacem , une réu- nion regroupant les membres du comité exécutif du Comité Olym- pique Algérien s'est tenue le 27 juin au siège du COA. Cette réunion, élargie au président de la fédéra- tion algérienne d'athletisme, Ba- dreddine Belhadjoudja, a abouti à un consensus entre les membres du comité exécutif du COA, pour reprendre toutes leurs activités en

exécutif du COA, pour reprendre toutes leurs activités en toute légalité et sérénité» indique un communiqué

toute légalité et sérénité» indique un communiqué transmis à l'APS par Me Ben Belkacem. 10 membres sur les 13 du Comité exécutif, avaient exprimé le 28 avril

dernier, leur «totale» désappro- bation du mode de gestion du président du COA, Rachid Hanifi, se démarquant des «dérives» et des «dysfonctionnements» qui sé- vissent dans la plus haute ins- tance du sport algérien. Au cours de la même réunion de médiation, il a été décidé de fixer une réunion statutaire du comité exécutif le 9 juillet pro- chain avec deux points à l'ordre du jour: clôture définitive de la réunion du 31 janvier 2012 et en adopte le procès-verbal, ainsi que la participation de la délégation algérienne aux Jeux Olympiques de Londres-2012. Maître Farid Ben Belkacem est président du Tribunal Arbitral du Sport algérien (TAS).

BASKETBALL Coupe d'Algérie (demi-finales): La rencontre GSP-ABS délocalisée à Staoueli

La rencontre GSP-ABS délocalisée à Staoueli La demi-finale de la Coupe d'Algérie de basket-ball

La demi-finale de la Coupe d'Algérie de basket-ball (messieurs), opposant le GS Pé- troliers à l'AB Skikda prévue initialement le 2 juillet à Bordj Bou Arreridj, a été transfé- rée à la salle de Staoueli, a-t-on appris jeudi auprès de la Fédération algérienne de basket-ball. Disposant d'un riche effectif constitué de l'ossature de la sélection na- tionale (7 joueurs), le GSP (ex-MC Alger), recordman de trophées (11) et tenant du

titre, part favori face à l'AB Skikda qui s'est qualifiée lors du tour précédant aux dé- pens de l'O. Batna. L'autre affiche de ce tour opposera le CSM Constantine, vice- champion d'Algérie, au CRB Dar Beida fi- naliste de la dernière édition et vainqueur du match au sommet des quarts de finale devant le TBB Blida. Programme des demis finales (lundi 2 juillet 2012):

A Bordj Bou Arreridj: CSM Constantine - CRB Dar Beida (15h30)

A Staoueli: GS Pétroliers - AB Skikda

(19h30).

(APS)

COUPE ARABE (PRÉPARATION):

courte victoire de la sélection algérienne (U20) face au Niger

(1-0)

de la sélection algérienne (U20) face au Niger (1-0) La sélection algérienne U20 de football s’est

La sélection algérienne U20 de football s’est imposée (1-0) face à son homologue du Niger, jeudi en amical disputé au stade Mus- tapha Tchaker de Blida, en préparation à la

prochaine coupe arabe des U20, prévue en Jordanie du 4 au 18 juillet prochain, rapporte

le site de la FAF.

L’unique but de la rencontre a été inscrit par Zalami Chouaib à la 75’. Les deux équipes

s'étaient rencontrées mardi dernier sur la

même pelouse, et le succès des Verts était plus convainquant (3-0). Les buts avaient été marqués par, respectivement, Bezzaz Abdela-

tif (18'), El Ghomari Tewfik (68') et Zalami

Chouaib (84'). Lors de la coupe arabe des Nations des U20 de football, l'Algérie évoluera dans le groupe B aux côtés du Qatar, des Emirats Arabes Unis et de la Libye.

Vendredi 29- Samedi 30 juin 2012

SPORTS

21

VAINQUEUR PAR KO LASZLO FERENC,

DU

HONGROIS HUBERT

Benguesmia s’adjuge la couronne mondiale UBO

L’algérien Mohamed Benguesmia, champion du monde WBB des «lourds», a battu jeudi soir à la salle omnisports de Guelma le triple vice-champion international WBC, le Hongrois Hubert Laszlo Ferenc, par KO au 4ème round.

le Hongrois Hubert Laszlo Ferenc, par KO au 4ème round. comme un enfant à moins d’une

comme un enfant à moins d’une semaine de son 42ème anniver-

saire. Ce combat était organisé dans le cadre d’un gala international de boxe professionnelle mis sur pied

par la Ligue de boxe et la direction de la Jeunesse et des sports de la wi- laya de Guelma, sous l'égide de la Fédération algérienne de boxe et la commission nationale de boxe pro- fessionnelle.

Benguesmia, grâce à ce succès expéditif, s’adjuge la ceinture mondiale UBO (Universal Boxing Organi- zation). Le poids-lourd magyar (91,5 kg), étourdi dès le premier coup de gong par une salve de coups de Ben- guesmia qui alternait up- percuts, directs du droit et crochets, n’a jamais sem- blé en mesure de pouvoir inquiéter, ni même résis- ter à la furia du boxeur boufarikois, porté par une salle omnisport archicom- ble.

A l’appel de la 4ème re-

prise, Ferenc, déjà quelque peu groggy, ne résistera que quelques se- condes et mettra genou à terre, obligeant l’arbitre français Gilles Walhin à le compter puis à stopper le combat. Aussitôt après cette vic- toire, la 43ème pour 46 combats disputés, Moha-

med Benguesmia a fait part de sa «joie» et de sa «fierté» d’être le premier boxeur arabe et africain à arracher le titre de cham- pion du monde UBO. «C’est

le plus beau cadeau que je pou-

vais offrir aux algériens pour le cin- quantenaire de l’indépendance», dira l’enfant de la Mitidja, heureux

10.000 athlètes animeront les différents championnats nationaux (FASS)

animeront les différents championnats nationaux (FASS) Environ 10.000 athlètes (filles et garçons) animeront les

Environ 10.000 athlètes (filles et garçons) animeront les différents championnats natio- naux scolaires qui coïncident cette année avec le 50e anniversaire de l'indépendance et de la jeunesse, a-t-on appris jeudi auprès de Fédéra- tion algérienne de sport scolaire (FASS). «C'est un programme grandiose impliquant plus de 10.000 athlètes pour les disciplines des sports collectifs (football, handball, volley- ball), ainsi que pour le disciplines indivi- duelles comme la natation, les échecs et le judo», a déclaré à l'APS le président de la FASS, Abdelhafid Izem. «Ces compétitions constituent, pour les techniciens, une excellente opportunité pour dénicher les athlètes capables de renforcer les différentes sélections nationales en prévision des jeux sportifs arabes scolaires prévus en septembre prochain au Koweït», a-t-il ajouté. Ce riche programme débutera par le cham- pionnat national de natation (29 juin-2 juillet) à Djelfa et du championnat scolaire du jeu d'échecs du 2 au 7 juillet à Ain Defla. La 2e coupe d'Algérie scolaire des sports col- lectifs (foot, hand, volley, basket) minimes (filles et garçons) est prévue à El Biar (Alger) du 4 au 7 juillet. Le festival national des écoles primaires (8 disciplines) sera organisé à Bordj Bou Arreridj (3-9 juillet), alors que les «Jeux des espoirs» (8 disciplines) auront lieu à Sétif (4-10 juillet). La ville de Médéa accueillera, quant à elle, le championnat national scolaire de judo (4-10 juillet). Enfin, les championnats d'Algérie «inter-as- sociations» auront lieu du 4 au 10 juillet à Djelfa pour le handball, à Bouira (football) et à Médéa pour le volley-ball.

Des athlètes de l'émigration présents aux activités du cinquantenaire de l'indépendance

Une cinquantaine de jeunes athlètes (10 - 16 ans) issus de la communauté al- gérienne établie en France, participeront aux diffé- rentes compétitions spor- tives organisées dans le cadre de la commémoration du 50è anniversaire de l'in- dépendance nationale et de la fête de la Jeunesse, in- dique jeudi un communi- qué du ministère des Affaires étrangères. Les jeunes sportifs qui rallieront Alger par petits groupes de leurs différentes régions de résidence, à par- tir du 1 juillet, prendront part aux compétition des disciplines suivantes: judo, boxe, tennis, taekwondo,

des disciplines suivantes: judo, boxe, tennis, taekwondo, équitation, natation, football, et handisport. La

équitation, natation, football, et handisport. La sélection de ces jeunes athlètes s'est faite sur la base de critères sportifs fixés pour l'en- semble des participants à l'échelle nationale. Un riche programme d'activités sportives dont les jeunes seront les principaux acteurs fi- gure au programme éla- boré par le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) pour la commé- moration du 50e anni- versaire de l'indépendance et de la jeunesse.

TRANSFERTS:

Abdelkader Laiche nouvel entraîneur du MC El Eulma

Abdelkader Laiche est devenu le nouvel en- traîneur du MC El Eulma après avoir conclu jeudi un accord avec les dirigeants du club de Ligue «une» professionnelle de football en Al- gérie, a-t-on appris auprès de l'intéressé. «J'ai donné mon accord définitif au conseil d'administration du MCEE pour entraîner cette équipe la saison prochaine», a annoncé à Iaiche à l'APS. Iaiche s'est dit également animé «d'une grande volonté» pour réussir son passage avec «babya», et «pourquoi pas rééditer l'exploit de 2009 avec le club voisin le CA Bordj Bouaré- ridj», quand il l'avait mené à la finale de la coupe d'Algérie pour la première fois de son histoire (défaite 2-1 face au CR Belouizdad). Après avoir clôturé le dossier de l'entraî- neur, les dirigeants eulmis vont passer au volet recrutement des joueurs, où un grand travail les attend après le départ de plusieurs cadres de l'équipe, à l'image des deux attaquants Bouaicha et Belakhdar qui ont opté pour la JS Kabylie.

22 DK NEWS

DÉTENTE

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

Mots Fléchés N°03

T E Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012 Mots Fléchés N°03 Proverbes Balaie là où

Proverbes

Balaie là où tu veux tomber. Proverbe algérien

Celui qui a été piqué par un serpent prend peur d'une simple corde.

Proverbe berbère

C'est par ses branches que l'homme révèle ses racines.

proverbe arabe

Abondance de biens ne nuit pas Proverbe français

C’est arrivé le 30 juin

1827 : Arrivée à Paris de la girafe de Charles X, offerte par le Pacha d'Égypte Méhémet Ali, première girafe vivante à entrer en France. 1878 : Fête nationale en l’honneur de la Ré- publique instaurée par le gouvernement Du- faure, immortalisée par plusieurs tableaux de Claude Monet : La rue Montorgueil, fête du 30 juin 1878 et La rue Saint-Denis, fête du 30 juin 1878. 1859 : Charles Blondin traverse les chutes du Niagara sur un câble tendu entre les deux rives. 1908 : Le bolide de la Toungouska produit une explosion de 20 mégatonnes (environ mille fois la puissance de la bombe d'Hiro- shima) et détruit 2 000 km² de forêts près du lac Baïkal en Sibérie. 1934 : « Nuit des Longs Couteaux », Adolf Hitler lance les SS de Himmler contre les SA de Röhm. 1960 : Le roi Baudouin, le président congo- lais Kasa Vubu et son Premier ministre Lu- mumba célèbrent l'indépendance du Congo Kinshasa à Léopoldville (l'actuelle Kinshasa). 1968 : En France, lors des élections législa- tives, la droite enlève 354 des 456 sièges de l'Assemblée nationale. 1970 : L'Assemblée nationale française vote la première loi antidrogue. 1977 : Dissolution de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est.

Samurai-soduku N°03

Les problèmes de Sudoku Samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chif- fres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque Sudoku Samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots Croisés N°03 Horizontal 1. Homme

Mots Croisés N°03

peut être résolu par la logique pure. Mots Croisés N°03 Horizontal 1. Homme grand et fort

Horizontal

1. Homme grand et fort - Habitation à loyer

modéré

2. Crainte pathologique des lieux publics

3. Venait au Inonde - Nord, sud, est

4. Cité antique de la Basse Mésopotamie - In-

dices, présages

Verical

1. Petit linge avec lequel s'essuie le prêtre -

Conifère

2. Champignon comestible - Qui rend service

3. Ensemble des règles juridiques - Poisson os-

seux aux yeux rouges

4. Point d'union du membre antérieur du che-

5.

Action, manière de lancer - Note de musique

val avec le tronc - Rivière de France

-

Ville de Suisse

5.

Contraire d'apical - Petit cube - Petite

6.

Tronc d'arbre - Grand invalide civil - Adverbe

pomme rouge et blanc

de lieu

7. Déceptions, échecs

8. Insecte à abdomen annelé de jaune et de

noir- Volcan des Philippines - Post-scriptum

9. Volcan de la Sicile - Durée écoulée depuis la

naissance - Centre hospitalo-universitaire

10. Rivière du Brésil - Perroquet d'Amérique la-

tine

11. Rivière d'Alsace - Bandages que l'on fixe à la

jante des roues - Largeur d'une étoffe

12. Spectacle merveilleux - Mettre par écrit

6. Avoir l'exclusivité de - Dermatose caractéri-

sée par des boutons

7. Fleuve de l'Europe occidentale - Ville de Colombie

8. Instrument médical - Nombre entier

9. Hémoglobine - Négation - Prêtresse d'Héra

- Volcan du japon

10. Pièce de bois indépendante recevant un

plancher au droit d'un mur - Chrome

11. Région de l'encéphale formée des pédon-

cules cérébraux

12 Symbole chimique de I'einsteinium - Né de - Infinitif

Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012

DÉTENTE

DK NEWS

23

Programme du samedi

30 juin 2012

Canal Algérie

10h00 : La mer méditerranée (14) - documentaire 10h35 : Lara (01) - dessin animé 11h00 : Bien-être «rediff» - émission 12h00 : Journal en français + météo - information 12h25 : Ahl e'raya (07) - feuille- ton arabe 13h30 : Kaid nissa'e (05+06ème ptie) - feuilleton double 14h40 : Sir el hayet (03) - docu- mentaire 15h20 : Kadiyet firass – l. me- trage dessin anime 16h30 : Vic le viking (05) - des- sin anime 17h00 : Santé mag - magazine de sante 18h00 : Journal en amazigh - information 18h25 : El badra I (19) - feuille- ton alg 19h00 : Journal en français + météo - information 19h30 : Danger route - émis- sion 20h00 : Journal en arabe - in- formation 20h45 : Aha lil - émission de di- vertissement 22h20 : Kindy - film alg 00h00 : Journal en arabe – in- formation

TF1

10:05 Météo 10:15 Tous ensemble - maga- zine de société

11:05 Secret story - téléréalité 12:00 Les douze coups de midi

- jeu

12:45 Météo 12:50 L'affiche du jour - maga- zine sportif 13:00 Journal 13:15 Reportages - magazine de reportages 14:35 Le regard d'une mère - téléfilm de suspense 16:05 Ghost whisperer - série fantastique - saison 3 (15/18) 17:00 Ghost whisperer - série

fantastique - histoires de pères

- saison 3 (16/18)

17:50 Secret story – téléréalité 18:45 50mn Inside - magazine de reportages 19:50 Là où je t'emmènerai - magazine de société 19:55 Météo 20:00 Journal

20:30 Du cote de chez vous - magazine de la décoration 20:35 Mon assiette sante - ma- gazine de services 20:45 Météo 20:50 Les enfants de la télé – divertissement - durée : 2h30 23:20 Les Experts : Miami - série policière

France 2

10:00 Hebdo musique Mag - Magazine musical 10:35 Motus - Jeu 11:10 Les Z'amours - Jeu 11:40 Point route - Magazine de services 11:45 Ma maison d'aujourd'hui à demain - Magazine de ser- vices 11:50 Athlétisme - Athlétisme 12:54 Météo 2 12:55 Mon rêve, ma médaille - Magazine sportif 13:00 Journal 13:20 Météo 2 13:22 Météo des plages

13:25 Secrets d'histoire - Maga- zine historique - François Ier, le roi des rois 14:50 Mon rêve, ma médaille - Magazine sportif 14:55 Cyclisme – Cyclisme - Tour de France 2012. Prologue 17:35 L'après tour - Cyclisme 17:55 Athlétisme – Athlétisme

- Championnats d'Europe

2012.

20:00 Journal 20:30 Image du jour : JO de Londres - Magazine sportif 20:31 Tirage du Loto - Loterie 20:34 Météo 2 20:35 Le plus grand cabaret du monde – Divertissement

23:00 On n'est pas couché -

Talk-show

France 3

10:00 Athlétisme – Athlétisme

- Championnats d'Europe

2012.

11:50 Consomag - Magazine du consommateur 11:55 Météo 12:00 12/13 : Journal régional 12:25 12/13 : Journal national 12:50 Athlétisme – Champion-

nats d'Europe 2012. 14:20 Cyclisme - Tour de France 2012. Prologue :

15:00 En course sur France 3 – Tiercé depuis Longchamp 15:20 Keno - Loterie 15:25 Famille d'accueil - Télé- film dramatique

17:00 Un livre toujours - Maga- zine littéraire 17:05 Expression directe - Ma- gazine politique

17:10 Des chiffres et des lettres – Jeu - Calcul mental et maî- trise de l'orthographe 17:50 Questions pour un champion – Jeu - Les «neuf points gagnants» 18:25 Avenue de l'Europe - Ma- gazine d'actualité - L'Europe se parfume 18:40 Ma maison d'au- jourd'hui a demain - Magazine de services 18:43 Météo des plages 18:45 Météo 19:00 19/20 : Journal Régional 19:30 19/20 : Journal national 19:55 Athlétisme - En direct - Durée : 1h50 21:45 Quatre idoles dans le vent

- Musique

23:35 Météo 23:40 Soir 3

Canal +

10:05 Mes meilleures amies - Comédie 12:05 Album de la semaine - Magazine musical - Jack White 12:35 Kaira shopping - Série humoristique 12:40 La météo 12:45 Le JT

13:00 Zapping – Divertisse- ment 13:10 Le news show - Divertis- sement 13:55 Tennis - Internationaux de Grande-Bretagne 19:05 Salut les terriens ! - Ma- gazine d'actualité 20:25 Groland.con - Divertisse- ment-humour 20:55 Le sang des Templiers - Film d'aventures (stéréo) 22:50 Strike back - Série d'ac- tion - Mission Afghanistan -

Saison 1 (3/3)

ARTE

10:45 Les explorateurs du

temps - Sciences et technique

- Voyage aux sources du temps

(1/2)

11:30 Les explorateurs du temps - Sciences et technique

- De l'infiniment grand à l'infi-

niment petit

(2/2)

12:15 L'énigme de l'autisme : La piste bactérienne - Santé 13:05 Jamais trop mince – Santé

14:00 Le dessous des cartes - Magazine de géopolitique - Chypre à la présidence de l'Union 14:15 Yourope - Magazine de reportages - Les Européens, rois du gaspillage ? 14:45 Metropolis - Magazine culturel 15:40 Les coffrets à trésors de l'empereur de chine - Culture 16:10 Philippe Pétain - Histoire 17:55 Carnets de voyage – Voyage – Cuba - (5/10) 18:20 Villages de France – Dé- couvertes – Vézelay (40/40) 18:50 Arte reportage - Maga- zine d'actualité 19:45 ARTE Journal 20:00 360 ? – GEO – Voyage - Guyane, l'enfer vert des légion- naires

20:45 Le siècle des Lumières –

Histoire - La diffusion du sa- voir (1/2) 21:35 Le siècle des lumières – Histoire - La transformation de la société (2/2) 22:30 London calling – Cul- ture -Imprésarios : les faiseurs de stars (4/4) 23:25 Tracks - Magazine musi- cal

M6

10:55 Cinesix - Magazine du ci- néma - L'actualité du cinéma tout en images 11:00 A mourir de rire - Diver- tissement-humour 13:10 Scènes de ménages - Série humoristique 14:00 Météo 14:05 C'est ma vie - Magazine de société - Premières va- cances 15:15 C'est ma vie - Magazine de société - J'ai trouvé l'amour en Russie 16:25 C'est ma vie - Magazine de société - Aider un enfant en détresse 17:35 L'été d'«accès prive» - Ma- gazine du show-biz 18:40 Un trésor dans votre

maison - Magazine de services 19:40 Météo 19:45 Le 19.45 20:05 En famille - Série humo-

ristique 20:50 Jamel et ses amis au Marrakech du rire 2012 - Hu- mour 23:00 Jamel et ses amis au Marrakech du RIRE 2011 – Humour

23:00 Jamel et ses amis au Marrakech du RIRE 2011 – Humour Solution Samurai-soduku N°02 N°02CroisésMotsSolution

Solution Samurai-soduku N°02

du RIRE 2011 – Humour Solution Samurai-soduku N°02 N°02CroisésMotsSolution KHROUCHTCHEV AIENT ERRONE LSD

N°02CroisésMotsSolution

KHROUCHTCHEV

AIENT ERRONE LSD CUBEE RI ETOC SESSION

IONISAIS

NUE

DI GAG ESSE

ORGANEAU IRA SEUL ETRON N

C.YEUSE BURE OTASE LAVONS PAN LUETINES ETETES PESEE

DIMENSIONNER USAGEE BO N PLION DEESSE LET EVEILLER I ROTIR A IE QUESTION AG UN
DIMENSIONNER
USAGEE
BO N
PLION DEESSE
LET EVEILLER
I
ROTIR A IE
QUESTION AG
UN TE BADINE
EIRE TES DA
RECOUVREMENT
EM MBA AA TA
NEREE
TURNES
T
AS LUXES S
MotsSolution
N°02Fléchés

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION - Vendredi 29 - Samedi 30 juin 2012 - N° 03 - Première année

Prix : Algérie 10 DA. France : 1 euro / ISSN : 1222-0555

CHINE

Atterrissage du vaisseau spatial habité

Shenzhou-9

Les trois astronautes de la mission Shenzhou-9, parmi les- quels figurait pour la première fois une femme Liu Yang, ont at- terri vendredi en Mongolie inté- rieure, dans le nord-ouest de la

Chine, à l'issue d'une mission réussie de 13 jours, ont rapporté les médias chinois. La capsule du vaisseau spatial Shenzhou-9

a touché le sol comme prévu

du vaisseau spatial Shenzhou-9 a touché le sol comme prévu vendredi matin dans la région autonome

vendredi matin dans la région autonome de Mongolie inté- rieure (nord). La mission habi- tée Shenzhou IX a pu réaliser le premier amarrage manuel en orbite jamais effectué par la Chine et marque une étape im- portante du programme de vols habités visant à doter ce pays d'une station orbitale habitée

vers 2020.

L'ONU proclame le 20 mars Journée internationale du Bonheur

L'Assemblée générale de l'ONU a proclamé jeudi le 20 mars Journée in- ternationale du Bonheur, dans une résolution adoptée par consensus. L'Assemblée souligne que «la re- cherche du bonheur est un des objec- tifs fondamentaux de l'être humain». La résolution demande aux 193 pays membres de célébrer cette journée

«de manière appropriée, notamment par des activités éducatives». L'idée avait été lancée par le petit royaume bouddhiste himalayen du Bhoutan, qui a adopté comme statis- tique officielle le «Bonheur national brut», plutôt que du Produit national brut. Le calendrier onusien compte déjà quelque 120 journées mondiales

ou internationales, sur des thèmes aussi divers que les femmes rurales (15 octobre), le jazz (30 avril) ou les oi- seaux migrateurs (14/15 mai). Le 20 mars est déjà la journée inter- nationale de la Francophonie.

HISTOIRE Le retard dans la réalisation d'un film sur l'Emir Abdelkader est du à la médiocrité des scénarios proposés

Le président de la Fondation Emir Abdelkader, M. Mohamed Boutaleb a affirmé, jeudi à Alger, que le retard ac- cusé dans la réalisation d'un film his- torique sur la vie et l'oeuvre de l'Emir Abdelkader est du à la médiocrité des scénarios proposés. Lors d'une conférence animée au forum du quotidien El Moudjahid, M.Boutaleb a souligné que tous les scénarios proposés depuis 2007 pour

la réalisation d'un film sur l'Emir Ab-

delkader «ne sont pas à la hauteur de cette personnalité emblématique de l'histoire de l'Algérie». Il a, d'autre part, exprimé sa crainte de voir

«l'image de l'Emir dénaturée», sou- haitant que le scénario qui lui sera consacré soit aussi réussi que celui du film consacré au héros de la résis- tance libyenne, Omar El Mokhtar, dont le rôle a été incarné par Anthony Quinn. Par ailleurs, M. Boutaleb a proposé d'instituer une Journée mondiale de l'Emir Abdelkader le 27 novembre de chaque année, date de l'allégeance à

l'Emir Abdelkader en 1832 dans la val- lée de Ghris à Mascara. Il s'agit là, a-t-il dit, de l'un des principaux objectifs tracés par la fon- dation éponyme, créée il y a 20 ans.

tracés par la fon- dation éponyme, créée il y a 20 ans. MÉDÉA Enregistrement de 8

MÉDÉA

Enregistrement de 8 départs de feux en une seule journée

Huit (8) départs de feu ont été enregis- trés durant la journée de mercredi à des intervalles réguliers dans diffé- rentes localités de la wilaya de Médéa provoquant la destruction de plusieurs plantations fruitières et des hectares de cultures céréalières, a-t-on appris jeudi auprès de la Protection civile. Selon la même source, d’importants moyens d’ntervention ont été déployés sur le terrain par la Protection civile, appuyés par des équipes de la Conser- vation des forêts, venus en renfort de différentes localités de la région, pour circonscrire ces foyers d’incendie qui menaçaient de s’étendre à des zones d’habitations situées à proximité des lieux des sinistres. L’incendie le plus important s’est produit au village de Kherachif, dans la commune de Beni- Slimane, à l'est de Médéa, où l’on dé- plore la perte de 25 hectares de blé dur, des plantations d’arbres rustiques, 120 bottes de pailles et une vingtaine de sacs de blé, alors qu’un autre départ de feu, enregistré, presque simultané- ment, au niveau du village de Beni-Am- rane, à la limite de la wilaya de Bouira, a provoqué la destruction de plusieurs plantations fruitières et d'arbres rus- tiques, ainsi que des équipements d’ir- rigation et des câbles électriques, a-t-on indiqué. Une perte de 1000 arbres rustiques et quatre hectares de couvert végétal a été déplorée lors d’un autre départ de feu survenu à Betamia, dans la com- mune d’El-Haoudine, au Nord-est de la wilaya. En outre, il a été enregistré la destruction de près de quatre hectares de culture céréalière et des équipe- ments d’irrigation, au cours d’un feu de récolte à Ouled Mouna, dans la com- mune de Maghraoua, dans la daira de Tablat, a relevé la Protection civile de la wilaya de Médéa.

a relevé la Protection civile de la wilaya de Médéa. COUPURE DE COURANT Des quartiers du
a relevé la Protection civile de la wilaya de Médéa. COUPURE DE COURANT Des quartiers du

COUPURE DE COURANT

Des quartiers du «Grand Cheraga» dans le noir

Karim H.

Les résidents du grand Che- raga, route de l’aérodrome, vi- vent depuis ces dernières vingt-quatre heures, dans l’anxiété et la colère, face aux très fréquentes coupures de courant électrique, de toute- saussi fréquentes coupures d’eau. La situation est dramatique pour les mé- nages comme pour les com- merçants qui subissent de graves préjudices, avec à la clé, la détérioration d’appareils électro ménagers et des pro- duits alimentaires pour les commerçants, ce sont des pertes inestimables, des per- turbations fréquentes dans leurs activités, allant parfois jusqu’à la fermeture pour le simple du site. Les résidents ne savent pas

à qui se plaindre et qui pourra recevoir leurs doléances, d’au- tant que de telles situations

sont fréquentes survenant par- fois sans préavis. Le prétexte souvent invoqué de pics de consommation qui amènent à des ruptures dans l’alimenta-

tion des foyers et des commer- çants laissent sceptiques les populations concernées. Que dire des perturbations égale- ment dans la continuité dans la

continuité des services pu- bliques, administrations, banques, hôpitaux, ou là aussi le préjudice reste élevé.

D N

hôpitaux, ou là aussi le préjudice reste élevé. D N MÉTÉO Il fera moins chaud 36°

MÉTÉO

Il fera moins chaud

36°

Les services de l’Office na- tional de la météorologie pré- voient des températures de 36°C avec un vent sud-ouest de 20/30/km/h et un temps partiellement voilé devenant pré-orageux en soirée. En ce qui concerne la jour- née du dimanche 01 juillet, elle connaitra un temps doux et pré-orageux avec un vent faible et des températures qui varieront entre 34/36°C selon la même source.

un temps doux et pré-orageux avec un vent faible et des températures qui varieront entre 34/36°C