Vous êtes sur la page 1sur 34

REVUE DE PRESSE DU 23 DECEMBRE 2008 AU 6 JANVIER 2009

VIE INTERNE...................................................................................................................................................... 3
AGENDA .............................................................................................................................................................. 3
François Bayrou sera l’invité de Valérie Trierweiler sur Direct 8, mardi 6 janvier à 22h30 dans
l'émission "politiquement parlant". ............................................................................................................. 3
INTERVIEW MODEM DE LA SEMAINE : FRANCK FAVEUR................................................................................. 3
REACTIONS ET INTERVENTIONS......................................................................................................................... 3
François Bayrou .............................................................................................................................................. 3
Vœux 2009 .................................................................................................................................................. 3
29 décembre 2008 - La résolution du conflit Israël/Gaza est une "priorité" pour le monde ....................... 4
Marielle de Sarnez........................................................................................................................................... 4
1er janvier 2009 - Réaction de Marielle de Sarnez aux voeux du président de la République .................... 4
Jean Peyrelevade ............................................................................................................................................. 5
Libération - 23 décembre 2008 - Pour en finir avec les paradis fiscaux, par Jean Peyrelevade ................. 5
Députés européens .......................................................................................................................................... 6
30 décembre 2008 - Budget de l'Union pour 2009 : un vote sans enthousiasme ........................................ 6
Olivier Henno et Jean-Marie Vanlerenberghe ................................................................................................ 7
6 janvier 2009 - La solidarité territoriale, grande oubliée du plan de relance............................................. 7
Corinne Lepage ............................................................................................................................................... 9
5 janvier 2009 - Chronique de Corinne Lepage sur France Culture le 5 janvier......................................... 9
LE MODEM DANS LES MEDIAS .................................................................................................................. 10
PRESSE .............................................................................................................................................................. 10
Vœux de François Bayrou............................................................................................................................. 10
Divers journaux 29 et 30 décembre 2008 - Bayrou présente ses voeux pour 2009 .................................. 10
Le Monde ...................................................................................................................................................... 11
1er Janvier 2009 - M. Hamon (PS) : le président "à l'aise pour se décerner des palmes"......................... 11
Le Figaro ....................................................................................................................................................... 12
5 Janvier 2009 - France TV: les critiques de Bayrou ................................................................................ 12
26 décembre 2008 - Européennes : Bayrou campe sur sa ligne d'indépendance ...................................... 12
AUDIOVISUEL ................................................................................................................................................... 13
François Bayrou ............................................................................................................................................ 13
François Bayrou était l’invité de Nicolas Demorand sur France Inter lundi 5 janvier 2009 à 8h20......... 13
Marielle de Sarnez......................................................................................................................................... 14
Confidences sur Canal+ le 21 décembre ................................................................................................... 14
LE MODEM EN REGIONS ............................................................................................................................. 15
NORD ................................................................................................................................................................ 15
Maville.com - 27 décembre 2008 - Martine Aubry boucle « une année très lourde »... mais quelle année !
................................................................................................................................................................... 15
La Voix du Nord - 27 décembre 2008 - Olivier Henno (MoDem) plaide pour la solidarité territoriale.. 15
Nord Eclair - 27 décembre 2008 - L'après municipales... ......................................................................... 16
Nord Eclair - 26 décembre 2008 – Tourcoing : Un maire au premier tour ............................................... 17
OUEST ............................................................................................................................................................... 18

FJ - 1
La Nouvelle République - 30 décembre 2008 - Il faut aller plus loin dans la transparence ?................... 18
Ouest France - 28 décembre 2008 - Louisette Bourdin en Égypte avec le Premier ministre.................... 19
SUD-OUEST ....................................................................................................................................................... 19
31 décembre 2008 - Lettre du Mouvement démocrate de Haute-Garonne au Président de la République
................................................................................................................................................................... 19
Sud-Ouest - 31 décembre 2008 - La parole du chef.................................................................................. 20
Sud-Ouest - 31 décembre 2008 – le Bouscat : Le tramway provoque une tempête politique .................. 21
La Dépêche - 31 décembre 2008 - Villemur. Petit réveillon chez Molex mais grands soutiens............... 21
RHONE .............................................................................................................................................................. 22
Lyon capitale – 6 janvier 2009 - Michel Mercier sur le départ ? .............................................................. 22
ACTUALITES – DIVERS................................................................................................................................. 24
LOIS VOTEES..................................................................................................................................................... 24
30 décembre 2008 - Loi de finances rectificative 2008 ............................................................................ 24
27 décembre 2008 – Loi de finances 2009................................................................................................ 24
ELECTIONS EUROPEENNES ............................................................................................................................... 24
La Provence - 27 décembre 2008 - Élections européennes : le mode d'emploi ........................................ 24
ELECTIONS REGIONALES ................................................................................................................................. 25
Le Figaro - 29 décembre 2008 - Régionales : Juppé s'interroge ............................................................... 25
Libération - 31 décembre 2008 - 2009, année du volontarisme politique................................................. 26
La Croix - 30 décembre 2008 - Ce que la classe politique attend des vœux de Nicolas Sarkozy............. 27
INDEPENDANCE DES MEDIAS ............................................................................................................................ 29
Le Monde/AFP - 26 décembre 2008 - Plus de 10.000 signatures pour la pétition pour l'indépendance de
l'AFP .......................................................................................................................................................... 29
REFORME DES COLLECTIVITES ........................................................................................................................ 29
Paris-Côte d’azur - 29 décembre 2008 - Les assemblées territoriales : souffle le vent de la réforme. .... 29
20 minutes - 29 décembre 2008 - La fusion des régions et des départements: «pour bientôt» selon l'UMP,
« pas si vite », répond Balladur ................................................................................................................. 30
France Soir - 29 décembre 2008 - Collectivités - “Bientôt” la fusion départements-régions .................. 31
AFP - 28 décembre 2008 - La fusion départements-régions "pour bientôt", selon un porte-parole de
l'UMP......................................................................................................................................................... 31
REDEVANCE TV ............................................................................................................................................... 32
6 Janvier 2009 - Hausse de la redevance votée en commission au Sénat ................................................. 32
MODEM – NOUVEAU CENTRE… ..................................................................................................................... 32
Le Point 1er décembre Majorité - Un parti d'ouverture pour Sarkozy...................................................... 32
Le Figaro - 26 décembre 2008 - Les ex-UDF ralliés à Nicolas Sarkozy découvrent les risques de la
différence. .................................................................................................................................................. 33
BERNARD TAPIE ............................................................................................................................................... 34
France 2 serait en colère contre Bernard Tapie ......................................................................................... 34
Audience de la pièce :................................................................................................................................ 34

FJ - 2
VIE INTERNE

AGENDA

FRANÇOIS BAYROU SERA L’INVITE DE VALERIE TRIERWEILER SUR DIRECT 8, MARDI 6 JANVIER A 22H30 DANS
L'EMISSION "POLITIQUEMENT PARLANT".

http://www.mouvementdemocrate.fr/agenda#Mon%20Jan%2005%2015:15:06%20CET%202009

INTERVIEW MODEM DE LA SEMAINE : FRANCK FAVEUR

Interview MoDem de la semaine Franck Faveur (Président des Jeunes Démocrates)


http://www.dailymotion.com/video/k5b7PqMLNJVUwjSOET

REACTIONS ET INTERVENTIONS

FRANÇOIS BAYROU

VŒUX 2009

« Je suis très heureux de vous adresser mes voeux pour 2009, à vous, à vos proches, à tous ceux qui vous
entourent. 2009 est une année nouvelle qui prend la place d'une année qui restera dans nos mémoires à tous -et
je crois aussi dans les livres d'histoire- comme l'année où l'on aura ouvert les yeux et découvert la ruine du
modèle que l'on voulait nous faire vivre depuis des années. Un modèle, vous le savez, qui était fondé beaucoup
sur les puissances financières, sur l'importance prise par l'argent dans la société, et qui a fini par s'écrouler en
emportant avec lui beaucoup d'illusions et en créant beaucoup de drames. (lire la suite)
Nous avons une obligation pour l’année nouvelle : inventer un modèle nouveau. Et au fond ces vœux n’ont
qu’un sens : celui de dire qu’il existe un autre chemin.

Nous voulons une société, bien entendu, efficace, créative et prospère, mais à condition qu’elle ne soit pas
assise sur l’injustice.

Nous voulons une société qui soit solidaire à l’égard de ceux qui ont des difficultés mais aussi à l’égard des
générations qui viennent. La solidarité au travers du temps, au travers des générations, c’est cela que l’on
appelle le durable. Cela commence par l’éducation et cela trouve ses prolongements dans ces grands sujets que
vous connaissez tels que le climat, la biodiversité…, qui touchent à la vie et à la planète sur laquelle nous
sommes embarqués.

Nous voulons une société qui soit transparente. C’est-à-dire dans laquelle les décisions qui sont prises soient
des décisions expliquées, justes et fondées sur la vérité que l’on dit aux citoyens.

Vous voyez que nous sommes assez loin de tout cela et c’est la raison pour laquelle nous avons un gros travail
devant nous.

FJ - 3
Il existe un autre chemin et nous allons le construire.

Je ne veux pas achever ces vœux sans dire que, bien entendu, il y a ces enjeux collectifs très importants, mais il
y a aussi tous les enjeux de notre vie personnelle et familiale.
Tous les enthousiasmes, les défis, les difficultés, et aussi beaucoup de joie et de petits bonheurs, existent autant
dans les moments de crise que dans les moments où tout semble aller bien.

C’est à ces petits bonheurs et à cette espérance que je veux dédier les vœux que je forme pour chacun et
chacune d’entre vous pour cette année 2009 ».

http://www.dailymotion.com/video/k6E4x7Kc7Rkh6cTdP9
et http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-voeux-2009-301209.html

29 DECEMBRE 2008 - LA RESOLUTION DU CONFLIT ISRAËL/GAZA EST UNE "PRIORITE" POUR LE MONDE

François Bayrou, président du Mouvement Démocrate, appelle la communauté internationale à faire de la


résolution du conflit entre Israël et Gaza sa "priorité", afin d'"inverser ce qui apparaît aujourd'hui comme une
irréversible fatalité".
"L'affrontement qui a été déclenché à Gaza doit être regardé avec un immense souci pour la région et pour le
monde. Cet affrontement brutal est le résultat d'une montée des tensions où se sont enchaînés blocus, rupture de
la trêve, multiplication des tirs de roquettes, attaques aériennes avec leurs nombreuses victimes. Cet
enchaînement ne peut entraîner qu'une dégradation durable de la situation..."
Selon François Bayrou, "le gouvernement israélien, les responsables palestiniens, les gouvernements arabes,
ont une immense responsabilité, celle de mettre un terme sans délai au conflit armé, de mettre en place les
conditions d'un cessez-le-feu immédiat, avant de penser à une consolidation et une pacification durables"."La
communauté internationale doit faire de la résolution de ce drame sa priorité, et l'Union européenne prendre
toute sa responsabilité pour inverser ce qui apparaît aujourd'hui comme une irréversible fatalité".
http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-conflit-israel-gaza-291208.html

MARIELLE DE SARNEZ

1ER JANVIER 2009 - REACTION DE MARIELLE DE SARNEZ AUX VOEUX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Marielle de Sarnez, vice-présidente du Mouvement Démocrate, a déclaré être "restée sur sa faim alors qu'en ces
temps difficiles, nous étions en droit d'attendre des perspectives, une vision, un cap". "Sans beaucoup de
novations - bien qu'on nous ait annoncé un exercice renouvelé - Nicolas Sarkozy a délivré un discours très
abstrait, sans rien de précis pour les Français, avec beaucoup de déjà vu et entendu", a-t-elle déclaré. Marielle
de Sarnez craint que "le plan de relance massif évoqué par le président ne soit pas de nature à relancer la
croissance. J'aurais aimé en entendre plus sur ce sujet". Elle a ajouté "Quant à la solidarité également évoquée,
je me méfie des mots, je préfère les actes".

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/sarnez-reaction-voeux-sarkozy-311208.html

FJ - 4
JEAN PEYRELEVADE

LIBERATION - 23 DECEMBRE 2008 - POUR EN FINIR AVEC LES PARADIS FISCAUX, PAR JEAN PEYRELEVADE

Faut-il supprimer les «paradis fiscaux» ? Oui, bien entendu. Est-ce techniquement difficile ? Même pas, il y
suffirait d’un peu de volonté politique. Encore faudrait-il savoir de quoi l’on parle exactement. Une même
appellation recouvre des réalités fort différentes et cette confusion sémantique facilite la défense par les Etats
concernés des privilèges territoriaux auxquels ils tiennent le plus : le tout, sur lequel ils sont presque partout en
règle, cache la partie où ils tiennent à ne pas le devenir. Il faut donc être plus précis dans l’accusation.
La première critique émise contre les paradis fiscaux fut qu’ils étaient des lieux de recyclage de l’argent du
crime, de la drogue et du terrorisme. L’attentat du 11 Septembre a mis fin à la négligence coupable avec lequel
ce problème était jusqu’alors traité. L’énergie déployée par les Etats-Unis a permis de durcir partout les
procédures de lutte contre le blanchiment. Aucun pays civilisé n’oserait aujourd’hui s’exonérer de ces
obligations. Secret bancaire ou pas, le Luxembourg, la Suisse, Monaco, les îles anglo-normandes ont pris les
mesures nécessaires. Certes, la perfection n’est pas de ce monde mais ce premier aspect semble avoir été
correctement traité.
Le second est beaucoup plus préoccupant : dans de nombreux endroits de la planète et notamment les îles de
l’océan Indien ou des Antilles, les structures financières locales échappent, hors la question du blanchiment, à
toute régulation digne de ce nom. Les transactions, légales au sens strict du terme, y sont donc caractérisées par
un haut niveau d’opacité et de prise de risque. Sans doute n’est-ce pas un hasard si les deux tiers des 10
000 hedge funds existants sont domiciliés dans de tels paradis réglementaires (à nouveau, ce n’est le cas ni au
Luxembourg, ni en Suisse, ni à Monaco qui appliquent en matière de régulation bancaire des règles similaires
aux nôtres).
Une telle faille dans le dispositif compromet tout effort mondial de régulation financière : les institutions et les
actifs qu’elles gèrent iront toujours chercher refuge auprès du moins-disant réglementaire, cette migration
portant atteinte à l’efficacité de l’ensemble. La solidité de la chaîne étant celle de son maillon le plus faible, la
réponse technique et politique à cet état de carence est simple. Il suffit, le moment venu, que les régulateurs
interdisent à leurs banques nationales toute transaction avec ces territoires (menace qui fut largement utilisée
dans la lutte contre le blanchiment). Encore faut-il, auparavant, affirmer le principe d’une régulation mondiale,
ce qui n’est pas encore acquis. Le troisième point est proprement fiscal et là, le Luxembourg, la Suisse et
quelques autres sont directement en cause. Contrairement à ce qui est trop souvent affirmé, ce n’est pas leur
secret bancaire qui est ici en cause (n’est-il pas également inscrit dans la loi française ?) mais le fait qu’il sert à
fonder un refus de coopération avec les autorités fiscales des pays étrangers. Ainsi le paradis fiscal (le terme est
ici parfaitement approprié) se rend-il complice de fraude fiscale, et donc de détournement de la loi d’autrui.
Comment y mettre fin ? Rien de plus facile. Les Etats-Unis ont fait en sorte que nulle part au monde le secret
bancaire ne puisse plus être opposé à leurs autorités fiscales. Une réglementation de 2001, dite des
«intermédiaires qualifiés», impose à toute banque étrangère de leur déclarer la liste des citoyens américains
ayant un compte chez elle. Celles qui refusent de se soumettre à cette discipline s’exposent à être interdites
d’activité sur le territoire américain. Les grandes banques se sont toutes inclinées. Conclusion : il n’existe plus
de secret fiscal, ni suisse ni luxembourgeois, à l’égard des Etats-Unis.
Qu’attend la France pour faire de même et demander l’application d’une sorte de clause de la nation
fiscalement la plus favorisée ? Et si Nicolas Sarkozy est sincère dans sa volonté de lutte contre les paradis
fiscaux, qu’attend-il pour demander le vote par le Parlement des textes correspondants ? Le quatrième et dernier
aspect ne relève pas des paradis fiscaux, mais du «dumping fiscal» pratiqué de la manière la plus officielle, la
plus transparente, la plus explicite qui soit. Ainsi de l’Irlande et d’un certain nombre de pays d’Europe centrale
en matière d’impôt sur les sociétés, ainsi du Royaume-Uni avec son régime dit de «résident non domicilié»,
scandaleusement favorable aux riches étrangers venant s’installer sur son territoire puisqu’ils sont pratiquement
FJ - 5
exonérés de tout impôt sur le revenu. La réponse est ici de nature purement politique. Elle consiste à réaffirmer
sans cesse la nécessité d’une harmonisation fiscale européenne et à mettre publiquement en cause des
comportements aussi peu coopératifs que ceux de Londres, de Dublin et de quelques autres capitales. N’est-ce
pas cela aussi la refondation du capitalisme ?

http://www.liberation.fr/economie/0101307384-pour-en-finir-avec-les-paradis-fiscaux

DEPUTES EUROPEENS

30 DECEMBRE 2008 - BUDGET DE L'UNION POUR 2009 : UN VOTE SANS ENTHOUSIASME

Tribune de Nathalie Griesbeck, rapporteur permanent pour les fonds structurels au sein de la Commission des
budgets du Parlement européen :
Les élus de l'Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe (ADLE) ont apporté cette semaine "un
soutien sans enthousiasme" au compromis obtenu sur le budget 2009 en conciliation avec le Conseil...
Certes, plusieurs points positifs peuvent être soulignés tels que :
une aide alimentaire plus importante en faveur des plus démunis via les banques alimentaires ;
une plus grande prise en considération des objectifs de sécurité des approvisionnements énergétiques.
des moyens plus importants pour l'agence Frontex ;
une augmentation substantielle des crédits affectés au fonds d'aide aux réfugiés
la création d'un instrument financier permettant une facilité budgétaire de 1,8 milliards sur trois ans pour aider
le travail des agriculteurs des pays en voie de développement les plus touchés par la flambée des prix
alimentaires ;
Il n'en demeure pas moins que le niveau global des crédits de paiement a été voté à un niveau historiquement
bas, 116,096 milliards, soit 0,894% du revenu national brut, notamment en ce qui concerne les crédits affectés
aux fonds structurels, instruments financiers qui constituent pourtant par excellence l'effort de cohésion, de
solidarité et de compétitivité en faveur de l'ensemble de nos territoires.
Dans ce contexte, il est évident que nous serons particulièrement attentifs au cours de l'exercice 2009 à ce que
les Etats membres apportent les cofinancements nécessaires à une pleine consommation des crédit disponibles
et à ce que les budgets rectificatifs, qui ne manqueront pas de nous être réclamés par la Commission
européenne, respectent bien les objectifs politiques que nous nous sommes fixés, notamment en ce qui concerne
les politiques les plus importantes en cette période de crise économique, c'est-à-dire celles qui devraient avoir
un impact immédiat sur l'économie et sur les emplois. Face à l'importance croissante des compétences de
l'Union, force est de constater que ses ressources propres de ne permettent pas de faire face à l'ensemble des
besoins de l'Europe. Alors que le cadre financier pluriannuel 2007-2013 avait déjà été jugé, lors de son adoption
par les Etats membres en décembre 2005, comme étant particulièrement étriqué, peu ambitieux et ne
correspondant pas aux objectifs que s'est donnés une Europe désormais forte de 27 Etats membres, il apparaît
de plus en plus urgent de réformer le système actuel des ressources propres de l'Union.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/griesbeck-vote-union-301208.html

FJ - 6
OLIVIER HENNO ET JEAN-MARIE VANLERENBERGHE

6 JANVIER 2009 - LA SOLIDARITE TERRITORIALE, GRANDE OUBLIEE DU PLAN DE RELANCE

Olivier Henno et Jean-Marie Vanlerenberghe s'expriment dans les Echos à propos du plan de relance.

"Les décideurs économiques et politiques français et étrangers ont enfin pris conscience de l'ampleur de la crise.
Ils reconnaissent qu'elle dépasse largement les habituelles crises conjoncturelles et qu'elle va changer pour
longtemps l'économie, la société et la politique. Malheureusement, très peu en ont mesuré les conséquences
sociales et territoriales...

N'en déplaise à Alain Minc, ce sont les personnes les plus modestes qui vont être touchées par cette crise. La
France « qui se lève tôt » va durement souffrir de la récession économique. Il ne suffit pas de déclarer de
manière méprisante : « Quand on est fonctionnaire, possesseur d'un Livret A, on n'est pas touché par la crise »,
pour démontrer que seuls les gens riches vont perdre de l'argent.

Les travailleurs pauvres, et notamment les intérimaires, sont les premières victimes des plans sociaux. Raison
de plus pour que l'Etat intervienne en faveur du pouvoir d'achat des plus modestes, non seulement pour éviter
que l'économie tourne au ralenti, mais aussi et surtout pour des raisons élémentaires de justice et de solidarité.

L'impact de cette crise sera dramatique sur le plan social mais aussi sur le plan territorial. Elle va en effet
frapper les régions les plus pauvres comme le Nord-Pas-de-Calais, car les secteurs en grave récession
économique, le bâtiment et l'automobile, sont des industries de main-d'oeuvre.

A elle seule, la crise de l'industrie automobile va engendrer une véritable fracture territoriale. Cette industrie,
qui fut l'outil de la reconversion industrielle des années 1970 et 1980, emploie directement ou indirectement 10
% de la population active de notre pays. Son poids économique dans le Nord-Pas-de-Calais pèse plus
lourdement encore. Elle représente 55.000 emplois directs, plus de 20 % de l'économie régionale globale, et
beaucoup plus encore dans certains territoires comme le Douaisis, le Valenciennois ou l'Avesnois.

C'est un véritable tsunami social qui se profile dans notre région. Regardons la réalité économique et sociale de
ce début d'année en face. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : la Française de Mécanique (3.800 salariés), PSA
(2.300 salariés), Renault Douai (5.400 salariés), Toyota Valenciennes (3.300 salariés), Maubeuge Construction
Automobile (2.300 salariés) et beaucoup d'autres ont arrêté leur activité pour quelques semaines. C'est en tout
au moins 40.000 salariés de l'industrie qui seront en chômage technique au mois de janvier. Au-delà des
conséquences immédiates en termes de pouvoir d'achat pour ces familles, il règne un grave climat d'incertitude
sur les conséquences de la crise en termes d'emploi. Les intérimaires et les sous-traitants sont déjà touchés. A
titre d'exemple :

- Sevelnord Hordain se sépare de 400 intérimaires.

- Valeo Etaples se sépare de 150 intérimaires après seulement huit jours d'ouverture en décembre.

- MCA Maubeuge se sépare de 500 intérimaires et annonce l'arrivée d'un responsable social, ce qui fait planer
l'angoisse d'un prochain plan social.

Selon l'Association régionale de l'industrie automobile (Aria), personne ne mesure encore précisément les
FJ - 7
conséquences de la crise. Les entreprises naviguent à vue, utilisent beaucoup le chômage technique et la
flexibilité jusqu'en février prochain. Mais après...

A cette crise de l'industrie automobile s'ajoutent aussi la crise de la VPC (La Redoute, Les 3 Suisses) avec
encore plusieurs milliers d'emplois en danger, et, comme dans toutes les régions, la crise du bâtiment, industrie
de main-d'oeuvre. Il y a donc urgence à agir, à exiger de l'Etat des mesures en faveur des régions qui vont être
sinistrées. Une discrimination positive en faveur des territoires plus impactés par la crise se justifiait et
s'imposait. Malheureusement, il n'en est rien : la solidarité territoriale est la grande oubliée du plan de relance.

En d'autres temps, les élus auraient hurlé pour exiger un plan de l'Etat pour mener cette deuxième bataille de la
reconversion industrielle. Aujourd'hui, ils sont étrangement silencieux. Le silence des parlementaires UMP n'est
pas en soi surprenant. Leurs propos et actions sont motivés par le seul soutien au président de la République.

La timidité des parlementaires PS est plus surprenante. Est-ce un phénomène psychologique ? Ceux qui ont
mené la bataille de la première reconversion industrielle ont-ils encore assez d'énergie pour mener ce nouveau
combat pour une solidarité territoriale ? Ou alors est-ce tout simplement une anesthésie qui résulte des combats
internes du congrès de Reims ? Quelles que soient les raisons de ce silence des élus, bonnes ou mauvaises, nous
pensons qu'il est urgent de le rompre. C'est pourquoi nous prenons délibérément l'initiative de demander un
volet territorial du plan de relance en faveur des régions qui seront les plus lourdement frappées par la crise.

Quelque 70 % des investissements publics sont financés par les collectivités. Cette ambition repose sur l'impôt
local ou sur l'emprunt. Le volet territorial d'un nouveau plan de relance stimulerait l'investissement et
accélérerait la mutation économique. Cette politique d'aménagement du territoire tant attendue pourrait se
traduire par un certain nombre de mesures :

- le renforcement temporaire de la dotation globale de fonctionnement pour les collectivités des bassins les plus
touchés par le chômage ;

- la création de zones franches ponctuelles et spécifiques pour certains territoires très touchés comme ce qui
s'est fait dans les Ardennes ;

- la réalisation d'équipements structurants financés à 100 % par l'Etat, comme de nouveaux sillons ferroviaires
pour le TER ou le fret (par exemple entre Arras, le bassin minier et la métropole lilloise), des équipements
portuaires sur la façade maritime pour la mise en place de « l'autoroute de la mer » ou encore le canal Seine-
Nord en choisissant de dispenser le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, celui de Picardie ou les conseils
généraux de participer à son financement.

Cette crise est une épreuve douloureuse, redoutable pour la France et pour l'Europe. Nous n'en sortirons qu'au
prix d'efforts partagés, justes et équilibrés. Voilà pourquoi la question de l'aménagement du territoire en France
et plus encore en Europe est pour nous l'une des clefs qui permettront de triompher de cette crise. "

Olivier Henno (Modem) est maire de Saint-André et premier vice-président de Lille Métropole.
Jean-Marie Vanlerenberghe (Modem) est maire d'Arras et président de la communauté urbaine d'Arras.

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/vanlerenberghe-henno-plan-relance-solidarite-territoriale-oubliee-
060109.html

FJ - 8
CORINNE LEPAGE

5 JANVIER 2009 - CHRONIQUE DE CORINNE LEPAGE SUR FRANCE CULTURE LE 5 JANVIER

Pour cette première chronique de l'année 2009, je présente bien entendu mes voeux à chacun d'entre vous, de
santé, de joies,de réussite et de succès . Ces voeux individuels doivent bien évidemment s'accompagner de
voeux collectifs. Mais, quels voeux faut-il formuler pour notre pays en 2009 ?

Tout d'abord, ne pas nous tromper d'objectif. Il serait bien possible que la réticence de la France à entrer dans
l'hyperlibéralisme, qui a été présentée comme un retard et une incongruité devienne un avantage compétitif...
Le maintien des services publics, une sécurité sociale et un régime de protection sociale effectifs, un régime
d'indemnisation du chômage qui reste protecteur, un système de retraite par répartition qui n'a pas fait les frais
du drame des retraites par capitalisation, un taux d'emprunt des ménages qui a été maintenu à un niveau
raisonnable, tout ceci constitue aujourd'hui des forces incontestables pour affronter les orages qui montent. A la
condition bien sûr que ce ne soit pas le moment choisi pour engager ou renforcer des réformes dont l'objectif
serait précisément de nous précipiter dans le reaganisme à l'époque où les États-Unis et la Grande-Bretagne
vont en sortir...
Ensuite, prendre le bon tournant économique. Nous ne peut douter aujourd'hui qu'un deuxième plan de relance
s'avérera indispensable très rapidement. La question n'est même pas celle de savoir si nos finances publiques
peuvent le supporter, puisque nous savons tous qu'en temps normal, il ne pourrait en être question. Mais, à
circonstances exceptionnelles , règles exceptionnelles. La question est de savoir à quoi doit servir ce plan de
relance. À l'évidence, à financer les investissements dans les secteurs qui seront la base de l'économie du XXIe
siècle, c'est-à-dire les énergies renouvelables, l'éco efficience dans tous les domaines à commencer par le
bâtiment, la recherche et l'économie de la connaissance, les outils de la société du réseau. Mais il ne s'agit pas
seulement de financer les investissements, il s'agit également de former nos concitoyens pour leur permettre
d'accéder aux nouveaux métiers, ce qui signifie que le traitement social du chômage inhérent à la récession qui
s'annonce doit être aussi un traitement en termes de formation professionnelle. C'est la raison pour laquelle le
fléchage de crédits vers d'autres secteurs économiques que ceux qui viennent d'être énumérés, dans le seul but
de sauvegarder une activité qui ne répond plus à la demande, est non seulement parfaitement vain, mais encore
irresponsable dans la mesure où ces fonds ne serviront précisément pas à sortir de la crise. En effet, ils
permettront une survie de secteurs condamnés à la disparition sous leur forme traditionnelle sans donner
l'impulsion nécessaire aux secteurs économiques qui produiront la richesse et les emplois de demain.
Cette révolution économique à laquelle la crise nous incite ne peut se faire que dans un esprit de solidarité et de
justice. La solidarité s'exprime non seulement par le soutien aux plus modestes et aux plus faibles, mais aussi
par l'utilisation de la société de réseau pour permettre le partage des connaissances et des expériences réussies
et l'échange, notamment grâce aux nouveaux réseaux sociaux, dans un esprit coopératif et non plus seulement
lucratif. La justice s'exprime par une nouvelle politique de répartition qui ne peut évidemment pas continuer à
faire supporter par la seule classe moyenne , la charge particulièrement lourde en temps de crise des
conséquences sociales de cette dernière. Elle s’ exprime également par un traitement égalitaire des citoyens
dans tous les domaines, à commencer par celui de la justice elle-même, en mettant un terme à un système à
deux vitesses, d'autant plus répressif à l'égard de la délinquance de droit commun qu’il est laxiste, voire aveugle
à l'égard d'une délinquance financière dont les ravages sont pourtant évidents à tous.
Ce changement de cap n'est possible que pour autant que nous vous revenions aux valeurs fondamentales du
pacte social et du pacte républicain, en y ajoutant le souci constant d’oeuvrer à la survie de l'humanité, laquelle
est réellement mise en péril par les crises écologique et climatique. Nous ne pouvons y parvenir que pour autant
que nous sommes convaincus que plus de consommation de biens non durables n’est pas la fin de toute chose,
que l'argent n’est pas la mesure de tout et que le but de la vie n'est pas d'avoir plus , mais de vivre mieux. Un
FJ - 9
peuple est fort par les valeurs qu'il incarne et les moyens qu’il est prêt à mettre en ouvre pour les faire vivre.
Nous avons l'immense chance d'avoir derrière nous une grande histoire et devant nous une appartenance
européenne qui nous fait partager avec 400 millions de personnes un idéal et une vision de l'avenir si ce n'est
parfaitement identique, au moins commune. Nous avons donc la possibilité et le devoir de réussir, dans cet
espace partagé, non seulement la sortie de la crise mais encore, la construction d'une société compatible et
adaptée aux contraintes et opportunités de ce siècle.
Nous pouvons appliquer à notre situation le célèbre mot de Tristan Bernard que la Gestapo venait d'arrêter:
nous vivions dans la crainte ; nous allons vivre dans l'espérance.

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/lepage-france-culture-chronique-050109.html

LE MODEM DANS LES MEDIAS

PRESSE

VŒUX DE FRANÇOIS BAYROU

DIVERS JOURNAUX 29 ET 30 DECEMBRE 2008 - BAYROU PRESENTE SES VOEUX POUR 2009

François Bayrou souhaite que l'année 2009 vise à construire une société "efficace" mais aussi "solidaire" et
"transparente", dans ses voeux présentés aujourd'hui dans une vidéo sur le site internet du Mouvement
Démocrate (MoDem). Après une année 2008 "où on aura ouvert les yeux et découvert la ruine du modèle dans
lequel on voulait nous faire vivre depuis des années", fondé sur "les puissances financières" et sur "l'importance
prise par l'argent dans la société", "nous avons une obligation pour l'année nouvelle, c'est d'inventer un modèle
nouveau", déclare le président du MoDem. "Il existe un autre chemin, et nous allons le construire", ajoute l'ex-
candidat à la présidentielle dans cette vidéo enregistrée dans son bureau parisien, devant des rangées de livres.
"Nous voulons une société bien sûr efficace, bien sûr créative, bien sûr prospère, à condition qu'elle ne soit pas
assise sur l'injustice", dit-il. "Nous voulons une société qui soit solidaire, à l'égard de ceux qui ont des
difficultés mais aussi à l'égard des générations qui viennent", ajoute le député des Pyrénées-Atlantiques en
citant éducation, climat, biodiversité. "Et nous voulons une société qui soit transparente, dans laquelle les
décisions qui sont prises soient des décisions expliquées et justes, et qui soient fondées sur la vérité que l'on dit
aux citoyens", poursuit-il. "Vous voyez que de tout ça on est assez loin, et c'est pourquoi nous avons un gros
travail devant nous", conclut-il.

Le Figaro :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/12/30/01011-20081230FILWWW00348-bayrou-presente-ses-voeux-
pour-.php
Le Journal du Dimanche :
http://www.lejdd.fr/cmc/scanner/politique/200853/bayrou-inventer-un-modele-nouveau_175632.html?popup
Le Nouvel Observateur :
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/20081230.FAP5847/francois_bayrou_souhaite_une_annee_
2009_solidaire.html

FJ - 10
Challenges :
http://www.challenges.fr/actualite/toute_lactu/20081230.OBS7711/franois_bayrou_prne_la_solidarit_pour_200
9.html
L’Express :
http://www.lexpress.fr/actualites/2/francois-bayrou-veut-dessiner-un-autre-chemin-pour-2009_728849.html
Associated Press :
http://fr.news.yahoo.com/3/20081230/tpl-modem-bayrou-voeux-cfb2994_1.html
La Croix :
http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2360913&rubId=25041
Capital :
http://www.capital.fr/Actualite/Default.asp?source=RE&numero=350863&Cat=GEN
Libération :
http://www.liberation.fr/depeches/0101308581-francois-bayrou-veut-dessiner-un-autre-chemin-pour-2009
Le Monde :
http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-38009579@7-37,0.html
France Antilles :
http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/france/francois-bayrou-veut-dessiner-un-autre-chemin-pour-
2009-30-12-2008-16263.php
Etc.

LE MONDE

1ER JANVIER 2009 - M. HAMON (PS) : LE PRESIDENT "A L'AISE POUR SE DECERNER DES PALMES"

L'allocution du président de la République a été accueillie mercredi 31 décembre dans une certaine indifférence
dans les rangs de l'opposition. Ségolène Royal qui participait à un réveillon à Boulogne-Billancourt avec des
personnes en difficulté, a dit n'avoir pas écouté les voeux de Nicolas Sarkozy. La plupart des responsables de
l'opposition, Martine Aubry, François Bayrou, ou Jean-Marie Le Pen avaient devancé le chef de l'Etat en
diffusant sur Internet leurs propres voeux.
Benoît Hamon, porte-parole du PS, a fustigé l'autosatisfaction de M. Sarkozy : "Comme d'habitude, il n'est
jamais aussi à l'aise que quand il faut se décerner des palmes". Pour l'eurodéputé, le chef de l'Etat n'a pas "une
seconde évoqué le pouvoir d'achat", pas plus que "les plans sociaux qui se multiplient".
Les Verts ont souligné le silence du président sur la crise écologique. "Ses paroles se veulent des baumes, elles
sont tout au plus des somnifères", a commenté la porte-parole des Verts, Cécile Duflot. Dans les rangs du
MoDem, le discours a été jugé "très abstrait". Marielle de Sarnez, numéro deux du parti de M. Bayrou, a
expliqué qu'elle était "restée sur sa faim, alors qu'en ces temps difficiles, nous étions en droit d'attendre des
perspectives, une vision, un cap". Le Nouveau Centre, au contraire, par la voie de François Sauvadet, le
président du groupe à l'Assemblée nationale, s'est félicité "de voir le président de la République continuer à
conduire une politique de réforme intacte".
"OPPORTUNITÉ DE LA CRISE"
A l'UMP, les voeux du président ont été jugés "encourageants". L'UMP a estimé que M. Sarkozy avait "su
trouver les mots pour mobiliser les Français face au défi de la crise qui doit permettre de construire ce nouveau
monde".
Dans un communiqué, le premier ministre François Fillon a salué "la volonté réformatrice réaffirmée par le
président de la République" et estimé qu'il avait montré "la voie de l'espoir en refusant de se résigner". Le
premier ministre a affirmé sa "détermination" "pour agir dans un souci de justice sociale autant que d'efficacité
économique, afin que notre pays saisisse l'opportunité de la crise pour se moderniser et se renforcer". M. Fillon
FJ - 11
a assuré que le plan de relance "sera le fil rouge" du gouvernement. "Nos efforts, a-t-il plaidé, porteront sur
l'investissement et sur l'emploi, condition sine qua non de la survie de notre tissu industriel et de notre pacte
national". Sophie Landrin

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/01/01/m-hamon-ps-le-president-a-l-aise-pour-se-decerner-des-
palmes_1136919_823448.html

LE FIGARO

5 JANVIER 2009 - FRANCE TV: LES CRITIQUES DE BAYROU


AP

Au premier jour de la disparition de la publicité sur les chaînes publiques à partir de 20h, le président du
Modem François Bayrou a estimé aujourd'hui que le service public audiovisuel allait être soumis à une "double
dépendance", "politique" et "financière".
"On va avoir un audiovisuel public qui va être soumis à une double dépendance: une dépendance politique
parce qu'il (le président de France Télévisions, ndlr) sera nommé directement par le pouvoir, le président de la
République, et dépendance financière, budgétaire, parce qu'il va tous les ans quémander son budget", a-t-il
affirmé sur France Inter.
Les chaînes publiques devront "faire la quête, montrer patte blanche auprès du pouvoir en place", créant "une
dépendance de plus, ce qui est souhaitée", selon le leader centriste. On "peut tout à fait imaginer la disparition
de la publicité à condition que les chaînes publiques aient la garantie de leur financement. Or ce n'est pas le cas
aujourd'hui", a-t-il critiqué.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/01/05/01011-20090105FILWWW00290-france-tv-les-critiques-de-
bayrou.php

26 DECEMBRE 2008 - EUROPEENNES : BAYROU CAMPE SUR SA LIGNE D'INDEPENDANCE

Le président du MoDem présentera les têtes de liste de son parti le 8 février.


En vacances en famille quelques jours dans le Béarn pour les fêtes, François Bayrou est bien déterminé à
maintenir le cap qu'il s'est fixé, voilà maintenant un peu plus de deux ans : celui de «l'indépendance totale». Et
d'abord pour les élections européennes de juin prochain, où, dit-il, «notre stratégie d'indépendance ne souffrira
aucune exception».
Cette mise au point fait suite à la proposition du président du Parti radical de gauche (PRG), Jean-Michel
Baylet, qui dans le JDD de la semaine dernière indiquait qu'il envisageait pour les européennes de constituer
des listes avec le MoDem, dont il dit se sentir aujourd'hui plus proche que du PS. En tout cas, sur la question de
l'Europe. Mais, semble-t-il, pas uniquement. «La dernière fois, le PS nous avait baladés et nous n'avions eu
aucun élu au Parlement européen, pas question que cela recommence», explique Jean-Michel Baylet.
Joint par Le Figaro, François Bayrou reconnaît avoir reçu un appel de Jean-Michel Baylet qui souhaitait le
prévenir de sa démarche. Flatté de constater que «les lignes commencent à bouger» en France, le président du
Mouvement démocrate n'en reste pas moins sur la ligne qu'il s'est fixé. Et a poliment décliné l'offre de Jean-
Michel Baylet. «Je suis flatté que des regards se portent vers nous. Mais le choix stratégique de fond qui se
pose, c'est : est-ce qu'on accepte de rester ou pas un satellite du PS ou de l'UMP ? Nous, nous avons clairement
fait le choix de l'indépendance. Nous sommes la garantie qu'il y aura une troisième offre politique dans toutes

FJ - 12
les circonscriptions de France. Je ne me laisserai donc pas détourner de la ligne que nous nous sommes fixée
pour un coup politique ou une élection ponctuelle», confie François Bayrou.
L'héritage de Robert Schuman
Le député des Pyrénées-Atlantiques le martèle : «les manœuvres d'appareils et les tambouilles politiques ne
m'intéressent pas». Il devrait le proclamer le 8 février à la Mutualité de Paris, où il donnera le coup d'envoi de
sa campagne pour les européennes. Il présentera, à cette occasion, les têtes de liste de son parti dans chacune
des huit circonscriptions. Lui-même ne sera pas candidat. Mais il promet de «nouveaux visages». La clôture des
candidatures est fixée au 31 décembre. Vice-présidente du MoDem, chargée de préparer la campagne des
européennes, Marielle de Sarnez, elle-même eurodéputée sortante, assure que «3 500 personnes, réparties en 16
groupes de travail, planchent actuellement» sur le sujet. En 2004, forte de 12 % des suffrages, l'UDF avait
décroché onze sièges à Strasbourg.
À peine six sont restés fidèles au MoDem. Plus l'ancien secrétaire national des Verts Jean-Luc Bennahmias, qui
a rejoint le MoDem, mais siège toujours du côté des écologistes au Parlement européen. Sur fond de crise
mondiale, les analystes du MoDem, qui revendiquent toujours une filiation avec le père de l'Europe, Robert
Schuman, espèrent faire mieux en juin prochain qu'en 2004. La famille centriste était alors divisée sur la
politique gouvernementale menée par l'un de ses anciens, Jean-Pierre Raffarin, et l'attitude à adopter vis-à-vis
de l'UMP. Aujourd'hui, si la famille centriste semble plus que jamais atomisée en une myriade de petits partis
ou de clubs, la ligne du MoDem face au pouvoir en place, elle, est plus claire. François Bayrou, qui a entamé à
cette occasion une tournée des capitales européennes, devrait en tout cas mettre tout son poids dans la bataille.
Après son échec aux municipales à Pau, il se doit de redorer son blason. Marielle de Sarnez, très critique envers
le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, «qui n'a pas été à la hauteur des événements»
de ces derniers mois, devrait faire campagne pour «renforcer le rôle de la Commission».

http://www.lefigaro.fr/politique/2008/12/27/01002-20081227ARTFIG00205-europeennes-bayrou-campe-sur-
sa-ligne-d-independance-.php

AUDIOVISUEL

FRANÇOIS BAYROU

FRANÇOIS BAYROU ETAIT L’INVITE DE NICOLAS DEMORAND SUR FRANCE INTER LUNDI 5 JANVIER 2009 A 8H20.
http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/septdix/index.php?id=75032

Compte-rendu :
François Bayrou était l'invité de Nicolas Demorand sur France Inter ce matin.

Commentant le voyage de Nicolas Sarkozy au Proche-Orient, il a estimé que cette visite en pleine offensive
terrestre israélienne dans la bande de Gaza fait courir "un risque de dispersion" de l'action de l'Union
européenne dans la région.

Le président du Mouvement Démocrate a par ailleurs qualifié de "régression très grave" le projet de réforme du
gouvernement concernant le recrutement des enseignants du secondaire.
(lire la suite)...
Alors que Nicolas Sarkozy commence lundi en Egypte, Cisjordanie et Israël, une tournée éclair de deux jours
au Proche-Orient, pendant qu'une mission européenne pilotée par le ministre tchèque des Affaires étrangères,

FJ - 13
Karel Schwarzenberg, est également présente depuis dimanche dans la région, dans l'espoir d'obtenir un cessez-
le-feu, François Bayrou a déclaré ce matin :
"J'imagine que si Nicolas Sarkozy a choisi d'y aller, c'est parce qu'il a des éléments qui lui permettent de penser
que cette visite va être utile", a-t-il déclaré, évoquant par exemple la possibilité d'obtenir un "cesser-le-feu" ou
un "corridor humanitaire". "S'il pense qu'il a une chance de débloquer quelque chose, il a raison d'y aller, mais
le risque c'est la dispersion", a-t-il ajouté, soulignant que M. Sarkozy n'était plus président de l'UE depuis le 1er
janvier....
Selon le président du Mouvement Démocrate, "le fait qu'il y ait en concurrence et en même temps la délégation
de l'Union européenne officielle et d'un autre côté le président de la République française peut faire courir un
risque de dispersion".
"Si vous avez chacun des pays de l'Union européenne qui s'exprime en son propre nom, ça veut dire
évidemment que l'Union européenne n'a pas de voix et si l'Union européenne n'a pas de voix, eh bien nous ne
pouvons pas nous faire entendre", a-t-il insisté.
A propos du projet de réforme du gouvernement concernant le recrutement des enseignants du secondaire,
François Bayrou, ancien ministre de l'Education nationale, s'est insurgé contre le fait que les enseignants soient
"recrutés sur autre chose que la maîtrise de la discipline qu'ils auront à enseigner". "Je considère que c'est une
régression très grave" contre laquelle il faut que "la communauté universitaire se mobilise", a-t-il dit.
Déplorant la suppression, pour "le principal concours de recrutement des enseignants de l'enseignement
secondaire", le Capes, des "épreuves disciplinaires : les langues pour les linguistes, les mathématiques pour les
mathématiciens, le français, le latin et le grec pour les professeurs de lettres classiques", il a déclaré "c'est une
régression incroyable parce que ça veut dire qu'on ne recrutera les enseignants que sur quelque chose de
totalement subjectif qui est la capacité oratoire dans une épreuve pédagogique".
Les futurs concours de recrutement des enseignants présentés en octobre par le gouvernement et qui
s'appliqueront dès la session 2010, seront organisés, sauf pour l'agrégation, en 4 épreuves, contre de 4 à 8
actuellement selon les disciplines et les concours. Pour être admissibles, les candidats devront passer deux
épreuves écrites orientées sur le savoir académique, avec éventuellement une partie portant sur la connaissance
de "l'épistémologie" de la ou des disciplines.
La nouveauté réside surtout dans les épreuves orales d'admission, qui porteront, en primaire comme dans le
secondaire, davantage sur la capacité à organiser un enseignement (l'"exercice pédagogique") et la connaissance
du système éducatif ("entretien avec le jury").

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/bayrou-france-inter-visite-sarkozy-proche-orient-050109.html

MARIELLE DE SARNEZ

CONFIDENCES SUR CANAL+ LE 21 DECEMBRE


http://www.canalplus.fr/index.php?pid=1895

FJ - 14
LE MODEM EN REGIONS

NORD

MAVILLE.COM - 27 DECEMBRE 2008 - MARTINE AUBRY BOUCLE « UNE ANNEE TRES LOURDE »... MAIS QUELLE
ANNEE !

En politique, elle est la métropolitaine de l'année pour 39 % des lecteurs du panel. Il faut dire que Martine
Aubry aura été sur tous les fronts en 2008 : réélue maire de Lille en mars, élue dans la foulée présidente de la
communauté urbaine de Lille, et désignée cet automne première secrétaire du Parti socialiste.
Ce plébiscite des lecteurs « fait plaisir » à la maire de Lille et présidente de LMCU. « Cela me touche beaucoup
car dans cette région particulièrement, les habitants méritent qu'on se batte pour eux, on doit y mettre de
l'énergie. » Cette distinction « fait chaud au coeur en cette fin d'année ».
Et quelle année ! Cette semaine, Martine Aubry ne cache pas son « envie de souffler » et jette un regard
évidemment satisfait sur 2008.
« Ma réélection à la mairie de Lille, je crois que c'est ce qui m'a apporté le plus de plaisir. C'est la politique au
vrai sens du terme, on connaît les familles, on porte une vision pour la ville qui est proche de ses habitants. »
Martine Aubry redit son attachement à Lille : « C'est une microsociété, les gens de toutes catégories s'y
côtoient, c'est ce qu'il y a de plus exceptionnel ici, c'est une grande force...
» Au soir du second tour des municipales, elle pensait déjà au coup (local) suivant : LMCU. « Je pense que la
gauche aura la majorité, glissait-elle, mais ce qui m'intéresse c'est de rassembler le plus grand nombre
d'hommes et de femmes autour d'un projet. Pas en donnant des postes mais en mettant en place une nouvelle
gouvernance. » Fin avril, une garde rapprochée de dix « premiers vice-présidents » incarnait cette gouvernance
PS-PC-Verts-MoDem.
Le dernier tiers de l'année s'est intensifié. Un livre pour décrire sa vision du socialisme, le congrès de Reims, le
vote si disputé des militants... Et pendant ce temps, LMCU et la mairie de Lille qui devaient « tourner ». « Cela
a été une année très lourde... Le PS, ça n'était pas prévu », confie-t-elle avant d'insister : « Je me suis organisée,
l'équipe à Paris est en place, j'y suis deux jours par semaine, le reste à Lille. Et puis je crois au travail collectif,
renouveler un parti, c'est aussi ne pas toujours mettre le chef en avant ! » Une organisation en place donc, mais
pas le temps de souffler. Un scrutin encore se profile en 2009, les Européennes. Les listes de candidatures
restent à constituer... •
STÉPHANIE FASQUELLE

http://www.tourcoing.maville.com/actu/actudet_-1.-Martine-Aubry-boucle-une-annee-tres-lourde-...-mais-
quelle-annee-_dep-784809_actu.Htm

LA VOIX DU NORD - 27 DECEMBRE 2008 - OLIVIER HENNO (MODEM) PLAIDE POUR LA SOLIDARITE TERRITORIALE

La solidarité territoriale serait-elle la grande oubliée du plan de relance gouvernemental ? C'est l'avis d'Olivier
Henno qui préside le MoDem dans le Nord.
Plus que d'autres, la région Nord - Pas-de-Calais pourrait souffrir de la crise. C'est l'intuition d'Olivier Henno
qui réclame dans le plan de relance gouvernemental un volet « solidarité territoriale ».
Le diagnostic du responsable nordiste du MoDem repose sur une analyse du tissu économique : « Pour le
bâtiment nous serons touchés comme les autres régions, mais pour le secteur automobile qui pèse ici 55 000
emplois et pour la vente à distance, nous serons beaucoup plus touchés que les autres. »
Deux mille adhérents

FJ - 15
Conclusion d'Olivier Henno : « La bataille de la première reconversion industrielle, celle de l'après-mines, a été
gagnée mais il va falloir engager celle d'une seconde reconversion. » Et pour mener cette nouvelle bataille, le
leader centriste n'est pas loin de penser que des mesures inégalitaires, une discrimination positive de l'État en
faveur de la région, se justifient.
« L'État pourrait par exemple dispenser le conseil régional ou les conseils généraux de participer au
financement du canal Seine-Nord », explique l'élu nordiste.
Un autre coup de pouce est jugé souhaitable en faveur des universités. « Il faut sortir de la stricte logique des
appels à projets qui aboutissent à aider un peu plus encore les meilleurs et les plus forts pour réorienter les aides
en fonction des besoins. » L'élu centriste cite d'autres secteurs régionaux qui devraient selon lui bénéficier d'une
plus grande solidarité territoriale de la part de l'État : les infrastructures ferroviaires, le logement, la façade
maritime... Olivier Henno a été réélu à la présidence du MoDem dans le Nord à l'automne. Le mouvement
centriste compte 2 000 adhérents dans le département dont une moitié de nouveaux venus qui se sont engagés
en politique lors de la campagne présidentielle de François Bayrou. « Beaucoup de ces nouveaux militants sont
des 25-40 ans, plutôt diplômés, qui ont un appétit de citoyenneté et qui veulent bousculer les schémas établis,
c'est toujours le centre mais pas la même culture que l'UDF, pour la mobilisation on change de braquet »,
résume Olivier Henno.
http://www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2008/12/27/article_olivier-henno-modem-plaide-
pour-la-solid.shtml?xtor=RSS-2

NORD ECLAIR - 27 DECEMBRE 2008 - L'APRES MUNICIPALES...

Si l'année a commencé fort avec les élections, la vie politique a ensuite vite repris un cours plus normal. Un
classique de l'après municipales. JEAN-FRANÇOIS REBISCHUNG

Juillet et août : sécurité, jeunesse et réforme des institutions. Début juillet, Michel-François Delannoy préside
en tant que maire son premier conseil de sécurité et de prévention de la délinquance. Un sujet toujours épineux.
Il en profite pour annoncer ou rappeler toute une série de mesures : sa police municipale de quartier
(expérimentée depuis juin aux Phalempins), une aide renforcée aux victimes, mais aussi, en matière de
prévention de la récidive, le recours aux travaux d'intérêts généraux ou les réparations pour les mineurs. Quatre
mois après l'élection, c'est le temps des annonces... Et ce n'est qu'un début. Dans la foulée de celles sur la
sécurité, le maire dévoile aussi toute une batterie de mesures pour la jeunesse : le retour du conseil des jeunes,
la réorganisation des centres sociaux et MJC, de grands événements et des dispositifs pour les étudiants.
L'opposition, via sa nouvelle association Tourcoing en Valeur, choisit ce terrain-là pour allumer la majorité et
lui reproche de vouloir trop « municipaliser ». Un grand classique des duels droite-gauche...
Pendant ce temps-là, fin juillet, Christian Vanneste refait parler de lui au plan national en votant de justesse
pour la réforme des institutions. Nicolas Sarkozy l'a appelé à la dernière minute. Sans sa voix et celles de
quelques autres parlementaires UMP inquiets, la réforme aurait pu ne pas passer. Mais, pas de bol, sur le plan
médiatique, le député tourquennois et ses amis se sont fait piquer la vedette par Jack Lang... En septembre, le
maire dévoile son plan d'actions pour 2011. Tradition oblige, la rentrée des politiques se fait d'abord le jour de
la braderie de la Saint-Louis, où il n'est plus question de campagne et où chacun tient son stand. Tout est
redevenu comme avant ? Presque. Car la nouveauté est que cette année on a signé la même pétition (contre le
fichier Edvige) au MoDem qu'au PCF. Tout n'a pas changé pour autant. Si les centristes veulent devenir plus
populaires, en coulisses, on ne mélange toujours pas le rouge et l'orange... Et puis c'est l'heure des conférences
de rentrée. Michel-François Delannoy est plus aubriste que jamais et Christian Vanneste plus sarkozyste qu'il
ne l'a été. Autant dire qu'il n'y a rien de neuf. Si ce n'est la confirmation de la fermeture de la MJC de la
Malcense * qui met la majorité dans l'embarras et remet l'opposition sur les rails. L'UMP accuse en effet
FJ - 16
directement le maire et deux adjoints de ne pas avoir fait le nécessaire pour sauver la structure. Le 24, Michel-
François Delannoy annonce son plan d'actions 2008-2011. Celui-ci développe la plupart des grandes lignes de
son document de campagne des municipales. Un 12 pages est distribué dans toutes les boîtes aux lettres. Le
maire et sa majorité promettent de rendre des comptes : « Si une action prévue est décalée, on dira pourquoi »,
précise Michel-François Delannoy. Dans le document, un chiffre attire l'oeil : il n'est plus question de réaliser 5
000 emplois mais 1 000. Gageons que les promesses de campagne vont au-delà de 2011... En octobre, deux
premières pierres pour le CETI. La politique connaît des hauts et des (coups) bas. Fin octobre, on annonce enfin
la pose de la première pierre du centre européen des textiles innovants (CETI) de la zone de l'Union, pour début
décembre. L'événement est important. Seul hic, on prévoit la pose de deux premières pierres : une par le
secrétaire d'État Luc Chatel, le 4 décembre, et une autre par les élus de la métropole, le 6 décembre. Comme si
l'un avait voulu tirer la couverture aux autres, ou vice versa... Finalement, la cérémonie a eu lieu le 6, sans le
secrétaire d'État, ni Martine Aubry, devenue, entre temps, première secrétaire du PS.
En novembre, Christian Vanneste est blanchi par la Cour de cassation. Celle-ci annule sa condamnation pour
injure envers la communauté homosexuelle. Le député UMP-CNI évoque « une justice digne de ce nom » et
rappelle que ce qu'il défendait relevait selon lui de la « pensée philosophique ». Dans les rangs de la majorité,
beaucoup sont indignés. « On est à des années lumières des préoccupations des Tourquennois », déclare
Michel-François Delannoy. Il est vrai que cet épilogue fera davantage de bruit loin de la cité du Broutteux... En
décembre, le MoDem a un nouveau chef de file. Alors qu'au début de l'année, il était candidat pour devenir
maire, Michel Van Tichelen termine 2008 en passant la main. L'ancien leader de l'UDF reste élu aux côtés de la
majorité de gauche mais, pour le MoDem, place à Frédéric Lefebvre, un de ses anciens colistiers. C'est le
nouveau visage du centre après ceux de la gauche et de la droite. (*) Dans notre édition d'hier, concernant le
mois de juin, il fallait lire MJC de la Malcense et non pas de la Fabrique. Il s'agit d'une erreur et non pas d'un
lapsus révélateur...

http://www.nordeclair.fr/Locales/Tourcoing/2008/12/27/l-apres-municipales.shtml

NORD ECLAIR - 26 DECEMBRE 2008 – TOURCOING : UN MAIRE AU PREMIER TOUR

Avec les municipales, l'actualité politique a été riche au début de l'année 2008 : Tourcoing a eu un nouveau
maire et une nouvelle opposition. JEAN-FRANÇOIS REBISCHUNG

En janvier, la campagne bat déjà son plein. L'année commence avec les voeux du maire, les derniers de Jean-
Pierre Balduyck, qui donne le « la » : « Je préfère Michel-François Delannoy mais avec Michel Van Tichelen
comme adjoint plutôt que Christian Vanneste maire. » Quelques jours plus tard, le candidat UMP présente son
« diagnostic », promet des « remèdes » et une liste avec « des nouveaux et quelques surprises ». Le 18, Michel-
François Delannoy présente la sienne. Il a rassemblé toutes les forces de gauche (PS, Verts, Radicaux et PCF).
Le 19, le MoDem Michel Van Tichelen embraye et s'affiche « en élu responsable » avec, à ses côtés, des
anciens UDF mais aussi de nouvelles têtes. Le décor est presque planté.
En février, les dernières listes sont dévoilées à droite. Le 2, c'est au tour de l'extrême droite. Mais Christian
Baeckeroot n'a plus l'investiture du Front national et, avec les résultats du parti aux législatives, les regards se
tournent ailleurs. Notamment à droite, où l'on martèle que Tourcoing peut faire basculer la communauté urbaine
de Lille, convoitée par Marc-Philippe Daubresse, le député-maire de Lambersart. Ce dernier soutient donc
Christian Vanneste, « sans faille ». Le candidat UMP présente ses colistiers à coups de Monsieur et Madame
(Bon Sens, Image, Champion...). Là encore, l'équipe est renouvelée. Les jeunes sont en haut de l'affiche. C'est
une liste à double détente. On est à un mois du premier tour des municipales mais aussi des cantonales. Pour le
poste de conseiller général, la campagne s'annonce sans surprise. Patrick Delnatte (UMP) cède sa place à

FJ - 17
Brigitte Lherbier, déjà suppléante du député Bernard Gérard. En face, la socialiste Maryse Brimont tente sa
chance.
En mars, Michel-François Delannoy est élu. Une semaine avant le scrutin, un sondage publié dans Nord éclair
le donne en tête au premier tour avec 47% des voix. C'est une première surprise. L'autre arrive le 9 mars avec
son élection dès le premier tour (53,58%). Ce soir-là, Christian Vanneste laisse entendre qu'il ne siégera pas
dans le nouveau conseil. Il passe la main. Le 15 mars, Jean-Pierre Balduyck remet les clés de son bureau à son
successeur. Le lendemain, le nouveau conseil est installé avec une majorité réunissant la gauche et le MoDem.
Pour l'UMP, le jeune Gérald Darmanin (5e sur la liste de Christian Vanneste) prend la parole et promet une
opposition « courtoise et ferme » et dénonce « les faux centristes ». Le 16 mars, a lieu le deuxième tour des
cantonales. Sans surprise, Brigitte Lherbier devient conseillère générale et succède à Patrick Delnatte. Mars se
termine. Michel-François Delannoy quitte la vice-présidence du conseil général.
En avril, le maire aux côtés de Martine Aubry. Il est élu premier vice-président de la communauté urbaine de
Lille, une marque de confiance. À Tourcoing, les nouveaux prennent leurs marques à l'image du Vert Bernard
Despierre qui veut « implanter un espace nature à 10 minutes de chaque habitation » ou des quatre adjoints de
quartier qui se mettent également au travail. À l'occasion de son deuxième conseil municipal, Michel-François
Delannoy annonce toute une série de rencontres d'« acteurs de » (emploi, culture, handicap...) et promet un plan
d'actions 2008-2011 pour septembre.
En mai, les premières rencontres des « acteurs de » et l'inauguration de Tourcoing-les-Bains. Avec notamment
celle sur le handicap où le nouveau maire promet beaucoup. Il confie le dossier à Nadia Benbalhouli,
conseillère municipale déléguée. Le 30 mai, c'est l'inauguration de Tourcoing-les-Bains. L'événement a aussi
une connotation politique. La présidente de la communauté urbaine et maire de Lille, Martine Aubry et le
président du conseil général du Nord, Bernard Derosier, sont là, tout comme l'ancien maire. « Tu te souviens
Jean-Pierre, quand il n'y a pas si longtemps il y avait des débats où l'on disait que la communauté urbaine ne
s'occupait pas de Tourcoing », lui souffle Michel-François Delannoy.
En juin, l'opposition s'organise. Ses élus et les anciens colistiers de Christian Vanneste créent une nouvelle
association : Tourcoing en Valeur. Elle est présidée par Salim Achiba. Le député en est membre mais se dit
heureux de ne plus siéger dans l'opposition. Il a bien passé la main. Mais si son fidèle compagnon Didier Droart
est chef du groupe au conseil municipal, c'est bien le jeune Gérald Darmanin, son ancien attaché parlementaire,
qui s'affiche peu à peu comme le leader de l'équipe. Pendant ce temps-là, la majorité accuse son premier coup
dur avec la fermeture annoncée de la MJC de la Fabrique. Dernier événement politique le 23 juin : l'ancien
député et conseiller général Patrick Delnatte est fait chevalier de la Légion d'honneur par le ministre du Travail,
Xavier Bertrand. Patrick Delnatte est salué par la droite, comme par la gauche. Demain, la suite de notre
rétrospective politique.

http://www.nordeclair.fr/Locales/Tourcoing/2008/12/26/un-maire-au-premier-tour.shtml

OUEST

LA NOUVELLE REPUBLIQUE - 30 DECEMBRE 2008 - IL FAUT ALLER PLUS LOIN DANS LA TRANSPARENCE ?

Internaute convaincu, animateur du site Touraine-blogs, Guillaume Lapaque est un observateur averti de la
planète web. Tête de liste MoDem aux dernières élections municipales à Tours, ce citoyen engagé est aussi un
militant de la démocratie directe sur la Toile. Selon lui, les mairies ont encore beaucoup de progrès à faire sur
cette voie. /« Aujourd'hui, les communes rivalisent pour soigner la forme et présenter de beaux sites mais on est
dans l'esbroufe. Trop souvent, Internet reste un gadget pour les élus. Il faut aller beaucoup plus loin dans la
transparence des affaires publiques »/, commente ce journaliste indépendant qui a contribué à créer l'association
FJ - 18
Web citoyen /« pour la défense de la libre expression citoyenne »/ sur Internet. Guillaume Lapaque aimerait
notamment que les mairies publient sur leurs sites l'intégralité des débats des conseils municipaux ou encore les
factures des collectivités, comme les frais de représentations publiques des élus. L'internaute engagé
souhaiterait aussi que les municipalités utilisent Internet pour favoriser les débats et les consultations publics. /«
Je trouve que ce qui a été fait par la mairie de Tours pour le projet de tramway est un bon exemple. Mais là
encore, on peut aller plus loin »,/ poursuit le militant de Web citoyen en déplorant que toutes les communes
n'aient pas les moyens d'avoir un site. Reste alors la solution du blog, beaucoup moins chère.

http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=37&num=1058714

OUEST FRANCE - 28 DECEMBRE 2008 - LOUISETTE BOURDIN EN ÉGYPTE AVEC LE PREMIER MINISTRE

Louisette Bourdin, consillère municipale du Modem à Saint-Malo, est aussi chef d’entreprise. Elle dirige sa
société ABC Texture, spécialisée dans la formulation de produits de beauté. Les 22 et 23 décembre dernier,
juste avant Noël, elle a fait partie de la délégation officielle invitée par le Premier ministre, François Fillon, lors
de son déplacement en Égypte.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Louisette-Bourdin-en-egypte-avec-le-Premier-ministre_-785304--
BKN_actu.Htm

SUD-OUEST

31 DECEMBRE 2008 - LETTRE DU MOUVEMENT DEMOCRATE DE HAUTE-GARONNE AU PRESIDENT DE LA


REPUBLIQUE

M. Nicolas Sarkozy Président de la République française

Monsieur le Président,

Vous prenez fermement position dans vos discours contre les « délocalisations sauvages ».

Notre département étant concerné par ce grave problème, nous en référons à votre autorité.

L'usine MOLEX située à Villemur-sur-Tarn, Haute-Garonne, va être délocalisée prochainement en Slovaquie,


triste et amer constat pour les salariés: des intérêts purement financiers conduisent à délocaliser, au détriment de
l’emploi -283 personnes concernées- et de la protection de nos savoir-faire. En 2004, l'Etat français, par
l’intermédiaire de la SNECMA, s'est désengagé de l'activité connectique automobile du site de Villemur-sur-
Tarn (335 personnes) pour ne conserver que l'activité connectique aéronautique (550 personnes).

En 2008, les intérêts financiers et l’attractivité territoriale de la Slovaquie ont conduit le groupe MOLEX à
décider la délocalisation malgré un bénéfice de 1,2 M€ pour cette même année. Tant d’investissement humain
apporté par les salariés fiers de leurs maîtrises et connaissances, tant d’investissements financiers alloués par les
collectivités territoriales, tant de vies sacrifiées, tant de visages marqués non seulement par un sentiment de
trahison envers des dirigeants bien trop éloignés de toutes valeurs humanistes, mais aussi par un sentiment
d’abandon, avec un Etat français affirmant son intransigeance face à de tels actes (discours de Rethel sur

FJ - 19
l’Emploi le 28 octobre 2008) et peu de temps après, un mois, avouant son impuissance face à « une situation
inéluctable » (Luc Chatel).

L'Etat français doit soutenir les collectivités territoriales pour préserver l'emploi dans un établissement rentable
mais aussi dans un secteur automobile qui est en crise ; l’Etat français doit soutenir ses salariés, une main
d’œuvre dont le prestige est aussi grand que ces manœuvres économiques et financières pour nous subtiliser un
patrimoine ; l’Etat français a donc pour devoir d’apporter des solutions politiques : légiférer à l’échelle
nationale et européenne, et proposer des solutions économiques pour préserver l’Homme, première richesse de
l’entreprise. Les adhérents du Mouvement Démocrate de la Haute-Garonne travaillent déjà en ce sens et seront
particulièrement attentifs à votre action pour la défense de ce site, dans le respect de vos engagements
présidentiels et de la pérennité du tissu économique français.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, à notre profond respect.

Franck LABORDERIE-CAVADA,
Conseiller Départemental et membre du Bureau Exécutif du
Mouvement Démocrate de Haute-Garonne, citoyen du Frontonnais

http://modemfronton.hautetfort.com/archive/2008/12/31/lettre-de-petition-et-pensee-solidaire-aux-salaries-de-
molex.html

SUD-OUEST - 31 DECEMBRE 2008 - LA PAROLE DU CHEF

MODEM. Alexis Blanc assure être le seul à pouvoir s'exprimer dans la presse...

Le Modem (Mouvement démocrate) a réuni ses militants récemment à Saintes autour de la question de la
gestion de la crise des transports scolaires. Mais, avant cette réunion, deux dates différentes avaient été
avancées auprès de la presse. L'une, erronée, par Frédéric Rouan, la seconde, exacte, par le nouveau président
départemental du Modem, Alexis Blanc. Ce joli pataquès, provoqué par celui qui lui avait disputé la présidence
départementale du mouvement en septembre dernier, a conduit Alexis Blanc à mettre les points sur les i : « Le
conseil départemental de notre mouvement, réuni le 14 novembre à Rochefort, a voté à une très large majorité,
le principe suivant lequel le président départemental est la seule personne à pouvoir représenter le Modem
départemental auprès de la presse et à désigner d'autres porte-parole pouvant également intervenir auprès d'elle.
»
Sanctions disciplinaires
Et Alexis Blanc ajoute dans un courrier électronique adressé à notre rédaction : « Dans ces conditions, s'il
s'avérait que d'autres personnes que moi communiquaient auprès de vous au nom du Mouvement démocrate
sans mon autorisation, je vous remercie de ne pas en tenir compte et de ne pas rapporter leurs propos. Dans le
cas inverse, ces personnes risqueraient des sanctions disciplinaires de la part du comité de conciliation et de
contrôle national pouvant aller jusqu'à la radiation. »
De vraies questions
L'expérience politique d'Alexis Blanc est encore bien mince. Son injonction fera probablement sourire plus d'un
militant du Modem : les anciens habitués, et attachés, à la liberté de parole comme les nouveaux ayant rejoint le
mouvement de François Bayrou pour l'autre voie politique proposée, et donc une pratique politique différente.
Le retour à la parole unique du chef apparaît suranné, un peu surréaliste même. Comment le jeune président
départemental du Modem peut-il, en effet, imaginer que « Sud Ouest » lui demandera une autorisation avant de
publier les propos de militants ou autres responsables de son mouvement ? Comment peut-il concevoir que
FJ - 20
notre quotidien ne rapportera que ses propos, et pas ceux des autres membres du Modem, au prétexte qu'un
conseil départemental l'aurait investi de la fonction de porte-parole ? C'est faire bien peu de cas de la liberté de
la presse.
Ancien président départemental de l'UDF-Modem, Jean-Philippe Ardouin, qui siège au Conseil municipal de
Saintes, acceptera-t-il, en tout cas, la règle édictée par son successeur ? Et va-t-il devoir demander une
autorisation à Alexis Blanc pour s'exprimer, dans la presse, sur la politique locale ? À suivre...

http://www.sudouest.com/charente-maritime/actualite/saintonge/article/460524/mil/3980520.html

SUD-OUEST - 31 DECEMBRE 2008 – LE BOUSCAT : LE TRAMWAY PROVOQUE UNE TEMPETE POLITIQUE

LE BOUSCAT, 2008 DANS LE RÉTROVISEUR 3/6. Les mois de mai et juin


Troisième volet de notre série sur les événements qui ont marqué la vie au Bouscat au cours de l'année 2008.
Aujourd'hui, les mois de mai et juin à la loupe.
Mai : le Conseil se déchire
Le conseil municipal du 5 mai scinde l'équipe majoritaire UMP-MoDem. Le groupe Bousc'avenir, conduit par
Bruno Asseray et siégeant dans la majorité, règle ses comptes avec le premier magistrat de la ville.
La tempête politique bouscataise va au-delà des limites de la commune. La nouvelle élection des délégués
communautaires (Bruno Asseray est réélu) confirme le désaccord. « Les choses sont claires », relève le maire
Patrick Bobet.
Tandis que la section locale du Parti socialiste milite pour que la future ligne D du tramway passe par l'avenue
de la Libération, la majorité municipale défend le tracé passant par l'avenue d'Eysines. L'avis de la population,
consultée par la CUB, est très partagé entre ces deux corridors.
La place Gambetta va prendre un nouveau visage : des arbres vont être abattus, de nombreux autres seront
plantés. Le forum de l'alternance rencontre toujours autant de succès.
Avec un tournoi open, la section tennis de l'Union Sportive Bouscataise fête son 30e anniversaire et le club
accède à l'élite du tennis. L'équipe passion de Team Gym est championne de France.
Juin : la musique rassemble
L'UMP et le MoDem, qui forment toujours la majorité municipale, entretiennent des relations compliquées. Le
groupe Bousc'avenir ne suit plus les consignes de vote du maire.
Pose de la première pierre de la résidence « Les Tonnelles » : livraison prévue en 2009. Le logement locatif
dépasse les 21 %.
Les écologistes manifestent contre la sortie du 4x4 Koleos devant la concession Renault.
Bousc'Artistes et la fête de la musique connaissent un succès populaire. La 38e édition de la nocturne cycliste
est gagnée par Jonathan De Souza de l'UC Artix.

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/bordeaux/article/460573/mil/3980221.html?L=0&cHash=2aa7ee91
e0

LA DEPECHE - 31 DECEMBRE 2008 - VILLEMUR. PETIT REVEILLON CHEZ MOLEX MAIS GRANDS SOUTIENS

Ce soir, quelques salariés qui campent devant l'usine accueilleront la nouvelle année.

Pas le cœur à la fête ne veut pas forcément dire s'enfermer chez soi. Les salariés de Molex qui campent devant
leur usine durant toutes ces vacances de Noël seront également sur le site, demain soir, pour le réveillon du
Nouvel An. Certes, ce ne sera sans doute pas la foule présente lors du repas de Noël la semaine dernière, mais

FJ - 21
selon un représentant syndical, Guy Pavan, « il devrait y avoir beaucoup plus de monde que prévu si l'on se
réfère au bouche à oreille ». Une situation qui n'étonnerait personne quand on sait combien les salariés
mobilisés pour faire entendre leur voix sont soutenus par de nombreuses personnes.
Nombreux dons
Chaque jour, ce sont des dizaines de cadeaux en tous genres qui affluent au bâtiment modulaire monté pour
l'occasion. « On nous amène régulièrement des victuailles. Aujourd'hui (N.D.L.R. : mardi), on a même eu une
belle surprise puisqu'une dame nous a apporté un civet de lapin. C'est vraiment très gentil. On reçoit aussi des
appels de toute la France pour nous demander comment on peut nous aider. C'est incroyable. »
On le voit quotidiennement, les Molex ne sont pas seuls face à l'avenir qui malheureusement s'assombrit un peu
plus de jour en jour. De nombreux élus les soutiennent. Hier, le groupe Modem de Fronton s'est rendu sur place.
Mais ce sont aussi des conseillers régionaux et plusieurs conseillers généraux qui suivent de très près
l'évolution de la situation. Des maires aussi. Celui de Villemur, Jean-Claude Boudet, en tête. Ce dernier, a-t-il
dit, mènera « le combat, jusqu'au bout, aux côtés des Molex ».Lundi, deux semaines se seront écoulées. Les
salariés auront démonté et quitté le campement. Ce sera de nouveau l'heure du combat, des négociations. Car si
la réunion du 9 janvier sur la baisse des charges est presque hors sujet, les Molex se préparent déjà à « un autre
grande rendez-vous », note Guy Pavan, qui ajoute : « le 29, nous participerons à la manifestation nationale.
Toutes les confédérations seront réunies. Il parait que ça ne s'est pas vu depuis 68… »
http://www.ladepeche.fr/article/2008/12/31/515102-Molex-petit-reveillon-mais-grands-soutiens.html

RHONE

LYON CAPITALE – 6 JANVIER 2009 - MICHEL MERCIER SUR LE DEPART ?

Il avait annoncé en mars dernier qu'il démissionnerait de la présidence du Conseil général à la fin de l'année
2008 avec, dans le viseur, un éventuel poste au sein du gouvernement. Mais le remaniement ministériel de
Nicolas Sarkozy ne se profilant pas avant les élections européennes de juin 2009, Michel Mercier botte en
touche sur la question, par ailleurs empêtré dans des dossiers chauds comme le revenu de solidarité active
(RSA) ou le musée des Confluences. Des questions qui ne l'empêchent pas de tacler les instances locale et
nationale du Modem dont il demeure trésorier, sur un ton « café du commerce » que le président-sénateur
affectionne.

Lyon Capitale : Vous avez décidé de ne pas augmenter les impôts du département. Comment voyez-vous
la hausse de la fiscalité annoncée par Gérard Collomb ?
Michel Mercier : C'est son affaire, je ne veux pas me mêler de ses problèmes. Pour notre part, en faisant des
économies, en serrant le plus possible sur le budget de fonctionnement notamment, on pense que le
Département peut fonctionner sans augmenter ses impôts. En période de crise, il faut que l'on fasse un effort.
D'ailleurs, si le gouvernement lance un grand plan de relance de l'économie, le Département essaiera d'y trouver
un rôle. Cela peut faire l'objet d'un vote particulier début janvier, si nécessaire. Mais il faut que cela se fasse
rapidement, si on lance tout ça trop tard, les entreprises en difficulté seront déjà mortes.

Cyrille Isaac-Sybille vient d'être élu à la tête de la fédération départementale du Modem, poste duquel
vous avez démissionné à l'issue des élections municipales. L'avez-vous rencontré ?
C'est drôle, un centriste peut toujours en cacher un autre. Isaac-Sybille a été élu, qu'il assume, qu'il se
débrouille. Il faudra qu'il veille à ce que tout le monde se trouve bien à la maison, et il reste pas mal d'efforts à
faire. Dès lors que j'ai démissionné, je ne vais pas certainement pas me mêler de ça.

Vous demeurez toutefois trésorier du Modem, au sein des instances nationales. Au niveau local, le parti
tente en ce moment de se constituer en sections, et Eric Lafond, porte-parole de la fédération du Rhône, a
FJ - 22
annoncé que le Modem compte désormais donner son opinion sur les dossiers importants de
l'agglomération, comme le Grand Stade de l'OL à Décines.
Je ne sais pas ce que signifie une opinion Modem sur une histoire de stade. Pour ma part, je m'interdis de
commenter le lieu choisi par Jean-Michel Aulas et Gérard Collomb. Au département, on avait prévu bien avant
le projet du stade de faire dans l'Est lyonnais deux voiries, et elles seront faites qu'il y ait grand stade ou pas.

Christine Albanel a visité fin novembre les collections du futur musée des Confluences. Le chantier
s'éternise et le budget a explosé. Avez-vous demandé à la ministre un coup de main financier ?
Non, pas du tout. En revanche, elle a montré suffisamment d'enthousiasme pour qu'on termine cette affaire-là.
On a actuellement de graves problèmes avec l'entreprise qui s'occupe du chantier, et on est en train de trouver
des solutions. En ce qui concerne la fin de ce chantier, je ne donne pas de date. Et par ailleurs, le budget n'a pas
explosé, il a augmenté comme tous les prix du bâtiment ! En attendant que le chantier se termine, on va sortir
les collections du musée, je vous annonce que l'on va lancer l'opération “le musée dehors”, qui consiste à
exposer nos pièces dans des galeries, des halls de gare, des stations de métro, des centres commerciaux, partout
où elles pourront être reçues.

Vous avez inauguré la ligne de tram Lesly avec le secrétaire d'Etat aux transports, Dominique
Bussereau, et le département est un gros investisseur du projet.
Oui, cela fait partie de nos compétences depuis une loi que j'ai fait voter d'ailleurs. J'ai toujours dit qu'une
grande agglomération ne pouvait pas se passer d'aéroport. Le Département a été la première collectivité à
investir pour ce projet. On a payé le tiers de la gare TGV à Saint-Exupéry, et on dit depuis le départ qu'il faut
conserver la ligne du chemin de fer de l'Est pour desservir le centre de Lyon jusqu'à l'aéroport. Notre
investissement de départ est de 100 millions d'euros, mais le contrat présente un sérieux avantage : la société
qui a été retenue pour exploiter Lesly devra trouver ses clients toute seule, le Département ne paiera rien de
plus.

Autre dossier départemental : le revenu de solidarité active (RSA). On dit que vous rechignez à le mettre
en place.
Non, pas du tout. Ce sont les modalités de gestion du RSA qui ont pu poser des problèmes, mais c'est de la
technique pure, et essentiellement informatique. Les questions sont : comment on suit les bénéficiaires du RSA,
et comment on coordonne nos actions avec les référents comme la CAF ? L'objectif du Département, en fin de
compte, est de ne pas être qu'un payeur, mais d'être aussi un acteur. J'avais fait un certain nombre de
propositions dans la loi sur le RSA, qui ont bien été reprises, notamment sur la question du contrôle. Le RSA ne
se met de toutes façons en place qu'en juillet, d'ici là on a un peu de temps. Ce sera une masse de dossiers en
plus, mais comme il s'agit de gens qui bénéficiaient déjà du RMI ou de l'API (allocation parent isolé), nos
services sociaux les connaissent déjà.

Vous aviez parlé, dans une lettre envoyée aux habitants de Thizy, d'une démission de la présidence du
conseil général à la fin de l'année 2008. Nous y sommes, est-ce toujours d'actualité ?
Oui, je sais bien, c'est moi qui l'ai écrite. Mais ce n'est pas fait : il faut d'abord que les dossiers du département
soient réglés, et que l'on ait bouclé les histoires de budget. Je ne partirai pas tant que tout ça n'est pas réglé.

Doit-on donc s'attendre à l'annonce de votre départ à la fin de l'année, ou attendez-vous un prochain
remaniement ministériel pour rejoindre Paris ? Que ferez-vous de votre fauteuil de maire de Thizy, que
vous aviez dû quitter pour cause de cumul des mandats ?
Vous verrez bien, je ne dirai rien là-dessus pour le moment. Concernant Thizy, ne vous en faîtes pas, quoi qu'il
arrive, j'y reste : c'est chez moi.

Vous êtes plutôt proche du gouvernement, alors que François Bayrou, président du Modem, fait figure
d'opposant systématique à Nicolas Sarkozy.
François et moi ne sommes pas tout le temps d'accord, mais on se parle tous les jours. Regardez sur mon
portable, j'ai des appels échangés avec lui à 10h05, à 9h35, à 9h28 : trois fois ce matin. Il a une posture
politique dans une situation précise, ce qui est bien normal, il a une place à jouer. Mais je le connais depuis
longtemps et je peux vous dire qu'il est plus à droite que moi !
FJ - 23
Un scénario dans lequel la branche royaliste du PS et le centre de Bayrou fusionneraient est donc tout à
fait utopique ?
C'est utopique, oui. Ça ne correspond pas du tout à la réalité, ça fonctionne à un moment donné, sur une zone
géographique où il peut y avoir des accords locaux, mais c'est tout. Il n'y aura pas de fusion Bayrou-Royal, pour
la simple et bonne raison qu'ils seraient tous les deux sur le même créneau, et qu'il n'y a pas beaucoup de place
pour deux dans le même marigot. Et puis les deux partis sont très différents. Le Modem est devenu un parti de
militants, alors que le PS est un parti d'élus. Autrefois l'UDF était un parti d'élus et le PS un parti de militants, et
ça s'est inversé.

Mercier, pivot de la réforme sur les collectivités locales


C'est le dossier pour lequel le président du Département pourrait être appelé à rejoindre le gouvernement. Et en
vue de la réforme, Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il attendait des propositions “innovantes, volontaristes et
audacieuses”. C'est sans doute pourquoi Michel Mercier, rapporteur au Sénat sur les collectivités locales depuis
plus de dix ans, prend aujourd'hui une posture plus radicale. Il prône en effet la disparition des communes qui
deviendraient les arrondissements de grandes agglomérations. Pour faire passer la pillule à ses amis élus locaux,
il propose une “boîte à outil” dans “un système libéral” qui s'adapterait quasiment à chaque situation. Et surtout,
il propose la suppression des régions et départements qui ne formeraient plus qu'une seule collectivité, avec un
unique conseil élu.

http://www.lyoncapitale.fr/index.php?menu=02&article=6974

ACTUALITES – DIVERS

LOIS VOTEES

30 DECEMBRE 2008 - LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2008


http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000020014790&dateTexte=&o
ldAction=rechJO&categorieLien=id

27 DECEMBRE 2008 – LOI DE FINANCES 2009


http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=D7FCE4A0F5B515FACA8AA499CEE61FE7.tpdjo17
v_1?cidTexte=JORFTEXT000019995721&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id

ELECTIONS EUROPEENNES

LA PROVENCE - 27 DECEMBRE 2008 - ÉLECTIONS EUROPEENNES : LE MODE D'EMPLOI

Il ne reste plus que trois jours ouvrés pour s'inscrire sur les listes
Après deux années chargées électoralement, on votera à nouveau en 2009. Mais si l'élection présidentielle et les
législatives en 2007 ainsi que, dans une moindre mesure, les municipales et les cantonales en 2008, avaient
engendré de nombreuses inscriptions sur les listes, les européennes, qui auront lieu le 7 juin en France, ne
semblent pas mobiliser. Pourtant, le parlement européen possède de nombreux pouvoirs. Il vote les "lois"
européennes en codécision avec le Conseil des ministres ainsi que le budget de l'Union européenne (126,5
milliards d'euros en 2007) et l'investiture du président de la Commission européenne et de ses futurs

FJ - 24
"Commissaires" pour 5 ans, à partir de 2009 (www.europarl.europa.eu). Si ce n'est pas déjà fait, vous avez
jusqu'au 31 décembre pour vous inscrire sur les listes électorales.
Quel scrutin ?
Le Parlement européen est élu tous les 5 ans, au suffrage universel direct, à la proportionnelle dans toute
l'Union européenne. En France, il s'agit d'un scrutin de liste, à un seul tour.
Qui vote ?
Pour voter aux élections européennes en France, il faut être ressortissant d'un des 27 États membres de l'Union,
âgé d'au moins 18ans, domicilié en France, ne pas être privé du droit de vote en France ni, si vous êtes
ressortissant de l'Union européenne, dans l'État dont vous avez la nationalité.
Pour qui ?
736 députés européens représentant 494 millions d'habitants appartenant aux 27 États membres de l'Union
européenne seront élus début juin. La France en comptera 72. Ils seront répartis dans 8 circonscriptions. Le
nombre de sièges par circonscription sera précisé par décret en 2009. Ils étaient 13 depuis 2004 dans la
circonscription Grand Sud-Est qui englobe Paca, Rhône-Alpes et la Corse. Si aucun parti n'y a déposé sa liste
officiellement, la tête de liste à l'UMP devrait être Michel Barnier, ministre de l'Agriculture. Côté socialiste, si
la tête de liste en 2004, Michel Rocard, ne se représente pas, le nom de Patrick Mennucci, maire du 1er secteur
de Marseille, est évoqué comme celui de Michèle Rivasi, une élue de Valence, pour le pôle écologie constitué
avec les Verts. Enfin, le premier secrétaire fédéral du FN, Jackie Blanc, se félicite déjà de la candidature de
Jean-Marie Le Pen pour son parti.

http://www.laprovence.com/articles/2008/12/27/670015-A-la-une-Elections-europeennes-le-mode-d-
emploi.php

ELECTIONS REGIONALES

LE FIGARO - 29 DECEMBRE 2008 - REGIONALES : JUPPE S'INTERROGE

Nouveau patron de l'UMP en Gironde, l'ancien premier ministre veut remettre son parti en état de marche au
niveau départemental et préparer le scrutin de 2010.
«Standing ovation». C'est en véritable sauveur que les militants UMP de Gironde ont élu le 12 décembre Alain
Juppé à la présidence départementale du mouvement. L'arrivée du maire de Bordeaux a permis de colmater les
brèches dans une fédération au bord de la rupture. À l'origine de la colère de nombreux militants et élus
girondins, la décision de la précédente présidente de la fédération de Gironde, Marie-Hélène des Esgaulx
(MHDE), de se présenter aux sénatoriales en septembre dernier. Un an tout juste après avoir été réélue députée.
Un choix qui a provoqué un jeu de chaises musicales qui a vite tourné en jeu de massacre.
Gérard César, sénateur depuis 1990 et maire de Rauzan, s'est vu bouté hors de la liste UMP pour permettre à
Hugues Martin d'y figurer. Ce dernier devait ainsi être récompensé de sa fidélité à Alain Juppé, pour avoir
«gardé» la mairie de Bordeaux durant son exil canadien. Mais César a refusé la manœuvre et a créé une liste
indépendante. À l'arrivée, Hugues Martin, en troisième position sur la liste officielle, a été privé de récompense,
tandis que MHDE, tête de liste, est entrée au palais du Luxembourg.
Deuxième épisode, Yves Foulon, maire d'Arcachon et ami de Nicolas Sarkozy, qui briguait le fauteuil de
MHDE, s'est fait battre à plate couture à la législative partielle du 30 novembre. Une défaite vécue comme un
séisme. Le député Jean-Paul Garraud s'est enragé contre la commission nationale d'investiture de l'UMP dont
MHDE était présidente. Hugues Martin, rouge de colère, a lui aussi fustigé la sénatrice-maire de Gujan-
Mestras, la rendant responsable «d'un gâchis et d'un bilan calamiteux».
«Plus de concertation»

FJ - 25
Dès le début du mois, et avant son élection à la présidence départementale, Juppé s'est employé à calmer les
esprits. Il a refusé de désigner comme responsable de tous les maux MHDE et a ramené le schismatique Gérard
César dans le giron de l'UMP. Il s'est contenté d'une analyse générale de la défaite, en déclarant notamment sur
son blog, «nos concitoyens sont de plus en plus attentifs à la cohérence des comportements des responsables
politiques».
En patron local, il demande aux militants de regarder vers le futur, pour bâtir des projets d'avenir et se lancer
dans «la bataille des régionales». Pour ce retour aux affaires internes de l'UMP, on remarque bien sûr une
certaine humilité, mais surtout un changement de méthode. Retroussant ses manches, Alain Juppé avoue
vouloir «aller sur le terrain», rencontrer des acteurs locaux. Il souhaite «plus de concertation».
L'objectif avoué est de susciter «un renouvellement des cadres» avec à la clé davantage de jeunes et de femmes.
Lorsqu'on lui pose la question de la tête de liste pour les régionales, Alain Juppé concède : «On me demande d'y
aller». L'homme est flatté, mais son échec aux législatives l'a blessé. Il ne s'engagera pas sans certaines
assurances. «Je n'ai pas encore de programme, affirme-t-il, mais alors se pose le problème des colistiers, de la
parité…»
Attentif aux affaires de l'État
Le maire de Bordeaux serait tenté d'aller aux régionales s'il estimait avoir des chances raisonnables de
l'emporter et permettre ainsi à la droite de reprendre la Région. Pour y parvenir, il lui faudra trouver une
solution au problème posé par le Béarn. En effet, le fief de François Bayrou est l'une des clés du prochain
scrutin.
Investi au niveau local, l'ancien premier ministre reste attentif aux affaires de l'État. Au lendemain de la
nomination de Xavier Bertrand à la tête du parti majoritaire, il confie s'être longuement entretenu avec lui.
Deux jours plus tard, il déjeunait avec Jean-François Copé. Discrètement, mais avec constance, Alain Juppé ne
manque pas une occasion de critiquer la politique du gouvernement. Récemment, lors d'un passage à Bordeaux
de Rama Yade, il s'est exprimé sur «les relations avec la Chine». «Sur le Tibet, on s'est pris les pieds dans le
tapis», a-t-il déclaré marquant également sa différence sur sa conception de la laïcité ou sur ses réticences face
au projet de fichier Edvige. Une «différence» que l'on devrait retrouver dans un livre de réflexions politiques
prévu pour le début d'année.

http://www.lefigaro.fr/politique/2008/12/29/01002-20081229ARTFIG00447-regionales-juppe-s-interroge-.php

LIBERATION - 31 DECEMBRE 2008 - 2009, ANNEE DU VOLONTARISME POLITIQUE


Par Alain Duhamel

2008 a été l’année de l’explosion de la crise, 2009 doit devenir l’année de la contre-offensive face à la crise.
Cela passe naturellement par le grand retour de la politique, du rôle des Etats et donc du volontarisme des
gouvernants. En 2008, financiers, banquiers, économistes, agences de notation, réassureurs ont pathétiquement
échoué.
En 2009, c’est aux Etats et à leurs dirigeants, aux banques centrales et à leurs présidents, aux régulateurs actuels
et surtout à venir de prendre le relais, d’imposer leur autorité, d’inventer de nouvelles normes, de nouveaux
contrôles, de nouvelles surveillances et, s’il le faut, de nouvelles sanctions. Devant les dévastations d’une crise
qui n’a aucune chance de disparaître spontanément en quelques mois, qui risque au contraire de s’aggraver, de
déraper ou de s’enraciner, seul le volontarisme concerté peut avoir les moyens de canaliser le désastre, de le
combattre et à la longue, de le vaincre. Cela implique beaucoup de compétence (lors de la crise de 1929, les
remèdes choisis avaient aggravé le mal), d’énergie (George Bush a flotté, Angela Merkel a hésité), de réactivité
(après un démarrage poussif, les institutions internationales ont su accélérer le rythme) et de coordination : si un
choix s’est révélé inefficace et même dangereux en 2008, c’est bien celui du souverainisme et de l’égoïsme
FJ - 26
national. Les pays d’Europe qui avaient snobé l’euro (Norvège, Suède, Danemark, Islande et surtout Grande -
Bretagne) ont payé cher leur myopie et vont continuer de le faire. Point d’issue possible hors de la
détermination, de la rapidité et de la solidarité. C’est la leçon de 2008 et la potion de 2009.
Ce n’est pas un objectif chimérique, mais ce n’est pas non plus une méthode aisée. Le volontarisme politique
exige de l’audace, de la perspicacité et de l’opiniâtreté, faute de quoi il se retourne implacablement contre ses
praticiens et, pire, contre leurs peuples. Le préalable absolu s’appelle évidemment Barack Obama. Le président
élu des Etats-Unis constitue la meilleure chance et le signal le plus encourageant de cette funeste période : il est
devenu pour le monde entier le drapeau d’une nouvelle espérance. A priori, il s’entoure bien, notamment dans
le domaine économique et financier qui n’est pas sa spécialité. Aux Etats-Unis, il va inaugurer sans attendre un
nouveau cours spectaculaire dès le 20 janvier avec des moyens faramineux et la passion de réussir et de
marquer après avoir séduit et impressionné. Encore faut-il ne pas être candide et ne pas le regarder en sauveur
naturel de l’Europe. Il a été élu par les Etats-Unis pour les Etats-Unis. Il va injecter des sommes massives en
faveur de ses concitoyens, il parviendra, si tout va bien, à restaurer l’élan et la confiance, les deux atouts
classiques des Américains. Il en a la résolution. Encore faudra-t-il, du point de vue européen, le convaincre
avant le rendez-vous du mois d’avril, en quelques semaines, de s’associer aux nouvelles régulations qui doivent
être débattues lors du prochain G 20 : sans lui, rien n’est possible ni viable mais l’Europe et le reste du monde
ne sont pas sa priorité naturelle.
C’est là que le volontarisme politique ne doit pas être seulement américain mais européen et international. Ce
sera aux Vingt-Sept, et plus encore à l’Eurogroupe, d’adopter des objectifs précis, de fixer des calendriers
contraignants et de rassembler des ressources suffisantes pour arriver au G 20 en bon ordre, décidés à se battre
de toutes leurs forces pour remettre sur pied un système international cohérent, viable et équitable. Vaste
programme qui ne peut se réaliser qu’avec un volontarisme inflexible. Celui-ci ne pourra venir ni de Prague où
va siéger malencontreusement la présidence du Conseil européen durant la période la plus cruciale, ni de
Bruxelles où la commission tout entière est dans l’attente de sa réélection. Il faudra donc que les initiatives
viennent d’ailleurs : de Paris, de Londres et de Berlin avant tout. Malheureusement, si Nicolas Sarkozy et
Gordon Brown ont fait équipe face à la crise bancaire et financière, il n’est pas sûr que leur bonne entente se
confirme à propos des nouvelles régulations ; si le président français et la chancelière allemande partagent en
revanche le même point de vue sur la reconstruction du système international, Angela Merkel refuse
obstinément tout plan de relance européen.
Le volontarisme politique détient la clef absolue de la stratégie anticrise, il devra passer par des initiatives fortes
mais coordonnées : l’ennui est que jusqu’ici, les plus forts (Washington, Berlin, Pékin) ne sont pas les plus
solidaires et que les plus déterminés (Paris, Londres) ne sont pas les plus puissants.

http://www.liberation.fr/politiques/0101308680-2009-annee-du-volontarisme-politique

Autres liens sur les vœux mais sans rajout de commentaire :


http://www.francesoir.fr/politique/2009/01/01/adieu-cartes-postales-les-v-ux-s-envoient-sur-la-toile.html
http://www.lefigaro.fr/politique/2008/12/31/01002-20081231ARTFIG00382-vux-ces-politiques-qui-degainent-
avant-sarkozy-.php

LA CROIX - 30 DECEMBRE 2008 - CE QUE LA CLASSE POLITIQUE ATTEND DES VŒUX DE NICOLAS SARKOZY

Comme il l’avait fait l’an dernier, Nicolas Sarkozy adressera jeudi 31 décembre ses vœux aux Français. La
classe politique attend du chef de l’État qu’il explique et rassure

Il ne dérogera pas à la tradition. Comme ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy se livrera au passage obligé des
vœux télévisés, un rituel qui rythme la vie politique française depuis le général De Gaulle et les débuts de la Ve
FJ - 27
République. Si l’allocution présidentielle est traditionnellement suivie par plusieurs millions de Français, elle
l’est tout autant par la classe politique française, qui en attend de grandes orientations pour les mois à venir. «
Face à une crise que l’on sait grave, nous voulons qu’il trace des voies d’espoir et de confiance », fait ainsi
valoir la porte-parole de l’UMP, Chantal Brunel.

Lui aussi membre du parti majoritaire, Hervé Mariton n’attend pas du chef de l’État qu’il prononce ce soir « un
discours programme de plus », mais qu’il donne plus de « lisibilité » à son action. Le député de la Drôme
voudrait surtout un peu… d’optimisme. « Parce qu’il n’y a pas de vœux sans optimisme, ni sans réflexion sur
soi », lance l’élu, qui aimerait que le président se montre « modeste » ce soir devant les Français. « Personne ne
conteste au chef de l’État son volontarisme, ajoute Hervé Mariton. Mais il devrait de temps en temps laisser de
côté ses certitudes et montrer qu’il s’interroge. »

« La France traverse des difficultés économiques et sociales, elle a besoin d’une orientation claire, renchérit
pour sa part la numéro deux du MoDem, Marielle de Sarnez, qui critique « une agitation au quotidien » où l’on
« perd de vue l’essentiel ». L’élue centriste aimerait en outre que les vœux présidentiels soient ceux d’un «
président qui rassure ». Plus sévère encore, le socialiste André Vallini estime quant à lui que « tout ce que le
chef de l’État dira » ce soir sera ou aura été « démenti par les faits ». « En faisant voter, en début de
quinquennat, un paquet fiscal à destination des plus riches, Nicolas Sarkozy a renoncé par avance au partage et
à l’entraide, indique le député de l’Isère. Mais faisons un vœu, même pieu : qu’il annule ce paquet et l’annonce
le 31 au soir ! »
Faire plus de pédagogie sur cette crise
Si au sein de la classe politique française, personne ne nie la gravité de la situation économique, beaucoup
aimeraient que l’exercice traditionnel de fin d’année soit l’occasion de faire plus de pédagogie sur cette crise et
ce qui attend vraiment les Français. « Il faut arrêter de dramatiser, s’agace le député du Nouveau Centre, Jean
Dionnis du Séjour. La majorité d’entre nous, fonctionnaires, salariés des entreprises qui marchent bien,
traverserons la crise sans mal, rappelle-t-il. Mais pour d’autres, celle-ci sera vraiment dure : perte d’un emploi,
d’un toit… Pour eux, le chef de l’État a un devoir de fraternité ! J’attends qu’il nous appelle ainsi au
discernement sur des situations très différentes et qu’il demande à la majorité des Français d’arrêter de
pleurnicher. »

Le chef de l’État, qui a décidé de supprimer l’interview du 14 juillet, n’a « jamais songé à supprimer
l’allocution du 31 décembre », selon son communiquant, Franck Louvrier. « Il s’agit d’une tradition
républicaine, explique ce dernier. Un rendez-vous important. » Poser la question de l’opportunité du maintien
d’un tel rituel, qui peut apparaître comme un exercice obligé, est pourtant « légitime », estime Jean Dionnis du
Séjour. Pour l’élu du Lot-et-Garonne, il s’agit d’une « tradition franco-française qui concentre beaucoup
d’énergie alors que celle-ci est précieuse ».

« Ces vœux télévisés avaient plus de sens quand la parole présidentielle était rare », ajoute le député centriste,
qui garde un souvenir ému des vœux du Général de Gaulle, « regardés religieusement en famille ». « Ma mère
était démocrate chrétienne et mon père, fervent gaulliste, raconte-t-il. Les vœux du Général étaient vécus
comme un moment politique fort et donnaient lieu à des débats acharnés ! » Quant à André Vallini, qui estime
que ce « vieux rituel ne touche plus vraiment les Français », il garde le souvenir des derniers vœux de François
Mitterrand, qui avait alors fait ses adieux aux Français : « Je crois aux forces de l’esprit, je ne vous quitterai pas
», avait lâché le président sortant.

De son côté, Chantal Brunel est certaine que les Français restent « très attachés » à ce rendez-vous, « l’un des
plus regardés de l’année ». « Ils aiment les rites, les codes », ajoute-t-elle, en reconnaissant qu’elle-même n’a
FJ - 28
jamais raté ce moment. Hervé Mariton estime lui aussi que « les rites ont du bon », parce qu’il s’agit d’une «
discipline qui s’impose à tous, y compris aux plus grands ». « Il est important que le chef de l’État ne soit pas le
seul à décider de tout, qu’il respecte le rythme de la vie. Au fond, Nicolas Sarkozy aime bien brusquer le
classicisme mais n’ose pas l’insulter jusqu’au bout. »

Solenn de ROYER

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2360873&rubId=4076

INDEPENDANCE DES MEDIAS

LE MONDE/AFP - 26 DECEMBRE 2008 - PLUS DE 10.000 SIGNATURES POUR LA PETITION POUR L'INDEPENDANCE DE
L'AFP

PARIS (AFP) — La pétition "pour l'indépendance et la survie de l'Agence France-Presse", lancée sur le net
(www.sos-afp.org) le 27 novembre, a recueilli plus de 10.000 signatures en un mois, a annoncé l'intersyndicale
de l'AFP (CGT, SNJ, FO, CFDT, Sud) vendredi dans un communiqué.
Les syndicats précisent que 44 parlementaires français, dont François Bayrou (Modem), Marie-George Buffet
(PCF), Jack Lang (PS) et Noël Mamère (Verts), ont signé le texte. On trouve aussi parmi les signataires
d'anciens ministres, le vice-président du Parlement européen Gérard Onesta, le président de Région Michel
Vauzelle et le porte-parole du Parti socialiste Benoît Hamon.
De nombreux dirigeants syndicaux ont signé, comme Jean-Claude Mailly (FO) et José Bové (Confédération
Paysanne).
On relève aussi les signatures de l'ancien directeur-général de l'Unesco Federico Mayor, des philosophes Edgar
Morin et Michel Onfray, du président du MRAP Mouloud Aounit et de nombreux journalistes et professionnels
des médias, comme les dessinateurs Pancho et Siné.
Les signataires s'opposent à "toute modification qui dénaturerait" le statut de l'agence, et qui aurait pour effet
"soit de transformer l'AFP en agence gouvernementale, soit de la livrer en totalité ou en partie à des entreprises
privées".
En octobre, les représentants de l'Etat au conseil d'administration de l'AFP ont donné mandat au PDG, Pierre
Louette, pour proposer une "modernisation" du statut, évoquant la possibilité de créer un "actionnariat stable".
M. Louette devra faire ces propositions avant la fin du premier trimestre 2009.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j35IjlED5gH0_uB7KeYVU_JAwB0w
http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-37987630@7-58,0.html

REFORME DES COLLECTIVITES

PARIS-COTE D’AZUR - 29 DECEMBRE 2008 - LES ASSEMBLEES TERRITORIALES : SOUFFLE LE VENT DE LA REFORME.

Il y a en France trop de structures territoriales, le gouvernement en est convaincu et il n’est pas le seul.
L’Europe regarde, étonnée de nos structures pléthoriques dont les domaines de compétences se superposent
trop souvent. Au rayon des communes, nous sommes les détenteurs du record européen : 36 000. Puis viennent
maintenant les intercommunalités chacune avec son siège social, son personnel, son propre budget ; autres
states à comptabiliser, les départements et les régions. Nous l’avions compris, il faut simplifier, élaguer pour, au
passage, réaliser des économies d’échelle qui, logiquement, devraient suivre. Et quelle branche faut-il couper ?
FJ - 29
Pas la commune, structure à laquelle les Français sont très attachés, pas les intercommunalités, élément rapporté
en dernier. Ams tram gram, pic et pic et colégram… ne reste plus que les départements et les régions : Bour et
bour et ratatam, Ams Tram Gram…C’est la logique qui devrait primer. Certaines intercommunalités comme
dans le département des Alpes Maritimes rassemblent jusqu’à la moitié de leur population, ce qui correspond
sensiblement au poids et au dessin d’une circonscription administrative. On le voit, il ne reste qu’une
alternative, se séparer sans pleurnicheries des Conseils généraux. La messe semble dite malgré les
atermoiements à prévoir et les susceptibilités qu’il faut impérativement ménager. Tous les conseillers généraux
sont attachés à leur mandat, acquis souvent de haute lutte. Ceux surtout qui font de la politique leur profession,
n’ont pas envie de voir leurs revenus baissés ou pire, de faire grimper les chiffres du chômage… Quant à
donner plus d’importance aux Régions qui sont presque dans leur totalité aux mains de l’opposition de gauche,
c’est une autre affaire, politiquement dangereuse pour la majorité.
Les stratèges de l’UMP se sont donc penchés sur cette délicate opération. Ne pourraient-ils pas profiter de
l’occasion pour remodeler régions et départements. Ce découpage électoral permettrait, cerise sur le gâteau, de
modifier la donne au profil de la majorité gouvernementale… Cette réforme pourrait voir le jour ou tout du
moins sortir des cartons, pardon des maroquins, dés le mois de mars ou d’avril. Le sujet interpelle les élus et les
candidats qui se pressent déjà au portillon, prêts à se battre pour figurer en position éligible sur la liste des
régionales. Les places seront chères, d’autant plus chères que, si le projet de quasi fusion entre région et
département prend définitivement forme et que les conseillers généraux y soient tous ou partie « recyclés », il y
aura surabondance. Bien sûr, le nombre de conseillers régionaux augmentera mais ce ne sera pas suffisant pour
satisfaire les… ambitions de chacun et de chacune. Autre conséquence prévisible, la tentation pour des recalés
de se faufiler dans des listes où l’on ne fait pas la queue. Ainsi le Nouveau Centre d'Hervé Morin pourrait en
récupérer un bon nombre car si une alliance UMP-Nouveau Centre est une éventualité, elle semble peu
probable vu, encore une fois, l’importance des enjeux et le nombre théorique de places disponibles. Même le
MoDem de Bayrou pourrait à ce moment là devenir attractif et offrir une porte… d’entrée pour les laissés pour
compte. Que ne ferait-on pas pour politiquement existé ! Alain Dartigues

http://pariscotedazur.fr/archives/2008/12/30/1747-les-assemblees-territoriales-souffle-le-vent-de-la-reforme

20 MINUTES - 29 DECEMBRE 2008 - LA FUSION DES REGIONS ET DES DEPARTEMENTS: «POUR BIENTOT» SELON
L'UMP, « PAS SI VITE », REPOND BALLADUR

Juste une mise au point. L'ex-Premier ministre Edouard Balladur, chargé d'une mission sur la simplification de
l'organisation territoriale française, a mis en garde ce lundi contre des «polémiques inutiles» après l'annonce par
Frédéric Lefebvre (UMP) d'une fusion prochaine des départements et régions. «C'est pour bientôt», avait dit le
député des Hauts-de-Seine dans un débat UMP-PS-Modem sur Europe 1. «Avant même que la commission
Balladur ne rende ses conclusions, la fusion départements-régions est annoncée, alors à quoi sert-elle?», lui a
répliqué le porte-parole du PS, Benoît Hamon. C'est pour éviter que cette question se pose qu'Edouard Balladur
a souligné que le comité «est composé de personnalités représentant les diverses tendances de l'opinion et
travaille de façon totalement indépendante de toutes incitations ou conseils d'où qu'ils viennent». Parmi les
membres figurent notamment l'ancien maire de Lille et toujours sénateur du Nord Pierre Mauroy. «Toute
interprétation de ses travaux, toute annonce des conclusions auxquelles le Comité serait parvenu ne correspond
à aucune réalité et ne sert qu'à alimenter des procès d'intention et des polémiques inutiles», a résumé Edouard
Balladur.

http://www.20minutes.fr/article/284712/Politique-La-fusion-des-regions-et-des-departements-pour-bientot-
selon-l-UMP-pas-si-vite-repond-Balladur.php

FJ - 30
FRANCE SOIR - 29 DECEMBRE 2008 - COLLECTIVITES - “BIENTOT” LA FUSION DEPARTEMENTS-REGIONS

La commission Balladur sur la réforme des collectivités territoriales doit rendre ses conclusions en février. Mais
le porte-parole de l’UMP piaffe déjà d’impatience.
Le serpent de mer de la réforme des collectivités territoriales a été remis sur le tapis par le turbulent porte-
parole de l’UMP Frédéric Lefebvre. Au cours d’un débat qui l’opposait à Benoît Hamon pour le PS et Marielle
de Sarnez pour le Modem sur Europe 1, le député UMP l’a annoncé, « la fusion des départements et des
régions, c’est pour bientôt ». Selon le porte-parole, l’organisation actuelle souffre de « gabegies » et « coûte très
cher au pays ». La refonte des collectivités territoriales est dans les cartons depuis le mois d’octobre, avec la
mise en place d’une commission de réflexion présidée par l’ancien Premier ministre Edouard Balladur. « Avant
même que la commission Balladur ne rende ses conclusions, la fusion départements-régions est annoncée, alors
à quoi sert-elle ? », s’est d’ailleurs étonné Benoît Hamon. Frédéric Lefebvre s’est voulu rassurant, en certifiant
qu’un « vrai travail de réflexion » serait mené. Interrogé sur la position du président de la République, le porte-
parole de l’UMP a constaté : « Il a dit publiquement à plusieurs reprises qu’il considérait qu’il y avait une
incohérence à ce qu’on ait des conseillers généraux, des conseillers régionaux, avec deux niveaux de
collectivités qui s’occupent de politiques entremêlées ». Et d’annoncer une « réforme exceptionnellement
importante » sans toutefois la dater.

http://www.francesoir.fr/politique/2008/12/29/collectivites-bientot-la-fusion-departements-regions.html

AFP - 28 DECEMBRE 2008 - LA FUSION DEPARTEMENTS-REGIONS "POUR BIENTOT", SELON UN PORTE-PAROLE DE


L'UMP

PARIS (AFP) — Frédéric Lefebvre, un des porte-parole de l'UMP, a assuré dimanche que la fusion des
départements et des régions était "pour bientôt".
Evoquant, lors d'un débat UMP-PS-MoDem sur Europe 1, les chantiers de 2009, le très sarkozyste député des
Hauts-de-Seine a cité une "réforme exceptionnellement importante" sur les collectivités locales.
L'organisation actuelle, a-t-il fait valoir, est marquée par "des gabegies", "elle coûte très cher au pays".
Edouard Balladur, à la tête d'une commission ad hoc, "travaille avec des gens de droite et de gauche, et va nous
faire des propositions; à l'UMP, nous, on va engager un vrai travail de réflexion sur ces questions", a poursuivi
M. Lefebvre.
Comme on lui faisait observer que ces réformes territoriales, souvent envisagées, s'étaient toujours ensablées, le
député UMP a rétorqué: "peut-être, mais vous verrez, fusion des départements et des régions, c'est pour
bientôt".
"J'annonce nos objectifs", a-t-il ensuite tempéré: "fusion" des départements et régions et "regroupement d'un
certain nombre de régions".
"Il y a un moment où il faut avoir le courage de mettre les mains dans le cambouis", a poursuivi M. Lefebvre.
"Avant même que la commission Balladur ne rende ses conclusions, la fusion départements-régions est
annoncée, alors à quoi sert-elle ?", a lancé Benoît Hamon.
Comme on lui demandait si le président de la République était d'accord avec lui, M. Lefebvre a répondu:
"j'espère. En tout cas, il a dit publiquement à plusieurs reprises qu'il considérait qu'il y avait une incohérence à
ce qu'on ait des conseillers généraux, des conseillers régionaux, avec deux niveaux de collectivités qui
s'occupent de politiques entremêlées. Personne n'y comprend rien".
Chargé d'une mission sur la simplification du feuilletage territorial français (communes, intercommunalités,
départements, régions...) l'ancien Premier ministre doit rendre fin février les conclusions des travaux de la
commission qu'il préside.

FJ - 31
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hi6de8ck8oxVVPAzNBqF8xwSGVnQ

REDEVANCE TV

6 JANVIER 2009 - HAUSSE DE LA REDEVANCE VOTEE EN COMMISSION AU SENAT


La commission des Affaires culturelles du Sénat a annoncé mardi avoir voté un amendement à la réforme du
projet de loi sur l'audiovisuel prévoyant une hausse de la redevance et son élargissement aux ordinateurs et
téléphones, dans la limite d'une redevance par foyer.

La redevance, actuellement de 116 euros, sera indexée sur l'inflation et cette indexation sera arrondie à l'euro
supérieur.

Elle sera en outre élargie aux ordinateurs et téléphones portables, mais chaque foyer fiscal ne sera redevable
que d'une seule redevance quel que soit le nombre de terminaux.

Cette revalorisation était notamment demandée par le groupe Union centriste du Sénat, qui hésite à voter le
texte.

Selon des sources concordantes, un accord est intervenu mardi matin lors d'une réunion à Matignon entre le
gouvernement et les parlementaires de la majorité rétifs sur certaines mesures, laissant augurer qu'une majorité
au Sénat pour voter la réforme de l'audiovisuel public est en vue.

http://jeanmarcmorandini.tele7.fr/article-22350.html

MODEM – NOUVEAU CENTRE…

LE POINT 1ER DECEMBRE MAJORITE - UN PARTI D'OUVERTURE POUR SARKOZY

Une confédération de la majorité présidentielle. Nicolas Sarkozy a affirmé, au cours d'une récente réunion à
l'Elysée, sa volonté de voir ce projet aboutir. Et vite ! Déjà, début décembre, devant les leaders des différentes
composantes de la majorité, il avait esquissé ce projet. A l'approche de plusieurs scrutins, leur a-t-il dit, « il faut
éviter les querelles de boutique. On n'a pas besoin de ça ». En outre, il est toujours bon d'arriver en ordre de
marche à la présidentielle de 2012...
Cette idée de confédération sera sérieusement discutée avant le conseil national de l'UMP du 24 janvier 2009.
Dans l'esprit du chef de l'Etat, cette structure, dont le leadership reviendra à l'UMP, sera d'abord présidée par
Jean-Claude Gaudin, l'actuel vice-président du parti. Si Eric Besson (Les Progressistes)-qui intégrera la
direction de l'UMP-et Jean-Marie Bockel (Gauche moderne) sont plus que séduits par cette initiative, ce n'est
pas le cas du Nouveau Centre d'Hervé Morin. « On ne veut pas d'une super-UMP », peste François Sauvadet, le
patron des députés centristes. Préférant à cela « une confédération du centre », afin de mieux contrer
l'expansion de François Bayrou. Au Parti radical, on suivra la volonté du président. Au grand dam de certains
élus valoisiens qui déplorent le manque d'audace de leur président, Jean-Louis Borloo. Jean-Marie Cavada, ex-
MoDem, Michel Mercier, président du groupe Union centriste au Sénat, et Thierry Cornillet, élu du Rhône-
Alpes, ex-MoDem lui aussi, seront associés aux discussions.
http://www.lepoint.fr/actualites-politique/un-parti-d-ouverture-pour-sarkozy/917/0/303175

FJ - 32
LE FIGARO - 26 DECEMBRE 2008 - LES EX-UDF RALLIES A NICOLAS SARKOZY DECOUVRENT LES RISQUES DE LA
DIFFERENCE.

Vue de l'UMP, la bronca des députés du Nouveau Centre (NC) contre la loi sur l'audiovisuel marque le début et
sans doute la fin des velléités d'indépendance des centristes de la majorité présidentielle. Le début, parce que
pour la première fois depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, qu'ils ont soutenu, 10 des 23 élus NC de l'Assemblée
ont voté contre un projet du gouvernement. La fin, parce qu'Hervé Morin, ministre de la Défense et président du
parti, met tout en œuvre depuis cet acte de rébellion pour ramener ses troupes dans le droit chemin. Avec l'aide
de députés qui comptent au sein du groupe, comme Maurice Leroy.
Au départ, Morin et Leroy jugeaient pourtant qu'une opposition circonstanciée à la réforme du service public
pouvait servir d'«identifiant» auprès de l'opinion, selon la formule utilisée par le président du NC lors d'une
réunion interne. Leroy avait même annoncé sur France 3 il y a une quinzaine de jours qu'il ne voterait pas le
texte. Depuis, le député du Loir-et-Cher a changé d'avis et a voté pour, comme cinq de ses collègues. «Quand
j'ai vu l'énervement de la gauche et de Bayrou, je me suis dit que je ne pouvais pas mêler ma voix aux leurs»,
raconte-t-il, en ajoutant à l'intention des députés NC qui ont voté non : «Moi, je sais où j'habite !»
Une remarque qui agace, forcément. Le patron du groupe NC, François Sauvadet, qui s'est lui aussi opposé au
texte, revendique un vote «de conviction». «La réforme du service public audiovisuel est juste et nécessaire,
mais la création d'une taxe nouvelle nous pose problème», explique-t-il. Il ne voit «pas de drame» dans
l'expression d'un désaccord, «surtout en première lecture», et rappelle que Jean Dionis du Séjour, porte-parole
du NC sur le sujet, a défendu le vote contre, «après discussion avec le groupe». «En tant que président, je
n'allais pas me désolidariser de lui et de la majorité de nos élus», s'indigne Sauvadet.
Au-delà de la discussion sur le fond du texte, une divergence stratégique divise les centristes sur la seule
question qui compte : comment exister à côté du géant UMP ? La solution de la «confédération», dont Nicolas
Sarkozy veut accélérer la création, compte officiellement peu d'adeptes chez les ex-UDF. Pour François
Sauvadet, l'un de ses plus farouches adversaires, le salut est dans l'autonomie. «Nous soutenons Nicolas
Sarkozy, mais si nous nous laissons absorber dans une sorte de super-UMP, nous nous mettons dans l'incapacité
d'occuper l'espace laissé en déshérence par François Bayrou», affirme-t-il.
«Il n'y a plus de malentendu»
Le chef des députés centristes est en revanche partisan d'une «meilleure coordination» au sein de la majorité. Il
approuve le resserrement des liens opéré avec l'exécutif : «Depuis que nous sommes systématiquement invités
aux petits déjeuners hebdomadaires de la majorité à l'Élysée, et que François Fillon réunit chaque semaine les
quatre présidents de groupe UMP et NC à l'Assemblée et au Sénat, il n'y a plus de malentendu», assure-t-il.
Les rendez-vous de Matignon, qui se déroulent en général le lundi en fin d'après-midi, ont été mis en place il y
a un mois. Dans l'esprit des dirigeants du parti présidentiel, ils sont une étape vers une association plus étroite
entre l'UMP et ses satellites de la majorité. Pour les centristes, en revanche, il n'est pas question de perdre leur
spécificité. Du moins en théorie. En pratique, la perspective de constituer des listes autonomes aux européennes
rebute plus d'un leader du Nouveau Centre, à commencer par son président Hervé Morin.

http://www.lefigaro.fr/politique/2008/12/27/01002-20081227ARTFIG00206-le-nouveau-centre-peine-a-
trouver-sa-place-.php

FJ - 33
BERNARD TAPIE

FRANCE 2 SERAIT EN COLERE CONTRE BERNARD TAPIE

Selon Télé7.fr, les dents grincent du côté de France Télévisions après la prestation de Bernard Tapie sur
l'antenne à l'occasion de sa pièce de théâtre. La direction de la chaine serait très en colère d'avoir vu sa fille
débarquer sur scène "par surprise à la fin du spectacle en direct..."
En effet, Sophie était revenue sur scène avec un guitariste, et s’est lancée dans un tour de chant de 4 minutes à
l'occasion de la sortie de son album.
Mais cette prestation n'aurait pas trop plu à France Télévisions car rappelons qu'un spot de pub de cette
durée serait théoriquement facturé environ 80 000 euros pour cette heure de diffusion...
http://jeanmarcmorandini.tele7.fr/article-22214.html

AUDIENCE DE LA PIECE :

Audiences prime: TF1 en tête/Beau score pour Astérix sur M6

Hier soir en prime-time sur TF1, Kévin Costner enfilait le costume de "Robin des Bois, prince des voleurs". De
retour sur ses terres, Robin des Bois doit défendre la population opprimée par l'abominable shérif de
Nottingham. Il lui faut rétablir la justice pour le bien de tous et par amour pour sa belle. Le film d'aventures de
1990 sur l'homme qui détroussait les riches pour donner aux pauvres a attiré 5.810.000 de téléspectateurs soit
29.3 % de PDM. Une belle audience pour TF1.
Quant à M6, Astérix partait affronter les vikings dans "Astérix et les Vikings". Dans un petit village gaulois, le
neveu du chef est enlevé par une horde de Vikings décérébrés qui le prennent pour "Le champion de la peur".
Astérix, Obélix et Idéfix mettent cap au nord pour cette nouvelle mission. Le film d'animation de cette nouvelle
aventure a rassemblé 3.809.000 de téléspectateurs soit 17.7 % de PDA. Un beau score pour nos amis gaulois.
France 2, de son côté, a choisi une soirée théâtre avec la pièce "Oscar" en direct du théâtre de Paris. Un Pdg
autoritaire et paranoïaque affronte dans un duel sans merci son homme de confiance, tout en cherchant à lui
faire épouser sa fille, déjà enceinte. La mise en scène de Philippe Hersen avec Bernard Tapie, Chantal Ladesou
et Grégoire Bonnet arrive en 3ème position avec 3.473.000 de téléspectateurs soit 16.4 % de PDA.
Sur France 3, "Il était une fois Noël ... à la télé" proposait une émouvante rétrospective sur le meilleur des
shows de Noël à la télévision. L'occasion de découvrir ou redécouvrir des images d'archives avec Luciano
Pavarotti, Mireille Mathieu, Nana Mouskouri, Eddy Mitchell, Michel Sardou, Johnny Hallyday ... Le
divertissement a rasemblé 2.330.000 de téléspectateurs soit 11.4 % de PDM.

http://jeanmarcmorandini.tele7.fr/article-22073.html

FJ - 34

Vous aimerez peut-être aussi