Vous êtes sur la page 1sur 4

I.N.S.A. de ROUEN

Laboratoire de Chimie Analytique U.V. ANA 1

CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE MISE AU POINT D'UN SYSTEME CHROMATOGRAPHIQUE

Le travail proposé a pour but la mise au point d'un système chromatographique permettant l'étude de la pureté d'échantillons de cyclohexane de différentes provenances, pouvant contenir du benzène.

On cherchera donc à optimiser les conditions de la séparation benzène - cyclohexane.

?) PRINCIPE THEORIQUE

.
.

Schéma d’un chromatographe en phase gazeuse

La chromatographie en phase gazeuse est une méthode d'analyse physico-chimique. On sépare les constituants d'un mélange (les solutés) par entraînement au moyen d'une phase mobile (gaz vecteur) le long d'une phase stationnaire (liquide (plutôt gomme) fixée sur de la silice), grâce à la répartition sélective des solutés entre ces deux phases. Chaque soluté est donc soumis à une force de rétention (exercée par la phase stationnaire) et une force de mobilité (due à la phase mobile). En pratique, on s’intéresse ici à des composés volatiles non thermosensibles. Ils sont injectés (à l’aide d’une micro seringue) dans une chambre d’injection chauffée bien au dessus de la température d’ébullition des composés du mélange. Après cette volatilisation rapide des produits, ils sont poussés par le gaz vecteur (ici de l’Hélium) vers la colonne analytique. Selon leur affinité respective avec la phase stationnaire, ils avanceront plus ou moins vite. A la sortie de la colonne on détecte les produits à l’aide d’un catharomètre qui

1

renvoie une tension (ou courant) proportionnelle à la quantité de produits qui passe. Le signal obtenu est traité par un intégrateur. Celui-ci trace l’évolution de ce signal au cours du temps. On obtient alors un chromatogramme. Les produits bien séparés sortent idéalement sous la forme d’une gaussienne.

sortent idéalement sous la forme d’une gaussienne. Le premier pic dans notre cas sera le pic

Le premier pic dans notre cas sera le pic de l’air, l’air n’étant pas retenu par la phase stationnaire cela correspond au temps mort noté t 0 (temps mis par une espèce non retenue pour parcourir le système chromatographique depuis l’injecteur jusqu’au détecteur). Les pics des produits sont caractérisés par :

- leur temps de rétention (temps de sortie des produits) noté t R

- Leur largeur à mi hauteur d 1/2 (ou w 1/2 )

On utilise aussi d’autres grandeurs qui caractérise un pic que vous verrez en cours :

- le temps de rétention réduit noté t r ’ tel que t r ’=t r -t 0

- le facteur de capacité k’=(t r -t 0 )/t 0

- le nombre de plateaux théoriques efficaces N eff tel que : N eff = 5.545(t r ’/w 1/2 ) 2

Ce nombre caractérise l’efficacité de la colonne pour la séparation plus il est grand mieux s’est.

- la Hauteur équivalente à un Plateau Théorique HEPT telle que HEPT= longueur colonne/Neff. Plus elle est petite, mieux s’est. - le volume de rétention réduit Vr’ tel que Vr’=tr’x(débit en sortie de colonne) - le volume de rétention absolu qui sera vu en cours.

D’autres grandeurs vont caractériser la séparation entre deux produits :

- la sélectivité notée ? telle que ? =k r 2 /k r 1 Plus cette grandeur est supérieure à 1 meilleure sera la séparation.

- La résolution notée R telle que R=2x 0.5887 (tr 2 -tr 1 )/(d1/2 1 +d1/2 2 ). On considère que la séparation est acceptable si R>1.5.

Optimisation :

Pour optimiser une séparation :

- Choix de la colonne : les colonnes apolaires vont en général séparer les produits selon leur

température d’ébullition (si ils sont de polarité proche), les colonnes polaires vont retenir plus les composé polaires (qui se ressemble s’assemble).

- On règle le débit pour avoir la HEPT la plus petite

- On règle la température pour avoir le temps d’analyse le plus court avec une résolution supérieur à 1.5.

2

?) MATERIEL.

* Chromatographe INTERSMAT IGC 112 M, équipé pour deux colonnes :

? Deux injecteurs, double catharomètre.

Attention à ne jamais mettre en service avant d'avoir vérifié le passage effectif du gaz vecteur dans le catharomètre.

* Gaz vecteur : Hélium

* Colonnes :

1°) 5% UCON LB 550X sur Chromosorb W-AW 80/100 2°) 10% SE 30 sur Chromosorb W-AW 80/100

L = 1.8 m L = 1.6 m

* Sortie du signal sur un intégrateur à microprocesseur.

* Injection par seringue de 1?L

Durant tout votre travail, la température de l’injecteur et celle du détecteur seront maintenues à la valeur constante de 200°C.

?) PARTIE EXPERIMENTALE.

Cette étude sera réalisée en s'attachant particulièrement à la signification des mesures faites :

- connaissance des conditions expérimentales : nature de la phase stationnaire, température du four, débit du gaz vecteur

- répétabilité des temps de rétention dans des conditions expérimentales données.

- utilisation judicieuse des vitesses de défilement papier du système enregistreur, en fonction des grandeurs à mesurer expérimentalement.

Pour chaque composé, les grandeurs de rétention seront exprimées en distance, temps et volume de rétention. On en déduira les grandeurs de rétention réduites et les facteurs de capacité k'.

Pour l'étude de la séparation, on calculera le facteur de sélectivité et la résolution.

?-1) Choix de la nature de la phase stationnaire :

Prélever à la seringue 0.2 à 0.4 µL du mélange Benzène-Cyclohexane ½ (v/v) et compléter à 1 µL par 0.8 µL d’air. Faire une injection sur chacune des deux voies, dans des conditions moyennes de température (80°C) et de pression (1.5 bar).

En fonction des résultats obtenus, choisir la nature de la phase sur laquelle on développera l’étude.

? -2) Recherche du débit optimal de gaz vecteur :

A une température de four constante = 80°C, on réalisera l'étude de l’influence du débit de gaz vecteur sur l’efficacité du dispositif séparateur, celle-ci étant exprimée en Hauteur Equivalente à un Plateau Théorique (H.E.P.T.).

La variation du débit sera obtenue en faisant varier la pression d’entrée de la colonne entre 0.5 et 3.0 bar ; on mesurera de façon aussi précise que possible le débit correspondant, en s’étant assuré d’avoir à chaque fois attendu la stabilisation de ce débit.

3

Injecter le même échantillon que précédemment (+ 0.8 µL d’air).

????????? IMPORTANT: En cas de variation importante de débit dans la colonne d’analyse, ajuster le débit dans l’autre colonne à une valeur voisine, de façon à pouvoir rééquilibrer le catharomètre sans difficulté. ?????????

Exploiter les résultats au fur et à mesure de leur obtention en utilisant les possibilités offertes par la feuille de calcul EXCEL? proposée et commenter les graphiques obtenus.

? -3) Recherche de la température optimale de travail :

L’exploitation des résultats obtenus au paragraphe précédent ayant permis de trouver la zone optimale de débit ; ajuster la pression en conséquence sur la colonne où l’étude sera réalisée. Equilibrer les débits sur les deux colonnes.

Faire ensuite varier la température du four entre 80 et 150°C (5 points min) et injecter comme précédemment une fois la température régulée. (Opérer en températures croissantes).

Pour l’exploitation, on utilisera aussi un deuxième module créé sous EXCEL, et on tracera la courbe :

log

?

t'

R

?

?

f

? 1

? ?

?

?

?

T

Ainsi que la courbe représentant l’évolution de la résolution en fonction de la température. Remarque :

La séparation optimale est celle qui donne des pics bien séparés (R S > 1.5) dans le temps d’analyse le plus court. Il vous est demandé pour ce TP un compte rendu détaillé expliquant l’objectif, l’appareillage et l’exploitation des résultats confrontée à la théorie de la chromatographie.

4