Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

NUCLÉAIRE : ON REPART POUR 30 ANS ? – 12/10/21: NUCLÉAIRE : ON REPART POUR 30 ANS ? – 12/10/21
 

 
Invités
 
DOMINIQUE SEUX
Directeur délégué de la rédaction - « Les Echos »
 
SOAZIG QUÉMÉNER
Rédactrice en chef du service politique - « Marianne »
 
ARNAUD GOSSEMENT Avocat...

NUCLÉAIRE : ON REPART POUR 30 ANS ? – 12/10/21: NUCLÉAIRE : ON REPART POUR 30 ANS ? – 12/10/21 Invités DOMINIQUE SEUX Directeur délégué de la rédaction - « Les Echos » SOAZIG QUÉMÉNER Rédactrice en chef du service politique - « Marianne » ARNAUD GOSSEMENT Avocat...

DeC dans l'air


NUCLÉAIRE : ON REPART POUR 30 ANS ? – 12/10/21: NUCLÉAIRE : ON REPART POUR 30 ANS ? – 12/10/21 Invités DOMINIQUE SEUX Directeur délégué de la rédaction - « Les Echos » SOAZIG QUÉMÉNER Rédactrice en chef du service politique - « Marianne » ARNAUD GOSSEMENT Avocat...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
65 minutes
Sortie:
12 oct. 2021
Format:
Épisode du podcast

Description

NUCLÉAIRE : ON REPART POUR 30 ANS ? – 12/10/21

Invités
DOMINIQUE SEUX
Directeur délégué de la rédaction - « Les Echos »
SOAZIG QUÉMÉNER
Rédactrice en chef du service politique - « Marianne »
ARNAUD GOSSEMENT Avocat en droit de l’environnement - Professeur associé à Paris 1
ERWAN BENEZET
Journaliste en charge de l’énergie - « Le Parisien - Aujourd’hui en France »

L’atome s’invite dans la campagne présidentielle. Emmanuel Macron a présenté ce mardi 12 octobre son plan d'investissement « France 2030 » de 30 milliards d’euros fléchés vers « une dizaine de secteurs d’avenir », et en premier lieu le nucléaire. Cette technologie est une « chance » car « elle nous permet d'être le pays en Europe parmi ceux qui émettent le moins de tonnes de CO2 par électricité produite », a expliqué le président de la République. Un milliard d’euros vont être investis d’ici 2030 pour développer des « technologies de ruptures », dont la construction de « réacteurs nucléaires de petite taille innovants et avec une meilleure gestion des déchets ». Pierre angulaire de ces prochaines années pour le chef de l’Etat, le nucléaire doit également permettre à la France de devenir un « leader de l’hydrogène vert en 2030 ».
 
Dans un contexte d’envolée des prix du gaz et de l'électricité, où la question de la souveraineté énergétique s’est invitée dans le débat, Emmanuel Macron a donc décidé de miser sur l’atome. Lui qui a fermé en 2020 les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim, reprenant la promesse faite par son prédécesseur François Hollande, fait désormais de la relance de la filiale nucléaire en France un élément fort de la future campagne présidentielle pour 2022.
 
Un choix qui n'est pas du tout de l'avis de l’écologiste Yannick Jadot ou encore de Jean-Luc Mélenchon, deux candidats partisans d’une sortie du nucléaire, d’ici 20 ans pour le premier, avant 2030 pour le second. Donc pas question, pour eux, d’investir dedans. « Un réacteur, ça peut nous péter à la figure, rappelons-nous Fukushima » a martelé lundi l'eurodéputé Europe Écologie-Les Verts. D’autre part, le nucléaire, « ce sont des déchets » et « une énergie de plus en plus chère », a expliqué encore l’ancien directeur des campagnes de Greenpeace France, avant d’ajouter : « dans le monde entier, plus de 80 % des nouvelles capacités de production électrique installées sont des énergies renouvelables, qui sont des énergies aujourd'hui deux fois moins chères que le nucléaire ». Un point de vue partagé par le leader de la France insoumise qui prône une « mobilisation générale de la population ». D’après lui, « il faut arrêter ce qui est en route » et « changer de mode de production, parce que dans la décennie qui vient le changement climatique est irréversible, nous atteignons des points de bascule ». Et le nucléaire « nous savons tous que c’est extrêmement dangereux ». Il y a « une centrale nucléaire en amont de Paris sur la Seine. Qu'est-ce que vous avez prévu, si jamais il y a un problème, pour évacuer 12 millions de personnes ? » lançait-il récemment lors du débat l’opposant à Éric Zemmour.
 
À six mois de la présidentielle, le nucléaire est donc déjà un enjeu crucial dans la course à l’Elysée. À droite et au centre, on est plutôt ou franchement pour. À gauche et chez les Verts, on est plutôt ou franchement contre. Mais qu’en pensent les Français ? Un sondage Ifop paru début octobre montre à quel point le sujet est clivant : 51 % des Français seraient favorables à la construction de nouveaux réacteurs, 49 % seraient contre.

DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45
FORMAT : 65 minutes
PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé
REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40
RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Alexandre Langeard
PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions

Retrouvez C DANS L’AIR sur internet & les réseaux :
INTERNET : francetv.fr
FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5
TWITTER : https://twitter.com/cdanslair
INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdansl
Sortie:
12 oct. 2021
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv